Version classiqueVersion mobile

Rennes sous la iiie République

 | 
Patrick Harismendy

Chapitre 15. Le secrétaire général Vadot

Jean Le Bihan

Texte intégral

  • 1 M. Crozier, 1963.
  • 2 B. Dumons et alii, 1997.

Vadot a exercé les fonctions de secrétaire général de la mairie de Rennes pendant précisément 24 ans : fonctions de premier plan, à l’échelle de la ville, qui confèrent une autorité au moins de droit sur l’ensemble du personnel municipal, mais fonctions délicates, très délicates même, faites, comme toujours en administration, de décisions quotidiennes et d’arbitrages entre parties, fonctions d’autant plus délicates que Vadot, en débarquant à Rennes au printemps 1885, ne connaît rien de la vie politico-administrative locale, rien de ses codes, rien de ses coteries. On ignore tout, à vrai dire, de son recrutement par le maire de l’époque, le flamboyant Le Bastard. Tout juste connaît-on les conditions, somme toute avantageuses, de son installation : 6 000 francs annuels, auxquels s’ajoute le logement de fonction à l’Hôtel de ville. Son dossier, conservé aux archives municipales, est étonnamment vide : réserve faite de l’organisation de ses obsèques (mais la vie de Vadot est alors finie), il se borne à indiquer les augmentations de traitement auxquelles sa longévité administrative lui donne droit. Comme si Vadot, qui avait été l’œil et, en un sens, la mémoire d’une certaine vie municipale rennaise, avait réussi, quant à lui, à se dérober au regard de son entourage : saisissant contraste. Mais ce contraste est tout superficiel : car bien sûr le Journal parle autant sinon plus de son auteur que de toutes celles et tous ceux qu’il fait revivre au fil de ses pages. Et là est son prix pour l’historien d’aujourd’hui. Les extraits ci-après éclairent deux aspects à la fois complémentaires et séparés de la vie de Vadot. D’abord son activité de haut fonctionnaire municipal. On ne trouvera, en ce domaine, aucun compte rendu, aucune description précise et détaillée de son travail quotidien. Non, ici le texte parle en creux, en ce que tout simplement il indique ce qui compte aux yeux de son auteur. Et ce qui compte, on le découvre, ce sont en tout premier lieu ses relations avec ses subordonnés immédiats, des hommes plus ou moins ambitieux, plus ou moins indépendants, dont les ressources professionnelles s’alimentent aussi bien à leurs relations avec les élus que, pour quelques-uns, les architectes notamment, à leur notoriété locale. L’effet anxiogène du « face à face » hiérarchique, jadis décrit par Michel Crozier1 trouve dans ces pages une parfaite illustration. Le reste du personnel municipal, en revanche, forme une masse indistincte. C’est que vis-à-vis de lui Vadot n’a pas le même statut : il est cette fois le chef lointain, sans doute un peu paternaliste, mais humaniste, en tout cas soucieux de lui reconnaître de légitimes garanties.
Le second intérêt des Cahiers, c’est de jeter une lumière crue et en cela précieuse sur l’intégration de Vadot dans la bonne société locale. Intégration ambiguë pour le moins : d’un côté, Vadot s’acquitte, bon gré mal gré, des obligations sociales imposées par sa fonction, de l’autre il n’a de cesse de décrier ces élites locales avec lesquelles pourtant il fraye. Il n’y a pas jusqu’à l’ironie du ton que l’on ne puisse interpréter comme une manière de mise à distance volontaire. Intégration ambiguë ? Intégration incomplète en tout cas, qui trahit sûrement son parvenu, ici doublé d’un « horsain », et qui confirme là encore une thèse, celle de l’insertion en demi-teinte des hauts fonctionnaires municipaux dans les sociétés urbaines de la IIIe République2.
S’il est finalement un trait d’union entre ces deux sphères, il faut le chercher du côté des élus municipaux, maires, adjoints, simples conseillers, dont la présence rôde, insistante, à chaque page, partenaires quotidiens de travail mais aussi relations mondaines, voire amicales. Lues sous cet angle, les pages qui suivent constituent un témoignage d’une rare valeur sur les sentiments mitigés et complexes nourris par un haut fonctionnaire municipal vis-à-vis de sa hiérarchie, en un temps – le tournant du XXe siècle –, où l’administration locale, en se professionnalisant, voit se recomposer en son sein les relations de pouvoir

Une certaine idée de l’État

1Précieuses sont les mentions, même éparses, sur l’idée que Vadot se fait de l’État. Elles révèlent un fervent défenseur des libertés locales, prompt à dénoncer les méfaits d’une l’administration d’État présentée comme corrompue et despotique. Un profond pessimisme, accordé à l’air du temps, sourd de ces lignes.

Lundi 7 mars 1898

2L’indifférence, le scepticisme sont aujourd’hui la note dominante dans la nation. Tous les hommes qui se sont succédé au pouvoir n’ont causé que des déceptions. Ils ne sont que les très humbles serviteurs des hauts fonctionnaires. Le fonctionnaire nous envahit de plus en plus, il est tout puissant. Les hommes politiques ne paraissent avoir qu’un mobile : faire leur fortune, celle de leurs parents et de leurs amis. Je ne dirai pas que pour atteindre ce but, les lois soient violées, mais la morale, l’honnêteté le sont outrageusement ; l’arbitraire, le favoritisme inspirent les actes de nos politiciens, de nos hommes d’État. Les hauts emplois sont accordés non pas au mérite, mais aux solliciteurs fortement recommandés. Il en est ainsi partout dans la marine, l’armée, la magistrature.

Lundi 21 mars 1898

3La Chambre des députés est inapte, le Gouvernement est sans énergie, la France est pourrie et déconsidérée à l’extérieur ; nous sommes une nation en pleine décadence, qui se meurt, qui sera bientôt rayée de la carte de l’Europe. Voilà ce qui se dit couramment.

Mercredi 21 octobre 1903

  • 3 Le préfet Victor Rault, en poste à Rennes depuis l’année précédente.
  • 4 Jean Le Blanc (1859-1914) est un brigadier d’octroi auquel le préfet Victor Rault a refusé la promo (...)

4M. Pinault a dit il y a quelques jours à M. Blin, ingénieur du service de voirie, que je n’aimais pas le préfet3. Je n’ai jamais dit cela. Je n’aime pas l’administration centrale, ce qui est bien différent. Je trouve qu’elle abuse de sa tutelle et que les communes ne sont pas assez autonomes. C’est ce qui fait que je me vois quelquefois contre les prétentions du préfet ou plutôt des préfets, contre l’espoir qui anime leurs actes. Le préfet actuel ne se comporte pas mieux que les préfets de l’Ordre moral ; ce sont les mêmes enquêtes sur les fonctionnaires, les mêmes suspicions. Un de ces derniers jours, à propos de l’affaire Le Blanc4, le maire ayant dit au préfet : « Mais, c’est le régime des suspects. » « Parfaitement » aurait répondu le préfet ! Le propos est-il exact ? Le maire me l’a affirmé ; du reste les faits semblent le confirmer. Quoi qu’il en soit, les municipalités sont trop sous la dépendance du pouvoir central, et une large décentralisation devrait être étudiée et menée à bonne fin […].

Vendredi 22 janvier 1904

  • 5 Les élections municipales de mai 1904.
  • 6 Recueils et jurisconsultes bien connus.

5Les relations entre la préfecture et la mairie prennent une tournure aigre-douce qui devient amusante : c’est maintenant à qui relèvera de part et d’autre des irrégularités, des omissions, des erreurs. Le préfet, m’a-t-on dit, a imposé aux chefs de division sous leur responsabilité de ne laisser passer aucune faute qui serait commise par les bureaux de la mairie. Et alors ce sont des renvois de pièces avec des observations mesquines, des demandes d’explications sur un petit ton autoritaire qui m’amuse. Nous répondons de même et cela ira ainsi jusqu’aux élections prochaines5. J’ai bien recommandé aux chefs de bureau de la mairie de veiller avec soin sur leurs envois à la préfecture. Ces petites tracasseries auront peut-être du bon ; elles me feront piocher Dalloz, Béquet, Morgand6, le conseil d’État ; je n’y avais plus goût et je me fiais un peu trop à ma mémoire. À quelque chose malheur est bon.

Mercredi 27 janvier 1904

  • 7 Vadot parle par métonymie de la préfecture, installée à cette adresse.

6La préfecture nous fiche la paix depuis quelques jours. Aurait-elle compris que ses petites tracasseries pouvaient se retourner contre elle et que la mairie allait se défendre en répondant du tac au tac ? Ce n’est pas la première fois que pareils incidents se produisent et il en a cuit parfois aux grands manitous du contour de la Motte7.

Chefs et sous-chefs des services municipaux

7Vadot évoque longuement ses collaborateurs immédiats. Il ne s’étend guère sur son rôle administratif, dont transparaît seulement, en filigrane, la dimension médiatrice, préférant décrire le jeu mêlé de ses sentiments vis-à-vis d’eux et de ceux qu’il leur prête à son égard. Ce qui frappe, c’est le poids des inimitiés et des jalousies contenues. Tout un réseau de projections psychologiques se découvre petit à petit, compliqué par la conjoncture politique et les rapports avec les élus.

I. Un subordonné ambitieux : le chef du secrétariat Louis Le Rondel8

Mercredi 22 septembre 1897

  • 9 Le ministre était venu à Rennes les 5 et 6 juin 1897 pour présider la remise des prix du concours r (...)
  • 10 Allusion probable aux aventures féminines de l’ancien maire.

8M. Lajat m’a dit aujourd’hui que l’attitude de M. Le Rondel, chef du secrétariat à la mairie, à l’égard de M. Poulin, ancien maire, l’avait contrarié et indisposé. M. Poulin a fait obtenir à Mme Le Rondel, mère, un bureau de tabac que depuis longtemps elle sollicitait sans succès. Grâce à l’intervention de M. Poulin auprès de M. Cochery, ministre des finances, aussitôt après son voyage à Rennes, au mois de juin dernier9, cette faveur fut immédiatement accordée. M. Le Rondel mécontent de ce que M. Poulin ne lui avait pas fait obtenir les palmes académiques, s’est servi d’expressions déplacées auprès de M. Lajat en parlant de l’ancien maire. M. Lajat en a été surpris et mécontent. Cette attitude de M. Le Rondel est inexplicable. Il lui convenait de garder le plus profond silence sur certaines faiblesses de M. Poulin10.

Samedi 4 décembre 1897

  • 11 Frédéric Poitrineau (1841-1904) est l’auteur de divers rapports et études sur le fonctionnement de (...)
  • 12 Cette nouvelle demande est justifiée par les services que Le Rondel a rendus à l’instruction publiq (...)

9Aujourd’hui, M. Le Rondel m’a prié de faire auprès de M. Poitrineau, inspecteur d’académie11, une démarche pour qu’il appuie la demande adressée par le maire au Préfet afin que les palmes académiques lui soient données au mois de janvier prochain12.

Mardi 19 juillet 1898

10Cet après-midi, M. Lajat m’a répété ce qui m’avait déjà été dit : qu’au moment des élections municipales de 1896, M. Le Rondel comptait sur le succès de la liste Bérard-Péan et que le soir même sa déception avait été grande en apprenant le résultat de l’élection. Ma place lui aurait été promise. M. Lajat m’a ajouté qu’il n’avait qu’une demi-confiance en M. Le Rondel et que, si c’était à refaire aujourd’hui, il ne soutiendrait certainement pas l’augmentation de traitement qui lui a été accordée. Il le considère plutôt comme un adversaire de la municipalité.

Mercredi 20 juillet 1898

  • 13 De fait, il paraît bien qu’aucun écart de conduite n’a jamais entaché la carrière de Le Rondel, et (...)

11J’ai causé avec M. Malherbe de M. Le Rondel. Nous avons été d’accord pour reconnaître que M. Le Rondel a toujours été très correct dans sa conduite13. […] Nos rapports avec M. Le Rondel ont toujours été excellents et cependant je dois avouer que quelques fois j’ai mis en doute sa sincérité et l’ai soupçonné de chercher à étendre ses attributions et de se donner un rôle de nature à diminuer le mien.

Lundi 28 mars 1904

  • 14 Julien Guimbart (1857-1920) est entré dans les bureaux de la mairie en 1880, et a été nommé chef du (...)
  • 15 Formule sibylline. Vadot désigne sans doute ainsi les personnalités les plus en vue de la municipal (...)
  • 16 Allusion aux articles des 30 septembre et 1er octobre 1900 [voir chap. 9], dans lesquels, sous couv (...)

12J’ai reçu aujourd’hui une singulière confidence de M. Guimbard14, chef de la comptabilité, venu pour me demander d’intervenir auprès du maire afin qu’il lui soit accordé soit une augmentation de traitement, soit une gratification exceptionnelle. En me faisant cette confidence, il a voulu sans doute, me prouver son attachement à ma personne. Il paraît que quelque temps après l’installation de l’administration municipale actuelle, c’est-à-dire en 1900, alors que la Commission des 515 cherchait les réformes à faire, M. Brager aurait demandé confidentiellement à M. Guimbard si M. Le Rondel serait à même de pouvoir me remplacer. Ce à quoi M. Guimbard aurait répondu qu’il ne le pensait pas, M. Le Rondel n’ayant pas les connaissances ni les aptitudes nécessaires et que, d’autre part, il n’était pas travailleur. Je savais bien que j’avais contre moi, à cette époque, des préventions très austères que mes relations avec les vaincus de mai 1900 pouvaient justifier en partie ; mais je ne croyais pas qu’elles eussent été jusqu’à vouloir me donner un successeur en la personne de M. Le Rondel. Cela explique la violente campagne contre moi de M. Malapert dans Le Petit Rennais16. Que les temps ont changé depuis ! M. Guimbard m’a ajouté que la Commission des 5 était convaincue que je leur tirais dans le dos. Çà, c’est faux. Je n’ai jamais pris les choses au tragique et j’ai toujours gardé vis-à-vis de la majorité du conseil municipal actuel, l’attitude la plus correcte et je crois la plus digne : ni bassesse, ni lâcheté, ni trahison.

Samedi 31 juillet 1909

  • 17 L’Annuaire d’Ille-et-Vilaine indique que Le Rondel a bien été décoré en 1910.

13J’ai lu un de ces derniers jours que M. Le Rondel était porté sur le tableau pour le concours pour la croix d’honneur, à titre d’officier d’artillerie dans l’armée territoriale. À force d’intrigues, de démarches, il arrivera à obtenir ce ruban rouge qu’il convoite depuis si longtemps et que rien ne justifie17. Il n’a jamais exercé aucun commandement ! Je ne l’en crois même pas capable et il s’est embarqué dans les bureaux de l’arsenal où il ne peut rendre aucun service. C’est un charmant homme, bien élevé, aimable, d’un savoir très superficiel, qui cherche surtout à briller. Il est beau garçon, très élégant, lit beaucoup et veut paraître causeur, charmant et spirituel, ce qui ne lui réussit pas toujours. Il s’est montré avec moi, dans ces derniers temps, très dévoué et toujours prêt à me rendre service. Incontestablement son ambition est de me remplacer à la mairie de Rennes. Ce jour sera un des plus beaux de sa vie. […]

II. Léopold Crespin de Tréogat18

Samedi 4 mars 1899

14Aujourd’hui à 4 heures, le personnel des bureaux de la mairie s’est réuni dans mon cabinet pour offrir à M. de Tréogat, chef du bureau de l’état-civil depuis plus de 40 ans, des palmes, en témoignage de l’affectueuse sympathie que nous avons tous, ou presque tous, pour cet excellent camarade. M. de Tréogat m’a vivement remercié des quelques paroles que je lui ai adressées à cette occasion.

III. L’ingénieur Albert Blin19

Mercredi 15 juillet 1903

  • 20 Ces travaux ont été exécutés en 1902. L’hospice des Catherinettes, installé au sud de l’actuel jard (...)
  • 21 Eugène Pinault est bien en effet intervenu, et à plusieurs reprises, pour faire obtenir la Légion d (...)
  • 22 Les conducteurs sont les subordonnés des ingénieurs des Ponts. Ces derniers, tous ou presque issus (...)

15Les honneurs de la journée d’hier ont été pour M. Blin, ingénieur de la voirie qui a créé la nouvelle partie du Thabor, sur l’emplacement des Catherinettes20. Le maire lui a fait entrevoir le ruban rouge21. Les chers camarades, c’est-à-dire les Ingénieurs des Ponts et Chaussées sauront bien s’employer énergiquement pour que cette récompense ne soit pas octroyée de sitôt à M. Blin, simple conducteur des Ponts22. Qu’il ne se fasse pas d’illusions ! Dans quelques mois, quelques semaines le nouveau jardin passera inaperçu et l’on oubliera celui qui l’a établi. M. Blin est un des fonctionnaires municipaux qui ont rendu le plus de services à la ville de Rennes. C’est un modeste ; je ne dirai pas que c’est un savant, mais c’est un débrouillard et un dévoué. C’est grâce à lui, grâce à son activité que la ville a plus d’une fois échappé à une disette d’eau par suite de la rupture des siphons. Il mérite la reconnaissance des Rennais.

Dimanche 13 décembre 1903

  • 23 L’ingénieur des Ponts et chaussées Frédéric Soulié a personnellement dirigé les travaux destinés à (...)
  • 24 Vadot fait allusion à la récente altercation survenue entre Blin et le conseiller municipal Malaper (...)

16Je l’ai déjà dit, M. Blin est l’un des hommes qui ont rendu le plus de services à la ville de Rennes. Il est arrivé comme conducteur des Ponts et Chaussées en 1880 avec M. Soulié, ingénieur, à la création du service d’eau pour l’établissement des captations et de la conduite d’amenée. Une fois les travaux terminés, M. Le Bastard a fait de M. Blin un chef de service, sachant très bien ce qu’il pouvait attendre de lui23. Depuis 1885, j’ai vu M. Blin à l’œuvre et je vois toute l’intelligence, l’énergie, le dévouement qu’il a mis à assurer le nouveau service d’alimentation en eau et celui des égouts, créés presque en même temps. Il se dépense sans compter, passant des nuits dans les forêts de Rennes et de Haute-Sève, dans les landes, pour assurer la réparation des ouvrages rompus et empêcher la ville de manquer d’eau. Il ne ménagea ni ses forces, ni sa santé et c’est après un labeur non interrompu de bientôt 24 ans qu’il voit sa carrière brisée par deux ou trois vaniteux du conseil municipal24.

Dimanche 6 juin 1909

17Hier, à six heures, dans la grande salle du gymnase municipal, réception offerte par le personnel de la voirie à M. Blin qui quitte le service ; bronze offert, discours du maire, le mien ci-contre que je lis en grande partie et après lequel je m’affaisse sur une chaise.

  • 25 Blin est né à Précey, un petit village situé à une dizaine de kilomètres d’Avranches. Ainsi rentre- (...)
  • 26 Tous ces lieux dessinent le tracé de l’aqueduc de Rennes, à l’entretien duquel Blin n’a cessé d’emp (...)

« […] Monsieur Blin nous quitte emportant avec lui l’estime et l’affection, de tous ceux qui comme moi, ont vécu avec lui pendant de longues années. Son amabilité, sa complaisance, son empressement à se rendre utile à ceux qui s’adressaient à lui en ont fait un chef modèle, profondément attaché à ses devoirs et également au personnel dont il avait à défendre les intérêts. Messieurs, ce n’est pas sans éprouver une certaine émotion que je me fais l’interprète de tout le personnel, non seulement de la voirie, mais encore de tous les services municipaux pour lui exprimer le profond regret que nous cause son prochain départ. En ce qui me concerne, personnellement, j’ai vécu avec Monsieur Blin près de vingt-cinq ans de la même vie administrative et je ne garderai de ces longues années d’étroite collaboration que des souvenirs agréables. J’espère que de votre côté, mon cher Monsieur Blin, lorsque vous vous reposerez à Avranches25 de vos longs et pénibles travaux, vous vous souviendrez non seulement de vos innombrables courses à travers les forêts de Rennes et de Haute Sève, de vos nuits passées dans les landes de Saint-Ouen, de nos belles excursions avec le conseil municipal aux rochers de Marigny, aux pentes boisées de Châtellier26, mais que vous vous souviendrez encore de tous ceux qui ont vécu avec vous, qui ont su apprécier vos grandes qualités d’homme et d’administrateur et qui ont toujours eu pour vous un sincère attachement ».

IV. L’architecte Jean-Baptiste Martenot27

3 avril 1896

18M. Martenot, excellent architecte, artiste même remarquable, mais sapristi, fichu administrateur ! Il n’a jamais pu diriger convenablement ses bureaux qui étaient bien la pétaudière la plus étonnante qui se puisse imaginer ! Je viens de le dire, M. Martenot a beaucoup de talent mais personne ne l’ignore moins que lui. C’est l’homme le plus infatué de sa personne que je connaisse. Conversez avec lui et il ne prononcera pas dix paroles sans se faire valoir : M. Martenot par ci, M. Martenot par là, toujours M. Martenot. Cela touche même à l’ingénuité et souvent je me suis demandé si cette vanité n’était pas de l’innocence. Pendant dix ans nous avons eu les meilleures relations, nous avons vécu ensemble dans les meilleurs termes. À l’occasion de la liquidation de sa pension de retraite, j’ai préparé pour le maire, un rapport des plus élogieux pour M. Martenot. Je l’ai fait sincèrement parce que M. Martenot a fait beaucoup pour la ville de Rennes et que j’avais pour lui beaucoup d’affection. Depuis, nos relations ont cessé et j’ai appris que M. et Mme Martenot m’ont voué, ainsi qu’à tous les miens, une haine profonde, grand bien leur fasse ! Pour quels motifs, je l’ignore bien que je le devine.

Mardi 31 décembre 1901

  • 28 De fait, Martenot est le père du projet de captage de la Minette et de la Loisance, projet repris e (...)
  • 29 Le fonctionnalisme de Vadot est dans l’air du temps, du moins paraît-il s’accorder avec les princip (...)
  • 30 Texte, en effet, très critique vis-à-vis de l’« imprévoyante » administration Le Bastard [ADIV, 3 M (...)

19[…] M. Martenot est incontestablement un bon architecte, un bon constructeur, mais en somme s’il a construit beaucoup à Rennes, je ne vois pas qu’il y ait créé d’œuvre originale. Il a eu l’idée, je crois, d’aller chercher l’eau de la ville dans l’arrondissement de Fougères28, mais il eut été incapable de réaliser un pareil projet, parce qu’il n’avait par les connaissances spéciales nécessaires pour l’exécution de pareils travaux. M. Martenot est l’homme le plus orgueilleux qui soit. Dans la conversation, il ramenait tout à lui ; c’est toujours Martenot ; il en est crispant. Si le vrai mérite est modeste, nom d’une pipe il n’en a guère. Dans ses principales constructions, il a tout sacrifié à la façade. Son palais du commerce, sa faculté des sciences ne répondent pas du tout aux besoins des services qui devraient y être installés. Son lycée est mieux, même très bien dit-on au point de vue des services ; ses écoles sont également bien installées29. Mais tout cela ne constitue pas un bagage tel qu’on doive graver le nom de M. Martenot sur une pierre quelconque. Il y a encore St-Aubin ; mais St-Aubin est une folie de cet homme qui, celui-là, oui, voulait faire grand par vanité. Quant au caractère de M. Martenot, pour le juger il suffit de lire la profession de foi, l’appel aux électeurs, qu’il a eu l’audace de signer aux élections de 189630. Cette absence de sens moral suffirait pour qu’aucun hommage quel qu’il soit ne fût rendu à cet homme qui déchira la main qui tant de fois lui avait été tendue, celle de M. Le Bastard, de cet homme qui, par orgueil, n’a pas craint de ternir une mémoire qui devait lui être sacrée ; de blasphémer un nom qui devait lui être cher ; de raviver les douleurs d’une famille à qui il ne devait que de la reconnaissance.

Vendredi 25 mars 1904

  • 31 Emmanuel Le Ray (1859-1936) a succédé à Martenot comme architecte de la ville en 1894. Il a d’emblé (...)
  • 32 Joseph Poivrel est l’entrepreneur attitré de Le Ray [H. Guéné et F. Loyer, 1995]. Il est le command (...)
  • 33 Vadot fait allusion ici à l’action en paiement d’honoraires intentée par Martenot contre la fabriqu (...)

20Inauguration officielle de la nouvelle Église de Saint-Aubin (cf. p. 5, l’invitation à l’inauguration). J’ai assisté à la messe basse de 7 heures 45 célébrée par le cardinal, avec le maire, MM. Brager et Beaufils, adjoints, et une grande partie du conseil municipal, à l’exception des Blocards (Républicains de Gauche), M. Le Ray31, architecte et M. Poivrel32, entrepreneur, etc. M. Martenot, architecte, l’auteur du projet n’était pas là : il ne s’est donc pas réconcilié avec la fabrique33 ? « C’est un monument élevé par l’orgueil » m’a dit aujourd’hui M. Cholley. C’est vrai si cela s’adresse à M. Martenot doué d’un orgueil incommensurable, qui avait voulu faire grand, plus grand que tout ce qui avait été construit en Bretagne pendant le XIXe siècle. Son monument est grand et j’ajoute… beau. L’abside et le transept ont vraiment belle allure.

Samedi 31 mars 1906

  • 34 Cette brouille est peut-être consécutive au projet de réorganisation du service de l’architecture q (...)

21Hier vendredi, M. Martenot qui fut architecte de la ville pendant trente-sept ans est décédé à l’âge de 78 ans dans sa maison de la rue du Bel Air, 21. Je n’ai rien à ajouter à la biographie que j’ai faite de M. Martenot lorsque le conseil municipal fut appelé à liquider sa pension à la fin de 1894 sous l’administration de M. Morcel, maire (cf. délibération du 26 septembre 1894 dont une partie est ci-jointe). J’ai toujours beaucoup regretté le malentendu qui nous divisa et qui fit que depuis 1894, je n’ai plus adressé une seule fois la parole à M. Martenot qui était le parrain d’Emma. Mme Martenot qui est bien la plus mauvaise langue que je connaisse a été la cause de notre séparation34. […]

V. Alfred Daboval35

Lundi 18 janvier 1897

  • 36 Ernest Boullet (1824-1907), « grand commis de l’administration municipale » selon J.-Y. Veillard, e (...)

22Il y a huit ou dix jours, M. Daboval, inspecteur des bâtiments municipaux, m’a fait connaître le véritable motif de sa non-admission dans la compagnie de Sapeurs Pompiers : MM. Brizou et Corvaisier, sous-officiers à la C[ompagn]ie, seraient prêts à affirmer que M. Boullet36, capitaine commandant de la C[ompagn]ie, aurait déclaré que le jour où M. Daboval ferait partie de la C[ompagn]ie je saurais tout ce qui s’y passe. Pauvre homme, va ! Je me moque bien de savoir ce qui se passe dans la C[ompagn]ie. Il juge les autres à son aune. Il se flattait autrefois d’avoir une petite police dans tous les services municipaux. Étrange manie ! Je n’ai jamais pu sympathiser avec cet homme. Il a toujours eu vis-à-vis de moi une attitude correcte, mais j’ai dû bien souvent me tenir sur mes gardes, le soupçonnant de me tendre des pièges et de me faire commettre des bévues. C’est le Rennais le mieux renseigné sur les petites histoires scandaleuses de la ville, mais c’est aussi la plus méchante langue que je connaisse. Je reconnais toutefois qu’il a rendu de grands services à la ville de Rennes. Ses camarades des services municipaux ne l’ont pas, en général, regretté.

Mercredi 20 juillet 1898

23M. Lajat n’a décidément pas confiance dans son personnel. Ça a été aujourd’hui le tour de M. Daboval, inspecteur de la voirie, qu’il incrimine. M. Daboval, d’après ce qui lui a été rapporté, aurait tenu dans son bureau en présence des autres employés, des propos très désobligeants sur l’administration municipale qu’il voudrait bien voir déguerpir de la mairie.

VI. Le bibliothécaire Alphonse Vétault37

Mardi 22 mars 1898

  • 38 Paul Parfouru (1846-1905), archiviste du département d’Ille-et-Vilaine.

24Hier, on a enterré ce pauvre M. Vétault bibliothécaire municipal, qui depuis de longs mois ne quittait plus que rarement son lit de souffrances. Il est mort samedi matin à cinq heures trente. À dix heures, j’ai fait visite à Mme Vétault et j’ai pressé la main du mort pour la dernière fois. Au cimetière, j’ai prononcé une courte allocution précédée d’un discours de M. Legros, adjoint, et suivi d’un autre de M. Parfouru38 […] :

« Messieurs, au bord de cette tombe qui va se refermer dans quelques instants sur notre ami, M. Vétault, j’éprouve une émotion, une indicible tristesse, que des paroles ne sauraient exprimer. […] La bonté, l’affabilité de M. Vétault, se devinaient dès le premier abord ; elles étaient peintes sur sa physionomie fine et distinguée. Sa courtoisie exquise n’était jamais en défaut ; quant à sa complaisance, rien ne la lassait. Il était toujours prêt à vous seconder par ses conseils et son travail. C’était l’homme serviable par excellence, toujours empressé à se rendre utile. Qui n’a connu sa bonne grâce souriante ? Sa philosophie parfois malicieuse mais toujours bienveillante, était celle des hommes qui ont beaucoup appris, observé, qui ont beaucoup rêvé comme il le faisait sur les rochers de Saint-Briac où chaque année il aimait tant à se retrouver avec les siens. Mon cher monsieur Vétault, votre souvenir, vos relations si amicales empreintes de tant de cordialité resteront longtemps gravées dans la mémoire de tous ceux qui vous ont connu et aimé. Je n’oublierai jamais les marques de sympathie que vous m’avez tant de fois témoignées ainsi qu’à tous les miens. Vos amis, vos collègues unissent leurs regrets à la douleur des vôtres, à cette douleur qui échappe à toute consolation. Que la sympathie de tous ceux qui entourent votre tombe trop tôt ouverte, soutiennent [ sic] ceux que vous avez tant aimés. Adieu, mon cher monsieur Vétault, adieu. »

VII. Le jardinier-chef Pierre Colleu39

Dimanche 26 novembre 1905

  • 40 Oberthür jugeait Colleu au-dessous de sa tâche. Il l’accusait de n’être qu’un simple horticulteur e (...)

25Jeudi dernier, on a enterré M. Colleu, jardinier-chef du Thabor, trouvé lundi matin étendu presque sans vie dans le jardin de culture près de la serre. Je l’avais rencontré, il y a quelques semaines et j’avais insisté pour qu’il prît sa retraite et se reposât pendant ses dernières années. Mais il ne me répondit pas et je compris qu’il ne voulait pas quitter le jardin où il avait passé de si longues années, qu’il voulait y mourir. Son vœu a été accompli mais trop misérablement. C’était un brave homme et un habile floriculteur qui, du jardin français faisait une merveille tous les ans aux mois de juin et de juillet. M. Oberthür avait contre Colleu une aversion implacable ; il lui créa des ennuis sans raison sérieuse et le pauvre Colleu, très sensible, en a certainement beaucoup souffert40. M. Oberthür a été injuste envers cet homme qui avait évidemment des défauts, mais qui était très estimé et très apprécié. M. Beaufils (Prosper), plus juste, a prononcé sur sa tombe de belles paroles.

Les débuts du corporatisme municipal

26La Belle Époque voit le personnel municipal s’organiser en vue de mieux défendre ses intérêts. Vadot n’est pas seulement le témoin de cette mutation, il l’encourage personnellement, du moment toutefois qu’elle n’attente pas à l’ordre et à la discipline. La droite au pouvoir s’en réjouit aussi. Peut-être voit-elle dans cette proto-syndicalisation le gage d’une professionnalisation accrue du personnel.

Jeudi 4 février 1904

  • 41 Une bourse du travail est un organisme réunissant les différents syndicats d’une même ville en vue (...)

27Nos ouvriers municipaux de voirie, eau, égouts, balayage, éclairage, Thabor, architecture se sont constitués en syndicat avec siège social à la Bourse du travail41. J’ai fait part cet après-midi de cette constitution de syndicat au maire et à M. Brager de la Villemoysan réunis dans le cabinet de M. Pinault. Je m’attendais à des exclamations, à une attitude énergique contre la formation de ce syndicat. Volontairement, j’appuyais mieux sur les inconvénients graves qu’il pourrait présenter à certains moments. J’en ai été pour mes frais ; le maire a présenté quelques observations limitées, quant à M. Brager il s’est montré satisfait et a trouvé naturel que les ouvriers municipaux se fussent constitués en syndicat. On n’est décidément pas plus libéral. Au fond, c’est sa popularité que M. Brager veut soigner pour les prochaines élections municipales. Il faut reconnaître cependant que son esprit de libéralité ne se dément pas, qu’il paraît très fidèle et que cela paraît être chez lui sincère. Mais vais-je passer à ses yeux pour un réactionnaire ? […]

Samedi 6 février 1904

  • 42 L’Action libérale populaire de Jacques Piou, à laquelle appartient Brager de la Villemoysan, est l’ (...)

28M. Brager m’a repris hier sur la question du syndicat des ouvriers municipaux et m’a presque convaincu de la sincérité de ses idées très libérales. « Les Associations, les syndicats ont leurs inconvénients, mais ils ont aussi leurs avantages et je suis persuadé que ces derniers l’emportent sur les premiers. Les ouvriers ont tout avantage à se syndiquer pour défendre leurs intérêts, à jouir à ce sujet de la liberté la plus complète, etc., etc. » Je n’en pouvais croire mes oreilles, mon interlocuteur était sincère42 ; je dus faire un effort pour me montrer plus libéral que lui ; je vantais les bienfaits de la liberté allant même jusqu’à la licence, etc.

Dimanche 24 septembre 1905

29Aujourd’hui, réunion du personnel des bureaux de la mairie, de la voirie et de l’architecture, à Messac où nous déjeunerons à midi. Il est fâcheux que le soleil ne soit pas de la partie. Le lieu est charmant et par une belle journée d’automne, notre petite fête eut été agréable. Par cette pluie battante, elle manquera sans doute de gaieté.

Lundi 25 septembre 1905

30Notre excursion d’hier à Messac a été contrariée par un temps abominable. Toute la journée, la pluie est tombée et nous a empêchés de nous promener sur le bord de la rivière. Quelques-uns de nos jeunes collègues avaient heureusement apporté leurs instruments de musique et composé un petit orchestre qui nous récréa tout l’après-midi. Déjeuner très bien servi que j’eus le plaisir de présider. Retour à Rennes à sept heures et demi du soir. Cette petite réunion pleine de gaieté a eu pour résultat de resserrer les liens de bonne camaraderie qui doivent exister entre employés de la même administration.

Vendredi 6 octobre 1905

  • 43 C’est, semble-t-il, le premier projet – celui d’une vaste union intercatégorielle –, qui l’emporte, (...)

31Mercredi dernier, j’ai présidé dans la petite salle des mariages, une réunion du personnel des bureaux de la mairie, de la voirie et de l’architecture, qui avait manifesté à Messac le désir de former une association amicale. Les employés du service de la voirie ont exprimé des intentions tendant vaguement à une constitution de syndicat et il en est résulté une confusion dans les esprits qui pourrait faire échouer la réalisation de l’idée exprimée à Messac43.

Jeudi 20 mai 1909

  • 44 Vadot est alors très malade.

32Aujourd’hui, banquet à l’hôtel Du Guesclin, place de la gare, des employés municipaux. Au dessert, j’ai essayé de prononcer le petit discours ci-joint, mais je n’ai pu achever tant la fatigue m’a saisi44 :

  • 45 L’objet précis du banquet est de fêter la création d’une fédération départementale des secrétaires (...)
  • 46 Le début du siècle est marqué par une effervescence revendicative [J. Siwek-Pouydesseau, 1989].

« Messieurs et chers collègues,
[…] Lorsqu’au premier janvier dernier, j’avais l’honneur de présenter le personnel des services municipaux à Monsieur le Maire et à Messieurs les adjoints, j’exprimais en même temps le vœu qu’un jour nous fussions tous réunis dans un banquet comme celui-ci. C’eût alors été le commencement de la grande association amicale dont je rêvais entre le personnel de tous les services de la ville. Malheureusement, ma santé un peu précaire depuis quelque temps ne m’a pas permis de réaliser ce projet d’accord avec vous. Aujourd’hui, c’est une association plus modeste que vous venez de constituer45. C’est la mode en ce temps de créer à outrance des syndicats, coopératives, associations, groupements de toutes sortes46. C’est un enchaînement auquel nous ne pouvions échapper. C’est du reste une excellente chose car c’est un combat livré à l’égoïsme profond de notre époque, mais à la condition toutefois pour notre association de se renfermer dans des limites d’action bien définies, ne portant atteinte ni à la discipline nécessaire dans toute administration, ni aux croyances respectables qu’elles soient politiques, économiques, religieuses, surtout lorsqu’elles ont pour objet le culte de la patrie. C’est votre programme, messieurs, mes chers collègues, et c’est pourquoi je m’associe de tout cœur à votre œuvre. […] Je lève mon verre, Monsieur le Maire et chers camarades à votre santé et à la prospérité de la nouvelle association amicale […] ».

De l’amour-propre

33Vadot est souvent blessé ou flatté : dans tous les cas, c’est un homme à fleur de peau, et son journal lui sert à libérer ses émotions. À travers la méticuleuse consignation de ces petits événements, heureux ou malheureux, mais si dérisoires en apparence, il exprime tout particulièrement son ressentiment à l’égard des élus dont il dépend. On sera sensible à la souffrance générée chez lui par le manque de reconnaissance.

Vendredi 15 octobre 1897

  • 47 Le théâtre constitue une scène sociale particulièrement complexe : d’un côté s’y opère un réel bras (...)

34Hier soir avait lieu l’ouverture de la saison théâtrale47. En cette occasion, le docteur Leray, conseiller municipal, s’est livré à une petite plaisanterie qui vaut la peine d’être contée tant elle dénote un esprit étroit et mesquin de la part de son auteur. Le cahier des charges du théâtre accorde des entrées de faveur à quelques conseillers municipaux, moi compris. Cette faveur déjà ancienne n’a jamais été discutée par le conseil municipal. M. Leray aurait désiré qu’elles fussent supprimées. Au départ, il a demandé que ces places ne fussent pas marquées, ce qui ne changeait rien, du reste, à l’ancien état des choses. Depuis 12 ans, je n’ai cessé d’occuper ce même fauteuil numéro 81 au théâtre. Or, hier, M. Leray n’a rien trouvé de plus plaisant que d’arriver de bonne heure à la représentation et de s’emparer de mon fauteuil malgré les protestations de l’ouvreur ; comme je faisais les cent pas sur la place de la mairie, M. Blin, Ingénieur du service de la voirie, est venu tout consterné m’annoncer cette frasque imbécile du docteur Leray, frasque que j’avais, du reste, prévue dans l’après-midi. Je ne pus m’empêcher de m’écrier en riant : « Peut-on être aussi bête que cela ! » Comme j’hésitais à assister à la représentation, mon hésitation cessa et je m’empressai avec M. Blin de gagner les fauteuils d’orchestre où effectivement je vis M. Leray occupant le fauteuil numéro 81 et paraissant tout heureux de m’avoir joué cette sotte plaisanterie. Je me mordis les lèvres pour ne pas lui montrer combien il me paraissait ridicule. Je pris place sur un strapontin et après le premier acte, je quittai le théâtre et je laissai M. Leray jouir en paix du fauteuil. Non, on n’a pas idée de la bêtise de ce monsieur. Il a crû me désobliger, il m’a amusé, voilà tout. Cet incident a été remarqué et aujourd’hui M. Malherbe, adjoint, m’en a manifesté tout son mécontentement. Il ne s’est pas gêné pour appeler « un parfait crétin » son très aimable collègue. J’ai été très reconnaissant à M. Malherbe de cette marque de sympathie. Il a été convenu que samedi M. Malherbe se rendrait de bonne heure au théâtre, qu’il occuperait mon fauteuil et qu’à mon arrivée il me le céderait au nez et à la barbe, si possible, de cet imbécile de Leray.

Dimanche 17 octobre 1897

35Ce qui a été convenu a été exécuté. Hier soir, M. Malherbe a occupé mon fauteuil et quand M. Leray s’est présenté la place était prise. Il retint alors le fauteuil 79. Quelques instants après, je montai au théâtre avec M. Maleuvre, conseiller municipal et M. Malherbe me remit le fauteuil. M. Maleuvre prit place au numéro 79 et quand M. Leray arriva, son collègue refusa de la lui céder. M. Leray traita M. Maleuvre de grossier personnage, d’homme mal élevé. Il s’installa sur un strapontin voisin, à côté de moi, et disparut après le premier acte. Comme il est très orgueilleux, je jugeai qu’il fut profondément mortifié. La leçon était dure mais elle n’était pas volée.

Lundi 3 mars 1902

36Ce matin à l’enterrement de ce pauvre Nédélec, huissier à la mairie, j’ai eu la surprise de recevoir les félicitations de quelques conseillers municipaux qui m’ont complimenté sur ma nomination comme officier de l’instruction publique. J’ignorais dans ce moment que j’eusse été l’objet de cette distribution. C’est M. Coutance, conseiller municipal, qui a été le premier à m’annoncer cette nouvelle. Le Journal Officiel du lundi 3 mars, de ce jour par conséquent, a publié, en effet, la liste des nombreux privilégiés du ministère de l’instruction publique et des beaux-arts. […]

Jeudi 6 mars 1902

37Depuis mardi, je passe une partie de mon temps à répondre aux félicitations que je reçois. Si beaucoup sont banales et d’une sincérité douteuse, quelques-unes m’ont été agréables. […]

Dimanche 16 mars 1902

38Lundi dernier, après sa séance publique, le conseil municipal sur l’initiative de M. Malapert (!) a décidé de nous offrir à M. Buan, adjoint et à moi, un punch pour fêter la récompense honorifique que nous venons de recevoir. Le maire désirait que cette réunion eût lieu samedi dernier ; j’ai fait tout ce qui dépendait de moi pour l’ajourner et au besoin, la faire échouer. Il n’y a pas assez de sincérité dans cette petite manifestation, pour qu’elle me soit très agréable.

Mardi 3 juin 1902

  • 48 Cette scène a lieu lors du banquet organisé en faveur du directeur de l’Enseignement supérieur, ven (...)
  • 49 Cf. note 60.

39Combien de mortifications il faut supporter pendant sa vie. Hier soir, étant entré dans la petite salle avec M. Liard le maire présenta à celui-ci MM. les adjoints à côté de qui je me trouvais dans le moment48. Le maire me regarda mais ne jugea pas à propos de me présenter, oubliant sans doute que je connaissais M. Liard et que plusieurs fois j’avais eu, il y a longtemps, à m’entretenir avec lui des affaires de la ville, chargé que j’en avais été par M. Le Bastard. Évidemment, M. Pinault, son Excellence M. Pinault, ne m’a pas jugé un personnage assez important pour être présenté. J’en ai été mortifié sur le moment et il me faudra du temps pour oublier cette petite grossièreté gratuite du maire. Ce n’est pas M. Le Bastard qui aurait fait cela. Sous son apparence de bonhomie, M. Pinault est très personnel, très égoïste et plus méchant qu’il n’en a l’air. Je ne nie pas ses qualités, mais il a des défauts qui, par moment, le font détester. C’est aussi un vantard et qui pis est, souvent un menteur. […] Ce que je viens d’écrire est méchant car mon orgueil est blessé. Et cependant devrais-je être orgueilleux, ne devrais-je pas tout supporter avec patience, quand je vois ma chère Blanche me sourire, m’encourager, me reprocher cette mauvaise humeur ? Orgueilleux ! Le suis-je réellement ? N’est-ce pas plutôt la conscience du devoir accompli avec loyauté, dévouement et insuffisamment apprécié dans certaines circonstances publiques. Cependant des sympathies m’ont été manifestées, des remerciements m’ont été adressés par M. Thamin, recteur, M. Lechartier49, doyen de la faculté des sciences, qui sont venus à moi hier soir et en présence de plusieurs professeurs m’ont exprimé leur reconnaissance pour tout ce que j’ai fait dans l’intérêt de la faculté des sciences, de l’enseignement à Rennes, d’une manière générale. Sans vouloir exagérer mon mérite, il est certain que j’ai aidé à l’exécution du programme qui lentement se réalise. Depuis 17 ans que je suis à la mairie de Rennes, je me suis efforcé de faire accomplir par ses successeurs le programme élaboré par M. Le Bastard : facultés, École de médecine, hospice de Pontchaillou, écoles primaires, etc. Ai-je eu du mérite à cela ? Je n’en sais rien, puis qu’est-ce que cela peut faire à la masse du public qui le plus souvent ne juge qu’aux apparences. Il est quelquefois pénible d’occuper un emploi secondaire, de remplir un rôle le plus souvent effacé dans des entreprises auxquelles on a pris le plus souvent une grande part. Maintenant ne me fais-je pas un peu illusion sur l’importance de mon rôle ? Je n’ai qu’une conviction, celle que je m’efforce de me rendre utile.

Une sociabilité discrète

40Vadot ne prise guère les mondanités, du moins c’est ce qu’il dit. Mais cela ne signifie pas qu’il est asocial, loin s’en faut, comme maints passages de son journal le prouvent. N’éprouverait-il pas plutôt une certaine difficulté à s’intégrer à la bourgeoisie locale qu’il jalouse sans le dire ? On laissera l’interrogation en suspens. Du moins notera-t-on que la fonction de secrétaire général comporte quelques servitudes, en particulier l’assistance aux obsèques, dont la relation, sous la plume de Vadot, n’est pas sans rappeler l’écriture de certains livres de raison.

I. Rares mondanités

Mardi 5 janvier 1897

  • 50 Espace social par excellence, lieu de rencontre et de mise en scène de soi, le salon constitue une (...)
  • 51 L’épouse sans doute du juge Porteu, juge à Vitré : le couple est intime de la famille Vadot [voir c (...)
  • 52 Sans doute l’épouse d’Albert Châtel (1855-1909), avocat et professeur à la faculté de droit.

41J’ai fait aujourd’hui quelques visites avec ma femme et Blanche. Bon dieu ! Quelles insupportables conversations dans tous ces salons50 ! Tout ce monde est guindé à ne parler que du bout des lèvres. Pas un sentiment exprimé franchement, sincèrement ! Je ferai cependant exception pour Mme Le Bastard que j’ai en grande affection et qui cause avec moi amicalement ; pour cette charmante dame Porteu51 dont je ne cesse d’admirer la bonne humeur et la franche amitié. Mme Châtel52 est pleine d’entrain et cause sans prétention avec les personnes qu’elle connaît. Que d’autres qui ont un air maussade et m’ont horripilé !

Mardi Gras, 14 février 1899

42Temps pluvieux, morose. Quelques déguisés qui se promènent entraînant à leur suite des bandes d’enfants. Carnaval piteux. Hier soir, charmante soirée chez Mme Le Bastard. Marie, Amélie et moi avions accepté l’invitation pressante de Mme Le Bastard et de sa famille. Marie Lolo était ravissante et plusieurs personnes m’ont adressé à son sujet les compliments les plus sincères. Ce qui plaît en elle, c’est sa physionomie toujours souriante agrémentée de deux yeux ouverts, intelligents. Amélie plus discrète était également très gentille. Mme Le Bastard et ses enfants ont reçu leurs invités avec une bonne grâce charmante.

Jeudi 8 février 1900

  • 53 On ne peut ici que s’en remettre à Vadot.

43[…] l’existence est monotone à Rennes. Il est vrai que je ne fréquente ni les salons, ni les cercles, ni les cafés où l’on jase sans grand profit, je crois, pour l’intelligence et pour le cœur, où l’on débine surtout son prochain. Il y a bien eu la semaine dernière l’installation solennelle du nouveau procureur général qui a remplacé M. Giraud envoyé à Aix comme Premier président parce qu’il était au plus mal avec M. Maulion Premier président à Rennes et parce que, disent ces bons antisémites, il était légèrement teinté de dreyfusisme53. Mais que me fait à moi ce nouveau procureur et tous les petits potins de nos magistrats rennais.

Lundi 4 août 1902

  • 54 Ce sont là les effets du décret Combes du 27 juin 1902, qui vient d’ordonner la fermeture de 125 éc (...)

44Je ne fréquente pas les salons ; par conséquent, je ne suis pas au courant des petits potins de Rennes. Je ne fais pas de politique active ; j’écoute et je regarde. Du reste, la politique, en ce moment, n’est pas intéressante. Il y a bien les quelques congrégations de femmes qu’on expulse de leurs écoles54, mais cela ne me paraît pas passionner la population, si ce n’est quelques belles dames froissées dans leur orgueil. L’administration municipale se traîne un peu dans l’ornière. Maire, adjoints, conseillers municipaux sont en villégiature et espèrent bien qu’on ne les dérangera pas de sitôt.

Mardi 2 septembre 1902

  • 55 L’Ouest-Éclair du 1er septembre fournit une description assez précise de cette fête placée sous la (...)
  • 56 Le château de la Touche-Milon, propriété de la famille Pinault, est situé sur la route du Pont de P (...)
  • 57 Rappelons que cet opéra bien connu de Verdi est régulièrement mis en scène au théâtre de Rennes ent (...)

45Dimanche dernier, c’était fête à Pacé55. M. et Mme Pinault nous avaient invités à déjeuner avec eux. Ils avaient eu l’obligeance de nous envoyer chercher. Malheureusement nous avons eu un temps pitoyable. La pluie n’a cessé de tomber tout le jour. Le matin, les douze pompiers de Pacé accompagnés de six pompiers de Rennes et d’une demi-douzaine de musiciens soufflant comme des enragés, sont venus offrir un bouquet à Mme Pinault. Il y avait également dans le cortège d’opérette qui a défilé sous les grands arbres ruisselant d’eau, quelques conseillers municipaux de Pacé, l’instituteur, le notaire et le tailleur des pompiers, M. Maudet de Rennes. Mme Pinault leur a offert le champagne et des gâteaux et ils sont partis comme ils étaient venus, sous une pluie battante qui rendait cette petite fête encore plus unique. Nous avons, l’après-midi, tenté une promenade jusqu’au pont de Pacé où se tenait la fête dirigée par Frédéric (M. Sacher). La pluie nous a fait réintégrer le castel de la Touche-Milon56. Marie nous a joué une fantaisie tirée de Rigoletto57, sur un vieux piano et à sept heures nous étions de retour à Rennes. Se trouvaient également avec nous M. et Mme Buan et leur jeune fille. Par ce ciel gris, maussade, la conversation ne pouvait pas être d’une gaieté folle. On a causé de mille choses insignifiantes.

Jeudi 16 février 1905

46J’ai assisté hier à Antrain, au mariage de Mlle Le Hérissé avec M. Louis Launoy, élève officier à l’École de Cavalerie. Amélie qui m’accompagnait et Jeanne Chapelle, ont chanté pendant la cérémonie religieuse, suivie d’un charmant déjeuner chez M. Le Hérissé. Peu de Rennais malgré les nombreuses invitations, je crois, qui leur ont été adressées. M. Janvier est le seul ami politique qui se soit rendu à Antrain. M. Oberthür m’avait chargé d’adresser ses plus sincères compliments à M. Le Hérissé et de lui exprimer sa sympathie. Je me suis acquitté de cette mission et à mes compliments M. Le Hérissé se contenta de répondre assez cordialement : « Ils sont tous sincères ! », ce qui ne m’empêche pas de dire aujourd’hui à M. Oberthür que M. Le Hérissé avait été très sensible à sa marque de courtoisie. Dans le fond, notre député a l’air de s’en fiche…

II. Les obsèques, rythme de la vie sociale

Lundi 9 février 1903

  • 58 Successeur de Malaguti à la faculté des sciences de Rennes, Georges Lechartier (1837-1903) a consac (...)
  • 59 Il s’agit du zoologiste Louis Joubin (1861-1935), futur professeur au Muséum.
  • 60 André Job (1870-1928) est à cette date maître de conférences de chimie à la faculté des sciences. I (...)
  • 61 Ils ont été publiés par L’Ouest-Éclair du 10 février.

47Ce matin une foule nombreuse a suivi jusqu’au cimetière le cercueil couvert de fleurs de M. Lechartier58, Doyen de la Faculté des sciences, si prématurément enlevé à la sympathie de tous ceux qui l’ont connu. J’ai appris ce matin qu’il avait de l’estime et de la sympathie pour moi. J’en avais également beaucoup pour ce savant aimable et modeste. Sur sa tombe, M. Joubin professeur59, M. Thamin recteur de l’Académie et M. Pinault maire ont prononcé l’éloge funèbre du mort. M. Joubin a terminé son discours, prononcé d’un ton modeste, par des paroles d’une philosophie spiritualiste ; il n’a pas craint d’affirmer l’immortalité de l’âme, la réunion dans l’au-delà de ceux qui s’aimèrent, sa croyance en Dieu. M. Joubin est aussi un savant modeste, un caractère aimable et j’écoutai avec recueillement, avec joie, si je puis ainsi dire, ses paroles si consolantes. Et je pensais à toi, ma petite Blanche ! M. Thamin a prononcé un bel éloge de M. Lechartier et il l’a fait en termes éloquents, émus. M. Job60 a fait surtout ressortir le mérite et la science de M. Lechartier. M. Pinault a affirmé de nouveau les qualités rares d’homme et de savant de M. Lechartier et il a terminé également par l’affirmation d’une vie future : M. Lechartier était chrétien a-t-il ajouté. Ces discours sont à lire et je les ai écoutés avec un intérêt tout particulier61.

Mercredi 7 décembre 1904

  • 62 Le minotier Eugène Buan (1846-1904) était conseiller municipal et adjoint depuis 1900.

48Nous avons ce matin, accompagné M. Buan62 au cimetière où il va reposer désormais à tout jamais. M. Oberthür a prononcé le discours suivant qui résume bien le caractère et la vie modeste de cet ami dont je garderai longtemps le souvenir. Après M. Oberthür, ce fut le capitaine Marais, au nom des anciens combattants ; puis j’adressai à M. Buan mes derniers adieux :

  • 63 Le formalisme de ce discours reflète bien la relative vacuité de ces cérémonies imposées par les de (...)

« Mon cher Monsieur Buan,
C’est au nom de tous vos amis, au nom du personnel des services municipaux que je vous adresse un affectueux et dernier adieu. La mort impitoyable, aveugle, vous a enlevé non seulement à l’affection des vôtres mais encore à celle de tous ceux qui vous ont connu et qui aimaient en vous la loyauté du caractère, la générosité des sentiments. Vous allez reposer, là, dans ce grand cimetière, tout près de tant d’autres dont les noms sont sur toutes les lèvres et qui vous ont précédé à la mairie de Rennes. Nous ne les avons pas oubliés et cependant pour quelques-uns longues sont déjà les années qui nous séparent d’eux. Nous ne vous oublierons pas non plus, mon cher monsieur Buan, nous nous souviendrons toujours de vos grandes qualités d’homme et de citoyen et quand, chaque année, au jour des morts, nous apporterons notre douloureux souvenir à ceux que nous avons connus nous viendrons également saluer avec respect ce coin de terre où vous allez reposer. Adieu, mon cher monsieur Buan, au nom de vos nombreux amis, au nom de vos anciens et dévoués collaborateurs, encore une fois adieu63. »

49Enfin, M. Berthaud au nom de la Société de l’Instruction Populaire prononça […] quelques paroles. Une foule nombreuse avait accompagné le triste convoi.

Mardi 28 mars 1905

50Ce matin a eu lieu l’enterrement de Mme Lajat. Je tenais un des cordons du poêle. De la maison à l’Église St-Étienne et de l’Église au cimetière, ma pensée a été pour Blanche et pour Mme Lajat.

Mercredi 29 mars 1905

  • 64 À la page 46 du cahier originel.

51Ce matin, enterrement de M. Lahutte qui fut conseiller municipal de mai 1884 à mai 1904. Il m’était très dévoué et de mon côté, j’avais beaucoup d’amitié pour lui. Je tenais un des cordons du poêle et au cimetière, sur la tombe, j’ai prononcé un petit discours […]. M. Oberthür m’a reproché ce soir de n’avoir pas dans mon petit discours de ce matin, fait quelque allusion à la mort chrétienne de M. Lahutte. Je l’aurais fait volontiers : je voulais terminer mon allocution par une phrase affirmant ma croyance en l’immortalité. Mais je n’ai osé de crainte de passer pour faire ma cour à la municipalité actuelle. Et cependant, plus que jamais, je crois à l’immortalité de l’âme de ma pauvre Blanche. Ci-contre64 le petit discours de M. Lecoq qui a supprimé le mot « républicain » dont il s’est servi au cimetière. M. Oberthür m’avait dit ce soir que ce mot était déplacé et que son collègue n’aurait pas dû le prononcer. Je n’ai pas compris pourquoi, mais M. Lecoq s’est ravisé et il n’a pas osé répéter ce qu’il avait dit clairement ce matin.

Dimanche 24 septembre 1905

  • 65 Pierre Pilard (1850-1905), ancien élève de l’école normale de Rennes, successivement instituteur à (...)
  • 66 L’obtention de la Légion d’honneur était chose exceptionnelle pour un instituteur.
  • 67 L’Ouest-Éclair du même jour.

52Hier, on a enterré M. Pilard65, le populaire directeur de l’école municipale de la rue d’Échange. Sa mort rapide m’a impressionné. Je connaissais depuis vingt ans ce brave et loyal instituteur qui avait bien mérité la Croix d’honneur que le gouvernement lui avait décerné [sic], il y a quelques mois66. Beaucoup d’amis l’ont accompagné au cimetière où d’excellents discours ont été prononcés sur sa tombe67.

Fastes et frasques rennais : un témoignage au vitriol

53Vadot se fait enfin l’observateur critique, et même caustique des réjouissances collectives et des loisirs locaux, élargissant ponctuellement son propos à la population rennaise en général. Fêtes et manifestations de toute sorte se multiplient en effet à la veille de la Grande Guerre, sur fond de politisation accélérée, et ce n’est pas le moindre mérite du Journal que de nous en faire voir la part souvent cachée, lestée par d’âpres compétitions politiques et de redoutables rivalités personnelles.

Mardi 26 mai 1896

  • 68 Le tsar Nicolas II (1868-1917).
  • 69 Il faut rappeler que jusqu’au tournant du siècle la mémoire de Jeanne d’Arc est disputée entre répu (...)

54Couronnement et sacre de l’empereur de Russie68 à Moscou. À cette occasion, proclamation au peuple de Rennes, pavoisement et illumination de l’Hôtel de Ville et du théâtre, concert sur la place de la mairie. Les habitants ont pavoisé, mais cela manque d’enthousiasme. Un peu plus de drapeaux qu’au 14 juillet mais moins que d’oriflammes pour la fête de Jeanne d’Arc69. Question de politique et de boutique ! Ah ! ils ne sont pas chauds les Rennais ! Vive nos départements de l’Est pour ces manifestations !

Dimanche 24 janvier 1897

55D’une manière générale, le rennais à l’esprit étroit, peu tolérant ; il pratique ostensiblement la religion catholique, mais il n’a pas l’esprit de charité, l’esprit bienveillant. Méfiez-vous de ses politesses, elles dissimulent souvent des arrières pensées peu compatibles avec les prescriptions évangéliques. Mme Martenot est le type le plus complet de ce rennais [sic]. Cependant il existe des caractères droits, sûrs ; on peut se créer des amitiés sincères, je crois ; capables de résister à l’infortune ? Peut-être.

Mardi [23 février 1897]

56Dans les coulisses du théâtre charmant incident entre M. Perret, conseiller municipal et imprimeur, et Mlle Vitaux artiste lyrique et sa mère. Mlle Vitaux s’étant vue offensée par le jeune Perret se répandit en larmes auprès de sa mère qui administra une vigoureuse paire de soufflets au conseiller municipal. Un corps à corps faillit se produire mais l’intervention de M. Malherbe, adjoint, non moins assidu auprès de certaines dames du corps de ballet, mit fin à cette petite scène.

Mercredi 24 février 1897

  • 70 L’Union des Femmes de France est née d’une scission de la Croix-Rouge en 1881, faisant suite au ref (...)

57Ce soir, grand bal de la Croix-Rouge, de l’aristocratie, par conséquent. Depuis trois jours, toute l’artillerie est mobilisée pour décorer le péristyle et le grand escalier de l’Hôtel de Ville. L’Union des Femmes de France et les dames de la Croix-Rouge, deux sociétés ayant les mêmes buts : secourir les blessés, venir en aide aux soldats malades et rapatriés, divisent les femmes de Rennes en deux camps bien tranchés : bourgeoisie et noblesse70. Les unes sont soi-disant républicaines, les autres sont franchement monarchistes. Je les crois, en général, aussi pédantes et collet monté les unes que les autres. J’ai trouvé rarement plus d’affabilités et moins de morgue chez les nobles que chez nos grands bourgeois orgueilleux et parvenus. L’orgueil n’est peut-être après tout qu’une grande indépendance de caractère, mais pour être indépendant, il faut être riche. Que n’ai-je de la fortune pour envoyer promener un tas de bonshommes que je suis tenu de ménager.

Mercredi 8 février 1899

  • 71 Sauf exception, les artistes lyriques sont étrangers à la ville et ne font qu’y passer [M.-C. Le Mo (...)

58Notre théâtre devient décidément une petite pétaudière : M. Legros, adjoint, fréquente Mlle Denoyer, première chanteuse ; Le docteur, M. Leray, conseiller municipal, Mendoza ; M. Malherbe, je ne sais encore qui et M. Tapponnier, chef d’orchestre, vit avec Cerny. Et alors, ce sont des potins, des jalousies, des propos désobligeants pour les uns et pour les autres. Ceci à n’y plus mettre les pieds. Aujourd’hui, M. Malherbe est très monté contre Tapponnier qui sur l’affiche de La flûte enchantée de Mozart, a placé Cerny avant Desnoyer et Mendoza après deux choristes71.

Jeudi 9 août 1900

  • 72 Entendre qu’il y prend les eaux.

59[…] Aujourd’hui, je jouis d’un grand calme : M. Pinault fait une saison à St‑Nectaire-le-bas près de Clermont-Ferrand, depuis le commencement du mois72 ; M. Beaufils est malade depuis plusieurs semaines et ne vient plus à la mairie ; M. Brager de la Villemoysan est en villégiature au Val près Pipriac ; quant à M. Buan, il est à ses affaires et ne s’occupe pas du reste, j’ai oublié M. Cholley qui est je ne sais où, peut-être à Paramé où, m’a-t-on dit, il flirte avec Mlle Giacometti notre première chanteuse de l’année dernière ; il a même un concurrent, M. Casquil chef de la musique d’artillerie. Les méchantes langues prétendent même que M. Cholley s’est laissé nommer adjoint afin d’avoir une entrée dans les coulisses du théâtre. Hélas ! Mlle G… ne sera pas des nôtres l’année prochaine.

Samedi 3 mai 1902

  • 73 Oscar II (1829-1907) est de retour de Biarritz, où il aime à séjourner [sur ses quelques heures pas (...)

60Hier et aujourd’hui, grand tralala à l’Hôtel de ville. Sa majesté Oscar II, roi de Suède et de Norvège, petit-fils de Bernadotte, général français, conseiller d’État et plus tard roi de Suède, a fait annoncer son arrivée ; il voyage incognito73. Ce matin, toute la ville de Rennes connaissait la nouvelle. Oscar est arrivé cet après-midi à la gare, à 1 heure ½ environ. Il était attendu par le maire, le préfet, etc. De la gare, il s’est rendu au Thabor en passant près de l’archevêché d’où son grand-père, en l’an IX et X, commandait les armées de l’Ouest. Colleu, notre jardinier-chef, croyant que le roi se rendait d’abord à l’Hôtel de Ville n’était pas là. Pends-toi, mon brave ! Après le Thabor, le Palais de Justice, puis l’Hôtel de Ville où il fut reçu dans la petite salle par le maire, le préfet et les adjoints entourés de gens qui m’étaient parfaitement inconnus. On lui montra quelques beaux manuscrits de la Bibliothèque, deux annuaires des ans IX et X sur lesquels figure le général Bernadotte, on lui fit signer sur un album le procès-verbal de cette petite cérémonie et enfin le maire lui adressa un petit discours dans lequel il l’appela tour à tour Sire, Majesté, Monseigneur, le maire n’eut pas la langue assez bien pendue en ce moment. Oscar répondit par quelques paroles ne sortant pas de la banalité ; on cria : « Vive le Roi, vive la Suède, vive la France. » On but un peu de champagne et le Roi s’en alla faire le tour de la ville. Il repartit par le train de 4 heures pour St-Malo. Sur la place 4 à 500 personnes l’acclamaient sans beaucoup d’enthousiasme. Le roi debout dans le landau du maire saluait gentiment. Il était vêtu simplement, portait un pardessus jaune et un petit chapeau mou. Il est très grand, très droit, malgré ses 73 ans. La physionomie est ouverte et sympathique.

Lundi 5 mai 1902

  • 74 L’Ouest-Éclair du 4 mai parle en effet d’une « place du Palais […] noire de monde » d’où « une long (...)

61Que d’erreurs, d’illusions dans les comptes rendus des journaux de Rennes sur la réception faite au roi de Suède. Pas le plus petit enthousiasme74 ! Sur la place de la mairie 4 à 500 curieux à peine. On a salué respectueusement, voilà tout. Dans la salle de la mairie, la réception a plutôt été banale. Le maire s’est embrouillé dans son speech ; les journalistes se sont montrés plutôt sans façon. Quant à Oscar II, il a été courtois et s’est prêté de bonne grâce aux exhibitions de quelques manuscrits de la bibliothèque.

Lundi 6 mars 1905

  • 75 Il s’agit là d’une fête de carnaval, que le journaliste républicain Victor F. H. Morin (1853-1915) (...)
  • 76 Conducteur des Ponts et chaussées Pierre Rigaud (1864-1941), est une figure de la vie associative l (...)

62Hier, temps abominable qui a rendu grotesque la mascarade organisée par M. Morin des Nouvelles Rennaises ; pages, colombines, Bretons et Bretonnes, mousquetaires, etc., étaient lamentables sous l’averse. Si M. Morin75 et son alter ego M. Rigaut76 ont voulu épater la population, ils en ont été pour leurs frais. Le comité de la fête des fleurs auquel ils voulaient faire concurrence se trouva vengé.

Lundi 5 juin 1905

  • 77 La Fête des fleurs est une fête de bienfaisance née en 1898 [AMR, 2 Q 27, « Fête des fleurs » 1898- (...)

63Hier, belle Fête des fleurs favorisée par un temps convenable77. Un peu de pluie ce matin, une averse à six heures à la fin du carrousel, et tard dans la nuit, un peu d’orage. Cette fête est un triomphe pour M. Oberthür qui a présidé le comité d’organisation avec beaucoup d’entrain, de bonne humeur et d’autorité. Le carrousel organisé avec les officiers et les sous-officiers de dragons et de hussards de Dinan a été le clou de la fête. Les rentes vont dépasser de beaucoup les espérances.

Dimanche 11 juin 1905

  • 78 Le futur maire de Rennes préside ce syndicat depuis 1898 et joue depuis lors un rôle clé dans l’org (...)
  • 79 Commune de Saône-et-Loire située à une dizaine de kilomètres de Mâcon.

64Aujourd’hui, « Fête du travail », congrès des entrepreneurs de la région de l’Ouest, invités par le syndicat des entrepreneurs d’Ille-et-Vilaine, présidé par M. Janvier78. À neuf heures et demi, distribution des récompenses au théâtre. À midi, immense banquet à la halle des Lices, sous la présidence de M. Dubief, ministre du commerce et de l’industrie, que j’ai autrefois connu maire de Romanèche-Thorins dans le Mâconnais, alors que j’étais chargé de la circonscription vicinale de Mâcon (sud) et de la Chapelle de Guinchay79, il y a déjà 25 ans de cela. À cette époque, M. Dubief était déjà remuant, ambitieux, mais rien ne faisait prévoir qu’un jour, il ferait partie du conseil des ministres. Il était médecin aliéniste. Aujourd’hui, il est ministre du commerce et de l’industrie, des Postes et des télégraphes !

Lundi 12 juin 1905

  • 80 On trouvera le texte de ce puissant hymne au travail dans L’Ouest-Éclair du 12 juin.
  • 81 Vadot, taraudé par un habituel besoin de reconnaissance sociale, exprime sans doute ici le fond de (...)

65La « Fête du travail » a été très réussie ; le banquet surtout a été admirablement servi dans le pavillon des Lices, décoré avec beaucoup de goût. Au foyer du théâtre, j’ai été présenté à M. Dubief par le maire et c’est avec plaisir que j’ai causé pendant quelques minutes avec mon compatriote ministre. Cela m’a rapporté à 25 ans en arrière. Le discours de M. Dubief au banquet a été superbe. Je ne lui connaissais pas ce talent d’orateur. Les autres discours se sont perdus dans la foule de convives trop bruyants. M. Janvier qui a reçu le ruban rouge a été intéressant au théâtre et le long discours qu’il a fort bien lu, s’il n’est pas de lui, a été écouté attentivement80. […] Toutes les administrations étaient représentées par leurs chefs très flattés de saluer le ministre. N’ai-je pas éprouvé moi-même une satisfaction idiote d’avoir été présenté particulièrement à M. Dubief, en présence du conseil municipal aux yeux duquel je semblais ainsi prendre du prestige81 ? Quelques-uns même me félicitèrent de mes belles relations. J’avoue que j’éprouvais un véritable plaisir à revoir M. Dubief qui me rappelait un lointain passé.

Samedi 10 février 1906

  • 82 La fête bretonne de 1906 a été analysée par le menu [V. Denoual, 1990]. Par cette manifestation, la (...)

66M. Oberthür est heureux de son succès d’hier auprès des commissions des fêtes et des finances qui ont approuvé à l’unanimité le projet de fête bretonne que je lui ai suggéré l’année dernière82. M. Oberthür s’est montré, hier soir, aimable, plein de déférence envers ses collègues qui lui ont su gré de cette nouvelle tournure d’esprit en acceptant sa proposition. Devant le conseil municipal tout entier, il n’en sera certainement pas de même.

Mardi 13 février 1906

  • 83 13 contre 8 disent les archives [AMR 1, D 80, séance du conseil municipal du 15 février 1906]. Ober (...)

67Ce n’est que par 11 voix contre 8 que le conseil municipal réuni hier soir en séance privée, a voté au bulletin secret la fête foraine demandée par M. Oberthür. Ce mince succès n’a pas encouragé mon aimable adjoint qui ne veut plus entendre parler de rien83.

Notes

1 M. Crozier, 1963.

2 B. Dumons et alii, 1997.

3 Le préfet Victor Rault, en poste à Rennes depuis l’année précédente.

4 Jean Le Blanc (1859-1914) est un brigadier d’octroi auquel le préfet Victor Rault a refusé la promotion sollicitée pour lui par le maire Eugène Pinault au motif qu’il aurait tenu des propos hostiles au régime républicain. De là, une vive tension entre la mairie et la préfecture, vidée en place publique [Le Petit Rennais, 12 et 13 novembre 1903 ; AMR, K 97, dossier Le Blanc].

5 Les élections municipales de mai 1904.

6 Recueils et jurisconsultes bien connus.

7 Vadot parle par métonymie de la préfecture, installée à cette adresse.

8 AMR, 2 K 23 dossier Le Rondel : recruté comme surnuméraire en 1876, titularisé l’année suivante, Louis Le Rondel (1858-1919) est promu chef de bureau en 1891, avant de prendre le titre de chef du secrétariat par suite d’un élargissement de ses attributions en 1897. Il est dès lors l’adjoint de Vadot, et à ce titre lui succède, en 1909, dans les fonctions de secrétaire général.

9 Le ministre était venu à Rennes les 5 et 6 juin 1897 pour présider la remise des prix du concours régional d’agriculture.

10 Allusion probable aux aventures féminines de l’ancien maire.

11 Frédéric Poitrineau (1841-1904) est l’auteur de divers rapports et études sur le fonctionnement de l’instruction primaire. On lui doit notamment Les Écoles de hameau, publié en 1889.

12 Cette nouvelle demande est justifiée par les services que Le Rondel a rendus à l’instruction publique et aux Beaux-Arts en tant que chef du premier bureau [AMR, 2 K 23, dossier Le Rondel]. Elle est aussitôt satisfaite [ADIV, 1 M 222, Palmes académiques, dossier Le Rondel].

13 De fait, il paraît bien qu’aucun écart de conduite n’a jamais entaché la carrière de Le Rondel, et tout à laisse à croire que le jugement porté plus bas sur ses capacités administratives est fort sévère.

14 Julien Guimbart (1857-1920) est entré dans les bureaux de la mairie en 1880, et a été nommé chef du bureau de la comptabilité en 1895. Il occupera cette fonction jusqu’en 1911, date de sa mise à la retraite [AMR, 2 K 23. Dossier Guimbart].

15 Formule sibylline. Vadot désigne sans doute ainsi les personnalités les plus en vue de la municipalité Pinault.

16 Allusion aux articles des 30 septembre et 1er octobre 1900 [voir chap. 9], dans lesquels, sous couvert d’un anonymat factice, Malapert incrimine avec violence l’omnipotence supposée de Vadot à la mairie de Rennes.

17 L’Annuaire d’Ille-et-Vilaine indique que Le Rondel a bien été décoré en 1910.

18 Léopold Crespin de Tréogat (1832-1918) est entré à la mairie de Rennes en 1854 et a été promu chef de bureau dès l’année suivante. Vadot commet ici une légère erreur : cela ne fait à vrai dire que 35 années tout juste que Crespin de Tréogat dirige le bureau de l’état civil, car il a auparavant dirigé celui des expéditions pendant 9 ans [AMR, 2 K 24, dossier Crespin de Tréogat].

19 Albert Blin (1852-1925) est un ancien conducteur des Ponts et chaussées débauché par la ville de Rennes en 1880. Nommé chef de bureau deux ans plus tard, il prend la direction de l’ensemble des services de voirie en 1896, obtenant à cette occasion le titre d’ingénieur de la ville [AMR, 2 K 32, dossier Blin]. En 1897, il perçoit un traitement de 7 000 francs par an contre 5 300 francs au préposé en chef de l’octroi (qui y ajoute environ 1 000 francs de « remises » liées à la rentabilité du service) [Compte d’administration de la ville].

20 Ces travaux ont été exécutés en 1902. L’hospice des Catherinettes, installé au sud de l’actuel jardin du Thabor, a été remplacé par l’hospice de Pontchaillou [L.-M. Nourry, 1990].

21 Eugène Pinault est bien en effet intervenu, et à plusieurs reprises, pour faire obtenir la Légion d’honneur à Blin, mais sans succès [AN, F14 2446, dossier Blin].

22 Les conducteurs sont les subordonnés des ingénieurs des Ponts. Ces derniers, tous ou presque issus de l’École Polytechnique, se sont opposés au XIXe siècle à la promotion des conducteurs au grade d’ingénieur, raison pour laquelle l’entrée au service d’une municipalité ou d’un département a pu constituer pour certains – tel Blin – un moyen détourné de faire carrière [J. Le Bihan, 2005].

23 L’ingénieur des Ponts et chaussées Frédéric Soulié a personnellement dirigé les travaux destinés à doter la ville de Rennes d’un système d’adduction d’eau jusqu’en 1882. Il a alors quitté Rennes tout en continuant à superviser à distance l’achèvement de ces travaux jusqu’en 1884. Localement, Blin l’a remplacé dès 1882 comme chef du bureau des eaux et égouts [AN, F14 11615, dossier Soulié ; AMR, 2 K 33, dossier Soulié].

24 Vadot fait allusion à la récente altercation survenue entre Blin et le conseiller municipal Malapert : Malapert s’étant opposé à ce que le conseil municipal lui octroie une gratification, Blin, de colère, l’a souffleté au théâtre. L’incident est clos quelques jours plus tard, mais l’administration préfectorale tiendra longtemps rigueur à Blin de son attitude, accusée d’avoir nui aux intérêts des républicains locaux [ADIV, 1 S 16, dossier Blin].

25 Blin est né à Précey, un petit village situé à une dizaine de kilomètres d’Avranches. Ainsi rentre-t-il « au pays » à la retraite.

26 Tous ces lieux dessinent le tracé de l’aqueduc de Rennes, à l’entretien duquel Blin n’a cessé d’employer son énergie : la forêt de Haute-Sève en Saint-Aubin-du-Cormier, la commune de Saint-Ouen-des-Alleux, enfin, dans le Coglès, la commune du Châtellier et – probablement – les deux pierres à bassin dites « rochers des couardes » situées à proximité du château de Marigny en Saint-Germain-en-Coglès.

27 Jean-Baptiste Martenot (1828-1906), architecte de la ville de 1858 à 1894, a marqué Rennes de son empreinte, notamment sous la municipalité Le Bastard, mais aussi organisé le service d’architecture de la ville [J.-Y. Veillard, 1978].

28 De fait, Martenot est le père du projet de captage de la Minette et de la Loisance, projet repris et mis en œuvre par l’ingénieur Soulié à partir de 1880 (supra) [J.-Y. Veillard, 1978].

29 Le fonctionnalisme de Vadot est dans l’air du temps, du moins paraît-il s’accorder avec les principes architecturaux de Le Ray, qui l’ont peut-être influencé. L’idée que Martenot aurait sacrifié « la fonction au style » n’en est pas moins juste, en tout cas pour la fin de sa carrière.

30 Texte, en effet, très critique vis-à-vis de l’« imprévoyante » administration Le Bastard [ADIV, 3 M 480].

31 Emmanuel Le Ray (1859-1936) a succédé à Martenot comme architecte de la ville en 1894. Il a d’emblée rompu avec l’éclectisme monumental de ce dernier et se fait, en ce début de siècle, l’introducteur à Rennes d’un nouveau style architectural très inspiré par l’Art nouveau [C. Laurent (dir.), 2000].

32 Joseph Poivrel est l’entrepreneur attitré de Le Ray [H. Guéné et F. Loyer, 1995]. Il est le commanditaire et le propriétaire du somptueux hôtel conçu par Le Ray à l’angle du boulevard Voltaire.

33 Vadot fait allusion ici à l’action en paiement d’honoraires intentée par Martenot contre la fabrique de Saint-Aubin en 1900, action officiellement close en 1902 [AMR, 2 M 13, Église Saint-Aubin].

34 Cette brouille est peut-être consécutive au projet de réorganisation du service de l’architecture que Morcel et Vadot ont élaboré après la mort de Le Bastard dans un souci d’économie [J.-Y. Veillard, 1978].

35 Alfred Daboval (1853-1926) est un protégé de Martenot, qui l’a formé. Entré au service de l’architecture de la ville en 1880 comme employé, il est promu inspecteur des édifices et bâtiments communaux quinze ans plus tard, suite au départ de son mentor [AMR, 2 K 29, dossier Daboval].

36 Ernest Boullet (1824-1907), « grand commis de l’administration municipale » selon J.-Y. Veillard, est entré dans les bureaux de la mairie en 1849. Après sept ans passés à la tête du bureau des passeports, il est nommé inspecteur de la voirie, fonction qu’il a occupée jusqu’à sa mise à la retraite en 1895 [AMR, 2 K 32, dossier Boullet]. Il appartient en parallèle à la compagnie de sapeurs pompiers de Rennes, qu’il dirige depuis 1882 [AMR, H 35, Sapeurs pompiers, Dossier Boullet].

37 Le chartiste Alphonse Vétault (1843-1898) a assuré pendant 20 ans, entre 1878 et sa mort, la direction conjointe de la bibliothèque et des archives de la ville, procédant, dans la première, à un important travail de réorganisation des collections [X. Ferrieu, 1991].

38 Paul Parfouru (1846-1905), archiviste du département d’Ille-et-Vilaine.

39 Pierre Colleu (1835-1905) a fait toute sa carrière au jardin des plantes de Rennes. Il était jardinier-chef depuis 1863 [AMR, K 89, dossier Colleu].

40 Oberthür jugeait Colleu au-dessous de sa tâche. Il l’accusait de n’être qu’un simple horticulteur et non un paysagiste, ayant trahi l’« esprit initial » de Bühler [L.-M. Nourry, 1990].

41 Une bourse du travail est un organisme réunissant les différents syndicats d’une même ville en vue d’aider plus efficacement les ouvriers, en particulier les chômeurs ; celle de Rennes date de 1893. Le syndicat des ouvriers municipaux de Rennes a vu le jour en 1903 [ADIV, 10 M 88, Répertoire des syndicats professionnels].

42 L’Action libérale populaire de Jacques Piou, à laquelle appartient Brager de la Villemoysan, est l’expression politique du Ralliement d’une partie des catholiques à la République. Depuis Rerum Novarum (1891), sa composante la plus conservatrice, héritière des cercles catholiques d’ouvriers (fondés par Albert de Mun et René de la Tour du Pin), partage avec le courant libéral une attention soutenue à la « question ouvrière », comme on disait alors [B. F. Martin Jr, 1976].

43 C’est, semble-t-il, le premier projet – celui d’une vaste union intercatégorielle –, qui l’emporte, avec la création, en novembre 1906, d’une « Association professionnelle des employés municipaux », regroupant, en outre, le personnel de l’octroi [AMR, 2 K 13, groupements et syndicats communaux].

44 Vadot est alors très malade.

45 L’objet précis du banquet est de fêter la création d’une fédération départementale des secrétaires et employés de mairie, à l’initiative du groupe rennais [L’Ouest-Éclair, 21 mai 1909]. Aussi bien peut-on se demander si l’association créée en 1906 n’a pas rapidement périclité sous l’effet centrifuge des intérêts catégoriels. Cela expliquerait le dépit de Vadot.

46 Le début du siècle est marqué par une effervescence revendicative [J. Siwek-Pouydesseau, 1989].

47 Le théâtre constitue une scène sociale particulièrement complexe : d’un côté s’y opère un réel brassage entre catégories sociales, car le théâtre, loin d’être l’apanage des élites locales, est aussi fréquenté, et assidûment, par les catégories populaires [M.-C. Le Moigne-Mussat, 1988] ; de l’autre, l’inégale cherté des places a pour effet de reproduire, en son sein, la hiérarchie des conditions. En tout cas, cette scène fournit l’occasion de « se montrer », de dire son identité sociale [A. Le Breton, 1995], et il n’est pas fortuit que les querelles de préséance y soient si fréquentes tout au long du XIXe siècle.

48 Cette scène a lieu lors du banquet organisé en faveur du directeur de l’Enseignement supérieur, venu inaugurer les travaux de l’annexe de la faculté des sciences.

49 Cf. note 60.

50 Espace social par excellence, lieu de rencontre et de mise en scène de soi, le salon constitue une institution de la vie bourgeoise au XIXe siècle. L’habitude du « jour » (de réception) commence justement à se perdre à la Belle Époque.

51 L’épouse sans doute du juge Porteu, juge à Vitré : le couple est intime de la famille Vadot [voir chap. 3].

52 Sans doute l’épouse d’Albert Châtel (1855-1909), avocat et professeur à la faculté de droit.

53 On ne peut ici que s’en remettre à Vadot.

54 Ce sont là les effets du décret Combes du 27 juin 1902, qui vient d’ordonner la fermeture de 125 écoles religieuses non autorisées.

55 L’Ouest-Éclair du 1er septembre fournit une description assez précise de cette fête placée sous la présidence conjointe des maires de Rennes – Pinault – et de Pacé.

56 Le château de la Touche-Milon, propriété de la famille Pinault, est situé sur la route du Pont de Pacé à Rennes [P. Banéat, 1929]. On peut encore l’admirer de nos jours, enserré dans le tissu urbain.

57 Rappelons que cet opéra bien connu de Verdi est régulièrement mis en scène au théâtre de Rennes entre 1869 et 1896, et que fanfares et orchestres de café contribuent également à sa popularité sous la IIIe République [M.-C. Le Moigne-Mussat, 1988].

58 Successeur de Malaguti à la faculté des sciences de Rennes, Georges Lechartier (1837-1903) a consacré l’essentiel de son œuvre scientifique à la chimie végétale. Il a dirigé la station agronomique de Rennes et présidé l’Association pomologique [J. Pennec, 2008].

59 Il s’agit du zoologiste Louis Joubin (1861-1935), futur professeur au Muséum.

60 André Job (1870-1928) est à cette date maître de conférences de chimie à la faculté des sciences. Il poursuivra sa carrière au Conservatoire national des arts et métiers et à la faculté des sciences de Paris [J. Pennec, 2008].

61 Ils ont été publiés par L’Ouest-Éclair du 10 février.

62 Le minotier Eugène Buan (1846-1904) était conseiller municipal et adjoint depuis 1900.

63 Le formalisme de ce discours reflète bien la relative vacuité de ces cérémonies imposées par les devoirs de la charge.

64 À la page 46 du cahier originel.

65 Pierre Pilard (1850-1905), ancien élève de l’école normale de Rennes, successivement instituteur à Vitré et à Rennes, était directeur du cours complémentaire de la rue d’Échange depuis 1881 [ADIV, 2 T 12, dossier Pilard]. Son autorité, très grande, a forgé l’excellente réputation de cette école [G. Nicolas, 1995].

66 L’obtention de la Légion d’honneur était chose exceptionnelle pour un instituteur.

67 L’Ouest-Éclair du même jour.

68 Le tsar Nicolas II (1868-1917).

69 Il faut rappeler que jusqu’au tournant du siècle la mémoire de Jeanne d’Arc est disputée entre républicains et conservateurs catholiques. Ce n’est que dans les années 1890-1900, justement, que la droite nationaliste s’empare de son culte [R. Sanson, 1973 ; G. Krumeich, 1993].

70 L’Union des Femmes de France est née d’une scission de la Croix-Rouge en 1881, faisant suite au refus des « dames de la Croix-Rouge » de former une organisation spécifiquement féminine.

71 Sauf exception, les artistes lyriques sont étrangers à la ville et ne font qu’y passer [M.-C. Le Moigne-Mussat, 1988]. Les noms que donne Vadot sont-ils sûrs ? On ne les retrouve pas sur les états de la troupe engagée pour la saison 1898-1899, si ce n’est celui de la première chanteuse d’opérette, Mademoiselle Dunoyer – et non Desnoyer [AMR, 3 R 27, organisation des saisons théâtrales 1898-1899]. Du moins voit-on, à le lire, que le topos très répandu au XIXe siècle, de la chanteuse légère, variation de la « Vénus vénale », ne relève pas du seul imaginaire littéraire.

72 Entendre qu’il y prend les eaux.

73 Oscar II (1829-1907) est de retour de Biarritz, où il aime à séjourner [sur ses quelques heures passées à Rennes : ADIV, 1 M 177, IIIe République, Voyages de souverains étrangers].

74 L’Ouest-Éclair du 4 mai parle en effet d’une « place du Palais […] noire de monde » d’où « une longue acclamation retentit ».

75 Il s’agit là d’une fête de carnaval, que le journaliste républicain Victor F. H. Morin (1853-1915) souhaitait implanter à Rennes. Vadot ne cache pas son aversion pour ce dernier ; il faut dire que Les Nouvelles Rennaises l’ont égratigné à plusieurs reprises.

76 Conducteur des Ponts et chaussées Pierre Rigaud (1864-1941), est une figure de la vie associative locale : président du Choral Rennais, il est aussi l’un des fondateurs de la Fête des fleurs. Les raisons de sa mise en cause par Vadot restent à percer.

77 La Fête des fleurs est une fête de bienfaisance née en 1898 [AMR, 2 Q 27, « Fête des fleurs » 1898-1953 : programme détaillé de l’édition 1905].

78 Le futur maire de Rennes préside ce syndicat depuis 1898 et joue depuis lors un rôle clé dans l’organisation du « monde du Bâtiment », tant à l’échelle régionale que nationale. Il est aussi le créateur à de ces fêtes rennaises du travail, dont l’objectif est de réunir patrons et ouvriers dans un même idéal de concorde sociale. Celle de 1905 lui laissera un souvenir particulièrement ému, comme l’attestent ses mémoires [J.-Y. Andrieux, C. Laurent (éd.), 2000].

79 Commune de Saône-et-Loire située à une dizaine de kilomètres de Mâcon.

80 On trouvera le texte de ce puissant hymne au travail dans L’Ouest-Éclair du 12 juin.

81 Vadot, taraudé par un habituel besoin de reconnaissance sociale, exprime sans doute ici le fond de sa pensée et le fait qu’il a peu l’occasion de briller ainsi.

82 La fête bretonne de 1906 a été analysée par le menu [V. Denoual, 1990]. Par cette manifestation, la municipalité Pinault veut en effet constituer Rennes en capitale d’une Bretagne traditionnelle et catholique, opposée au Bloc des gauches [M. Denis, 2006]. Que Vadot soit, comme il le prétend, à l’origine du projet s’accorde assez bien avec l’anti-jacobinisme dont il fait occasionnellement montre.

83 13 contre 8 disent les archives [AMR 1, D 80, séance du conseil municipal du 15 février 1906]. Oberthür ne se fera pas prier longtemps : il reprendra la direction du projet quelques jours plus tard, au grand dam du conseiller d’opposition Sacher, qui s’insurge contre la suppression de la Fête des fleurs qui en résulte [ibid., séance du 2 mars 1906].

Auteur

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université Rennes 2, auteur d’une thèse de doctorat consacrée aux fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, poursuit actuellement ses recherches sur l’histoire sociale et administrative de cette période. [jean.lebihan@uhb.fr]

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search