Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le passé des émotions

 | 
Luc Capdevila
, 
Frédérique Langue

Les émotions de la mémoire

Le passé des émotions, mémoires sensibles et histoire à vif, Amérique latine et Espagne

Luc Capdevila et Frédérique Langue

Texte intégral

  • 1 Escrache : manifestation publique, dans les années 1990-2000 en Argentine, faisant connaître le vis (...)
  • 2 Comparsa : danse de carnaval au Pérou. Cf. Robin-Azevedo V., Sur les sentiers de la violence au Pér (...)
  • 3 La Dirección de Inteligencia Nacional (DINA) : police secrète chargée de la répression politique so (...)
  • 4 Erhel L., La symbolique franquiste dans un espace démocratique : la statue de Francisco Franco, pla (...)
  • 5 Pérotin-Dumon A., Historizar el pasado vivo en América latina, [http://www.historizarelpasadovivo.c (...)

1Escraches bruyants et intransigeants en Argentine1 ; représentations théâtrales suscitées par les commissions justice et vérité, les organisations des droits de l’homme, les associations de quartier au Pérou, en Argentine, au Paraguay ; comparsas tout en nuance et dans la négociation dans les Andes péruviennes2 ; luttes âpres pour la direction du musée de la Villa Grimaldi occupant l’ancien siège de la DINA au Chili3 ; retrait à la sauvette de la statue équestre de Franco, place San Juan de la Cruz à Madrid, la nuit du 16 au 17 mars 20054 ; ce sont à chaque fois des moments d’émotions – exacerbation, raillerie, tristesse, crainte, allégresse, colère, enthousiasme, rires et larmes partagés… – qui témoignent d’une profonde intériorisation du passé et de la volonté de certains secteurs, voire de pans entiers de la société, de promouvoir, d’œuvrer à une réécriture de l’histoire avec les moyens d’intervention dont ils disposent : la muséographie, la danse ou le théâtre, le scandale et la justice, l’aménagement de l’espace public. La surprise est souvent de mise lorsque les observateurs de la société sont confrontés à la force des émotions alors que des groupes ou des individus se saisissent des questions de mémoire. Chacun se souvient également de ces moments de tensions extrêmes, de ces situations où des pesanteurs s’exercent soudainement lors d’une action scientifique où les problématiques historiennes se heurtent à des souffrances ou à des conflits mémoriels, lors d’un colloque, d’une conférence, lors de la publication d’un livre ou d’un simple entretien, rappelant brutalement aux historiens, si tant qu’ils l’aient jamais oublié, que leurs recherches sont aussi le ferment et le fruit des attentes de la société. Ainsi, le champ émotionnel, qui irradie l’environnement des études et alimente les dynamiques de recherche, est simultanément une contrainte forte et une formidable opportunité pour saisir l’histoire à vif et « historiciser le passé vivant5 ».

  • 6 Cf. Rousso H., Le Syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990 ; Blanchard P. et V (...)
  • 7 Cf. Benjamin W., « Sur le concept d’histoire », Œuvres III, Paris, Gallimard, 2000 (éd. or. 1942).

2L’entretien d’une relation aussi vive avec l’histoire n’est pas une exception culturelle. Mais s’il existe une singularité propre au monde hispanique et indo-américain des années 1990-2010, c’est de connaître une synergie remarquable entre les mobilisations politiques et l’engagement pour la « mémoire historique », qui a souvent anticipé les tournants historiographiques dans ces régions, peut-être de manière plus systématique que pour des processus semblables observés ailleurs6. Lorsque ces mobilisations n’émanent pas directement du mouvement social, on observe des dirigeants tenter de sensibiliser leurs concitoyens sur ces thèmes, par exemple au Brésil, ou les convoquer pour tisser un réseau de partisans, notamment au Venezuela. L’enjeu politique, dans le contexte de l’après-guerre froide et du reflux néolibéral, est bien de réviser la continuité historique7 et d’ajuster les représentations collectives du passé. Mais le contexte émotionnel pose les ressorts de la mobilisation, décline l’écoute de la réception des souvenirs et dessine le cadre de leur énonciation. On l’observe de manière précise dans ce volume pour le Chili, l’Espagne et le Venezuela. Néanmoins il ne faudrait pas considérer que ces phénomènes sont strictement liés aux dynamiques culturelles des seules sociétés de l’après-guerre froide. Des situations et des moments semblables dans le passé se vérifient, ainsi en Uruguay ou au Paraguay, où d’autres mouvements sociaux se sont emparés des questions de mémoire, tandis qu’ils œuvraient à la fondation d’une nouvelle société. Les configurations culturelles étaient différentes. Le rapport au temps n’était pas le même. L’analyse des régimes émotionnels intégrés aux régimes d’historicité permet ainsi de mieux entendre les orientations prises par ces sociétés au regard de leurs propres enjeux.

  • 8 Gonzalez Duro E., Las rapadas. El franquismo contra la mujer, Madrid, Siglo XXI España, 2012.
  • 9 Franco M., Un enemigo para la nación. Orden interno, violencia y « subversión », 1973-1976, Buenos (...)
  • 10 Cristia M., Image et politique dans l’Argentine des années 1966-1976 ou l’esthétique du péronisme (...)
  • 11 Huizinga J., Le déclin du Moyen Âge, Paris, Payot, 1932 (éd. or. 1919).
  • 12 Lefebvre G., La grande peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1932 ; Delumeau J., La peur en Occident, (...)
  • 13 Febvre L., « Une vue d’ensemble. Histoire et psychologie », Encyclopédie française, t. VIII, 1938. (...)

3Certes les émotions sont un fait dont l’appréhension est complexe pour les historiens. L’ensemble des auteurs de l’ouvrage ne cesse de le signaler. Comment se repérer dans le champ émotionnel qui parcourait le moment du supplice de ces femmes mexicaines à travers le discours moralisateur qui a été projeté sur leurs corps ? Comment traquer la peur qui a hanté les républicaines espagnoles alors qu’elles ont été contraintes durablement au silence et stigmatisées8 ? Les prismes sont nombreux et leur biais, parfois imposé lors de la collecte des données, problématique. Mais leur prise en compte est nécessaire pour saisir l’impulsion des dynamiques sociales et culturelles à une époque particulière. Lorsque, dans un bref moment d’ouverture politique, l’Argentine des années 1970 est submergée par la haine politique et la désignation de l’ennemi dans l’inertie des vieilles mobilisations péronistes renouvelées dans le contexte de guerre froide, la colère devient alors libératoire – tandis qu’elle est modérée au Brésil, où les acteurs sont davantage engagés dans une démarche de négociation9. Nourri d’une propagande dans laquelle l’image profondément suggestive, au message omniprésent et immédiatement décryptée joue le rôle de révélateur d’un imaginaire politique complexe, le péronisme dit « tardif » (1966-1976) fonde une culture politique et visuelle enracinée dans des affects que l’on retrouve aujourd’hui même : passion, ferveur, haine, ressentiment10. A contrario, dans une période antérieure de fermeture politique, en Argentine des années 1930, l’enthousiasme et l’exaltation participaient des ressorts de l’aspiration au renouveau. Déjà, au lendemain de la première guerre mondiale, Johan Huizinga s’immergeait dans les sensibilités et les sentiments du Moyen Âge « crépusculaire » des xive et xve siècles, pour comprendre la fin du monde médiéval qui avait précédé la Renaissance11 ; en 1932, Georges Lefebvre mettait en évidence le rôle de la peur parmi les ressorts du début de la révolution française, « mentalité obsidionale » dont Jean Delumeau a tenté de dégager une typologie mais également un « projet de société » à l’âge moderne12 ; Lucien Febvre, dans un article programmatique publié en 1938, incitait les historiens à s’intéresser aux « émotions », aux « décisions » et aux « raisonnements » afin d’« interpréter les démarches des hommes d’autrefois13 ». Les émotions comptent précisément parmi les ressorts de la mémoire et, dans le cas latino-américain et espagnol, d’une action politique se déclinant sur le long terme. Non dénuées d’enjeux politiques à court terme, les émotions mobilisées dans le temps présent des mondes ibériques s’inscrivent à l’encontre de violences parfois séculaires et ritualisées et de traumatismes liés au passé récent des dictatures ou de révolutions aux principes subvertis voire trahis. Le thème du retour à la démocratie et de la préservation des acquis d’une pratique politique marquée du sceau de la liberté est donc sous-jacent au registre émotionnel, intimement lié de surcroît à une demande de justice si ce n’est à une morale recomposée (cf. les commissions de la vérité, ou la référence tout aussi fréquente à la « justice transitionnelle »).

  • 14 Ferro M., Le ressentiment dans l’histoire. Comprendre notre temps, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 14 (...)

4La reviviscence de la blessure passée demeure, comme le souligne Marc Ferro, « plus forte que toute volonté d’oubli ». Dans tous les cas, la projection vers un avenir radicalement distinct confère par conséquent aux expériences latino-américaines et espagnole un sens profondément politique, quelque peu tombé en désuétude ou occulté sur un continent européen devenu en grande partie étranger à ces « politiques du sentiment ». Dans des sociétés d’histoire devenues dans une certaine mesure des « sociétés de mémoire » – comme en témoignent les commémorations tout à la fois multitudinaires et univoques des Indépendances – et dans un contexte ressenti d’accélération de l’histoire mobilisant parfois dans le même temps le « réalisme magique » cher aux écrivains latino-américains, le passé des émotions ne se réduit pas à une collection d’affects ensevelis et oubliés dont il faudrait retrouver la trace et recouvrer l’historicité, il constitue également le laboratoire privilégié de l’expérience historique du temps présent et d’un futur imaginé dans lequel l’« insomnie du Libertador » n’aurait plus lieu d’être14.

Notes

1 Escrache : manifestation publique, dans les années 1990-2000 en Argentine, faisant connaître le visage d’une personne du voisinage ayant participé à la répression dictatoriale. Cf. Tahir N., Les associations de victimes de la dictature : politiques de droits de l’homme et devoir de mémoire en Argentine (1976-2007), thèse Paris IV, Paris, 2011. Le procédé et sa dénomination se sont, depuis, transférés en Espagne où ils visent des personnages politiques apparaissant comme corrompus aux yeux de l’opinion publique.

2 Comparsa : danse de carnaval au Pérou. Cf. Robin-Azevedo V., Sur les sentiers de la violence au Pérou. Politique, mémoire et identité dans les Andes d’Ayacucho au lendemain de la guerre, mémoire inédit d’HDR, Toulouse le Mirail, Toulouse, 2012.

3 La Dirección de Inteligencia Nacional (DINA) : police secrète chargée de la répression politique sous la dictature chilienne, entre 1974 et 1977. Le Tonquer L., Construire une mémoire symbolique du temps dictatorial sur les ruines d’un centre secret de la répression. Le cas de l’ex-cuartel Terranova-Parc pour la Paix-Villa Grimaldi au Chili (1990-2010), mémoire de master d’Histoire et relations internationales, CERHIO UMR 6258/université Rennes 2, Rennes, 2012.

4 Erhel L., La symbolique franquiste dans un espace démocratique : la statue de Francisco Franco, place San Juan de la Cruz à Madrid, master d’histoire et médiation du patrimoine en Europe, CERHIO UMR 6258/université Rennes 2, Rennes, 2013.

5 Pérotin-Dumon A., Historizar el pasado vivo en América latina, [http://www.historizarelpasadovivo.cl/], consulté le 31 mars 2014.

6 Cf. Rousso H., Le Syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990 ; Blanchard P. et Veyrat-Masson I. (dir.), Les guerres de mémoires. La France et son histoire : enjeux politiques, controverses historiques, stratégies médiatiques, Paris, La Découverte, 2008 ; Garcia Carcel R., La herencia del pasado. Las memorias históricas de España, Barcelona, Galaxia Gutenberg, 2011.

7 Cf. Benjamin W., « Sur le concept d’histoire », Œuvres III, Paris, Gallimard, 2000 (éd. or. 1942).

8 Gonzalez Duro E., Las rapadas. El franquismo contra la mujer, Madrid, Siglo XXI España, 2012.

9 Franco M., Un enemigo para la nación. Orden interno, violencia y « subversión », 1973-1976, Buenos Aires, FCE, 2012 ; Manero E., L’autre, le même et le bestiaire. Les représentations stratégiques du nationalisme argentin – Ruptures et continuités dans le désordre global, Paris, L’Harmattan, 2003.

10 Cristia M., Image et politique dans l’Argentine des années 1966-1976 ou l’esthétique du péronisme tardif, thèse de doctorat en histoire et civilisations, EHESS, Paris, 2013.

11 Huizinga J., Le déclin du Moyen Âge, Paris, Payot, 1932 (éd. or. 1919).

12 Lefebvre G., La grande peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1932 ; Delumeau J., La peur en Occident, xixe-xviiie siècles, Paris, Fayard, 1978.

13 Febvre L., « Une vue d’ensemble. Histoire et psychologie », Encyclopédie française, t. VIII, 1938. Voir également « Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? La sensibilité et l’histoire », Annales d’Histoire Sociale, III, 1941, dans Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (éd. or. 1952), p. 245-259 et 260-279. En ligne : [http://classiques.uqac.ca/classiques/febvre_lucien/Combats_pour_lhistoire/febvre_combats_pour_histoire.pdf], consulté le 31 mars 2014.

14 Ferro M., Le ressentiment dans l’histoire. Comprendre notre temps, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 14 ; Soria C., Cortes Rocca P., Dieleke E. (ed.), Políticas del sentimiento. El peronismo y la construcción de la Argentina moderna, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2010 ; Hartog F., Croire en l’histoire, Paris, Flammarion, 2013, p. 107 ; Volpi J., El insomnio del Libertador. Cuatro consideraciones intempestivas sobre América Latina en el siglo XXI, Barcelona, Debate, 2009.

Auteurs

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Rennes 2, chercheur au CERHIO/CNRS UMR 6258
Directrice de recherche au CNRS, mondes américains/CNRS UMR 8168

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540