Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Argentine

 | 
Nadia Tahir

Construction discursive, nouveaux acteurs et le maintien dans la sphère publique (1983-2003)

Chapitre IV. Les « politiques du pardon » et le maintien dans la sphère publique argentine (1986-2003)

Texte intégral

  • 1 Pour les associations sur lesquelles nous travaillons, le concept d’« impunité » traduit l’idée que (...)

1Lorsqu’en 1986 les Mères de la place de Mai se séparent, les associations sur lesquelles nous travaillons ne sont pas perçues comme des associations de victimes. Elles sont avant tout des membres du mouvement des droits de l’homme. Ainsi, la scission concerne l’ensemble du mouvement des droits de l’homme, qui n’en est pourtant pas à sa première division. Toutefois, la séparation des Mères de la place de Mai a une autre signification, puisque jusqu’ici, malgré quelques divergences, les associations de victimes étaient toujours vues comme un ensemble. La période qui s’ouvre en 1986 et que nous fermons avec l’élection de Néstor Kirchner en 2003 se caractérise essentiellement par une limitation drastique de leur action. Les associations de victimes vont évoluer dans un contexte de politique publique défavorable à leurs revendications et considéré par les associations comme une époque de « lutte contre l’impunité1 ». Ces fondements sont nés sous le gouvernement de Raúl Alfonsín, mais ont surtout été développés et implantés pendant le gouvernement de Carlos Menem. Nous verrons comment les associations passent des relations difficiles avec Alfonsín à un rapport d’opposition frontale sous Menem. Pendant cette période, elles vont voir le nombre de leurs militants diminuer, les questions liées au passé dictatorial passent au second plan et leurs actions ont de moins en moins de répercussion. Dans ce contexte, la figure du disparu évolue. Il passe du « jeune idéaliste » au « militant ». L’objectif pour les associations est d’obtenir le soutien d’une population qui s’est de plus en plus éloignée d’elles et qui semble accepter les discours de « réconciliation nationale » du gouvernement de Carlos Menem. Ce contexte va poser les bases des rapports que les associations de victimes entretiennent entre elles autour de l’évolution de la figure du disparu. Celle-ci changera à nouveau pendant cette période avec notamment la création de l’association H.I.J.O.S en 1995 qui renouvelle l’univers des associations et ajoute un élément significatif à la figure du disparu : le nom des organisations au sein desquelles ils militaient. Leur émergence dans la sphère publique argentine apporte par ailleurs un nouvel acteur dans le paysage des victimes de la dictature. Après les mères et les grands-mères, c’est au tour des enfants de disparus de se manifester dans l’espace public argentin. Les associations de victimes sont de plus en plus nombreuses, mais qu’en est-il de leurs réclamations ?

L’instauration de l’« impunité »

Les lois de Point final et d’Obéissance due pendant le gouvernement d’Alfonsín

  • 2 Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, « Nuestras banderas tienen vigencia  (...)
  • 3 Marcos Novaro parle de 300 inculpations. Novaro M., Historia de la Argentina contemporánea. De Peró (...)
  • 4 Ibid., p. 181. Pour plus de détails, voir également, Acuña C., Smulovitz C., « Militares en la tran (...)
  • 5 Sidicaro R., « Sobre algunas consecuencias políticas de la dictadura militar », dans H. Quiroga, C. (...)
  • 6 Novaro M., op. cit., p. 181.
  • 7 Maris Ageitos S., Historia de la impunidad. De las actas de Videla a los indultos de Menem, Buenos (...)
  • 8 Novaro M., op. cit., p. 192.

2La sentence du procès des anciens commandants en chef des juntes est prononcée le 9 décembre 1985. Elle condamne cinq des neufs accusés : Jorge Rafael Videla et Emilio Eduardo Massera à perpétuité, Roberto Eduardo Viola à dix-sept ans de prison, Armando Lambruschini à huit ans de prison et Orlando Ramón Agosti à quatre. Omar Graffigna, Leopoldo Galtieri, Jorge Isaac Anaya, Basilio Lami Dozo sont libérés. Les associations de défense des droits de l’homme et celles de victimes sont déçues par des sentences qui leur semblent insuffisantes. Elles pensent néanmoins que le procès a servi à montrer à la société que les familles et les survivants « avaient raison2 ». Mais surtout, ce procès est perçu comme un début. C’est ainsi qu’à la fin du procès des anciens commandants en chef des juntes, les plaintes à l’encontre de militaires ou de membres des forces de l’ordre ou de sécurité se multiplient3. De plus en plus de personnes sont citées à comparaître. Le malaise monte dans les casernes et le gouvernement de Raúl Alfonsín se doit de gérer ce mécontentement. Depuis la fin de la dictature, les secteurs militaires sont de plus en plus affaiblis et la multiplication des procédures judiciaires à leur encontre ne les aide pas à se relever. Les discours des généraux pendant leur procès tendant à assimiler leur action pendant la dictature à une « guerre contre la subversion » n’ont plus de poids. Ils ont perdu la bataille discursive et la bataille médiatique. Cependant, ils peuvent encore se battre et notamment « emporter dans leur chute d’autres personnes qui avaient beaucoup plus à perdre4 ». Marcos Novaro désigne ici des secteurs économiques, mais aussi politiques, qui ont soutenu la dictature. Ils sont toujours présents dans la société argentine et, qui plus est, malgré la fin du régime, ils sont toujours à la même place. La transition argentine n’a pas été suivie de purges et les secteurs civils, mais pas uniquement, qui ont tiré profit de la dictature et de ses méthodes n’ont pas été inquiétés pendant le gouvernement d’Alfonsín5. Les raisons sont multiples, toutefois une des plus significatives est la capacité de ces secteurs à se préserver, notamment en contribuant à ce que des concessions soient faites aux militaires. Par ailleurs, ces concessions avaient aussi comme objectif de faire évoluer les mentalités dans les institutions militaires sans avoir à les vider de leurs hommes6. C’est dans ce contexte, que le Parlement argentin vote la loi n° 23.492, loi dite de Point final, en décembre 1986. Elle indique une limite temporelle aux mises en accusation de militaires pour leur action dans la « répression du terrorisme7 ». Le délai est fixé à soixante jours après la promulgation de la loi. Les personnes qui souhaitent porter plainte doivent le faire entre janvier et février 1987. Or, il s’agit de la période des vacances des tribunaux. Ces derniers ne prendront néanmoins pas leurs vacances et contribueront à ce qu’un maximum de personnes soient inculpées8.

  • 9 Nino C., Juicio al mal absoluto, Buenos Aires, Ariel, 2006 (1997), p. 116.
  • 10 Ce mouvement est avant tout le reflet de la distance qui se développe au sein des forces armées ent (...)
  • 11 Novaro M., op. cit., p. 183.
  • 12 Acuña C., Smulovitz C., op. cit., p. 62-76.

3La stratégie adoptée par Raúl Alfonsín échoue ainsi en partie puisque des personnes sont jugées pour des crimes liés à la répression dictatoriale après le vote de la loi dite de Point final. Les secteurs militaires sont de plus en plus mécontents et tout particulièrement les sous-officiers qui sont déçus par le gouvernement d’Alfonsín. Carlos Nino, dans son ouvrage Juicio al mal absoluto, revient sur les étapes qui ont mené au procès des anciens commandants en chef des juntes et plus tard aux lois de Point final et d’Obéissance due. Conseiller d’Alfonsín pendant les premières années de son gouvernement, il a surtout collaboré à la mise en place de la CONADEP et du procès de 1985. En revenant sur les étapes antérieures au procès, il signale qu’il était déjà question de limiter les mises en accusation9. Les sous-officiers et les soldats comptaient non seulement sur les vacances des tribunaux pour que la loi de Point final mette un terme aux inculpations, mais de plus, ils savaient que pour Alfonsín il y avait une distinction entre ceux qui avaient donné des ordres et ceux qui les recevaient10. Voyant qu’ils étaient de plus en plus nombreux à être appelés, ils se sont sentis lésés. C’est dans ce contexte que surgit le mouvement carapintada11 et le soulèvement de « Semaine Sainte » en avril 1987. Suite à son refus de comparaître à la Chambre fédérale de Córdoba à propos de son action dans le centre clandestin de détention de La Perla, le major Ernesto Barreiro est arrêté. Lorsque la police vient l’arrêter, les hommes de la caserne où il se trouve se mutinent et demandent l’arrêt des procédures judiciaires. Progressivement d’autres casernes militaires se soulèvent. Raúl Alfonsín interviendra personnellement pour mettre fin aux rébellions. Par la suite, plusieurs chercheurs argentins ont insisté sur le fait qu’il n’a jamais été question de coup d’État12. Cependant au moment des faits, les réminiscences des nombreux coups d’État étaient bien là et la peur du gouvernement et de la population argentine était réelle.

  • 13 Novaro M., op. cit., p. 184.
  • 14 Maris Ageitos S., op. cit., p. 214-216.
  • 15 Ibid., p. 215, article 2 de la loi d’Obéissance due 23.521 du 9 juin 1987.

4Les militaires qui se sont soulevés cherchaient avant tout à affaiblir politiquement Alfonsín en montrant qu’il ne contrôlait pas véritablement les forces armées et surtout qu’il fallait les réhabiliter au sein de la société. Une façon de le faire était de ne pas poursuivre ses membres en justice pour des actes commis dans le passé13. C’est ainsi que le projet de loi d’Obéissance due, lancé en mars par Raúl Alfonsín, est accéléré. Le 9 juin 1987 est votée la loi n° 23.521. Elle exclut de toutes poursuites judiciaires les personnes qui ont exécuté des ordres et plus généralement toutes les personnes pour lesquelles on ne peut prouver qu’elles sont à l’origine de décisions qui ont mené aux crimes14. L’enlèvement d’enfants, et leur changement d’état civil, ainsi que l’appropriation de biens immobiliers restent des exceptions à cette loi15. C’est ce qui permettra aux Grands-Mères notamment de poursuivre leurs actions auprès des tribunaux argentins.

  • 16 Nino C., op. cit., p. 124.

5Ces deux lois sont la première étape de l’instauration de ce que les associations appellent l’« impunité » et même s’il est vrai qu’elles sont en partie une conséquence des réclamations des secteurs militaires, il faut prendre d’autres éléments en compte pour bien comprendre pourquoi elles ont été votées et pourquoi Carlos Menem promulguera les grâces présidentielles en 1989 et 1990. Tout d’abord, comme nous l’avons déjà indiqué, Raúl Alfonsín n’a jamais envisagé que les procédures judiciaires aillent au-delà du procès de 1985. C’est ce qui a amené les associations à être plus circonspectes face à ses actions et déclarations16. Dans les premières années de son gouvernement, les critiques des associations ne sont pas aussi violentes que celles qui apparaissent à partir du vote des deux lois. Par ailleurs, Alfonsín et son gouvernement étaient confrontés, à mi-mandat, à de multiples problèmes qui dépassaient la question de la résolution judiciaire ou politique du passé dictatorial.

  • 17 Gargarella R., « Democracia y derechos en los años de Alfonsín », dans R. Gargarella, M. V. Murillo (...)
  • 18 Ibid., p. 33.
  • 19 Novaro M., op. cit., p. 163-173.
  • 20 Ibid., p. 209-214.

6Dans un article récent, le juriste Roberto Gargarella explique comment Alfonsín a constamment oscillé entre des secteurs conservateurs et « une politique de masses ». Ses premières initiatives avaient avant tout pour objectif d’en finir avec le legs dictatorial, mais aussi de faire en sorte que la succession de coups d’État qu’avait vécue l’Argentine avant 1976 ne soit plus possible. Ainsi, il rétablit certains droits qui n’étaient déjà plus en vigueur avant le coup d’État de 197617. Gargarella montre aussi en quoi le mandat d’Alfonsín a signifié de vrais changements dans les rapports avec l’Église, notamment avec le vote d’une loi du divorce, des changements dans les rapports aux pays voisins et aux institutions internationales, avec le respect de traités internationaux. Toutes ces initiatives, et bien d’autres, sont applaudies par certains, mais aussi fortement décriées par d’autres18. Enfin, l’explosion de la dette extérieure et les problèmes qui en découlent sont au cœur des critiques de l’opposition politique et syndicale. Tout au long de son mandat, Raúl Alfonsín devra faire face à de multiples manifestations et grèves19. Ainsi, les décisions prises par Raúl Alfonsín au sujet du passé dictatorial se sont faites dans un contexte de grande instabilité politique et sociale. Si dans les premières années de son mandat la question du passé dictatorial est particulièrement mobilisatrice, elle le sera de moins en moins. Cela ne se détermine pas tant par le nombre de manifestations d’opposition aux lois de Point final et d’Obéissance due, très importantes du reste, mais par le fait que la campagne électorale de Carlos Menem n’y fera même pas référence20. À la fin du mandat de Raúl Alfonsín, le passé dictatorial ne fait plus recette politiquement.

Les grâces présidentielles sous le gouvernement de Carlos Menem

  • 21 Novaro M., op. cit., p. 189-214.

7Le 14 mai 1989, Carlos Menem gagne les élections présidentielles dès le premier tour. Après six années au pouvoir, Raúl Alfonsín et son parti sont affaiblis par les multiples fronts auxquels ils ont dû faire face notamment en fin de mandat. La crise de l’hyperinflation écourte même le mandat de Raúl Alfonsín, puisque les élections de mai 1989 sont des élections anticipées. Menem est le candidat d’une coalition, le Front justicialiste populaire (FREPUJO). Il est issu du parti majoritaire de cette coalition, le Parti justicialiste. Les primaires de ce parti ont montré que Menem avait la capacité de s’adapter aux discours de secteurs différents pour pouvoir ensuite les compter parmi ses soutiens. Menem saura rentabiliser cette stratégie auprès des nombreux secteurs qui ont perdu toute confiance en Alfonsín et en ses mesures prises pour endiguer la crise économique. Contrairement à son prédécesseur, Menem ne tente pas d’être un arbitre impartial des disputes des secteurs économiques, industriels, financiers ou agricoles, il prend partie et se rapproche notamment des grands groupes à la tête de ces secteurs21. Cette partialité en faveur de certains se traduit aussi dans sa gestion des questions liées au passé dictatorial. Il se rapproche clairement des militaires, comme le montrent, peu avant les élections de 1989, ses réactions face à deux événements.

  • 22 Loc. cit.
  • 23 Comas J., « Menem dice que el ataque al cuartel fue “una maniobra contra el justicialismo” », El Pa (...)

8Le premier est un nouveau soulèvement militaire qui a lieu le 1er décembre 1988. Il s’agit alors du troisième soulèvement en un an et demi et cette fois, le colonel Mohamed Alí Seineldin, dans la caserne de Villa Martelli, s’oppose à ses supérieurs. Comme dans le cas des soulèvements militaires précédents, il n’est jamais question de coup d’État, il s’agit de problèmes liés à l’honneur militaire et plus particulièrement au statut des carapintadas au sein des forces armées. Il y a aussi une revendication salariale que Menem va mettre à profit pour ne pas condamner totalement le soulèvement militaire. En effet, une des principales promesses électorales de Carlos Menem est le « salariazo », c’est-à-dire une augmentation conséquente des salaires22. Il critiquera l’attitude d’Alfonsín face au soulèvement, mais ne reviendra pas sur le soulèvement en soi23.

  • 24 Novaro M., op. cit., p. 206-207.
  • 25 Ibid., p. 189-214.

9Le deuxième événement est lié au secteur militaire, puisqu’il s’agit du siège du régiment de La Tablada le 23 janvier 1989 par le Mouvement tous pour la patrie (Movimiento Todos por la Patria) constitué d’anciens membres de la guérilla des années 1970, de militants universitaires de gauche et dirigé dans la clandestinité par un ancien chef de l’ERP, Enrique Gorriarán Merlo. Cette action est une réponse aux multiples soulèvements des carapintadas. Les membres de ce groupe réclament le maintien de l’État de droit et d’Alfonsín au pouvoir. La réponse militaire sera très violente avec la mort de trente-neuf personnes et la disparition de trois membres du Mouvement tous pour la patrie24. Pour Menem, il s’agit d’une nouvelle marque de faiblesse du gouvernement d’Alfonsín. Sa campagne cherche avant tout à développer l’idée qu’il ne faut plus de demi-mesures. Face à des images de soulèvements des carapintadas, d’assauts d’un groupe de la gauche radicale et de pillages de magasins, la population argentine ressent de plus en plus le besoin d’un vrai changement25. Menem se veut le représentant de ce changement et pour ce faire il mène à leur terme deux stratégies en partie effleurées par Alfonsín. Il insiste tout d’abord sur la nécessité de privatiser massivement les entreprises publiques pour sortir le pays de la crise. Enfin, il fait tout pour alimenter l’idée qu’il faut amnistier totalement les militaires afin de pacifier le pays. Les grâces présidentielles, décrétées en 1989 et 1990, sont les premiers pas d’une politique qui ne tente pas de satisfaire plusieurs secteurs en opposition, comme c’était le cas pour Alfonsín, mais de calmer avant tout les militaires et ceux qui leur sont proches. Menem ne veut pas jongler comme l’a fait Alfonsín, il veut agir.

10Les grâces présidentielles ont lieu en deux temps. Les premières sont décrétées en octobre 1989, peu après l’arrivée de Menem à la présidence. Dans le décret 1002 du 6 octobre 1989, les motivations liées au décret sont expliquées en ces termes :

  • 26 Maris Ageitos S., op. cit., p. 222. Majuscules dans l’original.

« ÉTANT DONNÉ que les séquelles des affrontements entre Argentins, depuis deux décennies, agissent comme un facteur permanent de perturbation dans l’esprit social et empêchent d’atteindre les objectifs d’entente et d’union auxquels le gouvernement national souhaite répondre en priorité, [nous décrétons]26… »

  • 27 Ibid., p. 226.
  • 28 Ibid., Décret 1003, p. 227.
  • 29 Mario Firmenich est un des membres fondateurs de la guérilla Montoneros.
  • 30 Acuña C., Smulovitz C., « Militares en la transición argentina : del gobierno a la subordinación co (...)
  • 31 Ibid., p. 89.
  • 32 Novaro M., « Formación, desarrollo y declive del consenso alfonsinista sobre derechos humanos », da (...)
  • 33 Novaro M., « Menemismo, pragmatismo y romanticismo », dans M. Novaro, V. Palermo (dir.), La Histori (...)

11Les décrets se situent nettement dans la ligne des interprétations de la théorie des deux démons. L’idée développée étant que des conflits entre certains secteurs prennent en otage la société. Cette dernière est au centre des préoccupations du gouvernement de Menem : ces grâces ont donc pour objectif de préserver la population argentine. Le choix des personnes graciées va dans ce sens, puisqu’on y trouve aussi bien des agents de la répression condamnés avant les lois d’amnistie27 que d’anciens membres des groupes guérilleros argentins28. La protection de la société est donc au centre des arguments pour défendre les grâces présidentielles. Toutefois, la seconde vague de grâces présidentielles de décembre 1990 aura aussi un autre objectif pour Carlos Menem. Prévue depuis longtemps, il s’agissait de gracier les dirigeants des juntes militaires condamnés durant le procès de 1985 et l’un des plus importants dirigeants de la guérilla des années 1970, Mario Firmenich29, entre autres. Avant que ces grâces ne soient prononcées, de nouveaux soulèvements militaires se produisent au début du mois de décembre 1990. Les carapintadas s’opposent à nouveau aux hauts commandements de l’armée. Leurs exigences sont internes30. Ce soulèvement profite néanmoins à Menem, puisque le spectre de la violence passée lui permet de décréter ces dernières grâces. Par ailleurs, avec ces grâces présidentielles, il fait en sorte que les militaires ne soient plus des acteurs d’opposition et qu’ils se subordonnent au pouvoir exécutif31. Il donne l’image d’un président qui a réussi à contrôler les « deux démons » et à préserver la société argentine. L’arrivée de Carlos Menem représente un vrai tournant dans la gestion des questions liées au passé dictatorial32. Le recours permanent aux décrets présidentiels plutôt qu’aux lois et le fait de bénéficier d’un pouvoir judiciaire qui lui est entièrement soumis permettent à Carlos Menem d’agir sans consulter au préalable des secteurs concernés par ces décrets33, ce qui pèsera lourdement sur les associations de victimes.

  • 34 « Hubo 20 000 personas en la marcha por los derechos humanos », Clarín, 17 mai 1986, p. 4.
  • 35 Jelin E., « La matriz cultural argentina, el peronismo y la cotidianidad », dans E. Jelin (dir.), V (...)
  • 36 Dans les articles suivants, on constate que les associations de victimes font partie d’un ensemble (...)
  • 37 Jelin E., « La matriz cultural argentina, el peronismo y la cotidianidad », art. cit., p. 38-39.

12Lors du vote des lois de Point final et d’Obéissance due, les associations multiplient les manifestations et elles sont régulièrement soutenues par la population34. Cependant, comme le signale Elizabeth Jelin, le vote de ces lois suppose un retournement de situation dans les changements qu’avait signifié le début de la transition au régime démocratique35. Petit à petit, la population argentine s’éloigne de l’action collective. Par ailleurs, les partis politiques, des syndicats et certains groupes du mouvement ouvrier se centrent à nouveau sur des revendications propres à leur corporation. On constate ainsi qu’à partir de 1986, ce ne sont plus ces groupes qui soutiennent les associations de victimes, mais au contraire les associations de victimes qui soutiennent ces groupes et leurs revendications. Ainsi, les articles concernant les manifestations massives de septembre 1989 et décembre 1990 nous permettent de voir que les associations de victimes ou de défense des droits de l’homme ne sont que rapidement citées36. Les partis politiques et les problèmes qu’ils ont pu rencontrer sont bien plus présents. Un journaliste de La Nación se demande ainsi au début de son article du 9 septembre 1989 si la manifestation n’a pas d’autres buts que l’opposition aux grâces présidentielles. Le fait est que depuis le vote des lois de Point final et d’Obéissance due et surtout face aux multiples problèmes que rencontre le pays à cette époque, l’action publique a évolué, mais surtout la population argentine se centre de plus en plus vers le cercle privé37. Elle se replie sur elle-même. Après la communion qui s’est aussi traduite par la réunion d’acteurs très distincts au cours de manifestations et de réclamations sur les questions liées à la défense des droits de l’homme, chaque secteur, voire chaque individu, revient à une action beaucoup plus délimitée. Les manifestations contre les grâces présidentielles deviennent ainsi le dernier signe d’une époque, pendant laquelle la demande de justice était au centre de toutes les réclamations, et marque le début d’une réorientation de l’action et des discours des associations de victimes vers la « lutte contre l’impunité ». Les mandats de Carlos Menem ont représenté un vrai défi pour la survie des associations de victimes. Face à une société fortement ancrée dans son présent, elles ont cherché à maintenir des questions liées au passé dictatorial dans la sphère publique.

Lutter contre l’« impunité »

  • 38 Lefranc S., Les Politiques du pardon, Paris, PUF, 2002.

13Les discours politiques dits du « pardon38 » du président Carlos Menem, ainsi que la fracture créée par la séparation des Mères mettent à mal l’action des associations, de moins en moins présentes dans les médias, et surtout les répercussions de leurs discours dans l’espace public argentin. De plus, l’aide financière de l’étranger est moindre et leurs actions sont moins relayées auprès des opinions publiques internationales. La dictature est finie et pour beaucoup la transition politique argentine aussi. Les yeux se tournent vers d’autres pays et notamment le Chili qui entame tout juste sa transition avec le départ d’Augusto Pinochet et la mise en place d’élections démocratiques. Alors que pendant la dictature et les premières années de Raúl Alfonsín, les échos des actions des associations passaient d’abord par l’étranger pour revenir ensuite en Argentine, le premier mandat de Menem incite les associations à œuvrer au sein même de la sphère publique argentine.

Les politiques du pardon

14La société argentine et son adhésion à leurs luttes a été un enjeu très significatif dans le travail des associations de victimes. La construction d’une figure du disparu au-dessus de tout soupçon a toujours principalement visé à obtenir le soutien de la population. Dans ce contexte, aucun secteur (ni les associations, ni les militaires, ni le gouvernement d’Alfonsín) n’a fait de reproche ou n’a tenté de responsabiliser la population. Avec l’arrivée de Carlos Menem, cela change sensiblement, mais très significativement. La société argentine reste un enjeu majeur de la lutte entre le gouvernement en place et les associations de victimes, mais le rôle que ces acteurs assignent à la population évolue. La société argentine de ce début des années 1990 n’est pas celle de 1983. La crise économique affecte fortement les couches les plus pauvres de la société, mais aussi et surtout les classes moyennes. Les préoccupations changent et on peut estimer que les mesures d’instauration de l’« impunité » contribuent à alimenter l’idée qu’il ne faut plus revenir sur ces questions. Face aux problèmes présents des Argentins, le passé dictatorial semble bien lointain. Le gouvernement de Carlos Menem adopte alors un discours qui a pour objectif d’enterrer définitivement les questions liées au passé dictatorial. Pour ce, il met en place une série d’initiatives cherchant à réduire les demandes des associations de victimes.

  • 39 « Pensión para hijos de padres desaparecidos », Clarín, 13 décembre 1986, p. 8. La compensation off (...)

15Les mesures adoptées par le gouvernement de Carlos Menem affectant directement les associations de victimes ont creusé les différences entre elles et les ont amenées à opter pour une position officielle. Les membres des associations étaient l’objet de ses initiatives. Ils sont soit des survivants des centres clandestins de détention soit des proches de détenus-disparus. Les politiques mises en place par Carlos Menem se centrent sur leur statut de victimes, de personnes affectées par les conséquences de la dictature. Bien que des compensations aient déjà été proposées pendant le gouvernement d’Alfonsín39, au cours du premier mandat de Carlos Menem, elles prennent une certaine configuration.

  • 40 Le 23 décembre 1991 est promulguée la loi 24043 qui octroie une indemnisation aux personnes empriso (...)

16Tout d’abord, et avant même que ne soient décrétées les secondes grâces présidentielles de 1990, le gouvernement de Carlos Menem fait voter une loi qui établit l’exemption du service militaire obligatoire pour les enfants et les frères de disparus. Dans ce cas, le type de compensation n’est pas pécuniaire et fait face à une réalité liée du début des années 1990 : les enfants de disparus entrent pour la plupart dans l’adolescence et se rapprochent de l’âge adulte. Cette initiative perd de sa signification en 1994 lorsque le service militaire obligatoire est supprimé. Elle est néanmoins très révélatrice puisqu’elle prend la mesure de l’arrivée d’un nouvel acteur, ou plutôt d’un acteur qui n’a été pris en compte que partiellement jusqu’à maintenant : les enfants de disparus. Si certaines mesures financières avaient été prises sous Alfonsín pour aider ces enfants, ou plutôt les familles qui les avaient à charge, ils n’étaient pas au centre d’une législation ni d’une forme de compensation. La singularité de cette loi réside dans les acteurs auxquels elle s’adresse. Les outils mis en place par Raúl Alfonsín devaient servir le pays, le rétablissement de l’État de droit en Argentine. La CONADEP, le procès aux anciens commandants en chef des juntes de 1985 et même les lois de Point final et d’Obéissance due en 1986 et 1987 étaient des éléments constitutifs d’une histoire officielle, celle de tous les Argentins, celle d’une société victime de la dictature et de la violence de la guérilla antérieure à 1976. Les grâces présidentielles de Carlos Menem vont certes dans ce sens dans la mesure où elles touchent aussi bien les militaires condamnés que les ex-membres de la guérilla. Cependant, le nouveau président ajoute une donnée significative à sa politique sur le passé dictatorial, il focalise ses conséquences sur certains acteurs : les familles et les survivants des centres clandestins de détention. Les nombreuses mesures de réparations économiques en 1994, ainsi que les outils mis en place pour la récupération des enfants « appropriés » vont dans ce sens40. Il ne cherche plus à construire une histoire officielle, le gouvernement antérieur s’en est déjà chargé. Tout en concevant que la répression dictatoriale a encore des conséquences en ce début d’années 1990, il est clair que pour ce gouvernement elle appartient au passé. Ainsi, le fait d’exempter les enfants et les frères de disparus cherche à répondre au traumatisme vécu par ces derniers, mais n’a pas pour objectif de contribuer à la construction d’un récit officiel sur le passé. La responsabilité militaire a déjà été reconnue par les mesures d’Alfonsín, elle ne fait plus de doute.

  • 41 Ibid., p. 299.
  • 42 Télam, « Tengo autoridad moral porque he sido víctima de la guerra sucia », La Prensa, 31 décembre (...)

17Les politiques du pardon ou de réconciliation nationale de Carlos Menem peuvent être perçues dans la continuité des mesures de Raúl Alfonsín, parce que sa perception de ces termes suit les bases de la théorie des deux démons. La gestion de Carlos Menem s’oppose à toute nouvelle construction d’une histoire officielle41. Un des changements fondamentaux de ses discours est le rapprochement avec les discours militaires et parallèlement le fait que le président mette en avant son statut de « victime ». Ainsi dans un article du quotidien La Prensa du 30 décembre 1992, peu après les dernières grâces présidentielles, Menem résume parfaitement son recours à ces éléments lorsqu’il signale qu’il « a l’autorité morale » pour décréter ces grâces, puisqu’il « a été victime de cette terrible guerre sale vécue par les Argentins42 ». La légitimité de sa décision se fonde d’abord sur le fait qu’il a directement été affecté par ce qui s’est passé pendant la dictature. Son pardon est celui d’un « offensé » aux « offenseurs » pour reprendre les mots de Sandrine Lefranc. Mais elle se fonde aussi sur l’acceptation d’un récit, celui de la « guerre sale ». En signalant qu’il a été « victime », on peut supposer qu’il fait tout d’abord référence à ses années d’emprisonnement pendant la dictature. Il n’en parle pourtant pas précisément et fait référence à la situation dans laquelle se sont retrouvés les Argentins, celle d’otages des « deux démons ».

  • 43 Les raisons pour lesquelles Adolfo Scilingo aurait parlé sont sujet à polémique. Dans le cadre de n (...)
  • 44 Les déclarations de Scilingo peuvent être perçues comme des « révélations » dans la mesure où elles (...)
  • 45 Grecco J., « ESMA : reacción a las acusaciones », Clarín, 4 mars 1995, p. 21.
  • 46 « Menem volvió a defender el indulto », Clarín, 7 mars 1995, p. 24.
  • 47 La déclaration lue par le général Martín Balza, alors chefs des forces armées, se trouve sur de nom (...)
  • 48 Lefranc S., Les Politiques du pardon, op. cit., p. 119.
  • 49 Nous utilisons le terme de « repentis » entre guillemets, dans la mesure où, comme nous l’avons déj (...)
  • 50 Manero E. A., LAutre, le même et le bestiaire, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 412.
  • 51 Lorenz F. G., « ¿ De quién es el 24 de marzo ? Las luchas por la memoria del golpe de 1976 », dans (...)
  • 52 Novaro M., art. cit., p. 210-211.

18Au début de l’année 1995, un ancien membre de la Marine, Adolfo Scilingo, déclare dans un ouvrage et à la télévision43, avoir tué une trentaine de personnes en les jetant à la mer dans le cadre de la répression dictatoriale. Ces déclarations sont perçues comme des « révélations » pour une grande partie de la population argentine44. L’impact de ces déclarations dans la logique discursive de Carlos Menem est qu’elles l’obligent à faire évoluer sa vision publique des faits. Le lendemain des déclarations, le président estime que ce que Scilingo a dit publiquement était déjà connu et qu’il s’agit d’une intervention de secteurs de l’opposition dans le cadre de la campagne pour les élections d’octobre 199545. La stratégie adoptée par le président tend à montrer qu’il n’ignore pas les faits, qui sont connus de tous, mais que l’action du gouvernement a consisté à pacifier la situation, notamment en 1990 avec les grâces présidentielles. Il estime d’ailleurs que cela a été une réussite, puisqu’il n’y a plus eu de soulèvement militaire46. Mais progressivement le gouvernement est dépassé par les conséquences de ces « révélations » et pousse le commandant en chef des forces armées argentines à faire une déclaration. Pour la première fois, l’institution militaire ne tente pas de défendre son intervention pendant la dictature. Il ne s’agit plus d’une « guerre contre la subversion » qui demandait des moyens exceptionnels, mais bien d’actes illégaux47. Cependant, ces déclarations ne vont pas jusqu’au bout. Comme le signale Sandrine Lefranc, elles permettent avant tout de montrer que l’institution militaire est définitivement subordonnée au pouvoir politique48. Les interventions publiques d’anciens agents de la répression ne sont pas perçues au même titre que les soulèvements militaires de la fin des années 1980. Elles placent à nouveau sur le devant de la scène la question des disparus. Tout comme en 1984 avec le « show de l’horreur », la société argentine ne peut pas ignorer le problème. Ces déclarations de « repentis49 » arrivent à une période où la société argentine se renferme de plus en plus dans le cercle privé et s’éloigne de l’engagement politique qui l’avait caractérisée jusqu’au coup d’État de 1976 et encore sensiblement pendant le gouvernement d’Alfonsín50. Cet état des choses n’empêchera pas la société argentine de réagir en participant massivement à certaines initiatives lancées par les associations de victimes51. Bien qu’il soit très difficile de définir les pans de la société sur lesquels les déclarations de Scilingo ont eu un fort impact, on peut estimer qu’il s’agit surtout d’une partie de la société qui depuis l’arrivée de Menem a vu, principalement, sa situation économique s’améliorer. Nous entendons par là une population qui n’a pas participé aux nombreuses manifestations ou initiatives d’opposition qui ont eu lieu pendant son premier mandat52. Dans sa réaction, le président doit répondre à une partie de la société qui n’a pas toujours été hostile envers lui, qui remet en question sa politique liée au passé dictatorial, mais pas nécessairement l’ensemble de ses politiques. Pour répondre à ces réclamations ciblées, Carlos Menem dévie sensiblement son discours. Dans son analyse de la circulation des discours sur la torture pendant la dictature et par la suite, Marguerite Feitlowitz fait référence à un entretien avec Alicia Pierini, secrétaire aux Droits de l’homme sous Menem. Cette dernière déclare :

  • 53 Feitlowitz M., op. cit., p. 244.

« Chaque institution porte la responsabilité de ce qui est arrivé. […] Je pense que toute personne de plus de 50 ans devrait dire où elle était pendant ces années, ce qu’elle faisait. Mais si nous poursuivons tous ces crimes au pénal, cela n’aura pas de fin. Nous mettrons 500 000 personnes en prison53. »

  • 54 Vezzetti H., Pasado y Presente. Guerra, dictadura y sociedad en la Argentina, Buenos Aires, Siglo X (...)

19Afin de calmer la société argentine dans son soutien aux secteurs qui réclament des listes de disparus ou que les Scilingo et autres soient jugés, etc., le gouvernement de Menem tient à insister sur un point : tout le monde, ou presque, est coupable. Sans accuser la population argentine dans son ensemble, il montre tout de même que la répression dictatoriale ne s’est pas faite sans un soutien direct ou avec le silence de nombreux secteurs de la société. Alors que pendant la dictature, le subversif était celui qui s’était infiltré dans toutes les couches de la société, sous le gouvernement Menem, le collaborateur est partout. Tout ceci rentre bien entendu dans la logique d’une politique du « pardon » qui veut que quoi qu’ait fait un membre de la communauté, cela fait partie du passé et tout est mis en œuvre pour aller de l’avant. Avec Carlos Menem, les frontières entre les militaires, la société argentine et les victimes deviennent poreuses. Ces discours et ces politiques sont développés dans le cadre d’un discours de « réconciliation nationale ». La distinction très claire faite pendant le gouvernement Alfonsín entre un État coupable, une guérilla qui a contribué à mettre le pays à feu et à sang, une société prise entre les deux et des jeunes et leurs familles victimes du terrorisme d’État, est mise de côté au profit d’une logique plus floue. Si tout le monde est coupable, personne ne l’est54. En ce sens, en laissant le passé de côté, on peut reconstruire la société sur de nouvelles bases et aller de l’avant.

La traversée du désert

20Les réponses apportées par le gouvernement de Raúl Alfonsín aux questions liées au passé dictatorial sont toutes accompagnées par des mesures en relation avec le pouvoir judiciaire. Avec les lois de Point final et d’Obéissance due, puis les grâces présidentielles, la porte judiciaire se ferme. L’idée que la gestion du passé dictatorial passe par la mise en place d’outils juridiques reste très ancrée dans les réclamations des associations de victimes. Il s’agit d’un des trois piliers des associations « Mémoire, Vérité et Justice ». Cependant, les difficultés vécues par les associations pendant le premier mandat de Carlos Menem les amènent à réorienter leurs actions. Elles affectent aussi leurs discours puisqu’elles ne bénéficient plus du même soutien populaire. L’anéantissement des quelques espoirs apparus avec les premières initiatives de Raúl Alfonsín et surtout les grâces présidentielles décrétées par Carlos Menem achèvent, pour les associations, l’instauration de l’impunité. Quant aux associations de victimes, elles entrent dans une période pendant laquelle elles doivent se centrer sur elles-mêmes et redéfinir une partie de leur action.

  • 55 Entretiens avec SA, membre des Mères LF, les 22 novembre et le 27 novembre 2006 ; VDI, membre de Fa (...)
  • 56 Comme nous l’avons signalé précédemment, nous n’avons pas eu accès aux registres des associations, (...)

21Au cours des entretiens réalisés avec des membres des associations, nous leur avons demandé comment ils avaient réagi aux actions de Carlos Menem. Il s’agissait d’une question extrêmement large, mais qui a toujours reçu la même réponse : le début a été très difficile55. Non seulement par la perte significative de soutien populaire, mais aussi, et surtout, parce qu’elles ont perdu des effectifs. Jusqu’ici nous avons pu voir que le travail des associations de victimes était très lié à la constitution d’une histoire officielle. Il a surtout été question de s’opposer à des récits qui, pour les membres de ces associations, ont cherché à détourner ou à limiter la responsabilité des militaires pendant la dictature. Il ne faut bien entendu pas oublier que leur travail était fortement lié à un intérêt personnel : celui d’obtenir la libération d’un disparu pendant la dictature, plus tard des informations sur le sort de ce dernier et enfin que justice soit rendue. L’impunité a rendu caduque toutes ces réclamations. En fermant la porte de la résolution juridique, les gouvernements d’Alfonsín et de Menem ont mis fin aux minces espoirs des familles de savoir ce qu’il était advenu de leur proche. La conséquence a été la perte d’effectifs pour les associations de victimes56. Dans un petit livret édité à l’occasion des trente ans de l’association, Familiares écrit :

  • 57 Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, Testimonios de nuestra historia 1976 (...)

« Avec les grâces présidentielles, qui couronnaient l’impunité des lois, le chemin de la justice semblait fermé. […] C’est pourquoi d’autres proches arrêtent de militer dans les organisations de personnes affectées et le découragement semblait s’installer57. »

  • 58 Entretien avec VDI, membre de Familiares, le 21 décembre 2006.
  • 59 Familiares, op. cit., 2006, p. 30-31.

22On peut estimer que ce récit de la perte d’effectifs sert à mettre en avant le parcours épique d’une association qui a survécu à ces années difficiles. Il est néanmoins intéressant de voir que dans la suite de ce paragraphe consacré aux années 1990-1995, tout en signalant qu’ils ont été un petit nombre à continuer à lutter, peu d’exemples de leur action pendant ces années sont donnés. Ils évoquent des actions auprès de l’Organisation des États américains (OEA) et quelques manifestations. C’est ce que nous confirme VDI, membre de Familiares, lorsqu’elle nous signale que l’association a surtout manifesté à des dates-clefs, telles que la marche de la Résistance ou le 24 mars58. En fait, la lutte de Familiares, au début des années 1990, se centrera sur un axe, les questions légales liées à la disparition forcée de personnes. Ces dernières ont toujours été présentes dans les réclamations de Familiares, mais malgré la fin des procès et des mises en accusation, la voie juridique n’est pas entièrement abandonnée. En collaboration avec les Mères LF et les Grands-Mères, Familiares contribue à la mise en accusation de militaires argentins à l’étranger. Cet outil prendra plus d’importance à partir des déclarations de Scilingo et deviendra alors un enjeu politique majeur avec les refus massifs de demandes d’extradition par le gouvernement de Carlos Menem. Mais alors qu’une association comme Familiares ne bénéficie plus des mêmes aides financières de l’extérieur, ces procès à l’étranger permettent d’alimenter sa lutte auprès de la FEDEFAM. Ainsi, Familiares, aux côtés des Mères LF et des Grands-Mères, s’engage finalement dans une voie ne visant plus à obtenir le soutien de la population argentine ou d’opinions publiques internationales, mais bien à obtenir une reconnaissance officielle et légale de certains de leurs droits ou de ceux des disparus. L’association, dans le livret déjà mentionné, salue comme un événement important le vote, puis l’entrée en vigueur, de la loi 24.321/94 en août 1994 de déclaration d’« Absence pour disparition forcée ». Elle met fin au recours à la loi d’« Absence pour présomption de décès » par les proches de disparus, qui face au vide juridique lié à la disparition forcée de personnes devaient s’y reporter dans le cadre de démarches administratives59. Ainsi la reconnaissance des disparus comme membres à part entière de la société argentine est officialisée par le biais d’un statut juridique.

  • 60 Entretien avec BO, membre de l’AEDD, le 15 décembre 2006.
  • 61 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, « 10 años de lucha por Memoria y Justicia. 1984-1994 », B (...)
  • 62 Dans une note parue dans Página 12, on peut lire que selon l’association les raisons qui ont poussé (...)

23Pour en revenir à l’état des lieux des associations de victimes en ce début de la décennie 1990, nous allons maintenant évoquer le cas des Mères LF. Grâce à l’aide de personnalités argentines et d’organisations étrangères, elles parviennent à obtenir les fonds pour acheter une nouvelle « maison des Mères ». SA nous a indiqué que pendant ces premières années, les fonds provenaient d’aides ponctuelles de l’étranger, d’organisations internationales telles que la Communauté européenne et de soutiens locaux, d’artistes et de particuliers. Elle précise que ces aides sont loin de suffire et que ce sont des mères ou leurs enfants qui s’occupent de gérer l’association et ses différentes actions. Ces dernières se sont alors limitées à des manifestations aux dates les plus significatives ou à des interventions ponctuelles dans le cadre d’hommages aux disparus en Argentine ou à l’étranger. Car comme nous avons pu le voir, une des différences essentielles entre les MPM et les Mères LF est le refus des premières de toute forme d’hommages aux disparus. Les secondes, en revanche, n’hésitent pas à y participer. Ces hommages sont assez souvent à l’initiative d’anciens collègues de travail, d’universités ou d’écoles des disparus. Certains sont d’anciens détenus-disparus ou prisonniers politiques et membres de l’AEDD. C’est justement afin de se maintenir dans le rôle qu’ils se sont assignés que les survivants des centres clandestins, après l’instauration de l’« impunité », sont de plus en plus présents au cours de ces hommages. BO souligne que contrairement à ce qu’on pourrait penser60, ils ont très souvent été sollicités pour raconter ce qu’ils avaient vécu. Il insiste particulièrement sur les demandes d’écoles d’enseignement secondaire qui à l’approche du 24 mars de chaque année font appel à eux. SA insiste aussi sur ce travail auquel les Mères LF ont, semble-t-il, beaucoup participé. Il est difficile de connaître l’impact en Argentine de ces actions dans la mesure où les associations n’ont pas eu de publications pendant cette période. De plus, lorsqu’elles l’évoquent, comme Familiares ou l’AEDD61, elles n’entrent pas dans les détails. La période qui suit les grâces présidentielles et qui précède les déclarations d’Adolfo Scilingo et d’autres « repentis » est ainsi marquée par une absence d’informations largement due à la perte d’effectifs et de moyens financiers pour les associations, mais aussi à un certain succès des discours ménémistes sur le « pardon » et la « réconciliation nationale ». Une des traductions les plus emblématiques de cette réussite est probablement la fin de l’existence de l’association FAMUS (Familiares y Amigos de muertos por la subversión) en décembre 199162. Carlos Menem a en effet répondu aux attentes d’un secteur de la société qui revendiquait au nom des morts victimes de la « subversion ».

  • 63 Pour le 24 mars, les MPM manifestent généralement plus tôt dans la journée, parfois la veille. Quan (...)

24Familiares, les Mères LF et l’AEDD limitent leur action non seulement en fonction de leurs effectifs, mais aussi à des cadres dans lesquels elles semblent apparemment pouvoir lutter. En n’abandonnant pas des piliers de leur mobilisation, tels que le 24 mars, les marches de la Résistance et les rondes du jeudi pour les Mères LF, elles parviennent à maintenir les disparus dans l’espace public argentin. Ces manifestations deviennent des points de référence de l’action militante du pays, d’autant plus qu’il s’agit de mobilisations pendant lesquelles toutes les associations de victimes, les MPM incluses63, sont réunies. Les différends sont néanmoins bien présents et visibles. Dans ce sens, nous souhaiterions évoquer un fait qui s’est produit à la fin du mandat d’Alfonsín, mais qui est très révélateur des différends entre les associations de victimes qui se mettent définitivement en place pendant le mandat de Carlos Menem.

  • 64 Sebastián Pereyra précise que la participation de Jorge Baños, un membre du CELS, à l’action du Mou (...)
  • 65 Novaro M., Historia de la Argentina contemporánea., op. cit., p. 206-207.
  • 66 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial « Preferimos dudar a creerlo al enemigo », Periódico (...)

25L’attaque du régiment de La Tablada du 23 janvier 1989, évoquée ci-dessus, a pour principale conséquence de desservir les associations de défense des droits de l’homme et de victimes64. Elle avait pour objectif de montrer aux militaires qu’ils ne pouvaient plus agir selon leur bon vouloir. L’effet est tout à fait contraire dans la mesure où les discours diffusant l’idée que la répression visait uniquement la « guerre contre la subversion » sont à nouveau relayés dans les médias. Les militaires et les secteurs qui leur sont proches peuvent asseoir l’idée que face à eux se trouvaient des terroristes, agissant sans considération pour la population comme lors de cette attaque65. Ceci sera avant tout profitable aux politiques dites du « pardon » que Carlos Menem instaure à son arrivée. Pour les associations de défense des droits de l’homme et plus particulièrement celles de victimes, la situation est très délicate. En effet, comment continuer à défendre cette jeunesse idéaliste des années 1970, lorsque des personnes se revendiquant de celle-ci attaquent avec des armes un régiment ? Par ailleurs, ces événements ont lieu à une époque où les préoccupations des Argentins ont changé. La crise économique touche de plus en plus le quotidien de la population pour qui la question du passé dictatorial a été résolue avec la CONADEP et le procès de 1985. De plus, bien que les lois de Point final et d’Obéissance due aient été répudiées au cours de nombreuses manifestations, elles alimentent l’idée que la page est tournée. L’accumulation de ces éléments explique les réactions des associations de victimes face à l’attaque de La Tablada. Les MPM, dans le numéro de leur journal du mois de février 1989 s’interrogent d’abord sur ce qui s’est passé. Elles rejettent l’action mais estiment ne pas avoir assez d’éléments pour juger66. Elles anticipent cependant sur ce qui sera leur stratégie future par rapport à ces événements, critiquer l’action du gouvernement d’Alfonsín pour résoudre ce problème :

  • 67 Ibid. L’expression « morts dans un affrontement » fait référence aux termes employés par les juntes (...)

« Mais nous avons en tête quelques détails très révélateurs pour nous. Le gouvernement et sa presse parlent le même langage que celui de la dictature : terroriste mort dans des affrontements67. »

26L’assimilation du gouvernement d’Alfonsín à la dictature, un élément de poids dans la séparation des Mères, revient ici en force. Cette idée, discrète pendant les premières années des MPM devient leur marque de fabrique avec La Tablada : jusqu’à l’arrivée de Néstor Kirchner en 2003, elle est récurrente dans leurs déclarations. Il s’agit là d’un des signes les plus distinctifs des MPM : l’association s’engage clairement contre le gouvernement, en l’occurrence celui d’Alfonsín, mais surtout ensuite celui de Menem. Les MPM s’allient de plus en plus avec des secteurs précis de la société argentine, certains partis politiques d’extrême-gauche, des groupes d’étudiants et des syndicats.

27Au contraire, les autres associations de victimes ne s’engagent jamais directement avec des groupes précis. Leurs discours s’en tiennent très clairement à la ligne adoptée pendant les premières années du gouvernement d’Alfonsín. Certes, ces autres associations de victimes arborent les mêmes discours que les MPM en situant l’action des disparus dans le cadre d’un militantisme au service du « peuple », sans affiliation précise, mais elles ne délaissent pas pour autant leur bataille contre la théorie des deux démons. Cette différence avec les MPM se perçoit très clairement dans leur réaction à l’attaque de La Tablada. Familiares et les Mères LF rejettent très clairement l’action du Mouvement tous pour la patrie, en estimant que l’utilisation d’armes ne peut être cautionnée. Elles montrent leurs désaccords avec la violence utilisée par le gouvernement pour en finir avec l’attaque, mais surtout :

  • 68 Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, « La Tablada », Decimos, année XII, (...)

« Nous devons signaler cependant que nous ne partageons pas les concepts de ceux qui prétendent mettre sur un pied d’égalité les personnes qui ont lutté dans le champ populaire et celles qui ont imposé un projet de pays dépendant. Nous répudions une nouvelle fois la théorie des deux démons et déclarons que ceux qui ont lutté avec le peuple l’ont fait pour un projet de pays sans chômage, avec des salaires justes, un logement décent, l’éducation et la santé pour tous et pour la libération nationale68. »

28Ainsi, la bataille discursive livrée par Familiares, les Mères et les Grands-Mères pendant la dictature et les premières années d’Alfonsín se poursuit pendant le premier mandat de Menem et elle sera régulièrement mise à l’épreuve.

Quelles réponses face au « pardon » ?

29Les discours et les lois du gouvernement de Carlos Menem et les interventions des « repentis » posent de vrais problèmes aux associations, dans la mesure où elles doivent alors faire face à leur préjudice personnel. C’est avant tout leur statut de victimes ou de proches de victimes qui sont interpellés par ces mesures. Il a certes toujours été présent, mais les mesures prises par le gouvernement d’Alfonsín les ont plutôt amenées à agir au nom d’un préjudice moral, celui de l’ensemble de la société argentine. Ces éléments nous renvoient au statut de victime de la société abondamment alimenté pendant la dictature et pendant le mandat de Raúl Alfonsín. Le gouvernement de Carlos Menem revient sur cette idée en insistant sur le fait que les responsabilités sont multiples, que trop de secteurs de la société sont coupables et que de ce fait, il faut accorder le pardon dans l’optique d’une réconciliation nationale. Face à ces discours, les associations maintiennent le cap, en refusant de faire porter la responsabilité à tout le monde. Ainsi, l’AEDD, en faisant référence à la récupération de deux enfants « apropiados » :

  • 69 Les jumeaux Matías et Gonzalo Reggiardo Tolosa sont nés en 1977 dans le centre clandestin de détent (...)
  • 70 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, 1994, op. cit., p. 24.

« Matías et Gonzalo69 sont des victimes du génocide de la dictature et de l’impunité de la “démocratie”, mais nous, tous les autres, nous le sommes aussi, même ceux qui ne sont passés ni par la prison ni par les camps de concentration70. »

30L’AEDD rejette fermement toute volonté d’assimiler l’ensemble des Argentins à la répression, elle suit la ligne fixée à sa création de déresponsabilisation de la société dans les faits. On peut voir, tout comme sous Alfonsín, une volonté de la part des associations de s’attirer la sympathie de la société argentine. Toutefois, l’objectif de ces déclarations, surtout lorsqu’on les lie au sort de deux enfants dont l’identité a été volée, est avant tout de montrer que les solutions proposées par Carlos Menem ne doivent pas faire oublier la persistance de ce problème affectant toute la population. Ces déclarations n’ont pas de réelle portée pendant le premier mandat de Carlos Menem. La voix des associations de victimes n’est que très peu relayée dans les médias argentins. Leurs interventions sont principalement diffusées lorsqu’elles réagissent à des mesures gouvernementales les concernant directement.

31Ainsi, face aux réparations économiques, on est amené à penser qu’il n’y a que deux attitudes possibles : l’acceptation ou le rejet. Dans le cas des associations de victimes, les choses sont plus complexes. Seule l’association des MPM rejette catégoriquement les réparations économiques et interdit à ses membres de les accepter. Il est intéressant de constater qu’elle n’accorde aucune signification à ces réparations économiques dans la mesure où elle n’y fait même pas référence au moment où elles sont votées. Ce n’est que plus tard que les MPM évoquent cette question dans un éditorial d’octobre 1996 à propos de mères qui ont accepté les réparations économiques :

  • 71 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial « El Che, ejemplo de nuestros hijos », Periódico de l (...)

« Lorsque certaines mères proposent et reçoivent la réparation économique que donne l’État présidé par l’insensible et corrompu Menem, nous, les mères de l’Association, sentons que le foulard porté par ces mères est […] taché du sang qu’elles vendent71. »

  • 72 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, op. cit., 1994, p. 23.

32Les MPM ne citent jamais les Mères LF, mais font clairement la distinction entre elles et les mères non-membres de leur association. L’acceptation des réparations économiques est perçue comme une trahison. Les MPM souhaitent ainsi marquer distinctement la différence entre elles et ce qu’elles font de l’héritage laissé par les disparus et les autres associations. Pour elles, il n’est pas question d’accepter ces réparations économiques qui, de plus, proviennent d’un gouvernement qu’elles accusent ouvertement de s’être vendu au pouvoir militaire avec les grâces présidentielles et aux grands groupes économiques nationaux et internationaux avec la privatisation massive d’entreprises nationales. La position tranchée des MPM est aussi une réponse à l’attitude plus ambivalente des autres associations de victimes. Ainsi, l’AEDD déclare clairement qu’elle « [ne veut] pas de cet argent72 ». Cependant, comme nous l’a signalé BO, l’association n’a jamais interdit à aucun membre d’accepter ces réparations et d’en encaisser le montant. Cette position est d’autant plus compréhensible que de nombreux anciens détenus-disparus ont été lésés du fait de leur détention. S’ils ont été légalisés, ils ont alors un casier judiciaire qui rend plus difficile la recherche d’un travail. S’ils ne l’ont pas été, et que leur détention a été plutôt longue, il leur est difficile de cacher cette situation lors de leur recherche d’emploi. Par ailleurs, les séquelles physiques et psychologiques des tortures subies dans le centre clandestin de détention ne facilitent pas non plus leur réinsertion dans la société et notamment l’obtention d’un emploi, première étape de ce processus. On peut donc estimer que l’AEDD peut difficilement opter pour une position aussi tranchée que celle des MPM. Cette position en demi-teinte sera par contre très différente de celle de Familiares qui assume son soutien aux réparations économiques. Dans des déclarations faites à la presse après l’annonce des lois qui établissent l’existence juridique de la disparition forcée de personnes et le cadre dans lequel sont versées les compensations financières, cette association souligne l’importance du vote de ces lois. En effet, l’association ne dissocie pas la reconnaissance du statut du disparu et les réparations économiques. Pour elle, cela va de pair. Les réparations économiques ne sont pas perçues comme une concession faite au gouvernement, mais au contraire comme un dû. Consciente néanmoins que les compensations financières peuvent traduire la volonté du gouvernement d’en finir avec les questions liées au passé dictatorial, elle déclare que :

  • 73 Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, 2006, op. cit., p. 32.

« Le dédommagement ne doit pas se limiter à une simple réparation économique. Des mesures de restitution, de satisfaction et surtout des garanties de non répétition doivent être mises en place73. »

33On observe ainsi que les réponses apportées par le gouvernement de Menem ne sont pas rejetées en bloc par toutes les associations. En revanche, elles s’opposent unanimement à la volonté d’en finir avec le passé dictatorial. Le fait que les associations de victimes ne soient pas toutes d’accord sur cette question est lié à la figure du disparu que chaque association a construite. Si Familiares, les Mères LF ou les Grand-Mères, en acceptant les réparations économiques ou en rendant des hommages nominatifs, admettent que les survivants et les proches des disparus sont des victimes qu’on doit dédommager, ce n’est pas pour autant qu’elles utilisent le terme pour les disparus. Ces derniers sont de plus en plus délimités par la figure du militant.

  • 74 Sebastián Pereyra fait notamment référence aux rapprochements ponctuels avec des associations telle (...)

34Nous avons vu que cette figure apparaissait ponctuellement pendant la dictature et même sous Alfonsín, mais pendant le premier mandat de Carlos Menem, cette tendance s’affirme. Le disparu n’est plus seulement un militant qui a lutté « pour un monde meilleur » dans les années 1970 ou pendant la dictature, il a lutté pour tout ce contre quoi luttent les mouvements ouvriers des années 1990. Au regard des publications et des déclarations, les associations de victimes développent l’idée que la lutte que mènent des syndicats, des groupes de piqueteros, des groupes d’étudiants ou des associations contre les bavures policières sont dans la lignée des luttes menées par les disparus74. Ce rapprochement des mouvements sociaux de ce début des années 1990 n’est cependant pas accompagné d’une revendication précise de l’action des disparus : aucune organisation, aucun groupe, parti politique ou syndicat des années 1970 auquel auraient pu appartenir les disparus n’est évoqué. Ces derniers sont encore situés dans un cadre de militantisme aux contours vagues. En assimilant l’action des disparus aux revendications sociales présentes pendant le premier mandat de Carlos Menem, les associations de victimes poursuivent deux objectifs principaux.

35Le premier est de se rapprocher d’une société qui a largement abandonné les champs de lutte des associations de victimes. À cette époque, de nombreux éléments contribuent à ce que la société argentine n’apporte plus le même soutien que dans les années 1980. En reliant les revendications des années 1970 à celles des années 1990, elles tentent d’actualiser la lutte pour les disparus et le passé dictatorial. Si cette lutte n’est pas caduque, les réclamations des associations ne le sont pas non plus. De plus, il s’agit de montrer que, contrairement à ce que les mesures mises en place par Menem veulent faire croire, la question des disparus ne concerne pas seulement les familles ou les survivants des centres clandestins. Il s’agit d’une lutte qui affecte toute la société. Les associations de victimes s’opposent ainsi aux déclarations gouvernementales alimentant l’idée que toute la société a une responsabilité dans la répression dictatoriale.

36Le second objectif est fortement lié au premier. En soutenant les secteurs qui s’opposent aux mesures gouvernementales, les associations de victimes veulent démontrer que l’ensemble de la politique de Carlos Menem est mauvaise, notamment la gestion du passé dictatorial. Elles font partie d’un ensemble plus large, celui de l’opposition à son gouvernement. Si sous Alfonsín, le rapport de certaines associations avec le gouvernement en place avait été ambigu, sous Menem, elles s’y opposent toutes. Elles prennent position dans l’échiquier politique, sans toutefois bénéficier d’une couverture médiatique aussi importante que dans les années 1980. Leur action est surtout associée au passé et leurs discours sur la relation entre les luttes passées et présentes ne suffisent pas à en faire des acteurs de poids dans les débats de l’administration ménémiste. Sans l’intervention d’Adolfo Scilingo et d’autres « repentis », les associations de victimes et les questions liées aux disparus seraient difficilement revenues sur le devant de la scène.

H.I.J.O.S

37Lorsque naît l’association H.I.J.O.S en avril 1995, déjà quatre associations se réclament d’un lien de parenté avec les disparus dans le paysage associatif argentin. À cela il faut ajouter l’AEDD qui axe presque exclusivement son travail sur les questions liées au passé dictatorial. Enfin, de nombreuses associations de défense des droits de l’homme, qui œuvrent dans un spectre plus large, prennent aussi en considération les questions liées aux disparus. Dans ce contexte, la première question qu’on est amené à se poser est la suivante : que peut apporter une nouvelle association en 1995 ? En nous intéressant à H.I.J.O.S, nous allons non seulement comprendre comment les associations contribuent à faire évoluer leur rapport à la société argentine, mais aussi comment leur mode de fonctionnement et leurs discours sont pour la première fois remis en question.

La naissance d’H.I.J.O.S

  • 75 Braun G. M., Hijos de la ausencia, H.I.J.O.S para la memoria, Maestría en Antropología Social, Univ (...)

38Comme le note Gladis Mabel Braun75, la première réunion d’enfants de disparus se fait à l’initiative d’un réseau, celui des « Amigos por la Memoria y el Recuerdo » (« Amis pour la mémoire et le souvenir »). Ce groupe de personnes décide de rendre hommage à une personne assassinée par la Triple A. Après cette première réunion, elles conviennent de rendre hommage à toutes les personnes assassinées ou disparues de la faculté d’architecture de l’Université nationale de La Plata pendant la dernière dictature ou la période qui la précède. Lors de cet hommage, des enfants de membres de l’université sont au centre de l’événement. Certains vivent à La Plata ou dans la ville de Buenos Aires. D’autres viennent de plus loin. Ils sont quinze enfants de disparus ou de personnes assassinées. C’est au cours de cet hommage qu’ils parlent pour la première fois en public. Ils ne sont pas alors constitués en association et interviennent à titre personnel, mais c’est à cette occasion que naît l’idée de réunir des enfants originaires de plusieurs endroits de l’Argentine, voire du monde.

  • 76 Ibid., p. 28.
  • 77 Ibid., p. 29.
  • 78 Ibid., p. 30.

39Le choix de la première réunion d’enfants de disparus se porte sur la ville de Córdoba. Cette décision est motivée par le fait que la ville a connu une première expérience de réunion d’enfants de disparus : l’« Atelier Julio Cortázar » (Taller Julio Cortázar). Créé en 1981 grâce au MEDH et à des fonds provenant de Suède, il avait pour objectif de réunir des enfants de disparus ou de prisonniers politiques, par tranches d’âge. Les réunions étaient hebdomadaires. Avec l’aide de professeurs, de psychologues et un coordinateur général, les enfants étaient encouragés dans la pratique d’activités artistiques et culturelles. Ces réunions se développent essentiellement à partir de 1983 pour une durée de cinq ou six ans76. Cet atelier n’est pas le seul du pays, Gladis Mabel Braun évoque aussi l’« Atelier du Soleil » (« Taller del Sol ») à Rosario et l’« Atelier de Soutien Intégral » (« Taller de Apoyo Integral ») à Buenos Aires. Elle s’intéresse particulièrement à l’« Atelier de l’Amitié » (« Taller de la Amistad ») de La Plata. Cette initiative est également financée par le MEDH, mais dans ce cas, elle est directement prise en main par des membres des Mères et de Familiares. Dans les grandes lignes, cet atelier fonctionnait comme celui de Córdoba, mais cesse rapidement ses activités, notamment lorsque certains enfants refusent de se plier à la direction de l’atelier. Les problèmes auraient surgi lorsque la direction décide de renvoyer trois personnes, qui travaillaient avec les jeunes, pour des raisons politiques77. L’échec de l’atelier de La Plata amène donc les personnes réunies lors de l’hommage à se tourner vers l’expérience la plus aboutie qui est celle de Córdoba. Cependant l’auteure insiste sur le fait que tous ces ateliers auront une influence sur l’organisation future d’H.I.J.O.S et qu’il est difficile d’accorder la paternité du mouvement H.I.J.O.S à des membres d’un atelier ou de l’autre, ou même d’en exclure des personnes qui n’avaient jamais participé à ces ateliers78. PE, membre d’H.I.J.O.S Capital, confirme ce point de vue :

  • 79 Entretien avec PE, membre d’H.I.J.O.S Capital, le 22 décembre 2006. Nous avons eu l’occasion de rev (...)

« Plus concrètement disons, à partir de ces ateliers de nombreux enfants ont commencé à établir un contact, […] et alors… je ne sais pas dans quelles circonstances exactes, mais à partir de ces réunions, l’idée est venue d’organiser une rencontre nationale de tous les enfants de disparus, et je crois qu’il y a eu environ 200 enfants et cela a eu lieu à Córdoba79. »

40Inspirée du bagage de ces ateliers, la première réunion d’enfants de disparus, de prisonniers politiques et d’exilés se tient en avril 1995. Une des premières décisions prise au cours de ce campement est la rédaction de deux lettres. La première est adressée au président de la République, Carlos Menem, la seconde à la société argentine et est publiée le 30 avril 1995 dans un journal de La Plata80. Il s’agit non seulement de faire part de la naissance du mouvement, mais aussi de signifier que leur histoire est liée à celle du peuple argentin. Il est important de noter que cette lettre est publiée alors qu’Adolfo Scilingo et d’autres « repentis » interviennent dans les médias argentins. Néanmoins, la naissance d’H.I.J.O.S n’est pas une réponse à ces confessions, puisque les réunions d’enfants de disparus leur étaient antérieures. De plus, comme le précisent plusieurs membres de l’association, la principale raison qui incite ces enfants à se réunir est avant tout de se retrouver entre pairs. Nous pouvons néanmoins estimer que les déclarations d’H.I.J.O.S sont en partie influencées par les interventions de tortionnaires. En insistant sur le fait que leurs histoires personnelles sont reliées, voire équivalentes, à celle de toute la société argentine, ils tendent à montrer que la naissance de leur association n’a pas pour seul objectif de les aider ou de se centrer sur des réclamations personnelles. Leur action concerne toute la société argentine, ils apportent leur contribution à une lutte qui existe depuis longtemps, celle des Mères, des Grands-Mères ou de Familiares. Comme le dit un membre de l’association :

  • 81 Madres de plaza de May- Línea fundadora, Memoria, verdad y justicia. A los treinta años por los tre (...)

« Nous ne sommes pas venus changer quoi que ce soit, nous sommes venus apporter quelque chose. Nous ne sommes pas partis de zéro, il y avait tout un chemin parcouru depuis vingt ans et sans ce chemin, nous n’aurions pu apparaître81. »

  • 82 Entretien avec PE, membre d’H.I.J.O.S Capital, le 22 décembre 2006.

41H.I.J.O.S se situe avant tout dans la lignée de la lutte des autres associations de victimes qui d’ailleurs les aident d’un point de vue matériel. En effet, dans la ville de Buenos Aires, l’association est tout d’abord logée dans les locaux de Familiares82. Par ailleurs, les associations de victimes, les MPM incluses, soutiennent fortement les branches régionales d’H.I.J.O.S dans leur action. Cette proximité avec les autres associations nous amène à nous intéresser aux apports d’H.I.J.O.S dans la lutte des associations de victimes.

L’escrache, un nouvel outil dans la lutte contre l’impunité

  • 83 HIJOS La Plata est une branche régionale qui appartient au réseau H.I.J.O.S. L’absence de points da (...)

42H.I.J.O.S est une association multiple, composée de plusieurs collectifs. Tous portent le sigle, mais accompagné de la zone géographique à laquelle chaque section appartient83. Cela signifie qu’ils sont à la fois indépendants, dans la mesure où les actions et les déclarations sont élaborées en fonction de l’actualité et des besoins locaux, mais aussi qu’ils sont liés par des éléments essentiels de leur formation et de leur discours. Ils constituent un réseau et ces points s’établissent dans le cadre de Congrès nationaux organisés chaque année dans une province différente du pays. Les points essentiels, et pourrions-nous dire inamovibles sont les suivants :

  • 84 Document distribué par H.I.J.O.S Capital avec calendrier des événements 2007 et « Nuestros puntos b (...)

« – Procès et châtiments. Prison commune et à perpétuité.
– Restitution de l’identité de nos frères “apropiados”.
– Reconstruction du tissu social et des liens solidaires détruits par la dictature.
– Revendication de la lutte de nos parents et de leurs compagnons.
– Démantèlement de l’appareil répressif.
– Horizontalité et volonté de consensus.
– Liberté des prisonniers politiques et fin des procès aux peuples en lutte.
– Nous luttons contre “la théorie des deux démons”.
– Indépendance par rapport à l’État et à tout parti politique ou institution84. »

43H.I.J.O.S reprend un des piliers des associations de victimes, celui de la demande de justice qui, comme nous avons pu le voir, a évolué vers la lutte contre l’impunité à partir de la fin des années 1980 et du début des années 1990. H.I.J.O.S naît lorsque les seuls procès qui ont lieu en Argentine sont ceux liés à l’enlèvement d’enfants et le vol de biens mobiliers. Quelques initiatives ont lieu à l’étranger, notamment en France et en Italie, mais aucun de ces procès n’a de réelle portée dans l’espace public argentin. Parallèlement, tout au long de l’année 1995, les tortionnaires sont omniprésents dans les médias argentins. Alors qu’ils semblaient faire profil bas depuis les décrets qui ont mis en place les dernières grâces présidentielles, ce sont eux qui placent à nouveau le passé dictatorial sur le devant de la scène. On ignore dans quelle mesure ce contexte médiatique a pesé dans le choix du mode d’action privilégié d’H.I.J.O.S, l’escrache, il est cependant intéressant de voir que l’association reprend à son compte ce changement de protagoniste.

  • 85 Bien que l’escrache désigne également la longue préparation qui le précède, nous pensons que le ter (...)
  • 86 La section régionale H.I.J.O.S Zona Oeste a réalisé un documentaire sur l’escrache réalisé contre C (...)
  • 87 Définition d’escrachar sur le site Internet d’HI.I.J.O.S Capital : [http://www.HIJOS-capital.org.ar (...)
  • 88 Néstor Francisco Beroch était membre d’une organisation d’extrême-droite qui a collaboré à la répre (...)
  • 89 Gustavo Viton est un ancien membre de l’Armée de terre.
  • 90 Documentaire Conoce a un pelado… ? Escrache, op. cit.

44L’escrache est une manifestation85 qui demande une longue préparation86. « Escrachar » signifie, selon H.I.J.OS, « mettre en évidence, révéler en public, faire apparaître le visage d’une personne qui souhaite passer inaperçue87 ». Il s’agit de faire connaître le nom d’une personne qui a participé, d’une façon ou d’une autre, à la répression dictatoriale. Les escraches ne se centrent pas forcément sur les figures les plus connues du terrorisme d’État, telles que les commandants jugés pendant le procès aux Juntes ou les tortionnaires qui s’expriment dans les médias à partir de 1995, mais au contraire des figures connues parfois localement, mais qui ne parlent pas de leurs actions pendant cette époque. Ainsi, en avril 1998 à La Plata, les deux personnes qui ont fait l’objet du premier escrache, Néstor Beroch88 et Gustavo Viton89 sont des membres actifs dans la répression de la ville de La Plata. Ils ne sont pas nécessairement des figures connues à l’échelle nationale, mais le sont au niveau des associations de victimes et des militants des droits de l’homme. L’objectif est de faire en sorte que des gens puissent les connaître et surtout les reconnaître. L’organisation de l’escrache et le travail qui le précède s’adressent tout particulièrement à la population locale et plus particulièrement au voisinage de la personne qui en fait l’objet. C’est pendant la préparation, qui peut durer trois mois, que la commission chargée de l’escrache prend contact avec les voisins de la personne. Ils distribuent des prospectus pour signaler par exemple qu’un agent de la répression ou un médecin qui a accouché des femmes dans des centres clandestins de détention habite ou travaille dans leur quartier. Des réunions sont ensuite organisées pour que les gens se rencontrent et qu’ils en sachent un peu plus sur la personne. Ainsi, les personnes sont amenées à participer aux questions pratiques : le choix des slogans, la fabrication de pancartes, le parcours que la manifestation va emprunter, la répartition des tâches, etc. La manifestation n’est donc pas seulement une initiative d’H.I.J.O.S ou des associations de victimes ou de défense des droits de l’homme qui les accompagnent, c’est avant tout une dénonciation par la population90. La préparation de l’escrache a pour objectif de faire en sorte que cette dernière s’approprie l’initiative.

  • 91 Entretien avec TP, membre d’H.I.J.O.S Zona Oeste, le 24 janvier 2007.

45Le jour de la manifestation, tout au long du parcours préétabli, les participants collent dans la rue des pancartes sur lesquelles figure, notamment, le nom de la personne. Une des pancartes les plus communes est celle qui signale la distance la séparant du domicile de la personne. Un autre type de pancarte se présente sous forme d’une signalisation qui indique le chemin. Tout au long de la manifestation, les participants chantent des chansons qui laissent entendre qu’ils se rapprochent du domicile, mais surtout qui indiquent qu’une forme de « justice » se rapproche. En effet, l’escrache prend tout son sens à une époque où l’impunité des crimes de la dictature est largement instaurée. Comme le dit H.I.J.O.S : « S’il n’y a pas de justice, il y a l’escrache. » Ce type d’action existe parce que les institutions judiciaires ne peuvent agir. L’association parle d’une « justice sociale » qui se substitue à celle des tribunaux91. Puisque ces personnes sont toujours en liberté, du fait des lois d’amnistie et des grâces présidentielles, l’objectif est de faire en sorte que cette liberté ne soit qu’apparente. Ainsi, face à la société et aux instances qui la régissent une personne peut être reconnue comme responsable d’un préjudice subi par un tiers. L’escrache n’octroie pas la légitimité que possède une Cour de justice, mais sa préparation permet d’argumenter dans le sens des organisateurs. La condamnation se produit à la fin de la manifestation, face au domicile de la personne choisie. L’importance qui peut lui être attribuée se reflète dans le nombre de personnes présentes et éventuellement dans les répercussions médiatiques de l’événement. Plus les médias relaient l’information plus le nom et l’adresse de la personne qui a fait l’objet de l’escrache sont connus.

46Cette manifestation est aussi une réponse à la fausse ignorance dans laquelle une bonne partie de la population s’est terrée pendant la dictature. Elle avait été mise à nu une première fois pendant le « show de l’horreur » en 1984, mais elle a repris le dessus sous le coup des discours liés aux politiques du pardon ou de réconciliation nationale de Carlos Menem. Toutefois, ce n’est pas le seul élément contre lequel tente de lutter l’escrache. Nous estimons qu’en pointant du doigt, outre les agents de la répression, des collaborateurs appartenant à différents secteurs de la société civile − des entrepreneurs, des médecins, des économistes −, H.I.J.O.S cherche aussi à contrecarrer les discours ménémistes qui sous-entendent que l’ensemble de la société argentine a une part de responsabilité dans les faits liés au passé dictatorial.

  • 92 « Menem volvió a defender el indulto », Clarín, 7 mars 1995, p. 24.
  • 93 Palermo V., « Entre la memoria y el olvido : represión, guerra y democracia en la Argentina », dans (...)
  • 94 Lorenz F. G., art. cit., p. 83-90.

47La lutte pour le soutien de la population menée par les associations de victimes pendant la dictature et le gouvernement Alfonsín est ici reprise par H.I.J.O.S. La population est toujours considérée comme une victime des agissements d’un pouvoir politique et les associations lui donnent les outils pour répondre. Pendant la présidence de Raúl Alfonsín, alors que les coupables étaient désignés, la société déresponsabilisée pouvait s’engager auprès des associations de victimes. La dictature était au centre d’une politique gouvernementale qui liait le passé à la construction de la nouvelle étape démocratique. Sous la présidence de Menem, les culpabilités établies ne sont pas niées, mais le gouvernement tend à lier la stabilité politique à la fermeture des questions portant sur la dictature, ou tout du moins à son cantonnement à ses victimes directes, c’est-à-dire les survivants des centres clandestins de détention et les proches de disparus. Ainsi, pour court-circuiter les interventions des agents de la répression, les « repentis », dans les médias, le gouvernement de Carlos Menem cherche à montrer que les motivations de ces hommes ne sont justifiées que par des intérêts personnels et que ces hommes n’ont pas réellement de remords92. Bien que cela soit probablement vrai, les réponses apportées à leurs déclarations ont surtout pour objectif de cacher ce que les manifestations du 24 mars 1996 mettent en lumière : les limites d’un discours qui veut exclure toute référence au passé dictatorial dans le présent93. La forte participation aux manifestations de commémoration des vingt ans du coup d’État laisse entendre qu’une partie significative de la population argentine estime que ce passé a encore sa place dans le présent94.

  • 95 Entretien avec SA, membre des Mères de la place de Mai-Ligne fondatrice, les 22 et 27 novembre 2006 (...)
  • 96 Feld C., Del estrado a la pantalla : las imágenes del juicio a los ex comandantes en Argentina, Bu (...)
  • 97 Les enfants de disparus « apropiados » et retrouvés dans le cadre de la lutte des Grands-Mères de l (...)

48Avec l’escrache, H.I.J.O.S prend en compte tous ces faits et y ajoute une dimension de proximité bien plus importante. Non seulement la dictature n’est pas un passé révolu, mais elle est aussi un présent que les Argentins côtoient au quotidien. H.I.J.O.S fait sienne la visibilisation du bourreau et l’associe à celle du disparu. Pendant la dictature et tout au long des années 1980, les associations de victimes ont obstinément œuvré pour que les disparus soient considérés comme des membres à part entière de la société argentine. Au début des années 1990, cette tâche est devenue de plus en plus difficile et les relations établies entre les luttes des disparus et celles menées par de nombreux secteurs dans l’Argentine contemporaine n’ont pas eu les répercussions souhaitées. Comme le précisent des membres de toutes les associations de victimes, l’arrivée d’H.I.J.O.S donne un nouveau souffle à leur action, notamment parce qu’elle apporte un nouveau contingent de militants95, mais surtout, selon nous, parce qu’elle redonne de la visibilité aux disparus. Grâce à l’escrache et à l’évocation des bourreaux, qui sont inévitablement liés à des victimes, mais aussi par la présence physique de ces enfants de disparus. Le fait qu’ils aient grandi sans un de leur parent, voire sans aucun, est une conséquence de la répression. Les problèmes éventuellement vécus par ces adolescents du fait de cette absence sont liés à l’action des tortionnaires qu’ils veulent dénoncer. L’association H.I.J.O.S présente donc une nouvelle figure de victime qui s’ajoute au panel représenté par les mères et les grands-mères, dans le cadre du sillage des liens du sang avec les détenus-disparus. Ses membres sont avant tout mis en relation avec les enfants enlevés96, la différence dans ce cas précis est qu’ils n’éprouvent pas les difficultés liées à l’enlèvement qui peuvent limiter la prise de parole97. De plus, ils sont beaucoup plus nombreux et répartis dans tout le pays. H.I.J.O.S enrichit d’un nouvel acteur les luttes pour la Mémoire, la Vérité et la Justice dont les associations de victimes sont les porte-paroles et les rapports qu’ils entretiennent avec les associations préexistantes nous amènent à penser que l’association suit les pas des MPM, des Mères LF, des Grands-Mères et de Familiares. Cependant, le fait que ses membres s’inspirent et soient manifestement aidés et encouragés par les associations déjà en place se traduit aussi par une volonté de réinterpréter certains de leurs discours et même de tirer des conclusions de leur parcours. Les conclusions tirées par H.I.J.O.S de ce travail ne vont pas être sans heurts pour la construction de l’association. De plus, elles sont très révélatrices de l’évolution de la figure du disparu dans l’espace public argentin.

Les leçons des autres associations

49Une des principales caractéristiques d’H.I.J.O.S, encore aujourd’hui, est l’« horizontalité » de leur organisation. En effet, H.I.J.O.S ne fonctionne pas avec un système de bureau. Il n’y a pas d’autorités, l’association prétend fonctionner par consensus. Comme nous l’a indiqué PE :

  • 98 Entretien avec PE, membre d’H.I.J.O.S Capital, le 22 décembre 2006.

« H.I.J.O.S. depuis sa création se pose la question de l’horizontalité pour qu’il n’y ait pas, au moins des leaderships avec un nom, institutionnalisés, il y a bien entendu, comme dans toute organisation, des leaders naturels qui apparaissent de par les caractéristiques de chacun, mais d’un point de vue de l’organisation politique, à un moment on a même décidé que l’horizontalité serait incluse dans les consignes de base98. »

  • 99 Cueto Rúa S., « Nacimos en su lucha, viven en la nuestra. » Identidad, justicia y memoria en la agr (...)

50Ainsi, une fois par semaine les membres de chaque instance régionale se réunissent au cours d’une assemblée. Tous les membres de l’association peuvent y assister, mais la présence des porte-parole des différentes commissions est obligatoire. Les commissions peuvent varier d’un collectif régional à l’autre, mais certaines commissions sont présentes dans tous, comme par exemple la commission d’escrache et la commission de frères et sœurs. La première organise les escraches. Elle reçoit les dénonciations des voisins qui signalent le domicile d’un agent de la répression ou d’une personne qui a collaboré avec le régime militaire puis enquête sur cette personne pour s’assurer de la véracité des faits. Enfin, elle met en place l’organisation de la manifestation en fonction des éléments que nous avons évoqués auparavant. La commission des frères et sœurs est chargée de recevoir les personnes qui pensent être des enfants enlevés pendant la dictature. Elle travaille en coordination avec les Grands-Mères et les institutions étatiques chargées d’enquêter sur les cas. Elle reçoit aussi les informations transmises par des personnes de la société civile à propos de cas d’enfants « apropiados ». Une autre commission se retrouve dans toutes les sections régionales d’H.I.J.O.S, celle dite d’adhésion99.

  • 100 Pereyra S., op. cit.
  • 101 Entretiens avec : BO, membre de l’AEDD, le 15 décembre 2006 ; SA, membre des Mères LF, les 22 et 27 (...)
  • 102 Cueto Rúa S., p. 74-79.
  • 103 Lors de notre premier séjour en Argentine, entre août 2006 et janvier 2007, nous avons rencontré de (...)

51L’organisation en commissions et surtout l’appel à une grande assemblée pour chaque section locale sont essentiels pour les membres d’H.I.J.O.S. Bien que cela ne soit pas dit ouvertement, nous pensons qu’une des raisons qui poussent l’association à vouloir s’organiser « horizontalement » est la séparation des Mères100 due, en partie, au leadership contesté d’Hebe de Bonafini. Cette situation a tellement conditionné les autres associations de victimes que dès que nous demandions à des membres de Familiares, de l’AEDD ou des Mères LF si l’association avait un président ou des autorités, ils nous répondaient que les autorités étaient une pure formalité administrative, que leur association n’avait pas réellement de président et que s’il y a bien des figures plus connues, elles ne représentent pas une voix supérieure aux autres101. Ce rapport au leadership explique en partie les rapprochements ponctuels entre l’association et l’une ou l’autre des associations de Mères. Par exemple, HIJOS La Plata a d’abord été proche des MPM, via les Mères présentes dans leur ville. Lorsque ces dernières coupent toutes relations avec les MPM, HIJOS La Plata ne s’éloigne pas entièrement de ces dernières102. Cela s’est produit plus tard. Dans la ville de Buenos Aires, H.I.J.O.S Capital est tout d’abord proche des deux associations de Mères, jusqu’à ce qu’une scission se produise en 2000 et que le groupe dissident soit directement aidé par les MPM103. H.I.J.O.S Capital est depuis toujours proche des Mères LF. L’influence des associations de victimes présentes en 1995 est incontestable, que ce soit parce qu’elles aident H.I.J.OS à se constituer d’un point de vue matériel ou parce que certains enfants ont des proches qui font partie de ces associations. Les problèmes qu’ont pu rencontrer les autres associations ont aussi un poids significatif dans l’organisation d’H.I.J.O.S. Toutefois, c’est surtout la construction de la figure du disparu dans l’espace public argentin, et notamment par les autres organisations de victimes, qui pèse lourdement dans l’organisation et les choix discursifs de l’organisation.

La figure du disparu selon H.I.J.O.S

  • 104 Nous pouvons mentionner par exemple les encarts publiés dans le quotidien Página 12 depuis sa créat (...)
  • 105 Cueto Rúa S., op. cit., p. 98-100.
  • 106 Braun G. M., op. cit., p. 41.
  • 107 Ibid., p. 39, extrait de la Revue HIJOS, année 2, n° 2, septembre 1997.

52S’il est vrai qu’au cours du premier mandat de Carlos Menem, le militantisme du disparu a pris une grande importance, il est aussi très significatif qu’il n’y ait aucune référence à une organisation précise. Même les MPM qui militent aux côtés de certains syndicats et parfois même de partis politiques ne parlent pas de l’appartenance directe des disparus à une organisation104. L’arrivée d’H.I.J.O.S change la donne, mais cela ne se fait pas sans heurts. Les problèmes qu’ont rencontrés les différentes sections d’H.I.J.O.S sont principalement liés à la politique : non pas du fait d’un positionnement face au gouvernement de Carlos Menem (puisque toutes les instances régionales s’opposent nettement à ses décisions), mais des relations qu’ils veulent entretenir avec les partis politiques. Gladis Mabel Braun évoque cette question à propos du problème du financement de l’organisation posé dans les assemblées pendant les premières années d’exercice, 1997 et 1998. Il est évoqué la possibilité de bénéficier de financements de partis politiques. Elle indique que les deux grands partis politiques UCR et PJ sont immédiatement exclus, mais que toutes les autres propositions sont envisagées. C’est alors que l’engagement personnel de chaque membre est mis en évidence. Ceux qui militent dans des partis politiques, principalement de gauche, tentent de faire en sorte que ce soit leur parti politique qui finance l’organisation105. En acceptant un financement plutôt qu’un autre, H.I.J.O.S s’engage vers une orientation politique ou une autre. L’association se doit donc de soutenir un parti politique dans ses déclarations et ses décisions. Ce choix est problématique pour plusieurs raisons. D’un côté, comme le soulignent certains délégués réunis à la convention nationale qui a lieu les 6, 7 et 8 juin 1998, cela signifie rejeter les idéologies d’autres membres, notamment celles liées aux partis politiques dont ils refuseraient le financement106. Cela pourrait amener des membres à s’exclure de l’organisation qui n’est plus une organisation d’enfants de disparus par elle-même, mais une organisation d’enfants de disparus soutenant un certain parti ou une certaine idéologie. Par ailleurs, cela pose un problème par rapport aux engagements des parents disparus. En effet, le premier mot d’ordre que l’ensemble des instances régionales d’H.I.J.O.S vote lors du congrès national de juin 1997 à Buenos Aires est la « revendication de la lutte des parents107 ». Cette revendication au sens large laisse entendre que sont comprises toutes les appartenances et pas seulement certaines.

  • 108 Cueto Rúa S., op. cit., p. 64-75.

53Les dilemmes auxquels font face les membres d’H.I.J.O.S sont d’autant plus intéressants que ces questions ne s’étaient pas posées aux autres associations. Face aux discours militaires et par la suite aux politiques mises en place, elles ont rapidement fait le choix de ne pas aborder la question du politique. Si une forme d’engagement des disparus était évoquée, cela a toujours été au nom d’une lutte plus large pour les droits de l’homme ou le bien-être de leurs concitoyens. Bénéficiant du soutien financier de l’étranger, c’est-à-dire a priori sans relation immédiate avec les disputes politiques argentines, les associations de victimes nées pendant la dictature ont rapidement pris leurs distances avec les partis politiques et avec toute sorte de militantisme partisan. L’AEDD quant à elle a rapidement limité ses actions et pris ses distances avec la politique pour s’éloigner des discours qui liaient détention et disparition à la subversion et à la lutte armée. Ainsi, H.I.J.O.S est la première association de victimes pour qui la question du rapport à la classe politique (et en général au politique) se pose visiblement. Les nombreuses discussions qui surgissent au sein des différentes branches régionales aboutiront à un rejet de toute affiliation. Toutefois elles donneront aussi naissance à de nombreuses scissions. Le chercheur Santiago Cueto Rúa montre comment HIJOS La Plata fait face à de violentes discussions qui amènent certains membres à quitter l’association108. Actuellement HIJOS La Plata fait partie du réseau d’associations d’H.I.J.O.S, mais en 1999 cette association régionale a décidé de quitter le réseau : d’une part à cause de l’appartenance politique de certains membres de l’association, d’autre part parce que chaque nouveau membre apporte de nouvelles idées, un nouveau bagage politique et amène à revoir toutes les décisions qui ont été prises dans les assemblées précédentes. Dans ces associations en construction qui veulent obtenir un consensus pour chaque décision prise au nom de l’association, la présence de nouveaux membres pose de vraies difficultés. Gladis Mabel Braun les explique principalement par les idées politiques de chacun et l’engagement politique de certains. H.I.J.O.S se trouve face aux problèmes du spectre militant de l’Argentine des années 1970 et même des années 1990 : la multiplicité des organisations. Cette diversité de partis politiques, de syndicats ou d’organisations étudiantes limite le consensus, pourtant voulu par tous les collectifs régionaux.

  • 109 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, op. cit., p. 199.

54Cela contribuera fortement à ce qu’H.I.J.O.S se constitue principalement sous forme d’associations régionales. Les congrès nationaux annuels sont maintenus, mais chaque collectif travaille avant tout localement. Ces débats sur l’appartenance politique des membres d’H.I.J.O.S apportent une nouvelle caractéristique à la figure du disparu élaborée par les associations de victimes : la revendication des organisations auxquelles ils appartenaient. La volonté de lier leur action à une action politique les amène à parler des groupes dans lesquels militaient leurs parents, y compris les groupes armés. Jusqu’ici les associations de victimes faisaient référence aux disparus comme à des militants qui luttaient pour une société plus juste, tous les disparus étaient placés dans un grand ensemble et les références aux organisations dans lesquelles ils militaient étaient rares. Avec H.I.J.O.S et la reprise de certains débats qui ont eu lieu dans les années 1970, les noms des organisations sont de plus en plus présents109. Nous pensons notamment à ceux des deux organisations les plus emblématiques Montoneros et l’ERP. Comme nous avons pu le voir, en raison de l’utilisation faite de ces deux noms par les militaires et pendant les premières années de démocratie, les associations de victimes ont pris leurs distances avec ces groupes. Montoneros et ERP sont synonymes de « subversion » et de « terrorisme » pour un large pan de la société. En reprenant leur nom au même titre que ceux de partis politiques ou de groupes de jeunesses dont les membres sont disparus, H.I.J.O.S va plus loin dans la revendication de l’action des disparus. L’identité politique du disparu est beaucoup plus marquée, ne se limitant pas au seul titre de « militant » : il est maintenant « militant d’une organisation précise ». Cependant, les débats liés aux revendications de groupes précis (partis politiques, groupes de jeunesses, syndicats ou organisations armées) portent surtout sur les idéologies, les théories élaborées, sur ce qu’ils dénoncent et les solutions qu’ils veulent apporter. Le choix des armes n’est pas remis en question. La lutte armée qui est parfois justifiée par l’époque (les années 1960-1970 et les mouvements armés sur le continent et dans d’autres pays du monde), est plutôt laissée de côté. Les noms Montoneros et ERP, ou d’autres organisations armées, sont avant tout placés dans le cadre de la lutte contre la « théorie des deux démons ».

  • 110 Dans un reportage publié dans la revue Milenio, à l’occasion du 25e anniversaire du coup d’État, ci (...)

55En revendiquant ces organisations que les autres associations de victimes n’ont pas voulu défendre nommément, H.I.J.O.S veut définitivement mettre fin à l’idée que l’action militaire a agi contre le terrorisme ou la subversion. L’interprétation de l’association est simple : tout ce qui s’est produit avant le coup d’État était pour le bien de la société argentine. On peut considérer que la lutte armée n’était qu’un outil de plus aux côtés des réunions publiques à caractère militant, des publications et des actions auprès de certaines couches défavorisées de la société. On constate finalement qu’H.I.J.O.S se place dans la continuité des discours sur les disparus des associations de victimes, mais en y ajoutant un élément qui n’est pas anodin : ils définissent un contour plus précis des disparus. Contrairement aux membres des autres associations, ils ne cachent pas qu’ils savent que les disparus militaient et par quels moyens110. Cependant, cette revendication n’apparaît qu’en filigrane et elle n’est pas l’argument déterminant utilisé pour obtenir le soutien de la population et pour la convaincre que le passé dictatorial est une lutte du présent. Nous estimons en effet que c’est avant tout la figure, ou plutôt les figures, de la « victime » qui est au cœur des débats au sein de l’association. Il s’agit d’établir qui a souffert de la répression dictatoriale et surtout d’établir des degrés de souffrance.

Qui sont les membres d’H.I.J.O.S ?

  • 111 PE, membre d’H.I.J.O.S Capital, et TP, membre d’H.I.J.O.S Zona Oeste, nous ont signalé que le proto (...)

56Si dans le cas des Mères, la figure mise en avant est évidente, dans le cas d’H.I.J.O.S, les choses ne sont pas aussi claires. Qui a le droit de faire partie de l’association ? Pour les Mères et les Grands-Mères, il faut être une mère de disparu ou une grand-mère de disparu pour pouvoir être membre à part entière de l’association et surtout du bureau. Par ailleurs, elles acceptent toute l’aide dont elles peuvent bénéficier, qu’elle provienne de personnes proches ou non des disparus. Quant à Familiares, l’éventail est certes plus large, puisqu’il inclut aussi des anciens prisonniers politiques qui ont bénéficié de l’aide de l’association pendant la dictature. Dans les cas d’H.I.J.O.S, nous avons pu voir que les associations régionales fonctionnaient toutes sur le modèle d’un ensemble de commissions. Chacune de ces entités est chargée d’une tâche spécifique qui contribue aux actions et à la construction du discours de l’association. Nous avons précédemment évoqué la présence d’une commission chargée de l’accueil des nouveaux membres. Cette commission organise une série d’étapes qui a pour but de faire intégrer ou de refuser une personne dans l’association. Les modalités peuvent varier111, mais plus que de s’intéresser au « comment », nous souhaiterions nous arrêter sur le « qui ».

  • 112 Braun G. M., op. cit., p. 32.

57Dès les premières pages de son travail sur l’association HIJOS La Plata, Santiago Cueto Rúa évoque la question de l’appartenance à l’association. Il précise qu’il s’agit d’un vrai problème qui hante encore l’association. Dès 1995, les membres de l’association de La Plata ont dû prendre une décision importante. L’association ne doit-elle être constituée que d’enfants de disparus ou doit-elle inclure les enfants de personnes assassinées par le régime, ceux d’anciens prisonniers politiques ou ceux d’exilés, souvent exilés eux-mêmes ? Pour certains membres de l’association, ceux qui avaient participé à l’Atelier organisé à Córdoba dans les années 1980, l’ensemble des méthodes répressives de la dictature (la disparition, l’assassinat, l’emprisonnement et l’exil) sont des arguments valables pour l’acceptation d’un nouveau membre dans l’association. Pour d’autres, les membres de l’association ne peuvent être que des enfants de disparus et d’assassinés112. Comme l’indique Santiago Cueto Rúa, il s’agit d’établir que « les victimes sont les disparus et les assassinés », ce qui exclut les prisonniers politiques et les exilés. Si l’on s’en remet au travail de Gladis Mabel Braun sur la même association, mais produit au tout début de la création de celle-ci, nous observons que cette question est déjà présente et qu’elle a même donné lieu à la première séparation au sein de ce collectif de La Plata.

58Par ailleurs, PE nous a assuré que cette question s’est aussi posée au sein de l’association du collectif de la ville de Buenos Aires. Il ne nous a pas indiqué la date d’ouverture de l’association à d’autres personnes, y compris des personnes n’ayant subi aucune des conséquences de la répression. Il a néanmoins évoqué le fait que cela n’a pas toujours été le cas. L’intensité des débats au sujet de ces questions est diverse. Ces disputes veulent apporter une réponse à des questions que nous avons évoquées tout au long de notre travail : qui sont les victimes de la dictature ?

59On peut commencer par signaler que les membres de l’association ne souhaitent pas être perçus comme tel. Dans un entretien accordé par des membres d’H.I.J.O.S Capital à une revue en septembre 1996, un des membres, Ana, déclare :

  • 113 « La memoria subversiva », Revista América Libre, Buenos Aires, septembre 1996, p. 7.

« J’avais besoin de parler avec des jeunes qui ressentaient la même chose et qui ne me regardaient pas avec de la peine et ne me plaçaient pas dans le rôle de la victime113. »

60Aux yeux des autres, de ceux qui ne la comprennent pas, Ana est une victime. Elle refuse pourtant ce rôle. Elle décide de mettre en parallèle d’un côté son âge et celui de ses parents au moment de leur disparition, de l’autre sa situation et celle d’autres jeunes qui vivent à son époque :

  • 114 Ibid., p. 10.

« J’ai pensé des tas de fois au fait qu’étant adolescents nous avons les mêmes valeurs que nos parents, même si je ne suis arrivée à aucune conclusion. Mais je suis très fière d’eux. Et je vois partout les parents d’autres enfants qui n’ont aucun engagement, qui ne s’intéressent à rien, qui sont des personnes médiocres. Quand je vois ces gens, je préfère que mes parents soient morts, mais j’aime être fière d’eux, même si je ne les ai pas avec moi114. »

61Dans un contexte dans lequel les associations de défense des droits de l’homme et les associations de victimes s’engagent de plus en plus contre les mesures du gouvernement de Carlos Menem au nom des luttes menées par les disparus dans les années 1970, les enfants de disparus s’engagent dans la lutte :

  • 115 H.I.J.O.S Capital, éditorial « La Mirada », Buenos Aires, Revista HIJOS, année 1, n° 1, 24 mars 199 (...)

« Et maintenant, nous commençons à regarder vers l’avant. Avec la mémoire fraîche de souvenirs, en comprenant depuis le cœur et depuis les idées pourquoi nos parents ne sont pas là. Nous regardons autour de nous, les raisons qui les ont poussés à lutter pour un monde meilleur, pour un pays différent. En nous retrouvant avec nos parents dans le regard des retraités, des travailleurs, des étudiants, des chômeurs, de ceux qui souffrent de ce projet de faim et de destruction115. »

  • 116 Cueto Rúa S., op. cit., p. 75.
  • 117 Actuellement, les quatre origines − enfants de disparus, de personnes assassinées, d’exilés et de p (...)

62Les membres d’H.I.J.O.S veulent reprendre le flambeau de leurs parents, mais au vu des disputes mentionnées précédemment, la reprise de ce flambeau n’est possible que si le parent n’est plus là. Ainsi dans les premières publications d’H.I.J.O.S Capital et d’H.I.J.O.S zona Oeste, les enfants dont on parle sont ceux de disparus ou d’assassinés. Comme le dit Santiago Cueto Rúa, pour le cas de La Plata, l’importance réside avant tout dans l’absence116. L’enfant d’exilés ou de prisonniers politiques a des parents en vie. Il s’agit de savoir qui est le plus à même de parler au nom du disparu. L’enfant de disparu se trouverait donc en haut d’une hypothétique échelle de décision. Les enfants dont les parents ont été assassinés ont pu enterrer leurs parents, ils ont récupéré le corps, ils ne vivent donc pas exactement ce que vivent les enfants de disparus. Enfin, tout en bas se trouveraient les enfants d’exilés et de prisonniers politiques. Cette liste, qui peut paraître cynique, a pourtant été indirectement établie lorsqu’à divers moments de leurs premières années, les différentes instances régionales d’H.I.J.O.S se sont posé la question du droit d’entrée pour certains et l’exclusion pour d’autres117. Bien qu’à leurs débuts, les membres d’H.I.J.O.S s’en tiennent à la figure du militant lorsqu’ils parlent des disparus, la liste à laquelle nous venons de faire référence place ces derniers à la tête d’une hiérarchie de la victime de la dictature. La répression est d’abord celle subie par le disparu, puis par la personne assassinée, le prisonnier politique et enfin l’exilé. Comme nous avons pu le voir dans le troisième chapitre de cet ouvrage, cette hiérarchie existait pendant la dictature et sous Alfonsín. Ce sont les cadres dans lesquels ont dû se placer les survivants et c’est ce qui a largement contribué à limiter leur parole.

63Pour être plus exhaustif, il conviendrait de revenir sur les représentations de chacune de ces victimes de la dictature. Cependant, nous travaillons sur la perception qu’ont les associations d’elles-mêmes en réponse, notamment, aux discours sur les disparus qui circulent dans l’espace public argentin. Les membres d’H.I.J.O.S souhaitent être perçus dans la continuité de la lutte de leurs parents. S’ils se définissent par la relation avec ces derniers, ce n’est donc pas que dans le rapport filial, c’est en reprenant la lutte de leurs parents, comme on peut le voir dans le premier numéro de leur journal en septembre 1996 :

  • 118 H.I.J.O.S Capital, « ¿ Qué pasa, qué pasó ? », Buenos Aires, Revue HIJOS, année 1, n° 1, 24 mars 19 (...)

« C’est en comprenant les causes et les motivations profondes de ce qui nous est arrivé et leurs conséquences, sans rester à la surface, que nous pourrons transformer ce qui est arrivé en une expérience qui nous permettra de bénéficier de meilleurs outils pour approfondir les succès et ne pas répéter les erreurs118. »

64Le texte dont cette citation est extraite tente d’expliquer la période qui précède la dictature et cette dernière et d’en tirer des conclusions. Celles-ci montrent clairement qu’H.I.J.O.S ne critique rien ouvertement, mais admet que des « erreurs » ont été commises par leurs parents militants. Il y a chez H.I.J.O.S des discours qui placent l’association dans le cadre d’un ensemble de luttes, celles des années 1970 qui se poursuivent dans les années 1990, mais il y a parallèlement un besoin de légitimation qui ne se fait que par la relation de sang qui lie les membres à leurs parents.

Des tribunaux au service de la justice et de la vérité

  • 119 Fernando de la Rúa est élu président de la République argentine 1999. Il est issu du parti Unión Cí (...)

65Si la recherche de la vérité sur les disparus et la demande de justice avaient une place prépondérante pendant le gouvernement d’Alfonsín, elles ont perdu de l’ampleur face aux politiques du pardon de Carlos Menem. C’est à cette période que des actions portant sur la mémoire sont développées avec la multiplication des hommages qui aboutira à la création d’H.I.J.O.S. Cependant des manifestations maintiennent les revendications liées à la vérité et à la justice au cours des mandats de Carlos Menem et de son successeur Fernando de la Rúa (1999-2001)119. Il s’agit d’actions qui ne sont pas toujours du fait des associations, mais au cœur desquelles elles se situent. Toutes se passent dans le cadre de la justice, mais n’ont pas nécessairement des conséquences pénales. De plus, de même que pendant la dictature, ces actions sortent parfois des frontières argentines pour sensibiliser d’autres opinions publiques, essentiellement pour mieux revenir dans la sphère publique argentine. Ces initiatives, dans l’ensemble, cherchent surtout à asseoir la légitimité des questions liées au passé dictatorial et à démontrer qu’elles sont toujours d’actualité.

Les procès à l’étranger

  • 120 Pour plus de détails, voir Anguita E., Sano Juicio, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 2001.

66Tout d’abord, de nombreuses procédures contre des agents de la répression à l’étranger, tout particulièrement en Europe, sont entamées. Les cas les plus connus sont ceux des religieuses françaises Alice Domon et Léonie Duquet et de la citoyenne suédoise Dagmar Hagelin. Après 1995, les demandes en provenance de la France, de l’Allemagne et de l’Italie se multiplient. Elles concernent généralement des cas de disparitions forcées de citoyens ressortissants de ces pays. En 1997, une demande d’extradition de quarante-six agents de la répression par le gouvernement espagnol amplifie les retombées de cette question en Argentine120.

  • 121 Nous ne revenons pas sur le détail des procédures ou sur les moyens mis en place pour que des crime (...)

67Dans le cadre de nos entretiens, ainsi que dans les publications des associations de victimes, nous avons pu constater que les procès en Espagne, avec l’arrestation d’Adolfo Scilingo ou l’extradition de Ricardo Miguel Cavallo, étaient les principales références aux procès à l’étranger. Cela ne signifie pas que les mises en accusation, voire les condamnations, dans les autres pays n’ont pas été suivies en Argentine. Cependant, les procédures en Espagne ont eu plus de répercussions médiatiques dans l’espace public et au sein des associations de victimes121.

  • 122 Tahir N., Le Juge Baltasar Garzón : justice et politique en Espagne 1988-2003, DEA d’études romanes (...)
  • 123 Ginzberg V., « Cuando la justicia no tiene fronteras », Página 12, 20 avril 2005 : [http://www.pagi (...)

68En 1996, l’avocat Carlos Castresana, membre d’une association de défense des droits de l’homme espagnole, l’Asociación Pro Derechos España (APDHE), dépose une plainte auprès de la plus Haute Cour de justice espagnole, l’Audiencia Nacional à Madrid. Il réclame qu’une enquête soit menée sur le destin de trente-huit citoyens espagnols disparus en Argentine pendant la dictature. Parallèlement, une plainte est déposée à Valence contre le dictateur chilien Augusto Pinochet pour crimes contre l’humanité. Ces deux cas coïncident en 1998 et sont finalement instruits par le même juge : Baltasar Garzón. Ce dernier est un juge connu de la population espagnole pour avoir instruit des cas de corruptions et un important cas de terrorisme d’État en Espagne122. Son intervention dans l’instruction du cas argentin donne d’emblée de la résonnance à l’affaire, du moins en Espagne. Toutefois, c’est surtout la demande d’extradition d’Augusto Pinochet depuis Londres qui en fait un juge internationalement connu. Pendant deux ans, il ne cesse de réclamer que le gouvernement britannique donne son accord au gouvernement espagnol pour que Pinochet soit extradé et jugé en Espagne. La médiatisation de cette requête place le juge et ses instructions au premier plan. Parallèlement, le cas argentin se poursuit et Adolfo Scilingo accepte de venir témoigner en Espagne. Si en Argentine il est couvert par la loi d’Obéissance due, en Espagne, toutes ses déclarations, celles faites à la télévision par exemple, peuvent constituer des preuves à sa charge. Il est arrêté en 1997, peu après avoir fait une déposition devant le juge Garzón123. En avril 2005, il est condamné à 640 ans de prison pour un délit de lèse-humanité.

69Une autre arrestation a été fortement médiatisée et commentée au sein des associations de victimes, celle de Ricardo Miguel Cavallo à Mexico en août 2000. Après de nombreuses requêtes auprès de différentes instances mexicaines, Cavallo a été extradé en Espagne en juin 2003. L’instruction entamée par Baltasar Garzón, avec l’arrestation de Scilingo et la demande d’extradition de Cavallo, est un signe fort pour les associations de défense des droits de l’homme et de victimes argentines qui voient s’ouvrir une brèche. Depuis le vote des lois de Point final et d’Obéissance due et la signature des décrets de grâces présidentielles, les associations ont considérablement souffert de ne pas voir leur action reconnue par le pouvoir judiciaire argentin.

70Alors que le gouvernement de Carlos Menem insiste sur la fin des réclamations liées au passé dictatorial, les demandes d’extradition de l’étranger sont perçues comme une forme de légitimité. Ainsi les MPM signalent :

  • 124 Asociación de las madres de plaza de Mayo, editorial, « Vamos con fuerza, sin aflojar », Periódico (...)

« Ce que n’a pas fait la justice en Argentine, la justice en Espagne, en France et en Italie est en train de le faire. Le pays et le monde prennent conscience de la dimension du drame qu’a vécu l’Argentine avec la disparition, la torture et la mort de 30 000 jeunes plein de vie et d’idéaux et celles de leurs bébés nés en captivité124. »

  • 125 Plataforma argentina contra la impunidad, Contra la impunidad, en defensa de los derechos humanos, (...)

71Les MPM ne contestent pas le fait que ce soit la justice d’autres pays qui se charge de faire connaître ce qui s’est produit en Argentine pendant la dictature. Il en va de même pour les autres associations de victimes qui soutiennent ces actions. En effet, les Mères LF, Les Grands-Mères, Familiares, l’AEDD et H.I.J.O.S collaborent directement avec les collectifs de défense des droits de l’homme espagnols. Elles sont membres de la Plataforma argentina contra la impunidad, un regroupement d’associations locales, d’exilés de la dictature et d’associations argentines125. De plus, elles sont en permanence en contact avec les avocats de l’APDHE, plus particulièrement avec Carlos Slepoy qui a été un des principaux acteurs de la plainte déposée auprès de l’Audiencia Nacional.

  • 126 Déclaration de Nora Cortiñas dans « Comienza una batalla judicial por la extradición de Cavallo », (...)

72En soutenant les requêtes auprès des pouvoirs judiciaires d’autres pays, les associations de victimes signifient qu’elles veulent avant tout que justice soit rendue. Il ne s’agit plus seulement de demander l’annulation des lois de Point final et d’Obéissance due ou des grâces présidentielles, elles élargissent leur champ de réclamations en demandant le respect des accords internationaux signés et ratifiés par les gouvernements argentins126.

73Un membre de l’AEDD, en référence au voyage qu’il vient de réaliser au Mexique pour la demande d’extradition de Ricardo Miguel Cavallo, précise ainsi que :

  • 127 Barros O., « Adonde Vayan los iremos a buscar. Entrevista a Ana Testa, Enrique Fukman y Carlos Lord (...)

« Au Mexique, la torture n’est pas encore classée comme un délit, elle est perçue comme une pratique normale, tout cela est donc vu comme une très grande avancée dans le contrôle de l’appareil répressif étatique. C’est pour cela que nous considérons que notre voyage et ce qui se produit autour de l’emprisonnement de Cavallo sont des apports à la récupération de la mémoire, pour qu’un acte de justice se produise en relation au génocide dont a souffert l’Argentine et parce qu’il s’agit d’un pas en avant dans la discussion sur les droits de l’homme au sein même du Mexique127. »

74Ces procédures ne servent pas uniquement à « rendre justice », elles contribuent aussi à la construction d’une mémoire collective sur la répression dictatoriale argentine. Si l’on peut estimer qu’il s’agit de sensibiliser des opinions publiques étrangères, on peut surtout penser que la « mémoire » à laquelle fait référence ce membre de l’AEDD est celle des Argentins.

75Cette affirmation se fonde sur les réponses apportées par le gouvernement de Carlos Menem, puis celui de Fernando de la Rúa. Carlos Menem n’a accepté aucune des extraditions réclamées par le gouvernement espagnol à la demande du juge Baltasar Garzón, ni même par aucun autre gouvernement. Il a insisté sur le fait que la demande du juge d’extrader 46 agents de la répression, parmi lesquels se trouvent Jorge Rafael Videla et d’autres dirigeants des juntes au pouvoir entre 1976-1983, est « [une] ingérence absurde dans les affaires d’un pays souverain comme le nôtre. Nous n’accepterons pas qu’on veuille nous coloniser judiciairement128 ».

  • 129 Il est intéressant de voir que ces discours sur une forme d’« ingérence étrangère » se développent (...)

76Il évoque l’ingérence que représentent ces actions en provenance du gouvernement espagnol en tant qu’ancien colonisateur d’une large partie du continent américain129. Il s’est ensuite attaqué au juge Garzón, « figure médiatique » selon lui, qu’il a accusé de vouloir « jouer les vedettes à travers le monde ». Les réactions de Fernando de la Rúa ont été en revanche plus mesurées. Président élu (qui n’exercera ses fonctions qu’à partir du 10 décembre 1999), il indique en novembre 1999 que ces demandes doivent être traitées dans le cadre de la légalité et que :

« [Il] ne serait pas viable dans ce cas d’appliquer la convention avec l’Espagne puisque, pour que cela se concrétise, la personne impliquée devrait avoir commis le même délit dans les deux pays130. »

77Toutefois, son action a été plus radicale. Le 17 décembre 2001, trois jours avant sa démission de la charge de président de la République, il signe le décret 1581 qui stipule que :

  • 131 Boletín Oficial Gobierno Argentino, année CIX, n°29791, 17 décembre 2001, décret 1581, p. 7-9, [htt (...)

« LE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES, DU COMMERCE INTERNATIONAL ET DU CULTE rejettera les demandes d’extradition pour des faits qui se sont produits sur le territoire national ou des lieux soumis à la juridiction nationale131. »

  • 132 Trois jours après ce décret, les 19 et 20 décembre 2001, des émeutes éclatent en Argentine. Le pays (...)

78Pour justifier ce décret, se fondant sur des demandes relatives aux faits qui se sont produits entre le 24 mars 1976 et le 10 décembre 1983, il revient sur toutes les décisions gouvernementales qui ont été prises auparavant : procès des anciens commandants en chef des juntes en 1985, lois d’amnistie en 1986 et 1987 grâces présidentielles, réparations économiques, recherche d’enfants « apropiados ». En revenant sur toutes ces mesures, l’objectif est de placer cette décision dans la continuité de l’action des gouvernements d’Alfonsín et de Menem. Ainsi, Fernando de la Rúa réaffirme que la dictature et ses conséquences appartiennent au passé. Ce qui devait être l’objet de législation l’a été, ce qui devait être jugé l’a été, l’Exécutif argentin a fait son devoir. Il souligne par là l’ingérence que représentent les demandes d’extraditions pour des faits qui se sont produits sur le territoire argentin132.

  • 133 Nous pouvons citer par exemple le procès à Paris en 1990 qui a condamné le capitaine de corvette Al (...)

79La portée des procédures à l’étranger est limitée puisqu’elles dépendent malgré tout du pouvoir politique argentin. En dehors des cas d’Adolfo Scilingo, de Ricardo Miguel Cavallo et des personnes qui ont pu être jugées par contumace133, les procès et les condamnations sont peu nombreuses. Cependant, ces procédures sont suffisamment significatives pour qu’elles fassent l’objet de nouvelles décisions gouvernementales. Si ces initiatives depuis l’étranger sont principalement ancrées dans une demande de justice, d’autres procédures ont lieu dans l’enceinte d’un tribunal, mais cherchent avant tout à établir une ou des vérités.

Les procès pour la Vérité

80Dans son ouvrage sur « l’expérience de reconstruction du monde des proches de disparus », Ludmila da Silva Catela fait référence aux « procès pour la Vérité ». En s’en remettant au respect d’accords internationaux signés par l’État argentin, l’APDH et le CELS tentent de contourner les lois de Point final et d’Obéissance due134. Puisque les possibilités de juger des personnes pour les crimes liés à la dictature sont extrêmement réduites, les membres de ces associations, épaulés par les associations de victimes – sauf les MPM –, s’intéressent plus particulièrement au « droit à la vérité ». Pour ce faire, ils partent du refus de la Cour suprême argentine de faire-valoir ce droit dans le cas d’une Mère LF membre du CELS, Carmen Aguiar de Lapacó en 1995. Alors que des recours sont présentés auprès de la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH), d’autres demandes sont présentées parallèlement dans tout le pays au nom du « droit à la vérité ». En octobre 1998, dans le cas d’un frère de disparu, la Cour suprême, qui avait refusé ce même droit à Carmen Aguiar de Lapacó, l’octroie à l’unanimité. En novembre de la même année, la Chambre des députés de la Nation approuve une loi qui « autorise les Chambres fédérales à chercher la vérité sur le destin des personnes qui ont été emprisonnées pendant la dernière dictature militaire135 ». Suite à ce vote, de nombreuses démarches sont entamées dans les différentes Chambres fédérales du pays. Les enjeux de ces procès pour la Vérité se situent au sein de plusieurs arènes. Les associations de défense des droits de l’homme et celles de victimes créent des outils qui leur permettent de faire valoir leurs revendications de « Mémoire, Vérité et Justice » dans un contexte politique hostile. L’analyse de Ludmila da Silva Catela revient sur les arguments produits par les juges de la Chambre fédérale de La Plata. Ces derniers insistent sur le « droit à la vérité dont jouissent les proches de disparus », ils le qualifient « d’indiscutable et d’imprescriptible ». Ces considérations font écho aux demandes des associations de défense des droits de l’homme. Ainsi, Ludmila da Silva Catela souligne que :

  • 136 Ibid., p. 255.

« Dans un texte qui s’adresse aux parlementaires, les personnes invoquées comme les demandeurs légitimes de vérité sont les “proches et la société comme un ensemble”, elles sont citées avec le soutien des lois internationales qui justifient et donnent de la légitimité à leur demande136. »

81L’APDH place les proches de disparus sur un pied d’égalité avec la société argentine. Elle ne s’en remet pas aux droits de l’homme ou à la citoyenneté en général, elle distingue les proches de disparus qui sont les premiers interlocuteurs. C’est dans ce contexte que les associations de victimes jouent un rôle particulier puisqu’elles fournissent un important contingent de témoins.

  • 137 Hugo Cañón est procureur et membre de la Comisión Provincial por la memoria de La Plata. María José (...)
  • 138 Memoria Abierta, op. cit., [http://www.memoriaabierta.org.ar/materiales/juiciosxlaverdad.php], cons (...)
  • 139 Pour plus de détails sur le fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation sud-africaine, (...)
  • 140 Même s’il est vrai qu’après les déclarations d’Aldolfo Scilingo, d’autres militaires ont parlé dans (...)

82Dans un film produit par l’organisation Memoria Abierta, deux acteurs des procès pour la Vérité reviennent sur un élément essentiel de cette initiative : le fait que ces procès aient eu lieu dans le cadre de la justice pénale137. Comme le signale Hugo Cañón, procureur de La Plata au cours de ces procès, les moyens de la justice pénale sont bien plus importants que ceux de la justice civile, elle a un « pouvoir supérieur pour fouiller, enquêter, chercher et documenter138 ». Ainsi, les personnes engagées dans ces procédures estiment que seule la justice pénale peut répondre aux questions qu’implique le « droit à la vérité » : où, quand, comment, qui et pourquoi ? Pour Hugo Cañón, les réponses à ces questions permettent de déterminer les « chaînes de responsabilité » de chacun des acteurs impliqués dans la disparition forcée d’une personne. Cependant, tout cela s’établit dans le cadre des lois de Point final et surtout celle d’Obéissance due, qui rendent impossible toute poursuite judiciaire. On peut obliger une personne à venir faire une déclaration pour répondre aux juges qui président les procès pour la Vérité, mais elle ne pourra être poursuivie si elle reconnaît des faits qui l’impliqueraient dans un délit. Cette caractéristique du témoignage des bourreaux ou des collaborateurs nous rappelle le cadre de la Commission Vérité et Réconciliation sud-africaine lorsque des personnes viennent témoigner avec la garantie de ne pas encourir de poursuites judiciaires pour les faits relatés. Cependant, contrairement au cas sud-africain, les auditions de la commission mise en place en 1983, la CONADEP, n’étaient pas publiques139. Les témoignages ont été produits dans un espace privé auquel la société n’avait pas accès. Par ailleurs, contrairement à ce que les associations de victimes réclamaient, aucune liste des agents de la répression ayant témoigné devant les membres de la CONADEP ou même cités dans les témoignages, n’a été publiée. Les procès pour la Vérité reviennent donc sur une des réclamations essentielles des associations : les coupables doivent donner des informations précises sur le sort des disparus140.

83Dans le cas de La Plata, nous allons reprendre les éléments qui nous semblent les plus pertinents pour comprendre l’importance de cette initiative dans le cadre des actions des associations de victimes. Ludmila da Silva Catela remarque tout d’abord que les dépositions se font à l’initiative des familles qui sont non seulement les premières à déposer, mais qui doivent aussi apporter tous les documents qu’elles possèdent pour que la cause de « leur » disparu soit instruite. Les témoins, des survivants des centres clandestins, des personnes qui ont assisté à l’enlèvement, parlent ensuite face aux juges. Enfin, ce sont les militaires, les policiers et les fonctionnaires de la dictature qui interviennent. Etant donné que ces déclarations se produisent dans le cadre de la justice pénale, les personnes citées sont obligées de se présenter. Elles peuvent cependant refuser de déclarer quoi que ce soit, comme cela a été le cas de plusieurs agents de la répression. Car bien que les procès pour la Vérité semblent pallier certaines des demandes des proches, les témoignages produits dans l’enceinte de la cour ont lieu après l’instauration de l’« impunité ». Ils ne sont pas soumis à un accord. Cet élément est important dans la mesure où les dépositions faites pendant les procès pour la Vérité serviront par la suite dans le cadre des procès ouverts à partir de l’année 2005.

  • 141 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, op. cit., p. 260.
  • 142 Les procès pour la Vérité ont eu lieu dans de nombreuses villes et provinces argentines : Mar del P (...)

84Ludmila da Silva Catela précise que le fait que ces procès ne puissent pas se concrétiser en des poursuites et des condamnations pénales n’est pas le plus significatif, leur importance réside surtout dans « l’action symbolique qu’ils provoquent141 ». Les procès pour la Vérité s’inscrivent avant tout dans le cadre d’une histoire locale, celle d’une ville comme La Plata, mais aussi celle de toutes les autres villes où se sont déroulées ces instances142. Le public est celui de la ville, ce sont les voisins des proches des disparus, des survivants et des disparus eux-mêmes. On ne parle plus de faits qui ont pu avoir eu lieu ailleurs. De plus, les mesures prises pendant les mandats de Raúl Alfonsín et de Carlos Menem ne contredisent pas les faits évoqués au sein de ces tribunaux. La répression a bien eu lieu, des personnes ont été enlevées, torturées et ont disparu. La phrase qui a longtemps circulé dans la société argentine « por algo será » ne peut plus être à l’ordre du jour. Lorsqu’un voisin parle de la disparition de son proche ou qu’il raconte ce qu’il a enduré alors qu’il était captif, sa parole n’est plus mise en doute.

  • 143 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, op. cit., p. 261.
  • 144 Ginzberg V., Vales L., « Es como recibir una bandera », Página 12, 2 décembre 2002, [http://www.pag (...)
  • 145 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial « Pasaran las elecciones… », Periódico de las Madres, (...)

85Ces procès se situent donc dans le contexte de la mise en visibilité du bourreau qu’H.I.J.O.S a systématisée avec les escraches143. Les membres de l’association sont très présents lors des audiences, même si le fait qu’il ne puisse y avoir de condamnation est une frustration de plus dans la « lutte contre l’impunité ». C’est l’avis que partagent les associations de victimes : bien que cette justice ait ses limites, elle agit144. Seule une association s’oppose fermement à cette initiative : les MPM. Pour elles : « Nous sommes fatiguées de la gauche qui soutient des procès pour la “vérité” sans exiger le moindre châtiment145. »

  • 146 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, op. cit., p. 166.
  • 147 Le cas Poblete Hlaczik est un des plus importants. Les associations de victimes et de défense des d (...)

86Ces initiatives sont vues comme une nouvelle concession faite au pouvoir. Les coupables ne sont pas punis, la consigne « Procès et châtiment pour tous les coupables » perd de son sens. Les MPM, refusant les demi-mesures, ne participent pas aux auditions. C’est à cette même époque que les Mères qui se trouvent à La Plata s’éloignent des MPM. Bien que cela ne soit pas directement lié aux procès pour la Vérité, on peut estimer qu’ils y ont contribué146. Dans le cadre d’une opposition d’ensemble, alors que des membres des autres associations, notamment les Mères LF et Familiares, tentent constamment d’obtenir des résolutions en leur faveur147, les MPM s’attaquent aux juges dans leur journal :

  • 148 Asociación madres de plaza de Mayo, « Carta abierta de las Madres al primer ministro británico », P (...)

« Nous, les Mères, avons transformé notre douleur en lutte, mais nous avons toujours signalé que la voie du châtiment des génocidaires doit être celle indiquée par la justice. Mais quand les juges n’agissent pas dans le cadre de leur fonction de rendre la justice et qu’en échange ils se traînent devant les intérêts économiques des puissants, les peuples n’ont d’autres choix que d’emprunter la voie de la violence148. »

  • 149 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial « Movilización, reflexión y revolución », Periódico d (...)
  • 150 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, op. cit., p. 259.
  • 151 Ibid., p. 257.

87Elles ne s’opposent pas à la justice, puisqu’elle fait justement partie de leur consigne, mais elles s’opposent à ceux qui rendent la justice. C’est ainsi qu’elles parlent des « procès pour le mensonge », en faisant référence aux procès pour la Vérité149. Les MPM se distancent clairement du point de vue des autres associations qui pensent, malgré tout, que ces déclarations et ces initiatives contribuent à la condamnation, par la société, des faits qui se sont déroulés pendant la dictature. Ce type d’initiatives maintient la question du passé dictatorial et des disparus dans l’espace public argentin. Face aux procès qui se déroulent à l’étranger et qui évoquent plusieurs cas, (des disparitions en grand nombre et certains agents de la répression) les procès pour la Vérité parlent de faits précis, de personnes connues des habitants de la ville où ils ont lieu. On ne parle plus de l’histoire de la répression dans l’ensemble du pays, mais de celle d’une ville en particulier150. Les associations au cœur de ces procès veulent maintenir les disparus dans l’espace public et cela passe par la légitimation de leur souffrance par l’institution judiciaire. Même s’il est vrai que la présence du public dans la salle d’audience n’a pas toujours été massive, les procès pour la Vérité ont été une occasion pour les familles et les survivants, d’un côté, et la population locale, de l’autre, de communier. Cette communion a été plus visible dans certains cas pour lesquels le public a assisté massivement aux audiences : ceux des enfants enlevés avec leurs parents ou nés dans des centres clandestins de détention151. L’intérêt particulier pour ces enfants est une nouvelle preuve de la singularité de leur cas au sein des luttes des associations de victimes.

Les procédures des Grands-Mères

  • 152 Pour plus de détails sur le parcours des Grands-Mères pour obtenir les moyens scientifiques de retr (...)
  • 153 Création de la Banque de données génétiques, loi n°23511, voté le 13 mai 1987, publiée dans le Bull (...)
  • 154 La Conadi est un organisme qui n’agit pas uniquement dans les cas d’enfants enlevés pendant la dict (...)

88Le cas des enfants disparus a toujours bénéficié de politiques étatiques. En 1987, elles obtiennent la création de la Banque nationale de données génétiques (BNDG) qui a été un pas très important. Cette institution se trouve au sein de l’hôpital Carlos A. Durand à Buenos Aires. Il s’agit d’une banque qui collecte l’ADN de tous les proches des enfants disparus. Cela permet ensuite lorsqu’une personne pense être un enfant enlevé ou lorsque les équipes d’investigation pensent qu’une personne l’est de croiser son ADN avec celui des familles présentes dans la banque de données. Si le meilleur moyen d’établir la filiation d’une personne est de posséder l’ADN de ses parents, dans le cas de ces enfants, cela n’est pas possible puisqu’ils ont disparu. Face à ce problème, pendant la dictature, les Grands-Mères ont sollicité des scientifiques et des généticiens du monde entier pour trouver un moyen de contourner cette difficulté. En 1984, un groupe de chercheurs états-uniens y parvient et crée l’« índice de abuelidad » qui permet de mettre en relation un enfant avec ses grands-parents152. La création de la BNDG en 1987 permet de rattacher la recherche des Grands-Mères à des instances judiciaires153. Puisqu’elle bénéficie d’un outil officiel pour prouver qu’un enfant a été donné illégalement en adoption à une famille, qu’il a été enlevé et que ses parents sont des disparus. C’est cependant avec la Conadi que le travail de recherche des Grands-Mères est institutionnalisé. Créée en 1992 sous la tutelle du ministère de la Justice et des Droits de l’homme argentin, la Conadi a comme premier objectif la recherche des enfants enlevés pendant la dictature154. Leur expérience depuis 1977 dans la recherche de leurs petits-enfants est associée aux outils étatiques. Le travail des Grands-Mères devient ainsi celui d’experts. Leurs démarches et l’aide professionnelle dont elles ont bénéficiée a permis la création de la BNDG. Mais jusqu’à la création de la Conadi, le travail de recherche qui permet, entre autres choses, de mener aux analyses sanguines pour déterminer l’identité réelle d’un enfant ne bénéficiait d’aucune aide de l’État. Cette institution contribue à donner les moyens à la justice de déterminer la véritable identité d’un enfant. Parallèlement à ces initiatives, les Grands-Mères ont été la seule association qui a pu mener à bien des procédures judiciaires sur le sol argentin après le vote des lois de Point final et d’Obéissance due.

89Pendant le procès des anciens commandants en chef des juntes en 1985, les généraux étaient jugés pour plusieurs délits, notamment l’« enlèvement et le vol d’enfants ». Pour les associations de victimes, en condamnant les généraux au pouvoir pour ce délit, les juges l’ajoutaient à l’ensemble du plan systématique élaboré par les juntes pendant la dictature. Ainsi, le fait qu’ils n’aient pas été condamnés pour ce crime ne l’a finalement pas inclus dans les outils répressifs mis en place pendant la dictature. Bien qu’il ne s’agisse que d’un seul procès, les conséquences de cette exclusion sont très significatives.

  • 155 Maris Ageitos S., op. cit., p. 191.
  • 156 Ibid., p. 203-214.

90La loi de Point final votée en décembre 1986 se calque sur les résolutions élaborées par les juges lors du procès de 1985. Les délits pris en compte par la loi sont ceux pour lesquels ont été condamnés certains des militaires jugés. L’« enlèvement et le vol d’enfants » n’ont donc pas été inclus dans la loi de Point final155. Pour ce qui est de la loi d’Obéissance due votée en juin 1987, elle porte sur les délits pris en compte par la loi de Point final, le cas des petits-enfants des Grands-Mères n’en fait toujours pas partie156. C’est dans ce cadre juridique, ou plutôt dans cette absence de cadre juridique, que les Grands-Mères agissent. L’absence de délit classé permet finalement de poursuivre les recherches. Lorsqu’un enfant est retrouvé, les responsabilités peuvent être établies et les plaintes déposées. Des personnes sont ainsi arrêtées après le vote des lois d’amnistie.

  • 157 Abuelas de plaza de Mayo, Historia de Abuelas. 30 años de búsqueda, 1977-2007, Buenos Aires, Abuela (...)
  • 158 Loc. cit.

91Dans un livre publié pour son trentième anniversaire, l’association des Grands-Mères revient sur son parcours. Les six chapitres de l’ouvrage établissent une chronologie qui est marquée par la « récupération » de petits-enfants. Ils évoquent non seulement le parcours de chacun de ces enfants et ce qui a permis de leur « rendre leur identité », mais l’association donne aussi ses impressions sur le contexte politique et social du pays et sur les outils mis en place en leur faveur ou en leur défaveur par les gouvernements. Lorsque le collectif évoque la période postérieure aux grâces présidentielles de Carlos Menem − le découpage va de 1990 à 1996 −, il parle d’un « manque de justice157 ». Il signale que les années 1990 « ont mal commencé pour les Grands-Mères et les autres organisations de défense des droits de l’homme »158. L’association s’inclut d’abord dans un ensemble, celui des associations de défense des droits de l’homme, pour préciser qu’elle est touchée par les grâces présidentielles décrétées par Carlos Menem. Elle explique ensuite qu’elle a poursuivi son travail, notamment à l’étranger. Les Grands-Mères ont beaucoup voyagé pour des rencontres, des conférences et des interventions dans le cadre d’institutions internationales comme l’ONU ou pour des associations internationales de défense des droits de l’homme comme Amnesty International. Elles insistent ainsi sur le fait que leur activité n’a pas réellement décru. On observe qu’elles n’ont pas rencontré les mêmes difficultés que les Mères LF ou Familiares à la même période.

92Pour les Mères LF et Familiares, la fin des procédures judiciaires se traduit par la mise en place de moyens de survie, ce n’est pas le cas des Grands-Mères. L’explication se trouve au milieu du chapitre de l’ouvrage sur l’histoire des Grands-Mères :

  • 159 Abuelas de plaza de Mayo, 2007, op. cit., p. 101.

« Les lois d’impunité, à partir des principes d’“obéissance due” et de “chose jugée”, avaient fermé toute possibilité de condamnation des responsables de la disparition des enfants des Mères et des Grands-mères. Cependant, les Grands-mères, elles, ont pu condamner plusieurs militaires pour l’enlèvement et le vol d’identité de leurs petits-enfants159. »

93Alors que dans la première partie de cette citation, elles parlent de l’impossibilité de « condamner les responsables de la disparition des enfants des Mères et des Grands-mères », dans la seconde phrase, on constate que la condamnation est du fait des Grands-Mères. Elles passent d’accusateurs, ou même de victimes en tant que mères de disparus, à juges puisque ce sont elles qui condamnent des militaires. Elles font non seulement partie d’un ensemble, les associations de défense des droits de l’homme ou celles de victimes, affecté par les politiques étatiques liées au passé dictatorial, mais elles peuvent encore agir.

  • 160 Les Grands-Mères dans leur biographie de l’association évoquent le cas d’Emiliano Carlos Castro Tor (...)

94Tout au long des années 1990, les Grands-Mères de la place de Mai mènent plusieurs batailles sur le front judiciaire. En effet, lorsqu’il est avéré qu’un enfant est le fils ou la fille de disparus, les tribunaux doivent faire face aux différents problèmes posés par ce crime. Tout d’abord, l’enfant doit être retiré de la famille dans laquelle il a grandi, puis sa garde est octroyée à une personne de sa famille biologique. Chaque situation est alors très différente : les grands-parents sont-ils en vie ? Est-ce que l’enfant passe sous la responsabilité de sa famille maternelle ou paternelle ? Avec quel oncle ou quelle tante va-t-il vivre le cas échéant ? Il arrive que l’enfant n’ait pas été élevé dans la ville, région, voire pays où sa famille biologique réside. Toutes ces questions doivent être réglées dans le cadre judiciaire et elles posent des problèmes en raison de l’absence de législation précise pour ces cas. De plus, dans les années 1990, ces enfants enlevés sont pour la plupart des adolescents et pour certains des adultes. Ils peuvent refuser de faire des analyses sanguines. Leur attachement aux personnes qui les ont élevés est bien plus important puisqu’ils n’ont pas connu d’autre famille. Le traumatisme de ces enfants est au centre de la bataille judiciaire et les Grands-Mères doivent faire face aux refus de ces derniers. Dans ces situations, la justice doit parfois agir contre le gré de l’enfant160. Il en va de même lorsqu’il s’agit de juger les personnes qui les ont élevés si celles-ci ont été impliquées dans leur enlèvement. Certains enfants ne veulent pas témoigner contre ceux qu’ils appellent « papa » et « maman ». Tous les cas prennent généralement du temps à être résolus dans un cadre juridique en pleine construction.

  • 161 Pour les Grands-Mères, les médias, en dehors du quotidien Página 12, ont largement soutenu le camp (...)
  • 162 Lo Giúdice A., « La manipulación de la memoria por los medios de comunicación en el caso de los mel (...)

95Si la BNDG et la Conadi donnent des moyens et prennent notamment en compte les problèmes liés au traumatisme des enfants, elles ne suffisent pas à simplifier les démarches judiciaires liées à l’enlèvement d’enfants. Un des cas les plus emblématiques est celui des jumeaux Reggiardo Tolosa. Retrouvés au Paraguay en 1984, ils n’iront vivre avec leur oncle maternel qu’en 1993. Ils s’échapperont de sa maison et, à l’âge adulte, retourneront vivre avec la femme qui les a élevés et qui a fini de purger sa peine de prison pour leur enlèvement. Ce parcours judiciaire long de plus de quinze ans a été très médiatisé. Chaque camp, ceux qui souhaitaient que les enfants choisissent par eux-mêmes et ceux qui souhaitaient qu’ils vivent avec leur famille biologique et donc que « justice soit faite161 », a multiplié les interventions dans les médias162. Le cas des jumeaux ne sera pas le seul à être médiatisé, mais il reflète les problèmes que pose la gestion des conséquences du passé dictatorial dans la société argentine des années 1990. Dès qu’un cas d’enfant disparu se complique dans les tribunaux, il fait l’objet d’une couverture médiatique, voire d’une campagne internationale par les Grands-Mères qui demandent le respect des accords internationaux signés par l’Argentine.

96À plus ou moins long terme, les Grands-Mères et leurs avocats gagnent des batailles que les autres associations, du fait des lois de Point final et d’Obéissance due, ne peuvent gagner. Un des moments forts de leur lutte est ainsi l’arrestation de Jorge Rafael Videla en 1998163. Assigné à résidence, il passe tout d’abord un temps dans une prison de droit commun. Ce sera aussi le cas d’Emilio Eduardo Massera et d’autres membres des hauts commandements militaires à la tête du pouvoir pendant la dictature. Leurs arrestations sont perçues comme une « victoire164 » par les Grands-Mères dans la mesure où il s’agit d’établir leur responsabilité dans l’enlèvement de leurs petits-enfants. Mais cela contribue surtout à alimenter l’idée que l’enlèvement d’enfant était un outil de la répression et non pas le fait d’« excès » de certains subordonnés165. Ces succès des Grands-Mères ont des conséquences sur la lutte des autres associations de victimes et celles de défense des droits de l’homme, puisqu’ils permettent d’asseoir sur le banc des accusés les personnes déjà condamnées pendant le procès aux Juntes et qui vivaient en liberté du fait des grâces présidentielles. Cependant, l’action des Grands-Mères bénéficie d’un statut particulier qui se confirme à travers l’obtention d’une subvention étatique pour la première fois de son histoire166. Les moyens financiers dont bénéficient les Grands-Mères les démarquent très clairement des autres associations. Les Grands-Mères sont ainsi les premières à bénéficier d’une aide étatique sous un gouvernement a priori hostile aux questions liées à la gestion du passé dictatorial. L’ensemble de ces mesures en faveur de leur lutte et surtout leur persistance à amener sur le terrain juridique l’enlèvement d’enfants légitiment d’autant plus leur travail. Face à la scission des Mères, les Grands-Mères opposent un bloc qui œuvre pour le bien des enfants. Elles se distinguent de plus en plus dans un paysage d’associations de victimes qui résistent malgré « les politiques du pardon ».

Les Grands-Mères et les « disparus en vie »

  • 167 Barnes de Carlotto E., « Abuelas, tomen este papelito », Revista Milenio, mars 2001, p. 92.

97Les Grands-Mères sont tout d’abord des mères de disparus. Tout comme les autres associations de victimes, elles estiment qu’avec les disparitions massives, « la société [argentine] a perdu ses meilleurs enfants167 ». Tout au long des années 1990, elles luttent aux côtés des autres associations pour les réclamations de « Mémoire, Vérité et Justice » et pour l’amélioration des conditions de vie des Argentins. Comme le signale la présidente de l’association, Estela Barnes de Carlotto, dans un entretien en mars 2001 :

  • 168 Barnes de Carlotto E., op. cit., p. 92.

« Nous, nous ne pensons plus seulement aux jeunes disparus, nous pensons aux enfants de notre Argentine, aux enfants qui déambulent dans la rue, ceux qui n’ont pas d’éducation, ceux qui ont un père qui ne travaille pas et les bat, aux enfants abusés sexuellement. Tout cela fait partie de notre dynamique, rien de cela ne nous est étranger168. »

98Elles veulent démontrer que leur travail sort du cadre de la question du passé dictatorial et, comme les autres associations, s’engagent dans les luttes quotidiennes de l’Argentine. Mais pour les Grands-Mères, la continuité ne signifie pas la construction d’un lien entre la lutte des disparus et les mouvements sociaux argentins des années 1990. En effet, ce lien existe aussi avec leur propre lutte :

  • 169 Barnes de Carlotto E., « Impunidad jurídica en los casos de menores víctimas de desaparición forzad (...)

« Depuis une perspective éthique orientée vers l’avenir, un renforcement de la cohabitation citoyenne et la pleine validité des droits de l’homme, en particulier ceux des enfants, la restitution constitue la restitution de la société en elle-même. Elle se traduit par une défense de la vie, une recherche de la vérité et un accomplissement de la justice dans son ensemble169. »

99Ainsi, leur action doit être perçue comme une lutte pour des fondements de la société argentine. Lorsqu’un enfant est restitué, cela ne profite pas qu’à l’enfant, à sa famille ou à l’association des Grands-Mères, la société argentine entière en est la bénéficiaire. Dans une intervention à Barcelone en 1998, la présidente de l’association, en référence à l’impunité en Argentine, signale que l’État argentin a une dette envers son peuple :

  • 170 Barnes de Carlotto E., « La actividad de las Abuelas y sus objetivos », dans Plataforma argentina c (...)

« Cette dette est d’autant plus pressante qu’il y a une garantie de trouver des êtres vivants au cours d’une enquête qui ne peut plus être repoussée170. »

  • 171 Il faut noter que certains enfants ont été assassinés avec leurs parents.

100Pour Carlotto et l’association des Grands-Mères, au nom de laquelle elle parle, cette situation ne peut plus durer et la seule solution est la recherche de leurs petits-enfants. La citation sous-entend qu’il ne s’agit pas de la seule raison pour laquelle l’État argentin est redevable. On peut supposer qu’elle pense aussi aux disparus, aux parents de leurs petits-enfants. Toutefois, le sentiment d’urgence est lié au fait que ces enfants sont en vie. Elle évoque ainsi une différence essentielle entre les disparus et leurs petits-enfants disparus : ces derniers, tout du moins ceux qui ont été « apropiados171 », sont en vie. À une époque où les possibilités de procès sont très limitées, on comprend que l’enjeu soit avant tout de récupérer ces enfants qui vivent dans le mensonge et qui sont encore victimes de leurs bourreaux puisque leur identité leur a été dérobée.

  • 172 Voir le site Internet de l’association des Grands-Mères de la place de Mai : |http://www.abuelas.or (...)

101Les discours des gouvernements de Carlos Menem et ceux du chef de l’Armée, Martín Balza, établissent définitivement la disparition forcée de personnes comme un outil du plan systématique de persécution et de destruction d’un pan de la société. Cependant, le fait que l’enlèvement d’enfants ne soit pas pris en compte dans ce plan systématique ne l’associe pas encore à un crime contre l’humanité. Les Grands-Mères ne peuvent recourir à aucun discours officiel pour la dénonciation de ce crime. Elles maintiennent alors les discours en vigueur pendant les années 1980, l’ensemble de la société a été victime de la dictature. Elles ajoutent néanmoins l’idée que le crime se poursuit et n’a pas pris fin en 1983. Tant que les enfants « apropiados » n’ont pas retrouvé leur « identité », la société argentine dans son ensemble est victime d’un crime : celui de la perte d’une partie de son identité172.

  • 173 González Bombal I., « “Nunca más”, el juicio más allá de los estrados », dans C. Acuña et al., Juic (...)

102Selon Inés González Bombal, mais aussi Emilio Crenzel, avec le Nunca más et le procès de 1985, une catégorie de victimes se situe à part : les « hypervictimes173 ». Comme nous l’avons signalé auparavant, les femmes enceintes et les enfants sont au centre de cette catégorie placée au-dessus de tout soupçon. Il ne peut être question de militantisme dans leur cas. Bien que la mère puisse être accusée de « subversion », l’enfant qui n’est pas né peut difficilement l’être. Par ailleurs, quelles qu’aient été les décisions prises par les gouvernements de Raúl Alfonsín et de Carlos Menem en faveur de l’impunité, ils ont tous deux encouragé la création d’institutions pour aider les Grands-Mères dans leurs recherches. D’une certaine façon, elles ont été légitimées par le soutien étatique, même si les déclarations des gouvernements n’allaient pas dans ce sens. On peut supposer que cette légitimation est liée à cette catégorie d’« hypervictimes ». Les Grands-Mères n’ont pas à défendre leurs proches, en l’occurrence leurs petits-enfants. La population argentine a déjà été sensibilisée à cette question pendant l’émission de télévision du Nunca más en 1984, le « show de l’horreur », le procès aux anciens commandants en chef des juntes, et même le cas des jumeaux Reggiardo Tolosa. Il faut alors trouver un autre moyen d’interpeller la société. Les discours que nous venons d’analyser vont dans ce sens. Il serait cependant inexact de dire que les Grands-Mères ne s’en remettent pas à une figure de la victime pour faire valoir leurs réclamations. Comme le signale Inés González Bombal pour expliquer l’utilisation du terme « victime » :

  • 174 Ibid., p. 213.

« La figure de la victime correspond à cette position de désaccord dans laquelle se trouvent ceux qui ne peuvent démontrer le mal dont ils ont souffert puisqu’on les a privés des preuves nécessaires pour faire valoir leur dénonciation174. »

103Cette définition peut s’appliquer aux nombreux acteurs présents dans les associations. Il peut aussi bien s’agir des proches qui n’ont pas le corps de la personne disparue, donc pas de preuve, que des survivants qui n’ont aucune trace de leur détention puisqu’elle était clandestine. Cependant, elle peut aussi évoquer ces petits-enfants qui ignorent même qu’ils sont des victimes, tout du moins tant qu’ils ne connaissent pas la vérité sur leur identité.

104Dans le paysage des associations de victimes et plus largement des acteurs portant la « cause des disparus », les rôles de chacune des organisations semblent bien définis. Par ailleurs, les influences entre les collectifs sont de plus en plus marquées. Dans ce sens, la création de la dernière structure se réclamant d’un lien avec les disparus en est un clair reflet.

Herman@s

105Herman@s est la dernière-née des associations de victimes. Elle est constituée de frères et sœurs de disparus. Elle est la moins visible et la moins connue de toutes les associations de victimes. Créée en 2002, on est à nouveau amené à s’interroger sur les raisons de l’apparition d’un nouvel acteur dans un paysage associatif bien chargé. Si on se limite aux associations de proches de disparus, il en existe déjà cinq. Par ailleurs, les membres d’Herman@s militent depuis plusieurs années dans le mouvement des droits de l’homme, parfois même au sein des autres associations de victimes. Il convient donc de tenter de comprendre ce qui incite ces frères et sœurs de disparus à créer leur propre collectif, et surtout pourquoi en 2002 et non avant. Contrairement aux membres d’H.I.J.O.S, ils n’étaient pas freinés par leur âge. Pour clore ce chapitre, nous allons revenir sur les caractéristiques propres aux frères et sœurs qui ont contribué à cette naissance « sur le tard ».

Être frère ou sœur de disparu(e)s

  • 175 Bettanin C. I., Palacios A., Rodriguez M. L., Teubal R. V., Veiga C. E., Villalba M., Memorias fra (...)
  • 176 Nous pensons que le rôle central qu’ont joué de nombreux frères et sœurs de disparus au sein de leu (...)
  • 177 Dans cette étude, l’association Herman@s est mentionnée. Mais à aucun moment, il n’est précisé si l (...)

106Dans un travail publié en 2010, un groupe de chercheurs de l’université de Buenos Aires s’intéresse au cas des frères et sœurs de disparus : Memorias fraternas. La experiencia de hermanos de desaparecidos, tíos de jóvenes apropiados durante la última dictadura militar175. Dans les ouvrages portant sur les familles des disparus, le cas des mères, des grands-mères, des enfants et des conjoints est évoqué plus volontiers que celui des frères et sœurs. Ils ont pourtant dû faire face à la disparition de leur proche aux côtés de leurs parents. À la lecture de l’ouvrage, certains aspects observés lors de notre travail de terrain auprès des membres d’Herman@s176 sont apparus. Nous pensons qu’il offre les premiers éléments de compréhension des singularités liées à la situation des frères et sœurs de disparus177.

  • 178 Ibid., p. 54.
  • 179 Ibid., p. 54-84.
  • 180 Ibid., p. 96-97.
  • 181 Ibid., p. 122.

107Les premiers éléments mis en avant dans ce travail sont les questions de genre et d’âge178. Dans leur analyse, les auteurs reviennent de manière récurrente sur le cas des cadets ou des cadettes qui ont perdu un aîné ou une aînée, et les cas d’aînés qui ont perdu un frère ou une sœur cadet(te). Ils accordent de l’importance au genre de chacun des frères et sœurs et indiquent ensuite les conséquences de cette/ces disparition(s). Ils distinguent notamment le cas des familles nombreuses ou précisent le rôle dans lequel se retrouve le frère ou la sœur après la disparition de son, ou ses, frère(s) et sœur(s)179. Chaque situation a sa particularité, mais une conséquence est la même : ces disparitions impliquent un changement dans le rôle ou la place que le frère ou la sœur occupait avant le drame. Contrairement à une mère, un père, un conjoint ou un enfant de disparu, le frère ou la sœur voit son statut changer au sein de la famille. Cette évolution est souvent liée à la réaction des autres membres de la famille, notamment celle des parents180. Un grand nombre de récits revient sur le fait que le frère ou la sœur a dû parfois vivre avec un parent ou des parents qui n’ont pu se remettre de la disparition d’un ou de plusieurs enfants. Il ou elle a pris en charge le quotidien de la famille, que ce soit financièrement, en s’occupant des autres frères et sœurs ou en élevant le(s) enfant(s) du/des disparu(s)181. On peut même évoquer le fait que certains ont dû s’occuper du foyer ou prendre en charge d’autres frères et sœurs car leurs mères étaient des Mères de la place de Mai ou des Grands-Mères. Dans tous les cas, cette modification du rôle ou des choix de vie, qui sont plutôt des non-choix, nous permet d’évoquer une des premières raisons pour lesquelles les frères et sœurs de disparus n’ont pas créé leur propre collectif avant 2002. Ils ont souvent dû faire face à de lourdes responsabilités familiales qui les empêchaient de maintenir une structure indépendante. Ils ont ainsi rejoint les associations existantes et se sont engagés dans la mesure de leurs possibilités. Cela doit être pris en compte pour les membres d’Herman@s qui ont milité au sein des associations de victimes ou de défense des droits de l’homme.

  • 182 Ibid., p. 110.
  • 183 Entretien avec GM, membre d’Herman@s, le 19 décembre 2006. Entretien avec FR, membre d’Herman@s, le (...)

108Pour les autres, il faut ajouter le poids du silence, « pour ne pas faire face à la douleur » ou « pour ne pas faire souffrir les autres enfants182 ». Ceux qui ont dû faire face à ces cas de figure ne se sont généralement pas tournés vers le militantisme au sein des organisations de défense des droits de l’homme ou de victimes. Même si, comme le démontrent nos entretiens avec GM et FR183, ils ont toujours observé de plus ou moins loin leur action, ils ne franchissent le pas que lorsqu’ils sont plus âgés, mais plus particulièrement lorsque leurs enfants et leurs parents le sont. Ils décident alors de prendre en main la gestion de la question de la disparition de leur(s) frère(s) et sœur(s).

  • 184 Bettanin C. I., Palacios A., Rodriguez M. L., Teubal R. V., Veiga C. E., Villalba M., op. cit., p.  (...)

109Par ailleurs, les chercheurs de l’université de Buenos Aires insistent sur un point qui nous semble important pour comprendre les raisons pour lesquelles Herman@s n’a pas été créée plus tôt, ainsi que pour analyser les discours et les actions élaborés par le collectif : l’engagement politique de ces frères et sœurs au moment de la disparition de leur proche. Ainsi, grâce aux entretiens qu’ils ont réalisés, ces chercheurs insistent sur le fait que les relations entre frères et sœurs militants étaient distinctes et que, même si ceux-ci ont dû parfois faire face à des situations semblables à celles que nous venons d’évoquer, ils ont géré la disparition autrement. L’âge, le sexe et l’ordre de naissance ne sont plus les seuls éléments déterminants pour comprendre comment ils font face à la disparition de leur proche. Les frères et les sœurs militants ont bénéficié de plus d’informations, pour eux la disparition était un risque que leur(s) frère(s) et/ou sœur(s) prenai(en)t. Par ailleurs, la plupart ont milité au sein d’organisations de défense des droits de l’homme ou de victimes dès qu’ils ont pu. Contrairement aux frères et sœurs qui n’étaient pas dans cette situation, ils sont moins souvent passés par un temps de réflexion pour savoir s’ils devaient ou non militer184.

Le collectif Herman@s

  • 185 Ginzberg V., « Madres, hijos y ahora hermanos », Página 12, 23 mars 2003, [http://www.pagina12.com. (...)
  • 186 Ibid.

110Si les acteurs ne semblent pas tous d’accord sur l’année de naissance du collectif, 2002 ou 2003, deux éléments concordent dans plusieurs témoignages185. C’est avant tout à l’initiative des Mères LF que la première réunion a eu lieu et qui plus est qu’un collectif, sans forme précise, de frères et sœurs de disparus a été évoqué. Par ailleurs, cette première réunion est liée à la publication d’un article pour un journal. Ainsi, sans se définir à ses débuts avec précision, Herman@s est créée sous le regard de la presse. L’article qui annonce la première présence du collectif lors de la manifestation du 24 mars 2003 parle d’un « groupe186 ». Dans un entretien avec GP en décembre 2006, ce dernier a précisé qu’Herman@s n’avait commencé à réellement s’organiser qu’à partir de 2005. Il en parle comme d’un « groupe » ou comme d’« une organisation de défense des droits de l’homme ».

  • 187 Madres de plaza de Mayo-Línea fundadora, Memoria, verdad y justicia. A los treinta años por los tre (...)

111Herman@s est née grâce à l’assistance des Mères LF et même à leur initiative. Les frères et sœurs accueillent favorablement cette entreprise qui leur donne l’occasion de parler187. Comme dans le cas des autres victimes organisées au sein d’un collectif, il s’agit avant tout d’être face à une personne qui a partagé une expérience commune – être le frère ou la sœur d’un disparu –, le besoin de ne pas se sentir seul. Bien que tous les membres d’Herman@s n’aient pas milité pendant ou après la dictature au sein d’organisations, l’expérience de ces membres « militants » conditionne profondément l’organisation d’Herman@s.

  • 188 Lors de notre travail de terrain en 2006-2007, le collectif ne bénéficiait d’aucun outil de diffusi (...)
  • 189 Entretien avec GP, membre d Herman@s, le 6 décembre 2006.
  • 190 Ibid. et Madres de plaza de Mayo-Línea fundadora, op. cit., p. 182.

112Le collectif Herman@s se distingue par son absence de création formelle jusqu’en 2012188. Cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas eu une organisation bien précise auparavant qui l’ait régi et lui ait permis d’exister tout du moins au sein des associations de victimes et de celles de défense des droits de l’homme. Les Mères LF et Familiares, avec leurs locaux, ont contribué à la création et à l’existence d’Herman@s. L’influence des associations de victimes dans le fonctionnement de ce dernier collectif se reflète aussi dans son quotidien. En effet, au cours de nos entretiens, nous avons pu observer une véritable volonté d’apprendre de l’expérience des autres collectifs depuis leur création. GP précise que l’organisation de l’association suit le modèle d’H.I.J.O.S : ils n’ont pas d’« autorités189 ». Les décisions concernant le collectif sont prises au cours de deux réunions par mois, tous les quinze jours190. Les membres évoquent les mots d’ordre et s’ils décident ou non de participer aux manifestations organisées par les autres associations de victimes et celles de défense des droits de l’homme. Comme nous l’a souligné GP à propos de l’organisation du collectif :

  • 191 Entretien avec GP, membre d’Herman@s, le 6 décembre 2006.

« Oui, [l’organisation est] lente et contradictoire, on avance, on recule, il y a des crises, des disputes… je raconte la même chose que pour tous, que pour toutes les organisations en construction. Par contre, ce que nous avons obtenu, c’est l’horizontalité191… »

113Il insiste tout particulièrement sur cette « horizontalité ». On peut estimer que cela est aussi une conséquence de l’expérience vécue par certains membres dans d’autres associations de victimes ou de défense des droits de l’homme : le spectre de la scission des Mères est toujours présent.

  • 192 Ibid.

114Ajoutons également, comme le fait GP, la particularité du contexte social pendant lequel est née l’association. Après les événements du 19 et du 20 décembre 2001, l’année 2002 se caractérise par la multiplication de collectifs de quartier qui aident les personnes à faire face à la crise économique. GP précise qu’il y avait « une grande quantité d’assemblées dans toute la société argentine192 ». Face à la recrudescence de regroupements en assemblées, auxquelles ces frères et sœurs de disparus ont participé, ils décident que leur organisation ne sera pas régie par un bureau. Si ce contexte a influencé l’organisation de l’association, l’influence des associations de victimes est plus importante. Pour répondre à une question sur ce qu’il espère pour l’avenir du collectif, GP répond :

  • 193 Ibid.

« Et bien qu’il continue à grandir et qu’il soit la continuité historique d’un mouvement des droits de l’homme qui existe en Argentine et qui a réellement, et tu le sais bien, eu des répercussions internationales à cause du degré d’horreur qu’a connu ce pays193. »

115N’étant pas une association au sens légal du terme, elle n’a ni bureau ni président. Tout comme l’AEDD ou les Mères LF, la personne qui préside l’association n’est pas toujours la plus connue. Nous sommes face à des associations qui, contrairement au MPM ou aux Grands-Mères, ont plusieurs visages connus. Dans le cas d’Herman@s, la visibilité réduite du collectif fait que la question du leadership ne se pose pas encore. Nous avons pu ainsi observer que GP était souvent en relation avec Familiares, alors que deux sœurs l’étaient plutôt avec les Mères LF.

116De plus, nos entretiens avec trois membres de ce collectif traduisent, à la base de leur engagement, différentes attentes. GP milite au sein d’organisations politiques depuis qu’il a 13 ans. Il s’exile pendant la dictature et lorsqu’il revient, s’engage dans différents partis politiques. Au cours de notre entretien, il raconte l’histoire de son frère disparu. Il la connaît bien dans la mesure où, en tant que militant exilé, il savait que la disparition forcée était une méthode utilisée par les juntes militaires pour réprimer les opposants. Il évoque longuement son action dans l’exil et l’action des associations de victimes et de défense des droits de l’homme pendant et après la dictature. Lorsqu’on l’interroge sur l’évolution des questions liées au passé dictatorial depuis la fin du régime, il répond brièvement et donne des indications sur le climat politique et social de la période dont il parle.

117GM est une petite sœur de disparu et lors de notre entretien, elle milite au sein d’Herman@s depuis moins d’un an. Dans sa famille, la question de la disparition de son frère a longtemps été passée sous silence et son engagement dans le collectif n’est pas toujours très bien perçu. L’essentiel de l’entretien a porté sur son parcours personnel suite à la disparition de son frère et sur ce que son entrée dans Herman@s lui a apporté personnellement. Ce n’est qu’à la fin de notre entretien que l’on revient sur le collectif, sa création et ses attentes personnelles pour celui-ci. Ainsi, son travail au sein du collectif est avant tout lié à une construction personnelle qui bénéficie aux autres dans la mesure où ses recherches lui permettent d’obtenir des informations sur d’autres frères et sœurs disparus.

118Enfin, lorsque FR accepte de nous parler, il nous explique qu’il s’agit du premier entretien qu’il accorde. Il précise qu’il n’a jamais réellement parlé de la disparition de ses frères, ni même de ce qu’il a vécu par la suite, en dehors du cadre des réunions d’Herman@s. En assistant à ces réunions et en participant à l’action du collectif, il élabore son propre récit sur la disparition de ses frères et sur ses répercussions dans sa vie. Ce récit est traversé par des réflexions sur l’actualité politique et sociale des vingt dernières années et par son action militante auprès d’associations de défense des droits de l’homme ou de partis politiques. Notre entretien, le plus bref de tous, reflète surtout que FR, en militant au sein d’Herman@s, cherche à s’engager pour une gestion du passé dictatorial plus en accord avec ses opinions, mais aussi à vivre avec son propre passé marqué par la disparition de ses frères.

  • 194 Entretien avec GP, membre d’Herman@s, le 6 décembre 2006.
  • 195 Ibid.

119Ces trois membres nous permettent de voir que le collectif Herman@s, en pleine construction lors de notre travail de terrain, s’engage dans un champ plus réduit et surtout à la mesure de ses possibilités. En effet, GP indique qu’une des raisons pour lesquelles les membres du collectif refusent de créer légalement une association est liée à la question du financement. Lors de nos entretiens, on nous a signalé que l’association était pour le moment financée par ses membres194. Le spectre d’une influence politique quelconque semble planer au-dessus de l’association. Comme nous l’avons vu, ces questions ont déjà fait débat au sein des autres associations et notamment chez H.I.J.O.S. On peut ajouter, dans le cas d’Herman@s, le fait que certains des membres sont, ou ont été, des militants de partis politiques et que l’acceptation d’un financement de la part d’une entité ou d’une autre peut aller de pair avec une augmentation du pouvoir de certains membres par rapport à d’autres. Mais par ailleurs, en utilisant le terme « subventions », il fait clairement référence au rejet de toute intervention d’une institution quelle qu’elle soit, y compris l’État. L’absence de financement extérieur n’empêche pas les débats et même les départs de certains membres195, mais on peut estimer qu’elle contribue à ce que le collectif se maintienne.

120Ainsi, les mots d’ordre du collectif se limitent presque exclusivement aux questions liées au passé dictatorial :

  • 196 Ces mots d’ordre figuraient sur un prospectus qui nous a été donné par GP. Majuscules dans le docum (...)

« Nos PRINCIPES FONDAMENTAUX sont les suivants :
*Protéger la MÉMOIRE, recherche de la JUSTICE, PROCÈS ET CHÂTIMENT contre tous les responsables du Terrorisme d’État.
*Nous engager dans la construction d’un monde qui respecte tous les droits de l’homme, idéaux pour lesquels nos frères et sœurs disparus ont donné leur vie.
*Travailler en accord avec les autres Organisations de Défense des Droits de l’Homme, dont nous reconnaissons et respectons le parcours.
*Défendre sans concession les Droits de l’Homme et dénoncer toute injustice qui les viole.
*Dénoncer, enquêter et diffuser sur ce qu’a été et ce qu’a signifié le Terrorisme d’État et ses conséquences actuelles.
*Enquêter exhaustivement sur le destin de chacun des disparus.
*Proposer et appuyer toutes les lois nécessaires pour assurer LA JUSTICE, LA VÉRITÉ ET LA MÉMOIRE pour les générations à venir196. »

121Parmi ces mots d’ordre, deux font référence aux droits de l’homme. Dans le premier cas, ces derniers sont directement mis en relation avec la lutte des disparus : « Idéaux pour lesquels nos frères et sœurs disparus ont donné leur vie. » Dans le second, les droits de l’homme sont évoqués comme un ensemble très large. Aucune violation en particulier n’est désignée, les droits de l’homme ne sont pas désignés comme « fondamentaux », « sociaux », « économiques » ou « culturels ». Il s’agit des « Droits de l’Homme » avec des majuscules. Ces deux mots d’ordre traduisent la volonté de continuité dans laquelle s’inscrit le collectif Herman@s. Plus que les références au passé dictatorial qui reprennent certes les consignes des associations de victimes depuis leurs débuts, celles qui portent sur les droits de l’homme s’inscrivent dans la lignée des discours élaborés par les associations de victimes pendant la dictature : mettre en relation les violations des droits de l’homme actuelles avec les luttes des disparus.

122Aux débuts des années 2000, les questions liées au passé dictatorial sont donc toujours présentes dans la sphère publique argentine et les acteurs qui portent la « cause des disparus » constituent encore des acteurs du paysage associatif argentin. Avec les manifestations des 19 et 20 décembre 2001 et la crise institutionnelle qui suit, la population argentine est ultra-mobilisée et les associations de victimes, au même titre que les associations de défense des droits de l’homme et de nombreuses organisations agissent pour demander de vrais changements au sein de la société. Ce mois de décembre a représenté une rupture politique très significative en Argentine avec, notamment, la mise en cause de toute une classe politique. Dans ce contexte, les discours des associations qui mettent en lien dictature et crise économique d’une part et militantisme des disparus et réclamations actuelles d’autre part, sont largement portés par de nombreux acteurs et surtout par les associations de victimes. En reprenant à son compte une partie de ces discours et se rapprochant des associations de victimes, le président élu en 2003, Néstor Kirchner entame une nouvelle étape dans la gestion du passé dictatorial en Argentine et dans l’action des associations de victimes.

Notes

1 Pour les associations sur lesquelles nous travaillons, le concept d’« impunité » traduit l’idée que plus personne, ou presque, ne peut être jugé pour les crimes commis pendant la dictature.

2 Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, « Nuestras banderas tienen vigencia », Decimos, año 9, n° 5, septembre 1985, p. 2.

3 Marcos Novaro parle de 300 inculpations. Novaro M., Historia de la Argentina contemporánea. De Perón a Kirchner, Buenos Aires, Edhasa, 2006, p. 183.

4 Ibid., p. 181. Pour plus de détails, voir également, Acuña C., Smulovitz C., « Militares en la transición argentina : del gobierno a la subordinación constitucional », dans C. Acuña et al., Juicio, castigos y memorias, Buenos Aires, Nueva Visión, 1995, p. 19-100.

5 Sidicaro R., « Sobre algunas consecuencias políticas de la dictadura militar », dans H. Quiroga, C. Tcach (dir.), Argentina 1976-2006. Entre la sombra de la dictadura y el futuro de la democracia, Rosario, Homo Sapiens Ediciones, 2006, p. 38-41.

6 Novaro M., op. cit., p. 181.

7 Maris Ageitos S., Historia de la impunidad. De las actas de Videla a los indultos de Menem, Buenos Aires, Adriana Hidalgo Editora, 2002, p. 198. Dans son ouvrage, Stella Maris Ageitos reproduit l’ensemble des textes de lois et des décrets que nous allons évoquer dans ce chapitre. Les références à son ouvrage ne portent pas sur son analyse de ces lois, mais sur les textes eux-mêmes.

8 Novaro M., op. cit., p. 192.

9 Nino C., Juicio al mal absoluto, Buenos Aires, Ariel, 2006 (1997), p. 116.

10 Ce mouvement est avant tout le reflet de la distance qui se développe au sein des forces armées entre les hauts-gradés et les soldats et sous-officiers. Le sentiment d’abandon, après la guerre des Malouines notamment, n’a fait que s’exacerber avec la multiplication des procédures judiciaires à l’encontre des soldats. Pour plus de détails, voir Acuña C., Smulovitz C., op. cit., p. 66-80 ; Guber R., ¿ Por qué Malovinas ? De la causa nacional a la guerra absurda, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2001.

11 Novaro M., op. cit., p. 183.

12 Acuña C., Smulovitz C., op. cit., p. 62-76.

13 Novaro M., op. cit., p. 184.

14 Maris Ageitos S., op. cit., p. 214-216.

15 Ibid., p. 215, article 2 de la loi d’Obéissance due 23.521 du 9 juin 1987.

16 Nino C., op. cit., p. 124.

17 Gargarella R., « Democracia y derechos en los años de Alfonsín », dans R. Gargarella, M. V. Murillo, M. Pecheny (dir.), Discutir Alfonsín, Buenos Aires, Siglo XXI Editores, 2010, p. 26-28.

18 Ibid., p. 33.

19 Novaro M., op. cit., p. 163-173.

20 Ibid., p. 209-214.

21 Novaro M., op. cit., p. 189-214.

22 Loc. cit.

23 Comas J., « Menem dice que el ataque al cuartel fue “una maniobra contra el justicialismo” », El País, 28 janvier 1989, [http://www.elpais.com/articulo/internacional/MENEM/_CARLOS_/POLITICO_DE_ARGENTINA/ARGENTINA/PARTIDO_JUSTICIALISTA_/ARGENTINA/Menem/dice/ataque/cuartel/fue/maniobra/justicialismo/elpepiint/19890128elpepiint_25/Tes], consulté le 30 janvier 2014.

24 Novaro M., op. cit., p. 206-207.

25 Ibid., p. 189-214.

26 Maris Ageitos S., op. cit., p. 222. Majuscules dans l’original.

27 Ibid., p. 226.

28 Ibid., Décret 1003, p. 227.

29 Mario Firmenich est un des membres fondateurs de la guérilla Montoneros.

30 Acuña C., Smulovitz C., « Militares en la transición argentina : del gobierno a la subordinación constitucional », art. cit., p. 87.

31 Ibid., p. 89.

32 Novaro M., « Formación, desarrollo y declive del consenso alfonsinista sobre derechos humanos », dans R. Gargarella, M. V. Murillo, M. Pecheny (dir.), Discutir Alfonsín, Buenos Aires, Siglo XXI Editores, 2010, p. 63.

33 Novaro M., « Menemismo, pragmatismo y romanticismo », dans M. Novaro, V. Palermo (dir.), La Historia reciente. Argentina en democracia, Buenos Aires, Edhasa, 2004, p. 199-221.

34 « Hubo 20 000 personas en la marcha por los derechos humanos », Clarín, 17 mai 1986, p. 4.

35 Jelin E., « La matriz cultural argentina, el peronismo y la cotidianidad », dans E. Jelin (dir.), Vida cotidiana y control institucional en la Argentina de los90, Buenos Aires, Grupo Editor Latinoamericano, 1996, p. 38.

36 Dans les articles suivants, on constate que les associations de victimes font partie d’un ensemble de collectifs très disparates qui refusent les grâces présidentielles : « Marcha a la Plaza de Mayo », Sur, 14 octobre 1989, p. 4 ; « La magnitud de la respuesta sorprendió a los organizadores », La Nación, 9 septembre 1989, p. 4 ; « Cuarenta mil personas asistieron a la protesta contra el indulto », Clarín, 31 décembre 1990, p. 4-5.

37 Jelin E., « La matriz cultural argentina, el peronismo y la cotidianidad », art. cit., p. 38-39.

38 Lefranc S., Les Politiques du pardon, Paris, PUF, 2002.

39 « Pensión para hijos de padres desaparecidos », Clarín, 13 décembre 1986, p. 8. La compensation offerte aux enfants de disparus est à l’époque soumise à la déclaration que ces derniers, ou leurs proches, devaient faire dans le cadre de la CONADEP. Par ailleurs, les personnes qui souhaitaient s’en remettre à cette loi bénéficiaient d’un délai d’un an pour dénoncer la disparition et faire leur demande. Cette loi intervient au moment du vote de la loi de Point final qui situe déjà les familles face à un autre délai, celui des 60 jours pour porter plainte.

40 Le 23 décembre 1991 est promulguée la loi 24043 qui octroie une indemnisation aux personnes emprisonnées par décision des tribunaux militaires. La loi 24321 promulguée le 8 juin 1994 octroie le statut d’« absents par disparition forcée » à certaines familles pour qu’elles puissent obtenir des indemnisations. Ces lois sont toutes soumises à des conditions qui impliquent généralement l’impossibilité pour le bénéficiaire de traduire en justice qui que ce soit pour le préjudice pour lequel il reçoit une compensation. Pour plus de détails, voir Lefranc S., Les Politiques du pardon, op. cit., p. 37.

41 Ibid., p. 299.

42 Télam, « Tengo autoridad moral porque he sido víctima de la guerra sucia », La Prensa, 31 décembre 1990, p. 1 et 4.

43 Les raisons pour lesquelles Adolfo Scilingo aurait parlé sont sujet à polémique. Dans le cadre de nos entretiens, tous les membres des associations estiment que s’il a parlé, c’est parce qu’il se savait sous le coup de la loi d’Obéissance due et que donc il ne risquait rien. De plus, une accumulation de dettes l’aurait poussé à se faire payer pour parler. Dans l’ouvrage de Marguerite Feitlowitz, Scilingo et son épouse expliquent qu’il est intervenu car sa conscience le rongeait, et ce depuis l’époque de la dictature. Pour plus de détails voir, Feitlowitz M., A Lexicon of Terror. Argentina and legacies of torture, Oxford, Oxford University Press, 1998, p. 193-255 ; et surtout l’ouvrage dans lequel sont recueillies ses premières déclarations, Verbitsky H., El Vuelo, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 2006 (1995).

44 Les déclarations de Scilingo peuvent être perçues comme des « révélations » dans la mesure où elles interviennent à une époque où ces questions ne sont plus au centre de l’actualité. Mais ce n’est pas la première fois qu’elles sont évoquées dans les médias argentins.

45 Grecco J., « ESMA : reacción a las acusaciones », Clarín, 4 mars 1995, p. 21.

46 « Menem volvió a defender el indulto », Clarín, 7 mars 1995, p. 24.

47 La déclaration lue par le général Martín Balza, alors chefs des forces armées, se trouve sur de nombreux sites internet : [http://www.desaparecidos.org/nuncamas/web/document/militar/balza95.htm], consultée le 30 janvier 2014. Le général Balza ne parle plus d’« excès » de certains membres des forces armées, mais bien de décisions prises par les personnes qui les dirigeaient.

48 Lefranc S., Les Politiques du pardon, op. cit., p. 119.

49 Nous utilisons le terme de « repentis » entre guillemets, dans la mesure où, comme nous l’avons déjà signalé, nous ignorons les véritables motivations des personnes qui parlent. En effet ils se savaient tous sous le coup de la loi d’Obéissance due. Par ailleurs, ils avaient tous été renvoyés de la force armée à laquelle ils appartenaient. Nous ignorons quelle est la part de repentir et celle de ressentiment à l’égard d’une institution pour laquelle ils ont travaillé.

50 Manero E. A., LAutre, le même et le bestiaire, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 412.

51 Lorenz F. G., « ¿ De quién es el 24 de marzo ? Las luchas por la memoria del golpe de 1976 », dans E. Jelin (dir.), Las Conmemoraciones : las disputas en la fechas « in-felices », Madrid, Siglo XXI de España, 2002, p. 53-100.

52 Novaro M., art. cit., p. 210-211.

53 Feitlowitz M., op. cit., p. 244.

54 Vezzetti H., Pasado y Presente. Guerra, dictadura y sociedad en la Argentina, Buenos Aires, Siglo XXI Editores Argentina, 2003.

55 Entretiens avec SA, membre des Mères LF, les 22 novembre et le 27 novembre 2006 ; VDI, membre de Familiares, le 21 décembre 2006 et VPR, membre de Familiares, le 20 décembre 2006.

56 Comme nous l’avons signalé précédemment, nous n’avons pas eu accès aux registres des associations, il est donc difficile d’établir avec exactitude la perte chiffrée de membres au début des années 1990.

57 Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, Testimonios de nuestra historia 1976-2006, publié en septembre 2006 par Familaires, p. 26.

58 Entretien avec VDI, membre de Familiares, le 21 décembre 2006.

59 Familiares, op. cit., 2006, p. 30-31.

60 Entretien avec BO, membre de l’AEDD, le 15 décembre 2006.

61 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, « 10 años de lucha por Memoria y Justicia. 1984-1994 », Buenos Aires, document publié par l’AEDD, 1994. Nous ignorons la diffusion de ce document.

62 Dans une note parue dans Página 12, on peut lire que selon l’association les raisons qui ont poussé à sa création « font maintenant “partie de l’histoire argentine” ». « FAMUS ya no es necesaria », Página 12, 20 décembre 1991, p. 10. FAMUS est une association qui réclamait que justice soit rendue pour les personnes assassinées par la guérilla avant et pendant la dictature.

63 Pour le 24 mars, les MPM manifestent généralement plus tôt dans la journée, parfois la veille. Quant à la marche de la Résistance, elles la reportent souvent à la fin du mois de janvier. S’il est vrai que cela signifie qu’elles ne manifestent pas directement avec les autres membres, l’événement porte le même nom et le place dans l’agenda des mobilisations annuelles argentines.

64 Sebastián Pereyra précise que la participation de Jorge Baños, un membre du CELS, à l’action du Mouvement tous pour la patrie a obligé les associations de victimes et de défense des droits de l’homme à fermement prendre leurs distances avec cette action. Pereyra S., « ¿ Cuál es el legado del movimiento de derechos humanos ? El problema de la impunidad y los reclamos de justicia en los noventa », dans F. L. Schuster, F. S. Naishtat, G. Nardacchione, S. Pereyra (dir.), Tomar la palabra. Estudios sobre protesta social y acción colectiva en la Argentina Contemporánea, Buenos Aires, Prometeo libros, 2005.

65 Novaro M., Historia de la Argentina contemporánea., op. cit., p. 206-207.

66 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial « Preferimos dudar a creerlo al enemigo », Periódico de las Madres, année V, n° 50, février 1989, p. 2.

67 Ibid. L’expression « morts dans un affrontement » fait référence aux termes employés par les juntes au pouvoir entre 1976 et 1983 et publiés dans la presse lorsque des corps de disparus étaient retrouvés.

68 Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, « La Tablada », Decimos, année XII, n° 1, p. 9. La date n’est pas visible sur le document, mais au vu des autres publications datées en notre possession et le ton du texte, on peut en déduire qu’il a été publié en 1989 peu après les faits.

69 Les jumeaux Matías et Gonzalo Reggiardo Tolosa sont nés en 1977 dans le centre clandestin de détention où se trouvait leur mère. Ils ont été élevés par un membre de la police de la Province de Buenos Aires, Samuel Miara et son épouse, au Paraguay, après la fin de la dictature. En 1989, ils sont retrouvés par un père qui pense qu’il s’agit de ses enfants. Ce n’est pas le cas, mais on découvre alors que ce sont les enfants de Juan Enrique Reggiardo et de María Rosa Tolosa, tous deux disparus. Le processus de « récupération » des jumeaux a été long et très médiatisé. Très jeunes, les deux enfants ont été très marqués par ce processus. Pour plus de détails, voir Argento A., De vuelta a casa. Historia de hijos y nietos restituidos, Buenos Aires, Marea Editorial, 2008, p. 205-232, ce chapitre ix est un long entretien avec Matías, l’un des jumeaux.

70 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, 1994, op. cit., p. 24.

71 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial « El Che, ejemplo de nuestros hijos », Periódico de las Madres, année XIV, n° 135, octobre 1996, p. 2.

72 Asociación de ex detenidos-desaparecidos, op. cit., 1994, p. 23.

73 Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, 2006, op. cit., p. 32.

74 Sebastián Pereyra fait notamment référence aux rapprochements ponctuels avec des associations telles que la COFAVI (Comisión de familiares de víctimas indefensas de la violencia social) ou la CORREPI (Coordinadora contra la violencia policial e institucional). Pereyra S., op. cit.

75 Braun G. M., Hijos de la ausencia, H.I.J.O.S para la memoria, Maestría en Antropología Social, Universidad Nacional de Misiones sous la direction de Leopoldo J. Bartolomé, mars 2001, non publié, p. 21.

76 Ibid., p. 28.

77 Ibid., p. 29.

78 Ibid., p. 30.

79 Entretien avec PE, membre d’H.I.J.O.S Capital, le 22 décembre 2006. Nous avons eu l’occasion de revoir PE en 2008. Nous nous sommes alors retrouvés au siège de Familiares où l’association H.I.J.O.S Capital a déménagé en 2007 à nouveau. D’après ce que nous a dit PE, H.I.J.O.S Capital n’avait plus les moyens de payer le loyer de leur siège.

80 Ginzberg V., « Diez años de H.I.J.O.S », Página 12, 17 avril 2005, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-49866-2005-04-17.html], consulté le 30 janvier 2014.

81 Madres de plaza de May- Línea fundadora, Memoria, verdad y justicia. A los treinta años por los treinta mil, Buenos Aires, Baobab, 2006, p. 174.

82 Entretien avec PE, membre d’H.I.J.O.S Capital, le 22 décembre 2006.

83 HIJOS La Plata est une branche régionale qui appartient au réseau H.I.J.O.S. L’absence de points dans l’acronyme se produit dès le début de l’association en 1996. Après de nombreuses disputes, il est décidé que l’association ne doit être constituée que d’enfants de disparus et de personnes assassinées pendant la dictature et la période immédiatement antérieure. Cette situation ne sera que très brève, puisqu’en mars 1996, les enfants d’exilés et de prisonniers politiques réintègrent la branche régionale. De cette brève dispute, l’acronyme sans point est resté. Braun G. M., op. cit., p. 32-33.

84 Document distribué par H.I.J.O.S Capital avec calendrier des événements 2007 et « Nuestros puntos básicos », obtenu lors de la marche de la Résistance du 6 décembre 2006.

85 Bien que l’escrache désigne également la longue préparation qui le précède, nous pensons que le terme « manifestation » est le plus à même d’expliquer la teneur de l’initiative. Ainsi, nous nous en remettons à la définition de Favre P., « Manifestation », dans E. O. Fillieul, L. Mathieu et C. Péchu (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 341.

86 La section régionale H.I.J.O.S Zona Oeste a réalisé un documentaire sur l’escrache réalisé contre Cecilio Abdenur le 4 décembre 2004 dans la ville d’Haedo dans la Province de Buenos Aires. Le documentaire s’appelle Conoce a un pelado… ? Escrache, aucun crédit ne figure sur la boîte ou le film, il est juste signalé qu’il est réalisé par H.I.J.O.S Regional Oeste en la Red Nacional.

87 Définition d’escrachar sur le site Internet d’HI.I.J.O.S Capital : [http://www.HIJOS-capital.org.ar/index.php?option=com_content&task=view&id=21&Itemid=31], consulté le 30 janvier 2014.

88 Néstor Francisco Beroch était membre d’une organisation d’extrême-droite qui a collaboré à la répression dictatoriale.

89 Gustavo Viton est un ancien membre de l’Armée de terre.

90 Documentaire Conoce a un pelado… ? Escrache, op. cit.

91 Entretien avec TP, membre d’H.I.J.O.S Zona Oeste, le 24 janvier 2007.

92 « Menem volvió a defender el indulto », Clarín, 7 mars 1995, p. 24.

93 Palermo V., « Entre la memoria y el olvido : represión, guerra y democracia en la Argentina », dans M. Novaro et V. Palermo (dir.), La historia recente. Argentina en democracia, Buenos Aires, Edhasa, 2004, p. 173.

94 Lorenz F. G., art. cit., p. 83-90.

95 Entretien avec SA, membre des Mères de la place de Mai-Ligne fondatrice, les 22 et 27 novembre 2006 ; Entretien avec TR, le 8 novembre 2006.

96 Feld C., Del estrado a la pantalla : las imágenes del juicio a los ex comandantes en Argentina, Buenos Aires, Siglo XXI Editores, 2002, p. 131.

97 Les enfants de disparus « apropiados » et retrouvés dans le cadre de la lutte des Grands-Mères de la place de Mai étaient à l’époque beaucoup moins présents dans l’espace public que les enfants de disparus élevés par des proches. Bien qu’ils partagent une même condition d’enfants de disparus, ils n’ont pas vécu le même traumatisme et cela se traduit par une dénomination différente. En effet, pour faire référence à ces enfants, on parle plus volontiers des « petits-enfants » pour rappeler qu’ils sont la conséquence d’une forme de répression particulière contre laquelle, principalement mais pas exclusivement, les Grands-Mères luttent.

98 Entretien avec PE, membre d’H.I.J.O.S Capital, le 22 décembre 2006.

99 Cueto Rúa S., « Nacimos en su lucha, viven en la nuestra. » Identidad, justicia y memoria en la agrupación HIJOS-La Plata, Tesis de Maestría en Historia y Memoria, Universidad Nacional de La Plata, Facultad de Humanidades y Ciencias de la Educación, Comisión Provincial por la Memoria, sous la direction de Ludmila da Silva Catela et Martín Retamozo, novembre 2008, non publié, p. 94-98.

100 Pereyra S., op. cit.

101 Entretiens avec : BO, membre de l’AEDD, le 15 décembre 2006 ; SA, membre des Mères LF, les 22 et 27 novembre 2006 ; VDI, membre de Familiares, le 21 décembre 2006.

102 Cueto Rúa S., p. 74-79.

103 Lors de notre premier séjour en Argentine, entre août 2006 et janvier 2007, nous avons rencontré des membres de l’association née de cette scission. Ils l’ont appelée HIJOS Capital, sans point dans l’acronyme. Ils ne font néanmoins pas partie du réseau national contrairement à HIJOS La Plata. Nous avons réalisé un entretien avec trois membres de l’association. De retour en Argentine en juillet 2008, nous avons tenté d’entrer en contact avec les membres de cette association afin de leur donner une copie de l’entretien. Nous n’avons pu en retrouver que deux qui nous ont appris que l’association n’existait plus. Entretien avec HIJOS Capital, le 24 janvier 2007.

104 Nous pouvons mentionner par exemple les encarts publiés dans le quotidien Página 12 depuis sa création en 1987. Dans ces encarts apparaît la photographie d’un disparu avec un texte publié par les familles. Il peut contenir une citation ou une courte biographie. Il arrive que la biographie stipule l’organisation dans laquelle il militait, mais cela est loin d’être la majorité des cas dans les années 1990. Pour plus de détails voir : Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, La Plata, Al Margen, 2001, p. 40-47.

105 Cueto Rúa S., op. cit., p. 98-100.

106 Braun G. M., op. cit., p. 41.

107 Ibid., p. 39, extrait de la Revue HIJOS, année 2, n° 2, septembre 1997.

108 Cueto Rúa S., op. cit., p. 64-75.

109 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, op. cit., p. 199.

110 Dans un reportage publié dans la revue Milenio, à l’occasion du 25e anniversaire du coup d’État, cinq membres d’H.I.J.O.S parlent entre eux et répondent aux questions du journaliste. Il leur demande ce que, malgré la revendication de la lutte de leurs parents, ils pensent qu’ils feraient différemment. Un membre d’H.I.J.O.S répond : « Pour moi, la plupart pratiquait la lutte armée, et aujourd’hui les conditions sont réunies pour ce même type de lutte », dans « H.I.J.O.S, hijos por la identidad y la justicia contra el olvido y el silencio », Milenio (Instituto de Estudios y formación de CTA), n° 5, mars 2001, p. 127.

111 PE, membre d’H.I.J.O.S Capital, et TP, membre d’H.I.J.O.S Zona Oeste, nous ont signalé que le protocole est le même dans ces deux branches régionales. Il s’agit d’organiser des dîners ou des rencontres informelles avec la personne susceptible d’intégrer l’association pour parler des différentes questions sur lesquelles travaille l’association et avoir le sentiment de la personne sur celles-ci. Son nom est ensuite proposé à l’Assemblée générale par la commission d’adhésion. Si le nom est accepté à l’unanimité, la personne intègre l’association.

112 Braun G. M., op. cit., p. 32.

113 « La memoria subversiva », Revista América Libre, Buenos Aires, septembre 1996, p. 7.

114 Ibid., p. 10.

115 H.I.J.O.S Capital, éditorial « La Mirada », Buenos Aires, Revista HIJOS, année 1, n° 1, 24 mars 1996, p. 1.

116 Cueto Rúa S., op. cit., p. 75.

117 Actuellement, les quatre origines − enfants de disparus, de personnes assassinées, d’exilés et de prisonniers politiques − sont prises en compte par toutes les branches régionales. D’après ce que nous a dit PE, il peut aussi y avoir des membres non « issus » de ces quatre origines, acceptés suite aux différentes étapes d’acceptation par la commission et finalement l’assemblée générale.

118 H.I.J.O.S Capital, « ¿ Qué pasa, qué pasó ? », Buenos Aires, Revue HIJOS, année 1, n° 1, 24 mars 1996, p. 4.

119 Fernando de la Rúa est élu président de la République argentine 1999. Il est issu du parti Unión Cívica Radical, de l’opposition au ménémisme. Il arrive au pouvoir lorsque l’économie argentine est très affaiblie. Il mettra en place une série de mesures qui ne résorberont pas la crise. Il démissionne le 20 décembre 2001.

120 Pour plus de détails, voir Anguita E., Sano Juicio, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 2001.

121 Nous ne revenons pas sur le détail des procédures ou sur les moyens mis en place pour que des crimes commis en Argentine soient jugés dans un autre pays. Ces questions qui portent sur le concept de justice internationale et/ou universelle n’incombent pas à l’action directe des associations de victimes.

122 Tahir N., Le Juge Baltasar Garzón : justice et politique en Espagne 1988-2003, DEA d’études romanes sous la direction du professeur Michel Ralle, soutenu en octobre 2004 à l’université Paris IV-Sorbonne, non publié.

123 Ginzberg V., « Cuando la justicia no tiene fronteras », Página 12, 20 avril 2005 : [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-49994-2005-04-20.html], consulté le 15 mai 2011.

124 Asociación de las madres de plaza de Mayo, editorial, « Vamos con fuerza, sin aflojar », Periódico de las Madres, année XIV, n° 154, juillet 1998, p. 3.

125 Plataforma argentina contra la impunidad, Contra la impunidad, en defensa de los derechos humanos, Barcelona, Icaria Editorial, 1998.

126 Déclaration de Nora Cortiñas dans « Comienza una batalla judicial por la extradición de Cavallo », La Nación, 4 février 2001, [http://www.lanacion.com.ar/51044-comienza-una-batalla-judicial-por-la-extradicion-de-cavallo], consulté le 30 janvier 2014.

127 Barros O., « Adonde Vayan los iremos a buscar. Entrevista a Ana Testa, Enrique Fukman y Carlos Lordkipanidse », Tantas Voces… Tantas Vidas, p. 5. Le titre de l’article évoque une chanson répétée pendant des manifestations : « Où qu’ils aillent nous irons les chercher ».

128 « Menem no extraditará a 98 represores », La Nación, 4 novembre 1999, [http://www.lanacion.com.ar/159887-menem-no-extraditara-a-98-represores], consulté le 30 janvier 2014.

129 Il est intéressant de voir que ces discours sur une forme d’« ingérence étrangère » se développent en Argentine alors que parallèlement le gouvernement de Carlos Menem a souvent fait appel à l’aide du Fonds monétaire international pour aider le pays à surmonter ses problèmes économiques. Pour plus de détails, voir notamment : Manero E., LAutre, le même et le bestiaire, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 503.

130 La Nación, 4 novembre 1999, art. cit., [http://www.lanacion.com.ar/159887-menem-no-extraditara-a-98-represores], consulté le 30 janvier 2014.

131 Boletín Oficial Gobierno Argentino, année CIX, n°29791, 17 décembre 2001, décret 1581, p. 7-9, [http://www.boletinoficial.gov.ar/DisplayPdf.aspx?s=BPBCF&f=20011217], consulté le 30 janvier 2014 (erreur en 2017). Majuscules dans l’original.

132 Trois jours après ce décret, les 19 et 20 décembre 2001, des émeutes éclatent en Argentine. Le pays est ensuite plongé dans une grave crise pendant plusieurs années. Ainsi, les associations ne publient que très peu jusqu’à l’année 2003.

133 Nous pouvons citer par exemple le procès à Paris en 1990 qui a condamné le capitaine de corvette Alfredo Astiz par contumace à la réclusion à perpétuité. Pour plus de détails, voir : Feld C., « Deux religieuses françaises disparues à l’ESMA : Alice Domon et Léonie Duquet », dans B. Fleury, J. Walter, Qualifier des lieux de détention et de massacre (3), Figures emblématiques, mobilisations collectives, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2010.

134 Asociación Memoria Abierta, « 10 años Juicios por la Verdad », [http://www.memoriaabierta.org.ar/materiales/juiciosxlaverdad.php], consulté le 30 janvier 2014.

135 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, op. cit., p. 253.

136 Ibid., p. 255.

137 Hugo Cañón est procureur et membre de la Comisión Provincial por la memoria de La Plata. María José Guembe est une ancienne avocate du CELS qui travaille à l’association sur les cas des procès pour la Vérité.

138 Memoria Abierta, op. cit., [http://www.memoriaabierta.org.ar/materiales/juiciosxlaverdad.php], consulté le 30 janvier 2014.

139 Pour plus de détails sur le fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation sud-africaine, voir Lefranc S., Les Politiques du pardon, op. cit., p. 60-64.

140 Même s’il est vrai qu’après les déclarations d’Aldolfo Scilingo, d’autres militaires ont parlé dans les médias, ils n’ont donné que peu d’informations sur des disparitions en particulier. Par ailleurs, leur nombre reste très réduit et ils sont nombreux à avoir gardé le silence ou nié les faits. Ainsi, dans le documentaire de Memoria Abierta sur les procès pour la Vérité, on peut voir le commissaire Miguel Etchecolatz dans le cadre d’un des procès répondre aux questions des juges, mais nier les faits : [http://www.memoriaabierta.org.ar/materiales/juiciosxlaverdad.php], consulté le 30 janvier 2014.

141 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, op. cit., p. 260.

142 Les procès pour la Vérité ont eu lieu dans de nombreuses villes et provinces argentines : Mar del Plata, Mendoza, Jujuy, Chaco, etc.

143 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, op. cit., p. 261.

144 Ginzberg V., Vales L., « Es como recibir una bandera », Página 12, 2 décembre 2002, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-13631-2002-12-02.html], consulté le 30 janvier 2014.

145 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial « Pasaran las elecciones… », Periódico de las Madres, année XV, n° 169, novembre 1999, p. 2.

146 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, op. cit., p. 166.

147 Le cas Poblete Hlaczik est un des plus importants. Les associations de victimes et de défense des droits de l’homme (CELS et les Grands-Mères en particulier) cherchaient à démontrer que si des personnes pouvaient être jugées pour l’enlèvement d’un enfant, elles devaient l’être pour leur participation à la disparition de ses parents.

148 Asociación madres de plaza de Mayo, « Carta abierta de las Madres al primer ministro británico », Periódico de las Madres, année XIV, n° 158, novembre 1998, p. 2.

149 Asociación madres de plaza de Mayo, éditorial « Movilización, reflexión y revolución », Periódico de las Madres, année XVI, n° 177, mars 2000, p. 2.

150 Da Silva Catela L., No habrá flores en la tumba del pasado, op. cit., p. 259.

151 Ibid., p. 257.

152 Pour plus de détails sur le parcours des Grands-Mères pour obtenir les moyens scientifiques de retrouver leurs petits-enfants, voir : Abuelas de plaza de Mayo, Las Abuelas y la Genética, Buenos Aires, Editorial Abuelas de plaza de Mayo, 2008.

153 Création de la Banque de données génétiques, loi n°23511, voté le 13 mai 1987, publiée dans le Bulletin Officiel de la République argentine le 10 juillet 1987, consulté le 30 janvier 2014 : [http://www.derhuman.jus.gob.ar/normativa/pdf/LEY_23511.pdf] (erreur en 2017). Cette loi permet à un juge d’obliger une personne à donner un échantillon de sang.

154 La Conadi est un organisme qui n’agit pas uniquement dans les cas d’enfants enlevés pendant la dictature, mais pour tout type d’enlèvement ou de vol d’enfants, consulté le 30 janvier 2014, [http://www.conadi.jus.gov.ar/home_fl.html] (erreur en 2017).

155 Maris Ageitos S., op. cit., p. 191.

156 Ibid., p. 203-214.

157 Abuelas de plaza de Mayo, Historia de Abuelas. 30 años de búsqueda, 1977-2007, Buenos Aires, Abuelas de plaza de Mayo, 2007, p. 93.

158 Loc. cit.

159 Abuelas de plaza de Mayo, 2007, op. cit., p. 101.

160 Les Grands-Mères dans leur biographie de l’association évoquent le cas d’Emiliano Carlos Castro Tortrino. Abuelas de plaza de Mayo, op. cit., 2007, p. 107.

161 Pour les Grands-Mères, les médias, en dehors du quotidien Página 12, ont largement soutenu le camp de la famille Miara. Abuelas de plaza de Mayo, op. cit., 2007, p. 105. Dans un récent ouvrage, Matías un des jumeaux écrit que ses interventions dans les médias à cette époque étaient volontaires. Il critique les moyens employés par la justice pour l’obliger à vivre avec sa famille biologique. Il reconnaît néanmoins que malgré toutes ses difficultés, il estime que le fait d’avoir retrouvé son identité est quelque chose d’« essentiel ». Argento A., De vuelta a casa. Historias de hijos y nietos restituidos, Buenos Aires, Marea Editorial, 2008, p. 221 et 224.

162 Lo Giúdice A., « La manipulación de la memoria por los medios de comunicación en el caso de los mellizos Reggiardo-Tolosa », dans Abuelas de plaza de Mayo, Restitución de niños, Buenos Aires, Eudeba, 1997, p. 207-210.

163 « Videla se negó a declarar y quedará preso en Caseros », La Nación, 12 juin 1998, [http://www.lanacion.com.ar/99745-videla-se-nego-a-declarar-y-quedara-preso-en-caseros], consulté le 30 janvier 2014.

164 « Satisfacción en la sede de las Abuelas de Plaza de Mayo », La Nación, 25 novembre 1998, [http://www.lanacion.com.ar/119224-satisfaccion-en-la-sede-de-las-abuelas-de-plaza-de-mayo], consulté le 30 janvier 2014.

165 Ibid.

166 « Subvención para las Abuelas », La Nación, 15 janvier 1999, [http://www.lanacion.com.ar/124645-subvencion-para-las-abuelas], consulté le 30 janvier 2014.

167 Barnes de Carlotto E., « Abuelas, tomen este papelito », Revista Milenio, mars 2001, p. 92.

168 Barnes de Carlotto E., op. cit., p. 92.

169 Barnes de Carlotto E., « Impunidad jurídica en los casos de menores víctimas de desaparición forzada durante la dictadura militar argentina (1976-1983) », dans Plataforma argentina contra la impunidad, Contra la impunidad en defensa de los derechos humanos, Barcelona, Editorial Icaria, 1998, p. 60.

170 Barnes de Carlotto E., « La actividad de las Abuelas y sus objetivos », dans Plataforma argentina contra la impunidad, Contra la impunidad en defensa de los derechos humanos, Barcelona, Editorial Icaria, 1998, p. 215.

171 Il faut noter que certains enfants ont été assassinés avec leurs parents.

172 Voir le site Internet de l’association des Grands-Mères de la place de Mai : |http://www.abuelas.org.ar/institucional.php?institucional=historia.htm&der1=der1_hist.php&der2=der2_inst.php], consulté le 30 janvier 2014 (erreur en 2017).

173 González Bombal I., « “Nunca más”, el juicio más allá de los estrados », dans C. Acuña et al., Juicio, castigos y memorias, Buenos Aires, Nueva Visión, 1995, p. 206.

174 Ibid., p. 213.

175 Bettanin C. I., Palacios A., Rodriguez M. L., Teubal R. V., Veiga C. E., Villalba M., Memorias fraternas. La experiencia de hermanos de desaparecidos, tíos de jóvenes apropiados durante la última dictadura militar, Buenos Aires, Eudeba, 2010.

176 Nous pensons que le rôle central qu’ont joué de nombreux frères et sœurs de disparus au sein de leur famille mériterait une étude approfondie des conséquences de la disparition dans le cadre des familles. Le travail que nous évoquons ici ne porte que sur des oncles et tantes d’enfants enlevés et le nôtre n’a porté que sur des membres de l’association Herman@s.

177 Dans cette étude, l’association Herman@s est mentionnée. Mais à aucun moment, il n’est précisé si l’une des personnes qui intervient en fait partie., Bettanin C. I., Palacios A., Rodriguez M. L., Teubal R. V., Veiga C. E., Villalba M., op. cit., p. 31.

178 Ibid., p. 54.

179 Ibid., p. 54-84.

180 Ibid., p. 96-97.

181 Ibid., p. 122.

182 Ibid., p. 110.

183 Entretien avec GM, membre d’Herman@s, le 19 décembre 2006. Entretien avec FR, membre d’Herman@s, le 6 décembre 2006.

184 Bettanin C. I., Palacios A., Rodriguez M. L., Teubal R. V., Veiga C. E., Villalba M., op. cit., p. 143.

185 Ginzberg V., « Madres, hijos y ahora hermanos », Página 12, 23 mars 2003, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-17929.html], consulté le 30 janvier 2014 (erreur en 2017). Dans l’article, la journaliste parle de Falvio Maddalena qui a assisté à une réunion en 2002.

186 Ibid.

187 Madres de plaza de Mayo-Línea fundadora, Memoria, verdad y justicia. A los treinta años por los treinta mil, Buenos Aires, Baobab, 2006, p. 179.

188 Lors de notre travail de terrain en 2006-2007, le collectif ne bénéficiait d’aucun outil de diffusion. Lors de notre second séjour en 2008, il s’était doté d’un blog sur Internet qui n’a pas été mis à jour entre janvier 2009 et juillet 2012 [http://hermanosdesaparecidos.blogspot.fr/]. Lors d’un séjour réalisé après la fin de notre travail de thèse de doctorat et dans le cadre d’un autre travail de terrain, nous avons rencontré plusieurs frères et sœurs (et notamment revus ceux rencontrés auparavant) et nous avons appris que l’association avait été formellement créée en 2012, mais que suite à cette constitution, plusieurs membres avaient quitté l’association, notamment les trois membres avec lesquels nous avons eu des entretiens. Apparemment, la décision de se constituer formellement en association ne faisait pas l’unanimité.

189 Entretien avec GP, membre d Herman@s, le 6 décembre 2006.

190 Ibid. et Madres de plaza de Mayo-Línea fundadora, op. cit., p. 182.

191 Entretien avec GP, membre d’Herman@s, le 6 décembre 2006.

192 Ibid.

193 Ibid.

194 Entretien avec GP, membre d’Herman@s, le 6 décembre 2006.

195 Ibid.

196 Ces mots d’ordre figuraient sur un prospectus qui nous a été donné par GP. Majuscules dans le document original.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540