Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociabilité et politique en milieu rural

 | 
Annie Antoine
, 
Julian Mischi

Quatrième partie. Formes de solidarité et pratiques d’entraide dans les campagnes

L’engagement militaire des campagnes toulousaines durant les guerres de Religion

Pierre-Jean Souriac

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Garrisson Janine, Protestants du Midi, 1559-1598, Toulouse, Privat, 1980.

1Cette communication se propose d’aborder la question de la vie politique en milieu rural par le prisme de la guerre, et plus précisément de la guerre civile. Il s’agit donc de pénétrer au cœur d’un territoire déchiré par les luttes religieuses de la deuxième moitié du xvie siècle, entre des catholiques et des protestants qui ont délibérément transformé leur lieu de vie en champ de bataille. L’émergence des Églises réformées en Midi toulousain, comme ailleurs dans le royaume, eut lieu entre 1555 et 1560, avec une affirmation publique au tournant des années 15601. Se sont alors formées dans ce Midi français de véritables frontières confessionnelles qui furent quasiment inchangées d’un terme à l’autre des guerres de Religion. Les campagnes toulousaines virent ainsi se déchirer une partie de leur tissu social autour d’une bipartition confessionnelle qui devint dès 1562 une ligne de partage partisane. Les points forts catholiques s’organisaient autour d’une diagonale qui allait du Piémont pyrénéen jusqu’à l’Albigeois en remontant la vallée de la Garonne et passant par Toulouse. Il s’agit d’abord du comté de Comminges, petit pays d’États où les réformés ne vinrent jamais s’installer. Vient ensuite la ville de Toulouse, véritable capitale de l’intransigeance catholique, et ce, de 1562 à 1596, d’une émeute urbaine à l’engagement ligueur. Enfin au nord du Midi toulousain, Albi et son plat pays se battirent le plus souvent du côté des forces papistes. Les bastions protestants de leur côté étaient implantés autour de quatre régions : Montauban et son plat pays ; le Castrais ; le comté de Foix avec deux places fortes majeures : Le Carla et Le Mas-d’Azil ; et enfin le Béarn, terre souveraine appartenant à la famille d’Albret-Navarre.

  • 2 Souriac Pierre-Jean, Une société dans la guerre civile. Le Midi toulousain au temps des troubles d (...)
  • 3 Pour une approche problématique des liens entre guerre et monde rural : Gutmann Myron P., War and (...)

2Il ne s’agit pas ici de revenir sur le caractère religieux de cet affrontement, mais sur son prolongement politique par le biais des engagements partisans. En prenant acte d’une scission confessionnelle, vient la question du passage du choix religieux au choix partisan, la question du basculement d’une situation de paix à celle de guerre civile par un engagement volontaire derrière une cause2. Or, la caractéristique reconnue de ces conflits est d’avoir d’abord été des affaires de villes, les affrontements religieux ainsi que les opérations d’importance concernant essentiellement des places comme Toulouse, Montauban ou Albi. Cette détermination urbaine de ces troubles s’explique par deux raisons : d’abord, l’implantation traditionnelle du protestantisme français s’était faite en majorité dans les villes, à l’exception notable des Cévennes, et il en ressortait une faible réactivité des petites communautés aux enjeux religieux. Ensuite, la stratégie des guerres de Religion se porta principalement sur la prise et l’occupation de places fortes, des coups de main contre des bourgs et des villes, et non pas une occupation d’un vaste territoire qui aurait impliqué un contrôle en profondeur des campagnes. Ce furent des guerres sans ligne de front, des guerres limitées à des points stratégiques, aux enjeux territoriaux dominés par le contrôle des places fortes. Pour autant, les villes auraient été incapables de mener ces guerres sans la mobilisation des campagnes en termes d’hommes, de matériel ou de financement3. Dans un contexte de guerre civile qui vit la guerre se développer sur les lieux de vie de ses acteurs, la situation politique et partisane des campagnes demeure problématique : le monde rural fut-il entièrement mis au service d’enjeux urbains et subit-il alors les contraintes d’une situation qu’il n’avait pas choisie, ou réussit-il à acquérir une forme d’autonomie partisane et donc politique au point de contrôler une partie de son propre engagement ?

Carte 1. – Circonscriptions administratives du Midi toulousain au xvie siècle.

Carte 1. – Circonscriptions administratives du Midi toulousain au xvie siècle.

3Question vaste et déjà abondamment traitée par l’historiographie, celle de la dépendance des campagnes face aux villes, l’objectif est ici d’y apporter un éclairage par le prisme de la guerre civile et plus précisément par l’idée de l’engagement militaire. Pour les guerres de Religion, cette notion se décline autour de trois actions qui sont autant de moyens de mesure des niveaux d’engagement des acteurs de guerre. Le premier critère est la question de la décision militaire, à savoir la capacité du monde rural à s’intégrer à des processus décisionnels qui dépassent le seul destin des communautés pour s’intégrer à des stratégies provinciales. Conseils de guerre, participation aux choix d’opérations, intégration aux structures partisanes, quelle fut la place du rural dans la direction militaire des campagnes toulousaines en période de guerre civile ? Le deuxième critère est celui de la participation à l’effort de guerre : le niveau de mobilisation des hommes, de l’argent et des vivres pour le service d’une cause partisane. Enfin, dernier critère, celui de la participation au combat. Quelle fut l’expérience de la guerre vécue par les campagnes, quelle présence de garnison, quelle circulation de troupes, quel contact avec les combats eurent-elles à vivre ? Autour de ces trois questions, qui seront réduites à deux pour cette présente communication – la décision et l’expérience du combat – nous essayerons de comprendre la notion d’engagement d’une société rurale dans une cause politique et partisane.

Choisir de faire la guerre

  • 4 Sur le rôle de la noblesse comme acteur militaire au cours des guerres de Religion, voir Bourquin (...)
  • 5 Souriac Pierre-Jean, Une société dans la guerre civile…, op. cit., t. III, p. 1147-1156.
  • 6 Monluc Blaise de, Commentaires, 1521-1576, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », (...)

4Parmi les acteurs méridionaux des guerres de Religion, une place dominante est occupée par la noblesse, aspect qui n’a rien d’original au Midi toulousain, mais qui place au cœur des affaires du temps une partie de l’élite des campagnes4. Les guerres de Religion furent un temps de fragmentation des territoires locaux autour de pays à la tête desquels s’investit toute une noblesse méridionale qui sut s’affirmer grâce à la situation troublée. Pour le seul plat pays toulousain, ces guerres virent une quarantaine d’individus dotés d’un commandement de pays s’imposer comme les chefs légitimes des armées régionales, tous recrutés parmi la gentilhommerie méridionale et donc générateurs de leur propre encadrement des conflits5. Le Midi toulousain ne vit jamais d’interventions d’étrangers à la province, et l’histoire des troubles civils demeure le fait de méridionaux en armes et pour une bonne part, d’une noblesse en armes. Pour se convaincre de cet engagement nobiliaire, il n’est qu’à reprendre le récit de Blaise de Monluc6. Lui-même originaire du petit village d’Estillac au cœur de la Guyenne, on le voit sillonner le gouvernement de Guyenne, dont il est lieutenant général suivi par ses gens, ses amis et l’ensemble de la noblesse catholique en quête d’aventures militaires. Dans ses mémoires, il est très intéressant de constater que Monluc insiste beaucoup sur les conseils qu’il tient avec cette noblesse, c’est-à-dire des réunions informelles organisées avant une opération, à l’issue d’une action de maintien de l’ordre ou d’un acte se rapportant à la guerre. C’était un moyen de justifier le bien fondé de son action en montrant qu’il prenait l’avis des plus qualifiés du pays, mais c’était aussi une preuve de l’investissement de cette gentilhommerie dans la direction des affaires locales. Vinrent combattre derrière ce capitaine charismatique le père du duc d’Épernon, Jean de Nogaret, celui du duc de Bellegarde, Pierre de Saint-Lary, tous deux natifs de petits villages commingeois ; s’y associèrent le comte de Négrepelisse originaire du Rouergue, le baron de Terride originaire de Lomagne, et bien d’autres. Ils étaient tous réputés vivre dans leurs maisons, c’est-à-dire sur leur terre au milieu de leurs gens, près de leur paroisse.

  • 7 Constant Jean-Marie, La Vie quotidienne de la noblesse française aux xvie et xviiesiècles, Paris, (...)
  • 8 Monluc Blaise de, Commentaires, op. cit., p. 505.
  • 9 Haag Émile et Eugène, La France protestante ou vie des protestants français qui se sont faits un n (...)

5Cet engagement nobiliaire était dans l’ordre naturel des choses : leur rang au sein des campagnes et leur détermination sociale à exercer le métier des armes plaçaient ces gentilshommes en cadres logiques et attendus de la société locale7. Les plus renommés étaient capitaines de compagnies d’ordonnance ou lieutenant du roi, la grande majorité servait dans des compagnies de cavalerie ou d’infanterie, et occupait épisodiquement des postes de commandement. Mais tous servaient volontairement, au nom de leur condition sociale et de leur ambition, et c’est ce que le roi attendait d’eux. Monluc en est une nouvelle fois un excellent exemple : quand il s’engagea dans la cause royale au début des guerres, il le fit de son propre mouvement sans ordre royal ni pouvoir, il n’était pas alors lieutenant général de Guyenne8. Ce fut de sa seule initiative qu’il alla servir la cause qu’il croyait la bonne, pour lors celle défendue par le roi. Pour d’autres, comme les célèbres vicomtes de Quercy et de Rouergue, ce même sens du service et de la fidélité à sa foi les conduisit à prendre fait et cause pour le parti protestant9. Dans les deux cas, il s’agissait d’une recherche de gloire personnelle en même temps qu’un service jugé normal par le souverain et les chefs de parti. La conception du contrôle du royaume était celle d’un territoire tenu par ses cadres traditionnels, et donc pour ce qui était de la force armée, par la noblesse.

  • 10 Contamine Philippe et Corvisier André (dir.), Histoire militaire de la France, t. 1 : Des origines (...)
  • 11 Arch. dép. du Tarn, C 828-867 : pièces militaires du diocèse civil d’Albi, 1562-1598.

6S’il s’agissait d’une noblesse rurale, cet engagement partisan n’était pas forcément significatif d’une politisation des campagnes autour des questions religieuses. Cette noblesse était très mobile et servait le plus souvent loin de chez elle, loin de son lieu de résidence habituel. Son choix partisan liait son lieu de vie à la guerre uniquement quand sa maison se transformait en place à défendre, site fortifié qui signifiait alors une occupation militaire. Le contrôle d’un château, d’un petit fortin, d’une métairie fortifiée, étaient des éléments qui attiraient la guerre et imposaient à l’ensemble de la communauté concernée de réagir soit en s’armant, soit en fuyant. Les guerres de Religion sont réputées pour avoir vu la France se hérisser de châteaux de fortune aux vieux remparts médiévaux rapidement replâtrés10. Malgré tout, il est extrêmement difficile de se faire une idée précise de ces occupations militaires, car si à la lecture des chroniqueurs domine le sentiment que tout est place forte à cette époque, les informations de détail manquent à l’historien. Pour l’Albigeois par exemple, un inventaire de tous les lieux où il était question d’une présence d’un commandement militaire, capitaine ou simple gentilhomme, c’est-à-dire un inventaire de tout lieu défendable qui n’était pas qu’une simple garnison éphémère, révèle la faible place des châteaux campagnards dans l’occupation partisane des territoires11. Cet inventaire permet d’identifier une quarantaine de lieux organisés selon la hiérarchie urbaine du pays : la capitale régionale y était représentée, suivie de la dizaine de villes d’importance, d’une vingtaine de bourgs fortifiés, et seulement d’une dizaine de châteaux. Les nobles se battaient donc ailleurs, et essentiellement dans les villes.

  • 12 Greengrass Mark, « The Anatomy of Religious Riot in Toulouse in May 1562 », Journal d’histoire ecc (...)
  • 13 Arch. mun. de Toulouse, CC 1939, compte des affaires militaires de la ville de Toulouse, 1562-1563 (...)
  • 14 Arch. mun. de Toulouse, CC 1944, compte des deniers extraordinaires de la ville de Toulouse, 1567  (...)
  • 15 Arch. mun. de Toulouse, AA 18/110, p. 145-146, traité d’association, 2 mars 1563.
  • 16 Dom Devic et Dom Vaissete, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, Privat, 1889, t. XI, p. 509.
  • 17 Loutchitzky, Documents inédits pour servir à l’histoire de la Ligue et de la Réforme, Sandoz et Fi (...)

7En termes géopolitiques, les seules opérations d’importance du Midi toulousain drainèrent vers les capitales régionales l’ensemble des acteurs politiques et militaires du pays. Mais l’espace urbain dominait son plat pays essentiellement parce qu’il était le lieu des initiatives politiques et partisanes. Pour le parti protestant, son enracinement dans les villes est déjà bien connu, et c’est autour des élites municipales des cités passées à la Réforme que se structura une organisation partisane particulièrement efficace. Côté catholique, le mécanisme partisan fut identique sans être pour autant aussi affirmé. Une ville comme Toulouse vit dès le début des guerres triompher la partie la plus intransigeante de son élite catholique, conférant à la ville le rôle de défenseur acharné du catholicisme méridional12. Ces élites qui appartenaient autant au milieu des riches marchands de pastel toulousain qu’à celui des officiers royaux issus du monde parlementaire, surent toujours attirer vers elle une noblesse provinciale en quête d’action militaire. En 1562, la capitale languedocienne vit arriver des Gascons qui n’avaient statutairement aucune raison d’agir en Languedoc alors qu’ils officiaient en Guyenne ; mais ils furent accueillis à bras ouverts par le Parlement qui en garda une partie en ville13. Cette dernière les rappela lors des guerres suivantes, une nouvelle fois mobilisés par les magistrats toulousains, toujours prêts à venir se battre pour leur capitale14. La ville appelait à l’aide les nobles des environs, c’était un véritable élément du rituel de mise en défense ; au-delà de l’appel, grâce à son personnel de justice, elle permettait de légitimer le processus de prise d’armes. Le pouvoir de domination majeur exercé par les villes résidait dans cette légitimation de la prise d’armes rendue possible grâce aux magistrats et aux officiers royaux qui y exerçaient et assuraient une forme de légalité aux divers mouvements de violence qu’ils soutenaient : cours consulaires, sénéchaussées, présidiaux, Parlement, la concentration d’hommes de loi et d’agents royaux dans le périmètre urbain lui conférait le pouvoir d’autoriser et authentifier tout engagement partisan. Si l’initiative n’était pas nécessairement urbaine, la forme des partis et leur organisation dépendait systématiquement d’une intégration aux intérêts urbains. Pour cette raison, tous les mouvements associatifs et ligueurs qui matérialisaient un engagement partisan des catholiques, partirent des villes pour rayonner ensuite vers les plats pays grâce à des relais ville/campagne liés aux institutions urbaines. À Toulouse, en mars 1563, fut signée une première ligue réunissant les autorités de la cité, mais aussi les représentants de la noblesse de Guyenne et de Languedoc venus sceller une association d’autodéfense sous l’égide de l’évêque et du Parlement15. Lorsqu’un appel à la croisade fut lancé à Toulouse en octobre 1568, ce fut à l’instigation de l’évêque du diocèse pyrénéen de Couserans, diocèse essentiellement rural, mais la croisade fut prêchée en ville et scellée à la cathédrale Saint-Étienne16. Il en alla de même pour les ligues de 1577 et 1585, mouvement initié par la capitale régionale qui irradiait vers les villes de second rang qui elles-mêmes transmettaient les décisions ligueuses à leur plat pays17.

  • 18 Souriac René, Décentralisation administrative dans l’ancienne France, Autonomie commingeoise et po (...)
  • 19 Souriac Pierre-Jean, Une société dans la guerre civile…, op. cit., t. 1, p. 245.

8L’espace rural était-il alors condamné à ne pas pratiquer sa propre guerre ? Tout en reconnaissant le poids dominant du cadre urbain dans la décision militaire des guerres civiles, trois critères permettent de repérer une réactivité originale des campagnes face à l’engagement partisan. Le premier est repérable dans les structures politiques de cette région : il s’agissait de pays d’États ou de circonscriptions locales de ces pays d’États pour le cas du Languedoc, les diocèses civils. Ainsi, le cadre administratif de ces pays reposait sur les assemblées de représentants18. D’une manière générale, elles privilégiaient les représentants roturiers des bourgs et des petites villes, appelées selon les lieux villes maîtresses ou chefs lieu de châtellenie. Il s’agissait d’un milieu de laboureurs, de petits marchands et d’artisans. Dans beaucoup de cas, ces bourgs s’apparentaient à de simples villages et mobilisaient donc des populations rurales ; dans d’autres endroits comme en Comminges, il y avait même un représentant des communautés rurales. Par le biais des structures des pays d’États, existait donc une possibilité d’accès à la décision politique régionale pour les représentants de certaines communautés rurales. Or, l’évolution de ces institutions au cours des guerres de Religion révèle une affirmation d’un pouvoir de contrôle sur les chefs de guerre et sur la décision militaire, particulièrement à partir du milieu des années 157019. De fait, les capitaines pour entretenir leurs troupes eurent à composer avec ces instances qui étaient les seules à même de leur fournir hommes, argent et matériels pour leur opération : il y eut donc dialogue, négociation et intégration de ce personnel d’assemblée aux affaires militaires. Par le biais de ces États, l’univers politique des villages quittait les seuls problèmes de clocher pour intégrer des visées régionales plus importantes et donc une échelle respectable du commandement militaire. Concrètement, ils négocièrent et organisèrent des mises en garnison, des levées de compagnies de pays et eurent une influence accrue auprès de tel ou tel capitaine pour décider des lieux d’intervention. L’élément déterminant dans cet accroissement du pouvoir politique des campagnes fut la fourniture des moyens de la guerre, nerf de toute action.

  • 20 Arch. dép. de l’Hérault, B 22 366, compte du receveur du diocèse civil de Toulouse, 1577 ; Arch. d (...)
  • 21 Souriac René, Décentralisation dans l’ancienne France, op. cit., t. I, p. 231-238 ; Bercé Yves-Mar (...)

9Dans le cadre des institutions régionales, les élites roturières des campagnes purent entrer en contact avec les chefs de guerre et participer à la régulation des conflits. Cette maturité politique se traduisit à partir de la décennie 1570 par une appropriation des phénomènes partisans, particulièrement pour le milieu catholique où les campagnes surent investir les mouvements d’associations et de ligues. En 1577, le diocèse civil de Toulouse s’engagea dans une politique d’autodéfense contre les réformés et mit en place une association entre les villes et villages dans laquelle il proposa d’intégrer la ville de Toulouse. Certes, cette association découlait en partie du mouvement ligueur de 1576-1577, mais elle fut détournée au profit d’intérêts militaire strictement ruraux : l’objectif était de répartir les frais d’une petite armée levée pour protéger les routes et les récoltes, donc l’espace rural20. Activée en 1578, cette association fut prolongée jusqu’en 1581, puis à nouveau réactivée en 1586 pour perdurer jusqu’à la fin des troubles. Ceci put aller jusqu’à une autonomisation complète dans la gestion du pays, autonomisation manifestée dans le refus des conflits, ou du moins des soldats, par l’utilisation de la force armée. C’est ce que l’on appelle les ligues campanères en Comminges ou les premiers Croquants en Périgord apparus en fin de guerre, dans les années 159021. Il ne s’agissait de rien moins que d’associations villageoises qui refusaient de voir passer sur leur sol des hommes de guerre jugés néfastes pour la vie locale. Le mécanisme était proche des associations ligueuses, mais cette fois-ci avec une volonté délibérée de se séparer de toute structure contrôlée par les villes, avec, dans le cas du Comminges, une dénonciation des privilèges urbains face aux malheurs de la guerre. Ces mouvements ruraux furent perçus comme de véritables soulèvements populaires, mais ils furent surtout une expression de lassitude face à la guerre de la part de certaines campagnes méridionales.

10Ainsi, dans le cadre des assemblées provinciales, de leur poids de plus en plus lourd dans la décision militaire ainsi que grâce à la diffusion des associations catholiques, la sphère décisionnelle des guerres de Religion, toujours contrôlée par les villes, put être en partie investie par les campagnes, du moins par ses élites issues des consulats.

Aller se battre

11Un deuxième moyen pour mesurer l’engagement militaire des campagnes toulousaines se trouve dans le rapport de l’individu à l’affrontement proprement dit, les moyens dont il usait pour aller se battre.

  • 22 Bosquet Georges, Histoire de M. G. Bosquet sur les troubles advenus en la ville de Toulouse l’An 1 (...)

12Une fois de plus, il faut reconnaître que c’est le contexte de guerre urbaine qui conditionna en partie la mobilisation des campagnes. L’événement majeur qui engagea les guerres de Religion dans le Sud-Ouest fut le coup de main protestant sur l’hôtel de ville de Toulouse en mai 1562 : l’émeute qui s’ensuivit lança ouvertement les adversaires les uns contre les autres et permit d’assumer l’état de guerre civile22. Les protestants se saisirent de l’hôtel de ville de Toulouse au début du mois de mai 1562, provoquèrent et autorisèrent une mobilisation catholique sans précédent sous la bannière du Parlement, que ce soit dans la ville ou dans ses environs.

  • 23 Solon Paul, « Le rôle des forces armées en Comminges avant les guerres de Religion (1502-1562) », (...)
  • 24 Monluc Blaise de, Commentaires, op. cit., p. 506-507.

13Il appela à la rescousse l’ensemble de la noblesse catholique de son ressort ainsi que les communautés rurales du plat pays. C’est ainsi que les États du comté de Comminges reçurent une commission du Parlement pour lever des troupes le jour même du début des combats afin de venir secourir la capitale méridionale23. Les principales familles nobles du pays firent le tour des communautés, bourgs et villages, et ordonnèrent aux consuls de lever un maximum de soldats dont cette même noblesse prendrait le commandement. En trois jours, la baronnie d’Aspet réussit à rassembler 600 hommes qui prirent le chemin de Toulouse via la vallée de la Garonne sous les ordres d’un des syndics des États, le seigneur de Lamezan. La structure des États avait ainsi pu permettre une levée de civils en armes par le biais d’une mobilisation au sein du comté à la fois communautaire et seigneuriale, mais cette levée s’était effectuée au profit de Toulouse. Ses habitants virent arriver cette horde de paysans armés de fourches et de bâtons alors que les derniers protestants venaient d’être vaincus, causant de fait plus de tracas que d’enthousiasme24. Ils montrèrent de quelle manière le plat pays pouvait venir soutenir ce qu’il considérait comme sa capitale. Ainsi tout au long des guerres, on peut suivre à Toulouse, mais aussi à Montauban ou à Albi des phénomènes de mobilisation des campagnes au profit de la mise en défense des villes, et donc une expérience du feu pour le milieu rural passant par une opération urbaine.

14Cette tendance se voit confirmée à moyen terme quand on cherche à repérer les circulations de troupes. La carte ci-dessous représente un relevé systématique des compagnies passant par un village ou une ville du Comminges entre 1562 et 1570, donc tout au long des trois premières guerres de Religion. Il s’agissait de levées de soldats opérées dans le comté et envoyées vers un objectif militaire. Se dessine de manière explicite un itinéraire qui suit les vallées du réseau hydrographique de la Save et de la Garonne, les deux conduisant vers Toulouse en bout de course. Cette carte rend compte en fait de l’acheminement des hommes recrutés dans le piémont pyrénéen et venus se battre aux environs immédiats de Toulouse tout au long de la première décennie des guerres de Religion.

15La mobilisation des campagnes était donc une réalité, que ce soit par le biais de levées organisées par les pouvoirs locaux ou par le recrutement de compagnies au moyen de l’encadrement seigneurial. Ainsi, les soldats du Midi toulousain étaient essentiellement des ruraux, des civils en armes peu formés au métier des armes et peu endurants à la rigueur des conflits. En conséquence, il s’agissait de bien piètres soldats pour des opérations guère plus valorisantes centrées sur les pôles urbains. Pour autant, les ruraux n’avaient-ils vocation de se battre que pour le service des villes ?

16Dans ce domaine, il est possible une nouvelle fois d’identifier une pratique des armes liée exclusivement au monde rural, moins dominante que celles commandées par les opérations urbaines, mais originale aux campagnes.

  • 25 10 mai 1561 (Arch. mun. de Toulouse, AA 18/71, p. 105-106) ; 20 septembre 1562 (Arch. mun. de Toul (...)

17Le monde rural connut la violence de la guerre civile essentiellement à travers le prisme du réflexe d’autodéfense. En dehors des levées de compagnies, la mobilisation du civil en armes se fit par l’encouragement à l’autodéfense des communautés, et donc par l’encouragement au maniement des armes dans son lieu de vie pour le soutien de l’une ou l’autre des causes. Côté catholique, le principal vecteur de cette mobilisation fut paradoxalement l’instance qui aurait dû l’enrayer, à savoir le Parlement de Toulouse. Tout au long de la décennie 1560, la cour de justice publia à chaque début de conflit une série d’arrêts encourageant les fidèles sujets du roi à courir sus aux séditieux, c’est-à-dire des incitations pour les catholiques méridionaux à pourchasser les protestants de leur voisinage au nom d’une hypothétique menace25. Possession d’armes individuelles, usage du tocsin, appel à l’aide des voisins, ces arrêts autorisaient tout recours à la violence et tout procédé jusque-là illégal pour rassembler une communauté qui se sentait menacée et la lancer au combat. Selon de tels arrêts, l’appréciation de la menace et des moyens de répression était laissée au jugement des seuls consuls, libérant ainsi des violences locales fondées à la fois sur la peur et sur des motifs troubles. De fait, cette production réglementaire conduisit à une banalisation de la prise d’armes dans les campagnes et à une déresponsabilisation des autorités d’encadrement traditionnelles quant à la définition de situations d’urgence et de défense. Les mouvements ligueurs et associatifs cherchèrent à promouvoir une mobilisation individuelle et communautaire identique afin d’encourager la prise d’armes partisane, ce qui explique que les ligues aient été réappropriées à partir du milieu des années 1570 par des autorités consulaires déjà confrontées à ce genre de pratique. On observe donc ici une autonomisation légale du recours à la violence et donc un accroissement des compétences des instances politiques villageoises.

Carte 2. – Lieux de passage des compagnies en Comminges (1562-1570). Sources : Arch. dép. de Haute-Garonne, C 3468, C 3803.

Carte 2. – Lieux de passage des compagnies en Comminges (1562-1570). Sources : Arch. dép. de Haute-Garonne, C 3468, C 3803.
  • 26 Lestrade Jean, Les Huguenots en Comminges, Archives historiques de la Gascogne, 2 t., xviiie et xi (...)
  • 27 Arch. dép. de Haute-Garonne, C 3498.

18Le corrélat à cette pratique d’autodéfense fut la reconnaissance, l’autorisation et l’encouragement à porter et utiliser des armes. Alors que le roi de France ne cessait de publier des lois interdisant le port d’armes à feu et l’attroupement armé, ses officiers, sur ses ordres plus ou moins officiels, faisaient le tour des villages et des villes pour évaluer les capacités de mobilisation armée de la société civile et encourager toute forme de résistance en cas de trouble. En Languedoc et en Guyenne, le roi ordonna une recherche d’hommes et d’armes au cours de l’été 1568, recherche couplée à la prestation d’un serment de fidélité de la part de tous les sujets26. Les lieutenants généraux transmirent l’ordre aux consuls qui eurent à dresser les rôles des hommes capables de porter des armes, le matériel dont ils disposaient ainsi que les soldats que les communautés pouvaient fournir à une éventuelle compagnie de pays levée pour le service du roi. L’affaire était menée par les consuls sous la responsabilité des États provinciaux et le fond des États de Comminges conserve le résultat pour la châtellenie de L’Isle-en-Dodon27. D’un village à l’autre, le nombre d’hommes capables de tenir les armes était très variable, entre petites villes et communautés rurales. Presque 1 600 hommes concernés dans cette petite châtellenie rurale, ce résultat rend compte d’une perception très large du potentiel militaire dans les campagnes : peu d’individus semblent avoir échappé à cet inventaire, signe d’un service militaire étendu à l’ensemble des populations rurales. Les armes principales étaient l’arquebuse et la hallebarde, mais la possession individuelle était relativement peu importante : seulement deux villages possédaient environ autant d’armes que d’habitants, ailleurs, cette proportion était très basse, donnant comme résultat moyen une arme pour deux personnes. En termes d’armes conventionnelles, c’est-à-dire celles recherchées par les consuls, les paysans commingeois étaient sous-équipés. Si leur nombre pouvait permettre une mobilisation relativement importante, plus de la moitié de ces civils en armes ne servaient qu’avec leurs poings ou, plus probablement, des armes de fortunes et des outils.

  • 28 Arch. dép. du Tarn, 43 Edt (Cordes), EE 8.

19Dans une même logique, le 15 et le 23 décembre 1562, les consuls de Cordes, sur mandement du cardinal de Strozzi alors lieutenant général en Albigeois, passèrent en revue les habitants de leur ville et des communautés juratives au consulat lors d’une montre générale28. Cordes était un petit bourg fortifié distant d’une vingtaine de kilomètres d’Albi, les communautés périphériques étant des hameaux ruraux situés dans un rayon de cinq kilomètres. Lors de la montre, chacun des 743 hommes appelés était tenu de se présenter avec une arme, et la plupart vint avec des bâtons ferrés et des épieux, composante principale de l’équipement de ces civils en armes. À la différence du Comminges, chaque habitant disposait d’un outil de combat, mais le plus souvent d’une arme blanche traditionnelle ou de fortune : on assumait ici les faibles moyens d’une guerre sans prétention. Les armes à feu se limitaient aux seules arquebuses, très peu présentes dans l’équipement local, si ce n’est dans une communauté. On retrouve un profil assez proche de celui observé en Comminges : une bonne mobilisation individuelle, mais un équipement très limité.

20Même si ces manifestations collectives montrent un équipement médiocre des campagnes, elles rendent comptes de comportements que l’on peut qualifier de militaires. Certes, le milieu rural semble sous équipé en armement moderne – encore que nous avons dans ces sources les seules armes que les sujets acceptèrent de montrer – mais il concevait comme légitime d’être passé en revue sur son lieu de vie avec du matériel de guerre.

21La guerre locale pour sa propre défense était donc assumée dans son esprit et dans ses moyens, même sommaires. L’expérience immédiate du combat entrait dans le domaine d’un possible proche auquel il était nécessaire de se préparer.

Carte 3. – Garnisons catholiques dans le diocèse civil de Toulouse (1574). Source : Arch. dép. de Haute-Garonne, C 2125/8.

Carte 3. – Garnisons catholiques dans le diocèse civil de Toulouse (1574). Source : Arch. dép. de Haute-Garonne, C 2125/8.

22Enfin, dernier indice d’une proximité des ruraux avec les combats, la présence des garnisons, donc de soldats installés en permanence au cœur des campagnes. Cette pratique apparut un peu partout en Midi toulousain à la fin des années 1560 et perdura jusqu’au terme des conflits dans les années 1590. Les garnisons étaient établies par pays, c’est-à-dire pays d’États ou diocèse civil, leur organisation relevant des assemblées d’États et des gouverneurs de pays. Il ne s’agissait pas du logement de compagnies de passage, mais de véritables garnisons installées pour défendre un territoire. Elles nous renseignent ainsi sur les stratégies d’ensemble à l’échelle des pays et sur la façon dont les élites politiques concevaient l’encadrement militaire du territoire. Il est possible de reconstituer deux secteurs de mise en garnison catholiques pour l’année 1574. Dans les deux cas, prédomine une diffusion des soldats au plus profond des campagnes et donc une imprégnation des espaces ruraux par les contraintes de la guerre.

Carte 4. – Garnisons catholiques du diocèse d’Albi (1574). Sources : Arch. dép. du Tarn, C 836, C 838.

Carte 4. – Garnisons catholiques du diocèse d’Albi (1574). Sources : Arch. dép. du Tarn, C 836, C 838.

23Pour le cas du diocèse de Toulouse, la mise en défense régionale passait par une diffusion de l’homme de guerre sur l’ensemble de son ressort. Les effectifs les plus importants étaient affectés aux petites villes du plat pays, mais le trait remarquable de cette mise en garnison était la diffusion des soldats au cœur des campagnes, avec un nombre très élevé de villages abritant entre deux et quatre hommes de guerre. L’espace était ainsi mis en défense à la fois par la création de petits noyaux où résidait un capitaine, et par un essaimage de soldats dans les zones de marge comme le long de la Garonne ou le long du Girou, face aux pays protestants. Le constat est identique pour l’Albigeois, avec ce même essaimage au cœur des campagnes, que ce soit chez les protestants ou chez les catholiques.

24Ainsi, on mesure comment les stratégies des guerres de Religion cherchèrent à s’assurer du contrôle des espaces par une surveillance des campagnes situées au contact des zones dominées par tel ou tel parti. Une garnison dans un village signifiait la présence de soldats payés non seulement pour la défense du lieu, mais aussi pour la défense de l’ensemble du pays. Cela signifiait donc la fréquentation de professionnels de la guerre et donc la diffusion de leurs mœurs au sein des communautés. Pour les lieux choisis, une telle présence rimait avec risque d’attaque et donc un engagement dans les rapports de force militaires et partisans.

25Dans leur rapport aux guerres de Religion, les campagnes toulousaines apparaissent ainsi sous deux visages. Elles furent incontestablement inféodées à l’engagement partisan décidé depuis les villes : choix politique, mobilisation des hommes, attraction de la noblesse, le centre urbain, notamment Toulouse pour les catholiques, fut un animateur de guerre souvent exclusif. Elles surent cependant créer des domaines de relative autonomie de manière à générer un état de guerre aux caractéristiques strictement rurales. Les négociations avec les chefs de guerre pour leur permettre de mener leurs opérations, l’appropriation des mouvements partisans et associatifs furent des moyens politiques pour entrer dans le domaine de la décision militaire. Les appels à la prise d’armes, la possession d’armes et les mises en garnison furent des actions souvent concrètes qui mirent les ruraux en situation de combat. Cependant, on peut se poser la question des motivations réelles de ces engagements : le motif religieux semble avoir été en partie occulté par le seul sentiment d’autodéfense du village. Quand le campagnard méridional allait se battre pour sa foi, il le faisait dans les villes. Chez lui, il semblerait davantage qu’il ait obéi à un souci de protection de ses biens et de sa famille : association pour la protection des cultures et des routes, revue des hommes capables de défendre le village… Cette expérience des guerres de Religion par les campagnes toulousaines montre combien cette période troublée fut vécue comme une véritable guerre civile dont une des voies d’engagement, au-delà de l’aspect religieux, fut la défense de la communauté. Quand les campagnes cherchèrent à se démarquer du poids politique exercé par les villes dans la direction de la guerre, ce fut d’une certaine manière pour refuser la guerre ou du moins éviter qu’elle n’atteigne leur lieu de vie.

Notes

1 Garrisson Janine, Protestants du Midi, 1559-1598, Toulouse, Privat, 1980.

2 Souriac Pierre-Jean, Une société dans la guerre civile. Le Midi toulousain au temps des troubles de religion (1562-1596), thèse de doctorat, université de Paris IV-Sorbonne, 2003, 3 vol.

3 Pour une approche problématique des liens entre guerre et monde rural : Gutmann Myron P., War and Rural Life in the Early Modern Low Countries, Assen, Van Gorcum, 1980.

4 Sur le rôle de la noblesse comme acteur militaire au cours des guerres de Religion, voir Bourquin Laurent, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne au xvie et xviie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994.

5 Souriac Pierre-Jean, Une société dans la guerre civile…, op. cit., t. III, p. 1147-1156.

6 Monluc Blaise de, Commentaires, 1521-1576, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1964.

7 Constant Jean-Marie, La Vie quotidienne de la noblesse française aux xvie et xviie siècles, Paris, Hachette, 1985 ; Schalk Ellery, L’Épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse (vers 1500-vers 1650), Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques », 1996.

8 Monluc Blaise de, Commentaires, op. cit., p. 505.

9 Haag Émile et Eugène, La France protestante ou vie des protestants français qui se sont faits un nom dans l’histoire depuis les premiers temps de la réformation jusqu’à la reconnaissance du principe de la liberté des cultes par l’assemblée nationale, Paris, J. Cherbuliez, 1846-1858, 10 vol. : voir les notices d’Antoine de Montclar, Bernard-Roger de Bruniquel vicomte de Comminges, Bertrand de Rabastens vicomte de Paulin, Jacques de Castelverdun, vicomte de Caumont, les vicomtes de Sérignan, Montagut et Arpajon.

10 Contamine Philippe et Corvisier André (dir.), Histoire militaire de la France, t. 1 : Des origines à 1715, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1997, p. 451.

11 Arch. dép. du Tarn, C 828-867 : pièces militaires du diocèse civil d’Albi, 1562-1598.

12 Greengrass Mark, « The Anatomy of Religious Riot in Toulouse in May 1562 », Journal d’histoire ecclésiastique, 1983, n° 34, p. 367-391.

13 Arch. mun. de Toulouse, CC 1939, compte des affaires militaires de la ville de Toulouse, 1562-1563. Un chapitre est consacré au paiement par les Toulousains de gratifications à la noblesse des environs venue défendre Toulouse.

14 Arch. mun. de Toulouse, CC 1944, compte des deniers extraordinaires de la ville de Toulouse, 1567 : paiement par ordre des capitouls au profit des gentilshommes venus secourir Toulouse, dont Jean de La Valette et Antoine de Terride.

15 Arch. mun. de Toulouse, AA 18/110, p. 145-146, traité d’association, 2 mars 1563.

16 Dom Devic et Dom Vaissete, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, Privat, 1889, t. XI, p. 509.

17 Loutchitzky, Documents inédits pour servir à l’histoire de la Ligue et de la Réforme, Sandoz et Fischbacher, 1873, p. 217-219.

18 Souriac René, Décentralisation administrative dans l’ancienne France, Autonomie commingeoise et pouvoir d’État, 1540-1630, Toulouse, Les Amis des Archives, 1992, 2 vol. ; Gilles Henri, Les États du Languedoc au xve siècle, Toulouse, Privat, 1965.

19 Souriac Pierre-Jean, Une société dans la guerre civile…, op. cit., t. 1, p. 245.

20 Arch. dép. de l’Hérault, B 22 366, compte du receveur du diocèse civil de Toulouse, 1577 ; Arch. dép. de Haute-Garonne, C 973, délibérations de l’assemblée du diocèse civil de Toulouse, 1587.

21 Souriac René, Décentralisation dans l’ancienne France, op. cit., t. I, p. 231-238 ; Bercé Yves-Marie, Histoire des Croquants. Étude des soulèvements populaires au xviie siècle dans le sud-ouest de la France, Genève, Droz, 1974, t. 1, p. 264.

22 Bosquet Georges, Histoire de M. G. Bosquet sur les troubles advenus en la ville de Toulouse l’An 1562, Toulouse, R. Colomiez, 1595 (traduction du latin de l’édition de 1563) ; « Relation de l’émeute arrivée à Toulouse », Cimber L. et Danjou F., Archives curieuses de l’histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII, Paris, Beauvais, 1835, t. IV, p. 345-356.

23 Solon Paul, « Le rôle des forces armées en Comminges avant les guerres de Religion (1502-1562) », Annales du Midi, t. 103, n° 193, janvier-mars 1991, p. 36-37.

24 Monluc Blaise de, Commentaires, op. cit., p. 506-507.

25 10 mai 1561 (Arch. mun. de Toulouse, AA 18/71, p. 105-106) ; 20 septembre 1562 (Arch. mun. de Toulouse, AA 18/101, p. 139), 27 mai 1565 (Arch. mun. de Toulouse, AA 18/116, p. 148-150) ; 1er octobre 1567 (Arch. dép. de Haute-Garonne, C 3494/35) ; 11 octobre 1567 (Arch. dép. de Haute-Garonne, C 3494/36) ; 27 juillet 1568 (Arch. mun. de Toulouse, AA 18/205, p. 226) ; 2 août 1568 (Arch. mun. Toulouse, AA 18/206, p.226) ; 10 octobre 1572 (Arch. mun. de Toulouse, AA 18/296, p. 300) ; 14 août 1573 (Arch. dép. de Haute-Garonne, C 3540/29) ; 19 janvier 1580 (Arch. dép. du Tarn, EE 50 – Albi) ; 14 septembre 1583 (Arch. dép. du Tarn, Edt. 43, EE 10) ; 1587 (Arch. dép. de Haute-Garonne, C 3632/1-8).

26 Lestrade Jean, Les Huguenots en Comminges, Archives historiques de la Gascogne, 2 t., xviiie et xixe année, 2e série, fascicule 14 et 15, Paris, Champion, 1910-1911, t. 2, p. 76-92 ; Souriac René, Décentralisation…, op. cit., t. I, p. 95 et t. II, p. 291 pour le texte du serment ; Arch. dép. de Haute-Garonne, C 3068, f° 101 v° : délibérations du diocèse civil de Rieux, 9 août 1568 ; Devic et Vaissète, Histoire générale du Languedoc, Toulouse, Privat, 1880, t. XI, p. 504 ; Leclerc Joseph, « Aux origines de la Ligue, premiers projets et premiers essais (1561-1570) », Études, avril-mai-juin 1936, 73e année, t. 227, p. 203.

27 Arch. dép. de Haute-Garonne, C 3498.

28 Arch. dép. du Tarn, 43 Edt (Cordes), EE 8.

Table des illustrations

Titre Carte 1. – Circonscriptions administratives du Midi toulousain au xvie siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4296/img-1.png
Fichier image/png, 740k
Titre Carte 2. – Lieux de passage des compagnies en Comminges (1562-1570). Sources : Arch. dép. de Haute-Garonne, C 3468, C 3803.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4296/img-2.png
Fichier image/png, 820k
Titre Carte 3. – Garnisons catholiques dans le diocèse civil de Toulouse (1574). Source : Arch. dép. de Haute-Garonne, C 2125/8.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4296/img-3.png
Fichier image/png, 192k
Titre Carte 4. – Garnisons catholiques du diocèse d’Albi (1574). Sources : Arch. dép. du Tarn, C 836, C 838.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4296/img-4.png
Fichier image/png, 880k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site