Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rennes sous la iiie République

 | 
Patrick Harismendy

Chapitre 7. L’administration Lajat

Jean-François Tanguy

Texte intégral

La démission de Poulin contraint la majorité « radicale patriote » du conseil municipal à assumer ses responsabilités. Elle désigne l’adjoint Lajat comme maire et s’offre ainsi la plus forte personnalité depuis la mort de Le Bastard. Négociant en céréales et fourrages, fournisseur de l’armée – comme l’ennemi de la municipalité, Jules Ménard –, Lajat, qui n’a que 57 ans et se trouve donc beaucoup plus jeune que Morcel ou Poulin, pourrait être un maire de valeur, Vadot en tout cas le voit comme tel. Mais il va se heurter immédiatement, problème récurrent, à l’hostilité et à la jalousie de ses adjoints et principaux conseillers : Malherbe, d’emblée, mais aussi, Legros, Levron, Malapert… Les querelles de personne prennent donc durant deux ans une ampleur démesurée, faute de chef incontesté dans l’administration municipale. Cette situation place dès l’abord la municipalité dans une position difficile, alors même que l’environnement politique s’assombrit. Preuve en est la suite d’échecs électoraux que rencontre la majorité municipale dans certaines consultations faisant office de tests (pour le Conseil général ou le conseil d’arrondissement) et dans lesquelles les votes ruraux sont décisifs. Mais, même à Rennes, les résultats ne sont guère brillants. On est loin des triomphes de Le Bastard et Le Hérissé …
Le contexte national y est pour beaucoup. La conjonction entre les anciens opportunistes et les ralliés – catholiques d’abord –, autour de Méline, obère en effet toute alliance avec les républicains les plus avancés ou les plus turbulents, comme à Rennes. Pour cela, le gouvernement remplace le préfet Leroux, qui a fait son temps, par Duréault chargé de liquider le passé boulangiste, donc « bastardien » de la Ville, et Le Hérissé. Mais ce n’est pas si simple. Certes, le Conseil général a été reconquis, et pour longtemps, par les conservateurs, alliés des républicains très modérés. Mais les élections législatives de 1898 marquent un coup d’arrêt à cette tentative : Le Hérissé est réélu par son indéfectible électorat populaire, au point que Lajat fait illuminer l’Hôtel de ville pour fêter ce succès miraculeux. Pour autant, les antagonismes perdurent au sein de l’équipe municipale et sapent les fondements du projet politique cohérent de « cet immonde Lajat » dira à Vadot le propre adjoint de « l’immonde », Malherbe. Mais l’affaire Dreyfus va bouleverser toutes les données

Même municipalité, nouveau maire

1Après des années où Rennes est demeurée sans vrai leader politique, Lajat va-t-il donner à la ville la direction ferme qui lui manque – celle, habile, rationnelle, mais administrative de Vadot ne pouvant évidemment la remplacer entièrement ? En fait, l’homme va tout de suite se heurter aux haines et aux jalousies de ses « amis » politiques.

I. Auguste Lajat, maire

Lundi 2 août 1897

2Le conseil municipal est convoqué pour ce soir à l’effet d’élire un maire et subsidiairement un adjoint.

3L’année dernière, je me chagrinais un peu des attaques incessantes de certains journaux contre moi, cette année je me plaindrais volontiers du trop grand silence qui se fait sur mon compte.

Mardi 3 août 1897

  • 1 Auguste, Marie, Ligorie [sic] Lajat (Domagné, 15 octobre 1840 – Rennes, 7 juin 1910), important nég (...)

4M. Lajat1 a été élu, hier soir, maire de Rennes et M. Levron, le pire des grincheux, troisième adjoint.

Samedi 21 août 1897

  • 2 En l’absence de p.-v. des séances privées, difficile de connaître la nature des débats. À la séance (...)

5Hier, réunion privée du conseil municipal pour l’examen de diverses affaires dont quelques-unes présentaient un grand intérêt2. Pendant deux heures et demie, j’ai entendu les discussions les plus sottes qu’on puisse imaginer. On n’a pas idée de l’ignorance, pour ne pas dire autre chose, de la plupart de nos conseillers municipaux. Le niveau intellectuel de notre assemblée municipale ne s’est certainement pas relevé aux dernières élections.

6Notre nouveau maire montre parfois de la volonté et de l’énergie, mais il a beaucoup à apprendre pour imposer son autorité à ses collègues.

Mercredi 25 août 1897

  • 3 Sur Levron, voir infra.

7MM. Malherbe et Legros, adjoints, ne veulent plus avoir aucun rapport avec M. Levron3 leur collègue.

Mardi 28 septembre 1897

  • 4 Sur les rapports entre comices agricoles et politique, Y. Lagadec, 2005, p. 301-314.

8Hier, comice agricole d’Acigné présidé par M. Le Hérissé, député4.

9Ces comices agricoles sont surtout des réunions où députés, sénateurs, conseillers généraux et d’arrondissements exercent toutes leurs séductions auprès des électeurs campagnards et exposent leurs programmes politiques quand ils en ont un. […]

Mercredi 13 octobre 1897

  • 5 Originaire de Burzy (Saône-et-Loire) – mais Vadot n’en parle pas –, Jules Duréault (né en 1858), ar (...)

10Ce matin, notre nouveau Préfet, M. Duréault5, a reçu les fonctionnaires civils, militaires et religieux. […] M. Lajat a débité au Préfet le petit discours que je lui avais préparé et que depuis deux jours il s’efforçait de retenir. Ce matin et quelques instants avant la cérémonie officielle, M. Lajat m’a fait appeler dans son cabinet. Je me suis adossé à la cheminée et j’ai représenté le Préfet. En face de moi s’est placé le maire ; il m’a adressé alors le speech convenu en faisant des gestes, haussant et baissant la voix, en un mot, en répétant la petite cérémonie qui allait avoir lieu. C’était assez drôle. […]

II. Un incompétent, le conseiller Levron

Lundi 7 décembre 1896

  • 6 Levron estimait que le compte manquait de précisions. Poulin répondit qu’il était inutile d’imprime (...)

11Aujourd’hui, j’ai eu une longue conversation avec M. Levron, conseiller municipal, chargé du rapport sur le compte administratif de 1895. M. Levron, est né à Tournus (Saône-et-Loire), c’est donc un compatriote : je n’en ai pas moins le regret de constater qu’il a fait un rapport idiot sur le compte. C’est le comble de l’ignorance. Un peu pincé, M. Levron, mais l’intention était bonne. L’enfer aussi est pavé de bonnes intentions. M. Levron était autrefois conducteur des Ponts et chaussées : il était la terreur des cantonniers. Jeune et bien portant, il ne devait pas être commode le compatriote. Aujourd’hui, âgé et malade, il cherche la petite bête et n’a écrit que des sottises6. […]

Mercredi 20 octobre 1897

12Dans cette même séance d’hier mardi, après la lecture du rapport de M. Maleuvre relatif au compte administratif de 1896, M. Levron, adjoint, a lu au conseil municipal une longue note remplie d’observations sur le compte. Ces observations qui paraissent fondées ont paru produire une certaine impression sur le conseil municipal et le public.

  • 7 Le 19 octobre, nombre de services et de fonctionnaires municipaux sont de nouveau la cible de Levro (...)

13Je les ai analysées : c’est un tissu d’erreurs. Elles feront l’objet d’un rapport dont il sera donné lecture au conseil et au public en réunion publique7.

14M. Levron est le caractère le plus pointu qu’on puisse imaginer. M. Leray et lui font bien la paire. M. Levron a laissé les plus mauvais souvenirs à Fougères où il était conducteur des Ponts et Chaussées. Les cantonniers sous ses ordres le redoutaient ; ils l’avaient en profonde horreur. D’aucun prétendent qu’il n’était pas non plus très scrupuleux et qu’il se faisait payer par des particuliers des services administratifs qui ne doivent pas être rétribués, comme par exemple des alignements de voirie.

Samedi 12 septembre 1903

  • 8 La logique « bastardienne » de fidélité a déteint sur Vadot qui s’en vante parfois.

Ce matin, on a enterré M. Levron qui fut adjoint au maire pendant quelques années. C’était un grognon qui me tint d’abord rigueur et me fut plus tard très attaché8.

III. Parfums d’élections

Vendredi 17 décembre 1897

15Les relations entre MM. Lajat et Malherbe s’aigrissent. Avec un ton cassant, ses comportements, sa brusquerie, M. Malherbe froisse souvent ses amis ; quant à ses adversaires, il les irrite et s’en fait des ennemis irréconciliables. […]

Lundi 3 janvier 1898

16Hier, j’ai fait visite à Mme Le Bastard. Nous avons causé des prochaines élections : au conseil d’arrondissement, canton nord-ouest ; au Conseil général, canton nord-est et à la chambre des députés au mois de mai.

  • 9 Voir chap. 5.
  • 10 À cette date, Pinault n’est pas encore l’homme de la droite rennaise. Il ne le sera d’ailleurs jama (...)

17Parmi les candidats au Conseil général, j’ai nommé à Mme Le Bastard, M. Bodin9, son gendre. Elle me manifestait sa surprise, quand celui-ci survint. M. Bodin se récria et m’assura qu’il n’était pas candidat et qu’il ne le serait jamais. J’ajoutai qu’il passait pour être le candidat de MM. Bérard Péan et Pinault, directeurs du nouveau comité républicain10. […]

18M. Malherbe a été ravi de cette bonne nouvelle. M. Bodin pouvait être pour lui un adversaire dangereux.

Le Conseil d’arrondissement

19Les querelles de personnes amplifient les conséquences de l’évolution politique générale. Le gouvernement Méline est décidé à imposer à Rennes et en Ille-et-Vilaine la prééminence des modérés, par une union des centres. Ce projet impose de se débarrasser de Le Hérissé et les élections législatives de 1898 semblent bien en être l’occasion rêvée. Plusieurs consultations préalables devaient donner le pouls de l’opinion.

Samedi 8 janvier 1898

  • 11 Sur Blondel, plutôt professeur de droit, voir chap. 6.
  • 12 Sur Malapert, voir chap. 5 et 9.

20[…] M. Garreau, maire de Vitré, sénateur, vient de commettre un incroyable acte de folie en acceptant la présidence du comité Bérard Péan avec vice-présidents [sic] MM. Blondel, avocat11, et Malapert, autre avocat12. Si M. Garreau compte sur la popularité de ces deux derniers pour établir la sienne à Rennes ! Malapert est exécré de ses collègues ; quant à M. Blondel, il est parfaitement inconnu et ceux qui le connaissent lui attribuent le jugement le plus faux possible. Du reste, il n’a rien ni au physique ni au moral qui puisse séduire les électeurs

Mardi 11 janvier 1898

  • 13 Le programme de Legros [Le Petit Rennais, 11 février 1898], conforme aux plus anciennes revendicati (...)

21Le comité républicain progressiste s’est réuni hier soir et a désigné comme candidat au conseil d’arrondissement du canton N.-O. M. Legros, adjoint. M. Levron ayant retiré sa candidature, M. Sacher en a fait autant. Dès ce matin, le Petit Rennais a publié la profession de foi de M. Legros. Quel enfantillage ! On ne saurait mieux se payer de mots13 ! Du reste, M. Legros qui est bien le plus charmant garçon du monde, ne se fait pas d’illusions sur la valeur de son petit manifeste. Il faut bien jeter de la poudre aux yeux des électeurs.

  • 14 Ernest Anger-Mélusson, industriel (mégissier) à Rennes, président du syndicat breton des fabricants (...)
  • 15 Il avait été candidat en 1889 sur la liste Pujet (voir chap. 4), mais à cette date et contrairement (...)

22Son concurrent sera M. Anger-Mélusson14 que je ne connais que de nom15.

Vendredi 21 janvier 1898

  • 16 Sur 2 677 suffrages exprimés, Anger-Mélusson obtint 1 412 voix, Legros, 1 022. Les deux communes ru (...)

23M. Chaumont, employé au 1er bureau, est envoyé au bureau de la voirie par mesure administrative. La véritable raison est que cet employé n’a pas craint, dimanche dernier, de manifester le contentement qu’il éprouvait de l’insuccès de M. Legros, adjoint16. […]

24M. Chaumont n’a été qu’un sot, un inconscient.

Le Conseil général

25Lajat tente de jouer au plus fin avec les faiseurs d’opinion catholiques, pensant que leur influence n’est pas nulle (il a raison). Il n’a sans doute pas l’assise et le machiavélisme nécessaire pour abattre utilement cette carte. Au bout du compte, c’est le jeune Brager de la Villemoysan, homme à cette date très marqué à droite, qui va en profiter pour faire son entrée sur la scène locale.

Samedi 8 janvier 1898

26[…] Hier, Le Hérissé a eu une entrevue avec le Préfet et il en est résulté, paraît-il, une forte engueulade.

  • 17 La différence d’avec Leroux, qui n’était pas précisément un ami de Vadot, devait sauter aux yeux.

27Pas intelligent du tout, paraît-il, notre nouveau Préfet17. C’est un policier, rien de plus. C’est une canaille, ajoute M. Malherbe.

28C’est un homme fort embarrassé, à mon avis…

Vendredi 21 janvier 1898

  • 18 Les querelles de personne vont disloquer l’équipe républicaine en place, avant même l’affaire Dreyf (...)
  • 19 « Progressiste » à entendre dans le contexte rennais, non comme « républicain modéré », mais comme (...)

29Hier, M. Lajat m’a dit qu’il ne poserait pas sa candidature au Conseil général dans le canton nord-est. Il a pour cela, dit-il, des raisons personnelles. Ces raisons cependant n’existaient pas il y a quelques jours. « Le Hérissé s’arrangera comme il pourra, m’a-t-il ajouté. Il cherchera un candidat18. » Je ne m’explique pas cette nouvelle attitude. Je lui ai répondu que ça me paraissait être le commencement de la fin du parti républicain progressiste19. […]

Mardi 25 janvier 1898

30M. Lajat a causé longuement ce matin avec M. Duréault, préfet, en suivant l’enterrement de M. Lion (Paul), conseiller municipal. Naturellement il a été beaucoup question des futures élections. Le Préfet a formellement déclaré au maire que c’était M. Garreau, sénateur, qui voulait faire échec à M. Le Hérissé. C’était bien la peine pour nos conseillers municipaux de voter pour ce singulier sénateur qui devrait avoir au moins la pudeur de laisser les Rennais se débrouiller à leur gré dans des élections qui n’intéressent qu’eux-mêmes.

  • 20 Jeu politique très compliqué…

31M. Malherbe veut que M. Lajat soit officiellement candidat au Conseil général et M. Lajat ne veut pas de la candidature parce que M. Malherbe ne lui pardonnerait jamais de l’avoir supplanté20. Je ne sais quel est le plus franc des deux. Ils ont l’air de suspecter mutuellement la sincérité de leurs sentiments et même de leurs actes.

32En réalité, M. Lajat n’a pas beaucoup de sympathies pour M. Malherbe qui, lui, n’a aucune confiance dans le maire qu’il croit ambitieux et capable de se rallier au Préfet et au comité Garreau-Bérard Péan. […]

Samedi 29 janvier 1898

33Mme Le Bastard m’a dit aujourd’hui que, vendredi 21 janvier, le Préfet avait fait une démarche auprès de M. Bodin, son gendre, pour lui demander de poser sa candidature au Conseil général, canton nord-est. Tout en avouant qu’il serait flatté de faire partie de l’assemblée départementale et de s’occuper de questions administratives, M. Bodin a déclaré qu’il ne voulait pas être candidat. Le lendemain, le Préfet lui a écrit pour lui faire connaître que le comité Garreau avait définitivement désigné un candidat.

34M. Poulin a également fait une visite à M. Bodin pour connaître ses intentions. M. Poulin a répété à M. Bodin ce qu’il m’avait dit il y a huit jours.

Lundi 31 janvier 1898

35Le Hérissé fait une tournée aujourd’hui dans le canton N.-E. pour sonder les maires et les rallier à la candidature Malherbe ou Lajat.

  • 21 Lajat, qui vient de prendre la mairie de Rennes, a très peur d’un échec électoral qui pourrait comp (...)

36Ce qui préoccupe aujourd’hui le maire, c’est d’attirer à lui les conservateurs s’il pose sa candidature. Il tient tout au moins à ne pas les froisser21.

37À la rigueur, il insérerait dans sa profession de foi une phrase relative aux écoles libres et aux secours à accorder aux enfants nécessiteux qui les fréquentent.

Jeudi 3 février 1898

38La candidature de M. Poulin est officiellement annoncée pour le canton N.-E. ; celle de M. Lajat me paraît également définitive.

Vendredi 4 février 1898

  • 22 Eugène, Joseph, Antoine Brager de la Villemoysan (Nantes, 1862 – Rennes, 1936), est le fils d’un co (...)
  • 23 Lajat, comme Le Hérissé, s’oppose au protectionnisme de Méline, contrairement aux producteurs de cé (...)
  • 24 Le technicien électoral Vadot a raison.
  • 25 L’église St-Aubin, également dédiée à Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, maître ouvrage (mais pas le plu (...)
  • 26 Vadot pressent que les compromis sont sans effet, voire contre-productifs.
  • 27 L’abbé de la Villeaucomte.
  • 28 Banquier, demeurant 6, rue d’Échange, tout près de l’église, et membre du conseil de fabrique.

39Petite histoire électorale. M. Lajat s’inquiète de son élection et craint un échec. À Rennes, il aura contre lui les conservateurs qui voteront au premier tour pour M. Brager de la Villemoysan22 et au second tour, sur l’ordre de l’archevêché, pour M. Poulin. Les électeurs des campagnes voteront contre lui parce qu’il a demandé la suppression du droit de 7 francs sur les blés étrangers23. Tels sont ses pronostics. Fâcheuse situation d’esprit pour faire une campagne électorale, alors qu’il ne faut jamais avoir l’air de douter du succès lors même qu’on en doute le plus24. Cet après-midi, M. Lajat est venu me dire que MM. Malherbe et Sacher lui avaient donné le conseil de se faire interpeller au conseil municipal au sujet de l’église de St-Aubin en construction25, afin de lui faire dire que l’administration municipale ne perdait pas cette œuvre de vue et qu’à un moment donné elle pourrait s’y intéresser de nouveau. Une pareille déclaration, selon eux, serait de nature à rallier bon nombre de conservateurs à sa candidature. Je ne pus m’empêcher de dire au maire que cela me paraissait de l’enfantillage et une malice cousue de fil blanc, qu’en admettant qu’il fît une déclaration semblable il lui serait impossible plus tard de tenir sa parole ; que, du reste, une pareille déclaration in extremis ne lui donnerait pas quatre voix conservatrices26. « Cependant, ajoutais-je, comme la paroisse de St-Aubin a un nouveau curé plein de zèle27, plein d’ardeur et dont l’activité sera employée à l’achèvement de l’église, vous pourriez avoir un entretien avec lui, par l’intermédiaire de M. Gicquel28, et savoir quels sont ses projets. » La conversation continua sur ce chapitre et M. Lajat me quitta subitement à 3 heures et demie environ, paraissant enchanté de ma combinaison.

40Il ne revint qu’à 5 heures environ et nous parlâmes de choses et d’autres.

41À 5 heures ½, M. Malherbe qui était allé à la réunion de la commission administrative des hospices, était également de retour à la mairie où il avait pris rendez-vous avec le maire. Ces messieurs me quittèrent pour s’entretenir de la question électorale.

42À 6 heures ½, M. Malherbe, après avoir quitté le maire, me revint et me fit part de son idée de faire interpeller le maire sur la question de l’église de St-Aubin pour lui faire déclarer qu’il s’intéresserait à son achèvement. Nous discutâmes cette idée tant au point de vue administratif qu’au point de vue politique. Je répétai ce que j’avais déjà dit au maire et que cette déclaration in extremis ne lui rallierait pas une demi-douzaine de réactionnaires.

  • 29 C’est-à-dire, élu.

« Eh bien ! Détrompez-vous, me dit M. Malherbe, M. Lajat vient de voir M. Gicquel et le curé de St-Aubin et tous deux lui ont déclaré qu’il fallait qu’il fût nommé29. » « Comment ! dis-je à M. Malherbe, M. Lajat a fait cette démarche auprès de M. Gicquel et du curé et il ne m’a rien dit, moi qui le lui avait conseillé ; mais c’est un sournois, ajoutais-je en riant. » « Le maire m’avait fait promettre de ne pas vous en parler ; toutefois je reconnais que c’est un sournois. Il est allé trouver M. Gicquel et lui a parlé de la possibilité de faire concourir la ville à l’achèvement de l’église St-Aubin si les conservateurs votaient pour lui. M. Gicquel a pris immédiatement son chapeau et est allé trouver le curé de St-Aubin. Ces messieurs auraient embrassé le maire tant leur joie était grande. Nous voterons pour vous, lui dirent-ils, nous ferons voter de même le grand séminaire, quant au cardinal qui est bien avec le Préfet nous tâcherons de la ramener à votre candidature. Vous pouvez compter sur nous. »

43Et voilà pourquoi M. Lajat sera probablement interpellé mardi prochain au conseil municipal sur la question de l’église St-Aubin et pourquoi les conservateurs voteront probablement pour lui le 20 février.

  • 30 Le curé, tenant à l’achèvement de la nouvelle église, était donc prêt, en échange de subventions mu (...)

44Cette combinaison ne manque pas d’habileté si tant est qu’elle réussisse et les motifs qui l’ont fait adopter par M. Malherbe dénotent de la part de ce dernier une certaine habileté politique. Ce sera un joli coup s’il réussit. Le grand séminaire votant contre l’archevêché ça n’est pas banal30.

45En politique tous les moyens sont bons, paraît-il, pour réussir. Celui qui vient d’être imaginé pour assurer le succès de M. Lajat ne me plaît qu’à demi et je demande à réfléchir avant de me faire une opinion sur cette petite combinaison.

46M. Lehagre posera également une question au maire, mardi, sur son vœu du mois d’août dernier relatif au droit de 7 francs sur les blés étrangers. M. Malherbe s’est chargé de trouver une réponse satisfaisante.

  • 31 Vadot n’aime guère ces petites combinaisons. En 1900, il reprochera à Lajat de s’allier à ses ennem (...)

47Il semble résulter pour moi de tout cela que quand on s’écarte des principes, on fait fausse route31. Il faut autant que possible se faire une conviction et ne pas subordonner sa conduite aux événements, aux circonstances.

Lundi 7 février 1898

48Samedi, M. Lajat m’a demandé de nouveau ce que je pensais d’une question qui lui serait posée au conseil municipal au sujet de l’église St-Aubin. « M. Malherbe a dû vous en dire quelques mots. » « Oui, mon premier mouvement a été la surprise et l’étonnement. » Devant les raisons données par M. Malherbe je me suis incliné. « Du reste, ai-je ajouté, si la combinaison est définitive, je n’ai pas d’avis à donner. » « Elle est définitive, en effet, car j’ai vu M. Gicquel qui s’est immédiatement rendu chez le curé de St-Aubin. Ce dernier fera voter pour moi tout le Grand Séminaire. » « Contre l’archevêché, ai-je fait remarquer. » « Contre l’archevêché qui est avec le Préfet. »

  • 32 Vadot pense le contraire, on vient de le voir.

49J’ai ajouté que cette ligne de conduite était nouvelle pour moi mais qu’après tout en politique il faut réussir et tous les moyens sont bons32.

Lundi 14 février 1898

50M. Lajat est aujourd’hui convaincu qu’au deuxième tour les conservateurs, notamment le Grand Séminaire, voteront pour lui. Sa déclaration concernant l’église St-Aubin, au conseil municipal, mardi 8 février, lui vaudrait cette faveur inespérée. Je lui ai dit que cette attitude ne lui donnerait pas dix voix de conservateurs et qu’il serait dupé.

Lundi 21 février 1898

51Brager de la Villemoysan est arrivé premier, Poulin second et Lajat troisième ; le premier avec 1 530 voix, le second avec 1 212 et le 3e avec 942. M. Lajat a eu la majorité à Rennes (785 voix), Brager vient ensuite avec 766 voix et Poulin avec 710.

  • 33 Les paysans ont reproché à Lajat sa déclaration sur les blés – le fait qu’il soit négociant en céré (...)

52Dans les campagnes, M. Lajat a obtenu 157 voix, Poulin 502 et Brager 76433.

53Les déclarations de M. Lajat ne lui ont servi à rien : c’est ce que je prévoyais. Il avait émis au mois d’août 1897 un vœu tendant à la suppression des droits sur les blés étrangers, il devait sinon le défendre tout au moins ne pas avoir l’air de le désavouer ; il ne devait pas non plus s’engager à fond dans la question de l’église St-Aubin.

  • 34 Une fois de plus, Vadot sous-estime Le Hérissé.

54Pour M. Lajat c’est un échec sensible et qui peut avoir des conséquences fâcheuses pour l’élection de M. Le Hérissé au mois de mai34.

55Ce soir, M. Lajat m’a confié qu’ils avaient décidé M. Lehagre, conseiller municipal, à se présenter au 2e tour comme candidat indépendant. Il lui paiera les 2/3 de son élection et M. Malherbe l’autre tiers. Tout cela pour faire échec à M. Poulin. C’est un coup de maître, m’a-t-il ajouté. Est-ce bien sûr ? Et ce coup de maître ne se retournera-t-il pas plus tard contre le parti politique de M. Le Hérissé ?

Mercredi 23 février 1898

56M. Lajat voudrait faire croire aujourd’hui que c’est contre sa volonté que M. Lehagre pose sa candidature au 2e tour. Il oublie la confidence qu’il m’a faite lundi.

  • 35 Vaste exploitation agricole, lotie en 1911 pour devenir une extension du quartier Sévigné.
  • 36 Sur les frasques municipales, voir chap. 15.

57M. Lehagre dit Baptiste est un gros cultivateur habitant aux Mottais, faubourg de Fougères35. C’est un simple d’esprit que ses collègues ridiculisent de temps en temps. Il a quelquefois de la répartie. Un sens droit lui fait souvent défaut. C’est un pingre qui entretient avec une sévère économie une figurante du théâtre36.

58La candidature Lehagre fera passer le candidat conservateur royaliste, Brager de la Villemoysan.

  • 37 Le glissement à droite de Méline s’accentue. Le résultat décevant (pour lui) des législatives des 8 (...)
  • 38 Ce sera effectivement le cas. Mais Vadot ne peut pas prévoir l’évolution politique ultérieure. L’af (...)

59Aujourd’hui, deux confidences de M. Malherbe : la première c’est que le ministère Méline lâchera tout candidat républicain qui se présenterait aux prochaines élections législatives contre MM. Du Halgouët et Porteu, candidats conservateurs37 ; la seconde qu’une demande de sectionnement de la ville de Rennes pour les élections municipales sera présentée et probablement votée par le Conseil général38. Dans ce cas, conservateurs, opportunistes et radicaux seraient représentés au conseil municipal. Ce sera charmant. On ne s’y embêtera pas.

  • 39 C’est incontestable ; même si en 1908, la victoire de Jean Janvier paraît reconstituer le parti de (...)
  • 40 L’ambition de Méline, bien perçue par Vadot, était une bipolarisation à l’anglaise avec un « parti (...)

60Je ne sais si je ne me trompe, mais le parti politique dirigé autrefois par M. Le Bastard et maintenu jusqu’à ce jour me paraît appelé à disparaître assez rapidement39. Le ministère Méline travaille avec opiniâtreté à la dissolution du parti radical et du parti socialiste ; il semble vouloir composer la future chambre de deux partis seulement : le parti conservateur libéral rallié à la République et le parti républicain modéré40. […]

Lundi 28 février 1898

61Grâce à l’étonnant Baptiste Lehagre, Brager de la Villemoysan a été élu, hier, conseiller général du canton N.-E. et M. Poulin a été battu. On a crié : « Vive Brager, vive les chouans ! », puis d’un autre côté : « Vive la République ! À bas les chouans ! ». En somme les manifestations ont été très innocentes, sans grand caractère.

62Arribard, employé à la préfecture, emporté par un beau zèle, s’est permis toutefois d’asséner un coup de canne sur la tête d’un manifestant qui criait : « Vive Brager ! » Les opportunistes sont dans une rage folle. Les conservateurs cléricaux exultent de joie. Quant aux radicaux, ils jouissent de la défaite de M. Poulin et du comité Garreau, Malapert, Blondel.

63Quant au Préfet, il doit être dans une rogne !

Lundi 4 mars 1901

  • 41 Vadot s’était donc trompé : le préfet Duréault et le gouvernement préférant un royaliste aux radica (...)
  • 42 L’épouse de Charles Bodin, fille de Le Bastard.
  • 43 Ce n’est pas la première fois que Vadot constate l’intervention active de femmes dans la vie politi (...)

Le mois dernier, M. Nédélec, beau-fils de M. Lajat ancien maire, se trouvant en chemin de fer avec un attaché du cabinet du préfet qui fut autrefois attaché au cabinet de M. Duréault, cet attaché, dans le courant de la conversation, lui apprit que c’était M. Duréault qui avait conduit la campagne électorale contre M. Lajat lorsqu’il se présenta au Conseil général contre M. Poulin et qu’il dépensa à ce sujet, près de 14 000 francs, fonds du gouvernement bien entendu41. Il lui dit, en outre, qu’aux dernières élections municipales, Mme Duréault et Mme Bodin42 s’étaient largement employées pour faire échouer les listes du conseil municipal en fonction. Si l’intervention de M. Duréault dans la première des élections est non seulement vraisemblable mais encore explicable, quoique déplacée, l’intervention de ces deux dames dans les élections municipales me paraît très problématique43.

Les élections législatives

  • 44 Seul le très influent Oberthür le contraindra à un second tour en 1906, mais pour échouer au final (...)

64Tant le préfet que la plupart des notables rennais doutaient de la réélection de Le Hérissé, voire en souhaitaient l’échec. Le résultat montra que toutes les manœuvres pour l’abattre étaient vaines, et pour une simple raison : l’électorat populaire de Rennes aimait Le Hérissé et le voulait pour député. Il ne sera plus jamais mis en péril44.

I. La campagne électorale

Lundi 7 décembre 1896

65Je suis allé faire une visite à Mme Le Bastard qui m’a accueilli affectueusement. Nous avons beaucoup causé, voire un peu politique.

  • 45 René Brice (1839-1921), avocat, sous-préfet de Redon en 1870, député républicain (Centre-gauche) d’ (...)

66Elle m’a appris, ce que, du reste j’avais deviné, qu’une campagne sourde était dirigée contre Le Hérissé, notamment par M. Brice, député, homme d’argent, administrateur de nombreuses sociétés financières45.

67M. Brice aurait engagé M. Bodin, gendre de Mme Le Bastard, à se porter à la députation contre Le Hérissé aux prochaines élections législatives.

  • 46 Albert de Mun (1854-1914), officier de cavalerie, monarchiste, il fonde aux lendemains de la Commun (...)
  • 47 Jules Auguste Lemire (1853-1928), « abbé démocrate », en relations souvent très difficiles avec sa (...)
  • 48 L’abbé Garnier, fondateur, avec le soutien du Vatican, du journal Le Peuple français (1893) – appel (...)

68M. Bodin est un jeune homme, d’une instruction et d’une éducation de premier ordre. Agrégé en droit, professeur à la Faculté de droit, fils de l’ancien doyen de cette faculté, gendre de M. Le Bastard, fortuné, il aurait évidemment bien des atouts dans son jeu. « Vous serez bien accueilli par le parti clérical » lui aurait dit M. Brice. Ce sera là justement, je crois, le côté faible de la candidature de M. Bodin. C’est un catholique républicain libéral de la jeune école des De Mun46, des abbés Lemire47, Garnier48, etc.

69Mme Le Bastard m’a affirmé que M. Bodin se serait bien laissé porter aux élections municipales sur la liste Le Hérissé. L’appétit vient en mangeant.

Samedi 2 avril 1898

  • 49 Godefroy Cavaignac (1853-1905), polytechnicien, ingénieur des Ponts et chaussées, conseiller d’État (...)
  • 50 Pierre Guiyesse (1841-1914), député du Morbihan de 1889 à 1910, radical, ministre des Colonies dans (...)

70Ce soir, arrivent à Rennes MM. Cavaignac49 et Guiyesse50 députés. Ils viennent assister à un banquet dit populaire qui sera donné demain dans la salle des fêtes de l’Hôtel de ville. Ils sont amenés à Rennes par M. Le Hérissé dont la candidature à la députation vient d’être posée. […]

Lundi 9 mai 1898

71Hier, succès complet pour Le Hérissé, succès inespéré et qui a trompé même ses meilleurs amis. Plus de 6 200 voix à Rennes. C’est la reconstitution de l’ancien parti Le Bastard [sic] : la réunion des radicaux et des socialistes.

72Le maire a fait illuminer l’Hôtel de ville pour fêter ce triomphe et la foule a prodigué ses ovations à l’heureux élu qui s’est montré très ému du résultat de son élection à Rennes. Porté sur les marches de l’Hôtel de Ville, il a adressé ses sincères remerciements à ses nombreux et enthousiastes électeurs. Les deux fils Le Bastard, Alfred et André, étaient au premier rang. Ils triomphaient de l’échec de M. Pinault.

  • 51 Dans le programme de Le Hérissé figurent notamment l’impôt progressif sur le revenu et les assuranc (...)

73Le succès de M. Le Hérissé est évidemment personnel : l’homme est aimable, plein de rondeur, d’un abord facile, il sait plaire. Quant à son programme politique, il est trop intelligent pour en croire la réalisation possible51.

II. Le Hérissé, homme du jour

Mardi 10 mai 1898

74M. Pinault battu, ses amis aujourd’hui lui tombent dessus à bras raccourcis. C’est un pingre, un ramolli, qu’allait-il faire dans cette galère !

75Il faut se débarrasser du Préfet à tout prix, disent aujourd’hui MM. Lajat et Malherbe. « C’est une canaille, ajoute ce dernier. C’est lui qui faisait ou corrigeait les articles de L’Avenir. »

76M. Duréault avait évidemment reçu des ordres du ministère pour faire échouer coûte que coûte M. Le Hérissé. Avec un deuxième tour de scrutin, il espérait atteindre ce but. Il se proposait, paraît-il, de contracter une alliance avec le comité républicain progressiste à qui il avait demandé d’abandonner Le Hérissé, s’engageant, de son côté, à faire passer tout autre candidat du comité. Les électeurs ont déjoué la manœuvre.

77Personnellement, j’ai assisté à la lutte entre tous les candidats avec calme et presque indifférence. Je n’admire pas la foule qui s’emballe et fait des ovations. Je souhaitais le succès de Le Hérissé pour qui j’ai de l’affection mais ses convictions politiques m’ont toujours laissé rêveur.

Mercredi 13 juillet 1898

  • 52 Adolphe Turrel (1856-1945), député radical de l’Aude – ayant rompu précocement avec Boulanger –, mi (...)
  • 53 Le Hérissé a donc agi avec Cavaignac comme Turrel avec le général Billot…

78Comme je complimentais aujourd’hui M. Le Hérissé sur son succès à la Chambre à propos de l’invalidation de l’élection de M. Turrel ancien ministre, je lui demandai en plaisantant comment il avait pu se procurer le dossier qui a amené M. Turrel à s’invalider lui-même52. Il me répondit après quelques instants d’hésitation qu’il le tenait de M. Cavaignac, ministre de la Guerre53.

Jeudi 14 juillet 1898

79Aujourd’hui, fête nationale. Du monde dans les rues, peu de drapeaux aux fenêtres des maisons. Banquet à la salle de Lices présidé par M. Lajat maire ayant à sa droite le Préfet, à sa gauche Le Hérissé. Discours du maire (mon nouveau péroreur !), du Préfet, de Le Hérissé.

80Pour que le Préfet se soit décidé à faire amende honorable, il faut qu’il ait bien peu de caractère et de fierté. Que vont en penser ses anciens amis ?

81Le Hérissé a pris acte de la déclaration de M. Duréault en insistant sur la disparition des petites chapelles. MM. Blondel et Malapert ne devront plus avoir leurs petites entrées à la Préfecture.

82Discours du maire, M. Lajat :

  • 54 L’adoption du 14 juillet comme fête nationale par la République célèbre la prise de la Bastille et (...)
  • 55 Méline n’ayant obtenu qu’une majorité de 12 voix et s’estimant désavoué, démissionna le lendemain.
  • 56 Le cabinet Brisson.
  • 57 Vision un peu optimiste : Lajat agrège les radicaux, les opportunistes inquiets et peu désireux de (...)
  • 58 Les réformes sociales demandées par les radicaux depuis 1879.
  • 59 Souligné dans le texte.

« Mes chers concitoyens, je tiens à adresser mes premières paroles de remerciement au comité républicain progressiste qui a pris l’initiative de ce banquet et a su grouper aujourd’hui un aussi grand nombre de sincères amis de nos institutions républicaines. Je remercie également et très sincèrement tous ceux qui m’ont fait l’honneur de m’appeler à la présidence de cette fête, organisée chaque année pour célébrer un glorieux anniversaire. J’ai dit, Messieurs, un glorieux anniversaire : la Bastille, en effet, mes chers concitoyens, n’était-elle pas pour le peuple l’emblème toujours menaçant de l’oppression, et cette prison maudite qui élevait ses murs sombres à la place où le génie de la Liberté déploie aujourd’hui ses ailes au sommet de la colonne de juillet, ne lui rappelait-elle pas toute une longue suite de siècles d’abus, d’arbitraire, de despotisme ? Michelet, notre grand historien dont on a célébré hier le centenaire, l’a dit : l’attaque de la Bastille fut un acte de foi du peuple entier. Qu’il reste donc, ce grand jour54, ajoute-t-il, qu’il reste une des fêtes éternelles du genre humain, non seulement pour avoir été le premier de la délivrance, mais pour avoir été le plus haut dans la concorde. En renversant la Bastille, en rasant de fond en comble cette forteresse, le peuple assura le triomphe de notre grande révolution, qui ouvrit au monde entier une ère nouvelle qui se poursuit à travers toutes nos vicissitudes politiques.
Les événements auxquels nous assistons, auxquels nous sommes mêlés, ne démontrent-ils pas que la lutte pour le droit et l’égalité n’est pas terminée ? N’a-t-on pas vu aux dernières élections des hommes qui représentent l’ancienne monarchie avec tous ses privilèges et ses abus, solliciter les suffrages du peuple, et grâce à de certaines complaisances et aux couleurs indécises de leur drapeau, arriver à la Chambre des députés d’où ils aspiraient à gouverner la République ? Je dis gouverner et non pas détruire, car détruire aujourd’hui la République pour la remplacer par une Monarchie ou un Empire qui ne donneraient que la parodie des libertés auxquelles nous avons droit, serait une tentative au-dessus de leurs forces. On ne relève point ce qui gît à jamais dans la poussière. Mais il y a autre chose que la forme plus ou moins parfaite d’un gouvernement il y a l’esprit des institutions, il y a les lois qui veulent élever et féconder l’intelligence du peuple, la former au régime vigoureux et sain de la liberté, et c’est tout cela que voudraient détruire ces hommes auxquels je faisais allusion tout à l’heure. Et n’est ce pas à ce résultat qu’on eut abouti si la Chambre n’avait hautement déclaré que la République devait être dirigée par des républicains et non par ses adversaires. Le vote de délivrance du 14 juin si impatiemment attendu par la démocratie a été salué par elle avec enthousiasme55. Le ministère actuel56 entend bien, lui, s’appuyer sur cette majorité, il entend rouvrir cette politique où le pouvoir et son influence restent aux mains des républicains et non ainsi qu’il l’a déclaré aux mains des adversaires du régime voulu par la nation et de ceux qui ne l’acceptent que pour mieux en combattre les lois essentielles. Qui donc oserait le lui reprocher ?
En envoyant à la Chambre près de 500 républicains57, le pays a fait comprendre qu’il entendait mettre fin à une situation politique qui ne laissait pas d’inquiéter ceux qui depuis si longtemps luttent pour la réalisation de réformes si impatiemment attendues et jamais réalisées58, pour le triomphe enfin de cette démocratie qui sait qu’un gouvernement républicain n’est pas possible sans ministres ayant une politique déterminée59, sans compromissions, fidèles aux principes républicains et capables d’accomplir le programme de réformes et de progrès que M. Brisson s’efforcera de réaliser avec le concours de ceux qui veulent le triomphe de la République démocratique. Avant de terminer, mes chers concitoyens je tiens à me faire votre interprète en adressant à notre député et ami M. Le Hérissé nos nouvelles félicitations pour le succès si mérité qu’il a remporté le 8 mai dernier. Ce succès il le doit à sa politique nettement radicale qu’il s’efforcera toujours de faire triompher ; je bois donc à sa santé, ainsi qu’à celle de tous les vrais républicains et je lève mon verre en l’honneur de la République. De nombreux applaudissements saluent les éloquentes paroles du maire de Rennes. » […].

III. Une autre élection au Conseil général

Jeudi 21 juillet 1898

83« Cet immonde Lajat », tels sont les derniers mots d’une conversation que j’ai eu ce soir avec M. Malherbe au sujet des prochaines élections au Conseil général et au conseil d’arrondissement. Il espérait que la candidature lui serait offerte pour le canton N.-O. et il se trouve que M. Sacher consent à poser la sienne si l’on veut faire les frais de son élection. Pas fier, M. Sacher !

  • 60 C’est assez vraisemblable.

84M. Malherbe est furieux et il accuse nettement le maire d’être l’auteur de cet arrangement. « Il ne veut pas que je sois conseiller général, lui, ayant échoué dans le canton N.-E.60. C’est un insuffisant, un âne bâté propre tout au plus à manger de la galette de seigle. Il est jaloux, méchant ; c’est un goujat […]. »

85Bref, M. Malherbe est très monté contre M. Lajat, voire contre M. Sacher.

  • 61 Ce vœu, émis dès 1898, se réalise en 1900 [voir chap. 6 et 8].

« Est-ce que j’ai une figure à être un conseiller d’arrondissement ? Et c’est le conseil d’arrondissement que m’offrait M. Lajat dans le canton S.-E. Je n’en veux plus, je vais demander à Le Hérissé qu’il me fasse obtenir une sous-préfecture61. » […].

86Pour la 20e fois, M. Malherbe m’a dit que j’étais un naïf de ne pas voir tout ce qui se tramait contre lui, de ne pas deviner les sales manœuvres de M. Lajat.

87Je ne suis pas si naïf qu’il le croit, seulement par intérêt et par tempérament je feins de ne pas deviner et j’essaie de concilier tant d’intérêts opposés, de ménager tant de vanités blessées, tous ces orgueils froissés.

Vendredi 22 juillet 1898

88Hier soir à 10 heures, revenant des jardins avec les miens, j’ai rencontré sur le mail MM. Lajat et Sacher qui m’ont appris que M. Malherbe venait d’être choisi comme candidat au Conseil général dans le canton N.-O. Sincères ou non, ils ont ajouté que le choix était excellent et que M. Malherbe avait grandes chances de réussite contre M. Pinault. « Nous le défendrons, a ajouté M. Sacher, et il passera. »

  • 62 Tous les hommes politiques de Rennes se confient à Vadot, contraint à la discrétion et à la neutral (...)

89M. Malherbe va joliment regretter sa conversation avec moi d’hier soir. Mais qu’il soit tranquille, je n’en causerai pas62. Je sais trop ce que peut faire dire le dépit, la colère et, du reste, je n’ai aucun intérêt à trahir M. Malherbe que j’aime beaucoup malgré quelques brusqueries et à le brouiller avec M. Lajat pour qui je voudrais avoir plus de sympathie.

Samedi 23 juillet 1898

90Un mot de M. Lajat à propos de la candidature de M. Malherbe : « Il ne fera pas bon lui marcher sur les pieds désormais. » Et ces deux hommes se serrent cordialement la main.

91Hier matin, on a enterré M. Bérard Péan, de qui j’ai souvent parlé dans ces pages. Je n’ai pas gardé rancune au défunt des petites vilenies qu’il m’a faites grâce à Mme Bérard. […]

Mardi 26 juillet 1898

92Les futurs lauriers de M. Malherbe empêchent de dormir M. Lajat qui voit déjà son adjoint prendre sa succession à la mairie. […]

Dimanche 12 octobre 190363

  • 63 Cahier annexe.
  • 64 Au nord-ouest de Rennes. En ville, le parti républicain radicalisant de Le Bastard demeure encore m (...)

93En 1898, il [Malherbe] se présenta au Conseil général contre M. Pinault dans le canton N.-O. où il ne fut battu que grâce aux voix plus nombreuses obtenues par son concurrent à Pacé64.

94Au premier tour, M. Malherbe obtint à Rennes 1 422 voix et M. Pinault, 1 009 ; au second tour, il obtint 1 410 voix et M. Pinault 1 346. C’était donc bien un succès pour M. Malherbe, à Rennes du moins. Dans ces circonstances, on afficha sur les murs une caricature accompagnée d’un texte qui est faux. Il paraissait sans doute gonflé, il semblait faire le beau, mais il y avait chez lui du fond et de la cervelle.

Un automne 1898 festif

95Rennes ville de congrès ? Il ne faut rien exagérer mais la municipalité ne voyait pas sans plaisir des organisations nationales choisir la cité bretonne comme lieu de leurs assemblées générales et savait les recevoir. Le 4e congrès de la CGT naissante eut ainsi lieu à Rennes. On ne peut pas dire qu’il fut toujours identifié en tant que tel, même par Vadot.

2 octobre 189865

  • 65 Cahier n° 3.
  • 66 Le congrès fut d’autant plus modeste, avec environ 120 personnes, que s’emboîtèrent en fait quatre (...)
  • 67 Fondée en 1866 par Jean Macé, présidée en 1898 par Léon Bourgeois, puis par Jacquin quand Bourgeois (...)

96Depuis quelques jours, deux congrès sont réunis à Rennes : un congrès ouvrier66 et le congrès de la Ligue de l’Enseignement67.

  • 68 Sur Léon Bourgeois, voir chap. 6.

97À ce dernier, M. Bourgeois68 (Léon) ministre de l’Instruction publique avait été invité et il avait promis à l’administration municipale d’assister à la séance de clôture qui a lieu aujourd’hui au théâtre.

  • 69 La décision de principe avait été prise le 17 septembre. Le 27, le dossier était transmis à la Cour (...)

98Mais l’affaire Dreyfus est venue jeter le trouble dans les cervelles municipales. Le Petit Rennais, qui passe pour le journal officiel de la municipalité, après avoir brûlé de l’encens sous le nez de nos ministres actuels s’est mis à leur tirer dans les jambes depuis qu’ils ont décidé de soumettre la question de révision du procès Dreyfus à l’examen de la cour de cassation69.

99Aux yeux de M. Malherbe, premier adjoint, qui fait la pluie et le beau temps au Petit Rennais, nos ministres ne sont plus que des bandits, des canailles. Évidemment, M. Malherbe qui a bien ses idées personnelles, s’inspire de celles de M. Le Hérissé, député, qui n’ayant pas obtenu de sous-secrétariat dans le ministère actuel et ayant vu disparaître M. Cavaignac, se venge de son déboire.

100Inviter les gens à vous rendre visite et les couvrir d’injures, constitue un singulier procédé.

  • 70 Que Vadot n’aime pas.

101La Ligue de l’enseignement, autrement dit de la franc-maçonnerie70, est très contrariée, pour ne pas dire furieuse, de l’absence de M. Bourgeois. Elle dissimule son mécontentement qui se fait sentir malgré tout.

  • 71 Thérèse Daurignac, épouse de Frédéric Humbert, fils de Gustave Humbert, maire de Toulouse, garde de (...)
  • 72 Note ajoutée par Vadot après 1902.

102La Ligue est présidée par M. Jacquin (c’est ce M. Jacquin qui en 1902 fut mêlé à l’affaire Humbert71 et dut donner sa démission de Conseiller d’État72), Conseiller d’État qui pourrait prendre des leçons de savoir dire [sic] auprès du citoyen Guérard qui, mardi dernier, a présenté les congressistes ouvriers à la municipalité qui leur offrait un punch d’honneur dans les salons de l’Hôtel de Ville. Ils sont venus au nombre de 120 environ. Plus polis que les congressistes de la Ligue d’enseignement, à 9 heures exactement, ils se présentaient à la municipalité. Petit speech du maire que je lui avais préparé et qu’il avait appris par cœur, réponse du citoyen Guérard, bière, punch, champagne, cigares et gâteaux. Parmi tous ces ouvriers quelques figures énergiques et intelligentes, mais la plupart cependant sans caractère ni relief. Ils ont été d’une correction irréprochable. Il y a bien eu quelques cigares chipés, mais j’en ai bien vu d’autres de la part de certains journalistes parisiens qui accompagnaient Félix Faure, à Rennes, il y 2 ans.

Mercredi 28 septembre 1898

  • 73 La Société, association indépendante, mais subventionnée par la mairie – 500 francs en 1898 – devai (...)

103La société de l’Instruction populaire73 présidée par M. Priou, conseiller municipal, a reçu à l’Hôtel de Ville le bureau de la Ligue de l’Enseignement. Discours interminable de M. Priou, réponse banale de M. Jacquin, président.

Jeudi 29 septembre 1898

104À neuf heures du soir, grande réception offerte à l’Hôtel de Ville par la municipalité à tous les congressistes de la Ligue de l’Enseignement. Concert par la musique municipale et la chorale rennaise. Nous étions 250 à 300 non compris les musiciens. La réception a été cordiale et pleine d’entrain. Les consommations ont été abondantes et bien accueillies. En voici le détail :

534 bocks à 0,15

80,10

660 verres de champagne à 0,35

231,00

347 verres de punch à 0,25

86,75

1 440 gâteaux à 0,05

72,00

400 cigares à 0,15

60,00

300 cigarettes

10,00

TOTAL

539,85

  • 74 Le discours de congrès brille rarement par l’originalité…

105La réception du congrès ouvrier n’avait pas coûté plus de 120 francs tout compris. Dans l’après-midi de ce même jour jeudi, avait eu lieu à l’Hôtel de Ville la séance d’ouverture du Congrès de la Ligue de l’Enseignement avec allocution du maire, long et diffus discours de M. Jacquin, nombreux rapports de divers membres de la Ligue. L’école neutre, la liberté de penser, le cléricalisme c’est l’ennemi, toujours les mêmes thèmes, les mêmes rengaines. Tout cela fastidieux, ennuyeux74. Un seul, que je n’ai pas entendu, M. Clairin, conseiller municipal de la ville de Paris, a fait preuve de verve et de talent.

  • 75 Sic dans le texte. On ne comprend pas bien : Vadot l’a-t-il entendu ou non ?
  • 76 La fonction de délégué cantonal, créée par la loi Falloux, a été profondément réorganisée par la lo (...)

106Je l’ai entendu75 hier dans une proposition saugrenue que les instituteurs et institutrices, gens plus sensés et pratiques, ont fait échouer à la grande majorité : il s’agissait des attributions des délégués cantonaux dans les écoles76.

  • 77 Le journal de Morin, toujours à l’affût du scandale du jour.
  • 78 Première indication de Vadot sur l’incertitude de l’opinion publique à l’égard de l’Affaire, Lajat (...)

107Aujourd’hui, séance solennelle de clôture au théâtre à 2 heures et ce soir, banquet aux Lices. Le ministre a décidément pris le parti de ne pas venir. M. Lajat en est maintenant vivement contrarié. Tant pis ! Il fallait montrer plus de fermeté et de décision. Malheureusement, M. Lajat a une peur effroyable de la presse. Que vont dire les Nouvelles Rennaises77 ? Que va dire L’Écho de l’Ouest ? Et puis il ne sait pas de quel côté souffle le vent de la popularité. Il veut se rendre populaire et il ne sait pas si la majorité des citoyens rennais est pour ou contre la révision du procès Dreyfus78. Il résulte de cet état d’esprit que M. Lajat est l’indécision même et que malgré certaines apparences de conviction et de fermeté, il a manqué de l’une et de l’autre dans cette circonstance. M. Le Hérissé et M. Malherbe ne voulaient pas de Bourgeois et ils ont réussi dans leur petite campagne. […]

Froissements et susceptibilités

108La municipalité rennaise, peut-être confortée par le succès de Le Hérissé, tente de définir une position politique de niveau national. Mais si Lajat affronte verbalement le préfet, il ne prend pas de grands risques. Mais à cette date, « L’affaire » a déjà commencé à modifier en profondeur la configuration d’ensemble et toutes les lignes politiques vont très vite changer.

Mardi 27 décembre 1898

  • 79 Qui a succédé à Brisson le 3 novembre.

109[…] Le maire a tenu à faire une petite manifestation en faveur du ministère Dupuy79, histoire d’embêter le Préfet et de flatter le conseil municipal.

110Allocution du maire au Préfet, le 1er janvier 1899 :

  • 80 Il s’agit de Méline, voir infra.

« M. Le Préfet, en vous présentant le conseil municipal je suis heureux d’être son interprète en vous exprimant sa satisfaction de voir un ministère qui s’inspirera des idées de la grande masse des électeurs qui a envoyé à la chambre une majorité nettement républicaine décidée à en finir avec un régime qui pour gouverner s’appuyait sur une fraction de la chambre ennemie de ses institutions80. »

1er janvier 1899

  • 81 Impasse étant faite sur l’intermède du ministère Brisson.

111Le Préfet a paru contrarié des paroles que le maire lui a adressées et qui se terminaient à peu près ainsi : « Le conseil municipal profondément attaché au Gouvernement républicain a vu avec plaisir le ministère Dupuy succéder au ministère Méline81 lequel s’appuyait sur une majorité composée en partie d’ennemis de nos institutions. » Cela a été dit d’un ton sec, déclamatoire, agressif comme une leçon apprise. M. Duréault n’a pas été flatté de ce petit compliment.

Samedi 7 janvier 1899

112L’Écho de l’Ouest a inséré aujourd’hui un entrefilet relatant l’incident du maire avec le Préfet à l’occasion du 1er janvier : la fameuse allocution.

Mardi 10 janvier 1899

113L’Avenir publie une note émanant du Préfet, déclarant qu’il est autorisé à déclarer que l’incident a été complètement dénaturé par son confrère et affirmant que M. Lajat s’est borné à formuler un vœu d’union républicaine, etc.

  • 82 Duréault sait qu’il n’est plus bien en cours.

114Cette déclaration du Préfet a été obtenue, dimanche, par M. Malherbe qui a eu, à ce sujet, une entrevue avec M. Duréault qu’il a menacé de toutes les foudres du Petit Rennais s’il ne faisait cette rectification. M. Duréault a promis de faire tout ce qu’on voudrait et il s’est exécuté. On ne saurait être plus plat82.

Le Petit Rennais du 11 janvier 1899

Réceptions officielles. Sous ce titre, L’Écho de l’Ouest publiait dans son dernier numéro la note suivante : Si les réceptions officielles se sont passées avec le cérémonial ordinaire, il convient, paraît-il, de faire exception pour la visite du maire et du conseil municipal au préfet d’Ille-et-Vilaine. On nous rapporte, en effet, que, dans un discours qui n’avait rien d’improvisé, M. Lajat se serait montré peu gracieux pour le représentant du Gouvernement. Il aurait dit en substance que l’Administration municipale apportait ses vœux au ministère Dupuy et invitait son préfet à les lui transmettre. M. le Maire aurait pu demander combien il était dû pour la commission. On eût peut-être aimé voir le préfet répondre sur le même ton pour en tirer parti plus tard. M. Duréault ne s’est pas laissé prendre au piège. Dans un langage très simple, il a dit qu’il s’empresserait de transmettre au gouvernement les vœux de la ville de Rennes pour laquelle le Préfet a la plus vive sympathie. Il en a déjà fourni des preuves et s’estimera toujours heureux de se mettre au service de son excellente population. On s’est ensuite séparé en se saluant de très loin. À ce sujet, nous lisons dans L’Avenir :
« Dans son dernier numéro, parlant des réceptions qui ont eu lieu le 1er janvier à la Préfecture, L’Écho de l’Ouest raconte, à sa façon, un incident qui se serait produit entre M. Le Préfet et M. Le Maire de Rennes, au cours de la réception de la municipalité. Nous sommes autorisés à déclarer que cet incident a été complètement dénaturé par notre confrère, et nous pouvons affirmer que M. Lajat s’est borné à formuler un vœu d’union républicaine, vœu auquel M. Le Préfet s’est associé, et qu’il a promis, sur la demande de M. le Maire, de transmettre à M. Ch. Dupuy, président du conseil. »

Notes

1 Auguste, Marie, Ligorie [sic] Lajat (Domagné, 15 octobre 1840 – Rennes, 7 juin 1910), important négociant en fourrages et céréales.

2 En l’absence de p.-v. des séances privées, difficile de connaître la nature des débats. À la séance publique du 25 août, il est question d’aliénations de terrains, d’améliorations de bâtiments municipaux, d’égouts, des premières Habitations à Bon Marché de Rennes – le Comité local des HBM avait été institué par un décret du 7 août 1896 –, des enfants assistés, etc. [AMR, 1 D 134]. Le conseiller Gralland demanda aussi, et en vain, la suppression de l’École pratique d’industrie, trop coûteuse à la ville.

3 Sur Levron, voir infra.

4 Sur les rapports entre comices agricoles et politique, Y. Lagadec, 2005, p. 301-314.

5 Originaire de Burzy (Saône-et-Loire) – mais Vadot n’en parle pas –, Jules Duréault (né en 1858), arrive à Rennes à 49 ans, au même âge que Leroux en 1889. Longtemps sous-préfet, à Fougères notamment (1885-1886), il avait été nommé préfet du Loir-et-Cher en 1894. Après trois ans en Ille-et-Vilaine, il est affecté dans le Pas-de-Calais en septembre 1900 [AN, F1b I 617].

6 Levron estimait que le compte manquait de précisions. Poulin répondit qu’il était inutile d’imprimer un récapitulatif exhaustif des dépenses municipales car les Rennais étaient beaucoup mieux informés sur ce plan que dans bien d’autres villes comparables. De fait, le rapport préalable comprenait 156 pages et le compte proprement dit 100, plus les pièces annexes [AMR, 2 L 10, Compte d’administration pour 1895, un volume relié, notamment p. 94-99 du compte].

7 Le 19 octobre, nombre de services et de fonctionnaires municipaux sont de nouveau la cible de Levron [AMR, 1 D 134, 474-479]. À la séance suivante du 29 novembre, Maleuvre répond en 13 pages – préparées par Vadot [AMR, 1 D 134, 497-509] –, « constatant que les fonctionnaires municipaux mis en cause sortent indemnes de l’épreuve à laquelle l’initiative de M. Levron les a soumis […] » et emporte l’adhésion du conseil.

8 La logique « bastardienne » de fidélité a déteint sur Vadot qui s’en vante parfois.

9 Voir chap. 5.

10 À cette date, Pinault n’est pas encore l’homme de la droite rennaise. Il ne le sera d’ailleurs jamais. Après sa victoire électorale de 1900, elle le choisira pour maire, faute de mieux.

11 Sur Blondel, plutôt professeur de droit, voir chap. 6.

12 Sur Malapert, voir chap. 5 et 9.

13 Le programme de Legros [Le Petit Rennais, 11 février 1898], conforme aux plus anciennes revendications radicales, demande « dans l’ordre politique […] la prépondérance du suffrage universel sur le suffrage restreint » – i. e. l’abaissement du rôle du Sénat –, l’impôt progressif sur le revenu, les retraites ouvrières obligatoires. On s’étonne que Vadot parle d’enfantillage.

14 Ernest Anger-Mélusson, industriel (mégissier) à Rennes, président du syndicat breton des fabricants et négociants en cuirs et peaux, juge au tribunal de commerce, de tendance opportuniste, était soutenu par L’Avenir.

15 Il avait été candidat en 1889 sur la liste Pujet (voir chap. 4), mais à cette date et contrairement à sa rédaction de 1903, Vadot n’y avait prêté aucune attention.

16 Sur 2 677 suffrages exprimés, Anger-Mélusson obtint 1 412 voix, Legros, 1 022. Les deux communes rurales (Pacé et Parthenay) firent la différence mais, même à Rennes, Legros fut battu, présage désagréable pour la municipalité (1 011 voix contre 981). Il est vrai que 167 bulletins se portèrent sur Levron, qui en principe n’était plus candidat [ADIV, 3 M 404].

17 La différence d’avec Leroux, qui n’était pas précisément un ami de Vadot, devait sauter aux yeux.

18 Les querelles de personne vont disloquer l’équipe républicaine en place, avant même l’affaire Dreyfus.

19 « Progressiste » à entendre dans le contexte rennais, non comme « républicain modéré », mais comme radical.

20 Jeu politique très compliqué…

21 Lajat, qui vient de prendre la mairie de Rennes, a très peur d’un échec électoral qui pourrait compromettre la suite de sa carrière.

22 Eugène, Joseph, Antoine Brager de la Villemoysan (Nantes, 1862 – Rennes, 1936), est le fils d’un conseiller à la cour d’appel de Rennes – magistrat inamovible, mis comme bien d’autres à la retraite par la grande épuration républicaine du 30 août 1883 [J.-F. Tanguy, 1990, p. 127-145] –, et petit-fils, par sa mère, de J.-F. Normand, sous-préfet et baron d’Empire. Les Brager n’appartiennent pas à la noblesse mais vivent noblement. Avocat, il est l’artisan de la victoire de la droite à Rennes en 1900, mais parce que monarchiste et rival de Pinault, il ne peut devenir maire, s’effaçant même aux municipales de 1904 derrière Oberthür. Après un bref mandat de conseiller municipal (1900-1904), il entre pour trente ans au Sénat en 1904 [H. Frottier de la Messelière, 1912, t. 6, p. 75-77], glissant vers l’Action libérale populaire de Jacques Piou et Albert de Mun (voir chap. 12, 13 et 15), étant inscrit au groupe sénatorial de la Gauche républicaine (de tendance centre-droit). Vadot montre un certain attachement pour cet ambitieux, capable mais aussi « arriviste et sceptique » – Brager avouant qu’« en dépit de [ses] origines, [il] est absolument sceptique au point de vue de la forme de gouvernement » (VI, 21 décembre 1900).

23 Lajat, comme Le Hérissé, s’oppose au protectionnisme de Méline, contrairement aux producteurs de céréales [P. Barral, 1968].

24 Le technicien électoral Vadot a raison.

25 L’église St-Aubin, également dédiée à Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, maître ouvrage (mais pas le plus réussi contrairement aux pavillons des halles, place des Lices) de Martenot, de style néogothique, fut projetée dès 1860, édifiée à partir de l’adjudication des travaux du 11 novembre 1882 et poursuivie, sans être achevée, en dépit du soutien de toutes les municipalités rennaises qui, de Le Bastard à Janvier, honorèrent leurs engagements, après la retraite de Martenot, par Emmanuel Le Ray, jusqu’à la Première guerre mondiale [AMR, 2 M 3-13 : J.-Y. Veillard, 1978, p. 449 ; A. Croix et J.-Y. Veillard, 2003, p. 411].

26 Vadot pressent que les compromis sont sans effet, voire contre-productifs.

27 L’abbé de la Villeaucomte.

28 Banquier, demeurant 6, rue d’Échange, tout près de l’église, et membre du conseil de fabrique.

29 C’est-à-dire, élu.

30 Le curé, tenant à l’achèvement de la nouvelle église, était donc prêt, en échange de subventions municipales, à s’engager en politique, jusqu’à obtenir le ralliement de Mgr Labouré – pourtant peu probable dans le cadre concordataire de soumission au préfet [B. Basdevant-Gaudemet, 1988].

31 Vadot n’aime guère ces petites combinaisons. En 1900, il reprochera à Lajat de s’allier à ses ennemis d’hier – opportunistes et socialistes collectivistes –, pour sauver sa majorité, mais en pure perte.

32 Vadot pense le contraire, on vient de le voir.

33 Les paysans ont reproché à Lajat sa déclaration sur les blés – le fait qu’il soit négociant en céréales et fourrages et privilégie ses intérêts à ceux de ses électeurs aggrave son cas.

34 Une fois de plus, Vadot sous-estime Le Hérissé.

35 Vaste exploitation agricole, lotie en 1911 pour devenir une extension du quartier Sévigné.

36 Sur les frasques municipales, voir chap. 15.

37 Le glissement à droite de Méline s’accentue. Le résultat décevant (pour lui) des législatives des 8 et 22 mai l’amènera à démissionner le 15 juin.

38 Ce sera effectivement le cas. Mais Vadot ne peut pas prévoir l’évolution politique ultérieure. L’affaire Dreyfus entraînera la déroute de l’équipe Lajat.

39 C’est incontestable ; même si en 1908, la victoire de Jean Janvier paraît reconstituer le parti de Le Bastard à Rennes, avec certains de ses alliés, tel Maniez, le contexte est différent et les élus d’une autre génération.

40 L’ambition de Méline, bien perçue par Vadot, était une bipolarisation à l’anglaise avec un « parti conservateur » et un « parti libéral » (formé des républicains modérés), alors même que le Labour allait bientôt entrer en scène outre-Manche.

41 Vadot s’était donc trompé : le préfet Duréault et le gouvernement préférant un royaliste aux radicaux patriotes qui dirigeaient Rennes.

42 L’épouse de Charles Bodin, fille de Le Bastard.

43 Ce n’est pas la première fois que Vadot constate l’intervention active de femmes dans la vie politique.

44 Seul le très influent Oberthür le contraindra à un second tour en 1906, mais pour échouer au final (voir chap. 13).

45 René Brice (1839-1921), avocat, sous-préfet de Redon en 1870, député républicain (Centre-gauche) d’Ille-et-Vilaine (1876-1889 ; 1893-1921), Président du Conseil général (1897-1921). C’est aussi l’une des grandes fortunes de la République (sous-gouverneur du Crédit foncier et mandataire de plusieurs conseils d’administration dont le Crédit foncier d’Algérie, les Chemins de fer de l’Ouest, la compagnie d’assurances La Paternelle, le Crédit franco-canadien), au cœur de belles alliances (gendre de Camille Doucet et beau-père de Paul Deschanel, futur Président de la République) [H. Brin, 1996].

46 Albert de Mun (1854-1914), officier de cavalerie, monarchiste, il fonde aux lendemains de la Commune, sur le modèle social allemand, les Cercles catholiques d’ouvriers. Député du Morbihan (1876-1878, 1881-1893), puis du Finistère (1894-1914), il se rallie à la République surtout à la suite de Rerum Novarum définissant la doctrine sociale de l’Église [Ph. Levillain, 1983].

47 Jules Auguste Lemire (1853-1928), « abbé démocrate », en relations souvent très difficiles avec sa hiérarchie, partisan précoce du ralliement à la République et de la justice sociale défendue par le pape Léon XIII. Député social chrétien puis gauche radicale du Nord de 1893 à sa mort, maire d’Hazebrouck en 1914, il est à l’origine du vote de nombreuses lois sociales. Ardent défenseur du terrianisme – la petite propriété insaisissable et assurée à tous – il est l’introducteur des jardins ouvriers [J.-M. Mayeur, 1968].

48 L’abbé Garnier, fondateur, avec le soutien du Vatican, du journal Le Peuple français (1893) – appelé à fusionner en 1910 avec La Libre Parole d’Édouard Drumont –, se rallie certes à la République, mais reste antisémite et antidreyfusard [Ph. G. Nord, 1984]. On peut se demander si Vadot ne confond pas avec l’abbé Gayraud (1856-1911), authentique catholique social, élu député du Finistère de 1897 jusqu’à sa mort.

49 Godefroy Cavaignac (1853-1905), polytechnicien, ingénieur des Ponts et chaussées, conseiller d’État, député de la Sarthe de 1882 à sa mort, bientôt ministre de la Guerre dans le gouvernement Brisson qui succède à Méline. Brillantissime, fils et neveu de républicains engagés, petit-fils d’un conventionnel régicide et un temps montagnard, lui-même républicain convaincu, il révèle à la fois publiquement le « Faux Henry » dans l’affaire Dreyfus, découvert par le capitaine Cuignet et s’obstine à défendre, comme ministre, la culpabilité de Dreyfus. Leader de l’antidreyfusisme, cofondateur de la Ligue de la Patrie française, il meurt à 52 ans [H. Dardenne, 1969 – sa fille, convaincue de la culpabilité de Dreyfus].

50 Pierre Guiyesse (1841-1914), député du Morbihan de 1889 à 1910, radical, ministre des Colonies dans le cabinet Léon Bourgeois (novembre 1895-avril 1896). Il soutint après 1899 la politique de Waldeck-Rousseau puis de Combes et se sépara évidemment de Cavaignac.

51 Dans le programme de Le Hérissé figurent notamment l’impôt progressif sur le revenu et les assurances sociales.

52 Adolphe Turrel (1856-1945), député radical de l’Aude – ayant rompu précocement avec Boulanger –, ministre des Travaux publics dans le ministère Méline, réélu en 1898, avait obtenu de son collègue de la Guerre, le général Billot, et de façon irrégulière, le dossier militaire de son adversaire politique. Menacé d’invalidation par Le Hérissé lors de la vérification des mandats, Turrel demanda lui-même la sanction et quitta la politique.

53 Le Hérissé a donc agi avec Cavaignac comme Turrel avec le général Billot…

54 L’adoption du 14 juillet comme fête nationale par la République célèbre la prise de la Bastille et la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790, la droite y voyant exclusivement la célébration du premier événement (voir le débat parlementaire du 9 juin 1880 à la Chambre).

55 Méline n’ayant obtenu qu’une majorité de 12 voix et s’estimant désavoué, démissionna le lendemain.

56 Le cabinet Brisson.

57 Vision un peu optimiste : Lajat agrège les radicaux, les opportunistes inquiets et peu désireux de frayer avec la droite, les « méliniens »… Mais la clarification est imminente.

58 Les réformes sociales demandées par les radicaux depuis 1879.

59 Souligné dans le texte.

60 C’est assez vraisemblable.

61 Ce vœu, émis dès 1898, se réalise en 1900 [voir chap. 6 et 8].

62 Tous les hommes politiques de Rennes se confient à Vadot, contraint à la discrétion et à la neutralité administrative.

63 Cahier annexe.

64 Au nord-ouest de Rennes. En ville, le parti républicain radicalisant de Le Bastard demeure encore majoritaire.

65 Cahier n° 3.

66 Le congrès fut d’autant plus modeste, avec environ 120 personnes, que s’emboîtèrent en fait quatre assemblées différentes : celle des Bourses du Travail (21-24 septembre), puis de la Métallurgie, du Bâtiment et de la CGT (26 septembre-1er octobre pour ce dernier : il s’agissait du IVe congrès de la confédération, fondée en 1895 à Limoges). La ville accorda une subvention, non négligeable, de 1 500 francs, prouvant, selon le conseiller « ouvrier » Mainguené, très apprécié par Vadot comme on l’a vu, « l’intérêt qu’elle porte aux institutions ouvrières » [AMR, 1 D 134, délib. cons. munic., 31 mai 1898].

67 Fondée en 1866 par Jean Macé, présidée en 1898 par Léon Bourgeois, puis par Jacquin quand Bourgeois devint ministre, le président de la République Félix Faure en était président d’honneur. Le congrès, invité à Rennes par Lajat lui-même réunit plus de 2 000 personnes – « une excellente aubaine pour le Commerce local » selon le conseiller Priou [AMR, 1 D 134, délib. cons. munic., 31 mai 1898].

68 Sur Léon Bourgeois, voir chap. 6.

69 La décision de principe avait été prise le 17 septembre. Le 27, le dossier était transmis à la Cour. Les antidreyfusards rennais, à cette date majoritaires dans tous les milieux politiques comme sans doute partout en France, furent stupéfaits, à commencer par Le Hérissé et Malherbe. Le 29 octobre, la Chambre criminelle déclarait la demande en révision recevable.

70 Que Vadot n’aime pas.

71 Thérèse Daurignac, épouse de Frédéric Humbert, fils de Gustave Humbert, maire de Toulouse, garde des Sceaux en 1882, fut au centre d’une des plus grandes escroqueries du siècle, l’affaire de « l’héritage (fictif) Crawford ». En fuite, arrêtés en Espagne fin 1902, les époux Humbert furent jugés à Paris en 1903 et condamnés à 5 ans (chacun) de travaux forcés. Thérèse fut libérée dès 1906.

72 Note ajoutée par Vadot après 1902.

73 La Société, association indépendante, mais subventionnée par la mairie – 500 francs en 1898 – devait, à ce titre, rendre des comptes. Elle s’inscrit dans le mouvement de l’enseignement populaire gratuit destiné aux adultes conduisant aux universités populaires du temps du Bloc des Gauches. En 1897-1898, les cours et lectures publiques (29 novembre au 31 mars), portèrent sur la littérature (Bossuet, George Sand, Victor Hugo…), l’anglais, les mathématiques, l’hygiène et la médecine (comment se protéger de la tuberculose), l’histoire (de la guerre de 1870 !), etc. [AMR, Compte d’administration pour 1897, 2 L 11, p. 82-84 et d’une manière générale les rapports dans chaque CA].

74 Le discours de congrès brille rarement par l’originalité…

75 Sic dans le texte. On ne comprend pas bien : Vadot l’a-t-il entendu ou non ?

76 La fonction de délégué cantonal, créée par la loi Falloux, a été profondément réorganisée par la loi du 30 octobre 1886 (loi Goblet). Choisi pour trois ans par le conseil départemental de l’enseignement primaire, le délégué correspond avec le conseil départemental et avec les autorités locales pour tout ce qui regarde l’état et les besoins de l’enseignement primaire dans sa circonscription. En fait, il devient rapidement l’œil de la République dans le canton et de nombreux fonctionnaires lui demandent des renseignements sur tout, et d’abord sur les ennemis potentiels du régime. Clairin proposa que le délégué cantonal devienne le représentant officiel des familles, et exerce à ce titre une fonction de surveillance sur l’école. C’est du moins ce que les comptes rendus très succincts de la presse rennaise – en l’absence d’autre source – laissent supposer. On conçoit que les instituteurs se soient dressés contre le projet.

77 Le journal de Morin, toujours à l’affût du scandale du jour.

78 Première indication de Vadot sur l’incertitude de l’opinion publique à l’égard de l’Affaire, Lajat faisant montre de duplicité pour rester maire (voir chap. 8).

79 Qui a succédé à Brisson le 3 novembre.

80 Il s’agit de Méline, voir infra.

81 Impasse étant faite sur l’intermède du ministère Brisson.

82 Duréault sait qu’il n’est plus bien en cours.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Rennes 2, auteur d’une thèse sur le Maintien de l’ordre en Ille-et-Vilaine de 1870 à 1914 (1986), il a mené de nombreuses recherches sur des personnalités évoquées par Vadot (le commissaire central Court, le préfet Leroux, le député René Le Hérissé, le polémiste Jules Ménard, ou encore l’astronome et vulgarisateur Camille Flammarion). [jftanguy@wanadoo.fr]

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540