Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Argentine

 | 
Nadia Tahir

Remerciements

Texte intégral

1Comme tout travail de recherches, cet ouvrage, et la thèse qui en est à l’origine, doit beaucoup à de nombreuses personnes que je souhaite ici remercier :

  • Mon directeur de thèse, Miguel Rodriguez, et les membres de mon jury de thèse pour leurs remarques avisées.

  • Les recherches sur lesquelles se fonde cet ouvrage ont bénéficié du soutien financier de la Société des hispanistes français et de l’université Paris-Sorbonne (Paris IV) à travers la bourse Aires culturelles. Je remercie l’Institut des Amériques et les directeurs de la collection « Des Amériques » pour leur vote de confiance et les Presses universitaires de Rennes pour leur patience. Enfin, je souhaite remercier la Fondation Auschwitz de Bruxelles d’avoir honoré ce travail avec le prix de la Fondation en 2012.

  • En Argentine, Ludmila da Silva Catela, Elizabeth Jelin et Sebastián Pereyra pour leur aide précieuse dans l’avancée de ma réflexion. Ainsi que Luciana Messina et Bruno Nápoli pour nos échanges fructueux.

  • Les membres des institutions et associations qui m’ont permis d’accéder à des archives et à leurs travaux : la Mansión Seré, Museo de la Memoria de Rosario, l’Espacio Memoria y Derechos Humanos (ex-ESMA), l’ex-Olimpo, la Comisión Provincial por la Memoria de Córdoba, le CELS et l’association Memoria Abierta.

2Je remercie surtout les membres des associations qui m’ont aidé dans ce travail et tout particulièrement ceux qui m’ont concédé un entretien.

  • Grâce à Pilar González Bernaldo, j’ai fait deux rencontres essentielles pour ma carrière de chercheuse, mais aussi à titre plus personnel. Ce travail doit beaucoup aux encouragements et à l’aide constante de Claudia Feld et Marina Franco.

  • Les relecteurs ont été nombreux : Astrid, Jasmine, Gaid et surtout Mathilde Silveira pour son excellente relecture de l’ensemble de l’ouvrage et ses remarques très pertinentes. Par ailleurs, ce travail doit beaucoup aux conseils avisés et lectures attentives de Frédéric Vairel. Je remercie aussi Cora Gamarnik pour son travail de recherches et de compilations des photos pour l’ouvrage, ainsi que Florencia Osuna et Adriana pour leur excellent travail.

  • Pour finir, je remercie mon entourage en France, en Espagne et en Argentine qui m’a toujours soutenue dans cette entreprise de longue haleine. La liste d’amis serait trop longue, mais je souhaite citer quelques noms. Je pense notamment à Magali, Mathias, Stéphanie, Laura et tout particulièrement à mes soutiens inconditionnels : Marie-Christine, Myriam, Sophie et Vanessa.

3Quant à ma famille, leurs encouragements ont été constants, même si cette aventure ne leur semblait pas toujours facile à appréhender. Je pense à ma famille en Espagne et notamment à mi Abuela. Je remercie mes frères, Mourad, Mehdi, Kamel et Malek, ma sœur Sabrina, ma belle-sœur Maite, mes nièces Djemila, Afsaneh et Mayssa et mon neveu Mourad pour m’avoir aidée à relativiser les enjeux liés à mon travail et à me faire prendre conscience de l’importance du quotidien. Quant à ma sœur Leïla et à Fred, les mots ne suffiront vraiment pas ! Pour finir, cette thèse doit beaucoup à mes parents. Ils ont toujours été et restent mon premier soutien.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540