Version classiqueVersion mobile

Espaces en transactions

 | 
Raymonde Séchet
, 
Isabelle Garat
, 
Djemila Zeneidi

Première partie. Mobilités et capital spatial

Le capital spatial : une forme de capital, un savoir être mobile socialement inégal. L’exemple de l’élite argentine de Punta del Este (Uruguay)1

Jean-Marc Fournier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Note portant sur l’auteur2

Les notions de capital économique, de capital social, de capital culturel et de capital symbolique sont aujourd’hui reconnues dans les sciences sociales, notamment sous l’influence des travaux de Pierre Bourdieu3. On admet généralement que ces capitaux sont en interrelations les uns avec les autres. Ce texte cherche à montrer l’intérêt qu’il y a à compléter cette liste par la notion de capital spatial pour rendre compte du processus de capitalisation des pratiques spatiales dont l’ampleur et l’intensité sont variables selon les groupes sociaux. On considère que savoir utiliser l’espace n’est pas socialement neutre et sans rapport avec les autres formes de capitaux et que, au contraire, l’usage des mobilités spatiales participe aux mécanismes de distinction sociale. La notion de capital spatial ne se réduit donc pas ici à la capacité, pour des individus, à être mobiles, à savoir se déplacer et voyager depuis les échelles locales jusqu’aux échelles internatio...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search