Version classiqueVersion mobile

Espaces en transactions

 | 
Raymonde Séchet
, 
Isabelle Garat
, 
Djemila Zeneidi

Première partie. Mobilités et capital spatial

La motilité, une forme de capital permettant d’éviter les irréversibilités socio-spatiales ?

Vincent Kaufmann et Christophe Jemelin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Note portant sur l’auteur1

Depuis la fin des années quatre-vingt-dix, de nombreuses enquêtes sur la mobilité mettent en relief que le nombre moyen de déplacements réalisés par personne et par jour et le budget-temps quotidien qui leur est alloué augmente en Europe2, démentant ainsi la « conjecture de Zahavi » sur laquelle étaient fondées de nombreuses recherches et modélisations dans le domaine de la socioéconomie des transports. Non seulement le nombre de kilomètres parcourus dans la vie quotidienne ne cesse de croître, mais en plus cette croissance est soutenue par une augmentation des budgets-temps consacrés par la population aux déplacements. Quel phénomène se cache-t-il derrière cette tendance à la hausse ? Un nouvel équilibre entre ancrage et mobilité ? Une nouvelle attirance pour la mobilité ?

Le texte qui suit propose de se saisir de ces questions, ceci en quatre temps. Nous commencerons par rappeler en quoi la mobilité accompagne l’exigence structurelle qu’est devenue la flex...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search