Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le passé des émotions

 | 
Luc Capdevila
, 
Frédérique Langue

La mémoire des corps

Ouverture I

Texte intégral

1Simultanément expérience et événement, les émotions traduisent un accord spontané, intuitif, plein et entier entre le sujet qui les porte et le contexte qui les provoque. Fait central de l’expérience humaine, il n’en reste pas moins difficilement saisissable pour les historiens contraints par la médiation des sources. Car il ne faut pas confondre l’histoire des émotions avec celle des variations expressives ou des conventions liées à leur régulation précise Javier Moscoso, comme il ne faudrait pas confondre l’histoire de l’amour avec celle des lettres d’amour ajoute-t-il. En effet les filtres sont nombreux. Ce sont le plus souvent des témoins qui rapportent sur les émotions ressenties par d’autres. Le chercheur travaille avec des coupures de presse, des rapports d’autopsie, des images, et fait son miel des éléments de langage fixés sur le papier, des attitudes corporelles décrites, des actes transgressifs rapportés, à partir duquel il étudie des expressions culturelles de la haine, de la peur, de la colère. Les valeurs morales projetées sur les corps meurtris de ces femmes suppliciées, au Mexique, écrit Rosalina Estrada Urroz, voilent leur souffrance et leurs émotions au moment de leurs tourments. Le ressenti proprement dit du sujet ne cesse ainsi de se dérober.

2Dès lors, se précise l’importance des contextes politiques et culturels qui favorisent leur expression, les dotent d’une coloration particulière, leur donnent sens, car même leur libération répond à des codes, obéit à des hiérarchies et à des régulations sociales. Ainsi, l’Argentine bouillonnante en 1973 étudiée par Moira Cristiá et Gildas Brégain se révèle un moment libératoire des émotions collectives. Non seulement parce que les élites culturelles et des cadres politiques incitent à leur expression et que la vie publique est traversée par des clivages profonds, mais aussi parce que les acteurs sociaux ont le sentiment de vivre un temps des possibles, un moment d’ouverture sur l’avenir, comme d’autres le ressentent dans l’Espagne transitionnelle, à la fin des années 1970. Il en est de même dans les années 1930 où les émotions sont mises en scène en grande pompe par les élites conservatrices attachées à l’ordre lors des obsèques du général Uriburu, observe Sandra Gayol ; tandis que l’enthousiasme et l’exaltation débordent les organisateurs des funérailles d’Yrigoyen, ces derniers parvenant à travers elles à célébrer le peuple argentin bigarré et l’aspiration au renouveau démocratique.

3Le ressenti, subjectif, se dérobe au profit de son incarnation ou à travers ses mises en scène. Les contextes, les codes, les régulations sociales les mettent en musique, altèrent les traces de l’expérience humaine. Mais celle-ci jaillit parfois à travers des émotions transversales, sans voile, qui tissent le lien entre le passé et le présent, entre le témoin et l’historien. La peur habite toujours des républicaines espagnoles persécutées pendant la guerre civile, contraintes au silence sous la dictature franquiste, alors que pour la première fois elles délivrent leur témoignage dans une ambiance de clandestinité, au début des années 2000, rapporte Maud Joly. L’émotion nourrit la mémoire des corps. Elle les convoque, telle une archive des expériences du passé.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540