Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales rêvées, capitales abandonnées

 | 
Laurent Vidal

La mobilité des Capitales : une autre histoire américaine

New York, une capitale éphémère pour la jeune nation américaine (1785-1790)1

Hélène Harter

Texte intégral

  • 1 Ce texte a fait l’objet d’une première publication dans la revue Histoire Urbaine, 2005/1, n° 12, p (...)
  • 2 La mention « DC » signifie District of Columbia. Elle permet d’éviter la confusion avec l’État de W (...)

1Incontestablement, la ville de Washington, DC2 est aujourd’hui le cœur du pouvoir politique américain. Siège des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, elle est perçue dans le monde entier comme le symbole de la puissance américaine. Les attentats du 11 septembre 2001 ont d’ailleurs visé New York mais aussi la capitale fédérale. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, Washington, DC n’est pas la seule capitale qu’aient connue les États-Unis. Philadelphie, Annapolis, Princeton ou New York ont aussi occupé cette fonction. C’est d’ailleurs à New York, que le premier président, George Washington, prête serment en 1789. Les autorités fédérales ne s’installent à Washington qu’en 1800, soit 17 ans après l’obtention de l’indépendance. Ce délai s’explique par les nombreux débats qui ont entouré le choix de la capitale. Les villes rivalisent pour devenir le centre politique du pays. Aux considérations honorifiques et économiques, viennent aussi s’ajouter des enjeux politiques. Nous nous proposons ici d’analyser comment les États-Unis se sont dotés d’une capitale. Quelle place occupe New York dans ce processus ? Comment assume-t-elle sa fonction de capitale des États-Unis ? Quel impact cela a-t-il sur la ville, et plus particulièrement sur son activité économique et son espace urbain ?

Le choix d’une capitale

  • 3 Sur cette question, on pourra consulter notamment : Kaspi A., L’Indépendance américaine, 1763-1789, (...)
  • 4 Il réunit les représentants des treize États nés de l’émancipation des treize colonies.

2Lorsque les colons américains se proclament indépendants à Philadelphie, le 4 juillet 1776, un long chemin leur reste encore à parcourir avant de vivre dans un État juridiquement reconnu par les autres puissances3. Le sort des armes est loin de leur être favorable dans un premier temps. À tel point d’ailleurs que le Congrès continental4 est contraint de se déplacer à de nombreuses reprises pour ne pas tomber entre les mains des troupes britanniques.

  • 5 Cet événement, connu sous le nom de conspiration de Newburgh, a fait craindre l’instauration d’une (...)
  • 6 C’est d’ailleurs à Annapolis que le Congrès ratifie le 14 janvier 1784 le traité de paix avec la Gr (...)
  • 7 Chacun des treize États dispose d’une voix et une décision ne peut être prise qu’avec l’accord d’au (...)

3La ville qui fait office de capitale est celle où siège le Congrès. Au lendemain de la déclaration d’Indépendance, c’est Philadelphie (Pennsylvanie). La trop grande proximité des troupes anglaises pousse néanmoins les membres du Congrès à partir à Baltimore (Maryland). Au bout de quelques semaines le Congrès se réinstalle à Philadelphie. Mais, l’occupation de la ville par les Anglais entre le 26 septembre 1777 et le 28 juin 1778 oblige de nouveau le Congrès à quitter la cité et à siéger pendant neuf mois à York (Pennsylvanie). En juillet 1778 le Congrès retourne à Philadelphie. Il y reste jusqu’en juin 1783. À ce moment-là, la menace ne vient plus des Anglais mais de mutins d’un régiment de Pennsylvanie5. Les législateurs, chassés de State House, trouvent refuge à Princeton (New Jersey) avant de s’installer à Annapolis (Maryland). C’est dans cette ville que le Congrès siège lorsque le traité de Paris met fin à la guerre et reconnaît l’existence de l’État américain le 3 septembre 1783. Si se doter d’une capitale s’impose comme une décision incontournable pour un État, les Américains mettent du temps à prendre une décision. Les législateurs continuent de siéger à Annapolis jusqu’en novembre 17846 puis s’installent à Trenton (New Jersey). C’est là, le 23 décembre 1784, qu’ils élisent7 New York, capitale provisoire de la nation américaine.

  • 8 Cardia C., Ils ont construit New York, Genève, Georg Éditeur, 1987, p. 17. Le premier recensement a (...)

4Ce choix s’explique par de multiples raisons. La ville peut tout d’abord se prévaloir de son passé de résistance à l’Angleterre même s’il est moins spectaculaire que celui de Boston ou de Philadelphie. C’est à New York que se tient le 7 octobre 1765 la première réunion des délégués des colonies qui s’opposent à la politique anglaise. Des manifestations sont également organisées tandis que la ville devient le berceau de la société des Sons of Liberty. Ces actions contribuent à l’abrogation du Stamp Act qui imposait le paiement d’un droit de timbre dans les colonies américaines pour financer la guerre de Sept Ans (1756-1763). Au nombre de ses atouts, New York compte aussi sa position stratégique. Non seulement la vallée de l’Hudson permet un accès direct au Canada mais la ville fait le lien entre la Nouvelle-Angleterre et les États du Sud. Cette situation privilégiée vaut d’ailleurs à New York d’être occupée pendant la guerre par les troupes anglaises. Elles en font leur quartier général entre le 15 septembre 1776 et le 25 novembre 1783. New York a aussi pour elle le dynamisme de son commerce. Dans les années 1750, elle est devenue le deuxième centre économique du pays aux dépens de Boston. Au lendemain de la guerre, c’est une ville en pleine croissance économique qui attire une population de plus en plus importante. Peuplée d’à peine 400 habitants en 1640, elle en compte 10 000 en 1737, 12 000 en 1783 et 24 000 en 17858. C’est la deuxième ville du pays après Philadelphie.

  • 9 McLaughlin Green C., Washington: A History of the Capital, 1800-1950, Princeton, Princeton Universi (...)
  • 10 Elle compte 16 000 habitants.

5Si le fait d’être le centre politique du pays au moment où les législateurs choisiront la capitale augmente les chances de New York, la ville doit aussi compter sur les ambitions des autres grandes villes. L’idée est alors communément répandue que la ville qui sera choisie pour accueillir définitivement le siège du gouvernement bénéficiera d’une prospérité économique accrue. Un contemporain évalue les revenus générés par la seule présence du Congrès à 100 000 dollars par an9. Plusieurs villes semblent en mesure d’être choisies en plus de New York. Le nom de Charleston (Caroline du Sud) circule parmi les initiés. Quatrième ville du pays, avec 12 000 habitants, sa candidature bénéficie du soutien des États du Sud. Il faut aussi compter avec Boston, la troisième plus grande ville des États-Unis. Même si elle s’est fait devancer économiquement et démographiquement par New York depuis quelques années10, sa contribution à l’indépendance américaine constitue un atout indéniable. La mort de 5 Bostoniens sous les tirs des Anglais lors du Massacre de Boston le 5 mars 1770, la Boston Tea Party du 16 décembre 1773, les premiers combats entre miliciens américains et troupes anglaises près de Concord le 19 avril 1775 sont autant d’événements qui le rappellent.

  • 11 Aujourd’hui encore, on peut y voir à Independence Hall la Cloche de la Liberté qui a sonné pour ann (...)
  • 12 Le sectionnalisme est notamment alimenté par la question de l’esclavage. Celui-ci pose un problème (...)

6Cependant, le danger pour New York vient surtout de Philadelphie. Au milieu du xviiie siècle, cette ville s’est imposée au sommet de la hiérarchie urbaine au détriment de Boston. C’est non seulement la cité la plus peuplée des États-Unis, avec près de 28 000 habitants, mais c’est aussi un port en pleine croissance dont le dynamisme repose notamment sur un hinterland agricole très riche. Comme Boston, la ville a également pour elle le rôle qu’elle a joué lors de l’indépendance. Philadelphie fait pendant de longs mois office de capitale. Elle accueille le premier Congrès continental en septembre 1774 puis le second en mai 1775. C’est à l’occasion du second Congrès qu’est proclamée l’Indépendance le 4 juillet 1776. C’est aussi à Philadelphie, dans la salle Est de State House, qu’est rédigée la constitution entre le 25 mai et le 17 septembre 1787. Dans l’esprit des Américains, Philadelphie passe pour le berceau de la Liberté américaine11. La position centrale de la ville constitue aussi un atout dans un pays où les tendances sectionnalistes sont manifestes : l’union entre le nord et le sud du pays est fragile12. C’est en outre un avantage à une époque où les déplacements à travers le pays nécessitent plusieurs semaines. Les villes trop excentrées au Nord (comme Boston) ou au Sud risquent d’être rejetées par des législateurs soucieux de minimiser leurs déplacements.

  • 13 La constitution rédigée en 1787 demeure toujours en vigueur aujourd’hui. Les rapports de force ont (...)

7En fait, le choix d’une capitale soulève la controverse dans le pays et attise les rivalités traditionnelles qui existent entre les villes. Il faut d’ailleurs attendre la rédaction de la constitution en 1787 pour que la question de la localisation de la capitale fédérale soit clarifiée. L’article 1, section 8, alinéa 17 précise que « Le Congrès aura le pouvoir d’exercer le droit exclusif de législation, en toute matière sur tel district (d’une superficie n’excédant pas 10 miles carré) qui, par cession d’États particuliers et sur acceptation du Congrès, sera devenu le siège du gouvernement des États-Unis ». La capitale des États-Unis sera donc située sur un territoire géré par le Congrès fédéral. D’après la constitution, ce dernier dispose de pouvoirs plus importants que le président et la Cour suprême, détentrice de l’autorité judiciaire13. Une fois le statut territorial de la future capitale connu, des États – notamment le New York, le Maryland, le New Jersey, la Virginie et la Pennsylvanie – et plusieurs villes – comme Kingston (New York) et Nottingham (New Jersey) – proposent de céder des terres au Congrès pour bâtir la capitale. À New York, on décide en 1789 de détruire le vieux fort de Battery et de le remplacer par un bâtiment capable d’accueillir les institutions gouvernementales. Ce projet immobilier s’inscrit dans un plan plus vaste pour faire de la pointe sud de Manhattan le district fédéral évoqué par la constitution.

  • 14 C’est une région qu’il connaît bien puisqu’il possède une plantation à Mount Vernon, sur les bords (...)
  • 15 Ce choix intervient alors que le président Washington est toujours en exercice. C’est dire sa popul (...)
  • 16 Le transfert de l’administration fédérale, et notamment des ministères et des archives, a commencé (...)

8Alors que villes et États font tout pour convaincre les législateurs qu’elles ont les atouts pour accueillir le futur siège du gouvernement, New York continue de faire office de capitale. Le Congrès continental choisit d’ailleurs à la fin de l’été 1788 de maintenir le siège du gouvernement à New York après l’entrée en vigueur de la constitution, en attendant qu’une décision définitive soit prise. C’est le vote du Residence Act, le 16 juillet 1790, qui met un terme définitif à la question. Les membres du Congrès décident d’installer la capitale sur des terres situées entre l’embouchure de la branche orientale du Potomac et celle de la rivière Connocheague, distante de 40 miles (64 kilomètres). Le choix de l’emplacement exact est laissé au soin du président Washington14. La capitale est finalement érigée sur des terres cédées par les États du Maryland, au niveau de Georgetown, et de la Virginie, au niveau d’Alexandria. Elle constitue un district spécial, baptisé District of Columbia, et prend le nom du président George Washington en septembre 179115. Le 21 novembre 1800, le Congrès des États-Unis et le président John Adams s’installent sur les bords du Potomac16, faisant officiellement de Washington, DC la capitale des États-Unis. Dix ans ont été nécessaires pour construire la ville. Pendant cette période, Philadelphie a fait office de capitale en vertu du Residence Act. Ce choix s’est imposé pour adoucir les habitants de la ville, fort déçus que leur cité n’ait pas été retenue comme première ville des États-Unis.

  • 17 Les Articles de Confédération commencent à être rédigés en juin 1776. Leur adoption intervient le 1 (...)
  • 18 On pense notamment à la révolte de Shays qui a lieu en août-décembre 1786 dans le Massachusetts en (...)

9En fait, près de sept ans se sont écoulés entre la reconnaissance diplomatique de l’indépendance du pays et la désignation de la capitale, dix-huit mois entre la ratification de la constitution et le choix des législateurs. Ces lenteurs s’expliquent par les rivalités entre les villes qui rêvent de devenir la capitale des États-Unis. Elles témoignent surtout des difficultés qui accompagnent la création de la nation américaine. Le choix d’une capitale n’est pas si évident dans un pays qui n’a pas de tradition d’unité politique. L’Amérique d’avant l’Indépendance est une juxtaposition de colonies. Quand celles-ci se transforment en États en 1776, ces derniers sont soucieux de conserver leur autonomie et leurs prérogatives au sein de la nation américaine. L’unité est difficile à faire dans les esprits. Le pays n’a d’ailleurs pas de nom qui lui soit propre. On parle d’États-Unis d’Amérique. Au départ, comme l’explique Élise Marienstras, il y a une « association volontaire d’États ». Informelle, elle ne devient juridique qu’avec les Articles de Confédération17. Le fonctionnement du jeune État américain est laborieux au début, puisque toute décision au Congrès doit être prise par une majorité de neufs États sur treize ; chose qui est souvent difficile à obtenir. Une telle organisation est plébiscitée par ceux qui, à l’instar de Thomas Jefferson, craignent qu’un pouvoir fort et centralisé aboutisse aux mêmes abus de pouvoir qu’au temps de la domination britannique. Elle est au contraire critiquée par Alexander Hamilton et ses amis. Ces hommes, qu’on qualifiera quelques années plus tard de « fédéralistes », souhaitent donner de la consistance à l’État fédéral et sont par conséquent favorables à la mise en place d’une autorité centrale aux pouvoirs étendus. L’inefficacité du système politique et l’agitation sociale18 accélèrent finalement la rédaction d’une constitution qui fait des États-Unis non plus une Confédération mais une fédération. Ils font aussi prendre conscience de la nécessité de se doter d’une capitale définitive. N’oublions pas que quand le Congrès s’installe à New York, il en est à son dixième déplacement. New York est la septième ville à abriter ses travaux. C’est en outre indispensable pour un pays dont l’unité et la position internationale sont fragiles.

  • 19 On attribue à chaque État deux sénateurs, quelle que soit la taille de leur population. Cela répond (...)
  • 20 Il est décidé que chaque État aura un nombre de représentants proportionnel à sa population. Si on (...)
  • 21 Ils cessent aussi de s’opposer à l’idée que les dettes faites pendant la guerre d’Indépendance soie (...)

10La fragilité de l’Union conduit les hommes politiques à privilégier le compromis. La constitution donne ainsi satisfaction aux partisans d’un État fort en créant des institutions fédérales communes à tous les États, notamment pour gérer la monnaie et la politique étrangère. Elle satisfait aussi aux exigences de l’autre camp en garantissant de nombreux droits aux États, notamment en matière d’éducation et de justice. Un accord est également obtenu sur la question de la représentativité politique des petits États19 et des États du Nord et du Sud divisés sur la question de l’esclavage20. Le choix de la capitale relève aussi du compromis politique. Il faut une capitale pour renforcer l’union mais choisir une ville dans un des treize États risque de mécontenter les douze autres qui non pas été retenus. La création d’un district fédéral résout en partie le problème. La localisation du district doit aussi satisfaire aux contraintes géographiques. Les législateurs plébiscitent un emplacement central à une époque où les déplacements à travers le pays nécessitent plusieurs semaines. Leur choix relève cependant surtout d’une volonté politique. Il ne faut pas donner l’impression de favoriser le Sud ou le Nord. La désignation de Washington, DC satisfait à la fois les deux sections du pays parce que la ville se trouve à la limite des deux mondes, même si on estime qu’elle fait déjà partie du Sud. Le secrétaire d’État Thomas Jefferson et le secrétaire au Trésor Alexander Hamilton négocient un compromis avec les représentants Richard Bland Lee et Alexander White de Virginie, qui représentent le Sud. En contrepartie de l’installation de la capitale dans leur zone d’influence, les États sudistes acceptent que les questions ayant trait aux finances du pays relèvent de l’État fédéral et non pas des États, principe auquel ils étaient jusque-là fermement hostiles21. Cet arrangement met un terme aux espoirs de New York, située bien loin du Sud.

New York, siège des institutions américaines, 1785-1790

  • 22 Cet organisme est totalement dépourvu de pouvoir faute d’accord entre au moins neuf des treize État (...)

11Si New York n’a pas réussi à pérenniser son statut de capitale, elle n’en a pas moins occupée pendant cinq ans cette fonction. C’est le 11 janvier 1785 que le Congrès continental tient session pour la première fois dans la ville. Federal Hall devient le siège du pouvoir législatif jusqu’à l’ajournement des travaux du Congrès en novembre 1788. Plusieurs décisions fondamentales pour l’avenir du pays sont prises à New York, comme l’ordonnance du Nord-Ouest qui permet l’ouverture de l’Ouest à la colonisation en 1787. New York est aussi le siège des ministères, notamment ceux de la poste, des affaires étrangères et de la guerre. La ville abrite aussi le Conseil des États, détenteur du pouvoir exécutif selon les termes des Articles de Confédération22. Le rayonnement politique de Philadelphie demeure cependant extrêmement important à cette époque. En 1787, la ville accueille la convention chargée de rédiger la constitution. Cela gêne l’activité du Congrès continental puisque plusieurs de ses membres siègent aussi à Philadelphie. L’absentéisme est tel à New York que, fréquemment, les séances du Congrès ne peuvent pas se tenir faute de quorum.

  • 23 À partir de 1789, on parle de Congrès et non plus de Congrès continental. La première session du Co (...)
  • 24 Sharp J. R., American Politics in the Early Republic: The New Nation in Crisis, 1789-1801, New Have (...)

12Ce n’est qu’après l’entrée en fonction de la constitution que New York joue pleinement son rôle de capitale politique des États-Unis. Le 4 mars 1789, le premier Congrès américain inaugure ses travaux à Federal Hall23. De nombreuses festivités sont organisées dans la ville pour l’occasion. Les cloches sonnent à toute volée tandis que des tirs de canon célèbrent l’événement. Malgré l’enthousiasme, la vie législative a du mal à se mettre en place. Le premier jour, à peine 8 des 26 sénateurs et 13 des 65 membres de la Chambre des représentants sont présents dans la capitale. Il faut attendre un mois avant que le quorum soit atteint et que les deux assemblées puissent fonctionner normalement24. Cette période de transition achevée, le Congrès manifeste une activité intense, et ce malgré les tensions qui existent entre les représentants des États du Sud et du Nord. L’année 1789 est marquée par la création d’un département d’État, qui remplace le département des Affaires étrangères, puis d’un département de la Justice qui ouvre la voie à l’organisation d’une justice fédérale en parallèle des institutions judiciaires propres à chaque État. Le 4 juillet, le Congrès vote la première législation douanière des États-Unis (le Tarriff Act). Le 25 septembre, il soumet aux États les 10 premiers amendements à la constitution (le Bill of Rights) qui garantissent les libertés individuelles, et notamment la liberté d’expression et de religion. Le 1er mars 1790, il fixe les modalités des recensements décennaux. Le 26 mars 1790, il adopte la première loi qui définit les procédures d’acquisition de la citoyenneté. Le 10 juillet, par le Residence Act, il s’accorde sur une capitale définitive : Washington, DC. Le 7 août, il signe avec les Indiens Creek un traité par lesquels ces derniers reconnaissent la souveraineté des États-Unis. Lorsque le Congrès quitte définitivement New York, le 12 août 1790, il a accompli une vaste tâche législative qui a posé les bases du fonctionnement de l’État américain.

  • 25 Ceci nous rappelle que dans l’esprit des Pères Fondateurs, le pouvoir législatif a la primauté sur (...)
  • 26 La formule est inscrite à l’alinéa 8, section 1 de l’article 2 de la constitution.
  • 27 Burrows E. G., Wallace M., Gotham, A History of New York City to 1898, New York, Oxford University (...)

13New York s’impose aussi en 1789 dans son rôle de capitale parce qu’elle devient le siège de la Cour suprême et du pouvoir exécutif. George Washington, élu à l’unanimité du collège électoral le 6 avril, entre en fonction le 30 avril tandis que l’Administration se met en place25. Son installation à New York donne lieu à de nombreuses manifestations. Le futur président effectue le trajet depuis sa plantation de Mount Vernon, entouré d’une escorte militaire et d’une foule nombreuse qui l’acclame. Dans toutes les villes qu’il traverse, il est accueilli par les responsables locaux mais aussi par les cloches des églises et les tirs de canons. À Trenton, dans le New Jersey, on a même dressé sur son passage une arche végétale soutenue par treize piliers qui symbolisent les treize États américains. La ville de New York n’est pas en reste. De nombreuses embarcations l’entourent tandis qu’il effectue la traversée de l’Hudson depuis le New Jersey sur une barque rouge mue par 13 rameurs en uniforme blanc. Une foule enthousiaste de plusieurs dizaines de milliers de personnes l’attend lorsqu’il débarque sous un soleil éclatant sur la pointe sud de Manhattan. L’entrée dans la ville est triomphale. Après avoir traversé des rues aux maisons pavoisées de ses portraits et de ses initiales, il se rend sur le balcon de Federal Hall. C’est là, à midi, qu’il prête serment sur la Bible de « remplir fidèlement les fonctions de président des États-Unis et, dans toute la mesure de mes moyens, de sauvegarder, protéger et défendre la constitution des États-Unis26 ». Après avoir prononcé la formule « Je le jure, et que Dieu m’assiste » devant Robert Livingstone, le chancelier de l’État de New York, il se rend à l’intérieur du bâtiment sous les acclamations de la foule. Là, il prononce devant le Congrès son discours inaugural. Il suit ensuite avec les législateurs un service d’action de grâce à St Paul, sur Broadway. La liesse populaire ne faiblit pas tout au long de cette journée qui se clôt par un feu d’artifice27.

  • 28 Le traité de 1778 stipule notamment la nomination réciproque de représentants. C’est ainsi que Benj (...)

14S’il existe un réel engouement à l’égard de George Washington, l’homme qui a mené les troupes américaines pendant la guerre, un tel décorum est aussi destiné à affirmer l’importance de la toute nouvelle fonction présidentielle et, à travers elle, la solidité du jeune pays et de ses institutions. Certains Américains, on l’a vu, s’inquiètent d’une trop grande concentration des pouvoirs au niveau fédéral. En outre, nombreux sont ceux qui se demandent comment l’unité va pouvoir se forger dans un pays si divers. Comment va-t-on transcrire les principes de la constitution dans les faits ? Il s’agit aussi de démontrer au reste du monde la viabilité de l’expérience américaine. En effet, pour les étrangers, les États-Unis sont un petit pays sans importance. D’ailleurs, peu de représentants des puissances européennes sont installés à New York. La France fait exception parce qu’elle est le premier pays à avoir signé un traité avec les États-Unis, le 6 février 1778. Michel-Guillaume Jean de Crèvecoeur, qui a vécu un temps aux États-Unis et qui a publié en 1782 ses fameuses Lettres d’un cultivateur américain, occupe le poste de consul de France de 1783 à 179028.

New York, capitale : Quel impact sur la ville ?

15Devenue capitale, la ville de New York est confrontée à de nouveaux défis. Il lui faut notamment héberger les institutions fédérales. Or, aucun bâtiment n’est suffisamment vaste pour cela. La place manque dans cette ville très densément peuplée. À l’époque, seul un dixième de l’île de Manhattan est urbanisé. On pourrait construire de nouveaux bâtiments plus au nord mais les finances publiques ne le permettent pas. La guerre a provoqué une inflation importante qui fait sentir ses effets jusqu’en 1788. Dans ce contexte, il est difficile de lever des fonds pour ériger de nouvelles constructions publiques. Cela l’est d’autant plus que de nombreux New-Yorkais ne voient dans leur ville qu’une capitale de transition. Il faut attendre 1789, soit quatre ans après l’installation des premiers organes fédéraux, pour qu’un projet immobilier de grande ampleur soit lancé. Le fort de Battery est détruit afin d’ériger à sa place un édifice capable d’accueillir les organes fédéraux (Government House). Et encore, cette décision fait surtout partie d’un plan destiné à montrer aux législateurs que New York a les moyens d’être la capitale du pays et mérite d’être choisie définitivement comme centre politique du pays.

  • 29 Bien que le Congrès ait opté pour le dollar décimal en 1785, puis confirmé le rôle du dollar comme (...)
  • 30 John Jay porte le titre de Secretary of Foreign Affairs entre 1784 et 1789. On réserve l’expression (...)
  • 31 Jackson K., Encyclopedia of New York City, New Haven, Yale University Press, 1995, p. 276.
  • 32 Burrows E. G., Wallace M., Gotham…, op. cit., p. 301 ; Jackson K., Encyclopedia of New York City…, (...)

16Face à cette situation, l’administration fédérale se contente d’occuper les structures existantes. En 1788, le vieil hôtel de ville, situé à l’angle de Broad Street et de Wall Street, est agrandi et rénové. Ce bâtiment qui date de 1699 est rebaptisé Federal Hall. Les travaux, dirigés par Pierre-Charles L’Enfant, sont financés grâce à une loterie organisée au niveau de l’État de New York. Elle permet de collecter 7 500 livres29. Les autorités fédérales utilisent aussi des bâtiments commerciaux. En avril 1785, John Jay, le secrétaire aux Affaires étrangères30, loue la taverne Fraunces et en fait son siège. Les ministères de la Guerre et du Trésor s’installent aussi dans cette bâtisse jusqu’en 1788. C’est une adresse très connue à New York. C’est là que George Washington a organisé son banquet d’adieu lorsqu’il a quitté son poste de chef de l’armée le 4 décembre 178331. Le secrétaire aux Affaires étrangères y traite les affaires de l’État, quand il ne le fait pas de son domicile sur Broadway. Le recours à des bâtiments à usage privé est fréquent de la part de l’Administration. L’exemple le plus célèbre est celui du président Washington. Il s’installe dans un premier temps dans une demeure privée de Cherry Street qui prend le nom de Presidential Residence. Puis, entre février 1790 et son départ de New York le 30 août 1790, il vit avec sa femme Martha au 39 de Broadway dans une maison appartenant à Alexander Macomb. Les dépenses inhérentes à l’installation du président à New York sont très importantes. Des contributions privées, évaluées à environ 20 000 livres, permettent de restaurer la résidence de Cherry Street. Celle de Broadway est louée pour 2 500 dollars par an, une somme considérable pour l’époque. Elle fonctionne grâce à une domesticité importante composée de 21 personnes, dont 7 esclaves32. À cette époque, Broadway est une rue qui attire les élites politiques. Le ministre des Affaires étrangères en a fait d’ailleurs aussi sa résidence.

  • 33 Burrows E. G., Wallace M., Gotham…, op. cit., p. 299.
  • 34 Cardia C., Ils ont construit…, op. cit., p. 306.

17L’entrée en vigueur de la constitution en 1789 accélère l’installation des responsables politiques à New York. Le phénomène prend une telle ampleur que le peintre John Trumbull aménage en ville en décembre pour achever son tableau La Déclaration d’Indépendance33. Les responsables de l’État américain sont aussi accompagnés de personnels fédéraux qui sont chargés du fonctionnement au quotidien des administrations. Bien que peu nombreux à l’époque, leur installation pose des problèmes pratiques dans une ville où on manque d’espace. N’oublions pas en outre qu’il faut loger les représentants des puissances étrangères, tel le ministre de France. Lors de la prise de fonction de George Washington, ce dernier ne dispose toujours pas d’une résidence officielle. Il réside à l’hôtel. Le statut de capitale attire aussi des hommes d’affaires et des spéculateurs comme Andrew Craigie et William Constable. Ceux-ci savent qu’un contact direct avec les responsables politiques facilite les affaires34.

  • 35 Cardia C., Ils ont construit…, op. cit., p. 17.
  • 36 John Randel Jr. pose les bases du New York que nous connaissons aujourd’hui. En 1811, il imagine un (...)
  • 37 Burrows E. G., Wallace M., Gotham…, op. cit., p. 265.
  • 38 Cardia C., Ils ont construit…, op. cit., p. 306.

18La population new-yorkaise augmente considérablement dans les années qui suivent l’indépendance. Elle passe de 12 000 habitants en 1783 à 24 000 en 1785, 33 131 en 1790 puis 60 515 en 180035. Le premier recensement organisé en 1790 montre que désormais New York a dépassé Philadelphie et est devenue la ville la plus peuplée des États-Unis. New York vit aussi un boom immobilier d’une telle ampleur qu’en 1807 les responsables locaux décident de faire appel à un géomètre pour contrôler la croissance urbaine36. Bien sûr, le statut de capitale stimule l’économie locale, notamment le commerce, l’immobilier et les activités liées aux réceptions. Il n’explique pas cependant à lui seul ces transformations. La fièvre bâtisseuse, par exemple, s’inscrit dans une logique de reconstruction après les grands incendies du 21 septembre 1776 et de 1778 et les dégâts occasionnés par l’occupation anglaise pendant la guerre. En outre, le doublement de la population entre 1783 et 1785 s’explique en partie par le retour des patriotes qui ont quitté leur logis pendant l’occupation britannique37. De manière plus profonde, l’augmentation de la population est la conséquence d’un processus de croissance qui remonte aux années 1730. L’installation des instances fédérales contribue au développement de la ville mais dans une faible mesure. Ceci explique que si les New-yorkais regrettent leur départ, ils se remettent cependant de leur déception dès la fin de l’été 179038.

  • 39 Jacques Brissot raconte en 1788 dans ses récits de voyage que des femmes en vue comme Kitty Duer et (...)

19D’ailleurs, l’installation de la capitale à New York ne fait pas l’unanimité au sein de la population locale. Les opposants à un État central fort, nombreux dans l’État de New York, acceptent difficilement cette situation. Ils se réunissent en mai 1789 au sein d’un club politique, Tammany Hall, qui deviendra au xixe siècle la base du tout puissant parti démocrate de la ville. Le choix de New York n’est pas non plus plébiscité par tous les Américains. C’est une ville où on trouve de nombreux habitants pauvres et peu éduqués, où le cosmopolitisme est favorisé par les activités commerciales et portuaires, où l’appât du gain est encouragé comme en témoigne la spéculation foncière, où la tolérance en matière de religion et de mœurs est grande et où les modes de vie rappellent trop l’Angleterre39. Certains Américains refusent que leur nation se dote d’une telle capitale.

New York, capitale : Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?

  • 40 Cela apparaît clairement dans les deux ouvrages de référence suivants : Chudacoff H., Smith J. E., (...)
  • 41 Jackson K., Encyclopedia of New York City…, op. cit. ; Weil F., Histoire de New York, Paris, Fayard (...)
  • 42 Bernstein R. B., Where the Experiment Began: New York City and the Two Hundredth Anniversary of Geo (...)

20Aujourd’hui, peu d’Américains, voire de New-Yorkais, se souviennent que New York a été un jour la capitale des États-Unis. L’historiographie ne s’intéresse guère à cette question. Il est vrai que les chercheurs en histoire urbaine travaillent surtout sur la période postérieure à 1830, celle où les villes américaines sont en pleine croissance40. Les ouvrages scientifiques consacrés à l’histoire de New York laissent eux-mêmes peu de place à cet épisode. C’est le cas notamment de l’encyclopédie de Kenneth Jackson. On n’y trouve aucune entrée au mot « capitale ». Sur près de 1 500 pages, la question n’est abordée que dans les articles sur le Congrès (p. 275-276), sur Federal Hall (p. 393-394) et sur George Washington (p. 1242). Quant à François Weil, il réserve à peine 9 lignes à cette époque dans son histoire de New York. Seule la somme de 1 383 pages de Edwin G. Burrows et Mike Wallace, Gotham, A History of New York City to 1898, analyse en détail ces années où New York fait fonction de capitale41. On peut aussi consulter en parallèle quelques publications qui ont été rédigées à l’occasion du Bicentenaire de l’entrée en fonction de George Washington42.

21On trouve aussi peu de traces de l’événement dans l’espace new-yorkais. Si State House, le lieu où la constitution a été rédigée à Philadelphie, et Mount Vernon, la demeure de George Washington, sont considérés comme des hauts lieux de la nation américaine et à ce titre sont visités chaque année par des millions d’Américains, ce n’est pas le cas des bâtiments new-yorkais qui ont abrité les institutions fédérales. Federal Hall a d’ailleurs été détruit au début du xixe siècle avant d’être reconstruit en 1842 pour accueillir la douane du port de New York. Pendant longtemps, seule la statue de George Washington, érigée au pied de l’escalier monumental de l’édifice, rappelait les événements de 1789. Il a fallu attendre 1955 pour que ce bâtiment devienne un musée sous le nom de Federal Hall National Memorial.

  • 43 Il ne s’était déplacé qu’en 1987 pour commémorer à Philadelphie le deux centième anniversaire de la (...)

22Ce sont en fait les attentats terroristes du 11 septembre 2001 qui ont fait resurgir dans les esprits cet épisode de l’histoire new-yorkaise. Le 6 septembre 2002, 300 membres du Congrès se réunissent à Federal Hall pour une cérémonie d’une heure destinée à commémorer la tragédie et à rappeler les liens que New York entretient avec l’histoire américaine. Federal Hall ne se situe qu’à quatre blocs de Ground Zero où s’élevait le World Trade Center. La démarche des législateurs est exceptionnelle puisqu’en 202 ans, c’est seulement la seconde fois que le Congrès siège en dehors de Washington, DC43. Il a fallu néanmoins les explications des médias pour que les Américains et les étrangers (re)découvrent que New York a été un jour la capitale des États-Unis.

Conclusion

23Bien que des décisions importantes pour le fonctionnement du pays aient été prises alors que New York faisait office de capitale du pays, cet épisode reste largement méconnu, même aux États-Unis. Ceci s’explique par la brièveté pendant laquelle New York a été la première ville du pays mais aussi par le fait que la prospérité économique de cette cité est telle qu’elle n’a pas besoin de fonctions politiques nationales pour s’imposer comme la principale ville du pays. Alors que New York domine aujourd’hui la hiérarchie urbaine américaine avec un peu plus de 8,3 millions d’habitants (22,2 millions si on inclut son aire métropolitaine), Washington, DC n’arrive qu’au 24e rang des villes américaines avec seulement 632 000 habitants (2,4 millions d’habitants si on considère l’aire métropolitaine). La capitale fédérale ne compte pas parmi les principaux centres économiques du pays ; une situation qu’on retrouve souvent à l’échelle des États. La ville principale de Californie est Los Angeles alors que la capitale de l’État se situe à Sacramento. Celle de Floride est Miami alors que les autorités de l’État siègent à Tallahassee. Dans le New York, même, la capitale est Albany et non pas New York. Capitale éphémère et oubliée, New York a su néanmoins cultiver ses atouts pour s’imposer au sommet de la hiérarchie urbaine américaine et devenir une des principales villes de la planète.

Notes

1 Ce texte a fait l’objet d’une première publication dans la revue Histoire Urbaine, 2005/1, n° 12, p. 23-38.

2 La mention « DC » signifie District of Columbia. Elle permet d’éviter la confusion avec l’État de Washington qui se situe sur la côte Ouest des États-Unis.

3 Sur cette question, on pourra consulter notamment : Kaspi A., L’Indépendance américaine, 1763-1789, Paris, Gallimard, coll. « Archives », 1976.

4 Il réunit les représentants des treize États nés de l’émancipation des treize colonies.

5 Cet événement, connu sous le nom de conspiration de Newburgh, a fait craindre l’instauration d’une dictature militaire. Il a fait naître chez les Américains une grande méfiance à l’égard des armées permanentes et du pouvoir des militaires. C’est ainsi que s’est imposée l’idée qu’il fallait que l’armée soit sous le contrôle des civils.

6 C’est d’ailleurs à Annapolis que le Congrès ratifie le 14 janvier 1784 le traité de paix avec la Grande-Bretagne.

7 Chacun des treize États dispose d’une voix et une décision ne peut être prise qu’avec l’accord d’au moins 9 États.

8 Cardia C., Ils ont construit New York, Genève, Georg Éditeur, 1987, p. 17. Le premier recensement américain date de 1790.

9 McLaughlin Green C., Washington: A History of the Capital, 1800-1950, Princeton, Princeton University Press, 1962, p. 7.

10 Elle compte 16 000 habitants.

11 Aujourd’hui encore, on peut y voir à Independence Hall la Cloche de la Liberté qui a sonné pour annoncer la proclamation de l’Indépendance.

12 Le sectionnalisme est notamment alimenté par la question de l’esclavage. Celui-ci pose un problème moral dans un pays qui s’est créé autour de l’idée de liberté. Si les États du Nord renoncent progressivement à l’esclavage dans les années qui suivent l’Indépendance, dans le Sud, où l’économie repose essentiellement sur le travail servile, il n’est par contre par question de l’abolir.

13 La constitution rédigée en 1787 demeure toujours en vigueur aujourd’hui. Les rapports de force ont cependant changé. Depuis la Seconde Guerre mondiale, le pouvoir exécutif s’est renforcé au détriment du législatif. Certains, tel Arthur Schlesinger Jr, sont allés jusqu’à parler de « présidence impériale » pour caractériser ce phénomène qui connaît son apogée sous les administrations Johnson et Nixon. Bien que celle-ci ait été affaiblie par la crise du Watergate et que le Congrès constitue un contre-pouvoir important, il n’en est pas moins vrai que le pouvoir exécutif, et plus particulièrement la Maison Blanche, sont aujourd’hui au cœur du système politique américain.

14 C’est une région qu’il connaît bien puisqu’il possède une plantation à Mount Vernon, sur les bords du Potomac, en aval du site de la capitale. Le Residence Act lui donne aussi le pouvoir d’engager trois commissaires afin de planifier et construire la capitale. L’essentiel de la tâche incombe à un ingénieur-architecte français, Pierre-Charles L’Enfant.

15 Ce choix intervient alors que le président Washington est toujours en exercice. C’est dire sa popularité.

16 Le transfert de l’administration fédérale, et notamment des ministères et des archives, a commencé dès juin 1800. Pour une première approche sur Washington, DC on pourra lire : Trocmé H., « Washington, capitale : la puissance et la gloire », L’Histoire, 246, septembre 2000, p. 64-69.

17 Les Articles de Confédération commencent à être rédigés en juin 1776. Leur adoption intervient le 17 novembre 1777 et leur ratification par les États le 1er mars 1781. Une telle lenteur s’explique par des divisions sur la répartition des impôts et des droits de vote entre les différents États.

18 On pense notamment à la révolte de Shays qui a lieu en août-décembre 1786 dans le Massachusetts en réaction à la politique déflationniste.

19 On attribue à chaque État deux sénateurs, quelle que soit la taille de leur population. Cela répond aux craintes des petits États qui craignaient d’être marginalisés au sein de l’Union.

20 Il est décidé que chaque État aura un nombre de représentants proportionnel à sa population. Si on exclut les Noirs (qui ne sont pas citoyens) on aboutit à une représentation politique amoindrie pour les États du Sud. Ces derniers n’acceptent pas une telle situation. Certains parlent même de sécession. Pour sauver l’Union, les rédacteurs de la constitution choisissent la voie du compromis. Ils décident que la population noire sera prise en compte dans le calcul des sièges mais qu’un Noir sera décompté pour trois cinquièmes d’un Blanc.

21 Ils cessent aussi de s’opposer à l’idée que les dettes faites pendant la guerre d’Indépendance soient des dettes fédérales et qu’à ce titre tous les États doivent participer à leur financement, même ceux qui ne sont pas à l’origine de l’endettement.

22 Cet organisme est totalement dépourvu de pouvoir faute d’accord entre au moins neuf des treize États.

23 À partir de 1789, on parle de Congrès et non plus de Congrès continental. La première session du Congrès a lieu entre 1789 et 1791. Les Américains votent tous les deux ans pour élire l’ensemble des représentants et un tiers des sénateurs. En 2014, c’est le 113e Congrès qui est en session.

24 Sharp J. R., American Politics in the Early Republic: The New Nation in Crisis, 1789-1801, New Haven, Yale University Press, 1993, p. 31.

25 Ceci nous rappelle que dans l’esprit des Pères Fondateurs, le pouvoir législatif a la primauté sur l’exécutif. D’ailleurs le premier article de la constitution est consacré au législatif. Les pouvoirs de l’exécutif ne sont définis que dans le deuxième article.

26 La formule est inscrite à l’alinéa 8, section 1 de l’article 2 de la constitution.

27 Burrows E. G., Wallace M., Gotham, A History of New York City to 1898, New York, Oxford University Press, 1999, p. 297. Les présidents, aujourd’hui encore, suivent le même rituel lors de leur entrée en fonction : serment, discours inaugural, parades dans les rues, feux d’artifices, bals. À New York, un bal inaugural est organisé le 7 mai 1789 à la City Tavern.

28 Le traité de 1778 stipule notamment la nomination réciproque de représentants. C’est ainsi que Benjamin Franklin (1776-1785), puis Thomas Jefferson (1785-1789), défendent les intérêts américains à Paris. Du côté français, Conrad Alexandre Gérard est le premier diplomate étranger en poste aux États-Unis. Il entre en fonction en juillet 1778. Fohlen C., Les Pères de la révolution américaine, Paris, Albin Michel, 1989, p. 81.

29 Bien que le Congrès ait opté pour le dollar décimal en 1785, puis confirmé le rôle du dollar comme unité monétaire de base du pays, les New-Yorkais continuent d’utiliser la livre jusqu’en 1797.

30 John Jay porte le titre de Secretary of Foreign Affairs entre 1784 et 1789. On réserve l’expression ministre des affaires étrangères pour le chef du Department of State (l’actuel ministère des Affaires étrangères) créé en 1789.

31 Jackson K., Encyclopedia of New York City, New Haven, Yale University Press, 1995, p. 276.

32 Burrows E. G., Wallace M., Gotham…, op. cit., p. 301 ; Jackson K., Encyclopedia of New York City…, op. cit., p. 1242.

33 Burrows E. G., Wallace M., Gotham…, op. cit., p. 299.

34 Cardia C., Ils ont construit…, op. cit., p. 306.

35 Cardia C., Ils ont construit…, op. cit., p. 17.

36 John Randel Jr. pose les bases du New York que nous connaissons aujourd’hui. En 1811, il imagine un plan visionnaire qui prévoit l’extension de la ville sur toute l’île de Manhattan, soit sur 21 kilomètres. Il impose au nord de la 14e rue un schéma en damier que l’on retrouve dans la plupart des villes américaines. À partir d’Houston Street, l’espace est organisé autour de douze avenues, larges de trente mètres, qui traversent l’île du nord au sud. Elles sont coupées par 155 rues transversales.

37 Burrows E. G., Wallace M., Gotham…, op. cit., p. 265.

38 Cardia C., Ils ont construit…, op. cit., p. 306.

39 Jacques Brissot raconte en 1788 dans ses récits de voyage que des femmes en vue comme Kitty Duer et Mary Watts se font appeler Lady ; une pratique qui rappelle dangereusement aux yeux de certains le temps de la monarchie britannique.

40 Cela apparaît clairement dans les deux ouvrages de référence suivants : Chudacoff H., Smith J. E., The Evolution of American Urban Society, Englewood, New Jersey, Prentice Hall, 1988 ; Goldfield D. R., Brownell B. A., Urban America. A History, Boston, Houghton Mifflin, 1990.

41 Jackson K., Encyclopedia of New York City…, op. cit. ; Weil F., Histoire de New York, Paris, Fayard, 2000, p. 34-35 ; Burrows E. G., Wallace M., Gotham…, op. cit, p. 288-312.

42 Bernstein R. B., Where the Experiment Began: New York City and the Two Hundredth Anniversary of George Washington’s Inauguration, New York, 1989 ; Schechter S. L., Bernstein R. B. (dir.), Well Begun: Chronicles of the Early National Period, Albany, New York, 1989 ; Bowling K. R., « New York City, Capital of the United States, 1785-1790 », in S. L. Schechter, W. Trip, T. E. Burke (dir.), The World of the Founders: New York Communities in the Federal Period, Albany, New York, 1990.

43 Il ne s’était déplacé qu’en 1987 pour commémorer à Philadelphie le deux centième anniversaire de la rédaction de la constitution.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540