Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rennes sous la iiie République

 | 
Patrick Harismendy

Chapitre 10. Blanche, ou le chagrin

Nicole Edelman

Texte intégral

  • 1 Il s’agit de la « communauté de Pleurtuit », fondée en 1837 et tenue par les filles de la Sagesse [ (...)
  • 2 L. Murard, P. Zylberman, 1996, p. 484.
  • 3 N. Edelman, 1995.
  • 4 N. Edelman, 2006.
  • 5 B. Bensaude-Vincent et Ch. Blondel, 2002, p. 162.
  • 6 N. Edelman, 2003 ; R. Plas, 2000.
  • 7 J. Carroy, A. Ohayon, R. Plas, 2006.

Blanche, fille aînée des enfants d’Edmond Vadot, meurt de tuberculose pulmonaire le vendredi 25 octobre 1901 vers midi. Elle a 24 ans puisqu’elle est née le 24 avril 1877, un an après la mort prématurée d’un frère. Blanche a très probablement contracté cette maladie vers quatorze ou quinze ans dans le pensionnat où elle fut éduquée1 et dont elle revint très fatiguée, nous dit son père. Quand le premier cahier s’ouvre en 1895, elle commence à souffrir : fatigue, névralgie puis toux quand la maladie s’aggrave nettement vers 1898 jusqu’à l’étouffement et la mort. En cette fin de siècle, la phtisie, autre nom de la tuberculose, est avec la syphilis, une des grandes maladies tueuse d’hommes. À la veille de la Grande Guerre, elle tue encore avec une ampleur que nulle autre maladie n’atteint puisqu’elle entre pour 10 % dans la mortalité générale de la France2. Sous sa forme pulmonaire, les médecins la connaissent depuis les travaux de Laënnec en 1819 et depuis 1882, Robert Koch en a découvert le bacille responsable qui porte son nom. Les recherches thérapeutiques sont néanmoins difficiles et longues et avant le déploiement de la vaccination par le BCG en 1950 et la cuti-réaction (issue des travaux de Calmette et de Guérin commencés en 1906), les soins sont peu efficaces. Si sa contagiosité est démontrée depuis les années 1870 et hautement réaffirmée par les travaux de Pasteur et de Koch en beaucoup d’endroits, peu de précautions sont prises malgré la grande publicité faite à l’hygiénisme. Il est cependant étonnant qu’Edmond Vadot, lecteur avide de textes scientifiques, n’éloigne pas le frère et les sœurs du lit de Blanche.
En revanche, Edmond Vadot exprime avec force sa très profonde douleur face à la mort de cette enfant (puisque jamais il ne la voit comme la très jeune femme que pourtant elle était à 24 ans). Ces cahiers dessinent une remarquable relation d’un père et d’une fille. Tout d’abord une forte tendresse les unit, Blanche tient « son père embrassé plusieurs minutes » quand il arrive à Pau le dimanche 26 mars. Elle l’appelle « mon petit papa » et lui écrit cette phrase plusieurs fois recopiée dans les cahiers : « Je t’embrasse comme je t’aime mon cher petit père. Ta Blanche. » Lui la nomme « ma Blanche adorée », « ma belle enfant », « ma chère mignonne », « ma chère petite », « ma charmante enfant » ou encore dit d’elle qu’elle est « une sainte ». Certes, l’expression des sentiments se déploie au XIXe siècle et câlins ou familiarités ne sont pas exceptionnels dans les familles bourgeoises, le tutoiement y devient de même normal mais les pères demeurent généralement plus distants que ne l’est Vadot. Cette profonde affection qui unit Blanche et son père est tissée de petits liens quotidiens rappelés au fil des cahiers : les bonjours souriants que Blanche envoyait à son père par la fenêtre lors de ses retours à St-Cyr à 11 h 30, les promenades et les lieux aimés, les lettres échangées, enfin les photographies si importantes au XIXe siècle pour la remémoration. Vadot se souvient aussi des fêtes, celle de son saint patron, le 1er janvier et bien sûr Noël. Quand Blanche meurt, Edmond Vadot ne parvient donc pas à accepter cette disparition, bien que cette mort fût attendue et presque espérée en raison des souffrances de la jeune femme et bien que tout le cérémonial d’enterrement et l’ensemble des codes du deuil fussent respectés. À bien des titres Edmond Vadot est alors proche de Victor Hugo éprouvant la disparition de sa fille Léopoldine. Et comme Hugo, il cherche à retrouver « l’esprit » de sa fille. Il obtient ainsi une première communication spirite le mercredi 11 décembre 1901, quelques semaines après l’enterrement.
Est-ce une voisine, comme il l’écrit, qui lui fait connaître la technique spirite de communication avec les morts ? N’est ce pas plutôt ses propres lectures ? Le spiritisme connaît en effet une grande vogue depuis 1857 et la publication de la « Bible » des spirites, Le Livre des Esprits écrit par Allan Kardec, pseudonyme d’Hyppolite Denizart Rivail. Cette nouvelle religion est issue de questionnements autour des « tables tournantes » dont la mode est parvenue en France en 1853 après leur « découverte » aux États-Unis en 18483. Lié aux expériences faites autour du magnétisme animal et du somnambulisme magnétique, nommé hypnose après 18434, le spiritisme se veut une religion « scientifique », adaptée à la modernité et à la rationalité du XIXe siècle. Les spirites affirment en effet que l’existence de la survie spirituelle des humains est démontrée expérimentalement par les messages « intelligents » délivrés d’abord par les tables « tournantes » ou mieux nommées « parlantes », puis par la planchette (utilisée par Vadot) et plus généralement par l’écriture directe des médiums. Les esprits désincarnés sont en effet censés s’emparer soit de la voix, soit de la main du médium qui donc écrit ou manie la planchette sous cette impulsion extraterrestre. Ces esprits peuvent être ceux d’hommes ou de femmes morts sur notre planète mais ils peuvent aussi venir d’un au-delà indéfini, puisque les spirites croient en la réincarnation sur d’autres planètes ou même dans d’autres sphères de l’univers. Ainsi, les êtres humains qui ont bien vécu sur terre, ne s’y réincarnent pas car la terre est une planète d’expiation et un des dogmes fondamentaux du spiritisme est la progression des esprits vers des sphères de plus en plus immatérielles et proches du divin. Blanche appartient selon l’esprit Raoul à ces êtres d’exception.
Edmond Vadot n’est cependant pas satisfait par ces communications qui d’ailleurs s’interrompent très vite, peut-être par la volonté de la jeune Emma qui faisait office de médium et dont on sait peu de chose si ce n’est que Vadot ne peut croire à son intervention dans la production de ces phénomènes. Il se plonge alors dans de très nombreuses lectures de philosophes, de théologiens et surtout de savants – ses contemporains – qui questionnent comme lui l’essence des êtres. La fin du XIXe siècle et le début du XXe sont en effet des périodes de rapides découvertes scientifiques et d’intenses interrogations sur la nature de l’esprit, de la matière et d’une possible existence d’une force psychique. Ainsi, lorsqu’à la fin de 1895, le physicien allemand Wilhelm Röntgen qui travaillait sur les rayonnements provoqués par le passage du courant électrique dans un tube de verre sous vide mis au jour par le chimiste anglais William Crookes, découvre ce qu’il appelle les rayons X, ces questions se trouvent encore ravivées. Le succès des rayons X est en effet immense et fulgurant : la transparence des corps fascine et dès janvier 1896, les rayons X sont partout à la mode. Or à cette découverte s’ajoutent celle de la radioactivité des sels d’uranium par Henri Becquerel et celle du polonium et du radium par Pierre et Marie Curie. Même si la publicité faite à ces deux rayonnements est incomparablement plus faible, « la radioactivité brise l’atome indivisible et fait jaillir des rayons d’un morceau de matière. Ces rayonnements – matériels et immatériels – brouillent tous les principes sacro-saints gouvernants la matière et l’énergie. Pour certains, c’est la faillite de toute théorie matérialiste. Si l’on ajoute à cela l’effet photoélectrique (action non expliquée des rayons ultra-violets sur un métal), le spectre électromagnétique que l’on sait incomplet et qui suggère l’existence de rayonnements inconnus, plus quelques « miracles » comme l’air liquide et la télégraphie5 » sans oublier encore les balbutiements du téléphone, on comprend que la réflexion sur l’existence d’énergies invisibles et d’une possible survie spirituelle soit vivement relancée. Nombreux sont ainsi ceux qui se demandent si, comme les rayons X provenant d’une machine, le cerveau humain ou, mieux, l’organisme tout entier ne possèdent pas eux aussi les mêmes compétences. Dès 1896, les spirites affirment sans vergogne que les médiums ont cette capacité et l’écrivain Jules Bois renchérit en écrivant qu’il existe des « regards X », ceux des clairvoyants, qui voient au travers des corps.
Or, la Science n’apporte pas toutes les clarifications espérées ; bien au contraire, des expériences de physique mettent au jour les interférences possibles entre l’expérimentateur et son objet d’expérience, tant au point de vue physiologique que psychologique. De nombreux phénomènes semblent disparaître, ne pas apparaître ou se modifier dans les conditions proposées par les laboratoires classiques, l’être humain, en tant que sujet d’expérience, s’inscrivant difficilement dans les normes expérimentales rigoureuses et surtout répétitives. Les découvertes de rayonnements matériels et immatériels, visibles et invisibles brouillent ainsi les principes fondamentaux gouvernant la matière et l’énergie.
Par ailleurs, l’étude des états de somnambulisme magnétique et d’hypnose, dévoilés par les médiums spirites et les hystériques6, donne naissance à la nouvelle discipline qu’est la psychologie7. Enfin, aux marges de celle-ci et de la psychiatrie apparaissent finalement la parapsychologie, que le médecin Charles Richet nomme métapsychie sans oublier la psychanalyse qui semble cependant ignorée de Vadot (et qui a en effet très peu d’échos en France avant la Grande Guerre).
Edmond Vadot est donc immergé dans ce bouillonnement culturel et comme nombre de ses contemporains qui n’ont pas – ou plus – de foi religieuse, il s’interroge sur l’existence d’une survie après la mort, celle de Blanche, sa fille chérie

Le lent déploiement de la maladie

1Blanche est atteinte de tuberculose. Cette phtisie pulmonaire, autre nom de cette terrible maladie, est un fléau dont Robert Koch a découvert le bacille qui le provoque en 1882 puis en 1891, l’existence d’une toxine capable en cas de réinoculation de bacilles morts de guérir la tuberculose. Pourtant ni la tuberculine et ni la cuti-réaction ne sont encore au point et les médecins recommandent pour traitement le « bon air » de la montagne et le soleil auquel s’adjoignent des « pointes de feu » pratiquées sur le dos de la malade. Blanche part ainsi quelques mois à Pau. Si la tuberculose est à ce moment connue dans les milieux savants comme une maladie contagieuse (et non plus héréditaire), bien peu de précautions sont encore prises et toute la famille demeure près de Blanche pendant toute sa maladie.

Samedi 14 décembre 1895

  • 8 Ernest Dayot (1824-1910), issu d’une longue lignée de chirurgiens rennais d’Ancien Régime, fils d’A (...)

2Blanche est toujours malade ; elle souffre sur le sommet de la tête : ce sont des névralgies, dit le médecin, M. Dayot père8. Cette fatigue la rend nerveuse, impatiente. C’est un bon cœur, vive, prompte mais aimante.

Dimanche 29 mars 1896

  • 9 Les trois arguments (âge, santé, fortune) ne se valent pas, Vadot étant très attaché à son image so (...)

3Blanche est demandée en mariage par M. B…, jeune instituteur adjoint qui a sollicité une visite aujourd’hui. J’ai dû lui répondre que nous ajournions toute demande de cette nature. Blanche en effet, est encore jeune et elle est d’une santé délicate. D’un autre côté, nous n’avons pas de dot à lui donner, et si le jeune homme n’a pas lui-même un peu d’aisance, le jeune ménage risquerait de ne pas être heureux9.

Lundi 4 juillet 1898

  • 10 Habitant 5 rue de l’Horloge en 1894 (donc tout près de la mairie), il consulte de midi à 13 h 30. M (...)

4Aujourd’hui, Blanche a été en consultation auprès du docteur Templé10 qui après l’avoir ausculté a recommandé à sa mère de l’envoyer le plus tôt possible passer quelques jours soit aux bords de la mer, soit à la campagne.

5Blanche tousse toujours beaucoup.

4 décembre 1898

6Depuis trois jours Blanche est plus fatiguée ; elle n’a presque pas quitté le lit. Elle tousse et crache beaucoup. Je crains que la pauvre enfant ne soit sérieusement touchée. Mme Martin qui est en ce moment à Pau avec son mari, malade, insiste avec tant de bonne grâce pour avoir Blanche que nous la lui enverrons d’ici à quelques jours. Le climat du midi lui fera grand bien.

2 janvier, lundi

  • 11 Sur ce déplacement, voir chap. 16.

7Blanche est partie à 4 h 15 pour Pau11. […]

Samedi 11 mars 1899

  • 12 Ce pronostic rétrospectif est pour le moins optimiste au vu des thérapeutiques disponibles à cette (...)

8[…] M. et Mme Lajat nous ont donné des nouvelles peu satisfaisantes de Blanche. Elle s’est remise à tousser et elle ne se fait pas d’illusions sur sa santé. Le médecin de Pau, M. Contormet, ne s’explique pas comment à Rennes le médecin qui soignait Blanche a pu laisser s’aggraver ainsi la maladie. Prise au début, il y a trois ans, la guérison était facile12. Il semble aujourd’hui qu’elle sera difficile sinon impossible.

9J’écris presque chaque jour à cette chère enfant qui s’ennuie à mourir et attend avec impatience le jour où elle reviendra à Rennes. Elle nous écrit des lettres touchantes. Nous cherchons à lui faire prendre patience.

10Je frémis en pensant à l’avenir qui est réservé à cette chère petite fillette.

Samedi 25 mars 1899

11Blanche ne voulant plus rester à Pau, je suis parti ce matin à 4 heures […].

Dimanche 26 mars 1899

12Impossible de peindre la joie de Blanche à mon arrivée hier soir. La pauvre enfant me tint embrassé pendant plusieurs minutes.

Jeudi 6 avril 1899

13Arrivée à Rennes à 10 heures et demie du matin par Nantes et Redon. Joie de tous les miens, bonheur de Blanche.

Samedi 22 avril 1899

  • 13 Athanase Follet (Angoulême, 1867 – Rennes, 1932). Reçu docteur en médecine en 1895, il est nommé pr (...)

14Première visite du docteur Follet13 ; longue consultation de Blanche. La pauvre enfant a le poumon gauche gravement atteint et celui de droite est entamé.

15Il est inconcevable que les docteurs Dayot père et Templé ne se soient pas rendu compte de cet état de Blanche. Ils ne sont pas pardonnables d’une pareille incurie.

Lundi 24 avril 1899

16Le docteur Follet a fait ce matin à Blanche des pointes de feux.

lundi 22 avril 1901

17Depuis le commencement du mois, Blanche est installée à St-Cyr avec sa mère et Emma. Il n’y a plus d’espoir de la sauver : le docteur Follet nous a déclaré que le mal avait fait de nouveaux et rapides progrès et qu’il ne fallait plus conserver d’illusions. Encore aujourd’hui, il m’a renouvelé ce pénible aveu et son impuissance. […]

Mardi 13 août 1901

18Cet après-midi, Blanche a voulu faire une promenade en voiture et ce sont « Les Onglées » près d’Acigné qu’elle a voulu revoir. […] Blanche étendue dans la voiture, à côté de sa mère, en face de moi, souriait de bonheur ; elle se sentait heureuse, entourée de nous tous qui l’aimons tant. Par instants, ses yeux se fermaient, elle sommeillait mais sa bouche continuait à sourire. « Que je suis bien ! » disait-elle aussi à sa mère. Elle n’éprouvait plus, dans ces moments, aucune souffrance, la pauvre enfant et elle était heureuse. Elle regardait autour d’elle, elle contemplait toute cette nature mélancolique, se demandant peut-être si ce n’était pas la dernière fois qu’elle la voyait.

Vendredi 30 août 1901

19Cette pauvre Blanche est de plus en plus fatiguée. Elle ne quitte plus guère son lit. La terrible maladie la consume lentement. Elle-même demande que la mort vienne l’enlever et le plus tôt possible à ses souffrances. La pauvre enfant fait peine à voir lorsque la toux la saisit et la terrasse. Cependant, elle fait preuve d’une volonté, d’un courage surhumain et lorsqu’elle nous voit triste autour d’elle, lorsque malgré tout des larmes remplissent nos yeux, elle s’efforce de paraître gaie et elle trouve encore des mots amusants pour nous distraire. Quel vide lorsqu’elle ne sera plus avec nous, car nous nous attendons à la séparation cruelle ! Tous l’entourent des plus grands soins, satisfont immédiatement ses moindres désirs. C’est cette affection constante qui la soutient et qui seule lui ferait regretter la vie.

Dimanche 15 septembre 1901

20Depuis mercredi dernier, Blanche est entre la vie et la mort. Mercredi soir, elle a été prise d’étouffements vers les 7 heures du soir et nous avons cru qu’elle allait rester dans nos bras. L’air lui manquait, sa poitrine était haletante, sa pauvre gorge était embarrassée. « Enfin, c’est fini, je vais cesser de souffrir ; enfin ! enfin ! Papa, maman, c’est fini ! » Et la pauvre enfant souffrait atrocement. Puis la crise se termina, le médecin appelé en toute hâte lui fit une piqûre de morphine et la nuit se passa bien.

21Le lendemain matin, jeudi, M. le curé de St-Sauveur étant absent, un abbé vint voir Blanche et la trouva si fatiguée que non seulement il lui donna la communion mais encore les derniers sacrements. […] Lorsque tout fut terminé, Blanche s’est trouvée en quelque sorte transfigurée. Ses jolis yeux si intelligents, si vivants respiraient la joie ; toute sa physionomie était imprégnée du bonheur qui débordait de son âme. « Je suis une petite sainte, maintenant, nous répétait-elle gentiment à chaque instant. »

22Je n’ai jamais été témoin comme ce matin-là de l’emprise que la religion peut exercer sur ceux qui ont la foi. Blanche est profondément religieuse, mais sans exaltation.

23La mort ne l’effraye pas ; elle la désire vivement parce qu’elle finira ses souffrances et qu’elle sait qu’elle ne la séparera pas de nous. Elle sera toujours avec nous, nous répète-t-elle à chaque instant.

24Jeudi, elle me voyait en pleurs auprès de son lit. « Pourquoi pleurer, mon petit papa, les anciens ne disaient-ils pas que ceux qui meurent jeunes sont aimés des dieux. Dans notre religion c’est la même chose. »

  • 14 La morphine est un opiacée antidouleur puissant ; l’éther et le chloroforme sont des anesthésiques. (...)

25Depuis jeudi, Blanche est mieux, grâce aux injections de morphine14 qui lui permettent de reposer longuement et d’oublier ses souffrances.

26Mais je crains une agonie épouvantable. Oh ! Si elle pouvait s’éteindre doucement puisque nous ne pouvons la sauver.

27Quelle mère admirable ! Quelle force de volonté ! Elle soigne Blanche avec un visage toujours gai, toujours souriant, et cependant qu’elle doit avoir le cœur gros !

28Quant à moi je ne cesse de pleurer auprès de Blanche, je redeviens gai, enjoué, car la pauvre enfant ne veut pas que l’on soit triste.

Mardi 29 octobre 1901

29Notre pauvre enfant est morte, vendredi dernier, un peu après midi. Hier, lundi, ont eu lieu ses obsèques et aujourd’hui elle repose à tout jamais loin de nous dans la triste et froide terre du cimetière. […] Je ne cesse de pleurer au souvenir de cette charmante enfant que nous ne reverrons plus. Je me réveille la nuit et je l’appelle et je la supplie de me répondre. […].

30La nuit de jeudi à vendredi avait été pénible pour notre pauvre malade et sa mère. Les potions de morphine ne la calmaient plus ; elle ne dormait plus la chère enfant. Elle toussait sans relâche. À 5 heures du matin, sa mère fatiguée voyant qu’elle paraissait sommeiller vint elle-même prendre un peu de repos. Quelques instants après, Blanche appelait. Je me levais à la hâte et je courus auprès d’elle ; elle avait des étouffements ; je lui donnais de la glace. Elle me supplia de ne pas la quitter : « Papa ne t’en va pas », me dit-elle. « Oh ! Non, ma mignonne je ne m’en irai pas ». À 7 heures, je vis bien qu’elle souffrait davantage et que la mort ne devait pas être éloignée. On lui donna de nouveau de la glace ; elle ne pouvait plus se faire comprendre que par des signes. À 9 heures, je la quittais pour mon travail, mais sa mère et ses sœurs étaient auprès d’elle. À 11 heures ¼, Emma vint me demander d’aller à la hâte chez le pharmacien chercher de l’éther et du chloroforme. Je revins bientôt, pas assez vite pour notre pauvre malade. À 11 heures ¾, j’étais au pied de son lit, sa mère et Marie à côté d’elle. Ses yeux se fermaient doucement ; quand elle les ouvrait c’était pour nous regarder ou jeter un regard sur son St-Joseph et sa Ste-Vierge placés en face d’elle. La respiration devenait plus courte, plus éloignée.

31Il était un peu plus de midi quand elle me regarda pour la dernière fois, puis elle tourna la tête du côté de sa mère et de ses sœurs ; elle eut deux ou trois aspirations prolongées, et elle expira doucement sans souffrances. Nous tombâmes à genoux et nous mîmes à sangloter. Amélie et Emma qui étaient à la salle à manger accoururent aussitôt.

Jeudi 16 janvier 1902

32Une femme, une mère, peut seule écrire comme cela. Voici l’extrait d’une lettre, en effet, adressée par ma femme à sa sœur, Mme Cruveilher, à Mâcon.

Rennes, dimanche le 24 novembre 1901.
Ma bien chère sœur,
Et dire que tous nos sacrifices et de temps n’ont servi à rien !
Les trois années, ma chère Fanny, qui viennent de s’écouler ont été passées en des alternatives d’espérances et de découragements et tout notre été dernier s’est écoulé de telle sorte que ce n’est qu’avec un serrement de cœur inexprimable que nous nous en rappelons les détails. […]
Quant à elle, pas moyen de la tromper sur son état. Elle a fait l’étonnement et l’admiration de ceux qui l’ont vue. Elle nous a fait ses recommandations dernières, distribuant ce qu’elle avait, me disant comment je devais l’habiller, la coiffer. […] Elle est partie fermement convaincue qu’elle retrouverait dans l’au-delà tous nos disparus, parents et amis, avec l’espoir que nous la rejoindrons à notre tour.
Je crois qu’elle ne s’est pas vue mourir ou bien elle n’a pas eu la force de nous rien dire. La semaine précédente, elle dormait presque constamment. Cependant les dernières nuits ont été très agitées […] Le 25, à 5 heures du matin, je me couchais en lui recommandant de m’appeler dès qu’elle aurait besoin de quelque chose, ce qui ne tarda pas. Son père s’est alors levé et est resté dans sa chambre jusqu’à 8 heures. Il est alors venu me demander la potion d’éther et de chloroforme qu’elle respirait au moment de ses étouffements. Cette potion lui procurait comme de l’ivresse ; […]
À midi moins quelques minutes, la potion arrivée, j’ai eu à peine le temps de lui faire respirer ; ses deux pauvres mains ont fait le mouvement d’aller jusqu’à sa bouche sans y parvenir. J’ai dû tenir le morceau d’ouate sur lequel nous mettions les gouttes d’éther et elle s’est endormie pour toujours. Elle avait enfin le repos qu’elle demandait depuis si longtemps et la mort qu’elle souhaitait. La fin épouvantable par l’étouffement dont nous avions peur lui a été épargnée. […].
A. Vadot.

L’impossible séparation : la tentation du spiritisme

33Blanche est morte le vendredi 25 octobre 1901 vers midi et Edmond Vadot n’accepte pas cette mort. Ayant perdu la foi chrétienne, la disparition totale de sa fille lui est insupportable et jusqu’à sa propre mort, il cherche à se convaincre que son esprit a survécu. Or, la religion spirite, qui a vu le jour en 1857 avec la publication du livre-princeps écrit par Allan Kardec, a largement diffusé la croyance que les esprits des morts seraient capables de communiquer avec les vivants par le canal de certaines techniques : « la table tournante » ou « parlante » bientôt affinée par un recours à une planchette légère (appelée table par Vadot). Cette planchette maniée par un médium – ici la jeune Emma – est censée écrire les paroles du défunt dont l’esprit fait mouvoir la main. Vadot, avec ses filles, y a donc recours.

Mercredi 30 octobre, 6 heures du soir

34Cette cloche qui sonne à Notre-Dame me fend l’âme. La nuit doit être profonde sur la tombe où repose notre chère enfant. Quelle tristesse !

35Je reprends mon récit d’hier. L’après-midi nous fîmes la toilette de notre chère morte ; elle avait tout prévu. Elle fut habillée de sa robe bleue, ses cheveux furent défaits et placés sur ses épaules avec un nœud bleu sur la tête ; aux pieds ses petites pantoufles rouges ; puis elle fut étendue sur son lit de souffrance.

36Dès le lendemain, samedi, des couronnes et des gerbes de fleurs furent envoyées par les amies de Blanche ; le soir, elle disparaissait sous les roses et les marguerites. Sa jolie tête pâle émergeait au milieu de toutes ces fleurs ; elle était adorable la chère enfant. On vint prier au pied de son lit. Dimanche, nouvelles fleurs ; ce fut un amoncellement de couronnes et de gerbes.

37Enfin le jour de la séparation éternelle arriva. À huit heures du matin, le cercueil fut apporté en présence de tous les miens et de Jeanne Bornet, Blanche fut ensevelie. Nous lui fîmes un dernier adieu et le cercueil fut fermé. Au préalable, nous avions mis des fleurs sur notre enfant et nous avions placé à côté d’elle trois photographies réunissant tous ceux qui, en ce moment, étaient autour d’elle. […]

Dimanche 3 novembre, 9 heures du matin

38Blanche ! Blanche ! Mon enfant, ma fille adorée, réponds-moi ! Elle est là, sous mes yeux, dans son fauteuil de jardin ; elle me regarde avec ses yeux si tristes et si doux, le sourire sur les lèvres ; son pauvre corps amaigri laisse flotter sa robe. Ma belle ! Ma pauvre enfant ! Ma chère petite, oh !….

Mercredi 13 novembre 1901

39Chaque jour à 1 heure, je vais à la tombe de Blanche. De temps en temps, j’y dépose un petit bouquet de violettes. Je lui parle à la pauvre enfant, je l’appelle, je l’interroge, mais toujours, en vain.

40Sa photographie est sur la cheminée de mon cabinet de travail. Blanche est assise dans son grand fauteuil du jardin. Je ne puis décrire cette physionomie triste et si douce. Elle me regarde, elle paraît vouloir me parler, la chère disparue.

41Que de larmes j’ai déjà versé en la contemplant !

42Quel mystère que la mort ! Blanche est-elle auprès de nous, nous voit-elle ? Est-elle heureuse ? Avant de mourir elle avait promis de se manifester à nous. Rien, rien. Et, cependant si elle le pouvait elle le ferait, ne serait-ce que pour nous consoler. La chère mignonne, elle nous aimait tant, elle avait tant la crainte de nous causer du chagrin. Blanche, ma fille, mon enfant, dis-moi si tu es là !

43Blanche était aimée de tous ceux qui l’approchaient […].

Lundi 25 novembre 1901

44Il y a déjà un mois aujourd’hui que ma chère Blanche, ma pauvre enfant, nous a quittés pour toujours. Il y a un mois que me regardant pour une dernière fois, alors que j’étais au pied de son lit et que j’assistais à son agonie, elle me dit tristement un dernier adieu. Elle ne pouvait parler, mais son regard qui s’éteignait était si douloureux. Depuis je cherche non pas une consolation, mais la preuve qu’elle ne nous a pas quittés, qu’elle nous voit, nous entend. J’interroge la table (est-ce assez sot !), je lis en vain Pascal, Bossuet, tout ce que je trouve ; je voudrais tant être convaincu de sa présence ; que son âme, cette âme si pure, si belle, n’a pas péri avec son pauvre corps. Blanche, ô ma fille chérie ! Pourquoi ne me réponds-tu pas ? […]

Mercredi 4 décembre 1901

45Que nos souvenirs sont donc peu durables ! Voilà que les traits de ma chère enfant commencent à s’effacer ! Ce n’est plus la même vivacité de souvenirs qu’il y a quinze jours, un mois. Je ne veux pas l’oublier cette chère mignonne ! Je veux continuer à la pleurer tous les jours ! Blanche, ma fille, es-tu auprès de moi ? Non, il n’est pas possible que son pauvre corps qui se consume lentement au cimetière soit tout ce qui reste d’elle ! Son esprit, son intelligence, son âme, tout ce qui faisait d’elle un être si charmant ; tout cela doit continuer à exister, mais où, comment ? Que fait-elle, où est-elle ? Pourquoi ne se manifeste-t-elle pas à nous, à moi ? […].

Mercredi 11 décembre 1901

46Depuis la mort de Blanche, j’ai vainement cherché dans mes lectures des consolations et des espérances. Bossuet, Pascal ne m’ont donné aucune satisfaction. Les dévotions de Bossuet, ses pensées sur la mort ; la métaphysique de Pascal, sa foi ne m’ont pas consolé. C’est toujours cette séparation éternelle qui me pèse et me fait pleurer. Je ne pouvais me faire à la pensée de l’âme de Blanche survivant à son pauvre corps reposant au cimetière. Et voici qu’un phénomène extraordinaire vient de se révéler pour moi, pour les miens, qui bouleverse toutes nos idées sur la mort.

47Je ne croyais pas au spiritisme, à la communication des esprits avec nous. Aujourd’hui il n’y a plus de doute : esprit, âme, flamme, fluide, nommez cela comme vous le voudrez, se manifestent aux vivants et répondent à leurs questions.

48Plutôt par plaisanterie que pour tout autre motif, nous avons emprunté à une dame de nos amies une table sur laquelle, disait-elle, il suffisait de poser ses mains pour qu’elle réponde aux questions qui lui étaient posées. Cette table se compose d’un plateau en bois très lisse d’environ 0,50 m de longueur sur 0,35 m de largeur et d’une toute petite table ayant quatre pieds. Cette table n’a pas plus de 0,10 m de hauteur et de 0,15 m de longueur sur 0,10 m de largeur. Le tout est de la forme indiqués dans le dessin ci-dessous :

49Sur le plateau, sont dessinés les lettres de l’alphabet et les dix chiffres décimaux ; à droite non, à gauche oui, au-dessous au revoir. Deux personnes posent les mains sur la petite table qui lorsqu’elle est au repos et placée sur le plateau a son pied a’ au point a.

50Si l’esprit qu’on appelle répond, la petite table se déplace lentement ou rapidement et le pied a’ vient se poser successivement sur les lettres de l’alphabet ou les chiffres ; il suffit alors de rassembler ces lettres ou ces chiffres pour avoir la réponse demandée.

51Les premiers jours nous nous amusâmes de ce jeu et un peu de supercherie y aidant nous n’attachâmes aucune importance à ce qui se passait. Mais voici qu’un soir à la demande que nous lui fîmes : « Y a-t-il un esprit dans la table ? » Le pied a’ se posa rapidement sur le mot « oui ». À la seconde question : « Veux-tu nous dire ton nom ? », la réponse fut : « oui, Raoul ». Depuis ce moment, nous avons obtenu des réponses extraordinaires, des phrases telles qu’elles ne peuvent émaner que d’un être très intelligent. J’ai fait bander les yeux d’Emma et d’Amélie qui faisaient marcher la table, de sorte qu’il leur était matériellement impossible de la conduire et de faire poser le pied où elles auraient pu vouloir. Les réponses à nos questions furent toujours très nettes, sans ambiguïté. Ayant demandé la ville où il était né, la table répondit, nos deux enfants ayant toujours les yeux fermés par un mouchoir : « Débandez Mimi ». Mimi, c’est Emma. Pourquoi ? lui demandâmes-nous : « Cela lui fait mal ». Depuis, nous lui avons posé des questions, Raoul nous a donné des conseils que ni les uns ni les autres nous ne pouvions prévoir, auxquels nous ne pouvions penser. […]

52Cet esprit s’attache surtout à Emma ; il la suit partout, dit-il. Le fait est que lorsqu’Emma quitte la salle à manger, il est impossible de faire marcher la table.

53Si l’on prend garde que ce sont les enfants qui mettent leurs mains sur la petite table, il faut reconnaître que les réponses sont extraordinaires. Impossible, malgré tout, de ne pas se rendre à l’évidence. Il y a là une manifestation d’un être intelligent, religieux et ce qui mieux est, chrétien et catholique. […]

54Depuis deux jours, Blanche ne se manifeste à nous que le soir à 8 heures et pendant une dizaine de minutes. Elle nous répond lentement, péniblement. Elle ne trouve que difficilement les lettres qu’il faut assembler pour faire les mots. Elle nous dit qu’elle est toujours avec nous, qu’elle est heureuse parce qu’elle repose. Elle vient au cimetière avec moi. Nous avons demandé à Blanche si elle avait pu nous dire adieu avant de mourir : « Non, j’étais évanouie ». Effectivement pour adoucir ses souffrances et éviter une crise d’étouffement, sur les conseils du médecin nous lui avions donné à respirer du chloroforme conformément à l’ordonnance de M. Cholley, pharmacien.

55« Raoul » nous a dit qu’elle était un esprit supérieur à lui.

Vendredi 13 décembre 1901

56Hier soir, la petite table nous a fait une série de réponses à nos questions. […]

57Comme je me plaignais que Blanche ne venait causer avec nous que rarement et difficilement :

58Il y en a qui n’ont pas cette grâce de causer avec la personne qu’ils aiment.

59Pour la dixième fois, elle nous a dit que Blanche était très heureuse, qu’elle jouissait d’un repos parfait.

60Je le répète ces réponses sont faites, mes enfants, et non moi, touchant à peine la table ; ils sont incapables étant donné leur âge de concevoir ces réponses qui on s’en peut douter n’émanent que d’un être intelligent.

Dimanche 22 décembre 1901

61Peut-il maintenant rester un doute dans mon esprit et les manifestations d’hier et d’aujourd’hui ne sont-elles décisives ?

62Il y a deux ou trois jours, très chagrin de ce que Blanche ne se communiquait pas à nous, je dis à haute voix que tout cela était mensonge, de la blague et qu’après tout « Raoul » pouvait bien laisser sa place à un autre.

63Depuis ce moment « Raoul » refuse de répondre à mes questions et chaque fois que je lui adressais la parole il ne consentait de donner à la petite table un léger mouvement qu’il continuait jusqu’à ce que je me fusse éloigné.

64Hier soir cependant il paraît revenu sur des meilleurs sentiments à mon égard et il consentit à répondre à mes questions. À la fin ne sachant plus que lui dire je lui demandais s’il n’avait pas fait un peu de littérature et s’il ne pourrait pas nous faire quelques citations de Corneille, Racine, Victor Hugo, Lamartine, Musset, etc.

65Au bout de quelques instants, il nous dicta les vers suivants que je crus être de Jocelyn (Lamartine). Je ne les ai pas encore trouvés. […]

66Peut-on dire que ces phénomènes sont dus à l’influence de mes enfants, d’Emma qui la plupart du temps était restée à mettre les mains sur la petite table ? Non, puisqu’ils ignoraient la plupart de ces citations et moi-même j’aurais été incapable de les répéter. […]

67Et puis il y a une quantité d’autres petits faits qui justifient d’une manière absolue la présence d’un être (esprit, âme) intelligent, vif, susceptible, prompt à la riposte, doué d’une certaine force, car si l’on place le doigt sous l’un des pieds de la petite table, on sent une pression telle que le pied laisse son empreinte sur le doigt.

68Tout cela est simplement merveilleux et j’en conclus que notre corps seul périt, que notre âme survit et qu’elle est immortelle […]

Mardi 24 décembre 1901

69Ainsi que Raoul nous l’avait dit Blanche se serait manifestée hier soir à 8 heures. Nous demandions à la petite table qui était là ?

  • « Blanche » répondit-elle.

  • « Le temps me dure beaucoup de toi, ma belle, ne souffres-tu pas aussi de ne plus nous voir ? »

  • « Parfaitement heureuse. »

  • « Alors tu es autour de nous, tu nous vois, tu nous entends ? »

  • « Oui. »

  • « Pourrais-tu me rappeler un souvenir, me dire quelque chose qui me fasse bien comprendre que c’est toi, Blanche, qui nous parle ? »

  • « Je te disais bonjour à la fenêtre, à St-Cyr, à 11 heures et demie. »

70Effectivement, quand nous étions à St-Cyr, lorsque je venais déjeuner, vers 11 heures ½, Blanche était presque toujours à la fenêtre et lorsqu’elle m’apercevait vite elle me disait bonjour. Pauvre enfant ! […]

71Est-ce que tout cela n’est pas merveilleux, incompréhensible ? Douter du phénomène n’est pas possible, l’expliquer est plus difficile.

72Je ne vois pas, quant à moi, d’autres explications que la présence, la manifestation réelle de l’esprit, de l’âme de Raoul qui nous est inconnu et de Blanche qui cependant, se manifeste beaucoup plus difficilement.

Espoirs, doutes et quête de réponses scientifiques

73Edmond Vadot n’est pas convaincu par ces messages de l’au-delà et, comme beaucoup de ses contemporains, il cherche donc une explication naturelle et non religieuse à ces phénomènes. Il lit beaucoup et interroge les savants de son époque qui suivent le même cheminement intellectuel que lui, ainsi Camille Flammarion (1842-1925). L’astronome, frère de l’éditeur, a été spirite pendant quelques années mais s’est détaché du spiritisme, se mettant en quête de découvertes de forces inconnues mais naturelles. Les lettres échangées dévoilent un Vadot qui ne peut (ou ne veut ?) pas concevoir que sa fille Emma (ou un autre de ses enfants) puisse être à l’origine des messages de Raoul ou de Blanche.

Mercredi 25 décembre 1901

74[…] Deux mois aujourd’hui que Blanche est morte. […] La pauvre enfant continue à dormir son dernier sommeil dans la terre froide, là-bas, sous la pluie, le vent, le froid. Mais si son corps est là-bas, son âme est-elle au moins autour de nous ? Nous voit-elle, nous entend-elle ? Ne souffre-t-elle plus la pauvre mignonne ? Est-elle parfaitement heureuse comme elle nous l’a dit ? Qui donc me donnera cette certitude ?

  • 15 Il s’agit de La pluralité des mondes habités (et non animés) publiée pour la première fois en 1865 (...)

75Avant-hier, j’ai écrit à Camille Flammarion, astronome, l’auteur de La pluralité des mondes animés, de Dieu dans la nature15 et de tant d’autres œuvres, la lettre suivante :

  • 16 Flammarion publie le premier volume de l’ouvrage en 1900 dont le sous titre est significatif du con (...)

Rennes, le 23 décembre 1901
Monsieur,
J’ai été amené dernièrement, sur le conseil de quelques personnes, à tenter quelques expériences sur la possibilité d’obtenir des manifestations de la part de personnes décédées et notamment d’une jeune fille que je viens de perdre. J’étais à ce sujet d’une incrédulité absolue.
Depuis, j’ai lu avec un vif intérêt votre ouvrage L’inconnu et les problèmes psychiques16 qu’il me tarde de voir complété par votre enquête et vos conclusions sur les manifestations de personnes décédées.
Presque à mon insu, j’ai obtenu de tels résultats que mon esprit en est confondu et qu’il m’est difficile maintenant de nier ces manifestations.
Voudriez-vous avoir l’extrême obligeance de me dire en quelques mots si vous publierez bientôt votre étude scientifique sur les manifestations des morts et dès maintenant ce que vous en pensez. Je vous en serais extrêmement reconnaissant.
Veuillez agréer, etc.

76M. Camille Flammarion m’a répondu :

Société astronomique de France
rue Cassini 16, avenue de l’Observatoire
fondée en 1887, reconnue d’utilité publique en 1897
Paris, le 24 décembre 1901
Monsieur,
Je suis précisément occupé en ce moment à préparer les documents du 2e volume de L’Inconnu. Ce qui me tarde le plus ce sont les preuves d’identités qui ne paraissent pas encore satisfaisantes pour la méthode scientifique. Je vous remercie de votre lettre et serais très heureux si vous vouliez bien me communiquer le fait qui vous semble le plus démonstratif quant à cette identité. Bien entendu, il importe qu’il ne puisse pas être expliqué par une autre hypothèse, telle, par exemple, que la lecture de ce fait dans votre esprit par un médium, l’autosuggestion, la subconscience, etc.
Veuillez agréer, je vous prie, Monsieur, l’expression de mes sentiments les plus dévoués.
Flammarion.

6 janvier 1902

77[…] M. Flammarion m’a répondu ce qui suit :

  • 17 Raoul, à la demande de Vadot, avait dicté cette épitaphe à la table.
  • 18 De même, Vadot avait demandé à Raoul cette date qu’il lui avait donnée mais seulement le lendemain.

Paris, le 27 décembre 1901
Monsieur, il me semble que si nous voulons arriver à savoir quelque chose sur ces phénomènes encore si mystérieux, il importe d’examiner les faits séparément et de les disséquer en quelque sorte. Je choisis dans la relation que vous avez bien voulu m’envoyer la dictée de l’épitaphe du tombeau de Lamartine17. Cette épitaphe, vous la connaissiez, était-il possible que l’un de vos enfants qui posaient leurs mains sur la planchette l’ait également connu ?
Est-il impossible aussi que l’un d’eux ait pu trouver les dates de la naissance et de la mort de Rousseau18 ? Il suffit pour cela d’ouvrir le petit Larousse. […]
Voilà, je crois, la méthode à employer avant de chercher plus loin. Si vous vouliez bien faire une petite enquête, elle nous éclairerait sans doute. J’ai été dans le même cas il n’y a pas fort longtemps avec une de mes nièces âgée de 15 ans qui répondait elle-même, sans s’en douter, aux questions posées.
Il est extrêmement rare de trouver des communications qui soient étrangères aux cerveaux des expérimentateurs.
Veuillez agréer, etc.
Flammarion.

78À cette lettre j’ai répondu :

Rennes, le 1er janvier 1902
À M. Camille Flammarion
astronome, rue Cassini 16
avenue de l’Observatoire Paris
Monsieur,
Je n’avais pas besoin de faire une enquête sur les deux ou trois faits que vous m’avez signalés plus particulièrement dans votre lettre du 27 décembre dernier, car je savais d’avance quel en serait le résultat. Néanmoins, j’ai interrogé mes enfants. Aucun d’eux ne connaissait l’épitaphe du tombeau de Lamartine. J’étais seul à m’en souvenir. Du reste, pourquoi la planchette ne l’aurait pas donné la veille aussi bien le lendemain, c’est-à-dire lorsque je lui ai posé la question. Donc aucun de mes enfants ne connaissait l’épitaphe.
Aucun d’eux, ni moi, du reste, ne connaissaient les dates de la naissance et de la mort de J. -J. Rousseau. Ils ne les avaient pas cherché dans aucun ouvrage et ce n’est même que quelques jours après qu’ils eurent la volonté de s’assurer que ces dates étaient exactes. […]
Depuis d’autres faits se sont produits qui semblent bien démontrer qu’il s’agit bien de manifestations indépendantes de notre volonté. Contrairement à ce que vous m’avez écrit j’affirme que nous avons eu des communications absolument étrangères à nos cerveaux. […]
Veuillez agréer, etc.

79À cette lettre, Flammarion m’a répondu :

Le 2 janvier 1902
Merci, Monsieur, de ces bonnes indications. Pour moi, le problème spirite est presque tout entier dans cette recherche d’une preuve irréfragable de l’indépendance absolue d’une communication. […] J’attends toujours, pour publier mon second volume, le témoignage certain d’une communication étrangère aux assistants. […]
Flammarion.

13 janvier 1902

Paris, le 8 janvier
Monsieur
Votre méthode d’étude me paraît excellente. […] Pourrait-il [Raoul] vous dicter une phrase prise dans une page quelconque d’un livre de la bibliothèque de mon cabinet à Paris, d’où je vous écris ?
Mais c’est l’identité de cet « esprit » qui nous intéresserait le plus.
Ne pouvez-vous le pousser à la prouver ?
Pourquoi ne peut-il donner son nom ?
Il n’en a peut-être pas.
Il n’a peut-être jamais été incarné.
Nous approchons du but, je crois, peut-être trouverons-nous.
Sentiments bien sympathiques.
Flammarion.

Rennes, le 13 janvier 1901

à Monsieur Camille Flammarion
astronome
rue Cassini 16, avenue de l’Observatoire
Monsieur,
Il m’a été impossible d’obtenir de « Raoul » qu’il se rende à Paris pour prendre une phrase dans une page d’un livre de votre bibliothèque. Je lui ai demandé s’il le pouvait. Il m’a répondu affirmativement mais qu’il ne le voulait pas. J’ai insisté : il m’a déclaré qu’il ne reviendrait pas, qu’il cesserait toute communication.
J’ai insisté également pour avoir un nom. Il refuse toujours. […]
De ces expériences et de beaucoup d’autres très amusantes il m’est absolument impossible de penser qu’elles sont le résultat de la volonté, des suggestions des assistants. Raoul persiste à dire que ma fille est autour de nous mais qu’il lui est impossible de se manifester. Elle le fait cependant difficilement certains jours et à certaines heures. Mais rien ne me prouve que c’est bien elle, que ce n’est pas « Raoul » qui modifierait sa manière de faire. Jusqu’à maintenant nous n’avons pas obtenu de preuves décisives. […] Et cependant tout me fait penser que les phénomènes dont je suis le témoin ont une source extraterrestre.
Veuillez agréer, etc. […]

Vendredi 24 janvier 1902

80Hier, à plusieurs reprises et de manière très affirmative, Raoul nous a dit que Blanche était très heureuse, parfaitement heureuse, qu’elle ne regrettait pas la terre ; qu’elle était avec nous, qu’elle nous voyait, nous entendait.

81Moi aussi je la vois, la chère mignonne, la photographie est là sous mes yeux ; elle me sourit, de ce sourire si doux, si triste, si affectueux ; mais je ne l’entend plus.

Société astronomique de France
rue Cassini 16, avenue de l’Observatoire
fondée en 1887, reconnue d’utilité publique en 1897
Paris, le 25 janvier 1902
Monsieur,
Je vous remercie infiniment de vouloir bien me tenir au courant de vos persévérantes expériences. Combien je souhaiterais que l’une d’elles fut (au point de vue de la méthode expérimentale) étrangère – sans discussion possible – à la personnalité du médium ! Il est vraiment regrettable que l’on ne puisse jamais obtenir ces preuves. […]
Flammarion.

Rennes le 3 février 1902
À monsieur Camille Flammarion
Monsieur, […]
Notre médium est une de mes fillettes âgée de 15 ans. Depuis plus de 2 ans, elle prend des leçons particulières à la maison et ne suit par conséquent aucun cours commun avec d’autres enfants, si ce n’est des cours de dessin et de musique. Deux ou trois bibliothèques sont à sa disposition mais elle n’y prend que des ouvrages à sa portée, de littérature courante, plutôt banale.
Nous continuons à faire du spiritisme, un peu comme M. Jourdain faisait de la prose ; mais toujours à un point de vue plutôt amusant. […]
La manifestation d’une volonté indépendante de la nôtre me paraît de plus en plus évidente. Il y a d’autres épreuves qu’il me serait trop long d’examiner et qui ne trouvent pas d’autres explications. Cependant, pourquoi ces manifestations ne peuvent-elles se produire que par l’intermédiaire de notre jeune médium ? Si c’est un esprit, une âme, pourquoi cette subordination absolue à l’intervention d’une seule et unique personne ? Si l’un de mes enfants interpose sa main entre celle du médium et la tablette, les manifestations continuent ; si c’est la mienne, elles cessent immédiatement. […] Il faut remarquer que mes autres enfants pas plus que moi ne peuvent sans le concours de la médium, faire bouger la table […].

Mardi 5 février 1902

82Malgré tout l’intérêt que peuvent avoir pour la science les expériences qui font l’objet de mes lettres à Camille Flammarion, je ne m’y serais pas attaché si je n’avais espéré y trouver une satisfaction personnelle. Je n’ai plus, hélas ! la foi de mon jeune âge, la foi qui transporte les montagnes, la foi qui console. Je cherche à me convaincre que ma pauvre enfant est bien là, autour de nous, qu’elle nous voit, nous entend. Si Raoul est réellement un esprit, si réellement c’est une âme qui se communique à nous, il n’y a plus de doute, Blanche est là, son âme est avec nous, Blanche après avoir tant souffert, est enfin heureuse. Pour m’assurer une pareille conviction je puis bien consacrer quelques instants aux communications de Raoul.

Mercredi 19 mars 1902

83Hier soir, Blanche a répondu difficilement à nos questions. Depuis plus d’un mois, nous n’avions pas eu de communication d’elle. C’est toujours le soir à 8 heures et pendant un quart d’heure. Pourquoi 8 heures ? Pourquoi un quart d’heure ? […]

Dimanche 23 février 1902, 5 heures du soir

84Blanche est là sous mes yeux ; elle me sourit la chère petite. Puis il me semble qu’elle prend l’air triste qu’elle avait lorsque j’étais soucieux ; elle me regarde et son regard interroge le mien pour deviner ce qui me préoccupe. Que de fois je lui ai fait de la peine, lorsque je me mettais à table l’air morose, chagrin, ennuyé ! Elle m’a souvent reproché de ne pas lui dire ce qui me préoccupait. Je ne le pouvais pas, ma chère mignonne ; ton chagrin eut été trop grand. Peut-être sais-tu maintenant ce qui me rendait parfois si maussade.

85Ton âme est-elle auprès de moi, ma chère enfant ? Me vois-tu, me souris-tu ?

86S’il faut en croire Raoul, bientôt tu ne pourras plus converser avec nous. De plus en plus ton âme va se détacher de cette terre où tu as tout souffert. Mais avant ne pourrais-tu pas nous dire encore que tu nous aimes, que tu seras toujours avec nous ? […]

Dimanche 9 mars 1902

87[…] Je ne crains pas de l’avouer, les communications réelles ou imaginaires de Raoul, m’ont ouvert des horizons nouveaux. Notre corps périt, se consume, il s’en va en poussière, mais notre âme que devient-elle ? Reste-t-elle dans les lieux qu’elle a habité ? S’absorbe-t-elle dans l’univers, dans le Tout ? Perd-elle immédiatement sa personnalité ? Ne la perd-elle que successivement, lentement ? Voit-elle Dieu ? Est-il vrai que certaines âmes reviennent sur terre, que d’autres ayant achevé leur cycle, étant parfaites sont désormais éternellement heureuses ? Où ? Comment ? […]

Jeudi 20 mars 1902

88Plus j’y songe et plus je trouve que tout est mystère autour de nous. […] La science finira-t-elle par découvrir une partie du mystère de la mort ?

89Qu’il y a loin de tout cela aux dogmes catholiques, à la foi religieuse ! Et cependant c’est cette foi profonde qu’avait Blanche qui l’a soutenue dans ses longues souffrances ! Lorsqu’elle souffrait trop, qu’elle était à bout de force, elle jetait un regard douloureux sur sa petite statuette de saint Joseph et de la Vierge et elle reprenait courage. […]

À la recherche de la présence de Blanche

90La planchette ne parle plus, Blanche se tait. Vadot s’appuie alors sur des traces et des signes qui lui rendent sa fille présente : ses visites régulières et solitaires au cimetière, les regards sur sa photo, sur le lit et la chambre où elle est morte, sur le pommier du jardin etc. Tous les lieux où elle s’est souvent tenue, la lui représentent et font support à cette présence que toujours il espère « vraie ». La tombe de sa fille au cimetière est un des lieux qu’il privilégie parmi tous les autres, lieu de recueillement, de tristesse et de larmes répandues, de dialogue avec lui-même. Lieu d’attente et d’espérance aussi car Vadot ne cesse pas de chercher la preuve de la survie spirituelle de cette enfant tant chérie.

Mardi 15 avril 1902

91Mes jours tristes sont ceux où le travail, mes préoccupations, me font oublier Blanche. […]

92Penser à Blanche, est triste, mais ce sont d’autres larmes. L’oublier serait cent fois plus triste. Mais n’est-ce pas là une chose fatale ? L’oublier complètement, non, mais ne plus avoir d’elle qu’un souvenir lointain, vague, confus. T’oublier, ma chère enfant, mais se serait affreux ; il est si doux d’aller au cimetière en rêvant de toi.

Lundi 28 avril 1902

93[…] Les enfants ont demandé aujourd’hui à Raoul où était Blanche. Il n’a pas répondu. Ils lui ont dit que depuis six mois déjà elle était morte. « Elle est heureuse depuis six mois » dit-il. Peu de temps après sa mort, Blanche communiquait assez souvent avec nous, quoique difficilement. Depuis un mois, on ne peut plus rien obtenir ni d’elle ni de Raoul en ce qui la concerne. Raoul nous dit un jour que Blanche communiquerait de plus en plus difficilement avec nous, qu’elle se détacherait de plus en plus de ce qui est terrestre. Aujourd’hui toute communication paraît désormais finie.

94J’écris, bien entendu, comme s’il s’agissait réellement de manifestations d’esprits. Le phénomène existe, quelle en est la cause ?….

95Je suis allé à 1 heure rendre visite à la tombe de ma fille. J’y vais régulièrement deux fois au moins par semaine.

Mardi 3 juin 1902

96Et puis, je suis triste et si Blanche était là j’aurais le courage, je serais consolé, je serais peut-être moins aigri. Quand je reste 3-4 jours sans aller au cimetière, il me semble qu’elle me reproche de ne plus aller la voir, de l’oublier. T’oublier, toi, ma belle, oh ! non, jamais.

97Et cependant, d’autres que moi ont eu de profonds chagrins et je les vois gais comme s’ils avaient oublié ceux qu’ils ont perdus et qu’ils aimaient ! Blanche non plus ne m’oublie pas car il me semble que son influence me rend meilleur. Elle agit sur moi. Et pourquoi ces plaintes, ces critiques amères ? N’ai-je pas reçu au moment de la mort de cette charmante enfant les marques les plus vives, les plus sincères de sympathie ?

Mardi 8 juillet 1902

98Quel lait ont-ils donc sucé, quelle éducation ont-ils donc reçu, dans quelle atmosphère intellectuelle ont-ils vécu ces hommes qui ont conservé cette foi intérieure dans l’existence et l’immortalité de l’âme, l’éternité d’une autre vie après la mort, la croyance qu’ils retrouveront les êtres aimés et qu’ils vivront ensemble dans une éternelle félicité. C’est cette foi du Père Didon dans ses lettres qui, par moments, me confond. Moi aussi j’ai cru, puis le doute, l’indifférence, ont pris la place de cette foi qui fit de Blanche une sainte. Quelle foi elle avait la chère enfant ! Quelle force elle lui a donné pour mourir !

99Pourquoi ne croirais-je pas non plus ? Pourquoi douterais-je que l’âme de Blanche vit, qu’elle est autour de nous, qu’elle me voit, qu’elle m’entend ? Mais avec le temps, ne va-t-elle pas se détacher entièrement de la terre ; oublier les années de souffrance qu’elle a vécues, celles aussi où elle fut un peu heureuse ; ne va-t-elle pas nous oublier tous pour confondre sa nouvelle existence avec celle de Dieu ? […]

Lundi 7 juillet 1902

  • 19 Document, en forme de musée intérieur, hélas disparu.

100[…] J’ai réuni sur un petit carnet toutes les photographies diverses de Blanche, depuis qu’elle était bébé jusqu’à la veille presque de sa mort et il ne se passe pas de jour que je ne feuillette ce petit livre19. La plupart de ces photographies sont prises à Saint-Cyr ; sur la dernière, Blanche est debout dans l’allée, sous le pommier ; à côté d’elle, Emma et Amélie. Partout elle sourit, elle est gaie ; sur cette dernière photographie une douce tristesse est sur sa figure. À quoi pensait-elle ? Peut-être aux derniers jours qui lui restaient à être avec nous.

101Blanche ! Blanche ! Réponds-moi donc, mon enfant ! Mais enfin est-ce que tout est fini entre nous ! Plus d’espoir ! Plus rien !

Mercredi 24 septembre 1902, deux heures

102Tout à l’heure, j’étais seul à la maison. Je suis entré dans la chambre de Blanche, par le couloir du salon, comme si elle avait été encore là. J’ai ouvert doucement la porte et j’ai regardé le lit comme si elle reposait. Hélas ! Le lit est toujours vide. Il me semblait la voir avec ses deux grands yeux larges ouverts, ses pauvres petites mains blanches et maigres, me souriant pour me donner du courage, sa jolie tête penchée et fatiguée. Je me suis approché de son lit, je me suis jeté à genou et j’ai pleuré en l’appelant, en tendant ma main comme si j’allais saisir la sienne, comme autrefois. J’ai regardé son St-Joseph et sa Ste-Vierge, toujours là au pied de son lit, qu’elle a si souvent imploré pour avoir du courage. Je me suis approché de la cheminée et derrière la pendule, j’ai pris la petite clochette qui lui servait à nous appeler la nuit et je l’ai fait tinter et tout ce passé de misère, de souffrances, m’est apparu.

103Souvent j’appelle Blanche ; je la cherche dans l’espace, dans le ciel bleu ; je désire qu’elle nous voie, qu’elle nous entende, qu’elle soit avec nous. […]

Vendredi 2 janvier 1903

  • 20 Document, lui, parvenu jusqu’à nous : chaque lettre est collée entre deux feuilles du cahier et, po (...)

104[…] Je fais un cahier à part des lettres que Blanche nous écrivit de Pau20.

105Son âme ! Combien de fois dans certain jour, je répète ce mot ; son âme ! Existe-elle réellement ? Tout n’a-t-il pas disparu avec son pauvre corps si malade ? Je n’ose m’arrêter à une pareille fin de notre existence ici-bas. Cette pauvre Blanche avait une foi inébranlable et c’est bien elle qui a raison. Pourquoi n’ai-je plus cette foi qui ne raisonne pas ?

106Je lis, je cherche, je veux avoir cette conviction si consolante. Par moments, lorsque je pense à ma fille, je n’ai plus de doute ; puis j’hésite, je discute et je me reprends à douter. […]

Jeudi 14 août 1902

  • 21 Louis Pasteur (1822-1895), élu à l’Académie française en 1881 au fauteuil de Littré, fut en effet r (...)

107Je viens de lire le discours de réception de Pasteur à l’Académie française et la réponse de Renan21. L’un esprit positif, observateur, s’adonnant aux sciences exactes, scrutant la nature pour qu’elle livre ses secrets croit à l’existence de Dieu, à l’immortalité de l’âme, à la révélation, à la divinité de l’évangile ; l’autre, homme de lettres d’un grand talent, historien, critique, est sceptique […]

108Et cependant, tous deux ont été élevés chrétiennement : l’un, le savant illustre a gardé sa foi, l’autre, en dépit de son éducation ecclésiastique paraît ne plus croire à rien.

109Faut-il croire ? Faut-il douter ? […]

Vendredi 3 octobre 1902

  • 22 Jean Baptiste Dumas (1800-1883) est souvent nommé « père de la chimie moderne » pour ses travaux no (...)

110[…] L’impuissance actuelle de l’homme à découvrir la cause, l’essence des phénomènes de la nature, a été avouée de nos jours par les esprits les plus éminents : les Pasteur, les J. -B. Dumas22, etc., et ces deux illustres savants n’ont jamais douté de l’existence de Dieu et de l’immortalité de notre âme.

111Dieu, l’Être suprême, celui d’où tout vient, où tout va, le créateur de ces mondes répandus dans l’espace infini et dont la pensée est écrasante. Comment concevoir Dieu ?

112Et notre âme ! Qu’est-elle ? Où va-t-elle ? Comment survit-elle au corps ? Où es-tu Blanche, toi dont l’âme était si pure, qui avait une foi si profonde dans l’immortalité ? Ton pauvre corps seul a péri, mon adorée, mais ton âme où est-elle ? Que devient-elle ? Quelle va être sa destinée ? Oubliera-t-elle son passage sur la terre ? Ne se souviendra-t-elle plus que tu as tant souffert, que ta dernière année a été un martyre ?

Jeudi 8 janvier 1903

113Je cherche en vain dans ma bibliothèque une lecture qui satisfasse tout à la fois mon esprit et mon cœur, je ne trouve rien. Lamartine, Lamartine que j’ai tant aimé ne remplit pas le vide qui s’est fait en moi depuis la mort de Blanche ; il n’exprime pas non plus nulle part les sentiments que j’éprouve au souvenir de cette enfant, à la vue de la tombe où elle repose. La parole est impuissante à exprimer ce que l’âme ressent profondément. […]

Mardi 21 octobre 1902

  • 23 Jules Bois (1868-1943), écrivain prolixe et journaliste, connaît bien toutes les formes de l’occult (...)

114Jules Bois23 vient de faire paraître un nouveau volume L’au-delà et les forces inconnues (opinion de l’élite sur le mystère) que j’ai lu avec le plus vif intérêt et que je relirai.

  • 24 Paul Bourget (1852-1935), romancier fort connu à l’époque de Vadot, est aussi poète et critique lit (...)

115M. Paul Bourget24 à qui Jules Bois demandait s’il croyait à la survivance de l’âme, répondit sans hésitation : « Oui, mais ce n’est plus de la science, c’est un article de foi » (ces paroles sont textuelles.)

116Jules Bois reprenant :

« Lorsque vous n’admettiez pas encore les doctrines de l’Église et que vos maîtres étaient ce monsieur Taine et Renan, acceptiez-vous la donnée d’une âme immortelle ? »
« M. Bourget prit nerveusement mon livre de notes, dit Jules Bois, et, de sa propre main, comme s’il voulait inscrire un aveu exact pour me confesser. »
« J’y ai toujours cru de la manière la plus invincible. Malgré moi, si je peux dire. Quand je me donnais des raisons autres. »

117N’est-ce pas le sentiment que j’éprouve moi-même, ma pauvre petite Blanche, lorsque je pense à toi, à tes souffrances passées, lorsque je quitte ta tombe ou que je contemple ton visage souriant ? Il n’y a pas les raisonnements qui puissent résister à cet instinct que j’ai que ton âme est là autour de nous, que c’est elle qui guide nos pensées lorsque j’évoque ton souvenir. […]

Vendredi 17 octobre 1902

118Il y a un an, pendant tout ce mois d’octobre, quelles n’étaient pas les souffrances de Blanche, combien elles étaient longues, pour elle, ces tristes journées d’automne ! Elle n’était pas plutôt éveillée le matin, qu’elle comptait déjà les heures qui la séparaient du moment où le soir, sa mère lui donnait la potion qui devait la faire reposer. La tête penchée sur sa pauvre poitrine, elle écoutait patiemment, péniblement les lectures que lui faisait sa mère ; la musique la fatiguait ; elle ne quittait presque plus son lit. De temps en temps, elle reposait ses yeux sur la petite statuette qu’elle avait en face de son lit et il semblait que cela lui donnait du courage. Elle espérait en une vie future, elle avait confiance en Dieu et elle mourut calme, résignée. Comment supposer que cette âme si pure, si élevée, cet esprit si prompt aurait à tout jamais disparu. Les éléments de son pauvre corps rendus à la terre seraient éternels et son âme, son esprit, son intelligence se seraient abîmés dans le néant. […]

119Nous avons repris, il y a quelques jours, nos expériences avec la table. Malgré notre insistance, nous n’avons pu obtenir aucune manifestation. Au printemps, « Raoul » nous avait dit qu’il nous quittait pour toujours.

120Si ces manifestations avaient pour cause l’autosuggestion, la double personnalité, pourquoi ne se répètent-elles pas aujourd’hui ? Pourquoi ce silence obstiné ?

121Je ne vais pas encore jusqu’à penser avec ma femme et mes enfants que les communications de l’hiver et du printemps dernier étaient une grâce que Blanche nous avait obtenue, mais l’insuccès de ces jours derniers me rallie de plus en plus à l’idée de manifestations d’esprits étrangers aux nôtres. Quand je relis les réponses qui ont été faites à certaines de nos demandes, les citations de poètes et de prosateurs que « Raoul » nous a faites, il m’est difficile d’admettre qu’elles émanaient de nous, à notre insu, de notre subconscient, de cellules de nos cerveaux. Le phénomène existe, il est indiscutable ; sa cause, mystère !

Vendredi 24 octobre 1902

122Le voilà donc ce jour anniversaire de la mort de notre pauvre enfant. Déjà un an.

123Tous les incidents de cette douloureuse journée se présentent à mes souvenirs, comme s’ils étaient d’hier.

124Je te revois, ma chère enfant étendue sur ton lit de souffrances, nous regardant tour à tour, ta mère, tes sœurs et moi, jetant un dernier regard sur ton St-Joseph et ta Vierge, puis fermant tes yeux, expirant doucement et cessant enfin de souffrir. Pauvre petite ! Pauvre enfant ! Tu avais enfin le repos auquel tu aspirais depuis si longtemps ! Mais aussi tu nous quittais pour toujours !

125L’image de Blanche étendue sur son lit, une couronne de roses sur la tête, des fleurs autour d’elle, est là sous mes yeux. Comme elle repose, la chère mignonne ! Elle dort pour toujours ! Plus de sourires, mais aussi plus de souffrances !

Lundi 27 octobre 1902

126[…] J’ai le cœur aussi gros que si Blanche nous avait quitté ce matin.

127C’est fini ! N’en parlons plus, mais Dieu que cette séparation est cruelle !

128Il me semble que cette date clôt une période de ma vie.

Samedi 10 janvier 1903

129[…] Je suis triste, triste ; il semble que Blanche m’abandonne, elle qui, jusqu’à ce jour, n’a cessé d’occuper ma pensée quand je suis seul, quand mes occupations ne m’absorbent pas ! […]

Mardi 27 janvier 1903

130À quoi me servent toutes mes lectures ? Est-il une seule page d’un philosophe quelconque qui vaille, la pensée que tout ce qui reste de Blanche ne peut se réduire à ce pauvre corps déposé dans la tombe. Il me suffit de penser à toi, mon enfant, pour ne pas douter un seul instant que ton âme survit, qu’elle est immortelle et que tout ce qui fut en toi intelligence, bonté, n’a pas péri !

131Ne te révèles-tu pas à moi à chaque instant du jour ! Et cependant parfois encore j’ai des doutes. Ces larmes que je verse, ces souvenirs qui me sont si doux, ce visage qui m’apparaît à chaque instant, ce je ne sais quoi d’indéfinissable qui me semble trahir la présence de Blanche, tout cela n’aurait-il pour cause que des impressions sur mes sens, transmises à mon cerveau qui les garderait ? La preuve en serait-elle justement dans ces impressions que le temps doit effacer ?

132Mais tout cela est fou ; je contemple ton image, je vois ton sourire et tu m’apparais plus que jamais radieuse autour de moi.

L’angoisse du vide

133Vadot fouaille sa douleur pour raviver le souvenir de sa fille tandis que la quête d’une preuve de sa présence reste toujours vive. Il multiplie ses lectures et questionne sans relâches, philosophes, théologiens et savants qui, eux aussi, cherchent ou donnent des réponses à la survie spirituelle. Ces décennies « fin de siècle » qui précèdent la Grande Guerre ne cessent en effet de mettre en question les frontières entre nature et sur-nature et d’interroger les limites du visible, comme déjà la photographie avait commencé à le faire. Les découvertes scientifiques déstabilisent profondément les fondements traditionnels des sciences, en particulier celles de la physique et de la médecine. Neurologie, psychiatrie, psychologie explorent ainsi de manière nouvelle les phénomènes psychiques de dédoublement de personnalité, d’inconscient… et de nouvelles disciplines voient le jour, en particulier, la métapsychie dont le promoteur, Charles Richet, veut explorer ces « forces psychiques inconnues ». Les découvertes de rayonnements invisibles émis par la matière semblent confirmer à la fois la possibilité d’une survie de l’esprit et celle de communication entre cerveaux.

Vendredi 23 janvier 1903

134[…] Hélas ! Oui, le souvenir de Blanche s’efface devant mes soucis et j’en pleurerais volontiers de dépit. Et puis les semaines, les mois se succèdent et le temps fait son œuvre idiote. Il me faut lire les lettres de Blanche datées de Pau pour me ressouvenir de son affection, de son courage, de son sourire. Encore quelques mois, (et c’est ce qui me désespère), et tu ne seras plus pour moi, ma petite Blanche, qu’un rêve presque évanoui ! […]

Mercredi 11 mars 1903

135Et puis je sens que le souvenir de Blanche m’échappe et il n’y a pas 18 mois que la pauvre enfant a disparu.

136Tout à l’heure, j’étais au cimetière ; sa tombe était là à mes pieds et pas une larme ne venait à mes yeux. On m’avait dit qu’il fallait deux ans pour tout oublier ; je n’aurai pas attendu ce temps. […]

Lundi 29 juin 1903

137Il m’arrive bien souvent d’invoquer le souvenir de Blanche, sans y parvenir ; malgré tous les efforts de ma volonté, j’éprouve une résistance insurmontable ; quelquefois ma pensée s’égare sur mille choses, d’autrefois ce sont mes préoccupations qui m’absorbent, qui donnent à mes pensées un cours auquel je reviens toujours ; je fais appel en vain à ma fille, je me désespère, rien n’y fait. […] Oh ! Ma pauvre Blanche, faut-il croire qu’un jour tu ne seras plus pour moi qu’un vague souvenir ! T’avoir vu naître, t’avoir vu grandir, t’avoir aimé pendant plus de vingt ans, avoir vécu ensemble pendant de si longues années et le souvenir de tout cela s’évanouir en quelques mois !

Mercredi 29 juillet 1903

138Si tu ne viens à mon aide, ma petite Blanche, c’en est fait de toi. Depuis deux jours je rassemble en vain tous mes souvenirs, mes efforts sont inutiles. J’écris et je pense à autre chose ou plutôt je ne pense à rien. Mon cerveau, par instants, est comme vide. C’est inutile, je ne continue pas, je vais aller jusqu’au cimetière me pencher sur ta tombe, te voir dans ton cercueil et te supplier de ne pas m’abandonner. Blanche, Blanche, que je souffre ! Ton image même me laisse indifférent. Ce sont mes préoccupations, mes ennuis qui m’absorbent ainsi et m’empêchent, ma pauvre enfant, de penser à toi. […]

Mercredi 12 août 1903

139Je suis retourné aujourd’hui au cimetière et j’ai pleuré sur ta tombe, ma petite Blanche et je suis revenu consolé : je ne t’oublie pas et ne veux pas t’oublier.

Vendredi 28 août 1903

140Depuis quelques jours, je ne vois plus Blanche que dans son lit, assise, le visage souriant, la figure doucement illuminée par la foi, par l’espérance d’un monde où ses souffrances seront récompensées. Pauvre enfant ! Il y a 22 mois aujourd’hui que tu reposes là-bas.

Lundi 5 octobre 1903

141Quelle tristesse tout le jour ! Je ne cesse de penser à toi, ma pauvre enfant et je trouve affreusement long le temps qui déjà nous sépare ! Tu ne reviendras donc plus auprès de nous ! Ah ! Que je souffre et que je voudrais te voir et te serrer dans mes bras ! Je comprends ceux qui vont s’ensevelir dans un monastère, au fond d’un désert lorsqu’ils ont perdu ce qu’ils ont de plus cher au monde. Peut-être irai-je te rejoindre, ma chère enfant, si ce n’étaient ceux qui restent et auxquels il faut bien penser !

142J’ai besoin de pleurer. Pourquoi n’ai-je plus ni foi, ni espérance ? Cependant il est bien sûr, ma petite Blanche, que tu vis, que tu es là, que tu me regardes et me donne du courage. Souris-moi comme autrefois, ma chère mignonne ; tu es là sous mes yeux, je te regarde et il me semble que tu vas me parler.

Dimanche 25 octobre 1903

143Blanche, ô ma fille chérie ! Il y a deux ans à cette date, tu nous as quittés pour toujours […] Pourquoi ne peux-tu pas me dire que tu as reçu enfin la récompense de toutes tes souffrances ? Pourquoi ne m’en dis-tu rien ? Si tu savais combien je souffre, ma pauvre petite ! Ah ! Que je voudrais te revoir, t’embrasser ! Mais pourquoi ? Pour te voir souffrir encore ? J’ai le cœur gros tout de même. […]

Lundi 26 octobre 1903

  • 25 Gustave Le Bon (1841-1931) est un écrivain qui s’attache d’abord à la médecine même s’il n’a jamais (...)

144[…] La Revue scientifique (Revue rose) du 17 octobre a publié un article de physique général, par M. Gustave Le Bon25 : l’énergie intra-atomique. Je l’ai lu avec un intérêt presque poignant, toujours avec l’espoir d’y trouver une étincelle de cette vérité suprême qui me paraît s’éloigner, d’autant plus des savants qu’ils découvrent de nouvelles lois, de nouveaux faits toujours plus mystérieux. Ainsi voilà des dogmes, des axiomes scientifiques qui depuis 2000 ans n’avaient jamais été contestés et qui sont aujourd’hui ébranlés. Et l’homme qui ne sait ce que c’est que l’électricité, que l’éther impondérable, que cette nouvelle force, cette nouvelle énergie manifestée par les corps pendant leur radioactivité, veut savoir ce qu’il est lui-même ce qu’est la vie, la pensée. Entre le gramme de radium, cette énergie mystérieuse qui peut produire pendant des milliers d’années sans cesser d’exister, et le cerveau de l’homme, siège de la pensée, de l’intelligence, il y a un monde ; mais le radium ne cessera d’exister et la mort sera la fin de l’homme ! Il y a là une telle contradiction que force est bien de penser que tout en est finit pour nous avec la décomposition de notre corps. Suivant Gustave Le Bon, tous les corps sont radioactifs et peuvent produire indéfiniment la nouvelle énergie. Le principe de vie, l’âme humaine périrait avec le corps ! Quand on a lu cet article de Gustave Le Bon, il faut lire Pascal dans ses Pensées, sur la connaissance générale de l’homme, sur sa grandeur. […]

Lundi 21 décembre 1903

145Blanche, je suis allé hier au cimetière et j’ai pleuré sur ta tombe ! Je ne t’ai donc pas oublié ! Il m’est si doux et si triste de penser à toi.

Mardi 29 décembre 1903

  • 26 William Crookes (1832-191), chimiste et physicien anglais, découvre les rayons cathodiques en 1878 (...)

146La science marche à pas de géant, c’est une phrase banale mais exacte, lorsqu’on suit les progrès chaque jour accomplis, les merveilleuses découvertes des Roentgen, des Becquerel, des Curie, des Crookes, des Charpentier, etc. Les rayons X, les rayons N26, la télégraphie sans fil, le radium, l’uranium me paraissaient vouloir détruire les lois comme sur la matière. En résulte-t-il que nos connaissances soient plus avancées sur la destinée de l’homme ? Non. C’est toujours et ce sera toujours le mystère impénétrable. Que les savants cherchent, je les admire ; mais que ceux qui souffrent soient bien convaincus que les découvertes de la science ne les consoleront pas, ni ne vaudront pour eux quelques instants de méditation sur la tombe d’une fille adorée.

Vendredi 1er janvier 1904

147Bonne année à toi aussi, ma chère enfant. Où que tu sois, je t’envoie mes meilleurs baisers. Cet après-midi, je suis allé sur ta tombe avec Amélie.

Dimanche 3 janvier 1904

148J’achève lentement de payer les frais de [la] maladie de Blanche. Hier, j’ai remis 200 francs à M. Galaine, pharmacien. Je resterai [à] lui devoir encore une petite somme. Tous les soins de sa mère, toutes ces dépenses n’ont pu la sauver ; ils n’ont servi qu’à la laisser souffrir plus longtemps. Tout à l’heure, j’étais au cimetière, seul auprès de sa tombe et je pensais qu’il ne restait plus d’elle que quelques ossements enveloppés dans une longue robe bleue, avec ses pantoufles roses à ses pieds ; […].

Vendredi 22 janvier 1904

149Lu quelques lettres de Blanche, datées de Pau ; celle notamment où elle nous conte ses souffrances pendant que le docteur Lantonner lui faisait des points de feu. Des larmes me sont venues en lisant ce récit douloureux et j’ai senti que le souvenir de ma pauvre enfant était toujours bien vivant dans mon cœur.

Mardi 1er mars 1904

  • 27 Théodore Joufroy (1796-1842), De la légitimité de la distinction de la psychologie et de la physiol (...)
  • 28 Jean Guibert (1857-1914), pédagogue très influent comme professeur de sciences naturelles du sémina (...)

150Je deviens décidément spiritualiste. Du reste, ai-je jamais cessé de l’être ? Lamartine n’a-t-il pas toujours été mon poète préféré ? Le souvenir, la pensée de Blanche ne sont-ils pas toujours vivants en moi ? Ce que je recherche aujourd’hui ce sont les auteurs qui flattent en quelque sorte cette tournure de mon esprit, les auteurs qui me confirment de plus en plus dans mes nouvelles convictions. Je lis et relis Jouffroy, notamment son mémoire sur la psychologie et la physiologie27 ; je lis L’âme de l’homme de J. Guibert, supérieur du séminaire de l’Institut Catholique28 ; William Crookes, Tolstoï, etc., me donnent de nouvelles assurances. Mais il n’y a pas d’écrivains, de savants, de philosophes qui vaillent la pensée de Blanche.

Mercredi 21 mai 1904

151Huit heures du matin. Je reviens du cimetière où je suis allé en suivant le bord de la rivière d’où l’on voit les grands arbres qui abritent la tombe de Blanche, tombe toujours couverte de fleurs. Il y a 31 mois aujourd’hui que la pauvre enfant nous vit pour la dernière fois, que la mort mit un terme à ses souffrances ; il y a 31 mois…

Jeudi 16 juin 1904

152Depuis quinze jours, je suis souffrant et je n’ai pu écrire deux mots sur mon journal. Le concours national Agricole n’a eu de moi qu’une ou deux visites qui ont été sans intérêt. Je n’ai pu assister au banquet donné à l’Hôtel de ville dimanche soir, 12 juin, étant malade ce jour-là. Je souffre d’un zona sur la poitrine et une partie du dos ; je passe mes nuits sans dormir et le jour, je suis énervé, agacé. Je devrais me reposer pendant une quinzaine de jours, mais je ne le puis. Quant à ma pauvre Blanche, c’est fini [sic] !

Dimanche 19 juin 1904

153J’écris sous le pommier du jardin ; il est dix heures. J’arrive du cimetière où je suis allé déposer un bouquet de rose sur la tombe de Blanche. J’ai pu enfin pleurer ce matin et son image s’est offerte à mes yeux comme autrefois. J’ai ouvert le petit carnet qui ne me quitte pas et qui renferme quelques-unes de ses photographies prises dans l’allée tout près de moi et du buisson de lauriers. J’ai relu la fin d’une lettre datée de Pau [sic] qu’elle terminait ainsi : « Je t’embrasse comme je t’aime mon cher petit père. Ta Blanche. » Ta Blanche ! Ma pauvre enfant, pourquoi n’es-tu pas là ? […] Mais pourquoi ne serais-tu pas autour de nous ? Ton pauvre corps est là-bas, mais toi, mais ton âme, ce qui fut ton intelligence, ta bonté, ta vaillance, ton grand cœur, tout cela est auprès de moi. Je te vois, je t’aime. Blanche, je t’adore. Oh ! Toi, ne m’oublie pas. Je veux te revoir, t’aimer encore, t’aimer toujours. […]

Mercredi 14 septembre 1904

154[…] Je relis les discours de William Crookes sur les recherches psychiques et j’en détache le passage suivant :

« L’univers entier, tel que nous le percevons, est le résultat du mouvement moléculaire ; les mouvements moléculaires se conforment strictement à la conservation de l’énergie, mais ce que nous appelons loi, est simplement une expression de la direction suivant laquelle agit une forme de l’énergie, ce n’est plus cette forme de l’énergie elle-même. Nous pouvons expliquer les mouvements moléculaires à ceux des masses, nous pouvons découvrir toutes les lois physiques du mouvement, nous n’en serons pas moins aussi éloignés que jamais de la solution du problème beaucoup plus importante : quelle sorte de volonté et de pensée peut bien se trouver derrière les mouvements des molécules forçant celles-ci à suivre un sentier tracé d’avance ? Quelle est la cause déterminante qui agit dans la coulisse ? Quelle combinaison de volonté et de pensée, guide, en dehors de nos lois physiques, l’agitation purement mécanique des atomes de manière à leur faire former ce miracle matériel où nous vivons ? »

155Qui résoudra jamais ce problème de la cause première ? […] Comme toutes ces affirmations des princes de la science, des hommes qui ont le plus approfondie les mystères de la nature, sont consolantes pour moi qui pense toujours à toi ma petite Blanche. Et cependant, combien certains jours je me sens indigne de toi, à tel point que je n’ose plus arrêter ma pensée sur ton souvenir.

Lundi 17 octobre 1904

156La tombe de Blanche est toute parée de pensées blanches ; mais que me font toutes ces fleurs, puisque j’oublie la pauvre enfant ! Et puis je souffre, je suis triste, il faut lutter, lutter toujours !

Mercredi 26 octobre 1904

157Toutes mes pensées hier ont été pour Blanche. Le souvenir de l’instant où elle exhala son âme, où elle rendit son dernier soupir en nous regardant tristement, ne m’a presque pas quitté du jour. Qui saura jamais ce qu’est ce dernier moment de la séparation de ce qui est intelligence, bonté, amour, et du corps que la mort vient de frapper : qu’es-tu devenue, où es-tu allée, Blanche, à ce moment suprême ? Où es-tu maintenant ? […]

Mardi 10 janvier 1905

158Nous finissons de payer les derniers frais de maladie de cette pauvre Blanche. Ce retard m’était à charge ; il me semblait que ma fille en était elle même tristement préoccupée, que son corps en était troublé. Je la vois qui me remercie et me sourit. Pauvre chère mignonne !

159Blanche, je t’aime toujours, je pense à toi, mais pourquoi mes larmes et mes souvenirs sont-ils plus rares ? J’aurais voulu vivre avec ton éternelle pensée.

Vers la sérénité ?

160Après trois ans de vaines recherches, Edmond Vadot semble comprendre qu’aucune lecture ne le convaincra de la survie spirituelle de sa fille. Il est seul face à l’énigme de la mort, seul à affronter l’absence, seul à mesurer le vide. Il se replie avec une certaine douceur sur ses souvenirs, autour des lettres et des lieux partagés. Il se convainc de l’amour de Blanche et sa tristesse le rassérène.

Dimanche 12 mars 1905

161Ce matin, j’ai porté des camélias roses du jardin sur la tombe de Blanche. Il y a six ans, je lui envoyais à Pau des violettes, cueillies dans la terrasse de la route [sic]. Il y a six ans, la pauvre enfant nous écrivait des lettres navrantes ; elle ne pouvait plus rester à Pau. « Je suis dégoûtée de tout », nous disait-elle, « l’ennui me rend malade, je me promène comme une machine et cela même m’ennuie »… « Le bonheur d’être enfin avec vous, fera plus pour ma santé que toutes les drogues et pointes de feu possibles »… « Pardonnez-moi, je suis si triste et puis c’est le dégoût de toutes choses qui me rend malheureuse ; aussi je ne me guérirai pas désormais ici. Encore une fois, pardonnez-moi et laissez-moi vous embrasser comme je vous aime. Votre Blanche chérie. » […]

162Les yeux fermés, au coin de mon feu, que j’aime à penser à toi Blanche. […].

Vendredi 2 juin 1905

163Ce matin, visite à la tombe de Blanche ; depuis prés de 15 jours je n’y étais allé. Qu’elles sont loin aussi ces larmes que je versais, lorsque de loin j’apercevais à travers les arbres du cimetière, la croix de pierre et les fleurs qui marquent le petit coin de terre où elle repose. Et puis je me suis accoutumé à ne plus voir dans cette tombe que quelques ossements enveloppés dans la longue robe bleue de la pauvre enfant et c’est dans le ciel bleu que je cherche son visage souriant, son âme si belle, si aimante.

Dimanche 3 septembre 1905

164Saint-Cyr – Je suis seul et je suis triste. Je viens de sommeiller, assis dans le fauteuil où Blanche s’est si souvent endormie, sous le pommier qui tant de fois l’abrita. Blanche ! Blanche ! Pourquoi suis-je triste comme cela ? Pourquoi n’es-tu plus avec nous ? Ces allées sont désertes sans toi. Ma première visite a été pour toi. Il me semblait que tu m’appelais, que tu me reprochais de t’avoir ainsi laissée pendant un mois.

165À mon retour, c’est à toi d’abord que j’ai pensé, c’est toi que j’ai retrouvé ici. Ces soirées déjà longues, ce ciel gris, m’ont vivement rappelé tes dernières semaines passées avec nous.

166Sur ta pauvre tombe un peu abandonnée, j’ai pleuré et ça m’a fait du bien.

1674 heures soir – Avec quelle intensité Blanche se rappelle à moi en ce moment. Son esprit serait-il auprès de moi ? Est-ce lui qui est en communication avec moi ? Pourquoi pas ? Si son âme a survécu, pourquoi ne fréquenterait-elle pas le petit jardin où elle a souvent rêvé ? Pourquoi le fauteuil où je suis assis, ne lui rappellerait-il pas les belles soirées d’été où nous causions peu mais où nous regardions ensemble les brillantes étoiles ? L’esprit de Dieu est partout, l’âme de Blanche peut bien être ici. […]

Dimanche 24 septembre 1905

168Je devais aller te visiter ce matin petite Blanche, je n’en ai pas eu le courage par ce temps abominable. Et puis tant de choses me préoccupent et m’attristent que je t’oublie ma chère enfant !

Mercredi 25 octobre 1905

1698 heures du matin. Il y a quatre ans, à cette heure, j’étais au pied du lit de Blanche qui me suppliait de ne pas la quitter. Sa mère l’avait veillée toute la nuit et je ne l’avais remplacée que vers les six heures du matin.

170Un clair rayon de soleil illuminait la chambre comme aujourd’hui. La pauvre enfant sentait venir le moment où la mort allait enfin mettre un terme à ses longues souffrances. Elle ne voulait pas qu’on la quittât en ce moment où elle sentait le peu de vie qui lui restait l’abandonner lentement.

171Ma femme vint me remplacer à 8 heures et demi et je me rendis à mon travail comme d’habitude. Je ne croyais pas Blanche si près de la fin. Que j’ai des regrets aujourd’hui de n’être pas resté auprès d’elle jusqu’au moment fatal où après nous avoir regardés les uns après les autres, où après avoir arrêté ses regards une dernière fois sur moi, elle expira doucement !

172Quatre ans, il y a déjà quatre ans qu’elle repose là-bas !

Mercredi 26 octobre 1905

173Le souvenir de Blanche ne m’a presque pas quitté depuis hier. Ces jours ne sont-ils pas les anniversaires de sa mort, des derniers jours qu’elle a passé avec nous, étendue sans vie sur son lit de mort, disparaissant sous les fleurs puis emportée là-bas, accompagnée d’une foule d’amis qui l’avaient aimée ?

174Il me semble qu’elle est là que c’est elle qui se rappelle à mon souvenir. Je la revois comme elle était, il y a quatre ans. Et puis, n’ai-je pas là sous mes yeux sa photographie, son image avec ses beaux cheveux blonds tombant sur ses épaules, ses mains amaigries tenant un chapelet et une fleur, sa figure reposée depuis qu’elle a exhalé son dernier souffle, depuis qu’elle a cessé de souffrir. Oh ! Mon pauvre enfant ! Pourquoi ne viens-tu pas chaque jour t’offrir à mes pensées comme ce soir ? Il m’est doux de me souvenir de toi, de causer avec toi et de me rappeler tous les petits événements qui ont marqué ta vie et la mienne ! Je n’ai pas encore trouvé la prière que je voudrais réciter sur ta tombe, que je voudrais dire chaque soir avant de m’endormir, la prière qui t’évoquerait, à laquelle ton âme s’associerait, tu ne nous oublies pas ? Que ces mots sont insuffisants, qu’ils sont peu de choses comparés à la tristesse de mes pensées lorsque je puis être seul et me souvenir de Blanche.

Dimanche 29 octobre 1905

  • 29 Henri Poincaré (1854-1912), mathématicien, cousin de Raymond Poincaré, domine les mathématiques fra (...)

175[…] Je ne puis m’écarter dans la campagne sans qu’aussitôt je me souvienne de la pauvre enfant. Il n’est presque pas un chemin, un sentier, qui ne me la rappelle et je la vois souriante gaie, toujours de bonne humeur. Quelle fatalité a voulu que l’horrible mal s’attache à elle pour l’enterrer à la vie qu’elle aime jusqu’au jour où ses souffrances devinrent intolérables, où elle comprit que tout espoir était perdu. Mes lectures préférées sont toujours celles qui peuvent affermir ma conviction que le cercueil ne renferme pas tout ce qui fut la chère enfant. Et je suis joyeux quand des savants comme Poincaré29, Docteur G. Lebon [sic], M. Picard et tant d’autres se déclarent impuissants à découvrir les sources de la vie, à atteindre la vérité fait la science. C’est donc qu’il y a autre chose qui échappera peut-être toujours à la connaissance de l’homme et c’est autre chose, c’est Dieu, c’est l’âme immortelle, parcelle de l’être infini, c’est Blanche. […]

Jeudi 2 novembre 1905

176[…] J’étais seul et j’ai pu sans être troublé rêver à Blanche, l’interroger, lui rappeler les jours déjà lointain passés ensemble. J’ai contemplé sa photographie qui ne me quitte pas non plus qu’une lettre de Pau qu’elle terminait : « Je t’embrasse comme je t’aime, mon cher petit père ainsi que tout le monde. Ta Blanche. » Comprend-on tout ce qu’il y a de souvenirs, d’affections, de regrets, de tristesse profonde dans ces deux mots écrits par elle : Ta Blanche… ?

  • 30 Charles Richet (1850-1935) reçoit le prix Nobel en 1913 pour sa découverte de l’anaphylaxie et se p (...)

177En revenant, j’ai relu un article de Charles Richet30, « Par delà la science » publiée par Le Figaro, le 9 octobre dernier.

« L’occulte, c’est l’inconnu, le légendaire, la plongée dans l’ombre des fables ou dans l’incertitude des religions secrètes. Lecture de la pensée, divination de l’avenir, lévitation, apparition ou évocation des morts, tout ce que les poètes appellent le monde de l’au-delà, ce que j’ai cherché à caractériser du mot un peu pédantesque peut-être, de métaphysique, voilà ce dont quelques savants ont aujourd’hui, après les simples qui y ont cru, l’audace de prendre soucis.
Eh bien, il faut le dire très nettement : la tradition populaire ne s’est pas dans l’ensemble trompée, le monde occulte existe. Ces phénomènes étranges, qui paraissent contredirent les observations communes, apparaissent de loin en loi comme des états déserts se lançant dans un vaste monde inconnu.
Nous n’avons pas le droit de les négliger sous prétexte qu’ils ne cadrent pas avec les lois classiques établies par la science officielle d’aujourd’hui ; cette science dominatrice et conquérante dont nous sommes si fiers, n’est encore qu’à ses débuts. »

178Quel aveu !

179Et plus loin :

« Nous ne sommes pas les maîtres des accidents auxquels nous assistons. Pourquoi ? Peut-être parce que nos intelligences ne sont pas en état de les saisir. Il est probable que le monde est beaucoup plus compliqué que nos sens bornés et nos sciences très bornées aussi, ne nous l’enseignent et qu’il existe des relations que nous ne soupçonnons même pas, entre des événements qui nous semblent très éloignés. »

180Et enfin en terminant :

« Car ces faits existent. Et celui qui se livrera à pareille étude, longue, pénible, douloureuse, dans laquelle chaque progrès est marqué par d’angoissantes incertitudes, celui-là sera récompensé de sa peine. Il pourra entrevoir derrière le monde normal et banal des évidences, chaque jour tout un monde nouveau, occulte aujourd’hui et scientifique demain. »

181Ces lignes me rappellent les manifestations qui se sont produites deux mois après la mort de Blanche.

Dimanche 7 janvier 1906

182[…] Aujourd’hui, que sais-je ? Tout ce que j’ai lu, tout ce que j’ai appris, tout ce que j’ai essayé de comprendre m’a-t-il plus avancé ? Depuis plus de quatre ans je cherche un peu de lumière et je ne rencontre qu’obscurité. Mais si j’écoute mon cœur, je n’ai plus de doute ; si je pense à toi Blanche, je suis affermi, rassuré.

Dimanche 18 février 1906

  • 31 Alfred Binet (1857-1911) est un des fondateurs de la nouvelle discipline qu’est la psychologie en c (...)
  • 32 Ernst Heinrich Haeckel (1834-1919), biologiste et zoologiste, s’intéresse particulièrement à l’évol (...)

183Je viens de lire péniblement sans en rien retenir l’ouvrage scientifique et philosophique L’Âme et le corps de Binet31. Ce ne sont pas encore les idées confuses de ce savant qui me feront une conviction. Intelligence, émotion, volonté, sensation, cela se mêle dans cet exposé de doctrines qui ne sont ni spiritualistes ni matérialistes. J’ai lu aussi en partie, les Énigmes de l’Univers d’Haeckel32, que ces affirmations sont peu consolantes ! Que cette science, si elle était la vérité, serait décourageante !

  • 33 Paul Painlevé (1863-1933) est mathématicien avant d’être élu député républicain socialiste puis de (...)

184Dans un article récent publié par la Revue Rose (Revue scientifique) M. Painlevé33, de l’Institut, affirme en citant les expériences du Docteur Gustave Le Bon que la matière est indestructible ; au contraire, l’auteur de Évolutions de la matière, soutient et démontre qu’elle disparaît, qu’elle s’anéantit par le phénomène de radioactivité. Lequel croire de ces deux savants ? Comment pouvons-nous nous y reconnaître, nous pauvres ignorants, dans ces affirmations si contradictoires ?

Jeudi 22 février 1906

185Visite à la tombe de Blanche. Quelle sécheresse dans mon cœur, quelle indifférence ! Ma pauvre enfant ! Aurais-tu pensé que quatre années d’absence suffiraient pour te faire oublier ? Ces chemins, ces allées du cimetière que je suivais les larmes dans les yeux, je les suis maintenant avec le cœur sec sans tristesse. Où donc cette tristesse poignante qui m’était si chère ?

186Il est vrai que mes préoccupations, mes ennuis, le travail m’absorbent à un tel point que je ne puis plus penser à celle qui n’est plus.

Mercredi 4 avril 1906

187Visite à la tombe de Blanche, par un beau soleil. Cimetière délaissé à cette heure ; vent soufflant tristement dans les arbres encore nus. J’ai contemplé sa photographie toujours sur moi, j’ai relu ses derniers mots d’une lettre de Pau du 22 février 1899 : « Je t’embrasse comme je t’aime, mon cher petit père, ainsi que tout le monde. Ta Blanche. » Et celle dont je regardais la signature était là, à mes pieds, sous ces fleurs frissonnantes ; et des larmes me sont venues et je me suis séparé de cette tombe moins triste : tout n’est donc pas fini entre nous.

Jeudi 11 mars 1909

188Il y a dix ans à cette époque, Blanche était à Pau. Ce n’est pas sans éprouver une douce tristesse que je me rappelle ce temps où elle nous écrivait des lettres si affectueuses et qu’elle terminait toujours par : « votre Blanche chérie ». Quelle souffrance physique et morale, elle a enduré là-bas et avec quelle impatience elle comptait les jours qui la séparaient de nous. Elle insistait avec des larmes dans les yeux pour que nous allions la chercher. Je partis le 25 mars. Je relis aujourd’hui ses lettres, il en est une qui ne me quitte jamais. Il y a déjà dix ans de cela.

Notes

1 Il s’agit de la « communauté de Pleurtuit », fondée en 1837 et tenue par les filles de la Sagesse [Cl. Leforestier, 1991, p. 115-118]. Vadot, en pèlerinage en avril 1906 écrit d’ailleurs : « c’est la route de Pleurtuit, que j’ai suivie avec Blanche, une fois entre autre où nous allâmes jusqu’à son ancien pensionnat et où au retour elle fut si fatiguée, elle avait quatorze ou quinze ans » [note P. Harismendy].

2 L. Murard, P. Zylberman, 1996, p. 484.

3 N. Edelman, 1995.

4 N. Edelman, 2006.

5 B. Bensaude-Vincent et Ch. Blondel, 2002, p. 162.

6 N. Edelman, 2003 ; R. Plas, 2000.

7 J. Carroy, A. Ohayon, R. Plas, 2006.

8 Ernest Dayot (1824-1910), issu d’une longue lignée de chirurgiens rennais d’Ancien Régime, fils d’Aristide Dayot, directeur de l’école de médecine de Rennes (1856-1859), il soutient sa thèse en 1852 ; successivement suppléant de médecine interne (1861-1867), assistant de chirurgie (1867-1876), puis détenteur de la seconde chaire de chirurgie interne (1876-1896), il contribue avec Aubrée et Delacour (directeur de l’école de médecine de 1869 à 1899) à la rénovation médicale dans l’Ouest. Son fils, Hippolyte, fut un éminent chirurgien abdominal [J. Léonard, 1978 ; J.-L. Avril, J. Pennec, 2006].

9 Les trois arguments (âge, santé, fortune) ne se valent pas, Vadot étant très attaché à son image sociale et à celle qu’il escompte pour ses enfants.

10 Habitant 5 rue de l’Horloge en 1894 (donc tout près de la mairie), il consulte de midi à 13 h 30. Médecin suppléant à l’Hôtel-Dieu, attaché au service de la Maternité sous la direction du Dr Perret, professeur d’accouchements. Conservateur et propagateur, avec le Dr Perret, des vaccins et envois de vaccin dans le département, tous les samedis, à 13 heures. Trésorier de l’Association médicale d’Ille-et-Vilaine (fondée le 14 août 1857 – pour veiller aux intérêts moraux et professionnels du corps médical et pour porter secours aux médecins malheureux d’Ille-et-Vilaine) [Note Jos Pennec].

11 Sur ce déplacement, voir chap. 16.

12 Ce pronostic rétrospectif est pour le moins optimiste au vu des thérapeutiques disponibles à cette date.

13 Athanase Follet (Angoulême, 1867 – Rennes, 1932). Reçu docteur en médecine en 1895, il est nommé professeur de pathologie interne, à l’École de médecine de Rennes (1896-1899) puis, professeur de clinique médicale (1899-1931). Beau-père du Dr Louis-Ferdinand Destouches (dit Céline), il succède à Perrin de la Touche comme directeur de l’École de plein exercice de Rennes (1918-1931). Il est élu correspondant de l’Académie de médecine, le 8 juin 1920, dans la section d’hygiène et de pathologie interne [note Jos Pennec].

14 La morphine est un opiacée antidouleur puissant ; l’éther et le chloroforme sont des anesthésiques. Ces trois produits sont largement employés dans les hôpitaux, très efficaces mais coûteux.

15 Il s’agit de La pluralité des mondes habités (et non animés) publiée pour la première fois en 1865 où Flammarion comme la plupart des astronomes de son temps pense que l’univers est peuplé d’autres êtres vivants que les hommes. Dieu dans la nature a été publié en 1869. Par ailleurs, Camille Flammarion est un écrivain prolixe, appartenant à la génération des astronomes vulgarisateurs de leur science qui devient très populaire au XIXe siècle.

16 Flammarion publie le premier volume de l’ouvrage en 1900 dont le sous titre est significatif du contenu : manifestations de mourants, apparitions, télépathie, communications psychiques, suggestion mentale à distance, le monde des rêves, la divination de l’avenir.

17 Raoul, à la demande de Vadot, avait dicté cette épitaphe à la table.

18 De même, Vadot avait demandé à Raoul cette date qu’il lui avait donnée mais seulement le lendemain.

19 Document, en forme de musée intérieur, hélas disparu.

20 Document, lui, parvenu jusqu’à nous : chaque lettre est collée entre deux feuilles du cahier et, pour certaines, commentées par Vadot en 1903, année où il commence à aller un peu mieux.

21 Louis Pasteur (1822-1895), élu à l’Académie française en 1881 au fauteuil de Littré, fut en effet reçu par Ernest Renan (1823-1892). Académicien depuis 1878, ses travaux de philologie et d’histoire religieuse, sa Vie de Jésus publiée en 1863 en particulier, avaient suscité de fortes critiques dans les milieux cléricaux. Pasteur avait quant à lui dû lutter pour faire accepter l’idée de « microbe » et prouver l’inexistence de la génération spontanée. Il est connu pour son très fort antimatérialisme et sa « théorie des germes » est fondée sur l’idée de la nécessaire continuité de la vie [M. Grmek, 1999, p. 124-134].

22 Jean Baptiste Dumas (1800-1883) est souvent nommé « père de la chimie moderne » pour ses travaux novateurs dans ce domaine scientifique.

23 Jules Bois (1868-1943), écrivain prolixe et journaliste, connaît bien toutes les formes de l’occultisme occidental, ses groupes, ses sociétés et leurs membres, spirites et théosophes en particulier. Il écrit dans de très nombreuses revues occultistes et collabore aussi avec Le Matin, Les Annales politiques et littéraires, etc.

24 Paul Bourget (1852-1935), romancier fort connu à l’époque de Vadot, est aussi poète et critique littéraire ; il collabore à de nombreuses revues : Revue des deux Mondes, L’Illustration, La Nouvelle Revue…

25 Gustave Le Bon (1841-1931) est un écrivain qui s’attache d’abord à la médecine même s’il n’a jamais été docteur en médecine [B. Marpeau, 2000, p. 34]. Prolixe, il publiera de nombreux ouvrages concernant d’autres domaines : physique, histoire, sociologie et anthropologie… et collabore à des revues de qualité, comme le Revue scientifique de la France et de l’étranger, appelée Revue rose en raison de la couleur de sa couverture, sa publication débute en 1871. Pour les mêmes raisons, la Revue politique et littéraire [1870-1933], que lit aussi Vadot, est dite Revue bleue.

26 William Crookes (1832-191), chimiste et physicien anglais, découvre les rayons cathodiques en 1878 et en déduit l’existence d’un quatrième état de la matière qu’il nomme « radiante ». Il fait de nombreuses expériences avec des médiums lors desquelles il fait apparaître un fantôme, « Katie King », qu’il photographie. C’est en étudiant les rayons cathodiques que Wilhem Conrad Roentgen ou Röntgen (1845-1923), physicien allemand, découvre les rayons X en 1895, prix Nobel de physique en 1901. Henri Becquerel (1852-1908) est lui aussi physicien et découvre le rayonnement interne de l’uranium (poursuivant les travaux de Röntgen). Il partage le prix Nobel de physique en 1903 avec Pierre (1859-1906) et Marie Curie (1867-1934). Le docteur Augustin Charpentier fit des recherches sur les rayons N, qui en fait n’existent pas [B. Bensaude-Vincent et Ch. Blondel, 2002, p. 143-171].

27 Théodore Joufroy (1796-1842), De la légitimité de la distinction de la psychologie et de la physiologie [c’est la reprise d’un Mémoire présenté par T. Jouffroy à l’Académie des sciences morales et philosophiques, au nom de la section de philosophie, en septembre 1838].

28 Jean Guibert (1857-1914), pédagogue très influent comme professeur de sciences naturelles du séminaire d’Issy puis supérieur de celui-ci, s’intéressa [M. Launay, 2003]. L’âme de l’homme n’est qu’une plaquette de 62 p. publiée en 1896. Il s’est en effet intéressé à la psychologie et à l’hypnotisme.

29 Henri Poincaré (1854-1912), mathématicien, cousin de Raymond Poincaré, domine les mathématiques françaises de cette époque. Ses écrits se comptent par centaines.

30 Charles Richet (1850-1935) reçoit le prix Nobel en 1913 pour sa découverte de l’anaphylaxie et se passionne pour l’étude scientifique des phénomènes paranormaux. Il crée en 1905 une science pour les étudier, la métapsychique et est convaincu (comme William Crookes) d’avoir effectivement vu un fantôme [N. Edelman, 2007, p. 689-693].

31 Alfred Binet (1857-1911) est un des fondateurs de la nouvelle discipline qu’est la psychologie en cette fin de siècle, fondée sur la physiologie et non plus sur la philosophie. Ses écrits sont nombreux, L’Âme et le corps est publiée en 1905.

32 Ernst Heinrich Haeckel (1834-1919), biologiste et zoologiste, s’intéresse particulièrement à l’évolutionnisme, il est à l’origine de la fameuse proposition : « L’ontogénèse récapitule la phylogénèse. »

33 Paul Painlevé (1863-1933) est mathématicien avant d’être élu député républicain socialiste puis de devenir ministre au début de la Grande Guerre [Cl. Fontanon, R. Franck, 2005].

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 545k

Auteur

Maître de conférences, habilitée à diriger des recherches, en histoire contemporaine à l’université Paris X-Nanterre. Elle a publié, Histoire de la voyance et du paranormal (Le Seuil, 2006), Les métamorphoses de l’hystérique, début XIXe-Grande Guerre (La Découverte, 2003) et Voyantes, guérisseuses, visionnaires en France, 1785-1914 (Albin Michel, 1995). Elle a par ailleurs co-dirigé avec Anne-Claude Ambroise-Rendu et Fabrice d’Almeida, Des gestes en histoire. Formes et significations des gestualités médicale, guerrière et politique (Seli Arslan, 2006) et avec Jacqueline Carroy, Annick Ohayon, Nathalie Richard, Les femmes dans les sciences de l’homme. Inspiratrices, collaboratrices ou créatrices ? (Seli Arslan, 2005). [nicole.edelman@wanadoo.fr]

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540