Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désir de calme

 | 
Klaas van Walraven

Première partie. Délivrance, gagnée et perdue

Chapitre 2. Vers la suprématie révolutionnaire, mars 1957-mai 1958

Texte intégral

  • 1 « Rapport moral présenté par le secrétaire général du mouvement socialiste africain (MS (...)
  • 2 Le vote combiné de l’UDN et du BNA était, en effet, inférieur de 2 % à ce qu’il était l (...)
  • 3 C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique et des leade (...)
  • 4 « Rapport moral présenté par le secrétaire général du mouvement socialiste africain. » (...)
  • 5 M. Djibo, Les transformations politiques au Niger à la veille de l’indépendance ( (...)

1« Tout n’est pas rose pour le MSA au Niger », observa Djibo Bakary lors d’un discours prononcé au cours du deuxième congrès territorial de son parti, un mois après sa victoire aux élections1. Le PPN-RDA s’était tiré d’affaire mieux que prévu, l’emportant dans cinq circonscriptions de l’Ouest (Dogondoutchi, Filingué, Tillabéri, Dosso et Niamey). Seul Téra lui échappa, en faveur du MSA. Le petit regain de vigueur du PPN évoqué par Bakary était, à son avis, l’œuvre de l’administration française. Il eut des propos critiques sur certains des résultats électoraux de son propre parti, se disant déçu du nombre de votes recueillis dans quelques-unes des circonscriptions Centre et Est. Certes, ces votes avaient cru du fait du suffrage universel et de la fusion avec le BNA, mais pas autant qu’il l’avait souhaité2. Les pertes de voix enregistrées par le parti dans ces circonscriptions l’avaient été non pas en faveur du PPN, mais en faveur de candidats indépendants. Bakary déplora aussi le taux de participation, toujours très bas dans les zones rurales au Niger et qui, au cours de ces élections, en dépit de larges variations de région à région, s’était limité en gros à 29 %3. Il en rendit responsable le PPN-RDA, qui aurait présenté le MSA comme un allié du « féodalisme », c’est-à-dire des chefs, ce qui aurait amené des milliers d’électeurs potentiels à s’abstenir4. Par ailleurs, au moins 25 des 41 sièges parlementaires acquis par le MSA l’avaient été du fait de membres de l’ancien BNA5.

  • 6 Voir « Rapport moral présenté par le secrétaire général du Mouvement socialiste africai (...)
  • 7 Ibid., passim.

2Pourtant, les critiques de Bakary n’étaient pas sans affectation et occultaient en fait une victoire de grande ampleur pour le mouvement. Ces critiques démontraient son assurance et illustraient son désir d’inciter les militants à œuvrer à de plus grands triomphes6. La victoire du Chameau montrait en effet que la révolution sociale du Sawaba était en marche – telle fut, en tout cas, l’impression dans nombre de milieux UDN. Aux dires du redresseur des torts du Niger lui-même, le cri de « Sawaba », entendu dans tous les recoins du Sahel, représentait un « cri d’espoir et de courage » exprimant la volonté du peuple pour le changement. « Notre Sawaba » avait le devoir de conduire « les masses… vers le bonheur et la prospérité » et ne devait pas considérer la victoire électorale comme une fin en soi, mais comme un moyen d’améliorer le sort des masses rurales et urbaines. À cet égard, les militants et sympathisants ne devaient pas se contenter de brandir le manifeste du parti. Chacun d’entre eux se devait de demeurer vigilant, afin que « chaque paysan, chaque ouvrier, chaque artisan, chaque petit commerçant » puisse sentir que le parti était à ses côtés, prêt à lui prêter main-forte7.

  • 8 Synthèse des événements politiques qui ont précédé au Niger l’élection du conseil du Go (...)
  • 9 Ibid. ; « Rapport moral présenté par le secrétaire général du mouvement socialiste afri (...)

3Les problèmes de Bakary se situaient précisément à ce niveau – dans le fait que sa victoire constituait un progrès indéniable du mouvement social, au lieu d’être simplement le triomphe électoral d’une formation politique. L’entrée du Sawaba dans les allées du pouvoir impulsa un nouvel élan à ce mouvement, libérant des énergies jadis entravées et qui, à présent, voguaient sur les vagues exaltantes de la consécration politique. Bakary le révolutionnaire n’était pas insensible à cette ambiance d’euphorie et perdit momentanément son sang-froid lors d’un discours aux sympathisants et militants du parti8. Il s’en prit aux chefs en dépit du fait que plusieurs d’entre eux étaient censés être ses alliés. Il les rendit responsables de ce qu’il décrivit comme des revers au niveau de certaines circonscriptions, avançant qu’en dehors de « quelques amis sincères parmi les chefs traditionnels », la plupart d’entre eux avaient combattu les listes du parti, particulièrement à Dogondoutchi, Tahoua, Maradi et Gouré dans l’Est. Il conseilla aux militants de la base de ne pas se fier à l’amitié des chefs simplement parce que le parti avait pu coopter certains d’entre eux. Assurant que l’influence politique des « institutions à caractère féodal » avait décliné et continuerait à décliner, Bakary ne se fit pas faute d’avertir que si le Sawaba défendait les chefs qui lui montraient de l’amitié, il ne protégerait jamais la chefferie en tant qu’institution. Les élections avaient mis en évidence le fait qu’on ne pouvait se fier aux promesses faites par la majorité des leaders traditionnels. Et pour montrer à quel point il fallait le prendre au sérieux, Bakary demanda au congrès d’approuver le remplacement de la présidence du parti par un « secrétariat collectif ». La suppression de la présidence fut proposée par Abdoulaye Mamani, syndicaliste de Zinder, et elle atteignait directement Issoufou Djermakoye, le président du MSA et leader du BNA qui avait été vaincu dans sa propre circonscription par le PPN. Djermakoye était absent du congrès9.

  • 10 « Rapport moral présenté par le secrétaire général du mouvement socialiste africain », (...)

4Ces attaques n’allaient pas manquer d’avoir des répercussions sur la stabilité de son gouvernement, mais Bakary ne pouvait guère éviter de formuler certaines d’entre elles à ce moment précis. Parlant de « notre Sawaba », plutôt que du MSA, Bakary montra qu’il devait satisfaire sa propre base, représentée par la troupe remuante des petites gens et groupes apparentés qui avaient déjà fait montre, aux dires du gouverneur Bordier, d’une passion ardente lors du premier congrès du MSA, quelques mois plus tôt. Bordier, dans ses rapports à Paris, souligna l’absence d’unité au sein du parti, le considérant comme un « rassemblement hétérogène » à la cohésion précaire. Le parti comprenait en fait deux ailes opposées qui, dans leur lutte pour la suprématie interne, développèrent chacune leur propre label : « modéré » dans le cas du BNA et « aile dure » ou « progressiste » dans le cas de l’ancienne UDN qui, étant donné son aspiration à une transformation sociale intégrale, était considérée par son fondateur comme étant « révolutionnaire ». Selon les Français, la branche UDN menée par Mamani n’était pas entièrement à l’abri d’influences communistes10.

  • 11 Synthèse des événements politiques qui ont précédé…
  • 12 M. Last, « Towards a Political History of Youth in Muslim Northern Nigeria, 1750-2000 » (...)
  • 13 Maman, Répertoire biographique, 231 et 378 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 205, 384 et 39 (...)

5En tâchant d’équilibrer ces forces diverses, Bakary avait en fait monté le congrès contre les chefs. Perdant momentanément le contrôle du congrès, il se vit contraint de permettre à ses « Jeunes Turcs », comme les appelaient les Français, de se défouler11. Certains de ces intransigeants n’étaient plus des adolescents, ayant alors entre 25 et 30 ans. Mais dans la société haoussa, l’âge avait également une signification culturelle. La participation politique avait pour corollaire querelles, plaisanteries provocatrices, mensonges et même parfois violence. De ce fait, elle renvoyait à la jeunesse, aux jeunes gens (yara) – qui avaient, par définition, un statut social inférieur – et elle jurait avec le comportement associé traditionnellement aux personnes d’âge mûr. Les leaders politiques eux-mêmes étaient du reste appelés à se comporter comme des yara12. Considérés du point de vue culturel comme des « jeunes », une grande partie des intransigeants du Sawaba avaient réussi à accomplir des progrès impressionnants dans leur carrière professionnelle au moment de l’arrivée aux commandes du Chameau. Ils se voyaient comme les porte-parole du petit peuple nigérien. Ainsi, Ousmane Dan Galadima, l’interprète adjoint natif de Madaoua, était en réalité issu d’une famille cheffériale mais avait déjà acquis une solide réputation d’agitateur ; il fut élu député de Madaoua, bien qu’à ce moment-là, il n’ait apparemment pas été représenté au niveau de la direction du parti depuis un an. Sallé Dan Koulou (photo 2.1), petit employé de bureau au service des transmissions des PTT, fut élu député de sa ville natale, Tessaoua. Amadou dit Gabriel, doté d’un profil professionnel similaire, s’était élevé à la vice-présidence du MSA avant sa dissolution et devint maire suppléant de Niamey. Par la suite, il devait travailler étroitement avec Adamou Sékou, le commis judiciaire de Téra. Avec un background de pontin, Sékou avait travaillé pour l’armée française à Madagascar. C’était un militant fervent, très doué dans la production de tracts politiques. Élu par la grosse circonscription de Maradi, il fut invité, trois mois plus tard, à devenir le secrétaire à l’organisation du parti13.

Photo 2.1 – Sallé Dan Koulou – une des rares images que nous avons de lui (Sawaba, déc. 1964).

Photo 2.1 – Sallé Dan Koulou – une des rares       images que nous avons de lui (Sawaba, déc. 1964).
  • 14 Djibo, Les transformations, 60.
  • 15 Fluchard, Le PPN-RDA, 205.
  • 16 Synthèse des événements politiques qui ont précédé… ; Fluchard, Le PPN-RDA, 394.
  • 17 Il ajouta cependant que le socialisme devait être adapté aux réalités du pays et qu’il (...)
  • 18 D. Bakary, Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant afr (...)
  • 19 Voir à ce sujet F. Fuglestad, « UNIS and BNA : The Rôle of “Traditionalist” Parties in (...)

6Les intransigeants exprimèrent leur hostilité à l’égard des chefs, soutenant, ainsi que Bakary l’avait insinué dans son discours, que leur institution devait disparaître14. Plus tard, en août 1957, Adamou Sékou, devenu secrétaire général par intérim, produisit un communiqué à l’adresse des militants MSA pour les encourager à ne pas coopérer avec l’Association des chefs15. Au congrès, les activistes de l’UDN n’eurent guère de mal à faire sentir leur importance. Ils prirent le contrôle des positions clefs au niveau du nouveau secrétariat ou bureau dirigé par Bakary, assisté par Diop Issa, Bokar (Aboubakar) Touré, le comptable de Niamey et co-fondateur et trésorier de l’UDN, Adamou Sékou et Pascal Diawara, militant UDN de la première heure. Ainsi réunis, ils étaient en mesure de surclasser les membres du BNA au niveau du bureau, qui comprenait Georges Condat, Tiémoko Coulibaly, Adamou Mayaki et Issoufou Djermakoye16. Bakary réitéra sa croyance dans le fait que le socialisme était la seule solution viable aux problèmes du Niger17. De façon significative, le congrès décida d’adopter le bleu de l’UDN comme nouvelle couleur du parti, dont le nom devint officiellement MSA-Sawaba18. Le BNA, en tant que parti de patron type, avait un faible niveau de participation et peu de discipline et il se montrait de plus très vulnérable aux conflits internes19, toutes choses qui ne lui permettaient guère d’affronter l’énergie et la détermination d’une machine de guerre comme l’UDN.

  • 20 Synthèse des événements politiques qui ont précédé… ; Maman, Répertoire biographique, 3 (...)

7Les dissensions engendrées par cette situation au sein du MSA ne provenaient pas uniquement des contradictions sociales propres au Niger, puisque l’hostilité entre les membres cheffériaux de l’UDN et le petit peuple prenait aussi racine dans une tension générationnelle. Dans une société qui faisait grand cas de l’ancienneté d’âge, nombre des modérés du MSA considéraient intolérable le fait d’être sous la tutelle de radicaux turbulents généralement plus jeunes qu’eux. Yacouba Siddo, un « commis » dans la quarantaine, politicien de carrière du BNA ayant accumulé de nombreuses fonctions officielles, était la bête noire des jeunes de la base. Il fut expulsé du MSA en dépit de sa réélection comme député de Zinder20.

  • 21 Télégramme de Bordier à France outre-mer, no 53, 12 mai 1957 ; CAOM, Cart. 2198/D (...)

8Les conséquences ne tardèrent pas à se faire sentir. Les chefs mirent temporairement de côté leurs divergences et vingt anciens membres du BNA menacèrent de quitter le parti, à cause des attaques des intransigeants mais aussi pour être mieux représentés au niveau de l’Assemblée et des organismes gouvernementaux au sein desquels les gens véritablement représentatifs du BNA n’avaient que peu de place. Ainsi, alors que les places au sein des commissions parlementaires étaient équitablement réparties, la distribution des postes elle-même trahissait une bonne appréhension des mécanismes du pouvoir de la part des membres de l’UDN. De façon caractéristique, la Commission des affaires sociales et du travail était contrôlée par l’UDN, avec un président issu du BNA mais proche des positions du parti et Abdoulaye Mamani dans le rôle crucial de rapporteur. La même position était occupée par Dan Galadima au sein de la Commission des affaires économiques et du plan, par Maurice Camara, un vétérinaire pro-UDN originaire de la Guinée, à la Commission des finances et par Mounkeïla Issifi, enseignant et député UDN de Téra à la Commission des affaires diverses. La Commission permanente était dominée par l’UDN, avec trois membres UDN ou sympathisants : Malick N’Diaye, Sénégalais de Madaoua qui avait été député de l’UNIS ; Gonimi Boukar (Boucar), instituteur de Maïné-Soroa fidèle de l’aile UDN (photo 2.2) ; et puis le bouillant Dan Galadima. Les commissions moins importantes étaient laissées au BNA, de même que la présidence de l’Assemblée, qui fut attribuée à Georges Condat, et les vice-présidences. Les postes de questeur – ces membres du parlement chargés de superviser les questions financières et organisationnelles – revinrent cependant à Adamou Sékou et Hima Dembélé, l’ancien technicien cinématographe qui était aussi éditeur de l’organe de l’UDN, Sawaba21.

Photo 2.2 – Gonimi Boukar, Niamey, 2005.

Photo 2.2 – Gonimi Boukar, Niamey, 2005.
  • 22 Bordier à Monsieur le haut-commissaire de la République en AOF, 20 mai 1957 ; Synthèse (...)

9La rébellion des mécontents du BNA fut conduite par Pierre Vidal et Issoufou Djermakoye, mais du fait de dissensions entre les patrons du parti, tout autant que de l’habileté manœuvrière supérieure de Bakary, elle ne put en fin de compte atteindre ses objectifs. Vidal, un homme d’affaires français, avait de gros intérêts dans l’industrie du bâtiment et le secteur des transports du Niger. Bien que président de l’Assemblée du Niger jusqu’aux élections, il avait – tout comme Issoufou Djermakoye – été battu dans la circonscription de Dosso et cherchait à rebondir en imposant de nouvelles élections. Par ailleurs, il avait quelques comptes à régler avec Bakary, qui l’avait accusé d’être un exploiteur des petits commerçants et des routiers. Il entendait nouer une alliance entre les dissidents du BNA et le PPN-RDA, à l’aide de sa fortune. À cet effet, il essaya d’utiliser Djermakoye qui, en échange, pouvait s’attendre à ce qu’un député PPN de Dosso lui cède son siège. Mais Djermakoye avait été affaibli par sa défaite électorale et n’était pas très aimé des membres de son parti, par exemple Adamou Mayaki, Condat et Tiémoko Coulibaly. Ces derniers étaient, pour nombre d’entre eux, originaires de l’Est, région qui avait renforcé sa position dans le parti depuis les élections. Certains des membres du BNA – Condat et Mayaki par exemple – étaient fermement opposés à tout rapprochement avec le RDA qui, en tant que parti de « commis », montrait autant d’hostilité à l’égard de la chefferie que l’UDN. Devant la publicité donnée à ses intentions, Vidal fit marche arrière, laissant Djermakoye seul face à la fureur du MSA. Bakary ayant tenu à l’inclure dans le bureau et ayant poussé Condat à lui offrir un poste de sénateur en France en compensation de la suppression de la présidence du parti, Djermakoye finit par devenir un bouc émissaire et perdit tout droit à une position au sein du cabinet. Par contraste Vidal accepta de ramener les dissidents au bercail en échange d’un poste au gouvernement. Bien qu’impopulaire parmi les petites gens de l’UDN, sa fortune faisait de lui un partenaire stratégique, et Bakary lui offrit le poste de ministre de la Santé. Mayaki aussi recula, niant qu’il y ait jamais eu de plans de « sécession ». Au cours de tractations pour obtenir un poste, il fit montre d’« incroyables palinodies » aux dires de Bordier, battant son propre record en matière de revirements. Lorsqu’on lui refusa le ministère des Finances, il se contenta d’un strapontin au niveau du Grand conseil fédéral de Dakar22.

  • 23 Toutes les sections du parti, en dehors de celle de Dosso qui préféra Condat, le priren (...)
  • 24 « Annuaire Politique du Niger » (Paris & Dakar, n. d., ca. 1957-58) ; interview Adamou (...)

10Au cœur de ces complexes manœuvres, se trouvait Bakary, renforcé par sa désignation à la tête du gouvernement23, apparaissant désormais comme l’arbitre suprême du MSA, équilibrant les différentes tendances, faisant des concessions et refusant des faveurs. La répartition finale des portefeuilles ministériels fut cependant des plus inégale. L’UDN prit six ministères contre trois pour le BNA – et certains de ces derniers allèrent à des proches de l’UDN : Tiémoko Coulibaly, le travailleur des PTT originaire du Soudan (Élevage et Industries animales) et Amadou Aboubakar dit Kaou, instituteur originaire de Gaya au Sud-Ouest mais élu député de Tessaoua (Affaires économiques et plan). Diop Issa, qui avait été élu député UDN de Magaria devint ministre des Finances ; Maïga Abdoulaye, vieux compagnon UDN de Bakary et vétérinaire originaire du Soudan fut nommé ministre de la Fonction publique ; Issaka Koké, député UDN de Gouré et vétérinaire pontin, prit les Travaux publics ; Adamou (H) assane Mayaki dit Ghazi, député UDN de Dosso et l’un des tout premiers ingénieurs agronomes du pays, alla à l’Agriculture (photo 2.3) ; et Saloum Traoré, le syndicaliste originaire du Soudan et comptable de son état, devint ministre du Travail et des Affaires sociales. En dehors de Pierre Vidal du BNA, le seul membre français de ce gouvernement était Robert Fréminé, instituteur et doyen du collège de Niamey – une personnalité hors parti, nommée au poste de ministre de l’Éducation publique et de la Jeunesse. Tous les ministres africains, à l’exception de deux, étaient âgés de 31 à 37 ans24.

Photo 2.3 – Adamou Assane Mayaki (La Voix Libérée, no 1, mars-avril 2011, 41).

Photo 2.3 – Adamou Assane Mayaki (La Voix Libérée, no 1, mars-avril 2011, 41).
  • 25 Bordier à Monsieur le haut-commissaire de la République en AOF, 20 mai 1957 ; Synthèse (...)
  • 26 Le Français était Hermann Achaume, ingénieur de son état. Synthèse des événements polit (...)
  • 27 Synthèse des événements politiques qui ont précédé…

11Il s’agissait donc là véritablement d’un gouvernement Sawaba. N’ayant en face de lui que le PPN-RDA, il n’eut guère de peine à obtenir l’approbation de l’Assemblée. Le vote de confiance du 18 mai 1957 fut marqué uniquement par l’absence d’Adamou Mayaki – dépité d’avoir été exclus du cabinet – et deux abstentions. Ces dernières exprimaient les protestations contenues de Robert Dumoulin, un entrepreneur français élu à Tahoua par la branche progressiste du MSA, et de l’intransigeant Ousmane Dan Galadima de l’UDN, qui ratura le nom de Vidal et qualifia sa nomination au gouvernement de scandaleuse25. Ces détails révèlent les tensions sous-jacentes au niveau de la base, mais la discipline partisane fut néanmoins maintenue, notamment lors des élections au Grand conseil fédéral pour lesquelles des chefs de file indéfectibles surveillèrent les députés les moins fiables jusqu’au moment du dépôt du bulletin de vote dans l’urne. Quatre députés MSA furent affectés à cette tâche, y compris Maurice Camara et le leader de l’aile UDN, Abdoulaye Mamani26. Cette façon très organisée et stricte de voter visait à empêcher le PPN-RDA d’acquérir un deuxième siège au Grand conseil. Alors que le PPN occupait déjà un siège en vertu des règles fédérales de représentation proportionnelle, Adamou Sékou convainquit Bakary de lui barrer l’accès à un second strapontin en orchestrant de façon idoine le vote au parlement27.

  • 28 Ibid.
  • 29 J.-R. de Benoist, L’Afrique-Occidentale Française de la conférence de Brazzaville (1944 (...)
  • 30 Mamoudou Djibo a quelque peu sous-estimé cet aspect de la question (« Les enjeux politi (...)
  • 31 Au cours de la campagne électorale, le PPN fit référence à « la souillure que constitue (...)
  • 32 Synthèse des événements politiques qui ont précédé…

12L’isolement du PPN-RDA pouvait porter plus de tort à la stabilité gouvernementale que le fait d’avoir réussi à déborder le BNA. L’échec du PPN à obtenir un second siège au Grand conseil fut la cause d’une amère frustration. À l’inverse de nombre des sections RDA de l’AOF, ce parti avait échoué à entrer au gouvernement, et voilà que le MSA monopolisait également le bureau de l’Assemblée et les commissions parlementaires, sans laisser un seul siège de commission à son rival. Cette situation résultait essentiellement des déconfitures tactiques du PPN et des manœuvres complexes de Bakary, qui devait affronter des forces et des intérêts divers. Le PPN essaya d’abord de récupérer Bakary à travers une demande faite par Houphouët-Boigny de nommer Boubou Hama et Hamani Diori au gouvernement. Ceci correspondait aux souhaits du gouverneur Bordier, qui appréhendait les conséquences d’un isolement du PPN et s’efforça de convaincre Bakary de faire quelques concessions. Les avantages pratiques d’une telle action n’échappaient pas à Bakary, puisqu’elle l’aurait positionné de façon plus confortable vis-à-vis des leaders du BNA comme des militants de sa base28. Cependant, une représentation du PPN avait été rendue impossible, à l’en croire, par Mayaki et Djermakoye du BNA, ainsi que par l’intransigeante maison du PPN, Diamballa Yansambou Maïga29. Que cela ait été vrai ou pas, Bakary devait de toute façon prendre en compte les petites gens de l’UDN qui, comme le montrait l’attitude de Dan Galadima, ne pouvaient pas être simplement réduits au silence30. Les attaques de Bakary à l’encontre des chefs avaient habilement désarmé la dénonciation, par le PPN, de son alliance avec le BNA31, mais elles avaient aussi encouragé sa base à réclamer un pouvoir sans partage, sacrifiant ainsi l’entente avec le PPN32.

  • 33 Ibid. ; télégramme de Bordier à France outre-mer, no 114-115, 5 mai 1957 et 161/A (...)
  • 34 En mai et juin 1956, de violents incidents eurent lieu entre le PPN et l’UDN. Voir chap (...)
  • 35 Synthèse des événements politiques qui ont précédé…

13À son tour, le PPN se mit à agir avec excès et précipitation en essayant de séduire les dissidents du BNA. Dans cette vue, il commit la double erreur de faire recours à Djermakoye et de chercher à forcer la main au BNA en plaidant pour la libération des frères du chef Mouddour Zakara, élu du MSA à Tahoua. Un mois plus tôt, les frères de Zakara avaient été impliqués dans un incident violent avec Amadou Kountché (Kountié), député PPN de Filingué. Kountché s’était rendu à Bonkoukou, une bourgade au sud de Filingué dont Zakara était le chef, et il y avait organisé un rassemblement près du marché, en compagnie de griots et de militants PPN. De mèche avec un dignitaire local qui avait, par le passé, concurrencé Zakara pour la chefferie, et dont le fils était un député PPN, Kountché aurait insulté le chef et brandi un pistolet devant une foule menaçante. Une échauffourée éclata, et le député fut si sérieusement malmené qu’il dut garder le lit quelques jours durant. L’incident de Bonkoukou conduisit à l’emprisonnement des frères Zakara et ralluma la querelle de la chefferie de Bonkoukou, divisant la communauté en factions PPN et MSA33. Ceci n’était certes pas le premier incident violent entre partis rivaux34, mais lorsque le PPN tâcha d’en tirer ensuite profit, il s’attira l’hostilité ouverte des chefs du BNA, permettant ainsi à Bakary de les appâter en volant au secours des frères Zakara dont l’incarcération était due, au moins en partie, aux actions du PPN35.

  • 36 Bordier à Monsieur le haut-commissaire de la République en AOF, 20 mai 1957.
  • 37 Voir en ce qui concerne le dénigrement réciproque, Fluchard, Le PPN-RDA, 198-200 et « R (...)
  • 38 Bordier à Monsieur le haut-commissaire de la République en AOF, 20 mai 1957 ; Synthèse (...)

14Le gouverneur persuada le MSA d’éviter l’épreuve de force en ne portant pas l’affaire de Bonkoukou devant l’Assemblée. Par suite, Bakary effectua quelques gestes de conciliation tardifs envers le PPN afin de le convaincre de participer aux travaux de l’Assemblée. Mais pour le PPN, de telles avances ne pouvaient guère occulter la réalité fondamentale de l’exclusion36. Si donc l’entregent avec lequel Bakary avait tiré son épingle du jeu lui attira l’admiration du gouverneur, les relations avec le parti rival n’en demeurèrent pas moins aussi amères qu’au cours de l’année précédente37. Bordier était inquiet à ce sujet, soutenant que « seule une entente entre Djibo Bakary et le RDA peut… donner à la vie politique nigérienne la stabilité qui lui a toujours fait défaut. » L’équilibre des forces politiques du pays semblait précaire et au vu des contradictions internes du MSA, Bakary ne pouvait manifestement pas espérer que le centre politique tienne longtemps. Néanmoins, tout en déplorant le fait que le PPN soit relégué dans l’opposition, les Français paraissaient apprécier le fait que Bakary fût au gouvernement. L’exclusion de son parti présentait plus de risques à leurs yeux, étant donné d’une part ses liens avec des forces considérées « hostiles » à l’influence de la France – les organisations communistes internationales – et d’autre part son enracinement dans les régions haoussa, très liées au Nigeria du Nord38. Il était plus facile de surveiller un Sawaba qui se trouvait sous le nez même de l’administration.

Le Sawaba en tant que gouvernement

  • 39 « Rapport moral présenté par le secrétaire général du Mouvement socialiste africain (...)
  • 40 « Allocution prononcée le 18 mai 1957 par le Président [sic] Bakary Djibo après son (...)

15En tant que premier chef de gouvernement du Niger, Djibo Bakary se présenta comme un leader national responsable, résolu à travailler pour l’intérêt supérieur de la société nigérienne. Ses discours au congrès et à l’occasion de son investiture le 18 mai étaient bien entendu une manière de soigner son image, mais ils indiquaient néanmoins le désir sincère de mettre en place une équipe gouvernementale efficace qui œuvrerait, de concert avec les Français, à mettre en place les conditions très attendues de l’amélioration de la situation socio-économique du pays. Au congrès du parti, le leader du Sawaba avait ainsi déclaré que son cabinet s’efforcerait de mettre en place une « saine et franche collaboration » avec l’administration coloniale. Le sauveur du « petit peuple » nigérien avait certes développé un message farouchement anticolonial lors de la lutte pour le pouvoir et il ne se faisait pas faute de relater les méfaits passés de la bureaucratie française, mais au lendemain de sa victoire, il prit l’occasion du congrès de son parti pour tendre la main, avec une confiance magnanime, à ces mêmes institutions administratives qui, jadis, l’avaient combattu avec tant de détermination. À deux reprises, il en appela à la création d’une « communauté fraternelle franco-africaine », soulignant qu’une telle chose ne barrerait pas la route à l’émancipation du Niger ni ne porterait atteinte aux intérêts de son peuple39. Il réitéra cette offre lors de son investiture, proposant au gouverneur une « collaboration sans restriction » et invitant les Français à oublier les rancœurs du passé et la suspicion raciale. En désignant les deux ministres blancs qu’il avait nommé, il prophétisa que les fonctionnaires coloniaux allaient constater que le gouvernement comptait en son sein des personnes prêtes à travailler avec le personnel administratif français – dénommé à présent personnel « technique » – en vue du développement du pays. De fait, Bakary exprima à plusieurs reprises son souhait de démontrer que le premier gouvernement autonome du Niger était en mesure de relever les défis qui se présentaient à lui. Avec l’ambivalence paradoxale de l’amour-propre nationaliste – si sensible dans le contexte racialement chargé du colonialisme – il lui paraissait de la plus haute importance de démontrer que la France avait eu raison de lui faire confiance. Néanmoins, il fit comprendre aux fonctionnaires français qui continuaient à exprimer de la haine raciale qu’ils portaient tort à la France et qu’il n’était pour sa part pas prêt à tolérer le moindre affront à la dignité de son peuple40.

  • 41 Ibid. et « Rapport moral présenté par le secrétaire général du Mouvement socialiste (...)

16Résolu à « tuer la légende selon laquelle au Niger il n’y a que des incapables et des médiocres », Bakary en appela au sacrifice de soi. La Loi-Cadre était une étape historique décisive, mais aussi une énorme responsabilité. Tout en promettant que ses ministres travailleraient dans un esprit de sacrifice et d’austérité, le chef du Sawaba déclara que les gens seraient jugés à l’aune de ce qu’ils auraient fait pour le parti et l’intérêt général. L’époque où on jugeait les gens d’après leurs origines, leur région ou leur religion était révolue, et Bakary tendit une « main fraternelle » aux Africains – « amis et adversaires ». Le parti rechercherait l’alliance de tous les groupes sociaux et le Premier ministre du Sawaba alla jusqu’à citer les nombreux groupes ethniques du Niger chacun par son nom tout en promettant aux gens issus des « autres Territoires » (les AOFiens) que la confiance qu’ils plaçaient dans le pays ne serait pas trahie41.

  • 42 Ibid.

17Cela étant, il souligna néanmoins le fait que la victoire du Sawaba faisait partie d’un projet social d’envergure. Il ne saurait être question d’une « politique des petits copains » où l’on se partagerait avantages et petits privilèges. Le mot d’ordre du parti était la discipline librement acceptée, ce qui requerrait des politiciens luttant pour l’émancipation des talakawa, et excluait les opportunistes qui voudraient se servir du parti comme d’un tremplin pour satisfaire leurs ambitions personnelles. Les politiciens comme les fonctionnaires coloniaux furent dûment avertis que l’époque des faveurs et des pressions administratives était terminée. Les leaders du parti et les militants devaient comprendre que les masses les suivaient non pas en raison de leurs « beaux yeux » ou de leurs « discours éloquents », mais bien parce qu’ils allaient les aider à combattre l’injustice et la répression et à rendre impossible tout abus futur42.

  • 43 Fuglestad, « Djibo Bakary », 320.
  • 44 Voir, pour ces aperçus fascinants sur les premiers débats parlementaires nigériens (...)

18Ces affirmations ne doivent pas être considérées comme de la pure rhétorique mais plutôt comme une marque d’optimisme et de volontarisme de la part du leadership du Sawaba. De fait, nombre de Français des milieux officiels furent frappés par le sérieux et l’application avec lesquels les ministres de Bakary se mirent au travail43. Il en était de même des députés du parti. Par exemple, Ousmane Dan Galadima était un intervenant très actif au niveau de la commission permanente de l’Assemblée, débattant de façon régulière sur des questions aussi diverses que les affaires agricoles et pastorales ou les problèmes sociaux et économiques d’ordre plus général. Abdoulaye Mamani défendait lui aussi sans réserve la cause des petites gens. Il réprimanda une fois un parlementaire PPN pour la manière dont il avait parlé des analphabètes, ripostant que les « commis » qui avaient été mis en charge des coopératives rurales avaient pris l’argent pour eux-mêmes et que les seuls individus à bénéficier jusqu’alors de facilités de crédit étaient des fonctionnaires. Il souligna que les paysans pouvaient fort bien défendre leurs intérêts en haoussa ou toute autre langue locale, et développer leurs arguments aussi bien que « n’importe quel professeur agrégé de France44 ».

  • 45 La peine de Traoré fut prononcée en 1951. Il se peut que la cause en ait été grave, (...)
  • 46 Voir Djibo, Les transformations, 62.

19Le zèle politique n’était bien entendu pas suffisant. Il ne pouvait compenser ce que les fonctionnaires français considéraient comme un manque de compétence chez quelques-uns des ministres de Bakary. Certains de ces jugements ont pu être politiquement orientés. Cependant, le ministre des Affaires sociales Saloum Traoré ne pouvait guère se prévaloir, de l’avis des Français, d’une haute stature morale, ayant été condamné pour vol. Bien que les circonstances de cet épisode aient été quelque peu obscures, il convient de noter qu’il n’était pas rare que les militants de l’UDN aient des casiers judiciaires chargés, non seulement du fait des petites magouilles propres à l’existence des petites gens du Sawaba – individus pleins d’ambition sociale s’il en est – mais aussi à cause de leur implication prolongée dans l’agitation politique45. Les Français pensaient aussi que Aboubakar dit Kaou, député issu de l’ancien BNA et instituteur de son état, n’était pas vraiment à la hauteur des tâches d’un ministre de l’Économie et du Plan. En ce qui concerne les autres membres du gouvernement, ils déplorèrent le fait que les profils professionnels de ces personnalités ne correspondaient pas toujours au mandat des ministères auxquels elles avaient été affectées. Ils relevèrent comme faisant exception à cette règle Diop Issa, militant UDN et ministre des Finances, Tiémoko Coulibaly du BNA, ministre de l’Élevage, et le Français Fréminé, ministre de l’Éducation, tous trois considérés comme fort capables46.

  • 47 Texte dans l’autobiographie Silence !, 192-194.

20Arrivé au gouvernement, le Sawaba n’était à court ni de plans, ni d’aspirations. Dans une interview publiée en juin 195747, Bakary présenta une longue liste de priorités et d’intentions : amélioration de la sécurité alimentaire ; meilleure organisation de l’exportation de l’arachide en vue de meilleurs bénéfices pour les producteurs africains ; développement de programmes d’assurance rurale ; formation de vétérinaires, fonçage de puits et traitement domestique des cuirs et peaux ; rénovation des routes ; construction d’écoles et de dispensaires dans les villages et expansion de l’enseignement supérieur à Niamey et Zinder ; réorganisation de la fonction publique ; et facilitation de la migration saisonnière vers d’autres pays de la sous-région, une activité essentielle des communautés rurales, en particulier à l’Ouest.

  • 48 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 ; CAOM, Cart. 2233/D.2 et Fuglestad, Histor (...)

21L’amélioration du transport de l’arachide était de la plus haute importance. Il s’agissait là de la principale source du revenu national, mais les débouchés portuaires étaient situés à des distances considérables. Confrontés à un goulot d’étranglement logistique au Nigeria, où les grèves se succédaient sans répit, les Français avaient récemment mis au point une « Opération Hirondelle » annuelle grâce à laquelle le surplus de production qui n’était pas passé au Nigeria était dirigé par camion vers le nord du Dahomey d’où il était convoyé par train jusqu’au port de Cotonou. Cette initiative permettait à l’administration d’épargner ses devises étrangères et pouvait aussi relâcher les liens entre l’Est du Niger et le Nigeria britannique, tout en générant du profit pour les transporteurs qui, en majorité, étaient français. L’économie du pays a, d’une manière générale, bénéficié de cette opération, puisque le quart ou le tiers de la production atteignait Cotonou pour y être acquis à prix subventionnés. Cependant, l’opération était pour l’essentiel financée par les paysans producteurs qui, se voyant déjà forcés d’augmenter leur production afin de pouvoir honorer une charge fiscale croissante, devaient à présent s’acquitter d’une certaine somme pour soutenir un fonds de stabilisation et de transport destiné à garantir l’uniformité des prix. Ce prélèvement était bien entendu impopulaire. Par ailleurs, du point de vue des régions Est qui assuraient 80 % de la production, le Nord Nigeria restait le débouché naturel48.

  • 49 « Aperçu sur la Situation Politique du Tterritoire du Niger Durant la période du 15 (...)

22Le gouvernement Sawaba s’efforça par conséquent de fixer un prix d’achat plus élevé pour les producteurs, qui figuraient parmi ses plus importants sympathisants, occasionnant des tensions avec les maisons de commerce et les transporteurs de métropole. Lors de la traite de novembre-décembre 1957, Bakary fit des efforts particuliers pour satisfaire la population, soulignant, dans son exposé budgétaire, que tout serait mis en œuvre pour que la campagne fût bonne. Tout au long de cette période, le parti lui-même fit son possible pour garder le contact avec les zones rurales et défendre les intérêts de ses sympathisants des campagnes. Lorsque les ventes commencèrent à ralentir, Bakary, flanqué de Abdoulaye Mamani et de son secrétaire Gandah Djibo, ancien directeur d’école à Birnin Konni, fit une grande tournée dans l’Est. Les trois hommes rencontrèrent les acquéreurs et rendirent compte de leurs échanges aux paysans, lors de rassemblements publics. À Maradi, Bakary accusa avec véhémence les agents des maisons de commerce d’avoir bloqué le négoce. Ousmane Dan Galadima et Malick N’Diaye organisèrent des réunions d’information à Zinder et Magaria et assurèrent hardiment que ni le prix d’achat, ni la commission payée aux acheteurs ne changeraient. Ils se firent aussi forts d’écouler au Nigeria toute production non vendue. Dans la vieille tradition de l’activisme UDN, ils laissèrent entendre que la situation était due à une connivence entre Houphouët-Boigny et les firmes capitalistes. De même, Dandouna Aboubakar, le syndicaliste menuisier de Maradi qui avait été affecté dans un département du ministère des Travaux publics, organisa des réunions au cours desquelles il accusa les trusts de la métropole d’avoir provoqué l’effondrement de la traite. Les choses en arrivèrent au point mort en dépit des efforts du ministre de l’Économie, Aboubakar dit Kaou, pour relancer la campagne vers la fin de l’année. À toutes ces difficultés s’ajoutèrent de nouvelles complications : augmentation du prix des denrées alimentaires, ralentissement du recouvrement des impôts, en partie à cause des incitations du PPN à en différer le payement49.

  • 50 « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger…  15 nov. 1957 au 31 déc (...)
  • 51 Djibo, « Les enjeux politiques », 52.
  • 52 Djibo, Les transformations, 67 et ibid., « Les enjeux politiques », 51-52.
  • 53 « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger… 15 nov. 1957 au 31 déc. (...)

23Les Français avancèrent que tout ceci indiquait que les campagnes commençaient à ressentir de l’insatisfaction vis-à-vis d’un gouvernement qui s’efforçait d’améliorer le sort des salariés – gens qui comptaient pour beaucoup dans la base du Sawaba – sans s’apercevoir du fossé croissant entre travailleurs salariés et population rurale50. De fait, il est probable – comme l’a soutenu Mamoudou Djibo – qu’au terme de l’année 1957, la population rurale était déçue de ne pas voir de progrès réellement significatif. Le gouvernement n’avait pas eu le temps de mettre en œuvre une action susceptible d’avoir un impact véritable sur un pays très pauvre, et le désir de délivrance suscité par le Sawaba n’avait toujours pas reçu la satisfaction promise51. Cela dit, il n’est pas aisé de prendre la mesure de ce mécontentement présumé. Djibo lui-même ne mentionne aucune source pouvant étayer son assertion, notant simplement qu’il n’existe pas de données chiffrées quant à l’opinion populaire sur les résultats du gouvernement52. Les Français avaient des vues contradictoires sur la position des ruraux. Ils affirmaient d’une part que les paysans et les nomades devenaient de plus en plus sensibles aux slogans des partis politiques, si bien que ces populations pouvaient s’enthousiasmer pour des principes politiques. Mais d’un autre côté, ils soutenaient, non sans plausibilité, que les paysans accordaient plus d’importance à la résolution de problèmes concrets et qu’ils étaient plus enclins à suivre des personnalités spécifiques que des programmes politiques grandioses. Par conséquent, de ce point de vue quelque peu péjoratif, la population rurale constituait une clientèle versatile prête à écouter quiconque lui promettait monts et merveilles53.

  • 54 Y compris avec des anciens sympathisants du Sawaba dans les localités de la vallée (...)
  • 55 Interviews de Mamoudou Béchir, Dargol, 31 oct. 2005 ; Djaouga Idrissa, près de Darg (...)

24Certaines de ces affirmations sont effectivement confirmées par des entretiens avec des paysans et des villageois plus de 40 ans après les faits54 bien qu’elles semblent aussi plus révélatrices des préjugés coloniaux que de la réalité historique. Les paysans ne soutenaient le Sawaba – au moins en partie – qu’au vu d’initiatives concrètes tendant à améliorer les conditions de vie dans les zones rurales. Ainsi, le parti reçut un soutien assez significatif de la part des habitants des petites villes et villages de la vallée du Niger, à l’ouest de Niamey. Cette région avait bénéficié d’actions du gouvernement tels que la construction de dispensaires, la mise à disposition de petites infrastructures ou le règlement de disputes avec les éleveurs nomades peuls (afin d’éviter toute imputation de favoritisme, Soudouré, le village de Bakary, ne reçut qu’un nouveau puits). Ailleurs, les populations firent allégeance au parti parce que des parents ou des natifs de leur village avaient décroché un emploi ou étaient impliqués dans les activités du parti. Les villageois choisissaient donc de s’aligner derrière ceux qui semblaient indiquer la voie d’un avenir meilleur. À Bosso, dans l’extrême Est, la majorité des villageois soutinrent le parti par reconnaissance du fait qu’il avait réhabilité la chefferie du cru. Une fois accordée, cette loyauté paraissait à l’abri des revers de fortune. Le gouvernement n’avait pas immédiatement manqué à ses promesses et quelque leader dévoué qui avait réussi à apporter un peu de progrès ou à propulser un fils du pays à la conquête de nouveaux horizons avait pu préparer les populations à la fidélité. La stabilité de cette allégeance pouvait aussi s’expliquer par l’idéalisme même qui caractérisait le Sawaba en tant que mouvement social, idéalisme qui ne s’était certainement pas évaporé en 1957-1958, en dépit du poids des responsabilités gouvernementales55.

  • 56 « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger… 15 nov. 1957 au 31 déc. (...)
  • 57 « Contribution de la délégation de l’UDFP-Sawaba au succès de la conférence nationale (...)
  • 58 Djibo, « Les enjeux politiques », 52. Un résultat de ces financements a été de creu (...)

25Dans tous les cas, certaines parties du programme du gouvernement purent avancer, qu’elles aient ou non fait partie d’une planification antérieure, comme par exemple l’installation d’un nouveau bloc opératoire au niveau de l’hôpital de Zinder56. Il n’en restait pas moins que le champ de manœuvre du gouvernement était très limité du fait de contraintes budgétaires et institutionnelles. Par ailleurs, en s’efforçant d’améliorer le sort des paysans producteurs, Bakary ne tarda pas à se heurter aux principes fondamentaux de l’économie politique. Les activistes du Sawaba soutiendront ainsi, longtemps après les faits, que leurs projets de développement avaient été « systématiquement sabotés57 ». Les crédits de métropole arrivaient en effet au compte-gouttes, et au cours de la décennie précédente, ils n’avaient pas dépassé un niveau qui était cinq fois inférieur à l’investissement par habitant réalisé au Sénégal. Cela tenait certes en partie à la pauvreté du Niger et à ses capacités limitées d’absorption de financements, mais le fait n’en avait pas moins été ouvertement déploré par le nouveau gouverneur colonial Louis Rollet en avril 1958, soit pratiquement un an après l’arrivée au pouvoir du Sawaba58.

  • 59 « Survol sur le Sawaba de mars 1957 à sept. 1958 » et Fuglestad, History of Niger, (...)

26Cette déclaration bienveillante dissimulait la nature quelque peu problématique de l’autonomie dont jouissait le gouvernement Bakary sous la Loi-Cadre, en particulier à l’époque du prédécesseur de Rollet, Bordier, qui avait quitté le Niger en février 1958. En faisant du leader de la majorité parlementaire un Premier ministre de fait alors que le Conseil de gouvernement était présidé par le gouverneur, la Loi-Cadre avait suscité une forme d’administration bicéphale. Mais la répartition officielle des pouvoirs était ainsi faite que Bakary, en tant que Premier ministre, n’avait pas vraiment la latitude de mettre en place une forme complète de gouvernement. Les affaires étrangères, la défense, les questions monétaires et bien d’autres sujets étaient classés « services d’État » et relevaient de l’autorité décisionnelle française. Le gouverneur exerçait aussi un droit de contrôle général sur la gestion administrative et pouvait en référer à Paris pour annulation de toute décision parlementaire ou gouvernementale qui lui paraîtrait contraire à la loi, à la sécurité, à la défense nationale ou à l’ordre public59.

  • 60 « Survol sur le Sawaba de mars 1957 à sept. 1958. »
  • 61 Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 364.
  • 62 Sawaba-MSA, no 11, 16 août 1957, cité in Fluchard, Le PPN-RDA, 203- (...)

27Le Sawaba devait donc gouverner sur la base d’une architecture administrative instable qui reposait largement sur les relations existant entre le gouverneur et le Premier ministre60. Le leader du Sawaba en souffrit du temps de Bordier. Ce dernier avait non seulement essayé de le priver de son poste de maire – ou du moins il en donna l’impression – mais il participa aussi activement aux délibérations du cabinet, maintenant ses prérogatives à la lettre et se comportant plus comme un guide que comme un conseiller61. Déjà en août 1957, le parti de Bakary avait exprimé le souhait que le gouverneur donne au gouvernement la liberté de faire ses preuves en se restreignant au rôle d’arbitre et en évitant d’édifier « un État dans l’État ». Le gouverneur agaçait Bakary, qui se plaignit par la suite d’avoir été maintenu sous une « surveillance vigilante », tandis que chaque proposition de réforme rencontrait l’opposition de Bordier62. Cette attitude pouvait non seulement blesser sa sensibilité nationaliste, mais aussi entraver les efforts déployés par le gouvernement pour mettre en œuvre le programme de délivrance qui l’avait porté au pouvoir.

  • 63 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 ; Djibo, Les transformations, 69-70 ; ibid.(...)

28Il ne fait pas de doute qu’en s’efforçant de contrôler la situation, le gouverneur se mettait au travers du chemin de Bakary. Ainsi, chaque nomination à une position administrative, chaque décision politique ou administrative de quelque importance, nécessitait l’approbation préalable de Bordier. Ceci constituait un problème sérieux pour le gouvernement Sawaba, puisque l’administration territoriale restait presque entièrement entre les mains de fonctionnaires français. Ces derniers étaient, pour la plupart d’entre eux, encore fort hostiles à toute dévolution supplémentaire de pouvoir. Par ailleurs, les commandants de cercle, chefs de subdivision et chefs de poste français se comportaient non pas comme des délégués provinciaux du cabinet de Bakary, mais comme des représentants du gouverneur, dotés du pouvoir d’imposer leurs décisions à la population à travers la subordination des chefs. À cet égard, Mamoudou Djibo avance que le gouvernement Sawaba ne se montra pas suffisamment déterminé à réaliser l’africanisation de l’administration. Et pourtant, lors d’une conférence des gouvernements territoriaux tenue à Dakar en juin 1957, Bakary demanda que son cabinet fût au moins consulté au sujet de la nomination des administrateurs. De plus, le Niger étant le territoire le plus pauvre de l’AOF, ne possédait pas assez de personnel qualifié pour permettre à Bakary de trouver des candidats capables de se substituer aux fonctionnaires français. Il lui fallut donc une année entière pour parvenir à nommer huit Nigériens au sein de l’administration territoriale, avec le concours du nouveau gouverneur, Rollet. Le Niger avait au total 16 cercles, ou provinces, mais aucun de ces nouveaux venus n’avait atteint le rang de commandant63.

29Du coup, le cabinet de Bakary, loin d’être le gouvernement authentiquement africain dont il avait rêvé, était un groupe d’apprentis semi-autonomes qui devaient partir de zéro, établir une présence physique, organiser les services sociaux et surmonter l’obstacle de budgets étriqués et de fonctionnaires peu coopératifs. Le Sawaba ne put donc pas faire passer son message de façon optimale, ni accomplir la tâche qu’il s’était fixé, celle de préparer la population à l’émancipation et à la justice sociale. Par voie de conséquence, l’opposition se trouva en mesure de rassembler assez de munitions pour lui rendre la vie dure.

Tam-tam : battre campagne vers la fin des années 1950

  • 64 Djibo, Les transformations, 62-64 et Fluchard, Le PPN-RDA, 202-203.

30La nomination d’étrangers au sein du cabinet de Bakary fut l’une des premières questions que l’opposition essaya d’exploiter. Il s’agissait là d’une cible facile, puisque le cabinet de dix membres comptait deux Français et quatre AOFiens. AOFiens et Français avaient longtemps occupé les postes supérieurs au sein de l’économie et de l’administration, suscitant un mécontentement qui alimentait le particularisme territorial nigérien. Les nominations ministérielles renforçaient donc ce malaise, y compris au sein du MSA dont les membres étaient déterminés à progresser sur l’échelle sociale du pays. Cette question permit au PPN d’accuser Bakary d’avoir livré le pays aux étrangers, tout en oubliant opportunément qu’il avait, lui aussi, de nombreux AOFiens au sein de ses propres organes. Le fait est que Bakary n’avait guère le choix au vu du manque criant de personnel qualifié. De plus, un grand nombre d’AOFiens avaient été victimes de la répression déclenchée par l’agitation de l’UDN contre l’administration coloniale, si bien qu’ils avaient noué des liens de solidarité entre militants64.

31Bakary ne voulait donc pas s’incliner devant le prurit xénophobe qui allait dans tous les cas à l’encontre de ses convictions interterritoriales. Son éducation à Ponty, ses idéaux inspirés du marxisme et le besoin qu’il avait d’un réseau international, nourrissaient ces convictions. Sa lutte avait toujours dépassé le cadre du seul Niger, d’autant plus que l’enclavement et la pauvreté du pays donnaient, du point de vue de Bakary, un caractère de nécessité au maintien des structures fédérales. Ces considérations économiques et ces visées internationales, combinées à son ambition politique elle-même, rendaient le Niger tout simplement trop exigu pour lui. Bordier, qui connaissait Bakary pour l’avoir observé de près, remarqua en novembre 1957 que

  • 65 Bordier à France outre-mer et Dakar, 10 nov. 1957 ; CAOM, Cart. 2198/D.2.

« M. Djibo Bakary ne veut certainement pas borner son ambition à être une personnalité nigérienne, même de premier plan, mais devient un des responsables politiques et un des arbitres de la Nouvelle Afrique65. »

  • 66 À cet égard, voir par exemple son autobiographie, Silence !, passim.

32Bakary était donc de trop grande envergure pour le Niger et il était en quête d’une audience plus large. En ce sens, il était comparable à son homologue ghanéen Kwame Nkrumah66. D’autre part, le MSA lui-même pouvait aussi bénéficier d’un renforcement des liens interterritoriaux. Au cours de l’automne 1957, Bakary encouragea donc son parti à explorer les possibilités de coopération avec des formations actives dans d’autres territoires, à commencer par le voisinage du Niger où le Sawaba pouvait compter sur les liens transfrontaliers (ethniques, économiques), ce qui avait déjà amené les éléments de la base à cultiver de tels contacts. Il s’agissait du nord du Dahomey et de l’est du Soudan, groupés autour des centres régionaux de Parakou et Gao respectivement.

  • 67 Despatch no 5 (H.A. Twist, Office of the Deputy High Commissioner for the United (...)

33Toute expansion au niveau du Nigeria du Nord était, à ce moment précis, compliquée par le fait que la NEPU, l’homologue socio-politique du Sawaba dans cette région, recherchait l’alliance du PPN-RDA. Cela peut paraître étrange, au vu du background et du programme de la NEPU, parti qui luttait pour la libération d’un assortiment de couches sociales subalternes et la fin de la domination de l’aristocratie peule. Mais la NEPU ne voulait pas renoncer au soutien des milliers de Nigériens qui vivaient à Kano, en particulier dans le secteur de Fagge (Fegge), et qui, à l’époque, étaient pour la plupart d’entre eux pro-RDA. Étant donné que les populations étaient haoussa de part et d’autre de la frontière, les gens – et surtout les commerçants – se considéraient souvent comme résidants de villes situées dans les deux pays (par exemple de Kano et de Zinder, ou de Katsina et Maradi), si bien qu’ils s’affiliaient en même temps à la NEPU et au RDA et allaient jusqu’à prendre part indifféremment aux élections qui se tenaient dans l’un ou l’autre pays. De plus, lorsque le leader de la NEPU, Mallam Aminu Kano, échoua à gagner un siège au sein de l’assemblée régionale du Nigeria du Nord en 1956, il lui parut logique de nouer alliance avec l’opposition nigérienne. Au début de 1958, la NEPU commença à travailler à l’établissement de liens avec les sections du PPN à l’est du Niger, se servant de l’attraction économique que le Nigeria exerçait sur les Nigériens des régions Est, attraction renforcée par la promesse d’un Nigeria indépendant à l’horizon 1960 et par des idées de fédération transfrontalières. À l’inverse, puisque le Northern Peoples Congress (NPC), parti représentatif de l’aristocratie conservatrice du Nigeria du Nord, était au pouvoir dans cette région, il semblait naturel que le Sawaba, qui formait le gouvernement du Niger, noue des liens avec lui. En décembre 1957, par exemple, la section Sawaba de Zinder invita des députés du NPC à venir discuter de questions économiques, et les Nigériens soulignèrent, de façon atypique, l’identité commune des deux partis. Mais le Premier ministre du Nord Nigeria ne montra guère d’intérêt devant ces avances67.

  • 68 Bordier à France outre-mer et Dakar, 2 et 10 nov. 1957 ; CAOM, Cart. 2198/D.2 ; Le (...)
  • 69 Bordier à France outre-mer et Dakar, 10 nov. 1957.

34L’expansion vers le Dahomey et le Soudan fut plus aisée. La prise de contact de Bakary avec un groupe politique de Parakou, le Rassemblement démocratique Dahoméen (RDD), avait été facilitée par une section locale de l’UDN à Cotonou (sans doute constituée par des migrants nigériens), qui aidèrent des membres du RDD à approcher le leader du Sawaba lors d’une visite de ce dernier dans la capitale dahoméenne. L’initiative venait du RDD, organisation constituée de députés nord dahoméens mécontents de la domination du pays par les gens du Sud, et qui avaient établi le RDD par opposition à cet état de choses. Cependant, Bakary agit avec prudence, car il souhaitait des unions – régionales ou fédérales – plus larges, nullement des sécessions de portions de territoire, ce à quoi le RDD avait au moins fait allusion en jouant à la fois sur les liens ethniques du Nord Dahomey avec l’ouest du Niger (à travers le sous-groupe songhay des Dendi) et des similarités géographiques et économiques entre les deux régions. Ainsi, lorsque le RDD organisa une conférence à Parakou en fin octobre-début novembre 1957, Bakary y assista avec une délégation de 11 membres de son parti, ministres et députés. Selon les Français, cette délégation ne comprit aucun partisan de la ligne dure – bien que Adamou Sékou en ait fait partie – et évita toute déclaration susceptible de générer de l’hostilité, y compris de la part des chefs du Nord Dahomey. Répondant à une réception des plus chaleureuse, la délégation fit une offre dans un langage général, proposant d’aider à résoudre les problèmes du Nord Dahomey, ce qui suffit à irriter les politiciens du sud du pays. L’appel des nordistes pour l’autonomie et une association éventuelle avec le Niger reçut une réponse évasive portant sur les relations du Niger avec cette région peu favorisée du Dahomey68. Bakary évita donc de dévoiler ses intentions, se rendant sans doute compte que toute allusion à une quelconque sécession contrarierait les Français69 et le voyage à Parakou servit du moins à élargir la sphère d’influence du parti.

  • 70 Compagnie transafricaine S.A. Sur les Bellas (« Bugaje », sing. « Buzu », en haouss (...)

35Une délégation du parti qui s’était rendue à Gao réussit de la même façon à renforcer les contacts du Sawaba, mais avec plus de difficultés. Ici également le Sawaba pouvait se servir des liens ethniques, car des populations songhay vivaient de part et d’autre de la frontière, le long du fleuve Niger, et des gens des environs de Gao, par exemple des membres de l’ethnie Kourtey, avaient par le passé migré au Niger, s’installant notamment autour de Niamey. Parmi les originaires du secteur de Gao, on trouvait aussi les Bella, terme Songhay/Zarma qui désignait à l’origine les esclaves noirs des Touareg, mais qui avait fini par devenir une appellation générique appliquée aux gens d’ascendance servile ou aux gens de statut social inférieur (du moins parmi les populations haoussaphones). Nombre de ces Bella étaient des ouvriers non qualifiés employés à des tâches subalternes, notamment au sein de l’industrie du bâtiment. Par ailleurs, la région de Gao restait en contact avec Niamey grâce aux conducteurs de bus et aux camionneurs de la Transafricaine qui pratiquaient la voie ardue reliant les deux villes. Bella et routiers faisaient partie du noyau dur des soutiens du Sawaba70.

  • 71 Bordier à France outre-mer et Dakar, 2 et 10 nov. 1957. Un rapport confidentiel de (...)

36La délégation qui prit la route de Gao le 1er novembre était donc fort large et comprenait 12 membres du parti menés par Hima Dembélé (un partisan de la ligne dure selon les Français) et une trentaine de Soudanais vivant à Niamey. Ils répondaient à une invitation du Parti progressiste soudanais (PSP), qui faisait partie du MSA mais végétait dans l’opposition, puisque l’Union soudanaise (US) de Modibo Keita, membre du RDA, était à la tête du gouvernement autonome du Soudan. Alors que le Sawaba visait à étendre son champ d’opération au niveau de cet hinterland naturel, en vue de promouvoir son influence fédérale, le PSP espérait tirer quelque profit de ses relations avec son dynamique homologue. Pour cette même raison, les représentants locaux du RDA essayèrent d’empêcher la visite des sawabistes. Lorsque la voiture transportant Dembélé et Hama Garba, secrétaire de l’Assemblée territoriale du Niger, entra dans Gao, les enfants la bombardèrent de cailloux, brisant la vitre de ses portières sans cependant – à ce qu’il semble – blesser ses occupants. Par la suite, le tam-tam nocturne organisé en l’honneur du Sawaba fut perturbé par les sympathisants du RDA. Des incidents sérieux éclatèrent encore après le départ de la délégation. Bien que la rencontre ait établi la présence du Sawaba, la délégation de Dembélé avait été forcée de retourner au Niger avec un convoi mal en point, des pertes financières et une atteinte puérile portée à son prestige71.

  • 72 Ceci pouvait compenser le manque de soutien au niveau de certains de leurs régions (...)
  • 73 Pour ce terme, voir par exemple « Recueil des principaux renseignements reçus pour (...)
  • 74 Fluchard, Le PPN-RDA, 205-206.

37Cet événement révéla que les cérémonies de tam-tam pouvaient avoir une forte charge politique et que le RDA ne s’était nullement radouci depuis l’arrivée du Sawaba au pouvoir. On put aussi se rendre compte, d’une manière plus générale, qu’en matière de campagne électorale, les partis politiques nigériens ne s’embarrassaient guère de frontières territoriales72. Par ailleurs, l’action des enfants de Gao montra que les partis considéraient leurs fiefs comme des bastions fermés à l’incursion d’adversaires politiques. Toute tentative de propagande concurrentielle était considérée comme une forme d’empiétement, et une telle attitude, dans le contexte des luttes de la décolonisation du Niger, était potentiellement explosive. Ainsi, lorsque le PPN voulut célébrer la nomination de Hamani Diori à la vice-présidence de l’Assemblée nationale française avec des festivités de bienvenue dans les rues de Niamey (août 1957), les Français y mirent le holà, interdisant ce qu’ils appelaient des « laï-laï » (manifestations publiques73) de crainte de troubles graves. Mais le PPN acquit la conviction que cette humiliante interdiction était le fait du gouvernement Sawaba74 dont le Premier ministre était après tout également le maire de la capitale.

  • 75 Entretien avec Moumouni Daouda, Tillabéri, 3 nov. 2005.
  • 76 « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger… 15 nov. 1957 au 31 déc. (...)

38Vers la fin de 1957, la concurrence entre le Sawaba et le PPN-RDA était plus intense que jamais, et le climat politique dans certaines régions, tel que Tillabéri, se détériorait sérieusement. Aux sorties rurales des ministres Sawaba lors de l’Opération Hirondelle, le PPN répondit par des meetings de contre-propagande au cours desquels des dignitaires du parti comme Boubou Hama et Diamballa Maïga organisèrent des sessions d’« information » accompagnées de laï-laï. En décembre, des confrontations éclatèrent entre les partis75 dans les régions de Tessaoua, Dogondoutchi, Téra et Tillabéri et des griots s’affrontèrent à travers des cérémonies rivales de tam-tam. Les sections Jeunes se multiplièrent dans diverses circonscriptions. Celles du PPN, y compris celles établies dans des villes du Centre et de l’Est comme Maradi et Zinder, reçurent l’ordre de s’opposer à l’apparition de sections Jeunes du MSA (« JMSA » ou Jeunesse mouvement socialiste africain). À la suite de la fusion de l’UDN et du BNA, le Sawaba était particulièrement intéressé par l’établissement d’une nouvelle section de jeunes au niveau de la capitale. L’Ouest était acquis au PPN, mais comprenait plusieurs bastions d’importance du Sawaba dans les localités de la vallée du fleuve Niger, y compris Niamey. C’est donc là que les affrontements eurent lieu. Lors d’une tournée dans la région de Téra, un militant PPN lança une insulte à l’adresse de Bakary, qui, devenant de plus en plus autoritaire, s’empressa de porter plainte, geste qui risquait d’envenimer les choses76. Depuis le début des années 1950, le PPN était presque complètement absent de l’Est, qui était entre les mains du Sawaba – de ses branches UDN comme BNA.

  • 77 Djibo, « Les enjeux politiques », 53. Voir par exemple un pamphlet électoral du RDA (...)
  • 78 « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger… 15 nov. 1957 au 31 déc. (...)

39L’opposition du PPN était véritablement destructive, cherchant à créer autant de problèmes que possible77. À la fin novembre, le comité PPN de Zinder, mené par Issa Ibrahim – un intransigeant – se rendit à Magaria, au sud de Zinder, pour y prédire ouvertement la désintégration prochaine du MSA. Le propos n’était pas excessif car le gouvernement était à présent confronté à des fissures au niveau des assises mêmes de son pouvoir. L’impression que l’administration du pays était sous la coupe des ministres suscitait une frustration générale78. Cette situation résultait cependant non seulement d’un réseau naissant de clientélisme, mais aussi des mouvements de grève inspirés par le PPN.

  • 79 Fluchard, Le PPN-RDA, 221-222, en doute.
  • 80 Ibid., 220-224. En février 1958 ceci se produisit de nouveau, avec une grève-surpri (...)

40Depuis janvier 1957, les syndicats de l’Afrique française s’étaient rassemblés dans une association interterritoriale dénommée Union générale des travailleurs d’Afrique noire (UGTAN), au sein de laquelle la rivalité entre le Sawaba et le PPN se poursuivit sans répit. Le ministre des Affaires sociales, Saloum Traoré, eut du mal à maintenir ensemble l’USCN d’obédience UDN et les syndicalistes alliés au PPN-RDA. Lorsque Daouda Ardaly et Dandouna Aboubakar, militants UDN et syndicalistes d’orientation Cgtiste, s’absentèrent pour une tournée dans les pays de l’Est, leurs collègues syndicalistes proches du PPN essayèrent de prendre le contrôle du bureau nigérien de l’UGTAN afin d’obtenir l’approbation d’une grève d’instituteurs. Les enseignants nigériens, qui étaient majoritairement fidèles au PPN-RDA, avaient exigé une amélioration de leurs avantages sociaux ainsi que la fin des affectations arbitraires, menaçant d’entrer en grève en novembre si leurs revendications n’étaient pas satisfaites. Le Français Fréminé, ministre de l’Éducation, décida néanmoins de muter certains enseignants pour la nouvelle année académique, y compris quelques grosses pointures du PPN comme Léopold Kaziendé. Que ces décisions aient eu des raisons politiques ou non79, elles aboutirent dans tous les cas à éloigner des membres du PPN de l’explosive région Ouest, y compris de Niamey. La grève eut lieu et s’étendit à d’autres services publics comme les PTT, l’administration et les douanes. Alors que Bakary accusait les grévistes d’avoir des motivations politiques et n’hésitait pas à inciter les gens à dénoncer ceux qui arrêtaient le travail, le PPN était parvenu à tester ses forces en retournant contre Bakary ses propres tactiques syndicales80.

  • 81 « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger… 15 nov. 1957 au 31 déc. (...)

41Cependant, le ministre Traoré, avec l’aide de Abdoulaye Mamani et de Djibo Sékou, un maçon et ami personnel de Bakary qui jouait un rôle important dans l’industrie du bâtiment, réussirent à circonscrire la grève au niveau du secteur public. Les travailleurs du secteur privé se faisaient généralement moins entendre, étant pour nombre d’entre eux moins bien payés et fidèles au Sawaba. Farka Maiga, secrétaire du syndicat des entreprises et du bâtiment, aida Traoré à recouvrer de l’influence au niveau du bureau nigérien de l’UGTAN, par suite de quoi le gouvernement campa sur ses positions et des suggestions visant à licencier ou jeter en prison les fonctionnaires gênants furent émises. Mais en fin décembre, de nouvelles grèves éclatèrent, des fonctionnaires proches du PPN manifestèrent dans la galerie publique de l’Assemblée territoriale et des députés PPN quittèrent les lieux par solidarité81.

  • 82 Ibid. ; télégrammes de Bordier (qui n’avait pas soutenu la révolte ; KVW) à France (...)

42À ce stade, le gouvernement avait survécu à une fronde sérieuse des députés BNA menés par Adamou Mayaki et le sénateur Yacouba Siddo, qui avaient essayé de mettre en place un groupe parlementaire indépendant. La tentative de scission échoua du fait du refus de Georges Condat de soutenir les rebelles, et du fait également d’une intervention du ministre de la Santé, Pierre Vidal, qui fut assisté dans son action par Issoufou Djermakoye et par le parent de ce dernier, le respecté Zarmakoy de Dosso. Mayaki fut éjecté du MSA et les députés furent remis dans les rangs. Avant d’être réintégrés au sein du parti, Mouddour Zakara, le chef touareg de la région de Filingué, reçut un avertissement écrit tandis que Siddo était contraint de donner des marques publiques de loyauté. L’instigateur de la mutinerie se trouvait être Oumar Bâ, secrétaire de l’Association des chefs. Du reste, tous les députés frondeurs étaient proches des sarakuna, qui avaient l’impression que le gouvernement avait accueilli leurs ouvertures avec hostilité. Du coup, bien que la révolte ait été étouffée dans l’œuf, grâce notamment au fait que Bakary avait promu quelques chefs placés au bas de l’échelle et promis d’augmenter leurs émoluments, elle avait mis au jour la fragilité des assises du pouvoir du Sawaba, tant au parlement qu’au niveau social. Bakary, qui détestait Mayaki, le qualifiant de « paresseux », d’« avare » et de « fumiste », avait fait plusieurs déclarations intransigeantes sur les chefs du Niger. Il avait, pour le moment, renoncé à les évincer, mais sans pour autant cesser de les critiquer, et il devait de plus prendre en compte sa base au sein du petit peuple. Lors d’une visite à Zinder, le 14 décembre, il déclara qu’il pouvait destituer les chefs sans avoir à se justifier, soulignant ainsi qu’ils avaient intérêt à faire preuve de responsabilité civique. Une telle attitude ne pouvait que pousser encore plus les sarakuna à se mettre sur la défensive. Les Français considérèrent qu’une nouvelle révolte cheffériale était des plus probable si leurs intérêts n’étaient pas davantage pris en compte82.

Émeutes en avril

  • 83 Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 355-358.
  • 84 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 230-231.

43Au printemps 1958, la tension entre le Sawaba et l’opposition était pratiquement à son comble. Une conférence tenue en février à Paris n’avait pu rassembler le RDA, le MSA et les petits partis au sein du même groupe interterritorial parce que le RDA insistait pour que le nouveau regroupement se fît sous son nom. Les formations hors RDA – y compris le Sawaba – se retrouvèrent pour créer un parti interterritorial plus large, le Parti du regroupement africain (PRA)83. Au Niger, le PRA prit également sous sa bannière le petit parti Forces démocratiques nigériennes (FDN), ancien UNIS, mené par Zodi Ikhia, Touareg de Filingué. Le PPN n’en fut que davantage isolé. Le PPN – ou « RDA » comme on l’appelait plus ordinairement – commença à durcir son attitude. Il y eut des confrontations avec le Sawaba à Téra, Tillabéri et Gaya en février. À partir d’avril, le RDA lança une campagne à travers tout le pays en vue d’exploiter les conflits locaux et de renforcer ses positions, proclamant le temps de la coercition terminé, tournant les chefs en ridicule et laissant entendre que la domination française tirait à sa fin84.

  • 85 Bakary, Silence !, 185-186 ne tarit pas d’éloge sur ce gouverneur. Également Flucha (...)
  • 86 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour (...)

44Sur ce dernier point, ses assertions n’étaient pas loin de la vérité, car le remplacement du gouverneur Bordier par Rollet avait permis à Bakary de prendre un plus large contrôle des affaires du pays. Louis Rollet, fonctionnaire plus âgé et expérimenté, développa dès l’abord des relations amènes avec le leader du Sawaba, et lui laissa volontiers une plus large latitude pour conduire son gouvernement85. Pour la première fois, des Nigériens purent être nommés aux échelons supérieurs de l’administration. Par ailleurs, se comportant comme un vrai chef de gouvernement – et en contradiction avec la Loi-Cadre – Bakary fit quelques avancées en matière de politique étrangère en se rendant en mars au Ghana, où il rencontra son homologue ghanéen Nkrumah ainsi que des représentants de la communauté des migrants nigériens86.

45Le Sawaba et le RDA s’étant tous deux mis en ordre de bataille, les confrontations ne pouvaient pas manquer de se produire. Comme le RDA essayait audacieusement de prendre pied au cœur des fiefs du Sawaba au Centre et à l’Est, le gouvernement décida, en avril, de le remettre à sa place. Il s’y prit en déchaînant une vague de violence soigneusement orchestrée contre les cadres RDA de la capitale, ce qui offre un aperçu rare sur les premiers usages de la violence des foules à des fins politiques dans l’Afrique moderne – et ce cas précis comprend même une dimension française. En ciblant les militants du RDA, dont quelques fonctionnaires haut placés, le gouvernement chercha à réduire au silence une opposition dont la présence significative à Niamey constituait un défi patent au Sawaba, dans sa posture de gouvernement du pays. En abattant le PPN-RDA dans la capitale, on pouvait paralyser sa campagne et plus généralement affaiblir sa position dans le pays dans son ensemble. Ainsi, les attaques contre les cadres RDA étaient, en somme, essentiellement un coup d’État parrainé par le gouvernement, sinon une tentative de parachever la révolution politique et sociale rêvée par la base du Sawaba. Une rhétorique inspirée du marxisme révolutionnaire pour la défense de la cause des talakawa fut convoquée pour justifier la violence, et ses organisateurs firent aussi référence au fait que le RDA s’était permis de pénétrer dans la chasse gardée du Sawaba.

  • 87 Djibo, Les transformations, 74 et Fluchard, Le PPN-RDA, 230-234.
  • 88 « I/D 2 juin 1958. Strictement Confidentiel. L’Inspecteur de la France d’outre-mer (...)

46Curieusement, l’historiographie du Niger a généralement ignoré cet important événement. Dans son excellente analyse de la décolonisation, Mamoudou Djibo ne consacre que quelques lignes aux hostilités d’avril, et on ne trouve un récit d’ailleurs cursif de cet épisode que dans le livre de Fluchard sur l’histoire du PPN-RDA, récit qui repose malheureusement sur les comptes rendus évidemment subjectifs de la revue du PPN, Le Niger87. Les archives coloniales françaises contiennent cependant un rapport détaillé, dressé par l’inspecteur Marcel Boyer, envoyé de Paris dès la mi-mai afin de conduire une enquête de terrain sur les émeutes. Son rapport offre un aperçu fascinant sur la manière dont on concevait la violence politique à l’époque. On y trouve aussi des impressions de première main sur la fermentation révolutionnaire et sur l’ambiance presque millénariste qui régnait parmi certaines parties de la population nigérienne – les petites gens, les citadins, les jeunes88.

  • 89 Mission Boyer, annexes et synthèse politique. Avril-mai-juin 1958. Il s’agit peut-ê (...)
  • 90 Mission Boyer, annexes, incluant également des accusations de parti. Ces dernières (...)

47Au début du mois d’avril, à la fin du Ramadan, les cadres des deux partis firent des prières séparées : les attitudes se durcissaient de part et d’autre. La fin du jeûne permit aux militants RDA qui se trouvaient en campagne de mieux supporter la chaleur torride qui, en avril, pouvait facilement grimper au-delà de 40° centigrades. Le 1er avril, il y eut un échange verbal à Zinder entre un leader RDA local et l’adjoint au maire, qui était sawabiste. Sur quoi, des jeunes des deux partis commencèrent à faire le tour de la ville, armés de bâtons et criant le nom de leurs opposants lorsqu’ils se croisaient. Il est possible que l’incident ait été reporté à Niamey – comme ce fut le cas pour d’autres incidents survenus au cours du mois – déclenchant un affrontement dans la capitale le jour suivant, lorsque des femmes et des enfants RDA cernèrent des cadres Sawaba lors d’un rassemblement. Tandis que les sawabistes battaient en retraite, des morceaux de pierres, des bouteilles et du sable étaient propulsés dans les airs89. Une semaine plus tard, une nouvelle bagarre éclata à Zinder, et cette fois, les choses parurent plus sérieuses. Un groupe de 600 militants RDA affrontèrent des jeunes Sawaba armés de bâtons et de machettes, et seule l’intervention de la police évita le pire. Cependant, le jour suivant, 9 avril, des sawabistes se rendirent à la concession du leader RDA de Zinder (sans doute Issa Ibrahim) et le couvrirent d’injures. Un véhicule de la police fut encerclé et les jeunes Sawaba ne se retirèrent qu’à l’arrivée de militants RDA armés de machettes, de couteaux et de gourdins. Il semblerait que cet armement ait été organisé par Diamballa Yansambou Maïga, premier vice-président du bureau du PPN et partisan de la ligne dure s’il en était90.

  • 91 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 ; bulletin de renseignement. No 1027/BE, 18 (...)
  • 92 Mission Boyer, annexes. Sur les rapports entre jeunesse et violence politique, voir (...)

48En tentant d’établir une présence forte à Zinder, le fief le plus important du Sawaba, le RDA montrait qu’il était prêt à l’épreuve de force. Le Sawaba était, quant à lui, prêt à relever le défi. On le vit bien lors de son congrès territorial, le 9 avril, au cours duquel l’union avec le FDN fut consacrée par la réunion des sections Jeunes des deux partis au sein de la « Jeunesse Sawaba ». Dandouna Aboubakar accusa le RDA d’avoir trahi l’Afrique, opinion largement partagée par les intransigeants du parti, et Ousmane Dan Galadima déclara que le Sawaba « ne [reculerait] devant rien », et que « ceux qui [essaieraient] de lui barrer la route [seraient] chassés d’un coup de pied magistral ». Koussanga Alzouma (photo 2.4), vétérinaire et directeur de cabinet au ministère de l’Intérieur (alors tenu par Bakary lui-même), laissa tomber quelques menaçantes allusions sur le rôle des jeunes dans la libération du pays91. Il s’agissait d’un bien mauvais présage, indiquant que si les partis politiques envisageaient l’épreuve de force, ce serait pour déployer des troupes adolescentes dans la rue. Peu de temps après la conférence, les organes des deux partis publièrent des articles attisant la haine92.

Photo 2.4 – Koussanga Alzouma (pamphlet sawabiste sans date ; vers 1964).

Photo 2.4 – Koussanga Alzouma (pamphlet         sawabiste sans date ; vers 1964).
  • 93 Mission Boyer, annexes. Un autre député RDA, Hima Hamani, était peut-être aussi imp (...)
  • 94 Mission Boyer, rapport, conclusions et annexes ; et synthèse oolitique. Avril-mai-j (...)

49Le 20 avril, Altiné Diallo, député RDA en tournée dans les environs de Madaoua, fut pris dans une rixe avec Alfou Bébé, un paysan du cru et activiste du Sawaba. Diallo brisa la mâchoire de Bébé, peut-être en le frappant avec la crosse de son fusil, et on dut l’évacuer sur Niamey pour y recevoir des soins93. Le jour d’après, des incidents mineurs éclatèrent à Nguigmi, dans l’extrême est, lors de l’arrivée d’une mission du RDA conduite par Diamballa Maïga. La mission aurait essayé de rallumer la dispute autour de la chefferie en encourageant un chef de village révoqué à agresser son supérieur, le chef de canton. Dans un village non loin de Tanout, petite ville au nord de Zinder, dans le Damergou, Maïga aurait été impliqué dans une échauffourée avec Mahaman Dan Bouzoua, un sawabiste local, ce qui força le leader RDA à – suivant les mots du parti de Bakary – « prendre la fuite pour éviter la colère des masses Sawaba ». De même, des jeunes Sawaba auraient forcé Boubou Hama à se retirer d’un meeting public à Maradi, à la fin du mois. Cependant, les incidents qui chauffèrent le plus les esprits et chargèrent l’atmosphère de danger eurent lieu à Margou, petite ville entre Niamey et Dosso, les 21 et 22 avril. Le RDA, déterminé à exploiter la moindre querelle, avait persuadé des paysans zarma de ne pas payer un tribut coutumier à des groupes peuls, qui, en réponse, réclamèrent des champs qu’ils leur avaient loué. Le 21 avril, de jeunes Zarma s’en prirent à quelques Peuls affiliés au Sawaba. Trois personnes furent blessées. La bagarre se prolongea le jour suivant, et trois Zarma furent blessés tandis qu’un Peul trouvait la mort. Ce décès, le premier enregistré, était un fait explosif. Non seulement Djibrilla Maïga, une personnalité RDA, était impliqué dans les troubles de Margou – ainsi que l’avait été un autre leader RDA dans la même région un peu plus tôt dans le mois – mais la lutte entre les partis semblait à présent prendre une dimension ethnique qui avait jusque-là été absente des confrontations (RDA/Zarma vs Sawaba/Peul). Bien que Boyer ait souligné que les émeutes étaient politiques et n’avaient aucune dimension ethnique, il est probable que le RDA a joué sur ce facteur dans ses efforts pour gagner du monde à sa cause. La mort du Peul fut aussitôt communiquée par téléphone à Niamey, et les militants, de part et d’autre, se préparèrent à l’action94.

  • 95 Mission Boyer, annexes, et synthèse politique. Avril-mai-juin 1958.

50Quelques jours plus tard, un député RDA, Sama Alhadji Ibrahim, se vit refuser, par le chef de canton de Gaya, l’accès à une résidence qu’il avait louée. Il fit appel au chef de subdivision pour éviter toute perturbation. Le même jour, deux activistes Sawaba et RDA, entourés par leurs camarades et armés chacun d’un couteau et d’un gourdin, engagèrent un combat singulier. Le pire fut évité grâce à l’intervention des gendarmes. Il y aurait eu d’autres incidents à Dogondoutchi et Filingué. Des gens auraient été battus, des députés RDA en appelèrent à refuser de payer l’impôt, et on aurait tenté d’empêcher des opposants à entrer en ville. Le 25 avril, Hamani Diori et Gabriel d’Arboussier, un député PPN métis et originaire du Soudan, arrivèrent à Niamey escortés par des jeunes gens en arme. Cette action fit clairement monter les enchères, comme le montre la plainte émise par le Sawaba sur le fait que d’Arboussier en aurait appelé à la violence le jour d’après95.

  • 96 Mission Boyer, conclusions et annexes ; et cynthèse politique. Avril-mai-juin 1958. (...)
  • 97 Mission Boyer, annexes.

51Les tournées de propagande accomplies à travers le pays durant tout un mois par des officiels RDA, tournées que l’enquête de Boyer avait documentées, apparaissaient à présent, aux yeux du Sawaba, comme une abominable provocation. Leur campagne d’agitation tendait à semer le trouble de façon délibérée, et surtout, à ancrer le RDA à l’Est96. Le fait que le RDA ait osé pénétrer des villes dans lesquelles le Sawaba affirmait, non sans raison, jouir d’un soutien majoritaire de la population avait particulièrement irrité ses dirigeants. Et l’implication apparente de Diamballa Maïga dans des incidents à Nguigmi, Zinder et Tanout les avait tout simplement rempli de fureur97.

52Les événements qui s’enchaînèrent ensuite à Niamey du dimanche 27 avril au mercredi 30 peuvent être reconstitués grâce au rapport de Boyer, même s’il est difficile, suivant ses propres termes, d’établir les responsabilités, étant donné les témoignages contradictoires inspirés par la passion politique. Néanmoins, Boyer est très clair quant à la responsabilité au sujet des principaux incidents. En premier lieu, les troubles commencèrent lorsque le Sawaba réussit à persuader des membres du RDA à faire défection en sa faveur afin de renforcer sa position dans une ville où les deux partis étaient tous deux bien établis et qui constituait donc un territoire très contesté. En second lieu, alors que Rollet écrivit à Paris que les ministres étaient « nerveux » tout au long de cet épisode – indiquant que le Sawaba avait été poussé à riposter aux provocations du RDA – le rapport de Boyer montre que la manière dont le Sawaba avait procédé pour remettre le RDA à sa place avait requis un certain degré d’organisation et donc de préparation. On ne saurait dire à quel moment exactement le Sawaba résolut de s’engager dans cette voie et prit les mesures adéquates, mais les échanges emportés qui s’étaient prolongés tout au long du mois lui en avaient fourni ample opportunité.

  • 98 Bulletin de renseignement. No 1027/BE, 18 avr. 1958.
  • 99 Djibo, « Les enjeux politiques », 58 soutient correctement que les considérations e (...)
  • 100 L’UDN étant constitué de personnes qui avaient fait défection du PPN, le Sawaba pri (...)

53Les femmes jouèrent un rôle notable dans les violences qui secouèrent la capitale. Alors que le Sawaba se posait comme le défenseur des talakawa et critiqua par exemple, lors de son congrès d’avril, le mépris des femmes « commis » pour leurs sœurs des couches inférieures98, des femmes issues des deux catégories sociales prirent une part active à l’agitation. Boyer en fut surpris, étant donné le statut subordonné des femmes dans la société nigérienne, mais leur mobilisation indiquait que les partis se dirigeaient tout droit vers l’épreuve de force. Par ailleurs, bien que la base du Sawaba se soit étendue à quelques catégories sociales bien spécifiques et présentes à travers le pays, le soutien des deux partis avait aussi un caractère régional – plutôt que franchement ethnique. Le soutien du Sawaba se trouvait surtout à l’Est et au Centre – en dehors de plusieurs localités de l’Ouest, le long du fleuve Niger – et le PPN-RDA était non seulement le parti des « commis », mais aussi celui de l’Ouest et donc, par extension, d’une portion importante de la population de la capitale99. Des groupes divers furent donc impliqués dans les émeutes, y compris des femmes et, à leur suite, des enfants. Par exemple, les magajiya des deux partis qui s’étaient élevées au poste de leaders des sections féminines jouèrent un rôle central, même si elles se contentèrent de mettre en œuvre les stratégies décidées au niveau des partis sans pouvoir les initier100. Une telle implication n’avait rien de nouveau, puisque, comme nous l’avons vu au chapitre précédent, femmes et jeunes filles avaient déjà pris part à des affrontements au temps de la rivalité entre l’UDN et le PPN. Cette participation se produisait à présent à une plus grande échelle.

  • 101 Rollet à France outre-mer & Dakar, 28 avr. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis (lettre)
  • 102 Interview Idrissa Yansambou, Archives nationales du Niger, Niamey, 27 févr. 2008. À (...)
  • 103 Mission Boyer, annexes et Bernus, Niamey.

54Les troubles commencèrent ainsi dans la soirée du dimanche 27 – à la veille de l’ouverture du parlement101 – lorsqu’une certaine Mme Boubou, jadis membre du FDN, reçut des femmes Sawaba chez elle, non loin du Grand Marché. On célébra la défection de trois dames RDA du quartier de Lakouroussou que ce parti considérait comme un de ses fiefs, et la cérémonie de tam-tam qui agrémenta les festivités aurait été pimentée par des bordées d’injures adressées au RDA dont l’un des leaders, Maurice Dejean, demeurait à proximité. À la fin de la réception, les nouvelles venues s’en allèrent avec une escorte d’hommes et de femmes du parti qui, aux dires du RDA, était conduite par un certain Djibo Tessa et se montait à plus de 150 personnes. En chantant, cette troupe prit l’avenue Salama(n), l’une des artères principales de la capitale, dénommée aujourd’hui boulevard de la Liberté102 ; elle passa le long de la concession d’une magajiya de l’opposition, ce qui conduisit à un échange d’injures et à une échauffourée interrompue par la police. L’escorte du Sawaba fut dispersée. Le lendemain matin, sur les coups de dix heures, une querelle éclata au Petit Marché, au niveau du quartier Maourey, au sud-ouest de Lakouroussou. Ce secteur, dont le nom dérivait d’un sous-groupe haoussa, avait une population mêlée de négociants libanais, d’artisans et de karuwai haoussa et peules vivant ensemble dans des concessions de magajiya. Tani Traoré, une magajiya RDA du quartier de Tafa, non loin de l’Arbre de la Liberté, au nord du Petit Marché, eut une prise de bec au marché avec des femmes Sawaba du quartier voisin à propos des incidents de l’avenue Salama. L’altercation s’acheva sans incident, mais deux heures plus tard, Tani fut prise dans une autre dispute, près de l’Arbre de la Liberté. Étant seule, elle fut agressée, des horions furent échangés et la police dut intervenir pour disperser les combattants. Des patrouilles de police eurent lieu tout au long de l’après-midi et de la soirée. Ce même jour, des personnes non identifiées attaquèrent un sawabiste à Zinder – un dénommé Issa Boukary – ce qui mena aussitôt à des affrontements entre éléments des partis armés de gourdins et de couteaux. Il y eut un blessé. Très probablement, la chose fut rapportée aux gens de la capitale103.

  • 104 Decalo, Historical Dictionary, 153.
  • 105 Mission Boyer, annexes ; télégramme Rollet à France outre-mer. Priorité absolue san (...)

55Le 29 avril, à sept heures et demie, le jour se leva avec une autre rixe au niveau de l’Arbre de la Liberté. Elle opposa des femmes des deux partis, cette fois armées de bâtons. Quelques hommes auraient également été impliqués. Une femme RDA, Salleye Bibaïzé, et une jeune fille qui l’accompagnait, auraient été battues par des sawabistes (ces derniers affirmèrent que l’inverse s’était produit). Les partisans du RDA auraient alors appelé Diamballa Maïga à l’aide. Maïga, personnage agressif104, se rua sur la scène où il se querella avec Sanda Hima, qui n’était pas n’importe quel sawabiste, mais le frère de Bakary lui-même. Selon le RDA, Hima aurait empoigné Maïga pour le provoquer, tandis que le Sawaba soutint que Maïga se serait écrié qu’il allait « casser la gueule » du Premier ministre tout en marchant sur le frère de Bakary. Après que les deux hommes se furent frappés l’un l’autre, ce fut la mêlée générale parmi les femmes, et des coups de poing atterrirent sur les deux hommes, ternissant le prestige de Maïga, descendant d’une famille qui faisait remonter sa noblesse à l’Empire Songhay. Le leader RDA fuit la furie des femmes Sawaba à bord de son véhicule et se retrouva bientôt au siège du parti, dans le quartier de Gaouèye, au niveau du building de l’IFAN dont Boubou Hama était le directeur. On suppose qu’il mit le leadership du parti au courant de ce qui s’était passé, et que les autorités furent alertées. Les agents de la Sûreté et de la police se ruèrent sur les lieux et désarmèrent les émeutiers, mais ils eurent du mal à les faire battre en retraite. Dans l’intervalle, Hama avait contacté au téléphone le commandant de cercle français Delarozière afin de l’aviser que le building de l’IFAN était assiégé par des gens de la mairie (donc des sawabistes). Ils furent, semble-t-il, dispersés après l’intervention d’un autre fonctionnaire français105.

  • 106 La marque Ford Versailles a été introduite en France en 1955. K. van Walraven, « Ve (...)
  • 107 Le RDA offrit un récit moins plausible de ces évènements : le chauffeur de Amadou d (...)

56À neuf heures, une autre bagarre éclata au niveau de l’Arbre de la Liberté après que les militants des partis se fussent de nouveau munis de bâtons. La police intervint derechef, menée par Delarozière assisté par quelques gardes-cercle. Les militants des deux partis subirent des blessures légères mais semblaient à présent déterminés à ne pas bouger. Une heure plus tard, une rixe eut lieu presque au même endroit. Maïga et son chauffeur se ruèrent encore sur la scène, et le RDA allégua que le Sawaba aussi avait envoyé un représentant en la personne de Amadou dit Gabriel, maire adjoint, conduit par son chauffeur à bord d’un véhicule municipal dénommé « Versailles106 ». Cela ne fit qu’empirer les choses. Selon Boyer, la « command car » de Maïga (ainsi qu’elle était appelée) se retrouva au beau milieu d’une foule de sawabistes et subit une volée de cailloux. Le chauffeur de Maïga fit marche arrière, culbutant un garçonnet de dix ans, et s’extirpant de l’échauffourée sans se soucier – ainsi que le Sawaba ne se fit pas faute de le noter – d’assister l’enfant qui avait eu une jambe cassée. Bien que la police ait pu amener l’enfant, qui appartenait à une famille RDA, à l’hôpital et ait réussi à disperser la foule, l’incident fit monter la tension politique. Alors que le soleil embrasait le ciel de la capitale et plongeait la ville dans une chaleur de plomb, Delarozière constata que les émeutiers devenaient de plus en plus agressifs, croissant en nombre et multipliant rapidement leur armement107.

  • 108 Ibid.
  • 109 Le procureur de la République à Monsieur le chef du territoire du Niger, 27 août 19 (...)
  • 110 Mission Boyer, rapport et annexes ; Maman, Répertoire biographique, 403 ; Fuglestad (...)

57Les émeutes commencèrent à prendre de l’ampleur. Au cours des heures qui suivirent, des affrontements éclatèrent dans les environs du Grand Marché et sur divers points de l’avenue Salama, opposant des groupes d’hommes et de femmes armés de toutes sortes de gourdins et de coupe-coupe108. L’expansion de l’émeute était en partie due à l’entrée en scène de groupes de Bella, mobilisés par le Sawaba et armés et transportés sur les points chauds par les camions de la compagnie de transport de Pierre Vidal, le ministre de la Santé publique. Les Entreprises Vidal, avec leurs intérêts dans les secteurs du bâtiment et des transports, employaient nombre de Bella et possédaient une grande quantité de véhicules. Ces derniers n’avaient pas été réquisitionnés par les Bella sawabistes ; la veille au soir et tôt dans la matinée du 29 avril, le ministre lui-même avait donné instruction aux camionneurs de récupérer les militants bella à travers la ville ainsi que dans la campagne environnante109. Vidal, un homme d’affaires émigré, né au Mexique et tenu en piètre estime par les fonctionnaires français, agissait ainsi en accord avec les souhaits de Bakary, qui déclara plus tard à l’inspecteur Boyer n’avoir eu aucune hésitation à pousser les fidèles du parti à répondre vigoureusement aux provocations du RDA. Une lettre de Bakary au gouverneur Rollet en date du 29 et un communiqué gouvernemental du 30 avril affirmèrent que le Sawaba avait décidé de recourir à « l’auto-défense » étant donné l’incapacité de la police à maintenir l’ordre. La « vigueur » de « l’opposition » du Sawaba serait appliquée, quelles que puissent en être les conséquences110.

  • 111 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour (...)
  • 112 Last, « Towards a Political History of Youth in Muslim Northern Nigeria », 40 et 49 (...)

58La police était de plus en plus débordée par la manière dont les émeutes étaient orchestrées. Le caractère en partie organisé des évènements, et surtout l’implication du gouvernement dans la planification et l’exécution des émeutes, étaient un phénomène entièrement nouveau au Niger, marquant d’incongruité son évolution vers la stature d’État à travers un déploiement de toutes les mesures conventionnelles et non-conventionnelles qui pouvaient accompagner une telle évolution. La police devait à présent faire face non seulement à des femmes et enfants en colère, mais aussi à des hommes valides, armés et prêts au combat. Bien qu’on les ait désigné par le nom de « Bella de Gao », il semblerait que ces personnes venaient des campagnes environnant Niamey ainsi que de la capitale même. Du point de vue des Français, les salariés constituaient les « troupes de choc » des partis politiques nigériens, et les Bella – en particulier ceux employés par les Entreprises Vidal – y jouaient un rôle actif, généralement en faveur du Sawaba111. On pourrait les comparer à ceux qu’un agent britannique a qualifié de « scallywag and thug element » (« l’élément chenapan et voyou ») qui soutenaient l’homologue social du Sawaba au Nigeria, la NEPU. Jeunes gens tapageurs – par l’âge ou par le comportement – ils formaient une catégorie spéciale de yara, les yan iska, formule haoussa voulant littéralement dire « enfants du vent ». Vivant dans un environnement urbain, ils avaient échappé aux hiérarchies du monde rural et menaient une existence sans attaches. Ils constituaient ainsi le groupe idéal pour le recrutement des « voyous » (yan banga, comme on les appelait au Nord Nigeria112).

  • 113 Bernus, Niamey, 5. Il était à l’origine peuplé d’un sous-groupe zarma, les Kallé.
  • 114 Mission Boyer, rapport et annexes.

59Le 29, la police et les forces de la garde territoriale commandées par Philippe Fratacci, capitaine de gendarmerie, furent prises dans des escarmouches avec des émeutiers sur l’avenue Salama jusqu’à midi. Lorsqu’ils parvenaient à désarmer et à disperser les émeutiers, ces derniers se contentaient de s’enfuir et de se rassembler un peu plus loin. Du coup, la gendarmerie fut déployée, avec une section mobile d’auxiliaires de réserve et une autre section commandée par des officiers français et stationnée à proximité. La gendarmerie était mieux formée et mieux organisée que la police et la garde territoriale. Ces dernières avaient été fragmentées, sinon politisées par le gouvernement Sawaba, d’autant plus que le contrôle des pelotons mobiles de la garde avait été délégué par Bordier au ministère de l’Intérieur, en contradiction avec la Loi-Cadre, et elle recevait donc ses ordres directement de Bakary. Mais la gendarmerie aussi se trouva incapable de séparer les adversaires. Un militant RDA qui avait frappé un sawabiste avec une tête de lance fut arrêté, mais à midi, des femmes de son parti attaquèrent la maison d’une dame Sawaba, Kouya Alaoussa du quartier Lakouroussou. Lakouroussou (corruption de « la course », le secteur du champ de courses, qui a depuis été déplacé sur l’est de Niamey), était l’un des quartiers les plus vivants de la ville, marqué par une grande diversité ethnique113. Tout comme le quartier de Banizoumbou (« la paix est arrivée » en zarma) plus à l’ouest, il longeait l’avenue Salama et le Grand Marché et était constitué d’un dense réseau de rues à travers lesquelles il était fort difficile de contrôler les foules en mouvement. L’attaque contre Alaoussa fut suivie de l’arrivée d’une délégation de sawabistes de haut rang. En dehors de l’ancien membre de l’UNIS, Labo Bouché, la délégation comprenait plusieurs partisans de la ligne dure issus de l’UDN tels que Ousmane Dan Galadima, Dandouna Aboubakar, Sallé Dan Koulou et Hima Dembélé. Ce détail souligne le rôle des interventions des partis au niveau des différents points chauds puisque, comme Boyer en a ensuite fait état, aucun des deux partis ne tâchait de modérer la base. En d’autres termes, ces délégations de parti visitaient les scènes d’émeute pour enflammer les militants et attiser la ferveur politique. Le groupe de sawabistes fut pris d’assaut par des femmes et des militants RDA. Ils malmenèrent Labo Bouché et martelèrent la voiture de Hima Dembélé jusqu’à ce que la police intervienne et que la garde territoriale prenne position sur l’avenue Salama114.

  • 115 Ibid.

60À ce stade, Bakary remis un conseil des ministres à plus tard dans l’après-midi afin de tenir un meeting à la mairie – non loin du Petit Marché –, lieu qui, étant sous contrôle du Sawaba, était l’un des centres nerveux du parti. Nous ignorons de quoi il fut question au cours de ce meeting, mais on peut supposer que Bakary examina de près la situation. On ne rapportait plus que quelques incidents mineurs, car les troupes des deux partis s’étaient retranchées dans leurs quartiers, peut-être à cause de la touffeur de la mi-journée. En retournant à son quartier général, Delarozière remarqua que les rues proches du Grand Marché étaient vides, en dehors d’un pick-up gris qui parcourait le secteur avec à son bord une douzaine d’individus qui, gourdins en l’air, hurlaient « Sawaba ! Sawaba ! » et recherchaient des crosses. De grosses concentrations de Bella armés de barres d’acier apparurent au quartier général du parti à 14 h 30, avant d’être convoyés par camion jusqu’à l’avenue Salama. S’avançant en formation serrée (aux dires du RDA), ils descendirent sur le secteur et engagèrent un combat formidable avec les militants du RDA au niveau du château d’eau qui se dressait non loin des bureaux de ce parti. Il y eut plusieurs blessés. Dans l’intervalle, le capitaine Fratacci reçut l’ordre de Bakary de positionner un peloton entre le château d’eau et la mission protestante, située un peu plus loin sur l’avenue. Delarozière n’était pas au courant de cette instruction qui fut transmise à travers le directeur du cabinet à la vice-présidence, Gherardi, et elle avait peut-être une orientation biaisée, bien que ses effets n’aient pas été très clairs. La police sépara les combattants tandis que les unités de réserve étaient mises en place et que le peloton mobile repoussait les manifestants. Mais vers 15 h 30, des émeutiers (sans doute des sawabistes irrités par l’interférence) débordèrent la police, s’emparant de leurs matraques et les faisant fuir. Une centaine d’hommes munis de gourdins, de couteaux, de barres de fer, de sabres et de piques s’assemblèrent au coin sud-est du Grand Marché, criant et agitant leurs armes. Delarozière arriva bientôt sur la scène, fit venir des renforts et ordonna à Fratacci de mettre en place une barrière à côté du château d’eau. Des foules excitées s’en prirent à plusieurs reprises à la police avant d’être dispersées. Elles se reconstituèrent un peu plus bas sur l’avenue, dans la direction de la mission protestante. Là, la gendarmerie les assaillit, confisquant les armes, y compris un poignard ensanglanté115.

  • 116 Ibid.

61Pendant ce temps, des camions chargés de Bella descendaient sur les concessions des chefs du RDA. L’un de ces groupes, mené, selon le RDA, par Djibo Tessa (celui-là même qui avait été accusé d’être l’un des acteurs des premières émeutes, le 27 avril), aurait attaqué un homme de ce parti, Irkoye Gomni ainsi que sa famille, causant plusieurs blessures. Un autre convoi de Bella qui, selon le RDA, aurait été sous la conduite de l’infirmier Hima Yenkori, attaché au cabinet de Pierre Vidal, aurait visité la demeure de Altiné Diallo, le député RDA qui avait brisé la mâchoire d’un paysan sawabiste dans les environs de Madaoua dix jours plus tôt. Delarozière aurait aperçu cette troupe vengeresse qui aurait été repoussée par des défenseurs RDA. Un autre groupe assaillit la concession de Elhaj Hima, un homme du RDA âgé de 59 ans, originaire de Niamey, qui fut sauvagement battu et eut deux côtes cassées alors que son fils de 27 ans était pris à partie avec une machette. Ailleurs, Garba Issa, vétéran et ancien membre du comité directeur du PPN, tira des coups de feu en l’air, pour faire peur sans doute à un camion d’agresseurs bella. Bien que la police ait saisi son fusil, l’usage d’une arme à feu marquait une étape nouvelle dans les évènements. De nouvelles échauffourées éclatèrent sur l’avenue Salama tandis que les forces de Delarozière donnaient l’assaut pour disperser les foules qui s’agitaient dans des rues adjacentes. Lorsque des groupes tentèrent d’attaquer le domicile de Hamani Diori, la police put intervenir à temps, mais il n’en fut pas de même pour la résidence de Maïga, tant honni. Le RDA prétendit que deux camions firent descente chez lui et – affirmation pour le moins extravagante – les Bella qu’ils contenaient auraient été commandés par un Européen. La concession de Maïga fut caillassée de pierres et d’objets divers116.

  • 117 Ibid.

62Dans sa lutte pour reprendre le contrôle de la situation, la police faillit succomber au coin nord du Grand Marché, dans Banizoumbou, où elle dut affronter des manifestants armés de bâtons, de bouteilles et de couteaux. On put retirer son sabre à un boucher sympathisant du RDA, mais la bataille fit plusieurs blessés et la police était pratiquement déconfite. Un agent de police européen échappa de peu à un coup de « sabre haoussa » et Delarozière ne put s’extirper d’une troupe de féroces assaillants qu’en s’emparant d’une perche d’acier tenue par un des manifestants. Lorsque des forces auxiliaires eurent en face d’eux une troupe de 50 combattants bien armés, un autre agent français leur donna l’ordre – contrevenant aux instructions de Delarozière – d’utiliser des grenades de maintien de l’ordre pour se dégager117. Plus tard, les services français rapportèrent que, à un moment clef de l’action, un détachement des forces de sécurité qui avait pris des émeutiers en chasse fut photographié par un individu non identifié. Vers six heures, le cabinet, irrité par les interventions de Delarozière, exigea le remplacement du commandant de cercle. Bakary envoya une lettre à Rollet l’informant tout uniment qu’il avait démis Delarozière de ses fonctions.

Bar Rivoli : consommer la victoire

  • 118 Ibid.

63Les photographies illustrant l’action de la police anti-émeutes montrent avec une précision graphique que les autorités françaises ne disposaient plus d’un contrôle absolu de la situation et indiquent que d’autres forces – en l’occurrence, celles du Sawaba sous les auspices du gouvernement de Bakary – tâchaient de prendre le dessus. Le gouverneur accepta le remplacement de Delarozière (qui fut effectif le jour suivant) afin d’éviter tout nouveau durcissement de l’attitude du gouvernement, ainsi que pour l’empêcher de continuer à interférer dans le maintien de l’ordre public. Le cabinet de Bakary prétendit que le commandant de cercle avait fait montre d’esprit partisan dans son action de police. Il aurait œuvré de concert avec les forces du RDA et protégé des éléments armés du parti adverse. Plus bizarrement, il fut accusé de s’être publiquement déclaré en faveur du RDA et Bakary assura que Delarozière avait frappé un militant sawabiste de ses propres mains – en référence à l’effort qu’il avait dû fournir pour s’extirper d’une menaçante foule Sawaba. Au reste, Delarozière rejeta catégoriquement ces imputations, s’enorgueillissant de son attachement à la déontologie professionnelle. Rollet souligna qu’il était irréprochable et Boyet affirma plus tard que son remplacement était une mesure compréhensible mais regrettable118. S’il s’était attiré la fureur de Sawaba, ce fut pour avoir activement conduit les opérations de contrôle des foules et pour avoir empêché les attaques contre les cadres RDA, et les gens d’une manière générale, au point de prendre le commandement des pelotons mobiles de Fratacci que le Premier ministre avait réservé pour lui-même. Delarozière avait aussi été témoin de la manière dont des bandes de Bella avaient fait le tour de la ville pour prendre part à des batailles de rue ou pour prendre d’assaut des résidences RDA. Il en avait trop vu et entravait le projet qu’avait Bakary de se saisir du contrôle de Niamey : il devait donc partir.

  • 119 Ibid., annexes et télégramme de Rollet à France outre-mer. Priorité absolue sans dé (...)

64Tôt dans la soirée, les forces de police furent consignées dans leur casernement, peut-être par suite du renvoi de Delarozière, bien que quatre sections de compagnie furent maintenues en état d’alerte. Le calme retomba sur la ville tandis que les manifestants se rassemblaient au niveau des quartiers généraux respectifs de leurs partis. Il apparut clairement que le RDA avait subi une sévère déculottée. Les sawabistes pouvaient se féliciter d’avoir rabattu leur caquet aux gens du RDA après les niches qu’ils leur avaient faites tout au long du mois, et ils démontraient que le leadership du parti de l’opposition n’était pas invulnérable, puisqu’ils pouvaient établir leur présence dans des quartiers réputés acquis au RDA, en particulier Lakouroussou. Inspirés par une passion insurrectionnelle centrée sur l’émancipation des talakawa, les petites gens du Sawaba, fédérés dans un mouvement politique et dirigés par des marginaux en armes, apparaissaient comme une force avec laquelle il fallait compter. Les sympathisants du parti se retrouvèrent ainsi au Bar Rivoli, le débit de boissons de l’hôtel du même nom (photo 2.5 cahier couleur), pour célébrer leur succès, à un jet de pierre du Petit Marché et de ses petits commerçants, ses artisans et ses prostituées qui formaient le noyau du parti. Une troupe d’une vingtaine de clients turbulents, armés de bâtons et de fusils, s’y livrèrent à la joie et à la boisson, menaçant de semer le trouble. À 21 h 30, la police fut appelée – sans doute par la direction de l’hôtel – afin de prévenir une mise à sac du bar. À l’arrivée des forces de l’ordre, la foule quitta les lieux, fuyant devant les policiers et criant à tue-tête : « Sawaba ! Sawaba ! Sawaba119 ! »

Photo 2.5 – L’ancien Bar Rivoli, 2005.

Photo 2.5 – L’ancien Bar Rivoli, 2005.
  • 120 Mission Boyer, annexes, et interview avec Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003. La (...)

65Le délire révolutionnaire qui s’était abattu sur Niamey continuait, puisque les militants du RDA n’étaient pas encore vaincus et montaient même à l’attaque. Le répit prit fin à 22 heures, lorsqu’une rixe éclata sur l’avenue Salama. Des hommes du RDA attaquèrent la demeure de Georges Condat, l’affable président sang-mêlé de l’Assemblée, qui se trouvait à Paris à ce moment-là. Une bordée de cailloux et de bouteilles fut projetée dans sa cour. Les militants du Sawaba ripostèrent par un assaut à Lakouroussou contre la maison de Dan Dobi Mahamane, député RDA de Dogondoutchi et secrétaire général adjoint du parti. Le domicile de Elhadj Ibrahim Sama, député RDA de Dosso, aurait aussi été attaqué. Les gendarmes réussirent à disperser la foule, mais une heure plus tard, la garde territoriale affronta violemment les sympathisants du Sawaba sur l’avenue. Il y eut de nombreux blessés, du fait de l’usage des bâtons, des morceaux de pierre et de bouteilles remplies de sable. Tandis que les gendarmes dispersaient une foule qui hurlait des injures à l’endroit de la demeure de Diamballa Maïga, près de la mission protestante, le Sawaba envoya de nouveau ses colonnes motorisées dans la ville, cette fois équipées de fusils de chasse120.

  • 121 Mission Boyer, annexes et télégramme de Rollet à France outre-mer Paris, copie à Da (...)
  • 122 Mission Boyer, annexes et le procureur de la République à Monsieur le chef du terri (...)

66Le mois atteignit son pic de violence le 30 avril, sur les coups de minuit. Les Bella s’en seraient pris aux domiciles de trois leaders du RDA, parmi lesquels Tani Traoré, la magajiya du quartier de Tafa qui, deux jours plus tôt, avait été au cœur des perturbations, et une fois de plus, Altiné Diallo. Puis une grosse foule de sympathisants du Sawaba se présenta devant les portes de la résidence de Maïga, le n° 81. Selon le RDA, une « Versailles » de la mairie fit son apparition. Des menaces furent échangées, une bagarre éclata devant la maison et des coups de feu furent tirés de part et d’autre. Le gardien de Maïga, Abdou Kimba, fit feu sur la foule menaçante – ou sur les « passants » comme l’affirma la propagande du Sawaba – blessant un ou plusieurs manifestants et tuant Adama Mahamane, un garçon de 15 ans originaire de Gao, peut-être bella, mais apparemment sans liens formels avec quelque parti que ce soit. Les coups de feu reçurent une riposte, blessant Hamani, le neveu de Maïga, et tuant Alassane Diadié, son beau-frère qui se trouvait alors, semble-t-il, dans l’avant-cour121. La gendarmerie survint pour évacuer les blessés mais la foule du Sawaba s’était déjà retirée, effrayée peut-être de la tournure fatale des événements. Avec ces premiers décès, dont l’un avait frappé au cœur du leadership du RDA, la violence brute qui s’était saisie du pays avait atteint son paroxysme. Le gouverneur fut prévenu. Rollet mit l’ensemble de la garnison de Niamey en état d’alerte, stationnant les soldats à tous les points névralgiques de la capitale. Il câbla Paris et délégua ses pouvoirs au chef de la Sûreté et au commandant de la gendarmerie qui travaillèrent en liaison étroite avec les bureaux du gouverneur. Un peloton mobile fut établi devant la résidence de Maïga et la police commença son enquête. Endeuillé, le partisan de la ligne dure du RDA fut amené à la Sûreté à six heures du matin pour interrogatoire. Il aurait porté un poignard dissimulé sous son boubou. Tandis que son gardien était poursuivi pour meurtre, il fut inculpé de possession illégale d’arme. Le procureur général estima que Maïga était un « homme politique particulièrement virulent et objet de haines tenaces ». Afin de prévenir tout nouvel incident, le magistrat l’informa qu’il devait rester à Niamey, à la disposition des autorités, tandis que sa maison serait gardée par les forces de l’ordre122.

  • 123 Son nom étant listé dans la catégorie des blessés sawabistes, je suppose que sa mèr (...)

67À dix heures, les victimes de la nuit furent enterrées sans plus de bruit. De nouveaux troubles furent à deux reprises sur le point d’éclater ce jour-là, une fois au niveau du domicile d’un député et, dans l’après-midi, lorsque la police reçut l’ordre de disperser une foule. Mais la violence avait commencé à s’éteindre. En dehors de deux décès, les Français dénombrèrent 13 blessés graves à l’hôpital, répartis à peu près également entre les deux camps, et 98 blessés légers. Si l’on considère l’étendue et la durée des combats, il s’agit sans doute là d’une sous-estimation, fondée sur le nombre de cas enregistrés et laissant de côté le nombre plus important de cas non enregistrés. Boyer souligna que toutes les blessures provenaient des affrontements entre les partis et non des contacts avec la police. La blessure la plus désolante était celle infligée à Alfari Soumaila Kadi, gamin de trois ans qui avait été victime d’un coup de bâton à la tête, étant porté sur le dos de sa mère sawabiste123.

  • 124 Mission Boyer, rapport et conclusions, qui estime que si les gendarmes étaient inte (...)

68Cependant, les Français avaient d’autres soucis puisqu’il apparaissait clairement que leur contrôle de la situation manquait de bases fermes. Bien que Boyer n’ait pu mettre à jour des preuves de biais politique, la police et la garde territoriale n’avaient guère brillé par leur efficacité dans le maintien de l’ordre public. La gendarmerie seule s’était montrée véritablement apolitique et disciplinée. Si Rollet était bien noté pour avoir agi avec fermeté, le rôle de la police fut jugé négatif. Pire : Boyer découvrit que l’on ne pouvait se fier aux services de renseignement à cause des interférences du gouvernement de Bakary. Il estima que tout ceci était la conséquence logique de la dévolution de pouvoir enclenchée par la Loi-Cadre qui, en l’occurrence, était allée au-delà des limites prévues par le dispositif d’autonomie interne, réduisant d’autant les possibilités d’intervention de la France. Tout en recommandant à ses supérieurs, à Paris, d’augmenter les forces de sécurité, il mit l’accent sur le fait que la France devait s’abstenir d’intervenir dans les affaires intérieures du Niger puisque de telles actions risquaient d’attiser le sentiment anti-français dans le pays. Les risques étaient d’autant plus prononcés que le Niger s’alignait avec le parti qui dirigeait la Guinée et qui montrait des aspirations à l’indépendance. Par suite, Paris ne devait intervenir qu’en dernier recours, pour la protection des Européens ou de l’intégrité territoriale du Niger, en faisant du maintien de l’ordre public l’affaire du gouvernement local, à ses dépens. À cet effet, les unités de l’armée devaient être rapidement adaptées au maintien de l’ordre, puisque les pelotons destinés à la gendarmerie pouvaient facilement suivre la voie des gardes territoriaux. Le gouvernement territorial recevrait uniquement une aide « technique » en vue de l’entretien de ses forces. Tout en prédisant qu’il serait difficile de mettre au point, pour ce nouveau rôle, un cadre légal sans ambiguïté, Boyer jugeait nécessaire d’éviter que la France ne devienne la garante d’un gouvernement qui ne respectait pas le principe de l’opposition politique124.

  • 125 Rollet à Bakary, 30 apr. 1958, in Mission Boyer, annexe VII.

69Alors que le Niger du Sawaba semblait glisser hors du contrôle de la France, certains conseillers de métropole examinaient l’éventualité d’un retrait partiel. Cependant, du point de vue des officiels français au Niger, les choses n’étaient pas aussi simples. Rollet, qui éprouvait de la sympathie pour Bakary, était irrité du communiqué du cabinet émis le 30 avril et protesta fermement contre l’accusation selon laquelle ses forces auraient pris parti contre les militants du Sawaba. Il fut stupéfait de voir qu’avant même l’ouverture de l’enquête judiciaire, le communiqué avait accusé Maïga d’avoir personnellement tiré le coup de feu qui avait tué un manifestant au niveau de sa concession. Rollet transmit également un vif avertissement à Bakary à propos du dernier point du communiqué selon lequel ses ministres n’exécuteraient plus que les ordres du parti, en sa qualité de seule force reconnue par le peuple au Niger, force qui, seule engageait leur responsabilité en tant que membres du gouvernement125.

70L’enquête de Boyer conclut sans détour que le Sawaba portait la responsabilité des violences du 29 avril. L’implication des camions de Vidal et des Bella du Sawaba était objectivement établie, pour reprendre ses termes. Pire :

  • 126 Mission Boyer, rapport.

« à aucun moment, les ministres du Conseil de gouvernement et le vice-président n’ont su, pu ou voulu garder l’objectivité nécessaire et faire la distinction… entre leurs fonctions de ministres et leurs qualités de leaders politiques d’un parti126 ».

  • 127 Entretiens avec Georges Condat, Mounkaila Beidari et Elhadj Illa Salifou, Niamey, 2 (...)
  • 128 Bureau Exécutif, Parti Sawaba, à Rollet, 1er mai 1958, in Mission B (...)
  • 129 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 et Azalaï (un organe du Sawaba), 7  (...)

71Ce verdict fut plus tard corroboré par les sawabistes eux-mêmes qui, au cours d’une interview, admirent que les violences de Niamey avaient effectivement été provoquées par les hommes de Bakary, et non par le RDA. Ils avaient fait cela parce que leurs leaders étaient menacés, bien que les évènements n’aient pas fait honneur au Sawaba et lui aient plutôt porté tort127. Mais ce n’était pas ainsi que l’on vit les choses à l’époque. En dépit de ses conclusions accablantes pour le Sawaba, Boyer reconnut que le côté « corrosif » et « exaspérant » de la propagande du RDA ainsi que ses provocations, tout au long du mois, avaient formé la cause immédiate des affrontements. Le rôle d’agent provocateur joué par Maïga fut notamment mis en évidence, mais les Français rejetèrent la requête formulée par le Sawaba en vue de le bannir de la capitale. De leur côté, les ministres du Sawaba se vantèrent ouvertement du fait que leur parti avait « mis à la raison » leur rival128. En d’autres termes, la violence était considérée comme légitime. Étant donné les conceptions révolutionnaires inspirées du marxisme-léninisme qui prévalaient dans le parti, de telles actions apparaissaient comme une réponse normale des talakawa du Niger aux provocations dirigées contre le parti du peuple. Ousmane Dan Galadima avait donné des avertissements à cet égard lors du congrès du parti, plus tôt dans le mois, et le fait que la violence affecta en partie des habitants de la capitale qui appartenaient à la même classe sociale mais défendaient le parti de la région – le RDA – ne parut pas de grande importance lorsqu’arriva l’heure du combat décisif. D’autres arguments avaient trait à l’auto-défense du Sawaba ; à la nécessité de rendre coup pour coup à propos des actions du RDA et de ses empiétements ; au refus du RDA, ce « parti bourgeois », de fusionner dans un groupe interterritorial sous la direction, sur le plan local, du Sawaba – qui, après tout, était à l’avant-garde de la marche du peuple129.

  • 130 Télégramme de Rollet à Dakar & Paris, no 199, 1er mai 1958 ; télégramme de (...)

72Le 1er mai, le défilé de la fête du travail put se dérouler sans entrave, puisque la situation s’était calmée. Trois compagnies de militaires étaient réparties à différents points de la capitale sous le commandement d’un officiel français, Pinaud, nommé commandant de cercle. Le défilé était exclusivement composé de syndicalistes d’obédience Sawaba, 600 à 800 en tout, quelques-uns fort jeunes. Sous la conduite de Saloum Traoré, ministre des Affaires sociales et personnalité de l’UGTAN, ils marchèrent en armes à travers la ville jusqu’au siège de l’UGTAN où ils se rassemblèrent. Il n’y eut pas d’incident car les syndicalistes RDA (employés de la fonction publique, travaillant dans l’enseignement, les PTT ou l’administration) ne sortirent pas dans la rue, préférant s’assembler dans la cour de la concession de Boubou Hama. Tandis que l’opposition pansait ses plaies, le défilé tourna à la procession triomphale pour le Sawaba et s’acheva par un rassemblement de plusieurs centaines de personnes, dont Bakary, d’autres leaders du parti et tous les députés sawabistes présents dans la capitale. Les évènements des jours précédents furent rapidement rapportés dans les campagnes et furent largement considérés comme une victoire du Sawaba130.

  • 131 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958. Lors de la bagarre de Tessaoua, trois pers (...)

73Le parti était résolu à exploiter ces circonstances au maximum. Ousmane Dan Galadima alla en tournée dans l’Est, se glorifiant de la victoire à Zinder, incitant les militants du parti à « mater le RDA par la force » et prévenant fonctionnaires et chefs qu’ils seraient révoqués s’ils ne se montraient pas loyaux à l’égard du parti. Si les activités du parti dans d’autres régions du pays – en dehors de Niamey – étaient moins extrêmes, la plupart des députés Sawaba rentrèrent dans leur lieu d’origine, au lendemain du congrès de début mai, décidés à exploiter la victoire du parti pour stimuler son prestige au sein du peuple. Se référant de manière brutale aux évènements de la capitale, le Sawaba martela sans répit que tous ceux qui s’opposeraient à la « marche en avant » du parti seraient « écrasés ». Le RDA, de son côté, menaça le Sawaba de la « colère terrible du peuple » et fut impliqué dans un affrontement entre partis, le 16 mai, à Tessaoua, mais n’offrit pas d’autre réponse à la campagne de son adversaire. Accusant continuellement le RDA de sabotage et de provocation, le Sawaba parvint à renforcer sa position et à subjuguer son rival131.

  • 132 Ibid. et lettre de Rollet à France outre-mer et Dakar, 10 mai 1958 ; CAOM, Cart. 21 (...)

74Mais cette stratégie, qui fut mise en œuvre aussitôt après les émeutes, ne visait pas seulement à réduire l’opposition au silence après une journée de sanglants règlements de compte. Le dessein du Sawaba tendant à remettre le RDA à sa place, soigneusement planifié et organisé, visait aussi à lui donner le plein contrôle du parlement, de la bureaucratie et de la chefferie du pays. Mises en rapport avec le déploiement des marginaux, ces mesures peuvent être considérées comme un coup d’État rampant menant à une prise de contrôle quasi-révolutionnaire au nom des talakawa, guidés par leur avant-garde, le petit peuple et les couches apparentées. Ainsi, ce fut en mai que le gouvernement de Bakary nomma enfin les premiers Nigériens – tous des fidèles du Sawaba – à des postes de commandement au sein de l’administration territoriale. Au début de ce mois, l’Assemblée vota une résolution à 26 voix contre 8 (ces dernières en provenance du RDA) exigeant une autonomie interne complète par rapport à la France. Comme les bureaux parlementaires restaient sous contrôle sawabiste, les présidents des différents groupes politiques étaient à présent exclus de la réunion fixant l’ordre du jour de l’Assemblée, ce qui éliminait de fait la voix du RDA. La commission des finances fut dessaisie du contrôle des comptes du parlement, qui furent pris en charge par le ministère correspondant, ce qui empêcha le RDA d’avoir un œil sur le budget de l’Assemblée. Bref, ses députés avaient été réduits à l’impuissance132.

  • 133 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958.

75Le gouvernement Sawaba avait été conduit à mettre cette nouvelle stratégie en pratique à cause de l’offensive d’avril du RDA, qui était elle-même le point d’orgue d’une agitation qui durait depuis un an. À travers cette stratégie, la voix parlementaire du RDA était muselée, ses membres harcelés – sans épargner les plus haut placés d’entre eux – ou induits à faire défection. Boubou Hama, par exemple, fut congédié de sa position à l’IFAN, l’institut qui avait servi de bastion au RDA durant les combats de fin avril. Il fut remplacé par Zodi Ikhia du FDN, parti qui avait fusionné avec le Sawaba au sein du parti interterritorial PRA. Djibrilla Maïga, l’unique chef de subdivision nigérien, membre du RDA et ancien sénateur métropolitain, fut affecté à Tahoua. Il s’agissait là d’une punition pour son implication dans les troubles de Margou qui avaient conduit au premier décès connu des évènements d’avril. Ces affectations administratives touchèrent plusieurs autres fonctionnaires. Partie du sommet, cette politique du châtiment se répandit dans les zones rurales au point de concerner des objectifs mesquins, par exemple, l’arrêt de la construction d’une école dans le village natal d’un député RDA de la région de Dosso, construction prévue depuis 1955 mais suspendue par le ministre de l’Éducation sous la pression de sawabistes de Gaya. Par ailleurs, le RDA souffrit de nombreuses et spectaculaires défections, y compris de la part de personnalités influentes auxquelles Bakary promettait un accueil chaleureux au sein de son parti. Les meetings du Sawaba dans la capitale attiraient de nombreux nouveaux adhérents133.

  • 134 Fuglestad, « Djibo Bakary », 325 et Djibo, Les transformations, 64-65.

76Enfin, le parti s’en prit en particulier aux bêtes noires de sa base, à savoir cet élément improbable de la coalition mise en place par Bakary, les chefs. Si par le passé il avait toujours eu du mal à contenir l’hostilité des plus intransigeants, il se sentait à présent assez fort pour imposer des sanctions à l’encontre de quelques-uns des Sarakuna, non pas encore pour les éliminer en tant qu’institution, mais pour les maîtriser et empêcher toute récurrence de rébellions semblables à celle qui avait failli lui coûter son gouvernement en novembre de l’année précédente. Le renvoi de chefs au temps du gouvernement Sawaba a été très commenté. Mais il semble que l’accent mis sur cet épisode ressort, dans une large mesure, d’une propagande française subséquente basée sur l’intention très politique de dépeindre ces révocations comme de scandaleux coups de force gouvernementaux (voir chapitre 4). Cette interprétation fut renforcée par l’historien Fuglestad qui, dans une analyse révisionniste du gouvernement de Bakary, exagéra le nombre de ces révocations, affirmant qu’elles avaient concerné un total de 20 chefs, dont quelques-uns des plus importants. Mamoudou Djibo a remis en cause ce récit en montrant qu’il n’y eut de suspendus que 9 chefs de canton sur 149, le plus souvent sous prétexte de « mauvaise gestion ». Trois de ces cas se produisirent en août 1958, et un d’entre eux semblait fondé sur de solides raisons administratives et non sur des calculs politiques134.

  • 135 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958.

77Six chefs furent en effet révoqués durant le printemps pour cause de « mauvaise gestion », dont cinq chefs de canton et un chef de province, le Sarkin Katsina de Maradi, co-fondateur de l’UNIS. Mamoudou Djibo décrit ces décisions comme des actes gouvernementaux normaux, tout en regrettant leurs motivations politiques implicites, mais il est important d’en comprendre le contexte temporel. Ainsi, toutes les révocations eurent lieu après les émeutes d’avril qui avaient mené à un durcissement immédiat de l’attitude du gouvernement. Les cinq chefs de canton furent démis par décret de Bakary – en sa qualité de ministre de l’Intérieur – le 30 avril, le jour même du paroxysme des combats de rue à Niamey. Il s’agissait donc là de mesures punitives destinées à inciter les autres Sarakuna à la soumission. La manœuvre réussit pour un temps, car elle provoqua un revirement complet des chefs qui avaient flirté avec le RDA. N’ayant guère confiance au Sawaba, mais tenant à leur tranquillité, ils se rallièrent au gouvernement, adoptant une attitude de docilité et initiant parfois une campagne en sa faveur. Les petites gens du Sawaba ne pouvaient se satisfaire de ces accommodements, comme le montra la révocation de Bouzou Dan Zambadi, Sarkin Katsina de Maradi. Lorsqu’il fut renvoyé le 5 mai, la nouvelle plongea la petite ville de Madarounfa dans une « allégresse générale135 ». Le Chameau paraissait invincible.

Notes

1 « Rapport moral présenté par le secrétaire général du mouvement socialiste africain (MSA) », non daté, (texte in A. Talba, Une contribution à l’étude des partis politiques nigériens : Le témoignage de Adamou Mayaki (Bordeaux, 1984).

2 Le vote combiné de l’UDN et du BNA était, en effet, inférieur de 2 % à ce qu’il était lors du scrutin pour la métropole de janvier 1956. F. Fuglestad, « Djibo Bakary, the French, and the Referendum of 1958 in Niger », Journal of African History, 14 (1973), 324.

3 C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique et des leaders d’opinion du Niger de 1945 à nos jours (Niamey, 1999) vol. 1, 40. La participation des régions nord, toujours plus basse à cause de sa population nomade, fut de 13 %, réduisant ainsi la moyenne générale de toutes les régions. À l’Est, le taux était de 35,6 % Cf. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, 1995), 199.

4 « Rapport moral présenté par le secrétaire général du mouvement socialiste africain. » Voir aussi Fluchard, Le PPN-RDA, 199 et F. Fuglestad, A History of Niger 1850-1960 (Cambridge, 1983), 184.

5 M. Djibo, Les transformations politiques au Niger à la veille de l’indépendance (Paris, 2001), 60, n. 4.

6 Voir « Rapport moral présenté par le secrétaire général du Mouvement socialiste africain » section III, dernier paragraphe.

7 Ibid., passim.

8 Synthèse des événements politiques qui ont précédé au Niger l’élection du conseil du Gouvernement. Très confidentiel, CAOM, Cart. 2187/D.7.

9 Ibid. ; « Rapport moral présenté par le secrétaire général du mouvement socialiste africain », passim ; et Fluchard, Le PPN-RDA, 199 et 204.

10 « Rapport moral présenté par le secrétaire général du mouvement socialiste africain », passim ; Le chef du territoire du Niger, P. Bordier, à Monsieur le haut-commissaire de la République en AOF, 20 mai 1957. Très confidentiel ; CAOM, Pol. Cart. 2187/D.7 ; Section de coordination, no 78 (ou 3) 4 SC.FOM. Bulletin de renseignements, 22 mars 1957 ; CAOM, Cart. 2198/D.2 ; Djibo, Les transformations, 60.

11 Synthèse des événements politiques qui ont précédé…

12 M. Last, « Towards a Political History of Youth in Muslim Northern Nigeria, 1750-2000 », in J. Abbink et I. van Kessel (dir.), Vanguard or Vandals : Youth, Politics and Conflict in Africa (Leyde et Boston, 2005), chap. 2.

13 Maman, Répertoire biographique, 231 et 378 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 205, 384 et 394 ; « Parti Sawaba. Pour l’Indépendance effective du Niger : Les raisons de notre lutte » (Bureau du Parti Sawaba : Bamako, 15 janv. 1961), 66 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 20 au 26 août 1959 », no 44 ; CAOM, Cart. 3687 ; interviews Sao Marakan & Harou Kouka, Niamey, 16 nov. 2002/26 nov. 2003.

14 Djibo, Les transformations, 60.

15 Fluchard, Le PPN-RDA, 205.

16 Synthèse des événements politiques qui ont précédé… ; Fluchard, Le PPN-RDA, 394.

17 Il ajouta cependant que le socialisme devait être adapté aux réalités du pays et qu’il ne pouvait être assimilé à un quelconque parti socialise. Le congrès adopta une résolution mettant l’accent sur l’ « indépendance organique » par rapport aux formations de la métropole, tout en maintenant les relations avec la SFIO. « Rapport moral présenté par le secrétaire général du Mouvement socialiste africain », section VII ; Synthèse des événements politiques qui ont précédé… ; télégrammes de Bordier à France outre-mer, nos 44-45 et 46-47, 7 et 10 mai 1957 ; CAOM, Cart. 2198/D.2.

18 D. Bakary, Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant africain (Paris, 1992), 168 ; Djibo, Les transformations, 59 ; interview Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003. La couleur bleue a peut-être été copiée à l’origine de l’UNIS, un parti de l’Est, et souligne l’importance de l’Est pour l’UDN.

19 Voir à ce sujet F. Fuglestad, « UNIS and BNA : The Rôle of “Traditionalist” Parties in Niger, 1948-1960 », Journal of African History, 16 (1975), 113-114.

20 Synthèse des événements politiques qui ont précédé… ; Maman, Répertoire biographique, 381-382 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 392.

21 Télégramme de Bordier à France outre-mer, no 53, 12 mai 1957 ; CAOM, Cart. 2198/D.2 ; Maman, Répertoire biographique, passim.

22 Bordier à Monsieur le haut-commissaire de la République en AOF, 20 mai 1957 ; Synthèse des événements politiques qui ont précédé… ; Djibo, Les transformations, 60-63 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 201-205 ; Maman, Répertoire biographique, 403.

23 Toutes les sections du parti, en dehors de celle de Dosso qui préféra Condat, le prirent pour candidat, sur quoi les Français lui demandèrent de former un gouvernement. Synthèse des événements politiques qui ont précédé au Niger l’élection du conseil du Gouvernement.

24 « Annuaire Politique du Niger » (Paris & Dakar, n. d., ca. 1957-58) ; interview Adamou Assane Mayaki, Niamey, 29 janv. 2003 ; Djibo, Les transformations, 60, 63 ; Maman, Répertoire biographique, 185-186 et 306-307. Bakary fut élu député de Tahoua. Djibo, Les transformations, 63.

25 Bordier à Monsieur le haut-commissaire de la République en AOF, 20 mai 1957 ; Synthèse des événements politiques qui ont précédé… ; Maman, Répertoire biographique, 254.

26 Le Français était Hermann Achaume, ingénieur de son état. Synthèse des événements politiques qui ont précédé… ; Maman, Répertoire biographique, 170-171 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 201.

27 Synthèse des événements politiques qui ont précédé…

28 Ibid.

29 J.-R. de Benoist, L’Afrique-Occidentale Française de la conférence de Brazzaville (1944) à l’indépendance (1960) (Paris, 1982), 340 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 200-201, se référant au témoignage de Bakary.

30 Mamoudou Djibo a quelque peu sous-estimé cet aspect de la question (« Les enjeux politiques dans la colonie du Niger [1944-1960] », Autrepart, no 27, 2003), 52.

31 Au cours de la campagne électorale, le PPN fit référence à « la souillure que constitue l’apport des chefs ». Voir Le Niger, no 102, 18 mars 1957 in Fluchard, Le PPN-RDA, 198.

32 Synthèse des événements politiques qui ont précédé…

33 Ibid. ; télégramme de Bordier à France outre-mer, no 114-115, 5 mai 1957 et 161/APA Affaires politiques & administratives ; lettre à France outre-mer & Dakar, ca. 9 mai 1957 (tous deux CAOM, Cart. 2198/D.2) ; Maman, Répertoire biographique, 309 et 341. L’incident eut lieu le 20 avril 1957 et non, comme semble le suggérer Fluchard (Le PPN-RDA, 231), à la fin de l’année. A. Mayaki, Les partis politiques nigériens de 1946 à 1958 : Documents et Témoignages (Niamey, 1991), 37, affirma que l’incident était ridicule puisque les blessures du député étaient légères. Si ce point est confirmé dans les rapports français cités plus haut, le député avait tout de même été pris à partie par 50 personnes qui le mirent en état d’invalidité pour dix jours.

34 En mai et juin 1956, de violents incidents eurent lieu entre le PPN et l’UDN. Voir chap. 1.

35 Synthèse des événements politiques qui ont précédé…

36 Bordier à Monsieur le haut-commissaire de la République en AOF, 20 mai 1957.

37 Voir en ce qui concerne le dénigrement réciproque, Fluchard, Le PPN-RDA, 198-200 et « Rapport moral présenté par le secrétaire général du Mouvement socialiste africain ».

38 Bordier à Monsieur le haut-commissaire de la République en AOF, 20 mai 1957 ; Synthèse des événements politiques qui ont précédé… Les institutions communistes étaient considérées comme des « internationales hostiles à l’établissement d’une communauté franco-africaine et eurafricaine ».

39 « Rapport moral présenté par le secrétaire général du Mouvement socialiste africain », passim.

40 « Allocution prononcée le 18 mai 1957 par le Président [sic] Bakary Djibo après son investiture » (texte in Bakary, Silence !, 189-191).

41 Ibid. et « Rapport moral présenté par le secrétaire général du Mouvement socialiste africain », passim.

42 Ibid.

43 Fuglestad, « Djibo Bakary », 320.

44 Voir, pour ces aperçus fascinants sur les premiers débats parlementaires nigériens CAOM, Cart. 2289/D.7. Ce dossier contient le compte-rendu du déroulement des activités de la commission permanente du début 1957 à l’automne 1958, ainsi que de celles de l’Assemblée.

45 La peine de Traoré fut prononcée en 1951. Il se peut que la cause en ait été grave, puisqu’il fut condamné à 10 ans de prison, sans pourtant subir cette peine jusqu’au bout. Je n’ai pu retrouver les détails de l’affaire, mais voir le rapport joint par la suite à la lettre du haut-commissaire de la République en Afrique-Occidentale Fr. à M. le ministre de la France d’outre-mer, 5 juillet 1957 ; CAOM C. 2257/D.3. Aux environs de la même époque, un autre cadre, Joseph, fut condamné à 5 ans de travaux forcés et à une amende pour détournement de fonds. Il fut renvoyé de son travail d’opérateur radio et d’employé des PTT. Voir ANN, 86 MI 1 C 1.2 pour ce cas précis, qui concernait également son épouse.

46 Voir Djibo, Les transformations, 62.

47 Texte dans l’autobiographie Silence !, 192-194.

48 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 ; CAOM, Cart. 2233/D.2 et Fuglestad, History of Niger, 169.

49 « Aperçu sur la Situation Politique du Tterritoire du Niger Durant la période du 15 nov. 1957 au 31 déc. 1957 » ; CAOM, Cart. 2154/D.3 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S – Note d’information ; SHAT, 10 T 717/D.2

50 « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger…  15 nov. 1957 au 31 déc. 1957. »

51 Djibo, « Les enjeux politiques », 52.

52 Djibo, Les transformations, 67 et ibid., « Les enjeux politiques », 51-52.

53 « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger… 15 nov. 1957 au 31 déc. 1957. »

54 Y compris avec des anciens sympathisants du Sawaba dans les localités de la vallée du Niger, entretiens tenus en oct.-nov. 2005. Voir la prochaine note.

55 Interviews de Mamoudou Béchir, Dargol, 31 oct. 2005 ; Djaouga Idrissa, près de Dargol, 31 oct. 2005 ; Mamane Boureïma & Djibo Foulan, Bandio, 4 nov. 2005 ; Abdramane Adamou, Soudouré, 27 févr. 2008 ; Katiella Ari Gaptia, Bosso, Lac Tchad, 13 févr. 2006.

56 « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger… 15 nov. 1957 au 31 déc. 1957. » Par la suite, les sawabistes s’attribuèrent le mérite d’avoir amélioré la santé publique, bâti des écoles, établi les coopératives agricoles, construit des routes et des ponts et lancé l’africanisation du personnel d’administration. « Les raisons de notre lutte, 24-25 ; Survol sur le Sawaba de mars 1957 à septembre 1958 », signé Assane Adamou Mayaki (et obtenu grâce à lui), sans lieu ni date ; « Contribution de la délégation de l’UDFP-Sawaba au succès de la conférence nationale des forces vives du Niger », Niamey 29 juillet 1991 ; République du Niger. Union des forces populaires pour la démocratie et le progrès, Niamey.

57 « Contribution de la délégation de l’UDFP-Sawaba au succès de la conférence nationale des forces vives du Niger », 4 et « Les raisons de notre lutte », 22.

58 Djibo, « Les enjeux politiques », 52. Un résultat de ces financements a été de creuser le fossé entre les zones rurales et urbaines. Fuglestad, History of Niger, 170-171.

59 « Survol sur le Sawaba de mars 1957 à sept. 1958 » et Fuglestad, History of Niger, 179.

60 « Survol sur le Sawaba de mars 1957 à sept. 1958. »

61 Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 364.

62 Sawaba-MSA, no 11, 16 août 1957, cité in Fluchard, Le PPN-RDA, 203-204 ; Bakary, Silence !, 184; Djibo, Les transformations, 70.

63 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 ; Djibo, Les transformations, 69-70 ; ibid., « Les enjeux politiques », 54 ; Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 342.

64 Djibo, Les transformations, 62-64 et Fluchard, Le PPN-RDA, 202-203.

65 Bordier à France outre-mer et Dakar, 10 nov. 1957 ; CAOM, Cart. 2198/D.2.

66 À cet égard, voir par exemple son autobiographie, Silence !, passim.

67 Despatch no 5 (H.A. Twist, Office of the Deputy High Commissioner for the United Kingdom, Kaduna) to Viscount Head, High Commissioner for the United Kingdom, Lagos, 31 juillet 1961 ; Mallam Aminu Kano, M.P. : Leader of the NEPU and Government Chief Whip in Federal House of Representatives ; n. d., ca. fin 1961 ; PRO, DO 177/59 ; présidence du Conseil. SDECE. « Nigéria – AOF (Niger). Collusion de Partis politiques ». Référence 10738/A, 2 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis ; Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 (note 48) ; Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de l’AOF pour la période ? [1958] (ca. sept. 1958) ; CAOM, Cart. 2248 ; « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger… 15 nov. 1957 au 31 déc. 1957 (n. 49) » ; Renseignement du SDECE a/s de la Nigéria 1955-1959: président du conseil. SDECE Destinataire no 562. Ref. 14335/A, 29 déc. 1958 ; CAOM, Cart. 2180/D.5.

68 Bordier à France outre-mer et Dakar, 2 et 10 nov. 1957 ; CAOM, Cart. 2198/D.2 ; Le Monde (Paris), 26 nov. 1957 ; Bakary, Silence !, 171-172; Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 347 ; Djibo, Les transformations, 68.

69 Bordier à France outre-mer et Dakar, 10 nov. 1957.

70 Compagnie transafricaine S.A. Sur les Bellas (« Bugaje », sing. « Buzu », en haoussa), voir Fuglestad, History of Niger, 28 ; S. Baier, An Economic History of Central Niger (Oxford, 1980), 16 ; S. Decalo, Historical Dictionary of Niger (Metuchen, NJ et Londres, 1979), 48 ; interview avec Mounkaila Beidari, Niamey, 2 déc. 2003. Sur les Kourtey, voir S. Bernus, Niamey : Population et habitat ; documents d’enquêtes (Études nigériennes « documents », 11 ; IFAN-CNRS : sans lieu, ca. 1964), 3.

71 Bordier à France outre-mer et Dakar, 2 et 10 nov. 1957. Un rapport confidentiel de la police est attaché à la deuxième lettre.

72 Ceci pouvait compenser le manque de soutien au niveau de certains de leurs régions d’origine, élément non considéré par Djibo, « Les enjeux politiques », 53. La pertinence de la prise en compte des répertoires culturels locaux et de la violence dans la campagne électorale est débattue dans K. van Walraven « Sawaba, Niger and the Revolution of a Social Movement (1954-1966) » ; papier présenté pour « Lutter dans les Afriques » ; université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 22-23 janvier 2010. Voir également J.-P. Olivier de Sardan, « Le culturalisme traditionaliste africaniste : Analyse d’une idéologie scientifique », Cahiers d’études africaines, 50 (2010), 419-453.

73 Pour ce terme, voir par exemple « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 26 nov. au 2 déc. 1959 », no 58 ; CAOM, Cart. 2251.

74 Fluchard, Le PPN-RDA, 205-206.

75 Entretien avec Moumouni Daouda, Tillabéri, 3 nov. 2005.

76 « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger… 15 nov. 1957 au 31 déc. 1957. »

77 Djibo, « Les enjeux politiques », 53. Voir par exemple un pamphlet électoral du RDA intitulé « Un visage du M.S.A.  : Téra ville martyre » (n. d., mais entre 1956 et mars 1957) ; ANN, 1 E 45.34 ; et « Le gouvernement croupion MSA » (par le politicien RDA Noma Kaka ; texte in La Voix Libérée, no 1, mars-avr. 2011, 15).

78 « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger… 15 nov. 1957 au 31 déc. 1957. »

79 Fluchard, Le PPN-RDA, 221-222, en doute.

80 Ibid., 220-224. En février 1958 ceci se produisit de nouveau, avec une grève-surprise de 95 % des fonctionnaires. Fuglestad, « Djibo Bakary », 321.

81 « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger… 15 nov. 1957 au 31 déc. 1957. »

82 Ibid. ; télégrammes de Bordier (qui n’avait pas soutenu la révolte ; KVW) à France outre-mer, nos 94-95 et 96, 26 et 27 nov. 1957 ; CAOM, Cart. 2198/D.2 ; Talba, Une contribution, 94-97. Djibo, Les transformations, 61, assure que Siddo fut aussi éjecté du parti, ce qui est contredit par l’Aperçu.

83 Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 355-358.

84 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 230-231.

85 Bakary, Silence !, 185-186 ne tarit pas d’éloge sur ce gouverneur. Également Fluchard, Le PPN-RDA, 230.

86 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 24 au 31 déc. 1959, no 61 » ; CAOM, Cart. 3689 ; Bakary, Silence !, 184.

87 Djibo, Les transformations, 74 et Fluchard, Le PPN-RDA, 230-234.

88 « I/D 2 juin 1958. Strictement Confidentiel. L’Inspecteur de la France d’outre-mer Marcel Boyer à Monsieur le ministre de la France d’outre-mer Paris. Objet : Incidents au Niger » (abrégé à partir d’ici en Mission Boyer, Rapport) ; « I/E : Incidents au Niger et en Guinée – Exécution de mes instructions no 944/DC du 13 mai 1958 confirmées par T.O. chiffré du 22 mai 1958 » (abrégé à partir d’ici en Mission Boyer, conclusions) ; « Annexe au rapp. 1 D du 2 juin 1958 de M. l’Inspecteur Général Boyer “Incidents au Niger”. Fascicule des Pièces Annexes du Rapport sur les Incidents de Niamey avril 1958. Maintien de l’ordre » (abrégé à partir d’ici en Mission Boyer, annexes) ; tous CAOM, Cart. 1041 et 2255/D.2.

89 Mission Boyer, annexes et synthèse politique. Avril-mai-juin 1958. Il s’agit peut-être du même incident qui eut lieu dans le quartier de Lakouroussou et qui, aux dires du PPN, aurait impliqué Amadou dit Gabriel, qui était haut placé dans la hiérarchie du Sawaba. Fluchard, Le PPN-RDA, 232.

90 Mission Boyer, annexes, incluant également des accusations de parti. Ces dernières seront indiquées par l’usage du conditionnel.

91 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 ; bulletin de renseignement. No 1027/BE, 18 avr. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D1 bis ; interview Sao Marakan, Niamey, 29 janv. 2003.

92 Mission Boyer, annexes. Sur les rapports entre jeunesse et violence politique, voir Last, « Towards a Political History of Youth in Muslim Northern Nigeria ».

93 Mission Boyer, annexes. Un autre député RDA, Hima Hamani, était peut-être aussi impliqué dans cet incident.

94 Mission Boyer, rapport, conclusions et annexes ; et synthèse oolitique. Avril-mai-juin 1958.

95 Mission Boyer, annexes, et synthèse politique. Avril-mai-juin 1958.

96 Mission Boyer, conclusions et annexes ; et cynthèse politique. Avril-mai-juin 1958. De façon significative, le RDA laissa de côté, dans ses propres accusations, les incidents qui étaient survenus avant la fin du mois d’avril.

97 Mission Boyer, annexes.

98 Bulletin de renseignement. No 1027/BE, 18 avr. 1958.

99 Djibo, « Les enjeux politiques », 58 soutient correctement que les considérations ethno-régionales n’avaient guère d’importance avant l’indépendance. De fait les archives coloniales montrent qu’il s’agissait là d’une obsession des Français, qui observaient le Niger à travers ce prisme réducteur. Pour Djibo, il serait abusif de ne voir dans le PPN qu’un parti zarma-songhay, se référant aux nombreux Haoussa et personnes d’autres groupes ethniques qui firent partie du régime PPN. Mais il s’agissait là, en partie, du résultat des efforts de mobilisation accomplis par le PPN au Centre et à l’Est après qu’il ait pris le pouvoir en fin 1958. Voir Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études pour la période du 18 au 24 juin 1959, no 35, ex. no 1 CAOM, Cart. 2249. Son organe clef, le Bureau politique, ne comprit jamais, jusqu’à la chute du régime en 1974, un seul Kanouri (extrême-est) ni non plus de Haoussa (en dehors de trois Maouri, d’un sous-groupe haoussa de Dogondoutchi, dans la partie ouest du pays). R. Higgott et F. Fuglestad, « The 1974 Coup d’État in Niger : Towards an Explanation », Journal of Modern African Studies, 13 (1975), 386-387.

100 L’UDN étant constitué de personnes qui avaient fait défection du PPN, le Sawaba prit au PPN le modèle de l’organisation des femmes du parti à travers la magajiya. Fluchard, Le PPN-RDA, 64, 153 et H. Djibo, La participation des femmes africaines à la vie politique : les exemples du Sénégal et du Niger (Paris, 2001), 104-105.

101 Rollet à France outre-mer & Dakar, 28 avr. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis (lettre).

102 Interview Idrissa Yansambou, Archives nationales du Niger, Niamey, 27 févr. 2008. À ne pas confondre avec la rue Salaman, vers le sud de l’ancienne avenue. Ces artères devaient leur nom à un officier colonial.

103 Mission Boyer, annexes et Bernus, Niamey.

104 Decalo, Historical Dictionary, 153.

105 Mission Boyer, annexes ; télégramme Rollet à France outre-mer. Priorité absolue sans délai. Confidentiel. No 113, 29 avr. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis (ce dernier document rejette la responsabilité de l’incident avec le frère de Bakary sur Maïga) ; interview Mossi Salifou, Niamey, 29 févr. 2008. Diori aussi parla à Delarozière des incidents du matin au cours d’une visite de routine et affirma faussement que sa maison avait été attaquée. L’IFAN était un institut de recherche.

106 La marque Ford Versailles a été introduite en France en 1955. K. van Walraven, « Vehicle of Sedition : The Role of Transport Workers in Sawaba’s Rebellion in Niger, 1954-1966 », in J.B. Gewald, S. Luning & K. van Walraven (dir.), The Speed of Change : Motor Vehicles and People in Africa, 1890-2000 (Leyde et Boston, 2009), 75-103.

107 Le RDA offrit un récit moins plausible de ces évènements : le chauffeur de Amadou dit Gabriel, « Dodo », bloqua la voie, empêchant le véhicule de Maïga de bouger. Elle réussit néanmoins à se frayer un chemin, et fut pourchassée par la Versailles de Gabriel. Le garçon aurait été renversé par la voiture de Gabriel, non celle de Maïga. Boyer rejeta cette version des faits. Mission Boyer.

108 Ibid.

109 Le procureur de la République à Monsieur le chef du territoire du Niger, 27 août 1958. Confidentiel ; CAOM, Cart. 2189/D.12.

110 Mission Boyer, rapport et annexes ; Maman, Répertoire biographique, 403 ; Fuglestad, « Djibo Bakary », 323.

111 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 20 au 26 août 1959, no 44 ex. no 1, 95 » ; CAOM, Cart. 3687 ; interview Mounkaila Beidari, Niamey, 2 déc. 2003.

112 Last, « Towards a Political History of Youth in Muslim Northern Nigeria », 40 et 49 ; R.L. Sklar & C.S. Whitaker, « Nigeria », in J.S. Coleman & C.G. Rosberg (dir.), Political Parties and National Integration in Tropical Africa (Berkeley, Los Angeles & London, 1964), 623 ; and Despatch no 5 (H.A. Twist, Office of the Deputy High Commissioner for the United Kingdom, Kaduna) to Viscount Head, High Commissioner for the United Kingdom, Lagos, Secret, 31 juillet 1961 (n. 67 ci-dessus), qui contient une note gribouillée au sujet des connotations arabes du mot « vent » renvoyant à l’illégitimité ou à une forme d’invective.

113 Bernus, Niamey, 5. Il était à l’origine peuplé d’un sous-groupe zarma, les Kallé.

114 Mission Boyer, rapport et annexes.

115 Ibid.

116 Ibid.

117 Ibid.

118 Ibid.

119 Ibid., annexes et télégramme de Rollet à France outre-mer. Priorité absolue sans délai. Confidentiel. Copie à Dakar. Nos 114-115, 29 avr. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis.

120 Mission Boyer, annexes, et interview avec Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003. La plupart des leaders du RDA se seraient regroupés dans la maison de Boubou Hama qui aurait également été attaquée. Fluchard, Le PPN-RDA, 233.

121 Mission Boyer, annexes et télégramme de Rollet à France outre-mer Paris, copie à Dakar. Priorité absolue. No 116, 30 avr. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis. Le RDA reconnut que Abdou avait tiré le premier, mais en l’air, afin d’effrayer les assaillants. Le Sawaba avança que les deux morts avaient été causées par Maïga lui-même, qui aurait essayé d’empêcher son beau-frère de tirer dans la foule. L’adolescent qui avait été tué, Adama Mahamane, était arrivé à Niamey depuis peu et y travaillait en tant que domestique.

122 Mission Boyer, annexes et le procureur de la République à Monsieur le chef du territoire du Niger, 27 août 1958.

123 Son nom étant listé dans la catégorie des blessés sawabistes, je suppose que sa mère était une sympathisante de ce parti. Voir la liste in Mission Boyer, rapport et annexes. Aux dires des leaders du RDA, beaucoup de Bellas furent tués par des « Zarma » en représailles, et leurs corps furent jetés dans le fleuve Niger. Fluchard, Le PPN-RDA, 234.

124 Mission Boyer, rapport et conclusions, qui estime que si les gendarmes étaient intervenus le 27, les émeutes auraient pu être empêchées. Le RDA avança que la police et la gendarmerie avaient reçu ordre de ne pas intervenir, et un tel ordre ne pouvait provenir que du ministère de l’Intérieur, contrôlé par Bakary. Fluchard, Le PPN-RDA, 233-234. Pour d’autres accusations faites par le RDA, voir son communiqué (texte in La Voix Libérée, no 1, mars-avr. 2011, 12-14). Les recommandations de Boyer, tout en visant directement le Niger, reposaient aussi sur des évènements similaires survenus en Guinée.

125 Rollet à Bakary, 30 apr. 1958, in Mission Boyer, annexe VII.

126 Mission Boyer, rapport.

127 Entretiens avec Georges Condat, Mounkaila Beidari et Elhadj Illa Salifou, Niamey, 27 nov., 2 déc. et 25 nov. 2003.

128 Bureau Exécutif, Parti Sawaba, à Rollet, 1er mai 1958, in Mission Boyer, annexe III ; Mission Boyer, rapport & annexe VI.

129 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 et Azalaï (un organe du Sawaba), 7 juin 1958.

130 Télégramme de Rollet à Dakar & Paris, no 199, 1er mai 1958 ; télégramme de Rollet à France outre-mer. Priorité absolue, no 36, 2 mai 1958 (tous deux CAOM, Cart. 2181/D.1 bis) ; Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958.

131 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958. Lors de la bagarre de Tessaoua, trois personnes furent blessées.

132 Ibid. et lettre de Rollet à France outre-mer et Dakar, 10 mai 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis.

133 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958.

134 Fuglestad, « Djibo Bakary », 325 et Djibo, Les transformations, 64-65.

135 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958.

Table des illustrations

Titre Photo 2.1 – Sallé Dan Koulou – une des rares images que nous avons de lui (Sawaba, déc. 1964).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43225/img-1.jpeg
Fichier image/, 20k
Titre Photo 2.2 – Gonimi Boukar, Niamey, 2005.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43225/img-2.jpeg
Fichier image/, 152k
Titre Photo 2.3 – Adamou Assane Mayaki (La Voix Libérée, no 1, mars-avril 2011, 41).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43225/img-3.jpeg
Fichier image/, 83k
Titre Photo 2.4 – Koussanga Alzouma (pamphlet sawabiste sans date ; vers 1964).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43225/img-4.jpeg
Fichier image/, 189k
Titre Photo 2.5 – L’ancien Bar Rivoli, 2005.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43225/img-5.jpeg
Fichier image/, 279k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540