Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d'un notable manceau au siècle des Lumières

 | 
Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d'Ardenay

Publication et annotations du manuscrit complet des Mémoires de Leprince d'Ardenay

Chapitre 10eme. Voyages a forbonnais, a Caen, a la delivrande et a ardenay

Texte intégral

  • 1 Il reporte les frais de ce voyage sur son « livre des affaires particulières distinguées du commer (...)

1M. de forbonnais passoit ordinairement les vacances a sa terre, le voyage quil y avoit fait au printems de 1764 et le dérangement de sa santé l’empecherent dy revenir dans l’automne de la même année, ce qui nous obligea de remettre a la suivante l’exécution de notre projet daller passer quelque tems dans cet agreable sejour1.

2La terre de forbonnais est située dans la paroisse de champaissant a un quart de lieue de St Cosme et de la route de Paris qu’on voit des appartemens. on arrive par un bois agréablement percé : la principale allée sert d’avenue et conduit jusqu’a l’avant cour. le batiment n’a rien de beau a l’exterieur, il n’est même pas regulier ; mais la distribution de l’interieur est un vrai chef d’œuvre par la multiplicité des agrémens et des commodités que l’industrieux propriétaire a su se procurer en tirant un parti unique de son terrain. Le jardin est grand bien distribué et entouré ainsi que la cour de douves remplies d’eau vive. ce charmant manoir est environné de prairies considerables, elles sont separées par des levées et des terrasses, ce sont autant de promenades qui conduisent, l’une au grand bois et les autres a deux taillis. ces trois bois et celuy par lequel on arrive se trouvent heureusement placés chacun a un angle d’un grand carré au milieu duquel est lhabitation.

3Aux agrémens du local se joignoient ceux d’une excellente société peu nombreuse mais toujours bien choisie ; elle etoit habituellement composée d’une partie de la famille de M. de forbonnais et d’un certain nombre de ses amis, des hommes instruits des femmes aimables et tres interessantes. il eut eté difficile de s’ennuyer ou de ne se pas plaire en si beau lieu et si bonne compagnie. le maitre de la maison toujours empressé a procurer de nouveaux plaisirs a ses hôtes, savoit les varier de la maniere la plus ingénieuse et dans les intervalles des recreations ou des promenades. il interessoit et captivoit tout son monde par le recit des anecdotes les plus curieuses et par des dissertations savantes mais toujours a portée des moins habiles sur plusieurs objets très importans.

  • 2 François Véron de Forbonnais publie ses Recherches et considérations sur les finances de la France(...)
  • 3 En 1756.
  • 4 Étienne de Silhouette (1709-1767). Il dut à la faveur de Mme de Pompadour de devenir contrôleur gé (...)

4La premiere éducation de M. de forbonnais n’avoit rien eu d’extraordinaire ; né avec d’heureuses dispositions, il fit de bonnes etudes sans montrer la superiorité de talens qui la si fort distingué depuis ; lorsqu’il eut secoué la poussiere du college, entrainé par un penchant irresistible, il s’adonna tout entier à l’étude, un travail assidu et divers voyages tant en france que dans l’étranger developperent le germe precieux de ses connoissances ; le public ne tarda pas a en gouter les fruits. il fit imprimer plusieurs ouvrages tous marqués au bon coin notamment ses considerations sur les finances2 qui fixerent sa reputation dans la republique des lettres. il fut nommé inspecteur général des monnoies de france3 et conseiller d’honneur a la cour des monnoies de Paris. il a possedé aussi pendant quelques années un office de conseiller au parlement de metz. en 1759 il avoit eté premier commis des finances sous le fameux Silhouette controlleur general. il previt la disgrace de ce ministre et se retira a tems4. il eut été bien etat de remplir cette place importante, il avoit les connoissances et qualites necessaires pour faire un bon ministre des finances, mais il n’avoit aucune de celles qu’exige lart mensonger des courtisans, trop franc, trop vrai et trop sage pour s’assujetir a la bassesse et aux detours d’une vile adulation.

  • 5 François Véron de Forbonnais était né au Mans, paroisse de Saint-Nicolas, le 3 octobre 1722, du ma (...)

5M. de forbonnais a resté garcon jusqua l’age de 60 ans ou environ, il a pris alors une aimable compagne Mlle Ray de chaumont. deslors il a quitté paris et renoncé aux grandes affaires5, il s’est retiré a sa terre ou il jouit tranquillement avec sa chere moitié des douceurs du menage et des plaisirs vrais et purs de la campagne.

6Javois fait seul le voyage de guibray en 1765, je m’etois derobé aux suites des festes de la nopce de ma sœur, je m’en etois procuré une plus dans mon goût en dirigeant ma route par lucé ou je passai des momens bien courts mais bien delicieux avec les parens de ma femme.

  • 6 Le voyage va coûter 51 £ « pour présents et autres petits articles » : « payé à Guibray une robbe (...)

7L’année suivante, elle desira executer la partie que nous avions faite d’aller voir la ville de Caen et la mer6. elle proposa a ses papa et maman de lui confier Mlle mecorbon ; ils y consentirent de bonne grace. la jeune personne qui n’avoit jamais fait un si grand voyage fut tres flattée de la proposition. nous allames en voyture. nous nous rendimes dabord a la foire dont le mouvement et les curiosités interesserent ma belle sœur.

8Lorsque mes affaires furent finies, nous primes la route de Caen ou nous arrivames le soir. nous logeames sur la place agreablement plantée et entourée de beaux batimens tres reguliers. le lendemain nous vimes les casernes, le mail, les rues vastes et toutes tirées au cordeau, l’église de St pierre qui est la principale les deux abbaies, le magazin a sel dont les murs sont d’une épaisseur prodigieuse et le port dans lequel il y avoit plusieurs vaisseaux marchands qui montent avec la marée. nous entrames dans un hollandois, le Capitaine nous reçut très bien et nous fit voir avec beaucoup de complaisance ce qu’il y avoit de plus curieux dans son batiment. jadmirai surtout l’ordre, l’arrangement merveilleux et l’extreme propreté qui regnoient dans toutes les parties de ce vaisseau.

9Le jour suivant nous allames a notre dame de la delivrande et de la au bord de la mer, nous vimes avec un plaisir meslé d’admiration le spectacle imposant et magnifique de ce vaste et terrible élement dont les flots toujours reglés dans leur cours vont et reviennent exactement aux mêmes heures sans jamais passer les bornes qui leur ont été prescrites. nous nous promenames assés long tems sur la plage dou nous vimes distinctement le havre et honfleur et reconnumes dans le lointain quelques vaisseaux en pleine mer. nous fimes une petite collection des plus jolis coquillages, nous goutames l’eau de la mer mais nous refusames constamment d’aller dessus malgré les vives instances des pescheurs. ils nous assuroient sur leurs grands dieux par St Nicolas et Ste barbe leurs patrons quil ny avoit aucun danger. la crainte d’un coup de vent ou de quelque évenement imprévu nous decida à ne pas nous exposer.

  • 7 Les femmes ne pouvant pas avoir d’enfant venaient y prier la Vierge. Le couple Leprince était mari (...)
  • 8 Chapelle célèbre, située à 16 km au nord de Caen, qui suivant la tradition fut fondée par Saint Ré (...)

10Le petit village de la delivrande etoit fameux par la chapelle dont la reputation7 attiroit un concours presque continuel de pelerins, ils venoient la plupart de très loin, tous avec la plus grande confiance demander a dieu differentes graces par l’intercession de la Ste Vierge patrone de ce lieu8 ; plusieurs y faisoient leurs devotions aucun ne manquoit d’assister a la Ste messe de charger les pretres den celebrer au moins une a son intention et de faire benir quelques chapelets pour les emporter dans son pays.

11Nous fumes vraiment édifiés de toutes les marques de pieté que nous vimes dans cette église. en rentrant a l’auberge, la petite sœur nous donna a deviner le sujet particulier et l’intention speciale des prieres qu’elle venoit de faire. comme elle etoit fort pieuse nous crumes dabord quelle avoit demandé a dieu la grace de se corriger de ses petits defauts ou d’acquerir quelque vertu, peut etre dimes nous ensuite est ce un bon mari que tu desirerois ? elle sourit mais ce n’est point tout cela dit-elle. il y a deux ans et demi que vous me faites attendre le plaisir d’être tante, j’ay prié le bon dieu de tout mon cœur de me donner une jolie niepce aussi aimable que ses parens. quoique sa priere eut été sincerement faite avec toute la ferveur dont elle etoit capable, elle n’a point été exaucée, cest la seule satisfaction qui ait manqué a notre bonheur, nous l’avons desirée long tems, cetoit le vœu de la nature, dieu n’a pas permis l’effet et nous devons croire qu’en nous privant du plaisir d’avoir des enfans il la fait dans des vues de misericorde pour nous epargner bien des peines inséparables de la paternité.

12Le tems des vendanges est celuy des plus grandes réjouissances. nous allions tous les ans passer huit ou quinze jours a Clairsigny pour faire cette recolte et profiter des derniers plaisirs de la campagne. comme ce joli lieu est peu eloigné de la ville, nous y avions tous les jours bon nombre de nos parens et amis a diner et a souper et nous passions les journées les plus delicieuses.

  • 9 La terre de la Roche est située entre le Breil et Nuillé-le-Jalais, à cinq lieues du Mans environ. (...)
  • 10 Après avoir appartenu aux maisons de Lenfermat et Le Vasseur, la terre seigneuriale d’Ardenay étai (...)
  • 11 La vente eu lieu le 27.01.1767, pour la somme de 16 000 F, plus 1 035 F de pot de vin et 5 200 F d (...)
  • 12 Me Lapille.
  • 13 Durant le temps de son séjour, M. Leprince résida à l’hôtel de Mouy, rue dauphine, paroisse St And (...)

13En 1766 mon pere qui etoit allé voir son frère à la Roche9 ne put se rendre a louverture de sa vendange, il n’arriva que le lendemain. a peine fut il descendu de cheval qu’il m’appela en particulier. il me fit part du marché qu’il venoit de conclure avec M. de Semonville10 de la terre d’ardenay11 ; mon père la convoi toit depuis plusieurs années a raison de ses agrémens et du plaisir detre voisin de campagne de son frere auquel il etoit très sincerement attaché. M. damigné n’avoit pas peu contribué a cette acquisition. toutes les conditions que mon pere eut la complaisance de m’expliquer furent consignées dans un acte sous seing privé et il fut convenu qu’il se rendroit a Paris dans le courant de lhiver pour consommer cette operation par un acte devant notaire12. en effet il partit vers la fin de Novembre13.

  • 14 M. de Sémonville avait pourtant fait intervenir l’architecte-entrepreneur manceau Mathurin II Riba (...)

14M. de Semonville n’aiant pas ches luy tous les titres et papiers necessaires a la redaction de l’acte de vendition, je fus chargé d’en aller faire le tri a ardenay. Je fis ce petit voyage dans les derniers jours de decembre, il faisoit très froid et mauvais tems, cependant j’etois flatté de voir au moins en gros cette importante acquisition. Je remarquay beaucoup de beautés et de défauts, mais je vis en même tems tous les moyens et les ressources d’augmenter les unes et de corriger les autres. il ny a que ceux qui ont connu ardenay du temps de M. de Semonville14 qui peuvent bien juger de la difference et apprecier les changemens et les ouvrages considerables qui ont occupé presque totalement mon pere pendant quinze ans environ qu’il a joui de cette terre. le batiment des deux pavillons neufs, la formation de l’avant cour, quelques percées dans le bois, les salles et le bosquet a l’entrée, la grande sapiniere qui a prolongé l’avenue de face, le jardin absolument reformé et ingenieusement divisé en parterre et potager, le point de vue de la route d’orleans et la piece d’eau qui se trouve au bord de la dite route, une quantité presque innombrable d’arbres de toute espece plantés en massifs, allées ou quinconces tels sont les principaux ouvrages par lesquels mon pere a multiplié les agrémens de sa terre et préparé une augmentation reelle de valeur et de revenu en faisant dailleurs defricher et semer en bled ou en bois des portions considerables de terrein inculte jusqu’alors.

  • 15 M. de Sémonville avait la jouissance toute sa vie durant du pavillon ouest du château. Il y dispos (...)
  • 16 J.-B.-H.-M. Leprince rehausse les mérites de son père en avançant cette raison. En réalité le viei (...)
  • 17 M. de Sémonville entretenait de sincères relations amicales avec les membres de la famille Leprinc (...)

15M. de Semonville en vendant sa terre s’etait reservé la faculté dy venir passer un certain tems chaque année15 ; il n’en usa pas longtems. il ne tarda pas à sentir combien il est different de n’être plus le maitre16. le depouillement de sa proprieté luy fit voir sous un point de vue tout autre ces mêmes lieux qui avoient fait si long tems ses delices, il ny renonça pas cependant sans regrets. nous n’eumes que celuy de la perte de sa société ; il etoit poli, honnete, affable, prevenant et d’un excellent cœur17 ; au surplus mon père fut fort aise d’avoir la jouissance libre et entiere de son acquisition.

  • 18 Né en 1686, Charles-Louis de Froullay était devenu conseiller et aumônier du roi et chanoinecomte (...)
  • 19 Le chanoine Nepveu de la Manouillière nous donne le récit des funérailles de Charles-Louis de Frou (...)
  • 20 Ce passage concernant la mort de M. de Froulay est d’une écriture plus serrée et moins maîtrisée. (...)

16M. de froullay, évêque du Mans mourut au mois de janvier 176718, on lui fit de magnifiques obseques. Son corps fut embaumé et revetu de ses habits pontificaux19, après avoir été exposé pendant quelques jours dans la chapelle de son palais, il fut porté par toute la ville sur les épaules de plusieurs prêtres et inhumé dans le chœur de la cathedrale. Sur la demande des administrateurs de lhopital, son cœur y fut transporté solennellement et deposé dans la chapelle de l’hotel dieu quil avoit fait batir ; cest a luy qu’est du l’établissement du seminaire St Charles destiné a servir de retraite aux anciens prêtres et de celuy de domfront pour l’éducation des jeunes ecclesiastiques du bas maine. ce prelat possedoit dans un degré superieur toutes les qualités necessaires a un bon et sage gouvernement. on n’a connu qu’après sa mort un grand nombre de traits signalés de sa bonté, de sa prudence et de sa générosité20.

Notes

1 Il reporte les frais de ce voyage sur son « livre des affaires particulières distinguées du commerce » qui se montent à 29 £ (Archives privées du château d’Ardenay – dossier n° 33).

2 François Véron de Forbonnais publie ses Recherches et considérations sur les finances de la France en 1752.

3 En 1756.

4 Étienne de Silhouette (1709-1767). Il dut à la faveur de Mme de Pompadour de devenir contrôleur général des finances (mars-novembre 1759). En octobre 1759, la situation financière est si grave que Silhouette est contraint de suspendre un certain nombre de paiements. Le numéraire se cachant et se faisant rare, un édit engage les particuliers à envoyer leur vaisselle d’argent à la Monnaie. Le Roi lui-même donne l’exemple et tous les grands seigneurs l’imitent.
En novembre, devant l’impopularité des mesures prises par Silhouette, Louis XV invite celui-ci à abandonner le contrôle-général qu’il confie à Bertin, Lieutenant-général de police. Le ministre des finances a passé si vite que son nom devient synonyme d’une ombre fugitive.

5 François Véron de Forbonnais était né au Mans, paroisse de Saint-Nicolas, le 3 octobre 1722, du mariage de François-Louis Véron du Verger et de Anne Plumard. Il mourut à Paris le 20 septembre 1800.

6 Le voyage va coûter 51 £ « pour présents et autres petits articles » : « payé à Guibray une robbe pour deshaies, une coeffe anouée pour mécorbon, un couteau pour claircigny » in « Livre des affaires particulières distinguées du commerce », Chapitre des dépenses extraordinaires, p. 53 (Archives privées du château d’Ardenay – dossier n° 33).

7 Les femmes ne pouvant pas avoir d’enfant venaient y prier la Vierge. Le couple Leprince était marié depuis un an et demi et l’annonce d’un heureux évènement n’était toujours pas d’actualité.

8 Chapelle célèbre, située à 16 km au nord de Caen, qui suivant la tradition fut fondée par Saint Régnobert, ancien Comte de Noron.
Un miracle raconté dans le vieil ouvrage du chanoine Fossard (1642), vint réveiller le souvenir de l’ancienne chapelle. Enrichi par les offrandes, le chapitre songea, en 1735, à rendre la chapelledigne de l’affluence toujours croissante des fidèles : c’est alors qu’on inaugura le beau maître-autel qui existe encore et la grille de fer battu qui sépare le chœur et la nef. À la même époque, remontent les remarquables lambris qui tapissaient les murs.

9 La terre de la Roche est située entre le Breil et Nuillé-le-Jalais, à cinq lieues du Mans environ. Après la mort de M. Leprince d’Amigné, cette propriété passa à sa fille, Henriette Leprince, qui la vendit ensuite, vers 1780, à Noël-Pierre Drugeon, marchand teinturier, demeurant au Mans, près le Pont-Saint-Jean.

10 Après avoir appartenu aux maisons de Lenfermat et Le Vasseur, la terre seigneuriale d’Ardenay était entrée, au commencement du XVIIIe siècle, dans la famille Huguet de Sémonville, par le mariage de Elisabeth Le Vasseur avec le Chevalier François Huguet de Sémonville. Leur postérité en conserva la possession jusqu’au jour où Charles-François Huguet de Sémonville la vendit à J. B. J. Leprince. M. de Sémonville était chevalier des ordres royaux et hospitaliers de Notre Dame du Mont Carmel, de St Lazare et de Jérusalem. Il était conseiller d’honneur du parlement de Paris et demeurait en son hôtel place royale paroisse St Paul (Contrat de vente de la terre d’Ardenay, Archives privées du château d’Ardenay – dossier n° 3).

11 La vente eu lieu le 27.01.1767, pour la somme de 16 000 F, plus 1 035 F de pot de vin et 5 200 F de rente foncière, rachetable moyennant la somme de 194 000,00 F Notes diverses sur Ardenay (1869), par Henri de Beauregard (Archives privées du château d’Ardenay – dossiers n° 1 et 3).

12 Me Lapille.

13 Durant le temps de son séjour, M. Leprince résida à l’hôtel de Mouy, rue dauphine, paroisse St André des Arts.

14 M. de Sémonville avait pourtant fait intervenir l’architecte-entrepreneur manceau Mathurin II Riballier au milieu du XVIIIe siècle. Le château médiéval avait alors été aménagé et perdu ses principales fortifications.

15 M. de Sémonville avait la jouissance toute sa vie durant du pavillon ouest du château. Il y disposait d’un appartement au rez-de-chaussée composé d’une chambre à coucher, un cabinet, une garde-robe, plus l’appartement au-dessus ordinairement occupé par le Sieur Corbet et deux chambres à cheminée au second étage, la salle à manger, l’office, la petite cave, un garde-manger, la cuisine, une écurie et toutes les remises pour y laisser sa voiture. Il pouvait se nourrir du potager et gardait un droit de chasse (Contrat de vente, p. 13, Archives privées du château d’Ardenay – dossier n° 3).

16 J.-B.-H.-M. Leprince rehausse les mérites de son père en avançant cette raison. En réalité le vieil homme prit le parti de ne plus retourner à Ardenay car sa santé l’en empêchait : « […] car les urines ne reviennent point et lon est obligé de me remettre la sonde deux et trois fois par jour » (lettre de renonciation de M. de Sémonville, à Paris le 2 juin 1768, Archives privées du château d’Ardenay – dossier n° 3).

17 M. de Sémonville entretenait de sincères relations amicales avec les membres de la famille Leprince. Lorsqu’il écrit à son acquéreur pour renoncer à ses droits, on ressent une réelle tristesse : « Cest avec bien du chagrin monsieur que je prend le party de rompre cette societe qui me faisoit sy grand plaisir […] mille respecs de ma part a vos dames et embrassé pour moy votre gendre » (lettre de renonciation de M. de sémonville, à Paris le 2 juin 1768, Archives privées du château d’Ardenay – dossier n° 3).

18 Né en 1686, Charles-Louis de Froullay était devenu conseiller et aumônier du roi et chanoinecomte du chapitre noble de Saint-Jean de Lyon. En 1721, Il reçut de Louis XV l’abbaye de Saint-Maur-sur-Loire puis il fut nommé évêque du Mans le 17 octobre 1723. Il mourut en cette ville le 31 janvier 1767, âgé d’environ quatre-vingt ans. Son unique héritière fut sa nièce Renée-Charlotte de Froullay, marquise de Créquy, restée célèbre dans le monde des lettres (voir Dom Piolin, Histoire de l’Eglise du Mans, t. VI).

19 Le chanoine Nepveu de la Manouillière nous donne le récit des funérailles de Charles-Louis de Froullay et des cérémonies qui les suivirent (t. I, p. 53-60).

20 Ce passage concernant la mort de M. de Froulay est d’une écriture plus serrée et moins maîtrisée. Il paraît donc que ce paragraphe a été rajouté postérieurement au reste du chapitre.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site