Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Brésil

 | 
Dominique Vidal

Chapitre II. Le métissage et ses significations

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quelles que soient l’ampleur des inégalités qui les différencient et les nombreux contrastes de leur pays, les Brésiliens n’en partagent pas moins la conviction de constituer une nation singulière. La vigueur du sentiment national est pourtant chose récente au Brésil dont le cadre territorial est arrêté bien avant la formation de la nation. Penseurs, intellectuels et observateurs étrangers ont longtemps douté de la capacité de sa population à former un ensemble doté d’une identité commune. Dans les années 1880, Louis Couty, un physiologiste français qui réside à Rio de Janeiro, estime dans une phrase lapidaire passée à la postérité que « le Brésil n’a pas de peuple », en constatant le manque d’unité de l’ensemble composite formé par des individus aux origines variées. Et, jusqu’au début du vingtième siècle, les élites brésiliennes doutent de même d’une population dont la diversité apparaît préjudiciable à l’avenir du pays.

Le métissage va pourtant se voir investi d’une signification ...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540