Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociabilité et politique en milieu rural

 | 
Annie Antoine
, 
Julian Mischi

Deuxième partie. Les formes institutionnelles de mobilisation collective en milieu rural

L’essor du mouvement coopératif agricole en Charentes-Poitou de la crise phylloxérique à la Grande Guerre

Éric Kocher-Marbœuf

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Avant 1945, la Vendée est rattachée aux Charentes et au Poitou. L’inversion entre les noms des deu (...)
  • 2 Bidaud Jules, Des laiteries coopératives dans l’Ouest de la France : étude d’économie rurale, Poit (...)
  • 3 Sur la naissance des mutuelles, Chaumet Michel, MAIF histoire d’un défi, Paris, Cherche-Midi, 1998 (...)

1Le succès remporté par la coopération et le mutualisme agricoles dans les cinq départements de Charentes-Poitou entre la décennie 1880 et la Grande Guerre mérite d’être analysé1. Le phénomène fut abordé par ses contemporains à travers des thèses de droit avant d’être repris par des géographes régionalistes à partir des années 19602. Il ne s’agit pas d’un sujet mineur dans la mesure où l’impact économique et la notoriété de certaines coopératives laitières et fromagères nées de ce mouvement promeut aujourd’hui encore l’image de la région et de l’agriculture française au-delà des frontières hexagonales. Tout aussi capitales sur le plan économique régional et national, les mutuelles d’assurances de Niort, Poitiers et Saint-Jean-d’Angély viennent de la matrice coopérative de la fin du xixe siècle3.

2L’étude du mouvement coopératif combine les techniques de l’histoire économique, sociale, des mentalités, des représentations et du politique. Le département des Deux-Sèvres peut être considéré comme l’épicentre du mouvement coopératif et mutualiste du Centre-Ouest du fait de la densité des coopératives, des sociétés d’assurances mutuelles et de la multiplicité de leurs objets.

La naissance du mouvement coopératif dans le Centre-Ouest

  • 4 Siegfried André, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, A. (...)

3La coopération ne naît pas du néant à la fin du xixe siècle dans le monde agricole en général et dans le Centre-Ouest en particulier. Pour cet ensemble régional compris entre Loire et Gironde, il convient tout d’abord de dissocier les pays granitiques des pays calcaires et du marais vendéo-poitevin. Cette distinction géologique faite par André Siegfried en 1913 dans son célèbre Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République pour expliquer les lignes de clivage entre les terres conservatrices et républicaines à partir des conditions d’exploitation du sol est longtemps restée convaincante dans cet espace, même si l’agriculture n’y constitue plus l’activité dominante4.

  • 5 Pérochon Ernest, Les Creux de maison, Paris, Plon, 1921, 248 p. Le roman est publié par L’Humanité(...)

4Le bocage vendéen, qui s’étend aussi sur une partie des Deux-Sèvres dans l’arrondissement de Bressuire, forme un ensemble politique, économique et social à peu près homogène qui coïncide avec une grande partie de la Vendée militaire. Il est possible de lui rattacher la Gâtine de l’arrondissement de Parthenay, bien qu’elle n’ait guère été mêlée à l’insurrection. Sur cette bordure méridionale du massif hercynien, aux terres ingrates, les caractères traditionnels se cumulent : exploitation en petites métairies vivant en autosubsistance, persistance des blés noirs, natalité élevée engendrant une forte pression démographique et la faim de terre, pratique fervente du catholicisme en butte à des môles de résistance protestants et aux fidèles de la Petite Église. C’est le pays des « cherche-pain », des enfants miséreux, dont la dure vie fut décrite par Ernest Pérochon dans Les Creux de maison5.

  • 6 Bernier Michel, « La vie politique (1900-1914) », Le xxesiècle en Deux-Sèvres, La Crèche, Geste, 2 (...)
  • 7 Thabault Roger, Mon village, ses hommes, ses routes, son école, 1848-1914, l’ascension d’un peuple(...)
  • 8 Les Deux-Sèvres par le préfet Dupin 1801, La Crèche, Geste, 2004, 200 p.

5Enfin, cet ensemble géographique est caractérisé par la domination de la noblesse légitimiste qui devance de loin la bourgeoisie urbaine pour la propriété foncière au xixe siècle. Si la plupart des familles nobiliaires vivent sur leurs terres depuis leur participation à la conjuration de 1832 au profit de la duchesse de Berry, elles ne se détournent pas de la vie politique. Fréquemment, les nobles briguent les suffrages des électeurs lors des scrutins locaux et nationaux6. La thèse d’André Siegfried a été confirmée par la célèbre monographie de Roger Thabault sur Mazières-en-Gâtine dans laquelle ce hussard noir décrit la lutte politique à laquelle se sont livrés légitimistes et républicains à la fin du xixe siècle7. L’individualisme, le caractère routinier du bocain méfiant et caché derrière sa haie impénétrable constituent autant de topoi répétés dans les rapports préfectoraux ainsi que dans les récits de voyageurs8.

  • 9 Bernier Michel « La vie politique » et Soumagne Jean « La vie économique (1968-2000) », Le xxesièc (...)

6En fait, de semblables qualificatifs sont accolés aux paysanneries de nombreux départements de l’Ouest français. Le pays granitique vendéen et deux-sévrien, malgré ses apparents handicaps, va donner naissance à de nombreux exemples de réussites économiques dès l’entre-deux-guerres et bien plus encore à partir de la Libération. Une industrialisation rurale diversifiée (Célio, Louis Vuitton, Heuliez, Arthur Martin-Brandt, etc.), une filière agroalimentaire dynamique (Fleury Michon, Sodébo, Panzani, etc.), le succès du parc du Puy du Fou sont mis en avant pour illustrer les effets bénéfiques d’une société où régnerait un consensus social reposant sur des valeurs conservatrices issues de la tradition catholique et contre-révolutionnaire érigée en mythe régional9. La meilleure traduction de cette adhésion de la population à un modèle « harmonieux » serait la reconduction des élites politiques de droite au fil des scrutins. Mais les difficultés récentes des industries du cuir, du textile, de la petite mécanique et du meuble imputables à la concurrence internationale remettent cette fidélité en question : en témoignent les bons résultats obtenus par Ségolène Royal aux élections régionales de 2004 et présidentielles de 2007 dans le nord des Deux-Sèvres.

7À l’opposé, la plaine de Niort, les plateaux de Melle et de Surgères, le marais littoral de Vendée, des Deux-Sèvres et de Charente-Inférieure présentent une tout autre physionomie. On est là en pays calcaire ou d’alluvions, avec une présence calviniste prononcée mais pas forcément majoritaire, une paysannerie globalement plus indépendante vis-à-vis de la noblesse et exploitant davantage en faire valoir direct ou en fermage qu’en métayage. Les bonnes années du Second Empire ont engendré une indéniable nostalgie vis-à-vis du bonapartisme et la crise économique favorise le général Boulanger qui se fait élire en Charente-Inférieure en 1888. Par ailleurs, les idées républicaines reçoivent ici un accueil favorable. Elles sont efficacement relayées par des paysans enrichis qui entendent bien supplanter les nobles sur le plan politique.

8Tant dans le pays granitique que dans le pays calcaire ou le marais, les solidarités familiales et villageoises existent et se manifestent selon le rythme des saisons, particulièrement lors des battages ou des vendanges. Dans le marais mouillé, la gestion des prés communaux, souvent situés sur des îles au milieu des conches, l’entretien des digues et canaux relèvent de liens ancestraux. Dans le marais desséché de Vendée, les paysans ont aussi appris à faire preuve de solidarité sous l’Ancien Régime compte tenu des lourds impôts et corvées qui leur étaient imposés par les abbés de Maillezais ou de Nieul-sur-l’Autize. Dans cette partie de la Vendée incluse dans l’arrondissement de Fontenay-le-Comte et l’évêché de Luçon, la paysannerie a été révolutionnaire. L’avènement de la IIIe République, la loi Waldeck-Rousseau de 1884 sur les associations professionnelles, conduisent une part croissante des agriculteurs de cette partie de l’Ouest à rejoindre le camp des républicains et à faire triompher les principes de liberté, d’égalité et de fraternité. La recherche du profit individuel y est, en effet, peut-être moins forte que dans d’autres régions plus riches du fait de la puissance du syndicalisme de défense du monde agricole et surtout de la coopération et du mutualisme qui connaissent un succès immédiat. La défense de l’exploitation familiale petite et moyenne passe par un droit de regard collectif sur le travail de l’exploitant. On peut en particulier citer l’exemple des contrôleurs employés par les coopératives beurrières qui opèrent sur initiative et sur dénonciation pour traquer les fraudeurs sur la qualité du lait.

  • 10 Gilles Bernard, Les Transformations de l’agriculture au xixe et au xxesiècles dans le sud des Deux (...)

9Le vaste vignoble saintongeais, dont l’histoire locale prétend qu’il était apprécié de François Ier, s’étend aux arrondissements de Niort et de Melle10. Avant 1880, le vignoble joue également un rôle économique important en Vendée et dans la Vienne. Partout les ceps assurent l’équilibre économique. Les vignerons échangent leur vin contre le blé, l’avoine et le foin que leur fournissent les paysans de la plaine ou du marais. Le vin et l’eau-de-vie trouvent également preneurs auprès des gâtineaux et des bocains qui livrent des fûts et des cercles de châtaigniers pour la réparation des futailles. Niort, avec ses marchés et ses foires, s’impose naturellement comme le centre névralgique des échanges et la halte favorite des rouliers du Nord et du Sud. Les fumures, indispensables à la vigne, sont acheminées par pigouilles dans les ports du marais (Le Vanneau, Irleau, La Garette, Magné). Les convois d’une vingtaine de charrettes de fumier permettent aux hommes de s’aider dans les côtes.

  • 11 Arnaud Maxime, Les Souvenirs d’un vieux paysan de la chandelle de résine à l’ampoule électrique, N (...)
  • 12 Surnom péjoratif des Vendéens réputés consommer ce légume en quantité.

10L’harmonie des échanges est mise à mal par le phylloxéra à partir de 1875, année durant laquelle l’insecte ravage 500 hectares de vigne à Saintes. Cela fait déjà douze ans qu’il a fait son apparition dans le Gard. En 1880, la moitié des 170 000 hectares de vigne de Charente-Inférieure sont infestés par l’insecte. Si l’on se fie au récit familial présenté par Maxime Arnaud, issu d’une vieille famille de vignerons de La Foye-Montjeault dans le sud des Deux-Sèvres et né en 1875, les vignerons n’ont pas pris la mesure du danger à temps11. Dans sa commune, la première tache jaune signalée en 1878 est assimilée à un coup d’orage, les jeunes viticulteurs continuent d’investir à crédit en matériel de chai dans les années suivantes, encouragés par de bonnes récoltes, avant d’être subitement ruinés en 1885 et 1886. La ruine des vignerons s’accompagne d’un exode des journaliers vers les centres urbains et se traduit par d’importants transferts de propriété au bénéfice d’immigrants venus du bocage vendéen et des Deux-Sèvres à la démographie prolifique. Le prix de l’hectare de vignoble parsemé de souches mortes tombe à 100 francs, c’est tout juste assez pour rembourser les crédits avant de quitter la région. À côté des « ventres-à-choux12 » habitués au labeur le plus ingrat, quelques jeunes vignerons ayant pu éviter la vente de leurs domaines entreprennent de faire fabriquer des charrues par les maréchaux-ferrants qui improvisent. Les moutons font leur apparition, puis les prairies de luzerne et finalement les vaches qui étaient déjà présentes dans le marais puisque la race locale, variante de la célèbre parthenaise, était appelée la maraîchine. La crise phylloxérique ne sera surmontée qu’au début du xxe siècle par l’adoption de porte-greffes américains mais jamais le vignoble ne retrouvera son aire initiale. Soucieux de se prémunir des effets dévastateurs qu’une nouvelle crise liée à une monoculture ne manquerait pas d’entraîner, les paysans, particulièrement les Vendéens, se sont résolument tournés vers l’élevage, tout en laissant subsister la polyculture censée amortir les aléas de la conjoncture.

La révolution de la coopération laitière

  • 13 Sagot Delphin, « Histoire de la laiterie d’Échiré », L’Industrie du beurre, 14 janvier 1906, p. 5.

11C’est dans ce contexte socioéconomique en pleine mutation que s’insère l’action pionnière d’Eugène Biraud, cultivateur à Chaillé, village situé en terrain calcaire à quelques kilomètres au nord de Surgères et au voisinage du marais. En 1887, alors qu’il est déjà âgé de 62 ans, Eugène Biraud désire adapter à la Charente le concept des fruitières jurassiennes dont il aurait entendu parler au cours de récits de veillée faits par des voisins, anciens soldats de l’armée de Bourbaki ayant séjourné en Suisse. Il est certain qu’Eugène Biraud a une réelle connaissance du mode de production des fruitières, peut-être l’a-t-il acquise par le biais de livres de colporteurs, mais il ne semble pas s’être inspiré de l’expérience de la coopération laitière entreprise par Adrien Bailleux en Haute-Marne dans les années 1860 ou des coopératives de Nouvelle-Angleterre et du Canada. Si l’on met à part les fruitières, la création de la première coopérative laitière de transformation en France est contemporaine de celle de la coopérative d’Eugène Biraud à Chaillé. Il s’agit de la coopérative de Leschelle dans l’Asine, créée parle comte de Cafarelli. Delphin Sagot, le fondateur de la laiterie d’Échiré, oriente vers une autre piste, estimant qu’Eugène Biraud avait sans doute connaissance des transformations profondes de la production beurrière dans les pays scandinaves (Danemark, Suède) ainsi qu’en Allemagne où se créaient de nombreuses coopératives13.

  • 14 Roger Gérard, Marie Harel : la fabuleuse histoire du camembert, Rouen, Le Veilleur de proue, 1999, (...)

12L’essor de la coopération laitière du Centre-Ouest est également intimement lié à l’évolution technique. En effet, les coopératives de la région se spécialisent dans la fabrication de beurre grâce à l’écrémeuse centrifugeuse inventée en 1874 par de Mastaing en France et Lefeldt en Allemagne. L’appareil commence à se répandre dans la région vers 1885 à l’initiative d’industriels ou d’aristocrates à l’esprit physiocratique qui entendent tirer profit de la forte croissance de la demande urbaine à laquelle la fabrication artisanale du beurre de ferme ne permet plus de répondre. Les fermiers normands, en particulier ceux du Bessin avec Isigny, ont déjà entrepris à cette époque de fabriquer du beurre à grande échelle pour alimenter les halles de Paris, reprenant ainsi la méthode qui a fait le succès du camembert14. La démarche d’Eugène Biraud s’inscrit donc dans un double contexte de révolution technique et d’habitude de consommation, mais le pari demeure audacieux en pleine crise. À son ouverture, le 13 janvier 1888, la laiterie de Chaillé ne fédère que douze coopérateurs qui pratiquent le système du « tour », inspiré du fonctionnement originel des fruitières. Chaque sociétaire doit à tour de rôle procéder aux opérations d’écrémage du lait, au barattage de la crème et au malaxage pour fabriquer le beurre. À l’issue de la transformation, les sociétaires remportent chez eux le petit lait destiné aux porcs qui procurent un complément de revenu. Bien que ses installations soient rudimentaires, le succès de la laiterie de Chaillé est immédiat. En moins d’un an d’existence, elle regroupe 162 sociétaires qui acquittent un droit d’entrée de 25 francs. Le prix du lait traité par la coopérative passe de 12 centimes à l’ouverture en février 1888 à 16 puis 20 centimes au cours de la première année de fonctionnement de la coopérative. La beurrerie privée installée à Surgères ne peut rémunérer le lait à un tel prix et doit fermer.

  • 15 Il s’agit des laiteries de Vouhé, Vandré, Bois-Hardy, Saint-Mard, Surgères.
  • 16 Cf. carte de l’implantation des laiteries coopératives.

13La réussite de Chaillé fait tâche d’huile dans le canton de Surgères où cinq autres coopératives sont créées en 1888-188915. Les coopératives essaiment dans les départements limitrophes de la Vendée et des Deux-Sèvres. En 1890, la région compte 19 coopératives, elles sont 50 en 1893 et 95 en 1900. Le troupeau laitier alimentant les coopératives passe de 330 vaches en 1888 à 37 410 en 1893 et 157 800 en 1907. Dans les Deux-Sèvres, les créations de coopératives beurrières suivent un enroulement en forme de coquille d’escargot autour de Niort à partir de la limite départementale avec la Charente-Inférieure au sud-ouest. Les premières fondations ont lieu dans les communes du marais ou du vignoble ruiné16.

  • 17 Roux Jacques, « Henri de la Porte et le mouvement socialiste révolutionnaire dans les Deux-Sèvres (...)
  • 18 Kocher-Marbœuf Éric, « De la terre de mission à l’espace de conquête, un siècle de socialisme en D (...)

14Il est possible de superposer la carte de la création des beurreries coopératives avec la carte électorale. L’essor coopératif coïncide avec le vote républicain dans les deux circonscriptions de Niort détenues respectivement par le progressiste Guy Disleau et le radical Amédée de la Porte, dont le fils Henri sera le premier député socialiste du département en 191017. Aux élections législatives de 1902, l’industriel Rougier, élu d’abord sous l’étiquette de républicain puis de radical, fait basculer à gauche la circonscription de Melle en battant le conservateur Aymé de la Chevrelière. Il ne fait aucun doute que les coopérateurs et mutualistes ont joué un rôle dans cette dernière victoire. Uni dans la défense de la République, le monde coopératif se divise dans les isoloirs. La meilleure illustration du clivage entre coopérateurs socialistes et modérés est le duel entre Henri de la Porte et Paul Mercier dans la circonscription de Niort et du marais poitevin aux élections législatives de 1914. Henri de la Porte, le jeune député socialiste élu en 1910 dans le fauteuil de son défunt père, se voit contesté par une figure du barreau de Niort qui est surtout l’avocat-conseil de l’Association centrale des laiteries coopératives des Charentes et du Poitou (ACLCCP). Guesdiste et situé à l’extrême gauche de la SFIO dans les années 1900, Henri de la Porte adopte un ton nettement plus modéré face à ses électeurs, ne mettant jamais en cause la propriété privée agricole dans ses deux journaux : Le Républicain de l’Ouest et Le Socialiste de l’Ouest. Conseiller général et maire de Fontenay Rohan-Rohan avant de rejoindre le Palais Bourbon, il jouit d’une belle popularité chez les agriculteurs du marais en demandant la construction de nouvelles digues après la dramatique crue de la Sèvre de l’hiver 1910. L’activisme d’Henri de la Porte explique la défaite de Paul Mercier lors des législatives de 1914. Ce n’est toutefois que partie remise pour maître Mercier qui est élu député du bloc national en 1919 dans la chambre bleu horizon tout en assurant la présidence de l’ACLCCP de 1918 à 1937. Pour sa part, Henri de la Porte, malade et marginalisé au sein de la fédération socialiste départementale, ne peut se représenter. Il quitte la SFIO en 1919, précédant une exclusion de la fédération rendue inévitable par la mainmise des futurs militants communistes de Thouars sur l’appareil partisan départemental. Il meurt ruiné en 1924. La fin de l’ère de la Porte sonne le glas du socialisme agraire dans le département et détourne en grande partie le monde coopératif laitier de son influence18.

  • 19 Kocher-Marbœuf Éric, « La recherche perpétuelle de l’excellence au travail : l’exemple des fondate (...)
  • 20 Kocher-Marbœuf Éric, « Pierre Dornic : le “maître à penser” des laitiers des Charentes et du Poito (...)

15Sur le plan qualitatif, les meilleurs beurres ne sont pas produits par les coopératives situées au sud de Niort. Dès 1900, l’excellence se situe juste au nord de la préfecture des Deux-Sèvres, sur les derniers terrains calcaires avant le granite de la Gâtine. Saint-Christophe-sur-Roc, La Crèche, Saint-Maxire et Échiré sont les villages produisant le meilleur beurre. Fondée en 1894, la coopérative d’Échiré devient la vitrine de la coopération laitière régionale en raflant les prix du concours général et de l’Exposition universelle de 190019. Issue d’une expérience peu probante de beurrerie nobiliaire, la coopérative connaît une impulsion favorable dès sa formation grâce aux bonnes orientations de son fondateur Delphin Sagot. Ce républicain, jadis anti-bonapartiste, ravit également la mairie et accède à la vice-présidence du conseil général des Deux-Sèvres en 1901. Échiré est l’exemple des bonnes pratiques prônées par Pierre Dornic, l’inspecteur des laiteries de l’Ouest, qui a fait ses armes à Mamirolle20.

Les autres formes de coopération et les assurances mutuelles agricoles

16L’importance de la coopération laitière pour l’économie des départements des Charentes-Poitou, l’influence politique que ses dirigeants vont exercer dès avant 1914, expliquent le manque d’intérêt pour les autres formes de coopération alors qu’elles participent du même élan, qu’elles débutent même avant les beurreries. Il faut tout d’abord relever qu’avant la Première Guerre mondiale, les deux fromageries coopératives de Bougon et des Jumeaux (Saint-Loup-sur-Thouet) sont encore loin d’une production industrialisée mais leur notoriété est déjà grande sur le carreau des Halles pour le Chabichou du Poitou ou la bûche de La Mothe-Saint-Héray.

17Les boulangeries ou panification coopératives forment le second ensemble de coopération villageoise à côté des laiteries. Elles sont présentes dans tous les départements de la région. À la veille de la Grande Guerre, la préfecture des Deux-Sèvres recense 105 boulangeries ou panification coopératives réparties dans 91 communes situées dans l’ensemble du département avec cependant une densité supérieure dans la partie méridionale. L’échelonnement des créations est révélateur de la ferveur coopérative qui s’empare de la population à partir de la crise économique. Les dates de création des trois premières boulangeries coopératives remontent à la fi n du Second Empire et il s’agissait d’un mouvement urbain puisque c’est tout d’abord à Niort et Thouars en 1867 puis à Saint-Maixent en 1869 que ces entreprises voient le jour. Ont-elles constitué une sorte de modèle d’origine urbaine répliqué dans les villages ? Il est impossible de l’affirmer. Aucune nouvelle panification coopérative n’est créée durant la décennie 1870. Le démarrage du mouvement en milieu rural s’opère entre 1880 et 1885 avec l’ouverture de 13 boulangeries coopératives toutes situées dans les villages du vignoble dévasté ou dans le marais. L’essor des coopératives de panification accompagne ensuite le succès des coopératives laitières et se transmet à tout le département. On dénombre 31 nouvelles boulangeries dans la décennie 1890, 39 autres dans les années 1900 et encore 19 entre 1910 et 1912 avec un record absolu de 12 créations en 1911 dans une conjoncture redevenue faste. Entre 1906 et 1912, le sociétariat oscille entre 83-80 membres à Usseau et 700-602 à la boulangerie du quartier de Ribray de Niort qui est la doyenne des coopératives puisqu’elle remonte à 1867. Si certaines anciennes boulangeries connaissent un léger tassement de leur sociétariat, il n’en est rien pour les nouvelles. Le registre des déclarations de la préfecture pour les années 1906 à 1912 indique une croissance des deux tiers du nombre de sociétaires affiliés aux boulangeries coopératives avec un effectif global passant de 14 377 à 24 026, cette progression est toutefois faussée par le flou relatif des premières déclarations. Le succès économique des boulangeries coopératives peut également être mesuré à travers la somme des déclarations annuelles de leur chiffre d’affaires qui croît de 108 % entre 1906 et 1912 en passant de 2,23 à 4,68 millions de francs.

  • 21 Arnaud Maxime, op. cit., p. 2.
  • 22 Un exemplaire des statuts est conservé aux archives départementales des Deux-Sèvres.

18Les rares carnets de pain ayant échappé à la destruction mentionnent les statuts des boulangeries et permettent par conséquent d’appréhender les motivations des communautés villageoises lors de la fondation de la coopérative. En la matière, les Souvenirs de Maxime Arnaud se révèlent aussi une source précieuse. Ce dernier explique les conditions de la création de la coopérative de panification à La Foye-Montjault en 1881. Il rappelle qu’avant la crise phylloxérique, la fabrication du pain était l’affaire des femmes. Dans les années 1870 qui correspondent à la petite enfance d’Arnaud, « beaucoup de maisons avaient leur four, mais je me rappelle qu’il y avait à côté de chez nous un four commun ou banal ; les femmes qui n’avaient pas de four s’entendaient pour faire plusieurs fournées de pain de suite par économie de bois21 ». Au début des années 1880, le blé planté sur les terres du vignoble détruit ne donne pas une récolte suffi sante, les meuniers se plaignent et les javelles font désormais défaut pour chauffer les fours domestiques. En 1881, les villageois rédigent les statuts de la Société de panification de La Foye-Montjault22. Le préambule aux statuts de la société permet de comprendre les difficultés du temps ainsi que la démarche égalitaire et fraternelle des habitants. On peut mettre cette mentalité sur le compte du calvinisme et peut-être également de la Franc-maçonnerie qui était déjà influente à Niort. Le préambule précise :

  • 23 Arch. dép. des Deux-Sèvres, statuts de la société de panification de La Foye-Montjault, 1882.

« La boulangerie des familles de la Foye est une œuvre de mutualité dont le but spécial est d’acheter au comptant grains et farines, de fabriquer le pain et de le fournir à ses membres à des conditions plus avantageuses que celles qui se rencontrent généralement dans le commerce ; bonne qualité, poids constant et prix modérés, telles sont les trois garanties principales qu’elle s’applique à offrir. Son calcul consiste, en achetant en gros, à épargner, au profit des consommateurs, les frais des intermédiaires, dont le nombre est parfois démesuré.
Proscrire les achats et les ventes à crédit, traiter tout au comptant, telle est la règle absolue qu’elle se trace pour se procurer les ressources qui lui sont indispensables pour acheter les matières nécessaires à la consommation de ses membres, et dans des conditions telles que ces avances, ainsi obtenues, doivent produire les remises ou escomptes dont profiteront tous les sociétaires.
L’autorité de l’assemblée plane au faîte de l’association.
Les statuts et règlements sont rédigés de manière à garantir la surveillance et le contrôle des opérations et des comptes, à assurer le maintien et la bonne harmonie entre les sociétaires et au mieux de leurs intérêts, à inspirer confiance aux tiers et à limiter l’étendue de la responsabilité de chacun23. »

19Le souci de la qualité, d’économie d’échelle et de court-circuitage des intermédiaires forme un triptyque que l’on va retrouver dans toutes les œuvres coopératives. Il se prolonge par une défiance vis-à-vis du mode de financement bancaire traditionnel en lui préférant l’emprunt solidaire, démarche qui préfigure le Crédit agricole. Enfin, il faut insister sur cette démocratie économique égalitaire et participative qui se situe aux antipodes de l’entreprise capitaliste où la décision est prise au prorata de la possession du capital.

  • 24 Arch. dép. des Deux-Sèvres, statuts de la société de panification coopérative Clussais, 1911.

20Le même état d’esprit prévaut à la Société de panification de Saint-Gelais créée en 1894 dont l’article 2 stipule que l’ » association est une œuvre de mutualité, dont le but spécial est d’acheter au comptant tout ce qui est nécessaire à la fabrication du pain et de fournir ce pain à ses membres, à des conditions avantageuses : bonne qualité, poids constant et prix modérés, telles sont les trois garanties principales qu’elle s’applique à offrir ». À Clussais, la panification « a pour but de procurer du pain de bonne qualité au meilleur marché possible ». Avec de petites variantes, les statuts mentionnent les conditions d’adhésion, de financement par l’emprunt solidaire, de fabrication et de vente du pain, de constitution du conseil d’administration. Dans cette commune du Mellois calviniste, l’article 1er de la panification prévoit en outre que « l’autorité municipale pourra prendre aux magasins de la société le pain nécessaire pour les distributions faites aux indigents en prévenant le comptable 48 h à l’avance24 ». Cette distribution gratuite n’est pas prévue dans tous les statuts mais semble avoir été largement pratiquée, cela a aussi été le cas à Saint-Symphorien, fief électoral de la famille de la Porte.

21Les épiceries, merceries et bazars coopératifs forment une autre nébuleuse qui retient l’attention des autorités avant la guerre de 1914. Ces magasins ne sont présents que dans 17 communes des Deux-Sèvres très majoritairement situées dans les communes rurales du sud. En effet, à l’exception des coopératives des cheminots de Niort et Thouars, qui ne sont pas répertoriées dans le registre des coopératives, l’unique épicerie coopérative en zone urbaine se trouve à Parthenay qui reste d’ailleurs fortement imprégnée par la ruralité environnante comme en témoigne son marché aux bestiaux réputé. Ces magasins sont tous créés à partir de 1898, année des élections législatives marquées par la présence des premiers candidats socialistes du département. La corrélation n’est pas démontrée, mais on peut faire ce rapprochement en rappelant que les magasins coopératifs constituent un « marqueur » de la « contre-société » socialiste. Si l’on se fie au registre préfectoral pour les années 1906 à 1912, le sociétariat des épiceries coopératives connaîtrait une ascension continue passant de 1 300 à 2 500 adhérents et d’un chiffre d’affaires de 170 000 à 470 000 francs.

22Avec la commercialisation des premières batteuses à vapeur vers 1895, des sociétés coopératives de battage se créent afin de mutualiser l’acquisition, le fonctionnement et l’entretien de ces machines coûteuses. Seules trois coopératives de machines sont déclarées à la préfecture entre 1901 et 1911. Pour les années précédant 1914, leur sociétariat varie d’une centaine d’adhérents à Chauray à plusieurs centaines à Sepvret avec un chiffre d’affaires peu élevé.

23Il existe enfin d’autres coopératives qui apparaissent comme des initiatives isolées. On peut y ranger les coopératives de vinification d’Ardin et du Vanneau qui ne peuvent guère se multiplier du fait de la disparition du vignoble ou la cidrerie des Alleuds. Avant 1914, il existe aussi quelques coopératives de vente d’œufs (Échiré, Chail, Mauzé, Saint-Hilaire-la-Palud, Niort) qui s’adossent à une beurrerie pour expédier leur production aux halles centrales de Paris en profitant du chemin de fer. À Vernoux-en-Gâtine fonctionne une coopérative de paniers, indispensables à la cueillette des pommes. Niort est le siège de la coopérative de taureaux parthenais destinés à la reproduction. À Breloux (La Crèche), se crée une coopérative d’électrification qui préfigure le syndicat départemental d’électrification rurale des années 1920. À Melle, petite capitale de la mutualité, un magasin coopératif vend divers objets, tandis qu’à Thouars fonctionne la seule boucherie coopérative recensée et qu’à Fenioux les parents d’élèves se regroupent pour l’achat des livres scolaires. Quant aux syndicats agricoles communaux, ils se chargent des achats de semences ou des engrais.

24Les coopératives sont complétées par les mutuelles d’assurance contre la mortalité du bétail autorisées par un décret du 22 janvier 1868. D’après le registre de la préfecture des Deux-Sèvres, la première mutuelle de ce type aurait été créée à Coulonges-sur-l’Autize en 1886. Au total, vingt mutuelles contre la mortalité du cheptel bovin sont fondées jusqu’en 1899 et 61 entre 1900 et 1913. Dans huit communes du sud du département, il existe aussi des caisses d’assurances mutuelles contre les accidents agricoles. Enfin, le dispositif de protection des intérêts agricoles est complété par 153 mutuelles d’assurances contre les incendies créées avant 1914. Les caisses communales sont regroupées au sein d’une Caisse régionale d’assurances agricoles mutuelles contre l’incendie dite Mutuelle agricole incendie de l’Ouest dont le siège est à Niort. En 1912, elle comprend 2 730 adhérents pour un peu plus de 42 millions de francs d’assurés. À Melle, se trouve par ailleurs le siège de la Caisse d’assurance agricole mutuelle contre la grêle qui regroupe 214 membres, pour 45,6 millions de francs assurés.

  • 25 Ernest Pérochon analyse les transformations sociales chez les agriculteurs deux-sévriens dans La P (...)

25À la veille de la Grande Guerre, le mouvement coopératif renforcé par la mutualité assure une prospérité indéniable à l’agriculture du Centre-Ouest après la crise profonde engendrée par le phylloxéra. La coopération permet l’épanouissement d’une exploitation familiale tournée vers l’échange, la responsabilité envers la collectivité car le travail de chacun est indispensable à la réussite du groupe. Ces bons résultats se traduisent par l’augmentation constante de la production et des prix. Ce schéma harmonieux va être brisé par l’économie de guerre qui certes débouchera sur un enrichissement sans précédent des paysans mais aussi sur une indéniable dénaturation de l’esprit coopératif originel ainsi que le montrera Ernest Pérochon dans ses romans des années 192025.

Notes

1 Avant 1945, la Vendée est rattachée aux Charentes et au Poitou. L’inversion entre les noms des deux anciennes provinces résulte du choix gaullien de désigner Poitiers comme capitale régionale. Kocher-Marbœuf Éric, « La réception de la parole gaullienne dans les départements poitevins et charentais lors du voyage présidentiel de juin 1963 : entre accueil républicain et adhésion populaire », La Prise de parole en politique, Poitiers, Cahier du Gerhico, n° 10, 2007.

2 Bidaud Jules, Des laiteries coopératives dans l’Ouest de la France : étude d’économie rurale, Poitiers, thèse de science politique et économie, impr. du Courrier de la Vienne, 1906, 168 p. ; Desigauz Charles, De la coopération dans les beurreries des Charentes et du Poitou, Fontenay-aux-Roses, thèse de droit, impr. Louis Bellenand, 1905, 210 p. ; Ternoy J., Études sur les coopératives laitières en Charente-Maritime, Poitiers, Institut régional d’économie, 1965, 68 p. et Études sur les coopératives laitières en Deux-Sèvres, Poitiers, Institut régional d’économie, 1966, 76 p. ; Parenteau Denoël Philippe, Recherches sur les répercussions de la coopération laitière dans le canton de la Mothe-Saint-Héray, Poitiers, thèse de sciences économiques, 1962, 318 p.

3 Sur la naissance des mutuelles, Chaumet Michel, MAIF histoire d’un défi, Paris, Cherche-Midi, 1998, 334 p.

4 Siegfried André, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, A. Colin, 1913, 536 p.

5 Pérochon Ernest, Les Creux de maison, Paris, Plon, 1921, 248 p. Le roman est publié par L’Humanité en 1913 grâce à Pierre Brizon, député socialiste de l’Allier, professeur de Pérochon à l’École normale de Parthenay.

6 Bernier Michel, « La vie politique (1900-1914) », Le xxe siècle en Deux-Sèvres, La Crèche, Geste, 2000, p. 9-20.

7 Thabault Roger, Mon village, ses hommes, ses routes, son école, 1848-1914, l’ascension d’un peuple, Paris, Delagrave, 1943, Presses de Sciences Po, 1993, 250 p.

8 Les Deux-Sèvres par le préfet Dupin 1801, La Crèche, Geste, 2004, 200 p.

9 Bernier Michel « La vie politique » et Soumagne Jean « La vie économique (1968-2000) », Le xxe siècle en Deux-Sèvres, op. cit., p. 217-246. Sur le souvenir de la Vendée, voir les travaux de Jean-Clément Martin.

10 Gilles Bernard, Les Transformations de l’agriculture au xixe et au xxe siècles dans le sud des Deux-Sèvres, Bordeaux, thèse de 3e cycle de géographie, 1978, 402 p.

11 Arnaud Maxime, Les Souvenirs d’un vieux paysan de la chandelle de résine à l’ampoule électrique, Niort, Impr. du progrès, 1947, 18 p.

12 Surnom péjoratif des Vendéens réputés consommer ce légume en quantité.

13 Sagot Delphin, « Histoire de la laiterie d’Échiré », L’Industrie du beurre, 14 janvier 1906, p. 5.

14 Roger Gérard, Marie Harel : la fabuleuse histoire du camembert, Rouen, Le Veilleur de proue, 1999, 44 p.

15 Il s’agit des laiteries de Vouhé, Vandré, Bois-Hardy, Saint-Mard, Surgères.

16 Cf. carte de l’implantation des laiteries coopératives.

17 Roux Jacques, « Henri de la Porte et le mouvement socialiste révolutionnaire dans les Deux-Sèvres (1900-1914) », Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 2e série, t. XXII, n° 4, 4e trimestre 1989, Niort, p. 367-498.

18 Kocher-Marbœuf Éric, « De la terre de mission à l’espace de conquête, un siècle de socialisme en Deux-Sèvres », Terres marines, Rennes, PUR, 2005, p. 221-227.

19 Kocher-Marbœuf Éric, « La recherche perpétuelle de l’excellence au travail : l’exemple des fondateurs de la coopérative laitière d’Échiré (1894-1914) », Le Travail à l’époque contemporaine, Paris, CTHS, 2005, p. 359-381.

20 Kocher-Marbœuf Éric, « Pierre Dornic : le “maître à penser” des laitiers des Charentes et du Poitou », Formation au travail, enseignement technique et apprentissage, Paris, CTHS, 2005, p. 275-280.

21 Arnaud Maxime, op. cit., p. 2.

22 Un exemplaire des statuts est conservé aux archives départementales des Deux-Sèvres.

23 Arch. dép. des Deux-Sèvres, statuts de la société de panification de La Foye-Montjault, 1882.

24 Arch. dép. des Deux-Sèvres, statuts de la société de panification coopérative Clussais, 1911.

25 Ernest Pérochon analyse les transformations sociales chez les agriculteurs deux-sévriens dans La Parcelle 32 (1922), Bernard l’ours et la torpédo camionnette (1927), L’Eau courante (1932), Les Gardiennes (1924), Comment Boutois revint à la terre (1929), Marie-Rose Méchain (1931), une réédition des œuvres est en cours chez Geste éditions.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site