Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Gaulle et l’Amérique latine

 | 
Maurice Vaïsse

De Gaulle en Amérique latine

L’ambition et les contraintes. Les discours et messages du général de Gaulle en Amérique latine et leur réception : la voix et les voies de la politique latino-américaine de la France (1964)

Matthieu Trouvé

Texte intégral

  • 1 Revue Espoir n° 114, janvier 1998, numéro spécial « Le voyage du général de Gaulle en Amérique lati (...)
  • 2 Les discours étudiés sont reproduits dans Gaulle Ch. (de), Discours et Messages, t. IV, Paris, Plo (...)
  • 3 « Je vais en Amérique latine sans programme diplomatique bien précis mais en quelque sorte instinct (...)

1Des tournées spectaculaires et symboliques : c’est ce qui reste avant tout des voyages du général de Gaulle en Amérique latine, voyages qui ont pris des allures de grandes kermesses en l’honneur du héros de la France Libre1. Le spectacle, on le retrouve dans l’accueil enthousiaste voire parfois délirant que les foules latino-américaines ont réservé au général de Gaulle, illustre visiteur, héros légendaire pour ces populations, à chaque étape du voyage. La symbolique, on la retrouve, quant à elle, dans les discours et allocutions du chef d’État, au Mexique, puis de Caracas à Rio2, dont les principaux thèmes ont été accueillis avec plus ou moins de bonheur sur place. Que pouvait proposer, du reste, la République française à ses sœurs latino-américaines ? S’interroger sur les discours de De Gaulle, c’est s’interroger sur le verbe gaullien, sur les objectifs d’un voyage en Amérique du Sud dont de Gaulle disait lui-même qu’ils pouvaient paraître flous3. C’est s’interroger aussi sur le contenu et la portée du message, les ambitions politiques que de Gaulle souhaite porter en Amérique latine, ainsi que sur leur réception à la fois auprès des gouvernements et des populations locales. À travers ses discours, le général de Gaulle fixe les grands objectifs de la politique française à l’égard de l’Amérique latine, continent où les intérêts et l’implication de la France sont moins évidents qu’en Afrique ou en Asie. Présentés souvent comme des défis aux États-Unis, les voyages au Mexique et surtout en Amérique du Sud participent pleinement de la politique de grandeur ou de l’illusion de la grandeur. On peut classer schématiquement les thèmes des discours en deux ensembles.

Des thèmes controversés voire critiqués

Le rejet de toute hégémonie

2Le premier thème important à mentionner est celui du « rejet des hégémonies » ou de la « double hégémonie américano-soviétique ». Présent dans la plupart des discours de Caracas à Rio de Janeiro, il a été modérément apprécié par les dirigeants sud-américains, sans être toujours franchement critiqué. Il faut dire qu’il faisait écho au thème, plus apprécié on le verra, de l’indépendance. Pour le général de Gaulle en effet, le rejet des hégémonies est une condition sine qua non pour tout pays qui aspire à l’indépendance. Ce thème, qui s’inscrit dans une constante de la politique extérieure française des années 1960, prend en même temps une connotation très anti-américaine en Amérique latine. Se fondant sur les nécessités d’un certain polycentrisme qui, selon lui, devrait succéder à la domination bipolaire des superpuissances, de Gaulle estime que la mise en œuvre d’une politique internationale indépendante, dégagée des tutelles hégémoniques et caractérisée par l’établissement de relations avec tous les États nationaux, est seule susceptible de créer l’équilibre et la paix.

  • 4 Communiqué franco-uruguayen du 9 octobre 1964 et allocution prononcée à l’issue du dîner offert par (...)
  • 5 Discours prononcé à l’université de Brasilia le 14 octobre 1964, Le Monde, 15 octobre 1964.

3Derrière ce thème se cache aussi un projet de développement spécifique en ce qui concerne les pays latino-américains. Le général de Gaulle n’exclut pas seulement toute « ingérence ou intervention étrangère » et tout alignement sur les « idéologies extrêmes », il s’oppose également à toute forme larvée de spoliation, liant le progrès des pays latino-américains à leur indépendance. Il proclame la nécessité d’une révision radicale des relations entre les puissances industrielles et les pays en voie de développement, évoque l’indispensable stabilisation des cours des matières premières et offre une aide libérée « de toute pression politique ». Selon lui, le développement qu’il convient de favoriser implique la diversification des économies de monoproduction et un effort d’industrialisation, mais aussi le « relèvement du niveau de vie des peuples en vue d’une authentique libération de l’homme… par rapport à la faim, à la misère et à l’ignorance4 ». Il estime qu’il ne peut y avoir de paix durable tant que la pauvreté ne sera pas vaincue et lie le développement au progrès social, en rappelant que « chaque catégorie sociale doit avoir sa part de responsabilité dans ce qui est entrepris » et qu’il convient de procéder à une « distribution équitable des richesses5 ».

4Le thème du rejet des hégémonies est évoqué de quatre façons : les hégémonies sont d’abord purement et simplement critiquées et dénoncées, puis le Général affirme vivement sa crainte de voir le monde livré à la concurrence des hégémonies ; il propose ensuite d’unir les efforts de tous pour surmonter ce danger et parle enfin parfois de l’accord existant sur ce point entre la France et les nations sud-américaines. Devant les parlementaires colombiens, de Gaulle dénonce les « oppositions, ambitions et litiges politiques et idéologiques qui divisent la race des hommes ». Devant les parlementaires péruviens, il critique les « idéologies et les hégémonies », ou encore « les idéologies et les hégémonies rivales » au Congrès de Montevideo. Devant les sénateurs et les députés chiliens, il parle des « idéologies essoufflées » et des « hégémonies lassées ». Deux années après la crise de Cuba, il montre sa crainte de voir notre univers « secoué d’hégémonies concurrentes et d’idéologies opposées » devant le Parlement argentin, ou bien de voir une nation s’exposer « à servir de champ de bataille aux deux idéologies extrêmes et, par là même, de satellite à l’une ou à l’autre des hégémonies qui tendent à diriger l’univers ». Peut-il être plus explicite encore quand il déplore « la concurrence acharnée des idéologies » et « la rivalité passionnée des hégémonies » à Montevideo ? Le Général propose encore l’union pour surmonter « les conflits des idéologies et les heurts des ambitions » dès son arrivée à Bogota et expose la « conception d’un monde qui devrait s’organiser en fonction non de ses rivalités, mais de sa solidarité » à Lima. À Caracas, il fait remarquer d’ailleurs que Vénézuéliens et Français sont « d’accord pour que toute oppression et toute hégémonie soient exclues de notre univers ». C’est ce que la France a déjà entrepris, dit-il au Congrès de Brasilia, « en dépit des idéologies opposées et des hégémonies concurrentes ».

  • 6 Le Monde, 23 septembre 1964.
  • 7 Le Monde, 25 septembre 1964.

5Bien que présente tout au long du voyage, cette dénonciation des hégémonies est évoquée de façon générale au hasard d’une phrase ou à la fin d’un long discours. Les États-Unis et l’URSS ne sont jamais explicitement nommés. La plupart des dirigeants latino-américains ont montré leurs réticences en ce domaine en affirmant leur attachement traditionnel au continent américain et surtout aux États-Unis. Par réalisme, par crainte de la réaction américaine ou par conviction, ils ont presque tous accueilli froidement le rejet des hégémonies énoncé par de Gaulle. Ce thème impliquait, il est vrai, sinon de rompre les liens avec les Américains, du moins de s’écarter de leur influence et de se montrer critique envers un Oncle Sam qui a fait de l’Amérique latine sa chasse gardée en vertu de la doctrine Monroe depuis 1823. Les réactions des chefs d’État sud-américains ne laissent aucun doute. On déclare ouvertement dans les milieux du département d’État américain et au Venezuela souhaiter que le général de Gaulle ne fasse pas de déclaration qui pourrait nuire à la coopération entre les États-Unis et les républiques d’Amérique du Sud6. « Nous sommes fidèles à nos obligations » déclare le président vénézuélien Leoni. Même ton à Bogota où « le président conservateur Valencia a tenu, trop lourdement de l’avis de la majorité des Bogotans, qu’ils soient libéraux ou conservateurs, à mettre les points sur les i et à réaffirmer avec emphase les liens étroits unissant les États-Unis et la Colombie7 ». À Quito, le contre-amiral Ramón Castro constate :

  • 8 Le Monde, 26 septembre 1964.

« La République d’Équateur qui, en communion avec les autres républiques latino-américaines, s’enorgueillit de maintenir ses liens traditionnels avec la France, est partie intégrante avec les États-Unis et les autres républiques sœurs, de l’Organisation des États américains, association indissoluble qui doit nous permettre d’atteindre la satisfaction commune de nos buts suprêmes : la paix, la liberté et la justice8. »

6Enfin, le président péruvien Belaúnde Terry se montre péremptoire :

  • 9 Le Monde, 29 septembre 1964.

« Certes, nous aimons la France. Nous sommes à la fois intéressés et flattés par la visite du général de Gaulle. Mais la réalité s’impose : nous dépendons, pour l’aide extérieure, des États-Unis qui contrôlent, par ailleurs, directement ou indirectement, une partie importante de notre production9. »

Latinité

7Véritable originalité des discours du général de Gaulle lors des voyages en Amérique latine, le thème de la latinité apparaît à la fois habile et ambigu. D’où l’application du Général à l’utiliser et à en préciser le sens. Le thème était en effet associé à la catastrophique image laissée par l’expédition mexicaine de Napoléon III et à son rêve d’établir au Mexique un empire latin ; il restait en outre associé à un certain anticléricalisme. Mais il en va tout autrement en Amérique du Sud.

  • 10 Dans cette salle fut signé en 1824 l’acte d’indépendance de la République de l’Équateur.

8La latinité est d’abord un prétexte pour de Gaulle à encourager la coopération entre la France et les dix républiques visitées, elle vient renforcer les raisons historiques qui poussent au rapprochement entre la France et les pays latino-américains. Le thème de la latinité est aussi associé à celui de la chrétienté. En réponse au toast adressé par le contre-amiral Castro-Jijón, président de la Junte de gouvernement de l’Équateur, au Palais national de Quito, le chef de l’État prononce pour la première fois le mot de « latinité », origine et source de la civilisation commune à l’Europe et au Nouveau Monde. Un peu plus tard, dans le cadre solennel de la salle capitulaire du couvent des augustins de Quito10, le général de Gaulle insiste sur ce thème essentiel de sa campagne sud-américaine et fait une véritable apologie de la notion de latinité :

  • 11 Passeron A., De Gaulle parle : 1962-1966, Paris, Fayard, 1966, p. 381.

« Je dirais encore que nul, mieux que celui qui a l’honneur de vous parler ne ressent, dans ce cadre, dans ce lieu, et au milieu de vous, d’une manière plus nette et plus claire, le sentiment que nous sommes liés les uns et les autres, vous les Latins d’Amérique, nous les Latins de l’Europe, et en particulier les Français, par quelque chose qui nous dépasse tous, qui nous enveloppe, qui nous est commun, ce sont nos origines ; nos origines sont les mêmes : européennes, pour vous à travers l’Espagne d’abord, chrétiennes et latines. […] Cette affinité à la fois mystérieuse et évidente qui nous relie doit être, je le crois, un quelque chose de moral que nous devons placer, vous et nous, à la base de notre action nationale et internationale11. »

9L’idée est reprise au Pérou où, répondant au président Belaúnde Terry, de Gaulle parle de « l’estime et l’amitié que nos deux pays se portent l’un à l’autre et depuis longtemps, qui procèdent de notre communauté humaine, chrétienne, latine, d’idéal et de sentiments, qui se sont nourries à mesure des événements de notre Histoire »… À l’université du Chili, il évoque « nos origines dans le même monde latin et chrétien » et appelle à « un effort [de coopération] délibérément organisé en commun par nos deux Républiques latines, l’une d’Amérique et l’autre d’Europe ». Au Congrès de Santiago, il salue « le départ de l’ère nouvelle dans les relations de la France et, à travers elle, de l’Europe avec le Nouveau Monde latin ». Dès son arrivée à Buenos Aires, il tient à rappeler « le passé qui lie nos deux pays latins par le culte d’un même idéal ». À Montevideo, il explique ainsi ce qui unit l’âme de l’Uruguay et de la France : « Assurément, la communauté de nos origines latines et chrétiennes y est pour beaucoup. » Il souligne l’idée de latinité à l’université de Brasilia, « la plus jeune du monde latin », mais concède aux parlementaires brésiliens : « Puisque vous êtes un État américain latin, il est évident que vos intérêts, vos activités, vos soucis, sont essentiellement déployés sur le Nouveau Continent. »

  • 12 Lacouture J., De Gaulle, t. III, Paris, Points/Seuil, p. 447.
  • 13 Le Monde, 1er octobre 1964.

10Outre l’appartenance à une histoire et à une civilisation communes, le concept de latinité permet au général de Gaulle d’évoquer la base de l’action nationale et internationale de la France et de l’Amérique du Sud et de souligner que les États-Unis n’appartenant pas à la même civilisation chrétienne et latine, ne doivent plus être considérés par les pays latino-américains comme leur seul et principal interlocuteur. C’est très certainement la raison pour laquelle ce mot de « latinité » va faire « grincer quelques plumes dans les pays indiens comme la Bolivie et le Pérou où il va faire étape ensuite », comme le dit Jean Lacouture12. Dès le 1er octobre 1964, à la fin de la première partie du voyage et dressant un premier bilan de cette tournée dans Le Monde, Marcel Niedergang écrit : « La latinité a fait long feu : proposée par des Français à Caracas, exaltée à Bogota avec un zeste d’Espagne, chantée à Quito (par une population indienne), ramenée à de plus justes proportions à Lima, passée sous silence à Cochabamba13. » C’est que le thème de la latinité évoqué par De Gaulle survient dans un contexte culturel et politique en contradiction avec les références indiennes ou africaines qui séduisent les élites latino-américaines. Par exemple, à la même époque, les élites mexicaines redécouvrent leur passé indien, tandis que le Brésil – qui vient de remporter la coupe de monde de football grâce à un Noir, le fameux « Pelé » et dont la culture est marquée par la naissance du mouvement « tropicaliste » – met l’accent avec une fierté nouvelle sur les origines noires de sa population.

  • 14 Le Monde. 27 et 28 septembre 1964.
  • 15 Le Monde, 4 et 5 octobre 1964.
  • 16 Le Monde, 15 octobre 1964.

11Certes, des communiqués bilatéraux communs, comme le communiqué franco-équatorien ou le communiqué franco-péruvien, mentionnent « la communauté des nations latines ». Malgré tout, la réalité s’impose. Le président péruvien Belaúnde Terry l’affirme : « L’Union des peuples latins d’Europe et d’Amérique est plutôt sentimentale que politique. Quant à la formation d’un bloc latin au sein de l’ONU, il me paraît que l’idéal des Nations Unies est de rassembler et non de désunir14. » En plaçant la latinité sur un registre sentimental et en lui ôtant tout contenu politique, le président Belaúnde Terry a ainsi stoppé net l’enthousiasme de certains pour cette idée. Le général de Gaulle se montre ensuite beaucoup plus prudent et circonspect à ce sujet, même s’il trouva au Chili et au Brésil un certain appui. Selon Le Monde15, le président chilien nouvellement élu a manifesté un grand intérêt pour le thème de la latinité et il a même admis « qu’il serait important que la France prenne aux Nations Unies la défense des Latino-Américains pour parvenir à un meilleur système de commerce mondial ». Enfin, le maréchal Castelo Branco affirma à Brasilia : « Le Brésil régénéré est et reste fidèle à l’esprit latin, cette flamme chrétienne et démocratique qui nous incite à considérer l’homme comme étant le but suprême de toute chose. C’est pourquoi nous avons réintégré le système de sécurité continentale, certains de contribuer au maintien de la paix16. »

Troisième voie – Tercera posición

12Latinité, aide économique sans interférence politique, rejet de toute hégémonie et de toute opposition sont autant de thèmes représentatifs d’une éventuelle charte d’une « troisième voie » ou « troisième force » latino-américaine qui se cherche et se débat dans ses contradictions dans les années 1960. On ne trouve pas, cependant, dans les discours publics ou privés du général de Gaulle d’allusion directe à cette troisième voie, mais il n’est pas du tout sûr que le chef d’État n’y ait pas pensé a fortiori en Amérique latine. À l’origine, la troisième voie (tercera posición) est la doctrine du général argentin Juan Perón, traduisant un certain neutralisme latino-américain rejetant le capitalisme et le communisme. Nombreux sont ceux qui, à l’instar des péronistes regroupés au sein du mouvement justicialiste, ont voulu voir en de Gaulle un héritier de cette idée, et qui ont vu dans son voyage une initiative afin de constituer cette « troisième voie » avec l’ensemble des pays latins. Il est évident que, selon la doctrine gaullienne, un système international fondé sur la reconnaissance mutuelle des indépendances nationales et non plus l’affrontement des blocs antagonistes, est le meilleur moyen de susciter une véritable coopération entre les peuples.

13Considérant que le temps de la diversité et « du courage d’être différent » est venu et prenant acte de l’impopularité du système des blocs, tout particulièrement des « Yankees » en Amérique latine, le général de Gaulle entend que la France joue un rôle international de médiation et de synthèse, par le biais de l’auto-détermination et de la coopération. Cette stratégie réclame la mise en œuvre d’un nouvel ordre et équilibre mondial. De même que sur le plan intérieur il convient de trouver une troisième voie entre le capitalisme sauvage et le socialisme totalitaire, de même sur le plan extérieur et pour la paix internationale, de Gaulle exige la recherche d’une troisième voie entre impérialisme et isolationnisme, par-dessus les idéologies et les hégémonies rivales. Ses discours au Pérou, en Bolivie, au Chili et en Argentine tournent ainsi autour de l’idée « tercera posición » sans en faire explicitement mention.

14Devant la Chambre des députés du Pérou, le 26 septembre, après avoir rappelé les principes de la politique française, il déclare :

« Il se trouve aussi que ces mêmes principes inspirent, dans le monde d’à présent, le mouvement général qui porte les peuples par-dessus les idéologies et les hégémonies, dans la voie du développement moderne qui est celle de l’indépendance, du progrès économique, culturel et social et de la coopération mutuelle. »

15La « troisième voie » gaullienne ne peut aller sans l’Amérique latine et de Gaulle affirme à Cochabamba, en réponse au président Paz Estenssoro :

« Que les puissances qui en ont les moyens prêtent leur concours au développement des moins avantagés ; cela suivant les affinités réciproques et sans qu’il y ait, sous aucune forme, intervention étrangère dans les affaires de qui que ce soit, voilà, en effet, quelles sont, pour la France, les conditions nécessaires de l’équilibre général, du progrès de tous et de la paix dans l’univers. C’est dans ce but et dans ce sens qu’elle appelle de ses vœux l’apparition de l’Amérique latine au premier plan de la scène économique et politique du monde et qu’elle entend y contribuer. »

16Enfin, l’idée d’une troisième voie est sous-entendue dans le discours prononcé au Congrès de Buenos Aires :

« Sans nul doute, ce rapprochement de leurs activités, que la France et l’Argentine réaliseraient en vue du développement, ne serait pas sans intéresser le monde. C’est dire qu’il en résulterait des conséquences politiques. Tout d’abord, en raison de l’exemple ainsi donné. Mais aussi par le fait que l’Amérique latine à travers votre pays, et l’Europe à travers le mien, se tiendraient en contact plus étroit. Or, n’est-ce pas là une des conditions du progrès, de l’équilibre et de la paix de notre univers, secoué d’hégémonies concurrentes et d’idéologies opposées ? »

  • 17 Voir Rouquié A., La France et l’Amérique latine, Paris, IFRI, conférence du 27 octobre 1981.
  • 18 Le Monde, 3 octobre 1964.
  • 19 Le Monde, 11 et 12 octobre 1964.
  • 20 Voir dans ce volume la contribution de Capdvila L., « Les aléas d’une captation d’image. Les visite (...)
  • 21 Le Monde, 14 octobre 1964 ; Chacon V., « De Gaulle et le Brésil. Inspirations et projections », Esp (...)

17Certes, le général de Gaulle s’est abstenu dans ses discours de parler ouvertement de troisième voie ; il n’a d’ailleurs jamais été amené à prendre position à ce propos. Certes, il s’est également abstenu de critiquer directement les États-Unis. Un double constat s’impose néanmoins. Latinité, aide économique excluant une ingérence politique, rejet de toute hégémonie sont les principes d’une charte de la troisième force, constituée par l’Amérique latine17. Qu’il ait été abordé ou non avec le président chilien Frei18, qu’il ait été proposé ou non à ses interlocuteurs uruguayens19, le thème de la troisième voie revient souvent dans les commentaires, notamment après les manifestations péronistes en Argentine. À Buenos Aires et à Cordoba, les péronistes, aux cris de « De Gaulle-Perón, tercera posición », ont exprimé parfois violemment leur désir de voir l’avènement de cette troisième force20. D’où l’irritation des dirigeants et des militaires argentins qui ont été critiqués par la foule par la même occasion. D’où l’embarras des autorités brésiliennes qui auraient, elles aussi, préféré ne pas entendre ces idées21. De Gaulle ne peut ignorer cependant que la France à elle seule – sans l’Europe derrière elle – ne saurait revendiquer en 1964 une troisième voie-troisième force qui demeurait de toute façon plus une intention qu’une réalité. Ce dernier thème n’est que sous-entendu et n’est que marginal en comparaison avec les thèmes de l’indépendance, de la liberté et du droit des peuples et surtout de la coopération.

Des thèmes porteurs et bien accueillis

Indépendance

  • 22 Entretien avec l’auteur, janvier 1996.
  • 23 Burin des Roziers É., « Le non-alignement », É. Barnavi et S. Friedländer, La politique étrangère d (...)

18Sous-jacent au thème du rejet des hégémonies mais plus neutre, le thème de l’indépendance a rencontré un vif succès auprès des dirigeants latino-américains. De Gaulle a tenu symboliquement à mettre l’accent à chaque étape de son voyage sur l’indépendance des peuples, d’une part, dans les discours en invoquant l’histoire des pays latino-américains et, d’autre part, dans les gestes en honorant la mémoire des héros de l’indépendance de ces nations. Il tient aussi à encourager les pays visités à affirmer leur propre indépendance à l’image de la France. En ce sens, le thème de l’indépendance est porteur d’une connotation politique. Il s’agit d’un « appel pour tous ces pays à se comporter en pays jalousement jaloux de leur indépendance » comme le dit Étienne Burin des Roziers22. D’après celui-ci, l’action internationale de la France s’exprime par trois affirmations : la première est l’affirmation de l’indépendance nationale, la seconde celle du droit des autres à l’indépendance et la troisième celle du droit au non-alignement23.

  • 24 Le « grito de Dolores » est le premier appel à l’indépendance des colonies espagnoles d’Amérique, l (...)

19Dès son arrivée à Caracas, de Gaulle fait référence au « grito de Dolores24 » et au général Miranda, héros de l’indépendance du Venezuela. Le même jour, devant les parlementaires réunis au Palais du Congrès, il définit sa conception de l’indépendance n’hésitant pas à en appeler aux mânes de Bolivar :

« Nous ne saurions admettre qu’au-dedans [les États] ôtent aux individus l’indépendance de leur pensée et de leur vie, ni qu’au-dehors ils commettent ou favorisent l’asservissement d’aucune nation, ni qu’ils installent ailleurs que chez eux leur direction économique et politique. »

20Au Parlement de Bogota, le général de Gaulle déclare :

« C’est une nation libre et indépendante que je suis venu saluer ici au nom de la France. Car si l’on voulait résumer ce que mon pays a fait, de tout temps, au profit des autres et ce qu’il croit, plus que jamais, nécessaire à l’équilibre et à la paix du monde, il suffirait, je le crois bien, de dire : indépendance et liberté. Qui le sait mieux que vous, Colombiens… ? »

21De la même façon, de Gaulle met partout l’accent sur les nations indépendantes qu’il viendra saluer de Caracas à Rio de Janeiro. Il évoque tout particulièrement les noms des héros de l’indépendance latino-américaine : « les Melgar, les San Martin, les Bolivar et les Sucre » à Lima ; Simon Bolivar en Bolivie ; les Français qui ont combattu pour l’indépendance chilienne, des Gramuset et des Berney, à Santiago ; Carlos Antonio Lopez, Francisco Solano Lopez et les combattants du Chaco, à Asunción ; San Martin à Buenos Aires.

22Plus rarement, le Général en appelle à plus d’indépendance ou à poursuivre ses efforts dans cette voie. Ainsi, lors de l’allocution prononcée à l’université du Chili, il s’exclame : « Vous et nous avons toujours voulu, pour nous-mêmes et pour les autres, cet état de libre arbitre, de dignité, de responsabilité, qui s’appelle l’indépendance. » Même ton lors du discours prononcé au Congrès de Buenos Aires le 3 octobre :

« Vous et nous voulons voir notre monde, et d’autant mieux que son évolution est actuellement très profonde et très rapide, s’établir dans l’équilibre et dans la paix sur la base de l’indépendance des peuples, des Droits de l’Homme et de l’aide mutuelle en vue du progrès général. »

  • 25 Tous les communiqués finaux étudiés sont cités d’après Le Monde de septembre et octobre 1964.

23Il adresse également son message d’indépendance à la foule en Équateur : « Avec ses terres fécondes, avec ses hommes valables et courageux, l’Équateur veut que son destin soit l’indépendance et le progrès. » Quelques jours plus tard, à Cochabamba, il reprend : « Parce que vous êtes un peuple fier, courageux, indépendant, et parce que votre pays aux aspects grandioses et tourmentés est rempli de ressources humaines et naturelles, le peuple français a toute confiance dans votre destin. » Ces allusions ne pouvaient que plaire à des populations fières de leur histoire et de leur indépendance acquise 150 ans plus tôt. Plusieurs communiqués publiés à la fin de chaque étape du voyage25 font référence à l’attachement de chaque pays à la notion d’indépendance.

Liberté et droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

  • 26 Entretien avec l’auteur, janvier 1996.

24Lorsque nous demandions à Étienne Burin des Roziers quels étaient selon lui les principaux thèmes du voyage, sa réponse fut le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Pour l’ancien secrétaire général de l’Élysée, il s’agit même là du thème fondamental de la tournée, qui était « d’un maniement un peu délicat parce que ça pouvait facilement être interprété localement comme une expression d’une sorte de mise en garde en direction des États-Unis26 ». D’après cette analyse, le thème du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes rejoindrait celui de l’indépendance. Or, si dans les Discours et Messages, on constate qu’effectivement, la notion de droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est bien présente dans la plupart des discours et dans tous les communiqués finaux, elle est associée beaucoup moins au thème de l’indépendance qu’à celui de la liberté des peuples et des droits de l’homme. Elle est employée en soi par de Gaulle toujours de façon très générale, sans connotation anti-américaine apparente. Avant tout symbolique, ce thème est une façon de rappeler de grands principes fondamentaux du droit et d’évoquer de grandes valeurs auxquelles les peuples sont attachés. C’est en même temps une aubaine pour les dirigeants militaires sud-américains qui sont tentés de se l’approprier sans état d’âme.

25Lors de la première étape du voyage, à Caracas, le chef d’État français parle de la fidélité des Vénézuéliens « aux grands principes de liberté, d’égalité et de fraternité » et rend hommage aux 73 articles de la Constitution du Venezuela consacrés aux « droits des citoyens ». Dans ce même discours prononcé au Parlement de Caracas, il affirme : « Nos deux pays sont également attachés à la liberté, au respect de la personne humaine, au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. » Plus tard, le Général répond au toast que lui a adressé le président Leoni : « Dévouement à la liberté et respect des autres peuples, telles sont donc, en particulier, nos caractéristiques communes. » À Lima, parlant du renforcement du poids international de l’Amérique latine, il déclare :

« Combien mon pays le souhaite-t-il, notamment, pour le Pérou, dont la volonté d’indépendance, l’adhésion totale au droit de chaque peuple à disposer de lui-même, la conception d’un monde qui devrait s’organiser en fonction, non de ses rivalités, mais de sa solidarité, pour servir la cause de l’Homme, sont tout justement les siennes. »

26Trois discours en particulier accordent une large place à la notion de droit des peuples. Devant le Parlement du Pérou, le général de Gaulle fait un petit historique :

« La France, ayant guéri ses blessures et accompli son redressement, est engagée désormais au-dehors dans une politique de progrès et de solidarité. À vrai dire, les principes de cette politique ne sont autres que ceux qui, traditionnellement, répondent à son génie et qu’elle a bien souvent défendus, notamment quand la France Libre affirmait à Brazzaville le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et le devoir de la France de poursuivre sa mission séculaire de libération humaine, quand la République française changeait ses rapports de colonisation en aide amicale portée à des pays devenus indépendants, quand le Gouvernement de Paris prenait position, lors des débats sur l’organisation du commerce international, pour la stabilité des prix des matières premières, en particulier de ceux des produits agricoles tropicaux. »

27De Gaulle insiste au congrès de Santiago :

« Nous, Français, savons que le Chili, de son côté, est en plein essor de renouveau. Nous savons qu’il est à l’œuvre pour mettre mieux en valeur ses ressources minières, agricoles, industrielles, maritimes, et qu’il entend que le peuple entier tire parti matériellement, intellectuellement et moralement de l’avance générale. Nous savons qu’il n’a pas au-dehors d’autres buts que ceux qui sont les nôtres, savoir, par-dessus les idéologies essoufflées et les hégémonies lassées : le droit des peuples à disposer entièrement d’eux-mêmes et l’aide à apporter par les États bien pourvus au développement de ceux qui le sont moins, bref l’équilibre et le progrès. »

28Même refrain à Buenos Aires :

« Vous et nous voulons que l’univers, qui est en profonde et rapide transformation, trouve son équilibre dans le droit de chaque peuple à disposer réellement de lui-même et son ambition dans le progrès général en vue d’assurer à chacun des hommes qui vivent sur notre terre, la liberté, la dignité et la prospérité. »

29Le succès de ce thème est évident : il reste général et permet de justifier la coopération prônée par de Gaulle et souhaitée par les pays d’Amérique du Sud.

Coopération

  • 27 Jouve E., Le général de Gaulle et la construction de l’Europe. 1940-20 janvier 1966, thèse de docto (...)

30Il n’est pas un seul discours, pas une seule allocution du général de Gaulle, où ne figure le mot « coopération » ou bien l’idée d’un rapprochement des peuples dans le but de renforcer la coopération. Le thème est présent partout de Caracas à Rio, repris par tous les communiqués finaux. Remarquons tout d’abord, avec Edmond Jouve27, que le mot « coopération » est utilisé 52 fois par le Général dans tous ses discours, arrivant ainsi en 5e position après les mots « France » (277 fois), « français » (97 fois), « transformer » (65 fois) et « progrès » (57 fois), ce qui en fait un des mots-clés prononcés par le chef de l’État. La coopération est un des principaux buts du voyage, présent dès le premier voyage à Mexico à travers la formule « La mano en la mano ». En réponse au président Alessandri le 1er octobre, le Général est catégorique :

« Comment les Gouvernements de Santiago et de Paris ne trouveraient-ils pas bon, d’une part d’organiser mieux encore entre les deux pays leur coopération technique, scientifique, culturelle et économique au bénéfice de leur progrès, d’autre part de resserrer leurs contacts politiques pour mieux servir au-dehors le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, l’équilibre mondial et la paix ? Tel est naturellement le but, et tel sera sans doute le résultat, de notre voyage au Chili. »

  • 28 Réponse à l’allocution de bienvenue prononcée par M. Leoni, président du Venezuela.

31La nouvelle politique de coopération proposée par la France doit dans l’esprit du général de Gaulle marquer « le début d’une nouvelle ère dans les relations entre la France et les nations de ce continent, déjà unies par tant de liens historiques et culturels28 ».

  • 29 Réponse au toast adressé par le président vénézuélien Leoni, le 21 septembre.

32La France propose une coopération et une aide économique libre de toute pression politique, « organisée hors de toute ingérence » comme le dit de Gaulle en réponse au toast adressé par le président uruguayen Giannattasio. Il n’y a guère qu’une seule fois où le chef de l’État conditionne cette aide, à Bogota, où, en réponse au président colombien Valencia, il déclare qu’il « va de soi que cette coopération culturelle et économique implique, pour être féconde, une entente politique fondamentale ». La plupart du temps néanmoins, de Gaulle propose une coopération « sur la base de l’égalité » comme le dit le communiqué franco-uruguayen. En effet, la France n’apporte pas en Amérique du Sud « l’ambition d’intriguer et de dominer, mais celle de comprendre et d’être utile29 ». Le communiqué franco-chilien insiste : la coopération doit être plus étroite entre les pays mais « sans préjudice de leurs engagements respectifs ».

33De Gaulle plaide pour un renforcement de la coopération entre la France et l’Amérique du Sud en raison des origines latines et chrétiennes des nations, de leur histoire, de leur culture et de leur amitié traditionnelle. Il proclame à Cochabamba en Bolivie :

  • 30 Réponse au toast adressé par le président bolivien Paz Estenssoro, le 28 septembre.

« Il semble donc que la coopération de votre pays et du nôtre visant à les associer, notamment au point de vue de la culture et de la technique, afin d’aider à la formation de ceux qui, chez vous, encadrent votre développement, sans préjudice de notre participation à vos travaux et entreprises, soit désormais tout indiquée30. »

34Le communiqué franco-vénézuélien met l’accent sur l’effort de coopération à renforcer « afin de créer une meilleure compréhension et une plus étroite collaboration entre les deux peuples ». Le communiqué franco-argentin se veut plus précis : la visite de De Gaulle a permis de jeter les bases d’une « coopération régulière dans tous les domaines : politique, économique et culturel », et d’établir le principe « de contacts et de consultations » en vue de la mise en œuvre de cette coopération.

35Le général de Gaulle rappelle que la coopération souhaitée par la France existe déjà sous plusieurs formes avec certains pays visités. Aux parlementaires de Caracas, il souligne que

« cette coopération si souhaitable entre nos deux nations a déjà ses applications pratiques. Les centres franco-vénézuéliens de formation professionnelle s’efforcent d’être utiles à vos travailleurs. Le Centre franco-vénézuélien de Documentation technique offre à vos chefs d’entreprise et à vos ingénieurs les informations qu’ils peuvent désirer sur les progrès réalisés en France dans le domaine de la science appliquée à l’industrie ».

36Au Congrès péruvien de Lima, il rappelle que la France est « de toutes les puissances du monde, celle qui consacre à aider les autres la plus grande proportion de son revenu global ». La France se sent donc prête à offrir sa coopération à l’Amérique latine conformément à ses moyens et ses capacités et « d’organiser, avant tout dans le domaine de l’esprit, c’est-à-dire celui de la culture et de la technique, une bonne et pratique coopération », comme le dit le Général à la faculté de droit de Buenos Aires, le 5 octobre.

37Les projets de coopération sont nombreux. Le communiqué final franco-colombien prend acte de la création d’une commission destinée à suivre les rapports entre les deux pays dans les domaines économiques, culturels et techniques. La France promet « d’augmenter le nombre de professeurs envoyés en Colombie et celui des bourses d’études, d’accroître également sa participation au développement des institutions culturelles et scolaires ». Le communiqué franco-péruvien parle de l’assistance française « dans les domaines électrique, mécanique, agricole et technique ». Quant au communiqué franco-brésilien, le plus long de tous ceux publiés en Amérique du Sud, il souligne la « volonté de développer la coopération » entre les deux pays et de la nécessité d’organiser à cet effet entre les gouvernements « des conversations dans tous les domaines ». Des questions spécifiques sont ensuite évoquées : l’organisation effective du marché international du café, l’évolution des conditions financières des projets et programmes de développement économique, la coopération culturelle et technique élargie notamment dans le domaine nucléaire. À n’en pas douter, le thème de la coopération cher à de Gaulle et très attendu en Amérique latine a contribué à l’immense succès de prestige rencontré par les voyages auprès des populations.

  • 31 Entretien avec l’auteur, janvier 1996.

38Les fondements et les principes de la politique latino-américaine de la France sont posés à l’issue des voyages au Mexique et en Amérique du Sud. De Gaulle a porté sa voix et la voix de la France. Il a tracé une feuille de route sur laquelle reposera la politique latino-américaine de la France dans les années à venir. Au vu du bilan mitigé de ces tournées, en fonction des contraintes pesant sur les diplomaties française et latino-américaine et des aléas de la vie politique latino-américaine, on peut néanmoins se demander, avec Étienne Burin des Roziers, dans quelle mesure ces tournées n’ont pas été « un feu de paille31 ». Même si le bilan immédiat et à moyen terme est plutôt maigre, les voyages latino-américains de De Gaulle ont leur part de grandeur et d’ambition.

Annexes

Carte du voyage du général De Gaulle en Amérique du Sud 21 septembre – 16 octobre 1964.

Notes

1 Revue Espoir n° 114, janvier 1998, numéro spécial « Le voyage du général de Gaulle en Amérique latine ». Voir aussi notre contribution « Entre spectacle et mission. Le voyage du général de Gaulle en Amérique du Sud, du 21 septembre au 16 octobre 1964 », Espoir, n° 130, mars 2002, p. 121-139.

2 Les discours étudiés sont reproduits dans Gaulle Ch. (de), Discours et Messages, t. IV, Paris, Plon, 1975.

3 « Je vais en Amérique latine sans programme diplomatique bien précis mais en quelque sorte instinctivement. Peut-être en effet est-ce le moment », écrit le général de Gaulle à Michel Debré le 18 septembre 1964, dans Gaulle Ch. (de), Lettres, notes et carnets (janv.1964-juin 1966), t. X, Paris, Plon, 1987, p. 88.

4 Communiqué franco-uruguayen du 9 octobre 1964 et allocution prononcée à l’issue du dîner offert par le président uruguayen à Montevideo le 1er octobre 1964, Le Monde, 10 et 13 octobre 1964.

5 Discours prononcé à l’université de Brasilia le 14 octobre 1964, Le Monde, 15 octobre 1964.

6 Le Monde, 23 septembre 1964.

7 Le Monde, 25 septembre 1964.

8 Le Monde, 26 septembre 1964.

9 Le Monde, 29 septembre 1964.

10 Dans cette salle fut signé en 1824 l’acte d’indépendance de la République de l’Équateur.

11 Passeron A., De Gaulle parle : 1962-1966, Paris, Fayard, 1966, p. 381.

12 Lacouture J., De Gaulle, t. III, Paris, Points/Seuil, p. 447.

13 Le Monde, 1er octobre 1964.

14 Le Monde. 27 et 28 septembre 1964.

15 Le Monde, 4 et 5 octobre 1964.

16 Le Monde, 15 octobre 1964.

17 Voir Rouquié A., La France et l’Amérique latine, Paris, IFRI, conférence du 27 octobre 1981.

18 Le Monde, 3 octobre 1964.

19 Le Monde, 11 et 12 octobre 1964.

20 Voir dans ce volume la contribution de Capdvila L., « Les aléas d’une captation d’image. Les visites du général de Gaulle en Argentine et au Paraguay, 3-8 octobre 1964 » et celle de Ranalletti M., « Un refuge pour ceux qui voulaient tuer le général de Gaulle et la décolonisation : des “soldats perdus” de l’Algérie française en Argentine ».

21 Le Monde, 14 octobre 1964 ; Chacon V., « De Gaulle et le Brésil. Inspirations et projections », Espoir, n° 86, 1992.

22 Entretien avec l’auteur, janvier 1996.

23 Burin des Roziers É., « Le non-alignement », É. Barnavi et S. Friedländer, La politique étrangère du général de Gaulle, Paris, PUF, 1985.

24 Le « grito de Dolores » est le premier appel à l’indépendance des colonies espagnoles d’Amérique, lancé le 16 septembre 1810 par Miguel Hidalgo, curé de Dolores, au Mexique.

25 Tous les communiqués finaux étudiés sont cités d’après Le Monde de septembre et octobre 1964.

26 Entretien avec l’auteur, janvier 1996.

27 Jouve E., Le général de Gaulle et la construction de l’Europe. 1940-20 janvier 1966, thèse de doctorat, de sciences politiques, Paris, 1967, p. 732.

28 Réponse à l’allocution de bienvenue prononcée par M. Leoni, président du Venezuela.

29 Réponse au toast adressé par le président vénézuélien Leoni, le 21 septembre.

30 Réponse au toast adressé par le président bolivien Paz Estenssoro, le 28 septembre.

31 Entretien avec l’auteur, janvier 1996.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42535/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 161k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540