Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d'un notable manceau au siècle des Lumières

 | 
Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d'Ardenay

Publication et annotations du manuscrit complet des Mémoires de Leprince d'Ardenay

Chapitre 5eme. Histoire des 4 dernieres années de ma jeunesse

Texte intégral

1Mon éducation étoit terminée, il étoit tems de prendre un parti. mon premier penchant avoit eté presque dès l’enfance pour l’état ecclesiastique, il avoit été formé et entretenu par la frequentation habituelle des offices et ceremonies de l’Eglise, ce gout s’étoit fortifié avec l’âge et par l’effet de la reflexion. J’avois 18 ans lorsque j’en fis l’ouverture a mes parens ; j’étois alors a Paris. J’ecrivis a mon pere une grande lettre dans laquelle je luy detaillois la naissance, les progrès et les motifs de mon inclination ; il la combattit, j’insistay, il eluda mes instances et mes raisons que je croiois excellentes ; il se retrancha sur ce que j’étois trop jeune pour me decider, et il emploia peu a peu, sans affectation, mais assés finement tous les moiens de me faire changer de resolution.

  • 1 Jacques-Geoffroy Leprince d’Amigné avait été reçu conseiller au Siège Présidial du Mans en 1736. I (...)

2Je jettay mes nouvelles vues du coté de la robbe. Mon oncle Damigné conseiller au Presidial1, my engageoit beaucoup, il fit même des demarches pour me procurer un des offices d’avocat du Roy où celuy de procureur du Roy que j’aurois preferé. Le titulaire qui avoit acquis la veterance avoit bien envie de se retirer, mais il avoit un fils jeune encore auquel il pensa que sa place pourroit convenir un jour, ce qui le determina a la garder.

3Après plusieurs autres tentatives inutiles, on m’inspira le desir d’acquerir une charge d’auditeur des comptes ou de conseiller a la cour des monnoies de Paris. Je pris et reçus divers renseignemens a cet égard ; j’étois même sur le point de traiter, lorsque mon père me fit faire beaucoup de reflexions. Sans blamer, et en approuvant même jusqu’a un certain point le parti que j’avois envie de prendre, il me fit sentir tous les avantages du commerce qui m’assureroit un sort plus scur du coté de la fortune. Le resultat de mes reflexions et de mes calculs fut quil etoit beaucoup plus profitable pour moy et plus dans l’ordre de suivre l’état de mes peres et de m’attacher a une manufacture solide et avantageusement établie depuis plusieurs generations dans ma famille. des lors je renonçai a tout autre projet et quelque tems après mon pere me donna un intéret dans ses affaires.

  • 2 Les négociants manceaux portaient un intérêt tout particulier à la langue italienne car ils écoula (...)

4Le choix d’un état a été le principal évenemens de ma vie depuis mon dernier sejour a Paris jusques a mon établissement, je vais reprendre et suivre le recit de ce qui s’est au surplus passé de plus interessant dans le cours de ces quatre dernieres années de ma jeunesse. ma principale occupation etoit le commerce ; je m’arrangeois au surplus de maniere a donner toujours une partie de mon tems a l’étude des belles lettres, de l’histoire et des sciences. Je suivis pendant un an un cours public d’algebre et de geometrie. Je profitai du sejour d’un jeune italien, M. Bovery pour apprendre la langue italienne2. J’assistois regulierement a tous les exercices litteraires du College pour renouveller et entretenir les connoissances que j’avois acquises dans ma jeunesse. Je frequentois aussi les theses de philosophie, jy argumentois asses souvent, je me chargeois avec plaisir d’ouvrir celles de mes parens, de mes amis pour avoir l’occasion de composer de petits discours qui m’empeschoient de me rouiller sur la langue latine pour laquelle jay toujours conservé un goût particulier.

  • 3 Il s’agit de la première des trois tentatives d’établir des concerts publics au Mans. Cette entrep (...)

5Mes heures de recreation étoient emploiées pour la plupart a la promenade, quelquefois a de petits jeux dans des societes agreables que je trouvois au sein de ma famille ou dans les maisons de quelques amis et toutes les semaines a un concert d’amateurs pour lequel je m’abonnai avec empressement sitôt sa formation3.

  • 4 Julien Hossard (1606-1678) avait acheté la maison n° 310 de la Grande Rue en 1643.

6Le bâtiment que mon pere avoit entrepris fut enfin terminé en 1761. ce fut au mois de novembre de cette année quil alla l’occuper avec sa famille, il y établit en même tems sa manufacture de bougies. quelque plaisir quil eut de jouir de son ouvrage et d’etre logé bien plus a laise et très agreablement pour le bon air et la commodité des affaires, il regretta sincerement la maison paternelle occupée depuis cent vingt ans de pere en fils par les siens4. ma tante mareine fut singulierement affectée de son eloignement ; elle n’avoit point d’autre societé intime que celle de son frere qu’elle n’avoit jamais quitté depuis l’enfance. elle ne put s’accoutumer a cette separation, elle en a conservé un douloureux souvenir jusqu’a la fin de ses jours.

  • 5 Sans façon.

7Mon pere et ma mère celebroient chaque année avec leurs enfans l’anniversaire de leur mariage dont la 25e année se trouva revolue au 15 janvier 1762. pour rendre plus solennelle cette feste jubilaire, toute la famille fut invitée. la ceremonie commenca par une messe d’actions de graces, suivie d’un vrai repas de nopces. tous les convives y apporterent la plus grande gaieté ; les muses s’excrimèrent. Je fis pour ma part et je chantai quelques couplets analogues à la circonstance. après le festin, on dansa sans etalage5 ny grands apprêts, mais de bon cœur ; avec une joie pure et franche comme celle de nos bons ayeux. Leurs portraits rangés autour du sallon de compagnie, en rappellant leur memoire, animoient nos doux transports et nos tendres voeux pour la precieuse conservation des deux personnages cheris qui faisoient l’objet de cette feste charmante.

8Ma societe de commerce avec mon pere commenca au premier may 1763 ; mes parens eurent la bonté de m’avancer une partie des fonds que je devois fournir pour l’intérêt qu’ils avoient bien voulu me ceder. dès lors je m’occupay plus serieusement et presque uniquement de mon état. Je m’appliquai a mettre a profit les connoissances et les instructions que javois prises chez le banquier. avec l’agrément de mon père, je fis quelques reformes dans la tenue des livres, j’établis un nouvel ordre dans les écritures et la correspondance. Les notions que j’avois sur le commerce avec l’étranger nous donnerent les moyens de tirer de divers pays de bonnes cires et de les avoir souvent à meilleur compte, en profitant du benefice des changes, des saisons les plus avantageuses pour les achats et des voies les moins dispendieuses pour les faire venir en france. notre correspondance avec l’étranger nous procura un autre avantage, celuy d’y faire connoitre notre manufacture et dy trouver un débouché assés important de nos bougies.

  • 6 Les secrétaires du roi étaient des officiers de la chancellerie de France, centre de l’administrat (...)

9Ce fut dans la même année 1763 que mon pere acheta une charge de conseiller secretaire du Roy près le parlement de metz6. outre la noblesse au premier chef et tous les privileges attachés a ce genre d’offices, celuy que mon pere acquit et auquel etoient jointes les fonctions de thresorier payeur des gages de la chancelerie, luy procurerent des avantages plus considerables sous le rapport des intérets pecuniaires, en sorte que mon père en retiroit au dela de l’interet des fonds quil avoit employé a cette acquisition. quelques années après il fut obligé comme tous les autres secretaires du Roy de payer un supplément de finances de 10 000 francs qui portoit interet a cinq pour cent.

10Dès que je fus fixé au Mans, on parla de me marier ; quoique bien jeune encore, le public avoit la bonté de s’occuper de moy et mes parens ne pouvoient dissimuler le desir quils avoient de trouver une belle fille qui put réunir toutes les qualités necessaires a mon bonheur. Les vœux et les souhaits, les pourparlers, les conferences et les demarches, rien ne fut epargné pour me procurer un établissement.

11Il fut d’abord question d’une Dlle qui avoit au moins 5 a 6 ans plus que moy, elle etoit grande, point jolie pour ne rien dire de plus, sans grace, sans agrement ny talens exterieurs mais bonne menagere, tres Relligieuse et d’une honeste famille. il y avoit plusieurs enfans dans la maison, on y suppleoit au defaut de Richesses actuelles par la plus severe économie. cependant, elle etoit bien avec de tres belles esperances pour la suite, tout vu et consideré, je remerciai fort honestement ceux qui desiroient pour moy cette alliance, elle etoit honorable ; elle eut meme pu m’etre avantageuse du coté de la fortune, mais quand le cœur n’est pas de la partie, il faut la quitter.

12Quelques personnes du nombre de celles qui epient et calculent les moindres demarches, ou qui voyant tout avec un microscope, s’imaginerent que j’étois amoureux d’une de mes cousines, parce que je la voyois plus souvent que bien d’autres, parce qu’on remarquoit une liaison plus etroite, des intimités, des attentions, des prevenances et le tout n’etoit que l’effet naturel de l’amitié sincère qui nous unissoit et de l’analogie de nos caracteres qui nous faisoit rechercher l’un l’autre dans les societés, les repas et les promenades.

13Je fis ensuite la cour successivement à trois jeunes personnes, toutes trois nées dans le commerce, toutes trois aimables chacune dans leur genre. trois maîtresses toutes trois filles de commerce, Mlle B, Mlle C, Mlle P.

14Mlle B. etoit grande, laide sans etre deplaisante, pleine d’esprit et de Relligion faite pour etre Riche et appartenant a une famille respectable. Je la voyois asses souvent dans les societes que je frequentois et j’avois eu le tems de l’étudier et de la connoître assés pour m’attacher a elle, plutot a son moral qu’a son phisique, ce ne fut cependant pas par degoût que je m’éloignay delle, mais on m’inspira d’autres vues, et mon cœur encore chancelant tourna d’un autre coté.

  • 7 Comme son contemporain Louis Simon, Leprince d’Ardenay remercie la providence et ses parents de lu (...)

15Mlle C. fille d’un commercant qui habitoit une petite ville sur les confins de notre province eut occasion de faire un voyage au Mans pour y voir quelques parens et amis. Je me trouvay avec elle par hazard ; elle me plut de prime abord. elle etoit petite, maigre, ny belle ny laide de figure, mais pleine d’esprit : elle avoit le plus heureux naturel et un cœur excellent. Je fus de toutes ses parties pendant son sejour au mans. entre autres nous en fimes une a l’épau d’ou nous revimmes passer le reste de la journée a Clairsigny. nos cœurs plus libres a la campagne s’ouvrirent mutuellement. il ne fut pas difficile d’apercevoir quil y avoit quelques grains d’amour dans notre affaire. Je ne m’en deffendis pas vis a vis mes parens qui commencoient à s’occuper serieusement de m’établir. la personne de Mlle C. leur plut beaucoup et ils crurent que cette alliance pouvoit me convenir ; dans cette idée ils formerent le projet d’aller eux memes dans le canton pour prendre les renseignemens necessaires ; sous le pretexte de quelques affaires dans une ville peu eloignée de celle qu’habitoit Mlle C., ils allerent voir certains bons parens aux quels ils demanderent des informations exactes sur la famille et la fortune de cette damoiselle. les reponses furent a tous egards favorables et satisfaisantes ; mais l’éloignement de la situation des biens que Mlle C. devoit avoir en mariage et l’extreme delicatesse de son temperament refroidirent mon père et ma mère ; ce dernier motif surtout les empecha d’en faire la demande et dans le fait ils mont rendu un grand service, puisque cette jeune personne mourut quelques années après de la poitrine7.

16Mlle P. m’auroit bien convenu. L’âge, l’état, la fortune, tout cadroit tres bien. elle etoit grande, bien faite, jolie brune, avec beaucoup de grace, un caractere vif et enjoué, de l’esprit et de l’amabilité. Je l’ai beaucoup vue pendant plusieurs années, moins dabord dans le dessein du mariage que dans celuy de profiter des agrémens de sa société. En la frequentant, je pris néanmoins du goût pour elle ; elle n’y fut pas insensible. Ses parens qui auroient beaucoup desiré ce mariage, favorisoient notre inclination de tout leur pouvoir ; ils avoient des prevenances singulieres pour moy et les miens. nos familles se lierent plus etroitement et cette liaison dura jusqu’a l’époque heureuse a laquelle j’obtins la main de celle qui etoit destinée par la providence a faire mon bonheur.

Notes

1 Jacques-Geoffroy Leprince d’Amigné avait été reçu conseiller au Siège Présidial du Mans en 1736. Il résidait ordinairement au manoir d’Amigné, paroisse de Changé. Charles Desportes de Linières, son beau frère, racheta et améliora le domaine. Son fils Charles-Henri construisit en 1792 l’habitation que nous appelons le château d’Amigné. Celui-ci fut démoli volontairement peu avant 1914 par M. de Castilla, son dernier propriétaire. Il n’en subsiste que deux tristes dépendances.

2 Les négociants manceaux portaient un intérêt tout particulier à la langue italienne car ils écoulaient vers la péninsule une grande partie de leurs marchandises. René-Bernard Garnier, négociant en étamines, possédait à sa mort survenue en 1817, plus de 60 ouvrages en italien. (AD Sarthe – 4E-37-890).

3 Il s’agit de la première des trois tentatives d’établir des concerts publics au Mans. Cette entreprise tourne court et s’arrêta peu après (Sylvie Granger, Musiciens dans la ville 1600-1850, Belin, 2002, p. 19-20).

4 Julien Hossard (1606-1678) avait acheté la maison n° 310 de la Grande Rue en 1643.

5 Sans façon.

6 Les secrétaires du roi étaient des officiers de la chancellerie de France, centre de l’administration royale. Par un édit du mois de juillet 1724, le roi Louis XV en avait diminué le nombre à 240. Un des principaux privilèges de ces offices était de conférer aux titulaires la noblesse qui était transmissible à leur postérité, lorsqu’ils mouraient en possession de cette charge ou après l’avoir exercée durant vingt ans. Il est facile de comprendre combien ces offices étaient enviés par les familles qui satisfaites dans leurs désirs du côté de la fortune, voulaient la compléter par leur admission dans l’ordre privilégié de la noblesse qui ouvrait ainsi ses portes à tous, facilement et sans exclusion. L’acquisition d’une charge dans une chancellerie secondaire n’obligeait pas à la résidence. Son coût quadrupla au cours du siècle. Les négociants (15 % des acquéreurs à Paris) recherchaient le moyen de s’intégrer davantage par la fonction publique dans une société « où l’honeur passe encore avant l’argent » (voir article de J.-F. Solnon in Dictionnaire de l’Ancien Régime, sous la direction de L. Bely, p. 1144-1146).

7 Comme son contemporain Louis Simon, Leprince d’Ardenay remercie la providence et ses parents de lui avoir évité un rapide veuvage. In Louis Simon étaminier 1741-1820, op. cit., tome 1, p. 24. « […] j’aimai un peu cette fille la (Nanon Micaux) mais mon père a qui j’en avais parlé une fois en badinant me dit qu’elle était malseine parce quelle avait de trop grosse jambes, je ne lui dis donc rien qui pû la contenter, elle etait cependant jolie, aimable, avait de l’esprit et 200 £ de rente a la mort de sa mère, elle se maria et ne fut que cinq ans en ménage et mourut d’une hidropisie ».

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site