Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Argentine

 | 
Nadia Tahir

La légitimation des associations de victimes (2003-2007)

Chapitre VI. Une diversité d’associations de victimes au service de la construction de mémoires sur le passé dictatorial

Texte intégral

1Dans son ouvrage No habrá flores en la tumba del pasado, Ludmila Da Silva Catela décrit un regroupement de membres des associations de victimes à La Plata dans le cadre des procès pour la Vérité :

  • 1 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, La Plata, Al Margen, 2001, (...)

« En arrivant devant les escaliers de la Cour fédérale de La Plata, les Mères ont monté les marches et se sont placées tout en haut, au milieu de l’entrée. Derrière elles, les membres d’H.I.J.O.S avec leurs pancartes, placés sur le côté gauche, ceux de Familiares et enfin l’Association des ex-détenus-disparus. Ces quatre groupes se sont partagé la zone centrale. Cependant l’espace était strictement hiérarchisé, les Mères au sommet, les enfants se rapprochent d’elles, mais sont situés un peu plus bas, Familiares se trouvent à un sommet et les ex-détenus-disparus à un autre moins visible. Cette organisation spatiale reproduit la symbolique ou, en d’autres termes, la “légitimité sociale” des groupes et les espaces conquis et acquis1. »

2Ce constat de l’auteure provient de son travail de terrain à La Plata à la fin des années 1990. Si, à cette époque, les différences ne sont pas aussi visibles qu’après l’arrivée de Néstor Kirchner, nous constatons qu’elles étaient déjà présentes. La gestion politique du passé dictatorial de Néstor Kirchner ne fait donc qu’asseoir ou rendre manifeste un état de fait. Il se rapproche des Mères (des deux associations), auxquelles on peut ajouter les Grands-Mères, et laisse les anciens détenus-disparus en bas de l’échelle. Ainsi, l’analyse des débats entre les associations pendant le mandat de Néstor Kirchner permet de comprendre les dynamiques qui se sont instaurées pendant presque trente ans de lutte. La présidence de Kirchner ne représente pas tant une césure, comme semblent vouloir le signaler certains membres des collectifs, voire certains chercheurs, elle ne fait qu’asseoir des différences qui contribuent à la diversité d’un paysage associatif. Le soutien, l’opposition et les hésitations que suscite ce nouveau gouvernement permettent surtout d’affirmer le rôle joué par chacun de ces collectifs dans la lutte pour la « cause des disparus ». En ce sens, ils s’affirment comme des associations de victimes, même si les luttes pour la défense des droits de l’homme constituent toujours un aspect de leurs constructions discursives. Ainsi pour finir cet ouvrage, nous allons nous intéresser à deux événements : la commémoration du 24 mars 2006 et la « disparition » d’un témoin, Jorge Julio López, le 18 septembre 2006. Plus que le récit de ces épisodes, nous allons nous concentrer sur la vision qu’en ont les membres des associations, dans quelle mesure elle est liée à leur rapport au gouvernement de Néstor Kirchner ou à leur propre parcours et en quoi cela permet de comprendre la place de ces associations dans la sphère publique argentine.

Un gouvernement favorable et des différences au grand jour

3Jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Néstor Kirchner, les associations de victimes semblaient se diviser en deux sous-ensembles dans la province de Buenos Aires. D’un côté se trouvaient les MPM avec des revendications parfois très hostiles à celles des autres associations. De l’autre, Familiares, les Mères LF, les Grands-Mères, l’AEDD, H.I.J.O.S et la très récente Herman@s présentent un front relativement uni et agissent régulièrement ensemble. Le 24 mars 2004, tous ces acteurs sont présents à l’ESMA et évoqués dans le discours du président. De victimes dédommagées par l’État sous Carlos Menem, les membres de ces associations deviennent les protagonistes incontestés du devoir de mémoire sur le passé dictatorial de l’Argentine. Les enjeux pour eux ne sont plus les mêmes, il ne s’agit plus de survivre. Face à cette évolution, les différences entre les associations de victimes deviennent désormais publiques. La gestion du passé dictatorial de Néstor Kirchner représente une forme de légitimation des associations dans la société argentine. Si après trente ans de lutte, elles ont trouvé leur place dans le paysage associatif argentin, voire international, jusqu’à présent elles n’avaient jamais été reconnues comme des interlocuteurs privilégiés par un gouvernement. Cependant, toutes les associations ne vont pas le devenir au même titre et, dans ce sens, leur parcours depuis l’époque de la dictature définit leur rang d’actions. Ces différences entre les associations, préexistantes à l’arrivée de Néstor Kirchner, vont s’affirmer dans le cas des MPM et des Grands-Mères d’un côté et de l’AEDD de l’autre et vont placer Familiares, les Mères LF, H.I.J.O.S et Herman@s dans un entre-deux.

Le 24 mars 2006

  • 2 Rosemberg J., Tosi M. C., « Una marcha masiva y con diferencias », La Nación, 2 (...)
  • 3 « Plaza con polémica que siguió ayer », Página 12, 26 mars 2006, p. 6-7.
  • 4 Helfgot M., « La marcha de la Plaza, dividida por una interna entre las Madres y (...)

4« Une manifestation massive mais avec des différences2 », « Une Place et une polémique qui s’est poursuivie hier3 », « La manifestation de la Place, divisée à cause de problèmes internes entre les Mères et la gauche4 », ces gros titres datent tous du 25 mars 2006. Ils traduisent l’atmosphère de ce 24 mars 2006 qui devait être une commémoration particulière puisqu’il s’agissait du trentième anniversaire du coup d’État militaire. À cette occasion, le gouvernement de Néstor Kirchner, qui depuis 2004 participe activement aux commémorations, a fait voter par le parlement la loi instaurant de façon inamovible le 24 mars comme jour férié.

  • 5 Keve C., « El debate entre los organismos por la instauración del feriado », (...)
  • 6 Tagliaferro E., « Una fecha que no se podrá olvidar », Página 12, 15 mars 2006, (...)
  • 7 Keve C., op. cit.
  • 8 Ibid.
  • 9 Gutiérrez A., « El congreso aprobó anoche la ley y el 24 de marzo es feriado na (...)

5Cette action fait apparaître publiquement les premières différences entre les associations. Pour les MPM, cette décision constitue « un outil très utile5 », aucune critique sur sa valeur ou son importance n’est émise. Du côté des Mères LF et des Grands-Mères, elles s’opposent tout d’abord à l’initiative et font parvenir un courrier au président signifiant qu’elles ne souhaitent pas que ce jour soit « férié, [car cela signifie] que c’est un jour de repos et d’amusement6 ». Elles s’opposent à l’idée que ce jour soit parfois déplacé pour que les Argentins bénéficient d’un « pont » et partent en week-end. En réponse à cette inquiétude, les députés établissent que ce jour est inamovible et ne peut donc être déplacé à un vendredi ou un lundi. Cette décision semble calmer les dissensions au sein de ces deux associations, et elles approuvent l’initiative7. Cependant, l’opposition à cette décision ne se limite pas aux Mères LF et aux Grands-Mères. L’AEDD s’y oppose fermement et le fait savoir dans le cadre d’un regroupement d’associations qu’elle a en partie développé à partir de 1996, Encuentro Memoria Verdad y Justicia8. Les collectifs qui constituent ce regroupement estiment que la décision gouvernementale démobilise les Argentins. S’ils ne sont pas actifs le 24 mars, ils ne réfléchiront pas à l’importance de cette journée et les actions du gouvernement en place ou des associations n’auront plus aucune portée. La vision de l’AEDD rejoint les premières inquiétudes des Mères LF et des Grands-Mères, mais surtout tend à montrer que tout ce qui se produit dans l’actualité en Argentine autour du passé dictatorial n’est pas une fin, mais un début. Avant même la commémoration du 24 mars en 2006, les tensions entre les associations de victimes sont visibles dans les médias et par l’ensemble de la société argentine. Elles sont avant tout dues à une décision politique portant sur une question liée à la gestion du passé dictatorial pour laquelle les associations de victimes n’ont pas été consultées9. Alors que la commémoration du 24 mars 2004 était presque exclusivement consacrée à ces acteurs, deux ans plus tard, le gouvernement de Néstor Kirchner et le parlement argentin s’emparent de ce sujet. Toutefois, contrairement aux mandats de Raúl Alfonsín et de Carlos Menem particulièrement, les débats autour des politiques étatiques de gestion du passé dictatorial n’unissent pas les associations de victimes, mais, au contraire, les divisent très clairement.

6Ces différences seront bien plus visibles lors de la commémoration du 24 mars 2006. À cette occasion, une grande manifestation est organisée, comme chaque année.

  • 10 Bleta A., « Hebe de Bonafini en primera fila y una atmósfera de emoción conteni (...)

7Lors de la lecture d’un document sur la place de Mai, des dissensions éclatent. Les MPM, comme à l’habitude, ne manifestent pas aux côtés des autres associations. Qui plus est, lors de l’acte officiel au Colegio Militar, la présidente des MPM, Hebe de Bonafini, est le seul membre d’une association de victimes, et même de défense des droits de l’homme, à être présent10. Les autres associations se retrouvent pour manifester auprès de nombreux autres acteurs sociaux : syndicats, partis politiques de gauche, mouvements étudiants, etc. La manifestation se termine, comme toujours, sur la place de Mai. Une estrade a été installée et un document est lu par des membres des associations, notamment de l’AEDD. Les mots d’ordre étaient :

  • 11 « Las consignas », Página 12, 25 mars 2006, p. 2.

« Procès, châtiment, prison de droit commun, effective et à perpétuité pour tous les génocidaires. Annulation des grâces présidentielles.
Restitution de l’identité des 500 jeunes “apropiados”.
Fin de la répression. Retrait de la gendarmerie de Las Heras et de tous les conflits sociaux. Non à l’impunité d’hier et d’aujourd’hui. Liberté pour tous les prisonniers politiques. Amnistie ou fin des procès des combattants populaires.
Fin des politiques qui produisent de la faim, du chômage et de la pauvreté.
Non au paiement de la dette externe, non à l’ALCA, non aux Traités de Libre Commerce.
Les ricains hors d’Irak et d’Amérique latine. Retrait immédiat des troupes argentines en Haïti11. »

  • 12 Bruschtein L., « Diferencia de Abuelas y Madres », Página 12, 25 mars 2006, p.  (...)

8Parmi ces mots d’ordre, les réclamations liées aux problèmes actuels prévalent sur les questions concernant le passé dictatorial. Le paiement de la dette du FMI ou la présence de prisonniers politiques sont des contestations directement adressées au président Kirchner. Après la lecture du texte, une confusion générale semble se produire et des membres des Grands-Mères et des Mères LF parlent sur l’estrade et signalent apparemment qu’elles ne sont pas d’accord avec le texte. Nous allons revenir sur les différentes interprétations liées à cette scène, toutefois il est très clair qu’au sein de ces collectifs qui ont toujours manifesté ensemble, des différences éclatent au grand jour. On peut clairement identifier d’un côté les Grands-Mères et de l’autre l’AEDD. Entre les deux, les autres associations, contrairement à ce que dit l’AEDD, ne prennent pas aussi clairement position en faveur du gouvernement au même titre que les Grands-Mères. Elles n’ont certes pas signé le document de l’AEDD et des autres organisations, mais leurs déclarations publiées dans la presse du 25 mars 2006 ne sont pas aussi choquées que celles de la présidente des Grands-Mères12. Ainsi, alors que certains disent que le micro a été coupé lorsque la présidente des Mères LF, Marta Vázquez de Ocampo allait intervenir, Nora de Cortiñas, Mères LF, déclare le jour même :

  • 13 Pertot W., « Plaza con una polémica que siguió ayer », Página 12, 26 mars 2006, (...)

« Tout cela n’est pas aussi important que la rumeur a bien voulu le faire croire. Aujourd’hui, Marta Vázquez [de Ocampo] a dit qu’on ne lui a absolument pas coupé le microphone, qu’il ne fonctionnait déjà plus. […] Sur la place, il n’y avait pas de gauche sinistre. Le ministre doit faire attention aux expressions qu’il utilise car il exacerbe les divisions et les malentendus13. »

  • 14 « Contrapunto », La Nación, 26 mars 2006, p. 9.

9Nora de Cortiñas fait référence aux déclarations du ministre de l’Intérieur d’alors, Aníbal Fernández, qui accuse « la gauche sinistre » d’avoir voulu « prendre pour des idiots les personnes qui ont souffert de cette douleur pendant trente ans et l’ont supportée avec un courage hors du commun14 ». Il salue le courage des Mères LF et des Grands-Mères pour ne pas s’être fait happer par des secteurs politiques. Si les Mères LF semblent ne pas vouloir alimenter la polémique, ni dans un sens ni dans l’autre, les Grands-Mères prennent plus clairement position. Estela Barnes de Carlotto, présidente de ces dernières, déclare :

  • 15 Ibid.

« Je me suis sentie abusée et je me suis beaucoup fâchée. Il n’y a pas encore d’apprentissage démocratique. J’ai été indignée qu’on utilise cet acte empli de tant de douleur pour une question de politique partisane15. »

10Le lendemain, elle ajoute :

  • 16 « El polvorín de la memoria », Página 12, 27 mars de 2006, p. 5.

« Tout cela n’est pas agréable du tout. Il y a des gens qui sont très ultra, qui viennent pour lâcher leur rage avec un discours très agressif et finissent par faire une utilisation politique de la douleur16. »

  • 17 Tosi M. C., « Crece la polémica por el acto en la Plaza », La Nación, 26 mars 2 (...)

11Pour elle, le 24 mars est une journée de douleur. La commémoration du coup d’État rappelle aux proches de disparus, aux survivants et à la société argentine dans son ensemble le début du calvaire qu’a représenté la dictature. Il ne s’agit plus d’un événement qui engage la reprise des bannières de la lutte des disparus, comme dans les années 1990. Les Grands-Mères prennent ouvertement leur distance avec les discours qui prévalaient jusqu’à présent. Dans tous les articles de Clarín, Página 12 et La Nación publiés deux ou trois jours après le 24 mars 2006, les associations de victimes font étalage de leurs différences, et les propos ne sont pas toujours modérés. Adriana Calvo, de l’AEDD, déclare ainsi : « C’est une infamie de dire qu’ils ne connaissaient pas le document17. »

12Tout comme le rapport au gouvernement de Raúl Alfonsín avait contribué à la scission des Mères, la relation avec le gouvernement de Néstor Kirchner provoque de graves dissensions entre les associations de victimes. Si la suite des politiques étatiques sur la gestion du passé dictatorial avait finalement conduit les associations à agir régulièrement ensemble, la mise en place de politiques favorables à leurs réclamations creuse les différences. Pour certaines, la division est consommée.

Que s’est-il passé le 24 mars 2006 ?

  • 18 Entretien avec TR, membre des Grands-Mères, 8 novembre 2006.

13La réponse vague d’un membre des Grands-Mères, TR, à cette question est très significative : « Nous ne soutenions pas ce texte [lu le 24 mars]. Mais, en fait, je ne m’en souviens plus, il s’est passé tant de choses depuis le 24 mars18. » D’un côté, elle ne se souvient plus exactement de ce qui s’est passé, de l’autre elle se rappelle que les Grands-Mères n’étaient pas d’accord et l’ont signalé comme elles l’ont toujours fait. Lors de l’entretien, le texte n’est pas évoqué, ni sa lecture, ni le problème de micro, ni les reproches contre l’action du gouvernement de Néstor Kirchner. Pour elle, il s’agit d’un incident qui n’a pas vraiment de portée plusieurs mois après les faits.

14Si l’on s’intéresse maintenant à la version de BO, membre de l’AEDD, le 24 mars 2006 n’est pas un événement lointain et certainement pas anodin :

  • 19 Entretien avec BO, membre de l’AEDD, 15 décembre 2006.

« Non, ça c’était de la provocation, c’était une provocation, car… Bien sûr, dans l’espace Mémoire, Vérité et Justice, cette année, certains groupes de droits de l’homme comme les Mères Ligne Fondatrice, les Grands-mères et H.I.J.O.S n’ont pas participé, collaboré, car cet espace a une vision critique face au gouvernement et à sa politique des droits de l’homme19. »

15La réponse de BO est très précise. Il indique tout d’abord que si les Mères LF et les Grands-Mères n’ont pas voulu participer à l’acte commun, c’est parce qu’il était prévu qu’il critique l’action du gouvernement, plus particulièrement sa politique de défense des droits de l’homme. Contrairement à ce qui est dit dans la presse, il ne s’agit pas d’une critique de l’ensemble de l’action du gouvernement. Si l’on s’en tient aux consignes évoquées ci-dessus, on constate que les reproches tournent autour de droits comme celui de la liberté avec la référence à des prisonniers politiques, mais aussi aux violations des droits économiques sociaux et culturels lorsque la « faim », « le chômage » et la « pauvreté » sont cités. BO remarque aussi que « cette année », ces associations n’ont pas voulu participer, insinuant qu’elles l’ont fait précédemment. Cette marche du 24 mars 2006 est un point d’inflexion dans la mesure où pour la première fois les associations de victimes, autres que les MPM, n’arrivent pas à laisser leurs différences de côté pour la date emblématique du 24 mars. Dans la suite de sa réponse, BO revient sur le moment précis où les Mères LF et les Grands-Mères ont déclaré ne pas avoir signé le document. Il soulève plusieurs problèmes dans l’intervention des Mères LF et des Grands-Mères : des sympathisants du parti au pouvoir se sont installés très tôt dans la journée pour « provoquer » les membres du collectif chargés de l’organisation de ce 24 mars et le fait que le collectif ait donné l’occasion aux associations qui n’étaient pas d’accord avec le texte d’en lire un autre. Ces dernières n’ont pas répondu à cette proposition. Par ailleurs, BO indique que s’il a été proposé aux Mères LF et aux Grands-Mères de monter sur la scène, c’était avant tout pour des questions de sécurité, pour que ces femmes d’un certain âge ne soient pas bousculées par la foule. Enfin, si les Mères LF et les Grands-Mères ont parlé, c’est parce qu’elles y ont été encouragées par les sympathisants du gouvernement situés devant l’estrade. Pour BO, ces associations de proches devaient recevoir le même traitement que toutes les autres associations du collectif organisateur : ne pas intervenir à titre personnel. Le texte approuvé collectivement devait suffire. Pour BO, ce qui s’est produit ce jour-là a signifié une division :

  • 20 Ibid.

« D’un côté, Mères, Grands-mères, H.I.J.O.S, Familiares qui sont très clairement en faveur du gouvernement et de l’autre un groupe d’organisations comme l’AEDD, la Liga, le Mouvement œcuménique pour les droits de l’homme parmi les professionnels des droits de l’homme et Liberpueblo, et d’autres organisations, nous avons tous une vision, un regard différent sur le gouvernement, et une politique différente face au gouvernement. Alors, et bien, cela a produit une division20. »

  • 21 Ibid.

16Les différences entre les associations de victimes ont toujours été présentes. En dehors de ce qui particularise très nettement les MPM des autres associations de victimes, on peut voir que, dès l’apparition des associations pendant la dictature, elles se sont distinguées dans leur mode d’action, leurs formes de déclarations et leur organisation. Elles se retrouvaient cependant à deux moments de l’année, le 24 mars et en décembre pour la marche de la Résistance. Elles ont fait évoluer leurs discours dans le même sens pour se maintenir dans l’espace public argentin tant que les politiques étatiques étaient contraires à leurs revendications. Avec la satisfaction de certaines de ces dernières et les changements à la tête de l’État, les différences explosent. Dans la liste énumérée par BO, les Mères ne sont pas différenciées. On peut estimer qu’il parle des deux associations, puisque les MPM soutiennent l’action du gouvernement de Néstor Kirchner. Il y aurait d’un côté les associations de proches de disparus et de l’autre celle des anciens détenus-disparus, l’AEDD, accompagnée d’un large spectre d’organisations politiques et sociales argentines. D’après BO, les associations de proches ne se contentent pas de soutenir le gouvernement. Elles ont été « cooptées21 », elles agissent dans le cadre de ce gouvernement. La définition du mot « coopter » en espagnol et en français semble avoir évolué. Initialement, la « cooptation » renvoie au cadre fermé d’une « assemblée » qui nommerait en interne un nouveau membre. Dans la remarque de BO, la « cooptation » semble s’appliquer au cadre plus large d’un gouvernement qui inclurait des acteurs sociaux, comme les associations de victimes, en son sein. Cela impliquerait que des membres des associations – d’après lui, les Mères (les deux), les Grands-Mères, Familiares et H.I.J.O.S – font non seulement partie de la classe politique argentine, mais collaborent aussi directement avec le gouvernement de Néstor Kirchner. Nous pensons que la déclaration de BO ne va pas exactement dans ce sens. Lorsqu’il parle de « cooptation », il semble surtout mettre en avant le fait que ces associations soutiennent inconditionnellement le gouvernement de Néstor Kirchner. On peut même clairement supposer que, selon lui, elles ont cédé sur certains de leurs principes et qu’elles se sont « vendues » au gouvernement. Elles ont ainsi perdu leur indépendance. D’après lui, ce soutien sans critiques s’affiche clairement dans les manifestations du 24 mars 2006, cependant un autre événement permet de nuancer cette affirmation.

La « disparition » de Jorge Julio López

17Lors de notre premier séjour de terrain, un membre de l’AEDD, Jorge Julio López, a été enlevé. Il est, pour certains acteurs, « le premier disparu de la démocratie ». Tout au long de notre séjour, jusqu’en janvier 2007, nous avons assisté à de nombreuses manifestations pour l’« Apparition en vie » de Jorge Julio López. Elles ont d’abord eu lieu peu après sa disparition, le 18 septembre 2006, puis tous les 18 du mois. Nous avons aussi pu suivre dans les médias le traitement de cette information et surtout la confusion qui régnait autour de ce fait. Jorge Julio López, presque 8 ans après les faits, reste introuvable et l’enquête des autorités compétentes n’a pas vraiment avancé depuis les premières pistes envisagées. En évoquant sa « disparition » dans le cadre de notre travail, nous ne souhaitons pas reconstituer les faits. L’objectif est de constater dans quelle mesure elle influence les discours des associations de victimes. La plupart de nos entretiens ont eu lieu entre novembre 2006 et janvier 2007, alors que la disparition de Jorge Julio López était très récente. Son évocation, ou non, dans nos entretiens nous semble très révélatrice des relations qu’entretiennent les associations avec le gouvernement de Néstor Kirchner, mais aussi entre elles.

La confusion des premiers mois

  • 22 Miguel Osvaldo Etchecolatz était membre de la police de la province de Buenos A (...)
  • 23 Pertot W., « Delitos cometidos en el marco de un genocidio », Página 12, 20 sep (...)
  • 24 Ruchansky E., « Relato de sufrimiento », Página 12, 23 septembre 2006, p. 2.

18Jorge Julio López est un maçon de 77 ans lorsqu’il témoigne au procès de Miguel Etchecolatz22. Né en 1929, il est enlevé pendant la dictature le 21 octobre 1976 et libéré le 25 juin 1979. Il était militant de Montoneros et son action était surtout centrée sur le travail avec les ouvriers de son quartier. Âgé de 47 ans lorsqu’il est enlevé, il était connu sous le nom de « El viejo López » (le vieux López) dans les centres clandestins par lesquels il est passé. Après sa sortie, il ne milite plus et ne témoigne pas. Ce n’est qu’en 1998 qu’il contacte l’AEDD. Adriana Calvo de Laborde raconte qu’il s’engage progressivement dans l’association. Elle signale qu’en 1999, il accepte pour la première fois de témoigner, mais dans le cadre de l’association face à des personnes qui ont été dans les mêmes centres clandestins que lui. Par la suite, il accepte de témoigner dans le cadre des procès pour la Vérité à La Plata et de se porter partie civile dans la procédure judiciaire contre Miguel Etchecolatz. Alors que la plainte est déposée en 1999, elle n’aboutit finalement qu’après l’annulation des lois de Point final et d’Obéissance due. Ce procès ne satisfait pas l’AEDD dans la mesure où une seule personne est poursuivie pour six cas. Toutefois, la procédure étant initiée, les membres de l’association décident de « faire avec » et d’informer les médias de ce cas. Ils proposent aussi aux membres des autres associations de victimes et celles de défense des droits de l’homme de collaborer. Ainsi, l’avocat engagé est financé par plusieurs associations, dont font partie H.I.J.O.S, La Plata et la Liga. Par ailleurs, les autres associations de victimes de la ville soutiennent l’action en assistant massivement aux audiences. Le procès commence le 2 juin 2006. La sentence est prononcée le 19 septembre 2006, Miguel Etchecolatz est condamné à la prison à perpétuité23. Jorge Julio López « disparaît » la veille de la sentence, alors qu’il avait déjà témoigné. Dans son témoignage, il désigne très clairement Miguel Etchecolatz comme responsable de la mort de deux autres détenus-disparus. Il était un témoin-clef24.

  • 25 Meyer A., « Una búsqueda que despierta fantasmas », Página 12, 23 septembre 200 (...)
  • 26 Ruchansky E., « Una semana buscando a López », Página 12, 25 septembre 2006, [h (...)
  • 27 « Marchas en La Plata por la aparición del testigo », La Nación, 22 septembre 2 (...)

19Pendant les jours qui suivent sa disparition, les théories esquissées sont très diverses. Tout d’abord, la famille de Jorge Julio López déclare : « Il est perdu ou caché avec quelqu’un, et nous pensons que pour une raison quelconque, il est fâché ou il prétend se protéger de quelque chose, mais nous ignorons quoi25. » Sa famille ne parle pas d’enlèvement dans cette déclaration publiée le 23 septembre 2006. L’hypothèse du stress lié à ses déclarations pendant le procès est évoquée. López est une personne qui a attendu plusieurs années avant de témoigner et de raconter ce qui lui était arrivé. Comme le précise Adriana Calvo de Laborde, López est passé par un processus personnel qui lui aurait permis d’intégrer ce qu’il avait vécu26. Pour l’AEDD et ses membres, la théorie de l’enlèvement est la seule possible et ce dès le début. Le 18 au soir, ils organisent une manifestation à laquelle participent des Mères LF de Buenos Aires et des Mères de la ville de La Plata. Nilda Eloy, membre de l’AEDD et témoin au même procès que J. J. López convoque à la manifestation. Ses déclarations ne laissent pas planer de doute, pour l’AEDD et d’autres organisations qui l’accompagnent : Jorge Julio López a été enlevé. Les coupables sont, selon Adriana Calvo de Laborde et les membres de l’AEDD, issus des « niches qu’il y a dans la police de la province de Buenos Aires27 ». L’association estime que l’action provient de personnes encore en poste au sein de la police. Cette théorie implique que les « épurations » entamées au tout début du gouvernement de Néstor Kirchner n’ont pas suffi ou n’ont pas eu lieu au sein de toutes les forces de sécurité et rappelle les dénonciations de la violence policière par toutes les associations de victimes et de défense des droits de l’homme.

  • 28 « Darán recompensa por datos sobre un testigo que declaró contra Etchecolatz », (...)
  • 29 Meyer A., « Esto no es una desaparición cualquiera », Página 12, 26 s (...)

20Face à ces versions très contradictoires, l’affaire est d’abord gérée par les autorités locales, la province de Buenos Aires, mais par la suite, le gouvernement argentin intervient aussi. La première initiative du gouvernement de la province est la publication d’une récompense pour toute information susceptible d’aider les recherches28. Quelques jours plus tard, le 22 septembre, la récompense est multipliée par quatre. Alors que les premiers jours, le gouverneur de la province de Buenos Aires, Felipe Solá, précise qu’aucune piste n’est écartée, le 26 septembre 2006, il envisage très sérieusement la théorie d’un enlèvement : « Il s’agit du premier disparu depuis les années du terrorisme d’État […]. [L’objectif est] d’intimider les futurs témoins et d’empêcher leur participation à d’autres procès29… »

  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid.
  • 32 Meyer A., « Dos meses de búsqueda sin resultado », Página 12, 17 novembre 2006, (...)
  • 33 Rosemberg J., « Masivo reclamo por el testigo López », La Nación, 7 octobre 200 (...)

21Il ne déclare pas que cet enlèvement peut être le fait de membres de la police de la province de Buenos Aires, mais il lie directement sa disparition au procès de Miguel Etchecolatz30. Parallèlement, il revient sur les effectifs de la police qui étaient en service pendant la dictature, sans les lier directement à l’enlèvement de Jorge Julio López. Le gouverneur oscille entre aller dans le sens des associations telles que l’AEDD qui parlent de « disparition » et impliquer la responsabilité directe de fonctionnaires. Il le qualifie de « premier disparu depuis l’époque du terrorisme d’État », ce qui est plutôt étrange. En effet, la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées définit ce crime comme un crime commis par l’État ou des personnes qui se réclament de son autorité. L’enlèvement de Jorge Julio López est-il lié à une action du gouvernement en place ? Si l’on estime, comme les membres de l’AEDD, que son enlèvement est dû à l’absence d’action du gouvernement pour réformer les forces de sécurité et pour protéger les témoins comme Jorge Julio López, on peut alors envisager de parler de « disparition » comme le font certains membres des associations. Dans le cas du gouverneur Solá, cette déclaration est plus incongrue puisqu’elle implique une responsabilité de sa part et de celle du gouvernement national. C’est en tout cas ce qu’implique l’évocation très rapide de la création d’un « Programme de vigilance et d’attention aux témoins exposés », par le biais de la signature d’un décret entre le ministre de l’Intérieur du gouvernement national, Aníbal Fernández, et le ministre de la Sécurité de la province de Buenos Aires, León Arslanián. Cette initiative, annoncée le 22 septembre 2006, laisse entendre que les témoins ne sont pas assez protégés et que l’État a une part de responsabilité. Cependant, le 23 septembre, le ministre de l’Intérieur, Aníbal Fernández déclare qu’il y a « des versions […] contradictoires31 ». La déclaration de Felipe Solá n’est ainsi pas reprise par les autorités nationales qui semblent clairement mesurer l’importance du terme « disparition » et ses implications pour le gouvernement. Dans les mois qui suivent, les déclarations de cet ordre se multiplient. Bien que le gouvernement admette de plus en plus que ce soit un enlèvement lié au témoignage de Jorge Julio López dans le procès contre Miguel Etchecolatz, il fait toujours planer le doute. Ainsi, Eduardo Luis Duhalde, secrétaire d’État aux droits de l’homme déclare le 17 novembre 2006 que « l’absence de tout indice ou de piste ne permet d’écarter aucune hypothèse ; tout le champ de possibilités est intact, comme au premier jour32 ». L’ambivalence des déclarations des membres du gouvernement place les associations de victimes qui le soutiennent dans une situation peu confortable. Lors d’une grande manifestation le 6 octobre 2006, les Grands-Mères, Familiares et les Mères LF s’alignent sur la théorie de son enlèvement par des secteurs proches de Miguel Etchecolatz, et éventuellement de la police, mais excluent toute implication du gouvernement. Ainsi, en réponse aux dires de Felipe Solá à propos du « premier disparu de la démocratie », Estela Barnes de Carlotto déclare : « Aujourd’hui, il n’y a pas de disparus comme ceux du terrorisme d’État ; il n’y a que des restes de cette mafia, des résidus dont il faut se débarrasser33. »

  • 34 Dandan A., « No paramos en dictadura y menos ahora », Página 12, 26 novembre 20 (...)

22Dans un entretien accordé au quotidien Página 12 du 26 novembre 2006, Estela Barnes de Carlotto revient longuement sur la disparition de Jorge Julio López. Si elle met clairement ce fait en relation avec les procès et la volonté de certains secteurs d’effrayer les témoins ou les membres des associations de victimes et de défense des droits de l’homme, elle ne mentionne jamais la responsabilité du gouvernement. Alors qu’elle évoque le fait que les clefs de Jorge Julio López aient récemment été laissées devant la porte de son domicile, elle utilise à nouveau le mot « mafia » ou « mafioso ». Elle évoque d’autres cas de menaces. La responsabilité est celle des kidnappeurs. L’État, même s’il s’agit juste de signaler qu’il n’a pas su protéger les témoins, ne joue aucun rôle34.

23Le cas d’Hebe de Bonafini, présidente des MPM, est encore plus singulier. Alors que la présidente des Grands-Mères semble jongler entre les responsabilités, pour les MPM, la victime, Jorge Julio López, doit être elle aussi remise en question. Suite à un entretien avec le président Kirchner, elle déclare :

  • 35 Agencias DyT et Télam, « Bonafini sembró dudas sobre López », La Nación, (...)

« Pour nous, il ne s’agit pas d’un disparu classique, nous ne le voyons pas comme un disparu comme ceux dont on a souffert pendant la dictature […]. [Pour] nous, López n’était pas un militant […]. Il n’a pas été un témoin clef comme le disent certains, il était simplement un témoin de plus […], il a un frère policier […], ce qui nous a interpellé, c’est que la recherche a eu lieu aux mêmes endroits que ceux où la Triple A et la police de la province de Buenos Aires ont jeté leurs morts […] Ce qui s’est passé est une grande opération pour montrer au monde que l’impunité perdure en Argentine et cela a été fait contre ce président qui est celui qui a le plus fait en matière de droits de l’homme dans ce pays35. »

24Elle estime que si l’enlèvement a bien eu lieu, il ne cherche pas à effrayer les témoins, mais le président et son action en faveur de la défense des droits de l’homme. Elle laisse même planer le doute sur une possible participation de Jorge Julio López aux faits. La suspicion à l’égard du survivant ne provient pas cette fois d’une société plongée dans les discours diffusés par la dictature. Ces déclarations ont été fortement critiquées par des membres des autres associations de victimes36. La « disparition » de Jorge Julio López semble creuser la division entre les associations soutenant le gouvernement de Néstor Kirchner et celles qui tout en saluant certaines de ces actions le critiquent. Cependant, certaines remarques lors de nos entretiens nous amènent à penser qu’elle a au contraire fait évoluer la vision des associations sur leur rapport au gouvernement.

Kirchner après (pendant) López dans les déclarations des associations

25Dans l’entretien qu’il nous a accordé, TP, membre d’H.I.J.O.S Zona Oeste, en référence à l’action du gouvernement de Néstor Kirchner, dit :

  • 37 Entretien avec TP, membre d’H.I.J.OS Zona Oeste, le 24 janvier 2007.

« Alors, il y a des gens qui voient ça, qui sont surtout des gestes symboliques jusqu’à maintenant, ils ne se traduisent pas par des faits concrets comme les militaires en prison, ils n’ont mis que les petits chefs. Et… il y a des organisations qui te disent, “ça c’est le printemps des droits de l’homme”. Peut-être pas maintenant, mais oui il y a deux ou trois mois, avant ce qui est arrivé à López, il y avait des gens qui le disaient… […] Comme Estela Carlotto qui est allée donner des conférences en Espagne, en France. […] Et là-bas, dans sa déclaration, elle a dit “nous vivons le printemps des droits de l’homme” […]. Et maintenant, on est en train de voir que non seulement ça n’est pas le printemps des droits de l’homme, mais que c’est un séisme contre la lutte des organisations37. »

  • 38 Sosa R., « Argentina vive una primavera en los derechos humanos », El País, 8 m (...)

26D’une part, il insiste sur son désaccord avec les dires de la présidente des Grands-Mères38. De l’autre, il souligne le fait que certains membres des associations de défense des droits de l’homme et de celles de victimes pouvaient déclarer certaines choses avant la « disparition » de Jorge Julio López et d’autres par la suite.

27Ainsi, PVE, membre des MPM n’en parle pas, n’y fait pas référence tout au long de l’entretien. Elle met en avant l’importance de l’action du président et estime que ce dernier, ou son parti, sera à nouveau à la tête du pouvoir après les élections d’octobre 2007.

  • 39 Entretien avec RB, membre des Grands-Mères de la place de Mai, 15 novembre 2006

28Pour les Grands-Mères, RB, elle, n’évoque pas le cas de Jorge Julio López, mais elle est moins confiante que PVE à propos des élections d’octobre 2007. Elle évoque des gens qui ont « beaucoup d’argent », ce qui rappelle les déclarations d’Estela Barnes de Carlotto à propos d’une « mafia39 ». À ce propos, il est très significatif de constater que le journal des Grands-Mères attend le numéro de mars 2007 pour mentionner le cas de Jorge Julio López. Dans l’éditorial, les Grands-Mères écrivent :

  • 40 Abuelas de plaza de Mayo, éditorial, « Por Julio López », Diario de las Abuelas de Plaza (...)

« Le jour de la sentence, l’agitation, les larmes, les embrassades et les réactions diverses nous ont empêché de remarquer l’absence de López. Et cela fait cinq mois qu’il est absent. Sans explication rationnelle, sans sens ou motif à cela dans les premiers jours. De nombreuses conjectures se sont diluées face à une terrible réalité. López n’est jamais retourné chez lui. […] Nous ne savons pas encore qui sont les auteurs, mais nous pouvons l’imaginer. Ce que nous savons par contre avec une certitude absolue, c’est que nous continuerons à réclamer l’apparition en vie de López. Ce que nous savons, c’est que si cette action criminelle de la “mafia” a voulu imposer la peur, elle n’a pas réussi40. »

29Elles parlent d’« absence » et non de « disparition », même si elles demandent l’« apparition en vie de López », mais surtout, elles accusent la « mafia ». L’État, le gouvernement ni aucun autre acteur institutionnel n’est évoqué.

30Les membres des associations de victimes s’exprimant sur le cas de Jorge Julio López appartiennent à H.I.J.O.S, Herman@s, l’AEDD et Familiares. Pour cette dernière association, VPR, ancien prisonnier politique, l’analyse en ces termes :

  • 41 Entretien avec VPR, membre de Familiares, le 20 décembre 2006.

« VPR : Je ne crois pas me tromper, j’espère que je ne me trompe pas, je pense que López est en vie, et que c’est une manière… pour ces groupes du terrorisme d’État de faire pression sur le gouvernement.
[…] Maintenant voilà. C’est comme si on ne voulait pas dissoudre les veilles structures du terrorisme d’État. Elles sont intactes, elles sont intactes et elles continuent de faire pression et elles sont là. Alors, il faut changer tout ça. Bien, ça c’est mon opinion, et dès qu’on me pose la question, je dis cela41. »

  • 42 Ruchansky E., « Aparición con vida ya, a 30 años no podemos esperar », Página 12, (...)

31Le cas de VPR est singulier puisqu’il a été prisonnier politique. Il a vécu les mêmes souffrances que les survivants des centres clandestins et s’identifie plus facilement à une personne comme Jorge Julio López. Il précise tout de même qu’il a fait part de son opinion aux autres membres de l’association. Familiares, tout comme les Mères LF, n’ont pas fait de déclarations aussi tranchées que celles des présidentes des MPM ou des Grands-Mères. Des membres de ces associations étaient présents dès les premières manifestations aux côtés de l’AEDD42. Lors des manifestations auxquelles nous avons assisté pour demander l’« apparition en vie » de Jorge Julio López, nous avons toujours vu des Mères LF et des membres de Familiares. Cette position se confirme dans le numéro du 18 septembre 2007 du journal Página 12, un an après la « disparition » de Jorge Julio López, avec une déclaration de Nora de Cortiñas, membre des Mères LF :

  • 43 Ranzani O., Valenzuela A., « Sospechas sobre los conocidos de siempre », Página (...)

« Tout d’abord, il y a une grande inquiétude parce qu’on ne sait rien de López. Nous voyons que nous n’avons pas été informés de tout ce qui a été fait par l’État pour le retrouver. Nous savons par d’autres sources que des informations ont été apportées dès les premiers jours et qu’elles auraient pu servir à le retrouver, savoir quelque chose et qu’on a perdu du temps. Toute la force disponible n’a pas été utilisée. En plus, que maintenant apparaisse cette terrible proposition de récompenses, cela nous fait mal, car cela semble être irréel, nous ne sommes pas dans le Far West. Des groupes de recherche de civils auraient pu être formés pour ne pas envoyer la police de la province le chercher, les personnes mêmes qui ont été condamnées par son témoignage, ceux qui sont encore syndiqués comme la police répressive, les envoyer chercher López quand celui qui a été condamné avec son témoignage est un personnage qui justement appartient à cette police. Il y avait d’autres voies, mais pas celle-là. Toutes les recherches se faisaient alors que les personnes étaient prévenues, toutes les preuves étaient perdues. Le gouvernement a fait trop peu aux yeux du peuple. On aurait pu faire bien plus. Nous continuons à demander l’apparition en vie de López, maintenant, comme nous le faisons pour la vérité, la justice et la mémoire, comme nous le faisons pour nos enfants détenus disparus43. »

32En doutant des informations qui circulent, Nora de Cortiñas implique explicitement une responsabilité du gouvernement. À un mois des élections présidentielles, on constate que les Mères LF ne soutiennent pas nécessairement le gouvernement de Néstor Kirchner, du moins pas comme semblent le faire les Grands-Mères ou les MPM.

33Dans le cas de l’AEDD, les déclarations vont clairement à l’encontre du gouvernement. Dans la lignée des premières déclarations faites à la presse le jour même de la « disparition » de Jorge Julio López, JV dit :

  • 44 Entretien avec JV, membre de l’AEDD, le 21 décembre 2006.

« Non, non. Je pense que le discours ne correspond pas à la pratique. Il me semble que ce gouvernement a fait… symboliquement, des pas importants, d’un point de vue discursif, […] [par exemple] la chaîne d’État, Canal 7 a diffusé de nombreuses émissions, cela a été une décision, chose [que le gouvernement ne fait] pas maintenant avec la question de Julio López44. »

34Le cas de Jorge Julio López révèle que l’ensemble du travail du gouvernement ne se traduit pas nécessairement par des actes concrets selon ces organisations. L’AEDD estime toujours que le président ne va pas assez loin. Cette remarque nous renvoie à celle déjà citée de TP, membre d’H.I.J.O.S Zona Oeste. Cette dernière nous intéresse d’autant plus que BO estime qu’H.I.J.O.S, au même titre que les Mères et les Grands-Mères, a refusé de critiquer l’action du gouvernement lors des événements du 24 mars 2006. PE, membre d’H.I.J.O.S Capital, développe les dires de TP :

  • 45 Entretien avec PE, membre d’H.I.J.O.S Capital, le 22 décembre 2006.

« Je ne sais pas si la société est à la hauteur de la circonstance, je pense que non, pour donner une réponse en tant que société, face à un fait aussi grave, comme le fait qu’un type disparaisse, avec une couverture ambiguë de la part des médias et de certains secteurs du gouvernement en prétendant que López est perdu… et cela a généré une ambiguïté, non ? Et même, ce qu’il y a de pervers dans tout ça, je crois que ça redouble le discours qu’il y a eu à un moment sur la disparition, que les personnes étaient perdues, ou qu’elles étaient en Europe. Ce n’est pas vrai, quand on savait depuis le début qu’il avait été enlevé, et je crois que d’un point de vue social, cela n’a pas aidé et au contraire cela a laissé entendre que c’est naturel que le type ne réapparaisse pas, qu’on ne parle d’autre chose qu’après trois mois, non ? Aujourd’hui, on le cherche comme une personne enlevée, mais il a été recherché comme personne perdue45. »

35Les ambiguïtés autour du cas de Jorge Julio López sont d’autant plus dangereuses qu’elles rappellent des discours de la dictature. Nous ignorons ce qu’aurait dit PE si notre entretien avait eu lieu avant la « disparition » de Jorge Julio López, le parallèle qu’il établit nous semble toutefois très significatif. La gestion du cas de Jorge Julio López par le gouvernement conduit à relativiser l’ensemble de son action en faveur des revendications des associations de victimes. En cela, une remarque de FR, membre d’Herman@s, renvoie à une vision très pragmatique du rapport au gouvernement :

  • 46 Entretien avec FR, membre d’Herman@s, le 6 décembre 2006.

« Il y a un double message là-dedans […], les organisations de défense des droits de l’homme respectent beaucoup Kirchner, par exemple, en ce moment elles estiment qu’il a toujours fait, qu’il a fait en sorte, par exemple, que les organisations se rapprochent beaucoup de lui, il a travaillé avec les lois d’Obéissance due, de Point final, mais si on regarde l’histoire de Kirchner, Kirchner n’a jamais défendu les droits de l’homme quand il était gouverneur de Santa Cruz. […] Alors, ils sont nombreux à dire, pourquoi est-ce qu’il s’intéresse aux droits de l’homme ? Pour être plus populaire ? Je ne sais pas, je pense que d’une certaine façon nous nous laissons utiliser et eux aussi se laissent utiliser. Disons que c’est d’un commun accord46. »

36Ceci dit, FR admet qu’il milite dans l’opposition au kirchnérisme, mais explique aussi que la gestion du passé dictatorial est maintenant un élément fondamental dans la politique du gouvernement. Le constat de FR est en fait le reflet d’une situation qui existait avant l’arrivée de Néstor Kirchner : les associations de victimes sont loin de constituer un ensemble homogène.

Des différences bien installées

37Si les consignes des associations de victimes sont souvent les mêmes, nous avons pu observer à plusieurs reprises que les termes utilisés étaient différents et que les attentes l’étaient aussi. Par ailleurs, les collectifs ont des modes d’action qui parfois se recoupent ou auxquels adhèrent l’ensemble des organisations. Les polémiques autour du 24 mars 2006 et de la « disparition » de Jorge Julio López permettent de constater que les MPM et les Grands-Mères ont manifestement choisi le camp du président. Cependant, pour bien comprendre pourquoi ces deux collectifs se distinguent autant des autres, il faut s’intéresser à certains modes d’action qu’ils ont développés et qui, dans les années 2000, prennent de l’ampleur et accroissent leur visibilité. Par ailleurs, nous verrons comment le rôle de l’AEDD change et s’affirme.

Les MPM : un nouvel acteur politique ?

  • 47 Asociación madres de plaza de Mayo, première page, Periódico de las M (...)

38En avril 2000, les MPM annoncent dans leur journal la naissance de l’université des Mères de la place de Mai47. PVE, membre des MPM, revient sur ce projet :

  • 48 Entretien avec PVE, membre de l’Association mères de la place de Mai, le 5 déce (...)

« Cette volonté d’avancer des Mères, ce parcours, cette volonté d’avoir autant de choses provient de deux facteurs fondamentaux. Le premier est lié au fait que nous considérons que la meilleure façon de revendiquer l’action de nos enfants, c’est d’agir. C’est-à-dire la mémoire fertile, mais en travaillant48. »

39L’université se crée, pour les MPM, dans une logique de poursuite de l’action de leurs enfants. PVE raconte ensuite que, dans cette optique, un groupe de jeunes gens est venu les voir pour leur proposer de commencer par créer un centre culturel. À la naissance de ce dernier, rapidement, d’autres personnes proposent de mettre en place des séminaires. PVE précise que c’est toujours à l’initiative de personnes de leur entourage que tout cela se met en place. Le centre culturel les amène à déménager puisque petit à petit le succès de l’entreprise rend le local des MPM trop petit. Puis, un jour :

  • 49 Ibid.

« Alors, un jour, Hebe, lors d’une réunion, car nous nous réunissons tous les mardis, Hebe nous dit, “Mères, que pensez-vous de créer une université ?” […] elle a commencé à nous raconter et puis, comme nous sommes vraiment folles, finalement nous lui avons dit oui. “D’accord, vas-y.” Et nous nous sommes engagées dans l’université49. »

40Les MPM sont, tout d’abord, choquées par la proposition d’Hebe de Bonafini dans la mesure où elles-mêmes n’ont pas fait d’études. Elles pensent qu’elles vont être chargées des enseignements. Cette remarque nous rappelle que si l’ensemble des Mères (des deux associations) sont majoritairement des femmes au foyer lorsque leurs enfants disparaissent, les quelques Mères possédant une formation universitaire ou un emploi sont pour la plupart membres des Mères LF. Nous pensons notamment à Chela Mignone, Laura Conte ou Laura Bonaparte. Les MPM sont des mères au foyer. Toutefois comme le précise PVE, ce sont elles qui dirigent la commission qui s’occupe d’établir, ou de suivre, l’orientation générale des enseignements, afin que les cours concordent avec les consignes et les orientations politiques des MPM. On peut l’observer sur le site Internet de l’Université populaire des Mères de la place de Mai. Ainsi, les formations proposées s’intitulent : Capitalisme et droits de l’homme, Coopérativisme, Économie politique et sociale, Journalisme d’investigation, Psychologie sociale, Psychodrame. Ces formations ne sont pas « officielles » dans le sens où le diplôme n’est pas reconnu par l’État. C’est le cas en revanche d’autres formations : Droit, Histoire et Travail social. PVE nous a précisé qu’il y avait au début quatre formations et qu’aucune n’était reconnue par l’État, mais que, par la suite, avec la création de la formation Travail social, cette idée a été considérée et acceptée, non sans difficultés :

  • 50 Ibid.

« Alors à ce moment-là… nous avons eu là aussi de nombreuses discussions avec de nombreuses personnes qui ne voulaient pas, qui voulaient continuer comme ça, mais avec certaines formations ça n’était pas possible. Ainsi, les choses commencent d’une façon, le temps les fait évoluer, et les circonstances t’amènent à t’adapter aux besoins pour obtenir plus. Tout est comme ça, avec les Mères tout est comme ça, tout pour obtenir plus50. »

41Cette remarque est d’autant plus intéressante que dans leurs consignes et dans la plupart de leurs discours, au travers de la personnalité de leur présidente, les MPM ne sont pas réputées pour transiger ou accepter de se plier à certaines règles. Cette situation peut s’expliquer par le contexte, avec l’arrivée de Néstor Kirchner au pouvoir, et la position qu’adopte l’association vis-à-vis du nouveau président. De même, PVE parle de débats, de personnes qui ne sont pas d’accord. Elle ne précise pas s’il s’agit de Mères ou d’intervenants extérieurs. Les MPM se veulent un bloc pour faire face à toutes les critiques. D’une certaine manière, cette université fait entrer les MPM dans le rang. Pour la première fois, elles collaborent avec des institutions officielles. Contrairement aux autres associations de victimes qui, malgré leur opposition à Alfonsín ou Menem, ont toujours tenté de travailler dans un cadre officiel (avec la BNDG, la Conadi, les réparations économiques ou la demande permanente de justice), les MPM n’ont jamais signé, jusqu’à présent, une quelconque forme d’accord. S’il s’agit, comme elles l’affirment, de poursuivre la lutte de leurs enfants et de mettre en pratique leurs idéaux, elles le font maintenant dans un cadre officiel avec un président qui leur semble reprendre le flambeau de leurs enfants.

42Parallèlement à l’université, les MPM fondent une maison d’édition et une radio, « La Voz de las Madres ». Cette dernière veut être : « La voix de la rébellion, la voix de l’espérance, la voix de la résistance51. » Elle se veut la « première [radio] de gauche52 ». La directrice en est Hebe de Bonafini et aucune autre mère ne participe à l’équipe éditoriale de la radio. Hebe de Bonafini dirige un programme hebdomadaire « Pariendo sueños » (accoucher de rêves) dans lequel elle aborde librement tous les sujets : questions liées à l’actualité ou goûts personnels. Elle reçoit des invités qu’elle interviewe. Nous avons eu l’occasion d’écouter quelques émissions, l’une d’entre elles nous semble particulièrement intéressante. Le 10 janvier, elle reçoit Luis Gérez, maçon de la province de Buenos Aires et militant kirchnériste. Enlevé pendant la dictature dans la ville d’Escobar, il a notamment été victime du commissaire Luis Patti à cette époque. Témoin dans le procès de ce dernier, il est à nouveau enlevé le 28 décembre 2006. Après 48 heures d’intenses recherches et surtout de forte pression médiatique et politique, Luis Gerez est relâché par ses ravisseurs53. Dans l’interview pour son émission du 8 janvier 2007, Hebe de Bonafini commence par lui demander :

  • 54 Programme de Hebe de Bonafini, « Pariendo sueños », du 8 janvier 2007.

« HdB : Tu crois que ta liberté a été décidée avant ou après les discours du président… ?
LG : Je crois que c’est avant. Mais, ce n’est pas un hasard. Je crois que ça a été envisagé parce qu’il y a eu une grande pression, une pression médiatique, la pression que vous avez exercée, le soutien du gouvernement, de la province et de la Nation…
HdB : Et la question, la question de… tu ne crois pas qu’ils ont senti que tout était très proche, que tous les militaires te cherchaient, les forces de sécurité, les violations de domicile, tout cela a exercé une pression, non ? Ou tout ça tu ne l’as pas ressenti, toi ?
LG : Non, je ne l’ai pas ressenti, mais je crois qu’ils ont senti la pression, la pression de tout le peuple. Je ne crois pas que cela ait été un hasard. Il n’y a aucune raison pour vouloir m’enfermer ou m’arrêter pour… je n’ai pas le vice du jeu, je n’ai pas le vice de la drogue, je…
HdB : Mais tu as le vice d’arrêter Patti, tu ne crois pas que c’est déjà un vice suffisant54 ? »

43Dans ce début d’émission, on constate deux choses. Tout d’abord Hebe de Bonafini tente de démontrer que c’est avant tout l’intervention du président de la République qui a permis la libération de Luis Gerez. Par ailleurs, elle salue le fait que Luis Gerez dénonce, légalement, auprès de la justice, ce dont il a souffert pendant la dictature. Dans ce dernier cas, Hebe de Bonafini soutient une action en justice, alors que les MPM ont toujours affirmé qu’elles ne voulaient rien savoir des tribunaux. Ainsi, PVE, nous signale :

  • 55 Entretien avec PVE, membre de l’Association mères de la place de Mai, le 5 déce (...)

« Ce n’est que maintenant, avec cet homme, Kirchner, c’est pour cela que nous les Mères, cela nous le reconnaissons, rien que pour cela nous sommes très reconnaissantes au président Kirchner, car Kirchner a pris le taureau par les cornes, il a annulé les lois, condamné et appelé l’assassin par son nom. [Maintenant] les procès peuvent conduire à une condamnation55. »

  • 56 Ibid.

44Elle estime que ce n’est qu’avec ce président que la question judiciaire peut avancer. Mais par la suite, lorsque nous lui demandons ce que les Mères pensent des procédures judiciaires dans les années 1990 ou au début des années 2000, elle nous répond : « Non, le judiciaire, nous ça ne nous intéresse pas, dans la rue, toujours dans la rue56. » La remarque d’Hebe de Bonafini face à Luis Gerez renvoie aux contradictions auxquelles sont confrontées les MPM avec l’arrivée de Néstor Kirchner : elles soutiennent le président pour tout. Ainsi, alors que Luis Gerez, pourtant militant d’un parti proche du président, explique que sa libération est due au soutien de l’ensemble de la population, Hebe de Bonafini souhaite d’abord démontrer que l’intervention du président a été décisive. Alors que la gestion de ce dernier dans le cas de Jorge Julio López est très critiquée, avec ce nouveau cas d’enlèvement de témoin, les MPM veulent prouver que le président agit.

  • 57 Site Internet de la maison d’édition de l’Association des mères de la place de (...)

45La maison d’édition des MPM édite des ouvrages sur les MPM et leur histoire, mais aussi « des essais, des études scientifiques, des documents conceptuels à partir de différentes disciplines en sciences sociales, la santé mentale, l’art, les sciences politiques et économiques et leur articulation avec l’exercice du respect aux droits de l’homme57 ». L’objectif de la maison d’édition est décrit ainsi :

  • 58 Ibid.

« Elle promeut, à partir de la lecture, un avenir constitué d’actions de résistance, de projets et de rêves des mouvements populaires en Amérique latine et dans le monde. Elle encourage à emprunter des chemins de liberté et d’indépendance en mettant en relief, dans toute sa puissance, la voix des hommes et des femmes qui ont créé tout au long de notre histoire. La vitalité, la lutte des 30 000 révolutionnaires sont sources de transformation devenues la base des actions des Mères de la Place de Mai58. »

46Toujours dans la continuité des luttes des 30 000 disparus, il s’agit de diffuser leurs idéaux et ceux des MPM qui ont travaillé dans leur sillage. Ce nouvel outil de diffusion contribue au même titre que l’université et la radio à diffuser les discours et les idées des MPM. On constate que si ces éléments sont destinés à tous, ils s’adressent plus particulièrement à la jeune génération. L’idée est d’assurer une relève à la lutte des MPM qui sont des femmes de plus en plus âgées. Même si elles restent présentes et qu’elles coordonnent une partie des activités pour que ces dernières se fassent dans la continuité de leur lutte, elles sont de plus en plus entourées au quotidien. Le soutien d’acteurs extérieurs est maintenant permanent. Le personnel qui dirige et gère l’université, la radio et les éditions est composé d’experts, de professionnels au service d’une cause, celle des MPM. Celle-ci se définit comme étant « de gauche », « socialiste » ; des figures comme Fidel Castro, Hugo Chávez ou Evo Morales sont très présentes. C’est aussi le cas pour les autres associations de défense des droits de l’homme qui marquent régulièrement leur soutien à ces hommes politiques et à leur action dans leur pays et dans le monde. Cependant, lorsque ces mêmes outils sont utilisés pour défendre les politiques du président Kirchner, dans quelle mesure peut-on parler d’intervention directe dans la politique argentine ? Fortes de leurs actions depuis plus de trente ans, elles sont des acteurs réputés du paysage social argentin. Le fait qu’elles travaillent directement aux côtés d’institutions étatiques apporte une certaine image aux projets ou aux discours qu’elles soutiennent. Les MPM se veulent des acteurs à part entière dans le jeu politique national et cela est manifeste lorsqu’elles soutiennent directement Cristina Fernández de Kirchner lors des élections présidentielles d’octobre 2007. C’est la première fois qu’elles s’affichent avec un parti politique depuis leur création :

  • 59 De Bonafini H., éditorial, « Las elecciones y buena memoria », Periódico de las Madres, (...)

« Nous n’avions jamais soutenu un gouvernement, mais celui-ci est différent. L’unité latino-américaine est en marche et nous devons la construire ensemble. “Protestation avec proposition” et “l’autre, c’est moi” sont nos axiomes59. »

47Elles transigent, jouent le jeu politique. Les MPM soutiennent tout d’abord le président pour ses politiques relatives à la gestion du passé dictatorial, même si cela s’oppose à leur refus des hommages et des procédures judiciaires. À cela, elles ajoutent des réflexions sur les politiques économiques et sociales du gouvernement. Cet élément est d’autant plus important qu’il signifie que les outils de l’association, l’université, la radio, la maison d’édition, ne sont pas uniquement utilisés pour développer des discours sur le passé dictatorial, mais bien sur des questions actuelles. Contrairement aux autres associations de victimes qui, lorsqu’elles publient, le font sur leur association ou leurs revendications par rapport au passé dictatorial, les MPM parlent des réalités contemporaines de l’Argentine. Elles peuvent donc influer sur le débat politique argentin et devenir des acteurs politiques à part entière.

  • 60 C’est pour pouvoir se lancer dans ce projet de construction d’habitat, « Sueños (...)
  • 61 Entretien avec PVE, membre de l’Association mères de la place de Mai, le 5 déce (...)
  • 62 Hauser I., Kollman R., « Hebe acusó a los hermanos Schoklender », Página 12, 14 (...)
  • 63 « Denunció Schoklender a Bonafini y a otros funcionarios », La Nación, 9 septem (...)
  • 64 Veiras N., « Vamos a pagar todas las deudas que haya que pagar », Página 12, 7  (...)
  • 65 Les deux frères ont été par la suite arrêtés et ils vont être jugés. La procédu (...)
  • 66 Deux cas sont particulièrement connus : le « caso Skanska » en 2005 et celui de (...)

48Le dernier projet des MPM dont nous souhaitons parler est la construction de logements sociaux dans des zones défavorisées, particulièrement dans la province de Buenos Aires. Il s’agit d’un accord entre la Fondation des MPM60 qui se charge de ce projet et le gouvernement de la province de Buenos Aires61. S’il s’inscrit dans la continuité des discours des MPM affirmant s’engager aux côtés des plus démunis, il s’agit aussi d’un engagement encore plus direct avec un gouvernement. À l’heure où nous finissons de rédiger cet ouvrage, un scandale impliquant les gestionnaires du projet pour la fondation des MPM, les frères Sergio et Pablo Schoklender62, peut confirmer certaines des théories évoquées ci-dessus dans un sens ou dans un autre. Accusés de détournement de fonds, les deux frères déclarent qu’une partie des sommes détournées ont bénéficié à la campagne de la présidente Cristina Fernández de Kirchner63. Pour se défendre de ces accusations, les MPM, et surtout la présidente Hebe de Bonafini, qui a introduit les deux frères au sein de l’association, précise que le détournement de fonds n’a profité qu’aux deux frères et que les MPM ignoraient tout64. L’enquête en cours et les multiples opinions qui circulent depuis qu’a éclaté l’affaire en juin 2011 ne nous permettent pas d’établir des théories sur ce qui s’est produit. Toutefois, l’évocation de cette situation tend à montrer que lorsque les MPM ont cessé de tout contrôler et ont dû céder des prérogatives à des intervenants extérieurs, à cause de l’ampleur de leurs activités, elles ont pris le risque de laisser le nom de leur association et ce qu’il représente pour la société argentine dans les mains de ces derniers. L’implication de la fondation des MPM met en relation les Mères avec des mots tels que « corruption » et « détournements de fonds », problèmes endémiques en Amérique latine qu’elles n’ont cessé de dénoncer, notamment pendant le gouvernement de Carlos Menem. Sans en connaître tous les tenants et les aboutissants65, il nous semble que cette affaire fait plus de mal aux MPM qu’au gouvernement de Cristina Fernández de Kirchner qui a connu d’autres scandales de corruption66. Quoi qu’il advienne, cette histoire ne fera pas perdre aux MPM, et on pourrait même dire aux Mères en général, leur statut dans la société argentine, mais nous estimons que leur légitimité tient plutôt de leur action pendant la dictature que par leurs entreprises de ces dix ou vingt dernières années. En se rapprochant de cette association, le gouvernement de Néstor Kirchner s’allie avant tout à un symbole de la résistance à la dictature en Argentine.

Les Grands-Mères sur le devant de la scène

  • 67 Site Internet de l’association Abuelas de plaza de Mayo, [http://www.abuelas.org.ar/], (...)
  • 68 Spot publicitaire « Letras », disponible sur le site Internet de l’association (...)

49Si le travail des Grands-Mères de la place de Mai a tout de suite reçu un grand soutien, tant en Argentine qu’à l’étranger, leur parcours public est très différent de celui des MPM. L’évolution de la visibilité des Grands-Mères dans l’espace public argentin a été progressive. Le fait que tous les gouvernements leur aient accordé des outils pour leur lutte leur a permis d’avancer dans la récupération d’enfants enlevés pendant la dictature. Parallèlement, elles s’engagent dans des causes pour les droits des enfants, mais leur action se centre tout particulièrement sur la récupération des enfants « apropiados ». Les campagnes des Grands-Mères, pendant la dictature et dans les années 1980, se sont axées sur l’obtention d’un soutien de la part de la population argentine. À partir de la seconde moitié des années 1990, les choses changent. Leurs campagnes ne s’adressent plus seulement à la société argentine ou à l’État, elles sont directement orientées vers les enfants « apropiados ». Ces jeunes gens nés entre 1975 et 1980 dans les centres clandestins de détention, ou enlevés avec leur parents, ont entre 15 et 20 ans à la fin des années 1990. Ils sont plus susceptibles d’aller d’eux-mêmes faire des analyses de sang si, comme le disent les Grands-Mères dans leurs campagnes : « Tu doutes de ton identité » ou « Tu doutes de tes origines67. » Elles invitent tous les jeunes gens qui pensent ne pas être les enfants biologiques de leur parent à se présenter soit auprès de l’association, soit auprès des institutions étatiques, la BNDG ou la Conadi, pour tenter d’en savoir plus. En 2002, lors d’une campagne publicitaire à la télévision, l’association s’adresse directement aux enfants : « Si tu crois que tu es un enfant de disparu ou si tu doutes de ton identité, contacte les Grands-mères de la Place de Mai68. »

  • 69 Tatiana Ruarte Britos et sa sœur Laura Jotar Britos sont les premiers enfants « (...)
  • 70 Spot publicitaire « Tatiana », disponible sur le site Internet de l’association (...)
  • 71 Spot publicitaire « Cochecito », disponible sur le site de l’association Abuela (...)

50Ce spot « Letras » (« Lettres ») est accompagné d’autres spots publicitaires allant dans le même sens. La même année, un autre spot publicitaire met pour la première fois en scène une petite-fille récupérée pendant la dictature, Tatiana69. Elle explique qu’elle « connaît [son nom] parce que les Grands-mères l’ont retrouvée ». À la fin de la publicité qui dure 21 secondes, elles concluent « Nous te cherchons70 ». D’une part, il y a une recherche qui doit devenir active de la part de l’enfant enlevé qui est maintenant un adolescent, voire un adulte, d’autre part, les Grands-Mères ne sont pas passives et montrent qu’elles recherchent toujours cet enfant. Ainsi, un autre spot montre une poussette vide, et une voix de femme précise que bien qu’il n’entre plus dans « [sa] petite poussette », elle « continue de [le] chercher71 ». Elles veulent insister sur le fait que l’enfant qu’elles recherchent est désiré, attendu, aimé. Après la médiatisation du cas des jumeaux Reggiardo Tolosa dans les années 1990 et surtout les témoignages d’enfants à la télévision déclarant qu’ils souhaitaient vivre avec les personnes qui les avaient élevés et qui avaient donc participé à leur enlèvement, les Grands-Mères doivent montrer qu’on ne peut douter de leurs actions. La recherche et la « restitution » de ces enfants/adultes est non seulement une question légale, liée à la justice, mais aussi humaine. Les campagnes des années 2000 des Grands-Mères ne reviennent jamais sur le crime commis directement. Elles ne tentent pas de le dénoncer clairement, d’expliquer à la population argentine que ces enfants sont victimes d’un crime commis en collaboration ou directement avec les personnes qui les élèvent. Elles en appellent au sentiment profond de l’enfant/adulte.

  • 72 Entretien TR, membre des Grands-Mères, 8 novembre 2006.

51Tout d’abord, comme nous l’a dit TR, cela a obligé l’association des Grands-Mères à créer un nouveau groupe de travail appelé « Presentación espontánea » (« Présentation spontanée »)72. Ce groupe reçoit les appels et les visites des personnes qui pensent avoir été enlevées pendant la dictature et qui souhaitent entamer des démarches pour en savoir plus. Le nombre de demandes a été tel dans les années 2000, probablement suite aux campagnes publicitaires, qu’il a fallu consacrer une partie du travail à l’orientation de ces personnes. En effet, toutes les personnes ne sont pas des enfants « apropiados ». Certaines sont des enfants adoptés qui sont alors réorientés vers les services compétents. D’autres sont effectivement des enfants « apropiados », mais le processus est long. Chaque enfant enlevé réagit différemment, certains veulent savoir au plus vite s’ils sont des enfants de disparus. D’autres au contraire contactent les Grands-Mères une première fois mais tardent ensuite à lancer les procédures. Enfin, dans un dernier cas, des personnes ne souhaitent pas savoir, mais alors c’est généralement le travail de recherche qui permet de les retrouver. Le processus peut alors être nettement plus compliqué.

  • 73 La telenovela Montecristo a été diffusée sur la chaîne de télévision (...)
  • 74 Russo S., « ¿ Es increíble Montecristo ? », Página 12, 25 octobre 2006, [http:/ (...)
  • 75 Orssaud G., « Montrecristo, un amor, una venganza : échos d’un travail de justi (...)
  • 76 Notons que dans un spot publicitaire des Grands-Mères, « Nietos », ce sont les (...)

52Enfin, bien que les Grands-Mères aient toujours été visibles dans l’espace public argentin, les campagnes publicitaires avec la portée de la télévision leur permettent d’insister sur le fait que même si ces enfants ont grandi, leur lutte se poursuit et se traduit par des « résultats ». Le spot publicitaire qui met en scène Tatiana montre que leur action a des retombées positives. La dernière scène du spot « El Aplauso », lorsque les Grands-Mères sont accompagnées par des enfants « récupérés », va dans le même sens. Dans ce dernier spot, la voix off n’est pas celle d’une femme, c’est-à-dire n’est pas celle d’une Grand-Mère, mais il s’agit de celle d’un jeune homme. Ce dernier représente très vraisemblablement un enfant « récupéré ». Contrairement au cas des frères Reggiardo Tolosa qui laissait entendre qu’il fallait laisser ces enfants tranquilles, qu’ils n’étaient pas malheureux avec leurs parents « adoptifs », la présence physique des petits-enfants montre que le fait que les Grands-Mères les aient retrouvés a été positif pour eux et pas seulement pour les Grands-Mères et les familles biologiques. Ce changement de discours des Grands-Mères s’intensifie en 2006, lorsqu’un feuilleton télévisé place la question des enfants « apropiados » au centre de la trame narrative de la série. Cette telenovela s’appelle Montecristo73. Elle est diffusée à partir du mois d’avril 2006 jusqu’à la fin de cette même année sur une chaîne de télévision privée Telefé74. Dans une telenovela, les drames et les passions sont exacerbés à travers des recours techniques de mise en scène et d’un jeu d’acteurs qui tentent de faire croire à des histoires très souvent invraisemblables. L’utilisation d’une réalité historique n’est pas une nouveauté dans ce cadre, cependant la particularité de ce cas est que le feuilleton télévisé sert à sensibiliser la population au cas des enfants « apropiados ». Des scènes de Montecristo se déroulent dans les locaux des Grands-Mères, lorsque des personnages de la telenovela tentent de savoir s’ils sont des enfants « apropiados ». Ainsi, les Grands-Mères participent directement à la production de la telenovela en tant que consultantes et l’utilisent pour diffuser des informations sur leurs recherches75. Après les spots publicitaires, qu’elles continuent de développer76, ce nouvel outil augmente la visibilité de leur action. Les Grands-Mères s’installent dans la sphère publique argentine comme des références dans la lutte contre les crimes de la dictature. Elles font connaître leur travail, ses objectifs et ses conséquences, ce qui donne là aussi de la visibilité aux résolutions judiciaires liées à l’enlèvement d’enfants.

  • 77 Teatro por la identidad (Théâtre pour l’identité) est la première initiative créée par de (...)
  • 78 Música por la identidad (Musique pour l’identité) et Humor por la identidad (Hu (...)
  • 79 Entretien avec TR, membre des Grands-Mères, 8 novembre 2006.
  • 80 Juan Cabandié est né à l’ESMA alors que sa mère y était détenue. Il a ensuite é (...)
  • 81 Victoria Donda est née à l’ESMA alors que sa mère y était détenue. Elle a ensui (...)

53Toutefois, ces actions ne sont pas menées directement par les Grands-Mères. Comme aux débuts de l’association, elles supervisent les actions, mais elles sont entourées d’une équipe d’experts dans chacune des branches qui a trait à la diffusion de leur action. Ainsi, des artistes de tout bord les soutiennent avec notamment la création du Teatro por la identidad77, Música por la identidad, Humor por la identidad78, etc. Toutes ces manifestations contribuent là aussi au travail des Grands-Mères. Un des éléments les plus significatifs de l’organisation récente des Grands-Mères est la participation des petits-enfants « récupérés » au travail de l’association. TR nous l’a confirmé79, mais nous avons aussi pu l’observer lors de nos visites au siège de l’association à Buenos Aires et dans la ville de Córdoba. La relève des Grands-Mères semble assurée. Contrairement aux MPM, ce ne sont pas que des acteurs extérieurs qui sympathisent pour leur cause et s’engagent à leurs côtés, ce sont avant tout les personnes qui sont au cœur de leur travail. On peut imaginer que l’implication émotionnelle n’est pas la même et qu’il y a une volonté de poursuivre l’action des Grands-Mères pour retrouver des enfants « apropiados » pendant la dictature. L’implication des petits-enfants peut même sortir du cadre de l’association, puisqu’en décembre 2007, deux enfants « récupérés », membres de l’association, ont pris leur fonction au sein d’institutions officielles. Juan Cabandié80 est devenu législateur de la province de Buenos Aires et Victoria Donda81, députée du parlement argentin. Cabandié est membre du parti de Néstor Kirchner, le Frente para la Victoria, Victoria Donda est membre du collectif Libres del Sur qui s’est allié au parti de la présidente Cristina Fernández de Kirchner et de son mari pour les élections de 2007. Dans une interview au quotidien Página 12 en janvier 2008, ils répondent tous les deux à la question suivante :

  • 82 Ginzberg V., « Nietos legisladores », Página 12, 6 janvier 2008, [http://www.pa (...)

« Q : Que signifie pour vous le fait que deux personnes qui sont nées à l’ESMA assument des charges législatives ?
Victoria Donda : Il me semble que c’est le produit de la lutte de ces dernières années de démocratie. Je ne pense pas que ce soit aléatoire et je ne pense même pas que ce soit seulement une décision politique de ce gouvernement. Cela a à voir avec une avancée dans le débat qui a lieu au sein de la société, une empreinte qu’ont laissée les associations de défense des droits de l’homme dans leur lutte pour récupérer la mémoire, la vérité et la justice.
Juan Cabandié : Je pense la même chose. Je crois que c’est la synthèse d’une décision politique de l’État, marquée par les quatre ans du gouvernement de Néstor Kirchner, en accord avec une société civile organisée, dans ce cas, les associations de défense des droits de l’homme. La combinaison des deux choses a permis que le débat soit en faveur du soutien des drapeaux que les Mères et les Grands-mères ont brandis et qui sont en rapport avec la lutte pour la mémoire, la vérité et la justice82. »

  • 83 Une autre figure importante pour les Grands-Mères est Remo Carlotto, le fils de (...)
  • 84 Sur le site de partage en ligne, Youtube, on peut trouver une déclaration de la (...)

54Ils sont le résultat d’une association entre le travail des Mères et des Grands-Mères d’un côté et celui du gouvernement de Néstor Kirchner de l’autre. La présence de ces deux petits-enfants qui s’identifient avant tout comme tels situe l’action des Grands-Mères au-delà du niveau d’une simple association de défense des droits de l’homme. Elles peuvent maintenant se prévaloir de soutiens de première ligne au sein d’institutions étatiques83. À la fin du mandat de Néstor Kirchner, la légitimité de la lutte des Grands-Mères et ses répercussions en font des acteurs de premier plan sur les questions liées au passé dictatorial argentin. Leurs interventions concernant d’autres questions liées à l’actualité politique et économique du pays sont plus rares. Nous estimons qu’elles évitent ainsi de faire face aux critiques que suscitent les interventions d’Hebe de Bonafini. Cependant, en montrant leur soutien direct à Néstor Kirchner et à son épouse lors de la campagne présidentielle de 200784, l’association tend à valider l’ensemble des actions du gouvernement.

La « meilleure génération » et l’AEDD

55Dans un texte publié dans leur revue Tantas voces… Tantas vidas en mai 2003, les membres de l’AEDD écrivent :

  • 85 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, « El rol de los detenidos-desaparecid (...)

« Des disparus sont apparus en vie. Dans un premier temps, leur apparition a placé le mouvement des droits de l’homme, intégré significativement par des proches de disparus – des mères, des pères, des grands-mères, des frères et sœurs, des épouses, des enfants –, dans une situation complexe. Surtout parce que l’“apparu” n’était pas “leur” disparu. Complexité qui, avec le temps, a été étendue à d’autres cadres sociaux, politiques et culturels.
[…] Le monopole de la douleur et de la lutte qui s’exprime dans de nombreuses directions est une autre manifestation de ce qui est noté. En plaçant les associations d’“afectados” (en ne situant dans cet ensemble que les associations de proches de disparus) comme l’emblème de la lutte contre la dictature et l’impunité, on arrive à ignorer des luttes antérieures et contemporaines. Une Mère de la Place de Mai a interpellé un survivant lors d’une manifestation du 24 mars de la manière suivante : “Cette place, c’est nous qui l’avons gagnée, où étiez-vous en 1977 ?”85. »

56Ils entendent répondre à un texte publié par l’APDH La Plata qui, selon eux, omet l’importance des témoignages des membres de l’AEDD dans les procès pour la Vérité et dans la décision du juge Cavallo de déclarer l’inconstitutionnalité des lois de Point final et d’Obéissance due en 2003. Cette remarque est lancée par l’AEDD avant l’élection de Néstor Kirchner. Ce n’est pas la première fois que l’AEDD, dans l’une de ses publications, souhaite souligner la singularité du cas des survivants et l’importance de leur témoignage pour faire avancer les procédures judiciaires. Cependant, dans ce texte, les membres de l’association reprochent directement aux autres associations de victimes de les exclure, de ne pas les mettre sur un pied d’égalité dans la lutte pour la demande de « procès et châtiments pour tous les coupables ». L’AEDD ne semble plus vouloir rester en retrait. Cela était déjà le cas avec l’organisation des manifestations du 24 mars pour lesquelles l’association s’impliquait de plus en plus. Toutefois jusqu’à présent, la reconnaissance de leur rôle de témoin était apparemment suffisante pour que les différences n’éclatent pas au grand jour. Avec le document de l’APDH La Plata, l’AEDD a le sentiment d’être lésée : on ne tient pas compte de la raison fondamentale pour laquelle elle s’est créée, le témoignage.

  • 86 Entretien avec BO, membre de l’AEDD, le 15 décembre 2006.

57Dans ce texte, les membres de l’AEDD expliquent ce qu’ils estiment être un état de fait depuis la fin de la dictature et même depuis leur disparition : s’ils ont été libérés « por algo será » (« c’est pour une bonne raison »). Si l’évolution de la figure du disparu depuis la dictature ne fait plus planer de culpabilité sur ce dernier, le fait que certains aient été libérés et d’autres non pose toujours problème. Bien que des travaux scientifiques aient reconnu le côté arbitraire des libérations, le doute continue de planer. Par ailleurs, la reconnaissance des luttes des années 1970 ne se fait que pour les disparus. Constamment, dans de multiples ouvrages, déclarations, entretiens, les Mères (des deux associations) et les Grands-Mères insistent sur le fait que c’est « la meilleure génération » qui a été éliminée. Ce point de vue nous a toujours paru curieux dans la mesure où, s’il est vrai que les disparus appartenaient à une génération exceptionnelle qui voulait changer le monde, pourquoi n’inclut-on pas les survivants des centres clandestins dans cette « génération » ? Nous avons posé la question à BO, membre de l’AEDD, lors de notre entretien. Il répond longuement et sa réponse est intéressante à plusieurs égards. Tout d’abord, il ne répond pas directement. Il ne donne pas son opinion sur le fait que les Mères et les Grands-Mères, tout particulièrement, établissent une différence entre la lutte des disparus et celle des survivants. Il n’est pas tant gêné par le fait qu’on les exclut que par la valeur qui est accordée à l’engagement politique des disparus. Il place les survivants dans le même ensemble que celui des disparus : des personnes, des jeunes gens, qui dans un contexte international et national de changement s’engagent vers un autre projet de société. Ensuite, il donne une justification à l’absence de militantisme massif comme celui qu’il y aurait eu dans les années 1960 et 1970. Il veut non seulement nuancer la qualification que les Mères et les Grands-Mères font de l’action des disparus, mais il cherche aussi, peut-être, à excuser la nouvelle génération, celle qui a grandi après la dictature. Cette dernière n’a pas évolué dans le même contexte politique et social, elle ne peut donc pas puiser dans les mêmes ressources ou les mêmes inspirations que les jeunes des années 1970 et 1980. Dans cette seconde remarque, on peut apprécier la différence générationnelle entre des associations comme les Mères et les Grands-Mères d’un côté et l’AEDD de l’autre. Ces derniers ont l’âge d’être les parents de cette nouvelle génération qui, dans les années 2000, a entre 20 et 30 ans, ou un peu moins. Les Mères et les Grands-Mères se situent bien au-dessus. Plus il y a une différence de génération, plus on est enclin à critiquer ce que fait la « jeunesse ». BO semble ne pas vouloir accabler ceux qui pourraient et devraient assurer la relève. Ainsi, il reconnaît que les jeunes s’engagent à nouveau, même s’ils le font dans des partis de droite qui n’ont pas forcément son assentiment. Il salue le fait qu’ils s’engagent, car pour lui, l’une des traces les plus importantes qu’ait laissée la dictature est la fin de la solidarité dans les liens sociaux86.

58Une autre remarque de BO, directement en relation avec ce qui a été écrit dans le document publié en 2003, a trait à la façon dont se définissent les associations. Quand nous nous sommes approchés pour la première fois d’un membre de l’AEDD, nous avons précisé que nous souhaitions rencontrer un membre de l’association pour parler de l’évolution de leur travail. La femme à laquelle nous nous sommes adressée était un peu méfiante et nous a demandé quel était l’objet de notre recherche. Nous avons répondu : « les associations d’afectados ». La personne a tout de suite répondu que l’AEDD n’était pas une association d’afectados. Nous avons raconté cette anecdote à BO :

  • 87 Ibid.

« BO : Parce que la dénomination ne nous semble pas correcte, parce que s’il y a une association d’“afectados”, c’est nous, c’est nous qui avons été affectés. Ceux qui s’auto-désignent “afectados”, ce sont les proches, mais en réalité ceux qui ont été affectés ce sont leurs proches et les enfants qui ont disparu. Mais, il ne nous semble pas… nous sommes des ex-détenus-disparus, nous avons été enlevés et nous en parlons en ces termes.
NT : Et le mot victime ?
BO : Oui, mais, en vérité aussi, nous avons été victimes de la politique de la dictature, mais, je ne sais pas, nous n’aimons pas non plus ce terme87. »

59Il est vrai que les membres des autres associations étudiées utilisent plus volontiers le terme d’« afectados » pour se définir. Toutefois, si l’AEDD n’utilise ni ce terme ni celui de victime, il est clair pour l’association que leur situation et celle des enfants « apropiados » sont bien différentes de celle des proches de disparus. Par ailleurs, le fait qu’ils se rapprochent de plus en plus d’un spectre large d’organisations politiques et sociales de la province de Buenos Aires est un signe qu’ils souhaitent faire évoluer leur rôle dans l’espace social argentin. Avec des moyens réduits, ils ciblent leurs actions. Ils travaillent principalement à la mise en place des procédures contre les agents de la répression avec l’organisation des témoignages. Cela les maintient dans le rôle premier pour lequel s’est fondée l’association. Cependant, la volonté de réunir le plus de collectifs possibles le 24 mars renvoie à leur propre action dans les années 1960 et 1970. Comme nous l’a dit JV, membre de l’AEDD, âgée d’une trentaine d’années au moment de notre entretien, pour expliquer les raisons qui l’ont incitée à collaborer avec l’association :

  • 88 Entretien avec JV, membre de l’AEDD, le 21 décembre 2006.

« Je m’identifie à eux. […] Dans le sens où, voyons, ils ont été, voyons… c’est difficile… à expliquer. Eux, les ex-détenus-disparus ont été les sujets, les plus directs, pour le dire d’une manière, je n’aime pas classer en victimes directes ou indirectes ou quoi que ce soit… je reste en retrait par rapport à ce débat, je n’aime pas faire des catégories. Mais bon, ils ont été le sujet, disons, le plus direct de victimisation et d’extermination surtout, de la répression et de l’extermination. Ils l’ont été pour quelque chose, ils l’ont été parce qu’ils ont lutté pour quelque chose de différent, ils continuent à le faire, mais non… ils ont été… ils ont été ceux qui ont proposé un pays différent à cette époque […]. Je sens que cette lutte qu’ils ont menée, eux et ceux qui ne sont plus là, n’est toujours pas finie88. »

60En militant dans l’association, JV a la sensation que les projets et l’idéologie des militants des années 1970, aujourd’hui des survivants, peuvent être menés à bien. Les associations de victimes se retrouvent dans les lignes les plus importantes de leurs actions, mais chacune agit avec ses moyens et surtout en fonction du rôle qu’elle s’est assignée et qu’on lui a assigné depuis sa création. Cette sorte de répartition des tâches bénéficie donc aux réclamations autour du passé dictatorial, mais surtout implique le partage d’un espace dans lequel plusieurs récits coïncident et/ou s’opposent.

Notes

1 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, La Plata, Al Margen, 2001, p. 168.

2 Rosemberg J., Tosi M. C., « Una marcha masiva y con diferencias », La Nación, 25 mars 2006, p. 12.

3 « Plaza con polémica que siguió ayer », Página 12, 26 mars 2006, p. 6-7.

4 Helfgot M., « La marcha de la Plaza, dividida por una interna entre las Madres y la izquierda », Clarín, 25 mars 2006, [http://old.clarin.com/diario/2006/03/25/elpais/p-00801.htm], consulté le 20 février 2014.

5 Keve C., « El debate entre los organismos por la instauración del feriado », Página 12, 15 mars 2006, p. 2.

6 Tagliaferro E., « Una fecha que no se podrá olvidar », Página 12, 15 mars 2006, p. 2.

7 Keve C., op. cit.

8 Ibid.

9 Gutiérrez A., « El congreso aprobó anoche la ley y el 24 de marzo es feriado nacional », Clarín, 16 mars 2006, p. 10.

10 Bleta A., « Hebe de Bonafini en primera fila y una atmósfera de emoción contenida », Clarín, 25 mars 2006, [http://edant.clarin.com/diario/2006/03/25/elpais/p-00601.htm], consulté le 20 février 2014.

11 « Las consignas », Página 12, 25 mars 2006, p. 2.

12 Bruschtein L., « Diferencia de Abuelas y Madres », Página 12, 25 mars 2006, p. 2.

13 Pertot W., « Plaza con una polémica que siguió ayer », Página 12, 26 mars 2006, p. 7.

14 « Contrapunto », La Nación, 26 mars 2006, p. 9.

15 Ibid.

16 « El polvorín de la memoria », Página 12, 27 mars de 2006, p. 5.

17 Tosi M. C., « Crece la polémica por el acto en la Plaza », La Nación, 26 mars 2006, p. 9.

18 Entretien avec TR, membre des Grands-Mères, 8 novembre 2006.

19 Entretien avec BO, membre de l’AEDD, 15 décembre 2006.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Miguel Osvaldo Etchecolatz était membre de la police de la province de Buenos Aires pendant la dictature. Il était le bras droit du général Ramón Camps. Il a été condamné une première fois en 1986 à 23 ans de prison, mais sa condamnation a été annulée après le vote de la Loi d’Obéissance due. Le 19 septembre 2006, il a été à nouveau condamné, mais cette fois à la prison perpétuité pour « crime de lèse-humanité dans le cadre d’un génocide ».

23 Pertot W., « Delitos cometidos en el marco de un genocidio », Página 12, 20 septembre 2006, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-73270-2006-09-20.html], consulté le 20 février 2014.

24 Ruchansky E., « Relato de sufrimiento », Página 12, 23 septembre 2006, p. 2.

25 Meyer A., « Una búsqueda que despierta fantasmas », Página 12, 23 septembre 2006, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-73441-2006-09-23.html], consulté le 20 février 2014.

26 Ruchansky E., « Una semana buscando a López », Página 12, 25 septembre 2006, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-73533-2006-09-25.html], consulté le 20 février 2014.

27 « Marchas en La Plata por la aparición del testigo », La Nación, 22 septembre 2006, [http://www.lanacion.com.ar/842645-marchas-en-la-plata-por-la-aparicion-del-testigo], consulté le 20 février 2014.

28 « Darán recompensa por datos sobre un testigo que declaró contra Etchecolatz », La Nación, 20 septembre 2006, [http://www.lanacion.com.ar/842227-daran-recompensa-por-datos-sobre-un-testigo-que-declaro-contra-etchecolatz], consulté le 20 février 2014.

29 Meyer A., « Esto no es una desaparición cualquiera », Página 12, 26 septembre 2006, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-73579-2006-09-26.html], consulté le 20 février 2014.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Meyer A., « Dos meses de búsqueda sin resultado », Página 12, 17 novembre 2006, p. 8.

33 Rosemberg J., « Masivo reclamo por el testigo López », La Nación, 7 octobre 2006, p. 12.

34 Dandan A., « No paramos en dictadura y menos ahora », Página 12, 26 novembre 2006, p. 2.

35 Agencias DyT et Télam, « Bonafini sembró dudas sobre López », La Nación, 28 septembre 2006, [http://www.lanacion.com.ar/844572-bonafini-sembro-dudas-sobre-lopez], consulté le 20 février 2014.

36 « No hay que echar dudas », Página 12, 2 octobre 2006, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-73890-2006-10-02.html], consulté le 20 février 2014.

37 Entretien avec TP, membre d’H.I.J.OS Zona Oeste, le 24 janvier 2007.

38 Sosa R., « Argentina vive una primavera en los derechos humanos », El País, 8 mai 2004, [http://www.elpais.com/articulo/internacional/Carlotto/_Estela/Argentina/vive/primavera/derechos/humanos/elpepiint/20040508elpepiint_14/Tes], consulté le 20 février 2014.

39 Entretien avec RB, membre des Grands-Mères de la place de Mai, 15 novembre 2006.

40 Abuelas de plaza de Mayo, éditorial, « Por Julio López », Diario de las Abuelas de Plaza de Mayo, mars 2007, n° 58.

41 Entretien avec VPR, membre de Familiares, le 20 décembre 2006.

42 Ruchansky E., « Aparición con vida ya, a 30 años no podemos esperar », Página 12, 23 septembre 2006, p. 2.

43 Ranzani O., Valenzuela A., « Sospechas sobre los conocidos de siempre », Página 12, 18 septembre 2007, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-91581-2007-09-18.html], consulté le 20 février 2014.

44 Entretien avec JV, membre de l’AEDD, le 21 décembre 2006.

45 Entretien avec PE, membre d’H.I.J.O.S Capital, le 22 décembre 2006.

46 Entretien avec FR, membre d’Herman@s, le 6 décembre 2006.

47 Asociación madres de plaza de Mayo, première page, Periódico de las Madres, avril 2000, année XVI, n° 173, p. 1.

48 Entretien avec PVE, membre de l’Association mères de la place de Mai, le 5 décembre 2006.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 Pour plus d’informations sur la radio : [http://www.madres.org/navegar/nav.php?idsitio=13&idcat=90&idindex=79], consulté le 20 février 2014.

52 Ibid.

53 Kollman R., « Gerez apareció tras 48 horas de secuestro », Página 12, 30 décembre 2006, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-78431-2006-12-30.html], consulté le 20 février 2014.

54 Programme de Hebe de Bonafini, « Pariendo sueños », du 8 janvier 2007.

55 Entretien avec PVE, membre de l’Association mères de la place de Mai, le 5 décembre 2006.

56 Ibid.

57 Site Internet de la maison d’édition de l’Association des mères de la place de Mai, [http://www.madres.org/navegar/nav.php?idsitio=14&idcat=110&idindex=51], consulté le 20 février 2014.

58 Ibid.

59 De Bonafini H., éditorial, « Las elecciones y buena memoria », Periódico de las Madres, novembre 2007, année 5, n° 49.

60 C’est pour pouvoir se lancer dans ce projet de construction d’habitat, « Sueños Compartidos » que la Fondation a été créée. Les MPM étant une association a but non lucratif, elles ne pouvaient recevoir les subventions étatiques liées à leur projet par le biais de l’association.

61 Entretien avec PVE, membre de l’Association mères de la place de Mai, le 5 décembre 2006.

62 Hauser I., Kollman R., « Hebe acusó a los hermanos Schoklender », Página 12, 14 juin 2011, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-170070-2011-06-14.html], consulté le 20 février 2014.

63 « Denunció Schoklender a Bonafini y a otros funcionarios », La Nación, 9 septembre 2011, [http://www.lanacion.com.ar/1404635-schoklender-denuncio-a-bonafini], consulté le 20 février 2014.

64 Veiras N., « Vamos a pagar todas las deudas que haya que pagar », Página 12, 7 juin 2011, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-169619-2011-06-07.html], consulté le 20 février 2014.

65 Les deux frères ont été par la suite arrêtés et ils vont être jugés. La procédure suit son cours : « Carente de rigurosidad », Página 12, 14 février 2014, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-239818-2014-02-14.html], consulté le 26 février 2014.

66 Deux cas sont particulièrement connus : le « caso Skanska » en 2005 et celui de la ministre de l’Économie, Felisa Miceli en 2007.

67 Site Internet de l’association Abuelas de plaza de Mayo, [http://www.abuelas.org.ar/], consulté le 20 février 2014.

68 Spot publicitaire « Letras », disponible sur le site Internet de l’association Abuelas de plaza de Mayo, [http://www.abuelas.org.ar/comunicados.php?comunicados=tv.php&der1=der1_tv.php&der2=der2_rad.php], consulté le 20 février 2014 (erreur en 2017).

69 Tatiana Ruarte Britos et sa sœur Laura Jotar Britos sont les premiers enfants « récupérés ». Elles l’ont été en pleine dictature en mars 1980.

70 Spot publicitaire « Tatiana », disponible sur le site Internet de l’association Abuelas de plaza de Mayo, [http://www.abuelas.org.ar/comunicados.php?comunicados=tv.php&der1=der1_tv.php&der2=der2_rad.php], consulté le 20 février 2014 (erreur en 2017).

71 Spot publicitaire « Cochecito », disponible sur le site de l’association Abuelas de plaza de Mayo, [http://www.abuelas.org.ar/comunicados.php?comunicados=tv.php&der1=der1_tv.php&der2=der2_rad.php], consulté le 20 février 2014 (erreur en 2017).

72 Entretien TR, membre des Grands-Mères, 8 novembre 2006.

73 La telenovela Montecristo a été diffusée sur la chaîne de télévision privée Telefe en Argentine entre avril et décembre 2006. Elle est fondée sur l’histoire du Comte de Montecristo d’Alexandre Dumas. Cependant, le scénario s’écarte de l’histoire originale pour rapidement prendre comme fond l’histoire des enfants enlevés pendant la dictature.

74 Russo S., « ¿ Es increíble Montecristo ? », Página 12, 25 octobre 2006, [http://www.pagina12.com.ar/diario/contratapa/13-75073-2006-10-25.html], consulté le 20 février 2014.

75 Orssaud G., « Montrecristo, un amor, una venganza : échos d’un travail de justice difficile », dans M.-F. Chambat-Houillon, Y. Lebtahi, Télévision et justice, Les Cahiers de Circav, n° 21, Paris, L’Harmattan, p. 157-184.

76 Notons que dans un spot publicitaire des Grands-Mères, « Nietos », ce sont les petits-enfants « récupérés » qui parlent : [http://www.abuelas.org.ar/comunicados.php?comunicados=tv.php&der1=der1_tv.php&der2=der2_rad.php], consulté le 20 février 2014 (erreur en 2017).

77 Teatro por la identidad (Théâtre pour l’identité) est la première initiative créée par des artistes pour diffuser la lutte des Grands-Mères et le cas des enfants « apropiados ». Elle est lancée en juin 2000. Il s’agissait d’un concours ouvert à tous ceux qui souhaitaient écrire une œuvre en relation avec ces questions. Les pièces gagnantes étaient jouées dans des théâtres de la ville de Buenos Aires qui proposaient leurs services gratuitement aux troupes qui jouaient les pièces. Épaulée par un large spectre d’artistes, le succès de cette première initiative a fait qu’elle s’est développée dans tout le pays, mais aussi en Espagne et au Venezuela. L’objectif est d’informer le plus de personnes possible sur ces questions. Pour plus de détails voir le site Internet de l’initiative, http://www.teatroxlaidentidad.net/ ; mais aussi l’article de Werth B., « Cuerpos desaparecidos y memoria corporizada en el teatro de la postdictadura argentina », dans E. Crenzel (dir.), Los desaparecidos en la Argentina. Memorias, representaciones e ideas (1983-2008), Buenos Aires, Editorial Biblos, 2010, p. 113-135.

78 Música por la identidad (Musique pour l’identité) et Humor por la identidad (Humour pour l’identité) ont été créés en 2006 et se placent dans la continuité du projet Teatro por la identidad.

79 Entretien avec TR, membre des Grands-Mères, 8 novembre 2006.

80 Juan Cabandié est né à l’ESMA alors que sa mère y était détenue. Il a ensuite été donné à la famille de Luis Falco, membre de la police de la province de Buenos Aires. Après avoir eu des doutes, il décide d’aller voir les Grands-Mères et découvre en janvier 2004 qu’il est le fils de Damián Abel Cabandié et d’Alicia Alfonsín. Le 24 mars 2004, il prend la parole sur l’estrade aux côtés du président Kirchner. Peu après, il s’engage au sein du parti politique de ce dernier.

81 Victoria Donda est née à l’ESMA alors que sa mère y était détenue. Elle a ensuite été donnée à la famille d’un membre des forces de sécurité de l’ESMA. En 2003, elle a été contactée par les Grands-Mères, suite à une dénonciation anonyme, pour lui signifier qu’elle pouvait être une enfant de disparus. Ce n’est qu’au début de l’année 2004 qu’elle accepte de faire les analyses et découvre qu’elle est la fille de José Donda et de Hilda Pérez. Elle se lance alors dans une carrière politique. D’abord aux côtés du Kirchnerisme. Elle a été le premier enfant « apropiado » à avoir porté plainte contre les personnes qui l’ont élevée. Jusqu’à présent ce sont les familles biologiques qui se sont portées partie civile. Elle a aussi écrit une autobiographie traduite en français : Donda V., Moi, Victoria, enfant volée de la dictature argentine, Paris, Robert Laffont, 2010.

82 Ginzberg V., « Nietos legisladores », Página 12, 6 janvier 2008, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-97117-2008-01-06.html], consulté le 20 février 2014.

83 Une autre figure importante pour les Grands-Mères est Remo Carlotto, le fils de la présidente de l’association Estela Barnes de Carlotto. Depuis 1995, il a travaillé au sein de nombreuses institutions étatiques dans la lutte pour la défense des droits de l’homme, comme la Conadi. Entre 2005 et 2009, il a été député au parlement de la Nation.

84 Sur le site de partage en ligne, Youtube, on peut trouver une déclaration de la présidente, Estela Barnes de Carlotto, dans laquelle elle soutient très clairement la candidature de Cristina Fernández de Kirchner, [http://www.youtube.com/watch?v=FBkrMCsnpNY], consulté le 20 février 2014.

85 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, « El rol de los detenidos-desaparecidos en el juicio y castigo », Tantas voces… Tantas vidas, mai 2003, année 3, n° 7, p. 28 et 31.

86 Entretien avec BO, membre de l’AEDD, le 15 décembre 2006.

87 Ibid.

88 Entretien avec JV, membre de l’AEDD, le 21 décembre 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540