Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Argentine

 | 
Nadia Tahir

Conclusion

Texte intégral

1Plus de trente ans après le coup d’État de 1976, les associations de victimes de la dictature sont toujours des acteurs de la sphère publique argentine. S’il est vrai que les politiques institutionnelles liées au passé dictatorial en Argentine ont conditionné les modes d’action et les discours des associations de victimes, ni la répression dictatoriale, ni les « politiques du pardon » mises en place à la fin des années 1980 et surtout dans les années 1990 ne les ont enterrées. Ce sont principalement d’autres facteurs, liés notamment aux dynamiques de chacune des associations, aux rapports qu’elles ont entretenus avec l’État, mais aussi aux liens qu’elles ont noués entre elles qui ont contribué à leur maintien et leur croissance.

Recentrer le « mouvement des droits de l’homme » sur les associations de défense des droits de l’homme

2Le premier facteur significatif pour expliquer la présence de ces associations de victimes pendant toutes ces années est le fait qu’elles sont incluses dans le « mouvement des droits de l’homme ». En effet, bien que leurs réclamations soient presque exclusivement centrées sur des questions liées au passé dictatorial, elles sont toujours perçues comme des membres de cet ensemble. Or, c’est avant tout parce que des associations de défense des droits de l’homme se sont créées avant le coup d’État du 24 mars 1976 qu’elles ont pu voir le jour. La visibilité des associations de victimes a rapidement placé les associations de défense des droits de l’homme dans un second plan laissant de côté tout un champ d’études. L’émergence de ces collectifs en Argentine coïncide avec le développement d’organisations nationales et internationales pour faire face à des crises humanitaires dans le monde. Les associations argentines de défense des droits de l’homme se créent dans un contexte international et régional, mais veulent surtout combattre les violations qui se produisent au niveau national. L’arrivée massive de proches de détenus-disparus à leurs sièges à partir de 1976 les oblige à centrer leur action sur les conséquences de la répression dictatoriale à laquelle elles sont, elles aussi, confrontées. Ce dernier aspect est lui aussi souvent oublié. Des associations telles que la Liga, le SERPAJ, l’APDH, le CELS ou le MEDH sont perçues au sein d’un grand ensemble, le « mouvement des droits de l’homme », qui est finalement très souvent limité à des réclamations liées au passé dictatorial. Il y a depuis quelques années une volonté de documenter la création de ces associations, notamment au sein d’institutions étatiques telles que la Commission provinciale pour la mémoire dans la ville de La Plata, dans la province de Buenos Aires, par exemple. On peut surtout citer la présence d’archives de ces associations depuis 2010 au CeDInCI (Centro de Documentación e Investigación de la Cultura de Izquierdas en Argentina). Cependant, il manque encore un travail approfondi de reconstruction de l’histoire de ces associations de défense des droits de l’homme, n’incluant donc pas les associations de victimes sur lesquelles porte notre ouvrage. Une recherche sur les collectifs de défense des droits de l’homme permettrait de mieux comprendre ce qui a poussé des personnes à créer ces organisations, quels étaient leurs objectifs et surtout comment ils ont évolué après la fin du régime dictatorial. Elles existent encore aujourd’hui, à l’instar des associations de victimes, elles se sont maintenues dans le paysage associatif argentin depuis plus de trente ans, elles ont continué de travailler avec les associations de victimes, mais elles ont aussi développé d’autres projets concentrés sur la dénonciation des violations des droits de l’homme dans d’autres cadres et en démocratie. Quelle a été leur portée ? Dans quelle mesure cela implique-t-il une culture parallèle ou complémentaire dans la défense des droits de l’homme en Argentine ? La visibilité des associations de victimes suffit-elle à expliquer que gestion du passé dictatorial et défense des droits de l’homme se distinguent difficilement dans les politiques publiques ? Les associations de défense des droits de l’homme ont-elles joué un rôle ? Une étude portant sur chacune de ces associations, mais aussi sur les interactions entre ces collectifs et les liens avec les pouvoirs politiques qui se sont succédé depuis la fin de la dictature contribuera à une meilleure compréhension de la culture des droits de l’homme en Argentine.

Les collectifs de proches de disparus et de survivants : des associations de victimes

3Un des enjeux de notre ouvrage était de voir dans quelle mesure la catégorie d’« associations de victimes » pouvait s’appliquer aux sept collectifs au cœur de ce travail et surtout ce qu’une étude des interactions entre ces associations pouvait apporter à l’analyse des questions liées au passé dictatorial en Argentine depuis 1983. Comme nous avons pu le constater, le lien qui se noue entre les trois premières associations, Familiares, les Mères et les Grands-Mères perdurent avec le retour d’un régime constitutionnel en 1983. Toutefois, il évolue, notamment face aux politiques étatiques mises en place par Raúl Alfonsín. Alors que pendant la dictature, le fait de souffrir d’un même préjudice pouvait suffire à réunir ces organisations, la possibilité d’obtenir gain de cause pour certaines de leurs réclamations et les concessions que peuvent impliquer les discussions avec le gouvernement font apparaître les premières fissures. En 1986, cela aboutira finalement à la scission des Mères et à la création de deux nouveaux collectifs. Par ailleurs, dans ce même contexte les constructions discursives, telles que la « théorie des deux démons » ou la figure de la « victime-innocente », restreignent les membres de l’Association des ex-détenus-disparus à un rôle bien précis : le témoin au service des procédures judiciaires et des familles qui souhaitent avoir des informations sur leurs proches disparus. Ainsi, les associations de victimes ont, dès leurs débuts, constitué un ensemble dans la mesure où leurs interactions ont conditionné les actions et les discours des unes et des autres, alors que chaque association se distingue par le rôle qu’elle joue dans la diffusion des réclamations autour de la gestion du passé dictatorial. À partir de la fin des années 1980 et tout au long des années 1990, la très forte limitation des procédures judiciaires et une société argentine de plus en plus centrée sur d’autres questions vont pousser les associations à montrer un front uni avec d’autres collectifs. Bien qu’elles n’agissent pas toujours de concert, elles adoptent une même stratégie : placer les luttes des disparus dans le cadre de réclamations plus contemporaines. Dans ce contexte, certaines associations survivent, Familiares et les Mères LF, d’autres se construisent, les MPM et l’AEDD, d’autres se créent, H.I.J.O.S et Herman@s et une association s’affirme, les Grands-Mères.

4Le panorama des associations de victimes que va rencontrer Nestor Kirchner en 2003 est surtout le produit d’une évolution qui a commencé dès l’époque de la dictature. Lorsqu’il répond favorablement à plusieurs de leurs réclamations, les associations de victimes ont un statut clair qu’elles vont tenter d’asseoir. Ce sera notamment le cas des MPM qui joueront de plus en plus sur leurs figures de « Mères de tous les disparus », et même « Mères de tous les militants de la gauche argentine ». Pour l’AEDD, l’ouverture des procédures judiciaires consolident leurs rôles de témoins, mais l’importance numérique de ces procès leur permet surtout de signifier qu’ils en sont le pilier. Quant aux Grands-Mères, elles deviennent l’association la plus connue, la plus soutenue et la plus visible dans la sphère publique. Ce dernier cas consacre surtout une figure du disparu : celle des enfants « apropiados ».

5Comme nous avons pu le voir, un des défis qui s’est maintenu tout au long du parcours de ces associations, et ce dès leurs débuts pendant la dictature et jusqu’au mandat de Néstor Kirchner à partir de 2003, a été d’élaborer une figure du disparu qui leur permettrait d’obtenir le soutien de la société civile. Pendant la dictature et une partie du mandat de Raúl Alfonsín, ce discours a pour conséquence la dépolitisation des disparus qui, non seulement, n’ont pas milité dans des organisations armées, mais qui finalement n’ont tout simplement plus milité dans aucune organisation. Avec la période dite « d’impunité », à partir de 1986-1987, le disparu évolue à nouveau et des discours militants semblent émerger dans la sphère publique argentine. Toutefois, au début des années 1990 et alors qu’elles font face à des discours étatiques de « réconciliation nationale » qui prônent qu’il faut aller de l’avant et laisser le passé en arrière, les associations établissent un lien entre les luttes des disparus avant et pendant la dictature et l’actualité. Le disparu est toujours un « idéaliste » et « une personne solidaire », mais son action est placée dans des cadres plus précis : ceux de la lutte pour l’éducation, un logement digne, un partage des richesses, un travail pour tous, etc. Tout en évitant encore de donner des noms précis d’organisations des années 1970, il rejoint la lutte de certaines associations, de syndicats et surtout de collectifs, tels que celui des piqueteros. Ce n’est qu’avec la création d’H.I.J.O.S, en 1995, que les organisations dans lesquelles ont milité les disparus sont nommées. Parmi ces dernières, les organisations armées, telles que Montoneros et le PRT-ERP, figurent clairement dans le cadre de manifestations diverses et dans les publications des associations. La revendication du militantisme passe donc aussi par ce choix ancré dans une époque précise qui est celle des réclamations idéologiques de gauche des années 1960 et 1970, principalement. Le gouvernement de Néstor Kirchner s’alignera sur ces discours de revendication du militantisme et de la jeunesse des années 1970 en insistant sur sa combativité, son esprit solidaire et désintéressé, créant des tensions au sein des organisations et surtout entre elles.

6Si pour certains membres, les problèmes qui surgissent avec Néstor Kirchner ont pour conséquence la « division du mouvement des droits de l’homme », il faut tout d’abord souligner que les difficultés ne concernent que les associations de victimes. Par ailleurs, comme nous l’avons déjà signalé, elle permet surtout d’asseoir le rôle des associations dans le cadre d’une cause, celle liée à la gestion du passé dictatorial. Si le mandat de Néstor Kirchner représente effectivement un changement, nous estimons que c’est avant tout parce qu’il affirme les associations de victimes et leurs membres dans un statut qui est celui de victimes reconnues. Il leur donne une légitimité qui est d’abord liée au préjudice subi, puis à leur action en tant que collectifs depuis de nombreuses années. Ces derniers obtiennent alors un espace et une possibilité de participation aux politiques étatiques. En ce sens, ils deviennent des « experts » des questions liées au passé dictatorial, les affirmant dans leur statut de victimes. Si à la fin du mandat de Néstor Kirchner, les associations parlent de travail dans la lutte pour la défense des droits de l’homme, elles n’interviennent pas dans le cadre de politiques portant sur la défense des droits fondamentaux ou des droits économiques et sociaux. Toutefois, comme nous l’avons déjà vu, les membres de ces collectifs n’utilisent pas le terme de « victimes » pour parler d’eux. Les proches utilisent le terme « afectados » et les survivants s’en tiennent à la dénomination « ex-détenus-disparus ». Ces dénominations sont finalement encore celles qui circulent dans la société argentine. On peut cependant constater qu’avec, notamment, la multiplication des procédures judiciaires depuis 2005 à l’encontre des personnes qui ont participé à la répression dictatoriale, cela évolue. En effet, les survivants, voire même les proches, se portent partie civile dans les procédures. Elles réclament donc justice pour le préjudice subit par des disparus, mais aussi pour leur propre préjudice en tant que « victime ». Par ailleurs, dans le cadre de leur engagement dans la « récupération » des centres clandestins, les membres de ces collectifs et d’autres organisations sont amenés à rencontrer de plus en plus de citoyens argentins et étrangers qui les écoutent en tant que « témoins » et « victimes ». Cette perception ne se fait que très progressivement et la catégorie d’« associations de victimes » n’est pas utilisée en Argentine. On peut aussi estimer que l’affirmation de discours réclamant pour les « victimes du terrorisme », en référence aux actions des organisations armées dans les années 1970, dissuade d’autant plus les proches et les survivants d’utiliser ce terme. Le disparu reste donc encore la « victime » par excellence, celle pour laquelle tous les collectifs ont lutté depuis une trentaine d’années.

7Pour finir, sept ans après la fin de cette présidence, nous souhaiterions évoquer certaines pistes de réflexion sur l’héritage de ces collectifs dans le paysage associatif argentin et plus largement dans la sphère publique argentine.

L’empreinte des associations de victimes de la dernière dictature dans les mouvements sociaux en Argentine

  • 1 Fassin D., Rechtman R., LEmpire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flamm (...)

8Aujourd’hui, plusieurs associations de Mères font partie du paysage associatif argentin : les Mères contre le Paco et pour la vie, l’Association de femmes et de mères qui ouvrent des voies, l’Association des mères de la douleur, à cela s’ajoutent les nombreuses associations de proches de victimes. En Argentine, il manque encore un travail approfondi qui reviendrait sur la généalogie des associations de victimes1 dans ce pays. En effet, la visibilité et le poids des réclamations des associations sur lesquelles porte cet ouvrage semblent laisser entendre qu’il n’y a pas d’antécédents. Il est évident que cet ensemble d’associations de victimes se caractérise par les singularités liées à la disparition forcée de personnes, toutefois, elles se sont créées parce qu’on le leur a suggéré. Y a-t-il eu en Argentine des organisations, des structures, fondées par des victimes qui se sont constituées pour réclamer pour un préjudice subi avant 1976 ? Ce travail permettrait par la suite de mieux mesurer l’impact des associations de victimes de la dictature sur la création de collectifs qui se réclament d’un préjudice ou du préjudice d’un proche dans les années 1980 et surtout 1990 et 2000, car on constate que cette dernière caractéristique semble visiblement inspirée par la singularité argentine du nombre d’organisations de proches de disparus. Cependant, un travail scientifique approfondi déterminerait leur impact réel ou alors permettrait peut-être de trouver dans le cadre de mouvements sociaux antérieurs au coup d’État de 1976 des liens avec des organisations ou des regroupements.

  • 2 Salvi V., De Vencedores a Víctimas, Buenos Aires, Editorial Biblos, 2012.
  • 3 Neveu É., Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2005 (1996), p. 16.

9Enfin, l’ouvrage récent de Valentina Salvi sur « les mémoires militaires à propos du passé récent en Argentine2 » montre que les points de rencontre entre les organisations dépassent les clivages idéologiques. Plus largement, il permet surtout de voir comment des mémoires aussi apparemment opposées que celles des victimes du terrorisme d’État et celles des victimes du « terrorisme subversif » sont finalement liées. Elles s’alimentent l’une et l’autre en créant des cadres qui leur permettent d’intervenir dans la sphère publique argentine. Cependant, pour bien comprendre les dynamiques qui se créent entre ces différentes mémoires et surtout le poids réel de ces organisations, il convient avant tout d’analyser les « arènes3 » dans lesquelles elles interviennent. En nous intéressant à des acteurs aussi emblématiques que les associations de victimes, avec notamment les deux associations de Mères et les Grands-Mères de la place de Mai, nous avons surtout souhaité montrer que la tendance à simplifier l’action et les discours de ces acteurs ne contribue pas à la compréhension d’un processus complexe qui différencie réellement l’Argentine de ses voisins proches, le Chili et l’Uruguay, et d’autres cas de transition vers les régimes démocratiques longtemps perçus comme des « modèles » à l’instar de l’Espagne ou de l’Afrique du Sud. L’Argentine se distingue non seulement par son actualité avec la multiplication des procédures judiciaires à l’encontre de personnes ayant participé à la répression dictatoriale et la « récupération » des centres clandestins de détention, mais aussi parce que ces associations sont toujours des acteurs majeurs de la sphère publique argentine.

10Pour finir, nous souhaiterions évoquer ce qui nous semble être finalement le plus grand défi pour ces associations : le décès de leurs membres. Les Mères des deux associations et les Grands-Mères ont en moyenne 80 ans. Les membres de l’AEDD et ceux d’Herman@s sont certes plus jeunes, mais certains membres emblématiques ne sont déjà plus là. Au sein de Familiares, la moyenne d’âge est proche de celle de ces associations et là aussi elles perdent certains de leurs militants. Cette situation n’est bien entendu pas une particularité des associations argentines, c’est une question qui se pose lorsqu’une organisation défend une cause qui est liée à un préjudice : que se passe-t-il lorsque les victimes ne sont plus là ? Qui reprend le flambeau ? En ce sens, on se reporte bien évidemment sur les plus jeunes générations et donc sur H.I.J.O.S. qui poursuit son action. Lors de notre séjour de terrain, nous avons d’ailleurs appris que des membres faisaient partie de délégations argentines d’associations de défense des droits de l’homme qui voyagent dans le monde pour apporter leur « expertise ». D’autres s’engagent de plus en plus dans les institutions étatiques, telles que les Commissions provinciales pour la mémoire. Ainsi plusieurs membres d’H.I.J.O.S agissent dans le cadre d’institutions publiques ou supra-étatiques.

11Enfin, un autre cas mérite d’être signalé, laissant entendre que l’association des Grands-Mères va perdurer, mais surtout que les enjeux autour du passé dictatorial peuvent évoluer. En effet, les années 2000 placent de plus en plus sur le devant de la scène les « disparus » pour lesquels les réclamations n’ont jamais eu à être dépolitisées : les petits-enfants des Grands-Mères de la place de Mai. Ces « nietos » interviennent tout d’abord dans le cadre des actions des Grands-Mères signifiant que la relève de ces femmes plutôt âgées semble assurée. Par ailleurs, plusieurs de ces enfants de disparus, âgés maintenant d’une trentaine d’années, s’engagent politiquement en devenant députés, sénateurs ou en travaillant pour des institutions étatiques, à l’instar des membres d’H.I.J.O.S, en tant que membres d’une association de victimes ou plutôt qu’« expert ». Alors que pour les associations de victimes créées dans les années 1970 et 1980, le rapport au pouvoir politique a toujours été sujet de tensions, dans le cas de cette deuxième ou troisième génération, cela peut faire débat. Pour ces enfants de disparus, l’État et ses institutions ne constituent pas nécessairement un opposant et ils ne doivent pas nécessairement être en conflit permanent avec le gouvernement. Par ailleurs, il ne s’agit pas non plus de le soutenir sans concessions ou sans nuances. L’État devient un lieu de reconnaissance et d’action.

Notes

1 Fassin D., Rechtman R., LEmpire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, 2007.

2 Salvi V., De Vencedores a Víctimas, Buenos Aires, Editorial Biblos, 2012.

3 Neveu É., Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2005 (1996), p. 16.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540