Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vierge ou putain ?

 | 
Marion Giraldou

La prostitution, entre conceptions populaires et homogéinisation culturelle

Chapitre II. Prostitution et code de bon voisinage

Texte intégral

  • 1 Alvarenga P., « Los marginados en la construcción del mundo citadino. El Salvador, 1880-1930  (...)

« En général, la surveillance et les autres formes plus violentes de coercition exercées sur les prostituées étaient pratiquées non seulement par le système répressif mais aussi par la société elle-même1. »

  • 2 Teulon F., Sociologie et histoire sociale, Paris, PUF, coll. « Major », 1996, p. 152.

1Comme le souligne très justement Patricia Alvarenga, la mise en place d’un système répressif requiert une implication globale de la société. Son effectivité dépend moins des moyens de répression mis en place par les autorités que de la collaboration active de la population dans son ensemble. La déviance n’est pas seulement un comportement légalement répréhensible mais, comme le précise Frédéric Teulon, « une action publiquement disqualifiée2 ». De sorte que, comprendre la nature des processus de marginalisation, implique de s’intéresser autant à la volonté de contrôle des élites qu’à la nature de la participation de la population. Dans cette perspective, il fallait étudier les diverses conceptions de la prostitution qui existent au sein de la population. L’objectif était alors de comprendre la construction des représentations collectives de la prostitution et d’en saisir leur nature.

  • 3 Foucault M., Les anormaux : cours au collège de France (1974-1975), Paris, Gallimard/Le (...)
  • 4 Pris dans son acception mathématique qui consiste à appréhender le tout final. De sorte que l (...)

2Il s’agissait alors de déterminer le degré d’interaction entre les lois, les conceptions coutumières et les attributs individuels dans la construction des représentations de la prostitution. Les normes institutionnelles – essentiellement visibles à travers la législation – appartiennent à ce que Michel Foucault appelle les « techniques positives d’intervention et de transformation3 » de la société. Elles fixent les limites entre le positif et le négatif, entre les comportements socialement acceptables et les autres, afin de fonder la société sur des bases cohérentes. Elles n’ont donc pas pour fonction de rejeter mais, au contraire, d’homogénéiser la société autour de valeurs communes, en intégrant4 les valeurs dominantes aux coutumes populaires dans ce qu’on pourrait appeler des représentations collectives. En ce sens, comme le rappelle Jacques Revel :

  • 5 Revel J., « L’institution et le social », dans B. Lepetit (dir.), Les formes de l’expér (...)

« l’institution et les normes qu’elle produit n’apparaissent plus comme extérieures au champ social ni comme imposées à lui. Elles sont inséparables de la configuration du jeu social et des actions qui y sont possibles5 ».

  • 6 Revel J., « L’institution et le social », dans B. Lepetit (dir.), Les formes de l’expér (...)

3En tant que produit d’une volonté étatique, les représentations collectives et les normes sociales qu’elles engendrent, fondent donc leur légitimité dans la légalité institutionnelle. Néanmoins, le processus qui les convertit en valeurs communes à l’ensemble de la société et assure ainsi leur perpétuation, doit s’ancrer, pour être effectif, dans les conceptions coutumières issues des coutumes populaires. Cette logique intégrative implique de ne pas stigmatiser un des deux facteurs de l’équation dans une perspective univoque. Il faut comprendre le processus à la base de cette intégration comme une interpénétration, une « négociation6 » pour reprendre le terme de Jacques Revel, entre le contenu législatif et les conceptions coutumières. Le graphique ci-dessous tente de donner une vision d’ensemble de ces enchevêtrements complexes.

Graphique 6. – Schéma de la construction des représentations collectives.

Graphique 6. – Schéma de la construction des       représentations collectives.

4Comme tend à le montrer le graphique ci-dessus, il ne s’agit pas de réduire la nature des représentations collectives à une simple assimilation de la volonté des élites qui serait ensuite « régurgité » par la population. Au contraire, l’appréhension de la construction des représentations collectives de la prostitution se fonde sur l’observation des interactions entre les structures institutionnelles et les coutumes populaires.

5Au niveau méthodologique, il est toutefois difficile de trouver des sources permettant d’approcher les conceptions coutumières de la prostitution qui préexistaient à l’arrivée des libéraux au pouvoir en 1870 et qui continuent d’influencer les représentations collectives tout au long de la période étudiée. Certaines œuvres littéraires ont certes permis de visualiser la toile de fond sociale sur laquelle évoluent ces perceptions culturelles, sans pour autant permettre une analyse concrète de leur nature. De sorte que ce sont essentiellement les archives policières qui permettent de saisir la parole d’une certaine partie de la population à travers les témoignages recueillis lors des instructions judiciaires. L’analyse des déclarations des témoins donnent en effet une image de la nature des représentations collectives de la prostitution au sein de la population côtoyant régulièrement les prostituées. À travers leurs dépositions, une définition de ce que la population entend par ce qualificatif s’est dégagée et, par contraste, les contours des normes communautaires dominantes se sont définis.

Multiplicité des types de témoignages

6Dans les années 1920, soit à la fin de la période d’étude, on trouve des documents contradictoires montrant toute la complexité de la construction des représentations collectives de la prostitution. Les mémoires du ministère de la police de 1922 signalent que de nombreux citoyens refusent de témoigner contre leurs voisines accusées de prostitution :

  • 7 ANCR, Memoria de gobernación y policía, n° 261, 1921-1922, p. 281.

« Même si tout le voisinage sait bien que telle ou telle femme fait commerce de son corps, rares sont les personnes à vouloir en témoigner lorsqu’elles sont convoquées pour cela par l’agent principal de police de prophylaxie vénérienne7. »

7Ce document met en évidence la contestation, par toute une partie de la population, des actions répressives exercées par les autorités à l’encontre des femmes accusées de prostitution. Il démontre ainsi l’existence d’une frange de la société refusant volontairement ou non d’assimiler les valeurs diffusées par l’élite et matérialisées dans la législation.

8À l’inverse en 1929, un citoyen nommé Gregorio Aguilar Sibaja, scandalisé par les proportions croissantes prises par la prostitution dans la ville de San José, propose la création d’une zone de tolérance fermée et surveillée :

  • 8 ANCR, Policía, n° 15595, 1929, f. 1.

« Le développement croissant de la ville de San José ces dernières années, qui se situe au niveau des grandes villes de l’Amérique, me fait penser qu’il est nécessaire de protéger la société de l’immense vague de prostitution qui l’envahit. C’est pourquoi, il est indispensable de la doter d’une zone de tolérance au sein de laquelle toutes les femmes à la conduite douteuse qui commercent avec leur corps, seraient enfermées8. »

9Il ne s’agit donc plus seulement de soutenir l’action gouvernementale visant à enfermer les prostituées mais de réclamer la mise en place de structures permettant d’effacer leur existence sociale. À travers cette proposition, Gregorio Aguilar illustre la diffusion et l’acceptation des normes institutionnelles, issues des valeurs dominantes, par une certaine partie de la population.

10Ainsi, depuis la proposition de mise en place d’une zone de tolérance qui concrétise la volonté des autorités, jusqu’aux habitants refusant de témoigner contre leur voisine et rejetant donc, de fait, les préceptes gouvernementaux, le rapport entre les conceptions coutumières de la population et les normes institutionnelles, matérialisées dans la législation, apparaît comme multiple et complexe. De sorte qu’il ne faut pas penser l’existence d’un seul type de témoin et de témoignage mais, au contraire, prendre en compte leur pluralité pour enrichir la compréhension de la nature des représentations collectives de la prostitution. Dans cette perspective, l’étude des caractéristiques des témoins permet de les replacer dans la société en fonction de certains éléments, avant d’essayer de comprendre les interactions entre leur personnalité et la construction des représentations collectives de la prostitution dans la population.

Caractéristiques générales des témoins

11Les informations rassemblées dans les tableaux ci-dessous sont issues d’une base de données regroupant 1 287 individus ayant témoigné dans près de 400 instructions judiciaires. Les témoins représentant une frange de la population fréquentant les prostituées pour diverses raisons – voisins, parents, clients, etc. –, ces données permettent de circonscrire leur position sociale autour de quelques éléments clés.

12Enfermées dans la simplicité et la sécurité des chiffres, ces analyses statistiques ne permettent pas de fournir une description sociale complète – si tant est que cela soit possible –, forcément plus complexe. Elles permettent toutefois de replacer les cas étudiés dans un cadre social élargi, favorisant ainsi la réalisation d’un travail traitant de la société dans son ensemble. Nécessaire à une analyse qui prétend donner une certaine image du tout à travers l’étude d’une partie, le résultat de cette étude statistique ne vise pas à fournir une description exhaustive des témoins mais plutôt à les replacer dans leur contexte social afin de donner un cadre général à des analyses de cas plus concrets.

13Les divers renseignements contenus dans les graphiques ci-dessus permettent de présenter le portrait du témoin type : un homme, majeur, artisan, célibataire et sachant signer. Plus particulièrement, chacune de ces données nous fournit des informations quant à la place occupée par l’individu dans la société. Il s’agit alors de les aborder successivement afin de répondre aux besoins de clarté de l’exposition.

  • 9 Poussou J.-P, « La “méthode Maggiolo” et la mesure de l’alphabétisation du sud-ouest de l (...)
  • 10 INEC, recensement de 1864, 1883, 1892 et 1927.

14Remarquons d’abord que l’analyse selon la méthode Maggiolo de la capacité à signer des témoins tend à laisser supposer un certain niveau d’éducation qui rapprocherait ces individus de la bourgeoisie. Bien que théoriquement valable selon Jean-Pierre Poussou d’après son analyse sur La « méthode maggiolo » et la mesure de l’alphabétisation du sud-ouest de la France à la fin du xviiie siècle9 pour déduire le degré d’analphabétisme d’un groupe précis, il ne semble pas ici que cette conclusion soit pertinente. En effet, il serait abusif de déduire de ces données que savoir signer démontre un certain degré d’instruction alors même que le taux de personnes alphabétisées et semi-alphabétisées reste bien en deçà tout au long de la période selon les divers recensements de l’INEC10.

  • 11 À cette époque, un individu devient majeur à 21 ans. Il faut attendre l’année 1973 pour (...)

Graphique 7. – Caractéristiques des témoins11.

Graphique 7. – Caractéristiques des           témoins11.
  • 12 Lyra C., « Palco de platea en el cielo », dans Los otros cuentos de Carmen Lyra, (...)

15Nous sommes là, bien loin d’atteindre les 70 % d’individus alphabétisés que laisse supposer le résultat des signatures. Il faut rajouter à cela l’extraction socio-économique des témoins qui ne correspond pas à ce degré d’alphabétisation. En effet, ceux-ci apparaissent comme appartenant majoritairement au monde des artisans et des travaux domestiques. Cette dernière appellation rassemblait alors diverses activités propres à l’entretien d’une maison : cuisiner, laver, repasser, coudre… et regroupait la majorité des femmes seules devant travailler pour garantir le nécessaire vital à leur famille. Or la faible rémunération et la pénibilité de ces métiers féminins engendrent des difficultés quotidiennes pour la femme seule, occupant des métiers « honnêtes ». Dans son conte « Palco de platea en el cielo12 », Carmen Lyra raconte l’histoire de deux couturières mère et fille travaillant sans relâche, toute la journée, pour assurer leur subsistance et celle de quatre enfants :

  • 13 Ibid., p. 140.

« Le problème c’est qu’à présent ce qu’on gagne ne suffit pas, avec le prix des haricots rouges à deux soixante dix les 250 gr et du riz à trente. Vous voyez déjà à quel point nous nous consacrons au travail mais nous sommes des femmes seules et nous devons subvenir aux besoins de quatre enfants. Il y a des jours où on n’a même pas assez pour le café du matin et les petits doivent partir à l’école sans avoir pris de café, l’estomac vide13. »

Tableau 11. – Résultat d’analphabétisme de la province de San José selon les recensements INEC.

  • 14 Si l’on ne tient compte que de la population âgée de plus de 8 ans alors on (...)

Date

Savent lire seulement

Savent lire et écrire

Totalement analphabètes

1864

86 %

1883

13 %

17 %

83 %

1892

15 %

26 %

74%

192714

1%

51%

47% (2% sont non déclarés)

16Ainsi, en travaillant quotidiennement quinze heures, les deux femmes arrivent à gagner environ quatre colons par jour desquels il faut soustraire les coûts de production (charbon, loyer, fil, etc.). Au final, leur acharnement au travail n’est même pas suffisant pour leur permettre de subvenir au besoin de leur famille.

17Parallèlement, l’hétérogénéité à laquelle renvoie la catégorie des artisans, allant du travailleur journalier à l’ouvrier spécialisé, ne permet pas de situer économiquement, de façon précise, le témoin. Toutefois, malgré l’existence de ces importants écarts au sein même de ce groupe, cette donnée permet de mettre en évidence l’appartenance des témoins au monde des travailleurs. Plus de 50 % d’entre eux, hommes et femmes confondus, appartiennent aux classes moyennes voire populaires ce qui confirme la prudence avec laquelle il faut traiter la donnée relative aux signatures afin de ne pas en tirer des conclusions hâtives, forcément abusives.

18Enfin, les documents ne donnant que rarement l’âge précis des individus, la représentation se contente de montrer la part des majeurs (âgés de plus de 21 ans) et des mineurs parmi les témoins. La faible représentation des mineurs s’explique du fait qu’ils sont très peu souvent appelés à témoigner – ils ne peuvent déposer qu’accompagnés d’un tuteur – et que légalement ils ne peuvent avoir de rapports avec les prostituées. Il s’agit donc là d’une donnée entrant dans la logique du système judiciaire.

19Ce rapide tour d’horizon des caractéristiques principales des témoins nous fournit un profil type de ces individus permettant de circonscrire à un certain groupe social les personnes côtoyant le plus fréquemment les prostituées. Toutefois, ces éléments ne permettent pas, en l’état, de dégager des informations susceptibles de comprendre la construction des représentations collectives de la prostitution dans la population. Il faut pour cela mettre en perspective le type de témoignage fourni par ces individus avec certaines de leurs caractéristiques.

Représentations de la prostitution dans les déclarations des témoins

20Si le rapport entre le taux de célibataires et d’individus vivant en couple parmi les témoins ne permet aucune analyse pertinente, la mise en perspective du type de déclarations déposées par les témoins masculins en fonction de leur état civil se révèle bien plus riche. Le graphique ci-dessous regroupe les résultats de cette analyse couplée.

Graphique 8. – Type de témoignage en fonction de l’état civil du témoin.

Graphique 8. – Type de témoignage en           fonction de l’état civil du témoin.

21Dans les deux cas, la majorité des témoins déclare en faveur de l’accusée. Cette donnée tend à démontrer que lors des instructions judiciaires la perception populaire de la prostitution ne coïncide pas avec les normes institutionnelles mises en place par les autorités. Les femmes accusées de prostitution par les autorités sur la base d’éléments contenus dans la législation ne sont donc pas automatiquement perçues comme des prostituées par leur entourage.

22Plus précisément, il est intéressant de noter que bien que les taux soient presque équivalents, les hommes vivant en couple ont plus tendance à apporter un témoignage en faveur des femmes accusées de prostitution que les célibataires. Cette variation s’explique par les différences de relations qui amènent ces deux catégories de témoins à venir déposer. En effet, les hommes mariés viennent plus souvent témoigner en tant que voisins qu’en tant que clients. Il ne s’agit pas de penser que les hommes mariés n’entretiennent aucune relation avec les prostituées – bien au contraire de nombreux documents démontrent leur existence – mais de remarquer qu’ils viennent rarement en rendre compte. Ainsi, en 1898 lors de l’information judiciaire ouverte contre Dolores Aguirre et Rafaela Acuña pour prostitution, les autorités les accusent d’entretenir des rapports avec des hommes mariés :

  • 15 ANCR, Policía, n° 1911, 1898, f. 1.

« Dernièrement j’ai reçu des nouvelles concernant la mauvaise conduite qu’elles ont en tant que prostituées clandestines habitant dans une maison de la rue de La Puebla, dans une des chambres de la maison de Mme Froilana Carranza.
Dolores Aguirre parce qu’elle reçoit plusieurs hommes mariés et fait commerce charnel de son corps. Elle reçoit, entre autres, Francisco Torres, qui a abandonné son épouse et la fait souffrir, elle et ses trois enfants, au point qu’elle a dû se faire embaucher pour subvenir à leur besoin puisque leur père ne leur donne rien pour vivre. À part ce monsieur Torres, la dite Aguirre reçoit aussi José Castro, mari de Julia Gómez, Carlos, mari de Maria Gómez et un autre homme appelé Francisco Cheves15. »

23Notons que seules les femmes sont mises en accusation. Les hommes, principaux bénéficiaires de ce commerce sexuel, sont mentionnés uniquement dans le but de renforcer la culpabilité de ces femmes jugées seules responsables de la désintégration du foyer familial légitime. Malgré cette différence de traitement, le document démontre la perception négative que la société porte sur les hommes entretenant une relation avec une prostituée et explique que, par peur du déshonneur, ces quatre individus ne viennent pas témoigner. Ils démontrent ainsi leur volonté de ne pas faire état d’un comportement social connoté négativement au sein de la communauté.

24À l’inverse, les célibataires n’hésitent pas à déposer contre les femmes qui ont été leur maîtresse. Ainsi, toujours dans le cas de la mise en accusation de Dolores et de Rafaela, Ricardo Rodriguez Barquero apporte ce témoignage :

  • 16 ANCR, Policía, n° 1911, 1898, f. 5v°.

« Le troisième témoin a déclaré qu’au mois d’octobre dernier, il avait connu Rafaela Acuña qui habitait à Paso de la Vaca, chez une amie qui vivait en concubinage avec José Barquero ; que lorsqu’il l’a connue, elle se promenait avec Moises Cartin avec qui elle entretenait des relations et qui se rendait chez elle, mais sans que le déclarant ne sache si cela se faisait à des fins contraires à la chasteté et aux bonnes coutumes. Il a déclaré aussi qu’à ce moment-là, il avait proposé à cette dame de venir vivre avec lui et comme elle avait accepté, ils avaient vécu ensemble pendant 17 jours au terme desquels ils avaient eu des différends qui les avaient obligés à se séparer. Depuis, la seule nouvelle qu’il a eue d’elle, est qu’elle était allée vivre chez sa mère16. »

25Ce document est intéressant à plusieurs niveaux : d’une part, il confirme la différence entre les hommes mariés qui ne viennent pas déposer et les célibataires qui sont nombreux à porter plainte ou à témoigner contre les femmes accusées de prostitution. D’autre part, ce témoignage qui pèse d’un poids considérable dans le verdict de culpabilité rendu contre Rafaela, démontre que le fait d’avoir eu des rapports sexuels avec l’accusée, hors du cadre du mariage, est suffisant pour la désigner en tant que prostituée. Ce lien indéfectible entre l’entretien d’une relation intime passagère avec un homme et l’assimilation à la prostitution, transforme automatiquement le client ou l’amant occasionnel d’une femme en témoin de l’accusation. Ainsi, en déclarant rarement depuis cette position de « consommateurs », les hommes mariés se trouvent dans une situation plus favorable pour les femmes accusées de prostitution.

  • 17 Gonzalez L., A ras del suelo, San José, Ed. de Costa Rica, 2005 (1970), 228 p.

26Ces données statistiques démontrent donc les dissensions entre la perception législative et populaire de la législation, tout en soulignant la connotation négative que revêt la fréquentation des prostituées pour l’ensemble de la population. Plus généralement, elles mettent donc en évidence un certain rejet social dont sont victimes les prostituées et qui renvoie à la volonté de la population de se séparer de ces femmes jugées impures dont le simple contact peut contaminer. C’est d’ailleurs ce qui transparaît parfaitement de l’ouvrage de Luisa Gonzalez, A ras del suelo17. Dans cette œuvre autobiographique, l’auteure revient sur son enfance dans le quartier de La Puebla. À travers son récit des relations qu’elle et ses cousin(e)s entretenaient avec leurs voisines prostituées, elle témoigne du rejet social dont étaient victimes ces femmes :

  • 18 Ibid., p. 40.

« Notre sympathie secrète pour elles augmentait, mais nous la cachions avec épouvante au plus profond de nos sentiments. Nous savions qu’entretenir une quelconque relation avec ces femmes était un péché, ce qui nous horrifiait car nous nous sentions déjà sur le chemin de l’enfer, poussés par ces mains pécheresses18. »

27Les enfants se retrouvent ainsi pris entre leur tendresse pour ces femmes qui se montrent si gentilles avec eux et les prohibitions incomprises auxquelles ils doivent se soumettre sous peine de connaître les pires souffrances. Cet extrait met donc en évidence la gravité dans la conception populaire, de l’entretien de liens de quelque nature que ce soit avec les femmes « de mauvaise vie ».

  • 19 Gonzalez L., A ras del suelo, San José, Ed. de Costa Rica, 2005 (1970), 228 p.

28Pour la « femme honnête » cette interdiction tend à se renforcer. La surreprésentation des hommes au sein des témoins démontre que ce sont eux qui maintiennent le plus de liens avec les prostituées et confirme cet isolement social. En effet, si les hommes témoignent dans les instructions judiciaires concernant les femmes accusées de prostitution, les autres femmes, celles dont le comportement est adapté à la morale, restent à l’écart de tout contact. Là encore la littérature illustre parfaitement cette situation dans de nombreux ouvrages : c’est le cas du récit de Luisa Gonzalez19 évoquant l’exemple de sa tante Lola. Scandalisée de voir sa famille accepter de faire du commerce avec ces femmes, celle-ci préfère abandonner la maison commune. On retrouve le même thème de la « contagion » de l’immoralité par simple contact, dans la pièce de théâtre El primo de Jenaro Cardona qui relate l’histoire d’une famille aristocratique appauvrie. Matilde, la fille de la maison, est amie avec Valentine, une femme mariée entretenant diverses relations adultères. Cette amitié est critiquée par l’entourage de Matilde du fait des retombées qu’elle peut avoir sur sa réputation :

  • 20 Cardona J., El primo, San José, Costa Rica, EUCR, col. « Retorno », 2001 (1905) (...)

« Le cristal de l’honnêteté est si fragile qu’une jeune fille peut ruiner son avenir en un moment d’inattention. Combien de femmes pures sont traînées dans la boue pour le seul fait de cultiver certaines amitiés ! Je te parle de la sorte pour ton bien. Loin de moi l’idée que Valentina soit une femme perverse, au sens propre du mot, mais je pense, par contre, qu’il est préférable d’être attentif et de bien choisir ses relations20. »

29Il importe donc qu’une femme « honnête » surveille ses fréquentations afin de ne pas subir les retombées du déshonneur des autres. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que la grande majorité des femmes témoins sont des prostituées comme le montre le graphique ci-dessous.

  • 21 Afin d’obtenir un résultat représentatif, j’ai calculé les pourcentages de dome (...)

Graphique 9. – Métiers exercés par les femmes témoins21.

Graphique 9. – Métiers exercés par les           femmes témoins21.

30Si culturellement la littérature laisse supposer un isolement des femmes accusées de prostitution, ce graphique vient confirmer leur difficulté à entretenir des relations en dehors de leur monde. Ainsi, malgré la pluralité des types de témoins et de témoignages que l’on peut observer dans les dossiers, la prostitution apparaît toujours connotée négativement. Ceci démontre que cette multiplicité est moins le fait d’une certaine tolérance que le résultat de la diversité des conceptions de ce qu’il faut entendre par prostituée. Il s’agit alors de s’interroger sur la nature des représentations collectives de la prostitution au sein de la population à travers l’analyse des rapports qui lient la population en général aux femmes accusées de prostitution.

Conceptions de la prostitution dans la population

Construction des représentations collectives de la prostitution

31Le tableau ci-dessous a été réalisé à partir de 554 témoignages émanant de 97 dossiers d’instructions traitant de l’inscription ou de la demande de désinscription d’une femme accusée de prostitution. Il regroupe l’ensemble des arguments utilisés par les témoins pour justifier leur perception d’une femme en tant que prostituée ou que femme « honorable ». Notons que la somme totale des taux présentés dépasse les cent pour cent du fait que les témoins s’appuient sur différents arguments dans une même déposition. L’intérêt de ce tableau est de révéler clairement la nature des critères qui retiennent l’attention des témoins, pris comme la fraction de la population fréquentant les prostituées. Il permet de différencier les éléments participant de façon déterminante à la stigmatisation d’une femme comme prostituée, de ceux qui ne jouent qu’un rôle secondaire au sein de la population.

  • 22 Dans la plupart des cas, les témoins s’appuient sur de multiples arguments ce qui (...)

Graphique 10. – Arguments employés par les témoins22.

Graphique 10. – Arguments employés par les           témoins22.
  • 23 ANCR, Leyes y decretos, Reglamento de profilaxia venerea, 1894, p. 89.

32On s’aperçoit alors que la notion de commerce sexuel ne revêt que peu d’importance dans la conception populaire de ce qu’est l’acte de prostitution. Pourtant, cet élément est essentiel dans la définition légale de la prostitution. L’article 13 du règlement de prophylaxie vénérienne de 1894 classe les prostituées en deux groupes : les prostituées publiques dont le métier est de vendre leur corps et les prostituées clandestines qui « commercent avec leur corps23 » parallèlement à leur travail officiel. Dans les deux cas, la prostitution s’apparente à un commerce sexuel avec échange d’argent. Pourtant, les résultats de l’analyse des déclarations des témoins entre 1870 et 1899, montrent que cet argument n’est que très peu utilisé et ne semble pas participer à la détermination d’une femme en tant que prostituée. Le graphique ci-dessus met en effet en évidence la faiblesse de la notion de commerce sexuel, dans la conception d’une femme comme prostituée. Il apparaît que dans moins de 2 % des cas étudiés, cet élément sert à étayer le témoignage d’un individu à l’encontre d’une femme accusée de prostitution.

33Dans la même logique, la notion de maladie vénérienne à l’origine de la mise en place de la répression de la prostitution par les autorités, ne semble pas entrer dans les préoccupations populaires. Seulement 0,4 % des témoins utilisent cet argument pour justifier leur assimilation d’une femme à une prostituée. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que dans tous les cas où les individus accusent une femme de se prostituer parce qu’elle est porteuse d’une de ces maladies « honteuses », c’est avant tout pour se venger de la contamination dont ils ont été victimes. Ils démontrent ainsi le peu d’intérêt qu’ils accordent aux finalités protectrices de la loi.

34Au final, si ces deux éléments – commerce sexuel et maladie vénérienne – définissent légalement la notion de prostitution, ils semblent n’avoir qu’une faible importance dans la mise en place des représentations collectives de ce phénomène dans la population. Inversement, les données statistiques du graphique présenté ci-dessus mettent en évidence l’importance de facteurs révélateurs d’une certaine réalité sociale dans la détermination d’une femme comme prostituée.

35La notion de scandale, employée dans plus de 50 % des cas, est essentielle. Elle regroupe quantité de comportements, tous perçus négativement par la population : une attitude violente physiquement ou verbalement, un comportement amoral, l’irrespect des règles familiales etc. Dans plus de 10 % des cas il s’agit de femmes alcooliques, habituées à se promener ivres dans les rues de San José. Tous ces comportements sont regroupés sous la notion de conduite scandaleuse et semblent occuper une place importante dans la détermination d’une femme comme prostituée. L’observation de certains dossiers de police confirme ce phénomène en mettant en évidence une continuelle assimilation entre la prostitution et un comportement social négativement connoté. Interrogé sur le comportement de Maria Mora et Zoila Sandoval, prostituées inscrites dans les registres, leur voisin Manuel Umaña Aguilar apporte un témoignage intéressant :

  • 24 ANCR, Alcaldía 2nda de San José, n° 3969, 1898, f. 42v°.

« Ces femmes sont mes voisines et jusqu’à présent, bien qu’inscrites sur le registre de prophylaxie, elles n’ont pas, à ma connaissance, un comportement scandaleux24. »

36Il prend donc la peine de spécifier que « bien que » prostituées, elles ne provoquent pas de scandale ni par leur comportement ni dans leur propos. L’intérêt de cette déclaration est d’illustrer l’association, par défaut, de la prostitution à une attitude scandaleuse. Il existe une véritable habitude d’assimilation que l’on peut observer à travers la grande quantité de témoignages présentant la prostitution comme un aspect d’un comportement social général hors normes. Ainsi lors d’une instruction contre Maria Aguilar et une certaine Zuñiga, accusées toutes deux de vagabondage, on peut lire des déclarations de témoins très explicites à ce propos. Tous déclarent en parfaite harmonie que :

  • 25 Policía, n° 2006, 1906, f. 17-17v°.

« Mmes Zuñiga et Aguilar ont mené et mènent une vie scandaleuse et de vagabondage, elles ne travaillent jamais, elles n’ont pas d’occupation ni de métier honnête, elles pratiquent la prostitution publique et ont une attitude continuellement scandaleuse, donnant ainsi un mauvais exemple aux jeunes filles honnêtes. De plus, elles ne possèdent ni rentes ni biens dont elles puissent subsister25. »

37La prostitution apparaît à la fois comme une conséquence – elles ne travaillent pas – et comme une cause – elles provoquent des scandales – du comportement répréhensible général de ces deux femmes. En ce sens, la prostitution est intimement liée à une conduite sociale négative. Inversement, les témoins s’appuient sur l’attitude honorable d’une femme pour la défendre lorsque celle-ci est accusée de prostitution. Ainsi, en 1894 lors de la mise en accusation de Josefa Carvajal Vargas, les arguments présentés par ses voisins démontrent l’importance de la nature du comportement social d’une femme dans sa stigmatisation en tant que prostituée :

  • 26 ANCR, Gobernación, n° 34161, 1894, f. 4v°.

« Il y a environ 2 ans qu’elle vit en concubinage avec M. Alberto Salazar. En plus, c’est une femme très travailleuse et elle n’a pas un comportement scandaleux. C’est pourquoi, le déclarant considère qu’il ne s’agit pas d’une femme prostituée26. »

  • 27 « Trabajos adecuados a su sexo. »

38Ce document met en exergue l’importance pour une femme d’adopter un comportement honorable qui n’offense pas l’opinion publique par une attitude trop scandaleuse. Parallèlement, il révèle les deux autres arguments qui participent majoritairement à la catégorisation d’une femme comme prostituée par la population : le travail et l’unicité des partenaires sexuels. Dans la société patriarcale qu’est le Costa Rica de la fin du xixe siècle, la femme n’est pas chargée de subvenir aux besoins de la famille, tâche qui incombe à l’homme. Toutefois, le célibat mais aussi la pauvreté reconnue de certains couples obligent de nombreuses femmes à participer à la survie financière du foyer. Seuls certains métiers leur sont alors accessibles : l’ensemble des professions dites domestiques (laver le linge, cuisiner, s’occuper des enfants, etc.) mais aussi rouler les tabacs, coudre, etc. Ces métiers, souvent évoqués dans les dossiers par la périphrase révélatrice « travaux conformes à son/leur sexe27 », sont reconnus par l’ensemble de la population comme étant des travaux honorables. Dans ce cadre, avoir une activité rémunérée est alors le signe d’un comportement social correspondant aux exigences populaires. Le graphique n° 10 confirme d’ailleurs, que dans plus d’un quart des cas, le facteur « travail honorable » sert à justifier le témoignage favorable d’un individu envers une femme accusée de prostitution.

39Enfin, ce document qui traite de la mise en accusation de Josefa Carvajal, révèle l’importance de la notion d’unicité de partenaire sexuel. Il confirme le rôle essentiel joué par cet élément dans la stigmatisation d’une femme comme une prostituée. Toujours selon le graphique n° 10, dans près de 30 % des cas observés, la multiplication des amants ou des concubins semble jouer un rôle important dans la désignation d’une femme comme prostituée. L’observation de cas particuliers démontre l’importance de cet élément. En 1895, Sinforosa Suárez est accusée de prostitution et les témoins déclarant à son encontre font valoir que

  • 28 ANCR, Policía, n° 12407, 1895, f. 2v°.

« au début de cette année, Sinforosa Suárez vivait avec un homme qui était son amant. Le témoin sait qu’elle a eu précédemment d’autres amants et il a aussi connu des gamins qui étaient ses enfants à elle28 ».

  • 29 Ibid., f. 11.

40Le témoin pointe donc du doigt la multiplication, successive certes mais tout de même moralement condamnable, des amants de Sinforosa. Parallèlement, d’autres témoins l’accusent d’entretenir diverses relations simultanément, interprétant ce comportement comme un signe de prostitution : « le déclarant affirme que la Suárez reçoit différents hommes chez elle29 ». Les 17 % de cas observés dans les archives et représentés dans le graphique n° 10 soulignent d’ailleurs l’importance de cet argument dans les dépositions des témoins. Ainsi, la multiplication simultanée ou consécutive de partenaires sexuels mais aussi la simple admission d’hommes au sein de son foyer, apparaissent comme des facteurs déterminant dans la catégorisation d’une femme comme prostituée. Afin de mettre en valeur l’importance de ces arguments dans la mise en place des processus de marginalisation d’une femme, toutes les données relatives à ces types de comportement ont été réunies dans la seule catégorie de « multiplication des partenaires sexuels » : de l’adultère à la réception de divers hommes dans la maison, en passant par la multiplication des concubins.

Graphique 11. – Arguments employés par les témoins.

Graphique 11. – Arguments employés par les           témoins.

41Ce graphique permet ainsi d’observer que la multiplication des partenaires sexuels au sens large, est, dans plus de 50 % des cas, un élément déterminant dans la stigmatisation d’une femme comme prostituée.

42Plus généralement, l’ensemble de ces informations révèle l’importance d’un comportement hors norme dans la mise en place des processus de marginalisation. L’analyse conjointe des données statistiques et des études de cas met en évidence l’importance du comportement social de la femme dans sa catégorisation comme prostituée. Dans cette logique, l’enclenchement des processus de marginalisation est entièrement lié à la violation, volontaire ou non, des codes de bon voisinage établis tacitement dans la population. Il est d’ailleurs révélateur de ce phénomène que, dans près de 15 % des cas, le témoin renforce la dénonciation du comportement scandaleux d’une femme en soulignant sa conduite perturbatrice pour le voisinage. Il s’agit alors moins de respecter les codes établis que de paraître s’y soumettre. Ce qui importe c’est de ne pas être suspecté d’enfreindre les « codes de bon voisinage » et, encore moins, d’être vu en train d’accomplir une action allant à leur encontre. La discrétion est de rigueur. L’existence au sein de la population de perceptions équivoques d’une même réalité relevant de la vie privée, en fonction du comportement général de la femme soumise au jugement, est révélatrice de cette logique. Ainsi, dans certains cas, avoir des enfants sans être marié est un élément entrant en jeu dans la désignation d’une femme comme prostituée, alors que dans d’autres circonstances, la population ne semble pas s’intéresser à ce facteur. En 1895, lors de la mise en accusation de Rosenda Mavisca, deux témoins viennent déposer en sa faveur, attestant de la faible importance qu’ils accordent au concubinage de Rosenda :

  • 30 ANCR, Policía, n° 12485, 1895, f. 3v°.

« Le deuxième témoin déclare qu’il connaît Rosenda Mavisca depuis 4 ou 5 ans et qu’au cours de cette période […] il n’a jamais observé chez elle aucun signe de malhonnêteté jusqu’à ce qu’elle entre en concubinage, il y a un peu plus de 2 ans, avec Gabriel Chacón avec qui elle mène une vie honnête et sans que son comportement soit du tout scandaleux. Elle se consacre à laver et à élever une fillette qu’elle a eue avec Chacón30. »

43Dans l’optique de ces témoins, le concubinage et la maternité illégitime de Rosenda ne représente absolument pas une marque de marginalisation. À l’inverse, le fait de fonder une famille sans être mariée apparaît dans d’autres instructions comme un argument confirmant le caractère de prostituée d’une femme :

  • 31 ANCR, Policía, n° 11592, 1895, f. 2v°.

« Il a remarqué que Maria, Bernarda et Mercedes Chavez ainsi que leurs mères, sèment la pagaille entre elles ; il suppose qu’elles sont des femmes publiques car elles ont fondé une famille sans être mariées31. »

44Dans le cas de ces quatre femmes, les témoins dénoncent l’illégitimité de leur famille. Cet élément devient même un des critères permettant d’assimiler ces femmes à des prostituées. Ainsi, dans ces deux exemples, le comportement général des accusées étant différent, une même réalité – fonder une famille dans le cadre d’une relation de concubinage – donne lieu à deux conclusions antagonistes. Si Rosenda vit « honorablement » de son travail, « sans causer de scandale », les trois sœurs Chavez et leur mère choquent la population par leurs constantes disputes qui vont à l’encontre de ce qui est considéré comme une attitude honorable pour une femme.

45Tous ces documents permettent donc de mettre en avant la multiplicité des éléments entrant en jeu dans la construction du processus de marginalisation conduisant une femme à être stigmatisée comme une prostituée. Au niveau méthodologique, ils démontrent l’importance de varier les approches et de s’intéresser autant aux données statistiques qu’aux études de cas. En effet, les seules données statistiques ne permettent pas de décrire la nature des diverses conceptions de la prostitution existant dans la population, mais elles fixent un cadre, révèlent un état d’esprit général sur lequel il est alors possible de s’appuyer pour sélectionner certains cas particulièrement intéressants à étudier. Il faut alors effectuer un choix pertinent, c’est-à-dire permettant de comprendre, le plus globalement possible, la mise en place des représentations collectives de la prostitution, parmi les quelque 7 000 références regroupées dans les archives. Légitimée par la vision générale permise par les analyses statistiques, la compréhension de la mise en place des représentations collectives de la prostitution peut alors s’appuyer sur ces études de cas qui mettent en valeur toute la diversité du réel. Dans cette perspective, le cas de Gabriela Alvarado Chacón apparaît comme particulièrement intéressant, révélateur de nombreux enchevêtrements d’éléments et de la complexité de la mise en place des représentations collectives de la prostitution.

Le cas de Gabriela Alvarado Chacón, n° 145

  • 32 Tous les textes reproduits dans cette partie sont extraits du dossier ANCR, Policía, n° 1 (...)

46Inscrite sous le n° 145 dans les registres de prophylaxie vénérienne de la ville de San José dès le 18 septembre 1894, Gabriela Alvarado Chacón dépose une demande de désinscription32 en décembre 1896. Les arguments qu’elle utilise pour appuyer cette demande révèlent l’importance de certains critères dans la détermination d’une femme comme prostituée :

  • 33 Ibid., f. 5v°.

« Pour justifier cette bonne conduite, je demande que soit reçue la déclaration sur l’honneur des témoins que je présenterai afin qu’ils disent… :
2° – S’ils savent et s’ils ont vu, étant donné qu’ils ont été mes proches voisins, que je mène une vie ordonnée, consacrée aux tâches ménagères : que je ne reçois aucun homme chez moi et que j’ai entretenu uniquement des relations avec Antonio Matheus, le seul à me rendre visite ; et si, depuis plus d’un an qu’ils connaissent mon mode de vie, ils savent que je ne provoque pas de scandale, et que, bien au contraire, j’ai toujours été respectueuse envers mes voisins33. »

  • 34 Ibid., f. 5v°.

47Il est intéressant de remarquer que Gabriela ne fait aucunement mention d’argent ni de commerce dans son argumentation illustrant ainsi la faible importance que revêtent ces critères, pour la population, dans la stigmatisation d’une femme comme prostituée. Au contraire, sa demande s’appuie sur trois critères qui apparaissent alors comme déterminant pour son honorabilité. Tout d’abord, son application au travail apparaît comme un élément justifiant le caractère « ordonné » de sa vie. Il s’agit alors pour elle de montrer son respect des normes établies et notamment du rôle de la femme au sein de la maison. Les témoins utilisent eux aussi cet argument pour légitimer leur déposition. La déclaration de Joaquin Rodriguez, artisan célibataire résidant à San José, illustre d’ailleurs parfaitement l’importance de ce critère dans la détermination de l’honorabilité d’une femme : « La requérante mène une vie ordonnée, dévouée aux tâches ménagères34. »

48Ces détracteurs s’appuient aussi sur ce même critère pour légitimer leur témoignage. Ainsi, les arguments développés par Antonio Madriz Calderón, agriculteur, ancien policier, célibataire habitant de la ville de San José, démontrent une certaine assimilation entre le fait de ne pas avoir de travail et de pratiquer la prostitution :

  • 35 ANCR, Policía, n° 1772, 1896, f. 12.

« Je connais Gabriela Alvarado en tant que prostituée publique depuis longtemps ; il y a moins d’un an, j’ai vu différents hommes chez la Alvarado pendant la nuit ; je ne connais pas de revenus grâce auxquels la Alvarado puisse subsister35. »

  • 36 Ibid., f. 1v°.

49Ce document atteste également d’un rapport direct entre le fait de recevoir des hommes chez soi et de pratiquer la prostitution. Gabriela elle-même dans son interrogatoire, souligne qu’elle ne reçoit chez elle que son concubin Antonio Matheus afin de démontrer le caractère honnête de sa relation. L’insistance avec laquelle elle met en avant l’unicité de sa relation avec Antonio répond à sa volonté de l’inscrire dans le prolongement d’une relation maritale. C’est aussi la raison pour laquelle elle précise, dans son premier argumentaire, « avoir envers lui les mêmes attentions que pour un époux36 ». Elle confirme ainsi l’importance de légitimer un concubinage en le rapprochant d’une relation maritale, seule relation de couple légalement et socialement reconnue comme respectable. L’union libre de Gabriela est d’ailleurs acceptée par l’ensemble des témoins qui y retrouvent l’élément fondamental d’une relation maritale, un partenaire légitime unique, alors que la prostitution est caractérisée par la pluralité des partenaires sexuels. Les témoins confirment ainsi les possibilités d’acceptation générale du concubinage, sous certaines conditions, comme le démontre la déposition de Joaquin :

  • 37 Ibid., f. 6.

« J’ai vu Antonio Matheus chez Alvarado parce qu’il est son concubin. […] Le déclarant ignore si Mme Alvarado Chacón reçoit d’autres hommes à part Matheus ;
[…] À ce moment-là, le chef de prophylaxie vénérienne demande à nouveau au témoin s’il a connu la Alvarado avant, comme prostituée publique, et le témoin a répondu que Gabriela Alvarado avait certainement été une femme prostituée car elle recevait ses visites mais sans scandaliser37. »

50Ce témoignage révèle que la perception de Gabriela en tant que prostituée était davantage fondée sur le fait qu’elle recevait divers hommes dans sa maison que sur une quelconque notion de commerce sexuel totalement absente des propos de Joaquin. Ainsi « recevoir des hommes » reste un élément connoté négativement, capable de justifier à lui seul l’assimilation d’une femme à une prostituée. Au contraire, l’unicité de la relation de concubinage entre Gabriela et Antonio légitime la présence de ce dernier dans la maison, comme en témoigne la première partie de la déposition de Joaquin. En ce sens, la relation entretenue par Gabriela, bien que moins honorable aux yeux de la population et de la loi que le mariage, reste dans la norme socialement acceptée. Là encore, il s’agit donc pour elle et les témoins déposant en sa faveur, de prouver son respect des codes établis et reconnus par l’ensemble du voisinage.

51Plus généralement, le troisième élément qui ressort de l’exposé de Gabriela mais aussi des dires des témoins, est la place prépondérante accordée à la conduite générale de la femme dans la mise en place des processus de marginalisation. Ainsi, Gabriela met en relation son respect du voisinage avec le fait de ne pas faire de scandale. De sorte qu’elle confirme l’importance pour une femme d’adopter une conduite irréprochable afin de s’inscrire dans les normes reconnues par l’ensemble de la population et ainsi de pouvoir bénéficier d’une bonne intégration sociale dans le voisinage. Dans la dernière partie de sa déclaration, Joaquin confirme le rôle essentiel joué par l’adoption d’une attitude connotée négativement dans la construction des représentations collectives de la prostitution. En effet, en prenant la peine de préciser qu’elle ne provoquait pas de scandales à l’époque où elle était considérée comme une prostituée, il démontre à la fois l’assimilation par défaut de la prostitution à une attitude généralement scandaleuse et l’importance de ce critère dans la stigmatisation d’une femme comme prostituée. On retrouve ces mêmes arguments dans les dépositions des sept témoins venus déposer en faveur de Gabriela.

52Ainsi, en rompant avec les codes établis, la femme se place en position d’être marginalisé au sein de la population. Pourtant, il semble qu’essentiellement ce soit moins la nature de cette transgression que sa visibilité publique qui importe le plus au témoin. Dans cette logique, en acceptant de recevoir des hommes chez elle et en ne travaillant pas, selon les critères définis par la société, Gabriela rompt avec les normes sociales établies et se trouve assimilée au groupe des prostituées. Quelque temps après, son respect des codes de bon voisinage et, notamment, sa discrétion et la considération dont elle fait preuve envers son voisinage, explique le soutien que lui apporte la population et que l’on retrouve dans les sept témoignages.

53Ce document confirme donc l’inexistence de relation entre prostitution et commerce sexuel au sein de la population tandis qu’il établit l’importance du rôle joué par le comportement visible de la femme en tant qu’élément majeur attestant de sa culpabilité ou de son innocence. Plus généralement, l’ensemble de ces données met en évidence le rôle fondamental joué par les facteurs comportementaux dans la désignation d’une femme comme prostituée. En effet, si la population tolère les prostituées dans la mesure où elles ne font qu’enfreindre les normes législatives, au contraire elle montre une attitude intransigeante lorsqu’il s’agit de se protéger d’un comportement connoté négativement qui heurte les règles communautaires. Dans cette perspective, les divers éléments mis en avant par les témoins, comme participant à la stigmatisation d’une femme comme prostituée, permettent ainsi de définir par la négative la notion de code de bon voisinage et de comprendre la nature du rejet dont sont victimes certains individus par le reste de la population. On s’aperçoit alors, que si la perception de la prostitution diffère entre les représentations collectives et les textes législatifs, les valeurs défendues par la population se rapprochent de celles que l’élite cherche à diffuser à l’ensemble social.

54Trois éléments semblent alors représenter les piliers de ce qui peut être défini comme un code de bon voisinage : l’adoption d’une conduite discrète éloignée des tons criards dominant encore dans certains quartiers populaires, le respect des institutions morales telles que le mariage et la conservation d’un travail « honnête ». Violer un seul de ces « commandements » sociaux conduit une femme à être déshonorée, rejetée, en bref marginalisée par l’ensemble de la population.

55Toutefois, en ne s’intéressant qu’aux représentations collectives de la prostitution dans la population non catégorisée en tant que telle, l’action se place du côté des « normaux » et les marginales ne sont plus alors qu’un groupe passif, défini par la négative d’un autre, n’ayant aucune consistance propre. Au contraire, cherchant à penser l’individu marginalisé dans sa « totalité sociale », en tant que résultat d’interactions entre son comportement social et le modèle normatif commun à l’ensemble de la société, il fallait élargir la réflexion à d’autres composantes. Dans cette perspective, l’interrogation s’est portée sur le rapport que les prostituées ou tout au moins les femmes accusées de prostitution, entretenaient avec les représentations collectives de la prostitution.

Prostitution et prostituées

La solidarité entre prostituées ?

  • 38 Becker H., Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 (1963), (...)
  • 39 Pillon V., Normes et déviances, Paris, Bréal, coll. « Thèmes et débats », p. 69.

56De nombreuses études ont analysé les liens de solidarité qui se créent au sein des groupes de marginaux comme des réponses aux pressions extérieures. Howard Becker dans son ouvrage Outsiders38, a démontré comment la création d’une communauté homosexuelle permet à ces individus socialement rejetés du fait de leur préférence sexuelle, de reconstituer des réseaux sociaux mais aussi de se reconstruire en tant qu’individu autour de valeurs propres à l’ensemble du groupe. Dans cette même logique, les prostituées, dépossédées de leur part sociale par l’ensemble de la communauté « respectable », n’ont bien souvent d’autres alternatives que de nouer des liens entre elles. Le graphique n° 9 démontre d’ailleurs la faible amplitude du réseau social des prostituées qui est réduit à presque 70 % à des relations intragroupes. Véronique Pillon39, qui a analysé ce phénomène, établit que seule l’instauration de rapports avec des êtres dans la même position sociale permet de recréer des « solidarités de substitution ». Pourtant, il est intéressant de remarquer que, dans la réalité, les femmes accusées de prostitution, n’entretiennent pas que des relations d’entraide. Au contraire, dans de nombreux cas, les dossiers de police mettent en scène les tensions qui règnent entre ces femmes qui vont même souvent jusqu’à se manquer de respect voire se battre.

57Le cas d’Evangelina Esquivel Corrales est particulièrement révélateur de ce phénomène. Accusée en 1898 d’avoir manqué de respect à la gardienne du département de prophylaxie vénérienne de l’hôpital de San José, elle ne reçoit aucun soutien de la part de ses consœurs hospitalisées. Au contraire, les trois témoins appelés à déclarer, toutes des femmes inscrites dans les registres, confirment les dires de l’agent de prophylaxie en charge du département du même nom au sein de l’hôpital :

  • 40 ANCR, Gobernación, n° 29110, 1898, f. 2.

« Hier soir, alors que la Corrales était en train de commettre des écarts disciplinaires dans le département se trouvant sous ma responsabilité, la gardienne, Mlle Maria López, l’a réprimandée pour qu’elle se calme mais elle, au lieu d’obéir, l’a insultée de manière grossière et lui a dit, entre autre, qu’elle n’était pas sous ses ordres, qu’elle ne s’y rendait pas pour qu’on la fasse travailler et que c’était elle qui devait faire ce travail car le gouvernement la payait pour ça.
Voyant que la Esquivel Corrales n’obtempérait pas aux ordres donnés, l’infirmière du même département, Mme Maria Chacon, a appelé l’agent de police qui était à la porte, M. Rafael Parreaguirre, pour qu’il lui fasse des remontrances dans un premier temps et qu’il la mette au cachot si elle continuait à provoquer des scandales. C’est ce qu’il a dû faire étant donné qu’elle ne voulait obéir à personne40. »

58Ainsi, leur déclaration conjointe ne cherche aucunement à atténuer la faute commise par leur consœur mais, à l’inverse, elle se positionne contre elle, prenant ouvertement partie pour les agents chargés de faire respecter l’autorité. Ces trois femmes démontrent par là l’inexistence d’une conscience du groupe mais aussi, et surtout, leur assimilation des valeurs communes à l’ensemble de la population.

59Plus encore, dans certains cas les femmes accusées de prostitution utilisent la justice à des fins personnelles, mettant ainsi en évidence leur acceptation ou tout au moins leur connaissance des normes sociales collectives. Ainsi, lors de la mise en accusation de Flora Chaverri Arias et d’Anita Araya Sanchez pour consommation de stupéfiants, Piedades Delgado Mesén témoigne dans un premier temps, contre elles. Toutes trois sont des femmes inscrites dans les registres de prophylaxie vénérienne :

  • 41 ANCR, Salud, n° 131, 1931, f. 4.

« En tant que leur consœur je sais que toutes les deux fument régulièrement de la marijuana, volent de l’argent aux hommes qui les utilisent, s’enivrent et forment continuellement des scandales. Je les ai vues sniffer de l’héroïne et quand elles n’ont pas les moyens d’en acheter, elles s’injectent de la morphine qui est moins chère41. »

60Il faut noter que les arguments utilisés par Piedades se rapprochent des caractéristiques comportementales connotées négativement dans la population : se droguer, voler, se prostituer, se soûler, adopter une attitude scandaleuse etc. Piedades révèle ainsi, plus que l’acceptation des valeurs communes à l’ensemble social, la revendication de leur mise en application. Un mois après, Piedades revient sur sa première déposition et déclare avoir agit pour se venger :

  • 42 Ibid., f. 8.

« Je soussignée, Piedades Delgado Mesen, figurant dans vos dossiers par une déclaration que j’ai fournie dans le procès contre Anita Araya et Flora Chaverri Arias pour usage de drogues. Par la présente, j’atteste que la déclaration que j’ai déposée contre Anita et Flora est fallacieuse, je l’ai fait par vengeance et parce que j’y ai été incitée par Luisa Parra Ugalde. Je vous prie de prendre en considération cette déclaration42. »

61Ainsi, en venant témoigner contre ses consœurs par vengeance, elle illustre parfaitement la capacité des femmes accusées de prostitution à utiliser la législation pour résoudre des divergences personnelles. Cette deuxième déclaration atteste de l’intégration de ces femmes au système judiciaire dont elles sont pourtant les principales victimes.

62L’ensemble de ces documents démontrent donc la double facette de ces marginales : à la fois rejetées par la société du fait d’un comportement hors normes, elles semblent pourtant avoir totalement intégré et accepté les codes sociaux qui les marginalisent et même être capables d’utiliser la justice pour les faire appliquer.

63Plus généralement, une analyse statistique des données fournies par les dossiers d’archive étudiés, tend à prouver la participation active des femmes accusées de prostitution au système répressif mis en place par les autorités. Ainsi, le graphique ci-dessous réalisé à partir d’une base de données regroupant 1 287 individus ayant témoigné dans près de 400 instructions judiciaires, démontre clairement que si le témoignage des hommes se partage dans des proportions équivalentes, les femmes ont une nette tendance à témoigner contre les prostituées.

Graphique 12. – Type de témoignage en fonction du sexe du témoin.

Graphique 12. – Type de témoignage en           fonction du sexe du témoin.
  • 43 Selon le graphique n° 9.

64On observe que près de 80 % des femmes témoignent non pour apporter un soutien à l’accusée mais, au contraire, pour déposer contre elle. Sachant que la majorité de ces femmes témoins – près de 70 %43 – sont inscrites dans les registres de prostitution, ce graphique tend à prouver l’inexistence de relations de solidarités entre ces marginales. Ces données incitent donc à ne pas penser la marginalité dans une opposition systématique et mécanique entre l’individu et les normes institutionnelles. Au contraire, il s’agit d’essayer de comprendre la signification de la participation de ces marginales à la construction des représentations collectives de la prostitution afin d’essayer de saisir les influences des différents facteurs sociaux entrant en jeu dans la construction des processus de marginalisation. Dès lors, la démarche adoptée est différente, comme le souligne Louis Moreau de Bellaing de celle :

  • 44 Moreau de Bellaing L., « L’individu et la société dans les rapports sociaux capitalistes  (...)

« qui consiste à mettre face à face un soi-disant individu pouvant échapper à une société qui, en quelque sorte, le surplomberait et à laquelle il serait censé pouvoir s’opposer à partir de lui-même uniquement44 ».

65Dans cette logique, il faut s’interroger sur le degré de diffusion des représentations collectives de la prostitution au sein de ces marginales, à travers notamment l’assimilation de la connotation négative de la prostitution.

Assimilation du caractère négatif de la prostitution

  • 45 Il s’agit d’instructions en rapport avec les registres de prophylaxie vénérienne (inscrip (...)

66Les expressions utilisées par les groupes de marginaux pour parler d’eux-mêmes mettent bien souvent en évidence leur niveau d’imprégnation des représentations populaires. Partant de ce principe, les expressions employées par les femmes accusées de prostitution pour parler d’elles-mêmes ont été analysées comme un reflet de leur auto-perception. Dans les nombreux dossiers d’instruction judiciaire analysés, on trouve diverses façons de nommer les prostituées comme en rendent compte les trois tableaux qui suivent, réalisés à partir de 69545 cas d’instruction judiciaire. L’utilisation d’un vocabulaire varié allant des termes les plus neutres « prostituée », aux plus connotés « pute », démontre l’existence des différentes perceptions de la prostitution.

  • 46 Prostituée/Femme publique/Pute/Femme de joyeuse vie/Prostituée (autre terme)/Femmes à la (...)

Graphique 13. – Type de noms donnés aux prostituées46.

Graphique 13. – Type de noms donnés aux           prostituées46.

67Remarquons que les termes les plus employés ont des sonorités neutres alors même que la littérature met en avant l’utilisation d’un vocabulaire plus coloré :

  • 47 Gonzalez L., A ras del Suelo, op. cit., p. 20.

« “Femmes de joyeuse vie”. Pourquoi les appelle-t-on ainsi ? De quelle vie joyeuse est-il question, mon Dieu ? Non, elles n’étaient pas joyeuses ces femmes dont les étranges visages se sont gravés au fond de ma mémoire d’enfant. Je ne pourrai jamais oublier ce groupe humain de femmes déformées par la misère et le vice. Les unes, de vieilles grassouillettes, les autres, maigrichonnes, ridées, maquillées à l’excès tel des masques qui, par d’horribles grimaces, condamnaient cette immonde société47. »

68Cette différence entre la réalité décrite par Luisa Gonzalez et les données statistiques présentées ici, provient du contexte de leur élocution. Les individus ne s’expriment pas avec les mêmes termes dans la rue, entre eux, et face à un juge d’instruction ou dans un bureau de police. Ces données statistiques ne doivent donc pas apparaître comme une représentation parfaite de la réalité. Néanmoins, une fois cette limite posée, il faut les utiliser comme un reflet de la pluralité des termes utilisés dans la société et étudier leur signification.

69Dans un premier temps, il est intéressant de remarquer que les façons de nommer la prostitution divergent en fonction de la catégorie sociale de l’individu qui parle comme en témoigne le graphique ci-dessous.

Graphique 14. – Variation de la dénomination des prostituées en fonction de la catégorie du locuteur.

Graphique 14. – Variation de la dénomination           des prostituées en fonction de la catégorie du locuteur.

70L’utilisation presque exclusive du terme « prostituée » par les autorités s’explique par la neutralité de cette expression, purement descriptive, qui renvoie à une réalité législative objective. Elle permet aux autorités de s’exprimer sans laisser transparaître leur subjectivité lors des instructions judiciaires. Non soumise au même devoir de réserve, la population utilise dans des proportions presque équivalentes les expressions de « prostituées » et de « femmes publiques ». Comme le montre le graphique ci-dessous, il est toutefois intéressant de remarquer que ce sont les témoins qui utilisent le plus cette façon de désigner les femmes accusées de prostitution.

71Le sens de l’expression « femme publique », qui prédomine au sein de la population, est plus complexe que le terme de « prostituée ». La neutralité de sa sonorité n’arrive pas réellement à dissimuler la connotation négative de sa signification. En effet, dans le contexte de la société costaricienne de la fin du xixe siècle, essentiellement patriarcale, la vie publique est avant tout un espace social réservé aux hommes. De sorte que l’association de la femme à la notion de public exprime une violation des normes sociales élémentaires et, de fait, la désignation par ce qualificatif marque sa marginalisation. Cette expression met donc en perspective l’existence d’un rapport entre l’utilisation de la sphère publique par une femme et sa stigmatisation en tant que prostituée, rappelant ainsi le rôle joué par la connotation sexuelle de l’espace dans la mise en place des processus de marginalisation. En utilisant cette dénomination, les individus venant déposer se positionnent clairement dans une attitude de rejet vis-à-vis d’un comportement connoté négativement. De sorte que, l’utilisation majoritaire de ce terme par les témoins pour désigner une prostituée, démontre la conception négative que revêt ce mode de vie.

Graphique 15. – Utilisation des diverses dénominations des prostituées par les acteurs des instructions.

Graphique 15. – Utilisation des diverses           dénominations des prostituées par les acteurs des instructions.

72Il est alors intéressant de remarquer que les femmes accusées de prostitution ont intégré le caractère négatif de cette pratique. Si elles utilisent le terme neutre de « prostituée » pour s’exprimer lors des instructions judiciaires, copiant en cela le reste de la population, elles sont les seules à utiliser l’expression « pute » comme une insulte lors des bagarres de rue. Il s’agit d’une des expressions les plus courantes dans ce type de circonstances. Sorte d’injure « fourre-tout », regroupant tous les actes et les thèmes de conflit, ce terme est le symbole de la négativité même. De nombreux documents illustrent ce phénomène. En 1894, Gertrudis Arroyo Badilla, inscrite dans les registres depuis septembre, exprime son refus d’être examinée par le médecin de prophylaxie vénérienne de façon très révélatrice :

  • 48 ANCR, Policía, n° 13911, 1894, f. 1.

« Mme Gertrudis Arroyo Badilla, majeure, mariée, s’occupant de tâches domestiques et habitant le centre-ville, en tant que prostituée publique, a refusé de se présenter chez le médecin directeur afin d’y être examinée et lui a manqué de respect en lui disant qu’il ferait mieux d’aller examiner la grande pute qui l’avait mis au monde48. »

73Étant elle-même considérée comme une prostituée, l’utilisation de ce terme en tant qu’insulte démontre son acceptation de la valeur négative de sa catégorie sociale. Encore en 1911, on trouve des références permettant d’inscrire ce phénomène dans la durée. Ainsi, Josefa Rojas Umaña déclarée prostituée depuis février, est citée à comparaître après avoir fait usage de cette insulte contre José Maria Borges, son voisin :

  • 49 ANCR, Policía, n° 156, 1911, f. 448.

« Josefa Rojas Umaña est citée par l’agence principale parce que José Maria Borges se plaint qu’elle l’a insulté, l’appelant “fils de pute”49. »

74En insultant en ces termes son voisin, Josefa démontre elle aussi avoir assimilé le caractère négatif de la condition de prostituée. On remarque d’ailleurs que cette offense s’accompagne souvent d’une série d’autres insultes faisant référence aux attributs caractéristiques de la prostituée selon la population :

  • 50 ANCR, Policía, n° 2613, 1897, f. 1.

« Entre 6 et 7 heures de ce même soir, Mme Juana Rojas Vargas, sans aucun motif, de ma part ou de la part de ma fille Maria Teresa García, s’est approchée de moi et m’a dit : “Vous êtes des maudites, des chiennes, des scandaleuses et des fripouilles” et d’autres mots dont je ne me souviens plus maintenant50. »

75L’utilisation de ces expressions par ces femmes inscrites dans les registres et donc considérées comme des prostituées, pour injurier leurs concitoyens, implique la totale assimilation de la négativité de l’ensemble des comportements attribués aux prostituées. Plus généralement, de nombreux documents illustrent leur acceptation de l’infériorité sociale de la prostitution. En 1897, Maria Aguirre inscrite à diverses reprises depuis 1894, est à nouveau accusée de prostitution. Certaines des femmes venant déposer contre elle, sont elles-mêmes inscrites dans les registres et, à ce titre, Maria leur refuse le droit de témoigner :

  • 51 ANCR, Policía, n° 56, 1897, f. 14v°.

« leurs déclarations ont une très faible valeur en tant que preuve car ces femmes, qui ne respectent pas la société, qui sont source d’impudeur et de honte, ne connaissent pas la valeur d’un serment et ne respectent pas du tout la vérité. Mentir ou se parjurer n’a aucune espèce d’importance pour elles51 ».

76Sa défense, fondée sur le rejet des témoignages de ces femmes, est révélatrice de la faible valeur sociale qu’elle accorde au groupe des prostituées dont elle fait pourtant partie. Pour Maria, ces femmes, et donc par extension elle-même, symbolisent l’impudeur et la honte. On retrouve cette attitude dépréciatrice dans la déposition de Francisca et Maria Sanchez, toutes deux inscrites comme prostituées depuis 1895, lors de leur mise en accusation pour scandale en 1899 :

  • 52 ANCR, Policía, n° 12800, 1899, f. 5.

« Les faits pour lesquels nous sommes mis en procès, sont complètement invraisemblables… Les témoins n’ont pas dit la vérité et pour preuve nous demandons que les messieurs […], déclarent conformément à l’interrogatoire dont la teneur est la suivante :
[…] Cinquièmement – S’il est vrai qu’Elena Rivero est une femme publique et que donc sa parole ne mérite pas crédibilité52. »

77Dans les deux cas, en se retirant le droit à la respectabilité, les femmes accusées de prostitution approuvent la vision négative que la population porte sur les prostituées. Plus généralement, il s’agit alors de s’interroger sur la nature des perceptions que les femmes accusées de prostitution portent sur elles-mêmes et leurs consœurs.

Regard des prostituées sur elles-mêmes

  • 53 Je n’ai pu prendre en compte que les dossiers d’instructions en rapport avec les registre (...)

78Les arguments employés par les femmes accusées de prostitution, à l’égal de ceux employés par les témoins, sont révélateurs des critères entrant en jeu dans la construction d’une certaine représentation de la prostitution. Partant de ce principe, les arguments les plus fréquemment utilisés par ces femmes ont été recherchés, de façon systématique, dans plus de 13053 dossiers. Le graphique ci-dessous présente le résultat du traitement statistique des données collectées.

  • 54 Leur défense s’articulant généralement autour de multiples arguments, le total des donnée (...)

Graphique 16. – Arguments employés par les femmes accusées de prostitution54.

Graphique 16. – Arguments employés par les           femmes accusées de prostitution54.

79L’observation de ces résultats permet de circonscrire la perception que les femmes accusées de prostitution ont d’elles-mêmes, à un certain nombre de critères. Tout d’abord il faut noter qu’elles appuient majoritairement leur défense sur des arguments rappelant la conception populaire de la prostitution. Ainsi, pour ces femmes, l’adoption d’une conduite honorable, la possession d’un travail respectable et la préservation d’un partenaire sexuel unique représentent les éléments qui déterminent leur honorabilité et donc leur non-appartenance au groupe des prostituées. Il est intéressant de remarquer que ces facteurs, mis en avant par les femmes accusées de prostitution, sont identiques à ceux déterminant la catégorisation d’une femme comme prostituée par les témoins. Cette assimilation des codes collectifs démontrent leur intégration des caractéristiques populaires de la prostitution et en ce sens, leur appartenance culturelle à cette société.

  • 55 Voir note n° 360. ANCR, Policía, n° 1911, 1898, f. 1.

80Il faut pourtant remarquer que, si pour la population le fait d’entretenir simultanément ou même successivement des relations sexuelles avec divers hommes est un facteur suffisant pour stigmatiser une femme comme prostituée, on trouve de nombreux cas dans lesquels les femmes accusées de prostitution rejettent ce critère. Lors de la mise en accusation de Dolores Aguirre et Rafaela Acuña, les témoins déclarent avoir eu des relations intimes avec elles et, de fait, les classent parmi les prostituées comme nous l’avons vu plus haut55. Notons que, dans leur défense, ces deux femmes assument ces relations et revendiquent leur droit :

  • 56 ANCR, Policía, n° 1911, 1898, f. 12.

« Les témoins Francisco Chevez et Ricardo Rodriguez, affirment avoir vécu avec la première et la deuxième ; le premier pendant 3 ans et le deuxième pendant 17 jours, ce que nous n’avons pas nié car cela ne constitue pas une cause légale pour une inscription dans le Registre, d’autant que, comme ils l’affirment, pendant le temps que nous avons entretenu des relations avec eux, nous avons eu, une conduite correcte et modéré en tout point de vue56. »

81Ainsi, pour Dolores et Rafaela, l’entretien de relations hors mariage voire la multiplication des partenaires sexuels ne représentent pas un motif de condamnation. S’opposant aux conceptions populaires de la prostitution, elles s’appuient sur la législation – qui ne condamne pas ce type de comportement – pour justifier leur attitude. Paradoxalement, en fondant leur respectabilité en tant que femmes honnêtes dans leur attitude « correcte et modéré », elles basent leur défense sur leur comportement social et démontrent ainsi leur attitude équivoque envers le code de bon voisinage. Acceptant certaines règles mais en rejetant d’autres, ce cas met donc en évidence la capacité des femmes accusées de prostitution à utiliser les conceptions populaires lorsque celles-ci leur sont favorables tout en les niant lorsqu’elles entravent leur liberté d’action.

82Plus généralement, de nombreux documents montrent que certaines femmes revendiquent le droit à mener une vie libertine, sans pour autant se reconnaître, ni accepter, d’être considérées comme des prostituées. C’est le cas d’Eduvina Alvarado, inscrite depuis septembre 1894, elle dépose une demande de désinscription en mai 1895 faisant valoir divers arguments et notamment le fait qu’elle ne commerce pas avec son corps :

  • 57 ANCR, Policía, n° 1992, 1895, f. 1.

« Légalement la loi comprend les femmes qui commercent avec leur corps comme si c’était une marchandise afin d’éviter la transmission de la maladie.
Le fait d’interpréter, que toute femme qui n’est pas un modèle d’honnêteté soit une prostituée, revient à présenter le Costa Rica dans une situation d’immoralité lamentable57. »

  • 58 Voir graphique n° 10.

83Ce document est doublement intéressant. D’une part, il met en évidence une différence entre les représentations populaires qui lient la multiplicité des partenaires sexuels à un symptôme de prostitution, et la conception beaucoup moins rigide que défendent certaines des femmes accusées de prostitution. D’autre part, il montre le rapport essentiel que ces femmes font entre prostitution et commerce sexuel. Si pour la population la notion de commerce est facultative – elle apparaît dans moins de 2 % des cas58 –, l’observation des dépositions de ces femmes montre que c’est, pour elles, un facteur essentiel entrant en jeu dans la construction de la notion de prostituée. Il apparaît d’ailleurs dans plus de 34 % des cas observés selon le graphique n° 16. On retrouve dans d’autres documents cette valorisation du facteur « commerce » qui, logiquement, éclipse l’importance des autres facteurs. Ainsi Maria Aguirre, inscrite depuis septembre 1894, fait valoir son droit à recevoir des hommes dans sa demeure sans pour autant accepter d’être considérée comme une prostituée :

  • 59 ANCR, Policía, n° 56, 1897, f. 7.

« Le fait de recevoir des visites au vu et au su de tous, tel que je le fais, ne constitue pas un écart de moralité et prouve encore moins que je fais commerce de mon corps ; il faudrait prouver cela pour pouvoir m’inscrire à nouveau légalement. La loi considère comme prostituées celles qui font commerce de leur corps et moi je n’appartiens à cette catégorie de femmes59. »

  • 60 ANCR, Leyes y decretos, Reglamento de profilaxia venerea, 1894, p. 89.

84Ce document confirme l’existence de la revendication par ces femmes du droit à adopter un comportement ne correspondant pas aux normes imposées par la société, sans être pour cela catégorisées comme des prostituées. Légalement leur demande est parfaitement légitime étant donné les termes de la loi. L’article 1360 du règlement de prophylaxie vénérienne divise le groupe des prostituées entre les « publiques » – celles qui exercent la prostitution comme un métier et les « clandestines » – celles qui, en plus de leur travail officiel, commercent avec leur corps. Dans les deux cas, la loi établit donc un lien direct entre prostitution et commerce qui ne se retrouve pas dans les conceptions populaires mais qui devient un argument de poids pour certaines femmes. La notion de commerce permet en effet aux femmes, accusées de prostitution sur la base d’un comportement social hors normes, de démontrer l’illégalité de leur mise en accusation.

85Plus généralement, les divergences de conceptions entre les représentations populaires et la législation, permettent à ces femmes de faire valoir certains de leur droit. Il faut ainsi remarquer que dans la majorité des dossiers, elles tentent de démontrer que leur comportement est adapté aux exigences législatives faisant alors entrer dans leur conception de la prostitution certains éléments n’apparaissant pas dans les représentations populaires mais qui sont pourtant essentiels dans les définitions législatives. L’observation du contenu de la circulaire n° 24 du 23 octobre 1894 qui explicite des points du règlement de prophylaxie vénérienne du mois d’août de la même année, permet de comprendre l’utilisation de ces arguments par les femmes accusées de prostitution :

  • 61 ANCR, Leyes y decretos, 1894, p. 184.

« Vous devez exempter des obligations du règlement de prophylaxie vénérienne les femmes qui, sans avoir été précédemment connues en tant que prostituées publiques, vivent avec un seul homme et aussi celles qui, bien qu’ayant été précédemment considérées comme prostituées, ont des enfants avec l’homme avec lequel elles vivent en concubinage, après avoir abandonné la vie licencieuse qu’elles menaient auparavant.
Pourront également être exemptées, les femmes qui, bien qu’ayant été des prostituées publiques, ont abandonné la prostitution pour une période d’un an minimum et à condition qu’elles continuent sur cette voie61. »

86Le texte législatif pose donc trois conditions pour être désinscrite légalement : ne jamais avoir été considéré comme prostituée et vivre en concubinage. Pour celle ayant déjà été inscrite en tant que prostituée, il lui faut prouver qu’elle est sortie du milieu depuis plus d’un an et qu’elle a eu au moins un enfant avec son concubin. Ceci explique que les femmes accusées de prostitution insistent sur ces points alors même que ceux-ci n’entrent pas en jeu dans la construction des représentations populaires de la prostitution. Ainsi, la fondation d’une famille, la nature de leur conduite antérieure et surtout la notion de constance qui revient continûment pour légitimer une relation de concubinage, un mariage ou même un travail, sont des critères qui apparaissent fréquemment dans l’argumentaire des femmes accusées de prostitution – en témoigne le graphique n° 16 –, sans pour autant correspondre aux critères populaires de la prostitution.

87L’observation de ces dossiers permet donc de mettre en évidence une certaine adéquation entre le texte législatif et les arguments développés par les femmes accusées de prostitution, faisant ainsi s’éloigner leur conception de la prostitution de celle commune à l’ensemble de la population. Toutefois, l’analyse de l’argumentation de ces femmes démontre plus la nécessité de répondre aux exigences législatives qu’une conception de la prostitution réellement différente des représentations populaires. En effet, les éléments contenus dans leur défense témoignent de leur construction d’une conception de la prostitution fondée sur des valeurs similaires à celles entrant en jeu dans les représentations populaires. Dans cette logique, le groupe des prostituées ne doit pas être appréhendé comme une entité indépendante qui appartiendrait à une autre sphère sociale. Au contraire, ces documents mettent en évidence l’appartenance culturelle de ces femmes à la société dont elles sont issues. Plus encore, en acceptant, voire en revendiquant les normes qui la condamnent, la marginale participe pleinement à la mise en place des processus de marginalisation.

88Même si de nombreux critères contribuent à l’élaboration de la conception populaire de la prostitution, certaines caractéristiques telles que le comportement social de la femme, notamment en ce qui concerne sa sexualité, occupent une place prépondérante. La représentation de la prostitution au sein de la population dans son ensemble apparaît alors plus comme la conséquence de la violation d’un code tacite de « bon voisinage » que comme un commerce sexuel susceptible de propager des maux moraux et physiques socialement dangereux. Il faut alors remarquer que cette représentation populaire de la prostitution s’écarte du discours hygiéniste officiel, à l’origine du règlement prophylactique. Rendu possible par la mise en place d’un appareil répressif tendant à rendre invisible le comportement de ces femmes afin d’éviter sa propagation, la répression de la prostitution s’organise pourtant autour de représentations populaires, certes imprégnées de la vision des élites, mais différentes de celle défendue par les autorités. Il s’agit alors de comprendre la nature des éléments qui conduisent la population à considérer une femme comme une prostituée. Cette anayse met en avant le rôle fondamental de l’idéal féminin, la femme n’ayant d’autre choix que de s’y soumettre, tout au moins en apparence, ou d’entrer dans le processus de sa propre marginalisation.

Notes

1 Alvarenga P., « Los marginados en la construcción del mundo citadino. El Salvador, 1880-1930 », Revista de Historia, n° 9, Managua, Nicaragua, 1997, p. 14.

2 Teulon F., Sociologie et histoire sociale, Paris, PUF, coll. « Major », 1996, p. 152.

3 Foucault M., Les anormaux : cours au collège de France (1974-1975), Paris, Gallimard/Le Seuil, coll. « Hautes Études », 1999, p. 46.

4 Pris dans son acception mathématique qui consiste à appréhender le tout final. De sorte que le terme renvoie plus à la notion de « syncrétisme » qu’à l’idée d’une somme entre deux éléments.

5 Revel J., « L’institution et le social », dans B. Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, op. cit., p. 83.

6 Revel J., « L’institution et le social », dans B. Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, op. cit., p. 84.

7 ANCR, Memoria de gobernación y policía, n° 261, 1921-1922, p. 281.

8 ANCR, Policía, n° 15595, 1929, f. 1.

9 Poussou J.-P, « La “méthode Maggiolo” et la mesure de l’alphabétisation du sud-ouest de la France à la fin du xviiie siècle », Annales du midi, t. CV, 1993, p. 209-223.

10 INEC, recensement de 1864, 1883, 1892 et 1927.

11 À cette époque, un individu devient majeur à 21 ans. Il faut attendre l’année 1973 pour que la loi n° 4576 abaisse l’âge de la majorité à 18 ans.

12 Lyra C., « Palco de platea en el cielo », dans Los otros cuentos de Carmen Lyra, EUCR, San José, Costa Rica, 1985 (1920), p. 137-140.

13 Ibid., p. 140.

14 Si l’on ne tient compte que de la population âgée de plus de 8 ans alors on trouve un taux d’alphabétisme de 51 % et d’analphabétisme de 21 %.

15 ANCR, Policía, n° 1911, 1898, f. 1.

16 ANCR, Policía, n° 1911, 1898, f. 5v°.

17 Gonzalez L., A ras del suelo, San José, Ed. de Costa Rica, 2005 (1970), 228 p.

18 Ibid., p. 40.

19 Gonzalez L., A ras del suelo, San José, Ed. de Costa Rica, 2005 (1970), 228 p.

20 Cardona J., El primo, San José, Costa Rica, EUCR, col. « Retorno », 2001 (1905), p. 69.

21 Afin d’obtenir un résultat représentatif, j’ai calculé les pourcentages de domestique et de prostituées sur la base d’un total de cas déclarés, c’est-à-dire sans tenir compte des presque 25 % de cas inconnus. Le pourcentage total de cas dépasse les cent pour cent du fait que les prostituées déclarent en général deux professions.

22 Dans la plupart des cas, les témoins s’appuient sur de multiples arguments ce qui explique que le total des données enregistrées dépasse largement les cent pour cent.

23 ANCR, Leyes y decretos, Reglamento de profilaxia venerea, 1894, p. 89.

24 ANCR, Alcaldía 2nda de San José, n° 3969, 1898, f. 42v°.

25 Policía, n° 2006, 1906, f. 17-17v°.

26 ANCR, Gobernación, n° 34161, 1894, f. 4v°.

27 « Trabajos adecuados a su sexo. »

28 ANCR, Policía, n° 12407, 1895, f. 2v°.

29 Ibid., f. 11.

30 ANCR, Policía, n° 12485, 1895, f. 3v°.

31 ANCR, Policía, n° 11592, 1895, f. 2v°.

32 Tous les textes reproduits dans cette partie sont extraits du dossier ANCR, Policía, n° 1772, 1896.

33 Ibid., f. 5v°.

34 Ibid., f. 5v°.

35 ANCR, Policía, n° 1772, 1896, f. 12.

36 Ibid., f. 1v°.

37 Ibid., f. 6.

38 Becker H., Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 (1963), 248 p.

39 Pillon V., Normes et déviances, Paris, Bréal, coll. « Thèmes et débats », p. 69.

40 ANCR, Gobernación, n° 29110, 1898, f. 2.

41 ANCR, Salud, n° 131, 1931, f. 4.

42 Ibid., f. 8.

43 Selon le graphique n° 9.

44 Moreau de Bellaing L., « L’individu et la société dans les rapports sociaux capitalistes », dans Approches de la marginalité, Actes des journées sur la marginalité, Caen, CRTS, 1980, p. 99.

45 Il s’agit d’instructions en rapport avec les registres de prophylaxie vénérienne (inscription, désinscription, fautes diverses, etc.).

46 Prostituée/Femme publique/Pute/Femme de joyeuse vie/Prostituée (autre terme)/Femmes à la vie déchaînée.

47 Gonzalez L., A ras del Suelo, op. cit., p. 20.

48 ANCR, Policía, n° 13911, 1894, f. 1.

49 ANCR, Policía, n° 156, 1911, f. 448.

50 ANCR, Policía, n° 2613, 1897, f. 1.

51 ANCR, Policía, n° 56, 1897, f. 14v°.

52 ANCR, Policía, n° 12800, 1899, f. 5.

53 Je n’ai pu prendre en compte que les dossiers d’instructions en rapport avec les registres de prophylaxie vénérienne (inscription, désinscription, fautes diverses, etc.) donnant la parole aux accusées, à un moment donnée.

54 Leur défense s’articulant généralement autour de multiples arguments, le total des données enregistrées dépassent largement les cent pour cent.

55 Voir note n° 360. ANCR, Policía, n° 1911, 1898, f. 1.

56 ANCR, Policía, n° 1911, 1898, f. 12.

57 ANCR, Policía, n° 1992, 1895, f. 1.

58 Voir graphique n° 10.

59 ANCR, Policía, n° 56, 1897, f. 7.

60 ANCR, Leyes y decretos, Reglamento de profilaxia venerea, 1894, p. 89.

61 ANCR, Leyes y decretos, 1894, p. 184.

Table des illustrations

Titre Graphique 6. – Schéma de la construction des représentations collectives.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Graphique 7. – Caractéristiques des témoins11.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-3.jpeg
Fichier image/jpeg, 8,3k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-4.jpeg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-5.jpeg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-6.jpeg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Graphique 8. – Type de témoignage en fonction de l’état civil du témoin.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-7.jpeg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Graphique 9. – Métiers exercés par les femmes témoins21.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-8.jpeg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Graphique 10. – Arguments employés par les témoins22.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-9.jpeg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 11. – Arguments employés par les témoins.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-10.jpeg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Graphique 12. – Type de témoignage en fonction du sexe du témoin.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-11.jpeg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Graphique 13. – Type de noms donnés aux prostituées46.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-12.jpeg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Graphique 14. – Variation de la dénomination des prostituées en fonction de la catégorie du locuteur.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-13.jpeg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Graphique 15. – Utilisation des diverses dénominations des prostituées par les acteurs des instructions.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-14.jpeg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Graphique 16. – Arguments employés par les femmes accusées de prostitution54.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42400/img-15.jpeg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540