Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vierge ou putain ?

 | 
Marion Giraldou

Vierge ou putain ?

Chapitre II. La prostituée, négatif de l’idéal féminin

Texte intégral

1La complexité de la notion de prostitution qui évolue en fonction des intérêts des individus, implique de ne pas la réduire à des définitions législatives simplistes, ni même à celles trouvées dans les dictionnaires. C’est uniquement à travers l’observation de multiples cas concrets qu’il est possible de produire une définition certes moins générale, mais plus proche de la réalité vécue. Cette démarche implique l’observation de la vision que l’ensemble du corps social porte sur ces femmes afin de saisir la place qu’elles occupent dans la société costaricienne. À partir de là, il fallait appréhender la nature de la répression de la prostitution pour comprendre la signification de cette notion.

La mise en place d’un idéal féminin

Inégalité de traitement « genrée »

2Les divers regards que porte la communauté sur un même acte hors normes en fonction du sexe de l’individu mis en cause, cristallisent les inégalités existant dans la société. La perception de l’ébriété témoigne de ce phénomène. En 1898 une note de La Prensa Libre illustre parfaitement bien cette différence de traitement :

  • 1 BNCR, La Prensa Libre, n° 2769, 24-07-1898, f. 2.

« L’abus de liqueur, détestable chez les hommes, est impardonnable chez les femmes dont l’ébriété offre un tableau d’une répugnance indescriptible. À San José, ce vice prend, entre les femmes d’un certain genre, une ampleur que la police doit contenir à l’aide de mesures exceptionnellement énergiques1. »

3La condamnation sociale de ce comportement comporte donc divers degrés qui varient en fonction du sexe de l’individu ivre. De détestable chez un homme, ce vice devient impardonnable et répugnant chez une femme. Plus encore, l’ébriété apparaît comme une circonstance atténuante lors de la mise en accusation d’individus de sexe masculin alors qu’elle est perçue comme un facteur aggravant ou tout au moins ne permettant pas de déresponsabiliser une femme. Ainsi, dans de nombreux cas les hommes ayant commis des fautes en état d’ébriété accusent l’alcool d’être la cause de leur débordement. C’est notamment le cas de Samuel Solorzano qui fait valoir, pour justifier son acte, l’état d’ébriété dans lequel il se trouvait au moment de sa tentative de viol à l’encontre d’Oliva Villalobos. Le jugement rendu par les autorités est révélateur de cette tolérance sociale envers l’ébriété masculine :

  • 2 ANCR, Juzgado del crimen, n° 3064, 1914, f. 73.

« Vu que les preuves produites au cours de la séance plénière mettent en évidence que l’accusé était ivre au moment où l’incident, qui est à l’origine de ce procès, s’est produit et que cette circonstance, liée au fait qu’il n’a jamais été découvert sur le corps de l’offensée des lésions ou des indices démontrant qu’il y eut un début de mise à exécution de l’acte, […] donnent au délit poursuivi une qualification moins sévère2. »

  • 3 ANCR, Sala 2nda de apelaciones, n° 609, 1903.

4Les autorités condamnent l’acte de Samuel, mais lui accordent des circonstances atténuantes, son état le rendant irresponsable de ses actes au moment des faits. À l’inverse, l’ébriété ne représente absolument pas un motif de déresponsabilisation pour une femme. En témoigne le cas3 de Maria Segura Mora qui, en état d’ébriété, blesse son époux au cours d’une dispute conjugale. Le verdict final la condamne à 14 mois de réclusion et signale qu’aucune circonstance atténuante ne permet de réduire cette peine, démontrant ainsi que son état d’ébriété n’entre pas en ligne de compte en ce qui concerne la mesure de son degré de responsabilité.

5La mise en parallèle de ces deux cas permet de souligner l’existence de perceptions sociales différentes d’une même réalité en fonction du sexe de l’accusé, ce qui atteste de la présence d’inégalités sociales genrées dans la société costaricienne : la tolérance qui accompagne les écarts comportementaux masculins rendant d’autant plus criante la rigidité des normes codifiant la conduite d’une femme. Plus généralement, cette différence entre la façon de percevoir et de condamner un comportement hors normes en fonction du sexe de l’individu mis en accusation, illustre l’existence de limites beaucoup plus ténues entre la bonne et la mauvaise femme qu’entre ses pendants masculins. On observe donc la cristallisation de droits comportementaux distincts entre les hommes et les femmes qui posent ainsi les bases permettant de comprendre les différentes perceptions sociales relatives au comportement des individus. Les inégalités genrées, présentes dans la société à tous les niveaux, se confirment alors de façon révélatrice.

6La double signification du terme « public » pour désigner une femme ou un homme est d’ailleurs symptomatique de ce phénomène. Un article de la revue Páginas ilustradas datant de 1912 souligne l’inégalité des significations qui accompagnent l’utilisation des termes « homme public » et « femme publique » :

  • 4 BNCR, Páginas ilustradas, 18-02-1912, p. 17.

« Il est une chose curieuse : la femme publique est méprisée et elle est regardée comme une moins que rien ; l’homme public est apprécié et c’est lui qui nous regarde avec un dédain olympien ou nous claque la porte au nez quand il est de mauvais poil4. »

7S’agissant d’une femme, le terme « public » prend une connotation négative du fait qu’il va à l’encontre de la norme associant la femme à l’espace privé. Il devient alors un synonyme de prostituée. Au contraire, il est un signe distinctif pour l’homme dont la caractéristique d’être social implique l’existence d’un lien entre l’accession à une charge publique et la reconnaissance sociale. La double signification de ce terme laisse alors supposer que les conceptions de la prostitution dépendent du sexe de l’individu mis en cause.

  • 5 ANCR, Leyes y decretos, Reglamento de profilaxia venerea, 1894, p. 84-95.
  • 6 ANCR, Policía, n° 156, 1911, f. 20 par exemple.

8Plus encore, à travers l’analyse des textes législatifs, la prostitution apparaît comme un phénomène genré, pratiquée uniquement par des individus de sexe féminin. En effet, la loi ne traitant que de la prostitution féminine, elle ignore et donc ne condamne pas, les hommes qui adoptent ce type de conduite. Ainsi, le titre de la section n° 4 du règlement de prophylaxie vénérienne, « Des prostituées », tout l’article 13, ainsi que la totalité du texte de la loi, est au féminin5. En attribuant un sexe à leur propos, les autorités démontrent l’assimilation de l’acte de prostitution à un phénomène typiquement féminin. Et, en effet, tout au long de la période d’étude, depuis la mise en place du règlement de prophylaxie vénérienne de 1894 jusqu’à 1930, les individus accusés de prostitution sont exclusivement de sexe féminin. Pourtant, on relève dans les dossiers d’archives quelques cas de prostitution masculine, simples notes rédigées lors des rondes nocturnes6 qui permettent de mettre en évidence son existence. Cela rend d’autant plus significative son inexistence dans les dossiers d’archive.

9Peut-être peut-on avancer une hypothèse explicative qui, en l’absence de données plus solides, ne reste qu’une hypothèse. Au niveau physique, la prostitution masculine ne représente qu’un danger sanitaire minime étant donné qu’elle s’adresse à un groupe restreint d’individu, d’ailleurs déjà marginalisé. De plus, elle apparaît moins menaçante du fait qu’elle ne met pas en péril les généalogies familiales. Surtout, au niveau moral, cette différence de traitement entre la prostitution féminine, contrôlée, réprimée, stigmatisée et la prostitution masculine tout simplement ignorée, témoigne de l’existence d’une nette différence entre les droits sexuels des hommes et ceux de la femme. Si la société tolère la multiplication des partenaires sexuels pour l’homme du fait de « lois naturelles » inhérentes au sexe masculin, la femme doit respecter son rôle de mère et d’épouse. De sorte que la prostitution masculine représente un danger moral beaucoup moins important que le risque de propagation du comportement sexuel « débridé » des femmes accusées de prostitution.

10Nombre de dossiers témoignent des différences de conceptions qui accompagnent le comportement sexuel de l’homme et celui de la femme. Le cas de Francisca Loaiza Hidalgo est particulièrement révélateur de ce phénomène. Inscrite en 1895, elle est arrêtée à de nombreuses reprises pour ébriété. En juillet 1895, elle est accusée d’avoir eu des rapports sexuels avec plusieurs hommes dans un lieu public :

  • 7 ANCR, Policía, n° 6820, 1895, f. 3.

« Étant donné que la police de ce canton m’a informé que Francisca Loaiza Hidalgo était hier à 3 heures de l’après-midi dans le cimetière de cette ville, ivre, en train de commettre des fautes immorales avec des hommes qu’elle embrassait et qu’elle tripotait de façon indécente, je l’ai faite comparaître…
Je lui ai imputé les charges correspondant aux fautes précitées et elle a dit : qu’elle se souvient d’être entrée dans ce bâtiment mais qu’elle ne se souvient pas d’avoir commis les faits dont elle est accusée car elle se sentait très mal du fait des nombreux verres de liqueur que ces mêmes individus lui avaient fait boire7. »

11Pour ces « actes d’immoralité » Francisca est condamnée à trois mois de prison alors que les hommes qui y participaient ne sont pas même cités à comparaître. Ainsi, à comportement de nature équivalente, la différence de traitement observée démontre l’existence d’une perception genrée du comportement sexuel de l’homme et de la femme. La législation est là encore pour légitimer ce phénomène parfaitement inégal. Il suffit de lire l’article 80 du code civil de 1888 pour s’en convaincre. Les deux premières causes permettant de divorcer sont :

  • 8 Guardia V., Alvarado A. (comp.), Código civil de 1888, San José, Imprenta nacional, 1935, p. 28-29.

« 1°. – L’adultère de la femme.
2°. – Le concubinage scandaleux du mari8. »

12Logiquement on remarque une différence substantielle entre les droits maritaux des deux époux. Pour être condamné, l’homme doit inscrire sa relation adultérine dans la durée et abandonner le domicile conjugal alors que la simple infidélité de la femme est, à elle seule, suffisante pour exiger le divorce. De sorte que l’adultère de l’homme est tacitement admis – puisqu’il ne représente pas une cause de divorce – alors que celui de la femme est placé au premier rang des facteurs pouvant entraîner la dissolution des liens du mariage. Cette inégalité de traitement est à comprendre dans le cadre de la protection de l’ensemble de l’édifice social. En effet, en obligeant la femme à limiter ses partenaires sexuels à un seul homme – son mari – la société se prémunit contre les risques de « batardisation » des familles. Assurés d’une progéniture légitime, les hommes garantissent la perpétuation de leur lignée et surtout protègent leur héritage, fruit de leur travail. Il apparaît alors clairement que les raisons de la condamnation de certains agissements relatifs à la sexualité des personnes, divergent selon qu’il s’agisse de réprimer les actes commis par une femme ou un homme.

13L’étude de certaines œuvres littéraires contemporaines à la période permet de mieux comprendre l’impact de cette théorie législative sur la réalité concrète vécue par les femmes. Ainsi, Max Jiménez dans son conte intitulé El domador de pulga utilise la métaphore de la vie sociale des puces pour décrire les incohérences de la société humaine. L’extrait reproduit ci-dessous est révélateur de cette vision inégalitaire entre l’adultère masculin et féminin :

  • 9 Jimenez M., « El domador de pulga », dans Obra literaria, San José, Studium Universidad Autónoma de (...)

« On dit même à un fils puce que sa mère était partie avec une autre puce mâle, saine et forte, de la colonie. La même puce mâle qui portait un foulard en soie autour du cou, ce qui était suffisant pour que personne ne lui résiste. Le fils puce pensa : ma mère ne peut pas être une pute (c’était quelqu’un dont la pensée était simple) et il ramena sa mère avec lui. Le père et mari puce était blessé intérieurement et par les qu’en-dira-t-on du village, mais […] il accepta le retour de la puce prodigue, même si elle n’avait plus d’honneur.
[…] La mère puce devait souffrir avec résignation alors que toute sa lutte se résumait à garder près d’elle le mari puce, lequel partait avec d’autres puces mauvaises. L’honneur de la mère puce ne se dégradait pas, bien au contraire, elle arrivait à obtenir l’admiration du monde des puces selon le genre de conquête qu’il avait effectué. Si son mari avait réalisé une bonne conquête, même la petite épouse puce, au-delà de sa jalousie, s’enorgueillissait de ce Don Juan qu’était son mari9. »

14La mise en perspective de ces deux extraits, l’un par rapport à l’autre, permet d’observer des perceptions sociales relatives aux comportements des deux puces symétriquement opposées. Le vocabulaire employé par l’auteur est d’ailleurs très révélateur : pute s’oppose à Don Juan, déshonorée à enorgueilli, etc. En ce sens, cet extrait atteste de l’existence d’une claire différence entre la conception de l’adultère masculin, considéré comme un acte honorifique, et de l’adultère féminin qui, au contraire, apparaît comme une action dégradante. Corrélativement, l’infidélité de la femme entraîne la perte de son honneur et donc celui de son mari alors même que la qualité des conquêtes du mari volage entraîne « l’admiration » de la population et « l’orgueil » de sa femme. Les noms même employés pour caractériser les individus de ces histoires sont, à eux seuls, révélateurs de ces différentes conceptions : l’homme est assimilé à la figure de Don Juan, mettant ainsi en avant sa capacité de séduction alors que la femme est qualifiée de putain ce qui souligne la connotation négative de son comportement. Il est alors intéressant de remarquer que cette assimilation entre la femme adultère et la prostituée est une constante que l’on retrouve dans de nombreux dossiers de police.

15Le cas d’Elena Monge Ureña confirme cette situation. En septembre 1896, son mari l’accusant d’adultère, réclame son inscription dans les registres de prophylaxie vénérienne :

  • 10 ANCR, Policía, n° 9875, 1896, f. 1.

« M. Nicolás Valverde Navarro s’est présenté aujourd’hui à mon bureau pour demander que sa femme Mme Elena Monge Ureña soit inscrite parce qu’elle reçoit, dans leur maison, à son insu, généralement le soir : Napoleón Chinchilla, Juan Zamora, Jesús Méndez et d’autres hommes du quartier de Mojón, et puisque ce commerce charnel est, de toute évidence, illicite, il demande son inscription dans les registres.
Après que cette dame a été sollicitée par ce bureau et que les charges résultant de la déclaration précitée lui ont été imputées, elle a refusé d’être inscrite10. »

16Ainsi, en multipliant les partenaires sexuels tout en étant mariée, Elena accumule les caractéristiques allant à l’encontre des normes sociales établies : elle rompt avec son devoir d’épouse fidèle à son conjoint et, en outre, elle s’écarte du schéma de la femme idéale en multipliant les partenaires sexuels. De sorte que l’assimilation entre ces deux types de conduite, adultère et prostitution, se fonde moins sur leur réelle similitude – dans ce cas l’adultère masculin apparaîtrait aussi comme un symptôme de prostitution – que sur leur perception sociale connotée négativement lorsqu’elles s’appliquent à une femme car elles l’éloignent des schémas idéaux.

17Cette position d’infériorité sociale de la femme par rapport à l’homme tend à expliquer la rigidité des codes dans lequel se trouve enfermé le comportement féminin. La conservation d’une place reconnue comme légitime au sein de la société passe alors, pour la femme, par l’adoption d’une conduite conforme à l’ensemble des codes sociaux en vigueur. Corrélativement, le moindre écart comportemental entraîne sa stigmatisation négative par l’ensemble du corps social. Afin d’éviter ces écueils qui mettent en péril l’honneur des familles, de nombreux mécanismes viennent régir la vie privée de la femme, enfermant la notion de comportements socialement acceptables dans d’étroits carcans codifiés.

La virginité, cœur de l’idéal féminin

18La codification de la conduite féminine ne doit pas être pensée comme la conséquence d’une multiplication de règles juridiques mais plutôt comme l’accumulation de normes sociales, légitimées par les élites et diffusées au sein de la population. C’est pourquoi l’objectif n’est pas ici de répertorier de façon systématique ces règles morales et juridiques qui s’appliquent aux femmes mais de comprendre les principes de cet idéal féminin qui se cristallise à la fin du xixe siècle autour de préceptes déjà existants. De sorte qu’il ne s’agit pas de penser que la nouveauté réside dans la nature des rapports entre les genres, héritage d’une tradition patriarcale que l’on peut faire remonter au temps de la colonie, mais d’observer les conséquences de leur légitimation sociale sur les processus de marginalisation.

  • 11 Fernandez Guardia R., Magdalena, San José, UCR, col. « Retorno », 1995 (1902), p. 23.

19Cette démarche implique de s’intéresser à la littérature contemporaine à cette époque, seule capable de faire revivre les événements et les acteurs sociaux afin de permettre l’observation de l’influence des normes sociales sur la vie quotidienne des familles en général et des femmes en particulier. À travers les divers tableaux qu’elle dévoile, on peut alors approcher la signification sociale de cette codification comportementale, tout en prenant la mesure de son imprégnation sur les populations. Dans cette perspective, la pièce de théâtre publiée en 1902 par Ricardo Fernandez Guardia, Magdalena, est particulièrement intéressante. L’auteur lui-même présente son œuvre comme « un tableau de mœurs costariciens exact et vrai11 », mettant ainsi en avant la valeur sociale de sa pièce. Il ne faut bien entendu pas réduire l’ensemble des coutumes costariciennes aux éléments réunis dans cet ouvrage. Toutefois, cette affirmation de l’auteur nous invite à lire la pièce comme un témoignage, reflet de sa vision de la culture costaricienne en tant que membre de cette société. Le personnage principal du drame, Magdalena, est une jeune fille de l’aristocratie costaricienne, aux prises entre son désir de liberté et ses impératifs comportementaux. Son refus d’obéir à la morale collective la transforme en marginale dans sa propre famille. L’étude du rôle de chaque personnage est révélatrice d’une certaine réalité sociale. Alvaro Quesada Soto, spécialiste de la littérature costaricienne, dans son ouvrage Magdalena : Un drama en busca de nacionalidad propose une analyse, à partir de cette pièce, de ce qu’était le rôle de la femme. Voici ce qu’il en dit :

  • 12 Quesada Soto A., « Magdalena : un drama en busca de nacionalidad », dans R. Fernandez Guardia, Magd (...)

« Une autre [tradition] était d’une part, la soumission de la femme au pouvoir masculin représenté par le père, le fiancé ou le mari et, d’autre part, comme garantie de ce pouvoir, le respect des tabous de “l’honnêteté” et de la virginité féminine. Tout ce qui précède, garantissait aux hommes de quelques rares familles, l’exercice exclusif du pouvoir social et politique12. »

20Ce commentaire met en évidence la signification de la perte de la virginité pour une femme qui, dans le Costa Rica de la fin du xixe siècle, s’assimile rapidement à la perte de l’honneur. Ce phénomène se retrouve dans de nombreux dossiers d’instruction qui utilisent le terme « déshonorée » pour qualifier la perte de sa virginité par une femme. Ils assignent ainsi une place physique, l’hymen, à la notion morale d’honneur. En témoignent les nombreux dossiers soulignant l’importance du qu’en-dira-t-on dans les histoires de virginité. Le cas d’Ana Cordova y Castro est particulièrement révélateur de ce phénomène. En 1899, Aquilea Arias, une prostituée notoire, fait courir le bruit que la jeune Ana a été déflorée par son prétendant Manuel Chavez. La déclaration de son père, Primo Cordova, venu déposer plainte afin d’obtenir réparation pour cette offense, révèle la signification sociale de ce type d’affirmation :

  • 13 ANCR, Policía, n° 4949, 1899, f. 1-1v°.

« Je suis le père légitime de la jeune Ana Cordova y Castro […] qui habite à mes côtés et qui a été gravement injuriée par Mme Aquilea Arias […], laquelle, à diverses occasions au cours de ce mois, a dit à différentes personnes que ma fille déjà mentionnée, ne possède plus son honneur comme elle le prétend. Elle affirme savoir que ma fille a eu des relations charnelles avec un fiancé qu’elle avait et que pour cette raison elle n’est plus vierge.
Comme cette affirmation est l’offense la plus grave que l’on puisse faire à une jeune fille honnête, telle que l’est ma fille, je viens accuser la dite Aquilea Arias du délit d’injure grave13. »

21Ce document confirme l’assimilation de l’honneur féminin à la préservation de la virginité. En effet, en considérant l’offense faite à sa fille comme « la plus grave » qui puisse être prononcée, Primo démontre la place essentielle qu’il accorde à cette qualité dans la préservation de l’honneur de sa fille. Il illustre ainsi le glissement qui s’opère dans la conception que la population se fait de la virginité féminine qui passe d’un simple élément constitutif de l’honneur féminin à une totale assimilation de l’un envers l’autre.

22On retrouve l’importance de cette virginité dans les nombreuses plaintes qui émanent des parents dont les filles ont été séduites ou violées. C’est le cas notamment de Juana Quiros qui, à 15 ans, accepte les avances de Francisco Acuña Pacheco. Sa mère María Quiros Lobo porte alors plainte contre lui devant le tribunal de San José et tente de prouver que sa fille a été enlevée. Afin de minimiser l’impact social de sa défloraison, elle cherche à protéger son honneur perdu en démontrant que cette dernière n’est pas responsable des événements. Face à ces accusations, la réponse de l’accusé est révélatrice de ce que signifie la perte de la virginité pour une femme :

  • 14 ANCR, Juzgado del crimen de San José, n° 5096, 1881, f. 10v°.

« En réalité, l’exposant a eu des relations amoureuses deux jours avant cette date, relations qui ont débuté dans cette même maison où la jeune fille a été trouvée, et qu’elle avait accepté volontairement et parce que le déclarant savait, par la rumeur […] que la jeune fille avait perdu sa virginité depuis déjà un certain temps ; l’exposant a déclaré également qu’il n’a jamais usé d’aucune ruse pour séduire la jeune fille et qu’il n’est pas impliqué dans le fait qu’elle ait quitté la maison de sa mère14. »

23Sa défense s’articule autour de deux faits : Dans un premier temps, il nie l’« enlèvement » en précisant que Juana était consentante. Par la suite, il minimise la portée de son acte en soulignant que la jeune fille n’était déjà plus vierge avant même d’avoir des rapports sexuels avec lui. Il démontre ainsi le lien existant entre la perte de la virginité pour une femme non mariée et l’évolution du regard porté sur elle par la société. Elle n’est plus considérée comme la « donzelle » intouchable mais comme une femme pouvant être courtisée et séduite sans qu’aucun dommage ne soit causé. Dans ce contexte, la perte de la virginité signifie aussi la perte de son honneur et, dans bien des cas, l’impossibilité de se marier. Juana est d’ailleurs inscrite dans les registres de prophylaxie vénérienne à partir de 1895. S’il est bien sûr abusif d’expliquer la stigmatisation d’une femme comme prostituée par la perte de sa virginité, hors des cadres établis par la société, il faut toutefois noter que, dans bien des cas, il existe un lien direct entre ce facteur et l’enclenchement des processus de marginalisation.

24Le cas d’Oliva Villalobos, inscrite dans les registres de prophylaxie vénérienne à partir de février 1920, est particulièrement révélateur de ce phénomène. Oliva a 12 ans en 1914 lorsqu’elle subie une tentative de viol de la part d’un individu nommé Samuel Solorzano. La défense invoquée par son avocat met en évidence l’importance accordée à la virginité d’une femme lorsqu’il s’agit d’évaluer la gravité du préjudice commis :

  • 15 ANCR, Juzgado del crimen de Alajuela, n° 3064, 1914, f. 24.

« Je regrette énormément d’être complètement en désaccord avec l’opinion du représentant du ministère public. En premier lieu, le fait dont il est question n’est pas aussi grave qu’il le qualifie. L’offensée n’a pas été déflorée ; au plus, il y a eu tentative de la déflorer et cela est bien différent, du fait qu’aucun préjudice transcendantal n’a été causé15. »

25La préservation de la virginité apparaît alors comme plus importante que le préjudice moral infligé à l’enfant ou que l’acte même de tentative de viol commis par Samuel. Elle est un élément essentiel qu’il importe de préserver à tout prix pour maintenir la jeune fille dans les cadres normatifs définis par la société.

  • 16 ANCR, Policía, n° 5887, 1888, f1.

26Corrélativement, la perte de la virginité pour une femme signifie la perte de son honneur et par extension de son droit au respect. C’est ce qui transparaît dans le cas de Maria Artavia16 qui, en 1888, se retrouve enceinte de son père Florentino Artavia après avoir subi trois années de violences sexuelles. Suite à ces agissements, celui-ci est appelé à comparaître. Il reconnaît immédiatement être l’auteur du viol mais justifie et excuse ses actes en s’appuyant sur le fait qu’il ne la croyait plus vierge. L’intérêt de ce document est de démontrer que l’inceste lui-même – et plus généralement le viol – n’est reconnu comme une atteinte à la personne que dans le cas où il y a défloraison de la jeune fille. Par extension, l’homme se retrouve en droit de séduire et d’avoir des relations sexuelles avec les femmes, consentantes ou non, si celles-ci ont déjà perdu leur virginité et donc leur honneur. Comme le fait remarquer Rafael Sagredo dans son étude sur la prostituée mexicaine María Villa :

  • 17 Sagrado R., Maria Villa (a) La Chiquita, n° 4002, México, Cal y arena, col. « Condesa », 1996, p. 7 (...)

« À l’époque, l’honneur féminin était défini en fonction de la préservation de l’honneur sexuel et de la réputation de vertu. La femme devait non seulement être une bonne personne mais aussi en avoir l’air. La réputation féminine était un bien fragile qu’il était facile de perdre, soit en adoptant une conduite en apparence légère ou inconsciente provoquant des médisances, soit en se trouvant confronté à des dangers plus réels tels que la séduction, l’enlèvement, l’adultère ou le fait de céder à la séduction17. »

  • 18 Cardona J., El primo, San José, EUCR, col. « Retorno », 2001, p. 69.

27Ainsi, Rafael Sagredo démontre la fragilité de l’honneur féminin lié autant à la réalité d’une conduite hors norme, qu’à sa supposition. Dans cette perspective, et pour reprendre l’expression de Jenaro Cardona dans sa pièce El Primo, « le cristal de l’honneur est si fragile18 » que toute action s’écartant du comportement imposé par la société conduit facilement une femme à être considérée comme de « mauvaises mœurs ». De sorte que la perte de la virginité apparaît, pour une femme, comme un élément essentiel de l’enclenchement des processus de marginalisation.

28Plus généralement, au-delà de la conservation intacte de son hymen jusqu’au mariage, c’est une attitude de soumission qui est attendue de la femme comme l’exprime très bien José Gil Zuñiga dans son ouvrage consacré à l’étude des cultes de la Virgen de los Angeles. En s’appuyant sur la presse catholique, il met en évidence une certaine idéalisation de la figure de Marie qui conduit à en faire le modèle féminin :

  • 19 « Glorias a Maria », Unión Católica, n° 325 du 02-09-1893 dans J. Gil Zuñiga, El culto a la virgen (...)

« Lors des fêtes du mois d’août de 1893, le prêtre Juan de Dios Trejos, dans [son] panégyrique, a averti que si la femme chrétienne voulait prendre quelqu’un pour modèle, elle n’en trouverait pas de mieux que celui de Marie, puisque toutes les vertus qu’une femme doit avoir, étaient conjuguées dans sa personne19. »

29Ce document démontre l’assimilation de l’Idéal féminin à la Vierge Marie, renforçant ainsi des aspects déjà abordés comme la virginité et la fonction de mère qui incombe à la femme. D’autres éléments viennent complexifier le rapport de la femme à l’Idéal qu’il lui faut poursuivre, tous réduits à la simple mention de la figure mariale. Encore en 1924 cette image de la femme assimilée à Marie perdure, même si désormais les éléments constitutifs de cette idéalisation apparaissent plus clairement :

  • 20 Citation de Quinteros J. H., « Como recibió el Papa a Monseñor Castro », dans Mensajero del Clero, (...)

« La Très Sainte Vierge, Fille très obéissante, Épouse modèle et mère pour laquelle il n’existe aucun mot du lexique humain permettant de la qualifier, est un paradigme qui doit être placé sous les yeux de la société, surtout de nos jours où les doctrines immorales et corrompues menacent de l’envahir impétueusement d’une marée chargée de pourriture et d’immondices. Elle enseigne comment doivent être les filles, les épouses et les mères et l’on sait bien déjà que la femme est une des pierres fondamentales sur laquelle repose l’avenir des nations20. »

30Certaines notions se présentent donc comme fondamentales dans le comportement socialement accepté de la femme. L’obéissance, affublée d’un superlatif révélateur de l’importance de cette caractéristique, la soumission, la patience, la virginité associée à la pureté, les préoccupations domestiques… sont les qualités sur lesquelles se fonde la reconnaissance sociale et qui déterminent un modèle de femme idéale.

31De sorte que la nouveauté des valeurs morales féminines qui sont diffusées dans la société à la fin du xixe siècle réside moins dans leur contenu que dans la forme de leur diffusion. Désormais, elles ne sont plus seulement l’émanation des représentations communes, mais bien la concrétisation d’un processus de légitimation religieux et sociopolitique. Cette cristallisation favorise leur diffusion systématique à travers diverses institutions (école, police, église, etc.) permettant d’en imprégner rapidement la société et donc de mettre en place une culture commune ou tout au moins un socle culturel commun à la majorité de la population.

32C’est donc bien la mise en place d’un processus d’homogénéisation qui conduit à rendre plus visible les différences entre la population « normalisée » ou « en cours de normalisation » et la population marginalisée. Par contraste, les femmes dont le comportement s’écarte de ce modèle sont stigmatisées négativement par l’ensemble du corps social. La condamnation de la prostitution apparaît alors comme un outil de répression des comportements féminins hors normes.

La prostitution, un outil de contrôle social

Assimilation entre prostitution et concubinage

  • 21 ANCR, Leyes y decretos, Reglamento de profilaxia venerea, 1894, p. 89.

33L’article 1321 du règlement de prophylaxie vénérienne, promulgué en juillet 1894, différencie les prostituées, clandestines ou officielles, toutes deux devant être inscrites dans les registres et les concubines. Désormais, la notion de prostitution prend une signification plus précise :

  • 22 ANCR, Leyes y decretos, 1894, p. 89.

« Les prostituées se divisent en deux groupes : les publiques et les clandestines. Les premières sont les femmes qui exercent la prostitution comme un métier, sans dissimuler leur manière d’être et qui accueillent librement ceux qui les sollicitent. Les clandestines sont celles qui, selon les informations que doivent recueillir les autorités de police, en plus de s’occuper des différentes tâches liées à leur sexe, commercent avec leurs corps sans être spécialement établies à cet effet.
Les femmes vivant en concubinage avec un seul homme, sans avoir un comportement scandaleux, ne seront pas soumises aux dispositions de ce règlement22. »

34Ainsi, cet article du règlement établit une différence entre les femmes exerçant régulièrement et publiquement la prostitution, sans avoir d’autres sources de revenus, et celles qui la pratiquent de façon occasionnelle, sous couvert d’un mode de vie socialement acceptable. La compréhension de la prostitution se rapproche alors des définitions communément admises, faisant directement référence à la notion de travail, « métier », et de commerce, « commercent avec leurs corps ». Il n’en reste pas moins qu’aucune définition claire de ce qui conduit à désigner une femme comme une prostituée, n’est donnée. La loi précise seulement que les concubines ne peuvent être accusées de prostitution et ne relèvent donc pas des dispositions de ce règlement, démontrant par là même l’existence de possible assimilation entre ces deux types de sexualité hors normes. Alors même que le cadre conceptuel reste flou, la législation prévoit qu’une information judiciaire soit le préalable à toute inscription des prostituées « clandestines ». L’objectif pour les agents chargés de faire appliquer la loi est alors de déterminer la pertinence de l’inscription d’une femme, sans pour autant posséder les critères permettant de l’établir objectivement. Ces éclaircissements théoriques semblent donc laisser subsister certaines ambiguïtés. Notamment, l’assimilation entre la pratique du concubinage – légalement tolérée – et celle de la prostitution – mise sous surveillance –, se perpétue dans la réalité.

  • 23 Texte intégral en annexe I.

35La parution, dès le mois d’octobre 1894, d’une circulaire23 qui vient spécifier les conditions requises pour obtenir une désinscription démontre les défaillances de la première version du texte législatif. En effet, il s’agit de juguler les assimilations abusives entre prostitution et concubinage que permettait, par manque de clarté, le règlement de juillet 1894, tout en évitant de favoriser les relations de concubinage. De sorte que cet ajout législatif vient préciser, de façon moins équivoque, les facteurs permettant le retrait d’une inscription des registres de prophylaxie vénérienne, en définissant plus précisément les critères différenciant les femmes devant être considérées comme des prostituées, de celles entrant dans le cadre du concubinage :

  • 24 ANCR, Leyes y decretos, 1894, p. 184. Voir annexe I.

« La loi n’a pas pour objet de favoriser le concubinage mais elle ne prétend pas non plus le considérer de la même manière que la prostitution publique, laquelle nuit à tout point de vue, au bien-être social ; pour cette raison, la loi n’interviendra pas sur le premier tant que celui-ci ne se dégradera pas, soit en dégénérant en une forme scandaleuse, soit en portant atteinte à la salubrité publique, entrant alors dans le cas de la seconde qui doit obligatoirement être réprimée24. »

36Vue sous cet angle, la notion de concubinage reste ambiguë : à la limite entre l’honnêteté et le vice, la concubine a du mal à trouver une place entre l’épouse et la prostituée. Ainsi, dans le texte législatif, le concubinage apparaît soit comme une relation ne mettant pas en danger la société étant donné ses similitudes avec le mariage (unicité, temporalité, etc.), soit comme une relation apparentée à un acte de prostitution dans ce qui est appelé « sa forme scandaleuse ». Cette position équivoque explique les diverses façons d’aborder, dans les documents, la question des couples vivant en concubinage. Cette même circulaire spécifie d’ailleurs qu’une femme, vivant en concubinage avec un homme et n’ayant jamais été connue comme prostituée, ne peut être inscrite :

  • 25 Ibid., p. 184.

« Vous devez dispenser des obligations prévues par le règlement de prophylaxie vénérienne, les femmes qui, n’ayant par le passé jamais été tenues pour des prostituées publiques, habitent avec un seul homme, et aussi, celles qui même si elles ont été considérées avant comme des prostituées, ont un enfant de l’homme avec qui elles vivent en concubinage, dans la mesure où elles ont abandonné la vie licencieuse qu’elles menaient.
Les femmes ayant été des prostituées publiques mais ayant arrêté l’exercice de la prostitution depuis une année au moins et menant toujours une vie retirée, pourront être aussi mises hors de cause25. »

37Il y a donc là une certaine reconnaissance de la légitimité du concubinage. Cependant, la législation diffère, pour celles ayant déjà été accusées de prostitution, puisqu’il leur faut prouver que leur concubinage a débouché sur la fondation d’une famille ou qu’elles se sont retirées de la prostitution depuis plus d’un an. Toutefois, de nombreux documents émanant des agents de prophylaxie vénérienne et dirigés à leur supérieur (médecin en chef, ministre, etc.) témoignent des ambiguïtés toujours présentes dans la compréhension de la définition de la prostitution et de la perpétuation des amalgames entre certaines concubines et des prostituées :

  • 26 ANCR, Policía, n° 3687, 1895, note 100.

« Un, deux, trois mois de concubinage suffisent pour qu’une prostituée clandestine ayant abandonné son troisième ou quatrième amant pour sortir avec un autre demande sa désinscription ; puisque ici [dans le règlement de prophylaxie vénérienne] il n’est pas indiqué la durée que doit avoir ce concubinage ni l’importance d’en être au premier, deuxième ou troisième amant, l’inscription est annulée conformément à ce texte26. »

38Les trois facteurs qui semblent jouer un rôle déterminant dans la différenciation entre une concubine et une prostituée, renvoient à la conception dominante de la famille idéale : unicité, permanence temporelle et reproduction du couple. En s’interrogeant sur la validité de la désinscription de certaines femmes prétendant vivre en concubinage, le policier démontre les fondements d’une assimilation générale entre certaines concubines et des prostituées alors même que la législation s’attache à les différencier.

39De ce fait des ambiguïtés subsistent même si les caractéristiques du couple de concubins déterminés par la législation tendent à se rapprocher de celles du mariage alors que la construction d’une définition de la prostitution se fait en opposition à ce qui est considéré comme l’Idéal féminin : la prostituée étant alors considérée comme le négatif de la femme honnête, épouse et mère. De sorte que même cette rectification législative ne permet toujours pas de fixer de façon définitive une définition claire des comportements entrant dans la construction de la conception de la prostitution. Ce texte cherche davantage à éclaircir les pratiques qui ne doivent pas être considérées comme caractéristiques de la prostitution, qu’à donner une explication précise des caractéristiques entrant en jeu dans la désignation d’une femme comme prostituée. L’analyse de la législation permet donc de mettre en évidence son incapacité à poser une définition concrète de ce qui doit être compris comme étant un comportement relevant de la prostitution. Au contraire, en définissant par la négative les conduites qui entraînent la stigmatisation d’une femme comme prostituée, il apparaît clairement que les autorités cherchent à englober, sous ce terme, toutes celles ne correspondant pas à l’Idéal féminin.

40Le cas de Agueda Martinez met parfaitement en évidence l’existence d’une relation entre conception négative du concubinage et violation des codes de bonne conduite féminins. Les relations qu’elle entretient avec les hommes sont considérées par l’agent de prophylaxie comme relevant d’un concubinage scandaleux étant donné la multiplication des concubins :

  • 27 ANCR, Gobernación, 40736, f. 10v°-11.

« Je viens demander l’ouverture d’une information afin qu’avec les résultats obtenus […] l’inscription de cette femme [Agueda Martinez] soit décidée [] je demande que les différents témoins que je nommerai soient examinés conformément à l’interrogatoire ci-dessous afin qu’ils déclarent…
4° – S’il est vrai que, malgré le concubinage d’Agueda Martínez avec José Vargas, à son insu, celle-ci a eu d’autres amants dont José Maria Rojas, Venancio Monge et Victor Mena, entre autres.
5° – S’il est vrai qu’Agueda Martinez a quitté la maison de José Vargas il y a plusieurs mois, pour commencer une relation de concubinage avec José Torres, laissant son fils seul, sous la tutelle de José Vargas.
6° – S’il est vrai qu’il y a à peu près 3 mois, que la dite Agueda Martinez, après de nombreux mois de séparation, a repris la vie en concubinage avec José Vargas qui l’a reçue certainement parce qu’il avait besoin de ses services27. »

41Dans ce cas précis, les concubinages d’Agueda ne sont pas reconnus comme légitimes du fait de leur multiplication qui la rapproche plus d’une attitude typique de la prostitution, fondée sur la pluralité des partenaires sexuels, que d’une relation maritale – caractérisée par un partenaire unique. Si dans ce cas précis, la multitude des concubins engendre une assimilation entre concubinage et prostitution, en s’inscrivant dans les cadres définis par la loi, il est intéressant de remarquer que la différence entre ces deux types de relations est souvent difficile à établir, même lorsque les critères législatifs sont respectés.

42C’est ce qui explique, qu’alors même que la loi permet le retrait des registres de prophylaxie après un an de concubinage avéré, seulement 15 des 60 femmes vivant ou prétendant vivre en concubinage entre 1894 et 1897 et étant inscrites sur les registres de prophylaxie, tentent une démarche judiciaire pour s’en faire retirer. En analysant les dossiers de ces quinze femmes qui déposent une demande de désinscription, on remarque que seules neuf d’entre elles obtiennent un verdict favorable dont deux après avoir fait appel d’une 1re sentence qui leur était défavorable. De plus, l’une d’elles est réinscrite au bout d’un an. L’analyse des demandes met donc en évidence la complexité du processus de désinscription. Il faut préciser que dans tous les cas où un jugement négatif a été rendu – en 1re instance et en appel – un concubinage supérieur à deux ans avait été prouvé. Théoriquement, selon la circulaire n° 24 de 1894, cela aurait dû permettre à ces femmes d’être supprimées des registres. Dans bien des cas, les critères requis par les autorités pour qu’une femme puisse voir son nom effacé des registres, s’éloignent donc de façon significative du texte législatif.

43Le cas de Gertrudis Carmona est particulièrement révélateur de cette situation. Inscrite en diverses occasions depuis 1885 comme vagabonde puis en tant que prostituée, Gertrudis dépose une demande afin d’être retirée des registres en juillet 1895. Elle appuie sa requête sur deux arguments : elle n’a jamais été prostituée et elle vit en concubinage depuis deux ans avec Toribio Quezada. Quatre témoins viennent confirmer ses dires ; aucun ne vient la démentir. Malgré cela, le directeur de l’agence de prophylaxie vénérienne rejette sa sollicitation. Il reconnaît la validité et la longévité de son concubinage du fait des dépositions de ses témoins. Mais il justifie son refus par sa certitude que Gertrudis a été prostituée par le passé, puisqu’elle a été inscrite comme telle à diverses reprises depuis 1885. De plus, il fait valoir l’inexistence d’informations quant aux qualités de Toribio Quezada (majeur ?, marié ?…) ce qui annule la validité de ce concubinage. Suivant cette logique le verdict final de l’Agence principale de police stipule que :

  • 28 ANCR, Gobernación, n° 30303, f. 3.

« Mme Carmona a prouvé qu’elle vit avec Toribio Quesada depuis 2 ans menant une vie maritale, qu’elle n’a pas un comportement scandaleux, qu’elle n’a pas été connue en tant que femme publique, sa conduite antérieure étant bonne et qu’elle est travailleuse. Cette preuve n’est pas suffisante pour donner suite à sa demande car il a été omis de justifier les qualités et la situation de famille du dit Toribio Quesada, qui permettraient de déduire si ce concubinage correspond à ceux qui sont absolument interdits par la loi28. »

44Remarquons que le verdict n’est pas en accord avec le texte du règlement de prostitution de 1894, les preuves apportées par Gertrudis étant théoriquement suffisantes pour qu’elle soit désinscrite. De sorte, qu’à travers ce cas, il apparaît que le concubinage reste dans certains cas, et malgré les éclaircissements apportés par la circulaire n° 24, assimilé à la prostitution. La concubine dont le comportement social relève plus d’une attitude connotée négativement que d’une conduite « honnête », similaire à celle devant être adoptée par la femme mariée, se retrouve alors inscrite dans les registres de prophylaxie vénérienne.

45Ainsi, le concubinage n’est pas interdit formellement par la législation mais seul le mariage est reconnu comme une relation honorable et légitime. Toutefois, au niveau des représentations sociales, cette forme de « vivre en couple » semble plus s’apparenter à des valeurs positives : la constance, la tranquillité, le respect, le travail… Lors de l’instruction pour prostitution concernant Liduvina Alvarado, les déclarations des témoins venus déposer en sa faveur montrent parfaitement que son comportement social est de l’ordre de l’acceptable et de l’accepté :

  • 29 ANCR, Policía, Sección Administrativa, n° 1992, 1895, f. 6.

« J’ai pensé à appeler les quatre voisins témoins qui ont déclaré unanimement qu’Eduvina ou Liduvina Alvarado, bien qu’honnête femme, vit en concubinage depuis sept ans avec Joaquín Rojas avec qui elle se conduit honnêtement, toujours aussi travailleuse qu’avant, dévouée à son métier qui consiste à fabriquer des cigares29. »

46Il semble que, dans les représentations populaires, il existe une nette différence entre une concubine et une prostituée. En examinant plus en détail cette même déclaration, l’utilisation de conjonction « bien que » souligne l’existence d’une opposition directe entre le fait de vivre en concubinage et d’être une femme honnête. Là encore cette nécessité de spécifier l’honnêteté de la femme dénote l’existence d’une conception par défaut : une femme acceptant de vivre en concubinage ne peut être une femme d’honneur. Cette opposition entre honnêteté et concubinage s’observe dans de nombreuses déclarations, parfois de façon explicite. Ainsi, en 1894 Tranquilino Alvarado dépose en faveur de sa concubine Balvina Gomez pour empêcher son inscription dans les registres de prophylaxie. Ses propos reflètent parfaitement qu’il est conscient de la position sociale dégradée de Balvina en tant que femme non mariée vivant avec un homme :

  • 30 ANCR, Gobernación, n° 31106, 1894, f. 19-19v°.

« Si une telle qualification [de prostituée] avait été faite à propos de cette femme, elle serait injuste car s’il est vrai (il faut le dire) qu’elle entretient des relations avec moi depuis 7 ans, ce qui n’est certainement pas un gage d’honnêteté, je peux affirmer que pendant ce laps de temps, j’ai été le seul avec qui elle a entretenu ce genre de relation ; nous sommes même unis par des liens de famille car de cette union sont nés plusieurs enfants dont il ne reste qu’un seul en vie30. »

47Ainsi, les représentations du concubinage sont plus difficiles à saisir. À la fois connotées de façon plus positive que la prostitution, elles restent assimilées à une action déshonorante. Il existe donc au sein de la population, des perceptions profondément différentes entre ces deux types de relations sociales hors normes, la prostitution et le concubinage. Ceci renforce d’autant plus le caractère arbitraire et abusif de leur assimilation par les autorités. Ce phénomène renvoie aux objectifs essentiels de la loi, à savoir la protection de la santé morale et physique de la population. Il s’agit de ne pas définir de façon trop restrictive ce qui doit être entendu par prostitution afin de laisser la possibilité à d’autres éléments de venir enrichir cette notion et de permettre ainsi d’englober, sous cette dénomination commune, toutes les personnes ayant un comportement sexuel dangereux. La condamnation de la prostitution apparaît alors comme la conséquence d’une volonté d’hygiénisme social et un outil permettant de réprimer l’ensemble des comportements hors-norme jugés dangereux.

Répression des comportements hors normes

48Les informations judiciaires consultées visent à déterminer la pertinence de l’inscription d’une femme dans les registres de prophylaxie vénérienne ou la validité de sa demande de désinscription. Au cours de ces instructions, l’agent en charge du dossier s’attache à démontrer la culpabilité de l’accusée. Dans cette perspective, il utilise des arguments révélateurs des critères fondamentaux qui entrent en jeu dans la désignation d’une femme comme prostituée. Toutefois, face aux ambiguïtés laissées par la législation quant à ce qu’il faut comprendre comme étant un acte de prostitution, les agents élargissent considérablement leurs critères d’évaluation en se fondant sur leurs appréciations personnelles. Cela n’est compréhensible que si l’on considère la grande liberté d’interprétation que la législation laisse aux agents chargés de son application :

  • 31 ANCR, Leyes y decretos, 23-10-1894, p. 184.

« Nous laissons à votre appréciation ce dernier cas [qu’elles soient encore retirées de la prostitution], le gouvernement faisant confiance à votre rectitude, votre sens de la justice et votre zèle dans l’exercice de vos responsabilités31. »

49En donnant une certaine autonomie aux agents exécuteurs, au lieu de fixer des règles définitives, la législation permet d’introduire du subjectif dans ce qui devrait être l’objectivité même. Ainsi, malgré la clarté apparente du texte de loi, son application demeure arbitraire puisque l’agent de prophylaxie est à la fois interprète, dépendant de ses propres convictions culturelles, et exécuteur. La réalité devient alors beaucoup plus compliquée que ce que l’objectivité législative pouvait laisser supposer.

  • 32 J’ai fait le choix d’une période d’étude courte afin de concentrer l’étude sur les quelques années (...)

50À partir de l’analyse de diverses mises en accusation, nous pouvons voir se multiplier les causes conduisant certaines femmes à être accusées de prostitution et ainsi, observer l’importance de l’élément subjectif dans la construction de la notion de prostitution. Le graphique ci-dessous regroupe les arguments utilisés dans 90 dossiers mettant en accusation 104 femmes, entre 1894 et 189932.

51Le graphique 21 permet de constater la faiblesse relative de la notion de commerce dans la définition de la prostitution, qui ne représente que 24 % des arguments utilisés, et la multitude des éléments qui entrent en jeu dans la stigmatisation d’une femme comme prostituée. En effet, relativement à d’autres critères comme celui de la multiplication des amants, très peu de cas font référence à la notion de commerce sexuel, pourtant seule véritable caractéristique définie par la loi. Toutefois, une relation de cause à effet s’instaure entre le fait de recevoir des hommes, d’avoir plusieurs amants, de ne pas avoir de travail honnête assurant la subsistance et celui de pratiquer un commerce sexuel. Il ne s’agit plus alors de prouver l’effectivité de l’échange d’argent mais de le déduire à partir d’autres éléments. Ainsi, le cas de Felicitas Ramirez Barbosa est particulièrement explicite à ce sujet. En effet, le lien entre commerce sexuel et multiplicité des amants est clairement établi dans l’interrogatoire qui débute l’acte d’accusation :

  • 33 ANCR, Serie Policía, n° 10203, f. 1.

« Elle a été accusée de gagner de l’argent en commerçant avec son corps, ce à quoi elle a répondu :
Qu’elle ne le fait pas pour gagner de l’argent mais parce qu’elle aime les hommes.
Puis, je lui ai posé les questions suivantes :
Agent : Vous rappelez-vous avec combien d’hommes vous avez été ?
Déclarante : J’ai vécu avec Teofilo Villalobos, avec Juan Barquero, avec Manuel Jimenez et dernièrement j’ai été avec Juan Castillo Vargas et avec José Morales.
Agent : Est-il vrai que vous avez éprouvé dernièrement quelque malaise ou que vous avez une maladie secrète ?
Déclarante : Moi je ne me sens pas malade33. »

  • 34 Dans la plupart des cas, l’accusation présente de multiples arguments ce qui explique que le total (...)

Graphique 21. – Arguments employés par les autorités lors des instructions judiciaires entre 1894 et 189934.

Graphique 21. – Arguments employés par les autorités lors des instructions judiciaires entre 1894 et 189934.

52Felicitas reconnaît avoir eu plusieurs amants mais nie qu’il s’agisse d’un commerce. Pourtant cette simple reconnaissance permet à l’agent de prophylaxie de conclure sans même ouvrir d’information judiciaire ni même interroger des témoins :

  • 35 Ibid., f. 1v°.

« Vue la déclaration précédente, dans laquelle l’accusée Ramírez avoue avoir eu des relations intimes avec cinq hommes différents, raison pour laquelle, elle peut être qualifiée de prostituée clandestine et attendu que cette autorité a été informée du fait qu’elle a transmis des maladies vénériennes à un ou à plusieurs jeunes, ce qui rend nécessaire son auscultation et au cas où elle serait malade, son isolement afin d’éviter de nouvelles transmissions, cette autorité décide que : Felicitas Ramírez Barbosa, dont les qualités et le lieu de résidence figurent dans sa déclaration, doit être examinée par le médecin directeur de prophylaxie vénérienne et inscrite dans le registre correspondant35. »

53Ainsi, la pratique d’un commerce sexuel n’a pas été prouvée, Felicitas niant un quelconque échange d’argent et l’agent ne produisant aucune preuve relative à ce sujet. Toutefois, le simple fait de reconnaître avoir eu divers amants, la conduit à être accusée de prostitution. Ce document met donc clairement en évidence le rapport déductif qui existe entre l’accusation de commerce et la multiplication des partenaires sexuels, sans qu’il soit nécessaire de prouver l’effectivité de l’échange d’argent. De plus, à un autre niveau, il rappelle l’un des objectifs essentiels de la surveillance des prostituées : la protection sanitaire. Felicitas apparaît responsable de la propagation de maladies vénériennes, raison pour laquelle son inscription et son enfermement sont jugés nécessaires.

54Ce rapport déductif qui lie l’accusation de commerce à certains éléments du comportement social apparaît plus directement encore en observant le cas de Sinforosa Suárez :

  • 36 ANCR, Serie Policía, n° 12407, f. 1.

« J’ai été informé que Mme Sinforosa Suárez, demeurant dans la 8e avenue Est, mène une vie licencieuse. Ne disposant pas de moyens légaux pour subvenir à ses besoins honnêtement, elle alterne fréquemment les hommes qu’elle obtient en qualité d’amants. Elle vit avec eux, un, deux, trois mois ou plus et puis elle les remplace par le premier venu, si bien qu’elle a eu des enfants de différents hommes. Pour cette raison, elle doit être considérée comme une prostituée36. »

55Le fait que Sinforosa n’ait pas de travail lui permettant de subvenir à ses besoins apparaît ici comme la cause de la multiplication de ses amants et permet à l’agent de prophylaxie de déduire l’existence d’un commerce sexuel. Ainsi, certains éléments du comportement social de Sinforosa sont directement responsables de son accusation pour prostitution, sans pour autant que la pratique de ce commerce ait été prouvée.

56Ces documents témoignent de l’utilisation de l’argument de « commerce sexuel » en tant que caractéristique de la pratique de la prostitution, mais il n’est ici qu’un argument rhétorique jamais démontré. D’autres éléments, qui pourtant ne relèvent pas de l’échange d’argent, permettent aux agents de déduire l’existence d’un commerce et forment ainsi un ensemble de critères entrant en jeu dans la construction de la conception de la prostitution. D’ailleurs, dans de nombreux cas seuls ces critères participent à la mise en place de cette notion, sans qu’il soit même fait mention d’un quelconque commerce, comme le démontre la lecture du graphique ci-dessus.

57Ainsi, les sœurs Cerdas, Macedomia, Maria et Fidelina, sont accusées de prostitution en 1895, sur la seule base d’une conduite dite scandaleuse :

  • 37 ANCR, Gobernación, n° 34291, f. 5-5v°.

« Cette autorité a été informée que Macedonia Cerdas, Maria et Fidelina, de même nom, majeures, célibataires (la première et la dernière) et mariée (la deuxième), sans profession et habitant dans le quartier de La Puebla, dans cette ville, ont une mauvaise conduite et provoquent des scandales dans leur voisinage à cause de leurs mœurs. On ouvrira une information judiciaire afin que, une fois cela démontré, elles soient inscrites dans le registre des prostituées, selon les finalités de la loi37. »

58En adoptant une conduite sociale ne correspondant pas aux normes définies par la société, les sœurs Cerdas enclenchent un processus de marginalisation qui les conduit à être assimilées à des prostituées. On remarque alors que le critère législatif participant à la construction de la conception de la prostitution – la notion de commerce sexuel – vient s’enrichir, dans la réalité, d’une grande quantité d’autres éléments. Cette extrapolation législative se comprend dans le cadre d’une répression qui dépasse largement la simple volonté de réprimer un groupe social précis. Il s’agit en effet de protéger la population des conséquences néfastes engendrées par certains comportements sexuels jugés dangereux. L’objectif n’est donc pas de réprimer uniquement les prostituées en fixant de façon restreinte une définition du groupe autour de caractéristiques précises mais, au contraire, de laisser un flou conceptuel permettant l’élargissement de la notion à d’autres types de sexualités « dangereuses ». Dans cette perspective, tous les comportements sociaux hors normes, liés aux relations de couple, sont visés par cette loi afin d’éviter à la fois la corruption de la morale, telle que l’entend l’élite libérale de la fin du xixe siècle, et la diffusion des maladies vénériennes. Au début du siècle, un article de La Gaceta intitulé « Définition médico-légale de la prostitution » dénonce une définition « fourre-tout » qui, à trop vouloir engober de réalités variées, en arrive à ne plus rien signifier :

  • 38 BNCR, La Gaceta médica, n° 10, 15-05-1900, p. 248.

« Le mot prostitution a été employé non seulement par la littérature pornographique mais aussi, dans la vie quotidienne des gens, en tant que terme générique désignant toute sorte de péchés contre l’honnêteté38. »

  • 39 Ibid., p. 250.
  • 40 Ibid., p. 250.

59À la suite de cette affirmation, on trouve une liste des différents comportements féminins assimilés « injustement » à de la prostitution : l’adultère, le libertinage, la luxure etc. L’auteur pose une différence claire entre les femmes de mauvaises mœurs dont le comportement est guidé par l’appât du gain et les autres dont l’objectif est le plaisir charnel : « La prostituée n’offre rien d’autre que de la luxure pour de l’argent et non du plaisir en échange de plaisir vénérien39. » Pour lui, il est essentiel de différencier ces deux types de femme afin de pouvoir lutter efficacement contre les vraies prostituées qui représentent un « danger pour la morale, la société et la santé publique40 ». Cette vision qui fait de la prostituée en tant que femme pratiquant le commerce sexuel, la seule responsable de la diffusion des maladies vénériennes, libère de toutes implications les autres femmes adoptant des comportements hors normes. En ce sens, elle s’oppose à l’observation des cas concrets qui mettent en évidence l’existence d’une volonté de structurer la répression de la prostitution autour d’une législation concrète tout en soulignant les ambiguïtés des textes législatifs. Cette ambivalence volontaire engendre la multiplication des réalités regroupées sous la dénomination de prostitution laissant alors apparaître une constante confusion entre prostituées et concubines. Plus généralement, cela entraîne l’assimilation de toutes les femmes dont le comportement ne respecte pas les normes morales en vigueur, à des prostituées. Partant de ce constat, toute définition préétablie de la prostitution perd son sens au profit d’une reconstruction de la notion fondée sur l’étude des processus qui conduisent certains individus à être marginalisés.

Définir la prostitution

  • 41 Becker H., Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, coll. « Observation », (...)

60Dans son ouvrage sur la déviance, Howard Becker41 met en évidence les divers rapports possibles entre un individu, les multiples normes sociales auxquelles il est soumis et les représentations collectives qui l’entourent. On voit alors que le comportement social de l’individu face aux normes influence tout autant sa place au sein de la société que le regard que les autres lui portent. Dans cette logique, le processus conduisant un individu à être stigmatisé comme marginal apparaît comme le résultat de divers facteurs, faisant intervenir à la fois son comportement individuel, les normes auxquelles il est soumis et les perceptions sociales qui l’entourent.

  • 42 Commissariat général du plan (rapport présidé par Philippe Nasse), Exclus et exclusions : connaître (...)

61Il ne faut donc pas penser la possibilité d’un comportement personnel indépendant du regard social, mais montrer que c’est à partir de la compréhension des « deux systèmes de représentations individuelles et/ou collectives, et de leurs interactions réciproques que se construit la situation d’exclusion42 ». Ce n’est alors plus l’individu en soi qui est considéré comme marginal, ni même la norme en tant que telle qui est responsable de cette marginalisation, mais le rapport entre les deux, soumis au regard de la société dans son ensemble. En ce sens, tenter de définir théoriquement la notion de prostitution semble une tâche illusoire, tant il est difficile de saisir la complexité des rapports qui entrent en jeu dans sa construction. Les deux études de cas présentées ci-dessous cherchent à ouvrir une fenêtre sur ce qu’est supposée être une prostituée à San José du Costa Rica à la fin du xixe siècle.

Elisa Barrantes Vasquez, prostituée pleinement déviante

62L’étude du cas d’Elisa Barrantes Vasquez permet d’englober une grande partie des réalités et des significations de la stigmatisation d’une femme comme prostituée. Il est révélateur d’une certaine façon de définir et de percevoir cette notion. De nombreux documents trouvés dans les archives de la police ont permis de reconstituer certains éléments ayant jalonné sa vie. Ainsi, en revenant sur divers événements, il a été possible de dégager quelques aspects de son comportement qui ont engendré sa catégorisation en tant que prostituée.

63Elisa est née à Alajuela entre 1886 et 1891. Son âge n’est pas une constante invariable dans les procédures judiciaires engagées contre elle. Bien au contraire, il évolue au fil des déclarations comme si l’exactitude de cette donnée n’avait que peu d’intérêt pour les autorités. Il semble en effet que l’âge ne revêt une importance que dans la mesure où il risque de compromettre une arrestation – notamment dans le cas des mineures. Dès ses premiers contacts avec la police Elisa est majeure, mais savoir avec exactitude si elle a 22 ans ou 25 ans, ne semble revêtir aucune importance pour les agents de prophylaxie vénérienne. Outre ce désintérêt pour son âge, les diverses erreurs relatives à son nom viennent accentuer encore davantage cette indifférence affichée des autorités envers la connaissance exacte des caractéristiques individuelles d’Elisa. En effet, son nom apparaît orthographié de multiples façons : Eliza Barrantes, Elisa Vasquez, Elida Barrantes Vazquez et encore bien d’autres combinaisons de lettres et de sons qui démontrent le peu d’importance accordé à l’exactitude de son nom. Plus généralement, c’est un désintérêt généralisé envers ces femmes qui apparaît à travers le traitement peu rigoureux de ces données, pourtant symbole de la personnalité de l’accusée. Il est alors intéressant de remarquer que ce phénomène n’est pas l’apanage des agents de police. Elisa elle-même semble incapable de situer précisément sa date de naissance et elle fournit des données très variables au cours des divers interrogatoires : elle déclare avoir 25 ans en 1911 et 22 ans en 1913.

64Plus généralement, l’ensemble de ses données personnelles, nous présente le portrait d’une jeune femme totalement analphabète – elle ne sait ni lire, ni écrire, pas même signer les registres –, issue d’une famille aux relations difficiles. En effet, dans le contexte du Costa Rica du début du xxe siècle, encore très influencé par un paternalisme omniprésent, délaisser le foyer paternel, pour s’installer seule loin de chez elle, témoigne de la faiblesse des liens familiaux ou des difficultés relationnelles existantes au sein de la famille. D’ailleurs, son frère Daniel appartient à la catégorie des marginaux masculins, accusé à de nombreuses reprises d’outrage aux forces de l’ordre, de vagabondage et de proxénétisme. Ainsi, en 1911 notamment, Elisa et son frère qui déambulent tous deux ivres dans les rues de la ville, injurient le policier de ronde, en témoigne le rapport de l’agent qui déclare les avoir arrêtés :

  • 43 ANCR, Policía, n° 138, 1911, cas n° 39.

« pour ébriété et scandale étant donné qu’à diverses reprises, ils ont traité le policier de mendiant, de mort de faim et de fils de pute. Daniel et Elisa Barrantes Vázquez, frère et sœur, sont des personnages grossiers. Ils ont commis la même faute43 ».

65Les insultes adressées au policier sont révélatrices de la faible estime que ces individus ressentent pour les autorités mais aussi et surtout, pour eux-mêmes. En effet, utiliser comme injure des qualificatifs se rapportant à leur propre situation – mendiant et putain – révèle le peu de valeur qu’ils accordent à leur mode de vie. Il semble alors que leur appartenance à ces deux groupes de marginaux n’empêche aucunement leur assimilation de la conception négative que l’ensemble de la population se fait de ces comportements. Cela confirme l’appartenance des marginaux à la communauté et plus précisément, leur parfaite connaissance des codes de bonne conduite issus des valeurs collectives, assimilés ou en cours d’assimilation au sein de l’ensemble de la population.

66Parallèlement, la nature de ces injures démontre un lien entre la situation socio-économique d’un individu et le respect qui lui est dû, témoignant ainsi de l’importance que Daniel et Elisa accordent à la possession d’un niveau de vie convenable. Pourtant, il est facile de déduire des données fournies par les dossiers de police et analysées à la lumière de certaines indications émanant d’ouvrages littéraires, que la place socio-économique d’Elisa reste peu élevée. D’ailleurs, elle est accusée de vagabondage dès 1902 et par la suite, à de nombreuses reprises, notamment en 1907 où elle est condamnée à trois mois d’incarcération. Les témoins qui déclarent contre elle sont alors unanimes :

  • 44 ANCR, Policía, n° 2108, 1907, f. 1.

« Je sais que Mme Elisa Barrantes n’a pas de métier, ni de rente, ni de salaire ou d’occupation licite quelconque ; je sais qu’elle mène une vie licencieuse et qu’elle vit du commerce de son corps, car je sais qu’elle reçoit chez elle publiquement et sans hésitation, toute sorte d’hommes. En plus de celle-ci, actuellement je ne connais pas d’autre occupation à Mme Barrantes44. »

67Ce dossier est intéressant à plusieurs niveaux. Il témoigne d’une continuité dans l’utilisation de la loi de vagabondage pour sanctionner les femmes exerçant la prostitution alors même que le règlement de prophylaxie de 1894 permet la condamnation spécifique de ce type de situation. Ainsi, Elisa aurait dû être jugée selon ce règlement et inscrite dans les registres de prophylaxie vénérienne afin d’être soumise à l’examen hebdomadaire censé protéger les clients de la diffusion de certaines maladies. Au lieu de quoi, cataloguée comme une vagabonde, elle est emprisonnée. La légalité théorique de l’exercice de la prostitution sous certaines conditions, permise par l’existence du règlement de 1894, est alors remise en cause en pratique par la condamnation concrète des prostituées à partir du règlement de vagabondage de 1887. La prostituée, alors identifiée à une vagabonde, sans foyer ni travail, est perçue comme une femme dénaturée n’ayant pas été capable de se construire en tant que femme. Cette assimilation conduit alors à l’emprisonnement de femmes pour le simple fait d’exercer la prostitution alors même que sa réglementation laissait supposer une plus grande facilité d’exercice. Ainsi, ce cas met en évidence l’amalgame concret que les autorités font entre ces deux types de marginalité et les liens qui existent au niveau des représentations collectives entre la vagabonde et la prostituée. De sorte que ce cas illustre parfaitement l’utilisation sinon arbitraire au moins abusive de ces notions au gré des nécessités des autorités.

68Parallèlement, ce document confirme l’existence d’un lien entre la prostitution et un comportement social répréhensible au sein des représentations collectives. En effet, les témoins assimilent le fait de recevoir des hommes chez soi à la pratique d’un commerce sexuel. Ils confirment ainsi, que c’est la violation du code de bonne conduite de la femme – censée rester dissimulée au sein de son foyer et non s’exhiber publiquement en compagnie de divers hommes – qui détermine en partie sa stigmatisation en tant que prostituée.

  • 45 BNCR, El Correo Nacional, n° 2321, 30-07-1926, p. 2. Voir annexe VII.

69Parallèlement, le document met en avant l’importance du facteur « pauvreté » dans la désignation d’une femme comme prostituée. Il est alors facile de saisir la nature de la relation entre la précarité économique et la prostitution : l’entrée dans le monde de la prostitution étant souvent sinon toujours, liée aux difficultés financières rencontrées par les jeunes filles. En effet, elles se laissent séduire par la perspective d’atteindre un niveau de vie convenable auquel les emplois réservés aux femmes ne leur permettent pas d’accéder. Comme la majorité de ces jeunes filles qui débarquent de la campagne à la ville, il est probable qu’avant de se lancer dans la prostitution, Elisa ait été engagée en tant que domestique dans une famille aisée de la capitale. Lors de ses premiers contacts avec la police, elle déclare en ce sens, se présentant comme une servante. Sans entrer dans des généralisations abusives, nombreux sont les journaux qui présentent cette profession comme un tremplin vers la prostitution pour de nombreuses jeunes filles. El Correo Nacional publie un article intitulé « La prostitution au Costa Rica45 » dans lequel il répertorie l’ensemble des facteurs qui sont responsables de l’entrée d’une femme dans la prostitution. Au milieu des nombreux éléments sur lesquels le journaliste s’attarde, les fausses promesses de mariage, la pauvreté et les mauvaises fréquentations, apparaît l’emploi de servante. Il dénonce les agissements des patrons et le silence complice des maîtresses de maison qui, ensemble, exploitent la crédulité de ces jeunes filles seules et sans instruction. Une fois leur honneur perdu, ces servantes viennent rapidement alimenter les rangs des prostituées de la capitale.

  • 46 Chaves J. et Vindas F., Pasado y presente, San José, EUCR, 1984, 135 p.

70La littérature vient confirmer ces propos à travers notamment les ouvrages de Garcia Monge qui décrivent de façon remarquablement réaliste, les conditions de vie des femmes domestiques. Dans son œuvre « Hijas del Campo », il met en scène différentes jeunes filles parties de la campagne vers la ville pour y être employées comme servantes et qui y perdent leur honneur. L’analyse sociologique de cette œuvre, telle qu’elle a été réalisée par Jorge Chaves et Francisco Vindas46, traduit le réalisme de cette œuvre.

  • 47 Ibid., p. 31.

« García Monge nous parle d’un groupe consacré de la classe inférieure : la corporation des servantes. Les servantes sont, pour la plupart, des jeunes filles venues des régions rurales qui, pour aider leurs foyers, se font employer par les riches familles de la ville. Ces jeunes filles, qui arrivent innocentes de toute médisance et de la cruauté urbaine, ont toujours été, pour la plupart, facilement séduites par les jeunes hommes de la haute société ou par des policiers, des boulangers et des laitiers. Une fois qu’elles sont entraînées par le vice et la fatalité, elles ne retournent plus chez elles et finissent par être la lie de la société.
C’est ce que nous raconte García Monge à travers le portrait de Piedad, jeune fille simple, vulnérable, qui se mêle à la corporation des servantes, apprend leurs habitudes et oublie ses modèles éthiques et moraux appris dans son village47. »

71Ce thème récurrent, dans la littérature du début du siècle, s’appuie donc sur une réalité sociale avérée – les journaux en attestent – pour dénoncer l’exploitation dont sont victimes les jeunes servantes. S’il serait excessif d’appliquer ce modèle à toutes les jeunes filles répondant à ces caractéristiques, la constance avec lequel ce phénomène apparaît autant dans les journaux que dans les œuvres littéraires, révèle la place importante qu’il occupe dans la société. De sorte qu’il permet sinon d’affirmer tout au moins de s’interroger sur le cas d’Elisa et les raisons de son entrée dans le monde de la prostitution. D’autant que la personnalité même d’Elisa reprend de nombreuses caractéristiques évoquées par ces documents. Il s’agit en effet, d’une jeune fille, arrivée seule et sans instruction, dans une ville qu’elle ne connaît pas. De plus, son éducation campagnarde ne l’a pas préparée à affronter cette nouvelle vie.

  • 48 ANCR, Policía, n° 243, 1908.
  • 49 ANCR, Policía, n° 56, 1911.

72Outre ces suppositions, les dossiers de la police démontrent qu’Elisa commet rapidement de nombreuses fautes qui lui valent d’être condamnée à de multiples reprises. Ainsi, à partir de 1908, nous la retrouvons accusée d’ébriété, de rébellion à agent, de vol et de violence sur des tiers. Ces diverses fautes qu’elle semble répéter sans cesse, démontrent la nature hors norme de sa conduite. On trouve surtout de nombreuses accusations pour scandale qui viennent confirmer l’inadaptation totale de son comportement à la société costaricienne de cette époque. De plus, la description des infractions regroupées sous ce terme générique, permet de mieux comprendre le comportement d’Elisa tout en soulignant la nature des conduites connotées négativement par la communauté. Ainsi en 1908, Elisa est accusée de scandale pour s’être promenée « dénudée dans la rue, la nuit48 ». Cette note qui explicite le vague de la notion de « scandale », met en évidence la gravité d’une conduite violant les règles de confinement dans leur espace privé auxquelles les femmes costariciennes de cette époque sont soumises. Plus encore, en 1911, le seul fait de « rester dans un lieu public49 » conduit Elisa à être à nouveau accusée de scandale.

73La multiplication de ces violations du code de bonne conduite conduisent les autorités à considérer rapidement Elisa comme une marginale. De là à être accusée de prostitution il n’y a qu’un pas, rapidement franchi lorsqu’elle est atteinte de sa première maladie vénérienne en 1908. Elle est alors inscrite dans les registres de prophylaxie vénérienne et soumise aux contraintes touchant les femmes accusées de prostitution.

74Les écarts comportementaux d’Elisa entrent donc en jeu dans sa catégorisation en tant que prostituée tout en participant à la construction d’une définition de la prostitution. En effet, un glissement s’opère conduisant certains codes de conduites hors normes souvent présents dans le comportement des prostituées, à devenir des éléments déterminant l’assimilation d’une femme à une prostituée. Il est alors intéressant de remarquer que ces codes comportementaux connotés négativement, participent à la construction d’une définition de la prostitution. Par extension, il est nécessaire de s’interroger sur le rapport qui lie le comportement hors normes d’une femme avec sa stigmatisation en tant que prostituée.

Gabriela Alvarado Chacon, prostituée socialement intégrée

75Le 18 septembre 1894, soit à peine quelques semaines après la promulgation du règlement de prophylaxie vénérienne, Gabriela Alvarado Chacón est inscrite en tant que prostituée dans les registres de prophylaxie vénérienne. Elle fait partie de ce groupe de femmes condamnées lors de la grande vague d’arrestation qui suivit l’entrée en vigueur de la loi sur la prostitution. Elle est alors la 145e à être inscrite en si peu de temps, ce qui tend à démontrer la volonté des autorités de frapper un grand coup dans le milieu de la prostitution joséphine.

  • 50 Voir Annexe I.

76L’intérêt de son cas réside d’ailleurs dans la contradiction entre cette arrestation précoce qui témoigne de la conviction des autorités de l’appartenance de Gabriela au groupe des prostituées, et sa dénégation soutenue par nombre de ses proches. Cependant, ses arguments et le soutien de son entourage, ne lui permettent pas d’éviter d’être contrainte à se plier aux mesures de contrôle exigées par le registre de prophylaxie en 1894. Ce n’est que deux ans plus tard, le 17 décembre 1896, qu’elle dépose une demande de désinscription, en s’appuyant sur la circulaire n° 24 du 23 octobre 189450 qui distingue le concubinage de la prostitution, de façon moins confuse que le règlement de juillet 1894 :

  • 51 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 1-1v°.

« 2° – Qu’ils disent s’il est vrai comme ça l’est, que je vis en concubinage depuis un an avec M. Matheus, majeur, célibataire, demeurant ici même, avec qui je n’ai aucun lien de parenté et qui a pris en charge tous les frais de ma subsistance ainsi que le loyer de la maison dans laquelle j’habite.
3° – Comme il est vrai que dans ma maison, on ne voit pas d’autres hommes, seulement Matheus avec qui je mène une vie exemplaire et pour qui j’ai tous les égards que l’on peut avoir pour un mari.
4° – Qu’ils disent s’il est vrai et s’ils savent que je ne scandalise pas avec ma conduite et qu’on ne voit pas de disputes dans ma maison. S’il est vrai que je suis en permanence occupée à mes tâches ménagères de sorte que mes voisins, qui sont des personnes respectables et l’ont toujours été, n’ont jamais eu la moindre plainte au sujet de ma conduite.
5° – Qu’ils disent s’il est vrai que ma conduite avant de commencer la relation de concubinage auquel j’ai fait référence, a toujours été bonne car je suis et ai toujours été, une femme pacifique, agissant conformément aux bonnes mœurs tant publiquement qu’en privé51. »

77Ces affirmations, confirmées unanimement par l’ensemble des témoins qui viennent déposer en sa faveur, mettent en avant les critères qui participent à la « normalisation » d’un individu. Les caractéristiques socialement correctes de sa relation avec Matheus, notamment la longévité et l’unicité de partenaire, donnent à son concubinage les aspects d’un mariage aux yeux de la population, même s’il n’en possède pas la légitimité. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que Gabriela attribue à Matheus le rôle de l’époux : elle le présente comme financièrement responsable d’elle et se place dans une position de soumission par rapport à lui. Dans un premier temps, elle insiste donc sur la « normalité » de sa relation de couple afin d’éviter de voir son concubinage assimilé à un acte de prostitution. Remarquons alors que la dépendance économique de Gabriela envers son concubin, apparaît comme une marque de bonne conduite alors même que cet échange d’argent est le symbole par excellence de la prostitution, selon sa définition légale. Le seul rapport économique entre les partenaires ne permet donc pas de déterminer le caractère prostitutionnel d’une relation. Il faut prendre en compte l’ensemble du comportement social d’un individu pour comprendre la nature des éléments qui entrent en jeu dans cette stigmatisation.

78Gabriela poursuit d’ailleurs sa défense en généralisant à l’ensemble de sa conduite cette conformité face aux attentes sociales. La notion de « scandale » vient là encore englober toute une série de réalités comportementales, confirmant ainsi la polyphonie de cette notion. Dès lors, elle insiste sur la « normalité » de sa conduite qu’aucun « scandale » ne vient entacher, autant dans le privé que dans le public, en soulignant notamment son respect des « bonnes mœurs » pour faire valoir sa parfaite intégration sociale.

79Il est alors intéressant de souligner que ce sont les mêmes arguments qui sont récupérés par l’accusation, en négatif, pour tenter de démontrer la culpabilité de Gabriela. Cette double utilisation des mêmes arguments témoigne clairement de l’importance que ces éléments revêtent dans la mise en place des processus de marginalisation. D’ailleurs, pour son voisin Antonio Madriz Calderon, le simple fait qu’elle reçoive des hommes chez elle pendant la nuit, est le signe qu’elle multiplie les partenaires sexuels. Logiquement, cette interprétation le conduit à classer Gabriela parmi les prostituées :

  • 52 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 12v°.

« Je connais Gabriela Alvarado en tant que prostituée publique, depuis longtemps ; il y a moins d’un an, j’ai vu différents hommes dans sa maison, le soir ; je ne connais pas de rentes dont la Alvarado puisse vivre52. »

80Pour ce témoin, le seul fait de transgresser la norme qui oblige les femmes à éviter le contact avec d’autres hommes que ceux appartenant à leur famille légitime (père, frères et mari) est suffisant pour inclure Gabriela dans le groupe des prostituées.

81Notons qu’outre son comportement « anormal », l’aspect économique joue aussi un rôle dans cette stigmatisation. La pauvreté de l’accusée vient alors s’ajouter comme un élément à charge. Plus généralement, les déclarations de l’ensemble des témoins de l’accusation confirment la place importante occupée par la notion de travail dans la construction de l’image de la prostituée. En effet, ne pas travailler implique dans la quasi-totalité des cas, une pauvreté qui est alors interprétée comme le terreau privilégié de la prostitution. Toutefois, le facteur économique n’est pas le seul en cause. Travailler « honnêtement » selon les critères établis par la société, ne signifie pas seulement gagner sa vie mais aussi participer à la vie collective, accepter les normes imposées par la communauté. Le travail s’oppose à la paresse et en ce sens, il apparaît comme un symbole de vertu. Ainsi, le témoignage de José Mora Campos met clairement en opposition la Gabriela travailleuse de la Gabriela prostituée :

  • 53 Ibid., f. 13.

« J’ai connu, il y a un peu plus d’un an et demi, Gabriela Alvarado et à l’époque elle pratiquait la prostitution publique mais depuis ce moment-là jusqu’à aujourd’hui, je l’ai vu travailler et j’ignore si elle vit avec un homme53. »

82Si l’on en croit Gabriela ainsi que de la majorité des témoins – cinq déposent en sa faveur et deux contre elle – son comportement social répond aux exigences de la société en se pliant aux divers codes qui régissent la conduite de la femme : la réclusion volontaire au sein de son foyer, le travail honnête, l’unicité de partenaire et la longévité de sa relation sont notamment les critères qui déterminent son assimilation au groupe des femmes honnêtes. Notons toutefois que les autorités fondent leurs accusations sur d’autres critères :

  • 54 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 21.

« ATTENDU QUE
[…] La loi n’a pas uniquement pour objet, concernant cette question, d’éviter à la société les maux qu’elle pourrait recevoir avec les scandales que la Alvarado a prouvés ne pas commettre. Il s’agit d’empêcher la propagation de maladies vénériennes qui augmentent de plus en plus ; il s’agit aussi d’éviter le contact des prostituées avec la partie saine de la société, car dans le cas contraire, celle-ci se verrait gravement menacée du point de vue moral. Et tout cela n’est possible que si l’on maintient ce genre de femmes dans les limites de la loi de prophylaxie vénérienne
[…] PAR CONSÉQUENT : en application de la justice, au nom de la République du Costa Rica, je décide que : la demande d’annulation, sollicitée dans la requête du 17 décembre dernier, figurant dans le présent arrêt, est rejetée54… »

83Ce texte de condamnation démontre l’importance accordée par les autorités au contrôle de la propagation des maladies vénériennes. De sorte que Gabriela, bien que n’entrant pas dans les cadres de la prostitution telle qu’elle est définie par la législation, est pourtant inscrite dans les registres de prophylaxie vénérienne du fait de son comportement hors normes : la multiplication successive de partenaires sexuels. Consciente de l’illégalité de cette décision de justice, Gabriela prend un avocat et fait appel de la sentence devant le gouverneur. Rien n’y fait. Malgré la preuve apportée par la majorité des témoins de la stabilité de sa relation avec Matheus et de « l’honnêteté » de sa conduite, les autorités focalisent leur attention sur son comportement atypique qui se cristallise dans sa capacité à changer de partenaire.

84Plus généralement, on s’aperçoit alors que de nombreuses femmes sont incluses légalement et cela de façon abusive, dans le groupe des prostituées afin que les autorités puissent surveiller leur conduite potentiellement dangereuse pour la santé physique de la population. Ainsi, certaines de ces femmes qui respectent les codes de bonne conduite, s’intégrant parfaitement dans leur environnement – en témoigne la quantité de voisins, amis et autres proches qui viennent déposer en leur faveur – se trouvent pourtant amalgamées au groupe des prostituées du fait qu’elles représentent un danger sanitaire aux yeux des autorités. Il est alors intéressant de remarquer que le processus qui conduit une femme à être accusée de prostitution tient compte autant de la nature de son comportement social que des dangers potentiels que représentent ses choix de vie. Ce phénomène démontre que si la répression de la prostitution répond à une volonté de protéger la population du danger moral que représente la propagation d’une attitude désinvolte, il s’agit avant tout d’éviter la propagation des maladies vénériennes qui conduisent à la dégénérescence de la « race ». Concrètement l’ensemble des femmes ne répondant pas aux critères de la « bonne femme » – les célibataires, pauvres, sans travail surtout si elles déambulent dans les rues ou reçoivent des hommes chez elles –, sont alors rapidement jugées dangereuses, stigmatisées comme des prostituées et inscrites dans les registres.

85L’analyse du cas de Gabriela met donc en évidence l’existence d’un clivage réducteur au sein des possibilités comportementales de la femme : en respectant les codes imposés par la société afin de conserver sa « pureté naturelle » et notamment la virginité qui est considérée comme un élément fondamental de la féminité, la femme entre dans le cadre de la femme idéale, celle qui pourra jouer son rôle d’épouse fidèle et de mère vigilante. À l’opposé se trouve la « mauvaise femme », celle qui en violant volontairement ou non, un ou plusieurs de ces codes, a été salie et a perdu le droit au respect. Rapidement, celle-ci est incorporée par l’ensemble de la communauté au groupe des prostituées, symboles du vice et de la corruption.

86Cette assimilation abusive des femmes ne répondant pas aux critères de la « bonne femme », tels qu’ils ont été déterminés par les représentations collectives, conduit à restreindre l’identité féminine à la seule dichotomie de vierge ou putain. La notion de prostitution en vient alors à regrouper la majorité des femmes ne répondant pas aux critères de la femme idéale, soit de nombreuses réalités allant de la femme pratiquant le commerce sexuel à la libertine, en passant par la femme infidèle. De sorte qu’il est difficile de proposer une définition précise du terme prostituée tant les nombreuses réalités qu’ils regroupent ne se reflètent que très partiellement dans les coutumes populaires et la législation. Ainsi, la multiplicité des sens subsumés par cette notion nuit à la mise en place d’une définition précise de ce qui est entendu par « prostitution » au Costa Rica à la fin du xixe siècle. Corrélativement, cette polyphonie permet d’appréhender la nature de l’utilisation juridique de ce concept qui sert moins à définir les contours d’un groupe qu’à surveiller et à réprimer l’ensemble des individus de sexe féminin dont le comportement ne s’adapte pas aux critères établis par la société. Ainsi, ce flou autorise les autorités et l’ensemble de la communauté joséphine à utiliser la catégorie « prostituée » pour arrêter et condamner les femmes adoptant des conduites hors normes jugées dangereuses. La condamnation de la prostitution apparaît alors comme un outil de contrôle social visant à dénigrer et donc à éviter la propagation de conduites non conformes à la norme établie.

Notes

1 BNCR, La Prensa Libre, n° 2769, 24-07-1898, f. 2.

2 ANCR, Juzgado del crimen, n° 3064, 1914, f. 73.

3 ANCR, Sala 2nda de apelaciones, n° 609, 1903.

4 BNCR, Páginas ilustradas, 18-02-1912, p. 17.

5 ANCR, Leyes y decretos, Reglamento de profilaxia venerea, 1894, p. 84-95.

6 ANCR, Policía, n° 156, 1911, f. 20 par exemple.

7 ANCR, Policía, n° 6820, 1895, f. 3.

8 Guardia V., Alvarado A. (comp.), Código civil de 1888, San José, Imprenta nacional, 1935, p. 28-29.

9 Jimenez M., « El domador de pulga », dans Obra literaria, San José, Studium Universidad Autónoma de Centroamérica, 1982 (1936), p. 279.

10 ANCR, Policía, n° 9875, 1896, f. 1.

11 Fernandez Guardia R., Magdalena, San José, UCR, col. « Retorno », 1995 (1902), p. 23.

12 Quesada Soto A., « Magdalena : un drama en busca de nacionalidad », dans R. Fernandez Guardia, Magdalena, op. cit., p. 16.

13 ANCR, Policía, n° 4949, 1899, f. 1-1v°.

14 ANCR, Juzgado del crimen de San José, n° 5096, 1881, f. 10v°.

15 ANCR, Juzgado del crimen de Alajuela, n° 3064, 1914, f. 24.

16 ANCR, Policía, n° 5887, 1888, f1.

17 Sagrado R., Maria Villa (a) La Chiquita, n° 4002, México, Cal y arena, col. « Condesa », 1996, p. 77-78.

18 Cardona J., El primo, San José, EUCR, col. « Retorno », 2001, p. 69.

19 « Glorias a Maria », Unión Católica, n° 325 du 02-09-1893 dans J. Gil Zuñiga, El culto a la virgen de los Angeles (1824-1935). Una aproximación a la mentalidad religiosa, Heredia, UNA, 1982, p. 136-137.

20 Citation de Quinteros J. H., « Como recibió el Papa a Monseñor Castro », dans Mensajero del Clero, n° 12, décembre 1924, p. 294.

21 ANCR, Leyes y decretos, Reglamento de profilaxia venerea, 1894, p. 89.

22 ANCR, Leyes y decretos, 1894, p. 89.

23 Texte intégral en annexe I.

24 ANCR, Leyes y decretos, 1894, p. 184. Voir annexe I.

25 Ibid., p. 184.

26 ANCR, Policía, n° 3687, 1895, note 100.

27 ANCR, Gobernación, 40736, f. 10v°-11.

28 ANCR, Gobernación, n° 30303, f. 3.

29 ANCR, Policía, Sección Administrativa, n° 1992, 1895, f. 6.

30 ANCR, Gobernación, n° 31106, 1894, f. 19-19v°.

31 ANCR, Leyes y decretos, 23-10-1894, p. 184.

32 J’ai fait le choix d’une période d’étude courte afin de concentrer l’étude sur les quelques années qui suivent la mise en place du règlement de prophylaxie vénérienne. Ces cinq années correspondent aussi à une des périodes la plus représentée quantitativement dans les archives.

33 ANCR, Serie Policía, n° 10203, f. 1.

34 Dans la plupart des cas, l’accusation présente de multiples arguments ce qui explique que le total des données enregistrées dépasse largement les cent pour cent.

35 Ibid., f. 1v°.

36 ANCR, Serie Policía, n° 12407, f. 1.

37 ANCR, Gobernación, n° 34291, f. 5-5v°.

38 BNCR, La Gaceta médica, n° 10, 15-05-1900, p. 248.

39 Ibid., p. 250.

40 Ibid., p. 250.

41 Becker H., Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, coll. « Observation », 1985 (1963), 248 p.

42 Commissariat général du plan (rapport présidé par Philippe Nasse), Exclus et exclusions : connaître les populations, comprendre les processus, Paris, La Documentation française, 1992, p. 29.

43 ANCR, Policía, n° 138, 1911, cas n° 39.

44 ANCR, Policía, n° 2108, 1907, f. 1.

45 BNCR, El Correo Nacional, n° 2321, 30-07-1926, p. 2. Voir annexe VII.

46 Chaves J. et Vindas F., Pasado y presente, San José, EUCR, 1984, 135 p.

47 Ibid., p. 31.

48 ANCR, Policía, n° 243, 1908.

49 ANCR, Policía, n° 56, 1911.

50 Voir Annexe I.

51 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 1-1v°.

52 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 12v°.

53 Ibid., f. 13.

54 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 21.

Table des illustrations

Titre Graphique 21. – Arguments employés par les autorités lors des instructions judiciaires entre 1894 et 189934.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42403/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 36k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540