Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vierge ou putain ?

 | 
Marion Giraldou

Préface

Michel Bertrand

Texte intégral

1L’ouvrage que M. Giraldou tire de sa thèse marque le point final d’un parcours de formation américaniste qui s’est déroulé à l’université de Toulouse. Progressivement, au fil du temps, s’est construite une véritable spécialiste du champ social, réceptive aux nouveaux courants de la recherche, et appliquant son analyse au terrain centre-américain. La première étape significative dans ce parcours s’est concrétisée par l’obtention d’un titre de master avec la soutenance d’un mémoire de recherche en 2004. Si cette première enquête, menée sur le terrain, révélait de réelles qualités intellectuelles d’historienne en devenir, la démarche mise en œuvre restait fortement imprégnée par une approche structurale du social. L’analyse restait centrée sur les normes, tout spécialement sur celles imposées par l’État. Bien plus, elle restait fidèle à une conception dans laquelle les groupes sociaux ne prenaient sens qu’inscrits exclusivement dans ces structures. Ce premier travail n’en a pas moins permis d’engager une deuxième étape, celle d’une thèse aux qualités nombreuses réalisée avec le soutien d’une allocation de recherche attribuée par l’École doctorale TESC. La publication aujourd’hui du livre qui en est tiré permet de diffuser largement l’essentiel des apports obtenus dans le cadre de cette recherche doctorale.

2L’ouvrage fait le pari de la micro-analyse du social ou, pour reprendre l’expression consacrée aujourd’hui, d’une analyse « au ras du sol ». Conformément à cette démarche, le social n’est pas conçu comme un donné stable, figé dans ses structures, notamment socio-économiques même si ces dernières y contribuent de manière importante comme le démontre l’analyse du phénomène de la prostitution proposée ici. Le social qui nous est ici donné à voir par cette étude est une réalité construite, résultat d’un processus dans lequel l’acteur social, aussi modeste soit-il, joue un rôle déterminant. En d’autres termes, la démarche suivie démontre de manière convaincante, et contrairement à ce que d’aucuns pensent ou revendiquent encore, que le micro ne saurait être compris comme le contraire du macro mais à l’inverse que l’un ne peut se comprendre sans l’autre via la mobilisation du « jeu d’échelle ». C’est cette idée de la dialectique entre les divers niveaux d’analyse que traduit parfaitement le recours à la notion de « processus » inscrite avec raison dans le titre de l’ouvrage. En ce sens, ce que le lecteur va découvrir dans les pages qui suivent, ce ne sont pas tant des « structures sociales » mais bien des « processus sociaux », et tout spécialement ceux de la construction de la marginalité sociale dans une société postcoloniale du xixe siècle latino-américain.

3L’objet de ce livre est loin d’être anodin. Il fait le choix d’étudier une question sociale ancienne – elle concerne ce que l’on appelle communément « le plus vieux métier du monde » – qui pourtant n’est devenu un « objet d’histoire » que depuis peu et dont l’actualité récente, en Europe notamment, nous rappelle qu’elle reste toujours à l’ordre du jour. Dans cette découverte historiographique, on se doit de rappeler le rôle décisif joué par A. Corbin. Certes, avant ses Filles de noces, la prostituée n’était pas une figure totalement absente de l’analyse historique et sociale. Mais, comme le rappelle d’ailleurs A. Corbin lui-même, les travaux qui s’étaient intéressés à cette question portaient bien plus sur la pratique de la prostitution que sur les prostituées elles-mêmes. Dans ce domaine, l’étude du Dr Alexandre Parent-Duchâtelet sur la prostitution à Paris au xixe siècle – parue en 1836 – a marqué pour longtemps l’approche de la prostitution. Réfléchissant dans une optique hygiéniste, l’auteur y est avant tout attentif aux problèmes de salubrité de son temps, causes de nombreuses maladies et, dans la conception de l’époque, responsables de la « dégénérescence de la race ». Soucieux de comprendre les phénomènes qui sont à l’origine des maladies qui affectent d’abord des populations urbaines de plus en plus nombreuses, il se préoccupe de détecter les causes des failles dans le système social qu’il observe. Ce faisant, son propos est bien de rechercher les améliorations possibles à l’hygiène publique. En ce sens, derrière la prostituée dont il dessine pourtant une sociologique assez précise, c’est la prostitution qui est dénoncée tant elle est perçue comme une « maladie sociale ». À ce titre, elle exige d’être traitée comme n’importe quel autre fléau menaçant la bonne santé de la population. Il est vrai qu’à cette époque la prostitution est étroitement associée à une affection dont les dégâts physiologiques sur ceux qui en sont atteints sont graves, incurables et surtout à l’égard de laquelle la science médicale est incapable d’offrir la moindre protection. Plus d’un siècle durant, c’est bien cette optique qui prévaudra dans l’approche de la santé en général, et de la maladie en particulier, cette dernière étant perçue d’abord comme la manifestation ou le fruit d’une déviance, tant morale que sociale.

4Un tel regard est profondément marqué par l’école italienne de criminologie du xixe siècle, incarnée par C. Lumbroso et construite à partir d’études phrénologiques et physiognomiques. Dans sa recherche sur les origines biologiques de la criminalité, il n’est pas anodin de souligner que cet auteur, central dans la construction des discours hygiénistes étroitement associés au contrôle social des « déviants », consacre précisément un livre à la délinquante féminine qu’il identifie expressément à la prostituée. Dans cette perspective, l’hygiénisme corporel et médical n’est qu’un aspect, initial mais non central, d’un discours hygiéniste plus ample qui infuse dans les sociétés européennes du xixe siècle. Il se prolonge dans des prises de positions politiques et sociales ou encore dans des doctrines urbanistiques pour lesquelles la « question sociale » relève d’abord de « l’hygiène sociale » : à cette fin, les unes et les autres souhaitent moraliser les comportements individuels afin de garantir la santé publique.

5Ce n’est que lentement que les sciences sociales s’affranchissent de ce déterminisme aux fondements racialistes qui triomphe au cours du xixe siècle et qui, radicalisé, débouche sur les divers génocides du siècle suivant. Progressivement, au cours de la seconde moitié du xxe siècle, de nouvelles approches de la prostitution se font jour, concrétisées en France par l’apport décisif d’A. Corbin. Signalons simplement la genèse de ce tournant historiographique majeur des années 1960-1970 qui passe de la démographie historique à l’histoire de l’enfant et de la vie familiale pour aller vers celle de la sexualité et déboucher finalement sur l’étude des Filles de noces. C’est dans cette optique, mise en place il y a un demi-siècle, que se situe le travail de M. Giraldou. Il vient apporter, après d’autres études sur d’autres espaces « coloniaux » ou « postcoloniaux », une vision de ce que pouvait être, dans la région urbaine de San José au Costa Rica à la fin du xixe siècle, « la misère sexuelle » étudiée par A. Corbin pour les populations parisiennes de la même époque.

6L’ouvrage s’organise selon une structure non seulement cohérente mais surtout pleinement justifiée. Il part d’un essai de définition de la prostitution à partir du constat de la pratique sociale : c’est ce que M. Giraldou nomme « une approche de la prostitution à l’épreuve des faits ». Il se prolonge ensuite par une reconstruction de la représentation des prostituées, renvoyant ainsi aux « représentations collectives » construites dans cette société urbaine. L’analyse débouche enfin sur une définition de la place de la prostitution à San José à travers le prisme du « contrôle social ». On l’aura compris : la thèse que défend M. Giraldou est bien que ce qui est appelé « prostitution » à San José au xixe siècle sert en réalité à l’État costaricien à justifier la mise en place de moyens de contrôles vis-à-vis des « classes dangereuses » de la cité dont il s’agit de se protéger.

7Cette démarche, suivie ici de manière rigoureuse, offre un tableau précis de la mise en place de la politique hygiéniste à San José dont nous ne disposions pas. La préoccupation pour le contrôle social y occupe une place centrale. Elle associe « chasse » aux prostituées et luttes contre tous les vagabondages : les unes et les autres sont également perçus comme autant de risques sociaux dont on cherche à se protéger par le biais de l’enfermement, la mise au travail et la moralisation sociale. Elle s’accompagne de préoccupations plus proprement hygiénistes de lutte contre tous les facteurs épidémiques qui menacent la population, alimentant une aspiration à l’assainissement urbain.

8L’analyse des représentations sociales de la prostituée met en évidence deux aspects complémentaires. Cela se traduit d’abord dans l’espace urbain dévolu aux prostituées par la mise en place d’une véritable ségrégation spatiale. La prostituée, fléau nécessaire mais contrôlé, se voit cantonnée dans un « milieu de vie » particulier, à vocation d’enfermement – prison, hôpital et zones « réservées » à l’écart de tout ce qui est « sain », et tout spécialement de la jeunesse. La prostituée est donc soit enfermée dans des espaces clos ou isolés, soit interdite dans l’espace public. C’est bien l’idée d’un apartheid social qui est mis en œuvre dans cette cité latino-américaine du xixe siècle. Cette première analyse spatiale, réellement originale et novatrice dans son contexte historiographique, est complétée d’une étude des discours sur les prostituées et sur la prostitution qui s’inscrit dans le droit fil des travaux d’A. Farge.

9L’analyse s’achève par un essai de définition de la prostitution, non plus à travers les discours ou les représentations mais bien en s’appuyant sur les pratiques ou les réalités sociales telles que l’historien peut les reconstituer. À San José, la prostituée est d’abord celle qui accumule les handicaps sociaux qu’on peut rapidement énumérer : enfance vécue dans la misère, au sein de familles éclatées débouchant sur une marginalisation précoce de femmes jeunes et seules, souvent prématurément chargées d’enfants et très majoritairement analphabètes. S’y ajoute la banalité des violences sexuelles dont elles sont les victimes sous la forme d’incestes ou de viols. En d’autres termes, et même si des nuances s’imposent tant il ne saurait y avoir de déterminisme absolu, la prostituée se construit dès l’enfance via des mécanismes d’exclusion – économiques, sociaux, culturels – aux effets dramatiquement cumulatifs. Contrevenant à la représentation de la femme « décente » étrangère à ces scandales que les élites sociales imposent alors comme modèle féminin exclusif, la prostituée s’enferme alors dans sa marginalité tant elle suscite à la fois hostilité et commisération moralisatrice. Le processus de marginalisation à l’œuvre dans cette cité centre-américaine de la fin du xixe siècle construit ainsi progressivement le statut de la prostituée quitte à regrouper, comme on le voit au fil de l’étude, des femmes aux situations effectivement plus variées qu’on aurait pu le penser de prime abord.

10L’ouvrage de M. Giraldou reconstruit les processus de marginalisation non plus à partir des seules caractéristiques propres aux femmes accusées de prostitution mais dans une perspective globale. Pour ce faire, l’auteur prend en compte les interactions entre les caractéristiques de ces femmes et les divers contextes – sociaux, politiques, économiques, culturels – auxquels elles se trouvent confrontées au quotidien. Ce faisant, la marginalité ici observée se transforme en un résultat du complexe jeu social à l’œuvre dans la San José du xixe siècle. La marginale ne se comprend que par l’étude des rapports entre l’individu et les normes sociales collectives. En ce sens, M. Giraldou déplace la focale de l’observation des caractéristiques, figées, d’un groupe social vers celle des mouvements et des rapports entre les différentes composantes sociales. Ce sont bien les multiples dynamiques qui influencent la stigmatisation d’un individu pour en faire un marginal qui sont ici prises en compte, sans privilégier l’une au détriment d’une autre, c’est-à-dire sans penser les facteurs économiques, sociaux ou sexuels comme prépondérants par rapport aux autres. C’est cette prise en compte de la diversité des divers rapports envisageables simultanément entre les individus, entre la marginalité et les normes sociales collectives, ou encore entre la société prise dans son ensemble et ceux qu’elle renvoie dans la marginalité qui est ici remarquablement mise en œuvre.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540