Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le désir de calme

 | 
Klaas van Walraven

Prologue. Historiciser le Sawaba

Full text

Photo P. 1 – Daouda Hamadou, Ayorou, 2009.

Photo P. 1 – Daouda Hamadou, Ayorou, 2009.

Photo Klaas van Walraven.

  • 1 Le compte-rendu journalistique formant un chapitre de l’ouvrage de Georges Chaffard, Les Carnets se (...)
  • 2 Les plus notables de ces études comparatives sont les œuvres de G.M. Carter (dir.), Five African St (...)
  • 3 Voir par exemple R.B. Charlick, Niger : Personal Rule and Survival in the Sahel (Boulder, San Franc (...)
  • 4 F. Fuglestad, A History of Niger 1850-1960 (Cambridge, 1983).
  • 5 C. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, 1995) ; A. Salifou, Biograp (...)

1La riche et fascinante histoire du mouvement Sawaba du Niger n’a jamais fait l’objet d’une étude scientifique – que ce soit en histoire ou dans une autre discipline1. Au cours des années 1960 et 1970, les politologues ont analysé un très grand nombre de pays et se sont penchés sur quantité de mouvements et partis politiques aux fins d’élucider les projets dont ils étaient porteurs. Cette marée de recherches a à peine effleuré le Niger2. En ce qui concerne ce pays, il a surtout été question d’histoires générales et de questions politiques d’ensemble3, et nous ne disposons d’aucune analyse d’un mouvement spécifique et du rôle qu’il a pu jouer dans la fermentation sociale des années 1950. De l’avis de certains, une telle fermentation serait d’ailleurs complètement absente du Niger, à cette époque4. Il a fallu attendre 1995 pour l’ouvrage de Claude Fluchard consacré au PPN-RDA, le parti qui a régné sur le Niger de la Ire République. Plus récemment, en 2010, André Salifou a publié une biographie du chef de ce parti5. Tous ces travaux ne font cependant que mieux ressortir le fait que l’unique mouvement social moderne dont le Niger pouvait se targuer dans la période de l’après-seconde guerre mondiale – mouvement représentant la plus considérable des forces ayant marqué les turbulences politiques de la décolonisation du pays – a été laissé de côté. Une négligence similaire frappe la tentative du Sawaba de reconquérir le pouvoir politique à travers une campagne de guérilla au cours des années 1960.

  • 6 La guerre du Biafra est un autre exemple.
  • 7 Pour un examen de cette question, voir S. Ellis, « Africa’s Wars of Liberation : Some Historiograph (...)
  • 8 Voir S. Ellis, « Colonial Conquest in Central Madagascar : Who Resisted What? », et K. van Walraven (...)
  • 9 Voir Van Walraven et Abbink, « Rethinking Resistance in African History » ; Ellis, « Africa’s Wars (...)
  • 10 Il est intéressant de noter des exceptions au niveau du Journal of African History, y compris sur l (...)
  • 11 F. Cooper, « Possibility and Constraint : African Independence in Historical Perspective », Journal (...)

2Il suffit par contraste d’un coup d’œil sur l’index du Journal of African History ou de tout autre ouvrage de référence de ce type pour trouver d’abondants détails et des études récurrentes sur des mouvements insurrectionnels comme les Mau Mau, l’UPC du Cameroun, la rébellion malgache de 1947, le FROLINAT ou, à une période antérieure, le soulèvement Maji Maji du Tanganyika – il est vrai tous liés à des crises de bien plus grande ampleur6. Des décennies se sont écoulées depuis l’avènement des études africanistes modernes, et les politologues et autres spécialistes se sont penchés avec ardeur sur d’innombrables thèmes et aspects de la politique africaine, mais le moteur principal de la vie politique nigérienne des années 1950, ainsi que de la lutte du pays contre les Français, reste remarquablement absent des travaux publiés ! Ce vide paraît dès l’abord d’autant plus déroutant que l’émergence des études africanistes modernes a coïncidé avec les indépendances africaines, et durant cette période, les chercheurs se sont très souvent intéressés non seulement aux résistances rencontrées par le colonisateur européen dans un passé plus lointain, mais aussi, bien entendu, aux combats nationalistes de l’heure7. On peut supposer que les conditions politiques qui prévalaient au Niger ont restreint l’accès aux archives et autres données sensibles, décourageant ainsi tout intérêt pour le mouvement Sawaba à l’époque même des faits. Les études portant sur les luttes de l’indépendance en Afrique ont ensuite connu une période de reflux, à partir surtout des années 1980. Devant les crises politico-économiques dans lesquelles s’enfonçaient de plus en plus les pays africains, une certaine désillusion s’est installée au sujet de la décolonisation, et les thèmes de recherche se sont progressivement réorientés vers de nouvelles directions8. Les études sur les résistances, marquées d’ailleurs par toutes sortes de problèmes conceptuels9, furent frappées d’une obsolescence particulièrement rapide, alors que les historiens restaient toujours sur la réserve quant à la question des idéologies ou des mutations politiques des années 195010. Les choses en arrivèrent au point où, en 2008, on a pu noter que les historiens ne se trouvaient finalement qu’« au tout début d’un processus de prise en charge de thèmes étudiés par les chercheurs en sciences sociales des années 196011 ». Quelles que soient les raisons avancées, le fait demeure qu’aucune étude des luttes socio-économiques du mouvement Sawaba n’a été entreprise. Sans doute ceci reflète-t-il, d’une manière générale, l’état plutôt étriqué de l’historiographie nigérienne en tant que telle, ainsi que le développement socio-économique médiocre du pays par comparaison avec les autres pays francophones d’Afrique de l’Ouest. On peut donc, bien entendu, évoquer des causes rationnelles au manque d’intérêt des spécialistes pour le mouvement fondé par Djibo Bakary – y compris également sa disparition rapide vers le milieu des années 1960 et le caractère limité de ses exploits militaires, par comparaison avec ceux d’autres insurrections.

3Il n’empêche : mon étonnement ne fit que croître au fur et à mesure que mes plongées dans les archives me permirent de mettre au jour des sources montrant clairement que le conflit (armé) fut bien plus complexe et durable qu’on ne le suppose d’ordinaire. Je commençai aussi à entrevoir, au cours de mes recherches, des mondes sociaux divers aux contours captivants dont l’analyse pouvait considérablement enrichir notre connaissance de l’histoire moderne du Niger, et je m’aperçus que le Sawaba n’était pas seulement une organisation politique, mais bien aussi un mouvement social dans toute sa complexité et tout son dynamisme. Cette découverte particulière conféra au thème une impérativité nouvelle, qui fut davantage renforcée par mes rencontres avec les témoins survivants, lors de mes excursions « sur le terrain ». Un grand nombre de témoins directs des événements des années 1950 et 1960 étaient en effet heureusement encore en vie et se trouvaient enfin, pour la toute première fois, en mesure de raconter ce qu’ils avaient vécu à un historien. Hélas ! dans certains cas, ces rencontres décisives furent mises en danger par les maux et les infirmités du grand âge ou l’approche lugubre de la mort, et il n’a pas toujours été possible de terminer ou même de commencer l’enregistrement de tous les récits de vie. Par exemple, Hassane Djibo, un ancien maquisard entraîné à Nankin, est devenu aujourd’hui un vieillard affable à la mémoire apparemment bonne mais à l’élocution considérablement altérée par une attaque, et Adamou Assane Mayaki, un ancien ministre du gouvernement Sawaba, m’a transmis son histoire au moment où il luttait contre la maladie qui a fini par l’emporter. De fait, les acteurs de ces événements disparaissaient un à un, si bien que je me trouvai à livrer une véritable course contre la montre pour recueillir à temps des expériences qui allaient être perdues à tout jamais. Bien entendu, la reconstitution de l’histoire du Sawaba a bénéficié de façon essentielle des riches données documentaires que j’ai pu exhumer, mais les témoignages des anciens militants sont cruciaux non seulement pour donner du sens à cette histoire, mais aussi pour retrouver la myriade de ces petits et grands événements pittoresques ou graves qui, pris ensemble, tissent la trame narrative de la geste du mouvement. Ainsi que je l’ai noté dans la Préface, les sawabistes ont réagi avec un immense enthousiasme à cette « recherche du temps perdu », et la richesse surabondante des détails qu’ils m’ont fournis confirme libéralement le cliché concernant les bibliothèques qui s’évanouissent lorsque meurent les vieux hommes.

  • 12 Pour une critique, voir S. Ellis, « Writing Histories of Contemporary Africa », Journal of African (...)
  • 13 Voir par exemple E. Schmidt, Mobilizing the Masses : Gender, Ethnicity, and Class in the Nationalis (...)
  • 14 A. Isaacman & B. Isaacman, « Resistance and Collaboration in Southern and Central Africa, c. 1850-1 (...)

4Cette monographie se situe dans le contexte général des études africanistes – un contexte caractérisé, encore aujourd’hui, par un manque relatif de perspectives historicisantes sur la vie politique des années 1950 et 1960, en dépit du fait que nous nous trouvons ces dernières années à un moment clef pour réinterpréter l’histoire politique de cette période. En effet, les archives gouvernementales deviennent plus accessibles, et les derniers témoins sont encore en vie – quoique pas pour bien longtemps. On peut épiloguer sur la véritable nature de la « rupture » créée par les indépendances12, mais je m’efforce, dans cet ouvrage, de remettre en question l’idée selon laquelle l’étude des mouvements liés au « nationalisme », à la « libération » ou à la décolonisation en Afrique serait une entreprise surannée de laquelle l’on devrait se détourner au profit de thèmes plus importants. À y bien regarder, d’ailleurs, les historiens africanistes se penchent de plus en plus sur des sujets ayant trait à la décolonisation, à l’indépendance et à ses luttes, ainsi qu’aux organisations impliquées dans ces événements. Nombre d’auteurs s’attachent de nos jours à historiciser l’évolution politique de cette époque en s’aidant – entre autres perspectives – des résultats de l’histoire sociale, ce qui permet d’éclairer l’influence des forces « d’en bas » dans le développement des mouvements politique13. Ces approches novatrices renvoient à une prise de conscience du fait que les premières études historiques sur les « mouvements nationalistes » étaient fortement biaisées en faveur du rôle des élites africaines, dans un contexte où les luttes et les révoltes étaient non seulement un combat contre l’ordre colonial, mais aussi une série de conflits qui, à l’intérieur des sociétés africaines elles-mêmes, opposaient des « classes » différentes d’individus14.

  • 15 Voir K. van Walraven, « From Kano : Clandestine Politics in Niger and Nigeria and Sawaba’s Cross-Bo (...)
  • 16 Voir l’introduction à C. Clapham (dir.), African Guerrillas (Oxford, 1988).
  • 17 Voir également K. van Walraven, « Vehicle of Sedition : The Role of Transport Workers in Sawaba’s R (...)
  • 18 S. Ellis et I. van Kessel, « Introduction : African Social Movements or Social Movements in Africa? (...)

5Nous verrons dans ce livre que cette dimension des luttes anticoloniales caractérisait à n’en pas douter le Sawaba – de même qu’elle a caractérisé le mouvement « frère » de la NEPU, au Nord Nigeria15. On peut ici penser à la thèse de Clapham à propos des guérillas des périodes postérieures, thèse selon laquelle les révoltes contre les régimes de l’Afrique indépendante prendraient racine dans le fait que les grands compromis de la décolonisation avaient échoué et avaient assujetti les populations à des dirigeants considérés par plus d’un comme déracinés et illégitimes16. Le cas du Niger démontre, en particulier, que la lutte pour l’autonomie politique au cours des dernières heures de l’Empire français se fondait aussi sur un projet de changement social dont les objectifs larges mais vagues visaient à transformer la société au profit d’une classe de nouveaux citadins économiquement marginalisés et de professionnels un peu mieux lotis (mais de situation bien inférieure à celle des « évolués ») qui, tous ensemble, formaient un prolétariat structuré de manière horizontale. C’est ce petit peuple qui, sous l’aiguillon du gouvernement sawabiste qui avait pris en charge ses aspirations, fut l’acteur principal des émeutes du printemps 1958 à Niamey. Au cours de ces chaudes journées, les petites gens essayèrent de vider leur querelle avec le PPN-RDA qui défendait tout autant les intérêts généraux des « évolués » que ceux propres à la région ouest du territoire. Un limier envoyé par les Français pour enquêter sur ces troubles a produit un rapport détaillé, déposé aux archives d’Aix-en-Provence et jusqu’à présent complètement ignoré des chercheurs. Ce rapport permet de reconstituer, pratiquement heure par heure, trois journées de combats de rue acharnés dans lesquelles s’illustrèrent la remuante jeunesse de la capitale, des marginaux mobilisés comme « casseurs », mais aussi, en plus des hommes adultes, les femmes du marché, et même des jeunes filles. L’ambiance des luttes politiques sur la fin des années 1950 tournait indéniablement, au Niger comme ailleurs, à la fronde17 ! Mais il faut bien voir que la cible des frondeurs était constituée non seulement par les derniers remparts de la domination européenne, mais aussi par l’ordre social africain lui-même, et c’est cet aspect du conflit qui, plus que tout autre, a conféré son caractère explosif au combat contre le colonialisme finissant. Il est donc du plus haut intérêt de redécouvrir les processus de décolonisation tels qu’ils se sont déployés au sein de sociétés africaines, et surtout, tels qu’ils avaient pu être vus et vécus de la rue. Lorsqu’on se situe ainsi dans une perspective d’histoire du quotidien, l’agitation politique des années 1950 apparaît comme l’expression d’un mouvement avant tout social, même si le nationalisme était également un mobile déterminant18. Notons à cet égard que le fait de se focaliser sur la société nigérienne ou de signaler ses nombreuses contradictions n’implique pas qu’il faille minimiser le rôle des Français dans cet épisode : tout au contraire, comme on le verra.

  • 19 Voir à cet égard, Ellis, « Writing Histories of Contemporary Africa », 3-4.
  • 20 The End of Empire in French West Africa : France’s Successful Decolonization? (Oxford et New York, (...)
  • 21 Le projet de Jan-Bart Gewald sur l’histoire du Barotseland est un exemple, ainsi que celui de Miles (...)

6Il existe d’autres raisons de souligner l’importance du Sawaba dans le contexte général de la réflexion africaniste en histoire. Le fait même que le mouvement ait échoué à garder ou à reprendre les rênes de l’État, et donc à réaliser sa vision d’une société nouvelle, peut nous éclairer sur la nature du statu quo postcolonial et sur la portée réelle des forces qui ont fini par le dominer. La perspective des vaincus est radicalement différente de celle des vainqueurs. Elle signale une voie qui ne fut pas prise par l’histoire et, si l’on peut dire, un chemin qui s’est effacé. Cette perspective dessine en creux une histoire autre, imaginaire certes, mais à travers laquelle nous sommes en mesure de considérer et de comprendre la réalité historique qui s’est imposée comme un simple résultat contingent parmi tant d’autres19. Ainsi que l’a très justement remarqué Tony Chafer, la décolonisation de l’Afrique occidentale française est un événement dont le sens et la portée varient suivant que l’on fait partie d’un groupe socio-politique appartenant à la coalition gagnante ou celle qui a perdu. L’histoire établie étant écrite du point de vue des gagnants, les voix des vaincus sont à peine audibles et une histoire alternative de la décolonisation a ainsi été réduite au silence20. Il était possible, à un moment donné, que les sawabistes remportent la partie et deviennent la face connue du Niger : en les réintégrant dans l’histoire du pays – d’où ils n’ont été exclus que pour des raisons de pure politique – on peut enfin redonner toute sa complexité au discours historique trompeusement linéaire qui forme aujourd’hui la version autorisée de l’histoire nigérienne des années 1950 et 1960. Une telle approche renvoie à la problématique générale qui mobilise de plus en plus les africanistes, et qui les amène à se pencher sur la multiplicité d’acteurs, de personnalités et de dynamiques porteurs de projets politiques qui ne purent se réaliser, qui furent anéantis ou défaits par des acteurs et des visions rivaux, ou qui finirent dans un de ces culs-de-sac de l’histoire qu’il nous faut sonder à l’égal des boulevards triomphaux, si tant est que notre objectif est de rendre compte de l’histoire moderne de l’Afrique dans toute sa subtile complexité21.

  • 22 Ellis, « Writing Histories of Contemporary Africa », 12-13. Cette dernière remarque est aussi vraie (...)

7Cela étant, il ne s’agit point ici de faire de la philosophie ou de la théorie de l’histoire – bien au contraire. Cet ouvrage a été écrit avec le sentiment que l’historiographie africaniste récente nourrit une préoccupation excessive pour les abstractions théoriques, au détriment des reconstitutions empiriques qui nous permettent de sauvegarder les faits menacés par l’oubli, avant qu’ils ne fassent naufrage dans les brumes du passé. Dans le cas d’espèce, un tel naufrage serait définitif puisque tant de choses, en cette histoire (comme en bien d’autres), dépendent des témoignages et souvenirs de témoins directs. Certes, l’historiographie africaniste a accompli à beaucoup d’égards des avancées décisives depuis les années 1960. Mais elle reste sous-développée en comparaison avec l’historiographie de l’Europe, qui est, elle, marquée par une grande diversité d’approches et de textes historiques couvrant toutes les perspectives imaginables, allant des grandes synthèses générales à la micro-étude, de l’histoire des dynasties à celle de la société et de l’économie, descendant jusqu’au niveau de l’« Alltagsgeschichte » – « l’histoire du quotidien » – et soutenue, dans toutes ses branches, par de solides théorisations. Si les théories sont naturellement indispensables à la formulation de nouveaux questionnements et à la conception d’orientations inédites, il me semble que la leçon qu’il faut tirer de la découverte du mouvement Sawaba (et il existe sans nul doute de nombreux autres mouvements dotés d’un potentiel similaire) est que l’état présent des études africaines requiert toujours, de la part des chercheurs, des efforts constants de collecte de données empiriques perdues dans les mémoires individuelles ou sommeillant dans des archives oubliées. Il est devenu assez courant, de nos jours, de se plaindre de l’état lamentable des archives africaines, et on peut à juste titre noter qu’en ce qui concerne les pays ayant connu des guerres civiles, ces dépôts ont terriblement souffert – parfois irrémédiablement même – tandis qu’à partir des années 1970, la maintenance et la préservation se sont un peu partout systématiquement détériorées22. Néanmoins, l’une des tâches nécessaires de l’historiographie africaniste actuelle me paraît bien être d’explorer toutes les archives, quelles qu’elles soient, ne serait-ce que pour s’assurer que rien n’a été laissé de côté : après tout, l’histoire du Sawaba attendait d’être abordée depuis bien longtemps, par exemple ! Si nous prenons une telle tâche au sérieux, il deviendra possible de mieux fonder les narrations historiques sur elles-mêmes, et de moins les subordonner à des propositions théoriques préalables ou à quelque mode passagère. L’état de l’historiographie africaine engage encore à une telle attitude.

8La comparaison avec l’historiographie européenne inspire aussi d’autres constats. Si, de nos jours, l’écriture de l’histoire en Europe permet d’écouter les témoins oculaires des grandes conflagrations du passé, de prêter attention aux détails les plus minuscules d’événements révolus et aux réminiscences des individus en apparence les plus insignifiants, l’histoire africaine accuse un retard visible dans ce domaine, et cela, à son grand désavantage. Songeant à cet état de fait, Frederick Cooper a remarqué que

  • 23 Cooper, « Possibility and Constraint », 194 (« the last fifty years of African history cannot be un (...)

« les cinquante années écoulées d’histoire africaine ne peuvent faire sens en dehors des souffrances et des désillusions vécues en Afrique, chose que les historiens universitaires, notamment ceux d’entre eux qui ne vivent pas sur le continent africain, ont du mal à faire sentir dans leurs écrits23 ».

  • 24 Voir « Carl Becker’s Perspectives on Historiography and Popular History », [www.associatedcontent.c (...)

9À ce titre, ce livre est en grande partie motivé par l’impression que les historiens africanistes ne s’intéressent pas assez, dans leurs textes, aux gens, aux êtres humains de chair et de sang. Certes, ces textes comprennent des êtres humains, mais ces derniers y apparaissent généralement sous l’égide d’une construction théorique qui les dépasse, faisant en somme figure de détails illustratifs quelque peu déshumanisés au service des nobles objectifs de l’historien qui trône dans une prépotence lointaine bien au-dessus de son sujet. Il est entendu que l’historiographie, dans son ensemble, est constituée d’une grande diversité de textes de formes et de dimensions variables, et les historiens peuvent légitimement diverger dans leurs orientations et leur pratique du métier. Il n’en reste pas moins que ledit métier comporte une exigence morale et humaine. Dans l’épilogue de ce livre, je montre à quel point la collecte de données orales peut être une expérience émotionnellement forte. Les sawabistes que j’ai rencontrés se sont toujours montrés touchés de l’intérêt marqué pour leur histoire, et il leur est quelquefois arrivé d’être profondément bouleversés par l’intensité de leurs propres souvenirs. À mon sens, les historiens ne peuvent prétendre garder leurs distances en de pareilles occurrences, ils ne peuvent, par exemple, ignorer les actes de violence inhumaine qu’ils pourraient découvrir au cours de leurs recherches. En accord avec le constat de Cooper, je n’aurais pas pu travailler sur ce livre sur la base d’un froid détachement, en me plaçant pour ainsi dire en apesanteur par rapport au mouvement étudié, aux passions qu’il a nourries, à la personnalité de ses cadres et adhérents, et en me contentant de passer au crible des faits secs, déconnectés de l’intensité des vécus individuels – d’autant plus que les passions en question furent un élément crucial de l’histoire examinée ici. L’un des objectifs de ce livre consiste donc à tâcher de se rapprocher aussi près que possible des acteurs de l’histoire relatée, de la manière dont ils ont chacun suivi leur trajectoire personnelle, chacun subi la puissance écrasante des forces auxquelles ils ont dû faire face, et chacun vécu l’impasse historique dans laquelle ils se sont tous finalement retrouvés. Bien sûr, ce récit a été conçu par un outsider (ce concept est traité un peu plus loin) et ne saurait donc être assimilé à un récit de témoin oculaire, mais il se présente au moins comme un récit dans lequel ces témoins peuvent se reconnaître. La remarque bien connue de Carl Becker selon laquelle un historien professionnel qui échoue à raconter une histoire de manière à ce qu’elle soit reconnue ou comprise par un public constitué d’acteurs de cette histoire, aura produit un récit sans réelle valeur, est certainement aussi recevable pour l’historiographie africaine actuelle que pour l’écriture de l’histoire aux États-Unis il y a 80 ans24.

  • 25 L’interview avec Tahir Moustapha à Zinder, le 10 février 2003, est typique de ce fait.
  • 26 K. van Walraven, « Decolonization by Referendum : The Anomaly of Niger and the Fall of Sawaba, 1958 (...)
  • 27 Fuglestad, « Djibo Bakary ». Pour mes critiques, voir la note précédente.
  • 28 Ibid., 330. Pour plus de détails voir le chapitre 4 de ce livre et Van Walraven, « Decolonization b (...)
  • 29 Voir par exemple l’extrait du procès-verbal de la séance plénière, Assemblée territoriale, 14 juin (...)

10Le facteur clef de la définition de mon approche a sans nul doute été l’enthousiasme avec lequel mes interlocuteurs ont participé à mes recherches. Par exemple, au tout début de mes entretiens avec les sawabistes, je ne parvenais pas à bien comprendre pourquoi la plupart d’entre eux insistaient autant sur le référendum de 1958, puisque nous étions après tout en 200325. Mais je finis par me rendre compte que la manière dont il fallait interpréter cet épisode n’avait rien d’anodin, étant donné qu’il fut le point de départ de décennies de persécution, de carrières anéanties, et d’interminables traversées du désert pour les personnes concernées comme pour leurs familles26. Mon approche de ce sujet précis fut donc profondément influencée par cette découverte, qui explique par ailleurs mes objections à la position développée par Finn Fuglestad dans son article de 1973 sur le plébiscite27. Les réinterprétations et les révisions sont, bien entendu, les moteurs permettant à l’histoire d’évoluer, mais il m’apparut que les conclusions de Fuglestad étaient fondées non seulement sur une lecture biaisée de données lacunaires, mais aussi sur une indifférence totale aux souffrances des acteurs broyés par le référendum – nonobstant une certaine reconnaissance de ce fait à la toute fin de l’analyse de l’auteur28. Et quelle étrange expérience ne fut la mienne lorsque je parcourus les débats parlementaires de la fin des années 1950 au cours desquels les députés du RDA attaquaient le gouvernement de Djibo Bakary et les représentants du Sawaba plaidaient leur cause avec ferveur29 sans se douter que, sous peu, l’un des élus allait envoyer l’autre au poteau d’exécution, et tant d’autres allaient connaître la torture et des années de captivité dans les geôles du pays !

  • 30 C. Becker, « Everyman His Own Historian », American Historical Review, 37 (1932), 221-236 (consulté (...)
  • 31 D.W. Cohen, The Combing of History (Chicago et Londres, 1994), 216.
  • 32 ‘ξένος ν τος βιβλίοις’: « étranger dans ses ouvrages ». Voir son De la manière d’écrire l’histoir (...)
  • 33 ‘κτμά τε ς αε μλλον γώνισμα ς τò παραχρμα κούειν ξύγκειται’. (Paris, 1883), vol. I, 24. (...)

11Le monde sawabiste représente donc une de ces nombreuses générations oubliées qui encombrent les voies de garage de l’histoire. Ce livre s’essaie à jouer le rôle – pour user de la formule de Becker – d’une « extension artificielle » de la mémoire de ce monde oublié30, dans le sens où, comme l’a noté David Cohen31, la recomposition sociale d’une histoire collective requiert l’intervention d’un « étranger », à savoir de l’historien professionnel qui, aussi bienveillant et compréhensif soit-il, est et doit demeurer, dans une certaine mesure, un outsider par rapport à la chaîne des événements décrits. Il est impossible à l’historien de se détacher complètement de son ouvrage, puisque la production du récit historique prend place dans un contexte social dont il fait intégralement partie. Néanmoins, l’idée selon laquelle le savant ou le chercheur doit maintenir une certaine distance, et adopter le rôle de l’étranger, est une notion très ancienne, remontant au moins à l’Antiquité classique. C’est ainsi que Lucien de Samosate définit l’idéal de l’historien32, se référant du reste très ouvertement à des temps encore plus reculés et aux œuvres de Thucydide, le « père fondateur » de l’histoire scientifique (voire de la théorie des relations internationales). L’historien grec note en effet, en ouverture à sa majestueuse Histoire de la guerre du Péloponnèse, que son « ouvrage est plutôt un bien légué à tous les siècles à venir qu’un jeu d’esprit destiné à charmer un instant l’oreille. » Le but n’était pas, à ses yeux, d’amuser les lecteurs du jour, mais de viser droit à la vérité des chocs titanesques qu’il s’était proposé de peindre33.

12Thucydide n’est pas nécessairement à la hauteur des exigences actuelles de rigueur empirique, mais sa remarque m’a tout de même servi de guide dans la conception de ce travail – quoique avec deux nuances d’importance. Sans devoir comparer ce livre aux œuvres du grand Hellène, j’appliquerais volontiers la formule du « legs pour tous les siècles à venir » à l’impulsion centrale qui m’a inspiré et qui est non pas d’apporter une contribution aux théories actuelles de l’historiographie africaine, mais de restaurer et de restituer une bonne fois pour toutes un certain moment de l’histoire. Par ailleurs, ce livre a été écrit pour les sawabistes. Comme on le verra, l’occasion ne leur a jamais été offerte de confier leur histoire à un historien professionnel. Leur vif intérêt pour le projet du livre et les émotions intenses qu’ils ont investis dans sa conception – qui fut longue – impliquent que l’un des buts nécessaires de l’ouvrage est d’aider à ce que ces destins avortés reçoivent enfin la reconnaissance qui leur est due, d’abord et avant tout de la part des Nigériens et des Français. En ce sens, ce livre pourrait avoir une valeur thérapeutique pour les adhérents du mouvement ou pour les militants de la seconde génération.

13C’est à la lumière de tous ces détails qu’il convient d’apprécier la dédicace du livre. Bien que cet ouvrage ait été élaboré autant que faire se peut à partir de la vision du monde des membres du Sawaba – afin de mieux mettre au clair leurs idées et les motivations profondes de leurs agissements – il ne s’est pas agi, pour moi, d’accepter sans esprit critique absolument tout ce que les cadres du mouvement ont accompli, ou cherché à accomplir. Il ne s’est pas agi de minimiser les déficiences de leur stratégie ou de lénifier les aspects peu reluisants de leur militantisme. La révolution envisagée par le Sawaba vers la fin des années 1950 aurait été particulièrement violente – comme tendent à l’être les révolutions. Mais aussi déplaisants que puissent être les faits évoqués, on doit se rappeler le mot de Thucydide et ne pas trop se préoccuper de « charmer l’oreille ».

  • 34 Ellis, « Africa’s Wars of Liberation », 90-91.

14Cela dit, il convient de se rappeler que si les troubles du mois d’avril 1958 à Niamey représentent le côté obscur du Sawaba, l’histoire du mouvement ne saurait s’appréhender sans référence aux croyances tacites ou proclamées qui conféraient toute sa cohésion à cette communauté politique et lui fournissaient pour ainsi dire sa clef de voûte. À l’image des mouvements nationalistes de par le monde34, l’idéologie du Sawaba renvoyait à la constitution d’une communauté imaginée. On pourrait aussi se rappeler les propos de Cooper, dans l’essai sur l’historiographie africaine déjà mentionné :

  • 35 Cooper, « Possibility and Constraint », 194-195 (« The courage and persistence of people who fought (...)

« Le courage, la ténacité de gens qui ont combattu l’injustice ne doivent… pas être perdus de vue… La rigueur de l’écriture historienne et la force de la mémoire ne doivent pas être mutuellement contradictoires35. »

  • 36 Zagorin, Thucydides, 153-154, à propos de l’œuvre de W.R. Connor.

15Puisque tant de choses ici relèvent de l’imaginaire du temps – retracer les années 1950 et le début des années 1960, une période si palpitante – ce livre s’efforce à l’objectivité sans pour autant sacrifier l’engagement personnel de l’auteur. Nous pouvons, en cette occurrence également, nous inspirer non pas seulement de nos collègues africanistes, mais aussi du vénérable historien grec déjà cité. Thucydide nourrissait un intérêt profond et personnel pour les événements qu’il relatait. L’Histoire de la guerre du Péloponnèse frappe par sa charge émotionnelle et par la virtuosité avec laquelle elle colore faits et vicissitudes d’une animation pathétique qui donne au lecteur l’impression de revivre au présent les scènes classiques de ce vieux conflit36. Selon Perez Zagorin, il serait fort erroné de conclure de cette impression que Thucydide manquait d’objectivité. Ainsi qu’il le souligne,

  • 37 Ibid., 154 (« objectivity does not mandate an attitude of cool impersonality and emotional non-invo (...)

« l’objectivité n’oblige pas à une attitude de froideur impersonnelle, de non-implication émotionnelle ou de détachement. Elle ne signifie pas qu’il faille être neutre, non-engagé, et dénué ou débarrassé de valeurs… Elle ne réclame pas de l’observateur qu’il soit sans passions, elle requiert seulement du chercheur que sa loyauté première… soit à l’égard du vrai, de sorte qu’il doive s’efforcer d’éviter la fausseté, l’erreur, la crédulité, les suppositions tacites et les conclusions préconçues. Le contraire de l’objectivité n’est ni la passion, ni l’engagement émotionnel, mais bien le préjugé, le biais et la projection hâtive de ses propres… croyances sans souci ou en violation des preuves et des indices37 ».

  • 38 T.N. Bisson, Tormented Voices : Power, Crisis, and Humanity in Rural Catalonia, 1140-1200 (Cambridg (...)

16Cette histoire du Sawaba se veut donc, suivant les mots de Thomas Bisson dans Tormented Voices, un essai d’« histoire compassionnelle38 » qui s’efforce de ressusciter, dans toute leur plénitude, les rêves et les espérances, tout autant que la désillusion et les souffrances des adhérents de l’un des mouvements sociaux les plus fascinants de l’Afrique du xxe siècle.

  • 39 Voir, parmi maintes études de ce concept, M. de Bruijn, R. van Dijk & J.B. Gewald (dir.), Strength (...)
  • 40 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II (Paris, 1966), vol. (...)

17Ces principes et ces options n’empêchent pas le livre d’être d’orientation résolument empiriste afin de mieux approximer, au sens rankéen de ce verbe, la manière dont l’histoire du Sawaba s’est effectivement déroulée. Il a une forme narrative très marquée, en phase avec l’idée que l’histoire doit être racontée, elle doit être un récit. Tout en me permettant d’éviter les conventions quelque peu aliénantes de l’écriture universitaire et du jargon polysyllabique cher aux spécialistes érudits, ce mode d’écriture narrative m’amène aussi à suivre à la trace les acteurs de cette histoire jusqu’au cœur des grands et petits événements auxquels ils ont participé. Un tel style peut se justifier par référence aux récents développements théoriques autour du concept de « agency » (autonomie d’action39), mais aussi plus directement à travers certaines propensions des sujets humains du livre. En effet, les sawabistes eux-mêmes, fermement enracinés dans les conceptions culturelles du Niger, ont eu tendance à aborder leur histoire de manière narrative lorsqu’il s’est agi de donner du sens aux actes divers du drame dans lequel ils ont joué leur partie. Ces narrations sont plus synthétiques qu’analytiques et la chronologie qui les organise tend à s’ordonner autour des pensées, des sentiments et des actions d’individus particuliers. Par conséquent, bien que l’objectif du livre ait toujours été d’extraire et d’analyser l’essence de l’univers sawabiste, le texte a délibérément été organisé autour de trajectoires individuelles et suivant une perspective diachronique capable de le moduler en un récit dans lequel les personnes concernées peuvent se reconnaître. Au reste, il me paraît tout à fait plausible de soutenir que nous aurions du mal à comprendre les personnages de l’histoire, ou à rendre justice à sa complexité, si – au-delà des procédés à caractère esthétique – nous nous dessaisissons d’un instrument aussi précieux que le récit. Que si l’on objectait qu’une telle méthode d’écriture réduit l’histoire à son caractère purement événementiel, on pourrait rétorquer que même Fernand Braudel, tout adepte des facteurs socio-économiques de long terme qu’il était, a reconnu qu’« [il est vrai, cependant,] qu’une histoire globale ne peut se réduire à la seule étude des structures stables, ou des évolutions lentes ». Et d’ajouter qu’il est loisible de fonder l’importance d’un événement sur la perception qu’en eurent les témoins contemporains, même si cette perception reflétait d’une certaine manière des illusions destinées à donner du sens à leur existence40.

  • 41 Schmidt, Mobilizing the Masses, 12.

18Ce texte ne porte pas sur les Nigériens en tant que tels, mais bien plutôt sur les agitateurs – au sens marxiste du concept et non au sens péjoratif devenu habituel dans le monde occidental – parmi eux, puisqu’une histoire de la lutte sociale et politique est nécessairement une histoire des individus qui croient en une cause et luttent pour elle. Ainsi que je l’ai déjà noté, l’histoire du mouvement nationaliste au Niger doit tout son intérêt à cette agitation motivée par une variété d’objectifs spécifiques. Si, dans cette période de l’après-guerre-froide, nous avons du mal à comprendre que les gens d’une époque antérieure étaient prêts à s’engager dans une lutte acharnée pour le changement politique et à recourir à la violence pour promouvoir leur cause, il importe de souligner – comme l’a fait Elizabeth Schmidt dans le cas de la Guinée – que le nationalisme au Niger, tel qu’incarné par le Sawaba, était aussi une « force fondamentalement positive41 », luttant non seulement contre la domination coloniale, mais aussi pour une transformation d’ensemble de la société.

  • 42 Le dernier point de vue était celui de Finn Fuglestad. Voir Fuglestad, « UNIS and BNA », passim.
  • 43 Sur la colère à l’époque postcoloniale plus généralement, voir Cooper, « Possibility and Constraint (...)

19Ainsi donc, ce récit propose aussi une histoire sociale. L’évaluation du sens et du poids du mouvement dans le contexte social du pays m’a amené à recueillir des données sur le profil personnel de centaines d’adhérents, y compris sur leur année de naissance, les villes ou villages dont ils sont originaires, leur identification ethnique, leur profession pendant et après les années 1950. La richesse des détails sociologiques capturés de cette façon a permis de rectifier un grand nombre de ces idées reçues sur la nature politique du Sawaba qui dérivent tout simplement de l’insuffisance des recherches. Il en est ainsi des assertions qui en font un mouvement « haoussa » ou un simple « parti administratif » suscité et entretenu par la bureaucratie coloniale42. Ces deux notions sont complètement fausses. Les enquêtes sur les milieux dont provenaient les militants du Sawaba montrent qu’ils appartenaient à tous les secteurs de la société nigérienne, avec un noyau dur constitué de marginaux semi-urbanisés et d’une couche de gens légèrement mieux lotie. Au total, ces militants constituaient donc un véritable mouvement social. Cette caractéristique n’a rien d’anecdotique, puisqu’en la rapportant aux objectifs sociaux et politiques du Sawaba – ainsi qu’à la colère sociale sous-jacente dont il était porteur43 – nous pouvons légitimement conclure que son histoire fut tout à la fois politique et sociale.

  • 44 E. Hobsbawm, Uncommon People : Resistance, Rebellion, and Jazz (New York, 1998).
  • 45 W. Schäffner, S. Weigel et T. Macho, Der Liebe Gott steckt im Detail : Microstructuren des Wissens (...)

20En fin de compte, la communauté dont il est ici question était un agrégat d’individualités souvent si exceptionnelles qu’elles ont considérablement inspiré la teneur de ce livre. Eric Hobsbawm a rationalisé une telle focalisation sur les individus et leur background personnel à travers le concept de « gens hors du commun » (uncommon people) qui rend compte de l’activité de ces personnes apparemment tout à fait ordinaires, du point de vue de leur vie privée, de leur profession ou de leur position sociale, et qui développent cependant des rôles politiques significatifs et décalés44. Il en résulte que, pour conduire une analyse cohérente de ce mouvement, toute distinction trop nette entre les rôles publics et la dimension privée de la vie de ses militants manquerait de pertinence. Dans cette optique, on se rapproche aussi du niveau de la micro-histoire, pour des raisons brillamment exprimées par le théoricien de la culture Aby Warburg au sujet du « Bon Dieu [caché] dans les détails » : c’est à partir des aspects apparemment les plus marginalisés d’un contexte donné que l’on pourrait en obtenir la meilleure vue d’ensemble45. Il n’y a donc guère d’aspects de la vie privée de cette génération d’agitateurs que l’on pourrait juger inintéressants dans cette reconstitution de leur monde. Par ailleurs, étant donné le côté sauvegarde et récupération de cet ouvrage, les noms de centaines d’individus y apparaissent, en partie pour les sauver d’un oubli certain. Cette même raison explique l’inclusion d’un grand nombre de photographies, les plus anciennes retrouvées dans des pamphlets ou des documents d’archive, et d’autres, plus récentes, prises au cours de la recherche de terrain. Dans son ensemble, cette narration devrait donc d’une part recréer l’univers des sawabistes et rendre leur dû à ses adhérents, et d’autre part offrir par la bande un tableau de cette riche histoire sociale du Niger qui a, jusqu’à présent, été étrangement ignorée.

21Cela dit, l’importance du mouvement Sawaba et de sa rébellion dépasse évidemment l’histoire de ses acteurs individuels. Les luttes politiques auxquelles ces derniers se sont livrés comportent d’ailleurs un élément d’ambiguïté fondamentale, un certain côté embarrassant, notamment s’agissant de la tentative ultérieure de transformer des agitateurs politiques et des activistes électoraux en « commandos » (guérilleros) ou en raison des actes de violence qui constituèrent le point culminant de leur insurrection. Mais même s’il faut insister sur ce point, on doit aussi observer qu’il n’est pas ici question de violence de masse ou de victimes sans nombre. L’histoire du Sawaba ne se laisse pas aisément enfermer dans les catégories familières aux chercheurs qui étudient les « révolutions », les soulèvements, les guérillas et forces de libération, les luttes nationalistes et les mouvements sociaux, en particulier dans des contextes non-africains. On verra que la complexité qui caractérisait l’insurrection sawabiste était en partie le fruit des différentes étapes traversées par le mouvement au fil de son évolution. Le Sawaba fut d’abord une simple cellule politique, avant de devenir rapidement un mouvement moderne soutenu par divers secteurs de la société et porteur d’un message politique de plus en plus distinctif. Sous la pression des événements, il se métamorphosa en mouvement nationaliste animé par un noyau dur d’activistes politiques issus du petit peuple et travaillant l’électorat au corps pour connaître son dernier avatar sous la forme d’une organisation militaire adepte de la méthode du coup de main propre à la guérilla. Aucune de ces transformations n’aboutit à son terme logique. Soutenu au départ par un groupe horizontalement stratifié à la mobilité sociale réduite, le Sawaba aurait pu devenir une force nationaliste pleinement développée à travers son emprise sur l’appareil d’État : mais les Français parvinrent à enrayer son évolution dans cette direction avant qu’il n’ait pu consolider cette emprise ; le mouvement fut ensuite vaincu sur le champ de bataille avant d’avoir pu parachever sa conversion de son état mixte de mouvement social combiné à un parti politique à l’état de véritable « mouvement de libération » doté d’une organisation militaire. Le caractère ambigu de cette situation fut renforcé par un panachage d’idées dans lequel on retrouvait le nationalisme de style marxiste, avec son aspiration à des lendemains qui chantent, mais aussi avec des accents millénaristes qui s’enracinaient moins dans l’imagination romantique de Marx et de Lénine, que dans les répertoires culturels locaux. Ces normes culturelles pouvaient légitimer le recours à la force, mais il n’est pas aisé de distinguer l’effet de cette perspective locale de celui des prescriptions révolutionnaires du marxisme, qui justifiaient également l’usage de la violence.

  • 46 R. Buijtenhuijs, Le Frolinat et les révoltes populaires du Tchad, 1965-1976 (La Haye, 1978), 446-44 (...)

22L’échec du soulèvement orchestré par le mouvement s’explique en partie par le contexte défini par tous ces éléments. On pourrait en tirer des leçons comparatives sur les conditions de la survenue et du succès des « révolutions » ou des insurrections – peut-être mieux qu’on ne saurait le faire sur la base de révoltes réussies. Dans cette optique, et bien que, pour les raisons explicitées plus haut, cette histoire se présente sous la forme d’une monographie, on formulera, vers la fin du livre, quelques observations contrastant la trajectoire du Niger avec celle de son voisin oriental, la République du Tchad. Nous pouvons déjà noter à ce sujet certaines des remarques faites par Robert Buijtenhuijs dans sa première monographie sur l’insurrection du FROLINAT. Selon Buijtenhuijs, nombre d’aspects de la société tchadienne – et des sociétés africaines en général – militaient à cette époque contre la survenue d’une révolution véritable, et l’observation est certainement valable pour le Niger également. Néanmoins, il existait dans le cas du Sawaba, quelques différences intéressantes. Buijtenhuijs a souligné l’importance de la divergence de la stratification sociale tchadienne, marquée, jusqu’aux années 1960 au moins, par l’absence relative d’une structure de classe et, en particulier, d’un prolétariat urbain développé. Par conséquent, les quelques agglomérations du pays ne connaissaient pas de luttes politiques significatives. Au Niger, en revanche, le petit peuple qui formait la colonne vertébrale du Sawaba était bien établi dans les centres urbains naissants du pays, même si la sorte de prolétariat qu’il constituait était encore de taille fort réduite. Au Tchad, le FROLINAT devait faire face à une population massivement paysanne qui, en dehors des régions du centre-est, était très difficile à mobiliser à cause de son manque patent d’esprit de rébellion. Cette population n’avait que des mécontentements politiques diffus, quoiqu’ils aient été réels, et sa position dans l’économie politique d’ensemble était mal définie. Si de tels traits se retrouvaient aussi dans une large mesure au Niger, le petit peuple urbanisé du Sawaba maintenait des liens vivaces avec les campagnes, et savait servir de canal de mobilisation au-delà des villes – bien que, comme on le verra, certains autres éléments déterminants contribueront finalement à faire de la population rurale un facteur neutre dans l’équation de la confrontation militaire. D’autres différences d’avec la situation tchadienne (y compris la propension des Tchadiens à se mobiliser sur la base du sentiment régionaliste) seront discutées plus amplement dans l’épilogue, mais on peut ici signaler le fait que le FROLINAT manquait quelque peu de propositions pratiques ou d’idées nouvelles pour remodeler la société et construire l’avenir du pays46. Par comparaison, le mouvement de Djibo Bakary s’était efforcé de dresser le plan d’une société et d’une économie politique alternatives, même si la défaite précipitée du Sawaba a mis un terme soudain à son élaboration. Cette différence provient du fait que le Sawaba était plus solidement ancré dans le monde syndical et plus immergé dans la doctrine marxiste et ses visées pratiques, et bien que ses entreprises politiques et guerrières ont en fin de compte échoué à déclencher une révolution véritable, son discours avait certainement, dans ses buts et objectifs, une qualité révolutionnaire. C’est pour cette raison que j’use, dans ce livre, du terme de « révolution » à propos du projet politique du Sawaba. Pour mieux le distinguer des autres formations politiques du Niger, l’un des anciens cadres du mouvement a ainsi noté que le Sawaba était par-dessus tout le défenseur des « grandes idées », et si les militants de base avaient des motivations surtout passionnelles, le leadership s’est préoccupé de leur inculquer l’éloquence et la profondeur de l’idéologie. Dans cette optique, l’éducation moderne de style occidental a par exemple été définie comme un lieu d’action stratégique, étant donné son rôle déterminant dans la mobilité sociale ascensionnelle vers la fin de l’ère coloniale. Cette vision du Sawaba explique en partie l’importance de son rôle dans la vie politique et sociale du Niger à cette époque.

  • 47 La littérature sur les révolutions est trop large pour être citée et est d’ailleurs de peu de perti (...)
  • 48 Voir Ellis et Van Kessel, « Introduction », 4.
  • 49 Voir la très utile vue d’ensemble de J. van Stekelenburg et B. Klandermans, « Social Movement Theor (...)
  • 50 T. Gurr, Why Men Rebel (Princeton, 1970).
  • 51 L’extraversion est en particulier examinée au chap. 9. Pour sa théorie, voir J.-F. Bayart, « Africa (...)
  • 52 C. Monga, Anthropologie de la colère : société civile et démocratie en Afrique (Paris, 1994).
  • 53 Voir la discussion dans Van Stekelenburg et Klandermans, « Social Movement Theory », 18-21.
  • 54 Bien qu’on puisse les tenir pour irrationnelles, il convient de noter qu’en Afrique, les notions de (...)
  • 55 Van Stekelenburg et Klandermans, « Social Movement Theory », passim.

23En présentant l’histoire du Sawaba, j’évite de recourir exclusivement aux schémas explicatifs tirés de la théorie des mouvements sociaux, tels que par exemple les théories sur la révolution47 qui ont été formulées, pour la plupart, sur la base d’études relatives à l’Europe, à l’Amérique du Nord ou à l’Amérique latine, et qui ne peuvent expliquer que quelques aspects seulement du cas nigérien. Comme dans beaucoup de contextes africains où les facteurs sociaux forment un entrelacs hybride où s’emmêlent des facteurs de caractère économique, culturel, religieux et politique48, l’histoire du Sawaba est tissue d’une variété d’éléments dont les modèles théoriques prédominants peuvent certainement rendre compte et qui, considérés dans leur ensemble, constituent une part de son contexte explicatif. Mais la combinaison des variables concernées ne correspond pas toujours aux schémas explicatifs convenus. Ainsi, il est clair que l’essor du Sawaba est lié aux transformations de l’ordre socio-économique ancien, correspondant donc à la manière dont les théories du mouvement social dépeignent le rôle joué par l’effondrement du système socio-économique dans les mouvements de contestation en Occident49. Seulement, dans le cas du Niger, l’évolution triomphale du mouvement de contestation se produisit dans un contexte de croissance de la prospérité matérielle, non de crise ou de déclin. De même, si la situation ambivalente du petit peuple nigérien montre que la privation relative a joué un rôle significatif dans le développement du mouvement, exactement comme le prévoient les théories classiques sur ce facteur50, il est aussi évident que les sawabistes se sont révoltés parce qu’ils avaient les moyens effectifs de se révolter – y compris à travers leurs contacts au sein du monde syndical international et plus tard au niveau des gouvernements du Bloc de l’Est51 – et parce que leurs horizons personnels s’étaient notablement élargis. Ces derniers éléments nous renvoient aux théories de la mobilisation des ressources ou encore aux approches du constructivisme social qui mettent l’accent sur les rapports des individus avec leur milieu environnant. Nous verrons que la colère, voire la rage à l’encontre de la réalité dans laquelle ils vivaient sous-tendait grandement l’action des sawabistes – chose qui était du reste des plus commune en Afrique, au cours de la période coloniale52. Enfin, notons qu’un grand nombre de cadres du parti étaient non seulement familiarisés avec les dogmes du communisme, mais aussi profondément investis dans la mystique soufie, comme pour confirmer les vieilles idées de Le Bon sur l’élément de pathos et d’affectivité niché au cœur de tout mouvement de contestation53. La révolte des sawabistes contre l’ordre établi n’était cependant pas irrationnellement négative, puisque son but était d’ériger, à la place du système honni, un système meilleur. Leur comportement était en somme guidé par un mélange insécable d’actes rationnels et « irrationnel54 », illustrant ainsi de façon significative les thèses les plus en pointe de la théorie des mouvements sociaux. En effet des chercheurs de cette école travaillant sur des contextes non-africains ont montré, ces dernières années, que la politique de la contestation est un phénomène à facettes multiples enraciné dans une diversité de contextes politiques, sociaux, psychologiques, etc., si bien qu’une approche intégrative est nécessaire pour l’analyser de façon optimale55.

  • 56 Cooper, « Possibility and Constraint », 172-173.

24L’histoire du Sawaba est aussi importante pour la lumière qu’elle jette sur le concept de « néocolonialisme » dans la période qui a suivi les luttes pour l’indépendance en Afrique. Les élites africaines ont tellement abusé de la notion qu’elle a fini par ressembler bien plus à une construction idéologique qu’à un concept analytique. Cependant, le cas nigérien démontre qu’on ne peut lui dénier toute pertinence. Certes, comme l’a bien montré Cooper, la focalisation sur la nature autoritaire du régime colonial et des régimes postcoloniaux qui lui ont succédé nous a trop souvent entraîné à négliger le fait que les Africains avaient réussi jusqu’à un certain point à remettre en question l’autocratie et à la transformer en une dialectique plus complexe de relations gouvernants-gouvernés. Les pratiques répressives qui ont caractérisé la présence européenne en Afrique (et l’on pourrait ajouter les États « néocoloniaux » qui lui ont succédé56) doivent être indéniablement considérées avec un certain esprit de discrimination. Tout en tenant compte de cet aspect des choses, l’on ne peut aborder l’histoire du Sawaba sans être frappé par le niveau réellement stupéfiant de cynisme de la part des Français – et plus particulièrement de l’establishment gaulliste – dans leurs interventions dans la vie politique du Niger « autonome » à l’automne 1958 et après. Il s’agit là d’interférences tous azimuts qui continueront à s’exercer bien au-delà de l’accession officielle du pays à l’indépendance, et on pourrait en tirer des conclusions peu glorieuses sur le système politique métropolitain lui-même – dans sa forme actuelle de la Ve République – et à tout le moins sur la nature des principes fondateurs de l’État gaulliste. Les actions de la France furent, dans tous les cas, de très grave conséquence pour le Niger – de façon analogue à ce qui est arrivé au Cameroun, au Kenya et à Madagascar. Par exemple, les pratiques répressives de l’État au Niger n’ont pas été initiées par le régime militaire de Seyni Kountché (1974-1987) comme on aurait pu s’y attendre, mais bien par la ligue France-RDA qui a eu la haute main sur les affaires de la fin 1958 à l’arrivée de l’armée au pouvoir. En ce sens, pour prendre conscience des capacités répressives de l’État au Niger, y compris de nos jours, il est crucial de comprendre comment le mouvement du « petit peuple » a été détruit sous la Ire République. La destruction du Sawaba a en effet nécessité la mise au point de pratiques institutionnelles qui serviront par la suite à persécuter rivaux et ennemis du pouvoir en place, et les régimes ultérieurs n’auront fait que les adapter à la poursuite de leurs propres buts.

  • 57 Voir aussi Ellis, « Writing Histories of Contemporary Africa ». Même Djibo, dans Les transformation (...)

25Étant donné cette problématique, le parcours du Sawaba démontre la nécessité d’une périodisation plus fine de l’analyse de l’histoire moderne de l’Afrique, en rupture avec la distinction classique entre une ère coloniale et une ère postcoloniale nettement séparées par la date de l’indépendance officielle. En ce qui concerne le Niger peut-être plus que tout autre pays, ces conventions paraissent bien factices. En fait, le soulèvement sawabiste indique que le point d’orgue de la « décolonisation » du pays, au sens d’une suppression de fait de l’emprise des Français, eut lieu avant l’accession à l’indépendance, tandis que cette « transition » formelle se produisit en fait sous la forme d’un non-événement révélateur de la restauration de l’influence française. Cette influence durera jusqu’à la seconde moitié des années 1970, époque à laquelle, grâce aux militaires, le Niger retrouvera une mesure de contrôle sur ses propres affaires. Du reste, les remarquables parallèles entre ce déclin de l’influence française sous Kountché et l’évolution générale dans d’autres pays africains tendraient à indiquer que le continent se trouvait, à cette époque, à un tournant de son évolution historique sur lequel nous n’avons guère de lumières et qui mériterait que l’on repense la périodisation de l’histoire moderne de l’Afrique elle-même57.

  • 58 Les livres sur l’histoire du Niger consacrent d’ordinaire quelques lignes seulement – lorsque même (...)
  • 59 Pour le Kenya, voir R. Buijtenhuijs, Mau Mau, Twenty Years After : The Myth and the Survivors (La H (...)
  • 60 Pour un exemple explicite de la part des Français, voir le Bulletin de renseignements hebdomadaires (...)

26Comme on l’a déjà noté, l’historiographie du Niger est plutôt étriquée, tant dans sa conception que dans son développement. On y trouve surtout des histoires régionales ou des textes qui s’apparentent plus à de l’ethnographie qu’à de l’histoire sociale ou qu’à l’analyse historique de communautés horizontalement stratifiées. L’histoire du Sawaba est donc importante pour l’histoire du Niger en tant que pays, notamment pour les jeunes générations qui ignorent généralement la persécution systématique endurée par les gens de Djibo Bakary de la chute du mouvement, en septembre 1958, jusqu’au cœur des années Kountché58. La mémoire officielle de l’histoire d’un pays est, après tout, un concept hautement politique qui se prête aisément à la manipulation gouvernementale, surtout dans un contexte non-démocratique. Bien que le Niger ne soit pas exceptionnel en cette occurrence – le Kenya et le Cameroun postcoloniaux sont par exemple tristement célèbres pour le caractère sélectif de leur remémoration officielle du passé59 – l’histoire du Sawaba a souffert des tentatives délibérées du RDA et de ses alliés français d’étouffer les faits se rapportant non seulement à la persécution subie par le mouvement, mais à son histoire toute entière60. Ainsi donc, au fur et à mesure que le livre progressait, je me rendais compte de l’importance réellement critique de ces lacunes dans le contexte de l’histoire postcoloniale du Niger.

  • 61 Pour les services de renseignement, voir par exemple R. Faligot et P. Krop, La piscine : Les servic (...)

27Le silence autour du Sawaba fut entretenu par la répression et des restrictions d’accès aux archives. Heureusement, le contexte politique du Niger s’est amélioré après la fin de la Guerre froide. Les délais réglementaires d’accès aux archives ont aussi expiré depuis lors, au Niger comme en France, y compris s’agissant des dossiers des services secrets français, des services militaires comme du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE61). En principe, cette évolution devrait permettre à tous ceux qui, au Niger comme en France, s’intéressent à cette période de répression féroce d’assumer enfin cette page tragique du livre des rencontres franco-africaines. Comme je le montrerai dans l’épilogue, il ne s’agit pas ici uniquement des Nigériens – quoique la population sawabiste vieillissante imprime un certain caractère d’urgence à ce travail – mais bien aussi des habitants de l’ancienne métropole. Ce que les Allemands appellent Vergangenheitsbewältigung (confronter son passé) est aussi valable pour les relations de l’Europe avec ses anciennes colonies, et si le rôle de la France en Algérie, à Madagascar ou encore au Cameroun a été abondamment traité, ses actions au Niger, à l’encontre des sawabistes, n’ont encore jamais fait l’objet de la moindre attention.

  • 62 K. van Walraven, « Sawaba’s Rebellion in Niger (1964-1965) : Narrative and Meaning », in Abbink, De (...)

28Confronter ce passé nous permet également de corriger l’image déformée qui s’est imposée à la suite de la défaite du mouvement et de la détermination du gouvernement nigérien à légitimer sa position à travers l’humiliation de ses ennemis. Les journalistes occidentaux n’ont pu faire autrement que de recourir aux sources officielles dans leur couverture des opérations militaires du Sawaba en 1964-1965, en dépit du biais et des nombreuses distorsions de la vérité qui en résultaient. Étant donné les conditions politiques existantes à l’époque du régime RDA, il était impossible de mener des enquêtes indépendantes. Par conséquent, puisque rien d’autre n’a pu être écrit sur la rébellion à l’époque, la propagande du régime s’est infiltrée dans la conscience publique non seulement en Occident, mais au Niger même, et elle est dès lors devenue le « savoir » que nous possédons sur l’avènement et la chute du Sawaba. Mon premier travail sur le sujet, basé sur des sources secondaires qui recelaient plusieurs de ces distorsions, offre une description assez complète de la vision la plus répandue du mouvement62. Les déformations en question, ainsi que leurs effets sur l’image du mouvement, sont discutées dans la troisième partie du livre, puisqu’il s’agit ici de présenter une perspective nouvelle, préservée de ce biais politique et fondée sur des sources primaires en provenance des archives ou des recherches de terrain. Nous pouvons déjà noter ici, en guise d’exemple, que l’action militaire du Sawaba ne s’est pas limitée – comme cela a été faussement soutenu à l’époque – à quelques attaques confuses et mal préparées, au cours de l’automne 1964. En réalité, cet épisode représentait l’apogée de plusieurs années d’infiltrations de maquisards qui avaient commencé dès 1960. Par ailleurs, les cadres du Sawaba n’avaient pas été poussés contre leur gré à participer à ces opérations, ainsi qu’on en a accusé le leadership du mouvement.

  • 63 Certains de ces écrits seront cités dans ce livre. Comte était aussi proche de Houphouët-Boigny et (...)
  • 64 E. Séré de Rivières (Histoire du Niger [Paris, 1965]) fit écrire la préface de son livre par Diori. (...)

29Les observateurs contemporains des événements nous ont légué un tableau fort préjudiciable du mouvement et de ses hommes. Considéré comme un fruit des confrontations de la Guerre froide – d’autant plus que le Sawaba était assisté par les pays du Bloc de l’Est – le soulèvement fut décrit comme étant mené par des maoïstes égarés, sans soutien populaire, et qui n’avaient pas la moindre chance de renverser le régime. Les journalistes occidentaux traitèrent allègrement les insurgés de « terroristes » – terme de dénigrement qu’ils devaient au RDA – et les reporters français en particulier se montrèrent fermes partisans du gouvernement du Niger, de ses soutiens français et des mesures prises à l’encontre des sawabistes. Gilbert Comte par exemple, journaliste au Monde, mais aussi ami proche du président Diori à qui il ne se privait pas de donner des conseils, fondait ses papiers non pas sur les normes reconnues du journalisme d’investigation et d’analyse, mais sur l’hostilité de la France à l’égard du Sawaba63. Un biais similaire à l’encontre du mouvement de Djibo Bakary, et une partialité prononcée pour le RDA, se glissèrent dans les écrits historiques des auteurs français et nigériens64.

  • 65 Fuglestad, « UNIS and BNA ».
  • 66 Schmidt, Mobilizing the Masses.
  • 67 Telle que sa lecture ethno-régionale de la vie politique nigérienne. Aussi Van Walraven, « Decoloni (...)

30Pour comble d’injure – et bien que cela n’ait pas été intentionnel – l’image révisionniste du Sawaba publiée par Fuglestad au cours des années 1970 ensevelit le mouvement dans l’insignifiance en le taxant, lui aussi, d’être un simple « parti administratif », un montage politique contrôlé par les Français65, et non pas un mouvement social véritable au sein duquel hommes du rang et leadership étaient liés, comme en Guinée66, par une relation dialectique façonnée par des aspirations communes et aboutissant à des décisions politiques déterminées en partie par les pressions de la base. Bien que Fuglestad ait au moins dans une certaine mesure « dénationalisé » nos perspectives sur le référendum de 1958 et l’ait déconnecté des formules idéologiques liées à la notion de « néocolonialisme », son analyse repose largement sur les quelques archives coloniales disponibles de son temps, et ses conceptions sur le Sawaba et, plus généralement, sur l’histoire du Niger ont en partie été colorées par les perceptions des services français67.

  • 68 Chaffard, Les Carnets secrets, 269-332 (intitulé « La longue marche des commandos nigériens »).
  • 69 Le meurtre de Daouda Ardaly, que le régime attribua à Djibo Bakary, est un des meilleurs exemples d (...)
  • 70 Djibo, Les Transformations, 230-233.

31En fin de compte et après toutes ces années, le compte-rendu journalistique de Georges Chaffard demeure la meilleure description du Sawaba et de sa rébellion68. Chaffard était l’un des rares contemporains à n’avoir ni parti pris, ni hostilité à l’égard du sujet. Néanmoins, il est clair qu’en ce qui concerne le soulèvement de la première moitié des années 1960, il a fondé sa narration dans une très large mesure sur des sources liées au pouvoir – tels que l’organe gouvernemental Le Niger – et ainsi reproduit un grand nombre d’idées et de « faits » générés dans un but de désinformation69. Quoi qu’il en soit, la perspective de Chaffard sur le référendum de 1958 est bien plus proche de la vérité que celle de Fuglestad, et elle demeure valable dans ses grandes lignes. La thèse doctorale de Mamoudou Djibo, dont le travail sur la vie politique nigérienne à la veille des indépendances reste sans égal, a rondement discrédité les assertions de Fuglestad quant au fait que les Français n’auraient pas « cuisiné » les résultats du référendum, que leur intervention dans le plébiscite aurait été « légère et limitée » (lighthanded) et que la campagne électorale aurait été plus « propre » qu’on ne l’avait insinué (le « on » en question incluant Chaffard et les publications des sawabistes). Et pourtant, Djibo ne s’est pas penché sur la nature des bases du pouvoir du Sawaba. Pour Fuglestad, qui a sous-estimé le soutien populaire du mouvement, ces bases étaient chétives et l’échec de Bakary, tout à fait prévisible. Djibo, quant à lui, n’a pas compris que la focalisation post-référendum du Sawaba sur la politique interterritoriale était essentiellement une manœuvre visant à reconstruire ses forces à travers des soutiens étrangers, puisque toute activité politique à l’intérieur du Niger était devenue impossible70. Curieusement, il n’a pas aussi discuté des mémoires publiés par les officiels français impliqués dans l’organisation frauduleuse du plébiscite et des élections parlementaires subséquentes, et dont les confessions tardives mais éhontées ont définitivement clos les dernières controverses qui pouvaient subsister autour de la question du référendum. Dans ce livre, ces mémoires seront utilisés en même temps que des données documentaires et des témoignages des cadres du Sawaba pour mieux éclairer la catastrophe qui accabla le mouvement du « petit peuple » à l’automne 1958, catastrophe qui allait si fortement déterminer son avenir.

  • 71 Voir S. Decalo, Historical Dictionary of Niger (Metuchen, NJ et Londres, 1979) et C. Maman, Réperto (...)
  • 72 On est en ce moment en train de conduire une réflexion sur la manière d’entreprendre un tel projet.

32En écrivant cette monographie, je me suis rendu compte que les quelques dictionnaires biographiques qui existent sur le Niger offrent une vue partielle et partiale des personnalités historiques du pays. Ces ouvrages s’intéressent surtout aux personnes dont la trajectoire culmine dans une forme de réussite, et négligent ceux dont les aspirations et les projets connaissent une fin impromptue. Par ailleurs, certaines de ces vues d’ensemble privilégient les personnes qui ont eu accès à des postes officiels – par exemple, la députation. En conséquence, on y retrouve bien peu – et parfois pas du tout – de ces activistes et syndicalistes qui n’ont pas obtenu de position étatique, sans parler des cadres paysans d’un mouvement comme le Sawaba, ou de ses maquisards. Étant donné la personnalité hors du commun d’un grand nombre de ces individus et la manière dont ils pourraient enrichir nos impressions sur l’importance historique du pays, cette lacune est des plus regrettable71. L’histoire du Sawaba pourrait donc motiver une révision des ouvrages de référence ou la composition d’un opus dédié aux acteurs du mouvement72.

33Cependant, et pour finir, il existe une manière de considérer les petites gens de Bakary qui montrerait à quel point on devrait éviter de se confiner au cadre géographique du seul Niger. L’analyse des infortunes du Sawaba doit se situer dans un contexte plus large. Premièrement, il convient de rappeler que la politique de la France dans la décolonisation du Niger était étroitement liée à ses intérêts en Algérie et au développement de ses besoins en énergie et force de frappe nucléaires. Ceci porte l’histoire du Sawaba, et en un sens la tragédie qui frappa le mouvement, au cœur même de la Ve République française. Deuxièmement, le régime de Diori était arrimé à la France et au Conseil de l’Entente, c’est-à-dire en particulier à la Côte d’Ivoire. Enfin, et de façon encore plus significative, les actions du Sawaba se sont étendues bien au-delà des frontières du Niger. Comme on le verra, le réseau de soutien dont le mouvement a bénéficié pour ses opérations d’infiltration, ses centres de communication et ses dépôts d’armes ainsi que l’assistance fournie par des régimes amis, attira ses activistes dans l’orbite de la vie politique et sociale de pays voisins – du Mali oriental aux vieilles cités du Nord Nigeria, et des tumultes du Ghana de Nkrumah à la solitude relative des petites villes du désert algérien. Une distinction trop nette entre la vie politique « nigérienne » et celle d’autres pays est, en ce sens, oiseuse et devrait être remplacée par une analyse situant l’histoire du mouvement au sein du contexte politique complexe de l’Afrique de l’Ouest dans son ensemble. Au long des luttes du Sawaba, les sympathisants du mouvement ont trouvé refuge dans divers pays de la sous-région, alors que la rivalité entre le RDA et le Sawaba a débordé sur les communautés de la diaspora nigérienne, en particulier au Ghana où les antagonistes développèrent chacun leur réseau de soutien, d’espionnage et de contre-espionnage. Cette histoire démontre à tout le moins que les frontières officielles, et même la souveraineté étatique d’autres pays, importaient peu ou pouvaient être utilisées dans le jeu perpétuel du chat et de la souris fait de persécution, de dérobades, et de subversion auquel se livraient les deux rivaux. Par ailleurs, la politisation de la diaspora n’était pas limitée à la région ouest africaine, comme on peut le voir s’agissant des actions politiques et de la concurrence entre étudiants nigériens dans les pays du Bloc de l’Est. L’histoire du « petit peuple » est donc d’une étonnante extension géographique : les sawabistes ont sillonné les quatre coins du globe, écrivant une histoire de la mondialisation avant la lettre.

  • 73 N. d. Paige, « The History of Anachronism : Montaigne, Augustine, and the Becoming of Autobiography (...)
  • 74 Pour le contexte du Sawaba, voir Salifou, Le Niger, 156, se référant au travail de Fluchard sur le (...)

34Toute histoire d’un échec, qu’elle porte sur un régime renversé, une révolution avortée ou une rébellion défaite, court le risque de l’anachronisme. Or l’anachronisme est le péché suprême de l’histoire, puisqu’il supprime le respect de la spécificité historique. Il est entendu que l’interprétation du passé ne peut se faire qu’à partir de l’époque présente, et qu’il s’agit là d’un passage obligé de toute reconstitution historique73. Mais l’historien n’en est pas pour autant absous de la responsabilité d’éviter autant que faire se peut l’analyse « présentiste », celle qui ne voit le passé qu’à travers le prisme des perspectives actuelles et qui en arrive à juger les acteurs de moments spécifiques de l’histoire suivant une méthode rétrospective fertile en anachronismes74. Une telle vision rétrospective peut être particulièrement insidieuse dans une analyse post-factum de l’échec. Le problème est amplement démontré par le travail des journalistes et chercheurs mentionnés ci-dessus, dont le traitement du Sawaba s’inscrivait dans une perspective téléologique lisant l’histoire à rebours et concluant que l’insurrection du mouvement ne pouvait que s’abîmer dans la défaite. Ce genre de vision unilinéaire est fondamentalement contraire à l’esprit critique historique.

  • 75 F.W. Maitland, « Memoranda de Parliamento » (1893), in Selected Essays (Cambridge, 1936), 66.
  • 76 Ainsi que l’affirment les écrits basés sur les sources proches du régime. Van Walraven, « Sawaba’s (...)

35Les événements d’un passé lointain furent à un moment donné l’horizon du futur pour les gens qui les vécurent75. Il est donc du devoir de l’historien de reconstituer les pensées qu’eurent ces gens, ce qu’ils savaient ou auraient pu savoir, à quels moments, et comment tout cela a pu façonner leur comportement à un moment donné. Ainsi verra-t-on que l’échec de la contestation sawabiste ou même de l’insurrection armée du mouvement n’était nullement couru d’avance76. Les rapports des services spéciaux français exprimaient de façon régulière des inquiétudes quant à la fragilité du régime soutenu par les gaullistes, et cela, plusieurs années après qu’ils l’aient adoubé. Longtemps après que le Sawaba ait été contraint à la clandestinité, ils restèrent d’avis que si Djibo Bakary était autorisé à revenir au pays, le RDA succomberait rapidement. Les données recueillies dans les archives indiquent clairement qu’après avoir refusé le fait accompli du référendum, le mouvement continua à jouir d’une popularité intermittente, même après son interdiction officielle, en 1959. Il bénéficia notamment d’un regain significatif de popularité en 1960 et quelques années plus tard. Tout ceci démontre que l’évolution du Sawaba ne saurait être réduite à un simple récit linéaire, et son éviction du pouvoir au cours de l’automne 1958 n’a pas mis un terme à ses destinées. Étant donné les faiblesses patentes du régime RDA dans ses fondations mêmes, les sawabistes n’avaient guère de raison de supposer, à première vue, qu’une tentative de retour à la barre de l’État par des moyens violents était vouée à l’échec. La persécution systématique, voire vindicative, dont le mouvement fut l’objet avait de toute façon bloqué toute alternative, surtout après l’enlisement des tentatives de réconciliation. En outre, il convient de situer avec netteté les actions entreprises par les sawabistes au sein du contexte temporel dans lequel ils se trouvaient. Ce contexte était caractérisé par la compétition mondiale des débuts de la guerre froide, lorsque le Bloc de l’Est pouvait se présenter de manière convaincante comme une alternative viable à la manne du monde occidentale. Sa politique de l’aide économique et (surtout) militaire – en sus de l’accueillante ouverture de ses institutions d’enseignement supérieur – semblait marquer une différence positive pouvant mener à la victoire définitive des insurrections qui avaient éclaté en des points du globe aussi différents les uns des autres que Cuba et l’Indochine, l’Algérie et l’Angola. La libération par la violence devint, pour les forces politiques réprimées, une méthode établie de s’extirper des culs-de-sac politiques dans lesquels on essayait de les refouler. Que les sawabistes aient cru qu’ils pouvaient se remettre en selle à travers l’action armée n’avait donc rien d’absurde. De plus, la position militaire du mouvement n’était pas statique et a pu évoluer de façon apparemment favorable, comme lorsque l’accession de l’Algérie à l’indépendance améliora considérablement la situation stratégique de ses forces d’intervention. Ainsi qu’on le verra, au moment où la confrontation armée atteignait son zénith, personne – que ce soit au sein du régime ou parmi les observateurs étrangers – n’aurait pu en prédire l’aboutissement final.

  • 77 The Struggle for Mastery in Europe 1848-1918 (Oxford, 1954), 569 (« All sources are suspect »).
  • 78 Plusieurs de ces rapports du SDECE se trouvent dans la « série T » à Vincennes. Bien qu’ils fassent (...)
  • 79 Voir les annexes sur le sens des codes de référence utilisés dans les notes infrapaginales de ce li (...)

36« Toutes les sources sont suspectes », a dit A. J. P. Taylor77 pour souligner à quel point nous nous devons d’être circonspects dans l’usage de ce que nous estimons être des données d’ordre historique. Ceci est vrai des sources écrites comme des sources orales. Étant donné le caractère particulier du sujet – la rébellion d’un mouvement clandestin dont l’échec a eu pour conséquence d’essayer de l’effacer de l’histoire – les données documentaires ont dû être rassemblées à partir d’un grand nombre de fonds d’archives publics et privés. Les archives officielles de la France et du Niger furent naturellement de toute première importance pour ce travail. Pour ce qui est de l’ancienne métropole, on a consulté les documents coloniaux couvrant la période menant à l’indépendance du Niger et conservés à Aix-en-Provence, ainsi que – pour la période postindépendance – les archives des Forces armées françaises conservées à Vincennes. Ces dernières comprennent les rapports des services secrets, le SDECE. Nombre des dossiers inclus dans ces archives n’étaient, en principe, pas accessibles, mais une procédure de dérogation permet de les consulter, y compris les rapports du SDECE envoyés à Matignon, à l’attention du Premier ministre78. En dehors des archives nationales du Niger (sur lesquelles je reviens ci-dessous), j’ai aussi exploré les archives nationales du Ghana où certains documents permettent de retrouver les liens des sawabistes avec le pays – notamment s’agissant du commando Amadou Diop. De nombreux documents portant sur les rapports du mouvement avec le parti frère NEPU du Nord Nigeria furent retrouvés aux British National Archives79.

  • 80 L’identité de ces sources est indiquée dans les notes en bas de page.
  • 81 Les cadres détiennent parfois des documents sur le mouvement qu’il serait important de donner aux A (...)

37En plus de ces archives, des sources privées ont fourni certains documents80. Comme on le verra, face à la persécution qui s’acharnait sur lui, le mouvement a détruit une partie de ses dossiers, tandis que le régime, dans son effort de délégitimation de ses ennemis, a aussi mis au feu des documents se rapportant au Sawaba, y compris les publications du parti. Certains documents ultrasensibles – par exemple, les listes des cadres fugitifs du Sawaba – ne furent pas déposés aux archives publiques. Du coup, un grand nombre de documents sont introuvables au niveau des fonds documentaires officiels, bien que les Archives nationales du Niger (ANN) soient organisées de manière professionnelle et aient permis à cette recherche de commencer du bon pied. Cependant, avec l’aide d’anciens cadres du Sawaba ainsi que d’agents de la Gendarmerie nationale, j’ai pu mettre la main sur divers documents clef81.

  • 82 Voir, par exemple, les dossiers du ministre de l’Intérieur, conservés sous ANN, 86 MI 3 F. On donne (...)
  • 83 Djibo, Les transformations, 29 et 113. Ceci est davantage examiné au chap. 4.
  • 84 Rapport mensuel sept. 1969, AI 9 ; SHAT, 10 T 715/D.2-3.
  • 85 Mémorandum pour l’opération révolution du parti Sawaba du Niger ; commandant A. Dangaladima to Pres (...)

38Malheureusement, divers types de documents ne furent jamais retrouvés. Les archives de la police, de la Sûreté ou du Bureau de coordination et de liaison (BCL) déposées à l’ANN ne sont pas également renseignées pour toutes les années82, et en particulier les dossiers de renseignement portant sur certaines personnes ou sur des réunions illégales de parti connaissent souvent un assèchement abrupt, surtout après 1961. Il s’agit là d’un résultat paradoxal des succès de la répression, qui repoussa les membres du mouvement davantage dans la clandestinité ou les obligea à fuir à l’étranger, hors du champ des radars du régime. Puisque les archives du gouvernement empêchent par définition la reconstitution d’une évolution qu’elles ignorent, le recours à d’autres fonds documentaires et d’autres types de sources – telles que, par exemple, les sources orales – s’est avéré une nécessité méthodologique pour la construction d’une narration historique viable. Par ailleurs, même en France, certains documents ont disparu, y compris des sources couvrant la période la plus sensible du référendum (septembre-octobre 1958, quoique, comme l’a noté Mamoudou Djibo, les gouvernants coloniaux n’avaient de toute façon pas l’habitude de consigner par écrit leurs instructions d’ingérence électorale83). Dans un cas spécifique, une page concernant l’opposition sawabiste a été arrachée du rapport mensuel préparé par l’attaché militaire français à Niamey84. Un plan d’offensive du commandement de la guérilla sawabiste, mentionné dans un mémorandum envoyé aux autorités ghanéennes et conservé aux British National Archives, s’est aussi évanoui85.

  • 86 Cette dernière possibilité a été suggérée par un commando interrogé par les Français. Nous ne savon (...)
  • 87 Conversations avec Idrissa Maïga Yansambou, Archives nationales du Niger, Niamey, 14 déc. 2009 et 2 (...)

39Il en est de même des ordres de mission des commandos sawabistes ; des cahiers que certains d’entre eux utilisèrent lors de leur entraînement dans la Chine communiste ; des carnets contenant les données nécessaires à la préparation des infiltrations armées ; et des protocoles d’interrogatoire des sawabistes par les agents français. Plusieurs de ces documents ont été mentionnés dans la presse gouvernementale et les journalistes occidentaux en ont même cité des portions substantielles, mais il a été impossible de les retrouver dans les archives françaises ou nigériennes. Que ces documents existent ou aient existé à un moment donné ne fait pas de doute, jusque et y compris les protocoles d’interrogatoire, puisque des exemplaires datant d’une époque plus ancienne ont survécu, et les commandos sawabistes ont indiqué, lors de nos entretiens, que les agents français avaient pris des notes en les interrogeant. En outre, la presse gouvernementale nigérienne a publié, en 1964-1965, des fragments de ce qui était bien évidemment un rapport d’interrogatoire. Certains documents ont pu être détruits, peut-être pour dissimuler des preuves de persécution et de mauvais traitements, ou la complicité des Français dans ces occurrences. Ou peut-être – en ce qui concerne les protocoles d’interrogatoire – ont-ils été emportés par les membres des services spéciaux français lorsqu’ils sont retournés en Europe86. Mais il se pourrait aussi qu’ils se trouvent toujours au palais de la présidence du Niger (où le BCL avait son QG) ou qu’ils soient enterrés dans les archives de la Sûreté. Le puissant ministère de l’Intérieur du Niger est connu pour être en possession de nombreux documents qu’il a refusé de transmettre aux archives nationales. Il en est de même du ministère de la Justice87.

  • 88 Notamment ceux de la série « 10 T » du SHAT à Vincennes.
  • 89 Pour une assertion euphorique des Français à cet égard, voir Événements survenus en Afrique francop (...)
  • 90 Entretiens avec Mounkaila Beidari, Niamey, 2 déc. 2003 et 15 déc. 2009.

40Heureusement, un large éventail de documents se rapportant aux actions politiques et militaires du Sawaba a survécu. Les rapports contenant des informations fournies par le SDECE sont particulièrement détaillés88 et permettent d’obtenir des aperçus souvent circonstanciés sur l’organisation du mouvement au Niger comme à l’étranger89. Néanmoins, de telles sources doivent être abordées avec précaution. Le monde du renseignement est marqué par l’incertitude. La « désinformation » – la diffusion délibérée de fausse information – est l’un des outils de la contre-intelligence, et les institutions sécuritaires du Niger ne faisaient pas exception à la règle90. En outre, dans leurs tentatives de préservation de la sécurité politique du régime – qui vivait dans un sentiment d’inquiétude propice à la paranoïa – ces institutions ont travaillé avec un vaste réseau d’informateurs qui recevaient de l’argent pour leurs renseignements sur les allées et venues des ennemis du régime. Bien que ces renseignements aient souvent été basés sur des ouï-dire, sans aucune autre forme de corroboration, la culture orale du Niger ne permettait pas toujours d’obtenir par un autre biais des informations sur les ennemis de l’État. Cependant, comme nous le verrons, l’usage et la diffusion de rumeurs étaient un instrument clef d’agitation et de défense auquel les sawabistes comme le régime ne s’étaient pas privés de faire recours. Les petites gens l’utilisèrent pour faire de la subversion, alors que les informateurs du régime pouvaient être motivés – en plus de leurs obligations de service – par les récompenses financières, la place occupée par la victime de leur dénonciation, ou une soif de vengeance. La position politique des membres des services spéciaux eux-mêmes – Nigériens tout comme Français –, voire leur hostilité déclarée à l’encontre des hommes de Djibo Bakary, ne fit qu’augmenter les possibilités de mystification. Toute donnée recueillie dans le contexte de ces institutions requiert donc une évaluation des plus circonspecte. Heureusement, plusieurs fonds documentaires différents ont été mis au jour et la perspective historique qu’ils établissent est renforcée par les similitudes des données qui s’y trouvent. Je suis bien entendu tombé de façon régulière sur des cas de renseignements défectueux, mais ils seront à chaque fois signalés d’une manière convenable.

  • 91 Pour un exemple d’alerte sécuritaire erronée et de sa rectification subséquente, voir Bulletin mens (...)
  • 92 Un exemple de ce type de notation se trouve dans le Bulletin des renseignements hebdomadaires, 2262 (...)

41En général, cependant, les Français tout comme les sécurocrates nigériens qu’ils ont formé, cultivaient un haut niveau de professionnalisme. Ainsi, les Nigériens ne voyaient aucune raison de pourchasser ceux qui ne faisaient pas partie des réseaux de l’ennemi. Leurs dossiers de renseignement distinguaient donc souvent les sawabistes des membres d’autres groupes ou communautés qui n’étaient pas considérés comme représentant un risque évident – bien que, comme on le verra, des erreurs et confusions se soient parfois produites. Les rapports comprennent de temps à autre des corrections et des rectifications portant sur des observations antécédentes91. Les Français, quant à eux, marquaient la valeur de leurs renseignements à travers des notes en forme de lettres alphabétiques indiquant soit le caractère confirmé de l’information, soit son caractère fragmentaire92, tout en formulant leurs observations au conditionnel lorsqu’elles ne reposaient que sur elles-mêmes. Dans l’ensemble, ces procédures améliorent l’utilité de ces matériaux pour ce qui est de la construction de la narration historique.

  • 93 G.H. Gudjonsson, The Psychology of Interrogations and Confessions : A Handbook (Chichester, 2003), (...)
  • 94 Voir E. Le Roy Ladurie, Montaillou : Village occitan de 1294 à 1324 (Paris, 1975), et en particulie (...)

42Quid de la fiabilité des données obtenues à travers les interrogatoires des sawabistes appréhendés ? En principe on peut utiliser, malgré tout, des données dérivant d’un contexte marqué par la contrainte, comme l’a montré Emmanuel Le Roy Ladurie dans son étude sur le village occitan de Montaillou, au Moyen Âge, étude fondée sur les documents de l’Inquisition et comprenant des textes rédigés au cours des interrogatoires de suspects d’hérésie. L’usage de la torture a conduit à des confessions absurdes et a montré à quel point les mauvais traitements peuvent être contre-productifs. Mais il est aussi intéressant de noter qu’une grande quantité d’information a pu être recueillie à Montaillou simplement à travers le caractère inexorable et interminable des interrogatoires. Le recours délibéré à l’épuisement, aux privations alimentaires et aux interrogatoires indéfiniment prolongés, combiné aux efforts faits pour prendre les suspects en flagrant délit de mensonge fortuit – ce qui produit un désavantage psychologique – a, de tout temps, fait partie de l’arsenal des techniques ordinaires pour briser la résistance de suspects93. Ainsi, l’interrogateur des habitants de Montaillou s’est sans répit focalisé sur des menus détails et sur les contradictions les plus infimes qui pouvaient apparaître dans les confessions d’une personne, ou entre plusieurs confessions différentes, et cette procédure permet en principe de reconstituer les faits avec une plus grande fiabilité, surtout si l’on ajoute des formes de contrainte plus tempérée, tels que l’emprisonnement, l’enchaînement ou l’isolation94. Comme nous le verrons en détail, les contextes d’interrogation au Niger étaient aussi caractérisés par une contrainte extrême, aussi bien physique que psychologique (sous forme de menace de sévices). Les sources écrites et orales montrent sans le moindre doute qu’il était très difficile voire impossible de ne pas parler ou de ne pas répondre aux questions posées. La contrainte obligeait à paraître au moins donner des informations. Il est arrivé que les sawabistes soumis à ces procédures aient tâché d’éluder les questions, de donner des réponses évasives ou de plaider l’ignorance, et si l’on peut trouver un petit nombre d’actes de bravoure (certains détenus ayant résisté jusqu’au bout à leurs tourmenteurs), la plupart des cadres arrêtés ont fini tôt ou tard par craquer. Il est certain que la routine répétitive des interrogatoires et l’obsession de la Sûreté pour les détails contribuèrent à minimiser les risques d’erreur factuelle, surtout lors des sessions gérées par les agents français qui montraient plus de professionnalisme (quoique pas nécessairement moins de cruauté) que les interrogateurs de la branche paramilitaire du régime. Dans le cas de ces derniers, les interrogatoires étaient émaillés de brutalité gratuite menant fréquemment à des confessions extravagantes sans grande utilité pour l’établissement des faits. Comme pour les autres types de document, les données obtenues à travers des interrogatoires doivent donc être analysées et interprétées avec précaution. En l’absence de toute certitude ou confirmation par d’autres sources, le conditionnel devient de mise.

  • 95 Bien que la perspective du RDA soit aussi d’importance à ce niveau, le déséquilibre n’altère pas l’ (...)
  • 96 Des lacunes demeurent cependant à ce niveau. Il n’y a pas, par exemple, de cadre sawabiste de Marad (...)
  • 97 Il existe plus d’écrits sur Djibo Bakary. Son autobiographie a également été publiée.
  • 98 Pour plus de détails sur les interviewés, voir l’annexe 7.

43Au cours de mes recherches, je me suis entretenu avec de nombreux survivants des grands conflits du passé, certains jadis affiliés au RDA, mais la majorité, issue du mouvement sawabiste95. Je me suis efforcé d’arriver à une couverture égale en termes d’origines régionales96, ainsi qu’en termes des fonctions et des rôles naguère tenus par les membres du mouvement : maquisards, étudiants en Europe de l’Est, cadres du parti et syndicalistes, cadres ayant œuvré à Radio Pékin, commandos ayant été en Chine communiste, au Nord Vietnam ou en Algérie, et militants ayant rempli les fonctions de « chef de camp » au sein des camps d’entraînement du Ghana. J’ai interviewé des militants de la base et des personnes placées aux sommets de la hiérarchie du parti – parfois à plusieurs reprises. Cependant, les cadres de rang moyen sont généralement plus représentés97. La sélection des témoins oculaires s’est faite en partie de manière délibérée (comme lorsque j’ai recherché des militants dont j’avais entendu parler) et en partie avec l’aide et l’assistance de personnes déjà interviewées. En tout et pour tout, j’ai conduit plus d’une centaine d’interviews98.

  • 99 Pour une introduction, voir C.K. Adenaike et J. Vansina (dir.), In Pursuit of History : Fieldwork i (...)
  • 100 Schmidt, Mobilizing the Masses, 13. Cependant, comme il a été noté ci-dessus dans la discussion des (...)

44Ainsi que je l’ai déjà noté, la plupart de mes interlocuteurs ont réagi avec enthousiasme à cette quête historique, et bien entendu le fait que je sois le premier chercheur à me pencher sur cet épisode de l’histoire y est pour beaucoup. Ce détail soulève la question de la fiabilité de données obtenues dans ces conditions. Par exemple, des victimes – en particulier des victimes traumatisées – peuvent-elles être des témoins crédibles ? Ici, l’histoire et la mémoire peuvent se révéler antinomiques, et les rapports entre le chercheur et l’interviewé engagés dans une conversation peuvent en outre produire un bien plus grand nombre de chausse-trappes, qui font d’ailleurs régulièrement l’objet de débats en méthodologie99. Un problème spécifique se rapporte au fait que passé et présent s’enchevêtrent, puisque les ressouvenirs sont affectés – quoique non pas nécessairement déterminés – par des circonstances et des expériences actuelles ou tardives100. Au cours des recherches de terrain sur le Sawaba, les points de vue rétrospectifs ont régulièrement influencé la représentation du passé, par rapport, par exemple, à la lutte pour l’indépendance ; aux vicissitudes des exploits militaires du Sawaba, notamment lors de l’attaque manquée contre le régime en 1964-1965 ; aux relations entre le leadership du mouvement et les cadres de rang moyen et inférieur, qui se sont parfois abîmées dans des récriminations mutuelles ou qui ont pu s’altérer suite aux divergences ultérieures de trajectoire. Les querelles politiques dans lesquelles s’enferrèrent les cadres au cours des années 1990 et les difficultés rencontrées par le parti ressuscité produisirent un bruit de fond qui a parfois affecté des entretiens qui portaient sur un passé plus lointain. Dans tous ces cas, j’ai tâché de dégager l’influence de la vision rétrospective en établissant les points sur lesquels les données orales offraient une perspective fiable sur le passé, et les points sur lesquels elles ne pouvaient le faire – parfois parce qu’elles reflétaient en effet des points de vue plus récents.

  • 101 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 et Événements survenus en Afrique francophon (...)
  • 102 Entretien avec Soumana Idrissa, Gothèye, 18 déc. 2009 et document sans titre, non daté, 1964-1965 ; (...)
  • 103 Ainsi, un cas de supplice subi par un sawabiste m’a été raconté trois fois en six ans, sans que le (...)

45Cependant, la longue période de recherches de terrain qui m’amena à voyager à plusieurs reprises au Niger entre 2002 et 2011 fut caractérisée par un calme politique relatif dans le pays, ce qui eut un effet positif sur la manière dont mes interlocuteurs ont eu à livrer leurs souvenirs ainsi que sur la qualité des données en tant que telles. J’ai souvent été stupéfait de la précision des témoignages, en particulier s’agissant de détails de récits dont les éléments les plus infimes étaient confirmés par – par exemple – les rapports du SDECE conservés à Vincennes et que mes interlocuteurs n’avaient jamais pu voir. Il en est ainsi par exemple de quelques-uns des combats survenus entre forces sawabistes et forces du régime dans les environs de Malbaza, en 1965, qui me furent racontés par un maquisard qui, à ce moment-là, se trouvait déjà en prison. Je retrouvai dans un rapport des renseignements militaires français une version identique de l’histoire relatée dans son intégralité101. De même, la confrontation entre le chef commando Siddi Abdou et les forces du régime dans l’Ader me fut rapportée par un maquisard qui le connaissait mais opérait dans un secteur différent. L’histoire fut confirmée, mutatis mutandis, par un rapport des archives militaires françaises102. Tout ceci montre que les cadres survivants, réunis en prison, se sont racontés ce qu’ils avaient vécu et ce qui était arrivé, et les longues années d’incarcération les ont manifestement aidé à maintenir vivaces les souvenirs de certaines des batailles du passé. Si des témoins vieillissants ont parfois oublié les années précises où eurent lieu ces événements cataclysmiques, le déroulement exact des opérations d’infiltration auxquelles ils ont participé ou l’existence de certains incidents rapportés dans les archives, la qualité des souvenirs des sawabistes est généralement remarquable. La culture orale dans laquelle ils ont été élevés explique sans doute pour une bonne part cet aspect des choses. Bien entendu, les interviewés se sont parfois contredits les uns les autres – bien que les concordances aient été bien plus fréquentes –, par exemple sur la question de savoir si la tentative d’assassinat du président Diori était un acte isolé ou une directive des chefs du parti. En règle générale, cependant, il semble que le caractère dramatique de leurs souvenirs ait aidé les témoins oculaires à en garder les traces, ne serait-ce que dans leurs lignes essentielles103.

  • 104 Par exemple, dans le contexte dynamique de la recherche de terrain, les interviewés ont souvent ten (...)
  • 105 Note sur l’orthographe et la référence : certaines sources donnent parfois les différentes manières (...)

46Ces données orales doivent naturellement être traitées avec prudence104. Dans tous les cas où des témoignages ont paru peu plausibles ou farfelus par rapport au contexte d’ensemble, ou encore lorsqu’il n’a pas été possible de les confirmer par d’autres données orales ou écrites, le mode conditionnel a été utilisé. Plusieurs aspects de l’histoire du Sawaba demeurent inévitablement obscurs, à cause des contradictions au niveau des sources ou d’informations manquantes. En dépit des efforts mis à retrouver autant de détails que possible, dans bien des cas il a fallu renoncer à reconstituer un événement donné. Comme on le verra, l’identité de certains individus est parfois problématique, parce que les données disponibles les confondent avec d’autres personnes, ou parfois parce que les orthographes différentes ou les pseudonymes utilisés par les activistes ajoutent à la confusion105. Ce livre, tout en essayant de ramener à la vie l’univers des sawabistes, représente une certaine étape dans l’évolution de nos connaissances. D’autres pourraient ajouter de nouveaux éléments au récit. En particulier, on pourrait entrer dans plus de détails s’agissant des circonstances locales qui ont eu un impact sur la rébellion, ou encore s’agissant du rôle de certains personnages dans la vie politique de telle ou telle localité, dans les années 1950 et 1960.

47Ce livre est divisé en trois parties liées entre elles par un thème central : l’aspiration des sawabistes à atteindre la délivrance et les efforts fournis par eux dans cette voie ardue. La délivrance par rapport à la situation générale de la colonie du Niger au lendemain de la seconde guerre mondiale, situation marquée par la domination étrangère et la misère politique, sociale et économique ; et puis, lorsque cette délivrance a pris forme lors de la montée en puissance du parti des petites gens avant de s’évanouir brusquement sous la pression de la métropole, ce désir a nourri la longue préparation et les différentes étapes de la mise en œuvre d’une reconquête de la suprématie par la violence – toutes choses qui s’achevèrent, pour les sawabistes, dans les amertumes de la défaite, ne leur laissant plus rien qu’une profonde aspiration au calme et à la quiétude, loin des camps d’internement, et enfin dans l’humiliation du déni de reconnaissance de leur rôle dans les luttes des années 1950. Le fil d’Ariane de cet ouvrage est donc constitué par ce désir de délivrance, qui fut l’élément clef de l’idéologie du mouvement mais qui, en pratique, se traduisit par le souhait d’être délivré de divers malaises historiques.

  • 106 Même le livre phare de Djibo, Les Transformations, a à cet égard laissé quelques sources primaires (...)

48Le premier chapitre s’ouvre sur une introduction à la société nigérienne – introduction concise, puisque de nombreuses études existent sur le sujet et seront dûment citées, et certains autres éléments d’indispensable contextualisation sociale, culturelle et économique apparaîtront au fil du récit. Le chapitre porte surtout sur la nature de la vie politique nigérienne au cours de la période post-1945 ; l’essor du mouvement sawabiste et son rôle dans la lutte pour l’autonomie ; et les manœuvres complexes menant à la victoire électorale de 1957. La structure idéologique du mouvement est examinée dans ses grands traits – elle sera traitée plus amplement dans la deuxième partie, lorsqu’il sera question de l’effet des vicissitudes du mouvement sur ses orientations idéologiques. Une bonne part des analyses du premier chapitre repose sur des sources secondaires, mais se nourrit aussi de recherches sur des sources primaires qui n’avaient jusque-là pas encore été exploitées106 ainsi que d’interviews de sawabistes qui contribuent à renouveler nos perspectives sur le dynamique Zeitgeist de la vie politique nigérienne à l’époque. Le chapitre 2 traite d’une part de la formation et du mode de fonctionnement du gouvernement d’obédience sawabiste, et d’autre part de l’antagonisme avec les intérêts de la chefferie et des « évolués » du PPN-RDA, présentant au passage le rôle du facteur ethno-régional ainsi que celui des syndicats du secteur privé qui étaient si liés au mouvement (le rôle des syndicats et des syndicalistes est un thème récurrent du livre). Les chapitres 3 à 5 entrent dans les complexités de la vie politique interterritoriale qui fut une dimension importante de la vie politique nigérienne en tant que telle ; ils se penchent aussi sur les conséquences de la crise algérienne. On verra notamment comment l’impact considérable de cette crise sur la métropole a rejailli sur la politique de la décolonisation, positionnant au final, dans le cas du Niger, le mouvement des petites gens et les gaullistes sur la voie de l’affrontement. Le rôle des chefs coutumiers, des politiciens du RDA et de l’armée française dans le renversement du gouvernement Sawaba est aussi analysé en détail dans ces chapitres.

49La deuxième partie retrace le développement des activités souterraines du Sawaba à travers tout le territoire national, sur fond d’accession au ralenti du Niger au statut de pays indépendant sous contrôle français ainsi que de répression des cadres du mouvement par la coalition franco-RDA – dont la mobilisation politique provoqua une montée de rivalités à caractère plus régionaliste que réellement ethnique (chapitres 6-7). Les dissensions causées au sein du Sawaba par l’aggravation de la persécution sont traitées dans le chapitre 8, en même temps que les tentatives ratées d’arriver à un rapprochement avec le régime RDA. Cet épisode préluda à un ensemble complexe d’événements extérieurs intimement connectés les uns aux autres et, pour cette raison, analysés dans un chapitre spécial : l’émergence d’un réseau à l’étranger, les efforts faits pour aider les sawabistes à fuir le pays, l’organisation de programmes destinés à protéger et soutenir des cadres instruits qui pourraient, le jour venu, reprendre les rênes du gouvernement, et l’entraînement des maquisards qui devaient abattre le RDA. Dans ces descriptions, le chapitre 9 offre un exposé détaillé sur la vie politique de la diaspora sawabiste, le quotidien de ses cadres étudiant dans les Pays de l’Est et les aspects idéologiques et militaires du développement de ses unités de guérilla.

50La troisième partie se penche sur les infiltrations de la guérilla au niveau des zones frontalières du Niger ; la construction de réseaux de soutien au Nord Nigeria, au Dahomey, au Mali et en Algérie, et les aléas de la vie politique locale des secteurs concernés, toutes choses qui ont eu des effets sur l’action sawabiste comme sur la réaction du régime (chapitres 10-11). La montée vers la confrontation militaire, les efforts renouvelés fournis pour frapper le régime et la défaite finale, suivie de l’arrestation, de l’incarcération et de la neutralisation des cadres du mouvement sont traités aux chapitres 12 à 14. Bien que le fascinant activisme social du Sawaba soit la clef de son importance historique, ce livre se concentre en fin de compte sur l’évolution de ses campagnes de guérilla – non pas parce que ces hostilités auraient eu une quelconque importance militaire, mais parce qu’elles aboutirent à l’annihilation de la communauté politique que le Sawaba, en tant que mouvement social, avait engendré.

51L’Épilogue discute de l’importance dernière du Sawaba pour l’histoire du Niger, l’histoire de l’activisme social en Afrique et celle de la décolonisation des territoires sous domination française. À cet effet, il dressera aussi, de façon limitée, une comparaison avec les trajectoires historiques de la Guinée et du Tchad. Bien que ce livre ait été conçu comme une opération de sauvetage de première nécessité et se focalise donc par-dessus tout sur l’histoire nigérienne du Sawaba, on peut à cet égard espérer que cette monographie contribuera à une meilleure compréhension des mouvements sociaux africains et de leurs insurrections, à travers une analyse plus finement comparative de cette époque charnière.

Notes

1 Le compte-rendu journalistique formant un chapitre de l’ouvrage de Georges Chaffard, Les Carnets secrets de la décolonisation (Paris, 1967), vol. 2, est présenté plus loin.

2 Les plus notables de ces études comparatives sont les œuvres de G.M. Carter (dir.), Five African States : Responses to Diversity (Ithaca, NY, 1963) ; J.-S. Coleman & C.G. Rosberg (dir.), Political Parties and National Integration in Tropical Africa (Berkeley, 1964) et R. Schachter-Morgenthau, Political Parties in French-Speaking West Africa (Oxford, 1964). Le Niger fut traité par V. Thompson, « Niger », in G.M. Carter (dir.), National Unity and Regionalism in Eight African States (New York, 1966), 151-230.

3 Voir par exemple R.B. Charlick, Niger : Personal Rule and Survival in the Sahel (Boulder, San Francisco et Londres, 1991) ; M. Djibo, Les transformations politiques au Niger à la veille de l’indépendance (Paris, 2001) ; A. Mayaki, Les partis politiques nigériens de 1946 à 1958 : Documents et témoignages (Niamey, 1991) ; et les écrits du prolifique André Salifou. L’article « Niger » de Thompson contient quelques observations sur l’essor et la chute du Sawaba.

4 F. Fuglestad, A History of Niger 1850-1960 (Cambridge, 1983).

5 C. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, 1995) ; A. Salifou, Biographie politique de Diori Hamani : Premier président de la république du Niger (Paris, 2010). Voir aussi F. Martin, Le Niger du Président Diori : Chronologie 1960-1974 (Paris, 1991).

6 La guerre du Biafra est un autre exemple.

7 Pour un examen de cette question, voir S. Ellis, « Africa’s Wars of Liberation : Some Historiographical Reflections », in P. Konings, W. van Binsbergen et G. Hesseling (dir.), Trajectoires de libération en Afrique contemporaine – Hommage à Robert Buijtenhuijs (Paris et Leyde, 2000), 69-91 ; J.C. Miller, « History and Africa/Africa and History », American Historical Review, 104 (1999), 1, 1-32.

8 Voir S. Ellis, « Colonial Conquest in Central Madagascar : Who Resisted What? », et K. van Walraven & J. Abbink, « Rethinking Resistance in African History : An Introduction », in J. Abbink, M. de Bruijn & K. van Walraven (dir.), Rethinking Resistance : Revolt and Violence in African History (Leyde et Boston, 2003), 83 et 4 respectivement. Certains pays semblent faire exception à la règle, par exemple la Tanzanie, du moins en ce qui concerne sa vie politique dans les années 1960, qui continua à sisciter l’intérêt des chercheurs.

9 Voir Van Walraven et Abbink, « Rethinking Resistance in African History » ; Ellis, « Africa’s Wars of Liberation ».

10 Il est intéressant de noter des exceptions au niveau du Journal of African History, y compris sur le Niger : F. Fuglestad, « Djibo Bakary, the French, and the Referendum of 1958 in Niger », Journal of African History, 14 (1973), 313-330 ; ibid., « UNIS and BNA : The Rôle of ’Traditionalist’ Parties in Niger, 1948-1960 », Journal of African History, 16 (1975), 113-135 ; M. Staniland, « The Three-Party System in Dahomey », Journal of African History, 14 (1973), 291-312 et 491-504.

11 F. Cooper, « Possibility and Constraint : African Independence in Historical Perspective », Journal of African History, 49 (2008), 173.

12 Pour une critique, voir S. Ellis, « Writing Histories of Contemporary Africa », Journal of African History, 43 (2002), 1-26.

13 Voir par exemple E. Schmidt, Mobilizing the Masses : Gender, Ethnicity, and Class in the Nationalist Movement in Guinea, 1939-1958 (Portsmouth, NH, 2005) ; S. Geiger, TANU Women : Gender and Culture in the Making of Tanganyikan Nationalism, 1955-1965 (Portsmouth, NH & Oxford, 1997) ; les écrits de Meredith Terretta sur l’UPC ; O. Rillon, « Corps rebelles : La mode des jeunes urbains dans les années 1960-1970 au Mali » ; papier présenté pour « Lutter dans les Afriques », Paris 1 Panthéon Sorbonne, 22-23 janv. 2010.

14 A. Isaacman & B. Isaacman, « Resistance and Collaboration in Southern and Central Africa, c. 1850-1920 », International Journal of African Historical Studies, 10 (1977), 1, 39 ; Ellis, « Colonial Conquest in Central Madagascar », 85.

15 Voir K. van Walraven, « From Kano : Clandestine Politics in Niger and Nigeria and Sawaba’s Cross-Border Ties with NEPU (1958-1966) », in S. Awenengo Dalberto and C. Lefebvre (dir.), Boundaries and Independence 1940-1964 (à paraître), chap. 3.

16 Voir l’introduction à C. Clapham (dir.), African Guerrillas (Oxford, 1988).

17 Voir également K. van Walraven, « Vehicle of Sedition : The Role of Transport Workers in Sawaba’s Rebellion in Niger, 1954-1966 », in J.B. Gewald, S. Luning & K. van Walraven (dir.), The Speed of Change : Motor Vehicles and People in Africa, 1890-2000 (Leyde et Boston, 2009), 75-103.

18 S. Ellis et I. van Kessel, « Introduction : African Social Movements or Social Movements in Africa? », in ibid. (dir.), Movers and Shakers : Social Movements in Africa (Leyde & Boston, 2009), 13.

19 Voir à cet égard, Ellis, « Writing Histories of Contemporary Africa », 3-4.

20 The End of Empire in French West Africa : France’s Successful Decolonization? (Oxford et New York, 2002), 225, qui cite Alistair Cook.

21 Le projet de Jan-Bart Gewald sur l’histoire du Barotseland est un exemple, ainsi que celui de Miles Larmer sur les gendarmes katangais. Voir aussi M. Larmer, « Enemies Within? Opposition to the Zambian One-Party State, 1972-1980 », in J.B. Gewald, M. Hinfelaar & G. Macola (dir.), One Zambia, Many Histories : Towards a History of Post-Colonial Zambia (Leyde, 2008), 98-125 ; M. Larmer, « Chronicle of a Coup Foretold : Valentine Musakanya and the 1980 Coup Attempt in Zambia », Journal of African History, 51 (2010), 391-409 ; G. Macola, Liberal Nationalism in Central Africa : A Biography of Harry Mwaanga Nkumbula (Basingstoke, 2010). En dehors des études sur la Zambie, on se doit de mentionner les recherches sur le Biafra et les travaux de Meredith Terretta sur l’UPC du Cameroun. Voir aussi K. Skinner, « Reading, Writing and Rallies : The Politics of “Freedom in Southern British Togoland, 1953-1956 », Journal of African History, 48 (2007), 123-147 ; A. Biney, « The Development of Kwame Nkrumah’s Political Thought in Exile, 1966-1972 », Journal of African History, 50 (2009), 81-100.

22 Ellis, « Writing Histories of Contemporary Africa », 12-13. Cette dernière remarque est aussi vraie pour le Niger, comme je m’en suis aperçu en discutant avec les personnes qui gèrent ses archives officielles.

23 Cooper, « Possibility and Constraint », 194 (« the last fifty years of African history cannot be understood apart from the suffering and disillusionment experienced in Africa, something that academic historians, especially those who do not live on the African continent, have difficulty in conveying in their texts »).

24 Voir « Carl Becker’s Perspectives on Historiography and Popular History », [www.associatedcontent.com](en erreur en 2017), accédé le 26 mai 2011. Voir aussi la n. 30 ci-dessous.

25 L’interview avec Tahir Moustapha à Zinder, le 10 février 2003, est typique de ce fait.

26 K. van Walraven, « Decolonization by Referendum : The Anomaly of Niger and the Fall of Sawaba, 1958-1959 », Journal of African History, 50 (2009), 290.

27 Fuglestad, « Djibo Bakary ». Pour mes critiques, voir la note précédente.

28 Ibid., 330. Pour plus de détails voir le chapitre 4 de ce livre et Van Walraven, « Decolonization by Referendum ».

29 Voir par exemple l’extrait du procès-verbal de la séance plénière, Assemblée territoriale, 14 juin 1958 ; CAOM, Cart. 2211/D.1. Également la référence parlementaire sous CAOM, Cart. 2289/D.7.

30 C. Becker, « Everyman His Own Historian », American Historical Review, 37 (1932), 221-236 (consulté à travers [www.historians.org/info], 25 mai 2011).

31 D.W. Cohen, The Combing of History (Chicago et Londres, 1994), 216.

32 ‘ξένος ν τος βιβλίοις’: « étranger dans ses ouvrages ». Voir son De la manière d’écrire l’histoire (Paris, 1906), 110. Voir aussi M. Visscher, « The Past Perfect and the Present Tense : A Comparison between Three Treatises on the Ethics of Historical Practice », [www.sintezis.org], accédé le 26 mai 2011.

33 ‘κτμά τε ς αε μλλον γώνισμα ς τò παραχρμα κούειν ξύγκειται’. (Paris, 1883), vol. I, 24. Aussi, P. Zagorin, Thucydides : An Introduction for the Common Reader (Princeton et Oxford, 2005), 29.

34 Ellis, « Africa’s Wars of Liberation », 90-91.

35 Cooper, « Possibility and Constraint », 194-195 (« The courage and persistence of people who fought injustice should… not be lost from view… The discipline of historical writing and the intensity of memory should not be mutually contradictory »).

36 Zagorin, Thucydides, 153-154, à propos de l’œuvre de W.R. Connor.

37 Ibid., 154 (« objectivity does not mandate an attitude of cool impersonality and emotional non-involvement or disengagement, nor does it entail a stance of neutrality, noncommitment, and absence or suppression of values… It does not call for a passionless observer, but for an inquirer whose primary allegiance… is to know what is true and who therefore strenuously tries to avoid falsehood, error, credulity, unexamined assumptions, and preconceived conclusions. The opposite of objectivity is not passion or emotional involvement, but prejudice, bias, and the uncritical projection of one’s own… beliefs in disregard or violation of the evidence »).

38 T.N. Bisson, Tormented Voices : Power, Crisis, and Humanity in Rural Catalonia, 1140-1200 (Cambridge, MA et Londres, 1998), v.

39 Voir, parmi maintes études de ce concept, M. de Bruijn, R. van Dijk & J.B. Gewald (dir.), Strength Beyond Structure : Social and Historical Trajectories of Agency in Africa (Leyde, 2007).

40 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II (Paris, 1966), vol. 2, 223.

41 Schmidt, Mobilizing the Masses, 12.

42 Le dernier point de vue était celui de Finn Fuglestad. Voir Fuglestad, « UNIS and BNA », passim.

43 Sur la colère à l’époque postcoloniale plus généralement, voir Cooper, « Possibility and Constraint », 194.

44 E. Hobsbawm, Uncommon People : Resistance, Rebellion, and Jazz (New York, 1998).

45 W. Schäffner, S. Weigel et T. Macho, Der Liebe Gott steckt im Detail : Microstructuren des Wissens (Paderborn, 2003).

46 R. Buijtenhuijs, Le Frolinat et les révoltes populaires du Tchad, 1965-1976 (La Haye, 1978), 446-449.

47 La littérature sur les révolutions est trop large pour être citée et est d’ailleurs de peu de pertinence pour l’objet de cette monographie. Comme on le verra cependant, les révolutions cubaine et algérienne (cette dernière méritant peut-être mieux le nom de guerre de libération nationale) ont été de quelque importance pour le Sawaba, en tant que sources d’inspiration.

48 Voir Ellis et Van Kessel, « Introduction », 4.

49 Voir la très utile vue d’ensemble de J. van Stekelenburg et B. Klandermans, « Social Movement Theory : Past, Present and Prospects », in Ellis et Van Kessel, Movers and Shakers, 17-35.

50 T. Gurr, Why Men Rebel (Princeton, 1970).

51 L’extraversion est en particulier examinée au chap. 9. Pour sa théorie, voir J.-F. Bayart, « Africa in the World : A History of Extraversion », African Affairs, 99 (2000), 217-267. Aussi, Ellis et Van Kessel, « Introduction », 4-7.

52 C. Monga, Anthropologie de la colère : société civile et démocratie en Afrique (Paris, 1994).

53 Voir la discussion dans Van Stekelenburg et Klandermans, « Social Movement Theory », 18-21.

54 Bien qu’on puisse les tenir pour irrationnelles, il convient de noter qu’en Afrique, les notions de spiritualité peuvent jouer un rôle crucial dans les calculs politiques. S. Ellis & G. Ter Haar, Worlds of Power : Religious Thought and Political Practice in Africa (Londres, 2004).

55 Van Stekelenburg et Klandermans, « Social Movement Theory », passim.

56 Cooper, « Possibility and Constraint », 172-173.

57 Voir aussi Ellis, « Writing Histories of Contemporary Africa ». Même Djibo, dans Les transformations – en tout état de cause l’ouvrage le plus important sur l’histoire de la décolonisation du Niger – a usé de la périodisation établie, terminant son analyse à l’année 1960.

58 Les livres sur l’histoire du Niger consacrent d’ordinaire quelques lignes seulement – lorsque même ils le font – au point culminant de l’action militaire du Sawaba. Il est intéressant de constater qu’un manuel scolaire d’histoire en usage aujourd’hui (S. Hima et al. [dir.]. Histoire CM2 [INDRAP : pas de date de publication, mais après 1992]), ne dit rien de la persécution des sawabistes qui débuta au cours du référendum de 1958, ni non plus des campagnes de guérilla qui culminèrent aux événements de 1964-1965.

59 Pour le Kenya, voir R. Buijtenhuijs, Mau Mau, Twenty Years After : The Myth and the Survivors (La Haye, 1973) et M.S. Clough, Mau Mau Memoirs : History, Memory, and Politics (Boulder, 1998). Pour le Cameroun, voir A. Mbembe, « Pouvoir des morts et langage des vivants : les errances de la mémoire nationaliste au Cameroun », Politique africaine, no 22 (1986), 37-72.

60 Pour un exemple explicite de la part des Français, voir le Bulletin de renseignements hebdomadaires, 3-9 sept. 1962, n° 25.547 ; SHAT, 5 H 121.

61 Pour les services de renseignement, voir par exemple R. Faligot et P. Krop, La piscine : Les services secrets français 1944-1984 (Paris, 1985) ; R. Faligot, Services secrets en Afrique (Paris, 1982), 56-86 ; J.-P. Bat, La fabrique des barbouzes : Histoire des réseaux Foccart en Afrique (Paris, 2015) ; ibid., Le syndrome Foccart : La politique française en Afrique, de 1959 à nos jours (Paris, 2012).

62 K. van Walraven, « Sawaba’s Rebellion in Niger (1964-1965) : Narrative and Meaning », in Abbink, De Bruijn et Van Walraven, Rethinking Resistance, 218-252.

63 Certains de ces écrits seront cités dans ce livre. Comte était aussi proche de Houphouët-Boigny et de plusieurs politiciens français et occupa par la suite des postes politiques en France. J. Baulin, Conseiller du président Diori (Paris, 1986), 11-12 et 121.

64 E. Séré de Rivières (Histoire du Niger [Paris, 1965]) fit écrire la préface de son livre par Diori. P. Bonardi (La République du Niger : Naissance d’un état [Paris, 1960]) lui dédia son livre. Les écrits de André Salifou sont plus complexes, étant factuels mais marqués par une vision plutôt hostile au Sawaba. Dans son Histoire du Niger (Paris, 1989), 247, il ne mentionne pas les taux de participation au référendum et la répression subséquente. Dans Le Niger (Paris, 2002), 175, il parle des « attaques virulentes » du Sawaba à l’Assemblée, en fin 1958 (alors que le parti avait en réalité subi une terrible déculottée) et à la page 185, il assure qu’en dépit de leurs erreurs, les membres du triumvirat régnant avaient un amour sincère du Niger. Dans la Biographie politique (n. 5 ci-dessus), 268, Diamballa Maïga est décrit comme une « incarnation du sens de l’honneur, de la rigueur et de la parole donnée ». Sa responsabilité dans les répressions de la Ire République, ainsi que celle de Hama d’ailleurs, est ignorée et l’évaluation finale de Diori est voisine du dithyrambe, évoquant avec approbation les propos de de Gaulle à son sujet.

65 Fuglestad, « UNIS and BNA ».

66 Schmidt, Mobilizing the Masses.

67 Telle que sa lecture ethno-régionale de la vie politique nigérienne. Aussi Van Walraven, « Decolonization by Referendum ».

68 Chaffard, Les Carnets secrets, 269-332 (intitulé « La longue marche des commandos nigériens »).

69 Le meurtre de Daouda Ardaly, que le régime attribua à Djibo Bakary, est un des meilleurs exemples de cette stratégie. Voir le chap. 11 de ce livre.

70 Djibo, Les Transformations, 230-233.

71 Voir S. Decalo, Historical Dictionary of Niger (Metuchen, NJ et Londres, 1979) et C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique et des leaders d’opinion du Niger de 1945 à nos jours (Niamey, 1999 et 2003), 2 vol. La nouvelle édition du Historical Dictionary of Niger comprend quelques sawabistes supplémentaires.

72 On est en ce moment en train de conduire une réflexion sur la manière d’entreprendre un tel projet.

73 N. d. Paige, « The History of Anachronism : Montaigne, Augustine, and the Becoming of Autobiography », e Journal Philosophie der Psychologie, oct. 2006, [www.jp.philo.at/texte/PaigeN1.pdf], accédé le 4 août 2011.

74 Pour le contexte du Sawaba, voir Salifou, Le Niger, 156, se référant au travail de Fluchard sur le RDA.

75 F.W. Maitland, « Memoranda de Parliamento » (1893), in Selected Essays (Cambridge, 1936), 66.

76 Ainsi que l’affirment les écrits basés sur les sources proches du régime. Van Walraven, « Sawaba’s Rebellion in Niger (1964-1965) ».

77 The Struggle for Mastery in Europe 1848-1918 (Oxford, 1954), 569 (« All sources are suspect »).

78 Plusieurs de ces rapports du SDECE se trouvent dans la « série T » à Vincennes. Bien qu’ils fassent partie des archives militaires, ils ont été établis sur la base de renseignements collectés par le SDECE. Pour plus de détails sur les documents coloniaux et militaires, voir l’annexe 3.

79 Voir les annexes sur le sens des codes de référence utilisés dans les notes infrapaginales de ce livre.

80 L’identité de ces sources est indiquée dans les notes en bas de page.

81 Les cadres détiennent parfois des documents sur le mouvement qu’il serait important de donner aux ANN, ne serait-ce qu’en copie. Les archives du Niger obtiendraient de cette façon des sources plus complètes sur cette partie de l’histoire du pays.

82 Voir, par exemple, les dossiers du ministre de l’Intérieur, conservés sous ANN, 86 MI 3 F. On donne plus de détails sur les dossiers touchant le Sawaba aux ANN en annexe 2a.

83 Djibo, Les transformations, 29 et 113. Ceci est davantage examiné au chap. 4.

84 Rapport mensuel sept. 1969, AI 9 ; SHAT, 10 T 715/D.2-3.

85 Mémorandum pour l’opération révolution du parti Sawaba du Niger ; commandant A. Dangaladima to President of African Affairs [sic], Bremu, PO Box M.41, Accra, Ghana ; PRO, FO 371/177230.

86 Cette dernière possibilité a été suggérée par un commando interrogé par les Français. Nous ne savons cependant pas sur quoi il a basé son hypothèse. Interview avec Mounkaila Albagna, Niamey, 6 décembre 2003. Si cela est vrai, je ne saurais dire où se trouvent ces documents à l’heure actuelle. Les protocoles d’interrogatoire sont aussi, semble-t-il, manquants à la gendarmerie du Niger, dont le directeur a aimablement aidé à leur recherche. Il n’est pas certain, cependant qu’ils soient substantiellement différents des rapports publiés dans Le Niger en 1964-1965.

87 Conversations avec Idrissa Maïga Yansambou, Archives nationales du Niger, Niamey, 14 déc. 2009 et 24 oct. 2011. Voir aussi C. Lefebvre, « Archives et centres documentaires au Niger », Afrique et Histoire, 2006, n° 5, 177-183. Dans Le Niger du 31 mai 1965, il est fait mention du fait que le ministre de l’Intérieur aurait promis à un journaliste occidental l’accès à quelques-uns des carnets et brochures du Sawaba dont il a été question plus haut. Une bonne partie des archives du ministère de la Justice ont été la proie des flammes au début de 2012.

88 Notamment ceux de la série « 10 T » du SHAT à Vincennes.

89 Pour une assertion euphorique des Français à cet égard, voir Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 19 au 25 octobre 1964 ; secret ; SHAT, 10 T 210.

90 Entretiens avec Mounkaila Beidari, Niamey, 2 déc. 2003 et 15 déc. 2009.

91 Pour un exemple d’alerte sécuritaire erronée et de sa rectification subséquente, voir Bulletin mensuel de renseignements, n° 417, 20 oct.-20 nov. 1964, Madaoua ; ANN, FONDS DAPA.

92 Un exemple de ce type de notation se trouve dans le Bulletin des renseignements hebdomadaires, 2262, n° 44, 28 oct.-3 nov. 1963 ; SHAT, 5 H 131. Les archives des États-Unis contiennent un rapport absurde sur un officier militaire français paranoïaque qui a dit à un diplomate américain basé au Niger qu’il y aurait un réseau d’espionnage géré par des supposés Est Européens et établi dans la ville d’Agadez. Il y aurait là un certain « Bob » de Vladivostok. Selon l’Américain, ces renseignements s’avérèrent être faux. Airgram, Department of State, A-222, 26 mars 1963 ; USNARA, II RG 59, POL 24-1, Niger, 2/1/63, Box 3997.

93 G.H. Gudjonsson, The Psychology of Interrogations and Confessions : A Handbook (Chichester, 2003), 8-15.

94 Voir E. Le Roy Ladurie, Montaillou : Village occitan de 1294 à 1324 (Paris, 1975), et en particulier la partie intitulée « Avant-propos : De l’inquisition à l’ethnographie », 9-21.

95 Bien que la perspective du RDA soit aussi d’importance à ce niveau, le déséquilibre n’altère pas l’objectivité du récit, qui se focalise sur l’histoire oubliée du sawabisme. Les histoires générales du Niger traitent en abondance du RDA.

96 Des lacunes demeurent cependant à ce niveau. Il n’y a pas, par exemple, de cadre sawabiste de Maradi et de Nguigmi, bien que les recherches de terrain se soient étendues de l’extrêm-est, à Bosso sur le Lac Tchad, jusqu’à la ville de Ayorou, tout à l’ouest, à la frontière avec le Mali.

97 Il existe plus d’écrits sur Djibo Bakary. Son autobiographie a également été publiée.

98 Pour plus de détails sur les interviewés, voir l’annexe 7.

99 Pour une introduction, voir C.K. Adenaike et J. Vansina (dir.), In Pursuit of History : Fieldwork in Africa (Portsmouth, NH et Oxford, 1996), notamment le prologue, xi-xliv.

100 Schmidt, Mobilizing the Masses, 13. Cependant, comme il a été noté ci-dessus dans la discussion des dangers de l’anachronisme, ce problème affecte toute forme d’historiographie, et pas seulement celle qui est basée sur des sources orales.

101 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 et Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 17 au 23 mai 1965 ; SHAT, 10 T 210.

102 Entretien avec Soumana Idrissa, Gothèye, 18 déc. 2009 et document sans titre, non daté, 1964-1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2.

103 Ainsi, un cas de supplice subi par un sawabiste m’a été raconté trois fois en six ans, sans que le récit varie dans ses détails. Voir le chapitre 14 du livre.

104 Par exemple, dans le contexte dynamique de la recherche de terrain, les interviewés ont souvent tendance à se placer au centre de la scène, ce qui pourrait conduire à surévaluer leur contribution particulière ou leur activité. Pour une discussion générale de la recherche de terrain en histoire, voir Adenaike et Vansina, In Pursuit of History.

105 Note sur l’orthographe et la référence : certaines sources donnent parfois les différentes manières d’orthographier les noms de personnes. Des efforts ont été fournis pour déterminer quels noms sont des appellations alternatives désignant une seule et même personne, et quelles étaient les personnes concernées. J’ai utilisé la forme la plus universellement acceptée de l’ordre des noms d’une personne (« Djibo Bakary » et non « Bakary Djibo », etc.), ainsi que la graphie la plus fréquente des catégories ethniques (Zarma pour Djerma, Haoussa, Songhay et Sonrhaï – peuple et langue.) Dans cette étude historique la graphie moderne des noms chinois a été évitée, et donc on a préféré Mao Tsé-Toung à Mao Zedong, Pékin à Beijing. Cependant, l’orthographe des toponymes nigériens suit celle de la carte 1 : 2 000 000 du Niger produite par l’Institut géographique national du Niger (même si certaines dénominations ont changé depuis les années 1950).

106 Même le livre phare de Djibo, Les Transformations, a à cet égard laissé quelques sources primaires de côté.

List of illustrations

Title Photo P. 1 – Daouda Hamadou, Ayorou, 2009.
Credits Photo Klaas van Walraven.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42984/img-1.jpeg
File image/jpeg, 206k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Terms of use: http://www.openedition.org/6540