Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Sociabilité et politique en milieu rural

 | 
Annie Antoine
, 
Julian Mischi

Quatrième partie. Formes de solidarité et pratiques d’entraide dans les campagnes

La peur du soldat : réactions de défense en milieu rural (Nord, Pas-de-Calais, Somme, xvie-xviiie siècles)

Hugues C. Dewerdt

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

  • 1 Contamine Philippe, « L’impact de la guerre de Cent Ans en France sur le plat pays », Les Villageo (...)
  • 2 Tel fut le cas à Créquy et Torcy qui perdirent, en 1536, une partie de « leurs biens meubles tant (...)
  • 3 Muchembled Robert, La Violence au village, Turnhout, Brepols, 1989, p. 55 et 95.

1Le patrimoine architectural rural de la France septentrionale présente de nombreux vestiges d’édifices et de structures liés à la mise en défense des villages lors des troubles militaires qui marquèrent cet espace frontalier, principalement entre les xvie et xviiie siècles. Les églises fortifiées ou aménagées pour la défense demeurent pourtant méconnues et n’ont fait l’objet que de trop rares études pour la zone concernée. La mise en place de systèmes de défense et de guet, en milieu rural, est cependant attestée dès la fin de la période médiévale1. Le refuge de la population à l’intérieur des édifices de culte s’intensifia au xvie siècle et incita les maîtres d’œuvre à prendre en compte les éléments de défense lors des chantiers de construction. Face à la présence de troupes amies ou ennemies vivant sur le « plat pays » et sur une longue période, le programme défensif fut développé pour permettre le refuge d’une population importante comportant les habitants et leurs biens ainsi qu’une partie du cheptel2. Cette retraite fut fréquemment complétée par la réalisation d’un souterrain-refuge ou « muches ». L’ensemble de ces réalisations, liées à une mise en défense rurale, présente un caractère collectif. Elles furent centrées sur le village ou la paroisse. De tels dispositifs peuvent paraître comme découlant d’une sociabilité villageoise forte, construite sur des relations d’interdépendance nécessaires, renforcées par un rejet de l’étranger3 dans une zone frontalière sensiblement troublée.

  • 4 Ces recherches sont basées sur l’inventaire mené à l’initiative de Frederick Willmann au sein du G (...)
  • 5 Dewerdt Hugues et Willmann Frederick, « Concepteurs et conception des muches du nord de la France  (...)

2Cette cohabitation particulièrement difficile entre soldats et population rurale, en temps de guerre mais aussi de paix précaire, fut à l’origine de chantiers d’importance, nécessaires à la survie du monde villageois. L’analyse des moyens mis en œuvre par les ruraux a été permise grâce à l’inventaire et l’étude des souterrains-refuges comme des édifices de culte comportant des aménagements défensifs. Ce travail méritait d’être entrepris et intégré dans une perspective dépassant l’échelle de l’anecdote4. Les conclusions de cette étude du bâti5 invitaient à une confrontation avec les données textuelles, opérée par sondages. Les circonstances militaires qui ont engendré de tels programmes peuvent être ainsi mieux cernées, avant la description d’un phénomène complexe de mise en défense.

  • 6 Muchembled Robert, Société, cultures et mentalités dans la France moderne, Paris, Armand Colin, co (...)

3La communauté a pu être renforcée lors de la mise en place de travaux d’importance qu’il fallut financer, mais aussi autour de l’organisation nécessaire pour assurer la protection du village pendant de courtes périodes. Toutefois, une lecture trop rapide pourrait conduire à surestimer l’aspect collectif de ces refuges. La société rurale, du xvie au xviiie siècle, était hiérarchisée, et les artefacts liés à cette mise en défense du milieu rural permettent encore d’approcher l’imbrication de ces différentes strates interdépendantes : la famille, le village, la seigneurie6.

L’impact militaire sur le milieu rural

  • 7 Potter David, War and Government in the French Provinces : Picardy 1470-1560, Cambridge, Cambridge (...)
  • 8 Corvisier André et Jacquart Jean, De la guerre ancienne à la guerre réglée, les malheurs de la gue (...)
  • 9 Corvisier André (dir.), Histoire militaire de la France, t. 1 : Des origines à 1715, Paris, PUF, 1 (...)
  • 10 Chagniot Jean, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, « L’histoire et ses problèmes », (...)
  • 11 Muchembled Robert, La Violence au village, op. cit., p. 107-118.

4L’impact des conflits et de la présence de troupes militaires sur les campagnes, dans la région concernée, fut particulièrement lourd7. La nature de la guerre à l’époque moderne s’était profondément modifiée dans ses moyens comme dans ses stratégies8. Face aux progrès de l’artillerie, les châteaux forts médiévaux n’ont constitué que de piètres refuges face à des troupes de plus en plus importantes. Ces objectifs de conquête eurent un rôle stratégique, peu à peu minoré face aux prises de villes fortifiées9. La présence de troupes armées, recrutées dans l’Europe entière, pour répondre aux conflits franco-espagnols n’était pas sans conséquence. Le ravitaillement et l’entretien des militaires, en campagne et en garnison, se réalisaient bien souvent sur le pays10. L’arrivée des soldats était donc, la plupart du temps, fort redoutée, qu’il s’agisse d’amis ou d’ennemis. Ces personnages étaient invariablement vus comme les convoyeurs de maux divers : pillages, destructions, viols, meurtres et maladies11.

  • 12 Potter David, Un homme de guerre au temps de la Renaissance : La vie et les lettres d’Oudart du Bi (...)
  • 13 Deville Antoine, De la Charge des gouverneurs des places, Paris, G. de Luynes, édition de 1656, p. (...)
  • 14 Potter David, Un homme de guerre au temps de la Renaissance…, op. cit., p. 186.

5Les paysans étaient soumis à plusieurs types de pression militaire. Ils subissaient, bien entendu, le logement de quelques hommes de guerre, mais avaient aussi parfois à supporter la présence d’un campement plus important, ce qui occasionnait une ponction sur les biens du village : coupes de bois, réquisitions de nourriture et de fourrage. Cette nécessité de veiller au ravitaillement des troupes conduisit les militaires à envisager le milieu rural sous un angle stratégique. Les campagnes subirent alors des actions ayant pour but la fourniture de vivres ou à l’inverse la privation de ravitaillement de l’ennemi12. Dès le début du xviie siècle, Antoine de Ville décrivait ces actions de la manière suivante : « Il faudra ravager tout leur païs, faisant marcher la cavalerie de tous costez par la campagne, qui aille par les villages, bourgs, hameaux, maisons, piller tout ce qu’ils pourront emporter ou emmener, et mettront le feu à ce qu’ils laisseront13… » Oudart du Biez ne s’était pas comporté autrement lorsqu’il écrivait au roi de France, le 26 août 1543, pour l’informer qu’il ruina plusieurs fortifications et qu’il brûla aussi quelques églises « bien plaines et fournies de grains14 ».

  • 15 AN, J 1016 et J 1017.
  • 16 AN, J 1016, f° 246 r°.

6Ce rapport du milieu rural au militaire a entraîné des crispations qui se cristallisèrent, entraînant réactions et contestations à l’échelle du village. Les enquêtes réalisées à la demande de Charles Quint en 1538 et 1545 pour non-paiement des aides ordinaires et extraordinaires15 se sont ainsi déroulées en interrogeant les représentants fiscaux des différents villages et permettent une bonne lecture de ces événements. Ainsi, à Tincques, en 1536, les militaires français furent repoussés par l’action collective et armée des villageois16. Bien que l’on puisse parfois découvrir certaines actions d’éclat, le refuge passif de la population dans une logique de survie semble avoir été le point essentiel des préoccupations villageoises.

  • 17 Comme cela fut le cas pour d’autres régions : Corvisier Christian, « L’architecture et l’âge des é (...)

7Ce refuge pouvait être de différente nature et fut bien souvent décrit lors des enquêtes comme collectif et adopté par l’ensemble des villageois en fonction de leurs possibilités financières et environnementales : fuite dans les bois, négociations financières avec les militaires, migration à l’intérieur des enceintes protectrices des villes fortes, ou encore mise au point d’une défense du village comprenant la réalisation de programmes architecturaux adaptés aux circonstances17 : depuis la réalisation d’une église présentant des possibilités de défense jusqu’au creusement de souterrains-refuges. Le recensement des structures conservées montre clairement la corrélation entre les troubles sur la frontière franco-espagnole depuis le xvie jusqu’au début du xviiie siècle et la mise en place de ces programmes défensifs (carte 1).

Carte 1. – Frontières de l’époque moderne et structures de défense rurales.

Carte 1. – Frontières de l’époque moderne et structures de défense rurales.

Le guet rural et son organisation

  • 18 Héliot Pierre, Les Églises du Moyen Âge dans le Pas-de-Calais, Arras, Mémoire de la Commission dép (...)
  • 19 Duvosquel Jean-Marie (dir.), Albums de Croÿ, Lille/Bruxelles, Conseil régional du Nord-Pas-de-Cala (...)
  • 20 Ibid., t. XVIII, pl. 62

8Depuis la guerre de Cent Ans, le guet permettant la surveillance était réalisé depuis les bâtiments hauts, dominant le paysage alentour, dont les clochers étaient de bons représentants18. La période moderne est caractérisée, pour ces régions septentrionales, par la mise en œuvre de nombreux programmes de construction ou de reconstruction d’édifices religieux. La forme architecturale couramment adoptée pour la construction du clocher, depuis la fin de la période médiévale, était celle d’une tour. Ces tours, souvent placées en avant de la nef, possédaient des caractéristiques essentielles pour la réalisation d’un guet efficace. L’élévation de la construction permettait de bénéficier d’un point de vue inégalable sur la campagne environnante. Le couronnement était fréquemment réalisé à l’aide d’une flèche, enserrée à sa base par un chéneau complété d’un parapet, permettant la circulation du guetteur. Les cloches permettaient de donner l’alerte sur le territoire du village mais aussi aux villages voisins. L’écriture architecturale de la tour allait encore s’enrichir d’éléments défensifs qui furent très probablement intégrés au programme. Il ne s’agissait donc pas là d’une intégration maladroite d’éléments disparates mais bien de la prise en compte d’une fonction profane, lors de la construction d’un édifice religieux. Le clocher de Basseux, se présente sous la forme d’une tour-porche carrée, flanquée de contreforts. Deux niveaux étaient voûtés à l’origine de la construction, en 1547. Le niveau supérieur était couronné d’un parapet qui a aujourd’hui disparu et d’une flèche en charpente couverte d’ardoises19. Le premier niveau comporte encore un âtre, parfaitement intégré à la maçonnerie permettant l’hébergement du guetteur (fig. 1). Le clocher de l’église de Berles-Monchel fut réalisé selon la même formule mais intégra davantage d’éléments liés à la défense. La tour massive, flanquée de contreforts, est fermée sur l’extérieur. La maçonnerie du clocher était terminée par un parapet présentant des créneaux20. Dans ces deux cas comme dans d’autres, la fonction du guet fut prise en compte même s’il ne s’agissait pas de la fonction principale de cet élément d’architecture. Il est indéniable que tel fut le cas dès l’établissement du projet par le maître d’ouvrage : la fabrique, selon toute vraisemblance.

9Les archives concernant le guet nous permettent de préciser la nature et les niveaux de décision visant à la montée en puissance de la surveillance villageoise. La décision pouvait provenir de l’État, des villes et de leurs instances politiques ou militaires qui demandaient aux villages environnants de veiller à la présence éventuelle de troupes ennemies. Les villageois pouvaient prendre aussi eux-mêmes la décision de réaliser un guet pour leur propre sécurité. Pourtant, quel qu’en soit le commanditaire, le guet est toujours décrit comme une charge supportée par le village. La commande du guet depuis le clocher, à Richebourg, ne semble faire aucun doute telle qu’elle a été formulée en 1578. Toutefois, la chaîne de commandement se réalise par les instances de justice jusqu’au « bailly, Mayeur, et Magistrat », qui laissent la charge de la surveillance périodique de la mise en place de ces consignes au greffier.

Figure 1. – Cheminée au premier niveau du clocher de Basseux (Pas-de-Calais).

Figure 1. – Cheminée au premier niveau du clocher de Basseux (Pas-de-Calais).
  • 21 Arch. dép. du Nord, B 1783, f° 40.

« […] / et entre aultre le iiie Jour du mois doctobre dernier estant led suppliant alle a lad Egle a l’effect que dessus sur les sept heures du soir apres Jour failly auroit trouve que ceulx qui faisoient led guet ny estoient / et sestant enquy de leures personnes se seroit transporte Jusques en leurs maisons, signament en la maison de Robert chavatte cordonnier / Auquel Il auroit demande la cause quil n’estoit a la garde et au guet / qui lui respondit que cestoit pour ce que pierre du Molin son compaignon ny estoit pour luy tenir compaignie qui fut cause quil seroit alle a la maison dud du Molin / ou il trouva la feme dud du Molin et luy demanda ou estoit son marry et pourquoy il nalloit a la garde joinct quilz estoient gaigez et sallariez aux fraiz de la comunaulte dud villaige21… »

10Le village était ainsi chargé de la réalisation d’un guet sur ordre et sous surveillance, dont il devait assumer l’organisation ainsi que la charge financière. La prise en compte de ce guet lors de la réalisation d’un édifice, tout comme son organisation, nécessite que la collectivité villageoise soit suffisamment structurée pour être en mesure de réaliser une auto-imposition, de prendre les décisions relevant du chantier mais aussi du choix des guetteurs.

Un premier refuge : l’église

  • 22 Antoine Deville ne recommande-t-il pas d’épargner « les lieux sacrez, et les personnes, et tout ce (...)
  • 23 Ces éléments sont aussi courants en Thiérache (Corvisier Christian, « L’architecture et l’âge des (...)
  • 24 Héliot Pierre, op. cit., p. 140.

11Les clochers pouvaient servir opportunément au guet mais ils permirent encore le refuge des populations rurales. Comme l’église tout entière, cette construction était bien souvent la plus propre à soutenir les assauts de petites troupes envoyées mener la guerre de « course » ou en quête de ravitaillement et butin à moindres frais et dans des délais brefs. Les maisons des villages de la France septentrionale étaient alors principalement constitués d’un bâti en ossature bois enduit de torchis. L’édifice de pierre constituait donc un bâtiment fort dont les possibilités défensives étaient complétées par le caractère sacré de la construction et de l’enclos22. L’asile offert à la population n’était pourtant pas suffisant aux seuls regards de la construction et de la fonction de l’édifice. Les clochers de ces régions furent équipés, aux xvie et xviie siècles d’organes de défense offensifs. Il pouvait s’agir, dans de nombreux cas de meurtrières permettant l’utilisation d’armes à feu légères23. Rarement, des clochers furent aménagés pour recevoir des calibres supérieurs comme cela fut le cas à Estrée-Cauchie. Ce clocher carré présente un soubassement en grès sur toute la hauteur du rez-de-chaussée. Des embrasures de tir sont intégrées à la maçonnerie sur deux niveaux. Bien que ces aménagements soient présents et puissent effrayer une petite troupe légèrement armée, il ne fait aucun doute que des églises ne pouvaient subir des sièges de quelques jours lorsqu’une artillerie ou des sapeurs accompagnaient les soldats24.

  • 25 Brun Félix, Ensemble de 162 lettres du temps de la Fronde, Bulletin de la Société archéologique de (...)
  • 26 AN, J 1017, f° 18 v°.

12Il s’agissait donc de la mise en place d’une défense active dont l’objectif devait être de repousser un adversaire avide de conquêtes rapides et donc de décourager plus que d’anéantir le soldat. Ainsi, le comte Digby, en 1649, a pu décrire une Picardie au sein de laquelle il était difficile de se ravitailler, vue par les troupes comme dépeuplée « à moins que les coups de fusils qu’on leur tiroit à chaque coin de bois et de chaque esglise ou carrière par où il passoit tant soit peu éloignés des troupes les [leur] eussent apris quil y avait encore des hommes25 ». Bien avant, en 1542, les habitants du village de Foncquevillers purent défendre leur « fort » ainsi que leurs possessions avec succès26.

  • 27 Chœur daté de 1603, Héliot Pierre, Les Églises du Moyen Âge dans le Pas-de-Calais, Arras, Mémoire (...)

13Les communautés villageoises n’étaient donc pas seulement capables de réaliser le guet mais étaient aussi suffisamment structurées pour offrir une défense sommaire et parfois efficace face à des troupes armées. Les clochers furent parfois aménagés pour permettre le refuge d’une population importante. Ce fut le cas à Basseux, où la voûte couvrant le second niveau fut remplacée par une voûte moins épaisse. L’espace ainsi dégagé permit d’établir des planchers supplémentaires entre les salles existantes et l’étage des cloches. Les mêmes travaux d’adjonction de planchers, parfois sur des hauteurs très faibles, furent réalisés à Berles-Monchel (fig. 2). Les travaux de mise en défense de l’édifice de culte ne furent pourtant pas limités au seul clocher. De nombreuses églises de la zone concernée possèdent des embrasures de tir maillant les murs de la nef et parfois du chœur. Ainsi, le mur gouttereau de la nef de l’église de Magnicourt en Comté comporte des meurtrières sur deux niveaux différents ainsi qu’une bretèche située au-dessus d’une baie permettant l’accès à la nef. Ces travaux sont contemporains ou antérieurs à l’édification des colonnes adjacentes, datées de 1597. L’espace nécessaire au refuge de la population put aussi être trouvé dans des occupations dans les charpentes. Les combles de certains édifices reconstruits furent ainsi munis d’organes de défense et nécessitèrent une certaine adaptation des proportions. Le chœur de l’église de Leulinghem possède ainsi deux niveaux de refuge superposés27.

  • 28 Corvisier Christian, « L’architecture et l’âge des églises fortifiées… », op. cit., p. 88.
  • 29 Citation du Gros d’Hesdin, disparu lors de la Première Guerre mondiale, dans Sangnier Georges, Épi (...)

14Dans ces différents cas, les organes de défense furent pris en considération dès l’établissement du projet architectural. Nombre d’édifices furent construits ou reconstruits en intégrant souvent des éléments dont l’impact financier ne devait pas être négligeable. L’édifice de culte est traditionnellement financé, en ce qui concerne le chœur, par le bénéficier de la paroisse28. Pourtant, la construction du chœur de l’église du Fresnoy fut financée par la communauté d’habitants qui passa un contrat auprès de Benoît Lagrier, maçon à Regnauville, « pour la construction d’ung cœur et le monter à usaige de fort29 » en 1595. La défense ainsi que la construction de l’édifice de culte semble bien ici relever de l’initiative et de la propre organisation villageoise. Il est alors possible de percevoir la pression telle qu’elle fut perçue, ainsi que le niveau de cohésion nécessaire de la part des communautés d’habitants pour réaliser de tels programmes.

Figure 2. – Coupe du clocher de l’église de Berles-Monchel (Pas-de-Calais).

Figure 2. – Coupe du clocher de l’église de Berles-Monchel (Pas-de-Calais).

1 : étage modifié ; 2 : étage des cloches ; 3 : planchers ajoutés ; 4 : cheminées.

Un ultime refuge : le souterrain

  • 30 Enlart Camille, op. cit., p. 627.
  • 31 Cité par Potter David, War and Government…, op. cit., p. 223.

15Face à une pression accrue et à la nécessité de mettre en sécurité les personnes mais aussi les biens nécessaires à la survie, les villageois trouvèrent encore refuge dans des « carrières » et plus tard des souterrains-refuges creusés à dessein30. Ce refuge apparaît clairement avoir été destiné strictement à la collectivité villageoise dès ses premières utilisations comme en témoigne la chronique du militaire gallois Ellis Gruffyd qui découvrit, en 1544, une carrière refuge aux environs de Desvres dont les habitants affirmèrent qu’elle était utilisée depuis 1513 et qu’ils avaient tous juré le secret sur ses dispositions ainsi que ses accès31.

  • 32 Dewerdt Hugues et Willmann Federick, « Les souterrains-refuges de Domqueur (Somme) », Subterranea, (...)
  • 33 Tel est aussi le cas, par exemple, des souterrains de Hiermont (Somme) décrit dans Fourdrin Jean-P (...)

16Ces dispositions centrées autour de la mise en défense du village pour et par lui-même apparaissent bien dans la réalisation des refuges souterrains lorsqu’il ne s’agit par réellement de l’utilisation d’une carrière mais du creusement d’une structure capable d’offrir le refuge nécessaire à la population villageoise et à ses biens. Ainsi, à Domqueur, le dernier réseau creusé adopte bien la formule spatiale d’un village, quoiqu’il ne fût pas réalisé pour permettre une vie troglodyte mais un refuge temporaire32. Il s’agit là d’un schéma de souterrain-refuge qui a pu être retrouvé sur toute la zone concernée et qui fut adopté dans tous les villages de la même manière, qu’il s’agisse d’un creusement ou de l’aménagement d’une carrière souterraine existante. Le refuge est toujours composé d’une galerie de communication desservant des cellules aveugles (fig. 3). Comme une rue de village dessert différentes parcelles privatives, il en allait de même sous terre. De plus, dans le cas de Domqueur comme dans bien d’autres cas, le réseau est disposé sous l’église33 dont il constitue un complément défensif et est implanté sous les terrains constituant la place et la voirie en évitant de sous miner les propriétés privées. On peut alors se demander si l’implantation des souterrains-refuges sous terrains indivis n’est pas une affirmation du caractère collectif de ces structures.

17Ces éléments architecturaux sont les révélateurs de la sociabilité villageoise pendant cette période troublée, mais ils ont peut-être aussi contribué, par la pratique, au renforcement des valeurs communes et de l’appartenance à un groupe clairement défini. Cette appartenance au groupe proposant un refuge collectif est là encore renforcée par le financement nécessaire, levé par la collectivité elle-même. Ainsi, une lettre de rémission de 1559 nous relate la difficulté de laisser accéder au réseau les bêtes de la mère d’un des habitants du village, Robert Desgardins, qui habitait le bourg voisin.

  • 34 Arch. dép. du Nord, B 1770, f° 205 v°. Merci à Matthieu Fontaine de nous avoir indiqué cette sourc (...)

« […] Il se seroyt retire au lieu de leullingem pour mectre a point les advestures qui estoyent venues a messon sur led terres quil a audit lieu et ung jour du mois susdt le matin apres quelque alarme quilz avoient eu des ennemis francois regardant par icelluy suplt son bestial qui avoit couchie a la carriere et fort dud lieu avecq les bestiaulx dud villaige de loeullingem ou il se refugioit ordinairem pour doubte des ennemys […]
[…] Julien le mol juste filz a marie de ce non content auroit dit aud supplt que ceux de loeullinghem et que ce quon lui souffroit les amenes nestoit que par gre d’aultant quelle estoit de la paroiche et fort dud quelme ou elle contribuoit et non aud loeullinghem et ce entendant par led supplt aggresse de parolles auroit dict aud Julien le mol que au despit de luy et de tous ceux qui en voudroient parler sesd bestes et celles de sad mere viendroient a lad carriere34… »

18La tension est extrême et s’exprime autour d’une plaisanterie lancée par le gardien du troupeau qui perdra la vie après une provocation, car même s’il existe des liens familiaux, ils sont perçus ici comme moindre par rapport au repli du village autour de son propre effort de défense.

Figure 3. – Plan des souterrains refuges de Domqueur (Somme), évolution chronologique du trait le plus épais au plus fin (J.-P. Fourdrin, J.-P. Ver Eecke et F. Willmann).

Figure 3. – Plan des souterrains refuges de Domqueur (Somme), évolution chronologique du trait le plus épais au plus fin (J.-P. Fourdrin, J.-P. Ver Eecke et F. Willmann).

Conclusion : les limites du refuge collectif

  • 35 Dewerdt Hugues et Willmann Federick, « Les souterrains-refuges de Domqueur… » et Dewerdt Hugues et (...)
  • 36 Manuscrit de l’abbé Goddé, rédigé en 1738, cité dans Fourdrin Jean-Pascal, « Cinq souterrains du P (...)

19Enfin, l’aspect collectif qui apparaît lorsque l’on envisage globalement ces réseaux ne doit pas masquer la société hiérarchisée de l’époque moderne. Si la charge du refuge souterrain était bien collective lors du chantier, les différentes salles furent la propriété de l’un ou l’autre des villageois. Cette affirmation de la propriété est renforcée par l’usage de clés fermant clairement les cellules sur la rue. À Domqueur ou à Arquêves des dispositions spatiales plus collectives furent tentées mais rapidement abandonnées au profit de salles privatives35. Il est aussi vrai que l’on ne sait si tous les villageois avaient accès avec ou sans leurs possessions au sein du refuge. Ainsi, à Hiermont au milieu du xviie siècle, seuls les plus riches villageois décidèrent et financèrent les travaux. Par la suite, ils imposèrent, aux autres une contribution s’ils voulaient des salles dans le refuge36. Enfin, des réseaux comme celui de Lanches, qui ne comportait que vingt-deux salles, semblent incapables de proposer un refuge à la population du village dans son ensemble.

20Le refuge et la mise en défense du milieu rural sur la frontière septentrionale française du xvie au xviiie siècle a permis la réalisation de chantiers spécifiques. Les vestiges conservés permettent une lecture des rapports sociaux qui peut être complétée par l’étude des documents d’archives. Le refuge collectif semble bien avoir été permis car les structures existantes pouvaient le permettre et que cette échelle a dû paraître idéale. La mise en œuvre de programmes de construction, de la simple intégration d’éléments défensifs, lors de la construction de l’église, jusqu’au creusement d’une retraite souterraine, a sans aucun doute contribué au renforcement de la communauté villageoise. Cette identité collective ne fut, par la suite, que renforcée par l’organisation journalière nécessaire à une mise en défense efficace.

  • 37 AN, J 1017, f° 191 r°.
  • 38 Carette Frédéric, « Les souterrains du nord de la France, l’apport des textes, état de la question (...)

21Toutefois, l’imbrication des différentes sphères sociales – le village, la famille – fut respectée. Il resterait à envisager le rapport aux autorités supérieures : les rôles des seigneurs ou des gouverneurs restent encore à préciser et sont difficilement perceptibles dans le cadre des programmes de construction quoique le financement du clocher défensif à Ligny St Flochel semble bien seigneurial. Dans ce cas, il est légitime de s’interroger sur la place qui était consentie au seigneur concernant le programme architectural lié à la défense du village, s’il n’en était pas à l’origine. L’étude de la mise en défense du milieu rural, au-delà de la mise en valeur du renforcement de la collectivité villageoise, permet de préciser les limites du renforcement de ces liens en période de crise. Les limites externes sont précisées par quelques exemples d’échanges entre villages, mais qui restèrent restreints ou contraints. Il en allait de même concernant les liens familiaux qui purent être relégués au second plan, à Leulinghem par exemple. Les limites internes à cette communauté apparemment soudée pourraient pourtant être soulignées. Au niveau de l’individu, des différenciations sont notables et mériteraient un complément d’enquête. Ainsi, à Fouflin-Ricametz, les habitants qui en avaient les moyens abandonnèrent le village et le reste de la population villageoise, pour la sécurité des villes37. À Warloy-Baillon, au xviie siècle, le seigneur imposa la gestion financière collective et autonome du refuge-souterrain, de la tour située au niveau de l’entrée, entre ces deux villages mais aussi du guet, y compris par ceux qui ne possédaient pas de cellule au sein du réseau38. Ce dernier exemple démontre bien le renforcement des communautés villageoises, en lien avec les tensions militaires autour de la frontière, dans le cadre social complexe de l’époque moderne.

Anmerkungen

1 Contamine Philippe, « L’impact de la guerre de Cent Ans en France sur le plat pays », Les Villageois face à la guerre xvie-xviiie siècle, actes des XXIIe Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002, p. 15-34 et Enlart Camille, Manuel d’archéologie française depuis les temps mérovingiens jusqu’à la renaissance, 2e partie, t. 1, Paris, Picard, 1929, p. 624.

2 Tel fut le cas à Créquy et Torcy qui perdirent, en 1536, une partie de « leurs biens meubles tant bestiaux grains que aultres biens Lesquels ils nauroient pus fors de leur possessions mais en leglise dudt crequy laquelle auroit este prinse et enfforcee par lesdt franchois » (AN, J 1016, f° 225 r°).

3 Muchembled Robert, La Violence au village, Turnhout, Brepols, 1989, p. 55 et 95.

4 Ces recherches sont basées sur l’inventaire mené à l’initiative de Frederick Willmann au sein du Groupe d’étude des villages souterrains du Nord de la France (www.muches.fr).

5 Dewerdt Hugues et Willmann Frederick, « Concepteurs et conception des muches du nord de la France », Concepteurs et conception d’espaces souterrains, Auxi-le-Château, Cercle historique d’Auxi-le-Château, Bulletin spécial n° 2, 2003, p. 65-88.

6 Muchembled Robert, Société, cultures et mentalités dans la France moderne, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 1990, p. 68-74 ; Gallet Jean, Seigneurs et paysans en France, 1600-1793, Rennes, Ouest-France, 1999, p. 138 et 184.

7 Potter David, War and Government in the French Provinces : Picardy 1470-1560, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 200-232.

8 Corvisier André et Jacquart Jean, De la guerre ancienne à la guerre réglée, les malheurs de la guerre I, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1996, et Les Villageois face à la guerre xvie-xviiie siècle, op. cit.

9 Corvisier André (dir.), Histoire militaire de la France, t. 1 : Des origines à 1715, Paris, PUF, 1992, p. 322.

10 Chagniot Jean, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, « L’histoire et ses problèmes », 2001, p. 125.

11 Muchembled Robert, La Violence au village, op. cit., p. 107-118.

12 Potter David, Un homme de guerre au temps de la Renaissance : La vie et les lettres d’Oudart du Biez, Maréchal de France, Gouverneur de Boulogne et de Picardie (vers 1475-1553), Arras, Artois presses université, coll. « Histoire », 2001, p. 72.

13 Deville Antoine, De la Charge des gouverneurs des places, Paris, G. de Luynes, édition de 1656, p. 523 (autre édition : Paris, M. Guillemot, 1639).

14 Potter David, Un homme de guerre au temps de la Renaissance…, op. cit., p. 186.

15 AN, J 1016 et J 1017.

16 AN, J 1016, f° 246 r°.

17 Comme cela fut le cas pour d’autres régions : Corvisier Christian, « L’architecture et l’âge des églises fortifiées, l’exemple de l’Est de la Picardie », De la guerre ancienne à la guerre réglée… et Louis Gérard, La Guerre de Dix Ans 1634-1644, Besançon, Cahier d’étude comtoise n° 60, Annales littéraires de l’université de Franche-Comté, n° 651, 1998.

18 Héliot Pierre, Les Églises du Moyen Âge dans le Pas-de-Calais, Arras, Mémoire de la Commission départementale des Monuments historiques du Pas-de-Calais, t. VII, premier fascicule, 1951, p. 110-111.

19 Duvosquel Jean-Marie (dir.), Albums de Croÿ, Lille/Bruxelles, Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais/Crédit communal de Belgique, 1985-1996, t. XIX, pl. 109.

20 Ibid., t. XVIII, pl. 62

21 Arch. dép. du Nord, B 1783, f° 40.

22 Antoine Deville ne recommande-t-il pas d’épargner « les lieux sacrez, et les personnes, et tout ce qui en dépend » (Deville Antoine, op. cit., p. 523).

23 Ces éléments sont aussi courants en Thiérache (Corvisier Christian, « L’architecture et l’âge des églises fortifiées… », op. cit., p. 82).

24 Héliot Pierre, op. cit., p. 140.

25 Brun Félix, Ensemble de 162 lettres du temps de la Fronde, Bulletin de la Société archéologique de Soissons, t. 5, 3e série, 1895, p. 99. Merci à Gérard Hurpin pour m’avoir transmis cette référence.

26 AN, J 1017, f° 18 v°.

27 Chœur daté de 1603, Héliot Pierre, Les Églises du Moyen Âge dans le Pas-de-Calais, Arras, Mémoire de la Commission départementale, des Monuments historiques du Pas-de-Calais, t. VII, deuxième fascicule, 1957, p. 397-398.

28 Corvisier Christian, « L’architecture et l’âge des églises fortifiées… », op. cit., p. 88.

29 Citation du Gros d’Hesdin, disparu lors de la Première Guerre mondiale, dans Sangnier Georges, Épigraphie du Pas-de-Calais, t. VI, Laval, 1929-1934, p. 49.

30 Enlart Camille, op. cit., p. 627.

31 Cité par Potter David, War and Government…, op. cit., p. 223.

32 Dewerdt Hugues et Willmann Federick, « Les souterrains-refuges de Domqueur (Somme) », Subterranea, n° 92, Société française d’étude des souterrains, 1994, p. 33-45.

33 Tel est aussi le cas, par exemple, des souterrains de Hiermont (Somme) décrit dans Fourdrin Jean-Pascal, « Cinq souterrains du Ponthieu », Subterranea, n° 29, 1979, p. 9-24, ou de Linzeux (Pas-de-Calais) ; Dewerdt Hugues et Willmann Federick, « Le souterrain-refuge de Linzeux », Ternesia, n° 11, Saint-Pol-sur-Ternoise, Cercle historique du Ternois, 1996, p. 56-58.

34 Arch. dép. du Nord, B 1770, f° 205 v°. Merci à Matthieu Fontaine de nous avoir indiqué cette source.

35 Dewerdt Hugues et Willmann Federick, « Les souterrains-refuges de Domqueur… » et Dewerdt Hugues et Willmann Federick, « Les muches d’Arquêves (Somme) : une approche de la genèse des linéaires du nord de la France », Archéologie et histoire en milieu souterrain, Actes du deuxième congrès international de subterranologie (Mons, 2-4 août 1997), Bruxelles, Société belge de recherche et d’étude des souterrains, 1998, p. 239-46.

36 Manuscrit de l’abbé Goddé, rédigé en 1738, cité dans Fourdrin Jean-Pascal, « Cinq souterrains du Ponthieu », op. cit.

37 AN, J 1017, f° 191 r°.

38 Carette Frédéric, « Les souterrains du nord de la France, l’apport des textes, état de la question », Concepteurs et conception…, op. cit., p. 94.

Abbildungsverzeichnis

Titel Carte 1. – Frontières de l’époque moderne et structures de défense rurales.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4292/img-1.png
Datei image/png, 656k
Titel Figure 1. – Cheminée au premier niveau du clocher de Basseux (Pas-de-Calais).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4292/img-2.png
Datei image/png, 1,3M
Titel Figure 2. – Coupe du clocher de l’église de Berles-Monchel (Pas-de-Calais).
Bildunterschrift 1 : étage modifié ; 2 : étage des cloches ; 3 : planchers ajoutés ; 4 : cheminées.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4292/img-3.png
Datei image/png, 73k
Titel Figure 3. – Plan des souterrains refuges de Domqueur (Somme), évolution chronologique du trait le plus épais au plus fin (J.-P. Fourdrin, J.-P. Ver Eecke et F. Willmann).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4292/img-4.png
Datei image/png, 142k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Exklusiver Zugang

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site