Version classiqueVersion mobile

Le renseignement américain

 | 
Gildas Le Voguer

Chapitre V. Survivre

La communauté du renseignement après le 11 Septembre

Texte intégral

  • 1 « Without the Soviet threat, why not just abolish the CIA and let the State Department take over? » (...)

1Lorsqu’il prit les rênes de la CIA en juillet 1997, George Tenet se doutait bien que la charge qui lui avait été confiée serait lourde mais il n’imaginait probablement pas qu’elle le serait autant. Il savait qu’en l’espace de dix années, pas moins de quatre directeurs s’étaient succédé à la tête de la communauté du renseignement, sans parvenir à imposer une ligne de conduite claire. Dans cet après-guerre froide chaotique, William Webster (1987-1991), Robert Gates (1991-1993), James Woolsey (1993-1995) et enfin John Deutch (1995-1997) s’étaient efforcés de redéfinir la mission du renseignement américain qui, avec la disparition de l’Union soviétique, avait en partie perdu sa raison d’être. Certains commentateurs en concluaient d’ailleurs que l’on pouvait désormais se débarrasser de la CIA. Ainsi, en février 1992, Daniel Patrick Moynihan, sénateur démocrate de l’État de New York, déclarait : « La menace soviétique ayant disparu, pourquoi tout simplement ne pas abolir la CIA et laisser le Département d’État prendre la relève1 ? » Cependant, la solution radicale proposée par Moynihan trouva peu d’écho et, rapidement, l’on identifia de nouvelles menaces.

2Déjà, en novembre 1991, peu après la nomination de Robert Gates à la tête de la CIA, le président George Bush avait défini quelques-unes des nouvelles cibles du renseignement américain :

  • 2 « The intelligence community’s new challenge under Bob Gates’ leadership is to move beyond the Cold (...)

« Sous la direction de Bob Gates, le nouveau défi de la communauté du renseignement est de dépasser la guerre froide pour affronter les problèmes complexes du 21e siècle. Il nous faut une communauté du renseignement forte pour consolider et étendre les progrès effectués en matière de liberté face au totalitarisme. Le renseignement est indispensable afin de contrôler les accords historiques de réduction des armes nucléaires et de venir à bout du terrorisme et du trafic de drogues. Nous devons également disposer de renseignements pour nous opposer à ceux qui tentent de dérober nos technologies ou encore refusent de se soumettre aux règles économiques justes. Enfin, nous devons avoir un solide potentiel de renseignement si nous voulons mettre un terme à la prolifération des armes de destruction massive2. »

  • 3 Tenet George, At the Center of the Storm: My Years at the CIA, New York, Harper Collins, 2007, p. 1 (...)

3George Bush prenait acte du fait que le monde bipolaire avait été remplacé par un environnement bien plus complexe, qui se caractérisait par une menace protéiforme et plus difficilement identifiable. Sept ans plus tard, George Tenet jugeait que, parmi les dangers repérés par Bush, le plus sérieux était le terrorisme. Le 3 décembre 1998, comme il le raconte dans ses mémoires3, le nouveau patron de la CIA rédigeait un mémorandum sommairement intitulé « We Are At War », dans lequel il appelait à une mobilisation totale de la communauté du renseignement contre le terrorisme. L’appel de Tenet visait à répondre à la montée en puissance du terrorisme, dont l’une des principales cibles était les États-Unis.

  • 4 Consulter « World Trade Center I », chapitre vii de l’ouvrage de Miller John, Stone Michael et Mitc (...)

4Les premières victimes du terrorisme sur le territoire national américain furent en fait des agents de la CIA. Au matin du 25 janvier 1993, alors qu’ils s’apprêtaient à entrer au quartier général à Langley en Virginie, deux agents, Lansing Bennett et Frank Darling, étaient abattus par un jeune pakistanais. Ce dernier, Mir Aimal Kansi, fut arrêté quatre ans plus tard, en juin 1997, au Pakistan. Quelques jours après cet attentat, le 26 février 1993, une bombe explosait dans le sous-sol du World Trade Center à New York, provoquant la mort de six personnes4. Ce nouvel attentat avait été coordonné par Ramzi Yousef, jeune homme d’origine pakistanaise, désormais en fuite. Même s’ils ne lui étaient pas imputables, ces deux attentats eurent lieu quelques mois après qu’Al-Qaïda, réseau terroriste fondé en 1988 par Oussama ben Laden, eut lancé une fatwa appelant au jihad contre les forces occidentales qui demeuraient stationnées en terre d’Islam après la guerre du Golfe. En août 1995, Ben Laden réitérait son appel en faisant parvenir au roi Fahd un courrier dans lequel il s’engageait à mener une guérilla visant les troupes américaines qui demeuraient en Arabie saoudite.

  • 5 Consulter Lewis Bernard, « License to Kill: Usama bin Ladin’s Declaration of Jihad », Foreign Affai (...)
  • 6 Carter Ashton, Deutch John et Zelikow Philip, « Catastrophic Terrorism: Tackling the New Danger », (...)
  • 7 « It sounds like Ronald Reagan in the most exuberant of his “star war” fantasies. It should worry e (...)

5Cet engagement fut rapidement concrétisé avec l’attentat mené le 13 novembre 1995 à Riyad devant un bâtiment de la Garde nationale saoudienne et qui fit sept victimes dont cinq soldats américains. L’année suivante, le 25 juin 1996, dans la ville de Dharan en Arabie saoudite, un attentat contre les tours Khobar provoqua la mort de dix-neuf Américains et d’un Saoudien. Ben Laden, qui, le 23 février 1998, lançait une déclaration de guerre contre les États-Unis5, étendit bientôt son champ d’action au-delà du territoire saoudien. Le 7 août de cette même année, deux attentats contre les ambassades américaines de Nairobi et Dar es-Salaam faisaient respectivement 213 et 11 victimes. À cause de ces attentats et de ceux qui avaient eu lieu à Tokyo et Oklahoma City en 1995, certains commentateurs, dont un ancien directeur de la CIA, jugeaient que le monde était désormais confronté à une nouvelle forme de terrorisme, qu’ils qualifiaient de « catastrophique » et qu’il convenait donc de prendre toutes les mesures requises afin de s’en prémunir6. En revanche, pour Flora Lewis, journaliste américaine très respectée, les propositions anti-terroristes de ces analystes étaient tout simplement extravagantes : « Cela ressemble aux rêves totalement délirants de “guerre des étoiles” chers à Ronald Reagan. Cela devrait inquiéter tous ceux, Américains ou non, qui ne fantasment pas sur de nouvelles menaces à affronter et de nouvelles cibles à détruire7. » Le 12 octobre 2000, dix-sept marins américains étaient tués dans un attentat contre le navire de guerre USS Cole à Aden et, à peine un an plus tard, la ville de New York connaissait la catastrophe que l’on sait.

6Pour certains, les attentats du 11 Septembre confirmaient la thèse du « choc des civilisations » formulée quelques années plus tôt par Samuel Huntington. Pour la communauté du renseignement américaine, les attentats constituèrent un véritable choc à la mesure de son incapacité à les prévenir. Après cet échec massif, le renseignement américain connut une véritable régénération, qui allait cependant le conduire à certaines dérives.

Échec

7Malgré l’ampleur du désastre, la menace d’un attentat terroriste sur le territoire américain avait bel et bien été identifiée avant les attentats du 11 Septembre, au moins dès 1993. Après l’attentat mené devant le quartier général de la CIA et celui qui eut lieu au World Trade Center, la vigilance des services antiterroristes américains s’accrut, ce qui permit de déjouer, en juin 1993, un autre attentat qui avait pour objectif de placer des bombes dans quelques lieux stratégiques de la ville de New York tels que le quartier général des Nations unies et le Lincoln Tunnel. L’attentat terroriste perpétré sur le territoire national n’était pas un phénomène historique totalement inédit mais ses rares manifestations semblaient avoir disparu de la mémoire collective depuis des lustres.

  • 8 Consulter Naftali Timothy, Blind Spot: The Secret History of American Counterterrorism, New York, B (...)

8Sans remonter à l’attentat qui, le 16 septembre 1920, avait provoqué la mort de trente-huit personnes à Wall Street, il convient de rappeler qu’après la Seconde Guerre mondiale les États-Unis connurent plusieurs attentats sur leur territoire. En 1954, des indépendantistes portoricains ouvrirent le feu à la Chambre des représentants, blessant cinq parlementaires. Le 29 décembre 1975, douze personnes furent tuées par l’explosion d’une bombe placée à la consigne de l’aéroport de LaGuardia. À ce jour, les commanditaires de cet attentat n’ont pas été démasqués. Le 3 août 1977, pour la première fois de leur histoire, il avait fallu procéder à l’évacuation des tours du World Trade Center parce que deux bombes, placées par des terroristes portoricains, avaient explosé dans des rues proches et provoqué la mort d’une personne8. Au cours de la décennie suivante, le terrorisme quitta la scène nationale pour se déplacer vers le Moyen-Orient, devenant ainsi pour le peuple américain une préoccupation certes réelle mais géographiquement éloignée. Aussi, sans écarter définitivement l’éventualité d’attentats sur le territoire national, les autorités américaines se souciaient avant tout de veiller à la sécurité des ressortissants américains en fonction à l’étranger, notamment au Liban, où l’ambassade américaine avait été attaquée en avril 1983 et où, le 23 octobre de la même année, un attentat au camion piégé contre une caserne avait causé la mort de 242 soldats américains. Cependant, après 1993, l’administration Clinton demanda au Counterterrorism Center (CTC), créé par la CIA en 1986, et à la Counterterrorism Division, mise en place par le FBI cette même année, de redoubler de vigilance tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays.

9Il n’était pas nécessaire d’effectuer un tel rappel aux hommes de la Joint Terrorism Task Force (JTTF) de New York, unité qui avait été constituée dès 1980. Depuis le premier attentat contre le World Trade Center, ils traquaient sans relâche Ramzi Yousef. En janvier 1994, l’un des complices de Yousef, Abdul Hakim Murad, fut arrêté aux Philippines. À son domicile, l’on trouva des documents l’incriminant et, en consultant la mémoire de son ordinateur, les enquêteurs de la JTTF découvrirent que Yousef continuait de concocter des attaques terroristes, parmi lesquels figurait le plan Bojinka. Avec cette opération, Yousef et ses comparses prévoyaient de détourner une douzaine d’avions de ligne civils à destination des États-Unis et de les faire exploser au-dessus de l’océan Pacifique. L’opération devait avoir lieu en janvier 1995. Un mois plus tard, Ramzi Yousef fut arrêté à Islamabad et transféré aux États-Unis, où, en novembre 1997, il fut condamné à une peine de prison à vie. Malgré ce premier attentat contre le World Trade Center, qui constitua une alerte majeure, les services de renseignement américains n’anticipèrent pas le suivant.

  • 9 « We believe the 9/11 attacks revealed four kinds of failure: in imagination, policy, capabilities, (...)

10L’incapacité de la communauté du renseignement à prévoir ces attentats a été longuement analysée par la commission indépendante du Congrès, la National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States, communément appelée 9/11 Commission. La publication en 2004 du rapport de cette commission fit grand bruit car, dans leurs conclusions, les rédacteurs ne craignaient pas de heurter les susceptibilités des uns et des autres : « Nous pensons que les attentats du 11-septembre ont mis en évidence un échec dans quatre domaines : l’imagination, la politique suivie, les moyens d’action et la gestion de ces moyens9. » Cependant, la 9/11 Commission ne cédait pas à la facilité de certains commentateurs, qui faisaient porter le chapeau de cet échec à la seule communauté du renseignement. Ces derniers résumaient parfois leurs propos en détournant de manière triviale les fameuses initiales de la CIA et du FBI, ces agences étant désormais qualifiées respectivement de Central Itinerary Agency et de Famous But Incompetent. Le rapport de la 9/11 Commission était bien plus nuancé, car il s’efforçait de démontrer que la responsabilité de l’échec n’incombait pas aux seuls services de renseignement mais qu’elle devait être élargie aux dirigeants politiques. Et en effet, l’échec du renseignement américain résultait aussi de décisions que la classe politique avait ou n’avait pas prises au cours des précédentes années.

  • 10 Joint Inquiry Into Intelligence Activities Before and After the Terrorist Attacks of September 11, (...)
  • 11 « An organization capable of attracting extraordinarily motivated people but institutionally averse (...)

11Deux ans avant la publication du rapport de la 9/11 Commission, une autre commission du Congrès, la Congressional Joint Inquiry Into 9/11 avait elle aussi établi un rapport10. Le rapport de cette commission, qui avait été mise en place dès octobre 2001 par le Senate Select Committee on Intelligence (SSCI) et le House Permanent Select Committee on Intelligence (HPSCI), identifiait déjà les principales défaillances des services : (1) carences de l’organisation générale du renseignement, (2) absence de stratégie contre-terroriste d’ensemble, (3) insuffisances budgétaires et mauvaise gestion des moyens, (4) utilisation inadéquate des moyens technologiques, (5) analyse du renseignement déficiente, (6) manque d’agents maîtrisant les langues rares, (7) coordination défectueuse des agences, (8) sources humaines insuffisantes, (9) cadre législatif contraignant et (10) lutte infructueuse contre les réseaux financiers du terrorisme. Les rédacteurs du rapport de la 9/11 Commission reprirent ses éléments et soulignèrent aussi que le renseignement américain avait perdu le goût du risque, la CIA étant devenue « une organisation capable d’attirer des gens extraordinairement motivés mais, à cause de contraintes institutionnelles, peu encline à prendre des risques11 ». De manière implicite, ces conclusions démontraient que si la responsabilité des agences était patente, celle de la classe dirigeante ne l’était pas moins.

  • 12 Consulter Zegart Amy B., « September 11 and the Adaptation Failure of U.S. Intelligence Agencies », (...)
  • 13 « To continue to manage the intelligence community the way it was during the Cold War is the cleare (...)

12Si le renseignement américain souffrait des maux identifiés par la Congressional joint Inquiry Into 9/11 et la 9/11 Commission, c’est bien parce que les pouvoirs exécutif et législatif n’avaient pas su donner l’impulsion nécessaire pour engager une véritable réforme12. Pourtant, la guerre froide à peine achevée, diverses commissions avaient été établies afin de définir les nouvelles missions du renseignement américain et de mettre en garde la classe politique contre l’immobilisme. À titre d’exemple, en 1996, l’un des rapporteurs de la Twentieth Century Fund Task Force on the Future of U.S. Intelligence écrivait : « Continuer de gérer la communauté du renseignement comme on le fit pendant la Guerre froide c’est le meilleur moyen de lui faire perdre sa raison d’être et de la conduire à l’échec13. » S’adapter à la nouvelle donne stratégique était la première tâche à accomplir mais l’ordre bien balisé du monde bipolaire avait été supplanté par un désordre mondial imprévisible et y définir des priorités n’était pas simple.

  • 14 Tenet George, op. cit., p. 109-110.

13Ainsi, après y avoir mené l’une des opérations secrètes les plus coûteuses de son histoire, la CIA se désengagea rapidement du théâtre afghan suite au départ des troupes soviétiques en février 1989. De toute évidence, l’Afghanistan ne constituait pas encore une cible prioritaire pour le Counterterrorism Center (CTC) de la CIA. Le désengagement du renseignement américain en Afghanistan après le départ des Soviétiques fut une sérieuse erreur car le pays se désagrégea rapidement, permettant quelques années plus tard la prise du pouvoir par les Talibans et l’accueil de Ben Laden et d’Al-Qaïda sur le sol afghan. Après avoir été déchu de sa nationalité saoudienne en 1992, Ben Laden avait trouvé refuge au Soudan pendant les quatre années suivantes avant d’en être expulsé et de s’installer en Afghanistan en 1996, peu après la prise de Kaboul par les Talibans. Cette même année, en janvier, le CTC mettait enfin en place une unité spécifiquement chargée de traquer le terroriste saoudien mais les moyens financiers et légaux de cette unité, la Bin Ladin Issue Station, surnommée Alec Station, n’étaient pas à la hauteur des enjeux. Quand George Tenet et Geoff O’Connell, alors chef du CTC, proposèrent d’éliminer physiquement Ben Laden, Janet Reno, ministre de la Justice, leur rappela que la loi américaine ne le permettait pas14.

  • 15 Consulter « A Money Trail? », The 9/11 Commission Report, op. cit., p. 169-173.

14Si, au début des années 1990, l’agence américaine ne prêta pas suffisamment attention à la situation en Afghanistan et à Al-Qaïda c’est que la guerre du Golfe sollicitait l’essentiel de son énergie. Ensuite, c’est l’Irak qui devint l’objet de toutes les attentions et l’on négligea l’organisation terroriste, qui, avec diligence, veillait à alimenter ses finances en collectant des fonds, en particulier en Arabie saoudite. Selon le rapport de la commission du 11 Septembre, une très large partie du coût des attentats du 11 Septembre, soit quelque quatre à cinq cent mille dollars, provenait de fonds privés saoudiens. C’est également en Arabie saoudite qu’Al-Qaïda trouva chaque année environ trente millions de dollars pour financer ses activités avant le 11 Septembre15.

  • 16 Weiner Tim, « CIA Is Training Palestinian Forces », IHT, 6 mars 1998.
  • 17 « This new plan called for taking on a quasi-diplomatic role in what was largely a political proces (...)

15Outre l’Irak de Saddam Hussein, le renseignement américain, au début des années 1990, devait également prêter attention aux soubresauts politiques en Somalie ou en Haïti, s’occuper de la situation tragique de l’ex-Yougoslavie et suivre de près les conflits au Moyen-Orient. À partir de 1996, l’administration Clinton demanda même à la CIA de prendre en charge la formation des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne16. Cette même année, l’agence fut invitée à participer directement aux négociations portant sur la situation au Moyen-Orient, George Tenet endossant, à son corps défendant, les habits du diplomate : « Ce nouveau plan d’action supposait d’assumer un rôle quasi diplomatique dans un processus qui était avant tout d’ordre politique et, au début, cela me sembla tout à fait déplacé pour quelqu’un qui exerçait une fonction comme la mienne17. » Malgré cela, l’administration Clinton prenait de plus en plus conscience de la menace terroriste et s’employait à la contenir.

  • 18 La directive PDD 39, certes tronquée, et de nombreux autres documents officiels sont disponibles su (...)
  • 19 Consulter Benjamin Daniel et Simon Steven, The Age of Sacred Terror, New York, Random House, 2002, (...)
  • 20 « In our time terrorism is the enemy of peace and freedom. America must not and America will not be (...)

16En février 1995, elle faisait adopter par le Congrès l’Omnibus Counter-Terrorism Act et le 21 juin de cette même année, le président Clinton signait la directive PDD 39, qui redéfinissait la politique antiterroriste du gouvernement américain et en faisait une priorité nationale18. Cette directive visait également à mieux coordonner le travail des différentes agences en matière de lutte antiterroriste, en les plaçant sous la houlette du Counterterrorism Security Group (CSG) du National Security Council, qui était alors dirigé par Richard Clarke19. Le 24 avril 1996, Clinton signait une nouvelle loi antiterroriste, l’Antiterrorism and Effective Death Penalty Act et quelques jours plus tard, après l’attentat contre les tours Khobar, il déclarait : « Aujourd’hui, le terrorisme est l’ennemi de la paix et de la liberté. L’Amérique ne doit pas et ne se laissera pas détourner de sa lutte contre le terrorisme20. » Mais plusieurs adversaires politiques de l’administration Clinton jugeaient avec sévérité certaines actions antiterroristes menées par l’équipe démocrate.

  • 21 Weiner Tim et Risen James, « Strike on Sudan Plant: A Growing Case of Doubtful Intelligence », IHT,(...)
  • 22 « Before the embassy bombings, Osama bin Laden was viewed within the administration as a gnat buzzi (...)

17Ainsi, l’opération Infinite Reach décidée par Clinton suite aux attentats contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie fut vivement critiquée. Le 20 août 1998, quelques jours après ces attentats, Clinton avait ordonné des frappes aériennes contre différentes cibles en Afghanistan et au Soudan. L’une des frappes au Soudan avait pour objectif la destruction de l’usine pharmaceutique d’al-Shifa, au motif qu’on y fabriquait des armes chimiques pour le compte d’Al-Qaïda mais, dans les semaines qui suivirent, on accusa Clinton d’avoir pris la décision de bombarder cette usine sur la foi de renseignements douteux21. On insinua même que le président avait ordonné ces attaques afin de détourner l’attention de l’opinion publique américaine de ses démêlés judiciaires liés à l’affaire Monica Lewinsky. Il s’agissait évidemment d’un mauvais procès, ces attentats ayant provoqué pour l’équipe Clinton une véritable prise de conscience du danger terroriste. Selon Michael Sheehan, ancien chef du contre-terrorisme au Département d’État : « Avant les attentats contre les ambassades, Oussama ben Laden était considéré par le gouvernement américain comme un moucheron voletant autour des oreilles d’un éléphant géant22. » En revanche, pour les adversaires politiques de Clinton, la priorité n’était pas la lutte anti-terroriste mais l’Irak et la lutte contre les armes de destruction massive.

  • 23 Document disponible aux pages 199-201 de l’ouvrage de Sifry Micah L. et Cerf Christopher (dir.), Th (...)

18Le 26 janvier 1998, le Project for the New American Century, organisation néoconservatrice visant à promouvoir le leadership américain, adressait une lettre ouverte au président Clinton intitulée « Remove Saddam from Power23 ». Parmi les signataires de ce document l’on trouvait Donald Rumsfeld, qui, le même mois, prenait à la demande du Congrès la présidence d’une commission d’enquête, la Commission to Assess the Ballistic Missile Threat to the United States. En juillet de la même année, cette commission rendit son rapport, dans lequel il était indiqué que la lutte contre la prolifération nucléaire devait être une priorité nationale. Les rédacteurs insistaient sur la nécessité pour les États-Unis de disposer d’un bouclier anti-missile et, au passage, soulignaient que le renseignement américain ne parvenait pas à apporter des informations fiables au sujet des armes de destruction massive. Outre l’Irak et la prolifération nucléaire, le Congrès s’intéressait également à la Chine. Quelques semaines avant la publication du rapport de la commission Rumsfeld, la Chambre des représentants avait en effet mis en place une nouvelle commission d’enquête, le House Select Committee on U.S. National Security and Military/Commercial Concerns with the People’s Republic of China.

  • 24 Consulter Le Voguer Gildas, « Le rôle du Congrès dans les relations sino-américaines : de l’affaire (...)

19Cette commission fut établie après que la presse eut révélé que les firmes américaines Hughes Electronic Corporation et Loral Space & Communications avaient fait pression sur l’administration Clinton afin d’obtenir l’autorisation de travailler conjointement avec les Chinois au lancement de satellites américains depuis la Chine. L’objectif de cette commission présidée par Christopher Cox, représentant républicain pour la Californie, était de déterminer si, à cette occasion, des transferts de technologie ou d’information, avaient été effectués à destination de la Chine et si, le cas échéant, ils avaient permis aux Chinois de faire des progrès significatifs dans certains secteurs sensibles ou stratégiques comme celui des missiles. Le rapport de la commission Cox, qui fut rendu public en mars 1999, répondit par l’affirmative aux interrogations initiales, accusant même la Chine d’avoir, depuis les années 1970, mené une vaste opération d’espionnage technologique au détriment des États-Unis. Implicitement, le rapport Cox laissait entendre que le renseignement américain n’avait pas réussi à contenir cette offensive chinoise. Ce même mois, le rapport Cox faisait sa première victime puisque Wen Ho Lee, physicien d’origine taïwanaise qui travaillait au laboratoire de Los Alamos, était arrêté et emprisonné24.

  • 25 Consulter Pillar Paul R., « Terror Warnings Are Not Enough », IHT, 5 juin 2004.
  • 26 « You’re going to spend more time during your four years on terrorism generally and al-Qaeda specif (...)
  • 27 La National Security Archive a récemment placé sur son site des « CIA Senior Executive Intelligence (...)
  • 28 Document reproduit aux pages 546-547 de l’ouvrage de Strasser Steven (dir.), The 9/11 Investigation (...)
  • 29 Consulter Zegart Amy, « “CNN with Secrets:” 9/11, the CIA, and the Organizational Roots of Failure  (...)

20On le voit, les objectifs stratégiques des Républicains pour le renseignement américain n’étaient pas ceux de l’équipe Clinton et le terrorisme n’était pour eux qu’une menace parmi d’autres, ce qui ne permettait pas d’en faire une véritable priorité nationale25. Avant d’entrer en fonction, George W. Bush et son équipe furent avertis à plusieurs reprises par des membres de l’administration Clinton que la situation avait pourtant un caractère d’urgence. Outre Richard Clarke, Samuel Berger, alias Sandy Berger, National Security Adviser dans l’administration Clinton, avait prévenu Condoleezza Rice, nouvellement nommée à ce même poste : « Au cours de vos quatre années de mandat, vous allez consacrer au terrorisme en général et à Al-Qaïda en particulier plus de temps qu’à n’importe quel autre problème26. » Parce qu’il fut formulé quelques jours après le décès des dix-sept marins américains tués dans l’attentat contre l’USS Cole, le 12 octobre 2000, l’avertissement de Sandy Berger avait une résonance particulière. Au cours des mois qui suivirent, l’administration Bush fut alertée encore et encore de l’imminence de la menace27. Le 6 août 2001, le danger terroriste se concrétisait encore un peu plus avec un Presidential Daily Brief adressé par la CIA au président Bush28. Ce document était en apparence dénué de toute ambiguïté puisqu’il était intitulé « Bin Ladin Determined to Strike in US » et, à cause de cela, on a ensuite reproché à l’administration Bush de ne pas avoir pris les dispositions nécessaires. Pourtant, le caractère général de ce document29 ne permet pas d’accuser rétrospectivement l’administration Bush même si ses membres n’avaient probablement pas pris toute la mesure du danger terroriste.

  • 30 Consulter Urquhart Brian, « A Matter of Truth », NYRB, 13 mai 2004, p. 11.

21En ce début de mandat, pour la plupart d’entre eux, le terrorisme demeurait un phénomène indissociable de la politique suivie par un certain nombre d’États, généralement qualifiés de voyous. Ils ne partageaient pas le point de vue de nombreux spécialistes, qui jugeaient que le nouveau terrorisme était, au contraire, une affaire d’individus et de groupes isolés, sans liens étatiques. Ainsi, Paul Wolfowitz, vice-ministre de la Défense, jugeait le « terrorisme irakien » tout aussi dangereux que le terrorisme d’Al-Qaïda30. En outre, George Bush considérait que le problème n’était pas tant celui du terrorisme que celui de la terreur et de ses instruments et qu’il fallait donc lutter prioritairement contre la prolifération des armes de destruction massive. Construire un bouclier anti-missile était pour l’équipe Bush, et en particulier pour le ministre de la Défense Donald Rumsfeld, un objectif bien plus important que de trouver Ben Laden et de neutraliser Al-Qaïda.

22Par ailleurs, la Chine demeurait une priorité stratégique essentielle de l’administration Bush, qui attendait de la part des agences de renseignement américaines de précieuses informations au sujet des intentions de l’empire du milieu. Mais les Chinois, qui n’avaient toujours pas digéré la destruction en mai 1999 de leur ambassade à Belgrade suite à une erreur d’identification de la cible par les analystes de la CIA, n’entendaient pas laisser faire sans réagir. Le 1er avril 2001, un avion de chasse chinois entrait en collision avec un avion de surveillance américain EP-3 au-dessus de la mer de Chine. L’avion américain fut contraint de se poser sur l’île d’Hainan, où les vingt-quatre membres de l’équipage furent retenus et interrogés par les autorités chinoises avant qu’un compromis diplomatique soit trouvé avec les États-Unis. Cet épisode, au parfum suranné de guerre froide, démontrait à quel point le terrorisme ne constituait pas la principale priorité stratégique du moment pour l’administration Bush, ce qui explique en partie pourquoi ses membres n’entendirent pas les divers avertissements.

  • 31 Graham Bob et Nussbaum Jeff, Intelligence Matters: The CIA, the FBI, Saudi Arabia, and the Failure (...)
  • 32 Consulter Miller John, Stone Michael et Mitchell Chris, op. cit., p. 287-288.

23À la décharge de l’équipe Bush, les agences elles-mêmes firent à plusieurs reprises preuve de négligence, voire d’incompétence. Bob Graham, sénateur démocrate de Floride et co-président de la Congressional Joint Inquiry Into 9/11, a raconté comment la CIA, après avoir découvert qu’une importante rencontre de membres d’Al-Qaïda eut lieu à Kuala Lumpur le 5 janvier 2000, perdit ensuite leur trace31. Quelques jours plus tard, deux d’entre eux, Khalid al-Mihdhar et Nawaf al-Hazmi, s’envolaient pour les États-Unis où ils se préparèrent à leur mission suicide. Le 11 septembre 2001, ils participaient au détournement de l’avion qui s’écrasa contre le Pentagone. Quelques semaines avant ce jour fatidique, le 10 juillet, Kenneth Williams, agent du FBI affecté à la lutte anti-terroriste à Phoenix avait fait parvenir à sa hiérarchie une note dans laquelle il s’inquiétait du nombre incongru d’individus, déjà repérés par ses services, qui suivaient des cours de pilotage32. Sa note demeura lettre morte. Le 16 août, à Minneapolis, Zacarias Moussaoui, qui prenait lui aussi des cours de pilotage et avait fini par éveiller les soupçons de ses instructeurs, était interpellé par des agents du FBI mais ils ne furent pas autorisés à consulter son ordinateur.

24Malgré ces insuffisances, après le 11 Septembre, le renseignement américain avait conservé des atouts que l’administration Bush entendait bien mettre à profit dans la guerre qu’elle avait déclarée au terrorisme et qui allait désormais constituer pour ainsi dire sa seule et unique mission et permettre une véritable régénération de la CIA.

Régénération

  • 33 « And President Kennedy, as the enormity of the Bay of Pigs came home to him, said to one of the hi (...)

25En 1961, après le fiasco de l’opération secrète menée par la CIA à la baie des Cochons, le président Kennedy, fou de rage, exprima sa colère de cette manière : « Et le président Kennedy, qui commençait à prendre conscience de la gravité de la Baie des Cochons, dit à l’un des plus hauts responsables de son administration qu’il voulait “faire voler la CIA en éclats et les disperser aux quatre vents”33. » Bien entendu, il n’en fit rien, se contentant de remercier Allen Dulles et de le remplacer par John McCone à la tête de l’agence. Si George W. Bush éprouva de la colère vis-à-vis de la CIA et de son directeur après les attentats du 11 Septembre, il se garda bien de l’exprimer publiquement. Il s’efforça, au contraire d’apporter son soutien à l’agence, qui commençait à faire l’objet de multiples critiques. Il fallait y couper court et c’est pourquoi il se rendit au quartier général de la CIA à Langley en Virginie dès le 26 septembre.

26Une fois sur place, Bush y prononça une brève allocution dans laquelle il apportait un soutien inconditionnel à la communauté du renseignement américaine, déclarant :

  • 34 « There’s no question that I am in the hall of patriots, and I’ve come to say a couple of things to (...)

« Il ne fait aucun doute que le lieu où nous nous trouvons est le panthéon des patriotes et je suis venu ici pour vous dire deux ou trois choses.
Tout d’abord, merci pour votre travail acharné. Vous savez, George [Tenet] et moi avons des échanges nombreux et fructueux. Cela s’explique. Je lui fais pleinement confiance et j’accorde toute ma confiance à la CIA. Et l’Amérique devrait faire de même…
Il n’existe pas de meilleure institution avec laquelle on puisse travailler. La CIA, ce sont les oreilles et les yeux de l’Amérique à travers le monde34. »

27Outre qu’il souhaitait faire taire les critiques, Bush voulait aussi faire comprendre aux uns et aux autres que l’Amérique avait besoin de la communauté du renseignement dans la lutte contre le terrorisme qui s’engageait. Le président Bush, pour qui le terrorisme n’avait pas été la priorité des priorités au début de son mandat, était désormais obligé de se rendre à l’évidence : les avertissements de la CIA avaient été bel et bien fondés même si l’agence n’avait pas su déjouer les attentats. Par ailleurs, l’agence avait des compétences et des renseignements dont on ne pouvait se passer pour le combat qui commençait.

  • 35 Chiffres proposés par la National Security Archive : Galster Steve, « Afghanistan: The Making of U. (...)

28Il était en effet logique de se tourner vers la CIA, car c’est elle qui connaissait le mieux la nébuleuse terroriste et en particulier le réseau Al-Qaïda, qui s’était installé depuis quelques années en Afghanistan, un pays que la CIA pratiquait plus ou moins directement depuis la fin des années 1970 lorsque l’Union soviétique l’avait envahi. Suite à cette invasion, la CIA avait échafaudé l’une des plus vastes et coûteuses opérations secrètes de son histoire puisqu’elle achemina en Afghanistan pas moins de 3 milliards de dollars au cours des années 1980, une somme supérieure à celle qui, dans la même période, fut allouée à l’ensemble des opérations secrètes menées par l’agence35.

  • 36 Consulter Woodward Bob, Veil., op. cit., p. 316-318.

29L’opération secrète de la CIA en Afghanistan était bien entendu soutenue par le président Reagan mais elle trouva également de solides appuis au sein du Congrès. En 1984, Paul Tsongas, sénateur démocrate du Massachusetts, et Don Ritter, représentant républicain de Pennsylvanie, firent voter une résolution appelant à fournir aux rebelles afghans tout le soutien matériel nécessaire à leur lutte contre l’Armée rouge. Le membre du Congrès le plus actif fut sans conteste Charlie Wilson, représentant démocrate du Texas et membre du House Appropriations Subcommittee on Defense. Cette position institutionnelle lui permit d’obtenir des rallonges budgétaires de plusieurs millions de dollars pour les Moudjahidin afghans36. En 1993, pour le remercier de ses efforts, Wilson reçut des mains de James Woolsey la Honored Colleague Award, l’un des rares civils à avoir été ainsi distingué par la CIA.

30Afin d’éviter tout embarras diplomatique, ces fonds étaient transmis à l’Inter-Services Intelligence Directorate (ISI), les services de renseignement pakistanais, qui s’occupaient du reste :

  • 37 Yousaf Mohammad et Adkin Mark, Afghanistan, l’ours piégé : histoire secrète du conflit afghan ou la (...)

« En résumé, la tâche de la CIA pour l’Afghanistan était de fournir des armes et des équipements et d’organiser leur transport vers le Pakistan ; de procurer des fonds pour l’achat de véhicules et de moyens de transport entre le Pakistan et l’Afghanistan ; de former les instructeurs sur les nouvelles armes ou les équipements ; de fournir des photos prises par satellite et des cartes pour nos besoins opérationnels ; de fournir l’équipement radio et la formation, et les conseils sur les problèmes techniques lorsque nécessaire. L’entière conduite de la guerre, tous les types d’entraînement des Moudjahidin et l’allocation et la distribution des armes et des fournitures étaient de la seule responsabilité de l’ISI, donc la mienne en particulier37. »

  • 38 « No American – CIA or otherwise – would be permitted to cross the border into Afghanistan », Coll (...)

31Ainsi s’exprime Mohammad Yousaf, brigadier-général à l’ISI et chargé de la gestion de l’aide américaine de 1983 à 1987. Le rôle subalterne que Yousaf accorde à la CIA est confirmé par Steve Coll, qui indique qu’« aucun américain – appartenant à la CIA ou autre – n’était autorisé à traverser la frontière et pénétrer en Afghanistan38 ». Il n’empêche, l’aide apportée par les Américains aux Moudjahidin afghans leur permit de tenir tête à l’armée soviétique. La fourniture, à partir de 1986, de lance-missiles sol-air Stinger joua un rôle particulièrement décisif, car il leur permit d’abattre des hélicoptères soviétiques. De guerre lasse, deux ans après avoir installé Mohammed Najibullah au pouvoir à Kaboul, le Kremlin ordonna le retrait de ses troupes en février 1988.

  • 39 Consulter Bamford James, A Pretext for War: 9/11, Iraq, and the Abuse of America’s Intelligence Age (...)

32Malgré le départ des dernières troupes soviétiques en février de l’année suivante, la CIA continua de soutenir la lutte des Moudjahidin qui, en 1992, finirent par renverser le régime de Najibullah. Dans le chaos politique qui suivit et qui conduisit les Talibans à prendre le pouvoir en 1996, les services de renseignement américains restèrent en retrait. En 1996, toutefois, la CIA demanda à Gary Schroen, vétéran du service action de la CIA et bon connaisseur de la région, de renouer le contact avec le Commandant Massoud, qui dirigeait le Front uni islamique et national pour le salut de l’Afghanistan, souvent appelé Alliance du Nord. Il s’agissait, notamment, d’essayer de récupérer les missiles Stinger avant qu’ils ne tombent aux mains des Talibans. La mission de Schroen tourna court, car la CIA ne lui avait pas donné les moyens financiers requis pour acheter les services des uns et des autres39. Malgré cela, en particulier depuis la création cette même année de la Bin Ladin Issue Station, la CIA demeurait un observateur privilégié de la région, ce qui lui permit de proposer au président Bush une riposte rapidement après les attentats du 11 Septembre.

  • 40 Consulter Kessler Ronald, The CIA at War: Inside the Secret Campaign Against Terror, New York, St.  (...)
  • 41 Consulter Guilloud Florent, « La Special Activities Division : le bras armé de la CIA frappe en Afg (...)

33Dès le 13 septembre 2001, à la Maison Blanche, George Tenet soumettait à George Bush les grandes lignes du plan concocté par la CIA. Il en fit une présentation plus détaillée deux jours plus tard à Camp David. Le patron de la CIA proposait de traquer Ben Laden et ses hommes en achetant les services de l’Alliance du Nord et ceux des tribus installées dans la partie sud de l’Afghanistan. Parallèlement, il envisageait que des unités paramilitaires de la CIA et des unités des forces spéciales américaines, soutenues par l’appui logistique de drones, pénètrent en Afghanistan pour y poursuivre les membres d’Al-Qaïda40. Le ministère de la Défense américain n’ayant pas de plan de remplacement à offrir, c’est donc celui de la CIA qui fut adopté par l’administration Bush. Le 27 septembre, dans le cadre de l’opération Enduring Freedom, les agents de la CIA entraient en Afghanistan. Il s’agissait des hommes du Special Operations Group (SOG) de la Special Activities Division (SAD)41, division qui relevait alors du Directorate of Operations (DO), renommé National Clandestine Service (NCS) en 2005.

34Les hommes de la CIA, qui agissaient dans le cadre d’une opération dont le nom de code était Jawbreaker, furent rapidement suivis par ceux des forces spéciales de l’armée américaine, qui appartenaient à la United States Special Operations Command (USSOCOM). Mais le fait que les agents de la CIA aient été les premiers à pénétrer en Afghanistan avait une forte charge symbolique pour une agence que l’on accusait d’avoir failli le 11 septembre 2001. De même, il n’est pas anodin que le premier américain qui perdit la vie en Afghanistan ait été un agent de la CIA. D’ailleurs, dans un effort de transparence peu coutumier, George Tenet n’hésita pas à annoncer publiquement la mort de cet agent, Johnny « Mike » Spann, tombé le 25 novembre lors de la mutinerie à la prison de Qala-e-Jangi près de Mazar-e-Charif. À nouveau, de manière symbolique, la mort de Johnny Spann participait de la rédemption de l’agence, qui se trouvait désormais plongée au cœur de l’action.

  • 42 Consulter Rashid Ahmed, Descent into Chaos: The United States and the Failure of Nation Building in (...)

35S’il est indéniable que la CIA joua un rôle décisif dans le succès des opérations en Afghanistan, il est toutefois possible que certains commentateurs américains l’aient un peu surestimé. Pour Ahmed Rashid, grand spécialiste de l’Asie centrale, le plan proposé par la CIA à l’administration Bush était plus ou moins improvisé. Selon lui, les liens de la CIA avec l’Alliance du Nord étaient ténus et, au cours de la décennie qui précéda, il n’y eut pas plus de cinq rencontres avec Massoud. En ce qui concerne les autres chefs de guerre afghans, tels qu’Abdel Rachid Dostom, les relations étaient quasi inexistantes. Enfin, la CIA n’eut d’autre choix que de faire à nouveau appel au vétéran Gary Schroen pour renouer le contact avec l’Alliance du Nord42. Sans minimiser l’action de la CIA, il va de soi que le succès des opérations en Afghanistan dépendit très largement de l’aide des forces supplétives afghanes et de la campagne de bombardements qui commença le 7 octobre et dura quelque quatre semaines. En dépit de ces réserves, la CIA remplit pleinement la mission que le pouvoir politique lui avait assignée et qui accordait à l’action une place essentielle.

  • 43 « The gloves are off. The president has given the agency the green light to do whatever is necessar (...)
  • 44 Woodward Bob, Plan d’attaque, Paris, Denoël, 2004, p. 160.
  • 45 « Intelligence – and how we use it – is our first line of defense against terrorists and the threat (...)
  • 46 « The National Intelligence Strategy of the United States of America », octobre 2005. Document disp (...)

36Le 17 septembre 2001, le président Bush avait signé un Memorandum of Notification, qui entérinait le plan que Tenet lui avait soumis et autorisait la CIA à mener des opérations secrètes visant à briser Al-Qaïda. Bien qu’elle demeure secrète, cette directive, dont l’existence a été révélée par le journaliste Bob Woodward dès octobre 2001, signifiait à la CIA qu’elle avait désormais les coudées franches. Ainsi que l’indiquait anonymement l’un des hauts responsables de cette agence : « Plus besoin de prendre de gants. Le président a donné le feu vert et l’agence peut faire tout ce qu’il lui semble nécessaire. Au moment où je vous parle ont lieu des opérations létales, ce qui aurait été inimaginable avant le 11-septembre43. » Le lendemain, en signant une nouvelle directive qui accordait à la CIA une rallonge budgétaire de 800 millions de dollars, Bush confirmait la volonté qui l’animait de régénérer l’agence. Selon Woodward, ce que Bush proposait avec ces directives c’était « une nouvelle philosophie du renseignement. Soudain, il semblait ne pas y avoir de pénalité pour avoir pris des risques ou commis des erreurs44 ». Un an plus tard, l’administration Bush adoptait une nouvelle stratégie nationale de sécurité, qui réaffirmait la place de choix accordée au renseignement : « Le renseignement – et l’utilisation que l’on en fait – c’est notre première ligne de défense face aux terroristes et face à la menace que constituent certains États45. » En octobre 2005, avec un document stratégique spécifiquement dévolu au renseignement, la National Intelligence Strategy of the United States of America46, l’administration Bush enfonçait le clou. Ce document, cependant, ne fut adopté qu’après que le Congrès eut légiféré avec le vote, en 2004, de l’Intelligence Reform and Terrorism Prevention Act (IRTPA). Depuis septembre 2001, le Congrès, avait lui aussi à sa manière participé pleinement à la régénération du renseignement américain.

  • 47 Consulter Le Voguer Gildas, « Congressional Inquiry Into 9/11 : les limites d’une enquête », Source (...)

37Comme il l’avait fait autrefois après Pearl Harbor, le Congrès américain décida, peu après les attentats du 11 Septembre, de mener l’enquête afin d’établir les causes d’un tel désastre. Tandis que le pouvoir exécutif s’efforçait de punir les responsables directs et indirects de ces attentats et refusait de se lancer dans une entreprise d’introspection, le Congrès jugeait au contraire nécessaire de tenter de comprendre pour mieux prévenir. Très logiquement, ce sont tout d’abord les deux commissions parlementaires chargés du contrôle des activités de renseignement, le SSCI et le HPSCI, qui prirent l’initiative d’établir une commission d’enquête, la Congressional Joint Inquiry Into 9/11. Bien que mise en place en octobre 2001, cette commission d’enquête ne commença véritablement ses travaux qu’en mai 2002, après avoir connu quelques déboires47.

  • 48 Consulter Herbert Bob, « Keeping the American Public in the Dark », IHT, 14 juin 2002. Consulter ég (...)
  • 49 Consulter Snider L. Britt, « Congressional Oversight of Intelligence After September 11 », in Jenni (...)

38Tout d’abord, on reprocha aux parlementaires d’avoir choisi un ancien inspecteur général de la CIA, Britt Snider, pour diriger l’enquête de la commission. Après s’être retiré, son successeur, Rick Cinquegrana, lui aussi ancien membre de la CIA, fut jugé insuffisamment aguerri pour conduire son équipe de 28 enquêteurs48. En dépit de tout cela, la Joint Inquiry Into 9/11 remit son rapport final le 10 décembre 2002 mais il ne fut rendu public qu’en juillet 2003, après avoir été longuement examiné et sérieusement expurgé par la CIA. Ainsi, le rapport fut amputé d’un passage de 27 pages très largement consacrées à l’Arabie saoudite. En outre, malgré tous leurs efforts, les membres de cette commission ne pouvaient dissimuler le fait qu’ils avaient appartenu à un système de contrôle qui, au même titre que la communauté du renseignement, avait failli49.

  • 50 Consulter Le Voguer Gildas, « 11 septembre et renseignement : lorsque la société civile s’immisce d (...)

39D’ailleurs, les familles des victimes des attentats, qui avaient créé plusieurs associations, notamment le Family Steering Committee (FSC), exprimèrent rapidement leur mécontentement et s’employèrent à obtenir le vote d’une loi permettant l’établissement d’une commission d’enquête indépendante. Après une année de démarches incessantes auprès des pouvoirs législatif et exécutif, le Congrès adoptait en juillet 2002 un amendement permettant la création d’une telle commission, la National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States. Quelques jours après l’organisation par le FSC d’une manifestation silencieuse à la lueur de bougies devant la Maison Blanche en octobre 2002, le président Bush finit à son tour par accepter la mise en place de cette commission. Composée de cinq démocrates et de cinq républicains, cette commission était présidée par Tom Kean, ancien gouverneur républicain du New Jersey, et Lee Hamilton, ancien représentant démocrate de l’Indiana. Instruit des insuffisances de la Joint Inquiry Into 9/11, le FSC avait la ferme intention de suivre de très près le travail de cette nouvelle commission, qui se plia de bonne grâce à cette exigence50.

  • 51 « We made a conscious decision, and part of it was under strong pressure from the families to make (...)

40Le tout premier souhait des familles était de témoigner et Tom Kean et Lee Hamilton, respectivement président et vice-président de cette commission, y accédèrent rapidement. Les 31 mars et 1er avril 2003, lors de la toute première des douze séries d’auditions publiques, les représentants de quatre associations différentes furent entendus. Kean et Hamilton veillèrent également à rencontrer régulièrement des représentants du FSC afin de les tenir informés de l’état d’avancement des travaux de la commission. D’aucuns leur reprochèrent un excès de transparence, ce qu’ils assumaient pleinement : « C’est tout à fait consciemment et en partie sous la pression exercée par les familles que nous avons pris la décision de conduire les travaux de la commission de manière aussi transparente et visible que possible51. » La participation des familles de victimes au processus d’enquête explique probablement pourquoi cette commission, contrairement à la précédente, eut accès aux documents qu’elle réclamait au pouvoir exécutif et aux agences de renseignement et put entendre les témoins qu’elle souhaitait. C’est en juillet 2004 que la 9/11 Commission remit son rapport final, lequel faisait différentes propositions afin de régénérer la communauté du renseignement américaine.

41Jugeant que l’appareil de la sécurité nationale mis en place par les États-Unis en 1947 avec le National Security Act n’était plus adéquat et, surtout, qu’il avait failli, la 9/11 Commission proposait une véritable restructuration des institutions le composant. Tout d’abord, afin d’améliorer l’efficacité de la lutte contre le terrorisme, elle recommandait la mise en place d’une structure de coordination du renseignement, un National Counterterrorism Center (NCTC). Ensuite, afin de mettre un terme à la dispersion du renseignement, les parlementaires proposaient de remplacer le Director of Central Intelligence (DCI) par un Director of National Intelligence (DNI) et de créer un Joint Intelligence Community Council (JICC) pour conseiller le DNI. Au début du mois d’août 2004, tandis que la campagne présidentielle battait son plein, les candidats George W. Bush et John Kerry annoncèrent qu’ils acceptaient ces propositions. En apparence, toutes les conditions étaient donc réunies pour qu’elles trouvent une concrétisation législative rapide et consensuelle.

42Le projet de loi visant à réformer la communauté du renseignement fut présenté le 10 septembre au Sénat par Bob Graham, alors président du SSCI, et le débat commença le 27 du même mois. Les Sénateurs qui participèrent à ce débat souhaitaient avant tout que leurs travaux honorent la mémoire des victimes du 11 Septembre et prennent en considération les demandes formulées par leurs familles. Paraphrasant le discours d’Abraham Lincoln à Gettysburg, Dick Durbin, sénateur démocrate de l’Illinois, illustrait bien cette volonté :

  • 52 « At any of our hearings, in fact, even appearing as witnesses, were the survivors in the 9/11 fami (...)

« Les survivants des familles du 11-septembre, les hommes et les femmes qui ont perdu un être cher lors de cette tragédie, ont été présents, parfois même en qualité de témoins, à chacune de nos auditions. Je veux prendre quelques instants pour les saluer. Ils ont donné une partie de leur temps et de leur vie. Ils ont pris l’engagement de s’assurer que ceux qu’ils aiment ne sont pas morts en vain52. »

  • 53 « He is a czar, one person. Now, we know not one person can do all those things », Stevens Theodore (...)
  • 54 Byrd Robert, ibid., 1er octobre 2004, p. S10205. Disponible à l’adresse électronique suivante : [ht (...)

43Malgré une compassion partagée à l’égard des survivants, quelques parlementaires exprimèrent néanmoins leur désaccord au sujet de la réforme du renseignement envisagée. Tout d’abord, certains désapprouvaient la création du poste de DNI, jugeant que c’était trop de responsabilités pour un seul homme, ainsi que l’exprimait Theodore Stevens, sénateur républicain de l’Alaska : « C’est un tsar, un seul individu. Voyons, nous savons bien qu’une seule personne ne peut pas accomplir toutes ces tâches53. » Quand il n’est pas qualifié de tsar, le futur DNI est comparé à « Dieu » par le sénateur démocrate de Virginie occidentale, Robert Byrd54.

  • 55 Consulter Shenon Philip, « Pentagon Blocking Intelligence Plan », IHT, 27 octobre 2004.
  • 56 Consulter « Congress’s Lame Effort on Intelligence Reform », IHT, 24 novembre 2004. Consulter égale (...)
  • 57 Jeffrey Smith cité par Jehl Douglas, « Intelligence Overhaul Has a Long Way To Go », IHT, 9 décembr (...)

44Pour d’autres parlementaires, le danger principal n’était pas celui-là mais le risque que le DNI contrôle désormais l’intégralité du budget de la communauté du renseignement, y compris celui des agences placées sous l’autorité du Pentagone. Or ce n’était pas une mince affaire, car le budget alloué au Pentagone pour le renseignement représente environ 80 % du budget total. Avant et pendant les débats parlementaires, Richard Myers, président des Joint Chiefs of Staff, et Donald Rumsfeld, ancien ministre de la Défense, manœuvrèrent en coulisse pour préserver l’autorité budgétaire du Pentagone55. De même, au Congrès, des représentants républicains, emmenés par Duncan Hunter et James Sensenbrenner, respectivement présidents des House Armed Services Committee et House Judiciary Committee, tentèrent de saborder la loi afin de préserver les prérogatives du Pentagone56. Un compromis fut éventuellement trouvé et la loi, l’Intelligence Reform and Terrorism Prevention Act, fut votée par la Chambre des représentants le 8 décembre, par 336 voix contre 75. Le Sénat l’adopta à son tour le lendemain, par 89 voix contre deux. Après des semaines de tumulte parlementaire, le vote de la loi fut un soulagement mais déjà on la jugeait insatisfaisante. Ainsi, Jeffrey Smith, ancien conseiller juridique général à la CIA, considérait que le texte de la loi était confus et contradictoire et qu’il serait sujet à de multiples interprétations57.

  • 58 Cogan Charles, « Le mal du renseignement américain : coordination à la place de commande », Agir, R (...)

45Même si, selon Charles Cogan, ancien chef de poste de la CIA à Paris, « le flou demeure » et que « cette loi n’a pu être entérinée par le Congrès qu’au prix d’une dilution des pouvoirs du DNI vis-à-vis des quinze agences de la communauté du renseignement58 », cette loi a une importance considérable. En effet, depuis le National Security Act de 1947, il s’agit de la première loi qui redéfinit la structure de la communauté du renseignement américaine. Avec cette loi, les États-Unis ont maintenant un directeur national qui est supposé définir une politique nationale en matière de renseignement et dispose pour ce faire de l’autorité administrative et budgétaire qui faisait défaut au patron de la CIA.

  • 59 Après John Negroponte d’avril 2005 à novembre 2007, ont servi en qualité de DNI John Michael McConn (...)

46C’est John Negroponte59, à partir d’avril 2005, qui assuma le premier le rôle de DNI, à un moment où le renseignement américain était à nouveau au cœur de la tourmente médiatique, suite à un certain nombre de dérives.

Dérives

47Le 3 juin 2004, George Tenet, qui avait pourtant survécu professionnellement aux attentats du 11 Septembre, présentait sa démission au président Bush, qui nomma ensuite à la tête de la CIA Porter Goss, alors représentant républicain de Floride et président du HPSCI. La démission de Tenet intervint à peine un mois avant que la 9/11 Commission rendît public son rapport qui, il est vrai, était assez critique à l’endroit de l’agence et de son directeur. Mais Tenet n’appréhendait pas tant la publication de ce rapport que celle, également en juillet, du rapport établi par le SSCI à propos de la prétendue existence d’armes de destruction massive en Irak au moment du déclenchement de la guerre en mars 2003. Par ailleurs, il savait également qu’une autre commission enquêtait sur le même sujet. Il s’agissait de la Commission on the Intelligence Capabilities of the United States Regarding Weapons of Mass Destruction. Cette commission, présidée par Laurence Silberman, vice-ministre de la Justice dans les administrations Nixon et Ford, et Charles Robb, ancien sénateur démocrate de Virginie, avait été mise en place par le président Bush en février 2004. Sans connaître les conclusions de ces deux commissions, Tenet se doutait bien que le rôle joué par la CIA allait être examiné de très près, car l’affirmation par l’agence que l’Irak détenait des armes de destruction massive avait constitué le casus belli conduisant au déclenchement des hostilités.

  • 60 « Iraq has to pay a price for what happened yesterday. They bear responsibility », Richard Perle ci (...)

48Dans ses mémoires, publiés en 2007, George Tenet revient longuement sur cet épisode. D’ailleurs, il l’évoque dès la préface puisqu’il rapporte que le 12 septembre 2001, alors qu’il s’apprêtait à entrer à la Maison Blanche, il croisa Richard Perle qui en sortait et que ce dernier lui lança alors : « L’Irak doit payer pour ce qui s’est passé. Ils en portent la responsabilité60. » Néo-conservateur notoire et alors directeur du Defense Policy Board Advisory Committee au ministère de la Défense, Perle n’avait jamais fait mystère de son hostilité vis-à-vis du régime de Saddam Hussein et il jugeait que lors de la première guerre du Golfe, les troupes américaines auraient dû aller jusqu’à Bagdad afin de renverser le dictateur irakien. Si Tenet a choisi de placer la réplique de Perle dès la préface de son ouvrage, c’est parce qu’il souhaitait d’emblée indiquer à ses lecteurs qu’il refusait d’endosser seul la responsabilité de la guerre en Irak.

  • 61 Consulter Suskind Ron, La guerre selon Bush, Paris, Plon, 2006, p. 35.
  • 62 Le texte de cette lettre est reproduit aux pages 222-224 de l’ouvrage de Sifry Micah L. et Cerf Chr (...)

49De toute évidence, la présence d’un nombre conséquent de néoconservateurs dans l’administration Bush garantissait que la question irakienne aurait une place de choix dans l’agenda politique du nouveau président. Ainsi, la première réunion du National Security Council en janvier 2001 fut consacrée à l’éventuel renversement de Saddam Hussein61. Après les attentats du 11 Septembre, la campagne des néoconservateurs s’intensifia. Le 20 septembre, le Project for the New American Century, groupe d’experts néoconservateur, fit parvenir au président Bush une lettre ouverte intitulée « Lead the World to Victory62 », dans laquelle ils appelaient à nouveau de leurs vœux au renversement du président irakien. Peu après, en octobre 2001, cinq personnes étaient victimes d’attaques à l’anthrax, ce qui réveilla la crainte d’une éventuelle utilisation d’armes de destruction massive sur le territoire national. Bientôt, selon George Tenet lui-même, un lien fut établi entre cette crainte et la question irakienne par l’administration Bush :

  • 63 « For many in the Bush administration, Iraq was unfinished business. They seized on the emotional i (...)

« Pour de nombreux membres de l’administration Bush, le boulot en Irak n’avait pas été terminé. Ils se sont servi du choc émotionnel provoqué par les attentats du 11-septembre et ont établi un lien psychologique entre notre incapacité à agir de manière résolue contre Al-Qaïda et le danger que représentaient les programmes irakiens de construction d’armes de destruction massive63. »

  • 64 « We agree that the Iraqi dictator must not be permitted to threaten America and the world with hor (...)

50Le 26 août 2002, à Nashville, le vice-président Dick Cheney prononçait un discours belliqueux vis-à-vis du régime de Saddam Hussein, affirmant que l’Irak possédait des armes de destruction massive. Le 7 octobre, à Cincinnati, c’est le président Bush en personne qui déclarait : « Nous convenons que l’on ne doit pas permettre au dictateur irakien de menacer l’Amérique et le monde avec des poisons et des maladies horribles, des gaz et des armes atomiques64. » Entre ces deux interventions, la CIA avait produit un document sur lequel le président Bush s’était appuyé.

  • 65 Une version déclassifiée de ce National Intelligence Estimate est disponible sur le site de la Nati (...)
  • 66 Tenet George, op. cit., p. 336-337.

51En septembre 2002, à la demande du SSCI, la CIA avait rédigé un National Intelligence Estimate (NIE) au sujet de l’Irak et de l’éventuelle présence d’armes de destruction massive sur son territoire65. Les Sénateurs souhaitaient disposer d’éléments concrets afin de répondre au président Bush qui, le 4 septembre, avait rencontré plusieurs hauts responsables du Congrès pour les informer qu’il avait l’intention, prochainement, de demander au pouvoir législatif l’autorisation de recourir à la force contre le régime de Saddam Hussein. Dans ses mémoires66, Tenet juge rétrospectivement que ce NIE avait été établi à la hâte, qu’il était trop affirmatif, insuffisamment nuancé et qu’il contenait même de fausses informations. Ainsi, ce document s’appuyait sur les témoignages de citoyens irakiens ayant fui leur pays. Parmi eux, Rafid Ahmed Alwan, dont le nom de code était Curveball. Alwan était arrivé en Allemagne en novembre 1999 et y avait demandé l’asile politique, ce qui l’avait conduit à rencontrer des agents du BND. Il leur raconta qu’en Irak, en sa qualité d’ingénieur chimiste, il avait travaillé dans une usine qui mettait au point des unités mobiles d’armes biologiques. Les services de renseignement allemands partagèrent cette information avec leurs homologues de la Defense Intelligence Agency au printemps 2000.

52La DIA la confia ensuite à la CIA, qui l’utilisa pour rédiger le fameux NIE, dont le président Bush s’empressa de répercuter publiquement les conclusions dans son discours sur l’État de l’Union le 28 janvier 2003 :

  • 67 « From three Iraqi defectors we know that Iraq, in the late 1990s, had several mobile biological we (...)

« Nous savons, grâce aux témoignages de trois transfuges irakiens que l’Irak, à la fin des années 1990, disposait de plusieurs laboratoires mobiles contenant des armes biologiques. Ils ont été agencés de telle manière à permettre la production d’agents microbiens destructeurs et ils peuvent être déplacés d’un endroit à l’autre afin d’échapper à la vigilance des inspecteurs. Saddam Hussein n’a pas révélé l’existence de ces structures. Il n’a fourni aucune preuve démontrant qu’il les avait détruites67. »

  • 68 Woodward Bob, Plan d’attaque, op. cit., p. 268-271.

53Pourtant, la veille de ce discours, les inspecteurs de l’ONU avaient rendu public un premier rapport intermédiaire dans lequel ils indiquaient ne pas avoir trouvé d’armes de destruction massive en Irak et demandaient un délai supplémentaire pour achever leur travail d’inspection. Mais l’équipe Bush n’était pas prête à l’accepter, car elle était convaincue que l’Irak disposait de telles armes et qu’il fallait agir rapidement. Elle l’était d’autant plus que le directeur de la CIA lui-même le lui avait affirmé. Le 21 décembre 2002, à la Maison Blanche, George Tenet, qui était accompagné pour l’occasion par John McLaughlin, chef du Directorate of Intelligence, avait présenté à George Bush un document faisant état de l’existence d’armes de destruction massive en Irak. Selon Bob Wodward68, qui raconta le premier cette rencontre, Bush n’étant pas vraiment convaincu, Tenet avait renchéri en concluant sa présentation du commentaire désormais fameux, « It’s a slam dunk », expression très prisée par les joueurs de basket. Dans ses mémoires, Tenet ne nie pas avoir déclaré que les renseignements de la CIA « c’était du béton » mais il considère qu’on s’est servi abusivement de ses propos pour légitimer une décision politique que l’administration Bush avait déjà prise.

  • 69 « We allowed flawed intelligence to be presented to Congress, the President, the United Nations, an (...)

54On peut comprendre que Tenet n’accepte pas que la CIA porte le chapeau mais les faits ne lui donnent pas entièrement raison. Le 5 février 2003, devant l’assemblée générale des Nations unies, Colin Powell effectuait une présentation, qui se voulait avant tout technique, afin de démontrer que l’Irak possédait bel et bien des armes de destruction massive. Le secrétaire d’État exposait les raisons pour lesquelles l’administration Bush jugeait que le régime irakien s’était placé sous le coup des « sérieuses conséquences » envisagées par la résolution 1441, qui avait été adoptée le 8 novembre 2002 par l’Assemblée générale des Nations unies. Assis derrière le secrétaire d’État américain se trouvait George Tenet lui-même, qui, par sa seule présence, apportait à Powell la caution de la communauté du renseignement. Certes, on a probablement accordé trop d’importance à l’expression sportive utilisée par Tenet mais sa présence à l’ONU était bien réelle même s’il l’a depuis regrettée, comme il l’écrit dans ses mémoires : « Nous avons permis que des renseignements imparfaits soient présentés au Congrès, aux Nations unies et au monde. Cela n’aurait jamais dû se produire69. » Pourtant, le mea culpa rétrospectif de Tenet ne l’exonère pas de son excès de zèle.

55George Tenet, qui avait été conservé à son poste par Bush au moment de la transition politique en janvier 2001 et qui n’avait pas été renvoyé après les attentats du 11 Septembre, ne se sentait-il pas redevable vis-à-vis de George Bush et ne voulait-il pas satisfaire les demandes du Président, quitte à fournir des renseignements erronés ? La CIA ne fut-elle pas instrumentalisée, voire manipulée, par le pouvoir politique ? Ne finit-elle pas par céder aux pressions de l’administration Bush, qui souhaitait cette guerre ? Le rapport du SSCI, en juillet 2004, puis celui de la commission Silberman-Robb, en avril 2005, écartèrent cette interprétation mais cela ne parvint pas à convaincre tout le monde, à commencer par certains agents de la CIA.

56Ainsi, Tyler Drumheller, chef du secteur Europe pendant plusieurs années, affirme que certains agents de la CIA avaient émis de sérieux doutes au sujet de la source Curveball mais que leur point de vue n’avait aucune chance d’être entendu :

  • 70 « The committees that have looked into the way intelligence was handled have said that there was no (...)

« Les commissions qui se sont intéressées à la manière dont le renseignement a été traité ont affirmé que le processus n’avait pas été politisé. Permettez-moi de ne pas être d’accord. La pression belliciste était si écrasante qu’il était pratiquement impossible qu’une opinion différente pût infléchir la direction que nous avions prise70. »

  • 71 Consulter Hersh Seymour, Chain of Command, Londres, Penguin, 2005 (2004), p. 207-224.

57Les voix discordantes au sein de la CIA risquaient d’autant moins d’être entendues que le Pentagone, via son Office of Special Plans (OSP), une officine d’espionnage établie pour les besoins de la cause et qui fonctionna seulement de septembre 2002 à juin 2003, martelait un message bien plus va-t-en-guerre. Selon Seymour Hersh71, l’OSP, qui avait déjà tenté d’établir un lien entre le régime de Saddam Hussein et Al-Qaïda, s’efforçait de prouver que l’Irak avait à sa disposition d’importants stocks d’armes de destruction massive.

  • 72 Conway Patrick, « Red team: How the Neoconservatives Helped Cause the Iraq Intelligence Failure », (...)

58Outre l’OSP, le Center for Weapons Intelligence, Non-Proliferation and Arms Control (WINPAC) de la CIA contribua à forger et à diffuser cette thèse. En septembre 2002, avec un rapport intitulé « Iraq’s Hunt for Aluminium Tubes : Evidence of a Renewed Uranium Enrichment Program », WINPAC effectuait sa première évaluation conséquente visant à démontrer que l’Irak disposait bel et bien de ce type d’armes. Cette étude, qui fut ensuite reprise par les rédacteurs du fameux National Intelligence Estimate (NIE) de septembre 2002, émanait en fait d’une équipe spécifique, une Red Team, au sein de WINPAC. Patrick Conway affirme que, à l’instar de la Team B mise en place pendant la présidence Ford, l’agenda de cette Red Team était avant tout politique72. Il s’agissait, coûte que coûte, de s’assurer que le régime irakien serait renversé, tout comme la Team B s’était efforcée de remplacer la politique de détente par une politique plus dure à l’égard de l’Union soviétique. L’administration Bush, désormais totalement acquise aux vues des néoconservateurs, accueillit avec bonheur ce rapport et écarta les opinions divergentes, avant et après le déclenchement des hostilités en Irak, comme en attestent les mésaventures de Joseph Wilson.

  • 73 « The British government has learned that Saddam Hussein recently sought significant quantities of (...)

59En sa qualité d’ancien ambassadeur des États-Unis au Gabon, Wilson avait été envoyé en mission au Niger avant le déclenchement de la guerre afin de découvrir si l’Irak avait tenté d’y acheter de l’uranium. Il ne découvrit aucune trace d’un tel achat mais ses informations ne furent pas prises en compte. Au contraire, puisque dans son discours sur l’État de l’Union du 28 janvier 2003, le président Bush avait affirmé que les « services de renseignement britanniques avaient appris que Saddam Hussein avait récemment tenté d’acquérir d’importantes quantités d’uranium en Afrique », ajoutant même que les services américains indiquaient qu’il avait essayé « d’acheter des tubes en aluminium très résistant qui conviennent à la fabrication d’armes nucléaires73 ». Après le déclenchement de la guerre, Wilson voulut rétablir la vérité.

  • 74 Wilson Joseph C., « What I Didn’t Find in Africa », The New York Times, 6 juillet 2003.

60Le 6 juillet 2003, dans le New York Times74, il signait un point de vue dans lequel il indiquait qu’aucun lien ne pouvait être établi entre l’Irak et le Niger, ce qui affaiblissait la thèse de l’existence des armes de destruction massive défendue par l’administration Bush. Quelques jours plus tard, une fuite dans la presse révélait l’identité de l’épouse de Wilson, Valerie Plame, et surtout le fait qu’elle était agent de la CIA. Évidemment, ainsi exposée aux yeux du monde, l’espionne avait peu de chance de pouvoir continuer à exercer son métier de manière aussi discrète qu’auparavant. On sait aujourd’hui que cette fuite fut orchestrée par l’équipe du président Bush tout comme on sait aussi que l’Irak ne possédait pas d’armes de destruction massive justifiant l’intervention américaine.

  • 75 « Knowing what I know today, I would have made the same decision », George W. Bush cité par Knowlto (...)
  • 76 « Arguably one of the greatest intelligence failures since the CIA’s inception in 1947 », Russell G (...)

61Peu après le début de cette intervention, le travail des inspecteurs de l’ONU avait repris, sous la direction de David Kay, par l’Iraq Survey Group. Moins d’un an plus tard, en janvier 2004, Kay démissionna, après avoir conclu que l’Irak ne détenait pas d’armes de destruction massive et que donc « tout le monde s’était trompé ». Kay fut remplacé par Charles Duelfer, qui remit en octobre 2004 un rapport de 900 pages confirmant les propos de son prédécesseur. Peu après la remise du rapport Duelfer, Bush déclara : « Sachant ce que je sais aujourd’hui, j’aurais pris la même décision75. » Cette déclaration atteste bien le fait que l’équipe Bush voulait cette guerre à tout prix et que la CIA fut effectivement instrumentalisée à des fins politiques. Mais c’est là une bien maigre consolation pour l’agence, car ce que l’on retient avant tout c’est l’échec majeur que cet épisode a constitué pour le renseignement américain. Selon George L. Russell, ancien agent de la CIA, il s’agit « sans doute de l’un des plus graves échecs du renseignement depuis la création de la CIA en 194776 ». La CIA, qui avait partiellement réussi à redorer son blason au moment de l’intervention américaine en Afghanistan, perdit une bonne partie de son crédit avec l’affaire des illusoires armes de destruction massive en Irak. Pourtant d’autres révélations allaient ternir encore un peu plus la réputation de l’agence.

  • 77 Jehl Douglas et Schmitt Eric, « U.S. Military Says 26 Inmate Deaths May Be Homicide », The New York (...)
  • 78 Jehl Douglas et Johnston David, « CIA Given Free Rein to Move Prisoners », IHT, 7 mars 2005. Consul (...)
  • 79 George W. Bush cité par Fletcher Michael A., « Bush Defends CIA’s Clandestine Prisons », IHT, 8 nov (...)

62Depuis plusieurs mois, la presse multipliait les révélations au sujet d’actes de torture perpétrés par des soldats américains et des agents de la CIA. Le 16 mars 2005, le New York Times révélait ainsi que, depuis 2002, pas moins de 26 prisonniers étaient morts pendant leur détention en Afghanistan ou en Irak77. Cette information n’était pas sujette à caution puisqu’elle provenait d’un rapport établi par le vice-amiral Albert T. Church III. Au début de ce même mois de mars, la presse avait également révélé que l’administration Bush avait autorisé la CIA à multiplier les transferts de prisonniers vers des pays tiers afin qu’ils y soient incarcérés et interrogés78. Grâce au président Bush, cette pratique, communément appelée « rendition » en anglais, s’intensifia car l’agence n’avait plus à demander d’autorisations préalables de la part des autorités judiciaires américaines. Par ailleurs, en avril, les médias américains établissaient que la CIA avait créé un réseau clandestin de prisons dans plusieurs pays, ce que George Bush finit par reconnaître en novembre de la même année, tout en précisant aux journalistes qui l’interrogeaient lors d’un voyage officiel au Panama : « We do not torture79. » Il est vrai que ses services juridiques s’étaient employés depuis 2002 à brouiller les cartes.

  • 80 Cole David, « The Torture Memos: The Case Against the Lawyers », NYRB, 8 octobre 2009, p. 15.
  • 81 « In my judgment, this new paradigm renders obsolete Geneva’s strict limitations on questioning of (...)

63Le 9 janvier 2002, l’Office of Legal Counsel (OLC), organe qui selon David Cole est supposé être la « conscience constitutionnelle80 » du ministère de la Justice, produisait un mémorandum afin de définir les nouvelles règles concernant les interrogatoires des prisonniers. Le rédacteur de ce mémorandum, Alberto Gonzales, prenait acte du fait que la guerre contre le terrorisme constituait un nouveau paradigme et il en concluait : « Selon moi, ce nouveau paradigme frappe d’obsolescence les limites astreignantes imposées par les Conventions de Genève lors des interrogatoires de prisonniers ennemis81. » Non content de s’affranchir de ces conventions, le ministère de la Justice américain, en août de la même année, offrait bientôt une nouvelle définition de l’acte de torture.

  • 82 Le texte de la loi américaine, 18 U.S.C. Section 2340, indique : « An act committed by a person act (...)

64Après avoir constaté que la section 2340 du Code des lois des États-Unis décrivant l’acte de torture82 n’offrait pas de définition précise de la formule « severe physical or mental pain » incluse dans le texte, les rédacteurs d’un nouveau mémorandum en proposaient, après consultation de différents textes de loi, l’interprétation suivante :

  • 83 « These statutes suggest that “severe pain,” as used in Section 2340, must rise to a similarly high (...)

« Ces textes de loi laissent entendre que pour que la torture soit constituée, il faut qu’une “douleur sérieuse”, selon l’expression utilisée à la section 2340, atteigne un niveau semblablement élevé – un niveau que l’on associe communément à un état physique ou à une blessure suffisamment graves telles que la mort, la défaillance d’un organe ou une déficience sérieuse des fonctions du corps83. »

  • 84 « In the absence of prolonged mental harm, no severe mental pain or suffering would have been infli (...)

65Ce document, approuvé par Jay Bybee, alors Assistant Attorney General, était bientôt complété par un nouveau mémorandum à l’attention de la CIA, qui avait demandé au ministère de la Justice si la pratique du « waterboarding », ou simulation de noyade, était légale. Le représentant du ministère de la Justice américain répondit par l’affirmative, car, selon lui, « en l’absence de douleur mentale prolongée, aucune douleur ou souffrance mentale sérieuse n’aurait été infligée et le recours à ce type de procédure ne constituerait pas un acte de torture au sens de la loi84 ». Ainsi, l’administration Bush multipliait les textes afin de légitimer des actes de torture, que seuls ses membres s’évertuaient à ne pas qualifier de cette manière.

  • 85 Le rapport Helgerson est disponible sur le site de la National Security Archive, à l’adresse électr (...)

66John McCain, sénateur républicain et ancien prisonnier de guerre au Vietnam, ne risquait pas de se laisser abuser par les arguties juridiques de Bybee et consorts et il parvint à faire voter, en octobre 2005, le Detainee Treatment Act. En dépit de ses imperfections, cette loi stipulait que désormais les interrogatoires de prisonniers seraient effectués en conformité avec le U.S. Army Field Manual. Même si elle n’a peut-être pas mis un terme à tous les abus, elle a constitué un frein salutaire à des activités dénoncées par la CIA elle-même ! Le 24 août 2009, le ministère de la Justice rendit public un rapport détaillant les méthodes employées par la CIA au cours des nombreux interrogatoires de prisonniers qu’elle effectua après le 11 Septembre. Le contenu de ce rapport, qui indiquait que les techniques utilisées par les interrogateurs de l’agence étaient dans de nombreux cas assimilables à des actes de torture, n’était pas vraiment inédit. Ce qui l’était, c’était son origine. En effet, ce rapport avait été établi en 2004 par l’Inspector General de la CIA lui-même, John Helgerson85. Il fut mis à la disposition du public en 2009 suite à une requête effectuée par l’American Civil Liberties Union (ACLU), dans le cadre du Freedom of Information Act. L’inspecteur général de la CIA avait décidé de mener l’enquête suite aux plaintes et aux craintes exprimées par certains agents.

  • 86 McCoy Alfred W., A Question of Torture: CIA Interrogation, from the Cold War to the War on Terror, (...)

67Ils avaient de bonnes raisons de s’inquiéter car, en avril 2004, la presse avait révélé, photographies à l’appui, les méthodes dégradantes utilisées par l’armée américaine à la prison d’Abu Ghraib en Irak. Le scandale médiatique mena d’ailleurs à des poursuites judiciaires et, le 21 octobre 2004, un premier soldat était condamné à huit années de prison. Sans vouloir exonérer les exécutants de leurs responsabilités individuelles, il ne faudrait pas oublier que la responsabilité incombe tout d’abord à l’administration Bush, qui, selon l’historien Alfred McCoy, fit de la torture « son arme secrète dans la guerre contre la terreur86 ». D’ailleurs, certains membres de cette administration n’en avaient pas vraiment fait mystère.

  • 87 « We’ll have to work sort of the dark side, if you will. We’ve got to spend time in the shadows in (...)
  • 88 « Why are we talking about this in the White House? History will not judge this kindly », John Ashc (...)

68Le 16 septembre 2001, à la télévision, Dick Cheney prévenait : « Il va falloir que l’on travaille un peu dans l’ombre, si vous voulez. Il faut que l’on passe du temps dans les arcanes du monde du renseignement. […] Et, bon, c’est pas compliqué, il est crucial que nous puissions utiliser tous les moyens à notre disposition pour atteindre nos objectifs87. » Les rares voix qui formulèrent des objections ou émirent des doutes au sein de cette administration ne furent pas entendues. Lors d’une réunion où ces questions étaient abordées, John Ashcroft, le très conservateur ministre de la Justice, déclara : « Pourquoi est-ce que l’on parle de cela à la Maison-Blanche ? L’Histoire ne jugera pas cela avec bienveillance88. » Il démissionna en février 2005 et fut remplacé par le très conciliant Alberto Gonzales.

69Ashcroft avait raison, le tribunal de l’Histoire ne sera pas tendre vis-à-vis de l’administration Bush, car elle s’est impunément affranchie d’une longue tradition américaine de respect vis-à-vis des droits des prisonniers, établie notamment pendant la guerre de Sécession avec les « Instructions for the Government of Armies of the United States in the Field ». Plus communément appelées Lieber Code, du nom du juriste et philosophe politique germano-américain Francis Lieber, ces instructions précisaient :

  • 89 « Honorable men, when captured, will abstain from giving to the enemy information concerning their (...)

« En cas de capture, les hommes honorables s’abstiendront de fournir à l’ennemi tout renseignement au sujet de leur propre armée, et les lois modernes de la guerre n’autoriseront plus le recours à la violence contre les prisonniers afin de leur arracher les renseignements souhaités ou de les punir pour avoir fourni des renseignements erronés89. »

  • 90 Jean Améry cité par Todorov Tzvetan, Face à l’extrême, Paris, Le Seuil/Points, 1994 (1991), p. 279.

70Mais avant que le jugement de l’Histoire soit rendu, ce sont les victimes des actes de torture que l’administration Bush a orchestrés qui paient le prix le plus fort car, comme l’a écrit Hans Mayer, alias Jean Améry, torturé pour ses activités dans la Résistance belge et puis déporté à Auschwitz : « Quiconque a subi la torture ne peut plus se sentir chez lui dans le monde. La honte de la destruction est ineffaçable90. »

71Certains des documents précédemment cités, que l’on rassemble collectivement sous le titre de Torture Memos et ont été rédigés en grande partie par John Yoo, Deputy Assistant Attorney General de l’administration Bush, ont été rendus publics par l’administration Obama. Pendant la campagne présidentielle, ce dernier avait en effet promis de restreindre l’usage du secret et de renforcer la transparence. Le 16 avril 2009, il annonçait la publication de ces mémorandums de la manière suivante :

  • 91 « While I believe strongly in transparency and accountability, I also believe that in a dangerous w (...)

« Si je suis convaincu que la transparence est nécessaire et que l’on doit rendre des comptes, je crois également que, dans un monde plein de dangers, les États-Unis doivent parfois mener des opérations de renseignement et préserver des renseignements qui sont protégés pour des raisons de sécurité nationale. Nous avons déjà défendu ce principe devant la justice et nous le ferons à nouveau à l’avenir. Cependant, après en avoir débattu avec le ministre de la Justice, le directeur national du renseignement et d’autres, je pense que ces mémorandums s’inscrivent dans un contexte exceptionnel qui impose qu’ils soient rendus publics91. »

  • 92 « There is a need for transparency and accountability in a mission where most work necessarily rema (...)
  • 93 Stone Geoffrey R., « The Untransparent President », IHT, 28 juin 2011.

72Sans proscrire l’utilisation du secret, Obama promettait néanmoins plus de transparence. De la même manière, en janvier 2009, alors qu’il défendait au Sénat sa candidature au poste de Director of National Intelligence, Dennis Blair déclarait : « Il est nécessaire de faire preuve de transparence et de rendre compte de cette mission dont l’essentiel demeure par définition hors de la sphère publique92. » Malgré ces engagements, le statu quo a dans l’ensemble prévalu, ce qui conduit Geoffrey Stone, professeur de droit et président de l’American Constitution Society à utiliser l’épithète untransparent93 pour décrire le président Obama.

  • 94 « I believe it to be one of the most significant oversight efforts in the history of the United Sta (...)

73À l’instar de l’exécutif, le pouvoir législatif ne fait pas preuve de beaucoup plus de transparence. Ainsi, pendant trois ans, le Senate Select Committee on Intelligence a mené une vaste enquête portant sur les procédures des interrogatoires de prisonniers menés par les agences de renseignement américaines depuis le 11 Septembre mais son rapport de 6 000 pages n’a pas été rendu public. En attendant qu’il le soit, il faut croire sur parole Dianne Feinstein, présidente du SSCI, qui, le 14 décembre 2012, déclarait : « Je crois qu’il s’agit là de l’un des plus considérables efforts de contrôle de l’histoire du Sénat américain et c’est de loin le travail de contrôle le plus important jamais mené par cette commission94. » De toute évidence, la lutte contre le terrorisme n’étant pas achevée, législatif et exécutif s’accordent tacitement pour préserver le statu quo en matière de secret.

Continuité

  • 95 « So I want the American people to understand that we have a clear and focused goal: to disrupt, di (...)

74Quelques semaines après sa prise de fonction, lors de son premier discours majeur de politique étrangère, le président Obama annonçait : « Il faut donc que le peuple américain comprenne que notre objectif est clair et précis : il s’agit de déstabiliser, de démanteler et de défaire al-Qaïda au Pakistan et en Afghanistan95. » Barack Obama n’indiqua pas alors les moyens qu’il souhaitait mettre en œuvre pour remplir cet objectif mais il apparut rapidement que son administration n’entendait pas renoncer aux opérations secrètes. Il les a, au contraire, multipliées et a sollicité, outre la communauté du renseignement, les forces armées pour les mener.

  • 96 À la page 415 du rapport de la 9/11 Commission, on lit en effet : « Recommendation: Lead responsibi (...)
  • 97 Consulter Coll Steve, « Our Secret American Security State », NYRB, 9 février 2012, p. 25-27.

75Lors du déclenchement de l’opération militaire en Afghanistan à la fin du mois de septembre 2001, la CIA avait été aux avant-postes, ce qui avait fortement déplu à Donald Rumsfeld, alors ministre de la Défense. Il s’était ensuite employé à renforcer la capacité des forces spéciales de l’armée américaine regroupées au sein du Joint Special Operations Command (JSOC). Cette unité opérationnelle de la United States Special Operations Command (USSOCOM) est composée d’hommes de la Delta Force de l’armée de terre et de la SEAL Team Six de la marine. L’effort de Rumsfeld fut opportunément soutenu par les membres de la 9/11 Commission qui, dans leur rapport, jugeaient « insatisfaisant » la capacité de la CIA à mener des opérations secrètes et recommandaient qu’elles soient désormais confiées au ministère de la Défense96. Cette recommandation d’une commission parlementaire pouvait sembler étonnante puisque, contrairement aux opérations secrètes menées par la CIA, celles qui sont mises en œuvre par les forces de l’armée ne sont pas directement soumises à l’approbation du Congrès97.

  • 98 Mazzetti Mark, « New Missions, Blurred Roles », IHT, 29 avril 2011. Consulter également Mazzetti Ma (...)

76Le recours aux forces spéciales de l’armée pose cependant une difficulté. Elles ne sont pas supposées intervenir en dehors de champs de bataille précédemment définis, car, en cas de capture, les hommes de ces forces seraient alors considérés comme des espions et ne bénéficieraient pas du traitement accordé aux soldats dans le cadre des Conventions de Genève. Cela conduit donc le gouvernement à recourir aux forces spéciales de l’armée avec mesure. Par ailleurs, le gouvernement américain pouvant théoriquement nier l’existence d’une action menée par la CIA, l’agence conserve un rôle essentiel dans la conduite des opérations secrètes. Cela dit, en septembre 2009, le général David Petraeus, alors commandant en chef des forces armées américaines en Afghanistan, signait une directive secrète de sept pages, la Joint Unconventional Warfare Task Force Executive Order, qui autorisait les forces spéciales de l’armée américaine à « pénétrer, déstabiliser, défaire et détruire98 » les groupes terroristes au Moyen-Orient, en Asie centrale et dans la corne de l’Afrique.

  • 99 Consulter Schmidle Nicholas, « Getting Bin Laden: What Happened that Night in Abbottabad », The New (...)
  • 100 Barack Obama in Bergen Peter L., op. cit., p. 273.

77Le 28 avril 2011, le président Obama annonçait la prochaine nomination de Petraeus à la tête de la CIA, la ligne de partage entre cette agence civile et l’armée américaine s’estompant ainsi de plus en plus. Cette annonce a eu lieu quatre jours avant l’élimination d’Oussama ben Laden dans sa résidence d’Abbottabad au Pakistan, dans la nuit du 30 avril au 1er mai 2011, dans le cadre d’une opération officiellement appelée Operation Neptune Spear mais plus souvent nommée Operation Geronimo, le patronyme du grand chef apache ayant été choisi pour désigner le terroriste saoudien99. Cette opération témoigne du rôle désormais incontournable des forces spéciales de l’armée américaine car elle a été exécutée par les U.S. Navy Seals (United States Navy’s Sea, Air and Land Teams). Néanmoins, lors de l’opération, ces forces spéciales étaient placées sous l’autorité de la CIA, ce qui explique pourquoi, le 20 mai, Barack Obama s’est rendu au quartier général de l’agence à Langley en Virginie et a félicité ainsi les agents : « Le travail que vous avez accompli et la qualité de l’information que vous avez pu fournir ont eu un poids déterminant. Et nous, à Washington, nous avons réussi quelque chose de remarquable. Nous avons su garder le secret100. » Si le secret entourant cette opération a en effet été bien gardé, cela n’a pas toujours été le cas pour d’autres actions menées par la CIA au cours de l’administration Obama.

  • 101 Sanger David E., « Shadow War with Tehran Appears Set to Get Dirtier », IHT, 7 novembre 2011.
  • 102 Sanger David E., « Obama Stepped Up Cyberattacks on Iran », IHT, 2 juin 2012.
  • 103 Shane Scott et Sanger David E., « Drone Crash Exposes U.S. Spying on Iran », IHT, 9 décembre 2012.

78Ainsi, en novembre 2011, le journaliste David Sanger révélait que la communauté du renseignement américaine s’efforçait d’affaiblir le programme nucléaire des Iraniens, en particulier en s’attaquant à leurs réseaux informatiques grâce au virus Stuxnet101. Cette cyberattaque, nommée Operation Olympic Games, a été concoctée à partir de 2007 par la National Security Agency et l’armée israélienne afin de déstabiliser le centre d’enrichissement nucléaire de Natanz en Iran102. Le même journaliste révélait également qu’un an plus tôt, en novembre 2010, à Téhéran, le physicien iranien Majid Shahriari, était tué dans un attentat à la voiture piégée tandis que l’un de ses collègues, Fereydoon Abbasi, réchappait in extremis à un attentat similaire. En novembre 2011, une forte explosion sur un site nucléaire iranien a fait dix-sept morts, dont le général Hassan Tehrani Moghaddan, très impliqué dans le programme de mise au point de missiles. Il semble avéré que c’est la CIA qui a concocté le virus informatique Stuxnet mais le rôle de l’agence américaine n’a pas en revanche été établi pour les attentats précédemment évoqués. Les autorités iraniennes ont accusé le Mossad, les services de renseignement israéliens. Si ces actions en Iran demeurent entourées d’un certain mystère, la surveillance effectuée par les drones américains dans l’espace aérien iranien ne l’est pas. Au début du mois de décembre 2011, un drone de type RQ-170 s’est en effet écrasé sur le sol iranien près de la ville de Kashmar, à quelque deux cents kilomètres de la frontière afghane103.

79Au cours de l’administration Obama, le recours aux drones a été rendu systématique, non seulement pour des missions de surveillance mais aussi pour procéder à l’élimination de terroristes reconnus ou potentiels. Ce faisant, elle poursuivait la politique de l’administration Bush initiée avec l’élimination de Qaed Salim Sinan al-Harethi, l’auteur présumé de l’attentat contre l’U.S.S. Cole dans le golfe d’Aden en 2000. Al-Harethi et les cinq autres passagers d’un véhicule 4 x 4 ont été tués en novembre 2002 par le tir d’un drone tandis qu’ils roulaient dans le désert yéménite. Cette politique a pris de l’ampleur lorsque les autorités pakistanaises, à partir de 2004, ont sollicité l’aide de la CIA dans leur lutte contre les Talibans pakistanais. Le 18 juin, Nek Muhammad Wazir, l’un des chefs de ce mouvement, était tué par le tir d’un drone.

  • 104 « After the killing of Nek Muhammad in Pakistan – carried out just a month after John Helgerson’s r (...)

80Selon Mark Mazzetti, c’est le rapport établi cette même année par John Helgerson à propos des interrogatoires menés par les agents de la CIA qui explique très largement pourquoi l’usage des drones est devenu de plus en plus fréquent. L’on comprit alors que les faits rapportés par Helgerson pouvaient, en cas de procès, être utilisés comme autant de pièces à conviction démontrant que certains interrogateurs avaient pratiqué des actes de torture. Il convenait donc de mettre un terme aux interrogatoires sans, toutefois, abandonner la traque des terroristes. Les drones armés, qui avaient désormais fait leurs preuves, semblaient offrir à la CIA une solution de rechange tout à fait propice : « Après l’élimination de Nek Muhammad au Pakistan – qui eut lieu juste un mois après qu’Helgerson eut achevé son rapport – la CIA commença à percevoir ce qu’allait être son avenir : elle ne serait plus le perpétuel geôlier des ennemis de l’Amérique mais une organisation militaire disposant des moyens de les éradiquer104. » Le président Obama a lui aussi immédiatement épousé cette nouvelle tactique.

  • 105 Becker Jo et Shane Scott, « For Obama, a Personal Role in War with Qaeda: Secret “kill list” overse (...)
  • 106 Chiffre fourni par Océane Zubeldia, Histoire des drones, Paris, Perrin, 2012, p. 130.
  • 107 Voir Cole David, « Killing Our Citizens Without Trial », NYRB, 24 novembre 2011, p. 27-28.
  • 108 Chiffres fournis par le Long War Journal, qui propose sur sa page d’accueil deux séries de document (...)
  • 109 Blair Dennis C., « Drones Alone Are Not The Answer », IHT, 15 août 2011.

81D’ailleurs, il supervise de très près ces opérations puisque les cibles lui seraient préalablement soumises105, notamment par John Brennan, principal conseiller aux affaires de terrorisme à la Maison Blanche avant d’être nommé à la tête de la CIA en février 2013. L’administration Obama, qui a porté en 2012 le budget alloué aux drones à 4,5 milliards de dollars106, en a fait l’arme principale de sa lutte contre les terroristes, n’hésitant pas à l’occasion à éliminer des citoyens américains. Membre dirigeant de la branche d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique, l’iman Anwar al-Awlaki était porteur d’un passeport américain lorsqu’il a été tué par la frappe d’un drone en septembre 2011 au Yémen107. À la date du 30 août 2013, il y avait eu, depuis 2002, 81 frappes au Yémen, provoquant la mort de 389 ennemis et de 84 civils. Au Pakistan, depuis 2004, il y a eu 348 frappes, dont 338 depuis janvier 2008. Ces frappes ont fait 2 555 morts dans les rangs d’Al-Qaïda et parmi les Talibans, auxquels il faut ajouter 153 civils108. Pourtant, même pour Dennis Blair, Director of National Intelligence de 2009 à 2010, le recours aux drones ne constitue pas une panacée car il alimente le ressentiment des pays où ces frappes ont lieu109. Face aux protestations toujours plus nombreuses à propos de l’usage des drones, le président Obama a cru bon de réagir.

  • 110 Obama Barack, « Remarks at the National Defense University », 23 mai 2013.

82Le 23 mai 2013, dans un discours prononcé à la National Defense University, Obama, après avoir jugé les frappes des drones efficaces et légales, s’est interrogé sur leur dimension morale et a proposé de mieux les encadrer sans y renoncer, car le danger terroriste n’a pas disparu110. La disparition de Ben Laden n’a pas en effet éliminé le danger terroriste et Al-Qaïda ainsi que d’autres organisations le démontrent quotidiennement en Afghanistan, en Irak, au Yémen, en Somalie ou encore au Maghreb, malgré la guerre par drones interposés qui leur est faite. Sur le territoire américain, cette menace n’a pas non plus été totalement éradiquée. Le 5 novembre 2009, sur la base de Fort Hood au Texas, Nidal Malik Hassan, psychiatre de l’armée américaine, tuait 13 personnes. Le 25 décembre de la même année, le jeune nigérian Umar Farouk Abdulmutallab, qui voyageait sur un vol Amsterdam-Détroit, tenta en vain de déclencher une bombe au plastic dissimulée dans ses sous-vêtements. À peine un an plus tard, le 1er mai 2010, la police américaine arrêtait Faisal Shahzad, américain d’origine pakistanaise, pour avoir placé au cœur de Times Square à New York un véhicule bourré d’explosifs.

  • 111 Aid Matthew M., Intel Wars: The Secret History of the Fight Against Terror, New York, Bloomsbury Pr (...)
  • 112 « Well, the drone hits in Afghanistan and Iraq, they don’t see children, they don’t see anybody. Th (...)

83Si Nidal Malik Hassan entretenait une correspondance électronique avec Anwar al-Awlaki, iman américano-yéménite alors au Yémen, et si Umar Farouk Abdulmutallab avait reçu une formation au terrorisme dans ce même pays, Faisal Shahzad avait bien toutes les caractéristiques du « loup solitaire » du terrorisme que, selon Matthew Aid, le renseignement américain a tant de mal à appréhender111. Le 21 juin 2010, à un juge d’une cour fédérale de New York qui lui demandait comment l’on osait mettre en danger la vie de personnes innocentes, Shahzad répondait : « C’est que les tirs de drones en Afghanistan et en Irak, ils ne reconnaissent pas les enfants, ils ne reconnaissent personne. Ils tuent les femmes, les enfants, ils tuent tout le monde. C’est une guerre, et dans une guerre, on tue des gens. Ils tuent tous les Musulmans112. » Dzhokhar et Tamerlan Tsarnaev, responsables de l’attentat perpétré lors du marathon de Boston le 15 avril 2013 et qui a fait trois morts, auraient eux aussi agi pour venger les victimes des guerres menées par les États-Unis.

  • 113 Lichtblau Eric et Risen James, « Secret Spying Started Right After 9/11 Attacks », IHT, 19 décembre (...)
  • 114 Consulter Bamford James, « They Know Much More Than You Think », NYRB, vol. 60, n° 13, 15 août 2013 (...)

84Mais le débat autour des conséquences néfastes de l’utilisation des drones a été rapidement occulté, au début du mois de juin 2013, par les révélations de la presse au sujet de la surveillance des conversations téléphoniques et communications électroniques privées effectuée par les agences de renseignement américaines. Sur la base d’informations fournies par Edward Snowden, jeune informaticien américain travaillant pour des sous-traitants de la National Security Agency, le Guardian et le Washington Post ont révélé que cette agence de renseignement recueillait illégalement depuis plusieurs années les données informatiques et électroniques de millions de citoyens américains. Ces révélations confirmaient celles qui avaient été déjà faites en décembre 2005 par le New York Times, qui informait alors ses lecteurs que le président Bush avait signé une directive secrète en 2002 permettant à la National Security Agency (NSA) de procéder à des écoutes sans obtenir préalablement, et conformément à la loi, une autorisation de la part de la Foreign Intelligence Surveillance Court (FISC)113. Cette Cour de justice, qui a été mise en place en 1978 peu après le vote du Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA), a pour mission de fournir les autorisations d’écoutes. Or, depuis le 11 Septembre, l’autorité de cette cour a été régulièrement bafouée par le pouvoir exécutif qui a permis à la NSA de procéder à des écoutes sans son autorisation préalable114. Ironie de l’histoire, Snowden a tout d’abord trouvé refuge à Hong Kong puis en Russie, qui lui a accordé un asile temporaire au cours de l’été 2013. Passablement irrité par le refus des autorités russes d’extrader Snowden, le président Obama a annulé la rencontre qu’il devait avoir avec son homologue, Vladimir Poutine, au mois d’août.

  • 115 Consulter Campbell Duncan, Surveillance électronique planétaire, Paris, Éditions Allia, 2001. Voir (...)
  • 116 Peters Jeremy E., « In Defense of the N.S.A., a Liberal Lioness », IHT, 3 juillet 2013.

85La communauté du renseignement américaine renouait ainsi avec des pratiques qui, au milieu des années 1970, lui avaient attiré les foudres du Congrès et conduit à la mise en place de règles législatives et juridiques plus ou moins contraignantes. À la fin des années 1990, c’est le Parlement européen qui avait diligenté une enquête afin de mieux connaître le réseau Echelon, un système mondial d’interception des communications privées et publiques mis en place par les États-Unis et plusieurs pays anglo-saxons115. Quelque quinze plus tard, certains parlementaires américains ont exprimé leur émotion mais c’est l’apathie qui a prévalu suite aux révélations d’Edward Snowden. Mieux, Dianne Feinstein, présidente du Senate Select Committee on Intelligence (SSCI), a fermement condamné Snowden, l’agent de la NSA qui a fourni à la presse les informations au sujet des programmes de surveillance, car pour elle la menace terroriste justifie pleinement le travail de surveillance des agences116. Aucun doute, les héritiers de Frank Church, qui en son temps avait dénoncé avec vigueur les programmes de surveillance, tel Shamrock, mis en place par la CIA et la NSA, ne siègent pas au SSCI.

86On les trouve plutôt dans la presse ou dans des organismes spécialisés comme la National Security Archive. La communauté du renseignement doit également composer avec des sites tels que WikiLeaks, qui a été lancé en 2006 et dont l’objectif est de mettre à disposition de tous sur la toile des documents confidentiels. Ainsi, en juillet 2010, WikiLeaks a rendu public 79 600 documents à propos de l’engagement américain en Afghanistan et en Irak. En octobre de la même année, ce site créé par Julian Assange récidivait en publiant les Iraq War Logs, qui comprenaient pas moins de 400 000 documents. Le mois suivant, en collaboration avec quelques grands organes de presse, le New York Times, le Guardian, Der Spiegel et Le Monde, WikiLeaks mettait en ligne 251 000 télégrammes diplomatiques américains, provoquant un scandale que l’on a rapidement dénommé le « Cablegate ». Bon nombre de ces documents ont été fournis à WikiLeaks par un soldat américain, Bradley Manning, qui a écopé d’une peine de prison de trente-cinq ans en août 2013 pour avoir violé l’Espionage Act.

  • 117 Rousselin Pierre, « WikiLeaks : la tyrannie de la transparence », Le Figaro, 29 novembre 2010. Disp (...)

87Au début du mois de juin 2013, tandis que se préparait le procès de Manning, la presse annonçait les révélations d’Edward Snowden. Les « fuites » orchestrées par Manning et Snowden ont été immédiatement dénoncées par les autorités américaines et certains commentateurs, aux États-Unis et en France, jugeaient irresponsables les journaux qui avaient relayé ces révélations. Ainsi, le journaliste Pierre Rousselin n’hésitait pas, dans une chronique intitulée « La tyrannie de la transparence », à fustiger les « ayatollahs de la transparence117 ». Il est vrai qu’avec l’avènement de l’ère numérique, la transparence s’est considérablement renforcée mais faut-il pour autant céder à ce que Thomas Blanton, directeur de la National Security Archive, qualifie de « Wikimania » ? Peu après le déclenchement du Cablegate, Blanton, qui témoignait devant une commission du Congrès, précisait les risques d’une telle obsession :

  • 118 « The real danger of Wikimania is that we could revert to Cold War notions of secrecy, to the kind (...)

« Le véritable danger de la Wikimania est que l’on risque d’en revenir aux notions de secret qui prévalaient pendant la guerre froide, de privilégier ce traitement du renseignement, mal canalisé et compartimenté, qui ne nous a pas permis d’anticiper le 11-septembre, de multiplier, au nom de l’Espionage Act, des procédures judiciaires coûteuses pour le contribuable et qui en définitive n’aboutissent pas, de faire pression sur les fournisseurs d’accès à Internet pour que la censure soit renforcée, imitant en cela le modèle chinois du contrôle étatique plutôt que le premier amendement118. »

88En effet, ceux qui assimilent transparence et surveillance semblent oublier que l’URSS s’est précisément écroulée grâce à la Glasnot. C’est la transparence qui fit tomber un système totalitaire fondé sur la surveillance systématique et généralisé des citoyens.

  • 119 Depuis George Tenet, en fonction de 1997 à 2004, les mandats des directeurs de la CIA se sont carac (...)

89Certes, la démission en novembre 2012 de David Petraeus, directeur de la CIA depuis seulement septembre 2011119, semble apporter de l’eau au moulin des pourfendeurs de la transparence. En effet, le général Petraeus a été conduit à la démission après qu’il eut été révélé qu’il avait eu une liaison extra-conjugale avec sa biographe Paula Broadwell. Notons qu’avant de prendre la direction de la CIA, Petraeus avait remplacé à la tête des troupes américaines en Afghanistan, le général Stanley McChrystal, lui aussi victime d’un « excès de transparence ». En effet, en juin 2010, ce dernier a été relevé de son commandement à cause de remarques trop critiques à l’endroit du président Obama et du vice-président Joe Biden dans un entretien accordé au magazine Rolling Stone. McChrystal a tout d’abord été victime de lui-même, ayant probablement fait preuve d’une trop grande franchise lors de son entretien à Rolling Stone, lequel s’est empressé de transformer cela en un scoop, qui lui a été fatal. Quant à Petraeus, il a été la victime d’une opération de surveillance conduite par le FBI. En tout cas, ni McChrystal ni Petraeus n’ont été les victimes d’une transparence politique excessive, car elle ne vise pas l’intimité des citoyens mais s’efforce, au contraire, de contrôler ces agences qui sont susceptibles de la violer et de miner ainsi les règles démocratiques.

  • 120 Chiffres proposés aux pages 261 et 1 de l’ouvrage de Jeffreys-Jones Rhodri, op. cit.
  • 121 Chiffres disponibles sur le site de la Federation of American Scientists, à l’adresse électronique (...)
  • 122 Ces derniers chiffres figurent dans un article de Shane Scott, « Budget Leak Reveals U.S. Spending (...)

90Bien qu’elle ait été un peu ébranlée par certaines dérives au cours de l’administration Bush, la communauté du renseignement américaine y a plutôt bien survécu et sa régénération matérielle se poursuit irrésistiblement. Contrairement à ce qui s’était passé après les scandales révélés au milieu des années 1970, elle a conservé la confiance du Congrès, qui lui accorde avec largesse des budgets tout à fait confortables. Après la guerre froide, le budget alloué au renseignement diminua, passant d’environ 30 milliards de dollars en 1990 à 26,7 milliards en 1996, avant de remonter de manière constante pour atteindre à nouveau les 30 milliards en 2000120. Après le 11 Septembre, son budget a littéralement explosé puisqu’il était de 63,1 milliards de dollars en 2007 et qu’en 2011, il atteignait la somme mirifique de 78,6 milliards121. Cet argent était réparti entre les agences militaires de renseignement et les agences nationales, les premières se partageant 24 des 78,6 milliards et les secondes récoltant la part du lion, c’est-à-dire 54,6 milliards. En 2013, ce budget a diminué avec seulement 52,6 milliards de dollars. La CIA en a récolté quelque 14,7 milliards tandis que la NSA et le NRO devaient se contenter, respectivement, de 10,8 milliards et de 10,3 milliards122. Avant le 11 Septembre, le budget de la CIA ne représentait qu’environ 10 % du budget total alloué aux agences nationales tandis qu’aujourd’hui il avoisine le tiers. Cette montée en puissance de la CIA s’explique en partie par le fait que c’est elle qui gère le coûteux programme des drones. L’ensemble de ces agences compte pas moins de 210 000 agents, dont quelque 25 000 travaillent au sein de la CIA.

  • 123 Consulter l’éditorial de l’IHT, « America Looks the Other Way », 4 mars 2005.

91Depuis 2001, le Congrès n’a pas seulement fait preuve de munificence à l’égard de la communauté du renseignement, il a également montré une grande indulgence pour ses dérives. Ainsi, le Senate Select Committee on Intelligence, lorsqu’il était dirigé de 2003 à 2007 par Pat Roberts, sénateur républicain du Kansas, s’est opposé systématiquement à toute enquête d’envergure visant à faire la lumière sur les mauvais traitements infligés aux prisonniers par la CIA123. La mollesse du contrôle exercé par le Congrès a d’ailleurs été dénoncée, en septembre 2011, dans un court rapport établi par le National Security Preparedness Group du Bipartisan Policy Center (BPC), groupe d’experts fondé en 2007 par Howard Baker, Tom Daschle, Bob Dole et George Mitchell, tous les quatre anciens présidents du Sénat. Dans ce rapport, dirigé par Tom Kean et Lee Hamilton, qui présidèrent la 9/11 Commission, l’on déplore que les recommandations de cette commission n’aient pas toutes été suivies d’effets. Les rédacteurs rappellent notamment que le Congrès lui-même n’a pas appliqué les recommandations de la 9/11 Commission au sujet du contrôle des activités de renseignement et l’invitent à le faire sans plus tarder :

  • 124 « We also recommended that Congress create a Joint Committee for intelligence or create House and S (...)

« Nous avions également recommandé au Congrès de mettre en place une commission mixte de contrôle des activités de renseignement ou d’établir, à la Chambre des Représentants et au Sénat, des commissions disposant de prérogatives en ce qui concerne à la fois la prise des décisions et l’allocation des fonds. […] L’objectif principal de nos recommandations c’est de veiller à ce que le contrôle du financement et des activités de la communauté du renseignement soit crédible, vigoureux et avisé124. »

  • 125 Kibbe Jennifer, « Congressional Oversight of Intelligence: Is the Solution Part of the Problem? », (...)
  • 126 Zegart Amy B., « The Domestic Politics of Irrational Intelligence Oversight », Political Science Qu (...)

92Toutefois, pour une majorité de parlementaires, la mise en œuvre de ces recommandations ne constitue pas une priorité tant que la menace terroriste n’a pas été éradiquée. Pour certains analystes, l’atonie du contrôle parlementaire des activités de renseignement résulte aussi de la fragmentation de ce contrôle, du manque d’informations à la disposition des commissions et de l’esprit partisan qui y prévaut125 ou encore d’une expertise limitée en matière de renseignement et de prérogatives budgétaires insuffisantes126.

  • 127 « The old approach to terrorism was not acceptable any longer. The old approach being you treat it (...)

93Les commissions et le Congrès dans son ensemble ont pleinement accepté la nouvelle orientation de la politique étrangère américaine dont l’alpha et l’oméga est désormais la lutte contre le terrorisme et dont l’un des instruments privilégiés est le renseignement. Avant le 11 Septembre, le terrorisme aux États-Unis avait été traité comme un problème devant recevoir une réponse policière. Après les attentats, ainsi que l’a déclaré Paul Wolfowitz « la vieille approche vis-à-vis du terrorisme n’était plus acceptable. La vieille approche, c’est quand on traite le problème comme un simple problème de police et non comme un problème de sécurité nationale127 ». L’appareil du renseignement américain, mis en place en 1947 pour précisément préserver la sécurité nationale, était tout désigné pour la mise en œuvre de cette réorientation et l’on comprend mieux pourquoi le Congrès lui a lâché la bride.

Notes

1 « Without the Soviet threat, why not just abolish the CIA and let the State Department take over? », Daniel Patrick Moynihan cité par Sciolino Elaine, « Here Comes the Unromantic Part: CIA Longs for a More Open but Duller Identity », IHT, 5 février 1992.

2 « The intelligence community’s new challenge under Bob Gates’ leadership is to move beyond the Cold War to the complex problems of the 21st century. We need a strong intelligence community to consolidate and extend freedom’s gains against totalitarianism. We need intelligence to verify historic arms reduction accords and we need it to suppress terrorism and drug trafficking. And we must have intelligence to thwart anyone who tries to steal our technology or otherwise refuses to play by fair economic rules. And we must have vigorous intelligence capabilities if we’re to stop the proliferation of weapons of mass destruction », George Bush cité dans « Robert Gates Confirmed as CIA Director », Congressional Quarterly Almanac, Washington D.C., Congressional Research Service, 1991, p. 489.

3 Tenet George, At the Center of the Storm: My Years at the CIA, New York, Harper Collins, 2007, p. 118.

4 Consulter « World Trade Center I », chapitre vii de l’ouvrage de Miller John, Stone Michael et Mitchell Chris, The Cell: Inside the 9/11 Plot, and Why the FBI and CIA Failed to Stop it, New York, Hyperion, 2002, p. 94-117.

5 Consulter Lewis Bernard, « License to Kill: Usama bin Ladin’s Declaration of Jihad », Foreign Affairs, novembre/décembre 1998, p. 14-19.

6 Carter Ashton, Deutch John et Zelikow Philip, « Catastrophic Terrorism: Tackling the New Danger », Foreign Affairs, novembre-décembre 1998, p. 80-94.

7 « It sounds like Ronald Reagan in the most exuberant of his “star war” fantasies. It should worry everybody, both Americans and others who do not yearn for new menaces to fight and new targets to destroy », Lewis Flora, « The New Anti-Terrorism », NYRB, 4 février 1999, p. 24.

8 Consulter Naftali Timothy, Blind Spot: The Secret History of American Counterterrorism, New York, Basic Books, 2005, p. 102-103.

9 « We believe the 9/11 attacks revealed four kinds of failure: in imagination, policy, capabilities, and management », The 9/11 Commission Report: Final Report of the National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States, New York, W.W. Norton & Company, 2004, p. 339.

10 Joint Inquiry Into Intelligence Activities Before and After the Terrorist Attacks of September 11, 2001, « Report of the U.S. Senate Select Committee on Intelligence & U.S. House Permanent Select Committee on Intelligence », S. Rept. n° 107-351, H. Rept. n° 107-792, 107th Congress, 2nd Session, Washington D.C., Government Printing Office, décembre 2002.

11 « An organization capable of attracting extraordinarily motivated people but institutionally averse to risk », The 9/11 Commission Report, op. cit., p. 93.

12 Consulter Zegart Amy B., « September 11 and the Adaptation Failure of U.S. Intelligence Agencies », International Security, vol. 29, n° 4, printemps 2005, p. 78-111.

13 « To continue to manage the intelligence community the way it was during the Cold War is the clearest recipe for irrelevance as well as failure », Goodman Allan E., « Intelligence in the Post-Cold War Era », in In from the Cold: Twentieth Century Fund Task Force on the Future of U.S. Intelligence, New York, The Twentieth Century Fund Press, 1996, p. 78.

14 Tenet George, op. cit., p. 109-110.

15 Consulter « A Money Trail? », The 9/11 Commission Report, op. cit., p. 169-173.

16 Weiner Tim, « CIA Is Training Palestinian Forces », IHT, 6 mars 1998.

17 « This new plan called for taking on a quasi-diplomatic role in what was largely a political process, and initially that struck me as inappropriate for someone in my position », Tenet George, op. cit., p. 55.

18 La directive PDD 39, certes tronquée, et de nombreux autres documents officiels sont disponibles sur le site de la National Security Archive : Richelson Jeffrey et Evans Michael L. (dir.), The September 11th Sourceboks, « Volume I: Terrorism and U.S. Policy », Electronic Briefing Book, n° 55, 21 septembre 2001. Cette directive est consultable à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB55/pdd39.pdf].

19 Consulter Benjamin Daniel et Simon Steven, The Age of Sacred Terror, New York, Random House, 2002, p. 230-233.

20 « In our time terrorism is the enemy of peace and freedom. America must not and America will not be driven from the fight against terrorism », Bill Clinton, 30 juin 1996, cité par Naftali Timothy, Blind Spot, op. cit., p. 248.

21 Weiner Tim et Risen James, « Strike on Sudan Plant: A Growing Case of Doubtful Intelligence », IHT, 22 septembre 1998.

22 « Before the embassy bombings, Osama bin Laden was viewed within the administration as a gnat buzzing around a giant elephant’s ear », Michael Sheehan cité par Miller John, Stone Michael et Mitchell Chris, op. cit., p. 215.

23 Document disponible aux pages 199-201 de l’ouvrage de Sifry Micah L. et Cerf Christopher (dir.), The Iraq War Reader: History, Documents, Opinions, New York, Touchstone, 2003.

24 Consulter Le Voguer Gildas, « Le rôle du Congrès dans les relations sino-américaines : de l’affaire Amerasia au rapport Cox », op. cit.

25 Consulter Pillar Paul R., « Terror Warnings Are Not Enough », IHT, 5 juin 2004.

26 « You’re going to spend more time during your four years on terrorism generally and al-Qaeda specifically than any issue », Samuel Berger cité par Benjamin Daniel et Simon Steven, op. cit., p. 328.

27 La National Security Archive a récemment placé sur son site des « CIA Senior Executive Intelligence Briefs (SEIBs) » produits entre juin et septembre 2001 et qui évoquent tous l’imminence d’une attaque d’Al-Qaïda. Consulter Barbara Elias-Sanborn, 19 juin 2012, « The Central Intelligence Agency’s 9/11 File », Electronic Briefing Book n° 55. Documents consultables à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB381/].

28 Document reproduit aux pages 546-547 de l’ouvrage de Strasser Steven (dir.), The 9/11 Investigations, New York, Public Affairs, 2004.

29 Consulter Zegart Amy, « “CNN with Secrets:” 9/11, the CIA, and the Organizational Roots of Failure », International Journal of Intelligence and Counterintelligence, n° 20, 2007, p. 27-28.

30 Consulter Urquhart Brian, « A Matter of Truth », NYRB, 13 mai 2004, p. 11.

31 Graham Bob et Nussbaum Jeff, Intelligence Matters: The CIA, the FBI, Saudi Arabia, and the Failure of America’s War on Terror, New York, Random House, 2004, p. 4-10. Consulter également Zegart Amy, « 9/11 and the FBI: The Organizational Roots of Failure », INS, vol. 22, n° 2, avril 2007, p. 165-184.

32 Consulter Miller John, Stone Michael et Mitchell Chris, op. cit., p. 287-288.

33 « And President Kennedy, as the enormity of the Bay of Pigs came home to him, said to one of the highest officials of his Administration that the wanted “to splinter the CIA in a thousand pieces and scatter it to the winds” », Wicker Tom, « C.I.A.: Maker of Policy or Tool? », The New York Times, 25 avril 1966.

34 « There’s no question that I am in the hall of patriots, and I’ve come to say a couple of things to you. First, thanks for your hard work. You know, George [Tenet] and I have been spending a lot of quality time together. There’s a reason. I’ve got a lot of confidence in him, and I’ve got a lot of confidence in the CIA. And so should America. […] There’s no better institution to be working with than the Central Intelligence Agency, which serves as our ears, and our eyes, all around the world », George W. Bush, « The President Thanks the Agency Workforce for Its Efforts Against Terrorism », 26 septembre 2001, cité dans Studies in Intelligence, n° 11, automne-hiver 2001. Disponible à l’adresse électronique suivante : [https://www.cia.gov/library/center-for-the-study-of-intelligence/csi-publications/csi-studies/studies/fall_winter_2001/index.html].

35 Chiffres proposés par la National Security Archive : Galster Steve, « Afghanistan: The Making of U.S. Policy », 1973-1990, in John Prados et Svetlana Savranskaya (dir.), « Volume II, Afghanistan: Lessons from the Last War », Electronic Briefing Book n° 57, The September 11th Sourceboks. Document consultable à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB57/essay.html].

36 Consulter Woodward Bob, Veil., op. cit., p. 316-318.

37 Yousaf Mohammad et Adkin Mark, Afghanistan, l’ours piégé : histoire secrète du conflit afghan ou la revanche de la CIA, Lorient, Alérion, 1996. Le passage de cet ouvrage est cité au chapitre xiii, intitulé « Quand la CIA, à travers l’ISI, armait les seigneurs de la guerre en Afghanistan », de l’anthologie établie par Denoël Yvonnick, Histoire secrète du xxe siècle : mémoires d’espions de 1945 à 1989, Paris, Nouveau Monde, coll. « Poche », 2012, p. 443.

38 « No American – CIA or otherwise – would be permitted to cross the border into Afghanistan », Coll Steve, Ghost Wars: The Secret History of the CIA, Afghanistan, and Bin Laden, from the Soviet Invasion to September 10, 2001, New York, Penguin, 2004, p. 63.

39 Consulter Bamford James, A Pretext for War: 9/11, Iraq, and the Abuse of America’s Intelligence Agencies, New York, Anchor Books, 2005 (2004), p. 177-182.

40 Consulter Kessler Ronald, The CIA at War: Inside the Secret Campaign Against Terror, New York, St. Martin’s Griffin, 2003, p. 233-234.

41 Consulter Guilloud Florent, « La Special Activities Division : le bras armé de la CIA frappe en Afghanistan », in Éric Denécé (dir.), Guerre secrète contre Al-Qaeda, Paris, Ellipses, 2002, p. 117-130.

42 Consulter Rashid Ahmed, Descent into Chaos: The United States and the Failure of Nation Building in Pakistan, Afghanistan, and Central Asia, New York, Viking, 2008, p. 63.

43 « The gloves are off. The president has given the agency the green light to do whatever is necessary. Lethal operations that were unthinkable pre-Sept. 11 are now under way », cité par Woodward Bob, « “Gloves Are off” as CIA Pursues bin Laden », IHT, 22 octobre 2001. Consulter également Woodward Bob, Bush at War, New York, Simon & Schuster, 2002, p. 101.

44 Woodward Bob, Plan d’attaque, Paris, Denoël, 2004, p. 160.

45 « Intelligence – and how we use it – is our first line of defense against terrorists and the threat posed by hostile states », « The National Security Strategy of the United States », septembre 2002, p. 30. Document disponible à l’adresse électronique suivante : [http://georgewbush-whitehouse.archives.gov/nsc/nss/2002/].

46 « The National Intelligence Strategy of the United States of America », octobre 2005. Document disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.dni.gov/publications/NISOctober2005.pdf] (erreur en 2017).

47 Consulter Le Voguer Gildas, « Congressional Inquiry Into 9/11 : les limites d’une enquête », Sources, n° 14, printemps 2003, p. 115-145.

48 Consulter Herbert Bob, « Keeping the American Public in the Dark », IHT, 14 juin 2002. Consulter également Priest Dana et Eilperin Juliet, « Sept. 11 Probe by Congress Bogs Down », IHT, 15 juin 2002.

49 Consulter Snider L. Britt, « Congressional Oversight of Intelligence After September 11 », in Jennifer E. Sims et Burton Gerber (dir.), Transforming U.S. Intelligence, Washington D.C., Georgetown University, 2005, p. 239-258.

50 Consulter Le Voguer Gildas, « 11 septembre et renseignement : lorsque la société civile s’immisce dans le débat », op. cit.

51 « We made a conscious decision, and part of it was under strong pressure from the families to make the commission as transparent and visible as possible », Tom Kean cité par Rutenberg Jim, « 9/11 Panel is a Little too Open for Some », IHT, 16 avril 2004. Consulter également Kean Thomas H. et Hamilton Lee H., Without Precedent: The Inside Story of the 9/11 Commission, New York, Vintage, 2009, p. 22-30.

52 « At any of our hearings, in fact, even appearing as witnesses, were the survivors in the 9/11 families, the men and women who lost a loved one in the tragedy of 9/11. I want to take a moment and salute them. They gave of their time and their lives. They made a commitment to make certain that those they love did not die in vain », Durbin Dick, National Intelligence Reform Act, Congressional Record, 30 septembre 2004, p. S10023. L’intégralité des débats parlementaires est disponible sur le site de la Federation of American Scientists. Le débat du 30 septembre figure à l’adresse électronique suivante : [http://www.fas.org/irp/congress/2004_cr/s093004.html].

53 « He is a czar, one person. Now, we know not one person can do all those things », Stevens Theodore, ibid., 29 septembre 2004, p. S9891. Disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.fas.org/irp/congress/2004_cr/s092904.html].

54 Byrd Robert, ibid., 1er octobre 2004, p. S10205. Disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.fas.org/irp/congress/2004_cr/s100104.html].

55 Consulter Shenon Philip, « Pentagon Blocking Intelligence Plan », IHT, 27 octobre 2004.

56 Consulter « Congress’s Lame Effort on Intelligence Reform », IHT, 24 novembre 2004. Consulter également Fessenden Helen, « The Limits of Intelligence Reform », Foreign Affairs, novembre-décembre 2005, p. 106-120.

57 Jeffrey Smith cité par Jehl Douglas, « Intelligence Overhaul Has a Long Way To Go », IHT, 9 décembre 2004.

58 Cogan Charles, « Le mal du renseignement américain : coordination à la place de commande », Agir, Revue générale de stratégie, n° 25, « Prévention et renseignement », mars 2006, p. 60-61.

59 Après John Negroponte d’avril 2005 à novembre 2007, ont servi en qualité de DNI John Michael McConnell (février 2007-janvier 2009), Dennis C. Blair (janvier 2009-mai 2010), David C. Gompert (mai 2010-août 2010) et, depuis août 2010, James R. Clapper.

60 « Iraq has to pay a price for what happened yesterday. They bear responsibility », Richard Perle cité par Tenet George, op. cit., p. xix.

61 Consulter Suskind Ron, La guerre selon Bush, Paris, Plon, 2006, p. 35.

62 Le texte de cette lettre est reproduit aux pages 222-224 de l’ouvrage de Sifry Micah L. et Cerf Christopher, op. cit.

63 « For many in the Bush administration, Iraq was unfinished business. They seized on the emotional impact of 9/11 and created a psychological connection between the failure to act decisively against al-Qa‘ida and the danger posed by Iraq’s WMD programs », Tenet George, op. cit., p. 305.

64 « We agree that the Iraqi dictator must not be permitted to threaten America and the world with horrible poisons and diseases and gases and atomic weapons », George W. Bush, 7 octobre 2002. Le texte de cette allocution figure aux pages 85-91 de l’ouvrage de Ehrenberg John, McSherry J. Patrice, Sánchez José Ramón et Marji Sayej Caroleen (dir.), The Iraq Papers, Oxford, Oxford University Press, 2010.

65 Une version déclassifiée de ce National Intelligence Estimate est disponible sur le site de la National Security Archive. Consulter Richelson Jeffrey, « Iraq and Weapons of Mass Destruction », Electronic Briefing Book n° 80, 11 février 2004. Le document est disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB80/wmd14.pdf].

66 Tenet George, op. cit., p. 336-337.

67 « From three Iraqi defectors we know that Iraq, in the late 1990s, had several mobile biological weapons labs. These are designed to produce germ warfare agents, and can be moved from place to place to evade inspectors. Saddam Hussein has not disclosed these facilities. He’s given no evidence that he has destroyed them », George W. Bush, discours sur l’État de l’Union, 28 janvier 2003. Disponible à l’adresse électronique suivante : [http://georgewbush-whitehouse.archives.gov/news/releases/2003/01/20030128-19.html].

68 Woodward Bob, Plan d’attaque, op. cit., p. 268-271.

69 « We allowed flawed intelligence to be presented to Congress, the President, the United Nations, and the world. That never should have happened », Tenet George, op. cit., p. 383.

70 « The committees that have looked into the way intelligence was handled have said that there was no politicization of the process. But I disagree. The overwhelming push toward war made it almost impossible for any dissenting voice to affect the direction in which we were headed », Drumheller Tyler et Monaghan Elaine, On the Brink: An Insider’s Account of How the White House Compromised American Intelligence, New York, Carroll & Graff, 2006, p. 86.

71 Consulter Hersh Seymour, Chain of Command, Londres, Penguin, 2005 (2004), p. 207-224.

72 Conway Patrick, « Red team: How the Neoconservatives Helped Cause the Iraq Intelligence Failure », INS, vol. 27, n° 4, août 2012, p. 488-512.

73 « The British government has learned that Saddam Hussein recently sought significant quantities of uranium from Africa. Our intelligence sources tell us that he has attempted to purchase high-strength aluminum tubes suitable for nuclear weapons production », George W. Bush, discours sur l’État de l’Union, 28 janvier 2003, op. cit.

74 Wilson Joseph C., « What I Didn’t Find in Africa », The New York Times, 6 juillet 2003.

75 « Knowing what I know today, I would have made the same decision », George W. Bush cité par Knowlton Brian, « U.S. Quietly Ends Hunt for Banned Iraqi Arms », IHT, 13 janvier 2005.

76 « Arguably one of the greatest intelligence failures since the CIA’s inception in 1947 », Russell George L., « A Weak Pillar for American National Security: The CIA’s Dismal Performance against WMD Threats », INS, vol. 20, n° 3, septembre 2005, p. 468.

77 Jehl Douglas et Schmitt Eric, « U.S. Military Says 26 Inmate Deaths May Be Homicide », The New York Times, 16 mars 2005.

78 Jehl Douglas et Johnston David, « CIA Given Free Rein to Move Prisoners », IHT, 7 mars 2005. Consulter également le rapport établi par le sénateur Marty Dick pour l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe : La CIA au-dessus des lois ? Détentions secrètes et transferts illégaux de détenus en Europe, Strasbourg, Éditions du Conseil de l’Europe, 2008.

79 George W. Bush cité par Fletcher Michael A., « Bush Defends CIA’s Clandestine Prisons », IHT, 8 novembre 2005.

80 Cole David, « The Torture Memos: The Case Against the Lawyers », NYRB, 8 octobre 2009, p. 15.

81 « In my judgment, this new paradigm renders obsolete Geneva’s strict limitations on questioning of enemy prisoners », Gonzales Alberto, « Legal Memorandum », janvier 2002, in Robert M. Pallitto, Torture and State Violence in the United States: A Short Documentary History, Baltimore, The John Hopkins University Press, 2011, p. 185.

82 Le texte de la loi américaine, 18 U.S.C. Section 2340, indique : « An act committed by a person acting under the color of law specifically intended to inflict severe physical or mental pain or suffering (other than pain or suffering incidental to lawful sanctions) upon another person within his custody or physical control. »

83 « These statutes suggest that “severe pain,” as used in Section 2340, must rise to a similarly high level – the level that would ordinarily be associated with a sufficiently serious physical condition or injury such as death, organ failure, or serious impairment of body functions – in order to constitute torture », Bybee Jay, « Legal Memorandum », août 2002, in Robert M. Pallitto, op. cit., p. 188.

84 « In the absence of prolonged mental harm, no severe mental pain or suffering would have been inflicted, and the use of these procedures would not constitute torture within the meaning of the statute », Bybee Jay, « Legal Memorandum to the CIA », 2002, in ibid., p. 198.

85 Le rapport Helgerson est disponible sur le site de la National Security Archive, à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/torturingdemocracy/documents/20040507.pdf].

86 McCoy Alfred W., A Question of Torture: CIA Interrogation, from the Cold War to the War on Terror, New York, Holt, 2006, p. 108.

87 « We’ll have to work sort of the dark side, if you will. We’ve got to spend time in the shadows in the intelligence world. […] And, uh, so it’s going to be vital for us to use any means at our disposal basically, to achieve our objectives », Dick Cheney cité par Mayer Jane, The Dark Side: The Inside Story of How the War on Terror Turned into a War on American Ideals, New York, Anchor Books, 2009 (2008), p. 9-10.

88 « Why are we talking about this in the White House? History will not judge this kindly », John Ashcroft cité par Danner Mark, « US Torture: Voice from the Black Sites », NYRB, 9 avril 2009, p. 73.

89 « Honorable men, when captured, will abstain from giving to the enemy information concerning their own army, and the modern law of war permits no longer the use of any violence against prisoners in order to extort the desired information or to punish them for having given false information », Lieber Code, cité dans Pallitto Robert M., op. cit., p. 82.

90 Jean Améry cité par Todorov Tzvetan, Face à l’extrême, Paris, Le Seuil/Points, 1994 (1991), p. 279.

91 « While I believe strongly in transparency and accountability, I also believe that in a dangerous world, the United States must sometimes carry out intelligence operations and protect information that is classified for purposes of national security. I have already fought for that principle in court and will do so again in the future. However, after consulting with the Attorney General, the Director of National Intelligence, and others, I believe that exceptional circumstances surround these memos and require their release », « Statement of President Barack Obama on Release of OLC Memos », 16 avril 2009. Disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.whitehouse.gov/the_press_office/Statement-of-President-Barack-Obama-on-Release-of-OLC-Memos].

92 « There is a need for transparency and accountability in a mission where most work necessarily remains hidden from public view », Blair Dennis, in « Nominee Vows New Direction in Intelligence », IHT, 23 janvier 2009.

93 Stone Geoffrey R., « The Untransparent President », IHT, 28 juin 2011.

94 « I believe it to be one of the most significant oversight efforts in the history of the United States Senate, and by far the most important oversight activity ever conducted by this committee », Feinstein Dianne, in « Senate Intelligence Committee Approves Torture Report », The Statesman, 14 décembre 2012. Disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.thestatesman.net/index.php?option=com_content&view=article&id=435069&catid=37] (erreur en 2017).

95 « So I want the American people to understand that we have a clear and focused goal: to disrupt, dismantle and defeat al Qaeda in Pakistan and Afghanistan », Obama Barack, « Remarks of the President on a New Strategy for Afghanistan and Pakistan », 27 mars 2009. Disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.whitehouse.gov/the_press_office/Remarks-by-the-President-on-a-New-Strategy-for-Afghanistan-and-Pakistan].

96 À la page 415 du rapport de la 9/11 Commission, on lit en effet : « Recommendation: Lead responsibility for directing and executing paramilitary operations, whether clandestine or covert, should shift to the Defense Department. There it should be consolidated with the capabilities for training, direction, and execution of such operations already being developed in the Special Operations Command. »

97 Consulter Coll Steve, « Our Secret American Security State », NYRB, 9 février 2012, p. 25-27.

98 Mazzetti Mark, « New Missions, Blurred Roles », IHT, 29 avril 2011. Consulter également Mazzetti Mark, « U.S. Is Said to Expand Use of Covert Action », IHT, 26 mai 2010.

99 Consulter Schmidle Nicholas, « Getting Bin Laden: What Happened that Night in Abbottabad », The New Yorker, 8 août 2011, p. 34-45. Voir également Bergen Peter L., Chasse à l’homme, Paris, Robert Laffont, 2012 et Merchet Jean-Dominique, La mort de Ben Laden, Paris, Éditions Jacob-Duvernet, 2012.

100 Barack Obama in Bergen Peter L., op. cit., p. 273.

101 Sanger David E., « Shadow War with Tehran Appears Set to Get Dirtier », IHT, 7 novembre 2011.

102 Sanger David E., « Obama Stepped Up Cyberattacks on Iran », IHT, 2 juin 2012.

103 Shane Scott et Sanger David E., « Drone Crash Exposes U.S. Spying on Iran », IHT, 9 décembre 2012.

104 « After the killing of Nek Muhammad in Pakistan – carried out just a month after John Helgerson’s report was completed – the CIA began to see its future: not as the long-term jailers of America’s enemies but as a military organization that could erase them », Mazzetti Mark, The Way of the Knife: The CIA, a Secret Army, and a War at the Ends of the Earth, New York, The Penguin Press, 2013.

105 Becker Jo et Shane Scott, « For Obama, a Personal Role in War with Qaeda: Secret “kill list” overseen by president puts his will and principles to the test », IHT, 30 mai 2012.

106 Chiffre fourni par Océane Zubeldia, Histoire des drones, Paris, Perrin, 2012, p. 130.

107 Voir Cole David, « Killing Our Citizens Without Trial », NYRB, 24 novembre 2011, p. 27-28.

108 Chiffres fournis par le Long War Journal, qui propose sur sa page d’accueil deux séries de documents intitulés « The Covert US Air Campaign In Yemen » et « The Covert US Air Campaign in Pakistan », dans lesquels sont régulièrement mis à jour les chiffres des frappes aériennes américaines visant les terroristes d’Al-Qaïda. Consulter le site du Long War Journal, à l’adresse électronique suivante : [http://www.longwarjournal.org/]. Le Long War Journal est une revue en ligne de la Foundation for Defense of Democracies, institution à but non lucratif présidée par James Woolsey, directeur de la CIA de 1993 à 1995. À titre de comparaison, voir les chiffres proposés par le site du Bureau of Investigative Journalism, à l’adresse électronique suivante : [http://www.thebureauinvestigates.com/category/projects/drone-data/] (erreur en 2017).

109 Blair Dennis C., « Drones Alone Are Not The Answer », IHT, 15 août 2011.

110 Obama Barack, « Remarks at the National Defense University », 23 mai 2013.

111 Aid Matthew M., Intel Wars: The Secret History of the Fight Against Terror, New York, Bloomsbury Press, 2012, p. 174.

112 « Well, the drone hits in Afghanistan and Iraq, they don’t see children, they don’t see anybody. They kill women, children, they kill everybody. It’s a war and in war, they kill people. They’re killing all Muslims », Faisal Shahzad in Boyle Michael J., « The Costs and Consequences of Drone Warfare », International Affairs, 89 : 1, 2013, p. 1.

113 Lichtblau Eric et Risen James, « Secret Spying Started Right After 9/11 Attacks », IHT, 19 décembre 2005.

114 Consulter Bamford James, « They Know Much More Than You Think », NYRB, vol. 60, n° 13, 15 août 2013. Consulter également Mort Sébastien, « Surveillance des correspondances privées dans le cyberspace aux États-Unis : un contrôle marqué au sceau du secret », Revue Française d’Études Américaines, n° 123, 1er trimestre 2010, p. 33-53.

115 Consulter Campbell Duncan, Surveillance électronique planétaire, Paris, Éditions Allia, 2001. Voir également Leprévost Frank et Warusfel Bertrand, « Échelon : origines et perspectives d’un débat transnational », Annuaire Français des Relations Internationales, vol. 2, 2001, p. 865-888. Article disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.afri-ct.org/IMG/pdf/warusfel2001.pdf].

116 Peters Jeremy E., « In Defense of the N.S.A., a Liberal Lioness », IHT, 3 juillet 2013.

117 Rousselin Pierre, « WikiLeaks : la tyrannie de la transparence », Le Figaro, 29 novembre 2010. Disponible à l’adresse électronique suivante : [http://blog.lefigaro.fr/geopolitique/2010/11/].

118 « The real danger of Wikimania is that we could revert to Cold War notions of secrecy, to the kind of stovepipes and compartments that left us blind before 9/11, to mounting prosecutions under the Espionage Act that just waste taxpayers’ money and ultimately get dropped, and to censorship pressure on Internet providers that emulates the Chinese model of state control rather than the First Amendment », « Thomas Blanton, Hearing on the Espionage Act and the Legal and Constitutional Implications of Wikileaks », Committee on the Judiciary, U.S. House of Representatives, 16 décembre 2010, p. 4. Témoignage disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/news/20101216/Blanton101216.pdf].

119 Depuis George Tenet, en fonction de 1997 à 2004, les mandats des directeurs de la CIA se sont caractérisés, à l’instar de celui de David Petraeus, par leur brièveté. Ainsi, depuis 2004, pas moins de cinq directeurs se sont succédé à la tête de l’agence : Porter Goss (septembre 2004-avril 2005), Michael Hayden (mai 2006-février 2009), Leon Panetta (février 2009-juin 2011), David Petraeus (septembre 2011-novembre 2012) et Michael J. Morrell (novembre 2012-janvier 2013).

120 Chiffres proposés aux pages 261 et 1 de l’ouvrage de Jeffreys-Jones Rhodri, op. cit.

121 Chiffres disponibles sur le site de la Federation of American Scientists, à l’adresse électronique suivante : [http://www.fas.org/irp/budget/index.html].

122 Ces derniers chiffres figurent dans un article de Shane Scott, « Budget Leak Reveals U.S. Spending on Intelligence », IHT, 31 août 2013.

123 Consulter l’éditorial de l’IHT, « America Looks the Other Way », 4 mars 2005.

124 « We also recommended that Congress create a Joint Committee for intelligence or create House and Senate committees with combined authorizing and appropriating powers. […] The thrust of our recommendations is to ensure that there is credible, robust expert oversight of the intelligence community’s funding and other activities », « Tenth Anniversary Report Card: The Status of the 9/11 Commission Recommendations », National Security Preparedness Group, Bipartisan Policy Center (BPC), septembre 2011, p. 18-19. Rapport disponible à l’adresse électronique suivante : [http://bipartisanpolicy.org/library/report/tenth-anniversary-report-card-status-911-commission-recommendations].

125 Kibbe Jennifer, « Congressional Oversight of Intelligence: Is the Solution Part of the Problem? », INS, vol. 25, n° 1, février 2010, p. 24-49.

126 Zegart Amy B., « The Domestic Politics of Irrational Intelligence Oversight », Political Science Quarterly, vol. 126, n° 1, 2011, p. 1-25.

127 « The old approach to terrorism was not acceptable any longer. The old approach being you treat it as a law enforcement problem rather than a national security problem », Paul Wolfowitz, entretien accordé les 9 et 10 mai 2003 à Sam Tanenhaus du magazine Vanity Fair. Disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.defense.gov/transcripts/transcript.aspx?transcriptid=2594] (erreur en 2017).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search