Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Sociabilité et politique en milieu rural

 | 
Annie Antoine
, 
Julian Mischi

Première partie. Appropriations et contestations de l’ordre politique en milieu rural

Une impression de « déjà-vu » : les formes de contestation en milieu rural. Le cas de la Galice après la guerre d’Espagne1

Ana Cabana Iglesia

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

  • 1 Ce travail s’inscrit dans le projet de recherche financé par le ministère des Sciences et des Tech (...)

1Dans cette contribution, nous adopterons trois perspectives fondamentales pour comprendre et interpréter la conflictualité sociale du monde rural galicien au cours des deux premières décennies de la dictature imposée par le général Franco.

  • 2 Edwards P. K. et Scullion Hugh, La Organización social del conflicto laboral : control y resistenc (...)

2Nous nous appuierons tout d’abord sur une conception générale de la « conflictualité », tout en suivant la typologie des sociologues Edwards et Scullion2, qui distinguent « le conflit ouvert », reconnu par ses propres acteurs et exprimé par une action, « le conflit non dirigé » consistant en un comportement concret qui n’est pas ouvertement et consciemment conflictuel, « le conflit institutionnalisé », qui reçoit une forme de reconnaissance institutionnelle ou qui s’inscrit au sein d’une pratique traditionnellement acceptée, et enfin « le conflit implicite », qui ne s’exprime ni à travers un comportement ni à travers une institution car le degré qu’il atteint ne permet pas de le canaliser.

  • 3 Tilly Charles, The Contentions French. Four Centuries of Popular Struggle, Cambridge, Harvard Univ (...)
  • 4 Mess Ludger « ¿ Vino viejo en odres nuevos ? Continuidades y discontinuidades en la historia de lo (...)
  • 5 Hobsbawm Eric, Rebeldes primitivos, Barcelone, Crítica, 2003.
  • 6 Pour une critique détaillée de ce point de vue, voir Manuel González de Molina, « Los mitos de la (...)

3En deuxième lieu, nous refuserons une division claire entre répertoires d’action « modernes » et « anciens » qui servirait à classer les stratégies de protestation3, et nous défendrons l’idée que les différentes formes de protestation sont liées au contexte. Dans cette perspective, tous les mouvements sociaux sont nouveaux et anciens à la fois. Ils réagissent à un nouveau contexte, et se nourrissent de l’expérience des mouvements qui les ont précédés, en adoptant des éléments issus de leurs idéologies, de leurs formes d’organisation et de nombreux aspects de leurs registres de protestation4. Enfin, nous nous écarterons d’une littérature historique qui décrit le paysan comme un agent social archaïque et secondaire, ainsi que des positions historiographiques qui considèrent tout acte de la population rurale comme pré-politique ou primitif5. Issus d’une interprétation du marxisme et des théories de la modernisation agraire, les travaux qui ont appuyé cette vision sont nombreux. Ils s’articulent autour de la notion de « formes résiduelles de protestation6 ».

  • 7 Habermas Jürgen, « New Social Movements », Telos, 49, 1981, p. 33-47.
  • 8 Sánchez León Pablo et Izquierdo Martín Jesús, « Miseria de la Microeconomía (Sujeto, racionalidad (...)
  • 9 On trouve une explication de ce point de vue dans les travaux de R. Guha. L’auteur analyse les mou (...)

4Dans certaines conditions de domination, la rébellion est perçue par les paysans comme un risque menaçant leurs intérêts et présentant de faibles probabilités de provoquer un véritable changement. C’est la raison pour laquelle ils préfèrent adopter d’autres attitudes qu’ils jugent plus en accord avec leurs objectifs et susceptibles d’éviter ou de réduire les conséquences pernicieuses qui mettraient leur condition en péril. Historiquement, le monde paysan n’a ainsi pas choisi la rébellion comme mécanisme de protestation. Cependant, si l’on qualifie les usages et les coutumes de protestation du monde rural comme étant vides de toute valeur ou de toute conscience politique, c’est que l’on tend à projeter un modèle d’analyse employé pour le monde urbain. Il existe en effet tout un éventail de pratiques économiques, sociales et politiques utilisées par les paysans, qui ne répondent pas à un calcul optimisé et ne peuvent donc être expliquées selon la rationalité instrumentale (coût/bénéfice en termes économiques). Cela ne signifie pas qu’il faille les interpréter comme étant irrationnels, il faut plutôt les lier à un autre type de rationalité comme la rationalité expressive (communiquer son appartenance au groupe)7. Il existe également une autre forme de rationalité rattachée aux conventions et aux procédés, qui permet aux paysans d’exprimer leur identité : la rationalité de procédé. Les paysans ne peuvent pas toujours anticiper les effets « macro » que peuvent entraîner leurs actes, c’est pourquoi, ils adoptent des attitudes qui ne répondent ni à des besoins ni à une efficience économique, mais plutôt à une série de conventions et de procédés grâce auxquels ils s’identifient à la communauté8. Lorsque l’on aborde les formes traditionnelles de protestation en milieu rural, il est donc nécessaire d’une part d’éviter de raisonner en termes de comportement « irrationnel » et d’autre part de dépasser la traditionnelle perspective qui qualifiait de « primitives » des actions en marge de l’idéologie dominante de la rationalité propre de la modernité9.

  • 10 Celles, en particulier, de l’École de la « Vie Quotidienne allemande » (ou Alltagsgeschichte) ains (...)
  • 11 Voir l’abrégé traitant des changements de perspective opérés au cours de l’histoire agraire espagn (...)

5Ces trois orientations s’inscrivent dans le renouvellement historiographique des deux dernières décennies. Les nouvelles voies d’analyse10 rendent possible la redéfinition des conflits sociaux, des procédés qui les limitent, et des motivations de leurs acteurs principaux. Elles observent aussi cette zone d’ombre au sein des mobilisations sociales retentissantes, ouvertes et articulées qui caractérisent historiquement la paysannerie. La recherche du conflit ouvert, prédominant dans l’historiographie des années soixante-dix et quatre-vingt, n’a pas été abandonnée. Cependant, de nouveaux travaux ont permis d’insérer le périphérique ou l’inarticulé comme des expériences de conflictualité surgissant au quotidien grâce à l’assimilation de l’histoire sociale et de l’histoire agraire, ainsi qu’aux progrès théoriques et conceptuels de la sociologie, de l’anthropologie culturelle et de l’écologie11. Ce renouvellement historiographique est lié à l’accès à de nouvelles sources. La consultation de dossiers de sanctions dans différents milieux (judiciaire, militaire, économique, etc.) fournit une information très riche sur les conflits du monde rural, y compris lorsqu’ils sont latents, sous des régimes politiques tels qu’une dictature où sévissent la censure de la presse et l’occultation de tout conflit dans les documents officiels. L’analyse de ce type de documents, tout comme la consultation des dossiers internes du parti unique, la Phalange (FET), sont la principale source de nos recherches.

Conflictualité rurale sous Franco. Des formes de protestation déjà vues

6Avant d’aborder les formes de protestation employées par la population rurale galicienne, nous nous intéresserons, bien que succinctement, à la législation franquiste qui est à l’origine de celles-ci. La politique agraire du premier franquisme présentait de fortes ressemblances avec celle qui fut menée dans les autres pays fascistes européens.

  • 12 Barciela Carlos et al. (éd.), Autarquía y mercado negro. El fracaso económico del Primer Franquism (...)

7Appuyées sur un ruralisme idéologique calqué sur les conceptions idéologiques de Darré en Allemagne et le ruralisme de Salazar au Portugal, les fondations de la politique franquiste des années quarante sont l’autarcie, l’intervention étatique, la défense de la propriété et le contrôle de la main-d’œuvre. La politique interventionniste se base sur le contrôle des prix et des facteurs productifs, via des décrets qui ne prennent pas en compte les lois du marché, comme en Allemagne nazie et en Italie mussolinienne. L’échec de ces mesures oblige l’administration à adopter de nouvelles dispositions régulatrices et à exercer plus de contrôles (réguler la superficie de culture obligatoire, pratiquer des réquisitions, établir des quotas, fixer des prix, etc.). Cette politique donne naissance à un mécontentement social qui, malgré les dures sanctions infligées à ceux qui passent outre les stipulations officielles, aboutit à de nombreuses formes de protestations, dont la plus évidente est le marché clandestin ou « marché noir12 ».

8Outre cet interventionnisme économique, ce sont l’organisation corporative et la politique de reforestation des politiques agraires qui provoquent une importante conflictualité sociale dans la campagne galicienne. La destruction des organisations politiques et syndicales de classe est suivie de la création d’un syndicalisme officiel obligatoire par le biais des Confréries de cultivateurs et d’éleveurs de bétail. Il s’agit d’un type de structure où, contrairement aux syndicats de classe, se réunissent des travailleurs et des propriétaires dans le but d’éviter tout conflit de classe au sein de la population rurale. Dans le nouvel État portugais, la constitution des Maisons du peuple implante un modèle semblable. Dans les deux cas, le contrôle exerce une fonction principale, laissant au second plan les rôles d’amélioration des conditions économiques et sociales. C’est pourquoi les confréries et autres organisations du syndicalisme officiel franquiste deviennent un foyer de tension continuelle, surtout dans un milieu où règne la corruption des sympathisants du régime et des grands propriétaires.

9En observant la superficie de montagne soumise à la politique de reforestation, on peut parler d’un véritable développement de la politique agraire en Galice, durant la première période du franquisme. Il s’agit alors pour l’État d’obtenir une autosuffisance en matière de production de cellulose. Cette politique implique l’expulsion des paysans des montagnes avoisinantes, alors que ces dernières ont toujours été considérées comme une propriété privée à usage collectif. La législation forestière franquiste provoque ainsi un conflit en Galice, opposant une administration désireuse de conférer à ces montagnes un usage forestier, et des communautés rurales qui souhaitent, elles, conserver leur usage agricole.

  • 13 Hervés Sayar Henrique et al., « Resistencia e organización, a conflictividade rural en Galicia des (...)

10Les modes de contestation adoptés dans les conflits opposant l’administration franquiste et la paysannerie marquent la récupération et la réactivation de formes de résistances historiques13. Quelles sont donc les formes d’action paysanne que l’on rencontre dans le monde rural galicien des années quarante et au début des années cinquante ?

  • 14 Rico Boquete Enrique, « Política forestal y conflictividad social en el noroeste de España durante (...)

11L’enclenchement du processus judiciaire est l’une des formes d’action à laquelle le monde rural galicien a le moins recours. Il s’agit en effet d’un procédé long et coûteux, et bien entendu, sans garantie de transparence et d’équité. Cependant, la politique forestière génère un grand nombre de plaintes. Les communautés rurales n’acceptent pas l’usurpation de leurs droits ancestraux, et ne se résignent pas à perdre le moteur de l’économie agraire qui garantit leur subsistance. Eduardo Rico constate l’existence de 272 plaintes présentées entre 1941 et 1971, chiffre d’autant plus impressionnant si l’on tient compte du fait que seules 226 communes font l’objet d’une reforestation durant cette période14. Cette forme de contestation suppose une action collective de la part des propriétaires des montagnes convoitées par l’administration. Chacune de ces plaintes fait référence au mécontentement de plusieurs individus, et comporte souvent des centaines de signatures.

12La rédaction de lettres et la présentation de réclamations sont en revanche des tactiques très employées pour s’opposer à la politique forestière, pour se plaindre des méthodes et des comportements des autorités, pour dénoncer la situation et pour faire valoir ses droits. Ces lettres se présentent sous diverses formes, mais répondent le plus souvent à un modèle pré-établi : sollicitation de l’indulgence pour les fautes d’orthographe dans les cas où les paysans sont les auteurs/rédacteurs des missives, expression de respect et d’affinité envers le destinataire, présentation du problème qui donne lieu à une action, et proposition de la solution qu’ils attendent. Les destinataires de ces missives sont le plus souvent les entités administratives supérieures tenues pour responsables et, dans certains cas, la plus importante d’entre elles, la préfecture. La fonction principale de ces lettres est de protestercontre la corruption des cadres administratifs de l’État. Les plus nombreuses sont celles qui impliquent des responsables municipaux, en particulier des maires, accusés de soustraire de l’argent destiné au rationnement, d’être de mèche avec des trafiquants du marché noir, ou encore de ne pas pourvoir aux besoins effectifs de la population. La majorité des auteurs sont en réalité des groupes de voisins exposant les problèmes qu’ils rencontrent, ce qui leur confère, tout comme les plaintes, un caractère d’action collective.

  • 15 L’une des composantes les plus significatives de la conflictualité rurale en Galice est le vaste m (...)

13Tout comme les précédentes modalités de résistance civile, le refus d’effectuer certains paiements ou déclarations fait partie de « l’habitude15 ».

14En revanche, cette attitude se situe hors de la légalité, et ceux qui la pratiquent connaissent les risques qu’ils encourent. En refusant de payer ces impôts, les paysans s’opposent à la politique de contrôle de la production, et aux prix fixés par le régime. Aussi la déclaration de récolte et l’annonce de quotas provoquent de vives réactions. Les fraudes lors des déclarations ou le retard à la remise du quota entraînent de nombreuses et continuelles actions qui sont les preuves de l’étendue de ces pratiques.

15Les quatre uniques documents traitant des révoltes des années quarante leur attribuent un caractère ponctuel et exceptionnel, renforcé par l’importance de la répression sous forme d’amendes et de condamnations pénales. Dans les cas enregistrés, il s’agit d’une action d’une partie du village ou même de sa totalité, mais toujours en connivence avec une autorité locale et utilisant divers moyens visant à éviter ou à minimiser les représailles (présence de femmes et d’enfants en première ligne, etc.). Ce mode d’action laisse supposer qu’il y a un certain degré d’organisation et le déploiement d’une action marquée par la rationalité ainsi que l’existence de règles et de limites pré-établies. Les révoltes naissent dans un contexte de fort ressentiment et de contrariété non mesurable par des paramètres objectifs de nécessité, mais exprimant plutôt une perception totalement subjective et interprétative.

16Comme dans les autres États fascistes, la politique interventionniste en matière de production et de contrôle des prix provoque la création d’un marché illégal de produits agraires, le marché noir. L’occultation, la fraude, ainsi que la corruption administrative sans précédents s’enracinent dans l’économie rurale. L’abondance des sources traitant des sanctions appliquées aux trafiquants du marché noir pour leurs prix abusifs est la preuve de l’étendue de ce phénomène. Le recours aux activités telles que la contrebande et le marché noir sont le fruit d’un mécanisme de contestation de la population rurale à chaque fois que l’action gouvernementale essaie de réglementer les lois du commerce. La majorité de ces formes de protestation relevant de conflictualités non dirigées ou même implicites se constituent comme des stratégies de survie, c’est pourquoi la communauté rurale ne les perçoit pas comme amorales.

17La rumeur est peu prise en compte par l’historiographie. Or, tout comme les insultes ou les couplets satiriques, elle met en évidence l’opposition aux structures du pouvoir, aux normes établies par le franquisme. Dans un contexte caractérisé par une forte hiérarchie et où le silence est le meilleur garant de survie, la culture populaire est un ressort créatif essentiel dans le déploiement d’un discours anti-franquiste. L’emploi de la rumeur ou des chansons satiriques était très présent au sein des communautés rurales galiciennes. Il favorise le développement d’un climat de trouble vis-à-vis des autorités locales.

18En revanche, l’aide aux maquisards reçoit une attention toute particulière en tant que mécanisme de contestation. Elle s’articule autour de la logique nous/eux et s’appuie sur la mémoire familiale et des pratiques de groupe. Le soutien à une organisation qui est directement hostile au pouvoir politique (soit passivement en gardant le silence, soit activement en l’informant et lui en offrant refuge et nourriture) démontre la force des réseaux sociaux primaires, des liens de voisinage et de la solidarité des communautés rurales. Les nombreux jugements conduits dans les tribunaux militaires pour complicité avec les « bandits » attestent de ce soutien, tout comme la chute tardive du partisan José Castro Veiga, alias O Piloto en 1965, dans la province galicienne de Lugo.

  • 16 Scott James C., Weapons of the Weak : Everyday forms of Resistence, New Haven, Yale University Pre (...)

19Le recours au boycottage relève des « armes du faible16 », c’est-à-dire des attitudes de dissimulation, de fausse ignorance et de passivité ainsi que des actions destructrices dont l’objectif est de miner les prétentions et les réalisations de l’administration. Ce modèle de contestation est activé pour faire face à la politique forestière ainsi que l’attestent les actions visant à rendre infertiles les terres repeuplées par l’administration forestière, comme les incendies volontaires. Le désintérêt porté aux initiatives officielles tout comme le désaccord lors de l’affiliation forcée dans les confréries exprime cette contestation. On citera, par exemple, les absences continuelles aux assemblées plénières, recueillies dans les comptes rendus de réunions, ou encore le laisser-aller dont les paysans font preuve quant aux tâches obligatoires imposées par ledit syndicat.

20La résistance symbolique, dernière forme de contestation, bien que jugée moins intense et moins décisive, est néanmoins la plus gênante aux yeux de l’autorité puisqu’elle ne permet pas de sanctions légales. Faire exploser des pétards, porter une cravate rouge, ne pas applaudir lors des discours publics des autorités, ne pas exécuter le salut fasciste, etc., sont aussi des formes de protestation. Le degré d’efficacité ne réside que dans la satisfaction des acteurs et le malaise de ceux qui en sont les cibles.

Analyse des formes de contestation de la Galice rurale : la « culture de la résistance paysanne »

  • 17 Les coûts perçus représentent un motif important qui module et explique l’absence ou la présence d (...)

21Sous le régime franquiste, toute opinion et critique directe font l’objet de répression. Par conséquent, la résistance politique ouverte comme le conflit direct ou la lutte armée sont minoritaires dans la campagne galicienne. Pour exprimer leur mécontentement et leurs revendications, les paysans font appel à d’autres méthodes qui, a priori, semblent moins coûteuses17.

22On peut ainsi distinguer une conflictualité sous la forme de contestations, de protestations, d’actes de mécontentement et de refus, etc., qui sont les preuves d’une résistance non pas à Franco en tant qu’homme politique et représentant d’une certaine idéologie, mais plutôt à un État interventionniste contrôlant la vie quotidienne.

23Les méthodes de contestation dépendent de multiples facteurs et en particulier des conditions concrètes du système politique. Nous rejoignons ainsi Sydney Tarrow et Charles Tilly dans leur description d’une action collective se développant en fonction de la situation étatique : c’est le pouvoir et les normes imposées par l’État qui définissent le conflit. La façon dont ces actions sont poursuivies, sanctionnées et réprimées nous informe de la marge de tolérance existante, et de ce que l’État considère comme déviant ou subversif. Dans le cas de l’État franquiste, tout ce qui va à l’encontre de ses objectifs sociaux, économiques ou idéologiques, est poursuivi et réprimé, à travers l’annihilation physique et à travers une pléthore de normes, décrets et lois qui confondent les délits contre l’État avec les délits d’ordre public. Ainsi, l’efficacité de la répression est-elle une bonne mesure pour déterminer la configuration des formes de contestation.

24Les attitudes de contestation similaires d’autres paysanneries européennes au cours de cette période sont dues au caractère répressif semblable des systèmes fascistes aussi bien politiquement que réglementairement. La similitude entre divers types de conflictualités n’est cependant pas seulement fonction de l’attitude semblable des États envers les communautés rurales. On remarque l’importance de l’empreinte des phénomènes de résistance précédents : les diverses formes de protestation auxquelles une population fait appel sont limitées, et leur choix est motivé, entre autres, par les tactiques employées dans le passé et qui sont encore présentes dans la mémoire collective.

  • 18 Thompson Edward Palmer, Costumbres en común, Barcelone, Crítica, 1995, p. 213-394.
  • 19 Dans la théorie de la pratique de Pierre Bourdieu, on décrit des processus d’actualisation du pass (...)
  • 20 Il s’agit de la méthode employée par les paysans portugais de Couço, étudiée par Godinho Paula, (...)

25Les formes sous lesquelles se présente la conflictualité rurale galicienne sont des réponses traditionnelles destinées à freiner l’extension du pouvoir étatique et de ses élites, et à empêcher des mesures jugées nocives. Ce sont des réponses à ce qui est considéré comme une offense aux normes de la société rurale et à l’économie morale. En somme, tout ce qui défi nit les conduites familiales, l’attitude envers la terre et la commercialisation, les manières, les valeurs, les règles de réciprocité, les stratégies de reproduction, etc.18. C’est pourquoi, les formes de contestation choisies pour lutter contre le franquisme ne sont spécifiques ni de l’époque ni de la région géographique. Elles sont sociologiques et historiquement propres aux classes subalternes, particulièrement à la paysannerie, car elles partent d’un trésor historique, d’un passé commun, d’une culture de la résistance, qui implique des armes acquises lors de cet apprentissage social. On peut distinguer deux modalités d’actualisation sociale du passé, expliquant l’usage de ces formes de contestation historiques. L’une est la réactivation pratique des procédés, des sentiments et des perceptions typiques d’un groupe déterminé. La continuité des pratiques traditionnelles de protestation n’est pas nécessairement consciente et, quand elle l’est, elle ne constitue ni un motif d’action19 ni une référence. L’autre modalité d’actualisation sociale des pratiques du passé consiste en une représentation de ce dernier, aussi bien dans l’acception cognitive que dans l’acception dramaturgique du terme. Les récits historiques comparatifs, dont les rituels et les célébrations commémoratives, sont des exemples de ce type d’actualisation20. La pratique de certaines méthodes plutôt que d’autres dans le monde rural galicien s’explique en grande mesure par sa culture de la résistance, nuancée par le contexte politique existant.

  • 21 Saavedra Fernández Pegerto, Señoríos y comunidades campesinas : aportaciones a la historia rural d (...)

26La forte empreinte de la culture de la résistance est celle qui détermine la genèse historique des modes de résistance et pose les fondements des actions de la paysannerie galicienne pour défendre ses intérêts. Ainsi n’est-il pas surprenant que celle-ci se montre partisane de ces formes de protestation face au franquisme, s’adaptant aux menaces historiques, afin de maintenir sa propre survie et la reproduction de ses formes d’organisation sociale, tout comme elle le fait lors de l’expansion économique capitaliste et la consolidation de l’État libéral du xixe siècle, ou bien avant, sous l’Ancien Régime, et enfin contre les droits seigneuriaux et les augmentations fiscales imposées par la royauté ou l’Église21. Les années au cours desquelles elle emploie des actions collectives, des méthodes de participation institutionnelle (le vote) ou des réseaux de participation politique formels et conventionnels (manifestations, grèves, etc.) ne sont qu’au nombre de trente. Historiquement, la forme de protestation des paysans galiciens est éloignée de celle des mouvements politiques organisés.

  • 22 González de Molina Manuel, « Introducción », González de Molina Manuel (dir.), La Historia de Anda (...)
  • 23 Viola Lynn, Peasant Rebels under Stalin. Collectivization and the Culture of Peasant Resistence, O (...)

27Ni la rhétorique officielle franquiste ruraliste ni le travail de l’administration pour mouler la société rurale sur le modèle du patriarcat et du paternalisme ne peuvent occulter l’existence d’une conflictualité dans le milieu rural galicien. Il s’agit d’une conflictualité sociale qui puise dans les formes de contestation propres de la lutte traditionnelle paysanne en l’absence de résistance politique formelle ou conventionnelle. Nous rejoignons ainsi le point de vue de M. González de Molina22 lorsqu’il signale qu’il faut « comprendre le conflit et la protestation paysanne, comme le choc entre la réalité et les prétentions reproductrices du monde paysan domestique, réalité perçue à travers un univers spécifique de valeurs et de méthodes de construction de la connaissance ». De même que l’ont souligné L. Viola pour la Russie stalinienne et P. Godinho pour le Portugal salazariste23, dans le cas galicien, on peut montrer en quoi une culture de la résistance a défi ni et délimité les tactiques à suivre.

Notas

1 Ce travail s’inscrit dans le projet de recherche financé par le ministère des Sciences et des Technologies (BHA20002-01304) « Transformations dans l’agriculture atlantique et évolution de la société rurale pendant le franquisme (1936-1975) : changement technologique, environnement et société civile » dont le principal chercheur est le professeur L. Fernández Prieto.

2 Edwards P. K. et Scullion Hugh, La Organización social del conflicto laboral : control y resistencia en la fábrica, Madrid, Ministerio de Trabajo, 1987, p. 27-33.

3 Tilly Charles, The Contentions French. Four Centuries of Popular Struggle, Cambridge, Harvard University Press, 1986.

4 Mess Ludger « ¿ Vino viejo en odres nuevos ? Continuidades y discontinuidades en la historia de los movimientos sociales », Historia Contemporánea, 12, 1997, p. 219-253, p. 228. Nous suivons l’idée de Sidney Tarrow qui signale que la prétendue nouveauté des mouvements sociaux « ne représentent rien de nouveau sous le soleil », et ne sont qu’une manifestation de plus d’un cycle de protestations plus étendu que celui des « anciens mouvements » (Tarrow Sidney, Poder en movimiento. Los movimientos sociales, la acción colectiva y la política, Madrid, Alianza Editorial, 1997).

5 Hobsbawm Eric, Rebeldes primitivos, Barcelone, Crítica, 2003.

6 Pour une critique détaillée de ce point de vue, voir Manuel González de Molina, « Los mitos de la modernidad y la protesta campesina. A propósito de “Rebeldes Primitivos”, de Eric Hobsbawm », Historia Social, 25, 1996, p. 113-158.

7 Habermas Jürgen, « New Social Movements », Telos, 49, 1981, p. 33-47.

8 Sánchez León Pablo et Izquierdo Martín Jesús, « Miseria de la Microeconomía (Sujeto, racionalidad e identidad en historia agraria) », Taller, Seminario de Estudios de Historia Agraria (SEHA), Sitges, 2002.

9 On trouve une explication de ce point de vue dans les travaux de R. Guha. L’auteur analyse les mouvements de paysans insurgés, dans une perspective influencée par Gramsci, et revendique l’existence d’une conscience politique le plus souvent niée. Il sous-entend à la fois une spontanéité, une situation non politisée, et une rébellion primitive au sein des protestations paysannes (Guha Ranahit, Las Voces de la historia y otros estudios subalternos, Barcelone, Crítica).

10 Celles, en particulier, de l’École de la « Vie Quotidienne allemande » (ou Alltagsgeschichte) ainsi que de l’Anthropologie sociale de James C. Scott et des disciples de sa théorie de la « résistance quotidienne », habituels chroniqueurs dans la revue Journal of Peasant Studies.

11 Voir l’abrégé traitant des changements de perspective opérés au cours de l’histoire agraire espagnole récente de Villares Ramón, « La renovación de la historia agraria española », Canal Jordi (dir.), Sociétés rurales du xxe siècle. France, Italie et Espagne, Rome, École française de Rome, 2004, p. 53-73.

12 Barciela Carlos et al. (éd.), Autarquía y mercado negro. El fracaso económico del Primer Franquismo, 1939-1959, Barcelone, Crítica, 2003, p. 55, 66-67.

13 Hervés Sayar Henrique et al., « Resistencia e organización, a conflictividade rural en Galicia desde a crise do Antiguo Réxime ao franquismo », Noticiario de Historia Agraria, 13, 1997, p. 165-191, p. 188.

14 Rico Boquete Enrique, « Política forestal y conflictividad social en el noroeste de España durante el primer franquismo, 1939-1959 », Historia Social, 38, 1999, p. 117-140.

15 L’une des composantes les plus significatives de la conflictualité rurale en Galice est le vaste mouvement de résistance face aux paiements de rentes et autres obligations imposés par les seigneurs au cours de l’Ancien Régime et qui se prolonge tout au long de la première moitié du xixe siècle (Velasco Souto Carlos, Agitacións campesiñas na Galiza do século xix, Noia, Laiovento, 1995).

16 Scott James C., Weapons of the Weak : Everyday forms of Resistence, New Haven, Yale University Press, 1985.

17 Les coûts perçus représentent un motif important qui module et explique l’absence ou la présence d’une action collective. La motivation pour participer à des actions collectives est liée à la perception des coûts et bénéfices occasionnant ou réprimant la participation. Il faut tenir compte à la fois des coûts personnels (le temps, l’argent, les problèmes avec les autorités économiques, etc.) et des coûts « normatifs », qui dérivent de la pression exercée par la famille, les amis et les voisins (voir Fernández Concha et Sabucedo Xosé Manuel, Do descontento…, op. cit., p. 160-161).

18 Thompson Edward Palmer, Costumbres en común, Barcelone, Crítica, 1995, p. 213-394.

19 Dans la théorie de la pratique de Pierre Bourdieu, on décrit des processus d’actualisation du passé par le concept d’habitus, qui désigne des systèmes de dispositions incorporées et conquises de manière inconsciente au cours des expériences de sociabilité durables et génératives (Bourdieu Pierre, Cosas Dichas, Barcelone, Gedisa, 1988, p. 84). Pierre Cornnerton parle de « mémoires-habitude », en soulignant que la mémoire ou la tradition sont transmises de manière non textuelle et non cognitive (Cornnerton Pierre, How Societies Remember, Cambridge, Cambridge University Press, 1989).

20 Il s’agit de la méthode employée par les paysans portugais de Couço, étudiée par Godinho Paula, Mémorias da Resistencia rural no Sul. Couço (1958-1962), Oeiras, Celta, 2001.

21 Saavedra Fernández Pegerto, Señoríos y comunidades campesinas : aportaciones a la historia rural de la España moderna, A Coruña, Fundación Pedro Barrié de la Maza, 2003.

22 González de Molina Manuel, « Introducción », González de Molina Manuel (dir.), La Historia de Andalucía a debate. I. Campesinos y jornaleros, Barcelone, Anthropos, 2000, p. 7-39, p. 24.

23 Viola Lynn, Peasant Rebels under Stalin. Collectivization and the Culture of Peasant Resistence, Oxford, Oxford University Press, 1996 ; Gondinho Paula, Memórias da Resistência…, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

open access

Brindado por L’éditeur de ce site