Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rennes sous la iiie République

 | 
Patrick Harismendy

Chapitre 2. L’expérience de la guerre

Vincent Joly

Texte intégral

  • 1 Journal d’un mobile du 4e bataillon de Saône-et-Loire. Vosges-Loire-Est, 1870-1871, Louhans, Imprim (...)
  • 2 R. Girardet, 1998, p. 121.
  • 3 Lettre du 1er octobre 1870 à Gabriel Pusset (plus tard, vice-secrétaire de la mairie de Louhans, ca (...)
  • 4 Jules Favre (1809-1880), est ministre des affaires étrangères du gouvernement de la Défense nationa (...)
  • 5 Il est plus critique dans un compte rendu d’ouvrage sur les Vosges en 1870 paru dans Le Petit Renna (...)

En 1885, Vadot publie le journal qu’il a tenu pendant la guerre de 1870-1871, enrichi d’une courte annexe intitulée : Quinze ans après. Forces militaires de la France1. La tension est alors vive et la France semble plus isolée que jamais. En mars 1884, l’alliance des trois empereurs a été renouvelée et l’Italie en se joignant à la Duplice en 1882, l’a transformée en Triplice. De plus, les conquêtes coloniales ont aggravé notre contentieux avec le Royaume-Uni en Afrique et en Asie. Pourtant, la situation est bien meilleure qu’en 1870 explique Vadot chiffres à l’appui. La République s’est engagée dans un formidable effort qui a permis depuis 1872 de réorganiser la défense grâce aux premières lois sur le service militaire personnel et obligatoire, de renouveler l’armement, en particulier dans l’artillerie et de se doter d’un système moderne de fortification pour éviter la surprise d’une invasion. La Revanche devient dès lors possible et Vadot l’appelle de ses vœux sans pour autant vouloir la précipiter. L’armée incarne ses espérances, elle n’a perdu aucune de ses qualités comme le prouve ses exploits au Tonkin, écrit-il. Elle est bien « l’arche sainte » définie par R. Girardet qui doit réarmer moralement les Français et éviter que ne se renouvellent les funestes errements de 18702.
De la mi-août 1870 à la fin mars 1871, Vadot est sous les drapeaux, incorporé dans la garde nationale mobile de la Saône-et-Loire. Il participe à trois campagnes : dans les Vosges du 14 août au 2 octobre 1870, puis à celle de la Loire du 28 octobre au 26 décembre puis dans l’Est du 26 décembre 1870 au 9 mars 1871. Au cours de ces 7 mois, il est témoin de la chute de l’Empire, de la proclamation de la République et de l’invasion de la France. Tenu dans le feu de l’action, son journal est une mine d’informations politiques et militaires.
On observera d’abord que c’est sans enthousiasme excessif qu’il accueille le nouveau régime. Il montre même une réelle méfiance vis-à-vis de ses partisans les plus virulents. Au soir du 4 septembre, alors qu’il est encore à Louhans, il écrit : « Plus d’un a pu croire que la racaille était déchaînée et qu’on allait s’entre égorger. » Un mois plus tard, dans une lettre à un ami, il évoque « ces républicains enragés3 ». Il n’y a pas de nostalgie impériale mais plutôt une adhésion à la République qui est d’abord le fruit de son patriotisme. Sentiment omniprésent dans son journal, ardent dans les premières semaines, il se mue en émotion douloureuse à la fin de la guerre. Ce texte montre une évolution très nette de son attitude à l’égard des hommes qui incarnent le gouvernement de la défense nationale. Vadot décrit avec enthousiasme la visite de Gambetta, « l’illustre orateur », à Belfort le 18 octobre. Mais le même homme devient un « dictateur » à la fin janvier 1871. L’espérance d’un retournement de la situation militaire disparaît assez vite et laisse place d’abord indirectement plus explicitement au découragement et au souhait que la guerre se termine au plus vite. La reddition de Bazaine, le 31 octobre, marque le moment où le moral de Vadot fléchit. Son journal évoque alors les pourparlers de paix et se montre de plus en plus critique vis-à-vis de la « guerre à outrance » voulue par le gouvernement de Tours. Le 18 janvier 1871, il écrit : « Vouloir continuer la lutte est une folie. »
Gambetta et Freycinet sont désignés comme les responsables des désastres. Le 1er décembre, Vadot les accuse d’être à l’origine de la confusion qui règne dans l’armée de la Loire et des choix stratégiques désastreux qui se succèdent. A priori, son point de vue n’est pas isolé et son journal se fait l’écho du trouble dans la troupe où les « hommes parlent », fustigeant « généraux et gouvernants ». L’indignation éclate au grand jour lorsque Vadot apprend que l’armistice signé le 28 janvier par Jules Favre ne concerne pas l’armée de l’Est4. De Besançon, il écrit : « Ce n’est plus de l’incurie, c’est de la trahison. » Au demeurant, l’annonce de l’arrivée de Thiers au pouvoir ne suscite pas un renouveau d’espérance.
Les responsables militaires sont en revanche plutôt épargnés. Certes, Bazaine est un « traître » et Bourbaki apparaît comme indécis ou « peu confiant ». Cependant, au lendemain de sa tentative de suicide, il lui reconnaît du courage pour avoir accepté une mission qui était « au-dessus de ses forces ». Seul Chanzy bénéficie d’un a priori favorable en particulier pendant la campagne de la Loire5. A contrario, le soldat, lignard ou mobile, est paré de toutes les vertus du courage et de l’abnégation.
Le journal est donc à prendre pour ce qu’il est. D’un côté, il a ses faiblesses : la précision des informations concernant la disposition des armées laisse parfois penser que Vadot a peut-être complété son texte a posteriori. De même, certaines lacunes sont surprenantes comme l’absence complète d’allusion aux élections du 8 février 1871. Il n’y a pas non plus ici de révélations mais il corrobore les autres témoignages déjà connus. Mais sur un autre plan, ce texte brosse aussi un remarquable tableau de la guerre de 1870-1871 vue du terrain. Il en ressort d’abord le caractère totalement improvisé de la mobilisation de la garde mobile. Les hommes y compris les cadres sont incompétents à l’image de Vadot lui-même, bien vite promu sergent-major puis lieutenant alors qu’il n’a aucune connaissance militaire, « n’ayant vu manœuvrer que les pompiers de sa ville natale ». La souffrance du combattant est omniprésente. La description du froid qui règne sur la Loire ou dans l’Est est saisissante. À Argent le 7 décembre, des hommes meurent de froid au cours de la nuit de bivouac. Le 6 janvier, Vadot constate que sa compagnie est réduite à 30 hommes et que le bataillon est réduit de moitié. Il règne la plus profonde inégalité entre les mobiles qui s’explique sans doute par le fait que leur équipement est à la charge de leur département d’origine. Ainsi, alors que les Bourguignons sont convenablement vêtus, ceux du Cher croisés à Onans le 19 janvier, ont pour les trois quarts d’entre eux, « les épaules et les jambes nues ». L’intendance est d’une incurie absolue au point que les hommes pillent les trains de ravitaillement en gare de Bourges à la mi-décembre pour s’habiller et manger. Cet épisode rend compte aussi d’une discipline chancelante au sein des unités de mobiles. Vadot évoque deux manifestations d’indiscipline à quelques jours d’intervalle en septembre 1870, des hommes dont des sous-officiers refusant de marcher si on ne leur donnait pas les chassepots promis. Apparemment aucune sanction n’est prononcée. En revanche, il décrit à deux reprises le cas de soldats fusillés dont les corps restent exposés sans doute pour faire un exemple. Les dernières semaines de la guerre sont aussi marquées par la multiplication des désertions. La description de la déroute – le mot apparaît plusieurs fois –, fait penser à celle de l’été 1940. En témoigne le fait que des officiers français « déguerpissent », abandonnant leurs hommes tandis que des Allemands avancent sans se soucier de faire des prisonniers, se contentant de désarmer les soldats hébétés qu’ils croisent.
Ce témoignage montre aussi qu’à défaut d’être bien nourris et bien vêtus, les combattants français sont convenablement armés à partir de la campagne de la Loire. Vadot a enfin touché son chassepot et dispose de munitions en abondance. Il observe l’arrivée de matériel nouveau acheté à l’étranger, montrant ainsi l’effort remarquable accompli par le gouvernement de la défense nationale pour équiper le plus d’hommes possible malgré un invraisemblable désordre.
Le morceau de bravoure du journal est la description très vivante des combats de Beaune-la-Rolande. Vadot décrit les tentatives d’assaut de l’infanterie française impitoyablement fauchée par le feu allemand et les pertes effroyables du 3e zouave. Pour autant, l’ennemi n’est jamais diabolisé. Certes, le journal se fait l’écho de brutalités commises par les troupes allemandes contre des civils et des blessés mais il reste dans le registre du cliché traditionnel, évoquant les « hordes », les « escogriffes bottés et casqués », les « bandits des bords de la Spree » sans jamais exprimer de haine vis-à-vis de ces hommes. Son récit est marqué par l’importance qu’il accorde à l’histoire et présente la guerre de 1870 comme la revanche de 1813. En 1885, c’est à nouveau de revanche dont il s’agit mais cette fois pour reprendre l’Alsace et la Lorraine

Campagne des Vosges, 14 août-28 octobre

  • 6 Albert Cambriels (1816-1891), sous-lieutenant en 1834, capitaine en 1847, il sert en Algérie. Offic (...)
  • 7 « Dans l’est, l’armée du général Cambriels, réduite par le feu, la fatigue et surtout les désertion (...)

1Vadot, incorporé le 14 août, ne quitte Louhans que le 18 septembre pour Épinal. Pendant 3 semaines, son bataillon parcourt les Vosges avant de se replier sur Besançon à partir du 6 octobre. Son témoignage vaut surtout ici pour la description d’une « drôle de guerre » au cours de laquelle il ne voit jamais l’ennemi. Mais aussi pour celle de l’état d’esprit de ces hommes au lendemain de la proclamation de la République. Ces quelques jours sont marqués par une succession de désastres à commencer par la reddition de Strasbourg le 29 septembre puis la défaite de Raon-l’Etape qui contraint le général Cambriels6 à se replier sur Besançon7.

Louhans. Dimanche 21 août 1870

  • 8 La garde nationale mobile a été créée par la loi Niel du 14 janvier 1868. Elle comprend tous les ho (...)

2Notre bataillon est à peu près complètement organisé ; M. le vicomte de Truchis de Lays en a pris le commandement le 18. Les hommes avaient été réunis le 148.

3Nous avons été armés avec des fusils à percussion dans un état déplorable. Nous n’avons point de nécessaire d’armes. […].

  • 9 Note manuscrite de Vadot : « M. Passerat, notaire de Louhans. »

4Nous étions, quelques amis, réunis au café de l’hôtel Saint-Martin, quand la dépêche portant déclaration de guerre a été apportée et lue à haute voix par M. Passerat9. Pas un cri, l’émotion était générale. Peu à peu les langues se sont déliées, les conversations ont repris leur cours ordinaire, pendant que dans la rue des groupes entonnaient la Marseillaise et manifestaient leur enthousiasme en criant « Vive la France ! À bas la Prusse ! »

  • 10 Note manuscrite de Vadot : « Aux Crues, petite campagne appartenant à M. Daru, coussin issu de germ (...)

5Le dimanche 7, je dînais à la campagne10, quand, à quatre heures, ma mère nous apporta toute tremblante une dépêche annonçant que le maréchal de Mac-Mahon avait perdu une bataille, que Paris allait être mis en état de défense, que l’état de siège de la capitale était déclaré et qu’enfin le Sénat et le corps législatif étaient convoqués pour le 9.

6Cette nouvelle nous jeta dans la plus profonde consternation. […].

Dimanche 28 août

7Le maréchal Bazaine battu le 18 à Mars-la-Tour, n’a pu rejoindre le maréchal de Mac-Mahon.

8Le quartier général de Guillaume est à Bar-le-Duc ; les Allemands ont achevé d’investir Metz, ils assiègent Strasbourg dont le bombardement a commencé le 19 : bombardement impitoyable, systématique […].

  • 11 C’est le 21 que Mac-Mahon a quitté le camp de Châlons avec 135 000 hommes.

9Le 29, Mac-Mahon a quitté Châlons avec 120 000 hommes de toutes armes et plus de 400 canons et de mitrailleuses11. Il s’achemine du côté de Metz et va faire la jonction avec Bazaine pour écraser le prince Frédéric-Charles.

Dimanche 4 septembre, une heure de l’après-midi

  • 12 En réalité, le nombre des prisonniers s’est élevé à celui des morts.

10Ce matin le bataillon était massé le long de la grande rue des Bordes quand une sinistre nouvelle a circulé dans les rangs : le maréchal de Mac-Mahon avait été battu à Sedan, l’Empereur et plus de 50 000 hommes avaient été faits prisonniers12.

11La revue du commandant s’est achevée au milieu de l’indifférence générale. Soldats et curieux, tous nous éprouvions un profond malaise. C’était glacial. On n’osait se répéter la fatale nouvelle.

12Même jour, 10 heures du soir. La République a été proclamée aujourd’hui à Paris, à l’hôtel de ville. Un gouvernement de Défense nationale a été constitué et ratifié par l’acclamation populaire. L’Empire s’est effondré hier à Sedan.

  • 13 Note manuscrite de Vadot : « Lucien Guillemaut, aujourd’hui [1897], député de l’arrondissement de L (...)

13M. Lucien Guillemaut13, debout au-dessus de l’escalier qui conduit au télégraphe, brandissant d’une main la dépêche officielle, de l’autre son chapeau, l’œil en feu, les cheveux en désordre, a annoncé la nouvelle à la foule rassemblée sous l’arcade ; un long cri de Vive la République a répondu. Une bande de jeunes gens avec flambeaux et lanternes vénitiennes a parcouru les rues de la ville en chantant des refrains patriotiques. Plus d’un a dû croire que la racaille était déchaînée et qu’on allait s’entr’égorger.

Lundi 5 septembre

14Arago, Crémieux, Jules Favre, Ferry, Gambetta, Garnier-Pagès, Glais-Bizoin, Pelletan, Picard, Rochefort, Jules Simon composent le nouveau gouvernement. Le général Trochu a été appelé à la présidence.

Dimanche 11 septembre

15La France a été ouverte à tous les proscrits : Quinet, Ledru-Rollin, Louis Blanc et le plus illustre de tous, Victor Hugo, sont rentrés et apportent leur dévouement à la patrie. […]

Lundi 12 septembre

16Le bataillon a manœuvré toute la journée dans les Prairies qui bordent la Seille, du côté de Sornay.

17Nous attendons tous les jours l’ordre de partir.

Jeudi 15 septembre

18Provins, Melun sont occupés par l’ennemi ; les chemins de fer de l’Est et du Nord ont suspendu leurs services. Les uhlans sont partout signalés autour de Paris. […].

19Je doute que nous puissions faire une campagne sérieuse armés et vêtus comme nous le sommes.

Vendredi 16 septembre

20La guerre tend à devenir nationale, de dynastique qu’elle était.

  • 14 Thiers a accepté cette mission après l’échec des premières négociations entre Favre et Bismarck à F (...)

21M. Thiers a été chargé par le gouvernement d’une mission secrète auprès des cours de Vienne et de Saint-Pétersbourg14. […]

22Les trois-quarts de nos officiers et sous-officiers n’entendent rien à ce que, par convenance, on appelle le noble métier des armes. Il a fallu créer de toutes pièces, capitaines, lieutenants, sous-lieutenants, sergent-majors, etc., et l’on a pris dans le tas. […]

23Mon capitaine, le capitaine Berthod est charmant, mais l’instruction de sa compagnie est le cadet de ses soucis. Il remplirait tout aussi bien les fonctions de chef de bataillon. C’est un ancien zouave qui nous appelle chapardeurs. Le lieutenant Fresne est d’une adorable naïveté, militairement parlant bien entendu. […]

24Le sergent-major Vadot est également d’une simplicité étonnante. Simple pékin, n’ayant jamais vu manœuvrer que les pompiers de sa ville natale, un beau jour, le 15 août, on lui a demandé s’il accepterait le grade de sergent-major. Pourquoi pas ? Autant lui qu’un autre. Et sergent-major il est. […]

  • 15 Il devient par la suite architecte-voyer de la ville de Louhans (II ; Journal de Louhans, 24 août 1 (...)

25Excepté Masson, Tronc, Cornet15, Michelin, anciens sous-officiers, tous les autres n’ont d’officiers que le nom. Ce sont des avocats, des étudiants en droit, en médecine, des clercs de notaire et d’avoué, des fils de châtelains qu’on a bombardé lieutenant ou sous-lieutenant et dont le dévouement et le patriotisme peuvent seuls suppléer aux connaissances qui leur manquent.

Dimanche 18 septembre, huit heures du martin

26Alea jacta est ! Nous partons aujourd’hui pour les Vosges. […]. Ma mère est désespérée ; mon père la rassure tant bien que mal en lui disant que nous ne partons que pour trois semaines au plus ; que M. Thiers avant 15 jours apportera de sa mission en Europe des espérances de paix ; que nous allons tout simplement faire un petit voyage d’agrément. […].

Châlons, le 19 septembre 1870

27J’écris à la hâte ces quelques mots. Notre départ de Châlons est fixé à 10 heures du matin. Notre direction est toujours sur Épinal.

28L’étape de Louhans à Tournus, 27 km, s’est faite avec beaucoup d’entrain et de bonne humeur, malgré une chaleur accablante. […]. Arrivée à Châlons à 9 h 30. […]

Épinal, 20 septembre 1870

29Après un long voyage de 13 heures, nous sommes arrivés à quatre heures du matin à Épinal. De la gare, on nous a conduit directement à la caserne où rien n’avait été préparé pour nous recevoir. Ni lits, ni paille. Nous nous sommes couchés sur le plancher et le sac sur la tête ; nous avons sommeillé pendant deux heures. En nous levant, nous avions les reins brisés.

30Le trajet de Châlons à Épinal a été très long. Nous ne sommes pas entrés à Dijon. […]

31Tout le monde chante ici ; la caserne, les rues de la ville retentissent des chants des bataillons de mobiles envoyés pour défendre les cols de l’Alsace-Lorraine.

32De nombreuses compagnies de francs-tireurs s’organisent et se répandent dans les montagnes pour surveiller l’ennemi qui menace les défilés.

  • 16 Perspective d’une garde nationale mobile alors cantonnée aux fonctions supplétives d’une force de g (...)

33Le danger paraît encore éloigné. Le rôle que nous sommes appelés à remplir dans le drame se joue sur notre territoire consistera, dit-on, à harceler sans cesse l’ennemi, à rompre ses communications, a arrêter ses convois16, à surveiller sa retraite qui paraît imminente. […].

Épinal. Du même jour, huit heures le soir

34[…] Cet après-midi, le bataillon s’est rendu au champ de manœuvre de la garnison pour s’exercer au tir. Oh ! Si les Allemands avaient pu voir nos guerriers en blouse bleue avec passement rouge, tirant à la cible ! Quelle honte ! Les trois-quarts ne savent pas tenir leur fusil. […]. Un convoi de vareuses, de couvertures, de tentes-abris nous est annoncé, ainsi que certains matériels de campement : petites et grandes marmites, bidons, gamelles, etc., etc. Jusque-là notre campagne n’a été qu’un voyage d’agrément dans des pays montagneux. […]

35Les Prussiens sont signalés du côté de Raon-l’Étape ; ils redoutent toutefois de s’engager dans les gorges des montagnes.

  • 17 Les mobiles du département sont armés avec le fusil à percussion modèle 1853 qui se charge par la b (...)

36Nous avons toujours les mêmes fusils à chien. D’autres bataillons sont armés de fusil à tabatière et sont vêtus de blouse blanche ; ce sont des mobiles des Vosges17. […]

Raon-l’Étape, 23 septembre

37Dans le lointain, du côté du Nord, nous apercevions une faible lueur blanche dans le ciel. Cela ressemblait vaguement à un incendie. Bientôt nous distinguâmes le roulement de voitures qui se rapprochaient de nous et le galop de chevaux lancés à toute vitesse.

38Avant que nous fussions revenus de notre surprise, les voitures s’arrêtèrent brusquement à la tête de la colonne et des gens affolés en descendaient précipitamment. C’étaient des habitants de Rambervillers qui venaient en toute hâte chercher du secours. Les Prussiens menaçaient Raon-l’Étape, toute la vallée de la Meurthe et s’avançaient avec du canon. […].

Raon-l’Étape, 25 septembre 1870, 8 heures du soir

39[…] Nous entendions le sourd grondement du canon de Strasbourg. […]

40Pendant que je préparai à la mairie des billets de logement, une dépêche est arrivée, nous apprenant qu’une guerre à outrance s’est déclarée entre les deux nations. Cette dépêche, signée par Crémieux, Glais-Bizoin et Fourichon se termine ainsi :

« Paris, exaspéré, s’ensevelira plutôt sous ses ruines. En effet, à d’aussi insolentes prétentions on ne répond que par la lutte à outrance. La France accepte cette lutte et compte sur ses enfants. »

  • 18 Cette phrase a toute chance d’avoir été ajoutée a posteriori.

41La lutte à outrance ! C’est la levée en masse, c’est l’incendie, c’est l’extermination : c’est l’Allemagne qui se rue sur la France et veut lui voler ses plus belles provinces18.

Épinal, 27 septembre 1870

42Notre petite campagne de Raon-l’Étape est terminée. Nous sommes rentrés aujourd’hui à Épinal. […]

43Avant notre départ, j’ai causé quelques instants avec un des jeunes gens appartenant à la compagnie des francs-tireurs de la Haute-Saône. Il m’a raconté qu’au combat de Celles les Allemands ont précipité du premier étage d’une maison un malheureux mobile des Vosges qui s’y était réfugié après avoir été blessé. Puis ils l’ont achevé à coups de crosse de fusil et de baïonnette. Ce récit m’a fait bondir d’indignation. […]

44Lu aujourd’hui quelques journaux. Je suis navré de la tournure que prennent les événements.

45Toul, paraît-il, s’est rendu après une héroïque résistance.

46Strasbourg tient toujours contre les assauts furieux des Allemands. Paris s’ensevelira sous ses ruines plutôt que de capituler.

  • 19 À partir de la mi-septembre, le gouvernement de la défense nationale relance la fabrication d’armes (...)

47Des armées s’organisent à l’ouest et au sud de la France ; nos arsenaux travaillent avec une activité fiévreuse : c’est la nation toute entière qui se lève et qui entend bien ne « céder ni une pierre de nos forteresses ni un pouce de son territoire19 ».

Épinal, 28 septembre 1870, matin

48[…] Des évadés de Sedan sont arrivés ici en grand nombre, ainsi que de nombreux blessés et les habitants des pays envahis. Le récit de leurs souffrances et des misères qu’ils ont endurées, augmente encore notre haine contre le roi de Prusse […].

49Nous partons aujourd’hui dans la direction de St-Dié. On vient de nous distribuer des capotes, des bidons, des marmites, des petites et grandes gamelles, en un mot du matériel de campement, sauf la tente.

Bruyères, 28, soir

50Notre départ d’Épinal a été marqué par une nouvelle infraction à la discipline. À une heure de l’après-midi, les sous-officiers et les soldats de la 6e compagnie se sont mis encore une fois sur les rangs sans sacs ni fusils, et la 1re compagnie rassemblée a levé la crosse en l’air et refusé carrément de marcher si l’on ne nous donnait d’autres armes. Les officiers se sont fâchés, ont menacé, mais en vain. Il a fallu l’arrivée du commandant, qu’on avait prévenu, pour que tout rentrât dans l’ordre.

51Le soir, MM. les sous-officiers et caporaux ont été prévenus par un rapport du chef de bataillon, lu devant le front des compagnies, que s’ils continuaient à donner le mauvais exemple, il serait sévi contre eux avec la dernière rigueur.

52À bon entendeur, salut ! […].

Lubine, 1er octobre 1870, matin

53Nous sommes enfin relégués dans un misérable village des Vosges, sur les confins de l’Alsace-Lorraine, à 80 km d’Épinal, 20 de St-Dié et 60 de Strasbourg dont on n’entend plus le canon.

54De Bruyères à St-Dié, la distance est d’environ 30 km. […]. Nous fîmes la rencontre de quelques mobiles des Vosges et de francs-tireurs en débandade. […].

Lubine, 2 octobre 1870

55[…] Nous vivons comme des loups ; nous ne savons pas plus ce qui se passe dans le reste de la France que dans la Lune.

  • 20 La ville a capitulé le 29 septembre.

56Nous sommes inquiets, parce que depuis deux jours nous n’entendons plus rien du côté de Strasbourg20.

Même jour, huit heures soir

57La nuit dernière, 50 hommes de ma compagnie ont été placés aux avant-postes.

58Ce matin, avant le jour, on frappait directement à toutes les portes du village et à voix basse on nous intimait l’ordre d’avoir à nous rendre immédiatement avec armes et bagages sur la petite place de Lubine. Réunis et peu rassurés par cette prise d’armes inattendue, nous avons appris que l’ennemi était signalé sur la route de Saales à St-Dié, et qu’il menaçait le village de Provenchères. Nous devions surveiller sa marche, et, dans tous les cas nous tenir sur la défensive. […].

59Nos noirs pressentiments se sont réalisés. La reddition de Strasbourg a eu lieu le 28 septembre. Une dépêche officielle nous a appris ce soir la triste nouvelle. Nous sommes dans la consternation. J’éprouve la même douloureuse impression, la même stupeur lorsqu’au mois d’août nous apprîmes, en tremblant, les défaites successives de Wissembourg, de Froeschwiller, de Reischoffen. […]. Les hordes allemandes campent au pied de la statue de Kléber !…

Col d’Urbeiss, 4 octobre 1870, mardi, trois heures soir

60Le bataillon a été concentré ce matin et quitte le col d’Urbeiss à midi. […].

61À l’horizon, on aperçoit dans une échappée un lambeau du Rhin qui miroite sous les rayons du soleil. Le garde forestier qui nous guide m’a dit : « Cette tache brillante que vous voyez au levant, entre ces deux mamelons, C’est le Rhin. » – « Quoi, c’est le Rhin » dis-je. Et je me suis assis sur un quartier de roche. Mes yeux ne pouvaient se détacher de cette tache brillante qui évoquait tout un passé sombre et mystérieux, trente siècles de fables, de légendes et d’histoire. […].

5 octobre, mercredi soir

62Hier soir, à cinq heures le bataillon quittait son bivouac et prenait à travers bois la direction de Sainte-Marie-aux-Mines.

  • 21 Il s’agit plus particulièrement d’un détachement du XIVe corps confié au général Degenfeld qui remo (...)

63Nous nous retirons, je crois, devant les lieutenants du général Werder21.

64Nous avons quitté les grands chemins ; c’est par les sentiers des montagnes et les petits chemins forestiers que nous nous éloignons de plus en plus de Strasbourg, de St-Dié, de la vallée de la Meurthe, de tous ces beaux pays que nous abandonnons à la rapacité des Allemands. […]

Village de Bonhomme, 8 octobre, samedi soir

65Hier, à deux heures de l’après-midi, nous avons quitté le col de Sainte-Marie pour celui du Bonhomme, que nous devions occuper le même jour. […]

66Bergerot, Masson et moi avons pris le parti de descendre au village de Bonhomme, où nous avons trouvé Bidaut, adjudant du bataillon.

67Nous sommes dans une bonne auberge, où nous nous faisons sécher en attendant le souper. […].

68Nous sommes là sans permission. Le village est à 2 kilomètres environ, à l’Est, du col de Bonhomme. Il nous a fallu franchir nos lignes de sentinelles. Quelques maladroits non envoyaient des coups de fusil, parce que probablement nous n’avions pas répondu au « Qui vive ? » réglementaire que le bruit du vent nous empêchait d’entendre. Nous ne rejoindrons le bataillon que demain matin. […]

Lac Blanc, 10 octobre, lundi matin

69Depuis hier neuf heures, la 6e compagnie occupe l’hôtel du lac Blanc et quelques maisons isolées où les sections ont été cantonnées. […].

7011 h 30, ce soir. Un express arrive à l’instant du col de Bonhomme et m’apporte des lettres de Louhans […].

71L’express nous apprend que nous serons prochainement armés avec des chassepots. Il ajoute que l’envahissement de la France par les années prussiennes se fait lentement, mais sûrement. Les nouvelles de l’intérieur sont désespérées.

  • 22 Vadot se trompe, il ne s’agit pas du général Peytavin mais de Dupré. Les Français qui bénéficiaient (...)

72Le 6 octobre, un combat acharné s’est livré à la Bourgonce entre Français et Badois, les premiers commandés par le général Peytavin, les seconds détachés de l’armée de Werder par le général Degenfeld. […]. Degenfeld, qui remontait le cours de la Meurthe pour balayer le pays des mobiles et des francs-tireurs qui inquiétaient le corps de Werder, marchant sur Épinal, fut brusquement attaqué sur son flanc droit, et, après un combat acharné, resta maître de la position, ayant perdu plus de 500 hommes. De notre côté, nous aurions perdu près de 1 200 hommes, tant tués, blessés que prisonniers. Ce combat sanglant a été livré le jour où, campé au col de Sainte-Marie-aux-Mines, à 30 km environ, nous jouissions du plus doux farniente22. […].

Munster, 13 octobre 1870, jeudi soir

73La victoire de la Bourgonce, remportée le 6 octobre par les Badois sur nos bataillons de mobiles et nos compagnies de francs-tireurs, a ouvert à l’ennemi toute la vallée de la Meurthe. […]. Le 12, jugeant que la position du col n’était pas tenable, M. de Truchis l’a abandonné et s’est retiré à Orbay en passant par le lac Blanc, où nous étions depuis deux jours. Aujourd’hui, à midi et demi, ma compagnie a quitté le lac Blanc. […].

74Notre hôte est un ancien ingénieur. Il a été maire de Munster et son patriotisme est à la hauteur des événements qui menacent cette malheureuse Alsace déjà à moitié envahie. […].

75Nous avons appris par lui ce qui se passe en France : des combats journaliers se livrant sur les bords de la Loire, tout près d’Orléans, entre les troupes des généraux Longuerue et Reyan, et les Allemands, avec des alternatives de victoires et de défaites ; Gambetta quittant Paris en ballon et se rendant à Tours pour organiser la défense ; Garibaldi, le héros de l’indépendance italienne, accourant en France et se mettant à la disposition du gouvernement ; à Paris, des opérations militaires se poursuivant avec ardeur sous le commandement des généraux Ducrot et Vinoy ; le maréchal Bazaine s’efforçant de franchir les lignes ennemies pour se joindre aux bataillons qu’on lève sur tous les points du territoire. […]. Les récits de notre hôte, sa douleur à la pensée que le jour est prochain ou l’Alsace ne sera plus terre française, m’ont profondément attristé. J’aurais pleuré si je l’avais osé.

La Bresse, 10 heures du soir, même jour

76Journée pénible s’il en fut : journée qui s’effacera difficilement de ma mémoire. À cette heure tardive, j’ai peine à écrire ici mes impressions tant je suis fatigué. Et on nous annonce pour demain une semblable journée.

  • 23 Les Prussiens disposent des excellentes kriegskarten au 1 :80 000e.

77Les Allemands interceptent toutes les routes. Tous leurs officiers ont des cartes d’état-major et ne se trompent point23. À eux les grandes routes, les bons chemins pour traîner leurs canons et réquisitionner les habitants […].

Thann, 15 octobre, samedi, 10 heures du soir

7840 km sac au dos, 16 heures de marche fusil sur l’épaule, la faim, la soif, le soleil, la pluie, une peur effroyable des Prussiens, voilà pour aujourd’hui. C’en est assez pour excuser ma paresse. Aussi, bonsoir.

Massevaux, 16 octobre, dimanche

  • 24 En réalité le Rothenbachkopf.

79[…] Nous avons quitté Munster le 14, à 10 heures du matin. M. Hartmann, avant le départ, m’a fait cadeau d’une belle paire de guêtres blanches dont, hélas ! il ne me reste plus qu’un bouton, débris glorieux de notre ascension du Rotabach24. […]

Morre, le 18 octobre, mardi

80Nous avons quitté la gare de Besançon ce matin à 11 heures et nous sommes maintenant cantonnés dans le petit village de Morre à 3 km à l’est de la ville, sur la route de Pontarlier, au pied du rocher que domine la citadelle et le fort de trois Châtels, sous les canons du fort de Brégille. […].

  • 25 Le chassepot est en dotation dans l’armée depuis la fin de 1866. Ce fusil d’une portée effective de (...)

81Le capitaine Cornet et sa compagnie vont nous rapporter des chassepots qu’ils sont allés sauver de la débâcle25. Gloire à la 7e !

82Pour nous rendre dans notre cantonnement, nous avons traversé Besançon, du quartier Battant à la porte Romaine.

83Vêtus misérablement, beaucoup n’ayant pour chaussures que des sabots, quelques-uns même marchant pieds nus, d’autres plus robustes, portant à la main de grandes cruches de terre auxquelles nous épanchions notre soif pendant les longues et fatigantes étapes, armés de fusils qui ne partent pas, nos sacs faits à la diable et surchargés d’objets hétéroclites, nous marchions néanmoins fièrement comme si pendant un mois nous n’avions pas joué à cache-cache avec les Allemands dans les montagnes des Vosges.

84S’en est fait ! Nous avons abandonné l’Alsace après avoir été abandonnés nous-mêmes dans les montagnes par le général Cambriels. Les Allemands se sont emparés des Vosges. […]. Le Rhin n’est plus une frontière […].

85Nous sommes arrivés tard à Besançon ; les portes de la ville étaient fermées. Après avoir attendu pendant deux heures qu’on vînt nous assigner un cantonnement, on nous a fait remonter en wagon où nous sommes restés jusqu’au lendemain matin. […]. Nous dormions profondément et je faisais, moi, un long et beau rêve, quand ce matin à cinq heures on est venus nous réveiller brutalement et nous inviter à descendre à la hâte des wagons.

86Déjà nous nous apprêtions à prendre d’assaut le buffet de la gare, quand nous nous sommes aperçus que toutes les sorties étaient consignées, que la cour et toutes les voies étaient occupées militairement. Comme je m’approchai de la porte de sortie, sans respect pour mes galons, un garde national m’a invité à faire demi-tour ; comme j’essayais de parlementer il m’a appris que Gambetta allait arriver et que le train était signalé.

  • 26 Alphonse Esquiros (1812-1876), homme de lettres, son livre Histoire des Montagnards, publié en 1847 (...)

87Je voulais voir Gambetta. Informer quelques-uns de mes camarades de ce qui se passait fut l’affaire d’une seconde. Le train entrait en gare. En dépit des efforts des gardes nationaux, nous nous sommes précipités à la portière et nous en avons vu descendre l’illustre orateur et un beau vieillard à cheveux blancs, c’était Esquiros26.

88La garde nationale, les Bisontins, étaient sous les armes et attendaient les illustres voyageurs. Ceux-ci ont pris place dans une voiture et sont entrés au petit trot de leurs chevaux, entre deux haies de soldats. Et j’ai acclamé de toutes mes forces ce grand citoyen dont la figure était empreinte d’une profonde tristesse. […].

89Demain ou après-demain nous recevrons des chassepots, des tentes abri, des bidons, etc. Nous n’avons pas eu trop à souffrir des grandes fatigues de notre campagne des Vosges. Ma compagnie ne compte même que deux malades et ils le sont depuis le commencement de la campagne. Nous mettons tous à la disposition du gouvernement de la Défense nationale un appétit que les modestes distributions journalières ne satisfont qu’à demi.

90Maintenant que va-t-on faire de nous ? That is the question.

Campagne de la Loire

91Dans les derniers jours d’octobre, l’armée des Vosges devient le 20e corps d’armée. Il rejoint l’armée de la Loire le 19 novembre, se concentrant entre Gien et Briare. Sur ce théâtre d’opération, la situation militaire est alors relativement favorable à la suite de la victoire de Coulmiers, le 9 novembre. Gambetta qui a rompu les pourparlers d’armistice le 5, a opté pour la résistance à outrance. Cette stratégie est mise à mal par une série de défaites dont celle de Beaune-la-Rolande, le 28 puis celle de Loigny le 1er décembre. Le 10 décembre, le 20e corps se replie sur Bourges.

Morre, 19 octobre, mercredi

92Il m’a été assuré aujourd’hui que nous séjournerions deux ou trois semaines à Besançon ou dans les environs. Un corps d’armée important est en formation autour de la ville. […].

  • 27 Les effectifs théoriques de cette armée des Vosges sont de 55 000 hommes mais ils ne sont alors pas (...)

93Il y a autour de Besançon plus de 80 000 hommes, m’a-t-on dit. C’est un gros chiffre. Je réduis de moitié27. Malheureusement nous n’avons pas ou presque pas d’artillerie de campagne. Nos arsenaux sont vides. […].

  • 28 Il s’agit de la première bataille d’Orléans, le 11 octobre. Les Français sont contraints au repli s (...)

94Sur la Loire, le général de la Motte-Rouge a abandonné la route d’Orléans à Von der Thann qui ne s’est emparé de la ville qu’après un combat acharné livré par ses 45 000 reîtres aux 5 000 soldats français commandés par Tricoche28. […].

Morre, ce 20 octobre, jeudi

95[…]. Aujourd’hui le bataillon a été armé de chassepots tout brillants et tout luisants. La matinée a été employée à démontrer et à remonter notre nouvelle arme. Cela nous a donné du courage. […]. Les Prussiens sont signalés sur la route de Gray. Ils s’avancent par la vallée de l’Ognon. Quelques effarés ont vu leurs éclaireurs à dix ou quinze kilomètres d’ici. Ils paraissent prendre Besançon pour objectif. […].

Aux Quatre Vents, 23 octobre

96[…]. Rien de nouveau aujourd’hui. Les Prussiens avancent toujours du côté de Besançon. Nous passons notre temps à nous exercer au démontage et au montage de notre arme. Quelques-uns sont très habiles et la fameuse culasse mobile n’a plus aucun secret pour eux.

24 octobre, lundi

97[…]. À tous les appels, il est donné à la compagnie formant le cercle, lecture d’un ordre du jour signé Gambetta adressé aux officiers et soldats.

« Il faut organiser et agir, dit Gambetta. Dans ce double but, pendant qu’un corps se dirigera sous le commandement du colonel Perrin au-devant de l’ennemi, les troupes retirées sous Besançon seront refondues, organisées, divisées en brigades et demi-brigades et recevront tous les renforts en hommes, chevaux, canons, munitions, vivres et les approvisionnements nécessaires pour constituer une véritable et solide armée. Il sera pourvu de la sorte à la force matérielle n’oubliant pas que celle-ci n’est rien sans la force morale qui, dans l’armée, ne peut sortir que de la pratique des vertus républicaines, principalement de la discipline, du sacrifice et du mépris de la mort. »

98Il est question ensuite de la constitution immédiate, à côté des cours martiales, de conseils de guerre par divisions qui seront chargés d’examiner la conduite des officiers qui, oublieux de leur devoir, ne marchent pas avec leurs troupes, et ne savent pas faire respecter les lois de la discipline. […].

Même jour, midi

  • 29 Le 22 octobre, Werder bat l’armée des Vosges à Etuz sur l’Ognon et la repousse en désordre sur Besa (...)

99Toutes les permissions sont supprimées. L’ennemi n’est plus qu’à une petite distance de nous. Depuis trois jours on se bat à une dizaine de kilomètres de Besançon, sur la route de Vesoul. Nous aurions enlevé les positions occupées par les Prussiens qui se seraient empressés de repasser l’Ognon29. […]

Ferme des cyprès, 26 octobre, mercredi

100[…]. Ce matin, au petit jour, tout le bataillon était sur pied et rangé en bataille derrière les haies et des murs ; il faisait un froid vif. Nous avions les pieds dans la rosée et dans la boue. Nous étions là immobiles depuis plus d’une heure quand le général Crouzat a été annoncé.

  • 30 Vadot se trompe, Crouzat commande la 1re division du 20e corps qui est sous l’autorité du général C (...)

101Le général Crouzat commande le 20e corps d’armée nouvellement formée et le bataillon fera désormais partie de la 2e brigade de la 1re division de ce nouveau corps30.

102Le général, qui appartient au corps du génie, a parcouru le front de nos compagnies et a voulu se rendre compte par lui-même de notre instruction militaire. Il n’a pas l’air commode notre général en chef ! Il m’a fait une peur du diable quand il s’est approché de moi et m’a regardé dans le blanc des yeux en me demandant qui avait cousu mes galons. « Le tailleur de la compagnie, mon général. » « Vous lui direz que c’est un f… c… » Et se tournant vers un officier. « Faites-moi changer de direction à cette compagnie, de pied ferme d’abord, puis en marchant. » L’officier a tiré son sabre et a pris le commandement de la compagnie. Il nous a fait faire à droite, il nous a fait faire à gauche, il s’est troublé et s’est mis dans un tel embarras que le général qui se tirait la moustache en roulant des yeux épouvantables, a fait un n. d. D. qui a jeté la panique dans nos rangs. Et ça été tout. Il était fixé. Et nous sommes rentrés dans nos cantonnements morts de faim et de froid. […].

Besançon, 29 octobre, samedi

103[…]. Depuis trois jours nous faisons un rude apprentissage de la vie de soldats en campagne. […].

  • 31 L’usage de la tente-abri provient de l’Armée d’Afrique. Ce type de bivouac permet de conserver l’un (...)

104Nous campons pour la première fois ; nous ne fûmes pas longs à dresser nos petites maisons de toile et à étendre sur le sol une épaisse couche de paille enlevée aux fenils du voisinage. La nuit venue nous sommes ici en rampant dans notre « modeste et simple asile » et nous nous y sommes ainsi à la manière des tailleurs. […]. Généralement nous campons à quatre. Nos sacs placés à une extrémité de la tente, nous servent de traversins. Comme toutes les tentes, la nôtre a la forme d’un prisme triangulaire tronqué dont la base est un rectangle de 1 m 70 environ de longueur sur 1 m de largeur et dont la hauteur mesurée de la base à l’arrête supérieure a également 1 m ; un bâton placé verticalement à chaque extrémité pour soutenir la tente, est piqué à chaque angle de la base, quatre toiles se boutonnant ensemble, en avant et en arrière, une corde fortement tendue pour assujettir le tout, voilà pour la charpente. C’est simple, léger et d’un pittoresque aspect. Nous couchons toujours naturellement dans le sens de la plus grande longueur. On est bien un peu gêné, mais on se tient chaud31.

105Hier, 28, à quatre heures du matin nous levions le camp. Il faisait froid et nuit noire ; nos toiles de tente étaient imbibées d’eau et lourde ; nos sacs défaits et leur contenu, répandu à travers la paille, impossible à retrouver. […].

106Nous sommes rentrés à Besançon par Corcelles-Ferrières et la grande route de Langres. […].

107Des éclopés, des traînards, des malheureux sans chaussures, sans pain et sans argent, couvraient la route. Quelques-uns mendiaient. Les voitures régimentaires étaient remplies de soldats malades. […].

Quatre vents, dimanche 30 octobre

108Il résulte de notre reconnaissance armée de ces deux derniers jours, que les Allemands ont complètement évacué les environs de Besançon. Ils ont dû repasser l’Ognon. Leur présence ici n’était qu’une feinte. Le gros de leurs forces se dirige sur Dijon. […]. Pendant les 28 et 29 on ne nous a fait aucune distribution et cependant un convoi de vivres nous suivait et est entré à Besançon dans un état de pourriture complet. […].

Lundi 31 octobre

  • 32 Bazaine a capitulé le 27.

109Une affreuse nouvelle se répand ici. Je ne m’étonnerai pas qu’elle fût de provenance allemande. Nos ennemis espèrent, sans doute, par ce moyen semer la défiance et le découragement parmi nous. Non, non, cela n’est pas possible. Bazaine n’a pas pu livrer ses 200 000 soldats. Il luttera jusqu’au bout, il sortira bientôt du cercle de fer qui l’enserre. Bazaine trahir ! Bazaine capituler ! Un maréchal de France ! Allons, je ne puis ajouter foi à de pareils racontars, cela n’est pas vrai32 ! […].

110Et nous sommes là plus de 20 000 hommes faisant l’exercice dans les terrains détrempés ! Et nous avons maintenant d’excellents fusils que l’humidité rouille et que la poudre devrait encrasser ! Des cartouches qui ne pourront bientôt plus servir tant elles seront mouillées !

Mardi 1er novembre

111[…]. Il n’y a plus de doute, le lâche a capitulé ! C’est écrit en toutes lettres, en lettres de sang sur les murs de Besançon. Puisse la flétrissure qui lui a été infligée rester gravée en caractères ineffaçables sur les murs de toutes les villes de France. Ah ! Il a raison, Gambetta, de proclamer « qu’un tel crime est au-dessus des châtiments de la justice ».

Mercredi 2 novembre

112C’est aujourd’hui le jour des morts. N’est-ce pas plutôt le jour de la mort de la patrie ! […].

Jeudi 3 novembre

113[…]. Nous entrevoyons une paix prochaine ; il ne nous semble pas possible que la guerre puisse continuer, car nous n’avons plus aujourd’hui que des armées mobilisées à la hâte, mal équipées, mal organisées et mal disciplinées. […]. Le tiers de la France est maintenant envahi. […].

Lundi 7 novembre, huit heures du soir

  • 33 Le 5 novembre, le Journal Officiel annonçait l’échec des négociations d’armistice menées par Thiers (...)
  • 34 À Chateaudun, environ un millier d’hommes sous le commandement du colonel de Lipkowski ont tenu têt (...)

114[…]. C’en est fait, il n’y a plus d’espoir. L’entente n’a pu avoir lieu entre le gouvernement de la Défense nationale et le chancelier de la confédération du Nord. L’armistice a été rejeté, les hostilités vont continuer avec plus de vigueur que par le passé. Thiers, appuyé par les quatre grandes puissances neutres, l’Angleterre, la Russie, l’Autriche et l’Italie, n’a pu vaincre l’obstination de la Prusse qui a refusé le ravitaillement de Paris et veut s’annexer l’Alsace et la Lorraine33. Il ne faut plus songer qu’à vaincre ou à mourir. Châteaudun nous a montré ce que peuvent le courage et le patriotisme34. L’armée vaincue et chassée d’Orléans se reconstitue sous le commandement du général d’Aurelle de Paladines qui va bientôt repasser la Loire et reprendre l’offensive. Paris, où l’émeute a pendant un jour triomphé depuis l’hôtel de ville, ne veut pas capituler. Dans le nord, une nouvelle armée s’organise sous les ordres de Bourbaki. […].

115J’aurais voulu la paix, la paix qui m’eût rendu à mes anciennes et regrettées habitudes, à tant d’êtres affectionnés dont le souvenir se présente sans cesse à ma pensée ! Mais la paix honteuse, la paix sans conditions, jamais ! […].

8 novembre, mardi, campement de Quingey

116Nous sommes sous la tente. Un peu de paille apportée de loin, voilà notre lit. Toute la 1re division du 20e corps est campée là, à 1 km au sud de Quingey, sur la route de Lons-le-Saunier. Arrivée à Quingey à la nuit. Quelques bataillons avaient déjà dressé leurs tentes sur les deux rives de la Loire […].

Pierre, 11 novembre

117De la pluie, de la neige, du vent, de l’eau sur le nez, de la fumée dans les yeux, voilà pour la nuit dernière. Ce matin à cinq heures, quand nous nous sommes levés, il faisait un froid vif. Nos toiles de tente étaient imbibées d’eau glacée. Nous les avons fait passer sur nos feux de bivouac pour les sécher un peu. Que de peine pour les rouler et les mettre ensuite sur nos sacs dont le poids réglementaire s’est trouvé sensiblement dépassé ! Quelle misère quand il a fallu se lever, démonter sa tente, faire son sac, préparer la soupe ou le café par une nuit noire, à la lueur de nos feux de bivouac et par un froid qui rend tout bête. Puis soupe, riz ou café sont d’une propreté douteuse ; il faut boire et manger les yeux fermés. […].

Demigny, 16, mercredi

118[…]. Chagny est le centre d’un mouvement de troupes important. […].

  • 35 C’est à la suite de victoire de Coulmiers, le 9 novembre, qu’Aurelle de Paladines a pu entrer dans (...)

119Une dépêche du 11 novembre annonce que l’armée de la Loire s’est emparée, le 10, de la ville d’Orléans après avoir culbuté les 20 000 hommes de Von der Thann qui a abandonné ses malades et blessés, deux canons et quelques milliers de prisonniers35. La lutte a duré deux jours et on s’attend à une marche forcée d’Aurelle de Paladines sur la capitale. […].

17 novembre, jeudi

120[…]. Nous avons reçu un ordre de départ pour cette nuit à minuit. […]. Les armées allemandes commandées par le prince Frédéric-Charles se dirigent à marche forcée sur la Loire qui va devenir le théâtre principal de cette lutte à outrance de la race latine contre la race germanique. […].

Nevers, 18 novembre, 10 heures du soir

121[…]. La ligne de Chagny est encombrée de trains qui transportent des troupes du côté d’Orléans pour les réunir à celle de la Loire et tenter un coup décisif pour débloquer la capitale.

Gien, le 20 novembre

  • 36 Crouzat a remplacé Cambriels.

122[…]. Ce matin nous avons rejoint le bataillon campé à l’ouest de la route de Bourges, à 60 km d’Orléans, en face de Gien dont le vieux château semble encore protéger la ville. Depuis hier, le 20e corps toujours commandé par le général Crouzat composé des divisions de Polignac, Thornton et Ségard, fait désormais partie de l’armée de la Loire36.

Gien, 21, lundi, sous la tente

  • 37 L’armée de la Loire qui ne comptait que les 15e et 16e corps est renforcée par les 17e, 18e et 20e (...)

123Gien et tous les villages environnants ne sont plus qu’un vaste camp où de nouvelles troupes arrivent à chaque instant. Nous sommes 30 à 35 000 hommes abrités sous la petite tente. Rien de plus animé et de plus pittoresque que l’immense plaine qui borde la rive gauche de la Loire. Cavalerie, infanterie, artillerie, train des équipages se croisent et se mêlent. C’est un brouhaha indescriptible. Toute la France est représentée par ses enfants. Nous autres Bressans fraternisons avec des Gascons et des Auvergnats ; le Limousin, le Corrézois et le Marseillais fraternisent de leur côté avec le Savoyard, le Champenois, le Vosgien et le Jurassien. Les mobiles de la Loire forment le 11e régiment de marche, ceux du Jura le 55e, ceux de la Haute-Garonne le 24e, de la Haute-Loire le 67e, des Deux-Sèvres le 34e. Nous avons aussi des mobiles de la Meurthe, de la Corse, des Pyrénées-orientales, du Cher ; un bataillon de gardes nationales mobilisé de Chalons, des volontaires du Doubs ; un bataillon de la Drôme, un du Tarn-et-Garonne, deux des Basses-Pyrénées ; une compagnie des mineurs de la Loire, une du génie de Mâcon, les éclaireurs du colonel Keller, ceux du commandant Bourras, trois bataillons du 3e régiment de zouaves reconstitué ; un régiment de lanciers, un de chasseurs à cheval, plusieurs régiments d’artillerie. Nous rencontrons aussi quelques turcos, des spahis et des Arabes grelottent dans les coins de rue et cherchant un rayon de soleil en se drapant dans leurs burnous. On entend tous les patois, on parle tous les dialectes et nous n’avons tous qu’une seule pensée : délivrer Paris, sauver la France37. […].

Camp de Ladon, 24 novembre, sept heures du soir

124Nous avons enfin reçu le baptême du feu. Depuis ce matin nous sommes en contact avec l’armée du prince Frédéric-Charles dont le quartier général est, croyons-nous, à Pithiviers. Notre ligne de bataille s’étend de Montargis à Châteaudun. À l’extrême droite du 18e corps commandé par le colonel Billot ; puis notre 20e corps, général Crouzat ; à l’aile gauche le 15e massé devant Orléans sous le commandement de des Pallières et les 16e et 17e corps entre Patay et Châteaudun sous les ordres des généraux Chanzy et de Sonis, en tout 160 000 hommes.

  • 38 Il y a de gros problèmes de discipline dans l’armée de la Loire. À partir de la mi-novembre, le gén (...)

125Le 22 novembre tout le 20e corps, campé sur la rive gauche de la Loire, en face de Gien, passait sur le vieux pont et s’engageait sur la route d’Orléans. Avant de prendre notre ordre de marche, nous eûmes la douleur de défiler devant le cadavre d’un malheureux mobile de la Haute-Loire qu’une cour martiale implacable avait condamné la veille. La vue de ce pauvre garçon étendu sanglant au pied d’un saule, contre le talus de la digue du fleuve, me causa une profonde impression de tristesse et de pitié38. […].

25 novembre, vendredi matin

126Nous sommes restés hier de quatre heures du matin à sept heures du soir sans manger, le sac au dos, marchant dans des terres labourées, dans les vignes, franchissant les fossés et les haies, courant au travers des bois. Le soir nous étions épuisés.

  • 39 Deux avant-gardes du 20e corps se sont heurtées à des éléments du Xe corps prussien le 24.

127Nous sommes revenus ce matin sur les positions de la veille. Nous avons formé les faisceaux et nous attendons l’ordre de marcher39.

128Les Allemands ont subi hier un échec très sérieux. Le 18e corps a soutenu une lutte vigoureuse entre Ladon, Maizières et Féville. Le 20e corps, bien moins engagé, a quand même donné des preuves du bon esprit qui nous anime tous. […].

  • 40 En octobre, Gambetta a acheté 50 batteries d’artillerie de campagne en Angleterre dont les première (...)

129Nous avons du courage ; nous sommes plein d’ardeur ; secondés par une excellente artillerie et quelques mitrailleuses, nous apprendrons bientôt à ces rustres d’au-delà du Rhin, redoutables surtout par leur brutalité, que si la discipline nous fait défaut la vaillance n’est pas leur apanage40. Nous avons fait notre première étape sur Paris. […].

26 novembre, samedi

130Toute la nuit dernière nous avons été aux avant-postes dans une ferme, du côté du village de Fréville. Rien ne peut donner une idée de notre insouciance. J’ai fait une ronde à une heure du matin et j’ai trouvé quelques-unes de nos sentinelles en train de se chauffer auprès d’un bon feu qu’elles n’avaient pas même pris la peine de dissimuler. […].

27 novembre, dimanche

131Nous sommes aujourd’hui campées tout près du château des Marais, aux environs du village de Monthiar. Nous changeons chaque instant de lieu de campement, mais notre régime ne change pas. Le pain n’arrive plus jusqu’à nous. On nous distribue des biscuits qui ont été fabriqués à l’époque de la guerre de Crimée et du lard qui nous donne une soif que toutes les cantines de division ne peuvent satisfaire. Notre petite tente ne nous garantit ni de la pluie ni du froid. […].

Bois-Commun, 29 novembre, mardi

  • 41 Le récit qui suit présente l’engagement des mobiles de Saône-et-Loire lors de la bataille de Beaune (...)

132[…]. Cette journée du 28 restera éternellement gravée dans ma mémoire41.

133À quatre heures du matin le clairon a sonné le réveil. En un clin d’œil le café était préparé et les toiles de tente placées sur le sac. Avant le jour nous étions rangés en bordure, le long du chemin qui conduit à Bois-Commun. Une grande animation régnait dans le camp ; les officiers d’ordonnance portaient partout les ordres de leurs généraux. Les bataillons prenaient des allures pressantes ; les fourgons et l’artillerie roulaient avec fracas ; une batterie de mitrailleuses vint à passer au galop des chevaux ; l’officier qui la commandait nous dit en nous montrant du doigt la direction nord : « À tout à l’heure les enfants ! »

134Au moment où le bataillon se mit en marche, un coup de canon se fit entendre sur notre droite dans un certain éloignement. Je frissonnai. Nous arrivâmes sans encombre à Bois-Commun. Beaucoup de braves femmes debout sur le pas de leur porte se signèrent en nous voyant passer ; évidemment pour elles nous allions à la mort mais nous y allions gaiement.

135À huit heures, nous étions rangés en bataille sous les platanes dénudés de la promenade du village. De gros nuages gris noirs couraient dans le ciel. Le vent de la traverse gémissait dans les arbres et les buissons. Toute cette nature était profondément triste. Nous eûmes un moment de repos. Chacun se mit en devoir de grignoter qui un biscuit d’ordonnance, qui un morceau de fromage enlevé à la force du poignet à la cantinière ou un reste de porc distribué la veille.

136À huit heures et demi, le colonel Brissac, commandant notre brigade, réunit nos officiers et leur donna discrètement des ordres. Cela avait l’air d’être sérieux. Le colonel penché sur son cheval montrait aux officiers la direction que nous allions prendre ; ceux-ci écoutaient de leurs deux oreilles, regardaient dans la direction indiquée, portaient la main à leur sabre, se faisaient répéter les ordres et finalement ne paraissaient pas tranquilles du tout.

137La conférence terminée, le bataillon se mit en marche à travers champs, tantôt en colonnes, tantôt en ligne de bataille, mais toujours précédé de tirailleurs.

138À notre gauche, le village de Saint-Michel nous apparaît ; le petit cimetière est occupé par des mobiles massés derrière les murs.

139À droite le canon tonne à des intervalles de plus en plus rapprochés.

140Nous arrivons, marchant par le flanc, tout auprès d’une grande ferme et d’un moulin que les Prussiens viennent d’abandonner précipitamment. Halte ! La 6e compagnie est déployée en tirailleurs ; elle couvre le bataillon. Quelques obus éclatent sur nos têtes et ne nous font aucun mal.

141Au bout d’un moment nous rallions la colonne. Deux autres compagnies prennent possession d’un bois et sont également saluées par le canon de l’ennemi que nous ne voyons toujours pas. Voici un blessé. Le pauvre diable est emporté sur une civière et ne donne pas signe de vie. Le canon maintenant faire rage ; les mitrailleuses déchirent l’air de leur grincement sinistre. En avant ! Il est midi et demi et toute la brigade formée en colonnes. Notre bataillon est en tête et la 4e compagnie, capitaine Tronc, marche la première. Nous débouchons tout à coup en vue de l’ennemi qui occupe Beaune dont le beau clocher et les maisons se détachent à l’extrémité de la plaine que nous avons à traverser. Ni bois, ni buissons ne peuvent plus nous dérober. Pas moyen de se défiler. À droite, à gauche, en avant la fusillade qui est vive, pressante ; les lignes de tirailleurs avancent lentement suivies de nos colonnes qui débouchent de tous côtés.

142L’ennemi surpris se replie en toute hâte dans le village suivi de près par les mobiles du Haut-Rhin qui pénètrent après lui.

143L’air est sillonné d’obus qui passent en sifflant et vont labourer le terrain sans nous atteindre. Nous avançons toujours. Les Allemands sont cachés dans les premières maisons du village. Tout à coup quelques balles bourdonnent à nos oreilles ; toutes les têtes s’inclinent comme des épis sous le vent ; nous éprouvons un peu de surprise et de crainte. La musique du régiment de la Haute-Garonne joue la Marseillaise ; le bataillon prend le pas gymnastique ; les balles pleuvent dru ; tout autour de nous le terrain est soulevé par les obus qui éclatent et sifflent horriblement. On crie : « Couchez-vous ! », « En avant ! ». Le bataillon se couche, se relève, prend le pas gymnastique, s’arrête. Maintenant nous marchons sur des blessés et sur les cadavres de zouaves engagés avant nous. Le capitaine Michelin tombe mortellement frappé ; il est à genoux, appuyé sur le bras gauche. Au moment où je passe, il s’écrie : « En avant ! Vengez-moi, mes enfants ! » Nous franchissons un large fossé où sont entassés mourants et blessés ; nous y tombons pêle-mêle et quelques-uns y trouvent momentanément un abri contre la mitraille.

144Le bataillon s’arrête dans son élan, se blottit derrière deux ou trois maisons, à 300 m du village et se fait aussi petit que possible ; à droite, les zouaves tiraillent sur les Allemands.

145En ce moment, les mobiles de la Haute-Loire et de la Haute-Garonne avancent rapidement ; ils laissent derrière eux une longue traînée de morts et de blessés.

146Le lieutenant porte-drapeau de la Haute-Loire se tient debout pendant qu’autour de lui tout le monde est couché ; il brandit son drapeau et brave impunément les balles de l’ennemi.

147Une batterie a pris position à 100 m derrière nous ; elle canonne vigoureusement le village et cherche à nous frayer un passage ; ses obus passent sur nos têtes et sifflent sans interruption.

148Le 18e corps qui s’est fait attendre commence son attaque ; ses longues chaînes de tirailleurs tantôt debout, tantôt couchés, se déploient sur les douces pentes que couronnent à droite des moulins à vent.

149Elles avancent par échelon. Quelques maladroits nous tirent des coups de fusil, ce qui n’arriverait pas, si nous n’avions pas cinquante uniformes différents. Maintenant nous entourons les Allemands et la victoire nous paraît assurée. Le général Crouzat parcourt le champ de bataille avec son état-major ; le colonel Brissac est démonté, ses deux officiers d’ordonnance ont disparu.

150À trois heures quelques zouaves s’élancent à l’assaut ; ils sont criblés de balles et mis hors de combat ; quelques-uns néanmoins parviennent à pénétrer jusque dans la place qui était fortifiée par les Allemands dont nous apercevons les casques à pointe.

151Le capitaine Tronc, le sergent-major Bourgeois et quelques hommes de leur compagnie ont pénétré dans la maison qui nous abrite et tirent par les ouvertures.

152C’est ainsi que nous restons là sans bouger tout en suivant avec anxiété les péripéties du combat. Les débris d’une compagnie du troisième zouave placé derrière une maison peu éloignée de celle que nous occupons, cherchent à franchir l’espace de 50 m qui les séparent de nous ; quelques officiers s’y hasardent ; tous ou presque sont mortellement frappés sous nos yeux et se couchent pour ne plus se relever ; un jeune capitaine s’en vient expirer au milieu de nous. […].

153Poussé par des camarades, j’étais moi-même tombé avec tant d’autres dans cette fosse, où s’étaient réfugiés beaucoup de mourants et de blessés. Gauguin se désespérait et était convaincu qu’il était à tout jamais perdu. La position n’était plus tenable, les Allemands semblent s’acharner après nous. Précédé de Masson, je m’enfuis vers la maison où était réunie la plus grande partie du bataillon et dans l’intervalle je perdis mon képi qui me fut enlevé aussi promptement que la pomme sur la tête du fils de Guillaume Tell.

154L’inaction forcée dans laquelle nous nous trouvons, jette le trouble dans nos cervelles et désormais nous sommes incapables d’un nouvel effort.

155Du reste, le résultat de la journée ne faisait plus de doute depuis qu’on nous avait signalé l’arrivée de troupes fraîches venant de Pithiviers renforcer l’ennemi.

156La retraite commença sous une grêle d’obus ; le troisième zouave d’abord, la Haute-Garonne et la Haute-Loire ensuite. Notre bataillon attendait la tombée de la nuit pour se retirer, quand nous aperçûmes sur notre gauche quelques colonnes dont la marche était hésitante. Nous les prîmes pour des mobiles du Haut-Rhin. C’est alors que nous abandonnâmes la maison qui nous avait protégés.

157Depuis une heure, un immense nuage de fumée s’étendait par-dessus la ville ; des flammes jaillissaient à chaque instant des maisons qui s’effondraient avec des craquements que nous entendions très distinctement ; tout le ciel en était éclairé et le champ de bataille que nous traversions lentement, tantôt était illuminé de lueurs sinistres, tantôt était plongé dans la plus profonde obscurité.

158L’incendie devenait général ; des bruits étranges arrivaient jusqu’à nous ; c’étaient des cris confus, des clameurs éloignées ; c’était le canon qui protégeait notre retraite et tirait ses derniers coups ; c’étaient les grondements des caissons vides emportés par des chevaux effarés, nos bataillons en désordre qui s’appelaient, se ralliaient et s’éloignaient lentement ; nos clairons qui, trompés par des espions allemands, sonnaient la charge et ramenaient au combat des compagnies isolées ou égarées ; c’était encore le râlement des mourants que la fièvre consumait, les cris désespérés de nos blessés qu’on abandonnaient et, dans l’éloignement, les sons aigus des fifres et les roulements saccadés des tambours qui précédaient les colonnes allemandes dédaignant nos mobiles égarés.

159Nous nous arrêtâmes pendant un instant et nous pûmes voir à la lueur blafarde de l’incendie des patrouilles allemandes que notre présence n’avait pas l’air du tout d’intimider.

160Une fois le bataillon rassemblé, nous continuâmes à marcher dans la direction de Bois-Commun et il était minuit quand nous arrivâmes harassés à peu près à notre point de départ du matin, derrière le château du Marais, où nous campâmes sans ordre.

161Nous avions perdu dans cette journée environ le 1/10 de notre effectif.

162Au moment où le bataillon allait quitter définitivement le champ de bataille, je demandais quatre hommes de bonne volonté et accompagné de Masson, nous allâmes relever notre malheureux camarade Jouvenceau, qui demandait du secours. […]. Nous étions sans méfiance et nous continuions à remplir notre douloureuse tâche quand tout à coup les Prussiens nous apparurent à vingt pas. Nous nous regardâmes avec stupéfaction et n’échangeâmes pas une parole. Le temps de déposer Jouvenceau à terre et nous nous trouvâmes complètement entourés de soldats coiffés de casques à pointe, qui se mirent à nous regarder impudemment sous le nez. Les trois-quarts portaient toute la barbe. J’avais un mouchoir autour de la tête et je portais le sac et le fusil de Jouvenceau. Un officier s’approcha et me prenant par le bras : « Vorwärts ! Vorwärts ! » et comme nous ne bougions pas plus qu’une jeune fille il nous planta là et nos teutons continuèrent leur route.

163Nous reprîmes notre blessé qui poussait des gémissements à fendre l’âme et demandait sa mère.

164À peine eûmes-nous fait quelques pas que nous fûmes encore une fois cernés. Je détachais alors un de nos hommes pour aller prévenir le bataillon que l’ennemi était là tout près. Comme le bataillon ne bougeait toujours pas et que les patrouilles allemandes semblaient devoir se succéder sans interruption, glanant par-ci par-là quelques retardataires, j’allais moi-même prévenir le commandant et j’abandonnais ce pauvre Jouvenceau au moment où arrivaient de nouveaux détachements ennemis toujours précédés de leurs fifres et de leurs tambours battant la charge française. Je m’arrêtai un instant pour les voir défiler ; j’étais à quinze pas d’eux. Ils me prirent sans doute pour un blessé et je les regardais en curieux sans avoir conscience du danger que je pouvais courir. […].

165Lorsque j’ai rejoint le bataillon, je prévins le commandant Berthod et nous décampâmes.

29 [novembre], au soir

  • 42 Malgré la très nette supériorité numérique des Français, cette rencontre est une lourde défaite. Le (...)

166Quels ont été les résultats de la journée d’hier ? Nous nous attribuons la victoire ; nous aurions pris un canon à l’ennemi qui aurait abandonné la ville sans y avoir mis le feu42.

167Ce que nous savons, c’est que la lutte a été chaude et que nous avons combattu toute la journée contre les troupes du 10e corps allemand commandé, dit-on, par le général Voigts-Rhetz, qu’à trois heures, au moment décisif, le prince Frédéric-Charles est accouru de Pithiviers avec deux divisions du troisième corps et que c’est l’arrivée de ce renfort qui a déterminé le général Crouzat à faire opérer notre retraite avant d’avoir tenté un dernier effort contre Beaune […].

Chambon, 1er décembre, jeudi

  • 43 La date de référence du journal de Vadot pose problème car cette rumeur a pour origine une dépêche (...)

168[…]. Si nous en croyons les mauvaises langues, Gambetta et Freycinet commandent directement les 18e et 20e corps de Tours où ils ont installé leur état-major composé d’hommes aussi compétents qu’eux en fait de stratégie. Jamais on ne vit pareille confusion43. […].

Chambon, 2 décembre, vendredi

169Le sol est recouvert d’une mince couche de neige. Nous vivons comme des loups […]. Du côté d’Orléans le canon tonne furieusement. Nous ne savons rien de ce qui se passe là-bas […].

Même jour, trois heures de l’après-midi

170On se bat toujours à l’ouest ; le canon gronde sourdement et sans relâche. Depuis deux jours nous n’avons pas vu un seul officier supérieur. […].

Chambon, 3 décembre, samedi

171Stupete gentes ! Je suis nommé sous-lieutenant ! Les Prussiens n’ont qu’à bien se tenir.

172Le sabre du vaillant capitaine Michelin, mort au champ d’honneur, m’a été remis ce matin. Tel qu’il est, avec sa poignée en suivre et son fourreau en cuir noir, il me plaît. Je le conserverai religieusement comme un précieux souvenir de ce brave soldat.

173Je ferai désormais partie de la 7e compagnie, capitaine Cornet ; je remplace le sous-lieutenant Sassot nommé lieutenant. Martinet qui est venu m’apprendre cette bonne nouvelle, est très heureux de mon avancement. Il m’a en même temps fait savoir que je toucherai 400 francs d’entrée en campagne : c’est une vraie bonne fortune pour moi. […].

  • 44 Il s’agit de la bataille de Loigny au nord d’Orléans du 2 au 5 décembre qui se termine par une nouv (...)

174On n’est pas sans inquiétude sur le sort de l’armée de Chanzy. On s’est encore battu aujourd’hui du côté du 15e corps commandé par Martin des Pallières. Il me semble que les bruits de la grande bataille commencée depuis deux jours s’éteignent44. […].

Jargeaux, 5 décembre, lundi

175Hier matin, à six heures, le bataillon a été rassemblé par compagnie dans les terres détrempées et prenait la direction d’Orléans où il s’agissait d’arriver dans la journée. […].

Argent, 7 décembre

176Il fait un froid atroce. La neige partout. Nous sommes insuffisamment vêtus et nous campons à travers champs. Nos mobiles balaient la neige, font des feux de bivouac et passent des nuits glaciales simplement abrités par une mince toile de tente. Quelques-uns ont eu les pieds gelés, d’autres, ceux qui manquent d’énergie, ont été trouvés morts ce matin. […]. Nous manquons à peu près de tout. Les hommes murmurent ; quelques-uns disent tout haut ce que les autres pensent tout bas.

177Ce matin nous avons prêté l’oreille au bruit du canon que nous entendions dans la direction de Gien. Nous avons appris que c’était le 18e corps qui s’efforçait de mettre la Loire entre lui et les Allemands. Plus de doute, nous avons perdu successivement toutes les positions que nous occupions sur la rive droite ; Orléans a été saccagée par les Allemands ; l’armée du général d’Aurelle est coupée en deux et la retraite de nos 15e, 16e, 17e, 18e et 20e corps ressemble beaucoup à une déroute. […].

Même jour, soir

178[…]. Demain nous pousserons jusqu’à Bourges où nous pourrons nous ravitailler. Si l’on ne nous vient en aide nous serons bientôt en guenilles.

  • 45 Cet anti-gambettisme, venant de la troupe, est rarement mis en lumière et frappe d’autant plus qu’i (...)

179Aujourd’hui, il était vaguement question de la capitulation de Paris et de la paix prochaine. […]. Gambetta et son alter ego, de Freycinet, se sont rendus responsables de nos derniers désastres. On discute couramment cette question, le journal à la main45. On va jusqu’à les accuser de frapper avec trop de rigueur des généraux dont l’initiative a été en grande partie annihilée par les ordres venus de Tours et dont les soldats improvisés ont néanmoins fait subir des pertes cruelles à un ennemi redoutable. […].

Bourges, 10 décembre, samedi

  • 46 L’armée de la Loire est alors divisée en deux. Au nord sous le commandement de Chanzy et au sud sou (...)

180Nous bivouaquons dans les environs de Bourges. Il est question de former avec les débris des 15e, 18e et 20e corps, une nouvelle armée sous le commandement du général Bourbaki, ancien commandant de la garde impériale, le déserteur mystérieux de l’armée de Metz. Les 16e, 17e et 21e, sont, paraît-il, restés sur la rive droite de la Loire avec le général Chanzy qui opérerait une brillante retraite46. D’Aurelle de Paladines a été relevé de son commandement […].

  • 47 Gambetta n’avait ni ce titre, ni ce rang, étant « délégué du Gouvernement de Défense nationale à la (...)

181Le gouvernement de Tours a la panique ; il s’enfuit à Bordeaux. Si cela continue nous ne tarderons pas à le suivre, ni les Allemands non plus. Je crois que tout le monde perd la tête y compris le premier ministre47 qui était à Bourges et qui va prendre le commandement de la nouvelle armée de la Loire (!).

182J’écris dans un café de Bourges, rempli d’officiers de tous les grades. Leur scepticisme est aussi effrayant que les désastres sans nom que nous éprouvons coup sur coup. J’ai lu quelques journaux, ils ne m’ont rien appris. Rouen est occupé, ce qui n’empêche pas le gouvernement de nous annoncer le succès dans le nord. On cherche à nous tromper. […]. N’est-ce pas une folie que de vouloir continuer une lutte aussi inégale !

183Le bataillon a quitté Argent le 8 à quatre heures du matin. Une épaisse couche de neige couvrait les grandes plaines de la Sologne. À pareille heure, nous avions peine à nous rassembler. Les clairons sonnaient désespérément les refrains du bataillon.

184À Aubigny, nous nous sommes croisés avec les débris du 15e corps qui avait été chargé de protéger la retraite d’Orléans et de lutter jusqu’au bout contre les forces du prince Frédéric-Charles. Le spectacle que nous avons eu sous les yeux était lamentable. Ce n’était pas une retraite, c’était une déroute et une déroute presque hideuse. […].

185Les soldats ne reconnaissent plus leur chef et les chefs n’ont pas d’autre souci que de s’éloigner promptement de lieux témoins de tant de honte. Ces milliers d’hommes harassés, meurtris, désespérés, marchent dans un affreux désordre et fuient sans savoir où ils vont. […].

186Ce n’est que le lendemain, 9, à deux heures du matin, c’est-à-dire après 20 heures de marche dans la neige que nous sommes arrivés à Bourges.

187La fatigue des hommes était si grande que le quart seulement de l’effectif est arrivé à destination. Le reste dut s’arrêter en chemin et rejoignit dans la journée. Quelques hommes épuisés se couchèrent sur le bord de la route et furent retrouvés morts le lendemain.

188Quant à moi, j’ai pu arriver jusqu’aux portes de la ville. J’étais tellement brisé, les jambes me faisaient horriblement souffrir qu’en ce moment j’ai dû abandonner le bataillon qui est allé camper dans la neige. Il faisait un froid de 10 ° au-dessous de zéro. […].

Bourges, 11 décembre, dimanche

189[…] J’avais pénétré dans la maison de Jacques Cœur, quand une demi-douzaine de gardes nationaux qui jouaient et buvaient dans l’ancienne salle des marchés, m’ont barré le chemin et m’ont refusé l’entrée. […]. Il faut bien que j’avoue aussi qu’en dépit du galon que j’ai fait poser ce matin sur mes manches, mon singulier accoutrement ne peut guère imposer. Je suis équipé à la diable. Je porte une espèce de képi de collégien ; c’est tout ce que j’ai trouvé de plus vraisemblable. Mon sabre – celui du capitaine Michelin –, est bien démodé et ma pauvre vareuse ainsi que mon pantalon bleu sont râpés !… […].

12 décembre, lundi

190[…]. Tous les bras sont tendus vers Chanzy qui se bat avec succès contre les Allemands du grand-duc de Mecklembourg, un des lieutenants du prince Frédéric-Charles. Pendant ce temps nous pillons les trains d’approvisionnement en détresse à la gare de Bourges. Nos hommes ont maintenant tout ce qu’il leur faut.

Forêt d’Allogny, 14, mercredi

191Notre armée à peu près réorganisée par le peu confiant général Bourbaki s’est portée en avant du côté de la deuxième armée de la Loire et va probablement reprendre l’offensive. Nous bivouaquons dans les forêts d’Allogny et de St-Éloi, à 15 km au nord de Bourges. […].

15 décembre, matin

192Hier soir une mauvaise nouvelle circulait dans le camp : tous les hommes valides de 20 à 40 ans sont appelés sous les drapeaux. Le gouvernement va évidemment se charger de nourrir les femmes et les enfants !… Cette nouvelle levée de boucliers ne nous sauvera pas. […].

Trouy, 17 décembre

193[…]. Nous avançons, puis nous reculons, puis nous ne bougeons plus et finalement ce sont les Prussiens qui, sans coup férir, gagnent du terrain. Ils ont envahi la Bourgogne, la Normandie, la Beauce ; ils réquisitionnent les villes et les villages et lorsqu’ils ont bien bu et bien mangé ils s’attendrissent au souvenir de leurs petits-enfants ; ils pleurent comme des veaux et le lendemain ils fusillent leurs otages.

194Pendant ce temps, nos généraux obéissent aveuglément à nos ministres qui ne savent plus à quel saint se vouer. Gambetta est à Bourges où il prépare une nouvelle attaque du côté de Montargis.

Bois de Saincaise, 22 décembre, jeudi

195Depuis hier nous bivouaquons dans les environs de la gare de Saincaise, à quelques kilomètres de Nevers. Nous attendons l’ordre de partir.

23 décembre, vendredi

196Notre départ a été retardé. Le froid, la neige, le brouillard ont fait une nouvelle apparition. Nous souffrons horriblement de ce mauvais temps. L’autre jour, quand nous sommes arrivés ici à la nuit tombante, venant de La Guerche, nous n’avions pas le moindre grain de mil à nous mettre sous la dent. Quelques-uns avaient du pain gelé qu’il a fallu briser à coups de hache. Nous bivouaquons dans les bois et nous faisons de grands feux qui nous remplissent les yeux de fumée. […]. Nous dormions à tour de rôle. La neige qui tombait à flot nous couvrait les épaules. Nos souffrances se sont terminées par des larmes. […].

24 décembre, samedi soir

197Depuis cet après-midi je suis détaché à la gare de Saincaise où j’attends les ordres du général que je suis chargé de transmettre illico au commandant. Les trains se succèdent sans interruption et transportent de nombreuses troupes du côté de Chagny. La gare est encombrée de mobiles et de francs-tireurs. La plupart de ces derniers ne me disent rien qui vaille. […].

25 décembre, dimanche, gare de Saincaise

198[…]. Ce matin le thermomètre a marqué à la gare 19 ° centigrades au-dessous de zéro. […]. Une nouvelle concentration a lieu à Chalon et à Chagny. En dépit des défaites, des paniques et des souffrances de toutes sortes, la gaieté est toujours la compagne fidèle de ces braves mobiles. […].

199Tout à l’heure nous étions, quelques officiers, réunis autour du foyer d’une salle d’attente et l’un de nous lisait à haute voix un journal que nous a donné un camarade venant de Bourges et se rendant à Chagny.

  • 48 L’armée du nord a connu le succès le 24 à Pont Noyelles.

200Après une lutte acharnée, le général Chanzy a dû abandonner successivement toutes les positions qu’il occupait autour de Vendôme et se replier sur Le Mans. Le 21 décembre, l’armée du prince Frédéric-Charles est arrivée devant Tours et a lancé des obus sur la ville qui a arboré le drapeau blanc. Les Prussiens cantonnent à Blois et dans tous les villages environnants. Dans le nord, le général Faidherbe, commandant les 22e et 23e corps tient tête au général Manteuffel et gagne des batailles48. […]. Montmédy, Thionville, Strasbourg se sont rendus ; Mézières investi soutient vigoureusement un siège opiniâtre. À Belfort, le colonel Denfert inquiète les Allemands.

  • 49 Paragraphe sans doute réécrit.

201Partout où nous luttons, nous disputons pied à pied le sol sacré de la patrie aux armées de l’Allemagne coalisée49. Nos efforts les irritent et ils se vengent sur les villes ouvertes qu’ils rançonnent, les villages qu’ils incendient, les paysans qu’ils fusillent, les otages qu’ils traînent mourant dans les forteresses de Koënigsberg et de Rastadt. Ah ! Comme ils se vengent bien d’Iéna ! Comme on devine dans cette invasion longuement préparée, dans cette guerre de races, une vieille haine qui n’attendait que le moment favorable pour s’assouvir ! Quelle joie féroce pour ces victorieux qui jadis léchaient les bottes de Napoléon Ier !

26 décembre, lundi matin

202Nous sommes dans la jubilation. Le train est là et le bataillon, l’arme au pied, attend à quelques pas de la gare l’ordre de se précipiter dans les wagons.

203On m’a promis une permission de 24 heures. Louhans ! Louhans !

204Tous les amis vont bien. Les malades sont guéris.

205Ça y est, nous partons, adieu la Loire !

Chagny

206Le temps de jeter une lettre à la boîte, le vaguemestre m’en a remis une de mon père. […].

207Dans une heure nous serons à Chalon.

208De la neige, toujours de la neige !

209En route !

Nouvelle campagne de l’Est

210L’armée de l’Est est confiée à Bourbaki. Elle doit débloquer Belfort, menacer les communications allemandes et ainsi soulager Paris. Sa concentration se fait dans un désordre indescriptible. Elle connaît cependant deux succès, l’un à Villersexel le 5 janvier et l’autre le 15, à Héricourt, mais chaque fois, Bourbaki est incapable d’exploiter ces victoires. Il se replie dans des conditions terribles sur Besançon où il est cerné par Manteuffel. Les troupes sont démoralisées et affamées. Il ne lui reste plus qu’à prendre la route de Pontarlier pour faire interner son armée en Suisse.

Allerey, 28 décembre, matin

211Nous sommes à peine installés commodément qu’on vient nous prévenir que le bataillon quittera Allerey aujourd’hui à midi pour se rendre à Frontenard. […]. Tous les villages environnants sont encombrés de troupes : artillerie, cavalerie, infanterie, défilent toute la journée sur la grande route de Dol.

212Le froid est de plus en plus vif. Entreprendre une nouvelle campagne dans des conditions pareilles me paraît impossible. Il y a partout 20 cm de neige et les routes sont presque impraticables ; les chevaux s’abattent et les hommes mal chaussés, mal habillés, mal nourris souffrent et se plaignent tous. Les Prussiens ne sont pas plus favorisés que nous, il est vrai ; mais le moral, chez eux, est relevé par des victoires inouïes, tandis que le nôtre est profondément atteint par des défaites successives. Ne craignons pas de l’avouer, beaucoup parmi nous saisissent les moindres prétextes pour quitter le bataillon ; on est las, archi las, au moral comme au physique. […].

Même jour, Frontenard, huit heures du soir

  • 50 Vadot quitte en effet son unité pour Louhans deux jours et demi et la réintègre sans être inquiété.

213Le capitaine de Chaignon, commandant le bataillon par intérim, m’a signé ce matin une permission de 48 heures ; mais, hélas ! Le colonel Brissac à qui j’ai dû la présenter, l’a apostillée de belle manière : « Refusée, faire dire par un express à M. Berthod de rejoindre ce soir à Sernesse. » Ah ! Ma foi tant pis, je pars quand même. Advienne que voudra50 !

Dole, 1er janvier 1871, dimanche

214[…]. À quatre heures nous arrivâmes à Dole où nous trouvâmes une population remplie d’espérance et animée d’un profond sentiment de patriotisme. […].

Neuf heures, ce soir

215Quel temps affreux ! Il neige, il fait un vent glacial, les rues sont désertes. Nous partons demain. Les Prussiens sont signalés dans la vallée de l’Ognon du côté de Villersexel. Ils ont abandonné Dijon et se sont concentrés à Vesoul. Le 18e corps à Auxonne, le 20e à Dole et aux environs, le 24e à Besançon et les débris du 15e corps vont se porter du côté de Montbéliard, Héricourt, Villersexel et Vesoul. […].

216Notre 20e corps a pour commandant en chef le général Clinchant qui a remplacé le général Crouzat. Le général Clinchant commandait une brigade dans le troisième corps d’armée fait prisonnier à Metz. C’est un des rares officiers supérieurs qui ait refusé de capituler et qui soit venu remettre leur épée au service de leur malheureuse patrie. Notre bataillon fait toujours partie de la première division, général de Polignac et de la deuxième brigade, colonel Brissac. Cette dernière se compose de bataillons de la Haute-Loire, de la Haute-Garonne, du nôtre, de quelques escadrons de lanciers et de deux batteries d’artillerie.

217Notre général de division (Polignac) est un ancien officier de chasseurs qui prit du service aux États-Unis au moment de la guerre de Sécession où il devint brigadier général.

  • 51 L’armée de l’Est compte 140 000 hommes et 370 canons.

218La première brigade comprend des bataillons de la Loire et du Jura et le 85e de marche. Les trois divisions de notre corps d’armée ont un effectif de 25 000 à 30 000 hommes. On évalue à une trentaine de mille hommes également l’effectif du 18e corps. C’est donc en tout 70 à 80 000 combattants au moins qui vont tenter de débloquer Belfort et d’envahir l’Alsace51. […].

Loulans-des-Forges, 6 janvier, vendredi

219La fatigue, le sommeil insurmontable après l’étape, les difficultés d’installation m’ont empêché depuis trois jours d’écrire mon journal de marche. […].

220Le 5, à quatre heures du matin, nous reprenions notre marche en avant ; mais au point du jour nos têtes de colonnes prenaient contact avec l’ennemi. Nous nous attendions à une attaque dans la journée et c’est à travers d’immenses champs couverts d’un demi-pied de neige que nous avons pris nos places de combat […].

221Dans l’après-midi, le commandant Berthod, […] vint à passer. Quand il nous eût quitté, je me rendis avec mon capitaine dans un moulin voisin où nous trouvâmes quelques mobiles de la Loire mais où nous eûmes grand-peine à nous procurer un peu de pain et de fromage. Quelques-uns des mobiles qui se trouvaient là, étaient consumés par la fièvre ; ils étaient couchés sur le plancher de la chambre et la plupart avaient les pieds gelés et violacés : la chaleur leur faisait horriblement souffrir. L’un d’eux surtout, couché sur une table, se mourait de faim, de fatigue et de froid : ses pieds nus étaient noirs, ses vêtements en lambeaux. Je cherchais à le réconforter en lui faisant boire quelques gouttes de rhum. […]. Il est évident pour tous que nous nous disposons à livrer la bataille suprême. Notre général en chef est ardent, impétueux, il a sous ses ordres au moins 100 à 120 000 hommes.

  • 52 Dans un compte rendu donné au Petit Rennais [31 mars 1886, d’Augustin Bruté de Rémur, Les Vosges en (...)

222Ce sont des troupes jeunes, peu aguerries, peu formées à la discipline militaire mais ayant du courage et de la bonne volonté, décidées à tous les sacrifices52. […].

223Malheureusement la fatigue, les privations de toutes sortes, une affreuse température déciment le bataillon. Ma compagnie est réduite à 30 hommes ; d’autres compagnies n’auront bientôt plus ni officiers ni sous-officiers. Nous sommes partis 1 300, nous sommes aujourd’hui à peine 550. […].

224En général, les hommes de notre bataillon sont assez bien vêtus et bien chaussés ; mais il n’en est pas ainsi à beaucoup près dans d’autres où beaucoup sont couverts de haillons, laissant voir les chairs que le froid bleuit en attendant que la mitraille les déchire. Il n’y a pas d’expression assez énergique pour flétrir comme il convient ceux qui osent trafiquer ainsi de la santé, de la vie de nos camarades. Quelle honte pour cette France généreuse, si prodigue de son sang que l’existence de ces misérables qui spéculent avec son honneur et que nos souffrances ne touchent pas ! […].

Beveuge, 12 janvier, jeudi

225Depuis quatre jours nos corps d’armée se heurtent contre ceux du général Werder et les émotions, les alertes, les marches et contre-marches de la campagne de la Loire se renouvellent à chaque instant. Il fait un froid atroce et les pauvres diables qui n’ont que les souliers du gouvernement font pitié. Oh ! Les misérables fournisseurs ! […].

226Notre division appuyait fortement à droite. Entre Cux et Cubry, au château de Bournel se trouvait le grand quartier général. […].

227Nous devions nous rendre à Villargent.

228Le 24e corps à droite, le nôtre au centre et le 18e à gauche s’avançaient simultanément à la rencontre de l’ennemi. […].

229Le général Clinchant est à la tête de ses troupes et les enlève. Nous sommes maîtres du village de Villersexel, mais l’ennemi tient bon dans le château du duc de Grammont et on se fusille à bout portant […].

230Pendant que nous nous reposions, et que je me remettais de mes émotions, un horrible combat se livrait entre notre première brigade, quelques régiments du 18e corps (général Billot) et les Allemands embusqués dans les maisons et le hameau de Villersexel qui fut pris, repris et enfin brûlé.

231Ce n’est qu’à quatre heures du matin que nous avons été maîtres de la situation et que l’ennemi s’est retiré nous abandonnant ses morts et ses blessés. […]. Quand le lendemain, 10, nous avons traversé Villers-la-Ville, on répandait de la paille dans les granges où l’on allait déposer les blessés. […]. Le récit qu’on nous a fait du combat livré cette nuit est affreux. Avec une furie extraordinaire, nos soldats ont enlevé à la baïonnette le village et le château. Au fur et à mesure que les Allemands sortaient des maisons ou des caves, nos mobiles furieux les clouaient contre les murs. Leur cri était épouvantable, beaucoup sont restés cachés et mourant de peur dans les écuries et les greniers. Dans les rues, morts et mourants, Français et Prussiens gisaient dans le sang noir et coagulé. Des deux côtés les pertes sont grandes. Nous avons remporté une victoire signalée. Nos jeunes troupes inexpérimentées ont combattu les vieilles bandes de l’Allemagne. Courage ! La France surprise et trahie n’est pas encore humiliée ni vaincue ! Courage ! […].

232Ce matin, sur l’ordre du colonel, nous avons fait l’école de bataillon sur un beau tapis de neige. […]. Mon capitaine faisait fonction de chef de bataillon et moi je commandais la septième compagnie qui n’avait rien de mieux à faire que d’imiter servilement les autres, attendu que je n’ai jamais su un traître mot de théorie et que je perds la boussole aussitôt qu’on me sort dès « par le flanc droit, à droite » et « par le flanc gauche, à gauche ». Mon cher capitaine était superbe ; il était fier de voir que nous ne comprenions rien à son école de bataillon qu’il savait sur le bout des doigts ! […].

Champey, 14 janvier, samedi soir

233Nous avançons toujours en refoulant devant nous les Allemands. Aujourd’hui nous avons fait une étape fatigante dans la neige durcie par le froid et glissante comme un verglas. Par cette température de 15 ° au moins au-dessous de zéro nos cuisses nous font un mal de chien. […]. Avant la nuit nous prenions nos cantonnements à Champey, assez gros village encore occupé ce matin par les Allemands. Demain, 15, nos trois corps d’armée doivent prendre l’offensive à partir de neuf heures. Départ à sept heures. Ceignons-nous les reins et vive la France !

Champey, 15, 7 heures matin

  • 53 Le 15, Bourbaki engage ses 4 corps sur la Lizaine, une rivière qui coule à l’ouest de Belfort. Les (...)

234Attendons l’ordre de partir. Le bataillon est rassemblé. Il y avait plein de mobiles sous les armes. Le parc d’artillerie de réserve occupe le petit champ de foire de l’endroit. Nous avons avec nous de superbes pièces neuves se chargeant par la culasse. […]. Nous sommes accablés de fatigue, Nos rangs s’éclaircissent chaque jour de plus en plus. Pas d’enthousiasme, pas de cris, pas de chants : il semble que nous n’avons pas confiance dans notre force tant nous paraissons mornes, abattus53. […].

10 heures

235[…]. Nous voyons très distinctement les batteries prussiennes solidement établies sur le versant du mont qui se dresse de l’autre côté de la Lizaine. […].

236Le général Pallu de la Barrière, commandant de réserve, arrive avec son état-major et va droit devant lui malgré les avertissements du commandant Berthod qui l’a fait prévenir que les Prussiens sont en face et nous surveillent. Le général continue son chemin ; mais aussitôt que les premiers cavaliers de son escorte se montrent au sommet du monticule, près de l’arbre qui nous a tout l’air d’avoir été repéré par les Prussiens, une grêle d’obus tombe au milieu d’eux.

237Nous ne pouvons retenir nos exclamations. Des cavaliers sont démontés et les chevaux blessés s’enfuient dans toutes les directions. Une compagnie d’infanterie de marine qui s’était portée en avant à la suite du général, fait demi-tour et rentre dans le village de Coisevaux. Quelques hommes qui ont été blessés sont emportés par leurs camarades ; des cris de douleur parviennent jusqu’à nous. […].

238Sur le versant ouest du Vaudois a lieu la formation d’un rassemblement ennemi. Une de nos mitrailleuses donne en plein dans le tas et une douzaine de Prussiens reste étendue sur la neige ; tous les autres se sont éclipsés. Un quart d’heure à peine se passe et la même formation se reproduit. Une nouvelle décharge, de nouveaux cadavres et les Allemands entêtés reviennent une troisième fois conduits par leurs officiers ; enfin ils ne reparaissent plus. « N… de D…, s’écrie mon capitaine, voilà de rudes lapins ! » […].

16 janvier

239[…]. Même position qu’hier, même expectative, toujours 60 cartouches dans nos gibernes et pas un grain de mil à nous mettre sous la dent. Nos bissacs sont vides et les plus dégourdis n’ont rien trouvé à glaner aux environs.

240Point de nouvelles de ce qui s’est passé hier sur notre droite et notre gauche. Nous avons l’air ne pas savoir ce que nous avons à faire. Le commandement fait défaut. Les Prussiens occupent de formidables positions qu’ils ont armées avec des pièces de gros calibre. […].

Trois heures

241Toujours campés là sans pain ni biscuit. Les faisceaux sont formés. Nous ignorons complètement les résultats de la bataille engagée depuis hier matin. […].

Quatre heures

242Si cela dure nous sortirons d’ici sans avoir brûlé une seule cartouche. Je rode dans le bois comme une âme en peine pendant que mes camarades se morfondent autour de feux à moitié éteints. L’intendance ne donne plus signe de vie. Les biscuits font prime.

17 janvier, 10 heures

243Hier au soir nous avons quitté notre bois de chênes et nous sommes descendus à Verland où nous avons passé la nuit dans un pêle-mêle qui n’avait rien de commun avec les prescriptions du service en campagne. […].

Trois heures

244Ma compagnie est de grand’garde à l’extrémité du bois communal. Elle occupe une petite tranchée-abri protégée par des abattis d’arbres. Devant nous à droite, quelques maisons où nous ne voyons pas un chat ; à un kilomètre environ, toujours à droite, Héricourt, la clé de la position ; à notre gauche, des terres, le village de Couthenans que nos troupes ont dû fortifier, quelques tirailleurs errants qui font mine de s’avancer sur nous au matin ; nos moblots trop pressés leur ont envoyé quelques coups de fusil qui n’ont servi qu’à révéler notre présence. […].

18 janvier

245Nous venons de rendre les derniers devoirs à notre camarade le capitaine Pernaton, mort au champ d’honneur, ce matin, à sept heures. […].

Deux heures, soir

  • 54 L’organisation de la Landwehr permet de disposer d’un million de réservistes à la déclaration de gu (...)

246Nous avons ramassé les blessés et enterré les morts ; un vieillard à barbe blanche était parmi ces derniers ; c’est un Poméranien né à Stettin en 1810, ainsi que l’indique son livret54. […].

Verlans

247J’écris ces quelques lignes à la lueur d’une bougie piquée sur un banc de l’église du village. Plusieurs centaines d’hommes sont cantonnés dans l’église trop petite pour nous contenir tous. Gascons, Auvergnats et Bressans sont confondus pêle-mêle ; officiers, sous-officiers et soldats couchent sur les mêmes bancs, côte à côte. Un affreux désordre règne ici. À l’extérieur c’est encore pire. Les mobiles qu’on n’a pu faire cantonner bivouaquent, font des feux dans tous les coins, brûlent tout ce qui leur tombe sous la main. […].

Onans, 19

  • 55 Bourbaki a décidé de se replier pour protéger le chemin de fer entre Besançon et Belfort qui est vi (...)

248Nous sommes en pleine retraite, toutefois ce n’est pas encore la déroute et Gambetta peut affirmer sans mentir que nous nous replions en bon ordre55. […].

249Dans les bois de Coisevaux un bataillon de mobiles du Cher a défilé sous nos yeux et nous a montré jusqu’où peuvent aller la cupidité des fournisseurs ou l’incurie de nos concitoyens. Les trois quarts de ces malheureux avaient les épaules et les jambes nues. Pantalons, vareuses, capotes, tout était en lambeaux. Ils avaient les pieds nus dans des souliers dont les semelles et les tiges étaient réunies par des morceaux de ficelle. La plupart s’étaient enveloppés les jambes dans leur petite couverture brûlée et trouée. […].

Romain, 20 janvier

250Depuis longtemps nous n’avons été si bien traités. Les gens qui nous logent ce soir se mettent en quatre pour nous rendre service et nous faire oublier nos inoubliables fatigues. […]. Nous les avons eu toute la journée sur les talons ces maudits chiens d’Allemands, descendants des barbares que Philippe-Auguste avait si bien rossés à Bouvines. […].

21 janvier, samedi

251[…]. Le découragement est général ; nous sommes harassés ; on accuse tout haut les généraux et nos gouvernants.

Montarmot près de Besançon, 24 janvier, mardi

252Depuis hier, nous sommes sous les murs de Besançon où se trouve rassemblée presque toute l’armée de l’Est, dont les souffrances ne se peuvent raconter, non plus que le désordre. Il n’y a plus de commandement, plus de discipline ; quelques régiments sont en débandade et les soldats qui ont passé deux jours et deux nuits sans vivres, les pieds dans la neige, mendient de village en village, de porte en porte sans souci des Allemands. […].

253Avant-hier nous nous sommes croisés, près du Val de Roulans, avec une fraction du 18e corps […]. Un homme de leur compagnie venait d’être fusillé ; il était encore étendu sur le terrain, ses vêtements tachés de sang, pendant que ses camarades faisaient sa fosse à quelques pas […].

254La France est vaincue, à bout de force ; elle n’a plus d’armée à opposer à l’invasion allemande ; les dépêches de Bordeaux et les journaux dévoués à Gambetta mentent impudemment. La tentative faite pour délivrer Belfort et envahir l’Alsace a complètement échoué : les 50 000 hommes de Werder ont opposé une insurmontable résistance aux 120 000 hommes de Bourbaki décimés par les maladies.

255Disons-le bien haut à tous les orateurs, à tous les politiciens qui font de la stratégie au coin de leur feu et la guerre à coups de proclamation ; on trompe le pays, la France ne peut continuer la lutte, la guerre à outrance est une folie !

256Nous avons vu les choses de trop près pendant ces funestes et glaciales journées du 15, 16, 17 et 18 ; nous savons trop bien ce que peuvent nos ennemis qui possèdent une artillerie formidable, pour que nous puissions avoir encore la moindre illusion. Vouloir continuer la lutte, c’est faire acte de démence.

257La France élèvera-t-elle enfin la voix ou continuera-t-elle à accepter les ordres de ces hommes en qui tous les patriotes ont espéré jusqu’à cette malheureuse campagne de l’Est ?

258Le pays aura-t-il toujours foi en de futures victoires que le mauvais armement, les rapines des fournisseurs et l’incapacité des chefs rendent impossibles malgré l’audace et l’orgueil insensé du gouvernement.

259Que ceux qui n’ont pas vu les champs de bataille ; que ceux qui n’ont pas souffert cruellement du froid et de la faim ; que ceux-là prêchent la guerre à outrance ! Ils obéissent peut-être à un mot d’ordre, mais ils ne nous empêcheront pas de dire qu’ils sont fous, fous à lier !

260Pendant ces quatre jours, les Allemands nous ont vus impuissants ; ils ricanaient en nous accablant de leurs obus et nos officiers tremblaient de rage en voyant l’insuffisance de leurs canons. Et l’on parle de recommencer ! Et la France silencieuse n’a pas la force de secouer le joug. J’ai des larmes dans les yeux, j’ai l’âme navrée en face de ce spectacle ; la patrie souillée, ruinée par l’étranger, incapable de faire un effort pour renvoyer à leur club ces hommes qui la perdent et qui laissent spéculer sur ses malheurs et son déshonneur.

25 janvier

261Plus de vingt de nos départements sont envahis ; l’armée allemande se rapproche de nous et bientôt Besançon sera investi au nord par le général Werder, au sud par le général Manteuffel.

262Toute l’armée de l’Est est cantonnée le long du Doubs et attend des ordres pour continuer son mouvement de retraite du côté de Lyon. […]. Une partie de l’armée traverse Besançon et gravit les pentes du Jura du côté de Pontarlier.

263Depuis quelques jours je me sens plus fatigué. Je ne supporte point de nourriture ; je sens que mes forces vont en baissant. Je ne voudrais pas aller à l’hôpital où on est affreusement mal et où l’on meurt de faim. […].

  • 56 Note manuscrite de Vadot : « Le reliquat, soit 300 francs 75, a été versé plus tard par le lieutena (...)

264Les autres officiers du bataillon ne valent pas mieux que moi. Quelques-uns ont déguerpi ; le lieutenant Bruchon qui a rempli pendant quelque temps les fonctions d’adjudant major, a abandonné le 23 la sixième compagnie. J’en ai pris le commandement le même jour avec 500 francs 75 à l’ordinaire dont seulement 200 m’ont été remis56. […].

26 janvier, jeudi

265J’ai reçu aujourd’hui la lettre numéro trois de ma chère Jenny. Elle vante mon courage, elle est fière de mon patriotisme ; elle croit encore que nous allons sauver la France. Du courage, du patriotisme, quelle amère dérision ! Oui, nous avons eu de tout cela, mais, aujourd’hui… Aujourd’hui, nous n’avons plus qu’un espoir : la paix prochaine ; qu’un désir : voir la fin de la dictature de Gambetta.

St-Ferjeux, 27 janvier

  • 57 C’est le 26 que Bourbaki a tenté de se suicider après avoir donné l’ordre de prendre la route de Po (...)

266[…]. Une grave nouvelle nous est parvenue aujourd’hui : le général Bourbaki désespéré se serait fait sauter la cervelle, hier, d’un coup de revolver57. Tant pis ; ce fut sans contredit un brave et énergique soldat mais la tâche qu’il avait à accomplir fut au-dessus de ses forces ; soyons justes, son armée n’avait pas assez de solidité ni d’expérience et les chefs ont manqué de confiance en leurs soldats.

267Nous sommes quasi sans nouvelles du reste de la France ; cependant nous avons appris aujourd’hui que Jules Favre est à Londres, que Gambetta a quitté le pouvoir, que Thiers lui succède et qu’un Congrès pour la paix va se réunir au-delà de la Manche. Si cette assemblée de plénipotentiaires des principales puissances n’impose pas sa volonté à l’Allemagne enivrée par des succès inouïs, une guerre européenne est inévitable et il en sortira peut-être le triomphe de la France. À la grâce de Dieu ! […]. Nous apprenons à l’instant que notre brigade va suivre le mouvement des autres divisions du 20e corps et se porter du côté de Pontarlier, puis à Gex et à Lyon […].

Tille-le-Roy, le 28 janvier, samedi

268[…]. C’est notre général de division Clinchant qui a pris le commandement supérieur de l’armée de l’Est en remplacement de Bourbaki qui n’est pas mort des suites de son coup de pistolet.

269Un journal de Besançon parle dans des termes vagues de la question d’armistice. Les nouvelles qui nous arrivent de l’armée de l’Est sont peu rassurantes. Les montagnes sont couvertes de neige et nos mobiles dénués de tout, abandonnent successivement les défilés du Lomon et les cols du Jura. Jour et nuit ils sont harcelés par les colonnes du général Werder.

29 janvier, Besançon

270Le commandant Berthod m’a signé ce matin une permission pour me rendre à Besançon et y passer la visite du médecin. À l’ambulance Saint-Paul, le médecin en chef m’a déclaré malade et le médecin de service m’a autorisé à évacuer l’ambulance. J’ai accepté l’hospitalité de M. Borel qui n’a pas voulu entendre parler, pour moi, de l’hôpital. M. Borel est suisse d’origine ; il aime la France et sa maison nous est largement ouverte.

271La neige n’a cessé de tomber aujourd’hui à gros flocons ; la malheureuse armée de Clinchant ne doit savoir où s’abriter. Décidément le ciel n’est pas avec nous.

30 janvier

272Hier soir on a publié à Besançon une dépêche annonçant la reddition de Paris, en même temps que la signature d’un armistice de 21 jours et la réunion prochaine d’une constituante. Ce sont les indices d’une paix prochaine. […].

273Et reportant ma pensée en arrière, je voyais toutes nos victoires suivies d’irrémédiables défaites, sur la Loire, dans le nord et à l’Est de la France ; je voyais nos généraux, confiants d’abord, vainqueurs avec leurs troupes inexpérimentées, puis désespérés et abandonnés par ceux qui seuls étaient coupables ; je voyais nos armées décimées, nos départements envahis et le roi de Prusse se faisant couronner empereur d’Allemagne dans le château de Versailles, dans le palais du grand roi. Quelle humiliation !

31 janvier, mardi

274Nous avons de mauvaises nouvelles de l’armée de l’Est. Un combat a eu lieu aux environs de Pontarlier, 29, et nos troupes se sont débandées. Nous sommes complètement démoralisés ; nos soldats manquent de tout et c’est par centaines qu’ils meurent dans les granges ou dans la neige.

  • 58 Jules Favre comptait encore sur une possible victoire française dans l’Est pour repousser les exige (...)

275M. Borel vient de m’apprendre que les départements de l’Est ne sont pas compris dans l’armistice, Jules Favre aurait oublié que 100 000 Français, épuisés par les combats, par les marches, les maladies, s’efforcent encore de lutter avec les Allemands dans les départements de la Côte d’Or, du Jura et du Doubs. L’armistice n’existerait pas pour eux. Ils ne sont pas assez humiliés, vaincus, il faut qu’ils périssent par la famine et par le froid. On ne peut croire ici à une pareille légèreté de la part des négociateurs français. Ce n’est plus de l’incurie, c’est de la trahison58.

1er février, mercredi

276Je viens de rejoindre le bataillon que j’ai trouvé occupant en partie St-Ferjeux. Nous avons un grand nombre de malades […]. Il n’y a plus à en douter, l’armistice ne s’étend pas à l’armée de l’Est dont le mouvement sur l’Ognon a été arrêté par le général Manteuffel. Le général Clinchant n’a plus, dit-on, d’autre alternative que de passer en Suisse.

2 février, jeudi

  • 59 Les électeurs sont convoqués le 8 février.

277Un décret en date du 31 janvier convoque les électeurs pour nommer les représentants du peuple à l’assemblée nationale59. Une dépêche de Gambetta rejette sur Jules Favre toute la responsabilité de l’erreur commise au sujet de l’armistice et de notre malheureuse armée de l’Est. Enfin, le gouvernement de Bordeaux prêche la guerre à outrance et s’insurge contre le gouvernement de Paris. C’est la guerre civile après la guerre étrangère. C’est la honte après l’humiliation.

Frasnois, 4 février, samedi

278[…]. Je n’ai plus d’espoir, voilà tout. […].

5 février, dimanche

279Aujourd’hui je n’ai pu quitter la chambre […]. Le commandant Berthod est venu me voir ainsi que Martinet. Ils m’ont appris que toute l’armée de l’Est était internée en Suisse. Pauvre, pauvre France ! […].

  • 60 Ces pointillés, figurant au texte imprimé, suggèrent une coupure volontaire ou imposée dans la tran (...)

280……………………………………………………………60.

Louhans, 9 mars

281Hier nous avons quitté Besançon à 11 heures du matin, par le premier train emmenant les blessés et les malades qui encombrent les hôpitaux.

282[…]. Malheureusement les gares étaient occupées par les Prussiens et à chaque instant nous apercevions le long des routes, des patrouilles allemandes qui nous regardaient passer. […].

283À notre arrivée à l’hôtel de la Cloche, de jeunes Poméraniens s’emparèrent de Parizet et de moi et voulurent, malgré notre résistance, nous aider à monter au premier. L’hôtel était rempli d’officiers allemands qui me questionnèrent et auquel je ne voulus rien répondre. À quatre heures la musique militaire allemande se fit entendre sur la place, en face de la statue du général Lecourbe ; aussitôt tous les magasins se fermèrent les Allemands durent se contenter de jouer devant une douzaine de leurs camarades et quelques-uns de leurs officiers oisifs. […].

22 mars, mercredi

284Cet après-midi, j’ai fait ma première promenade. […]. J’éprouvais un bien-être délicieux et je m’abandonnais à je ne sais quelle rêverie quand tout à coup de sourdes détonations m’ont fait tressaillir. J’ai prêté l’oreille et mon cœur s’est mit à battre avec violence. Depuis près de deux mois que je n’avais pas entendu le canon. Mille souvenirs tristes, confus, tout un passé de misères, de désespérances, se sont aussitôt présentés à mon esprit et je pensais à tous ces morts, à tous ces héros obscurs, à tous ces vaillants qui ont succombé dans cette horrible guerre, cette guerre sauvage qui a creusé un abîme entre la France et l’Allemagne.

23 mars

285Hier, les Allemands ont célébré l’anniversaire de la naissance de leur empereur en se promenant ivres à travers les rues de Lons-le-Saunier, en frappant les femmes et les enfants, en provoquant des citoyens français. […].

286Le bataillon est rentré à Louhans par étapes, venant de Besançon où il avait été désarmé le 17 ou 18 mars. […].

287Nous étions partis près de 1 400 au mois de septembre 1870, plus de 900 sont morts dans les hôpitaux, ont été tués ou ont disparu.

288Il n’est pas une ville, pas un village qui n’ait perdu quelques-uns de ses enfants pendant ces longues luttes pour la défense du sol de la patrie. Qu’on leur élève un simple monument, une modeste pierre, et qu’on y inscrive ces mots :

2891870-1871

  • 61 Les vœux de Vadot sont exaucés au moment où on célèbre en France le vingt-cinquième anniversaire de (...)

290France, souviens-toi61 !

Quinze ans après. Forces militaires de la France sur le pied de paix

  • 62 La Commune de Paris.
  • 63 Entre 35 et 38 % du budget total sont consacrés aux dépenses militaires.
  • 64 Vadot fait allusion aux opérations du Tonkin de février-mars 1885. Brière de l’Isle avait occupé La (...)

[…]. Quinze ans bientôt se sont écoulés depuis « l’année terrible ». Au lendemain de désastres sans précédents dans son histoire, la France vaincue, terrassée, réunissait ses régiments épars au-delà du Rhin et écrasait une épouvantable insurrection62. Après avoir fondé la république, payé une rançon de 5 milliards ; après avoir réparé les ruines accumulées par l’Allemagne et par la Commune, elle a hérissé ses frontières ouvertes, de nouvelles forteresses […], elle peut en toute sécurité mobiliser ses 1 500 000 hommes.
La France a créé et organisé ses armées de première et de seconde ligne ; elle a reconstitué de toutes pièces un formidable matériel de guerre ; ses arsenaux sont pleins ; ses magasins sont remplis et sa flotte est une des premières du monde. Elle a travaillé pendant quinze ans à cette œuvre nationale, et elle y a dépensé des milliards ; mais aussi, la France peut aujourd’hui relever fièrement la tête et regarder autour d’elle avec assurance63.
L’Empire n’avait rien fait pour soutenir la lutte que Sadowa avait rendue inévitable et que le maréchal Niel avait prévue ; un mois après la déclaration de guerre, 300 000 hommes à peine avaient pu être rassemblés en désordre sur les bords du Rhin ; la garde nationale mobile n’existait que sur le papier ; nous arsenaux étaient vides ; nos places fortes en mauvais état, cependant depuis 1815, l’Allemand ne cessait, par la voix de ses historiens et de ses généraux, de revendiquer l’Alsace-Lorraine et de concerter un plan d’invasion de notre territoire.
Les arrêts improvisés par le gouvernement de la Défense nationale ne pouvaient nous sauver. […]. Maintenant, de l’autre côté des Vosges, 2 millions de Français attendent le jour où le drapeau tricolore reviendra flotter sur leurs monuments. Nous ne faisons rien pour enlever la moindre lueur d’espérance à ces opprimés qui viennent de donner encore une si grande preuve de leur attachement et de leur fidélité à la France. Sachons attendre. […]. Ne cessons de regarder par-dessus les Vosges et que les combats glorieux de notre jeune armée ne fassent pas oublier les honteuses capitulations de Metz et de Sedan, les humiliations du traité de Francfort.
Malgré nos divisions, malgré les rivalités des partis, un sentiment domine dans nos assemblées politiques et fait taire toutes les passions mesquines : c’est le sentiment de la grandeur et de la sécurité de la France. Il n’y a plus que des Français lorsqu’il s’agit d’acclamer les héros de la rivière Min, de Lang-Son et de Tuyen-Quang64 ! […].
Nous n’avons donc rien perdu de nos qualités maîtresses ; notre armée n’a point dégénéré. Poussons jusqu’à l’idolâtrie le culte du drapeau ; aimons bien la France ; faisons-la aimer à nos enfants ; enseignons-leur des vertus civiques et militaires sans lesquelles il n’y a point de soldats dignes de ce nom ; que les soucis de notre prospérité matérielle, de notre bien-être n’étouffent point en nous les sentiments si élevés, si généreux qui ont toujours été l’apanage de notre race. […].
Quand viendra le grand jour de mobilisation, quand l’heure fatale aura sonné pour l’Europe inquiète, nous pourrons sans crainte élever la voix et montrer aux nations qui nous ont lâchement abandonnés, que les vaincus de Sedan et de Metz n’ont rien oublié et que la France libre et forte peut être respectée. En attendant pas d’imprudentes revendications, mais pas d’abaissement. Souvenons-nous et prenons garde : « l’armée allemande, a dit un auteur, n’est pas de celles qui s’endorment sur leurs lauriers ».
Vive la France !
E. V.
Avril 1885.

Notes

1 Journal d’un mobile du 4e bataillon de Saône-et-Loire. Vosges-Loire-Est, 1870-1871, Louhans, Imprimerie Auguste Romand, 1885. Une partie du matériau avait alimenté le Journal de Louhans pendant l’automne et l’hiver 1871.

2 R. Girardet, 1998, p. 121.

3 Lettre du 1er octobre 1870 à Gabriel Pusset (plus tard, vice-secrétaire de la mairie de Louhans, caissier de la Caisse d’épargne [information Annie Bleton-Ruget]), écrite au Lac Blanc (conservée dans le cahier II).

4 Jules Favre (1809-1880), est ministre des affaires étrangères du gouvernement de la Défense nationale. Il signe cet armistice doté des pleins pouvoirs par le reste du gouvernement [F. Roth, 1990, p. 365].

5 Il est plus critique dans un compte rendu d’ouvrage sur les Vosges en 1870 paru dans Le Petit Rennais en mars 1880 dans lequel il écrit : « Ce qui a fait surtout défaut dans cette campagne, c’est le commandement supérieur. »

6 Albert Cambriels (1816-1891), sous-lieutenant en 1834, capitaine en 1847, il sert en Algérie. Officier d’ordonnance du prince président Louis-Napoléon Bonaparte en 1850, il participe ensuite aux campagnes de Crimée et d’Italie. Général en 1863, il commande en août 1870 la 1re brigade de la 1re division du 12e corps d’armée. Blessé à Sedan, il est nommé, une fois rétabli, commandant supérieur de Belfort le 23 septembre. Mis en disponibilité le 26 octobre, il laisse le commandement de la région de l’Est au général Michel, remplacé par Crouzat dès le 7 novembre [L. Rousset, 1895-1898, 1581-1583].

7 « Dans l’est, l’armée du général Cambriels, réduite par le feu, la fatigue et surtout les désertions à vingt-quatre mille hommes, abandonnait les Vosges et cherchait un abri à Besançon » écrit Freycinet dans ses Mémoires [Ch. de Freycinet, 1912].

8 La garde nationale mobile a été créée par la loi Niel du 14 janvier 1868. Elle comprend tous les hommes valides qui échappent au service dans l’armée d’active. Organisée par département, ses officiers sont nommés par l’empereur et les sous-officiers par l’autorité militaire. Les hommes sont payés par des fonds communaux et départementaux et par des fonds du ministère de l’intérieur. Leur équipement est à la charge des départements. À l’été 1870, la plupart des unités n’ont qu’une existence théorique. [J. -P. Bertaud, W. Serman, 1998, p. 316].

9 Note manuscrite de Vadot : « M. Passerat, notaire de Louhans. »

10 Note manuscrite de Vadot : « Aux Crues, petite campagne appartenant à M. Daru, coussin issu de germains de mon père, située sur les bords de la Seille, sur la route de Montagny à quelques kilomètres de Louhans. Cette campagne appartient aujourd’hui [1897] à M. Cruchon, avoué. »

11 C’est le 21 que Mac-Mahon a quitté le camp de Châlons avec 135 000 hommes.

12 En réalité, le nombre des prisonniers s’est élevé à celui des morts.

13 Note manuscrite de Vadot : « Lucien Guillemaut, aujourd’hui [1897], député de l’arrondissement de Louhans. »

14 Thiers a accepté cette mission après l’échec des premières négociations entre Favre et Bismarck à Ferrières.

15 Il devient par la suite architecte-voyer de la ville de Louhans (II ; Journal de Louhans, 24 août 1901).

16 Perspective d’une garde nationale mobile alors cantonnée aux fonctions supplétives d’une force de guérilla et que l’on retrouvera peu après dans les corps francs.

17 Les mobiles du département sont armés avec le fusil à percussion modèle 1853 qui se charge par la bouche. D’autres disposent du modèle dit à tabatière qui est un ancien fusil rayé transformé en arme se chargeant par la culasse. [http://www.loire1870.fr].

18 Cette phrase a toute chance d’avoir été ajoutée a posteriori.

19 À partir de la mi-septembre, le gouvernement de la défense nationale relance la fabrication d’armes et en achète en quantité à l’étranger y compris des chassepots fabriqués en Belgique.

20 La ville a capitulé le 29 septembre.

21 Il s’agit plus particulièrement d’un détachement du XIVe corps confié au général Degenfeld qui remonte la vallée de la Meurthe en direction de Saint-Dié.

22 Vadot se trompe, il ne s’agit pas du général Peytavin mais de Dupré. Les Français qui bénéficiaient pourtant de la supériorité numérique, ont perdu 600 tués ou blessés et laissé près de 600 prisonniers aux Badois de Degenfeld. [L. Rousset, 1895-1898, 1551].

23 Les Prussiens disposent des excellentes kriegskarten au 1 :80 000e.

24 En réalité le Rothenbachkopf.

25 Le chassepot est en dotation dans l’armée depuis la fin de 1866. Ce fusil d’une portée effective de plus de 1 000 m est de très loin supérieur au prussien Dreyse. Il peut tirer 8 à 10 balles à la minute.

26 Alphonse Esquiros (1812-1876), homme de lettres, son livre Histoire des Montagnards, publié en 1847 le fait connaître comme militant républicain et socialiste. Élu député de la Saône-et-Loire le 1er mars 1850, il s’exile en Angleterre après le coup d’État du 2 décembre. À son retour en 1869, il est élu député au Corps législatif où il siège à l’extrême gauche et vote contre la déclaration de guerre. Après le 4 septembre, il est administrateur supérieur du département des Bouches-du-Rhône mais il prend une série de mesures qui suscitent la réprobation de Gambetta et est contraint d’abandonner ses fonctions au début novembre. Élu en février 1871 dans ce département, il vote contre la paix mais pour l’amendement Wallon et toutes les lois constitutionnelles. Sénateur en janvier 1876, il meurt le 7 mars de cette année. [A. Robert, E. Bourloton, G. Cougny (dir.), 1889-1891, t. II, p. 569-570].

27 Les effectifs théoriques de cette armée des Vosges sont de 55 000 hommes mais ils ne sont alors pas plus de 30 000.

28 Il s’agit de la première bataille d’Orléans, le 11 octobre. Les Français sont contraints au repli sur la rive gauche de la Loire.

29 Le 22 octobre, Werder bat l’armée des Vosges à Etuz sur l’Ognon et la repousse en désordre sur Besançon.

30 Vadot se trompe, Crouzat commande la 1re division du 20e corps qui est sous l’autorité du général Cambriels qu’il n’a pas encore remplacé ; preuve peut-être d’une réécriture.

31 L’usage de la tente-abri provient de l’Armée d’Afrique. Ce type de bivouac permet de conserver l’unité complète à portée des cadres et garantit la discipline [L. Barrows, 1998, p. 81].

32 Bazaine a capitulé le 27.

33 Le 5 novembre, le Journal Officiel annonçait l’échec des négociations d’armistice menées par Thiers depuis le 12 septembre [A. Wachter, 1873, p. 578].

34 À Chateaudun, environ un millier d’hommes sous le commandement du colonel de Lipkowski ont tenu tête à la 22e division d’infanterie de Wittich pendant une journée entière, le 18 octobre. La ville a été partiellement détruite par les Prussiens qui, exaspérés par les attaques des francs-tireurs, ont commis des atrocités contre les civils et les blessés [G. Wawro, 2003, p. 264-265].

35 C’est à la suite de victoire de Coulmiers, le 9 novembre, qu’Aurelle de Paladines a pu entrer dans Orléans [A. Wachter, 1873, p. 638].

36 Crouzat a remplacé Cambriels.

37 L’armée de la Loire qui ne comptait que les 15e et 16e corps est renforcée par les 17e, 18e et 20e corps à partir de la mi-novembre. Son objectif est de soulager Paris.

38 Il y a de gros problèmes de discipline dans l’armée de la Loire. À partir de la mi-novembre, le général Barry fait fusiller plusieurs dizaines de soldats pour refus de service à un supérieur avec menaces.

39 Deux avant-gardes du 20e corps se sont heurtées à des éléments du Xe corps prussien le 24.

40 En octobre, Gambetta a acheté 50 batteries d’artillerie de campagne en Angleterre dont les premières pièces entrent en service au moment de la bataille de Coulmiers.

41 Le récit qui suit présente l’engagement des mobiles de Saône-et-Loire lors de la bataille de Beaune-la-Rolande.

42 Malgré la très nette supériorité numérique des Français, cette rencontre est une lourde défaite. Le 3e zouave perd à lui seul 700 hommes. En tout, 8 000 Français sont tombés contre 850 Allemands [G. Wawro, 2003, p. 271-274].

43 La date de référence du journal de Vadot pose problème car cette rumeur a pour origine une dépêche adressée à Aurelle de Paladines le 2 décembre dans laquelle Gambetta écrit : « J’avais dirigé jusqu’à hier les 18e et 20e corps, et par moments le 17e. Je vous laisse ce soin désormais. » [A. Wachter, 1873, p. 665.]

44 Il s’agit de la bataille de Loigny au nord d’Orléans du 2 au 5 décembre qui se termine par une nouvelle défaite. Chanzy se replie dans l’ouest avant d’être définitivement battu au Mans le 12 janvier.

45 Cet anti-gambettisme, venant de la troupe, est rarement mis en lumière et frappe d’autant plus qu’il suit une non moins vigoureuse admiration à l’égard du Délégué à la Défense Nationale.

46 L’armée de la Loire est alors divisée en deux. Au nord sous le commandement de Chanzy et au sud sous celui de Bourbaki qui a remplacé Aurelle de Paladines.

47 Gambetta n’avait ni ce titre, ni ce rang, étant « délégué du Gouvernement de Défense nationale à la Guerre », le chef du pouvoir exécutif étant quant à lui le général Trochu, retranché dans Paris.

48 L’armée du nord a connu le succès le 24 à Pont Noyelles.

49 Paragraphe sans doute réécrit.

50 Vadot quitte en effet son unité pour Louhans deux jours et demi et la réintègre sans être inquiété.

51 L’armée de l’Est compte 140 000 hommes et 370 canons.

52 Dans un compte rendu donné au Petit Rennais [31 mars 1886, d’Augustin Bruté de Rémur, Les Vosges en 1870 et dans la prochaine campagne, Rennes, Caillière, 1887], Vadot défend encore et contre toute raison la mauvaise doctrine d’emploi de ces « jeunes troupes » qui selon lui auraient pu faire pencher la balance.

53 Le 15, Bourbaki engage ses 4 corps sur la Lizaine, une rivière qui coule à l’ouest de Belfort. Les combats durent trois jours.

54 L’organisation de la Landwehr permet de disposer d’un million de réservistes à la déclaration de guerre.

55 Bourbaki a décidé de se replier pour protéger le chemin de fer entre Besançon et Belfort qui est vital pour son ravitaillement.

56 Note manuscrite de Vadot : « Le reliquat, soit 300 francs 75, a été versé plus tard par le lieutenant Bruchon entre les mains du capitaine trésorier de la mobile de Saône-et-Loire, à Mâcon, cet argent était porté au crédit de la sixième compagnie du quatrième bataillon. »

57 C’est le 26 que Bourbaki a tenté de se suicider après avoir donné l’ordre de prendre la route de Pontarlier et donc de la Suisse.

58 Jules Favre comptait encore sur une possible victoire française dans l’Est pour repousser les exigences allemandes.

59 Les électeurs sont convoqués le 8 février.

60 Ces pointillés, figurant au texte imprimé, suggèrent une coupure volontaire ou imposée dans la transcription du journal.

61 Les vœux de Vadot sont exaucés au moment où on célèbre en France le vingt-cinquième anniversaire de la guerre. De nombreuses manifestations sont ainsi organisées dont une très importante à Belfort à laquelle participent des anciens mobiles de Saône-et-Loire [F. Roth, 1990, p. 701]. En septembre 1895, un monument portant 482 noms, dédié aux « Enfants de la Bresse louhannaise morts pendant la guerre de 1870-1871 » est inauguré. Intitulé « La Bressane », il représente une jeune femme, vêtue du costume local, se hissant sur le pied droit, tenant d’une main un drapeau et de l’autre une palme. Elle tourne la tête et regarde l’horizon. Pour Annie Bleton-Ruget, elle symbolise à la fois la République sans agressivité mais prête à la défense et un régionalisme consensuel [A. Bleton-Ruget, 1995, p. 89]. On ne sait si Vadot assista à l’inauguration, mais son ami Bergerot, y prononça un discours au nom de la société d’originaires « La Flamusse » [D. Rivière, 1995, p. 16].

62 La Commune de Paris.

63 Entre 35 et 38 % du budget total sont consacrés aux dépenses militaires.

64 Vadot fait allusion aux opérations du Tonkin de février-mars 1885. Brière de l’Isle avait occupé Lang Son en février et au début mars avait débloqué la garnison de Tuyen Quang assiégée depuis trois mois par les Pavillons Noirs. La mort héroïque du sergent Bobillot avait provoqué une grande émotion en France. La retraite de Lang Son qui devait être fatale au gouvernement Ferry, se produit à la fin mars.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Rennes 2, a publié, notamment, L’Europe et l’Afrique, de 1914 aux années soixante (PUR, 1994), Le Soudan français, 1939-1945. Une colonie dans la guerre (Paris, Karthala, 2006) ; l’article « Sexe, guerre et désir colonial » dans François Rouquet, Fabrice Virgili, Danielle Voldman (dir.), Amours, guerres et sexualités (Paris, Gallimard, 2007) et plusieurs notices dans Claude Liauzu (dir.), Dictionnaire de la colonisation française (Paris, Larousse, 2007). [catvin.joly@wanadoo.fr]

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540