Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs et observations de l’abbé François Duine

 | 
François Duine

Le diocèse de Rennes

Texte intégral

  • 1 Félicité de Lamennais est né à Saint-Malo sur la rive droite de la Rance et est mort en 1854 alors (...)

1Les deux hommes qui, au XIXe siècle, ont eu l’influence la plus profonde sur le clergé de France, sont originaires du diocèse de Rennes : l’abbé Félicité de Lamennais, qui a créé le catholicisme libéral et démocratique, et l’abbé Louis Duchesne, qui a introduit dans le monde ecclésiastique les méthodes et les résultats de la pure critique pour l’étude de l’histoire de l’Église. Le premier est né sur la rive droite de la Rance, et n’était pas mort quand le second naquit sur la rive gauche1.

  • 2 Jules Pacheu (1860-après 1922) entra dans la Compagnie de Jésus en 1881 et fut ordonné prêtre en 1 (...)
  • 3 Auguste Diès (1875-1958), helléniste et universitaire, obtint à Rennes en 1899 un diplôme d’études (...)
  • 4 Joseph Huby (1878-1948) entra dans la Compagnie de Jésus en 1897 et fut ordonné prêtre en 1910. Ap (...)
  • 5 Salomon Reinach (1858-1932), philologue et archéologue, enseigna à la chaire d’archéologie de l’Éc (...)
  • 6 L’abbé Huby a pris des collaborateurs pour la composition de ce livre difficile.

2En cette année 1915, dans un dénombrement sommaire, je pourrais citer parmi les vivants qui ont affirmé leur valeur intellectuelle, un indianiste, comme l’abbé Alfred Roussel, né en 1849, un maître en patristique, l’abbé Joseph Turmel, né en 1859, un littérateur original, l’abbé Jules Pacheu, né en 18602, un helléniste philosophe, l’abbé Auguste Diès, né en 18753. Je m’arrête à ces noms, parce qu’ils me semblent assez caractéristiques dans leur variété. Mais j’en pourrais citer d’autres, et de fort distingués, l’abbé Joseph Huby4, par exemple, qui en réponse à l’Orpheus de Salomon Reinach5, a publié Christus d’une valeur sérieuse et d’une influence réelle6.

  • 7 Amédée Guillotin de Corson (1837-1905), originaire de Bain-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), ordonné (...)
  • 8 J’assistai avec M. Guillotin au service funèbre de M. Paris. Ces deux amis moururent à quelques mo (...)
  • 9 Paul-Marie Paris-Jallobert (1838-1905), ordonné prêtre en 1862, fut nommé vicaire à Vitré en 1875 (...)

3Des travaux d’intérêt général si l’on passe à l’érudition provinciale, on trouve dans le diocèse de Rennes des chercheurs qui méritent l’estime et la reconnaissance. Malgré ses lacunes et ses insuffisances sur plusieurs points, l’abbé Guillotin de Corson7 a donné un magnifique exemple de bon labeur dans ses études diocésaines et féodales8. Dans son domaine restreint, l’abbé Paris-Jallobert9 a laissé des notes exactes, et il s’est montré le pionnier du dépouillement des anciens registres paroissiaux.

  • 10 L’abbé Jules Pacheu a écrit en 1897 De Dante à Verlaine ; il a publié en 1914 Jacopone de Todi (fr (...)
  • 11 Je crois bien que je n’ai nommé nulle part l’abbé Pouchard. Ambitieux, distingué, intelligent, ins (...)

4Mais la vérité m’oblige à faire les observations suivantes : malgré son âge et sa situation de professeur à l’Université de Fribourg, malgré l’orthodoxie de ses œuvres, dont les plus répandues concernent des personnages bretons, l’abbé Alfred Roussel n’est pas même chanoine de son diocèse natal. Nous verrons plus loin que l’abbé Turmel n’a écrit qu’en dépit des défenses qui lui en étaient faites. L’abbé Pacheu10 dont la famille bourgeoise est de Bruz, auprès de Rennes, est sorti de la congrégation de Jésus, parce que celle-ci ne réussissait pas à endiguer et à niveler l’abondance et le mouvement de sa personnalité. Les années dernières, il était dans notre capitale de province et faisait l’effroi de l’évêché. « Vous voudriez m’enterrer vivant, disait-il à Monseigneur ; eh bien ! faites de moi un membre de votre vénérable chapitre. » Les chanoines titulaires, qu’on appelle les « Titubants », s’indignèrent de cette plaisanterie et déclarèrent que M. Pacheu était fou d’orgueil. L’abbé Joseph Huby est jésuite et réside dans le Sussex. Pendant qu’il était professeur au collège de Saint-Malo, l’abbé Diès a subi des avanies ecclésiastiques et personne ne l’encourageait à passer sa thèse de doctorat ; après l’avoir soutenue brillamment, il se décida, dans son désir bien légitime d’occuper une chaire à l’Institut Catholique d’Angers, à faire des soumissions pleines d’orthodoxie et d’humilité au Torquémadaire Michel, qui le tenait pour suspect11.

5Au tour des « archéologues ». Grâce à sa fortune et à sa situation de châtelain, grâce au caractère inoffensif, conservateur, édifiant, de ses publications, grâce surtout à l’amitié toute puissante de l’abbé Richard, secrétaire du cardinal Place, le bon monsieur Guillotin reçut le camail de chanoine, tandis que l’abbé Paris, dont les productions n’étaient pas moins innocentes que celles de son émule, ne reçut jamais d’autre titre que celui de curé de campagne. J’ai vu des vicaires éclater de rire en apercevant dans une bibliothèque de presbytère le Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, auquel M. Guillotin avait consacré vingt années de sa vie et pour l’impression duquel il avait avancé une somme très importante et sacrifié dix mille francs. N’est-il pas entendu qu’un « archéologue » est un être dont on s’amuse ?

6Si un prêtre ne joue pas aux cartes, s’il n’est pas débraillé dans les réunions ecclésiastiques, si sa conversation tend aux questions sérieuses, s’il ne flâne pas chez les paroissiens, s’il consacre la matinée entière à l’étude, il peut accomplir ses devoirs professionnels avec soin et régularité, il peut être un prédicateur nourri et un confesseur diligent, les confrères diront de lui : « Ce n’est pas un prêtre de ministère », et avec cette formule, ils le discréditeront dans son milieu. Mais, peut-être, l’évêque a-t-il protesté contre cette conception vulgaire du « prêtre de ministère » ? Ah ! dites-moi donc quand l’évêque a parlé de la dignité de l’esprit. Cette vie de presbytère qui pourrait être si haute et si simple, si cordiale et si féconde, et qui est trop souvent mesquine ou méchante, quand l’évêque a-t-il dit qu’elle avait besoin d’une bibliothèque, pour occuper la pensée du jeune prêtre aux heures de loisir, pour alimenter les entretiens, pour spiritualiser davantage l’être tout entier ? Ne craignez pas de multiplier les forces morales contre la matière. Elle est indestructible.

  • 12 Constant Guillois (1833-1910), bien que né à Mauron (Morbihan), entra dans le clergé de Rennes. Or (...)
  • 13 Baudry de Bourgueil (vers 1046-1130), abbé de Saint-Pierre de Bourgueil, fut élu archevêque de Dol (...)

7Entrons au séminaire. Au temps de ma formation cléricale, le supérieur était M. Guillois12. C’était un finaud. Lorsqu’il fut nommé évêque du Puy, l’opinion publique mit un renard dans ses armes. Au demeurant, il ne faisait jamais de méchanceté, à moins qu’elle ne fût susceptible de rester cachée. « L’Autorité a toujours raison », voilà disait-il, le principe fondamental du bon prêtre. Aussi, était-il le confesseur des prélats. Ayant un jour prononcé devant lui le nom de Baudry13, archevêque de Dol au XIIe siècle, « parlons correctement, » me fit-il observer, « et disons : Monseigneur Baudry ». Deux minutes après cette remarque, je fis une citation, en ajoutant avec gravité : « comme dit Monseigneur Bossuet ». Mais il nous donnait des conseils pleins de bon sens et comprenait qu’un prêtre devait avoir, en dehors de son ministère et, autant que possible, en rapport avec son ministère, une œuvre personnelle pour y écouler ses ennuis et y consumer la flamme du cœur. « Ne soyez pas des ecclésiastiques ignorants, disait-il, lisez ; les Études des Pères jésuites sont excellentes ; je ne vous détournerai pas non plus de lire le Correspondant, encore qu’il ne faille pas s’y fier. » M. Guillois n’allait pas au-delà.

  • 14 Dans le Bulletin Critique, du 1er décembre 1881, p. 267, l’abbé Michel, professeur de dogme au gra (...)
  • 15 Le fascicule des conférences ecclésiastiques du diocèse de Rennes, de décembre 1913, contenait une (...)
  • 16 Le Journal des Débats du 20 mars 1918, annonce la mort de Mgr Mignot. Ce prélat avait occupé d’abo (...)

8En 1893, il eut pour successeur le Torquémadaire Michel14. Celui-ci, pendant son supériorat eut deux professeurs qui attirèrent l’attention, M. l’abbé Joseph Pinault15 et M. l’abbé Toussaint Nogues. Le premier enseignait l’histoire et était fort apprécié des élèves. Bien que d’une orthodoxie scrupuleuse, il inquiéta quelques-uns de ses auditeurs. Réprimandé plusieurs fois à cause de ses tendances libérales, il dut s’expliquer un jour devant l’archevêque lui-même. M. Nogues qui enseignait l’exégèse avec un soin extrême acquit sur son auditoire un ascendant rare. De tous les maîtres qui professèrent au séminaire pendant le XIXe siècle, il est le seul qui ait formé des disciples. On l’expulsa de sa chaire en 1904, et on l’ensevelit dans la cure de La Bouëxière. C’est un homme d’une charmante modestie et d’une dignité parfaite. Ceux qui désiraient se pousser aux charges et aux premiers rangs dans le monde ecclésiastique, venaient au séminaire solliciter du théologien Michel la lumière sur des cas de conscience, dans lesquels ils mettaient du piment et de l’imbroglio. Puis, ils gémissaient sur le malheur des temps et, avec un mouvement subit d’indignation irrésistible, ils dénonçaient tel prêtre attaché aux journaux républicains. Devant le clergé, le supérieur ne dissimulait pas son jugement sur le savant et sage archevêque d’Albi. « Mignot, s’écriait-il, Mignot nous fait plus de mal que les francs-maçons. » Tel était le vénérable chanoine à qui l’éducation du clergé avait été confiée16.

  • 17 « Épargner les vaincus, dompter les superbes », Virgile, L’Énéide, Livre VI, vers 852 – « les autr (...)
  • 18 Paul Thureau-Dangin (1837-1913), d’abord connu comme publiciste puis comme historien de la Restaur (...)

9La succession tomba, en 1909, aux mains de l’abbé Louis Pichon. Au moins celui-ci est-il un homme bien élevé. Il passa jadis sa licence ès-lettres et demeura une vingtaine d’années dans l’enseignement. Il avait la réputation d’un prêtre fort bien doué. Mais, hors la littérature classique, il n’a jamais rien su. Pour lui, un prêtre qui écrit une page proprement est un prêtre qui possède toute la science désirable. Les problèmes religieux, ce supérieur de séminaire ne les soupçonne pas. D’assez bonne heure il a cessé d’étudier et, à peu près, de lire. C’est un prêtre attaché à ses devoirs et un pédagogue préoccupé de discipline, en qui s’est fortifiée avec l’âge l’idée que l’Autorité était tout et suffisait à tout. En sorte que, pour lui, depuis très longtemps déjà, « soumission » est « l’alpha et l’oméga » de la perfection intellectuelle et morale. Il prendrait volontiers pour devise le vers de Virgile : Parcere subjectis et dehellare superbos. Il pourrait dire aussi : Excudent alii17… car il est fermé à toute notion d’art. Les encycliques de Pie X lui ont appris que l’étude ne conduit à rien de bon et qu’on doit être excessivement en garde contre les livres et les revues. Il proscrit donc Paul Thureau-Dangin18, comme infesté de libéralisme ; il ne permet pas aux clercs de lire Georges Goyau qui, malgré tout, est un laïque. Son personnel de professeurs, qui est pourtant trié sur le volet, le fuit, autant que la décence le permet. Autorité ! Autorité !

10Les gens du monde qui s’imaginent que les séminaires sont des écoles supérieures se trompent totalement. L’instruction y est purement d’ordre pratique. Elle vise les connaissances indispensables pour la prédication et l’administration des sacrements ; et elle a pour but d’occuper les moments libres entre les divers exercices de piété qui forment l’essence de la vie sacerdotale. En réalité, les écoles supérieures du clergé sont les universités catholiques. Mais, par suite de notre organisation française, ces institutions si précieuses qui tamisent à l’usage des croyants l’œuvre scientifique de notre temps, ne servent qu’à une élite. Même au point de vue théologique, elles sont d’un secours très borné, parce qu’elles sont en suspicion devant les administrations ecclésiastiques. Les diocèses préfèrent envoyer à Rome le couple de clercs qui poursuivent les grades en droit canon, etc. « Qu’ils aillent se former chez le Pape, disait le cardinal Labouré ; comme cela, personne ne pourra nous reprocher l’impureté de notre doctrine. »

  • 19 L’abbé Poulain qui se consolait de beaucoup de choses en jouant de la harpe et en composant des ve (...)
  • 20 Morlais, Études morales sur les grands écrivains latins, Lyon, Vitte.

11Pratiquement, c’est la liberté d’enseignement qui empêche le clergé de choir dans l’ignorance la plus épaisse. Il faut quelques licenciés pour la bonne renommée d’une institution, surtout depuis certaines menaces qui furent faites à la Chambre d’exiger dans les collèges diocésains un minimum de gradués. Ces licenciés, au moins pendant leur jeunesse, lisent et s’intéressent au mouvement des esprits. Parfois, l’un d’eux s’éprend d’une question et prépare une thèse de doctorat. C’est ainsi que l’abbé Poulain, à Saint-Malo19, avait écrit un volume sur Duguay-Trouin (1886) et que l’abbé Fleury, à Saint-Vincent, a publié un gros in-octavo sur Hippolyte de La Morvonnais (1911). Mais ces exemples de culture persévérante et désintéressée sont très rares, et ceux qui se sentent de l’énergie au travail intellectuel et du talent cherchent, en dehors du diocèse, un emploi conforme à leurs aptitudes. On vient de promettre à M. Fleury une chaire à l’Université Catholique d’Angers. Et l’abbé Morlais, docteur ès lettres, quitta de même Rennes autrefois, pour devenir professeur à l’Université Catholique de Toulouse20. En tout cas, les classes principales de l’enseignement secondaire produisent nécessairement chez les maîtres un certain libéralisme. Celui qui enseigne la philosophie, est obligé de sortir de la scolastique et de s’initier à la pensée moderne ; au bout de quelques années, il n’est plus le phénomène psychologique si cher à l’orthodoxie. Celui qui enseigne l’histoire et qui présente des candidats au jury laïque, ne peut s’ancrer aux formules de haine et d’imbécillité. Celui qui enseigne la littérature et qui ouvre les livres des XVIIIe et XIXe siècles, reçoit des manières de penser, d’imaginer et de sentir, qui sont anathématisées par l’Inquisition. Et comme l’Université d’État marche, et que l’enseignement libre est forcé de suivre, il y a pour les clercs un contact assuré avec la lumière, dont la puissance tue les microbes les plus violents inoculés par le séminaire.

12Je sais bien qu’en sortant de leur professorat, dix-neuf sur vingt jettent leurs livres par-dessus bord et se réduisent aux habitudes presbytérales. Ils ont peur d’être taxés d’originalité par les collègues ; et, pour ne pas nuire à leur carrière, ils se taisent, quand ils ne crient pas avec les loups. N’importe ; la vertu des connaissances humaines est comme celle du sacrement de l’ordre : elle laisse un caractère indélébile.

13Dans le ministère paroissial, qu’il est difficile de résister aux mœurs traditionnelles ! L’instinct clérical, dominateur et combatif, haineux et rusé, est alimenté par les luttes autour des élections et autour des écoles. « Le seul Thersite, dit Homère, parlant sans mesure et sans bornes, faisait un bruit horrible : il ne savait dire que des injures et toutes sortes de grossièretés. » Au moins Thersite ne prétendait pas être le représentant de Dieu ! Il ne se réclamait pas non plus de la science, du progrès et de l’humanité. Il n’était pas anticlérical. Décidément, il n’avait aucun motif d’être outrageant.

  • 21 François Perrault, né en 1835, professeur à Saint-Vincent, curé de Notre-Dame de Rennes, de 1834 à (...)
  • 22 Le premier numéro de la revue Le Sillon est du 1er janvier 1894. Le rédacteur en chef était M. Pau (...)
  • 23 Emmanuel Desgrées du Lou (1867-1933), fils d’un gentilhomme rallié à la République, avocat au barr (...)
  • 24 Le premier numéro de L’Ouest-Éclair parut le 2 août 1899.
  • 25 Félix Trochu (1868-1950) s’inscrit dans le courant des « abbés démocrates » qui cherchaient à conc (...)
  • 26 Jules Lemire (1853-1928), prêtre du diocèse de Cambrai, s’engagea très tôt dans le catholicisme li (...)
  • 27 J’ai répondu à cette pieuse erreur dans les Annales de Bretagne, janvier 1913 ; et dans mon Lamenn (...)
  • 28 Paul Naudet (1859-1929), né à Bordeaux, ordonné prêtre après des études au Grand Séminaire du dioc (...)
  • 29 Voir le R. P. Paul Dudon, Lamennais et le Saint-Siège, 1911, p. 382-386.

14Les curés qui ont du savoir-vivre autant que du savoir-faire et qui sont attentifs aux œuvres paroissiales sans agir en ennemis injustes et maladroits des œuvres laïques, ces curés-là, tel l’excellent abbé Perrault de Notre-Dame de Rennes21, sont très peu nombreux et appartiennent au parti libéral, qui a été si honni et si persécuté sous le pontificat de Pie X. « L’esprit nouveau » (cette locution fit florès en 1894) s’introduisit chez nous pendant les quinze dernières années du XIXe siècle. Trois choses le caractérisent : une adhésion sincère à la République, une compréhension des œuvres sociales, une sympathie pour les recherches intellectuelles. Comme date climatérique, je choisirais l’année 1899. C’est à ce moment qu’à Paris, Marc Sangnier devient l’âme du Sillon22, nom d’une petite revue socialiste-chrétienne, fondée depuis quelques années, et d’un groupement de jeunes démocrates catholiques, et qu’à Rennes, Emmanuel Desgrées du Lou23 prend la direction d’un journal régional intitulé L’Ouest-Éclair24 fondé par l’activité d’abbés démocrates. De ceux-ci le plus notoire est l’abbé Félix Trochu25, dont la piété, le dévouement actif à l’Église et à la Cause, méritaient des destins moins troublés. Desgrées (comme l’on dit entre amis) affectionnait Marc (j’emploie la désignation chère aux sillonnistes) et mettait sur ses autels l’abbé Lemire, aujourd’hui député-maire d’Hazebrouck. On allait donc réconcilier la République et l’Église, raccommoder l’Avenir avec le Passé, unir étroitement le Catholicisme au Progrès. En fait, c’était une reprise de ménésianisme, reprise que l’on abritait sous le grand nom de Léon XIII. Parmi les néophytes de la démocratie il était courant de dire : « Lamennais serait maintenant cardinal26. » On ne voulait pas expliquer sa défection par sa logique, puisqu’on le continuait, mais par l’insuffisance de sa mystique. « Il n’avait pas de dévotion à la Vierge, assurait-on, et il se dispensait de réciter le saint bréviaire27. » Or, l’abbé Naudet28, gascon à l’esprit fin et au tempérament oratoire, qui dirigeait La Justice sociale et Le Monde, et qui était regardé dans le parti comme une autorité considérable, l’abbé Naudet était un prédicateur entraînant, et il enthousiasmait les séminaristes, lorsqu’il célébrait la Mère de Jésus. Enfin, je n’ai jamais connu de jeunes gens qui eussent ravi plus que les sillonnistes le Poverello d’Assise, par la profondeur et la flamme de leur vie intérieure. Ah ! certes, on ne faisait pas fi de la piété dans la démocratie catholique ! Mais on tendait de plus en plus à séparer l’autonomie du citoyen d’avec la subordination du fidèle, et l’on arrivait à laïciser la vie publique. C’est la position intellectuelle que Lamennais adopta pendant quelque temps, lorsqu’il vit son rêve social condamné par Rome. Bientôt il se rendit compte que cette attitude divisait le principe de vie et qu’elle constituait une hérésie dans la pensée, un schisme dans la pratique. Le croyant de l’autorité romaine n’avait qu’une ressource pour libérer le citoyen : libérer le chrétien, en se séparant de la hiérarchie. Que cette détermination fût rationnelle, Pie X l’a parfaitement établi, en sommant les prêtres à vues particulières de s’en aller et en jetant anathème à la prétendue indépendance civique dans la conduite des catholiques. À l’occasion de ces illustres sentences, les Jésuites ont observé que la descendance catholico-démocratique de Lamennais méritait bien les fulminations qui avaient atteint son Maître29.

  • 30 Plusieurs prêtres, « abbés démocrates », s’engagèrent dans une volonté de réconciliation de l’Égli (...)
  • 31 Voir Robert, Les abbés socialistes d’Ille-et-Vilaine, 1897 (brochure) et Les catholiques constitut (...)

15Le diocèse eut d’abord des abbés démocrates (école Lemire)30. Leur mot était : « aller au peuple ». Peu nombreux, ils étaient dévoués à leur programme. Ils irritèrent les conservateurs, ils effrayèrent les bourgeois, ils scandalisèrent les dévotes, et bien qu’ils fussent solides en matière de foi, ils furent exécrés du théologien Michel31. Le cardinal Labouré, qui n’aimait pas les curés remuants, leur fit sentir la puissance de la mitre et le poids de la crosse.

16On connut ensuite les abbés sillonnistes (école Sangnier). Ils rendaient hommage au travail du groupe précédent, mais ils avaient une doctrine et une méthode à eux. Leur grande espérance était dans les cercles d’étude où des jeunes gens se réunissaient pour s’initier aux questions sociales, s’exercer à la discussion publique, et se soutenir les uns les autres dans une franche et chaude camaraderie. On faisait profession d’une large ouverture d’esprit. Parmi les plus cultivés, La Quinzaine était la revue favorite, le Père Laberthonnière servait de philosophe, et l’abbé Loisy semblait un peu le mage du christianisme rénové. Ils tenaient à n’être pas accusés de cléricalisme. Mais ils se faisaient gloire de leur prosélytisme, dont l’ardeur et la générosité rappelait les premiers âges chrétiens. L’abbé Auguste Chesnais, aumônier du collège de Saint-Servan, de novembre 1909 à mars 1913, licencié ès-lettres, fut le plus beau type d’abbé sillonniste. De taille moyenne, démarche assurée, tête droite, yeux énergiques, parole facile, claire, nourrie, convaincue, cœur loyal, il était fait pour conquérir les âmes. Il possédait son Loisy dans la perfection. En janvier 1903, il but avidement L’Évangile et l’Église. Au reste, ce petit livre fut lu par tous les libéraux du diocèse. Le curé de Notre-Dame de Rennes, M. Perrault, déclara que c’était un ouvrage qui renfermait toutes les solutions souhaitables.

  • 32 Il est impossible de fixer la situation économique du diocèse, à la veille de la Séparation. Car, (...)
  • 33 Il y a toujours eu quelques exodes ecclésiastiques. Le plus retentissant est celui de Lamennais et (...)
  • 34 Les deux principales églises de M. Mellet, ou de la famille Mellet, pour parler plus exactement, y (...)

17Nous sommes arrivés à la fin du règne glorieux de Léon XIII et le XXe siècle s’annonce d’une façon inquiétante. Arrêtons-nous une minute devant cette vaste circonscription ecclésiastique, qui compte environ 600 000 catholiques, 384 paroisses, sans dénombrer les aumôneries et chapellenies et qui, par la qualité de ses recrues, la variété de ses organismes, l’abondance de ses ressources, donne l’impression d’une vie riche, qui puise aux sucs de la terre. La foi des lévites et le nombre des prêtres sont tels qu’ils essaiment dans toutes les missions et dans tous les ordres religieux. À la fin de 1902, on catalogue environ 520 prêtres du diocèse rennais qui remplissent des fonctions à travers la France et les diverses parties du monde. Et le cardinal Labouré ne se gêne pas pour dire : « Il m’en reste trop ; beaucoup d’entre eux seraient infiniment mieux à casser des cailloux le long des routes. » Pourtant, ils ne sont guère incommodes aux mains d’une hiérarchie avec laquelle on ne discute pas et contre laquelle on n’a aucun recours. S’ils veulent s’entêter dans leur honneur et leur droit, ils meurent de misère, étant presque tous fils de paysans ou d’humbles artisans, et ils sont déshonorés aux yeux des populations par les mesures injurieuses de l’administration épiscopale32. Donc, armature d’une solidité militaire. Et cette comparaison est chère aux prélats : « L’Église est une armée, et si le refus d’obéissance est inadmissible en temps de paix, il devient criminel en temps de guerre. Or du fait de ses ennemis l’Église est en lutte33. » Continuons notre enquête : partout les églises sont bien entretenues et les sacristies très suffisamment ou magnifiquement pourvues ; dans bon nombre de paroisses, des églises neuves, dont plusieurs offrent un caractère artistique et original et méritent de conserver les noms de M. Mellet ou de M. Regnault, architectes34. Presque toutes les paroisses ont des écoles libres qui, en certains lieux, réduisent à rien le rôle de l’école publique. Car les dispositions qui animent les presbytères ne sont négligeables nulle part ; le curé est une autorité et l’on ne s’expose pas du premier coup à froisser les sentiments et à troubler les usages catholiques. À Rennes, les processions se déploient tranquillement dans les rues et les Fêtes-Dieu sont animées et populaires. Enfin, le diocèse possède des cercles de soldats, des patronages d’espèces différentes, des institutions charitables. Bref, il est enviable pour les prélats les plus difficiles.

18Mais il est menacé par le déchaînement des fureurs politico-cléricales et les hurlements des politiciens anticléricaux. Et la hache est levée sur l’édifice centenaire du Concordat.

19La chute du ministère Méline, en juin 1898, marque la fin de cette politique de conciliation, à laquelle le grand Pape avait travaillé. En juin 1902, un ancien séminariste, M. Émile Combes, dont l’oncle, le chanoine Augustin Combes, avait été vicaire-général de Rennes, devenait président du Conseil et inaugurait un régime de mensonges, de délations, et de violences, dans le but d’en finir décidément avec le catholicisme. En août 1903, le cardinal Sarto coiffait la tiare et prenait le nom de Pie X, décidé à ne point plier sous la menace des mécréants et à extirper l’hétérodoxie. Leur œuvre commune a été de briser et de ruiner l’Église gallicane.

20Saint-Simon appelle Innocent IX « cet inepte pape ». Plus réservé dans l’expression de la même pensée, Bossuet disait : « Une bonne intention avec peu de lumières, c’est un grand mal dans de si hautes places. » Le jugement applicable à Pie X est identique. Si l’on veut flatter ce pontife, qu’on dise de lui ce que Chateaubriand écrivait de Charles X : « À force d’immobilité, il atteint une certaine grandeur. » Au reste, pour l’historien, le pidisme est un phénomène régulier de réaction contre la déliquescence religieuse, les concessions inquiétantes, l’insulte impie et grossière, comme le combisme est un phénomène non moins régulier d’agression contre l’intransigeance, l’injustice, l’aveuglement des forces politico-cléricales. Quand les événements amènent une de ces crises aiguës entre Illuminés du Trépied Sacré et Fanatiques de la Raison Pure, on a, grâce aux éléments troubles et fourbes, factieux et révolutionnaires qui s’en mêlent, des spectacles de nature à étonner Candide et à rendre moins habitable notre vieille planète. Le cardinal Labouré, qui détestait le remue-ménage ecclésiastique et jugeait maladroit d’agiter des mouchoirs rouges devant les taureaux laïques, donna des conseils de sagesse et de modération, qui lui valurent, de la part de son cher parti conservateur, des insultes copieuses : il mourut vers la fin d’avril 1906, accablé de tristesse. Ses obsèques eurent lieu le jeudi 26 avril 1906.

  • 35 Auguste-René-Marie Dubourg (1842-1921), né à Loguivy-Plougras (Côtes d’Armor), fut nommé en 1893 é (...)
  • 36 François Duine a rajouté cette notation en marge de son manuscrit. Lecteur de Saint-Simon, il a so (...)

21Il eut pour successeur, au mois d’août suivant, M. Dubourg, évêque de Moulins, et ancien vicaire-général de Saint-Brieuc35. On serait injuste en affirmant que ce prélat n’avait pas assez de talent pour être curé-doyen dans un chef-lieu de canton. Paysan, et « excrément de séminaire » comme disait Saint-Simon36. Tandis que toute la politique combiste consistait à dire d’un homme religieux ou indépendant : « Il n’est pas républicain », la politique pidiste se réduisait, en face d’un prêtre ou d’un catholique qui ne portait pas de soumission d’attitude et d’esprit jusqu’à une bassesse lyrique, à déclarer : « Il est moderniste. » Quiconque gardait un peu de noblesse morale et de liberté d’esprit, ou n’était pas républicain, à la mode radicale, ou était moderniste, au jugement clérical. Dans l’espoir d’obtenir le cardinalat, et dans la peur d’être dénoncé par les royalistes, mais essentiellement, par incapacité d’être quelqu’un, M. Dubourg se contenta du rôle de crieur public. Il entassait pidisme sur pidisme. Il déclamait, déclamait, déclamait…

  • 37 Voltaire, dans son poème Le pauvre diable, écrit en 1760, prend à partie l’abbé Trublet qui « comp (...)

« Et nous lassait, sans jamais se lasser37. »

  • 38 Voir une note de Victor Giraud, dans Les Maîtres de l’heure, à propos de Jules Lemaître (1914, p. (...)
  • 39 Lecigne, Brizeux. Sa vie et ses œuvres, Paris, Poussielgue, 1898 (voir Annales de Bretagne, avril (...)
  • 40 Exactement, voici comment les choses se passèrent. M. Loth, qui était alors le doyen de la Faculté (...)
  • 41 Consulter Emmanuel Desgrées du Lou, De Léon XIII au Sillon, Paris, Bloud, 1907.

22Aussi fut-il un instrument docile aux mains de ceux qui savaient l’exciter. Il criait – car il ne parlait jamais – que non seulement il anéantirait les modernistes, s’il en rencontrait un, mais qu’encore il poursuivrait sans relâche les semi-modernistes et les modernisants. Rendons-lui cette justice qu’il a toujours malmené ceux qu’on lui indiquait comme « suspects ». L’Action Française, dénomination du journal et de l’organisation royalistes, profita, avec beaucoup d’adresse et d’audace, de l’état de choses combisto-pidiste. L’orléanisme correct et parlementaire, qui agonisait en cravate blanche, fut remplacé par une doctrine qui tenait compte de l’évolution de la société et qui admettait l’utilisation des moyens violents. On institua une critique de la République, qui n’est pas restée sans influence sur les républicains intelligents. On établit une communauté d’idées nationales, qui permettait à l’athée le plus cultivé et au catholique le plus simple de communier sous les mêmes espèces « ou apparences », comme dit notre catéchisme. On ouvrait un champ de pensée et d’activité aux jeunes gens, à qui l’on offrait des panaches, des salons, des manifestations dans la rue, et dont les parents étaient excédés du combisme. Un parti n’est pas négligeable dans le tableau de la vie contemporaine, quand il compte un romancier-psychologue comme Paul Bourget, un conférencier et un critique séduisant comme Jules Lemaître, un littérateur politicien comme Charles Maurras. Les gens de L’Action Française qui frappent à coups de matraque les littérateurs qui n’entrent pas dans leur sillage38, traitent avec respect M. Maurice Barrès. Ce parlementaire exerce sur notre génération une autorité rare. Même, il a réussi à se faire écouter de la Chambre en combattant la célébration du deuxième centenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau. D’ailleurs, nos royalistes cherchent à s’annexer les puissances de l’esprit : Balzac, Sainte-Beuve, Taine, et prétendent renouer les traditions classiques. Lamennais est pour eux un des monstres du romantisme. Ils ont profité hardiment de la réaction théologique. Au reste, quelques prêtres se sont mis à leur service. Nommons l’abbé Lecigne39, qui me paraît le plus intéressant de ces pidistes-action-française. Il avait soutenu jadis à Rennes une thèse sur Brizeux. Plus tard, il a quitté son professorat à l’Institut Catholique de Lille, pour prendre la direction du journal L’Univers. Les évêques, comme M. Dubourg, le flagornèrent, pour obtenir de bonnes notes sur cette feuille des prêtres « bien pensants ». Elle est morte au commencement de la guerre, et le directeur a fait de même, quelque temps après. Le Journal de Rennes, dont le tirage est d’un millier d’exemplaires, fut, dans notre ville, le succédané de L’Action Française. M. Richard, doyen du Chapitre, en était un collaborateur fidèle. Là se mesuraient les degrés d’orthodoxie et de sainteté de chacun. Quant au groupement régional de Monseigneur (notre prince), il était présidé par M. de Calan, érudit breton, qui avait essayé de succéder à l’influence de M. de La Borderie. En vain. L’Université de Rennes où il fut conférencier libre d’histoire provinciale (janvier 1902/mars 1906) le remercia. Non pas que son cours fût nul, comme on l’a prétendu, mais il était vide. Peut-être le combisme ne fut-il pas étranger à cette mesure, qui fut inspirée par M. Dottin40. Le ciel réservait une consolation à l’auteur des discours sur La Bretagne et les Bretons au XVIe siècle : M. le vicomte de la Lande de Calan reçut le titre de camérier secret de Cape et d’Épée de Sa Sainteté le Pape Pie X. Rome lui devait bien cela. Il avait payé très cher, les années passées, à la Curie, son divorce. Mais je crois Calan un galant homme, dévoué à sa province. On ne saurait avoir la même estime pour M. de Montenon, grand commandeur du Saint Sépulcre, etc. Ce pilier d’orthodoxie – action-française, est un maniaque de décorations. À force d’intrigues, il a obtenu du Vatican des épées, gilets rouges et colliers de perles. Il quitta son pays de Laval pour venir à Rennes et s’imposa à l’archevêché. Il prétendit bien y avoir ses grandes et petites entrées. Le grand effort de nos pidistes-royalistes se porta dans notre province contre Le Sillon et contre L’Ouest-Éclair41. Rome intervint en condamnant les sillonnistes (août 1910). Le chef des jeunes gens de ce parti dans toute la région bretonne était M. Michel Even, ancien élève du lycée de Rennes, où il s’était signalé par l’ardeur de ses convictions religieuses. Vers 1908, ayant fait des démarches pour entrer au séminaire de notre capitale provinciale, il fut éconduit. S’étant adressé au séminaire de Laval, ville habitée par son père, qui est conseiller de préfecture, il eut le même succès. Il réussit enfin à se faire recevoir au séminaire de Saint-Sulpice, et fut ordonné prêtre en juin 1912. Quant à LOuest-Éclair, Rome, comme pour les autres périodiques régionaux, s’en remit au zèle épiscopal. M. Dubourg et ses suffragants patronnèrent, en y allant de leurs fonds, Le Nouvelliste de Bretagne, qui finit par atteindre un tirage de 40 000 exemplaires. En même temps, ils firent tout le tort possible à l’autre journal. Défense aux prêtres de s’y abonner et de s’en faire les lecteurs ostensibles. Félicitations ou récompenses aux ecclésiastiques propagateurs du Nouvelliste. Lettres pastorales qui appelaient la défiance des fidèles vis-à-vis de LOuest-Éclair, qu’on dépeignait sans le nommer. Interrogation et pression au confessionnal. Mesures ecclésiastiques contre l’abbé Trochu, dont l’administration très active et fort entendue faisait la fortune de la feuille libérale qui, malgré la lutte, monta à un tirage de 80 000 exemplaires. La prudence et la modération de M. Desgrées du Lou, gentilhomme d’un catholicisme sincère, évita les répliques inutiles et envenimantes et conserva un ton irréprochable à l’égard de la hiérarchie.

  • 42 L’encyclique Pascendi consacre l’expression « modernisme », tout en le condamnant.
  • 43 « Alors que les espions nous enlevaient la possibilité même de parler et d’écouter », Tacite, La v (...)
  • 44 « Les yeux bandés et les oreilles bouchées, provoluti ad pedes, expression si chérie à Rome et si (...)

23L’encyclique Pascendi, datée du 8 septembre 1907, qui a précédé de six mois l’excommunication solennelle de l’abbé Loisy, est la charte de l’Église médiévale que rêvait Pie X. Elle a organisé une centralisation outrancière. Nous avons vu dans le catholicisme le système révolutionnaire de la délation méthodique et des épurations administratives et doctrinales poussés jusqu’à la fureur42. Achats de livres surveillés, lectures admonestées, réunions d’amis espionnées, conversations de table rapportées, professeurs menacés ou renvoyés : adempto per inquisitiones etiam loquendi audiendique commercio43, comme dit Tacite, dont j’ai bien compris la peinture du régime de compression, qui fut cher à Domitien. D’où hypocrisie chez ceux qui voulaient conserver les places ecclésiastiques ou en gagner de plus brillantes, désaveu de ses propres idées et abandon de ses anciennes amitiés, publications d’articles dépourvus de sincérité, mais destinés à prouver la nouvelle virginité de sa foi. Au reste, pour écrire, le prêtre est soumis à des Nihil obstat, suivis d’Imprimatur, qui livrent toute pensée humaine au bon vouloir de la hiérarchie. En outre, un comité de vigilance, occulte, est constitué dans chaque évêché pour surveiller toutes les publications, et toutes les manifestations de vie personnelle. Ce comité est un mur contre le libéralisme d’un évêque et un point d’appui pour ce dernier, s’il désire exécuter quelques tirs de vengeance. Élimination de toute voix laïque dans les débats relatifs aux intérêts de l’Église, réduction des prêtres au rôle de fonctionnaires muets et aveugles44, transformation des successeurs des apôtres en simples porte-voix et porte-bâtons du Vatican, identification absolue du Pape et du Fils de Dieu. Que cette surexcitation d’idées mystiques et cette exaspération défensive du catholicisme ultramontain aient produit des résultats et quelques-uns des résultats cherchés, ce n’est pas douteux, mais comme Pie X n’a pu détruire la liberté scientifique ni la liberté politique, il s’en suit que l’avenir de cette religion, enfermée étroitement dans une forteresse d’un âge lointain cause des soucis à ceux qui savent les conditions de la vie moderne.

  • 45 « Que ta fortune t’accompagne ».

24Sans doute, l’Église de France a bénéficié de la répugnance qu’inspirait le combisme. Les populations se sentirent atteintes dans leurs temples et dans les fondations de leurs morts. Les artistes eurent peur de la ruine de tant de belles choses nationales. Les poètes admirèrent cette fierté de conviction, cette confiance dans l’Éternité, qui dictaient à la puissance spirituelle ce mot de mépris aux puissances charnelles : pecunia tua tecum sit45 ! Un incroyant se révéla comme le Chateaubriand du XXe siècle : Maurice Barrès chanta le génie du christianisme et la bêtise de l’impiété dans son livre de La grande pitié des églises de France (fin février 1914).

25Le diocèse de Rennes est un de ceux qui se sont relevés le plus facilement après les écroulements de la Séparation de l’Église et de l’État, votée en décembre 1905. Le principal soin fut d’organiser le denier du culte, ou quête pour l’entretien du clergé. On inséra dans le catéchisme l’obligation pour tous les catholiques de contribuer à ce budget. Dans plusieurs paroisses, les débuts de cet impôt nouveau furent discutés et difficiles ; les recteurs agirent parfois avec rudesse ; bref, cette taxe semble entrée maintenant dans l’usage. En second lieu, l’administration diocésaine veilla à ce que les prêtres ne formassent pas une société de secours mutuels ou des associations analogues, de peur qu’ils se crussent moins dépendants de l’évêché, qui les tient de plus près en leur servant un traitement (900 f pour les curés, 300 f pour les vicaires). Troisièmement, l’autorité épiscopale excita vivement le clergé à réparer les brèches faites à l’enseignement primaire libre et à développer le réseau des écoles. C’est sur ce point que la lutte a pris ses proportions les plus aiguës. Polémiques de journalistes, mandements de prélats, prédications de pasteurs, monitions au confessionnal, choix de prêtres comme instituteurs, tous les moyens ont été employés pour survivre à la grande vexation combiste et jouir des suprêmes libertés. Dans plusieurs communes, on peut dire que les partis adverses se mesuraient à couteaux tirés.

26La mort de Pie X, survenue en août 1914, au milieu d’événements qui contraignaient les énergumènes, sous l’œil de la censure, à différer les discussions irritantes, passa quasiment inaperçue, tandis que le clergé, obligé par les lois militaires de se ranger sous les drapeaux, bénéficiait de sa participation à l’œuvre commune. Quelle sera la politique de Benoît XV, élu au commencement de septembre 1914, et quel sera le contrecoup de cette politique dans l’Église de France ? Dans quelle mesure la mentalité publique sera-t-elle modifiée par la guerre ? Quel avantage le clergé recevra-t-il pour prix de son dévouement et à quel degré son esprit sera-t-il éclairé ou changé par les circonstances extraordinaires qui l’atteignent ? J’arrêterai sur ces questions mon cahier. Puis, quelques années après, je le reprendrai pour décrire la période quinquennale qui suivra la guerre franco-allemande. Cette période ne peut pas ne pas être intéressante : elle indiquera la marche de l’avenir. Mon récit se terminera en même temps avec ma cinquantième année. À cet âge, l’expérience d’une vie aussi humble que la mienne est entièrement achevée.

Notes

1 Félicité de Lamennais est né à Saint-Malo sur la rive droite de la Rance et est mort en 1854 alors que Louis Duchesne est né en 1843 à Saint-Servan, donc sur la même rive droite, contrairement à l’assertion de François Duine.

2 Jules Pacheu (1860-après 1922) entra dans la Compagnie de Jésus en 1881 et fut ordonné prêtre en 1893. Professeur à l’Institut Catholique de Paris, il quitta la Compagnie de Jésus en 1904 ou 1905. Il revint à Rennes, retourna à Paris puis à nouveau à Rennes. Ses problèmes de santé évoqués par François Duine expliquent cette instabilité. Ses études de théologie spirituelle l’ont amené à confronter l’expérience des principaux mystiques chrétiens avec les diverses approches et explications qu’en donnent ses contemporains.

3 Auguste Diès (1875-1958), helléniste et universitaire, obtint à Rennes en 1899 un diplôme d’études supérieures sur l’École d’Athènes aux IVe et Ve siècle après J.-C. Ordonné prêtre en 1900, il s’orienta vers l’étude de Platon. Au plein cœur de la crise moderniste, il suscita la méfiance des autorités ecclésiastiques. Nommé professeur à l’Université catholique d’Angers, il publia de nombreuses études sur Platon. En 1943, il fut élu à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, et en 1948 il fut nommé Prélat. De 1952 à 1955, il enseigna à l’Université Ibrahim Pacha du Caire. Il est mort à Saint-Servan.

4 Joseph Huby (1878-1948) entra dans la Compagnie de Jésus en 1897 et fut ordonné prêtre en 1910. Après un voyage d’études en Terre Sainte, il se consacra aux études bibliques à partir de 1922. Attaché à la rédaction des Études, il exerça une influence profonde sur la pensée religieuse pendant la première moitié du XXe siècle. Son Christus, manuel d’histoire des religions, publié en 1911, a connu un grand succès. Il y réfutait les thèses rationalistes de Salomon Reinach.

5 Salomon Reinach (1858-1932), philologue et archéologue, enseigna à la chaire d’archéologie de l’École du Louvre et dirigea le musée des Antiquités nationales de Saint-Germainen-Laye. Il a publié de nombreux ouvrages sur la sculpture et la peinture grecque et romaine, les peintres du Moyen Âge et de la Renaissance.

6 L’abbé Huby a pris des collaborateurs pour la composition de ce livre difficile.

7 Amédée Guillotin de Corson (1837-1905), originaire de Bain-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), ordonné prêtre en 1861, fut nommé vicaire dans la petite paroisse de La Noë-Blanche. Il occupa ses loisirs à la recherche historique. Il fut appelé à Rennes par Mgr Brossays Saint-Marc qui lui confia la composition du Pouillé historique de l’Archidiocèse de Rennes en six volumes. Il publia en outre de nombreux ouvrages, brochures, articles, en particulier sur les grandes et petites seigneuries de Haute-Bretagne. Le chanoine Guillotin de Corson illustre la tradition des ecclésiastiques érudits.

8 J’assistai avec M. Guillotin au service funèbre de M. Paris. Ces deux amis moururent à quelques mois de distance l’un de l’autre, dans la même année 1905 (cf. Bulletin de la Soc. Arch. d’Ille-et-Vilaine, t. XXXV, p. XI sq., p. XLVIII sq.).

9 Paul-Marie Paris-Jallobert (1838-1905), ordonné prêtre en 1862, fut nommé vicaire à Vitré en 1875 et s’intéressa à l’histoire de la ville. Nommé recteur de Balazé en 1888, prédicateur et liturgiste de renom, il fit un inventaire rigoureux des registres paroissiaux du diocèse de Rennes et de paroisses limitrophes, publié sous le titre Les Anciens registres paroissiaux de Bretagne.

10 L’abbé Jules Pacheu a écrit en 1897 De Dante à Verlaine ; il a publié en 1914 Jacopone de Todi (frère mineur de saint François). En vérité, je m’attriste sur la destinée de ce prêtre bon lettré. Il vit maintenant, si l’on peut parler d’une telle vie ! à l’asile des Bas-Foins de Dinan. Sa mère et sa sœur avaient été frappées d’aliénation mentale.
Sur le côté un peu excentrique de M. Pacheu, voir un article de Tiercelin dans L’Hermine, décembre 1905, p. 127. Lire aussi un article de Jules Pacheu sur Charles Reculoux, dans L’Hermine, du 20 mars 1910, p. 181 sq. ; c’est une réponse à Le Braz, intéressante et piquante. Ch. Reculoux acheva les dix dernières années de sa vie à Saint-Laurent près de Rennes. Il mourut le 22 mars 1904, à 2 heures de l’après-midi, et fut enterré le 25 suivant.
Il était soigné par une sœur. Et Desgrées du Lou allait le voir. Il se confessa quinze jours avant son décès et communia plusieurs fois.
L’abbé Hervelin, de Pleugueneuc, entré à l’Oratoire plusieurs années après moi et professeur à Saint-Lô quand j’étais sorti de ce collège, a collaboré à L’Hermine d’une plume intéressante. Il est aujourd’hui à Fribourg.

11 Je crois bien que je n’ai nommé nulle part l’abbé Pouchard. Ambitieux, distingué, intelligent, instruit. Il a trouvé moyen d’avoir de hautes relations. Il était précepteur chez les Bourbon-Parme, puis chez un autre nom aussi pur, quand la guerre éclata. Il se fit aumônier volontaire des fusiliers marins, et prit part à l’épopée du Dixmude. On l’a décoré de la Légion d’Honneur. Lorsque le duc de Rohan, capitaine et député, est mort dans la gloire du combat, l’abbé Pouchard se trouvait là, comme par enchantement, pour prononcer les dernières paroles sur sa tombe.

12 Constant Guillois (1833-1910), bien que né à Mauron (Morbihan), entra dans le clergé de Rennes. Ordonné prêtre en 1857, il fut successivement professeur à l’Institution Saint-Vincent de Rennes, supérieur du collège de Saint-Malo, puis de Saint-Vincent en 1864. En 1873, il fut appelé à la direction du Grand Séminaire. En 1894, il devint évêque du Puy. Très affecté par la Séparation, il fit agréer sa démission en 1907 et se retira à Rennes.

13 Baudry de Bourgueil (vers 1046-1130), abbé de Saint-Pierre de Bourgueil, fut élu archevêque de Dol en 1107. Attaché à l’exercice de sa charge – il assista aux conciles de Latran de 1116 et 1123 – il a laissé une œuvre poétique de qualité. Dans le poème à la comtesse Adèle, fille de Guillaume le Conquérant, il donne une description de la tapisserie de Bayeux.

14 Dans le Bulletin Critique, du 1er décembre 1881, p. 267, l’abbé Michel, professeur de dogme au grand séminaire de Rennes, avait publié un compte rendu des Institutiones theologicae de Bonal. C’était d’une plume à la fois sérieuse et fougueuse. L’habile Duchesne voulait attirer ce pilier d’orthodoxie à sa revue, pour la soutenir en Bretagne. De fait, pendant longtemps, l’Archange ne professa aucune aversion pour Duchesne.

15 Le fascicule des conférences ecclésiastiques du diocèse de Rennes, de décembre 1913, contenait une étude de M. l’abbé Pinault sur l’Inquisition, étude faite avec conscience, mais abondamment apologétique. L’auteur observait cependant que cette institution médiévale était finie comme ne répondant plus à notre temps. Le curé de Notre-Dame de Rennes, le chanoine Martin, s’écria : « C’est du modernisme ! On ne parle pas comme ça. C’est du modernisme éhonté ! » Il s’alla plaindre à l’évêché. Le professeur répondit que les écrivains orthodoxes, comme l’abbé Vacandard, accordaient que l’ancienne Inquisition, quelles que fussent ses mérites, n’était plus viable. « Ça m’étonne beaucoup, répartit l’éminent prélat, en tout cas, ce ne sont pas des choses à dire. Que je n’entende plus jamais blâmer votre enseignement ! »

16 Le Journal des Débats du 20 mars 1918, annonce la mort de Mgr Mignot. Ce prélat avait occupé d’abord le siège de Fréjus, et c’est en 1899 qu’il était devenu archevêque d’Albi. Il décède âgé de 76 ans.

17 « Épargner les vaincus, dompter les superbes », Virgile, L’Énéide, Livre VI, vers 852 – « les autres exécutent ».

18 Paul Thureau-Dangin (1837-1913), d’abord connu comme publiciste puis comme historien de la Restauration et de la monarchie de Juillet, doit sa renommée à son histoire de La Renaissance Catholique en Angleterre au XIXe siècle, un classique que l’on a comparé au Port-Royal de Sainte-Beuve.

19 L’abbé Poulain qui se consolait de beaucoup de choses en jouant de la harpe et en composant des vers, était aimé de ses élèves. Cf. Herpin, etc., Histoire du collège de Saint-Malo, 1902, p. 317. Il a toujours vécu dans le pays malouin qui était le sien et dont il chérissait la beauté. Voir encore L’Hermine, août 1907, p. 152.

20 Morlais, Études morales sur les grands écrivains latins, Lyon, Vitte.

21 François Perrault, né en 1835, professeur à Saint-Vincent, curé de Notre-Dame de Rennes, de 1834 à 1907.

22 Le premier numéro de la revue Le Sillon est du 1er janvier 1894. Le rédacteur en chef était M. Paul Renaudin. Consulter dans Vie et doctrine du Sillon par M. Cousin, le premier chapitre : Coup d’œil sur les origines et le développement du Sillon. À Rennes, la fondation du Sillon date du 13 mars 1904, et a été racontée dans la revue L’Ajonc, cette même année. On répandit beaucoup, à cause du nom que portait l’auteur, une petite brochure de François Veuillot : Action sociale des jeunes : Le Sillon, Paris et Lille, 1904. Sur la condamnation du Sillon, consulter Houtin, Histoire du modernisme, 1913, p. 290 sq. Marc Sangnier essaya de sauver tout ce qu’il était possible de conserver du sillonnisme, en fondant La Démocratie (1910). Le dernier numéro de ce journal a paru le 3 août 1914, la rédaction et l’impression manquant de plumes et de bras à cause de la guerre, et le directeur étant sous les drapeaux.

23 Emmanuel Desgrées du Lou (1867-1933), fils d’un gentilhomme rallié à la République, avocat au barreau de Brest, se lia à Albert de Mun et fonda en 1894 le Comité catholique ouvrier de Brest. En 1897, à l’instigation des abbés Trochu et Crublet, il prit la direction de l’hebdomadaire L’Écho de l’Ouest et participa à la fondation de L’Ouest-Éclair qu’il développa considérablement. À la suite d’un conflit avec l’abbé Trochu, il l’emporta, entraînant la démission du prêtre.

24 Le premier numéro de L’Ouest-Éclair parut le 2 août 1899.

25 Félix Trochu (1868-1950) s’inscrit dans le courant des « abbés démocrates » qui cherchaient à concilier Église, démocratie et engagement social. Homme de presse, il acheta ou fonda des journaux locaux jusqu’au lancement du quotidien L’Ouest-Éclair, le 2 août 1899, en pleine affaire Dreyfus. Libre à l’égard des courants royalistes qui conservaient de fortes sympathies dans le clergé, il n’entendait pas non plus se lier au monde républicain breton souvent très anticlérical. Il a su surtout, en véritable homme d’affaires, donner une échelle industrielle au journal qui passa de 1 200 lecteurs en 1900 à 400 000 exemplaires pendant la Première guerre mondiale.

26 Jules Lemire (1853-1928), prêtre du diocèse de Cambrai, s’engagea très tôt dans le catholicisme libéral et social. Élu député d’Hazebrouck en 1893, il devint l’une des figures les plus populaires de la démocratie chrétienne. En cherchant à éviter la rupture entre l’Église et la République, il s’attira l’inimitié de ses confrères et des courants conservateurs. Mgr Charost, évêque de Lille, le frappa de suspense en janvier 1914, suspense levée par intervention de Benoît XV en 1916. Il affirma, dans ses interventions à la Chambre et dans son engagement politique et social, l’autonomie du politique, et accepta la sécularisation de la société comme fondement des relations entre l’Église et l’État.

27 J’ai répondu à cette pieuse erreur dans les Annales de Bretagne, janvier 1913 ; et dans mon Lamennais, de 1912, p. 21.

28 Paul Naudet (1859-1929), né à Bordeaux, ordonné prêtre après des études au Grand Séminaire du diocèse, prit conscience lors d’un Carême prêché en 1891 de la désaffection religieuse des hommes. Il fit partie du courant des « abbés démocrates » et fut un pionnier de la jeune démocratie chrétienne. Il créa l’hebdomadaire La Justice sociale (1893-1908), condamné par le Saint-Office lors de la crise moderniste. De 1897 à 1925, il occupa une chaire de doctrine sociale catholique au Collège libre des sciences sociales.

29 Voir le R. P. Paul Dudon, Lamennais et le Saint-Siège, 1911, p. 382-386.

30 Plusieurs prêtres, « abbés démocrates », s’engagèrent dans une volonté de réconciliation de l’Église avec la société : l’abbé Émile Bridel près du monde ouvrier avec la création de syndicats et coopératives, les abbés Augustin Crublet, Julien Geffriaud et Henri Mancel dans le monde agricole et l’abbé Félix Trochu dans la presse. Henri Dorgères, journaliste et homme politique de droite, les qualifiait de « poissons rouges dans le bénitier ».

31 Voir Robert, Les abbés socialistes d’Ille-et-Vilaine, 1897 (brochure) et Les catholiques constitutionnels d’Ille-et-Vilaine, 1893 (brochure). Cf. Rouillot, p. 58. Un rédacteur du Journal de Rennes, M. Jules Rouxel, publia, sous le pseudonyme de Peccadut, un livre intitulé Les Catholiques. Ce livre causa une si grosse émotion dans le clergé que M. Rouxel fut obligé de quitter la feuille « bien pensante ». L’abbé Robert fut accusé d’avoir collaboré à ce volume. Sur M. Rouxel, cf. L’Hermine, novembre 1901, p. 85.

32 Il est impossible de fixer la situation économique du diocèse, à la veille de la Séparation. Car, outre les revenus des fondations, il faudrait connaître les revenus des quêtes et des dons occultes. En plus, le casuel et le budget des cultes. Ce qui est certain, c’est que l’administration financière de l’archevêque était, en règle générale, aussi inhabile que cachottière.

33 Il y a toujours eu quelques exodes ecclésiastiques. Le plus retentissant est celui de Lamennais et cet exode s’impose à l’examen de l’histoire. Ce qui est fâcheux pour l’Église. Le cas du Père Hyacinthe (Loyson) n’est pas négligeable. C’est dans les 30 dernières années du XIXe siècle que ces sorties ont commencé à devenir moins rares. Le cas de M. Amelineau, égyptologue, et de M. Ledrain, assyriologue, sont intéressants. Quand ils franchissent le seuil du sanctuaire, les prêtres entrent ordinairement dans l’Université, s’ils ont assez d’énergie intellectuelle et morale (M. Récéjac, docteur en théologie, devient, en 1896, docteur ès-lettres et professeur de lycée ; est aussi professeur de lycée M. Rose, qui fut dominicain et publia des travaux exégétiques). Le trait le plus caractéristique de notre temps est celui de M. Nicolardot, ancien jésuite, qui, en 1908, soutient devant la Sorbonne une thèse sur Les procédés de rédaction des trois premiers évangélistes. Nicolardot est maintenant professeur d’histoire des religions à la Faculté des lettres de Lille.
Les prêtres qui savent tenir une plume entrent volontiers dans le journalisme en quittant l’Église. Les exemples ne me manqueraient pas. On peut retenir le nom de l’abbé Benjamin Guinaudeau qui a laissé sa soutane en octobre 1891, et qui a publié plusieurs volumes, entre autres un recueil de Premières poésies et lettres intimes de Leconte de Lisle (1902).
Mais au total les exodes sont peu de chose, jusqu’ici, sur le chiffre global du clergé français. Pour le diocèse de Rennes, je ne connais aucune sortie qui soit digne d’attention, sauf celle de l’abbé Pivert, dont j’ai déjà parlé. Dans ces dix dernières années, deux jeunes prêtres, un vicaire et un professeur, ont quitté leur poste pour se marier. Deux autres, un quinquagénaire et un quadragénaire, ont repris l’habit laïque : le récit de leurs aventures donnerait la nausée.
[En 1916, nous avons eu le cas de l’abbé Gastinet, recteur de Baulon, garçon apoplectique et mal élevé, qui, âgé de 59 ans, est parti avec une veuve, disent les uns, avec la fille de son jardinier, disent les autres. L’affaire Gastinet m’avait été contée par l’abbé Turmel, qui m’affirmait la valeur de ses sources. J’ai pris des renseignements. Gastinet est devenu curé dans le diocèse de Versailles, et son aventure est de proposition très mince. Je l’effacerai.

34 Les deux principales églises de M. Mellet, ou de la famille Mellet, pour parler plus exactement, y compris le bénédictin, sont celles de Janzé et de Saint-Martin de Vitré. De M. Martenot, dont le nom a été donné à une rue de Rennes, l’église Saint-Aubin-en-N.-D. de Bonne Nouvelle, qui est inachevée, la chapelle du Lycée, etc. Mais en Ille-et-Vilaine, aucune construction ecclésiastique hors du chef-lieu. De M. Regnault : Liffré, La Fresnais, Chateaugiron, Épiniac, Pocé, Etrelles, N.-D. de Bonabry à Fougères, Les Sacrés-Cœurs à Rennes, Tinténiac, etc.

35 Auguste-René-Marie Dubourg (1842-1921), né à Loguivy-Plougras (Côtes d’Armor), fut nommé en 1893 évêque de Moulins avant d’être promu à l’archevêché de Rennes en 1906. Dans un diocèse désorganisé par les lois de séparation, il défendit les libertés religieuses et les droits de l’Église. Il s’opposa également fermement aux tendances modernistes. Pendant la guerre, il se dépensa sans compter pour soulager les souffrances. En 1916, il fut créé cardinal par Benoît XV. Il aimait, au cours des pardons dans sa province, prêcher en breton.

36 François Duine a rajouté cette notation en marge de son manuscrit. Lecteur de Saint-Simon, il a souvent utilisé le même ton caustique dans ses portraits. Le personnage visé est Mgr Claude Maur d’Aubigny († 1719), évêque de Noyon, puis archevêque de Rouen. Saint-Simon le traite ainsi : « homme sincèrement de bien et d’honneur, mais ignorantissime, grossier, entêté, excrément de séminaire » (Mémoires, édition de la Pléiade, 1987, t. VII, p. 312).

37 Voltaire, dans son poème Le pauvre diable, écrit en 1760, prend à partie l’abbé Trublet qui « compilait, compilait, compilait », et il ajoute : « On le voyait sans cesse écrire, écrire/Ce qu’il avait jadis entendu dire,/Et nous lassait sans jamais se lasser. » Il use, dans le dernier vers, d’une polyptote, figure où l’on emploie dans la même phrase plusieurs constructions d’un même mot.

38 Voir une note de Victor Giraud, dans Les Maîtres de l’heure, à propos de Jules Lemaître (1914, p. 74). Et l’aventure arrivée à M. Giraud n’a rien d’exceptionnel.

39 Lecigne, Brizeux. Sa vie et ses œuvres, Paris, Poussielgue, 1898 (voir Annales de Bretagne, avril 1898, p. 467-473).

40 Exactement, voici comment les choses se passèrent. M. Loth, qui était alors le doyen de la Faculté des Lettres, demanda le maintien inoffensif de la chaire de M. de Calan, et reprocha à M. Dottin, son collègue, de se laisser conduire, dans cette affaire, par des principes combistes. Celui-ci répliqua avec beaucoup de vivacité et déclara qu’il était prêt à accepter n’importe quel conservateur ou royaliste, par exemple M. Pocquet, dont le cours mériterait d’être patronné par l’Université.

41 Consulter Emmanuel Desgrées du Lou, De Léon XIII au Sillon, Paris, Bloud, 1907.

42 L’encyclique Pascendi consacre l’expression « modernisme », tout en le condamnant.

43 « Alors que les espions nous enlevaient la possibilité même de parler et d’écouter », Tacite, La vie de Cneius Julius Agricola, II, 3.

44 « Les yeux bandés et les oreilles bouchées, provoluti ad pedes, expression si chérie à Rome et si barbare dans l’Église » (Saint-Simon).

45 « Que ta fortune t’accompagne ».

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540