Version classiqueVersion mobile

Le renseignement américain

 | 
Gildas Le Voguer

Chapitre I. Collecter

Le renseignement à l’heure du réalisme

Texte intégral

  • 1 Pour une brève présentation de la communauté du renseignement américaine, consulter « An Overview o (...)
  • 2 Pincus Walter, « DNI Cites $75 Billion Intelligence Tab », The Washington Post, 17 septembre 2009.
  • 3 Il s’agit de l’Air Force Intelligence, Surveillance and Reconnaissance Agency (AFISRA), de l’Army M (...)
  • 4 Il s’agit du Bureau of Intelligence and Research (INR), de la Coast Guard Intelligence (CGI), de la (...)

1En septembre 2009, alors qu’en la matière le secret s’impose, Dennis Blair, Director of National Intelligence (DNI), a révélé lors d’une intervention publique le montant du budget alloué à la « communauté1 » américaine du renseignement : 75 milliards de dollars2. Parce que la loi fondatrice de 1947, le National Security Act, créait une agence centrale de renseignement et accordait à son directeur le rôle de coordinateur national, c’est vers cette agence, la Central Intelligence Agency (CIA), que les regards se tournent encore le plus souvent lorsque l’on évoque les affaires de renseignement. Pourtant, la nébuleuse constituée par la communauté américaine du renseignement compte pas moins de quinze autres agences. Certaines d’entre elles sont soumises à l’autorité du Department of Defense3 et d’autres4 dépendent de divers ministères. À ces agences, il faut ajouter de nombreuses structures strictement militaires, telle la United States Army Intelligence and Security Command (INSCOM). Cet ensemble d’agences, qui emploie quelque 200 000 agents, a connu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale une croissance vertigineuse.

  • 5 Chiffres proposés par Miller Nathan, Spying for America: The Hidden History of U.S. Intelligence, N (...)

2La montée en puissance de la structure américaine de renseignement fut, cependant, relativement tardive puisqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le bureau à Washington de la Military Intelligence Division (MID), mise en place en 1885, ne comptait que soixante-six agents et que l’effectif de l’Office of Naval Intelligence (ONI), établi en 1882, était tout aussi mince5. Après la Première Guerre mondiale, la menace ayant disparu, le renseignement américain connut une période de déclin, qui s’explique en partie par l’isolationnisme qui caractérisait alors la politique étrangère américaine. À cela il faut ajouter que le moralisme qui imprégnait les cercles du pouvoir conduisit à prendre des décisions lourdes de conséquences pour le renseignement américain.

  • 6 O’Toole G. J. A., Honorable Treachery: A History of U.S. Intelligence, Espionage, and Covert Action (...)

3Herbert O. Yardley, qui avait mis en place pendant la Première Guerre mondiale le service du chiffre militaire américain, était le digne héritier de James Lovell, considéré comme l’un des pères de la cryptanalyse américaine parce qu’il avait réussi, à la veille de la bataille de Yorktown en 1781, à décrypter plusieurs dépêches du général Cornwallis6. L’agence établie par Yardley, la MI-8, c’est-à-dire la section 8 de la MID, était également nommée Cipher Bureau ou American Black Chamber. Mais Yardley n’avait pas les coudées totalement franches et ainsi il dut renoncer à explorer les codes du Vatican parce que son supérieur hiérarchique jugeait une telle activité immorale, ainsi qu’il le rapporte dans ses mémoires, The American Black Chamber, qu’il publia en 1931 :

  • 7 « Yardley, what code do you plan to solve next? »
    « I don’t know, but the Vatican code telegrams rat (...)

« – Yardley, à quel code allez-vous vous attaquer ensuite ?
– Je ne sais pas mais celui que le Vatican utilise pour ses télégrammes m’intrigue. Les analyses préalables que nous avons effectuées démontrent qu’on peut les lire…
Je remarquai alors, à ma grande stupeur, que le visage du directeur était devenu très pâle. Au même moment le chef de service me balança un méchant coup de pied sous la table. La douleur qu’il déclencha n’était pas vraiment nécessaire pour que je me rende compte que le directeur était catholique mais elle me permit de dissimuler mon trouble.
La voix un peu tremblante, je me repris :
– Nos analyses préalables démontrent qu’ils peuvent être lus mais, personnellement, je pense qu’il est immoral de notre part d’explorer les secrets du Vatican. J’espère que vous partagez mon point de vue7. »

  • 8 « Gentlemen do not read each other’s mail », citation de Henry L. Stimson reproduite dans l’introdu (...)

4Plus grave, en octobre 1929, le nouveau secrétaire d’État, Henry L. Stimson, décida de suspendre le financement alloué au Cipher Bureau. Le Département d’État étant le principal bailleur de fonds du Cipher Bureau, cette décision provoqua de fait la fermeture de ce service. Stimson, qui avait précédemment reçu de la part de Yardley des transcriptions de documents secrets, aurait déclaré pour justifier sa décision : « Un vrai gentleman ne lit pas le courrier d’autrui8. » Cette citation témoigne de la méfiance qui entourait alors à Washington les affaires d’espionnage.

  • 9 « I have always regretted that I was not employed by a government, such as the Soviet government, t (...)
  • 10 Rios-Bordes Alexandre, « Le secret d’État à l’épreuve. Herbert O. Yardley et la “chambre noire amér (...)

5Cela conduisit Yardley à écrire : « J’ai toujours regretté de ne pas être au service d’un gouvernement comme celui de l’Union soviétique, qui comprend et pratique l’espionnage d’une manière impitoyable et intelligente9. » Les révélations que Yardley fit dans son livre, notamment à propos des codes secrets japonais, conduisirent les autorités américaines à renforcer la protection des secrets d’État et il est donc vrai que « le secret a cette fois résisté à l’épreuve et, ce faisant, il est redéfini, précisé, étendu10 ». Mais les révélations effectuées par Yardley n’ayant pas eu les suites judiciaires qu’elles auraient immanquablement eues s’il avait travaillé pour un gouvernement comme celui de l’Union soviétique, son expérience n’eut certainement pas d’effet dissuasif majeur pour les futurs candidats à la transparence. En outre, à la fin de de la Seconde Guerre mondiale, les préventions morales d’un Stimson vis-à-vis du secret étaient toujours présentes dans les cercles du pouvoir à Washington.

  • 11 Consulter les pages 27-41 de l’article de Aid Matthew M., « “Stella Polaris” and the Secret Code Ba (...)

6Dans la seconde moitié de l’année 1944, un contact avait été établi entre l’OSS et certains agents des services de renseignement finlandais, ces derniers proposant de fournir à leurs homologues américains les moyens de briser les codes soviétiques11. Parce que l’URSS était alors l’alliée des États-Unis, Edward Stettinius, sous-secrétaire d’État, rejeta cette offre. Pourtant, le 11 décembre 1944, le général William Donovan, qui dirigeait l’OSS, achetait auprès des Finlandais ce matériel cryptographique russe. Piqué au vif par l’excès de zèle de Donovan, Stettinius porta l’affaire devant le président Roosevelt, qui, le 23 décembre 1944, ordonna la restitution des livres de codes aux Russes.

  • 12 « I attach more importance to them as a means of forming a true judgement of public policy in these (...)

7Une telle attitude eût été inconcevable de la part du gouvernement britannique, Winston Churchill déclarant à propos des messages interceptés : « Comme moyen permettant de se former une véritable opinion en matière de politique publique dans ces domaines, j’y attache plus d’importance qu’à aucune autre source de renseignements à la disposition de l’État12. » La réaction de Stettinius démontre qu’en 1944, les dirigeants américains continuaient d’avoir quelques réticences vis-à-vis des pratiques des services de renseignement que, toutefois, les exigences de la guerre froide allaient bientôt balayer.

8Aboli par le président Truman en octobre 1945, l’OSS fut provisoirement remplacé par le Central Intelligence Group (CIG) en janvier 1946 avant la mise en place de la Central Intelligence Agency (CIA) suite au vote du National Security Act en juillet 1947. Cette loi avait trois principaux objectifs : (1) restructurer les forces armées en substituant un Defense Department au War Department, (2) organiser le processus de réflexion et de décision en matière stratégique avec la mise en place du National Security Council (NSC), (3) mettre en place une agence de renseignement centralisée et permanente. En plaçant la création d’une Central Intelligence Agency dans le cadre de cette loi fondamentale, le pouvoir politique institutionnalisait le renseignement et indiquait sans aucune ambiguïté qu’il serait désormais un élément incontournable de la politique étrangère américaine.

9Cette nouvelle situation exigeait un réalisme que la récente déclassification de certains fonds d’archives portant sur les activités d’anciens nazis a pleinement confirmé. Le contenu de ces documents démontre notamment que, dans leur quête de renseignement humain, les services américains étaient prêts à faire flèche de tout bois. Avant de considérer le contenu de ces documents, il convient de se pencher tout d’abord sur le processus qui a conduit à cette déclassification.

Genèse d’une déclassification

  • 13 « Democracies prove this strength by their willingness to let the truth out ; we will never learn f (...)
  • 14 « The largest congressionally mandated, single-subject declassification effort in history », « Fina (...)
  • 15 Garfinkel Steven, « Préface », ibid. p. xi.

10Le 27 juin 2000, lors d’une audition devant une sous-commission de la Chambre des représentants, Elizabeth Holtzman, ancienne élue démocrate de l’État de New York de cette même chambre, déclara : « C’est la volonté de laisser la vérité apparaître qui démontre la force des démocraties ; nous ne tirerons aucune leçon de nos erreurs si nous ne les connaissons pas13. » Ce qui motivait les propos de Holtzman, et d’ailleurs les auditions organisées par cette sous-commission, c’était la déclassification, la veille, par l’Interagency Working Group (IWG), de quelque 400 000 pages de documents relatifs aux activités d’anciens nazis. Il s’agissait de la première étape, selon les termes retenus par les rédacteurs du rapport final de l’IWG, de « la plus grande entreprise de déclassification de l’histoire mandatée par le Congrès à propos d’un sujet unique14 ». Et, en effet, cette entreprise a permis finalement de mettre à la disposition du public environ 8,5 millions de pages de documents. Comme le soulignait le président de l’IWG, Steven Garfinkel, dans la préface du rapport final en avril 2007, cette déclassification était importante à double titre. D’une part, elle rendait accessibles aux chercheurs des millions de pages de documents et, d’autre part, elle constituait une étape significative en matière de transparence15. Cette déclassification était en effet intéressante pour l’éclairage que ces documents apportaient à propos de la communauté du renseignement et aussi pour la valeur intrinsèque du projet lui-même, qui trouve ses origines au milieu des années 1970.

  • 16 Novick Peter, L’Holocauste dans la vie américaine, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histo (...)
  • 17 Ibid., p. 121.
  • 18 Grynberg Anne, « Une mémoire saturée ? », Les Cahiers de la Shoah, vol. 1, n° 6, 2002, p. 135.

11En 1977, trois ans après l’affaire du Watergate et quelques mois après les enquêtes menées par les commissions Church et Pike et la mise en place par le Congrès de commissions permanentes chargées de contrôler l’activité des services de renseignement américains, le contexte politique était plutôt favorable pour lancer un travail d’enquête à propos du destin de certains anciens membres du parti nazi dans les années d’après-guerre, sujet qui demeurait entouré d’un certain mystère et faisait alors l’objet de multiples spéculations. Le moment était également propice parce que, comme l’a bien montré Peter Novick, c’est dans les années 1970 que l’on commença aux États-Unis à prendre vraiment conscience de l’Holocauste et que l’événement prit « une place centrale dans la vie américaine16 ». Au cours des années 1950 et 1960, « la guerre froide [avait] conduit à marginaliser l’Holocauste17 » et le totalitarisme soviétique occupait plus les esprits que le régime nazi et ses crimes. Si le procès d’Adolf Eichmann en 1961 marqua les esprits, ce n’est vraiment que dans les années 1970, ainsi que l’écrit Anne Grynberg dans son compte rendu de l’ouvrage de Novick, que « le discours sur la mémoire de l’Holocauste s’institutionnalis[a]18 » et qu’apparut la volonté de porter un regard rétrospectif sur cette période.

  • 19 Un hommage appuyé est rendu à l’action d’Elizabeth Holtzman par Saidel Rochelle G. au chapitre x de (...)
  • 20 « A report that clearly demonstrated that US Army had employed Barbie as an agent in Germany and ha (...)

12Donc, en 1977, à l’initiative de Joshua Eilberg et d’Elizabeth Holtzman, tous deux membres de la Chambre des représentants, le General Accounting Office (GAO) mit en place une commission d’enquête afin d’examiner les allégations selon lesquelles les autorités américaines, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avaient facilité l’immigration aux États-Unis d’anciens membres du parti nazi, voire de certains criminels de guerre. Cette même année, la publication par le journaliste Howard Blum de Wanted ! The Search for Nazis in America donnait à la question un plus large écho médiatique, qui se confirmait avec, l’année suivante, la diffusion d’une mini-série télévisée de quatre épisodes intitulée Holocaust. En 1978 également, la même Elizabeth Holtzman faisait adopter par le Congrès un amendement à la loi américaine sur l’immigration afin de garantir que l’entrée sur le territoire américain fût interdite à toute personne ayant participé directement ou indirectement aux persécutions nazies. En 1979, toujours à l’initiative de Holtzman19, le Department of Justice créait l’Office of Special Investigations (OSI), unité chargée de traquer les criminels nazis se trouvant éventuellement aux États-Unis. Un an plus tard, l’arrestation de Klaus Barbie en Bolivie puis son extradition vers la France conduisaient Allan Ryan, directeur de l’OSI, à établir « un rapport qui démontrait clairement que l’armée américaine avait utilisé Barbie en qualité d’agent en Allemagne et avait organisé sa fuite du territoire européen20 ». Les conclusions de l’OSI allaient bientôt être confirmées par le GAO.

13En mai 1978, le GAO avait remis un premier rapport, qui était intitulé Widespread Conspiracy to Obstruct Probes of Alleged Nazi War Criminals Not Supported by Available Evidence – Controversy May Continue. Si le titre du rapport du GAO laissait entendre que les autorités américaines ne s’étaient pas opposées de manière systématique aux enquêtes portant sur ce sujet délicat, il indiquait cependant que la question risquait de demeurer sujette à controverse parce que tous les documents susceptibles d’établir la vérité n’avaient pas encore été mis à la disposition du public. C’est pourquoi, en 1982, le GAO lançait une nouvelle enquête. Au cours de l’été 1985, les enquêteurs du GAO remettaient un nouveau rapport intitulé Nazis and Axis Collaborators Were Used to Further U.S. Anti-Communist Objectives in Europe – Some Immigrated to the United States, qui corroborait le travail de l’OSI. Pourtant, pas plus que le précédent, ce nouveau rapport du GAO n’étancha la soif de savoir des uns et des autres, qui voulaient, au contraire, que l’on mît à leur disposition les documents.

  • 21 Rosenthal A. M., « Time to Exhume Files of Nazi War Criminals », The New York Times, article reprod (...)

14Au début des années 1990, le contexte de transparence qui prévalait alors ne pouvait que redonner du souffle à ceux qui s’efforçaient d’avoir accès à ces documents. Quelques années plus tôt, en 1987, suite à l’enquête menée par l’OSI, Kurt Waldheim, ancien secrétaire général des Nations unies avait été placé par l’Attorney General américain sur une liste noire lui interdisant désormais d’entrer sur le territoire des États-Unis. Carolyn Maloney, représentante démocrate de l’État de New York, demanda alors à la CIA de lui transmettre les documents relatifs à l’affaire Waldheim. C’est en partie le refus répété de la CIA de lui donner satisfaction qui conduisit Maloney à déposer en 1994 une proposition de loi, le War Crimes Disclosure Act, visant à autoriser l’accès aux documents relatifs aux criminels de guerre. La loi, soutenue par certains organes de presse21, fut, après avoir été à nouveau présentée à la Chambre des représentants en 1995, enfin adoptée par celle-ci en septembre 1996 et le président Bill Clinton la signa le 19 octobre de cette même année. Le 5 novembre 1997, Mike DeWine, sénateur républicain de l’Ohio, soumit au Sénat une proposition de loi similaire, le Nazi War Crimes Disclosure Act, qui incluait un certain nombre de dispositions permettant sa mise en œuvre. En particulier, cette nouvelle loi créait un Interagency Working Group (IWG) afin de mener à bien les négociations auprès des différentes agences concernées pour l’obtention des documents souhaités.

  • 22 « No Nazi war criminal should be protected by government secrecy rules. This is what happened with (...)
  • 23 « It’s also interesting to note that other countries, like Russia, Argentina, and Lithuania, are op (...)

15Le Nazi War Crimes Disclosure Act présenté par Michael DeWine ne fut vraiment débattu que lors de la séance du 19 juin 1998, Patrick Leahy, sénateur démocrate du Vermont, rappelant alors le rôle joué par l’affaire Waldheim : « Aucun criminel de guerre nazi ne saurait être protégé par les règles du secret de l’administration. C’est ce qui s’est passé dans le cas des documents relatifs à Kurt Waldheim : la CIA a refusé de transmettre à des chercheurs des informations sensibles au sujet de la collaboration de Waldheim avec les Nazis22. » Le 14 juillet de cette même année, cette proposition de loi ainsi qu’une proposition équivalente de la Chambre des représentants furent examinées par une commission de la Chambre. À cette occasion, Carolyn Maloney souligna qu’au-delà de telle ou telle affaire spécifique cette loi devait constituer une étape vers une plus grande transparence : « Il est également intéressant de noter que d’autres pays, comme la Russie, l’Argentine et la Lituanie sont en train d’ouvrir LEURS dossiers relatifs aux crimes de guerre. Nous, le pays aux racines démocratiques, ne devrions pas être le dernier à lever le voile du secret23. » Entendue également par les membres de cette sous-commission, Elizabeth Holtzman jugeait que la posture morale des États-Unis était conditionnée par le vote de cette loi :

  • 24 « With the terrible spectre of war crimes in Bosnia and Rwanda – not to mention the genocide in Cam (...)

« Alors que le spectre des crimes de guerre en Bosnie et au Rwanda – sans parler du génocide au Cambodge – plane toujours au-dessus de nous, comment notre gouvernement peut-il réclamer que justice soit faite dans ces affaires tout en continuant à draper de secret et de silence l’histoire de ses liens avec des criminels de guerre nazis ? Notre capacité à contraindre au plus vite le gouvernement à exposer son linge sale en public accroîtra d’autant l’autorité morale des Américains lorsqu’il s’agira de faire pression sur d’autres nations pour qu’elles rejettent toute tentation génocidaire24. »

  • 25 Le dispositif législatif fut complété en décembre 2000 par le vote du Japanese Imperial Government (...)

16Le Nazi War Crimes Disclosure Act fut finalement adopté par le Sénat en juin 1998 puis par la Chambre des représentants en août, le président Clinton le signant le 8 octobre de cette même année25. Cette loi prévoyait donc la mise en place, pour trois années, d’un Interagency Working Group dont la mission était de localiser, d’identifier, et d’inventorier les rapports établis à propos d’anciens membres du parti nazi. Ensuite, l’IWG devait faire les recommandations nécessaires pour la déclassification de ces rapports puis leur mise à la disposition du public.

  • 26 « Director Tenet and the entire CIA are committed to the thorough and expeditious compliance with t (...)
  • 27 « The CIA has a statutory obligation to protect sources and methods. […] It is for this reason that (...)
  • 28 Racine Jean, Britannicus, acte IV, scène 4. Cette citation de Racine avait été retenue par Vaïsse M (...)

17Comme on l’a vu, à peine deux ans plus tard, en juin 2000, la déclassification d’environ 400 000 pages de documents constituait un motif de satisfaction qu’Elizabeth Holtzman avait exprimé à l’occasion d’auditions organisées par le Subcommittee on Government Management, Information and Technology du House Government Reform Committee. Lors de ces mêmes auditions, Kenneth Levit, conseiller spécial du directeur de la CIA, rappela que George Tenet, alors directeur de la CIA, et l’ensemble de l’agence « se sont engagés à se conformer de manière complète et rapide aux dispositions du Nazi War Crimes Disclosures Act26 ». En dépit de ce vœu pieu, la CIA tarda fréquemment à mettre à la disposition de l’IWG ses documents, arguant qu’elle avait « l’obligation statutaire de protéger ses sources et ses méthodes » et que c’était « pour cette raison qu’elle faisait preuve de la plus grande prudence à émettre ses autorisations de communication de documents27 ». Les manœuvres dilatoires de la CIA, qui gagnèrent en intensité après les attentats du 11 septembre 2001, conduisirent le Congrès à prolonger d’un an, en janvier 2004, puis de deux années, en février 2005, le mandat de l’IWG. Comprenant que le mandat de l’IWG pouvait être indéfiniment prorogé par le Congrès, la CIA se rendit à l’évidence et facilita enfin l’accès aux documents requis. Cela permit à l’IWG de remettre son rapport final en avril 2007 et au directeur de ce groupe de travail d’exprimer sa satisfaction d’une manière qui fait écho au vers de Racine, « il n’est point de secrets que le temps ne révèle28 » :

  • 29 « I hope that those individuals who sit in decision-making positions in the CIA, FBI, NSA, the Depa (...)

« J’espère que les personnes qui occupent des postes de décision à la CIA, au FBI, à la NSA, au Ministère des Affaires étrangères ou à celui de la Défense, dans l’Armée de terre, la Marine, l’Armée de l’air ou ailleurs, admettront, comme le démontre l’expérience de l’IWG, que les secrets d’État, y compris ceux relatifs au renseignement, ont une durée de vie limitée29. »

18Parce que la déclassification opérée sous la houlette de l’IWG constitue une étape majeure de l’histoire de la transparence administrative aux États-Unis, il fallait en retracer la genèse avant d’évoquer le contenu même des documents déclassifiés.

  • 30 Consulter Blanton Tom, « Justice Department Censors Nazi-Hunting History », Electronic Briefing Boo (...)
  • 31 Le rapport tronqué de l’OSI est disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/ (...)
  • 32 Le rapport complet de l’OSI est disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/ (...)

19Toutefois, cet effort de transparence n’était pas partagé par tous les secteurs de l’administration américaine. Ainsi, en 2006, l’Office of Special Investigations (OSI) évoqué plus haut remettait un rapport de quelque six cents pages dans lequel on rendait compte de l’activité de l’OSI depuis sa création en 1979. Le rapport, intitulé « The Office of Special Investigations : Striving for Accountability in the Aftermath of the Holocaust », fut mis sous le boisseau par le Justice Department jusqu’à ce qu’il soit contraint, suite à une action en justice entamée par la National Security Archive30, de le rendre public en mai 2010. Il s’agissait cependant d’une version tronquée31 de larges passages et l’intégralité du rapport n’a finalement été mise à la disposition du public qu’après que d’anciens agents de l’OSI l’ont transmis au New York Times, qui s’est empressé en novembre 2010 de le placer sur son site32.

20Ainsi, l’analyse croisée des documents déclassifiés grâce à l’IWG et du rapport de l’OSI permet de parfaire notre connaissance du renseignement humain américain au début de la guerre froide.

Renseignement et Shoah

  • 33 Breitman Richard, Goda Norman J. W., Naftali Timothy et Wolfe Robert, United States Intelligence an (...)
  • 34 Ces actes ont été traduits en français : Bankier David (dir.), Les services secrets et la Shoah, Pa (...)

21Il faudra des années et une armée de chercheurs pour exploiter les quelque 8,5 millions de pages qui ont été déclassifiées grâce au travail de l’IWG. L’effort a néanmoins été amorcé par l’équipe de chercheurs rattachés à l’IWG et, sous la direction de Richard Breitman, ils ont publié en 2005 les premiers résultats de leurs travaux dans un recueil d’articles intitulé United States Intelligence and the Nazis33. Deux ans plus tôt, du 2 au 4 juin 2003, au Graduate Center de l’université de la ville de New York (CUNY), certains de ces chercheurs et quelques autres collègues s’étaient déjà réunis pour un colloque dont les actes furent publiés en 2006, sous le titre Secret Intelligence and Holocaust34. Les titres respectifs de ces deux ouvrages présentent succinctement les deux principales questions abordées par ces chercheurs, à savoir le problème de l’exploitation des renseignements collectés par les services occidentaux à propos du traitement infligé à la population juive pendant la Seconde Guerre mondiale et, d’autre part, la question des liens que ces services ont pu nouer et entretenir avec d’anciens agents nazis dans l’immédiat après-guerre. Dans un souci chronologique, on abordera tout d’abord le premier problème.

  • 35 Breitman Richard, Secrets officiels : Ce que les nazis planifiaient, ce que les Britanniques et les (...)

22L’historien Richard Breitman s’intéresse à ces questions depuis de nombreuses années puisque, déjà en 1998, il avait publié un ouvrage sur le sujet, en appuyant sa démonstration sur des archives saisies pendant la Seconde Guerre mondiale et qui étaient constituées de messages allemands cryptés35. En avril 1996, environ un million de pages avaient été déclassifiées par la National Security Agency, suite à la demande de mise à disposition formulée par Breitman au nom du Conference Group for Central European History, unité de recherche appartenant à l’American Historical Association. Breitman utilisa également les archives déclassifiées en mai 1997 par le Public Records Office du Royaume-Uni. Dans son livre, Secrets officiels, Breitman affirmait que de nombreux renseignements à propos de l’extermination des Juifs avaient été collectés par les services occidentaux mais qu’ils ne furent pas exploités ou furent jugés peu crédibles.

  • 36 Ibid., p. 113.

23Au sujet des services britanniques, il précisait qu’en septembre 1941, « presque trois mois avant le début des opérations dans le premier camp d’extermination, et plus de quatre mois avant la conférence de Wannsee, le service de renseignements britannique connaissait, pour l’essentiel, les desseins des nazis envers les Juifs dans les territoires soviétiques36 ». Pour Breitman, les services savaient donc beaucoup de choses mais cette information n’était pas suffisamment relayée auprès des autorités et, lorsqu’elle le fut, elle ne trouva pas l’écho qu’elle aurait mérité. Dans ses récents travaux, fort de l’analyse des archives nouvellement déclassifiées, Breitman confirme que, selon lui, le silence a bel et bien prévalu. Ainsi, dans la conclusion de son article pour le colloque de la CUNY, il écrit :

  • 37 Breitman Richard, « Les services de renseignement et la Shoah », in David Bankier (dir.), op. cit., (...)

« Même lorsque l’on examine de près le cas d’individus clés particuliers dont les activités sont bien documentées, nous sommes confrontés à des énigmes. Allen Dulles possédait de bonnes informations sur la Shoah, mais elles occupèrent très peu de place dans les rapports qu’il envoyait de Suisse. Les archives de l’OSS montrent que ses hauts fonctionnaires avaient une vision très large du renseignement, en particulier sur le théâtre européen. Presque tout ce qui concernait l’Allemagne nazie méritait potentiellement d’être examiné, et l’était souvent. Toutefois, l’élimination de millions de Juifs et le système des camps de concentration et d’extermination reçurent relativement peu d’attention. Nous arrivons à la conclusion que ce qui est aujourd’hui considéré comme la caractéristique de l’Allemagne nazie et un élément central de sa guerre ne fut pas reconnu ou considéré comme particulièrement important à l’époque37. »

24Dans cet article et dans le livre collectif mentionné plus haut, Breitman illustre abondamment son propos.

  • 38 « If Hitler remains true to his program of destroying all European Jewry – he will have achieved th (...)
  • 39 J. M. Alvarez del Castillo, cité par Breitman Richard, « Les services de renseignement et la Shoah  (...)
  • 40 Gonzalo Montt Rivas, cité par Breitman Richard, ibid., p. 49.

25Il rapporte ainsi qu’à l’été 1942, Allen Dulles, futur directeur de la CIA alors en poste en Suisse pour l’OSS, avait reçu des renseignements de première main, tels ceux fournis par Eduard Schulte, industriel antinazi installé près d’Auschwitz. Mais ce témoignage ne fut pas jugé fiable. Breitman cite également Joseph Goldschmied, citoyen tchécoslovaque, qui, après avoir trouvé refuge aux États-Unis en juillet 1942, fit un rapport détaillé de 26 pages qu’il confia à l’OSS. Goldschmied le terminait de cette manière : « Si Hitler maintient son programme visant à détruire les Juifs d’Europe, il aura bientôt atteint cet objectif et la population juive de la plupart des pays sera décimée38. » Outre les témoignages oraux ou écrits collectés par l’OSS, les services de renseignement occidentaux interceptèrent diverses dépêches, comme celle, au mois d’août 1941, de J. M. Alvarez del Castillo, ambassadeur mexicain au Portugal. Il y dénonçait les « assassinats de masse d’hommes et de femmes innocents et sans défense, surtout des femmes, en Russie, sous le faux prétexte qu’ils sont coupables de sabotages » et jugeait qu’ils montraient « l’état moral, ou plutôt amoral, du Reich39 ». Au cours de cette année 1941, plusieurs dépêches de Gonzalo Montt Rivas, consul chilien à Prague plutôt favorable aux thèses nazies, furent également interceptées. Dans celle que Rivas adressa à sa hiérarchie en novembre 1941, il écrivait : « J’attire toujours votre attention sur ces questions juives car j’ai l’impression que [les nazis] ont l’intention de se débarrasser des Juifs à tout prix40. » Pour Breitman, ces messages et tous les autres qui portaient sur le même sujet fournirent aux services de renseignement occidentaux suffisamment d’éléments pour connaître la réalité de la Shoah mais la réponse des autorités ne fut pas à la hauteur du problème.

  • 41 Winston Churchill, cité par Breitman Richard, Secrets officiels, op. cit., p. 109.

26Ainsi, Breitman évoque le discours radiodiffusé de Winston Churchill le 17 août 1941, dans lequel le premier ministre britannique dénonçait les dizaines de milliers d’exécutions « perpétrées de sang-froid par les troupes de police allemandes41 » sur le front Est. Breitman rappelle également que le 17 décembre 1942, les onze pays alliés publièrent une déclaration dans laquelle ils disaient que le gouvernement allemand avait l’intention « d’exterminer les Juifs d’Europe » et condamnaient fermement cette politique. Enfin, il indique qu’en janvier 1944, les autorités américaines mirent en place le War Refugee Board afin de protéger les Juifs. Cependant, Breitman juge que ces réponses furent tardives et insuffisantes et que, compte tenu des renseignements dont disposaient les services occidentaux, la réponse occidentale fut timorée.

  • 42 Consulter le chapitre xi, « Bombarder Auschwitz ? », de l’ouvrage de Wieviorka Annette, Auschwitz : (...)
  • 43 Wyman David S., L’abandon des Juifs : les Américains et la solution finale, Paris, Flammarion, 1987 (...)
  • 44 Le compte rendu de cette rencontre figure aux pages 493-494 de l’ouvrage de Karski Jan, Mon témoign (...)

27Ce faisant, Breitman inscrit son travail dans le sillage de celui de l’historien américain David Wyman qui, en 1978, avait publié dans Commentary, magazine fondé en 1945 par l’American Jewish Committee, un article retentissant intitulé « Why Auschwitz Was Never Bombed42 ». En 1984, Wyman reprenait cet article dans un livre intitulé L’abandon des Juifs : Les Américains et la solution finale. Dans l’avant-propos de son livre, il condamnait les autorités américaines et écrivait que « les nazis furent les meurtriers mais nous avons été des complices par trop passifs43 ». Dans son ouvrage, Wyman accusait de passivité le président Franklin Roosevelt, qui avait pourtant entendu le 28 juillet 1943 le témoignage du résistant polonais Jan Kozielewski, alias Jan Karski44, et il blâmait aussi le Département d’État pour son insensibilité. Il y dénonçait l’antisémitisme d’une partie de l’opinion publique américaine et son hostilité à une politique d’accueil de réfugiés.

  • 45 « The Bund report offered the most complete, precise, and chilling picture of Hitler’s exterminatio (...)

28Les éléments recueillis par Breitman dans les archives des services occidentaux viennent renforcer la thèse de Wyman d’une faillite de ces services et des autorités américaines vis-à-vis de la population juive d’Europe. De la même manière, Samantha Power rappelle qu’après son arrivée aux États-Unis en mai 1941, Raphael Lemkin, le juriste polonais d’origine juive qui forgea le mot « génocide » et fit adopter par les Nations unies en 1948 la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, n’avait cessé d’alerter les autorités américaines. La même historienne écrit également qu’en mai 1942, Szmul Sygielbojm, le chef du Bund, l’Union générale des ouvriers juifs, réfugié à Londres, diffusa un rapport du Bund polonais qui donnait « la vision la plus complète, la plus précise et la plus effrayante du scénario d’extermination concocté par Hitler45 ». Un an plus tard, par désespoir, Sygielbojm finit par se suicider,

  • 46 Lanzmann Claude, « “Jan Karski” de Yannick Haenel : un faux roman », Marianne, 23 janvier 2010. L’i (...)

29Toutefois, avant de conclure et afin de ne pas verser dans « l’illusion rétrospective, oublieuse de l’épaisseur, des pesanteurs, de l’illisibilité d’une époque46 », il convient de souligner qu’un certain nombre d’éléments liés pour partie aux circonstances du moment expliquent cette faillite.

  • 47 Rayski Adam, « Que savait-on dans le monde ? », in Stéphane Courtois et Adam Rayski, Qui savait quo (...)

30Tout d’abord, à la décharge des autorités et des services américains, il faut rappeler, comme l’a fait il y a quelques années Adam Rayski, responsable des organisations juives de la MOI [Main-d’œuvre immigrée] et de leur presse de 1940 à 1944, que la prise de conscience fut lente parce que les informations manquaient de précision, qu’elles étaient parfois contradictoires, que les uns et les autres se souvenaient que la Première Guerre mondiale avait donné lieu à certaines exagérations et que « le passé n’offrait pas, enfin, d’exemple de l’extermination programmée de tout un peuple. L’absence de précédent historique – le massacre des Arméniens en 1915 était alors peu connu – a sans nul doute freiné considérablement la compréhension globale du génocide47 ». Cette « absence de précédent historique » explique très largement l’incapacité des contemporains à envisager mentalement le génocide des populations juives, comme en attestent les propos de la journaliste berlinoise Ruth Andreas-Friedrich, qui écrivait ceci dans son journal intime le 2 décembre 1942 :

  • 48 Ruth Andreas-Friedrich citée par Longerich Peter, « Nous ne savions pas » : les Allemands et la Sol (...)

« L’horreur est si impossible à représenter que l’imagination se refuse à la concevoir. Tel contact ne fait que critiquer. Telle torture n’a tout simplement pas eu lieu. Entre le savoir théorique et son application au cas particulier, ce cas particulier dont nous nous soucions, face auquel la peur nous ronge, se creuse un fossé infranchissable. Ce n’est pas Heinrich Mühsam qu’ils ont envoyé dans les chambres à gaz. Il ne peut s’agir d’Anna Lehmann, ni de Margot Rosenthal ou de Peter Tarnowsky obligés de creuser leurs tombes sous les coups de fouet des SS. Et ce n’est assurément pas la petite Evelyne qui était si fière, du haut de ses quatre ans, d’avoir mangé une poire, une fois. Ces rumeurs épouvantables ne peuvent s’appliquer à eux. Nous n’autorisons pas notre capacité de représentation à les relier. Mais pourrions-nous continuer à vivre si nous comprenions vraiment que notre mère, notre frère, notre amie, notre amant ont été torturés à mort au prix de souffrances inimaginables et loin de nous48 ? »

  • 49 William Casey cité par Novick Peter, op. cit., p. 34.

31De la même manière, William Casey, agent de renseignement en poste en Europe pour l’OSS pendant la Seconde Guerre mondiale écrivit ensuite qu’avant l’ouverture des camps « l’ampleur effroyable » des persécutions « n’était pas suffisamment réelle pour se distinguer de la brutalité générale et du carnage qu’est la guerre49 ». Les résistances mentales des individus confrontés à ce génocide s’expliquent aussi parce qu’ils ne disposaient que d’informations fragmentaires.

  • 50 Laqueur Walter, Le terrifiant secret : la « solution finale » et l’information étouffée, Paris, Gal (...)
  • 51 Joseph Goebbels, cité par Longerich Peter, op. cit., p. 399.
  • 52 Courtois Stéphane, « Introduction : Stratégie du secret, stratégie de l’information », in S. Courto (...)
  • 53 Destremau Christian, Ce que savaient les Alliés, Paris, Perrrin, coll. « Tempus », 2009 (2007), p.  (...)
  • 54 Arendt Hannah, Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard/Folio, coll. « Histoire », 2002 (1966), p. 17 (...)

32Le gouvernement nazi s’efforçait en effet de garder le secret autour de la Solution finale, comme le souligna Walter Laqueur50 au début des années 1980. Ainsi, dans un énième « article de guerre pour le peuple allemand » publié dans l’hebdomadaire Das Reich le 26 septembre 1943, Joseph Goebbels, ministre de l’Information et de la Propagande du régime nazi, écrivait : « Le silence est un commandement majeur de la conduite de la guerre. Ceux qui connaissent les secrets de la guerre ne sont que quelques-uns. Ces derniers sont les armes dans la lutte pour la vie de notre peuple, et ne devraient en aucune circonstance être cédés à l’ennemi51. » Depuis Laqueur, de nombreux historiens ont confirmé que les nazis avaient en effet adopté une véritable « stratégie du secret52 », qui gênait passablement le travail des services de renseignement. Récemment, Christian Destremau a écrit que « tout indique que les services alliés disposaient en fait de vues extrêmement parcellaires sur ce qui se passait dans les camps et qu’il était quasiment impossible d’en comprendre la réalité53 ». Ajoutons, comme le signalait déjà en 1966 Hannah Arendt, que le régime nazi brouillait les pistes en employant des noms de code et ainsi, « pour “tuerie” on devait dire “Solution finale”, “évacuation” (Aussiedlung) ou “traitement spécial” (Sonderbehandlung)54 ». Bien que parcellaires ou brouillés, mis bout à bout, les renseignements collectés par les services occidentaux pendant la guerre n’en étaient pas moins suffisamment préoccupants pour justifier une réaction plus énergique de la part des dirigeants occidentaux. Or elle n’eut pas lieu.

  • 55 Breitman Richard, Secrets officiels, op. cit., p. 110.
  • 56 « There was no cover-up. Just a determination to ensure that Britain’s interception and codebreakin (...)
  • 57 Hanyok Robert, « Comment les renseignements Ultra et Magic sur la Shoah furent diffusés aux États-U (...)

33Dans le discours précédemment évoqué du 17 août 1941, le Premier ministre britannique dénonçait les exactions nazies sur le front Est mais n’évoquait pas spécifiquement le sort des populations juives. Selon Richard Breitman, si Churchill agit de la sorte, c’est parce qu’il « voulait certainement préserver le secret des succès des services du chiffre britanniques55 ». Michael Smith, ancien agent de renseignements de l’Army Intelligence Corps de l’armée britannique confirme l’interprétation de Breitman, en précisant qu’« il n’y eut pas de dissimulation. Seulement la volonté de s’assurer que les capacités d’interception et de déchiffrage de la Grande-Bretagne ne soient pas affaiblies en donnant trop de renseignements56 ». Par ailleurs, en ce qui concerne les services de renseignement américains, ce n’est qu’à partir de juillet 1943 qu’ils commencèrent à recevoir les traductions des messages décryptés et, selon Robert Hanyok, « sur les 1 500 synthèses produites […] un très petit nombre contenait des articles sur la Shoah, peut-être environ deux douzaines seulement57 ».

  • 58 Genton Bernard, « “A Sea of Shoes”: La perception de la Shoah aux États-Unis (1941-1945) », Sources(...)
  • 59 Destremau Christian, op. cit., p. 235.

34Outre le petit nombre des documents et la volonté de préserver les outils du chiffre, si les dirigeants politiques n’ont pas prêté toute l’attention nécessaire au génocide des Juifs c’est aussi parce qu’ils « étaient obsédés par la nécessité de vaincre58 » et que donc s’occuper de ce problème aurait constitué une erreur tactique. Christian Destremau va encore plus loin en écrivant que « d’un point de vue militaire, tout ce qui distrayait les nazis de l’effort de guerre ou l’alourdissait sans bénéfice direct servait la cause alliée59 ». D’ailleurs, les représentants juifs eux-mêmes s’en doutaient. Ainsi, Jan Karski, lorsqu’il visita le ghetto de Varsovie en août 1942 fut témoin de cet échange entre ses deux accompagnateurs :

  • 60 Karski Jan, op. cit., p. 421. Outre le ghetto de Varsovie, Karski visita également le camp d’Izbica (...)

« Le sioniste parla le premier :
– Les Allemands ne comprennent que la force et la violence. Il faut bombarder les villes allemandes sans pitié, et à chaque bombardement jeter des tracts informant les Allemands du sort des Juifs polonais…
– Nous savons, ajouta le leader du Bund, qu’il est possible que ce plan ne soit pas accepté, car il n’a pas sa place dans la stratégie militaire des Alliés. Mais ni les Juifs ni ceux qui veulent les aider ne sauraient considérer cette guerre d’un point de vue purement militaire60. »

  • 61 Novick Peter, op. cit., p. 62.

35C’est donc moins l’ignorance des faits que le réalisme tactique des opérations militaires qui expliquerait la réaction pusillanime des dirigeants occidentaux vis-à-vis du génocide. De la même manière, bien que prévenus par la Croix-Rouge que le massacre de Katyn avait été perpétré par le NKVD, ces mêmes dirigeants préférèrent conserver le silence afin de ne pas affaiblir l’alliance avec l’Union soviétique. À leur décharge, il convient de reconnaître que la communauté juive américaine avait elle-même adopté un même réalisme et jugeait que « la seule stratégie de sauvetage efficace était une victoire militaire rapide61 ». Dans l’immédiat après-guerre, c’est également le réalisme qui allait prévaloir, conduisant les services occidentaux à effectuer des recrutements suspects.

Le prix du renseignement humain

  • 62 Consulter Ranelagh John, The Agency: The Rise and Decline of the CIA, New York, Simon & Schuster, 1 (...)

36On le savait depuis longtemps : alors que la Seconde Guerre mondiale n’était pas achevée et que la Grande Alliance prévalait encore, l’OSS avait commencé à collecter des renseignements à propos de l’Union soviétique, n’hésitant pas à l’occasion à utiliser des sources allemandes comme le général Reinhard Gehlen, chef de la Fremde Heere Ost (FHO) depuis avril 1942, c’est-à-dire le service de l’Abwehr en charge de l’espionnage militaire visant l’Union soviétique62. Toutefois, ce n’est que récemment que l’on a commencé à évoquer la question de manière plus ouverte, témoin ce passage des mémoires de l’historien Arthur Schlesinger Jr., qui avait été recruté par l’OSS en 1943 et se trouvait en 1945 en poste à Wiesbaden :

  • 63 « I was especially disturbed when I discovered that Wisner, in his anti-Soviet fixation, was beginn (...)

« Je fus tout particulièrement gêné lorsque je découvris que Wisner, submergé par son obsession anti-soviétique, commençait à utiliser des agents et des sources de renseignement nazis. Certes, j’étais naïf mais je ne goûtais pas l’idée d’espions américains en train de frayer dans la joie et l’allégresse avec des individus comme Reinhard Gehlen, qui jusque récemment avait été le chef du renseignement nazi sur le front russe. Il y avait quelque chose d’esthétiquement déplaisant à imaginer des Américains en train de comploter avec des Nazis, qui récemment nous tuaient, contre des Russes, dont les sacrifices avaient permis la victoire alliée63. »

  • 64 Consulter Thomas Evan, The Very Best Men: Four Who Dared, The Early Years of the CIA, New York, Sim (...)

37Chef de mission de l’OSS en Allemagne depuis son retour de Bucarest en mars 1945, Frank Wisner avait recueilli en Roumanie des renseignements prouvant que les Soviétiques avaient l’intention de contrôler ce pays. En janvier de cette même année, il avait été choqué par la déportation sur ordre de Staline d’hommes et de femmes d’origine allemande résidant en Roumanie64. Il n’en fallait pas plus pour convaincre Wisner qu’un nouveau combat s’amorçait et qu’il était nécessaire de s’y préparer, notamment en recrutant des agents allemands parce qu’ils étaient supposés connaître le mieux la sphère soviétique.

  • 65 Au sujet du Hill Project, lire l’article de Mallett Derek R., « Western Allied Intelligence and the (...)

38La démarche du renseignement américain n’était pas isolée et la plupart des services occidentaux faisaient de même. Ainsi, les services britanniques et canadiens collaborèrent, de juillet 1945 à avril 1946, au Hill Project, qui rassembla pas moins de deux cents prisonniers de guerre allemands dans le Maryland. Parce que le lieu où ils furent regroupés se nommait Fort Hill, ces prisonniers, qui avaient pourtant souvent occupé des postes de haut commandement dans la Wehrmacht, furent bientôt désignés par le terme péjoratif de « hillbillies ». À Fort Hill, dans le cadre de la German Military Document Section (GMDS), ils produisirent plus de 3 600 pages de documentation que les services alliés espéraient utiliser afin de renforcer leurs capacités de renseignement, notamment dans la perspective du conflit est-ouest qui s’annonçait65.

  • 66 Walters Vernon, Services discrets, Paris, Plon, 1979, p. 20-21.

39À quelques encablures de Fort Hill, également dans le Maryland, se trouvait le Military Intelligence Training Center, communément appelé Camp Ritchie ou Fort Ritchie, que Vernon Walters, futur directeur adjoint de la CIA de 1972 à 1975, évoque dans ses mémoires66. C’est à Fort Ritchie que quelque 9 000 jeunes allemands et autrichiens, la plupart d’origine juive, reçurent une formation au renseignement militaire avant d’être renvoyés en mission sur le front européen. Là, les « Ritchie Boys » participaient notamment au travail d’interrogation des prisonniers afin de recueillir des renseignements au sujet du potentiel militaire allemand.

  • 67 Jardin Pierre, « Le renseignement français en Allemagne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (...)
  • 68 Ibid., p. 198.
  • 69 Consulter Aid Matthew M., « “Stella Polaris” and the Secret Code Battle in Postwar Europe », op. ci (...)

40De leur côté, les services français, pour qui « l’Allemagne apparaît alors comme un poste d’observation naturel et privilégié67 » de l’Est, prirent langue avec l’ancien patron de l’Abwehr en Bulgarie ou encore avec le chef d’un réseau implanté à Ankara, ce qui leur permit de « rétablir des contacts avec des agents en place en URSS qui, maintenus opérationnels, [devaient] pouvoir être activés en cas de conflit68 ». De la même manière, en août 1945, ces mêmes services signèrent un accord avec d’anciens agents des services finlandais, alliés de l’Allemagne nazie pendant la guerre. Ces agents, dont l’efficacité était connue, avaient réussi dans le cadre d’une opération dénommée Stella Polaris69 à être évacués vers la Suède, où ils commencèrent à négocier auprès des services occidentaux leurs connaissances des pays de l’Est, leurs archives et leurs réseaux.

  • 70 Une partie de ces documents ont été rassemblés par Ruffner Kevin (dir.), Forging an Intelligence Pa (...)

41La tâche des services américains fut facilitée puisque c’est Gehlen, farouche anticommuniste, qui se mit lui-même à leur disposition, comme en attestent les documents70 récemment déclassifiés par l’Interagency Working Group (IWG). Le 9 avril 1945, Gehlen, dont les rapports pessimistes avaient fini par exaspérer Hitler, était relevé de son commandement par le führer lui-même. Le 23 mai de cette même année, Gehlen se livrait aux Américains. Il le fit délibérément, comme le déclara son adjoint Gerhard Wessel lors d’un interrogatoire :

  • 71 « In the spring of 1944 Gehlen decided that it was essential to take some action toward salvaging t (...)

« Dans le courant du printemps 1944, Gehlen décida qu’il était essentiel d’agir afin de préserver les principaux dossiers et archives du FHO pour le camp occidental. Pour Gehlen et Wessel il était désormais parfaitement évident qu’après la guerre il y aurait deux camps, l’un à l’Est et l’autre à l’Ouest, et qu’il serait vital de s’allier à l’un ou l’autre, toute position de neutralité étant interdite. Gehlen avait déjà établi sa position, qui était de se ranger du côté des Occidentaux71. »

  • 72 « By the middle of July 1945, we had succeeded in reconstituting General Gehlen’s key members and s (...)
  • 73 Krieger Wolfgang, Services secrets : une histoire, des pharaons à la CIA, Paris, CNRS Éditions, 201 (...)

42À peu près au moment où Gehlen proposait ses services aux Américains, le général Eisenhower avait ordonné l’arrestation des criminels de guerre allemands, à l’exception, toutefois, de ceux qui paraissaient susceptibles de fournir des renseignements. Gehlen fut pris en charge par le G-2, service chargé du renseignement au sein de l’armée américaine, et interrogé par le capitaine John R. Boker Jr. Dans un rapport qu’il rédigea quelques années plus tard, Boker écrivait que « vers la mi-juillet 1945, nous avions réussi à identifier les principaux agents et les employés du réseau du général Gehlen ainsi qu’à récupérer tous ses documents importants et nous avions parfaitement conscience de la mine d’or que nous avions découverte72 ». Mais, comme le souligne l’historien Wolfgang Krieger, les Américains demeuraient sceptiques car il était « difficile d’établir jusqu’où allait son engagement nazi73 » et c’est pourquoi, le 21 août de cette même année, Gehlen et un petit nombre d’officiers du FHO étaient envoyés aux États-Unis pour y subir des interrogatoires plus poussés. Les membres de ce groupe, bientôt nommé BOLERO, furent cantonnés à Fort Hunt à Alexandria en Virginie, le centre d’interrogatoires des prisonniers qui avait été créé en 1942 et que d’aucuns appelaient désormais Truman’s Hotel.

  • 74 Consulter « The CIA and the Gehlen Organization Settle into Pullach », chapitre viii de l’ouvrage d (...)
  • 75 « To deliver to American authorities information on Russian military, political, and economic stren (...)

43Environ un an après, en juillet 1946, alors que la situation entre les deux grandes puissances ne cessait de se dégrader, Gehlen et ses officiers étaient de retour en Allemagne dans un camp situé à Pullach à quelques kilomètres de Munich74. Là, en collaboration avec les services américains, ils lancèrent l’opération Rusty dont l’objectif était de « fournir aux autorités américaines des renseignements à propos des forces militaires, politiques et économiques russes, en suivant cet ordre de priorité75 ». Ce triple objectif était complété par un volet scientifique, sous la houlette d’un organisme américano-britannique, le Combined Intelligence Objectives Sub-Committee (CIOS), qui lança plusieurs opérations, dont les missions Alsos, Surgeon et Overcast, respectivement spécialisées dans le recueil de renseignements relatifs au nucléaire, à l’avionique et aux fusées. Ainsi, pas moins de 14 tonnes de documents et de 450 tonnes de matériels liés aux recherches balistiques furent envoyées aux États-Unis.

  • 76 Hunt Linda, L’affaire Paperclip : la récupération des scientifiques Nazis par les Américains 1945-1 (...)
  • 77 Suite à l’enquête menée par l’Office of Special Investigations (OSI), Arthur Rudolph quitta les Éta (...)
  • 78 Ce missile, originellement nommé A4 par les ingénieurs allemands, fut appelé V2 par Josef Goebbels. (...)

44Le projet Overcast, mis en place en juillet 1945 et renommé Paperclip en mai 1946, permit, selon la journaliste Linda Hunt, de récupérer au cours de la guerre froide pas moins de 1 600 scientifiques allemands, qui furent accueillis aux États-Unis76. Parmi les recrues, les plus connues furent certainement les physiciens Wernher von Braun et Arthur Rudolph77, qui avaient travaillé pour l’armée allemande à l’élaboration des fusées V1 et V278. Ces scientifiques allemands avaient tout d’abord effectué leurs recherches à la base de Peenemünde sur la côte Baltique. En 1943, après que des vols de reconnaissance britanniques en eurent déterminé la fonction, la base fut sérieusement endommagée en août par des bombardements de la Royal Air Force. Les scientifiques et techniciens furent alors transférés à proximité du camp de concentration de Dora située en Thuringe. En 1964, avec Dr Strangelove or: How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb, le cinéaste Stanley Kubrick soulignait avec malice l’utilisation de ces scientifiques allemands, le fameux Docteur Folamour étant incarné à l’écran par Peter Sellers.

  • 79 Hunt Linda, op. cit., p. 182-185. Consulter également Khatchadourian Raffi, « Operation Delirium », (...)

45De leur côté, les Soviétiques faisaient main basse sur le matériel allemand et récupéraient aussi scientifiques et techniciens, tel Helmut Goetrupp, qui avait dirigé le programme des fusées allemandes. Serge Korolev, le grand spécialiste soviétique des fusées, s’installa dans la villa préalablement occupée par von Braun. L’un des recrutements les plus controversés effectués par les Américains fut sans doute celui du chimiste Otto Ambros, qui avait travaillé à l’élaboration de gaz létal pour Auschwitz et qui fut condamné à huit ans de prison par le tribunal de Nuremberg. Avec quelques-uns de ses collègues, au U.S. Army Chemical Corps à Edgewood dans le Maryland, il mena dans les années cinquante différentes expérimentations portant sur des gaz paralysants et l’anthrax79.

  • 80 « American intelligence is a rich blind man using the Abwehr as a seeing dog. The only trouble is – (...)
  • 81 « We knew what we were doing. It was a visceral business of using any bastard as long as he was ant (...)
  • 82 « There are few archbishops in espionage. He’s on our side and that’s all that matters. Besides, on (...)

46En 1949, l’opération Rusty fut confiée à la CIA, qui la renomma opération Zipper. La collaboration entre la CIA et Gehlen dura plusieurs années, son réseau étant finalement intégré en 1956 au Bundesnachrichtendienst (BND), le service de renseignement de l’Allemagne fédérale, qu’il dirigea jusqu’en 1968. Le recrutement de Gehlen et de son réseau provoqua une certaine gêne au sein des services américains. Ainsi, le 7 juillet 1948, dans un courrier à son homologue de Karlsruhe, le chef de poste à Munich s’indignait que l’opération Rusty eût permis de protéger des individus dont le passé était loin d’être irréprochable et il notait de manière imagée : « Le renseignement américain se sert de l’Abwehr pour se frayer un chemin, à l’instar d’un riche aveugle qui utilise un chien pour se guider. Le seul problème c’est que la laisse utilisée n’est pas assez tendue80. » D’autres agents, en revanche, jugeaient que la fin justifiait les moyens. Ainsi, Harry Rositzke, spécialiste de l’Union soviétique à la CIA, n’y va pas par quatre chemins : « On savait ce que l’on faisait. Viscéralement, on était prêt à utiliser n’importe quel salopard, pourvu qu’il soit anti-communiste81. » Pour Allen Dulles, futur directeur de la CIA, recruter Gehlen ne posait aucun problème : « On compte peu d’archevêques dans le monde de l’espionnage. Il est de notre côté et c’est tout ce qui compte. Et puis, on n’est pas obligé de l’inviter à son club82. » Les opinions tranchées de Rositzke et de Dulles ne mirent pourtant pas un terme au débat, comme en témoignent les propos, précédemment cités, d’Arthur Schlesinger en 2000 dans son autobiographie. Avec la récente déclassification des archives, le débat a rebondi de plus belle.

  • 83 Richard Breitman, cité par Jauvert Vincent, « Quand l’Amérique recrutait des officiers SS », Le Nou (...)
  • 84 Breitman Richard et Goda Norman J. W., « Conclusion », in Richard Breitman et al., op. cit., p. 45 (...)
  • 85 Le rôle de la CIA dans le recrutement de Von Bolschwing est confirmé aux pages 259-270 du rapport é (...)

47Depuis juin 2000, c’est-à-dire depuis que l’Interagency Working Group (IWG) a entamé le processus de déclassification des archives portant sur les activités d’anciens nazis, la presse, des deux côtés de l’Atlantique, a régulièrement diffusé les révélations faites par ces documents, insistant sur le nombre des individus impliqués et le caractère criminel de leurs actions pendant le conflit mondial. Ainsi, en juillet 2002, le Nouvel Observateur donnait la parole à Richard Breitman qui déclarait : « Il y eut au moins plusieurs dizaines de tortionnaires enrôlés et peut-être plus de cent83. » Deux ans plus tard, dans la conclusion de l’ouvrage collectif susmentionné, Breitman effectuait un distinguo entre les anciens membres de la SS ou de la Gestapo et les véritables criminels de guerre recrutés par la CIA, précisant qu’ils étaient pas moins de trente à figurer dans cette dernière catégorie84. Parmi les principaux criminels de guerre évoqués par les auteurs de ce livre, figurent Leopold von Midelstein, membre du ministère de la Propagande de Goebbels, Otto Albrecht von Bolschwing85, qui joua un rôle de premier plan dans le programme de déportation de la population juive de Bucarest, ou encore Hermann Höffle, qui planifia la déportation des Juifs de Varsovie.

  • 86 Naftali Timothy, « The CIA and Eichmann’s Associates », in Richard Breitman et al., op. cit., p. 3 (...)

48Le nombre et la personnalité des individus recrutés par les services de renseignement américains ont conduit ces mêmes auteurs à poser, rétrospectivement, la question de la moralité d’un tel recrutement. Après avoir qualifié de « pactes faustiens86 » les contacts établis avec ces criminels de guerre, Timothy Naftali précise :

  • 87 « There was no CIA program specifically designed to recruit Nazi war criminals. Nor was there any c (...)

« La CIA ne mit pas en place de programme visant spécifiquement à recruter des criminels de guerre nazis, pas plus qu’elle ne fomenta de conspiration afin de protéger les bourreaux volontaires d’Hitler. Pourtant, tous ces cas illustrent l’atmosphère d’une période au cours de laquelle la précipitation à comprendre le nouvel ennemi conduisit, de manière quelque peu cynique, à faire preuve d’amnésie à propos de l’ennemi d’hier. Surtout, ils nous rappellent brutalement que lorsque les protecteurs d’un pays s’affranchissent des règles morales du peuple qu’ils s’efforcent de protéger, il est rare que cela ait des effets positifs87. »

  • 88 Calvi Fabrizio, Pacte avec le diable : les États-Unis, la Shoah et les nazis, Paris, Albin Michel, (...)

49En France, Fabrizio Calvi va encore plus loin et considère que « l’emploi des criminels de guerre après 1945 » par les services de renseignement américains constitua un « Pacte avec le diable88 ». Bien que son étude s’appuie sur les travaux des historiens de l’IWG, Calvi cède ici, certainement pour mieux convaincre ses lecteurs, à un certain effet de plume. D’ailleurs, il est intéressant de retrouver une expression similaire sous celle de Robert Littell qui, dans son roman-fleuve consacré à la CIA, prête à Frank Wisner les propos suivants :

  • 89 « Let me fill you in on some facts of life – you know who the OSS officer was who negotiated with G (...)

« Permets-moi de t’expliquer un peu les choses de la vie – tu sais qui est l’agent de l’OSS qui a négocié avec Gehlen pour récupérer ses fichus microfilms ? C’est moi Ebby. J’ai négocié avec lui. J’ai ravalé ma fierté, j’ai ravalé ma bile et j’ai ravalé tous les scrupules que toutes les chiffes molles ont mis en avant et j’ai conclu un marché avec un diable afin de mieux combattre un autre diable89. »

  • 90 Dyson Freeman, « Rocket Man », The New York Review of Books (désormais NYRB), vol. 55, n° 1, 17 jan (...)

50Pour faire bonne mesure, notons que l’expression « pacte avec le diable » est également utilisée par le physicien Freeman Dyson afin de qualifier la relation de Wernher von Braun avec la SS90, organisation dont il était membre depuis mai 1940. Le jugement de Calvi n’en pose pas moins problème parce qu’il laisse implicitement entendre qu’en s’associant ainsi avec « le diable », les services américains agirent eux aussi de manière diabolique.

  • 91 Lire Judt Tony, « The “Problem of Evil” in Postwar Europe », NYRB, vol. 55, n° 2, 14 février 2008, (...)
  • 92 Consulter Salter Michael, « The Prosecution of Nazi War Criminals and the OSS: The Need for a New R (...)
  • 93 Hindley Meredith, « The Strategy of Rescue and Relief: The Use of OSS Intelligence by the War Refug (...)

51On peut dénoncer le réalisme, voire le cynisme, du renseignement américain mais, sans vouloir l’absoudre, on peut ne pas souscrire à cette vision conspiratrice. Il convient, en effet, de rejeter ce type d’amalgame, car à voir la présence du malin partout on finirait par être incapable de reconnaître le mal véritable quand il se manifeste91. En recrutant d’anciens tortionnaires nazis, il est indéniable que les services de renseignement américains ont agi de manière coupable, leur effort de recrutement minant le travail de dénazification entamé par ailleurs par l’Office of Mililtary Government, United States (OMGUS), instance chargée, sous la direction du général Lucius D. Clay, des secteurs allemands contrôlés par l’armée américaine. Il faut toutefois noter qu’à la même période, ces mêmes services apportèrent leur contribution au tribunal de Nuremberg dans sa traque des criminels nazis92 et que peu avant ils avaient aussi, à l’occasion, aidé le War Refugee Board à secourir des réfugiés, notamment en Suède93. Ce rappel est nécessaire afin de se prémunir d’une lecture manichéenne du renseignement américain dans l’immédiat après-guerre. S’il convient donc d’éviter toute diabolisation, il faut cependant souligner, qu’à un moment où la guerre froide n’était pas encore vraiment déclenchée, certains agents des services de renseignement américains l’anticipaient déjà sans trop s’embarrasser de considérations morales, soucieux avant tout d’efficacité tactique.

  • 94 Mueller Michael et Schmidt-Eenboom Erich, Histoire des services secrets allemands, Paris, Nouveau M (...)
  • 95 Wolf Markus, L’homme sans visage : mémoires du plus grand maître-espion communiste, Paris, Plon, 19 (...)
  • 96 Consulter Mueller M. et Schmidt-Eenboom E., op. cit., p. 143-155.

52Mais avec le recrutement de Gehlen et consorts, les services américains ne firent pas une très bonne opération. D’une part, ils avaient surestimé la capacité d’espionnage de Gehlen car, déjà pendant la Seconde Guerre mondiale, le FHO manquait « de renseignements fiables en provenance de l’Union soviétique » parce qu’il « n’existait aucun renseignement aérien et aucun réseau d’espionnage en état de fonctionner94 ». Surtout, les Soviétiques détenaient les dossiers de certains anciens nazis appartenant désormais à l’Organisation Gehlen (OG) et, comme le rappelle Markus Wolf, ancien dirigeant des services est-allemands95, ils purent ainsi se livrer à divers chantages et recruter certains d’entre eux. Parmi ces recrues, il y eut en particulier Heinz Felfe qui entra au service de l’OG en 1951 et fut nommé chef du contre-espionnage contre l’Union soviétique en 1958. Les Soviétiques n’eurent pas trop de difficultés à faire chanter cet ancien Sturmführer du Sicherheitsdienst (SD), service de renseignement du IIIe Reich. Il finit par être démasqué en novembre 1961 après avoir aidé le KGB à identifier pas moins de 94 agents de liaison du BND et une centaine d’agents de la CIA96.

53En décembre 1944, ainsi qu’on l’a évoqué plus haut, l’OSS fut contrainte par Stettinius et Roosevelt de restituer aux Soviétiques les livres de codes russes que des agents finlandais leur avaient fournis. Au préalable, cependant, les agents de l’OSS avaient photocopié l’intégralité des documents russes, démontrant ainsi qu’ils n’étaient pas disposés à respecter l’ordre empreint de moralisme de leurs dirigeants politiques. Cette anecdote atteste la propension du renseignement américain à s’affranchir de sa tutelle politique, tendance qui s’accentuera au cours de la guerre froide. En outre, elle démontre que certains agents anticipaient déjà l’antagonisme Est-Ouest à venir. L’ordre de Stettinius et Roosevelt à propos des documents russes pouvait cependant se justifier puisque l’Union soviétique demeurait l’alliée des États-Unis et que la Finlande était une puissance amie de l’Allemagne nazie. Les services de renseignement américains, en revanche, n’étaient pas disposés à s’embarrasser de considérations morales et collectaient donc les renseignements requis, qu’importe leur provenance. De toute évidence, la Seconde Guerre mondiale fut pour les services américains une étape décisive sur le chemin de la maturité et du réalisme.

  • 97 Voir Smith Bradley F., « The American Road to Central Intelligence », INS, vol. 12, n° 1, janvier 1 (...)
  • 98 Alvarez David, Les Espions du Vatican : espionnage et intrigues de Napoléon à la Shoah, Paris, Nouv (...)

54À l’occasion, toutefois, les dirigeants américains surent eux aussi faire preuve de réalisme. Ainsi, en 1945, après avoir été informés par leurs services de renseignement que les Japonais étaient parvenus à briser les codes de la Chine nationaliste, les dirigeants américains acceptèrent de suivre les recommandations de ces services et de ne pas révéler cette information à leur alliée, car cela aurait pu compromettre leurs propres écoutes97. À cette même époque, Washington accepta aussi que le chiffre américain lise et décode les messages du Vatican, ce qui, selon David Alvarez, « marqua une étape essentielle, bien que peut-être inconsciente, dans l’évolution des services secrets américains98 ».

  • 99 Consulter Kauppi Mark V., « Intelligence Assessments of Soviet Motivations: JIS 80 and Kennan’s Lon (...)

55Les dirigeants américains ne faisaient plus la fine bouche, car ils avaient un besoin vital d’informations, surtout à propos de leur principal interlocuteur, l’Union soviétique. Elles étaient notamment fournies par le Joint Intelligence Staff (JIS) du Joint Intelligence Committee (JIC), instance mise en place pendant la guerre qui incluait des représentants des principaux services et fournissait des renseignements aux autorités militaires. En janvier 1945, le JIS établit un rapport, JIC-250, intitulé « Estimate of Soviet Postwar Capabilities and Intentions ». Un an plus tard, en janvier 1946, le rapport JIS-80, « Capabilities and Intentions of the U.S.S.R. in the Post War Period » faisait pas moins de 175 pages. Ces renseignements venaient compléter les analyses proposées par le diplomate George Frost Kennan, en février 1946, dans son fameux Long Telegram99. De toute évidence, ce besoin de renseignements des autorités à propos de l’URSS favorisa la mise en place d’une structure permanente de renseignement, qui se concrétisa avec l’adoption en 1947 du National Security Act puis du Central Intelligence Agency Act en 1949.

56Avec cette dernière loi, les parlementaires américains cautionnaient le réalisme des services de renseignement, qui les conduisait à recruter des personnages éventuellement suspects. En effet, la section 8 de cette loi indiquait :

  • 100 « Whenever the Director, the Attorney General, and the Commissioner of Immigration shall determine (...)

« Lorsque le directeur [de la CIA], le ministre de la Justice et le commissaire des services de l’immigration estimeront que l’entrée et le séjour permanent d’un ressortissant étranger particulier sur le territoire des États-Unis sont dans l’intérêt de la sécurité nationale ou indispensables à la poursuite de la mission nationale de renseignement, on accordera à un tel ressortissant et à sa proche famille l’entrée et le statut de résidents permanents aux États-Unis sans tenir compte de leur éventuelle inadmissibilité au regard des statuts régissant l’immigration ou de tout autre loi ou règlement, ou de leur incapacité à se soumettre aux lois et règlements déterminant l’admissibilité100. »

  • 101 Texte de loi cité et traduit par Ouzan Françoise, Ces Juifs dont l’Amérique ne voulait pas, 1945-19 (...)

57Cette clause permettait de contourner d’autres dispositions législatives, telle la section 13 du Displaced Persons Act de 1948, qui précisait : « Aucun visa ne sera délivré conformément aux clauses de cette loi à toute personne ayant été membre de tout mouvement qui est, ou a été, hostile aux États-Unis ou à sa forme de gouvernement, ou ayant participé à tout mouvement de ce type101. » Cette disposition, qui interdisait d’accorder à d’anciens nazis le statut de réfugiés, risquait de priver les services de renseignement de sources d’information qu’ils jugeaient précieuses dans la lutte désormais engagée contre l’Union soviétique et c’est pourquoi l’on s’efforça de la contourner avec la section 8 du Central Intelligence Agency Act.

  • 102 À la page 314 de son roman, Les Sentinelles, Paris, Grasset/Le Livre de Poche, 2009, dans lequel il (...)

58En essayant ainsi de concilier des exigences contradictoires, se prémunir contre les ennemis d’aujourd’hui au risque de racheter ceux d’hier, les parlementaires américains se livraient à un délicat jeu d’équilibristes102. Mais on s’accommoda assez aisément de cette contradiction car, en 1949, l’atmosphère politique avait profondément changé et, avec la formulation de la Doctrine de Truman en janvier puis la création de l’OTAN en avril, la guerre froide était bien enclenchée.

59Sur le terrain intérieur, une ère de soupçon s’installait. Bientôt, la chasse aux espions battit son plein avec l’arrestation en mars de Judith Coplon aux États-Unis et celle de Klaus Fuchs en Grande-Bretagne en février 1950.

Notes

1 Pour une brève présentation de la communauté du renseignement américaine, consulter « An Overview of the United States Intelligence Community for the 11th Congress », document disponible sur le site du Director of National Intelligence, à l’adresse électronique suivante : [http://www.dni.gov/overview.pdf].

2 Pincus Walter, « DNI Cites $75 Billion Intelligence Tab », The Washington Post, 17 septembre 2009.

3 Il s’agit de l’Air Force Intelligence, Surveillance and Reconnaissance Agency (AFISRA), de l’Army Military Intelligence (G-2), de la Defense Intelligence Agency (DIA), du Marine Corps Intelligence Activity (MCIA), de la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA), du National Reconnaissance Office (NRO), de la National Security Agency (NSA) et de l’Office of Naval Intelligence (ONI).

4 Il s’agit du Bureau of Intelligence and Research (INR), de la Coast Guard Intelligence (CGI), de la Drug Enforcement Agency (DEA), du Federal Bureau of Investigation (FBI), de l’Office of Intelligence and Analysis (I&A), de l’Office of Intelligence and Counterintelligence (OCI) et de l’Office of Terrorism and Financial Intelligence (TFI).

5 Chiffres proposés par Miller Nathan, Spying for America: The Hidden History of U.S. Intelligence, New York, Dell, 1989, p. 261.

6 O’Toole G. J. A., Honorable Treachery: A History of U.S. Intelligence, Espionage, and Covert Action from the American Revolution to the CIA, New York, The Atlantic Monthly Press, 1991, p. 62-63.

7 « Yardley, what code do you plan to solve next? »
« I don’t know, but the Vatican code telegrams rather intrigue me. Our preliminary analysis shows that they can be read… »
I noticed with amazement that the Director’s face went very white. At the same moment the executive officer gave me a vicious kick under the table. It scarcely needed the injury to my skins to make me realize that the Director was a Catholic, but it gave me an opportunity to cover up my confusion.
My voice was a bit tremulous, but I began again:
« Our preliminary analysis shows that they can be read, but I personally feel that it is unethical for us to inquire into the Vatican secrets. I hope you concur with my view », Yardley Herbert O., The American Black Chamber, New York, Ballantine Books, 1981 (1931), p. 223.

8 « Gentlemen do not read each other’s mail », citation de Henry L. Stimson reproduite dans l’introduction que David Kahn écrivit pour la réédition en1981de l’ouvrage de Yardley Herbert O., ibid., p. xii.

9 « I have always regretted that I was not employed by a government, such as the Soviet government, that understood and practised espionage in the same ruthless and intelligent manner », ibid., p. 161.

10 Rios-Bordes Alexandre, « Le secret d’État à l’épreuve. Herbert O. Yardley et la “chambre noire américaine” », Genèses, n° 68, septembre 2007, p. 111.

11 Consulter les pages 27-41 de l’article de Aid Matthew M., « “Stella Polaris” and the Secret Code Battle in Postwar Europe », INS, vol. 17, n° 3, automne 2002.

12 « I attach more importance to them as a means of forming a true judgement of public policy in these spheres than to any other source of knowledge at the disposal of the state », Winston Churchill, cité par Madeira Victor, « “Because I Don’t Trust Him, We Are Friends”: Signals Intelligence and the Reluctant Anglo-Soviet Embrace, 1917-24 », INS, vol. 19, n° 1, printemps 2004, p. 36.

13 « Democracies prove this strength by their willingness to let the truth out ; we will never learn from our mistakes if we don’t know what they are », « Testimony of The Honorable Elizabeth Holtzman », United States Congress, House of Representatives, « Hearing on Government Compliance with the Nazi War Crimes Disclosure Act », House Government Reform Committee, Subcommittee on Government Management, Information and Technology, 27 juin 2000, p. 1. Disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.fas.org/sgp/congress/2000/holtzman.html].

14 « The largest congressionally mandated, single-subject declassification effort in history », « Final Report of the Nazi War Crimes and Japanese Imperial Government Records Interagency Working Group, Introduction », avril 2007, p. 1. Disponible sur le site de la U.S. National Archives and Records Administration (NARA), à l’adresse électronique suivante : [http://www.archive.gov/iwg/reports/final-report-2007.pdf].

15 Garfinkel Steven, « Préface », ibid. p. xi.

16 Novick Peter, L’Holocauste dans la vie américaine, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 2001 (1999), p. 112.

17 Ibid., p. 121.

18 Grynberg Anne, « Une mémoire saturée ? », Les Cahiers de la Shoah, vol. 1, n° 6, 2002, p. 135.

19 Un hommage appuyé est rendu à l’action d’Elizabeth Holtzman par Saidel Rochelle G. au chapitre x de son ouvrage, The Outraged Conscience: Seekers of Justice for Nazi War Criminals in America, Albany, State University of New York Press, 1984. Ce chapitre est intitulé « Elizabeth Holtzman Forces the Issue in Congress ».

20 « A report that clearly demonstrated that US Army had employed Barbie as an agent in Germany and had sponsored his escape from Europe », Ruffner Kevin C., « CIA’s Support to the Nazi War Criminal Investigations », Studies in Intelligence, vol. 1, n° 1, 1997, p. 4. Cet article, qui reconstitue la trame de ces enquêtes, est disponible sur le site du Center for the Study of Intelligence de la CIA, à l’adresse électronique suivante : [https://www.cia.gov/library/center-for-the-study-of-intelligence/kent-csi/docs/v40i5a12p.htm].

21 Rosenthal A. M., « Time to Exhume Files of Nazi War Criminals », The New York Times, article reproduit dans l’édition du 26 juin 1996 de l’IHT.

22 « No Nazi war criminal should be protected by government secrecy rules. This is what happened with government records pertaining to Kurt Waldheim: the Central Intelligence Agency withheld critical information from researchers about Waldheim’s collaboration with the Nazis », Leahy Patrick, Congressional Record, 19 juin 1998, p. 6727. Débat disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.fas.org/sgp/congress/s1379b.html].

23 « It’s also interesting to note that other countries, like Russia, Argentina, and Lithuania, are opening THEIR war crimes files. We, the country with Democratic roots, should not be the last to lift the shroud of secrecy », Maloney Carolyn, témoignage devant le House Subcommittee on Government Management, Information and Technology du House Committee on Government Reform and Oversight, 14 juillet 1998, disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.fas.org/sgp/congress/hr0711498/maloney.html] (erreur en 2017).

24 « With the terrible spectre of war crimes in Bosnia and Rwanda – not to mention the genocide in Cambodia – how can our government press for justice in these cases and continue to cloak in secrecy and silence the story of its connection with Nazi war criminals? The sooner we get the government’s dirty linen out in public the more Americans will have the moral authority to press other nations to stand up to genocide today », Holtzman Elizabeth, ibid., disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.fas.org/sgp/congress/hr0711498/holtzman.html] (erreur en 2017).

25 Le dispositif législatif fut complété en décembre 2000 par le vote du Japanese Imperial Government Disclosures Act. À ce sujet, consulter le rapport de l’IWG en date de janvier 2007. Il est intitulé « Researching Japanese War Crimes Records: Introductory Essays » et est disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.archives.gov/iwg/japanese-war-crimes/introductory-essays.pdf].

26 « Director Tenet and the entire CIA are committed to the thorough and expeditious compliance with the Nazi War Crimes Disclosure Act », « Prepared Statement of Kenneth J. Levit, Special Counsel to the Director of Central Intelligence », United States Congress, House of Representatives, « Hearing on Government Compliance with the Nazi War Crimes Disclosure Act », op. cit., p. 1.

27 « The CIA has a statutory obligation to protect sources and methods. […] It is for this reason that we have been so careful in our release decisions », déclaration de la CIA à l’IWG. Citée à la page 49 du « Final Report of the Nazi War Crimes and Japanese Imperial Government Records Interagency Working Group », op. cit.

28 Racine Jean, Britannicus, acte IV, scène 4. Cette citation de Racine avait été retenue par Vaïsse Maurice pour intituler en 1998 un ouvrage collectif rassemblant les travaux de la commission renseignement du Centre d’études d’histoire de la défense (CEHD), dont il assurait alors la direction : « Il n’est point de secrets que le temps ne révèle » – Études sur l’histoire du renseignement, Panazol, Lavauzelle, 1998. Plus récemment, le journaliste Tim Weiner a placé cette même citation en exergue de son ouvrage Legacy of Ashes: The History of the CIA, New York, Doubleday, 2007.

29 « I hope that those individuals who sit in decision-making positions in the CIA, FBI, NSA, the Departments of State, Defense, Army, Navy, Air Force, or elsewhere recognize through the example of the IWG that government secrets, even intelligence secrets, are finite », Garfinkel Steven, « Préface », op. cit., p. xii.

30 Consulter Blanton Tom, « Justice Department Censors Nazi-Hunting History », Electronic Briefing Book n° 331, 13 novembre 2010, National Security Archive. Dossier consultable à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB331/index.htm].

31 Le rapport tronqué de l’OSI est disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB331/DOJ_OSI_Nazi_redacted.pdf].

32 Le rapport complet de l’OSI est disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB331/DOJ_OSI_report_complete.pdf] (erreur en 2017).

33 Breitman Richard, Goda Norman J. W., Naftali Timothy et Wolfe Robert, United States Intelligence and the Nazis, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

34 Ces actes ont été traduits en français : Bankier David (dir.), Les services secrets et la Shoah, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2007.

35 Breitman Richard, Secrets officiels : Ce que les nazis planifiaient, ce que les Britanniques et les Américains savaient, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Mémorial de la Shoah », 2005 (1998).

36 Ibid., p. 113.

37 Breitman Richard, « Les services de renseignement et la Shoah », in David Bankier (dir.), op. cit., p. 77.

38 « If Hitler remains true to his program of destroying all European Jewry – he will have achieved that goal soon and most countries will be depleted of Jews », témoignage de Joseph Goldschmied, cité par Breitman Richard et Goda Norman J. W., « OSS Knowledge of the Holocaust », in Richard Breitman, United States Intelligence and the Nazis, op. cit., p. 22.

39 J. M. Alvarez del Castillo, cité par Breitman Richard, « Les services de renseignement et la Shoah », in David Bankier (dir.), op. cit., p. 46.

40 Gonzalo Montt Rivas, cité par Breitman Richard, ibid., p. 49.

41 Winston Churchill, cité par Breitman Richard, Secrets officiels, op. cit., p. 109.

42 Consulter le chapitre xi, « Bombarder Auschwitz ? », de l’ouvrage de Wieviorka Annette, Auschwitz : la mémoire d’un lieu, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 2005, p. 192-226. Consulter également l’article de Medoff Rafael et Zucker Bat-Ami, « America’s Failure to Bomb Auschwitz: A New Consensus Among Historians », janvier 2012. Article disponible sur le site du David S. Wyman Institute for Holocaust Studies, à l’adresse électronique suivante : [http://wymaninstitute.org/special-reports/WymanAuschwitzReport2012.pdf].

43 Wyman David S., L’abandon des Juifs : les Américains et la solution finale, Paris, Flammarion, 1987 (1984), p. 15. La thèse de Wyman est récusée par Peter Novick dans le chapitre iii, intitulé « L’abandon des Juifs », de son ouvrage précédemment cité, aux pages 64-82.

44 Le compte rendu de cette rencontre figure aux pages 493-494 de l’ouvrage de Karski Jan, Mon témoignage devant le monde, Paris, Points Seuil/Robert Laffont, 2010. L’ouvrage de Karski fut publié pour la première fois en novembre 1944 sous le titre The Story of a Secret State.

45 « The Bund report offered the most complete, precise, and chilling picture of Hitler’s extermination plot », Power Samantha, « A problem from Hell »: America and the Age of Genocide, New York, Perennial, 2003 (2002), p. 31.

46 Lanzmann Claude, « “Jan Karski” de Yannick Haenel : un faux roman », Marianne, 23 janvier 2010. L’intégralité de la phrase de Lanzmann mérite d’être citée : « Mais les universitaires, s’ils veulent faire carrière, sont condamnés aux “papers”, c’est-à-dire à des “trouvailles” qui reconstruisent le passé à la lumière du présent : illusion rétrospective, oublieuse de l’épaisseur, des pesanteurs, de l’illisibilité d’une époque. » Pourtant, ainsi que le souligne Gervais-Francelle Céline, à la page 30 de son introduction à Mon témoignage devant le monde, op. cit., il convient de noter que Jan Karski, dans un point de vue publié par la revue Esprit en novembre 1985, regrettait que les quarante minutes des huit heures d’entretiens retenues par le réalisateur de Shoah rendent insuffisamment compte de « la surdité de l’Occident à l’appel de détresse des Juifs du ghetto de Varsovie qu’il avait fidèlement transmis ». Faut-il pour autant, comme le fait Haenel Yannick aux pages 172-173 de son roman, Jan Karski, Paris, Folio, 2009, prêter à Jan Karski ce type de propos : « Le procès de Nuremberg, savamment orchestré par les Américains, n’a jamais été qu’un masquage pour ne pas évoquer la question de la complicité des Alliés dans l’extermination des Juifs d’Europe. […] Le procès de Nuremberg n’a pas seulement servi à prouver la culpabilité des nazis, il a eu lieu afin d’innocenter les Alliés. » Consulter également Lanzmann Claude, « Jan Karski de Yannick Haenel : un faux roman », Les Temps Modernes, n° 657, janvier-mars 2010, p. 1-10.

47 Rayski Adam, « Que savait-on dans le monde ? », in Stéphane Courtois et Adam Rayski, Qui savait quoi ? L’extermination des Juifs, 1941-1945, Paris, La Découverte, 1987, p. 39.

48 Ruth Andreas-Friedrich citée par Longerich Peter, « Nous ne savions pas » : les Allemands et la Solution finale, 1933-1945, Paris, Le Livre de Poche, 2009 (2006), p. 322.

49 William Casey cité par Novick Peter, op. cit., p. 34.

50 Laqueur Walter, Le terrifiant secret : la « solution finale » et l’information étouffée, Paris, Gallimard, 1981.

51 Joseph Goebbels, cité par Longerich Peter, op. cit., p. 399.

52 Courtois Stéphane, « Introduction : Stratégie du secret, stratégie de l’information », in S. Courtois et A. Rayski, op. cit., p. 7-16.

53 Destremau Christian, Ce que savaient les Alliés, Paris, Perrrin, coll. « Tempus », 2009 (2007), p. 257. Consulter le chapitre iv, intitulé « Une lucarne sur la solution finale », aux pages 215-257.

54 Arendt Hannah, Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard/Folio, coll. « Histoire », 2002 (1966), p. 176.

55 Breitman Richard, Secrets officiels, op. cit., p. 110.

56 « There was no cover-up. Just a determination to ensure that Britain’s interception and codebreaking capabilities were not damaged by the release of too much information », Smith Michael, « Bletchley Park and the Holocaust », in L. V. Scott et Peter Jackson (dir.), Understanding Intelligence in the Twenty-First Century: Journeys in Shadows, Londres, Routledge, 2004, p. 120.

57 Hanyok Robert, « Comment les renseignements Ultra et Magic sur la Shoah furent diffusés aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale », in David Bankier (dir.), op. cit., p. 94.

58 Genton Bernard, « “A Sea of Shoes”: La perception de la Shoah aux États-Unis (1941-1945) », Sources, n° 6, printemps 1999, p. 129.

59 Destremau Christian, op. cit., p. 235.

60 Karski Jan, op. cit., p. 421. Outre le ghetto de Varsovie, Karski visita également le camp d’Izbica Lubelska situé à mi-chemin entre Lublin et Belżec.

61 Novick Peter, op. cit., p. 62.

62 Consulter Ranelagh John, The Agency: The Rise and Decline of the CIA, New York, Simon & Schuster, 1986, p. 91-92.

63 « I was especially disturbed when I discovered that Wisner, in his anti-Soviet fixation, was beginning to draw on Nazi intelligence operatives and sources. No doubt I was naïve, but I did not like the notion of American spooks cheerfully consorting with people like General Reinhard Gehlen, who until recently had been the Nazi intelligence chief on the Russian front. There was something aesthetically displeasing about Americans plotting with Nazis, who had recently been killing us, against Russians, whose sacrifices had made the allied victory possible », Schlesinger Arthur M. Jr., A Life in the Twentieth Century: Innocent Beginnings, 1917-1950, Boston, Houghton Mifflin, 2000, p. 350.

64 Consulter Thomas Evan, The Very Best Men: Four Who Dared, The Early Years of the CIA, New York, Simon & Schuster, 1995, p. 21-22.

65 Au sujet du Hill Project, lire l’article de Mallett Derek R., « Western Allied Intelligence and the German Military Document Section, 1945-46 », Journal of Contemporary History, vol. 46, n° 2, 2011, p. 383-406.

66 Walters Vernon, Services discrets, Paris, Plon, 1979, p. 20-21.

67 Jardin Pierre, « Le renseignement français en Allemagne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (1940-1955) », in Maurice Vaïsse (dir.), op. cit., p. 196.

68 Ibid., p. 198.

69 Consulter Aid Matthew M., « “Stella Polaris” and the Secret Code Battle in Postwar Europe », op. cit., p. 17-86.

70 Une partie de ces documents ont été rassemblés par Ruffner Kevin (dir.), Forging an Intelligence Partnership: CIA and the Origins of the BND, 1945-49, CIA History Staff, Center for the Study of Intelligence, European Division, Directorate of Operations, 1999. Déclassifiée en 2002, cette étude est désormais accessible sur le site de la National Security Archive : Feinstein Tamara, « The CIA and Nazi War Criminals », Electronic Briefing Book n° 146, 4 février 2005, dossier consultable à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB146/index.htm].

71 « In the spring of 1944 Gehlen decided that it was essential to take some action toward salvaging the basic files and record of the FHO, for the West. It had become quite clear to Gehlen and Wessel that after the war there would be two hemispheres, the East and the West, and that it would be essential to ally with one side or the other; no neutral position would be possible. Gehlen’s position had already been reached – to side with the West », « Statement of Gerhard Wessel on Development of the German Organization », date non précisée. Document n° 1, page 1, in ibid., consultable à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB146/doc01.pdf].

72 « By the middle of July 1945, we had succeeded in reconstituting General Gehlen’s key members and staff, all his important documents and were very much aware of the gold mine that we had found », Boker John R. Jr., « Report of Initial Contacts with General Gehlen’s Organization », 1er mai 1952. Document n° 6, in ibid., consultable à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB146/doc06.pdf].

73 Krieger Wolfgang, Services secrets : une histoire, des pharaons à la CIA, Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 255.

74 Consulter « The CIA and the Gehlen Organization Settle into Pullach », chapitre viii de l’ouvrage de Crichtfield James H., Partners at the Creation: The Men Behind Postwar Germany’s Defense and Intelligence Establishments, Annapolis, Naval Institute Press, 2003, p. 92-107.

75 « To deliver to American authorities information on Russian military, political, and economic strength in that order of priority », « Samuel Bossard to Donald Galloway », 5 mai 1947. Document n° 41, in Feinstein Tamara, op. cit., consultable à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB146/doc41.pdf].

76 Hunt Linda, L’affaire Paperclip : la récupération des scientifiques Nazis par les Américains 1945-1990, Paris, Stock, 1991, p. 13.

77 Suite à l’enquête menée par l’Office of Special Investigations (OSI), Arthur Rudolph quitta les États-Unis en 1983 et renonça à la nationalité américaine qu’il avait acquise en 1955.

78 Ce missile, originellement nommé A4 par les ingénieurs allemands, fut appelé V2 par Josef Goebbels. La substitution effectuée par le ministre de l’Information et de la Propagande du régime nazi n’était pas anodine puisque le A correspondait à Aggregat (assemblage) et que le V signifiait Vergeltunsgswaffe (arme de représailles.) À ce sujet, Sellier André, Histoire du camp de Dora, Paris, La Découverte, 2010 (1998), p. 29.

79 Hunt Linda, op. cit., p. 182-185. Consulter également Khatchadourian Raffi, « Operation Delirium », The New Yorker, 16 décembre 2012, p. 46-64.

80 « American intelligence is a rich blind man using the Abwehr as a seeing dog. The only trouble is – the leash is much too long », « Chief, Munich Operations Base to Acting Chief of Station, Karlsruhe », 7 juillet 1948, document n° 62, in Feinstein Tamara, op. cit., consultable à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB146/doc62.pdf].

81 « We knew what we were doing. It was a visceral business of using any bastard as long as he was anti-communist », Harry Rositzke cité par Thomas Evan, op. cit., p. 35.

82 « There are few archbishops in espionage. He’s on our side and that’s all that matters. Besides, one needn’t ask him to one’s club », Allen Dulles cité par Weiner Tim, op. cit., p. 540.

83 Richard Breitman, cité par Jauvert Vincent, « Quand l’Amérique recrutait des officiers SS », Le Nouvel Observateur, 11-17 juillet 2002, p. 18. Voir également Fenyvesi Charles, « Comfort to the enemy », U.S. News & World Report, 24 mai 2004, p. 60-62.

84 Breitman Richard et Goda Norman J. W., « Conclusion », in Richard Breitman et al., op. cit., p. 452.

85 Le rôle de la CIA dans le recrutement de Von Bolschwing est confirmé aux pages 259-270 du rapport établi en 2006 par l’Office of Special Investigations (OSI), op. cit., disponible à l’adresse électronique suivante : [http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB331/DOJ_OSI_report_complete.pdf] (erreur 2017).

86 Naftali Timothy, « The CIA and Eichmann’s Associates », in Richard Breitman et al., op. cit., p. 365.

87 « There was no CIA program specifically designed to recruit Nazi war criminals. Nor was there any conspiracy to protect Hitler’s willing executioners. Yet all of these cases demonstrate the mood of an era in which the rush to understand a new enemy encouraged a cynical amnesia regarding an earlier foe. More importantly, they are a stark reminder that rarely can any good result when a country’s guardians divorce themselves from the morality of the people they are seeking to protect », ibid.

88 Calvi Fabrizio, Pacte avec le diable : les États-Unis, la Shoah et les nazis, Paris, Albin Michel, 2005, p. 13.

89 « Let me fill you in on some facts of life – you know who the OSS officer was who negotiated with Gehlen to get hold of his goddamned microfilms? It was me, Ebby. I negotiated with him. I swallowed my pride and I swallowed my bile and I swallowed whatever scruples the weak-kneed crowd came up with and I made a deal with one devil the better to fight another devil », Littell Robert, The Company: A Novel of the CIA, New York, Penguin Books, 2003 (2002), p. 126.

90 Dyson Freeman, « Rocket Man », The New York Review of Books (désormais NYRB), vol. 55, n° 1, 17 janvier 2008, p. 12. L’article de Dyson est le compte rendu de la récente biographie commise par Neufeld Michael J. et intitulée Von Braun: Dreamer of Space, Engineer of War. Selon Dyson, Neufeld « condamne von Braun pour sa collaboration avec la SS et condamne le gouvernement américain pour avoir dissimulé les preuves de cette collaboration ». Mais il s’empresse d’ajouter qu’il admire von Braun « parce qu’il mit ses talents en œuvre pour concrétiser ses idées même lorsque cela le contraignit à a établir un pacte avec le diable » (« The author of this book condemns von Braun for his collaboration with the SS and condemns the United Government for covering up the evidence of his collaboration. […] I admire von Braun for using his God-given talents to achieve his visions, even when this required him to make a pact with the devil »).

91 Lire Judt Tony, « The “Problem of Evil” in Postwar Europe », NYRB, vol. 55, n° 2, 14 février 2008, p. 34.

92 Consulter Salter Michael, « The Prosecution of Nazi War Criminals and the OSS: The Need for a New Research Agenda », The Journal of Intelligence History, été 2002, vol. 2, n° 1, p. 77-119.

93 Hindley Meredith, « The Strategy of Rescue and Relief: The Use of OSS Intelligence by the War Refugee Board in Sweden, 1944-45 », INS, vol. 12, n° 3, juillet 1997, p. 145-165.

94 Mueller Michael et Schmidt-Eenboom Erich, Histoire des services secrets allemands, Paris, Nouveau Monde, 2009, p. 30.

95 Wolf Markus, L’homme sans visage : mémoires du plus grand maître-espion communiste, Paris, Plon, 1997, p. 62.

96 Consulter Mueller M. et Schmidt-Eenboom E., op. cit., p. 143-155.

97 Voir Smith Bradley F., « The American Road to Central Intelligence », INS, vol. 12, n° 1, janvier 1997, p. 17.

98 Alvarez David, Les Espions du Vatican : espionnage et intrigues de Napoléon à la Shoah, Paris, Nouveau Monde, coll. « Poche », 2009 (2002), p. 485.

99 Consulter Kauppi Mark V., « Intelligence Assessments of Soviet Motivations: JIS 80 and Kennan’s Long Telegram », INS, vol. 9, n° 4, octobre 1994, p. 603-632. Lire également Aronsen Lawrence, « Seeing Red: U. S. Air Force Assessments of the Soviet Union, 1945-1949 », INS, vol. 16, n° 2, été 2001, p. 103-132.

100 « Whenever the Director, the Attorney General, and the Commissioner of Immigration shall determine that the entry of a particular alien into the United States for permanent residence is in the interest of national security or essential to the furtherance of the national intelligence mission, such alien and his immediate family shall be given entry into the United States for permanent residence without regard to their inadmissibility under the immigration or any other laws and regulations, or to the failure to comply with such laws and regulations pertaining to admissibility », « Central Intelligence Agency Act », in John Costa, Legislation Introduced Relative to the Activities of the Intelligence Agencies: 1947-1972, Washington D.C., Congressional Research Service, Library of Congress, 1972 (1949).

101 Texte de loi cité et traduit par Ouzan Françoise, Ces Juifs dont l’Amérique ne voulait pas, 1945-1950, Bruxelles, Éditions Complexe, 1995, p. 165.

102 À la page 314 de son roman, Les Sentinelles, Paris, Grasset/Le Livre de Poche, 2009, dans lequel il met en scène ceux qui tentèrent en vain d’alerter opinions et gouvernements, Bruno Tessarech n’hésite pas à résumer la situation de cette manière : « Les États-Unis d’Amérique, qui ont toujours refusé de consacrer la moindre part de leur effort de guerre au sauvetage des Juifs, permettent donc l’immigration et la prospérité de ceux dont les découvertes ont contribué au massacre de ces mêmes Juifs. »

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search