Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Argentine

 | 
Nadia Tahir

La légitimation des associations de victimes (2003-2007)

Chapitre V. Le mandat de Néstor Kirchner : de nouveaux enjeux et de nombreux défis pour les associations de victimes (2003-2007)

Texte intégral

  • 1 Pereyra S., ¿ La Lucha es una sola ? La movilización social entre la democratización y el neolibera (...)

1Le 2 janvier 2002, Eduardo Duhalde est élu président par les deux chambres des représentants argentines. Après le départ de Fernando de la Rúa, il est le quatrième président de la République argentine en moins de deux semaines. Dans une situation de grande instabilité politique et sociale, il prévoit de rester deux ans en poste et de convoquer des élections pour la fin de l’année 2003. Le 26 juin 2002, à Avellaneda dans la province de Buenos Aires, la police réprime une manifestation de piqueteros. Le bilan des affrontements est de deux morts et d’une trentaine de blessés par balles. Ces faits ne sont pas sans rappeler à la population argentine la répression des manifestations des années 1960-1970 et, plus récemment, la criminalisation des mouvements sociaux développée dans les discours et les actions du gouvernement de Carlos Menem. Alors qu’Eduardo Duhalde, toujours perçu comme détenteur d’un mandat de transition, se devait de rétablir une certaine stabilité pour mener le pays vers de nouvelles élections présidentielles, il doit faire face à une contestation qui ne se limite plus aux réclamations liées aux gestions des gouvernements passés. Les élections sont avancées et le premier tour a lieu le 28 avril 2003. La campagne présidentielle se centre non seulement sur les questions économiques, mais aussi sur une volonté de rétablir une stabilité sociale qui a manqué depuis le milieu des années 1990 et surtout en ce début de siècle1.

  • 2 Ginzberg V., « El gobierno argumentó en la CIDH contra las leyes de impunidad », Página 12, 1er mar (...)
  • 3 Ginzberg V., « Cada maestrito con su propio librito », Página 12, 26 avril 2003, [http://www.pagina (...)
  • 4 Wainfeld M., « A la conquista del voto ajeno », Página 12, 28 avril 2003, [http://www.pagina12.com. (...)
  • 5 Granovsky M., « Menem declinó y quedó junto a Sobremonte », Página 12, 15 mai 2003, [http://www.pag (...)

2Comme nous l’ont signalé les membres des associations avec lesquels nous avons parlé, ils ont, pour la plupart, participé aux soupes populaires organisées dans tout le pays et aux manifestations. Pour eux, la violence policière est la preuve que leurs réclamations sont toujours d’actualité. Ainsi, au début du mois de mars 2003, lors d’une réunion à la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH), des associations de défense des droits de l’homme et celles de victimes, parmi lesquelles se trouvent les Mères LF, les Grands-Mères et Familiares, insistent sur le lien entre les crimes du passé et ceux du présent. Alors que des membres du gouvernement de Duhalde plaident en faveur de l’annulation des lois de Point final et d’Obéissance due, ce que salue un membre du CELS2, les associations maintiennent la stratégie discursive développée à partir de la fin des années 1980 et au début des années 1990. Deux mois avant les élections, la gestion du passé dictatorial mobilise toujours le pouvoir exécutif et l’agitation sociale continue d’actualiser les discours des associations de défense des droits de l’homme et celles de victimes. Fortes des succès judiciaires obtenus malgré les lois d’amnistie, les associations souhaitent que le nouveau président se prononce clairement sur les questions liées à leurs réclamations. Elles font parvenir une lettre à tous les candidats dont les réponses sont publiées le 26 avril 2003, deux jours avant le scrutin, dans le quotidien Página 12. La réponse qui nous semble la plus intéressante est celle relative à la possible annulation des lois de Point final et d’Obéissance due. Alors que certains candidats se prononcent en faveur de cette mesure qui émanerait du pouvoir exécutif et législatif, le candidat du parti péroniste Néstor Kirchner soutient les initiatives des tribunaux qui vont dans ce sens, mais ne se prononce pas sur une éventuelle intervention de son gouvernement s’il est élu3. Cette réponse peut s’expliquer par une volonté de soutenir le gouvernement de Duhalde au sein duquel il puise certains de ses votes. En effet, l’élection de 2003 se caractérise par la forte indécision qui a régné jusqu’à la dernière minute. Les résultats de l’élection en sont la preuve4. Son épilogue aussi. Néstor Kirchner gagne finalement avec seulement 22 % des voix, après que Carlos Menem se retire avant même le vote du second tour5. Ainsi, le président Kirchner ne fait pas vraiment l’unanimité. Peu connu en dehors de la province de Santa Cruz, dont il a été le gouverneur, les interrogations que suscite son arrivée à la Casa Rosada sont plus grandes que les attentes.

3Il va pourtant rapidement se rapprocher des collectifs et répondre à certaines des réclamations les plus emblématiques des associations de victimes. Face à cette situation, plusieurs collectifs vont se rapprocher du gouvernement et ainsi inaugurer une situation nouvelle dans leur rapport au pouvoir politique : elles vont approuver et, qui plus est, soutenir Néstor Kirchner. Pour la première fois, des associations de victimes de la dictature s’affichent aux côtés d’un président et ne se situent plus clairement dans l’opposition. Ce sera du moins le cas pour certains collectifs, mais pour d’autres, les politiques liées au passé dictatorial de Néstor Kirchner vont représenter un défi. En effet, quelle position adopter face à un pouvoir politique qui semble répondre à leurs requêtes ? Ces désaccords entre les associations vont-ils avoir des répercussions sur leurs réclamations ? Dans quelle mesure ces dernières évoluent-elles pendant le mandat de Néstor Kirchner ?

Justice et symbolique au cœur de la politique de Néstor Kirchner

4Le 4 juin 2003, peu après son élection, Néstor Kirchner reçoit l’APDH, le CELS, le SERPAJ, le MEDH, la Liga, Familiares, les Mères LF et les Grands-Mères. Les questions abordées sont relatives à la gestion du passé dictatorial et aux problèmes liés aux violations des droits de l’homme en Argentine et ailleurs, ainsi qu’aux violations des droits économiques et sociaux commises dans le pays. Les thématiques ne se concentrent pas uniquement sur la dictature, mais ce sont les associations nées pendant la dictature pour la plupart, les plus vieilles associations de défense des droits de l’homme, qui ont été convoquées. Par ailleurs, Kirchner nomme au poste de secrétaire d’État aux droits de l’homme Eduardo Luis Duhalde. Ce dernier est avocat et, avant le coup d’État de 1976, défendait des militants de l’ERP. Pendant la dictature, il s’exile en Espagne et participe à la création de l’une des plus importantes associations argentine dans l’exil, la C.A.D.H.U. De retour en Argentine, il devient juge jusqu’à sa nomination au secrétariat des droits de l’homme. Ce choix du président est très significatif, car si le parcours militant pour la défense des droits de l’homme d’Eduardo Luis Duhalde le prédispose à ce poste, il ne s’est engagé auparavant auprès d’aucun parti politique. On est amené à penser que Kirchner a tout de suite voulu marquer une nouvelle orientation dans la politique dite des droits de l’homme. Parallèlement, il nomme ministre des Affaires étrangères et secrétaire d’État des Relations extérieures, deux anciens prisonniers politiques et militants péronistes des années 1970, Rafael Bielsa et Jorge Taiana. Avant même de prendre ses fonctions, le président lance des signes clairs en direction des associations de défense des droits de l’homme, mais surtout des associations de victimes.

5Dans son ouvrage La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paul Ricœur écrit :

  • 6 Ricœur P., La Mémoire, lhistoire, loubli, Paris, Le Seuil, 2000, p. 107.

« C’est la justice qui, extrayant des souvenirs traumatisants leur valeur exemplaire, retourne la mémoire en projet de justice qui donne au devoir de mémoire la forme du futur et de l’impératif. On peut alors suggérer que le devoir de mémoire, en tant qu’impératif de justice, se projette à la façon d’un troisième terme au point de jonction du travail de deuil et du travail de mémoire6. »

6La relation établie par l’auteur entre la justice et le devoir de mémoire est au cœur des décisions prises par le gouvernement de Néstor Kirchner. Dès le début de son mandat, le président s’attaque à ces deux fronts parallèles et complémentaires. Sans empiéter sur les prérogatives du pouvoir judiciaire, il poursuit ce qui avait été, en partie, initié au début du mandat d’Alfonsín : asseoir sa gestion du passé dictatorial sur la légitimité que peuvent octroyer les tribunaux. Par ailleurs, il multiplie les actions commémoratives en impliquant pour la première fois l’État argentin dans les événements du 24 mars.

L’annulation des lois de Point final et d’Obéissance due

  • 7 Boletín oficial de la República Argentina, 3 septembre 2003, année CXI, n°30226, p. 1, [http://www. (...)
  • 8 « Diputados aprobó la anulación de las leyes de perdón », La Nación, 12 août 2003, [http://www.lana (...)

7Le 14 juin 2005, la Cour suprême de justice de la Nation argentine déclare que les lois de Point final et celle d’Obéissance due sont « inconstitutionnelles ». Cette décision du pouvoir judiciaire fait suite à la loi 22.779 promulguée le 3 septembre 2003, qui établit la nullité de ces lois7. Ce nouveau texte a été voté et approuvé par le Parlement argentin le 12 août 2003 après d’intenses débats8. Le parti du président Kirchner, épaulé par des partis de l’opposition, a fortement soutenu l’annulation de ces lois. Ce sont essentiellement les députés fidèles à l’ancien président Carlos Menem qui s’y sont opposés. Alors qu’il vient à peine de prendre ses fonctions de président, Néstor Kirchner marque sa volonté de placer la gestion du passé dictatorial au sein de ses priorités. Si le vote rapide de cette loi invite à penser que le nouveau gouvernement veut inciter le pouvoir judiciaire à agir, c’est, véritablement, en réponse à l’action de certains juges qu’il prend ces dispositions.

8À l’instar des procès pour la Vérité, la question de l’annulation des lois de Point final et d’Obéissance due commence avec un cas : celui de l’enlèvement de l’enfant Claudia Victoria Poblete9. En 1998, les Grands-Mères de la place de Mai ont entamé des démarches auprès de la justice pénale pour demander la condamnation de Ceferino Landa et de son épouse pour l’enlèvement de cette enfant. Disparue avec ses parents le 28 novembre 1978, elle a été élevée par ce couple10. En 2000, le CELS dépose une plainte criminelle contre les responsables de l’enlèvement, de la disparition forcée et des tortures subis par José Poblete et Gertrudis Hlaczick, les parents de Claudia Victoria. La plainte précise que les lois de Point final et d’Obéissance due ne peuvent pas être appliquées puisqu’elles ne respectent pas des accords internationaux portant sur les droits de l’homme signés par l’Argentine. Si le cas de ces disparus n’est pas le premier à être déposé alors que ces lois sont en vigueur, il se distingue par le fait que la plainte pour l’enlèvement de l’enfant a été acceptée, alors que le cas des parents ne peut être pris en compte. Étant donné que les faits ont eu lieu en même temps et que les auteurs sont les mêmes, le CELS cherche à souligner les contradictions auxquelles doit faire face la justice à cause de ces textes.

  • 11 Ginzberg V., « Una llave para reabrir la justicia », Página 12, 7 mars 2001, [http://www.pagina12.c (...)
  • 12 Julio « El Turco » Simón a été condamné le 5 août 2006 à 25 ans de prison pour avoir enlevé et tort (...)

9C’est ce que l’équipe de l’association obtient avec la décision du juge Gabriel Cavallo, le 6 mars 2001. Il établit « l’invalidité, l’inconstitutionnalité et la nullité » des lois de Point final et d’Obéissance due11. Cette décision du juge ne s’applique que dans le cas précis de l’enlèvement de José Poblete et Gertrudis Hlaczick, mais elle établit une jurisprudence qui peut servir dans d’autres cas. Cette décision sera interjetée en appel par les parties contraires et ne conduira à une condamnation que des années plus tard12. Il s’agit néanmoins d’une première porte ouverte par des fonctionnaires de la justice, qui montre au pouvoir exécutif que les traités signés par l’État argentin tout au long du xxe siècle ont une validité qui prévaut sur la législation argentine.

10En présentant la question de la nullité de ces lois, Kirchner s’engouffre dans cette brèche. Il réagit directement aux réclamations des associations de victimes et de défense des droits de l’homme et à l’action de certains acteurs du pouvoir judiciaire. Ainsi, pendant le vote de la loi, tout en se rapprochant des associations de défense des droits de l’homme ou de victimes, des membres de son gouvernement précisent :

  • 13 « El presidente recibió el respaldo de Carlotto y de Pérez Esquivel », La Nación, 8 août 2003, [htt (...)

« [Le pouvoir exécutif] n’exerce pas de pressions, ni ne demande, ni n’exige du Congrès qu’il prenne une décision dans un sens ou dans un autre […]. Il s’agit d’une question qui est aux mains des juges et des législateurs13. »

  • 14 Ibid.

11Bien que le ministre Alberto Fernández tente de souligner la neutralité du pouvoir exécutif, il déclare au même moment : « Ce sont ces deux pouvoirs qui doivent décider. Leur décision aura un procureur qui est la société et un juge qui sont l’histoire et les générations à venir14. » L’absence de prise de position pendant le débat n’empêche pas le gouvernement de faire peser une responsabilité historique sur les députés. Qui plus est, le Parlement devient un tribunal qui juge non seulement les lois mais aussi les législateurs. L’accusation revient ici à l’ensemble de la société argentine. Cette déclaration du ministre n’est pas sans rappeler une réflexion de Paul Ricœur sur les rôles du juge et de l’historien, du « jugement judiciaire » et du « jugement historique » :

  • 15 Ricœur P., op. cit., p. 387.

« Un des enjeux théoriques de la comparaison concerne le statut assigné à la singularité à la fois morale et historique des crimes du siècle. Au plan pratique, l’exercice public de l’un et de l’autre jugement est l’occasion de souligner le rôle thérapeutique et pédagogique du « dissensus civique » suscité par les controverses animant l’espace public de discussion aux points d’interférence de l’histoire dans le champ de la mémoire collective. Le citoyen est ainsi lui-même un tiers entre le juge et l’historien15. »

  • 16 Todorov T., Les Abus de la mémoire, Paris, Arléa, 2004, p. 31-32.

12Alors que l’interprétation d’Alfonsín de la dictature voulait que la société ait été l’otage de deux démons et que celle de Carlos Menem établissait la culpabilité de l’ensemble de la société, Kirchner engage la société à agir pour effacer les réponses apportées par ses prédécesseurs. Par le biais des législateurs, sous le regard de la population, Kirchner invalide les gestions antérieures du passé tout en étant accompagné par les Argentins. En déplaçant la participation citoyenne dans le temps présent, il se situe clairement dans l’utilisation littérale du passé évoquée par Tzvetan Todorov « qui rend l’événement ancien indépassable, revient en fin de compte à soumettre le présent au passé16 ».

L’annulation des grâces présidentielles

13Notons tout d’abord que la décision d’annuler les grâces présidentielles décrétées par Carlos Menem, en 1989 et 1990, n’est pas directement prise par l’État. Cela n’implique pas que le gouvernement de Néstor Kirchner ne se soit pas prononcé sur la question, mais, contrairement à l’annulation des lois de Point final et d’Obéissance due, le processus mis en place pour les grâces présidentielles n’émane pas d’un vote du Parlement. Les décrets ayant accordé les grâces présidentielles ont pour particularité de ne pas se limiter aux personnes condamnées pendant le procès aux Juntes et avant la promulgation des lois de Point final et d’Obéissance due. Ils concernent aussi d’autres acteurs, les personnes condamnées par la justice pour des faits commis au sein d’une organisation armée des années 1970. Si l’ensemble des décrets est annulé, les personnes ayant vu leur condamnation révoquée doivent purger leur peine. Par ailleurs, en prenant l’initiative d’annuler ces décrets, le gouvernement de Néstor Kirchner affaiblirait cette prérogative présidentielle qu’est la grâce. Alors que l’annulation des lois de Point final et d’Obéissance due ne semblait pas poser de problème au président récemment élu, le cas des grâces présidentielles place Néstor Kirchner face à un dilemme qu’il va résoudre grâce à l’affirmation de la séparation des pouvoirs.

  • 17 Margarita Stolbizer est actuellement députée.
  • 18 Patricia Walsh a été candidate présidentielle à deux reprises et députée nationale de la province d (...)

14La première initiative demandant l’annulation des décrets provient de l’opposition au gouvernement. En mars 2004, à l’approche des commémorations du 24 mars, la députée radicale Margarita Stolbizer17 et la députée d’Izquierda Unida Patricia Walsh18 réclament l’annulation des décrets des grâces présidentielles en avançant les arguments suivants :

  • 19 Serra L., « Ofensiva opositora en la Cámara contra los indultos », La Nación, 15 mars 2004, [http:/ (...)

« Les crimes de lèse-humanité ne peuvent être amnistiés et sont imprescriptibles, ils ne peuvent donc être sujets à grâces présidentielles. […] Les fondements des décrets ont été de type général (la réconciliation, la pacification), c’est-à-dire l’amnistie. Le pouvoir exécutif a envahi la sphère législative. Dans ce contexte, le Congrès est compétent pour annuler ces décrets au contenu législatif. […] Avec ces décrets, la grâce présidentielle a été utilisée massivement, même pour des personnes qui n’avaient pas encore eu de procès ou qui n’avaient pas été jugées19. »

  • 20 Télam, « Indultos : el PJ logró el proyecto de resolución », La Nación, 23 mars 2004, [http://www.l (...)
  • 21 Agencia DyN, « Se frustró la sesión en Diputados para anular los indultos », La Nación, 30 mars 200 (...)

15Ces députées remettent en cause les crimes commis par les personnes graciées et les critères choisis par Carlos Menem pour établir la liste de ces personnes. La grâce présidentielle n’est pas contestée et, en ciblant leur demande sur les crimes de lèse-humanité, elles excluent toutes les personnes amnistiées ayant commis des actes qui sortent de ce cadre. Elles ne demandent pas à la majorité parlementaire de prendre parti dans ce sens. On peut estimer que ces éléments ont incité Néstor Kirchner et son gouvernement à accepter d’agir pour l’annulation des grâces présidentielles. Cependant, si la majorité reste dubitative au début, elle s’oriente rapidement vers une résolution judiciaire de la question. En effet, dans la nuit du 23 au 24 mars 2004, le Parlement, avec une forte participation de la majorité parlementaire, vote une résolution qui stipule que le pouvoir judiciaire est compétent pour cette question20. Les députés cherchent ainsi à ce que la compétence du pouvoir judiciaire prévale sur celle du législatif dans la gestion de l’éventuelle annulation des grâces présidentielles. Cette stratégie se confirme lorsque le 30 mars 2004, l’absence massive des députés de la majorité empêche un débat parlementaire sur la question21. Plus tard, en juin 2005, la députée Patricia Walsh demande à nouveau que la question de l’annulation des grâces présidentielles soit résolue, elle estime que suite à l’annulation des lois de Point final et d’Obéissance due, le maintien des grâces présidentielles pose le problème suivant :

« Nous avons l’obligation de résoudre la question des grâces car sinon les niveaux intermédiaires et inférieurs, actuellement jugés, vont être condamnés alors que les niveaux supérieurs seront toujours sous le coup des grâces22. »

16Walsh souhaite que toutes les personnes soient jugées, à tous les niveaux de responsabilité. Pour défendre l’idée que cette annulation est réalisable dans le cadre du pouvoir législatif, elle précise que Carlos Menem n’ayant pas respecté les prérogatives du Parlement, c’est au Parlement de statuer sur cette question. Néanmoins, la réponse du gouvernement va dans le sens du vote de la résolution du 23 mars 2004 et du refus de débattre des députés de la majorité. Le ministre de la Justice, Horacio Rosatti déclare ainsi :

  • 23 Ibid.

« Parmi les trois voies possibles [pour l’annulation des grâces], la plus viable et, surtout, la plus sûre et la plus définitive, à partir d’une décision politique de disqualifier les grâces pour les délits de lèse-humanité, est, me semble-t-il, la voie judiciaire23… »

  • 24 Obarrio M., « Kirchner exhortó a anular los indultos », La Nación, 25 mars 2006, [http://www.lanaci (...)

17Le ministre pense qu’ainsi, la « résolution sera définitive ». Une action parlementaire ou du pouvoir exécutif ne sont pas rejetées, mais la voie judiciaire est préférée. Il s’agit pour Kirchner et sa majorité de légitimer l’annulation en multipliant les déclarations où il se place du côté de l’ensemble de la société argentine, qui souhaite l’annulation, mais respecte l’action de la justice24. Leur annulation n’en a que plus de poids puisqu’elle a été le produit d’une décision judiciaire et qu’elle est la réponse à une revendication de la société.

  • 25 Hauser I., « Sin trabas para hacer justicia », Página 12, 14 juillet 2007, [http://www.pagina12.com (...)
  • 26 Curia W., La Cara oculta de Kirchner. El último peronista, Buenos Aires, Sudamericana, 2006, p. 35 (...)
  • 27 Bernadou V., « La restauration d’une autorité politique. L’itinéraire “extraordinaire” du président (...)

18Dans ce contexte politique, l’annulation des grâces présidentielles suit son cours et se fait au cas par cas. Par ailleurs, c’est d’abord dans le cadre d’une Cour de justice fédérale qu’elle se produit, avant d’être confirmée par la Cour suprême en juillet 2007. Le processus est long25, mais il se fonde toujours sur le fait que l’Argentine a signé des accords internationaux qui prévalent sur les lois argentines et qui rendent inconstitutionnelles les grâces présidentielles accordées à des personnes condamnées pour crimes contre l’humanité. Le choix de Néstor Kirchner de ne pas entamer de démarches pour annuler les grâces présidentielles par la voie parlementaire, ou selon ses prérogatives présidentielles, tend à montrer que la décision n’est pas que politique. Il s’agit de respecter les traités signés avec des pays étrangers et des institutions internationales. Cependant, cela permet aussi d’éviter l’évocation des grâces accordées aux personnes condamnées pour des actes de violence ce qui impliquerait une prise de position de la part du gouvernement. Néstor Kirchner, ancien militant des groupes de jeunesses dans les années 197026, ne veut ainsi pas intervenir sur le cas d’anciens militants des organisations armées. Bien qu’en 2003 les forces armées soient nettement subordonnées au pouvoir politique, Néstor Kirchner n’a remporté les élections qu’avec 22 % des voix et nécessite des appuis et des soutiens. S’il se rapproche résolument des associations de victimes, il ne peut laisser de côté aucun secteur et se doit de ménager les militaires27.

Le 24 mars 2004 : une commémoration par l’État

  • 28 Lorenz F. G., « ¿ De quién es el 24 de marzo ? Las luchas por la memoria del golpe de 1976 », dans (...)

19Le 24 mars 2004 est le premier anniversaire du coup d’État militaire célébré sous la présidence de Néstor Kirchner. Pour la première fois, le 24 mars est l’objet de nombreuses manifestations à l’initiative du gouvernement. Il faut remonter à la dictature pour constater une présence aussi importante de l’État dans les commémorations de cet anniversaire28. Ni Raúl Alfonsín, ni Carlos Menem, ni aucun président ultérieur n’a participé aux manifestations. Elles ont toujours été à la charge des associations de défense des droits de l’homme, plus particulièrement de celles des victimes. La présence du président Kirchner indique déjà qu’il s’agit d’un événement. Les gestes et les discours qui l’accompagnent sont aussi très significatifs d’une volonté de ne pas suivre les pas de ses prédécesseurs, notamment ceux de Carlos Menem.

  • 29 Roberto Bendini (1945) est un général proche de Kirchner. L’objectif de sa nomination est de retire (...)
  • 30 Dans cette Cour d’honneur figurent tous les généraux qui ont dirigé cette institution.

20Pour ce 24 mars, le premier événement auquel participe le président se déroule au Colegio Militar, l’institut de formation des officiers de l’Armée de terre. Il demande au général en chef des Armées, Roberto Bendini29, de retirer les portraits de Jorge Rafael Videla et de Reynaldo Benito Bignone de la cour d’honneur du Colegio Militar30. Ainsi, il ne condamne pas l’ensemble de l’institution militaire, mais deux des responsables des juntes au pouvoir entre 1976 et 1983. Par cette initiative, il tente de ne pas stigmatiser l’ensemble, mais de s’en tenir aux responsables. Dans ce sens, il déclare :

  • 31 Veiras N., « Quedaron los clavos para la historia », Página 12, jeudi 25 mars 2004, p. 5.

« Se souvenir du 24 mars 1976 est une des obligations les plus douloureuses et les plus cruelles qu’a vécues l’histoire argentine. Nous devons en finir définitivement avec les messianismes. Il doit être définitivement clair que le terrorisme d’État est une des formes les plus injustes et les plus sanguinaires que peut vivre une société. Rien ne peut habiliter le terrorisme d’État et encore moins au sein des forces armées qui doivent être le bras armé du peuple. […] Aujourd’hui, aux côtés des généraux, nous venons sauver l’esprit de San Martín pour qu’ensemble nous puissions reconstruire un pays avec une démocratie, la pluralité et une cohabitation pleine31… »

21Le président souhaite définitivement placer les forces armées sous les ordres du pouvoir exécutif. Alors que Carlos Menem, avec les déclarations du général Martín Balza, établissait la responsabilité de l’ensemble de l’institution, Néstor Kirchner modifie sensiblement le discours. Il semble ne pas évoquer seulement le 24 mars 1976, mais aussi toutes les autres interventions militaires du xxe siècle. La référence au général San Martín lui permet de signifier l’importance des forces armées pour la nation argentine, il se réapproprie une figure que les juntes militaires avaient nécessairement associée à leurs actions. Les militaires sont au service d’une nation, d’un pouvoir politique qui représente le peuple, mais les militaires ne sont pas les sauveurs de la nation. L’action et le discours de Kirchner se veulent fermes, mais aussi conciliateurs. Ainsi, ce n’est pas lui qui décroche les tableaux des deux généraux. Certains disent que c’est le général Bendini qui a souhaité le faire, d’autres que c’est Kirchner qui lui a demandé de le faire. Dans les deux cas, Kirchner a soutenu cette option. Il ne veut pas froisser les militaires : les forces armées sont au service du peuple, mais il respecte la hiérarchie. Bendini étant le chef des armées, il se doit de décrocher les tableaux et de montrer que l’institution qu’il dirige n’acceptera plus les positions qui ont mené aux coups d’État. Ce geste, qui reste certes symbolique, est très significatif dans la mesure où la dissidence au sein des forces armées pendant la dictature n’a pas été visible, contrairement au cas du Chili où des hauts gradés se sont fermement opposés au coup d’État du général Augusto Pinochet et ont soutenu le gouvernement de Salvador Allende. Ce premier acte du président Kirchner est plus proche de la politique de Raúl Alfonsín que de celle de Carlos Menem. Alfonsín souhaitait avant tout que la résolution se fasse au sein des forces armées, il a toujours tenté de ne pas accuser l’ensemble de l’institution militaire. À une époque où les militaires ne représentent plus vraiment une menace pour les institutions démocratiques argentines, Kirchner peut agir de façon plus directe.

  • 32 Feld C., « Deux religieuses françaises disparues à l’ESMA : Alice Domon et Léonie Duquet », dans B. (...)
  • 33 Abiad P., « El día en que los ex detenidos fueron guías entre los pasillos de la ESMA », Clarín, 25 (...)
  • 34 Vidéo du discours produite par l’équipe de communication de la Casa Rosada : [http://www.youtube.co (...)

22Le second acte s’est également produit au sein d’un haut lieu des forces armées : l’École de mécanique de la Marine (ESMA)32. Après le Colegio Militar, Néstor Kirchner se dirige vers l’ESMA. Bien qu’il s’agisse d’une institution militaire, lors de cet acte, aucun militaire n’est présent. Devant l’ESMA se trouve une foule de personnes, pour la plupart des membres d’associations de défense des droits de l’homme, de victimes, de proches de disparus, d’anciens détenus-disparus, d’ex-prisonniers politiques, de personnes exilées pendant la dictature, etc. Lorsque les portes de l’ESMA s’ouvrent, les personnes investissent les lieux. L’ESMA est un site très étendu, mais ce qui a servi à proprement parler comme centre clandestin de détention se limite principalement à un bâtiment, le Casino des officiers. C’est aux alentours de ce bâtiment qui se trouve près de l’entrée que les personnes se réunissent et entrent33. C’est aussi dans ces lieux que le président Kirchner marche accompagné de la foule et surtout des familles de disparus et des survivants des centres clandestins de détention. Le discours de Néstor Kirchner leur est largement adressé. Tout d’abord, tout au long du discours, qui dure environ sept minutes34, il parle tour à tour en tant que « président de la Nation argentine » et en tant que « camarade ». Il déclare : « Je viens demander pardon au nom de l’État national pour la honte que représente le silence de près de vingt ans de démocratie. »

23Kirchner est le premier président à inclure directement la responsabilité de l’État argentin dans les faits. Ni Raúl Alfonsín, ni Carlos Menem ne sont intervenus dans ce sens. Cependant, les excuses semblent surtout valoir pour l’attitude de ses prédécesseurs. Lorsqu’il parle en tant que « camarade », il précise qu’il est « de la génération qui a cru et qui continue de croire, [il est] de ceux qui [pensent] que ce pays peut changer » et il précise n’être, dans son action « guidé[e] ni par la rancune ni par la haine, aujourd’hui, je suis guidé par la justice et la lutte contre l’impunité ».

24L’ancien militant ne cherche pas à se venger grâce aux moyens que lui offrirait sa fonction de président de la République, il réclame justice dans une évidente continuité du chemin parcouru par les associations de défense des droits de l’homme et de victimes tout particulièrement. Il fait aussi référence aux différences qui peuvent exister entre les militants d’hier et ceux d’aujourd’hui :

« C’est pour cela que grands-mères, mères, enfants, détenus-disparus et compagnons qui ne sont plus là, mais qui sont présents dans chaque main qui se lève ici et dans tant d’autres lieux en Argentine. Cela ne peut pas être un va-et-vient entre ceux qui ont le plus lutté, ceux qui ont lutté le moins ou certains qui aujourd’hui veulent revenir après s’être cachés pendant des années et n’ont pas été capables de revendiquer ce qu’ils devaient revendiquer. »

  • 35 Jelin E., « Víctimas, familiares y ciudadanos/as : las luchas por la legitimidad de la palabra », C (...)

25Il souhaite réunir l’ensemble de ces secteurs, qu’il sait parfois en conflit, et les place à la tête d’un « peuple argentin » qui « renie » « les assassins ». Il est cependant intéressant d’observer que dans son discours, Néstor Kirchner ne s’adresse pas directement à la population argentine. Comme l’a souligné Elizabeth Jelin, « ce qui interpelle, c’est qu’à aucun moment, il ne parle à l’ensemble de la société, aux citoyens en général, au-delà de l’ensemble des victimes, proches et camarades35 ».

  • 36 Ricœur P., op. cit., p. 104 : « [La posture de victime] engendre un privilège exorbitant, qui met (...)
  • 37 Lefranc S., Mathieu L., « De si probables mobilisations de victimes », dans S. Lefranc, L. Mathieu (...)

26On peut développer cette idée et considérer qu’il parle au nom de la société face à un public de victimes comme si cette dernière devait elle aussi se faire pardonner36. Néstor Kirchner s’adresse à certains acteurs, on pourrait presque dire à un secteur en particulier : les associations de victimes. Sur la scène, lors de l’événement, les mères, les grands-mères, les enfants de disparus qui le rejoignent sont des membres des associations. Ce sont des victimes « mobilisées37 ». Le président choisit un interlocuteur précis, le plus contestataire. Celui qui s’est opposé à tous les gouvernements élus depuis le retour de la démocratie. Toutefois, s’il a tenté de satisfaire les deux secteurs qui s’opposent depuis la dictature, associations et militaires, les tensions sont bien présentes.

  • 38 Veiras N., art. cit. ; Braslavsky G., « Señales de tensión en el Ejército : dos altos jefes piden e (...)
  • 39 « Pampuro salió a decir que « está todo tranquilo en el Ejército » », Clarín, 26 mars 2004, p. 15.

27Tout d’abord, au sein des forces armées, des bruits courent que deux généraux auraient demandé à quitter leur poste et à prendre leur retraite en signe de désaccord avec l’acte au Colegio Militar. Suite à cet acte, un autre haut gradé aurait donné sa démission en signe de mécontentement. Dans les articles de presse consultés, aucune déclaration officielle ne confirme que les demandes de retraite soient liées aux actes du 24 mars. Les deux quotidiens qui s’y réfèrent, Clarín et Página 12, précisent que ce sont des sources anonymes qui mettent en relation les départs en retraite et les actes et que ces déclarations ne sont pas officielles38. Cependant, le bruit autour de ces faits oblige le ministre de la Défense à déclarer que « tout est tranquille et suit son cours39 ». Le malaise dans les casernes semble toujours présent, même s’il n’est jamais question des tensions apparues dans les années 1980 avec le mouvement carapintada.

  • 40 Felipe Solá a été, entre 2002 et 2007, gouverneur de la province de Buenos Aires.
  • 41 Jorge Obeid a été gouverneur de la province de Santa Fe entre 1995 et 1999 et entre 2003 et 2007.
  • 42 José Manuel de la Sota a été gouverneur de la province de Córdoba entre 1999 et 2007.
  • 43 Jorge Busti a été trois fois gouverneur de la province d’Entre Ríos, il a aussi été sénateur et dép (...)
  • 44 Carlos Verna a été gouverneur de la province de La Pampa entre 2003 et 2007.

28Par ailleurs, des gouverneurs de plusieurs provinces du pays ont été au cœur d’une polémique avec Hebe de Bonafini, présidente des MPM. Ces gouverneurs, Felipe Solá40, Jorge Obeid41, José Manuel de la Sota42, Jorge Busti43 et Carlos Verna44 devaient participer à l’acte de l’ESMA le 24 mars 2004, au même titre que d’autres gouverneurs. Le 23 mars 2004, ils annoncent qu’ils ne participeront pas à cet acte. Felipe Solá déclare le lendemain que :

  • 45 « Textuales », Página 12, 26 mars 2006, p. 2.

« Je ne suis pas allé [à l’acte de l’ESMA] pour ne pas être sujet, à partir d’un poste aussi important que le mien, à des provocations, pour qu’aucun problème ne puisse affecter le plein droit des survivants, des proches et des organisations à un acte bien différent des précédents. La façon d’apporter quelque chose au futur, c’est de toujours chercher la vérité et […] d’avoir la grandeur de ne pas faire passer avant des situations personnelles dans ces cas45. »

  • 46 Schurman D., « Habrá acto sin gobernadores », Página 12, 23 mars 2004, [http://www.pagina12.com.ar/ (...)
  • 47 Schurman D., « “Es discriminación ideológica” », Página 12, 24 mars 2004, p. 5.
  • 48 Suite à son discours à l’ESMA, Néstor Kirchner a téléphoné à Raúl Alfonsín pour s’excuser de ne pas (...)

29Lorsqu’il parle de possible provocation, il évoque une déclaration de la présidente des MPM : « Si Solá y va, nous n’y allons pas […]. On torture dans les prisons des provinces et dans les commissariats46. » Hebe de Bonafini ne reproche pas au gouverneur Solá d’avoir participé aux crimes d’hier, mais à ceux d’aujourd’hui. Cette déclaration s’inscrit dans la lignée des discours élaborés par les MPM et les autres associations de victimes, qui placent les violations des droits de l’homme des années 1990 dans la continuité de celles de la dictature. Cependant, Hebe de Bonafini est la seule à intervenir en ce sens. Aucune association ne s’est jointe à ces déclarations. Le style particulièrement virulent de la présidente place Néstor Kirchner et son gouvernement dans une position gênante : elle leur demande de choisir entre des hommes politiques qui ne font pas directement partie de la majorité parlementaire, mais qui sont des alliés, et l’une des associations reconnue comme le symbole de la résistance au régime dictatorial. La décision du gouvernement a été très rapide, et officiellement, ce sont les gouverneurs qui se retirent de l’acte de l’ESMA pour ne pas créer d’incidents, comme le précise la déclaration citée plus haut de Felipe Solá. Mais cette issue n’empêche pas les gouverneurs de publier une déclaration dans laquelle ils précisent qu’ils estiment être la cible d’une « discrimination idéologique47 ». Le président n’intervient pas publiquement sur cette situation. Cependant, le discours qu’il prononce à l’ESMA nous amène à penser que son choix se portait très distinctement sur la présence des MPM. En effet, même s’il cherche à ménager la classe politique, du fait de sa petite majorité au parlement, il signifie que l’acte était avant tout tourné vers les proches de disparus et les survivants. Le fait notamment qu’il n’évoque ni le procès des anciens commandants en chef des juntes ni la CONADEP montre qu’il a souhaité s’aligner sur les discours des associations de victimes qui ne parlent que des lois de Point final et d’Obéissance due lorsqu’elles évoquent la gestion du passé dictatorial de Raúl Alfonsín48. Par ailleurs, cela lui permet aussi de signifier une coupure claire et nette avec les administrations précédentes et de marquer un avant et un après. Il installe d’autant plus sa légitimité auprès de la société argentine qu’elle se fait dans le cadre d’une dynamique liée à la défense des droits de l’homme. Néstor Kirchner inscrit donc ses déclarations dans une ligne discursive préexistante :

  • 49 Discours du président Kirchner du 24 mars 2004, op. cit.

« Il faut aussi tout faire pour obtenir un pays plus équitable, avec une inclusion sociale, en luttant contre le chômage, l’injustice et tout ce que nous a laissé dans sa dernière étape cette lamentable décennie des années 1990, comme épilogue des choses que nous avons dû vivre. C’est pour cela, frères et sœurs présents, camarades qui sont présents bien qu’ils ne soient plus là, mères, grands-mères, enfants, merci pour l’exemple de lutte, défendons avec foi, avec la capacité d’aimer, qu’on ne nous remplisse pas l’esprit de haine, car nous ne ressentons pas de la haine, mais nous ne voulons pas non plus d’impunité, nous voulons de la justice, nous voulons qu’il y ait réellement une très forte récupération de mémoire et que dans cette Argentine, on se souvienne à nouveau, on récupère et on prenne comme exemple ceux qui sont capables de tout donner pour leurs valeurs, car il y a eu une génération en Argentine qui a été capable de faire ça, qui a laissé un exemple, qui a tracé un chemin, qui a laissé ses vies, qui a laissé ses mères, qui a laissé ses grands-mères, qui a laissé ses enfants et qui aujourd’hui sont présents dans vos mains49. »

  • 50 Dans le cadre discursif du président Kirchner, la définition la plus pertinente du « devoir de mémo (...)

30À l’instar des discours des associations de victimes, le nouveau président estime que les détenus-disparus ont donné leur vie pour l’Argentine. Le sacrifice ultime doit aujourd’hui permettre d’effacer tout ce qui a été fait dans les années 1990. Toutefois, la lutte de ces acteurs est toujours indéfinie, elle n’a pas d’appartenance politique et surtout ne se traduit pas par des modes d’actions précis. Le « devoir de mémoire50 » se fait dans le cadre de celui qui a été mis en place par les associations de victimes.

  • 51 Bernadou V., op. cit., p. 143.
  • 52 Ibid. ; Lefranc S., « L’Argentine contre ses généraux : un charivari judiciaire ? », Critique Inter (...)
  • 53 Bernadou V., op. cit., p. 132.
  • 54 Escudé C., « Piqueteros al gobierno : un experimento populista argentino, 2003-2007 », Estudios Int (...)
  • 55 Ibid. Parmi les noms les plus emblématiques du mouvement piquetero qui ont rejoint le gouvernement (...)

31Les premiers pas de Néstor Kirchner s’orientent néanmoins vers une politique satisfaisante pour les associations de victimes. Nous l’avons déjà précisé, Kirchner est le président argentin élu avec le plus petit pourcentage de l’histoire du pays. Il est loin de faire l’unanimité, y compris au sein de son propre parti, fortement divisé. Il se doit donc de gagner des soutiens dans tous les secteurs de la société. La politologue Vanessa Bernardou, en revenant sur les premières mesures du président Kirchner, l’obtention de soutiens et l’évolution de sa figure dans les médias argentins, explique que ses premières décisions ont été déterminantes. Elle évoque ainsi les « politiques d’épuration des militaires, des juges de la Cour suprême et de la police de Buenos Aires51 » pour répondre certes aux réclamations des associations de victimes et plus généralement des associations de défense des droits de l’homme52. Cependant, avec ces initiatives, on peut surtout estimer que Néstor Kirchner souhaite s’allier des secteurs qui étaient proches de Carlos Menem. Le fait que ce dernier se soit placé devant Kirchner au premier tour laisse entendre qu’il a encore des soutiens importants dans la société argentine. Dès le début, Néstor Kirchner doit s’appuyer sur un large spectre d’acteurs de la politique argentine53. Ce n’est qu’à partir d’octobre 2005, suite aux élections législatives et sénatoriales, que Kirchner a pu consolider ses alliances. Toutefois, il doit continuellement s’appuyer sur de nombreux secteurs parfois opposés pour la plupart de ces initiatives. Alors qu’on pourrait y voir un signe de faiblesse et une absence de garanties pour le président d’une Argentine très instable politiquement, cette stratégie lui permet de rallier à son action des secteurs traditionnellement opposés au gouvernement en place. Dans ce contexte, Néstor Kirchner obtient rapidement le soutien d’une frange des piqueteros54, le mouvement de chômeurs apparu avec force dans les années 1990, symbole des luttes contre les gouvernements de Carlos Menem et de Fernando de la Rúa. Kirchner fait ainsi entrer des acteurs majeurs de ce mouvement au gouvernement, laissant entendre que les revendications des piqueteros seront prises en compte55. Le cas du mouvement d’opposition le plus emblématique est un argument de plus pour comprendre l’action du président Kirchner vis-à-vis des associations de victimes. Ces dernières, surtout depuis 1986, font partie de l’opposition aux gouvernements constitutionnels qui se sont succédé, même si elles ont parfois obtenu gain de cause. Plus de vingt-cinq ans après le coup d’État, elles sont toujours là, et même un gouvernement de « transition », comme celui de Duhalde, doit statuer sur des questions liées au passé dictatorial. Les associations de victimes font partie du débat politique et social argentin. L’action du président Kirchner est très certainement régie par des questions éthiques et morales liées à ce que représente le passé dictatorial dans l’histoire argentine. Toutefois, nous estimons qu’il s’agit d’une part d’une volonté de résoudre un problème latent, la gestion du passé dictatorial, et d’autre part, cela lui permet d’obtenir un soutien auprès de partis politiques ou de secteurs ouvriers et syndicaux avec lesquels les associations de victimes ont constamment milité dans les années 1990. Le discours du président Kirchner s’oppose explicitement à celui de Carlos Menem, pour qui il fallait tourner la page du passé et aller de l’avant. Dans un entretien accordé un an après son élection, Néstor Kirchner déclare :

  • 56 L’adjectif « cavallista » se réfère à l’homme politique Domingo Cavallo, ministre de l’Économie sou (...)
  • 57 Granovsky M., Moreno S., Wainfeld M., « Me encanta hablar de economía con Lavagna », Página 12, 23  (...)

« On dit que je suis montonero, socialiste, gauchiste, cavallista56. De tout. Et mon cas est simple. Je veux reconstruire une classe ouvrière en Argentine et qu’elle forme une alliance très solide avec les secteurs de la classe moyenne. Sans mépriser les entreprises étrangères, il faut construire un entreprenariat national. C’est ma vision de l’Argentine : avoir à nouveau une nation. Ainsi, la discussion ne va plus être l’exclusion, la pauvreté et l’indigence, mais la distribution des bénéfices d’une part du gâteau. Et dans cette Argentine, les grandes mobilisations ouvrières vont recommencer, car auparavant une grande classe ouvrière aura été reconstruite57. »

32Toutes ces interprétations de l’action du président sont celles émises par d’autres acteurs. Par ailleurs, il souhaite revenir à une période où la classe ouvrière argentine s’affirmait à travers de grandes mobilisations. Il n’est pas contre la contestation, mais souhaite trouver un équilibre entre des secteurs aussi différents que les entreprises nationales et étrangères. Alors qu’il établit en permanence des alliances, le président semble toujours à la recherche d’un équilibre comme nous avons pu le voir avec la question des grâces présidentielles. Pour bien comprendre les répercussions de la recherche de cet équilibre au sein des associations de victimes, nous allons revenir sur l’évolution de leurs visions du président dans leurs publications.

Les associations de victimes et Néstor Kirchner

33Néstor Kirchner succède à Eduardo Duhalde, mais surtout à Carlos Menem. Duhalde était ce qu’on pourrait appeler un président de « transition » et son prédécesseur, Fernando de la Rúa, n’est pas resté suffisamment longtemps pour laisser une empreinte significative dans l’esprit des associations de victimes. Lorsqu’on évoque ceux qui précèdent Kirchner, les membres des associations mentionnent principalement Carlos Menem. Même la crise économique de 2001 est, selon eux, irrémédiablement liée aux politiques économiques mises en place par Carlos Menem. À cela, ils ajoutent généralement le fait que ces politiques prolongeaient celles mises en place pendant la dictature par le ministre de l’Économie José Alfredo Martínez de Hoz. Vis-à-vis des associations de victimes, Néstor Kirchner peut suivre deux chemins : soit il poursuit ce qui a été fait par ses prédécesseurs soit il s’engage dans un autre rapport.

La méfiance

34Les publications officielles des associations sont rares au moment de la victoire électorale de Néstor Kirchner. Alors que le pays sort progressivement de la crise économique, les associations de victimes accompagnent non seulement les acteurs qui travaillent auprès des personnes les plus démunies en Argentine, mais poursuivent aussi leur revendication pour la « Mémoire, la Vérité et la Justice » sur le passé dictatorial. Ainsi, l’AEDD écrit en mai 2003 dans sa revue :

  • 58 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, éditorial, Tantas voces… tantas vidas, mai 2003, année 3, (...)

« Ce n’est pas un hasard qu’aucun des candidats à la présidence de la République, tout de même, – nous faisons référence à ceux qui avaient de vraies chances de le devenir –, a eu l’idée, la délicatesse, le sérieux politique de se prononcer à ce propos [l’annulation des lois de Point final et d’Obéissance due]. Se plonger dans ce sujet brûlant impliquerait une éthique qu’aucun d’entre eux n’a démontré avoir58. »

35Pour l’AEDD, Kirchner ne se distingue pas des autres candidats. Publié en mai 2003, on peut supposer qu’au moment de la rédaction de cet éditorial, les résultats du premier tour de l’élection n’étaient pas connus. Cependant, Kirchner faisait tout de même partie des candidats susceptibles de passer au second tour. Il est donc désigné au même titre que les autres. L’AEDD estime que l’arrivée d’un nouveau président ne changera rien ni pour la gestion du passé dictatorial ni pour le reste :

  • 59 Ibid., p. 1-2.

« Aucun ne veut gouverner de manière responsable, ni changer un gouvernement constitutionnel en quelque chose qui se rapproche de la démocratie, car cela supposerait prendre en charge les besoins graves dont nous souffrons. Il semblerait plutôt qu’ils aient choisi un autre chemin : arriver au pouvoir, oui, mais pour continuer à soutenir ce système capitaliste qui crée du chômage, de la faim, et qui, dès qu’il réprime, le fait avec des méthodes qui se rapprochent de celles des gouvernements dictatoriaux59. »

36Suite à la première réunion avec le président Kirchner, les associations de défense des droits de l’homme – l’APDH, le SERPAJ, le CELS, la Liga et le MEDH –, et celles de victimes – Familiares, les Mères LF et les Grands-Mères – restent prudentes. Organisée le 3 juin 2003, avant la prise de fonctions de Kirchner, la réunion ne rassemble pas toutes les associations de victimes. Les MPM n’y assistent pas, alors qu’elles font partie des associations nées pendant la dictature, et ni l’AEDD ni H.I.J.O.S ne semblent avoir été convoquées. À la sortie de la réunion, Mabel Gutiérrez, alors présidente de Familiares déclare :

  • 60 Vales L., « Un día lleno de pañuelos blancos en la Rosada », Página 12, 4 juin 2003, [http://www.pa (...)

« Le président a défini des attentes par rapport à cette question. Il veut voir ce qui va se passer à la Cour suprême et dans ce sens, il n’a pas exprimé de compromis concret pour envoyer ce projet, bien qu’il n’ait pas rejeté cette option60. »

37Estela Barnes de Carlotto, présidente des Grands-Mères, dit :

  • 61 Ibid.

« [Le président Kirchner] s’est engagé à avancer dans une transformation humanitaire et véritable des forces armées et de sécurité dans leur ensemble. Nous voulons avoir des garanties que nous n’allons pas continuer à être malmenés par tous ceux qui ont un uniforme et des armes61. »

38Ces déclarations montrent que les membres des associations présentes n’estiment pas encore que l’élection de Kirchner représente un changement. Certes, elles sont reçues peu après son élection, ce qui après les tensions avec ses prédécesseurs est un changement. Toutefois, elles n’ont rien obtenu et le président s’en tient à l’importance du pouvoir judiciaire dans la gestion des questions liées au passé dictatorial.

Une acceptation progressive

39L’une des opinions sur le président Kirchner et sa politique la plus intéressante est sans conteste celle des MPM. Dès leur création en 1986, elles se sont opposées à tous les gouvernements, souvent violemment. Avec l’arrivée de Néstor Kirchner, les choses changent. La première réaction des MPM aux actions du gouvernement porte sur des questions liées à la gestion de la crise par le président. Dans une lettre adressée à celui-ci, Hebe de Bonafini écrit :

  • 62 De Bonafini H., « Carta al presidente Kirchner del 12 de febrero de 2004 », Periódico de las Madres(...)

« Par la présente, je m’adresse à vous, en caractère de présidente de l’Association des Mères de la Place de Mai, pour manifester notre solidarité et nos remerciements pour la fermeté que vous avez démontrée face aux exigences du Fond Monétaire International et des banques étrangères62. »

40Elle le remercie car on peut estimer qu’elle ne s’attendait pas à une telle attitude. Kirchner est issu du même parti politique que Carlos Menem, même si d’une autre tendance. Les MPM n’avaient pas de raisons d’imaginer que la politique de ce nouveau président irait dans une direction totalement opposée à celle de Menem. Ainsi, dans cette lettre, Hebe de Bonafini garde tout de même une certaine distance :

  • 63 Ibid.

« Monsieur le président, les Mères de la Place de Mai, au nom de nos 30 000 enfants disparus, nous vous prions de ne pas céder aux pressions impérialistes du FMI. Aidez-nous à toujours être fières de notre nationalité63. »

41Néstor Kirchner doit encore faire ses preuves aux yeux de la présidente des MPM en continuant à agir comme il le fait.

  • 64 Asociación madres de plaza de Mayo, « La victoria de las Madres », Periódico de las Madres, avril 2 (...)

42Un mois plus tard, après les événements du 24 mars 2004, le journal des MPM publie en première page une photo de Mères avec leurs foulards sur la tête devant l’ESMA. Sur la photo, est écrit : « La victoire des Mères64 ». À l’intérieur du journal figure une « lettre ouverte au président Néstor Kirchner » signée à nouveau par Hebe de Bonafini dans laquelle elle indique :

  • 65 De Bonafini H., « Carta al presidente Néstor Kirchner », Periódico de las Madres, avril 2004, Terce (...)

« Merci, Monsieur le président Dr. Néstor Kirchner,
Hier, le 24 mars, a été un jour historique, non seulement pour notre pays mais aussi pour le monde entier.
Il est vrai que nous luttons depuis 27 ans tous les jours à toute heure, mais sans vous,
M. le président, la journée d’hier n’aurait pas été possible.
Merci de démontrer avec vos mots l’amour que vous ressentez pour nos enfants.
Merci d’avoir transformé les promesses en faits.
Merci car, avec vous, même si nous ne sommes pas toujours d’accord, nous pouvons continuer à marcher côte à côte65… »

  • 66 De Bonafini H., éditorial, « Ante la conspiración, criticar haciendo y hacer criticando », Periódic (...)

43Alors que les MPM n’ont jamais soutenu les hommages et même bien au contraire les ont rejetés, elles remercient le président pour celui rendu à leurs enfants à l’ESMA. Le fait qu’elles acceptent de « marcher » avec lui, malgré des désaccords, est en soi un bouleversement dans l’attitude des MPM vis-à-vis du pouvoir politique. Jusqu’à présent, elles n’ont accepté aucune forme de négociations ou de demi-mesures. Il est vrai que Néstor Kirchner n’est là que depuis peu, et elles estiment qu’il reste encore beaucoup à faire, mais le manque de méfiance est déjà très significatif. Tout au long des années 1980 et 1990, les MPM se sont caractérisées par leur volonté de se distinguer des mobilisations de victimes, en refusant toutes les initiatives judiciaires ou les hommages liés au passé dictatorial. Leur changement d’attitude face au gouvernement de Néstor Kirchner nous montre toutefois que leurs revendications fondamentales étaient centrées sur ces questions. Elles reprochaient à Alfonsín de ne pas en faire assez avec la CONADEP ou le procès aux anciens commandants en chef des juntes. Alors que Néstor Kirchner est au pouvoir depuis moins d’un an et qu’il n’a pas encore pu résoudre les multiples problèmes économiques et sociaux du pays, elles le soutiennent ouvertement. On peut estimer qu’elles réagissent plus en victimes dédommagées, ou au nom des victimes (les détenus-disparus), qu’en tant qu’acteur politique ou social. Au cours des mois suivants, cette prise de position par rapport au gouvernement va se poursuivre. En juin 2004, elles défendent le président contre ses opposants, dénonçant une campagne de discrédit à son encontre66. Il est remarquable de constater que même lorsqu’elles dénoncent les problèmes en Argentine, comme la violence policière ou les procès intentés à des membres des secteurs ouvriers, elles accusent le ministère responsable et non le président. Ainsi, elles écrivent dans leur éditorial de juin 2005 :

  • 67 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial, « Justicia que viola todos los derechos », Periódico (...)

« Les juges, presque tous, sont les plus grands délinquants du système. Nous en avons souffert pendant la dictature et aujourd’hui il y en a encore plus de 440 en fonction qui reçoivent des salaires extraordinaires pour violer tous les droits67. »

44À aucun moment dans cet article, ou dans un autre du journal, n’est signalé que l’« épuration » entamée au début du mandat de Néstor Kirchner est insuffisante. La seule interpellation directe du président se produit en juillet 2005 pour rappeler la situation de millions d’Argentins démunis :

  • 68 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial, « El hambre, la más grande tortura », Periódico de l (...)

« Le président, l’État doit prendre en charge cette question. La résoudre est bien plus important que de condamner les génocidaires et les tortionnaires de la dictature. […] Un peuple dénutri et analphabète peut être dominé par n’importe quel Menem68. »

45D’un côté, on peut observer qu’elles n’accordent plus autant d’importance, comme la une du numéro d’avril 2004 le laissait entendre, à la question de la gestion du passé dictatorial. De l’autre, elles n’imputent aucune responsabilité au président quant aux conditions de vie des Argentins. Elles précisent surtout que leur situation peut les conduire à voter de nouveau pour « un Menem » qu’elles accusent depuis toujours de la situation dans laquelle se trouve l’Argentine contemporaine. L’interpellation au président n’est pas une réelle critique.

46Le cas des MPM est, de loin, le plus marquant dans le changement d’attitude du pouvoir politique que suppose l’arrivée de Néstor Kirchner. Aucune des autres associations ne marque aussi rapidement son soutien au nouveau président. Ainsi, parmi celles qui possèdent une publication à cette époque, les Grands-Mères parlent ponctuellement de l’action du président et uniquement lorsqu’elle porte sur les questions liées au passé dictatorial. Dans aucun des éditoriaux publiés entre mai 2003 et décembre 2007 dans le journal des Grands-Mères n’apparaît le nom du président. L’annulation des lois de Point final et d’Obéissance due est saluée, mais elle n’est pas mise sur le compte de l’action du gouvernement. Dans le numéro de mars 2006, elles publient l’éditorial suivant :

  • 69 Abuelas de plaza de Mayo, éditorial, « Hace treinta años que las Abuelas venimos sembrando memoria  (...)

« Nous semons de la mémoire car le fait de ne pas oublier est une garantie pour que les nouvelles générations n’aient pas à supporter la répétition de l’horreur du terrorisme d’État. Nous exigeons justice et vérité parce qu’elles sont les deux piliers qui soutiennent la santé politique, sociale et économique de la République et constituent un droit des habitants. […] Nous défendons les droits de l’homme, les droits civils et politiques, économiques, sociaux et culturels parce que nous avons le devoir de poursuivre la lutte des êtres chers qui nous manquent, conscientes que ce n’est qu’en les respectant et en les protégeant que l’Argentine obtiendra le taux d’équité, de justice et de solidarité nécessaire pour être considéré comme un pays sérieux. Nous combattons l’impunité parce que nous sommes convaincues que les auteurs de crimes contre l’humanité, ceux qui ont donné le pays et ses richesses, ceux qui ont produit la faim, la misère, l’inégalité, le chômage et ont abandonné le plus grand nombre doivent être punis par la loi et payer leurs fautes dans des prisons de droit commun69. »

47La responsabilité du président, ou de son gouvernement, n’est pas évoquée. Que ce soit pour saluer son action ou la critiquer, l’association ne se positionne pas.

48L’autre association qui possède une publication à cette époque et qui, nous semble-t-il, reflète le dernier point de vue face au nouveau président est l’AEDD. Dans l’éditorial du numéro de septembre 2005 de la revue de l’association, Tantas voces… Tantas vidas, les membres de l’association écrivent :

  • 70 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, éditorial, Tantas Voces… Tantas vidas, septembre 2005, an (...)

« Nombreuses sont les années de gouvernements constitutionnels qui ne répondent qu’aux exigences du capital et du pouvoir global, se désintéressant des besoins les plus élémentaires de la majorité de la population. Nous le vivons au quotidien. C’est pour cela que, bien que les pas significatifs faits par ce gouvernement pour en finir avec les génocidaires d’hier nous aient réjouis et que nous célébrons la décision de la Cour suprême, nous disons aussi que ce même gouvernement n’a pas modifié les bases fondamentales du modèle néolibéral qui impose les plus grandes inégalités sociales que nous ayons connues70. »

  • 71 Barros O., « Organismos de derechos humanos. Una mirada desde el presente », Tantas voces… Tantas v (...)

49La vision de l’AEDD s’oppose complètement à celle des MPM qui, si elles reconnaissent les inégalités, interpellent le président Kirchner pour qu’il fasse quelque chose. Les membres de l’AEDD pensent que les politiques qui ont mené l’Argentine à la situation où elle se trouve n’ont pas été mises de côté et se poursuivent. L’association ne se contente pas de la satisfaction de certaines de leurs revendications. D’un côté, elle réclame plus et notamment des procès collectifs qui auraient lieu centre clandestin de détention par centre clandestin de détention, et non pas détenu-disparu par détenu-disparu. De l’autre, elle continue de mettre en relation l’action des détenus-disparus pour une justice sociale avec la situation économique et sociale actuelle du pays. Dans la revue publiée en mars 2006, un membre de l’association précise qu’en Argentine, il y a toujours un problème de « faim » de la population et de « prisonniers politiques ». Il déclare : « Cette réalité est celle qui nous amène à soutenir que les actions du gouvernement par rapport aux génocidaires ne suffit pas71. » L’association réclame le respect des droits de l’homme « en général » face à un gouvernement qui, selon ses membres, souhaite cantonner leur préservation à la résolution de la question du passé dictatorial. Ce constat nous semble effectivement très pertinent, toutefois, l’AEDD, à l’instar des associations de proches de disparus, semble avoir contribué à cette situation.

Quelle(s) lutte(s) pour quelle(s) victime(s) ?

50Si les associations de victimes n’ont pas tout de suite accordé leur confiance au nouveau président, il est évident que pour certaines le rapprochement avec Néstor Kirchner s’est tout de même fait très rapidement. Dès les toutes premières années de son mandat, plusieurs associations montrent un engouement que même Raúl Alfonsín n’a pas obtenu. Les précautions des années 1983-1984, qui contribueront notamment à la division des Mères de la place de Mai en 1986, sont abandonnées en faveur d’un soutien qui est parfois sans failles. Le fait est que Kirchner s’adresse directement à certains membres de ces collectifs. Raúl Alfonsín tentait de parler à de nombreux secteurs d’une société fragilisée par la dictature et de nombreuses années d’instabilité politique auparavant. Carlos Menem s’adressait à des secteurs bien précis dont il pouvait profiter et qui pouvaient bénéficier de sa présence à la tête du pouvoir. Dans cette dynamique, les réclamations des associations de victimes devaient s’arrêter et la dictature rester dans le passé. Pour répondre à cela, notamment, les associations insistent de plus en plus sur le lien entre les luttes du passé et du présent. Lorsque Néstor Kirchner arrive au pouvoir, le fait de prendre en compte les réclamations des associations de victimes n’implique pas uniquement la résolution concrète des questions qu’elles dénoncent. Afin d’obtenir un soutien pérenne, Kirchner adopte un discours proche de celui des associations.

Le discours militant du président Kirchner et la figure du « disparu-militant »

51La réappropriation d’un passé dans le discours politique n’est pas une exclusivité argentine. Les travaux portant sur les liens entre histoire, mémoire et discours politiques sont nombreux. Dans un ouvrage récent, Ana Soledad Montero s’intéresse aux « utilisations de la mémoire dans les discours kirchneriste (2003-2007) ». Elle centre sa recherche sur le mandat de Néstor Kirchner en tant que président. Certains aspects de son étude nous semblent intéressants pour comprendre quels sont les éléments du discours du président qui coïncident avec ceux des associations de victimes. Montero signale même que ces discours proviennent des membres du « mouvement des droits de l’homme ». Pour comprendre ce qu’elle entend par là, deux axes de lecture sont particulièrement éclairants pour notre réflexion.

  • 72 Montero A. S., ¡ Y al final un día volvimos ! Los usos de la memoria en el discurso kirchnerista (2 (...)
  • 73 Montero A. S., op. cit., p. 104-110.

52Tout d’abord, elle revient sur les constructions discursives autour du passé récent argentin par le président Kirchner. Elle signale que « le discours kirchnériste reconstruit les trois dernières décennies comme un bloc temporel qui va de l’année 1976 à l’année 2001 ». Selon elle, « ce bloc est défini presque sans nuances et sans ambages et dans lequel […] les pratiques dictatoriales sont présentées comme équivalentes au modèle économique néolibéral72 ». Le lien entre modèle économique néolibéral et politiques économiques de la dictature est certes soutenu et démontré par de nombreux chercheurs. Toutefois, Kirchner est le premier président argentin à faire officiellement ce lien. Ce type de discours n’est pas sans nous rappeler les publications des associations. Cette connexion entre passé dictatorial et les gouvernements depuis 1983 n’est pas qu’une stratégie pour obtenir le soutien des associations de victimes. Carlos Menem est tout de même arrivé en tête du premier tour des élections en 2003. Bien qu’il ne se soit pas présenté au second tour, il reste un acteur politique de la sphère publique argentine, qui plus est, à l’instar de Kirchner, il se réclame du péronisme. Ces discours permettent donc de discréditer un opposant. Cette stratégie est d’autant plus intéressante que les associations ont fait appel au même recours : en réorientant leurs discours dans les années 1990, elles voulaient obtenir le soutien de certaines franges de la société à une époque où leurs actions étaient particulièrement difficiles à mener. Un autre aspect nous semble aussi très éclairant : dans les deux cas, le mandat de Raúl Alfonsín ne se distingue pas, ou difficilement, de celui de Carlos Menem. Alors que lors de nos entretiens – entre la fin 2006 et la fin 2008 – certains membres issus de presque toutes les associations, à l’exception claire des MPM, admettent que la CONADEP en 1984 et le procès des anciens commandants en chef des juntes en 1985 ont été des étapes très significatives dans la construction d’un récit autour du passé dictatorial, qu’ils admettent même qu’Alfonsín a été président lors d’une période très trouble, dans les années 1990, aucune distinction n’était faite. Kirchner nuancera ponctuellement ses dires, mais lors de sa présidence, il a difficilement distingué les présidences alfonsiniste et ménémiste73.

  • 74 Montero A. S., op. cit., p. 91.
  • 75 Longoni A., Traiciones, Buenos Aires, Siglo XXI Editores, 2007 et Sarlo B., Tiempo Pasado, Buenos (...)
  • 76 Montero A. S., op. cit., p. 98.
  • 77 Ibid., p. 120.

53L’autre axe évoqué par Montero et qui nous semble très significatif du lien qui existe entre les discours des associations de victimes et ceux de Kirchner fait référence à l’appropriation des discours autour du militantisme des années 1960 et 1970 par le président. Comme nous avons pu le voir dans les références au discours du 24 mars 2004, Kirchner s’identifie comme un membre de « cette « génération » de jeunes militants » et il « revendique [leurs] pratiques, leurs valeurs, leurs idéaux, leurs croyances et leur sens de la politique74 ». Il reprend donc certaines formes de leurs discours et de leurs revendications. Nous ne pouvons revenir sur tous les aspects de ce discours signalés dans le travail de Montero, ni même sur d’autres travaux qui reviennent justement sur la construction du militant75, mais certains points nous intéressent particulièrement. Ainsi, elle évoque le fait que Kirchner dépeint les militants des années 1960-1970 comme des « idéalistes [poussés] par des “rêves”, des “espoirs” et des “convictions” ». À l’instar des membres des associations de proches, ces jeunes gens n’ont pas d’appartenance politique concrète, même si depuis le milieu des années 1990, dans les déclarations et les publications des associations apparaissent le nom d’organisations. Montero précise même que « le discours présidentiel reconstruit et recrée un imaginaire dépourvu de nuances et de complexité76 ». Que ce soit le président ou les associations de victimes, les différences idéologiques omniprésentes dans l’Argentine des années 1960 et 1970, à travers une multiplicité d’organisations, sont effacées. Ces militants sont perçus comme un ensemble au même titre que les disparus sont 30 000 et que les associations de victimes refusent officiellement les compensations financières puisque, selon elles, elles individualisent leurs réclamations. En ce sens, lorsque le président Kirchner parle des militants dont il estime faire partie, il semble surtout parler de ceux qui ne sont plus là : les disparus. Il s’adresse avant tout aux proches et, comme le signale Montero, il s’adresse aux Argentins pour souligner que « la transition démocratique [a été] un processus non seulement incomplet et inachevé, mais aussi, surtout, incorrect et même opposé au sien qui constitue ainsi un « authentique » projet de refondation démocratique77 ».

  • 78 Chillier G., « Prólogo », dans CELS, Derechos humanos en Argentina. Informe 2008, Buenos Aires, Sig (...)

54Pour finir, nous souhaiterions revenir au lien entre « droits de l’homme », « disparus » et « démocratie », qui n’est pas sans nous rappeler la citation du membre de l’AEDD, Osvaldo Barros qui laissait entendre que la politique de défense des droits de l’homme de Néstor Kirchner se limitait au passé dictatorial. C’est aussi ce que souligne le CELS dans son rapport annuel sur les droits de l’homme en Argentine en 2008. L’association profite du fait que 2007 ait marqué la fin du mandat de Néstor Kirchner pour non seulement revenir sur cette dernière année, mais aussi sur l’ensemble du mandat. Si l’association salue les changements apportés par le gouvernement de Néstor Kirchner78, elle signale que certaines questions n’ont pas été modifiées en profondeur. Elle revient sur les inégalités, la violence policière, l’accès à l’eau, au logement, etc. et dresse le tableau suivant :

  • 79 Ibid., p. 28.

« Depuis le début de la transition démocratique, la majorité des organisations de défense des droits de l’homme, à laquelle nous appartenons, a entamé un débat sur la portée du concept dans lequel était engagée notre lutte. Les résultats de ce processus ont été différents et ont marqué les diverses trajectoires qui ont caractérisé chaque organisation pendant toutes ces années. Cette discussion a néanmoins eu un point de départ partagé qui interrogeait le fait de limiter le concept des droits de l’homme à la révision du passé autoritaire. La valeur de cette réflexion commencée par les organisations à l’intersection de deux époques explique en bonne partie sa vitalité et sa survie presque trente ans plus tard. […] Le gouvernement de Néstor Kirchner a constitué, dans ce sens, un nouveau point de départ. En rendant explicite son engagement pour les droits de l’homme et en développant l’agenda historique des organisations, il aurait dû renouveler la possibilité de penser et d’agir sur des situations de violation des droits en démocratie. Néanmoins, le trait fondamental et presque excluant de la politique des droits de l’homme du gouvernement sortant a été l’intérêt pour la consolidation des procédures judiciaires contre les crimes du terrorisme d’État. Sans nier l’importance institutionnelle et sociale de l’obtention du châtiment pour ces crimes, le CELS pense qu’il faut éviter que l’agenda social sur les droits de l’homme soit centré de manière exclusive sur ces procès79. »

  • 80 Todorov T., op. cit., p. 31-32.
  • 81 Ricœur P., op. cit., p. 96.

55Gastón Chillier, directeur exécutif du CELS, insiste ainsi sur le besoin d’élargir la gestion des questions liées à la défense des droits de l’homme. Tout comme à l’époque de la dictature, la répression, ou plus précisément ici ses conséquences, prend le pas sur la consolidation d’une culture sociale et politique liée à la défense de tous les droits de l’homme. Lorsqu’Ana Soledad Montero évoque des rapprochements entre le discours présidentiel de Kirchner et les discours des associations du « mouvement des droits de l’homme », elle fait en fait surtout référence aux associations de victimes. Les dénonciations d’autres violations des droits de l’homme dans le pays ont coexisté avec les réclamations concernant le passé dictatorial. Elles ont été l’objet, et pourrait-on dire sont l’objet, de demandes des associations de victimes auprès des différents gouvernements. Cependant, comme nous le verrons plus précisément dans le dernier chapitre de cet ouvrage, les réactions face aux actions menées par Néstor Kirchner confirment l’idée que les associations de victimes sont avant tout cela : des associations de victimes et non pas tant de défense des droits de l’homme. Si elles collaborent ponctuellement à d’autres causes, leurs actions sont centrées sur l’obtention d’une forme de réparation pour le préjudice subi pendant la dictature : que justice soit rendue ou que la dictature et ses crimes ne soient pas oubliés pour qu’ils ne se reproduisent pas. Ce dernier point nous renvoie à la construction d’une « mémoire exemplaire80 » qui aurait pour objectif de se projeter dans le présent. Toutefois, l’apparente volonté du président Kirchner et de son gouvernement de vouloir limiter la question de la défense des droits de l’homme à la résolution des questions liées au passé dictatorial tend à élaborer une « mémoire littérale ». En ce sens, une revendication de l’ensemble des associations est très significative : la volonté de faire reconnaître la répression dictatoriale comme un « génocide » pour établir un « élément fondateur81 » dans la construction d’une mémoire collective argentine et dans la défense des droits de l’homme dans ce pays.

Les caractéristiques des disparus dans la définition de la répression dictatoriale

  • 82 Chaumont J.-M., La Concurrence des victimes, génocide, identité, reconnaissance, Paris, La Découver (...)
  • 83 Ibid., p. 126-180.
  • 84 Traverso E., « La singularité d’Auschwitz. Hypothèses, problèmes et dérives de la recherche histori (...)
  • 85 Madres de plaza de Mayo, « Análisis de la situación argentina en materia de derechos humanos », no (...)

56Dans son ouvrage, La Concurrence des victimes, Jean-Michel Chaumont revient sur le débat sur « la singularité de la Shoah ». Initié au début des années 1960 aux États-Unis, il avait pour but de distinguer l’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale au sein de l’ensemble des crimes commis par le régime nazi. Cette théorie tente de démontrer que le cas de la Shoah est unique. Pour ce faire, on tend à la comparer à des faits ayant eu lieu antérieurement, en démontrant que l’horreur est allée plus loin, mais on empêche par ailleurs toute comparaison avec des faits qui se sont produits par la suite, en insistant sur le fait qu’un summum aurait été atteint avec les camps de concentration. Ce débat avait été lancé par les rescapés des camps de concentration, c’est-à-dire par les victimes82. En Argentine, il n’y a pas eu de débat, mais cela ne signifie pas que la disparition forcée de personnes, et ses conséquences, ne soit pas singularisée par les associations de victimes. En évoquant, dès le début de leur lutte, les camps de concentration allemands et la Shoah, les associations de victimes, à l’instar d’autres groupes83, ont rapidement voulu mettre en évidence les particularités du crime dont les disparus et leurs familles ont été les victimes84. Pour expliquer l’utilisation de cette référence par les associations de victimes en Argentine, on peut s’en remettre au public qu’elles visaient dans un premier temps. Il s’agissait avant tout d’atteindre les opinions publiques européennes et nord-américaines pour ensuite toucher la population argentine. Ainsi, les associations de victimes confrontées à l’action et aux discours militaires qui tentent de discréditer leurs revendications en attaquant notamment les familles posent des repères qui permettent aux opinions publiques occidentales de les comprendre. Dans un document de novembre 1979, les Mères écrivent : « Il s’agit d’un cas de terrorisme d’État, probablement unique en Occident. Il faudrait revenir aux crimes du nazisme allemand pour trouver quelque chose de semblable85. »

  • 86 Nous n’avons trouvé aucune référence au stalinisme ou au goulag. De même, la guerre du Vietnam ou d (...)

57Dans cette citation, les « crimes du nazisme » sont la seule référence possible. Alors que depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à 1979, d’autres crimes et guerres ont été dénoncés86, le nazisme est perçu comme l’unique point de comparaison possible. En septembre 1984, alors que Raúl Alfonsín est au pouvoir depuis neuf mois, que le rapport de la CONADEP est sur le point d’être remis et que le procès aux Juntes doit avoir lieu, les Mères écrivent dans leur Boletín :

  • 87 Madres de plaza de Mayo, éditorial « Amnistía », Boletín, septembre 1984, année II, n° 19/20, p. 1.

« La récupération morale de l’Argentine ne sera possible que si les responsables d’une horreur qu’on ne peut que comparer aux camps de concentration nazis et à l’holocauste sont jugés et reçoivent le châtiment qui leur correspond87. »

  • 88 Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, « Los campos de concentración », Tes (...)

58En mentionnant les camps de concentration, elles évoquent les centres clandestins de détention ; l’holocauste quant à lui rappelle la disparition massive de personnes, l’importance numérique. Même si les 30 000 disparus sont bien loin des six millions de Juifs, la comparaison permet d’insister sur le nombre de victimes du crime. À la même époque, en date du 20 septembre 1984, Familiares publie un numéro de la revue Testimonios sobre la represión y la tortura qu’elle intitule tout simplement « Los campos de concentración88 ». Aucune explication n’est donnée pour justifier l’utilisation de ce terme. Le choix semble naturel pour décrire les lieux par lesquels ont transité les disparus et les anciens détenus-disparus. Le numéro de la revue revient sur la méthodologie de la disparition forcée de personnes et détaille le calvaire vécu par ceux qui y ont été. Alors que par la suite, particulièrement à partir des années 2000, Familiares utilise le terme de centre clandestin de détention, au sortir de la dictature afin de convaincre une opinion publique argentine recevant toutes sortes d’informations sur la répression dictatoriale, l’association choisit, dans ce document de 1984, un terme clairement connoté.

  • 89 Le nom complet de cette convention est : « Convention pour la prévention et la répression du génoci (...)

59Dans un numéro précédent de la même revue daté du 6 juillet 1984 intitulé « Genocidio : crimen de lesa humanidad », Familiares publie la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide des Nations unies de 194889. L’association revient ensuite sur les arguments justifiant l’utilisation du terme de « génocide » dans le cas argentin :

  • 90 Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, « Genocidio : crimen de lesa humanid (...)

« Le génocide, selon la Convention, est le fait de commettre des actes avec l’intention de détruire totalement ou partiellement un groupe national, ethnique, racial ou religieux. Ces actes sont, tout d’abord, le massacre au sens littéral du mot. Mais un groupe d’êtres humains peut être détruit sans que le seul recours soit l’extermination physique directe. Sont inclus dans la définition générale de génocide : les actes qui provoquent une lésion grave à l’intégrité physique ou mentale d’un groupe, une soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence qui “doivent engendrer” sa destruction physique, l’imposition de mesures destinées à empêcher les naissances et le transfert forcé d’enfants d’un groupe à un autre.
Le texte du dépliant qui informe sur la convention semble se limiter à la considération de ce qui peut arriver à une minorité soumise. À cette époque, il n’était pas prévu que la dimension du crime perpétrée dans notre Patrie (ainsi que dans d’autres pays d’Amérique latine, particulièrement dans le Cône sud et en Amérique centrale) ait pour résultat une situation presque inversée : tout un peuple est victime du “crime de lèse-humanité” et ceux qui le perpètrent sont une minorité, une petite tranche de la société : l’oligarchie financière et les monopoles alliés à l’impérialisme90. »

60Ce sont donc tous les Argentins qui ont été victimes de génocide en tant que « groupe national ». L’utilisation du terme permet non seulement de tenter de rallier l’ensemble de la population à leur réclamation, mais aussi de signifier l’ampleur du crime.

  • 91 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, Documento « 10 años de lucha por Memoria y Justicia. 1984 (...)

61Parallèlement, pendant les premières années d’existence de l’AEDD, le terme « camp de concentration » coexiste avec celui de « centre clandestin de détention ». Nous ignorons à quel moment précis le terme de « camp de concentration » a été définitivement abandonné pour celui de « centre clandestin de détention ». Nous le retrouvons encore dans une publication de l’association en 1994 à l’occasion de son dixième anniversaire91. En 2001, dans ce qui devient la publication régulière de l’association Tantas voces… Tantas vidas, le terme utilisé est « centre clandestin de détention ». Le terme « génocide » est maintenu.

  • 92 Elles utilisent notamment le terme de « camps de concentration », par exemple pour parler de l’Écol (...)
  • 93 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial, « “SS” virus asesino », Periódico de las Madres, ann (...)
  • 94 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial, « Sin cárcel a los genocidas no hay democracia », Pe (...)

62Au-delà de ces deux termes, les MPM multiplient au cours des années 1990 et au début des années 2000, les références au régime nazi92. À cette époque, la différence avec les autres associations réside dans le fait qu’elles comparent non seulement la dictature à ce régime, mais aussi le gouvernement élu, notamment celui de Carlos Menem. En juin 1994, à propos de la création d’un secrétariat de Sécurité, elles intitulent leur éditorial : « “SS” virus asesino » (« “SS” virus assassin »)93. En mai 1997, elles qualifient de « génocidaires » les militaires qui ont participé à la répression dictatoriale94. Les MPM tentent d’établir des repères simples et précis qui vont permettre à leurs lecteurs de placer les crimes et les acteurs de la dictature dans un cadre préétabli, celui du régime nazi. Outre ces exemples, on peut évoquer la façon dont elles décrivent Jorge Rafael Videla en septembre 1998 alors qu’il est emprisonné pour cinq cas d’enlèvements d’enfants :

  • 95 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial, « El mayor criminal de la historia argentina », Peri (...)

« Videla a été arrêté pour le vol d’enfants. Le monde entier condamne Videla pour avoir “volé” cinq enfants. Quelle tristesse ! Quelle impuissance nous ressentons, nous, les Mères ! Nous qui savons que Videla est le plus grand criminel de l’histoire argentine, qu’il a été à la tête de la destruction de la société, qu’il a torturé, violé et assassiné presque deux générations d’Argentins95… »

63Alors que Videla n’est pas plus coupable que d’autres membres des Juntes qui ont dirigé le pays pendant la dictature, elles en font le coupable par excellence. Il a néanmoins été le premier président de facto, celui qui est resté le plus longtemps au pouvoir pendant la dictature (1976-1981), et surtout celui qui était à la tête du pouvoir pendant la période la plus sanglante de la répression (1976-1979). Ce besoin de personnifier la dictature ne peut que nous rappeler les références à des régimes unipersonnels tels que le nazisme ou le pinochétisme au Chili, si l’on cherche une référence plus proche géographiquement. En donnant un visage à la dictature, les MPM, parallèlement aux discours d’H.I.J.O.S et aux déclarations des anciens militaires, contribuent à l’élaboration d’une mémoire collective dans laquelle la dictature et ses crimes doivent prendre une place privilégiée. Plus largement, les associations de victimes souhaitent inscrire ce qui s’est passé en Argentine dans une histoire universelle des violations graves des droits de l’homme au xxe siècle.

  • 96 Nous reviendrons sur cette condamnation et ce procès dans le dernier chapitre de l’ouvrage.
  • 97 Pertot W., « Delitos cometidos en el marco del genocidio », Página 12, 20 septembre 2006, [http://w (...)

64Dans cette optique, la condamnation de Miguel Etchecolatz le 19 septembre 200696 pour « délits de lèse-humanité commis dans le cadre d’un génocide97 » est perçue comme une victoire pour les associations. Les membres de l’AEDD dans leur revue Tantas voces… Tantas vidas de décembre 2006 écrivent :

  • 98 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, éditorial, Tantas voces… Tantas vidas, décembre 2006, ann (...)

« [Il s’agit d’un] jugement historique que nous avons obtenu : pour la première fois, une sentence établit que, dans notre pays, il y a eu un génocide98. »

65Les Grands-Mères dans leur journal du mois d’octobre 2006 saluent la sentence de la façon suivante :

  • 99 Abuelas de plaza de Mayo, « La obediencia le es debida a la justicia : punto final a la impunidad d (...)

« Etchecolatz est un génocidaire, c’est une sentence judiciaire qui le dit au-delà de la condamnation pénale qui lui a été appliquée et du fait qu’il va passer le reste de ses jours dans une prison de droit commun99… »

66La sentence judiciaire assoit un précédent et les associations de victimes ou celles de défense des droits de l’homme ne sont plus seules à parler de « génocide » ou de « génocidaire ». En effet, le gouverneur de la province de Buenos Aires de l’époque, Felipe Solá, déclare :

  • 100 « Satisfacción oficial y entre organismos de derechos humanos », La Nación, 20 septembre 2006, [htt (...)

« Ni à Nuremberg, ni en Allemagne, ni au Chili, ni en Uruguay, ni au Brésil où il y eut des répressions féroces dans les années 1960 et 1970, on est allé aussi loin100. »

  • 101 Ricœur P., op. cit., p. 96 : « Ce que nous célébrons sous le titre d’événements fondateurs sont pou (...)
  • 102 Ibid., p. 98.
  • 103 Salvi V., De vencedores a víctimas. Memorias militares sobre el pasado reciente en Argentina, Bueno (...)
  • 104 Ibid., p. 139-175.

67Il cherche à démontrer que ce qui se produit en Argentine est exceptionnel, et surtout, s’inscrit dans une histoire universelle. Le « génocide » commis pendant la dictature devient alors un « élément fondateur101 », tels que le définit Paul Ricœur. Dans ce sens, il implique certaines « dérives » évoquées par l’auteur : « Trop de mémoire, dans telle région du monde, donc abus de mémoire, pas assez de mémoire ailleurs, donc abus d’oubli102. » Le cas argentin ne se distingue pas des autres. En ce sens, on peut évoquer la visibilité de plus en plus grande de secteurs qui revendiquent d’« autres victimes », celles du « terrorisme subversif ». La sociologue Valentina Salvi signale qu’avec la réouverture massive de procédures judiciaires à l’encontre des militaires en 2005 : les secteurs qui réclament au nom des personnes qui ont été tuées par les organisations armées dans les années 1970 sont à nouveau très visibles dans la sphère publique argentine103. Ces derniers ont toujours été présents en Argentine, ils ont dû évoluer avec le temps, les politiques étatiques liées au passé dictatorial et les discours en circulation à chaque période. Cependant après 2005, ils obtiennent une plus grande visibilité notamment avec la création du regroupement d’organisations Memoria Completa. Salvi montre, notamment, comment des manifestations, des hommages, voire des mots d’ordre s’inspirent clairement des associations de victimes104. Cependant, un des aspects les plus significatifs est la dénonciation du « non respect des droits de l’homme » par le gouvernement de Néstor Kirchner. Ces collectifs se sentent clairement lésés puisqu’ils estiment que « leurs » victimes ne sont pas prises en compte dans la construction d’un récit officiel sur le passé dictatorial. Ces éléments s’intègrent dans le cadre de plusieurs récits : ceux des militaires de la dictature qui « luttait dans le cadre d’une guerre sale », ceux de la théorie des deux démons dans les années 1980 qui soutiennent qu’il y avait deux camps équivalents –ainsi si certains sont jugés en 2005, les autres aussi doivent l’être –, ceux des secteurs pour qui tout ceci appartient au passé et cette porte aurait dû être fermée, etc. Toutefois, la mise en relation permanente du passé dictatorial avec les réalités économiques, sociales et politiques de l’Argentine contemporaines et surtout l’utilisation d’une dénomination commune, « violation des droits de l’homme », pour les définir nous semble ouvrir un champ pour ce type de réclamations.

68Le mandat de Néstor Kirchner représente à la fois une continuité dans la lutte des organisations, mais aussi un tournant. S’il est vrai qu’elles ont finalement toujours agi comme des associations de victimes, l’utilisation d’une terminologie qui leur est propre aurait été difficile avant les mesures prises par ce gouvernement. Ce n’est finalement qu’à partir d’alors qu’elles s’affirment dans ce rôle, qu’elles doivent faire face à de nouveaux défis qui impliquent notamment un lien complexe avec le pouvoir politique.

Notes

1 Pereyra S., ¿ La Lucha es una sola ? La movilización social entre la democratización y el neoliberalismo, Buenos Aires, Universidad Nacional General Sarmiento/Biblioteca Nacional, 2008, p. 57-88.

2 Ginzberg V., « El gobierno argumentó en la CIDH contra las leyes de impunidad », Página 12, 1er mars 2003, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-17117-2003-03-01.html], consulté le 10 février 2014.

3 Ginzberg V., « Cada maestrito con su propio librito », Página 12, 26 avril 2003, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-19359-2003-04-26.html], consulté le 10 février 2014.

4 Wainfeld M., « A la conquista del voto ajeno », Página 12, 28 avril 2003, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-19435-2003-04-28.html], consulté le 10 février 2014. Carlos Menem a obtenu 24 % des voix, Néstor Kirchner 22 %, Ricardo López Murphy 16,5 %, Elisa Carrió 14,2 % et Adolfo Rodríguez Saá 14,1 %.

5 Granovsky M., « Menem declinó y quedó junto a Sobremonte », Página 12, 15 mai 2003, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-20151-2003-05-15.html], consulté le 10 février 2014.

6 Ricœur P., La Mémoire, lhistoire, loubli, Paris, Le Seuil, 2000, p. 107.

7 Boletín oficial de la República Argentina, 3 septembre 2003, année CXI, n°30226, p. 1, [http://www.boletinoficial.gov.ar/DisplayPdf.aspx?s=BPBCF&f=20030903], consulté le 10 février 2014 (erreur en 2017).

8 « Diputados aprobó la anulación de las leyes de perdón », La Nación, 12 août 2003, [http://www.lanacion.com.ar/518793-diputados-aprobo-la-anulacion-de-las-leyes-de-perdon], consulté le 10 février 2014.

9 Voir le résumé du CELS : [http://www.cels.org.ar/common/documentos/sintesis_fallo_csjn_caso_poblete.pdf], consulté le 10 février 2014.

10 Ils sont condamnés le 9 novembre 2001. Il s’agit de la première condamnation dans un procès oral et public pour vol d’enfants.

11 Ginzberg V., « Una llave para reabrir la justicia », Página 12, 7 mars 2001, [http://www.pagina12.com.ar/2001/01-03/01-03-07/pag03.htm], consulté le 10 février 2014.

12 Julio « El Turco » Simón a été condamné le 5 août 2006 à 25 ans de prison pour avoir enlevé et torturé José Poblete et Gertrudis Hlaczick. Rodríguez Niell P., « Histórica condena por crímenes de la dictadura », La Nación, 5 août 2006, [http://www.lanacion.com.ar/829171-historica-condena-por-crimenes-de-la-dictadura], consulté le 10 février 2014.

13 « El presidente recibió el respaldo de Carlotto y de Pérez Esquivel », La Nación, 8 août 2003, [http://www.lanacion.com.ar/517749-el-presidente-recibio-el-respaldo-de-carlotto-y-de-perez-esquivel], consulté le 10 février 2014.

14 Ibid.

15 Ricœur P., op. cit., p. 387.

16 Todorov T., Les Abus de la mémoire, Paris, Arléa, 2004, p. 31-32.

17 Margarita Stolbizer est actuellement députée.

18 Patricia Walsh a été candidate présidentielle à deux reprises et députée nationale de la province de Buenos Aires jusqu’en 2012.

19 Serra L., « Ofensiva opositora en la Cámara contra los indultos », La Nación, 15 mars 2004, [http://www.lanacion.com.ar/581675-ofensiva-opositora-en-la-camara-baja-contra-los-indultos], consulté le 10 février 2014.

20 Télam, « Indultos : el PJ logró el proyecto de resolución », La Nación, 23 mars 2004, [http://www.lanacion.com.ar/585172-indultos-el-pj-logro-aprobar-el-proyecto-de-resolucion], consulté le 10 février 2014.

21 Agencia DyN, « Se frustró la sesión en Diputados para anular los indultos », La Nación, 30 mars 2004, [http://www.lanacion.com.ar/587797-se-frustro-la-sesion-en-diputados-para-anular-los-indultos], consulté le 10 février 2014.

22 « Piden una sesión para derogar los indultos », La Nación, 16 juin 2005, [http://www.lanacion.com.ar/713404-piden-una-sesion-para-derogar-los-indultos], consulté le 10 février 2014.

23 Ibid.

24 Obarrio M., « Kirchner exhortó a anular los indultos », La Nación, 25 mars 2006, [http://www.lanacion.com.ar/791784-kirchner-exhorto-a-anular-los-indultos], consulté le 10 février 2014.

25 Hauser I., « Sin trabas para hacer justicia », Página 12, 14 juillet 2007, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-88095-2007-07-14.html], consulté le 10 février 2014.

26 Curia W., La Cara oculta de Kirchner. El último peronista, Buenos Aires, Sudamericana, 2006, p. 35-49.

27 Bernadou V., « La restauration d’une autorité politique. L’itinéraire “extraordinaire” du président Nestor Kirchner », Politix, 2007/4, n° 80, p. 129-153.

28 Lorenz F. G., « ¿ De quién es el 24 de marzo ? Las luchas por la memoria del golpe de 1976 », dans E. Jelin (dir.), Las Conmemoraciones : las disputas en la fechas “in-felices”, Madrid, Siglo XXI de España, 2002, p. 53-100.

29 Roberto Bendini (1945) est un général proche de Kirchner. L’objectif de sa nomination est de retirer les hauts gradés proches de Carlos Menem et des secteurs présents pendant la dictature. Il quittera son poste en 2008 suite à des accusations de corruption.

30 Dans cette Cour d’honneur figurent tous les généraux qui ont dirigé cette institution.

31 Veiras N., « Quedaron los clavos para la historia », Página 12, jeudi 25 mars 2004, p. 5.

32 Feld C., « Deux religieuses françaises disparues à l’ESMA : Alice Domon et Léonie Duquet », dans B. Fleury et J. Walter, Qualifier des lieux de détention et de massacre (3), Figures emblématiques, mobilisations collectives, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2010, p. 249-271. Le travail de Claudia Feld permet de voir que l’ESMA est devenu un symbole de la répression argentine pour les médias français.

33 Abiad P., « El día en que los ex detenidos fueron guías entre los pasillos de la ESMA », Clarín, 25 mars 2004, p. 4.

34 Vidéo du discours produite par l’équipe de communication de la Casa Rosada : [http://www.youtube.com/watch?v=yCvGJiCLg1s], consulté le 10 février 2014. Toutes les citations proviennent de ce discours.

35 Jelin E., « Víctimas, familiares y ciudadanos/as : las luchas por la legitimidad de la palabra », Cuadernos Pagu, n° 29, juillet-décembre 2007, p. 48.

36 Ricœur P., op. cit., p. 104 : « [La posture de victime] engendre un privilège exorbitant, qui met le reste du monde en position de débiteur de créances. »

37 Lefranc S., Mathieu L., « De si probables mobilisations de victimes », dans S. Lefranc, L. Mathieu (dir.), Mobilisations de victimes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2009, p. 19.

38 Veiras N., art. cit. ; Braslavsky G., « Señales de tensión en el Ejército : dos altos jefes piden el pase a retiro », Clarín, 24 mars 2004, p. 6.

39 « Pampuro salió a decir que « está todo tranquilo en el Ejército » », Clarín, 26 mars 2004, p. 15.

40 Felipe Solá a été, entre 2002 et 2007, gouverneur de la province de Buenos Aires.

41 Jorge Obeid a été gouverneur de la province de Santa Fe entre 1995 et 1999 et entre 2003 et 2007.

42 José Manuel de la Sota a été gouverneur de la province de Córdoba entre 1999 et 2007.

43 Jorge Busti a été trois fois gouverneur de la province d’Entre Ríos, il a aussi été sénateur et député de la Nation.

44 Carlos Verna a été gouverneur de la province de La Pampa entre 2003 et 2007.

45 « Textuales », Página 12, 26 mars 2006, p. 2.

46 Schurman D., « Habrá acto sin gobernadores », Página 12, 23 mars 2004, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-33154-2004-03-23.html], consulté le 10 février 2014.

47 Schurman D., « “Es discriminación ideológica” », Página 12, 24 mars 2004, p. 5.

48 Suite à son discours à l’ESMA, Néstor Kirchner a téléphoné à Raúl Alfonsín pour s’excuser de ne pas avoir évoqué, notamment, la CONADEP et le procès aux anciens commandants en chef des juntes et d’avoir ainsi assimilé les politiques menées par Carlos Menem et celles de Raúl Alfonsín : « El dolor de Alfonsín », Página 12, 25 mars 2004, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-33233-2004-03-25.html], consulté le 10 février 2014.

49 Discours du président Kirchner du 24 mars 2004, op. cit.

50 Dans le cadre discursif du président Kirchner, la définition la plus pertinente du « devoir de mémoire » est celle de Paul Ricœur : « Le devoir de mémoire est le devoir de rendre justice, par le souvenir, à un autre que soi », Ricœur P., op. cit., p. 108.

51 Bernadou V., op. cit., p. 143.

52 Ibid. ; Lefranc S., « L’Argentine contre ses généraux : un charivari judiciaire ? », Critique Internationale, janvier 2005, n° 26, p. 23-34.

53 Bernadou V., op. cit., p. 132.

54 Escudé C., « Piqueteros al gobierno : un experimento populista argentino, 2003-2007 », Estudios Interdisciplinarios de América Latina y el Caribe, juillet-décembre 2010, n° 21 : 2, [http://www1.tau.ac.il/eial/index.php?option=com_content&task=view&id=287&Itemid=1], consulté le 10 février 2014.

55 Ibid. Parmi les noms les plus emblématiques du mouvement piquetero qui ont rejoint le gouvernement de Néstor Kirchner se trouvent Jorge Ceballos, Isaak « Yuyo » Rudnik et Luis D’Elía.

56 L’adjectif « cavallista » se réfère à l’homme politique Domingo Cavallo, ministre de l’Économie sous Carlos Menem (1991-1996) et Fernando de la Rúa (mars-décembre 2001), il est souvent cité comme un des responsables de la crise qui a éclaté en 2001. Il est perçu comme un emblème du néolibéralisme en Argentine. Le fait que Néstor Kirchner précise qu’on le désigne tout autant comme « socialiste » que comme « cavallista » cherche à montrer que les adjectifs pour le qualifier sont souvent contradictoires.

57 Granovsky M., Moreno S., Wainfeld M., « Me encanta hablar de economía con Lavagna », Página 12, 23 mai 2004, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-35715-2004-05-23.html], consulté le 10 février 2014.

58 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, éditorial, Tantas voces… tantas vidas, mai 2003, année 3, n° 7, p. 1.

59 Ibid., p. 1-2.

60 Vales L., « Un día lleno de pañuelos blancos en la Rosada », Página 12, 4 juin 2003, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-20994-2003-06-04.html], consulté le 10 février 2014.

61 Ibid.

62 De Bonafini H., « Carta al presidente Kirchner del 12 de febrero de 2004 », Periódico de las Madres, mars 2004, Tercera época, année 2, n° 8, p. 4.

63 Ibid.

64 Asociación madres de plaza de Mayo, « La victoria de las Madres », Periódico de las Madres, avril 2004, Tercera época, année 2, n° 9, p. 1.

65 De Bonafini H., « Carta al presidente Néstor Kirchner », Periódico de las Madres, avril 2004, Tercera época, année 2, n° 8, p. 2.

66 De Bonafini H., éditorial, « Ante la conspiración, criticar haciendo y hacer criticando », Periódico de las Madres, juin 2004, Tercera época, année 2, p. 2.

67 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial, « Justicia que viola todos los derechos », Periódico de las Madres, juin 2005, Tercera época, année 3, n° 22, p. 2.

68 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial, « El hambre, la más grande tortura », Periódico de las Madres, juillet 2005, Tercera época, année 3, n° 23, p. 2.

69 Abuelas de plaza de Mayo, éditorial, « Hace treinta años que las Abuelas venimos sembrando memoria », Mensuario de las Abuelas de Plaza de Mayo, mars 2006, n° 53, p. 2.

70 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, éditorial, Tantas Voces… Tantas vidas, septembre 2005, année 6, n° 11, p. 2.

71 Barros O., « Organismos de derechos humanos. Una mirada desde el presente », Tantas voces… Tantas vidas, mars 2006, année 7, n° 12.

72 Montero A. S., ¡ Y al final un día volvimos ! Los usos de la memoria en el discurso kirchnerista (2003-2007), Buenos Aires, Prometeo, 2012, p. 82.

73 Montero A. S., op. cit., p. 104-110.

74 Montero A. S., op. cit., p. 91.

75 Longoni A., Traiciones, Buenos Aires, Siglo XXI Editores, 2007 et Sarlo B., Tiempo Pasado, Buenos Aires, Siglo XXI Editores, 2005.

76 Montero A. S., op. cit., p. 98.

77 Ibid., p. 120.

78 Chillier G., « Prólogo », dans CELS, Derechos humanos en Argentina. Informe 2008, Buenos Aires, Siglo XXI Editores, 2008, p. 17-30.

79 Ibid., p. 28.

80 Todorov T., op. cit., p. 31-32.

81 Ricœur P., op. cit., p. 96.

82 Chaumont J.-M., La Concurrence des victimes, génocide, identité, reconnaissance, Paris, La Découverte, 1997, p. 93-180.

83 Ibid., p. 126-180.

84 Traverso E., « La singularité d’Auschwitz. Hypothèses, problèmes et dérives de la recherche historique » dans Pour une critique de la barbarie moderne. Écrits sur lhistoire des juifs et de lantisémitisme, Paris, Éditions Pages 2, 1997, p. 120.

85 Madres de plaza de Mayo, « Análisis de la situación argentina en materia de derechos humanos », novembre 1979, p. 5.

86 Nous n’avons trouvé aucune référence au stalinisme ou au goulag. De même, la guerre du Vietnam ou des exactions des soldats états-uniens n’apparaissent pas.

87 Madres de plaza de Mayo, éditorial « Amnistía », Boletín, septembre 1984, année II, n° 19/20, p. 1.

88 Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, « Los campos de concentración », Testimonios sobre la represión y la tortura, 20 septembre 1984, n° 7-8-9.

89 Le nom complet de cette convention est : « Convention pour la prévention et la répression du génocide », [http://www.un.org/french/millenaire/law/1.htm], consulté le 10 février 2014.

90 Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, « Genocidio : crimen de lesa humanidad », Testimonios sobre la represión y la tortura, 6 juillet 1984, n° 6, p. 6. Surligné en gras et majuscules dans le texte original.

91 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, Documento « 10 años de lucha por Memoria y Justicia. 1984-1994 », Archives de l’AEDD, p. 20.

92 Elles utilisent notamment le terme de « camps de concentration », par exemple pour parler de l’École de mécanique de la Marine. Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial, « Luchar para vencer », Periódico de las Madres, année X, novembre 1994, n° 114, p. 2.

93 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial, « “SS” virus asesino », Periódico de las Madres, année X, juin 1994, n° 109, p. 2.

94 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial, « Sin cárcel a los genocidas no hay democracia », Periódico de las Madres, année XIII, mai 1997, n° 141, p. 2.

95 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial, « El mayor criminal de la historia argentina », Periódico de las Madres, année XIV, septembre 1998, n° 156, p. 2.

96 Nous reviendrons sur cette condamnation et ce procès dans le dernier chapitre de l’ouvrage.

97 Pertot W., « Delitos cometidos en el marco del genocidio », Página 12, 20 septembre 2006, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-73270-2006-09-20.html], consulté le 10 février 2014.

98 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, éditorial, Tantas voces… Tantas vidas, décembre 2006, année 7, n° 13.

99 Abuelas de plaza de Mayo, « La obediencia le es debida a la justicia : punto final a la impunidad de un genocida », Mensuario de las Abuelas, octobre 2006, n° 56, p. 7.

100 « Satisfacción oficial y entre organismos de derechos humanos », La Nación, 20 septembre 2006, [http://www.lanacion.com.ar/842028-satisfaccion-oficial-y-entre-organismos-de-derechos-humanos], consulté le 10 février 2014.

101 Ricœur P., op. cit., p. 96 : « Ce que nous célébrons sous le titre d’événements fondateurs sont pour l’essentiel des actes violents légitimés après coup par un État de droit précaire. Ce qui fut gloire pour les uns, fut humiliation pour les autres. À la célébration d’un côté correspond de l’autre l’exécration. C’est ainsi que sont emmagasinées dans les archives de la mémoire collective des blessures symboliques appelant guérison. »

102 Ibid., p. 98.

103 Salvi V., De vencedores a víctimas. Memorias militares sobre el pasado reciente en Argentina, Buenos Aires, Biblios, 2012, p. 14.

104 Ibid., p. 139-175.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540