Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vierge ou putain ?

 | 
Marion Giraldou

Conclusion

Texte intégral

« Être exclu n’est pas une identité, mais le résultat d’un processus. »

(Philippe Nasse, Exclus et exclusions : connaître les populations, comprendre les processus.)

1Ainsi, dans le contexte du Costa Rica de la fin du xixe siècle, comme dans toutes les sociétés dominées par un système patriarcal omnipotent, naître femme signifie appartenir de fait au groupe social subordonné. La femme, soumise à la volonté des hommes et exclue du domaine public, est considérée comme incapable de prendre une décision pour soi, encore moins d’influer sur la société à laquelle elle appartient. Cette infériorité sociale originelle touche tous les individus de sexe féminin sans distinction de ressource économique, de couleur, d’âge… en bref sans qu’aucun élément extérieur mis à part leur sexe, ne vienne interférer. Toutefois, le processus qui transforme ces « êtres inférieurs » en marginales, s’appuie, à des degrés divers, sur d’autres aspects et notamment sur leur position économique, leur état civil, leur âge, leur degré d’instruction, etc. Ces éléments socio-économiques participent donc pleinement à la mise en place des processus de marginalisation mais l’observation des cas concrets met en évidence le rôle fondamental du comportement dans la stigmatisation d’une femme comme prostituée : la moindre violation des codes de bonne conduite signifie pour elles une accentuation de ce processus de marginalisation initial. La femme accusée de prostitution apparaît alors comme le négatif de la femme idéale.

2Corrélativement, à travers la nature des caractéristiques sociales et morales qui fondent l’assimilation d’une femme à une prostituée se reflètent certains aspects de la normalisation sociale engagée par les autorités. Suivant ce raisonnement, appréhender la signification de la condamnation de la prostitution dans ses rapports avec la mise en place d’un système normatif, implique de saisir les éléments regroupés sous ce terme. Il s’agit alors de poser une définition aussi ouverte que possible de ce qu’il faut comprendre par cette désignation.

3Ce travail visait à décrire les processus de marginalisation non plus à partir des seules caractéristiques propres aux femmes accusées de prostitution mais dans une perspective globale. Pour se faire, il fallait inclure dans l’analyse les interactions entre les caractéristiques de ces femmes et leur contexte sociopolitique et culturel. Vouloir caractériser, même partiellement, la marginalité impliquait en effet de reconstruire en partie le complexe jeu social qui fait apparaître marginal le rapport entre l’individu et les normes sociales collectives. En ce sens, l’accent s’est déplacé de l’observation des caractéristiques figées d’un groupe social à celle des mouvements et des rapports entre les différentes composantes sociales. De sorte qu’il ne s’agissait plus de penser l’immobilité d’un état mais les processus évolutifs qui l’engendrent, en tenant compte de la complexité des actions – réactions qui se forgent mutuellement.

4Les variations subies par les catégories juridiques, témoignent de l’importance de ces facteurs. Ainsi, jusqu’à ce que la prostitution soit juridiquement reconnue et donc pénalement condamnable, les prostituées étaient jugées et emprisonnées sous l’inculpation de vagabondage. Même par la suite, lorsqu’elles sont inscrites et que la justice n’a plus de prise sur elles en tant que prostituées, tous leurs écarts sont soumis à la « loi sur le vagabondage ». C’est donc la constatation d’une incapacité juridique à réguler un fait concret, qui entraîne la reconnaissance de celui-ci, afin d’en assurer le contrôle légitime. De sorte que même les concepts institutionnels, peut-être les moins naturellement mobiles du fait de leur appartenance à des structures figées, évoluent aussi au gré des nécessités sociales. Ils révèlent ainsi la portée des interactions entre les normes institutionnelles et les réalités sociales. En ce sens, les réactions marginales à la normalité et les réactions sociales à la marginalité se déterminent réciproquement et évolutivement dans un jeu de va-et-vient qu’il était important de saisir dans sa globalité.

5C’est pourquoi l’étude a cherché à prendre en compte toutes les dynamiques – dans la mesure du possible – qui influencent la stigmatisation d’un individu en tant que marginal, sans privilégier un rapport sur un autre, c’est-à-dire sans penser les facteurs économiques, sociaux ou sexuels comme prépondérants. Il convenait alors de tenir compte de la diversité des rapports envisageables à la fois entre les individus, entre la marginalité et les normes sociales collectives, entre la société prise dans son ensemble et la marginalité.

  • 1 Cerutti S., « Normes et pratiques, ou de la légitimité de leur opposition », dans B. Lepetit (dir.) (...)

6En fondant l’interprétation finale sur l’appréhension des liens sociaux et des rapports qui lient les individus aux normes sociales collectives, la réflexion s’engage à ne plus observer seulement des faits, ni des phénomènes mais des processus, des rapports entre les différentes sphères imbriquées de la vie sociale. Il ne s’agit plus alors de simplifier « les réponses sociales aux impositions normatives1 » par la dichotomie acceptation/déviance, mais au contraire de faire apparaître tout l’éventail des réactions envisageables. Ce n’est qu’à partir de cet élargissement du champ de la recherche qu’il a été possible de saisir une certaine réalité sociale. L’accent s’est alors déplacé de l’étude de la marginalité en soi, concept figé ne renvoyant à aucune réalité objective, vers celle des processus de marginalisation, à partir de l’analyse des interactions entre les comportements déviants et les réactions sociales à ces attitudes.

7Cette étude a permis de mettre en évidence le rôle joué par les divers éléments qui participent à la construction de la notion de « prostituée » en tant que marginale : la mise en place d’un système normatif, la transgression de ce système et le regard porté par la société sur ce comportement. De sorte que, pris un à un, ces éléments ne déterminent pas la qualification de « marginal » d’un acte ou d’une personne. Seul le rapport entre les trois peut l’expliquer. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer qu’une femme peut être considérée comme une prostituée par les autorités mais rester parfaitement intégrée au sein de la population si son comportement public est adapté aux règles de conduite validées par la population. Inversement, nombre de femmes qui s’écartent du code de bonne conduite et qui, de fait, sont marginalisées par leur voisinage, ne sont pas inscrites dans les registres de prophylaxie vénérienne. Les différences de conception de la prostitution entre la population et les autorités expliquent les écarts observés entre la désignation par la communauté d’une femme comme prostituée et la validation de cette appartenance par les autorités. Réciproquement, il serait abusif de penser que l’inscription d’une femme dans les registres – événement qui marque la validation légale de l’accusation de prostitution portée contre elle – engendre automatiquement la mise en place d’un processus de marginalisation. La notion de marginalité et même l’individu marginalisé, ne peuvent être compris ni même être défini par une simple relation de cause à effet, tant la stigmatisation dépend de la concordance d’un ensemble d’éléments : le contexte socioculturel et politique, le comportement de l’individu et la nature de la réaction sociale qu’il suscite. Le processus qui conduit un individu à être socialement mis à l’écart du reste de la société est donc inscrit dans un contexte particulier. Dès lors, l’étude des processus de marginalisation ne saurait se faire indépendamment de son contexte sociopolitique et culturel. Comme le fait remarquer Robert Castel :

  • 2 Castel R., « Les marginaux dans l’histoire », dans S. Paugam, L’exclusion, l’état des savoirs, Pari (...)

« Caractériser la marginalité, c’est la situer au sein de cet espace social, éloignée du foyer des valeurs dominantes, mais cependant reliée à elles puisque le marginal porte le signe inversé de la norme qu’il n’accomplit pas2. »

8Le Costa Rica de la fin du xixe siècle est marqué par l’arrivée au pouvoir d’une certaine élite libérale qui cherche à affirmer sa domination sur l’ensemble de la société tout en préservant l’équilibre social nécessaire à la modernisation et au développement économique du pays. Il ne s’agit plus alors de s’imposer de façon autoritaire mais, au contraire, de diffuser et d’inculquer certaines valeurs à l’ensemble de la population afin de mettre en place une culture commune ou tout au moins un socle culturel commun. Bien évidemment, ces nouveaux codes ne doivent pas être pensés en contradiction avec les valeurs préexistantes, mais leur institutionnalisation leur donne un aspect plus rigide. C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre l’impact du règlement de prophylaxie vénérienne qui répond à la fois à une certaine demande de la population, mais aussi aux exigences de l’élite en matière hygiéniste. Corrélativement, la cristallisation d’une certaine vision de la prostitution définit, par effet de miroir, les contours de la femme idéale et plus généralement des « bonnes mœurs ».

9Néanmoins, l’observation de la mise en application de ce règlement a permis de démontrer l’existence de nombreux décalages entre le texte de la loi et la réalité sociale. Le règlement de 1894 qui était apparu comme la solution théorique aux problèmes engendrés par la prostitution, se trouve limité dans ses effets par les nombreuses incohérences qu’il recèle : d’une part, les législateurs manquent singulièrement de connaissance pratique ce qui transparaît notamment dans l’impossibilité financière pour les femmes de se soumettre à l’ensemble des exigences définies par le règlement. Le coût élevé de la visite hebdomadaire chez le médecin est un exemple révélateur de ce phénomène. D’autre part, ils font preuve d’un manque de volonté flagrant qui se manifeste dans les carences budgétaires des agences de police chargées de faire appliquer la loi. De sorte que la participation de la législation à la mise en place des processus de marginalisation se mesure moins à l’aune de ses résultats concrets – en témoigne le nombre important de clandestines ou de femmes inscrites n’obéissant pas au règlement – qu’à son impact sur la construction des représentations collectives de la prostitution. Défaillant en tant que mécanisme de contrôle formel faisant parti d’un système de normes établies, ce texte de loi joue un rôle important comme outil de contrôle informel participant pleinement à la construction d’une représentation négative de la prostitution. La mise en place de ce cadre législatif rigide qui cristallise les valeurs dominantes vient, en effet, raffermir les conceptions populaires.

10Réciproquement, la population se réapproprie l’énoncé législatif et, sur cette base, construit sa propre notion des femmes qui doivent être considérées comme des prostituées. Tout en s’inscrivant dans le prolongement des conceptions populaires coutumières, les représentations collectives de la prostitution au sein de la population sont donc directement liées à l’homogénéisation culturelle voulue par les élites. On retrouve cette double origine dans de nombreuses restrictions auxquelles sont soumises les femmes accusées de prostitution et notamment, à travers le rapport à l’espace qui leur est imposé. Elles sont en effet écartées des zones d’habitation sensibles et obligées de vivre dans certains quartiers. De plus, leur basculement de dangers potentiels à dangers avérés – lorsqu’elles sont atteintes de maladies vénériennes ou en se soustrayant aux obligations que leur impose le règlement – est sanctionné par des peines d’enfermement au sein de la prison pour femmes ou du département de prophylaxie vénérienne de l’hôpital. Elles sont alors recluses dans ces institutions censées avoir une action réformatrice afin de faciliter leur réinsertion sociale. Cependant, l’observation de leur condition de vie dans ces établissements démontre que, dans la pratique, cela ne fait qu’accentuer la représentation négative que la population se fait d’elles. L’utilisation de l’espace devient alors un moyen pour les autorités de protéger moralement et physiquement la société des maux dont ces femmes sont porteuses. Parallèlement, cela permet d’instiller au sein de l’ensemble de la population, prostituées comprises, l’idée de leur dangerosité et de la nécessaire séparation qui en découle. La mise à l’écart des prostituées peut alors être conçue comme la conséquence concrète de leur marginalisation sociale, autant que comme un mécanisme de contrôle participant à la construction de représentations négatives de la prostitution. Dans cette logique, la législation renforce et oriente les conceptions populaires.

11C’est donc bien à partir d’une étroite relation entre mécanismes de contrôles formels – au niveau des institutions – et informels – au niveau culturel – que se met en place le système de contrôle social qui va dominer la société joséphine dès la fin du xixe siècle. Cette complémentarité entre la volonté des autorités et l’action de la population, ne doit pas dissimuler les différences profondes qui existent entre les représentations populaires de la prostitution et le discours hygiéniste officiel. Si pour les autorités la notion de risque, autant moral que physique, occupe une place essentielle au sein de la définition de cette notion, dans la communauté, celle-ci apparaît plus comme la conséquence de la violation d’un code tacite de « bon voisinage ». Dès lors, c’est en cherchant à défendre leurs mœurs et leurs coutumes que les habitants de San José rejettent certaines femmes qui ne correspondent pas au profil idéal. L’utilisation par la population du règlement de prophylaxie vénérienne apparaît alors comme un moyen pour légitimer cette éviction. Ainsi, la mise en perspective de la nature et de la signification des représentations populaires de la prostitution et de la législation visant à les contrôler, atteste certes de l’existence d’influences réciproques dans la construction de ces notions, mais surtout elle met en évidence leurs différences profondes.

12Plus généralement, les multiples caractéristiques entrant en jeu à différents degrés dans la construction de la notion de prostitution, témoignent de l’inexistence d’une signification commune. Ni la législation trop ambiguë, ni même les représentations collectives trop variées, ne permettent de fixer une définition exacte des réalités englobées sous le terme de prostitution. C’est donc bien la multiplicité des réalités regroupées dans la notion de prostitution qui engendre l’impossibilité de poser une définition claire, adaptée au contexte et valable dans l’absolu de cette catégorie. Tout au plus, à partir des éléments rassemblés à grande échelle sur plus de 1 500 femmes accusées de prostitution et de quelques études de cas significatives, il est possible de dresser un tableau des caractéristiques principales de ce groupe. Les traits dominants qui se dégagent de cette analyse montrent que les femmes accusées de prostitution sont des femmes comme les autres, même si la récurrence de certains critères permet de les situer au sein de la société. En effet, majoritairement ce sont des jeunes filles pauvres, analphabètes et célibataires. L’ensemble de ces éléments met en évidence l’accumulation par les femmes accusées de prostitution de différents facteurs de marginalisation : économique d’une part, puisqu’elles réunissent tous les signes de la pauvreté. Sociale d’autre part, puisqu’en vivant en dehors des normes établies par la société, elles représentent l’inverse de la femme idéale ou tout au moins idéalisée par les conceptions collectives. Ainsi, il apparaît que c’est autant le comportement de la femme que le cumul de divers aspects marginalisant qui déterminent sa stigmatisation en tant que prostituée.

13Il est alors intéressant de remarquer que cette image type nous renvoie au système patriarcal qui domine dans la société costaricienne de la fin du xixe siècle : l’honnêteté de la femme étant alors déterminée par sa subordination aux différentes figures masculines qui traversent sa vie, son père et son mari notamment. Le maintien de la gente féminine dans cette position socialement inférieure à l’homme tend à expliquer, en partie, la rigidité des codes dans lesquels on confine son comportement. Corrélativement, la conservation d’une place reconnue comme légitime au sein de la société passe alors par l’adoption d’une conduite conforme à l’ensemble des codes sociaux en vigueur. Le moindre écart comportemental ou même le simple soupçon, entraîne la stigmatisation négative de la femme par l’ensemble du corps social. C’est cette rigidité qui permet de légitimer le système patriarcal en renforçant la vision de la « bonne femme » contre la « mauvaise », celle qui multiplie les relations amoureuses et refuse, volontairement ou non, la domination masculine. La crainte suscitée par une telle désignation apparaît alors comme un élément qui permet d’enfermer les femmes dans un comportement normé et de réduire leur personnalité à leur fonction de mère et d’épouse ; la virginité de la femme étant la marque de cette domination. La notion de prostituée apparaît alors comme le reflet inversée du concept de bienséance.

14La mise en perspective des caractéristiques communes à la majorité des femmes considérées comme prostituées à l’aune des facteurs déterminant l’honorabilité féminine, permet de mettre en évidence le rôle des schémas de la femme idéale dans la construction des processus de marginalisation. Dès lors, la catégorie « prostituée » semble plus se fonder sur des représentations conjoncturelles de la « mauvaise femme », que sur un ensemble de traits objectifs renvoyant à un groupe particulier. Dans cette logique la prostituée apparaît comme le négatif de cette honnête femme, de cette femme idéalisée par les représentations collectives.

15On s’aperçoit alors que les réalités englobées sous cette notion permettent d’observer en filigrane les valeurs et les tabous qui règnent dans la société en question. Le marginal et la prostituée en particulier, représentent alors l’image même de ce que les valeurs dominantes dans la société rejettent. De sorte que l’étude des processus de marginalisation au Costa Rica à la fin du xixe siècle à travers la prostitution, démontre que les multiples réalités regroupées sous ce terme permettaient de consolider le système de contrôle social tout en participant à l’entreprise d’homogénéisation culturelle mise en place par l’élite. La femme accusée de prostitution, femme tapageuse, très souvent vulgaire et violente, légèrement vêtue, pauvre mais indépendante et multipliant les partenaires sexuels, symbolise tout ce que la société costaricienne de la fin du xixe siècle rejette. De sorte que cette femme, stigmatisée par les représentations collectives peut donc aussi bien exercer réellement un commerce sexuel que s’écarter d’un comportement socialement accepté. L’analyse de diverses histoires de vie mettant en évidence l’existence de ces deux cas de figure incite à penser la notion de prostitution comme un instrument d’attaque permettant aux divers groupes sociaux d’exercer une pression légale sur les femmes dont le comportement hors normes ne correspond pas à celui attendu par la communauté.

16Dans cette logique, la rigidité des normes législatives et sociales qui réduisent la vie de la femme à son rôle de mère et d’épouse, divise les possibilités de comportements à une dichotomie absolutiste qui influence le titre de cet ouvrage : la femme n’a alors d’autre choix que de respecter les critères d’honorabilité établis par la société afin de correspondre à l’idéal de virginité féminine ; ou de les transgresser, prenant alors le risque d’être considérée comme une prostituée. Dans ce dernier cas, il n’est pas nécessaire pour elle d’enfreindre l’ensemble des codes pour s’attirer l’hostilité de son entourage et la suspicion des autorités. Le simple fait qu’elle rompe volontairement ou non, voire même soit seulement soupçonnée à tort ou à raison d’avoir rompu, la longue liste des obligations incombant aux femmes, suffit à la suspecter de prostitution.

17Dès lors, répondant aux nécessités de cette fin de xixe siècle, ce terme désigne pour les autorités les femmes « dangereuses », c’est-à-dire porteuses de maux physiques et moraux alors que pour la population qui les côtoie, il permet de faire condamner celles qui n’appliquent pas les codes de « bon voisinage ». La notion de prostitution évolue donc en fonction des intérêts des individus : elle est un problème sanitaire pour les autorités alors que pour la population elle représente plus une gêne morale. Dans les deux cas, la protection de ce qui est compris par la communauté comme la norme apparaît comme un élément clef qui participe pleinement à la construction de l’image de la femme accusée de prostitution.

18En définitive, l’utilisation de cette catégorie pour le moins imprécise, pour condamner l’ensemble des femmes « dérangeantes » dont la conduite s’écarte des codes en vigueur, démontre la nature de ce concept. Il s’agit moins de poser une définition pour ensuite pouvoir contrôler un groupe en particulier que d’utiliser les diverses imprécisions législatives pour condamner l’ensemble des femmes ne répondant pas aux critères de la femme idéale. De sorte que la mise en place des processus de marginalisation conduisant une femme à être catégorisée comme une prostituée apparaît plus comme une façon de surveiller et de réprimer certains comportements jugés socialement dangereux que comme une réponse à un véritable problème de société. Cette définition ne prétend pas être valable dans l’absolu mais cherche à représenter le plus justement possible une certaine réalité sociale, celle correspondant à l’étude et ayant permis cette étude.

Notes

1 Cerutti S., « Normes et pratiques, ou de la légitimité de leur opposition », dans B. Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, coll. « L’évolution de l’humanité », 1995, p. 130.

2 Castel R., « Les marginaux dans l’histoire », dans S. Paugam, L’exclusion, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1996, p. 32.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540