Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociabilité et politique en milieu rural

 | 
Annie Antoine
, 
Julian Mischi

Première partie. Appropriations et contestations de l’ordre politique en milieu rural

Des « gens nudz piedz » à Antrain (1639) : révolte antifiscale et pratiques politiques de frontière

Philippe Hamon

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un jeudi de la mi-août 1639, Laurent Jarry, sieur de la Touche, assiste à une pêche aux filets sur le Couesnon, un petit fleuve côtier qui sépare, sur son cours aval, Normandie et Bretagne. Il est abordé par deux personnes qui le « tirent en particullier ». L’une appartient au personnel du Cheval Blanc, une auberge d’Antrain, à une lieue de là. L’autre est « un jeune garson accoustré de gris », que les témoins de la scène disent ne pas connaître. Jarry rentre avec eux à Antrain. On le retrouve au Cheval Blanc où il discute avec un homme présenté comme « un capitaine des gens nudz piedz » qui vient de Pontorson, petite ville normande à une douzaine de kilomètres au nord d’Antrain. Depuis un mois, un très important soulèvement, celui des Nu-pieds, agite une bonne partie de la basse Normandie1. Pour l’essentiel de nature antifiscale, il se manifeste tout près d’Antrain, qui n’est qu’à une demi-lieue de la Normandie. Petite agglomération non close, sans communauté de ville, peuplée de m...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540