Version classiqueVersion mobile

Le renseignement américain

 | 
Gildas Le Voguer

Conclusion

Texte intégral

  • 1 « We have found our mission », Bush George W., « Address to a Joint Session of Congress », 20 sept (...)
  • 2 Bacevich Andrew J., « Introduction », in Andrew J. Bacevich (dir.), The Long War: A New History of (...)

1Quelque dix ans après la fin de la guerre froide, la politique étrangère américaine a recouvré une orientation générale plus lisible. Ainsi que le disait le président George W. Bush, au lendemain des attentats du 11 Septembre, les États-Unis ont désormais « trouvé leur mission1 ». Après une décennie d’incertitude, la lutte contre le terrorisme constitue donc le nouveau paradigme de cette politique. Bien entendu, dans ce combat, où il ne s’agit plus de contenir la menace soviétique mais de déjouer le danger terroriste, l’ennemi n’est pas aussi facilement saisissable que pendant la guerre froide. Toutefois, cet ennemi existe, il a amplement démontré sa dangerosité et, aux yeux de l’administration américaine, il justifie pleinement la Global War on Terror. Si le théâtre des opérations, l’adversaire, l’objectif et le terme de ce conflit ne sont pas définis avec précision, on sait néanmoins qu’il s’inscrit dans la durée, raison pour laquelle il est également parfois nommé la Long War2.

2Comme au temps de la guerre froide, le renseignement a reçu une place de choix dans le dispositif établi pour lutter contre cette nouvelle menace. Malgré son incapacité à prévoir le 11 Septembre, la communauté du renseignement américaine a su démontrer qu’elle était indispensable dans cette guerre sans fin. Sa survie ne fait plus aucun doute et elle remplit avec beaucoup de zèle ses fonctions de collecte et d’analyse du renseignement, de protection des secrets de l’État et de transformation politique. Bien qu’elle ait les coudées franches pour recueillir tout renseignement susceptible de contrecarrer les plans des terroristes, d’aucuns s’en inquiètent, jugeant que toutes les garanties démocratiques ne sont pas respectées et que cette collecte s’effectue parfois au détriment des droits des citoyens américains.

  • 3 Holtzman Elizabeth, « The Impeachment of George W. Bush », The Nation, 30 janvier 2006.
  • 4 « Before the United States turns sovereignty over the country to the Iraqis and washes its hands of (...)

3Parmi ceux qui ont vivement dénoncé ces pratiques, l’infatigable Elizabeth Holtzman, membre de la Chambre des représentants pour l’État de New York. En 2006, après que la presse eut révélé que l’administration Bush avait ordonné la mise sur écoute de centaines de citoyens américains en violation du Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA), Holtzman a exigé l’impeachment du président Bush dans le magazine The Nation3. Timothy Naftali, quant à lui, craint que l’agence ait agi en Irak comme elle le fit en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. C’est pourquoi il formule cette requête : « Avant que les États-Unis ne restituent aux Irakiens leur souveraineté et déclinent toute responsabilité vis-à-vis des institutions qu’ils ont mis en place là-bas – comme la CIA le fit en 1951 avec l’organisation Gehlen – quelqu’un au sein du Congrès ou du pouvoir exécutif devrait demander qui nous avons recruté en Irak et à quelle fin4 ? » Il s’agit probablement d’un vœu pieu, car le secret entourant ce type d’opérations a été renforcé depuis le 11 Septembre.

  • 5 Lieberman Joe, « The Bush Wall of Secrecy », 9 janvier 2004. Disponible à l’adresse électronique su (...)
  • 6 « Secrecy in the Bush Administration », United States House of Representatives, Committee on Govern (...)
  • 7 « Taken together, the Administration’s actions represent an unparalleled assault on the principle o (...)
  • 8 Dean John, Worse than Watergate: The Secret Presidency of George W. Bush, New York, Warner Books, 2 (...)
  • 9 « A popular government without popular information, or the means of acquiring it, is but a prologue (...)

4On a en effet assisté à un retour en force du secret, ce que Joe Lieberman, alors sénateur démocrate du Connecticut et candidat à la présidence, dénonçait dans une tribune publiée le 9 janvier 2004, n’hésitant pas à parler du « mur du secret de l’administration Bush5 ». Cette même année, à la demande d’Henry Waxman, représentant démocrate de Californie, le Minority Staff du Committee on Government Reform de la Chambre des représentants établissait un rapport de 81 pages intitulé « Secrecy in the Bush Administration6 ». La conclusion de ce rapport était dénuée de toute ambiguïté puisqu’il y était affirmé : « Les actions de l’administration Bush constituent une attaque sans équivalent contre le principe d’un gouvernement ouvert et comptable de ses actes7. » Peu après, c’est John Dean, ancien conseiller du président Richard Nixon, qui publiait une charge contre l’administration Bush et son utilisation abusive du secret8. Waxman et Dean s’inscrivaient ainsi dans le sillage de James Madison, qui, en 1822, lançait son fameux avertissement : « Un État républicain incapable d’informer son peuple, ou ne disposant pas des moyens d’obtenir les informations nécessaires se prépare à devenir une farce, ou une tragédie, ou peut-être les deux à la fois9. » Les mots de Madison conservent toute leur pertinence et la vigilance exercée par Waxman, Dean et bien d’autres interdit leur concrétisation.

  • 10 Franklin Benjamin, « Three can keep a secret if two of them are dead. »

5Ainsi, le rythme régulier des révélations garantit que le renseignement américain demeure soumis à une certaine dose de transparence. Cette transparence est fréquemment déplorée parce qu’elle menacerait la sécurité des citoyens américains en fragilisant les secrets que l’appareil d’État américain s’efforce de protéger. Pourtant, il est vain de croire que tous les secrets de cet appareil puissent être indéfiniment gardés, compte tenu du fait qu’ils sont toujours de plus en plus nombreux et que le nombre de personnes y ayant accès ne cesse d’augmenter. Une dose de salutaire transparence est donc inévitable, car, comme l’écrivait il y a quelque deux cents ans le sage Benjamin Franklin : « Trois personnes peuvent garder un secret, à condition que deux d’entre elles soient mortes10. »

Notes

1 « We have found our mission », Bush George W., « Address to a Joint Session of Congress », 20 septembre 2001. Disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.presidentialrhetoric.com/speeches/09.20.01.html].

2 Bacevich Andrew J., « Introduction », in Andrew J. Bacevich (dir.), The Long War: A New History of U.S. National Security Policy Since World War II, New York, Columbia University Press, 2007, p. x. Consulter également Le Voguer Gildas, « La “Global War on Terror” : le nouveau paradigme de la politique étrangère des États-Unis et son application en Irak », Revue Eurorient, n° 32, 2011, p. 27-52.

3 Holtzman Elizabeth, « The Impeachment of George W. Bush », The Nation, 30 janvier 2006.

4 « Before the United States turns sovereignty over the country to the Iraqis and washes its hands of the institutions it has created there – as the CIA did with the Gehlen organization in 1951 – someone in Congress or the executive branch should ask, whom have we hired in Iraq, and why ? », Naftali Timothy, « Berlin to Baghdad: The Pitfalls of Hiring Enemy Intelligence », Foreign Affairs, juillet-août 2004, vol. 82, n° 4.

5 Lieberman Joe, « The Bush Wall of Secrecy », 9 janvier 2004. Disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.fas.org/sgp/news/2004/01/lieb-wall010904.html].

6 « Secrecy in the Bush Administration », United States House of Representatives, Committee on Government Reform, Minority Staff, Special Investigations Division, 14 septembre 2004. Disponible à l’adresse électronique suivante : [www.democrats.reform.house.gov] (erreur en 2017).

7 « Taken together, the Administration’s actions represent an unparalleled assault on the principle of open and accountable government », ibid., p. 81.

8 Dean John, Worse than Watergate: The Secret Presidency of George W. Bush, New York, Warner Books, 2004.

9 « A popular government without popular information, or the means of acquiring it, is but a prologue to a farce or a tragedy, or perhaps both », Madison James, lettre à W. T. Barry, 4 août 1822. Disponible à l’adresse électronique suivante : [http://press-pubs.uchicago.edu/founders/documents/v1ch18s35.html].

10 Franklin Benjamin, « Three can keep a secret if two of them are dead. »

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search