Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le passé des émotions

 | 
Luc Capdevila
, 
Frédérique Langue

Les émotions de la mémoire

Entre exaltation et enthousiasme, émotions collectives et régime d’historicité. La société paraguayenne et l’histoire au début du xxe siècle

Luc Capdevila

Texte intégral

1À la suite d’une mission réalisée au Paraguay en 1932, l’anthropologue Jehan Vellard écrivait pour introduire son récit qu’il ne pouvait

  • 1 Vellard J., Une Civilisation du miel. Les Indiens guayakis du Paraguay, Paris, Gallimard, 1939, p.  (...)

« évoquer le Paraguay sans revoir l’orchestre rustique, une guitare, un accordéon et une petite harpe, jouant dans quelque pauvre cabane mal éclairée par une ou deux lampes archaïques, à l’huile ou au pétrole. Les musiciens sont de simples péons, des gens de la campagne, sans éducation musicale, ayant le sens inné du rythme mais pas toujours celui de l’harmonie telle que nous la comprenons. […] L’orchestre joue les traditionnelles polkas paraguayennes plus ou moins rapides. De temps à autre un musicien s’accompagnant de la guitare improvise des couplets mordants sur tous les assistants sans épargner les étrangers présents que l’on veut honorer par cette marque spéciale d’attention. Ces improvisations alternent avec les danses et des chants guerriers célébrant les épisodes de l’épuisante guerre de quatre ans soutenue par le Paraguay de 1866 à 1870 contre ses voisins coalisés1… »

2Deux observations s’imposent à propos de l’ouverture de Jehan Vellard. La première porte sur la scène décrite. Jehan Vellard nous fait pénétrer au cœur de la sociabilité paraguayenne, dans ce qu’elle a de plus intime, dans ce qu’elle est de plus soudé, lors de ces moments de connivence intense qui se cristallise dans l’échange entre deux ou trois musiciens et une petite assemblée. On remarque alors la prégnance du souvenir du conflit de la guerre de la Triple Alliance comme principale référence culturelle de cette fabrique de l’entre-soi, car cette guerre désastreuse au cours de laquelle le Paraguay a été anéanti est élevée en épopée. La deuxième observation porte sur les ressorts de l’écriture. Pour évoquer le Paraguay des années 1930 d’emblée Jehan Vellard se réfère à la résonance de la guerre de la Triple Alliance dans l’imaginaire collectif de cette société.

  • 2 Gunther J., L’Amérique latine, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1943, p. 300.

3Il s’agit en effet d’une constante. Tout voyageur qui circule au Paraguay au xxe siècle est soudainement interpelé par la présence et la force d’évocation du souvenir de ce conflit dans cette société. À titre d’exemple, John Gunther, qui rédigea un essai sur les relations interaméricaines au début de la seconde guerre mondiale, introduisit le chapitre sur ce pays en expliquant que les Paraguayens étaient « des gens rudes et agressifs, animés d’un nationalisme intense et violent ». Il rappela alors la catastrophe que fut la guerre de la Triple Alliance pour les Paraguayens, précisant pour ce faire qu’« il est impossible de comprendre le Paraguay si l’on ne tient pas compte de cela ». Il souligna enfin : « C’est à peu près comme si les Américains continuaient à discuter avec passion les batailles du général Grant2. »

  • 3 Capdevila L., « El recuerdo de la Guerra de la Triple Alianza como substrato de la identidad paragu (...)
  • 4 Carbone R. et Soler L. (ed.), Franquismo en Paraguay : el golpe, Buenos Aires, El 8vo. Loco Edicion (...)
  • 5 « Algo más que una visita de estado. Cristina Fernández y Horacio Cartes mantuvieron un encuentro e (...)

4Or, même si d’évidence le régime émotionnel dans la relation au passé s’est modifié au fil du xxe siècle, on constate néanmoins la force du souvenir de la guerre de la Triple Alliance parmi les ressorts de mobilisation de la société paraguayenne, encore et toujours au début du xxie siècle3. Ce fut une nouvelle fois manifeste à la suite du « coup d’État parlementaire » qui a été dirigé contre le président Fernando Lugo le 22 juin 2012. Les partisans du coup d’État se mobilisèrent notamment sur le slogan du « Paraguay souverain » en opposition aux gouvernements du MERCOSUR, qui en excluant temporairement le Paraguay des cadres de l’organisation régionale furent immédiatement accusés de former la « nouvelle Triple Alliance4 ». Conjointement, le retour à la normale des relations argentino-paraguayennes et en quelque sorte à la réconciliation, en août/septembre 2013, induisit une évocation consensuelle de la mémoire de la guerre de la Triple Alliance entre les deux chefs d’État5.

  • 6 Cf. la démonstration d’Henry Rousso, Rousso H., La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le (...)

5L’intensité de la relation collective au passé fait du Paraguay un pays singulier en Amérique du sud. En effet, non seulement les souvenirs de la guerre de la Triple Alliance hantent l’espace public en occupant une multiplicité de lieux, d’objets usuels et de moments symboliques dans l’environnement et le quotidien, mais plus encore la plupart des habitants de ce pays intériorisent cette histoire épique. Ils ont un rapport individuel immédiat avec ce passé désormais éloigné et le vivent comme si c’était hier avec une profonde émotion, une force d’évocation et une grande sincérité. Cet événement, qui s’est produit il y a près de cent cinquante ans, constitue la « dernière catastrophe » pour le Paraguay6.

  • 7 Braud P., L’émotion en politique : problèmes d’analyse, Paris, Presses de la Fondation nationale de (...)
  • 8 Capdevila L., « Del pasado/presente paraguayo entre dictadura y democracia : los historiadores bajo (...)

6Citant Pierre Ansart et Montesquieu, Philippe Braud écrit que chaque système politique met en place un modèle de passion politique correspondant à sa structure et à son fonctionnement7. Dans le cas paraguayen cette relation à l’histoire chargée d’émotions est le produit d’une construction historique inscrite dans le développement du nationalisme et des courants autoritaires qui ont traversé tout le xxe siècle. Elle correspond également à l’affirmation d’un régime d’historicité héroïque qui s’est stabilisé avec les dictatures militaires. Dès lors, l’objet de cette analyse est d’observer l’émergence de ce régime émotionnel en la mettant en relation avec l’affirmation du régime d’historicité héroïque que nous avons précédemment étudié8. La première partie essaie de caractériser et d’identifier ce régime émotionnel dans la relation au passé. La deuxième s’intéresse à l’environnement, aux vecteurs et aux médias spécifiques qui ont conduit à cette relation singulière au passé. La troisième dessine les contours de son historicité afin d’évaluer les enjeux politiques qui ont participé de la passion paraguayenne pour l’histoire.

Entre enthousiasme et exaltation, caractérisation et identification d’un régime émotionnel

  • 9 Rodríguez Alcalá J., El Paraguay en Marcha, Asunción, Talleres « El País », 1907, p. 5.
  • 10 Bien que présentant des formes spécifiques, le nationalisme paraguayen est inscrit dans l’unité de (...)
  • 11 Sarmiento D. F., Facundo. Civilización i barbarie, Buenos Aires, Espasa – Calpe Argentina, S.A., 19 (...)
  • 12 Domínguez M., El alma de la raza. Asunción, Casa Editora de Cándido Zamphirópolos, 1918. Cf. en par (...)
  • 13 Rodríguez Alcalá G., Ideología autoritaria, Asunción, RP Ediciones, 1987.

7Une trentaine d’années après l’anéantissement du Paraguay provoqué par la guerre de la Triple Alliance le sentiment que « la nation est définitivement reconstruite » est installé9. Les années 1900 correspondent aussi à un moment d’émergence d’un courant nationaliste militant10, qui n’a eu de cesse de se renforcer jusqu’à la guerre du Chaco contre la Bolivie (1932-1935). Or, la caractéristique de ce courant est d’avoir été conduit par une jeune génération d’intellectuels issus de l’école normale ou de l’université d’Asunción. Ces derniers concentrèrent leur action dans la construction et la promotion d’un récit épique de l’expérience paraguayenne de la guerre de la Triple Alliance. Leur objectif était de dénoncer la version de l’histoire dite « libérale » alors en position hégémonique dans l’espace public, une version qui était aussi celle des vainqueurs. Elle consistait, tout en faisant porter l’essentiel des responsabilités de la guerre et du massacre des Paraguayens sur la mégalomanie et la cruauté du maréchal Francisco Solano López, « l’ex-dictateur » d’Asunción, à projeter sur le Paraguay du xixe siècle le système de représentation du rapport au monde des élites libérales mettant en opposition la « barbarie » des campagnes américaines avec la « civilisation » des cités de culture européenne11. Dans cette version dominante de l’histoire régionale du xixe siècle, le Paraguay en guerre défendait un gouvernement et une société archaïque, tandis que les coalisés de la Triple Alliance incarnaient la modernité et combattaient pour la liberté des peuples. Le courant nationaliste paraguayen émergeant, guidé dans un premier temps par une écriture épique du Paraguay en guerre contre la coalition brasilo-argentino-uruguayenne, commença par revendiquer l’héroïsme des soldats paraguayens12. Mais rapidement il s’orienta vers la réhabilitation progressive du régime caudillesque en place au moment du conflit, et creusa ainsi le lit des idéologies autoritaires qui s’installèrent durablement au Paraguay au cours des années 193013.

  • 14 Capdevila L., Una guerra total : Paraguay, 1864-1870 : ensayo de historia del tiempo presente, Buen (...)

8Ce courant intellectuel a été qualifié tardivement de « révisionnisme historique », car il a participé de la mouvance historiographique du même nom qui s’est développée à l’échelle régionale du Cône sud au xxe siècle. Mais au Paraguay, jusque dans les années 1960, les acteurs étaient davantage considérés comme étant les porteurs d’une « revendication historique » (reivindicación histórica). À ce titre, les enjeux soulevés par ces jeunes intellectuels étaient tout à la fois historiographiques et mémoriels, politiques et identitaires. Mais ils n’étaient pas que le segment activiste d’une génération. Plus visibles, plus bruyants et surtout plus audibles que le plus grand nombre de leurs compatriotes, ils se vérifièrent comme étant les porteurs d’une représentation du passé partagée par des pans entiers de la société paraguayenne, qui devint hégémonique au moment de la guerre du Chaco. De sorte que le débat public qu’ils imposèrent au cours des années 1900 donna lieu à des grands moments d’émotions collectives, car tout en faisant jouer des fractures mémorielles, il recoupait les clivages familiaux et les réseaux de clientèle qui traversaient l’ensemble de la société paraguayenne14.

  • 15 Rodríguez Alcalá J., op. cit., 1907, p. 332.
  • 16 Centurión C. R., Historia de las letras paraguayas : Epoca de transformación, Buenos Aires, Editori (...)

9« L’enthousiasme » et « l’exaltation » sont les deux émotions génériques que les contemporains attribuèrent de manière récurrente à ces jeunes intellectuels dans l’action qu’ils menaient pour changer la représentation du passé, alors en position dominante. « Patriotes purs […] ils consacrèrent tout leur talent à l’exaltation des gloires nationales » écrivait José Rodríguez Alcalá au début du xxe siècle à propos de la nouvelle intellectualité paraguayenne15. De même Carlos Centurión disait de Juan O’Leary, la figure de prou de ce mouvement, qu’il était un « ardent » polémiste et que sa plume était « exaltée16 ». Mais l’enthousiasme et l’exaltation ont participé également des émotions collectives dès lors que l’évocation du passé revendiqué se faisait dans l’espace public.

Illustration 1. – Patria, 3 janvier 1903, Bibliothèque nationale d’Asunción (BNA). Appel à la manifestation en première page : « La manifestation de protestation contre les offenses gratuites envers le peuple paraguayen et la négation de l’héroïsme du soldat de notre race, aura lieu demain dimanche, à 15 h. Point de ralliement, Place Uruguaya. »

Illustration 1. – Patria, 3 janvier 1903, Bibliothèque nationale d’Asunción (BNA). Appel à la manifestation en première page : « La manifestation de protestation contre les offenses gratuites envers le peuple paraguayen et la négation de l’héroïsme du soldat de notre race, aura lieu demain dimanche, à 15 h. Point de ralliement, Place Uruguaya. »
  • 17 Brezzo L., Juan Emiliano O’Leary. op. cit., 2011.
  • 18 Scavone R., Scavone Yegros S. et Brezzo L. M., Polémica sobre la historia del Paraguay, Cecilio Báe (...)
  • 19 Bibliothèque nationale d’Asunción (BNA), La Patria, 1er décembre 1902.

10Un observatoire intéressant de l’expression de ces émotions collectives peut être isolé lors d’une manifestation précoce qui s’est déroulée dans le centre d’Asunción, place Uruguaya, le 4 janvier 1903. Les manifestants s’étaient alors regroupés pour dénoncer les insultes de « crétinisme » et de « couardise » censées avoir été proférées par un compatriote à l’encontre des soldats paraguayens qui avaient combattu contre la Triple Alliance. Cet événement marque le moment où une polémique entre intellectuels, qui venait de se produire par voie de presse, donna lieu à l’expression d’un mouvement social17. Pendant plusieurs semaines, le jeune O’ Leary critiqua pied à pied dans le quotidien La Patria la thèse sur le despotisme paraguayen historique de son ex-professeur à l’école normale et cadre du parti libéral, Cecilio Báez18. L’argumentation est historiographique. Là où le libéral Cecilio Báez observe dans le régime paraguayen du xixe siècle une tyrannie responsable de la ruine de ce pays et de l’apathie de son peuple, le jeune nationaliste O’Leary perçoit des éléments de modernité et la réalité d’un âge d’or d’un Paraguay souverain. Mais la polémique s’enflamme dans la presse contre la formule de Cecilio Báez disant que « le Paraguay est un pays crétinisé par des siècles de despotisme19 ». Une formule maladroite, certes. Cecilio Báez la justifiait comme étant du registre « médical ». Mais elle conduisit à mobiliser, faisant monter la fureur du courant nationaliste tout au long du mois de décembre 1902. Il dénonçait dans Báez un antipatriote qui déshonorait et humiliait son peuple en le traitant de « crétin ». La dynamique alla crescendo jusqu’à la manifestation du 4 janvier. Le fond de la polémique est simultanément mémoriel, idéologique et identitaire. Mémoriel car il concerne le souvenir personnel et familial de la guerre de la Triple Alliance et du xixe siècle proche : guerre héroïque et âge d’or du Paraguay souverain pour les uns, lamentable désastre et succession de tyrannies infâmes pour les autres. Idéologique car le clivage oppose également le courant libéral en quête d’une modernité qu’il trouve en Occident, notamment via Buenos Aires, à des nationalistes fiers de leur autochtonie et qui se réclament du régime autoritaire des caudillos d’Asunción. Identitaire, car le sentiment national se cristallise sur le conflit de mémoire clivant les familles, les clientèles et les partis.

  • 20 BNA, La Patria, 5 janvier 1903. Les citations qui suivent proviennent de ce même numéro.

11La représentation du passé est donc le principal ressort de la violence du conflit. Les enjeux de mémoire sont tels pour les acteurs qu’ils les conduisent à se mettre en mouvement, à sortir de soi, à faire que leur état de conscience se traduise par des manifestations du corps. Autrement dit, la manifestation de la mémoire collective est indissociable d’un registre d’émotions collectives qui peut être identifié à partir de l’expression corporelle des sentiments. Elles se vérifient tout d’abord dans la teneur excessive des propos qui ont été formulés. L’appel à la manifestation dénonce : « Un fils du Paraguay a lancé à la face du pays les injures les plus sanglantes adressées à sa propre nation », et demande aux patriotes qu’ils viennent s’opposer aux « barbares de l’intérieur20 ». Les gestes également sont dans l’excès. Au début du rassemblement les manifestants reçoivent des jets de pierres. Avec la teneur des propos, se rajoute le ton de la voix des orateurs qui participe de la démonstration. Lorsque le sénateur Santiago Gómez Sánchez prend la parole, il le fait avec « une voix puissante et pleine de patriotisme ». Il dénonce à son tour les insultes qui ont « ému » et « profondément ébranlé les bons patriotes ». Le collectif existe dans l’interaction entre l’orateur et l’auditoire. En ce sens, il y a émotion collective. Les paroles du sénateur Gómez « sont saluées à plusieurs moments par des salves tonitruantes d’applaudissements ». Les observateurs décrivent « un enthousiasme toujours croissant » de la part de la foule à l’écoute des discours. D’autres orateurs ont pris la parole. En particulier un ancien combattant, Florentín Centurión, lui aussi s’insurge contre les insultes attaquant le patriotisme du soldat paraguayen. Tout d’abord il rappelle qu’il est « cruel d’être obligé de réveiller ces souvenirs qui rouvrent les plaies et relancent les douleurs ». Puis, son discours, plein de lyrisme à l’évocation de l’épopée, devient confus tant il est chargé d’émotions. On le dit « transfiguré par ses propres paroles ». La jeunesse qui l’écoute était « transportée », « bouleversée », « profondément émue », se mit à « pleurer ». L’assemblée « respectueuse » écoutait « religieusement » le vétéran « entouré de tout un peuple », les moments de « silence » étant interrompus par des applaudissements nourris.

Illustration 2. – Patria, 5 janvier 1903 (BNA), bilan de la manifestation du dimanche 4 janvier en première page : « Le crétinisme paraguayen. La manifestation d’hier. »

Illustration 2. – Patria, 5 janvier 1903 (BNA), bilan de la manifestation du dimanche 4 janvier en première page : « Le crétinisme paraguayen. La manifestation d’hier. »
  • 21 Ruby C., L’enthousiasme. Essai sur le sentiment en politique, Paris, Hatier, 1997.

12Le point saillant de cet événement est d’observer en quoi et comment au Paraguay en 1903 l’évocation publique du passé donna lieu à un acte de communion. Le lyrisme des orateurs, l’enthousiasme de l’auditoire les accompagnant par des applaudissements tonitruants, les paroles confuses d’un ancien transfiguré et les larmes d’une jeunesse transportée à l’écoute du vétéran signalent les éléments qui constituent une grammaire des manifestations du corps dans la relation collective au passé. Deux remarques au sujet de la manière d’aborder cet acte de communion. La première est que la mobilisation pour le souvenir réalisée au cours de cette manifestation n’a pas été faite selon les ressorts du devoir ou du droit à la mémoire, mais au nom de la « défense » de la mémoire pour reprendre les termes du sénateur Santiago Gómez, au titre de la défense des « morts » et des « vieillards fragiles qui nous ont tout donné ». Les acteurs considèrent ainsi leur action comme relevant d’un devoir de citoyenneté envers les anciens, et conjointement envers la communauté présente, sans qu’il y ait de rupture entre le passé et le présent. D’autre part l’injonction de défense signale également une démarche offensive contre ce qui est considéré comme une agression. La deuxième interroge l’oscillation entre « l’enthousiasme » et « l’exaltation » qui semble structurer le cœur de ce régime émotionnel. Or, comme le souligne Christian Ruby les exaltations n’ont guère de rapport avec l’enthousiasme politique. L’enthousiasme est mouvement. Il marque un commencement. Il débouche sur une histoire vivante qui aspire à une autre histoire. Alors que l’exaltation n’a pas de pouvoir producteur. Les incantations sont nourries de mythologies. Elles renvoient au passé. Les manifestations du corps correspondent alors plutôt à des spasmes qu’à des émotions21.

  • 22 Littré E., Dictionnaire de la langue française, Chicago, Encyclopædia Britannica, 1991 (1869) ; Rob (...)

13L’enthousiasme et l’exaltation sont contradictoires, voire antinomiques dans le rapport au temps. Mais la proximité des signes dans les manifestations du corps peuvent donner lieu à des confusions d’interprétation de la part des observateurs. Il est nécessaire dès lors de s’interroger si ce régime émotionnel observable au Paraguay relève plutôt de l’exaltation ou de l’enthousiasme. L’exaltation est davantage du ressort de l’adoration et du registre religieux à travers l’action d’élever, celle de rendre plus glorieux, dans un sens politique elle consiste dans un état sous l’emprise d’une ardeur excessive ; alors que l’enthousiasme est du côté de l’action, avec l’idée d’élan, de mouvement, en correspondant à « une émotion qui pousse dans la joie22 ». En résumé, l’enthousiasme est élan, action et joie, l’exaltation étant davantage ascension, adoration et excès.

  • 23 O’Leary J. E., Apostolado patriótico : conferencia dada en la ciudad de Pilar el 12 de octubre de 1 (...)
  • 24 Capdevila L., « Patrimoine de la défaite et identités collectives au Paraguay (xxe siècle) », dans (...)

14L’action qui est menée notamment le 4 janvier 1903 semble en effet plutôt du ressort de l’exaltation que de l’enthousiasme, néanmoins enthousiasme et exaltation y sont alors encore mêlés. Les manifestants venaient « défendre » le souvenir des « efforts suprêmes » des combattants de 1870, « la valeur et la puissance des soldats », « l’héroïsme » qui fait « la grandeur » de « la race paraguayenne », « les prouesses » qu’ils avaient accomplies. Le « peuple » était venu les écouter « solennellement » pour se nourrir de ces hauts faits, honorer leur mémoire, célébrer la patrie, et jeter l’opprobre sur les fils indignes du Paraguay. De même, ces jeunes intellectuels étaient connus pour « chanter les gloires nationales », et Juan O’ Leary lui-même considérait son travail d’historien comme un « apostolat patriotique23 ». Plus encore, on retiendra l’état de grâce qui est celui de l’auditoire en pleurs à l’écoute du vétéran Florentín Centurión, « profondément ému » lui aussi, versant des larmes à l’évocation du « désastre qu’ils n’avaient pu conjurer ». Ainsi, l’intensité de la relation au passé qui est exprimée à partir de cette période montre que désormais la mémoire publique de la guerre de la Triple Alliance est pratiquement du ressort du sacré, au Paraguay24.

  • 25 Par exemple le colonel Florentín Oviedo le 1er mars 1922 lors des manifestations accompagnant l’ina (...)
  • 26 BNA, La Nación, 13 octobre 1936.

15On observe conjointement que le temps fort de la manifestation du 4 janvier est marqué par le discours de l’ancien combattant Florentín Centurión. Néanmoins, bien que très émouvant il correspond à un moment de confusion dans la mise en récit du souvenir. Or il semble que par la suite, du moins lors des grandes commémorations patriotiques, les vétérans ne prenaient plus la parole dans l’espace public pour témoigner. Le récit de la guerre a été alors pris en charge, normalisé et porté par la nouvelle génération. Les vétérans, qui formèrent le maillon essentiel dans la construction de la mémoire collective ont été ainsi élevés en butte-témoin de la nation paraguayenne. Ils participaient en tant qu’icones à ces grands moments de communion25. Ils étaient aux premières loges. Ils formèrent par exemple la principale haie d’honneur au moment des cérémonies du transfert des cendres du maréchal López au Panthéon national le 13 octobre 193626. Ils témoignaient ainsi de leur expérience de la guerre par la présence et les manifestations de leur corps, mais sans prendre la parole pour délivrer leur récit.

Vecteurs, médias, acteurs à l’origine de la formation d’une mémoire épique

16L’expression de l’exaltation et de l’enthousiasme dans la relation au passé qui a marqué la société paraguayenne au cours du premier tiers du vingtième siècle peut se comprendre en raison de l’intensité et de la violence du drame qui s’est joué lors du conflit contre la Triple Alliance. Néanmoins, ce registre d’émotions collectives n’est pas observable parmi les expressions de la mémoire publique au lendemain du conflit, alors qu’il le devint à la suite des actions menées par les générations nées après 1870, à partir des années 1900, puis est allé croissant jusque dans les années 1930 au lendemain de la guerre du Chaco contre la Bolivie. Il s’agit d’une construction historique trouvant une explication dans les enjeux symboliques qui se dessinent pour cette société au cours des années 1900-1930. Mais conjointement à une demande sociale inscrite dans les problématiques du présent, des ressorts culturels spécifiques ont favorisé l’exaltation plus que l’enthousiasme. La médiation avec l’événement a joué ainsi un rôle déterminant dans la production d’une émotion particulière qui induisait un sentiment de proximité, voire d’immédiateté avec le passé et la conviction de vérité sur ce qui s’était produit.

  • 27 López Decoud A. (e.a.), La República del Paraguay, un siglo de vida nacional, 1811-1911, Buenos Air (...)

17Le sentiment de proximité avec le passé au Paraguay, tandis que le temps s’écoule au fil du xxe siècle, tient à plusieurs facteurs. Le premier consiste dans l’envergure, l’intensité et le processus de totalisation de l’événement guerrier qui a bouleversé et impacté l’ensemble de la population paraguayenne et de son territoire. Les habitants du Paraguay avaient ainsi le sentiment de vivre en étant entourés de morts, en voisinant des « milliers de Paraguayens » gisant dans des tombes anonymes, perdues et dispersées sur tout le territoire, tandis que sur les ex-champs de bataille les âmes des guerriers tombés à l’ennemi erraient dans la campagne, gardaient les lieux, écoutaient les vivants. Les traces des combats continuèrent également de marquer durablement les paysages et d’imprégner profondément l’imaginaire collectif : ruines de la forteresse d’Humaitá et de la forge d’Ybycuí, tranchées de Curupayty, épaves de Vapor Cué, champs de bataille d’Ytororó, de Lomas Valentinas, de Cerro Corá étaient ressassés telle une antienne. Longtemps avant d’avoir été monumentalisés ou muséifiés par les dictatures, ces sites étaient des lieux puissants d’évocation et d’identification, où les visiteurs venaient communier avec le passé27.

  • 28 Cf. les pages consacrés aux vétérans de la guerre de la Triple Alliance en particulier dans López D (...)
  • 29 BNA Patria, « La cuenta de los héroes » (pobres viejecitos), 20 janvier 1917, p 1.
  • 30 BNA El Liberal, 1er mars 1922, (lindos y fuertes viejecitos), article de Benito Irala sur les ancie (...)
  • 31 Cf. Capdevila L., op. cit., 2010.
  • 32 Capdevila L., « Les vétérans paraguayens de la guerre de la Triple Alliance : des oubliés de l’hist (...)
  • 33 Lire en particulier les pages rédigées par Juan O’ Leary sur la guerre de la Triple Alliance dans L (...)

18Le sentiment d’immédiateté est aussi le fait de la présence des témoins. Malgré l’hyper-mortalité, notamment masculine, engendrée par le conflit, les anciens combattants continuèrent de circuler dans la société paraguayenne et à borner l’espace public de manière significative jusque dans les années 1910, et encore dans les années 192028, alors que la société saluait désormais avec compassion ces « pauvres petits vieux29 » ou ses « beaux et forts petits vieux30 ». Mais l’événement guerrier avait été d’une incroyable complexité. Il s’agissait tout à la fois d’une guerre offensive et défensive, d’un affrontement intérieur ayant entraîné une répression effroyable de la part du pouvoir en place, et d’un suicide collectif31. De ce fait, les témoignages des combattants étaient marqués par l’ambivalence, par des récits souvent contradictoires et parfois très confus, surtout lorsqu’ils émanaient des anciens enfants soldats qui composaient plus de la moitié de l’armée nationale dans la dernière phase du conflit. Les témoignages des anciens combattants oscillaient ainsi entre des anecdotes épiques, des envolées lyriques célébrant leur propre héroïsme, celui de leurs frères d’armes et de leurs chefs, proclamant qu’ils avaient tout donné jusqu’au martyre pour défendre la patrie injustement attaquée par les hordes de la coalition, tout en dévoilant leur conviction de partager la responsabilité d’un épouvantable désastre collectif, en se sentant coupable d’avoir survécu au cataclysme, en altérant la représentation de l’épopée par celle du naufrage. L’ambivalence du récit de leur propre expérience de guerre caractérise le témoignage des vétérans des années 190032. Il en existe des centaines dans les dossiers des anciens combattants conservés au ministère de la Défense d’Asunción. Les traces des discours de vétérans prononcés dans l’espace public, et les quelques rares récits publiés à l’époque (moins d’une dizaine) vont dans le même sens. Or, de ces récits, la jeune génération n’a conservé que le versant épique, qu’elle a normalisé et stabilisé au cours des années 1910, en particulier dans les publications de prestige réalisées à l’occasion des commémorations du centenaire de la république33. Souvent, ces jeunes intellectuels qui s’érigèrent en porteur de mémoire avaient une filiation directe avec les acteurs de la guerre dont ils étaient les fils, puis les petits fils. Conjointement, pour ceux venus de l’étranger, leur installation au Paraguay s’opéra par l’incorporation de la représentation épique du passé national dans leur imaginaire et leur rattachement par ce lien à la mémoire collective.

  • 34 Des éléments dans Pérez Ferreira S., Testimonios de un capitán de la Guerra del 70, Justiniano Roda (...)
  • 35 Concernant la démarche de l’historien argentin Zeballos, cf. Brezzo L., « La guerre du Paraguay à t (...)
  • 36 Warren H. G., La reconstrucción del Paraguay, 1878-1904 : la primera era colorada, Asunción, Interc (...)
  • 37 Capdevila L., « Del pasado/presente paraguayo entre dictadura y democracia : los historiadores bajo (...)

19Les vecteurs et médiations qui ont favorisé l’émergence de cette emprise du passé furent donc les morts, les lieux, les témoins et les porteurs de mémoire. L’autre élément qui a favorisé la production de ce sentiment d’immédiateté est celui des conditions et des contextes de l’évocation du passé, de la diffusion et de la transmission de sa représentation. Les historiens scientifiques travaillent avec des traces écrites. Or, la société paraguayenne s’est retrouvée sur cette représentation épique dans le cadre de manifestations, de rassemblements au cours desquels étaient prononcés des discours, où étaient données des conférences, dont les textes écrits ne constituent qu’une résonance froide. Les écrits forment en ce sens une source secondaire. L’oralité occupe ainsi une place fondamentale pour comprendre l’existence de ce registre émotionnel. L’histoire était d’abord racontée par des orateurs lyriques, donnant lieu à ces moments de communion et de compassion avec l’auditoire et les participants, à l’occasion de commémorations, de réunions politiques, mais aussi dans les casernes et dans les écoles34. Le Paraguay ne conservait que peu d’archives de la guerre. Surtout, la pratique des historiens était de puiser leur connaissance du passé dans les témoignages qu’ils collectaient auprès des acteurs du passé35. Juan O’Leary lui-même réalisa de manière empirique une histoire privilégiant les sources orales, rendue possible en raison de sa proximité avec les milieux combattants ; il produisait aussi une histoire mémorielle inspirée de sa mémoire familiale et de celle de la clientèle dont il participait en ayant pris le parti des fils du maréchal López36. Par ailleurs, concernant la diffusion de son savoir, il prononçait tout d’abord des conférences innombrables qu’il publiait ensuite sous forme d’articles, ou qu’il réunissait pour en faire des livres. Ce qui explique conjointement le lyrisme et l’emphase de ses propres textes, proches dans l’esthétique, le ton et les images du système de représentation verbalisé par les vétérans37.

  • 38 Prochasson C., L’empire des émotions. Les historiens dans la mêlée, Paris, Éditions Demopolis, 2008 (...)

20La proximité entre témoins et acteurs, dont participaient les historiens, a favorisé la production d’une histoire compassionnelle faite d’empathie et pleine de certitudes. Mais les contextes de mobilisation et de rassemblement au cours desquels cette histoire était déclamée ont engendré la manifestation de cette exaltation collective dans le rapport au passé qui a durablement surpris les observateurs. La compréhension de ce phénomène passe par la mise en relation de ce régime émotionnel avec un régime d’historicité38.

Entre exaltation et enthousiasme, l’historicité d’un régime émotionnel, Paraguay 1903-1936

  • 39 Capdevila L., « Passé vivant et régime d’historicité au Paraguay, du temps présent dans la longue d (...)
  • 40 Idée bien développée dans O’Leary J. E., Apostolado patriótico… op. cit., 1930. Il est à noter que (...)

21Recouvrant progressivement le système libéral de la représentation du temps, caractérisé par l’idée de rupture avec un passé archaïque et le sens d’une histoire en marche tendue vers le progrès, l’hégémonie d’un régime d’historicité héroïque s’est imposée durablement au Paraguay, au début du xxe siècle39. En rupture avec l’histoire libérale, ce régime héroïque consiste dans un rapport au temps où le présent est consubstantiel du passé, où les habitants du Paraguay et leurs dirigeants incarnent un collectif dont la filiation est immédiate entre les générations successives et les morts40. Le temps est ainsi en suspens. Le passé et le présent ne font qu’un. Le futur est une dimension secondaire, le Paraguay étant immergé dans un passé de gloires. L’usage de la chronologie est à la fois sélectif, idéologisé et fonctionnaliste.

  • 41 O’Leary J. E., Apostolado patriótico…, op. cit., 1930, p. 79.

22De ce fait, l’histoire mise en récit au xxe siècle était strictement narrative, nationale et concentrée sur les événements militaires. C’était un récit épique, fait de batailles et de retournements, dominé par les grands caudillos qui « incarnaient » le « Paraguay souverain41 », « les hommes montagnes », d’immenses magistrats qui dirigeaient « un peuple de héros ». « Au Paraguay il n’y a que des héros » avait coutume de dire le général Stroessner pour couper court à toute polémique. La « mort du roi », en l’occurrence celle du maréchal López le 1er mars 1870 lors de la bataille de Cerro Corá qui clôt la guerre de la Triple Alliance, était l’acmé de l’histoire nationale. L’événement représentait à la fois le martyre, le sacrifice et l’héroïsme absolu de la nation à travers la figure de son chef. Au fil du xxe siècle, ce qui avait été une défaite fut transfiguré en un haut lieu de la résistance nationale, pour être ensuite confirmé par la victoire sur la Bolivie, à la suite de la guerre du Chaco en 1935. Il s’agit par conséquent d’une construction culturelle fondée sur une mythification du passé proche. Mais elle a pu s’imposer à l’initiative de quelques jeunes intellectuels, parce que ces derniers ont su trouver les mots et le ton qui permirent d’organiser un imaginaire collectif et de lui donner sens. In fine le Paraguay est le seul pays de la région ou le « révisionnisme historique » s’est imposé comme une quasi-religion d’État. Ainsi, cette initiative a aussi bien fonctionné, car elle était en cohérence avec un système de représentation du passé et un régime émotionnel qui formèrent le creuset de ce régime d’historicité.

23L’émergence de ce régime émotionnel au début du xxe siècle articulait enthousiasme et exaltation. Enthousiasme car il était mouvement. Il était porté par le sentiment qu’un commencement était possible. Il participait alors des ressorts de mobilisation du courant nationaliste qui militait pour changer la représentation du passé dans l’espace public. Exaltation, car il était inspiré par la mythification du passé récent et l’aspiration à « chanter les gloires nationales », par la célébration de l’héroïsme du soldat paraguayen, au lieu de débattre des faits et d’impulser l’élan pour construire un futur. La conjoncture correspondant au moment où les habitants de ce pays avaient le sentiment que le Paraguay était en train de renaître, et que face à un passé qui avait vu mourir le vieux Paraguay, la renaissance en cours et la projection du collectif dans l’avenir passait par la valorisation de l’image de soi et la glorification d’une histoire nationale. Ce projet d’une mémoire collective épique, forcément stéréotypée, était en contradiction avec l’expérience des faits et la représentation des survivants. Mais tandis que certains en étaient satisfaits ou consentirent à ce compromis, d’autres identifièrent dans cette action le risque évident de réhabiliter la figure des caudillos, notamment l’image du maréchal López, et de favoriser le parti de la tyrannie. Une menace qui fut dénoncée dans un tract lucide signé par 255 notables dans un appel au peuple en décembre 1902 qui concluait par :

  • 42 Bibliothèque du ministère de la Défense d’Asunción, collection Gill Aguinaga, dossier n° 175.

« Nous rendons cette déclaration publique afin d’empêcher, comme fils de cette terre cent fois martyr, que sous prétexte d’encenser ses gloires, on éduque le peuple dans le culte de ses bourreaux, l’habituant à l’adoration des fausses idoles, alors qu’au contraire on doit l’éduquer dans la vérité et dans le culte de la patrie et de ses institutions42. »

24Sans pour autant se risquer dans un raisonnement téléologique, on conviendra que l’analyse était juste. En effet, la mouvance nationaliste s’est organisée et a agi en ce sens entre la décennie 1900 et les années 1930. Ainsi, les grands moments d’émotions collectives correspondèrent aux mobilisations qui se déroulèrent au fil des commémorations et qui conduisirent progressivement à la réhabilitation politique du maréchal López. Jusque dans les années 1930, ces événements montrent une montée en puissance démographique et émotionnelle du mouvement, à la fois en terme d’enthousiasme et d’exaltation. Cela correspond à une phase de revendication, de construction et de mobilisation, mais aussi de communion, d’intériorisation du sentiment d’une filiation directe des contemporains avec les héros du passé, de conviction de détenir la vérité, et donc d’immersion dans le mythe. Ces moments correspondent en particulier aux commémorations célébrant la mort du maréchal López à Cerro Corá les 1er mars, et à l’anniversaire de sa naissance les 24 juillet. Avant la guerre du Chaco, le cinquantenaire de Cerro Corá en 1920 et le centenaire de la naissance du maréchal López en 1926 comptèrent parmi ces grands moments d’enthousiasme et d’exaltation collectifs.

  • 43 BNA, fonds Juan E. O’Leary, El Mariscal Francisco Solano López Presidente de la República del Parag (...)

25La guerre du Chaco contre la Bolivie, comme le sont généralement les guerres internationales, favorisa la culture du consensus, le militarisme, la confiance dans les chefs, et l’exaltation du patriotisme, qui permirent la réhabilitation officielle du maréchal López au lendemain du conflit et l’institutionnalisation d’un culte des héros de la guerre. L’immédiat après-guerre donna ainsi lieu à d’autres grands moments d’enthousiasme et d’exaltation. Notamment en 1936 : lors du 1er mars devenu fête nationale « jour des héros » au cours de laquelle les Paraguayens communièrent autour du souvenir des grands caudillos du xixe siècle ; puis les 12 et 13 octobre qui marquèrent l’apothéose du maréchal López avec l’entrée de ses « cendres » au Panthéon national des héros à Asunción, accompagnées du corps du soldat inconnu de la guerre du Chaco43. Néanmoins, l’enthousiasme et l’exaltation en 1936 dans le triomphe de la représentation épique du passé se comprennent également avec la conjoncture qui est aussi celle de la fin de la guerre et d’une période révolutionnaire, à la suite du coup d’État du colonel Franco en février 1936. L’ensemble était ainsi censé annoncer une nouvelle ère nationale.

  • 44 Brezzo L. et Figallo B., La Argentina y el Paraguay, de la guerra a la integración. Imagen históric (...)
  • 45 Capdevila L., « El recuerdo de la Guerra de la Triple Alianza como substrato de la identidad paragu (...)

26Mais c’est une longue série de régimes autoritaires qui a suivi. En effet, par la suite, l’enthousiasme s’est effacé alors que l’exaltation s’est pérennisée dans la relation au passé. Les dictatures civiles et militaires, en élevant cette version de l’histoire en religion d’État44, enfermèrent le Paraguay dans un passé national mythifié, le posant telle une chape sur les visions d’avenir45. De ce fait, si l’enthousiasme s’est estompé dans l’expression du collectif, l’exaltation s’est maintenue dans la relation au passé.

27L’approche d’une histoire des émotions collectives a ainsi permis d’identifier et d’observer les ressorts ayant favorisé l’émergence d’un courant politique qui s’est d’abord organisé pour un combat mémoriel. Elle a également permis de mieux comprendre la spécificité et les cadres du régime d’historicité qui s’est installé puis imposé. Entre l’enthousiasme et l’exaltation, c’est bien l’exaltation qui dominait parmi les moteurs de la mobilisation du courant nationaliste paraguayen. Ce dernier, au lieu de se tourner vers l’avenir n’a eu d’yeux que pour le passé. Mais l’enthousiasme a participé également du moment d’émergence du mouvement pour la « revendication historique ». Ainsi, régime émotionnel et régime d’historicité ont participé d’un même mouvement. Mais tout autant que l’importance du traumatisme produit par un événement considérable, c’est un environnement spécifique et un moment particulier qui ont favorisé l’expression collective d’un registre émotionnel singulier, et le choix politique qui en a résulté.

Notes

1 Vellard J., Une Civilisation du miel. Les Indiens guayakis du Paraguay, Paris, Gallimard, 1939, p. 11.

2 Gunther J., L’Amérique latine, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1943, p. 300.

3 Capdevila L., « El recuerdo de la Guerra de la Triple Alianza como substrato de la identidad paraguaya », in H. Crespo, J.-M. Palacio et G. Palacios (coord.), La Guerra del Paraguay. Historiografías. Representaciones. Contexto, México, El Colegio de México, 2012, p. 31-49 ; « Passé vivant et régime d’historicité au Paraguay, du temps présent dans la longue durée », dans L. Capdevila et F. Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 263-278.

4 Carbone R. et Soler L. (ed.), Franquismo en Paraguay : el golpe, Buenos Aires, El 8vo. Loco Ediciones, 2012.

5 « Algo más que una visita de estado. Cristina Fernández y Horacio Cartes mantuvieron un encuentro en la Casa Rosada », Pagina 12, 11 septembre 2013, [http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-228762-2013-09-11.html].

6 Cf. la démonstration d’Henry Rousso, Rousso H., La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2013.

7 Braud P., L’émotion en politique : problèmes d’analyse, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1996, p. 13.

8 Capdevila L., « Del pasado/presente paraguayo entre dictadura y democracia : los historiadores bajo la dictadura », Revista Res Gesta, n° 46, Rosario, 2008, p. 28-46.

9 Rodríguez Alcalá J., El Paraguay en Marcha, Asunción, Talleres « El País », 1907, p. 5.

10 Bien que présentant des formes spécifiques, le nationalisme paraguayen est inscrit dans l’unité de conjoncture qui réunit la plupart des pays d’Amérique latine pour les années 1900-1930. Cf. Compagnon O., L’adieu à l’Europe. L’Amérique latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2013.

11 Sarmiento D. F., Facundo. Civilización i barbarie, Buenos Aires, Espasa – Calpe Argentina, S.A., 1967 (1845).

12 Domínguez M., El alma de la raza. Asunción, Casa Editora de Cándido Zamphirópolos, 1918. Cf. en particulier la conférence qu’il a prononcée à l’Institut Paraguayen le 28 janvier 1903 : « Causas del heroismo paraguayo », p. 13-51.

13 Rodríguez Alcalá G., Ideología autoritaria, Asunción, RP Ediciones, 1987.

14 Capdevila L., Una guerra total : Paraguay, 1864-1870 : ensayo de historia del tiempo presente, Buenos Aires/Asunción, SB éd./CEADUC, 2010.

15 Rodríguez Alcalá J., op. cit., 1907, p. 332.

16 Centurión C. R., Historia de las letras paraguayas : Epoca de transformación, Buenos Aires, Editorial Asunción, 1948, p. 182. Concernant la trajectoire de cet intellectuel lire Brezzo L., Juan Emiliano O’Leary : el Paraguay convertido en acero de pluma, Asunción, El Lector, 2011, 152 p.

17 Brezzo L., Juan Emiliano O’Leary. op. cit., 2011.

18 Scavone R., Scavone Yegros S. et Brezzo L. M., Polémica sobre la historia del Paraguay, Cecilio Báez y Juan Emiliano O’Leary, Asunción, Editorial Tiempo de Historia, 2008.

19 Bibliothèque nationale d’Asunción (BNA), La Patria, 1er décembre 1902.

20 BNA, La Patria, 5 janvier 1903. Les citations qui suivent proviennent de ce même numéro.

21 Ruby C., L’enthousiasme. Essai sur le sentiment en politique, Paris, Hatier, 1997.

22 Littré E., Dictionnaire de la langue française, Chicago, Encyclopædia Britannica, 1991 (1869) ; Robert P. (e.a.), Le Nouveau Petit Robert, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1993.

23 O’Leary J. E., Apostolado patriótico : conferencia dada en la ciudad de Pilar el 12 de octubre de 1930, Asunción, 1930.

24 Capdevila L., « Patrimoine de la défaite et identités collectives au Paraguay (xxe siècle) », dans J.-Y. Andrieux (dir.), Patrimoines sources et paradoxes de l’identité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 205-218.

25 Par exemple le colonel Florentín Oviedo le 1er mars 1922 lors des manifestations accompagnant l’inauguration du monument rendant hommage aux héros de la guerre de la Triple Alliance à Asunción, cf. BNA, El Liberal, 1er mars 1922.

26 BNA, La Nación, 13 octobre 1936.

27 López Decoud A. (e.a.), La República del Paraguay, un siglo de vida nacional, 1811-1911, Buenos Aires, Talleres gráficos de la Cía. general de fósforos, 1911 ; Monte Domecq R., La República del Paraguay en su primer centenario, Buenos Aires, Compañía sud-americana de billetes de banco, 1911 ; Bordón F. A., Paraguay, guía geográfica de turismo, Asunción, Los Talleres Gráficos La Colmena, 1932.

28 Cf. les pages consacrés aux vétérans de la guerre de la Triple Alliance en particulier dans López Decoud A. (e.a.), op. cit., 1911 ; Monte Domecq R., op. cit., 1911 ; lire également le texte « El veterano » de Barrett R., El dolor paraguayo, Caracas, Bib. Ayacucho, 1978 (1925), p. 48-49.

29 BNA Patria, « La cuenta de los héroes » (pobres viejecitos), 20 janvier 1917, p 1.

30 BNA El Liberal, 1er mars 1922, (lindos y fuertes viejecitos), article de Benito Irala sur les anciens combattants, p. 1.

31 Cf. Capdevila L., op. cit., 2010.

32 Capdevila L., « Les vétérans paraguayens de la guerre de la Triple Alliance : des oubliés de l’histoire ? », dans N. Richard, L. Capdevila et C. Boidin (dir.), Les guerres du Paraguay, aux xixe et xxe siècles, Paris, CoLibris, 2007, p. 169-180.

33 Lire en particulier les pages rédigées par Juan O’ Leary sur la guerre de la Triple Alliance dans López Decoud A. (e.a.), op. cit., 1911, p. 115-205. Dans cet album du centenaire l’épopée de la guerre occupe aux alentours de 20 % du volume.

34 Des éléments dans Pérez Ferreira S., Testimonios de un capitán de la Guerra del 70, Justiniano Rodas Benítez : parte de la historia de San Ignacio de las Misiones, Asunción, 1989.

35 Concernant la démarche de l’historien argentin Zeballos, cf. Brezzo L., « La guerre du Paraguay à travers la mémoire de ses acteurs : le projet historiographique d’Estanislao Zeballos », dans N. Richard, L. Capdevila et C. Boidin (dir.), op. cit., 2007, p. 93-109.

36 Warren H. G., La reconstrucción del Paraguay, 1878-1904 : la primera era colorada, Asunción, Intercontinental, 2010.

37 Capdevila L., « Del pasado/presente paraguayo entre dictadura y democracia : los historiadores bajo la dictadura », art. cit.

38 Prochasson C., L’empire des émotions. Les historiens dans la mêlée, Paris, Éditions Demopolis, 2008 ; Langue F., « Les cendres des héros. Mémoires et histoires du temps présent vénézuélien », dans L. Capdevila et F. Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle : l’histoire du temps présent en Amérique latine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 215-230.

39 Capdevila L., « Passé vivant et régime d’historicité au Paraguay, du temps présent dans la longue durée », dans L. Capdevila et F. Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle : op. cit.,, p. 263-278. Concernant les régimes d’historicités, nous nous appuyons sur les travaux de François Hartog, en particulier l’analyse qu’il fait des régimes héroïques à partir des études de Marshall Sahlins. Cf. Hartog F., Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003 et Sahlins M., Des Îles dans l’histoire, Paris, Hautes Études/Gallimard/Le Seuil, 1989.

40 Idée bien développée dans O’Leary J. E., Apostolado patriótico… op. cit., 1930. Il est à noter que cette conférence publiée a été très diffusée au Paraguay et a représenté pendant longtemps une sorte d’ouvrage de référence sur la mission de l’historien.

41 O’Leary J. E., Apostolado patriótico…, op. cit., 1930, p. 79.

42 Bibliothèque du ministère de la Défense d’Asunción, collection Gill Aguinaga, dossier n° 175.

43 BNA, fonds Juan E. O’Leary, El Mariscal Francisco Solano López Presidente de la República del Paraguay y General en Jefe de sus Ejércitos. APOTEOSIS, Asunción, 1936.

44 Brezzo L. et Figallo B., La Argentina y el Paraguay, de la guerra a la integración. Imagen histórica y relaciones internacionales, Rosario, Pontificia Universidad Católica Argentina, 1999. Cf. l’analyse réalisée en ce sens par la commission Vérité et Justice du Paraguay : Comisión Verdad y Justicia, El Autoritarismo en la historia reciente del Paraguay, Asunción, Ministerio de educación y cultura, 2008 ; voir également les rapports publiés par cette même commission en 2008, Informe final/Anive hahuã Oiko, notamment les tomes I et VI, l’ensemble étant accessible sur l’internet, notamment à partir du site du musée virtuel MEVES, Memoria y Verdad sobre el Stronismo : [http://www.meves.org.py/].

45 Capdevila L., « El recuerdo de la Guerra de la Triple Alianza como substrato de la identidad paraguaya », art. cit, 2012 ; Soler L., Paraguay, la larga invención del golpe : el stronismo y el orden político paraguayo, Buenos Aires, Imago Mundi, 2012.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. – Patria, 3 janvier 1903, Bibliothèque nationale d’Asunción (BNA). Appel à la manifestation en première page : « La manifestation de protestation contre les offenses gratuites envers le peuple paraguayen et la négation de l’héroïsme du soldat de notre race, aura lieu demain dimanche, à 15 h. Point de ralliement, Place Uruguaya. »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42603/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Illustration 2. – Patria, 5 janvier 1903 (BNA), bilan de la manifestation du dimanche 4 janvier en première page : « Le crétinisme paraguayen. La manifestation d’hier. »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42603/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 195k

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Rennes 2, chercheur au CERHIO/CNRS UMR 6258

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540