Version classiqueVersion mobile

Espaces en transactions

 | 
Raymonde Séchet
, 
Isabelle Garat
, 
Djemila Zeneidi

Première partie. Mobilités et capital spatial

Contribution des démarches prospectives différenciées au renforcement des logiques ségrégatives. Exploration dans l’aire d’influence de la « ville nouvelle » de Cergy-Pontoise

Didier Desponds

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Terrains d’intenses mobilités résidentielles, les espaces urbains et périurbains se décomposent et se recomposent en permanence. Ces mobilités résidentielles résultent des choix effectués par les micro-acteurs que sont les ménages, choix susceptibles d’être interprétés comme des stratégies territoriales à part entière ou des tactiques face à des contraintes. À la différence des stratégies d’immobilité, celles qui conduisent à des mobilités contribuent, par leurs multiples impacts, à renforcer ou à modifier les trames sociales préexistantes. Ces perturbations peuvent contribuer à la stigmatisation de territoires, quand ne s’y maintiennent que des populations captives ne parvenant pas à les quitter. Mais a contrario, des processus d’embourgeoisement peuvent s’amorcer. Ces processus témoignent des dynamiques sociales à l’œuvre sur les territoires.

Il ne saurait être question ici d’approfondir le jeu des multiples facteurs qui alimentent le complexe « système résidentiel », parmi lesquel...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search