Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L’Ouest et les Amériques

 | 
Marie-Christine Michaud
, 
Éliane Elmaleh

L’Ouest, une perception dans les arts

Le Far West, Orient de l’Amérique

Mathieu Lacoue-Labarthe

Testo integrale

1Du fait de sa conquête, au xixe siècle, par des immigrés européens, l’Ouest des États-Unis est souvent perçu, après sa pacification, comme l’illustration des vertus de la civilisation occidentale, et le lieu de leur triomphe. Cette représentation ne doit pas faire oublier que l’Ouest et ses habitants ont longtemps été associés à l’Orient. Un certain nombre d’exemples en peinture, en littérature, et tout particulièrement dans le cinéma américain des xixe et xxe siècles attestent de cette association.

2Cette assimilation du Far West à l’Orient, dont les origines remontent à la découverte de l’Amérique par les Européens, à la fin du xve siècle, atteint son apogée au xixe siècle, avec le développement, en peinture et en littérature, du courant orientaliste ; elle tombe ensuite en sommeil avant d’être réactivée, au cinéma, par le western, de la fin des années 1940 au début des années 1960. Quels facteurs, réels ou imaginaires, contribuent à cette orientalisation du Far West, et quels en sont les principaux aspects ? En quoi et pour quels motifs le western s’inspire-t-il de ces représentations après 1945 ?

Far West et Orient : des convergences réelles ou imaginaires

3Le 12 octobre 1492, lorsque Christophe Colomb débarque sur l’une des îles des Bahamas, qu’il baptise San Salvador, il est persuadé d’avoir réalisé le rêve de nombreux explorateurs européens de découvrir un passage vers les Indes par l’Ouest. C’est donc tout naturellement qu’il assimile ses habitants à des Orientaux et les qualifie d’« Indiens ». Cette dernière pratique se perpétue bien après que le navigateur italien Amerigo Vespucci ait décelé l’erreur de Colomb et que le Nouveau Monde ait été, en son honneur, baptisé « America » par le cartographe allemand Martin Waldseemüller, en 1507. Tout au plus, les Européens prennent-ils parfois la peine de désigner ces Indigènes sous le nom d’« Indiens d’Amérique », afin de les distinguer des Indiens d’Asie. De la même manière, l’expression « Indes occidentales » (West Indies en anglais) figure-t-elle dans le nom de plusieurs compagnies européennes chargées du commerce avec l’Amérique aux xviie et xviiie siècles, telles que la Compagnie française des Indes occidentales créée par Colbert en 1664.

4La description des Indigènes par les explorateurs européens favorise aussi ce rapprochement. Dans son rapport de juillet 1524 au roi de France François ier, l’explorateur Giovanni da Verrazzano compare les Narragansetts d’Aquidneck Island, dans l’actuelle Rhode Island, aux peuples du Proche-Orient :

  • 1 Cité in Delanoë N. et Rostkowski J., Voix indiennes, voix américaines. Les deux visions de (...)

« Les femmes sont également bien faites et belles. Elles sont fort gracieuses, ont l’air agréable et l’aspect plaisant […]. Leurs têtes sont découvertes et ne sont ornées que de tresses formées par leurs cheveux qui pendent de part et d’autre de la poitrine. Quelques-unes sont cependant coiffées à la façon des femmes de l’Égypte et de la Syrie : ce sont celles qui ont atteint un certain âge et sont mariées. Hommes et femmes portent des pendants d’oreilles à la manière des Orientaux, notamment des lamelles de cuivre ciselé, métal que ce peuple met à plus haut prix que l’or1. »

  • 2 Twain M., The Innocents Abroad, Knoxville, Wordsworth Classics, 2010 (1869), p. 334 (...)
  • 3 Twain M., The Innocents Abroad, ibid., p. 336.

5La découverte de l’Ouest américain entretient ensuite cette idée : les pionniers comparent naturellement cette zone rocheuse, aride et très peu peuplée des États-Unis aux déserts du Maghreb, du Proche- et du Moyen-Orient. Mark Twain, en particulier, évoque dans The Innocents Abroad (1869) les « cactus géants2 » entourant les hameaux syriens perchés au sommet des collines, et le plaisir d’observer un paysage de Palestine « à travers le cadre pittoresque d’une arche rocheuse déchiquetée et en ruine de l’époque du Christ3 ». L’approvisionnement en eau, dont la gestion est confiée aux femmes, est un problème crucial aussi bien dans l’Ouest des États-Unis qu’en Orient. Le tableau du peintre orientaliste américain Edwin Lord Weeks, By the River at Ahmedabad, India, décrit un groupe de femmes allant chercher de l’eau à l’aide de cruches qu’elles portent sur leurs têtes. Les deux Zuni Girls at the River photographiées en 1903 par Edward S. Curtis utilisent la même méthode, et la façon dont elles portent leurs couvertures, qui ne laissent voir que l’ovale de leur visage, conviendrait parfaitement à des femmes musulmanes.

6Faiblement peuplées, les contrées orientales sont presque exclusivement traversées par des caravanes. Une œuvre du peintre Frederick Arthur Bridgman, intitulée The Caravan, illustre l’intérêt des Américains pour ce mode de transport. Caravan en Route, le titre du tableau réalisé vers 1850 par Alfred Jacob Miller, dresse un parallèle entre les convois d’immigrants américains et ceux des chameliers orientaux. À force d’en entendre parler et de les voir en peinture, certains Américains songent à introduire des chameaux dans l’Ouest. Sous l’impulsion de Jefferson Davis, secrétaire d’État à la Guerre et futur président de la Confédération, l’armée des États-Unis achète plus de 70 animaux sur la côte nord-africaine, entre la Tunisie et l’Égypte, en 1855-1856. Ces chameaux sont utilisés par le lieutenant Edward F. Beale au cours de diverses expéditions dans le Sud-Ouest américain. L’une d’elles aboutit à l’ouverture d’une piste entre Fort Defiance, au Nouveau-Mexique, et le fleuve Colorado, à la frontière de l’Arizona et de la Californie. Les chameaux se révèlent encore plus pratiques que les mules, mais ils font peur aux chevaux et aux mules, et la guerre civile met fin à cette expérimentation. Des chameaux retournés à l’état sauvage sont alors aperçus et parfois capturés jusqu’aux années 1940.

7Tout en achetant des chameaux, l’armée américaine recrute des chameliers. Hadji Ali, leur chef d’origine jordanienne, est rebaptisé « Hi Jolly » aux États-Unis où une chanson éponyme, composée en 1963 par Randy Sparks, célèbre ses exploits. L’État de l’Arizona érige en 1935 un monument funéraire en son honneur à Quartzsite où il est mort en 1902. En forme de pyramide, il est surmonté d’une statue en pierre représentant un chameau.

8Plusieurs westerns conservent une trace de cette expérience. Southwest Passage (1954), de Ray Nazarro, retrace l’une des expéditions de Beale et de Hi Jolly. Les chameliers portent des vêtements orientaux et font ensemble la prière en s’agenouillant en direction de La Mecque sous le regard du héros. Leurs animaux réapparaissent dans Ride the High Country (1962), de Sam Peckinpah, qui débute par une course entre un dromadaire et des chevaux dans la rue principale de Hornitos. One Little Indian (1973), de Bernard McEveety, rend un dernier hommage au « vaisseau du désert » : perdus par le détachement de cavalerie qui en avait la charge, Rosie et son chamelon Thirsty font la joie du héros et de son jeune protégé et deviennent presque des personnages à part entière de cette production des studios Disney.

9Davantage encore que ses paysages et sa faune, ce sont ses autochtones qui rapprochent l’Ouest américain de l’Orient. Aux yeux des pionniers blancs, les Indiens possèdent en effet de nombreux traits communs avec les peuplades orientales. Envoyé en 1965 en Asie du Sud-Est, le jeune Marine blackfeet Woody Kipp s’étonne lui-même de cette proximité :

  • 4 Kipp W., Viet Cong at Wounded Knee. The Trail of a Blackfeet Activist, Lincoln, University (...)

« Comme de nombreux autres Indiens au Vietnam, j’ai été surpris par notre ressemblance avec les Vietnamiens – peau brune, cheveux noirs. Ma mère biologique avait des traits orientaux ; son surnom dans la réserve blackfeet était Shanghai, et j’avais hérité de ses yeux bridés. Les Vietnamiens me dévisageaient, se demandant par quel miracle je leur ressemblais tant, en plus grand4. »

  • 5 Twain M., The Innocents Abroad, op. cit., p. 39.

10À l’instar des Orientaux, les Indiens se regroupent en tribus, mènent une vie nomade et logent dans des tentes. On observe clairement celles-ci à l’arrière-plan de An Arab Encampment, de Frederick Arthur Bridgman, et de Indian Hunter’s Return (1900), de Charles M. Russell. Dans ces représentations, les Indiens pratiquent la polygamie et ravissent des femmes blanches, ce qui donne naissance à un genre spécifique de la littérature américaine, le récit de captivité, inauguré en 1682 par Mary Rowlandson. Ils se rapprochent ainsi des Marocains qui, selon Twain, avaient l’habitude d’attaquer les villages espagnols et de « ravir toutes les jolies femmes qu’ils pouvaient trouver5 ». Les Indiens sont aussi décrits comme portant des vêtements aux couleurs vives et attirés par les métaux précieux (or, argent) et plus largement par tout ce qui brille, à l’image du cuivre. Si leur grande maîtrise du cheval est saluée, dès le xviiie siècle, par certains observateurs, les Indiens sont également supposés faire preuve d’un caractère cruel et belliqueux, d’un sens de l’honneur et d’un goût de la vengeance exacerbés.

  • 6 Voir Huhndorf S., Going Native: Indians in the American Cultural Imagination, Ithaca, Corne (...)
  • 7 Couverture visible dans Woodworth-Ney L., Women in the American West, Santa Barbara, ABC-CL (...)
  • 8 Affiche visible dans le cahier photographique central de Portes J., Buffalo Bill, Paris, Fa (...)

11L’exposition universelle organisée en 1893 à Chicago, qui accueille 27 millions de visiteurs, associe donc très naturellement les Indiens aux Orientaux. White City, la partie de l’exposition consacrée au monde « civilisé », est séparée des bâtiments destinés aux Indiens et aux peuples colonisés, réunis à Midway Plaisance. La cabane devant laquelle Sitting Bull a trouvé la mort en décembre 1890 y côtoie la reconstitution d’un palais marocain, d’un village turc et d’une rue du Caire. C’est dans le cadre de cette attraction que la danse du ventre est introduite aux États-Unis par la Syrienne Fahreda Mazar Spyropoulos, avec un grand succès6. William F. Cody profite de l’engouement suscité par l’exposition pour donner des représentations de son Wild West Show à Chicago. Selon son habitude, il associe Indiens et Orientaux, comme le montre la couverture de son programme de 1896 où les représentants de ces deux groupes chevauchent côte à côte7. Son principal concurrent, le Pawnee Bill’s Historic Wild West, agit de même : sa célèbre affiche de 1904, centrée sur la figure de Geronimo, place celle-ci aux côtés de l’Arabe Mulambark et du bédouin Bashas8. Le western, qui rend régulièrement hommage à ce type de spectacle jusqu’au milieu des années 1950, souligne également ce point : le programme du Wild West Show lu par la reine Victoria dans Annie Get Your Gun (1950) de George Sidney, associe les « cavaliers syriens et arabes » aux cow-boys et aux Indiens.

Les Indiens et les Orientaux

  • 9 Twain M., The Innocents Abroad, op. cit., p. 63.

12Certains écrivains américains approfondissent la comparaison. Mark Twain se distingue dans The Innocents Abroad par son racisme virulent à l’encontre des Turcs et des Arabes de Syrie et de Palestine, qualifiés de « grands enfants » et régulièrement associés aux Indiens. Selon Twain, Turcs, Arabes et Indiens vivent hors du temps, entourés d’une multitude de chiens qu’ils mangent à l’occasion. Leur paresse les empêche de cultiver la terre. Ils sont sales, sentent mauvais et arborent de nombreuses cicatrices. Miséreux, superstitieux et analphabètes, Indiens et Orientaux sont dirigés par des princes autoritaires et peu soucieux de leur intérêt. Abdülaziz, le Sultan ottoman de 1861 à 1876, est ainsi décrit par Twain comme « le représentant d’un peuple par nature et formation crasseux, brutal, ignorant, rétrograde, superstitieux – et d’un gouvernement dont les Trois Grâces sont Tyrannie, Rapacité, Sang9 ». Indiens et Orientaux constituent donc une sorte d’antithèse de la population blanche des États-Unis, gouvernée de manière démocratique et encore plus instruite, selon l’écrivain, que celle du Vieux Continent.

13Leurs femmes indiennes et orientales possèdent, selon Twain, quelques points communs supplémentaires. Elles portent leur bébé dans le dos, à l’image de deux femmes de The Caravan et de la Crow photographiée par Curtis en 1908, et elles masquent en partie leur visage, mais ne font guère d’effort pour dissimuler le reste de leur corps, ce que Twain ne manque bien sûr pas de déplorer. Si les visages de Woman with a Veil (n.c.), d’Edwin Lord Weeks, et de A Hesquiat Woman (1916), de Curtis, sont bien dissimulés, le reste de l’observation de Twain reflète sans doute au moins autant les fantasmes occidentaux que la réalité.

14L’écrivain ne manque en tout cas pas une occasion de rapprocher Indiens et Orientaux, surtout si c’est pour les dénigrer. Évoquant un groupe d’Arabes syriens entourant son campement au réveil, il écrit :

  • 10 Ibid, p. 303.

« Certains hommes étaient grands et robustes […] mais tous les femmes et enfants avaient l’air fatigué et triste, et torturé par la faim. Ils me rappelaient beaucoup les Indiens, ces gens-là. Ils n’avaient que peu d’habits, mais ceux qu’ils avaient étaient de caractère fantasque et arrangés de manière improbable […]. Ils se tenaient assis en silence, et avec une patience inépuisable épiaient chacun de nos mouvements avec cette impolitesse exécrable et dépourvue de plainte tellement caractéristique des Indiens, et qui rend un homme blanc si nerveux, mal à l’aise et sauvage qu’il veut exterminer la tribu tout entière10. »

15Un peu plus loin, il ajoute :

  • 11 Ibid.

« Ces gens autour de nous avaient d’autres particularités que j’ai aussi observées chez le noble peau-rouge : ils étaient infestés de vermine, et la poussière s’était accumulée sur eux jusqu’à former une écorce11. »

16Avec un jugement aussi négatif, il n’est guère étonnant que Twain et ses amis se permettent de piller ruines et sépultures arabes au cours de leur périple, comme ils le font avec les vestiges indiens aux États-Unis.

17Si de nombreux Américains vouent le même mépris aux Indiens et aux Orientaux, Washington Irving adopte un point de vue opposé. Dans Astoria (1836), il loue certaines de leurs qualités et les oppose même aux défauts des Blancs :

  • 12 Irving W., Astoria, or, Anecdotes of an Enterprise beyond the Rocky Mountains, Whitefish, K (...)

« L’Indien à l’état naturel, celui qui n’a pas beaucoup fréquenté de Blancs ni adopté leurs habitudes sordides, partage avec l’Arabe le sens de l’hospitalité : il offre toujours à manger à l’hôte étranger ; et la nourriture ainsi offerte ne fait jamais l’objet de marchandages12. »

18Irving évoque également leur passion pour le cheval :

  • 13 Ibid., p. 151.

« Il est vrai que la fortune d’un Indien des plaines se mesure au nombre de chevaux qu’il possède : celui-ci partage avec l’Arabe sa passion pour ce noble animal et son habileté à le dresser13. »

19En dépit de leurs divergences, Irving et Twain possèdent une attirance commune pour l’Europe : Irving y séjourne de 1815 à 1832, puis de 1842 à 1846, et rédige à cette occasion plusieurs ouvrages sur l’Espagne maure. Twain s’arrête dans différents pays européens avant d’atteindre la Terre Sainte, en 1867, puis il retourne sur le Vieux Continent en 1878-1879, et s’y installe avec sa famille entre 1891 et 1900. Entre deux séjours outre-Atlantique, les deux écrivains se tiennent informés de l’évolution de la littérature européenne, et en particulier française. Celle-ci est très marquée par l’orientalisme à cette époque, avec des œuvres telles que Les Orientales (1829) de Victor Hugo, et Voyage en Orient (1835) d’Alphonse de Lamartine ; le fait que l’Orient soit à la mode favorise bien sûr l’identification de l’Ouest américain et de ses habitants à cette partie du monde.

20L’influence française ne se limite pas à la littérature ; elle s’étend au mobilier, à la porcelaine et surtout à la peinture du Nouveau Monde. Or la peinture française est aussi très marquée par l’orientalisme, avec des artistes tels qu’Ingres et Delacroix. Le fait que certains peintres américains soient originaires d’Europe favorise la diffusion de l’orientalisme aux États-Unis. C’est le cas de James Fairman (1826-1904), d’origine suédoise, et de Henry Siddons Mowbray (1858-1928), né en Égypte de parents anglais ; ils s’illustrent tous deux dans le style orientaliste avec des œuvres telles que View of Jerusalem et Harem Scene.

21À défaut d’y être nés, certains peintres américains séjournent en Europe. Frederic Edwin Church (1826-1900) y voyage en 1867-1869, et William Merritt Chase (1849-1916) s’y rend à plusieurs reprises à partir des années 1870. Deux de leurs œuvres, El Khasne, Petra (1874) et The Moorish Warrior (1876), les rattachent clairement au courant orientaliste. Frederick Arthur Bridgman et Edwin Lord Weeks, nous l’avons vu, en font aussi partie. À l’instar d’autres peintres américains, ils sont tellement attirés par l’Europe qu’ils finissent par s’y installer définitivement. Originaire de Tuskegee, dans l’Alabama, Bridgman (1847-1928) s’établit en France en 1866 et meurt à Rouen. Né à Boston, Weeks (1849-1903) imite son aîné en 1872 et s’éteint à Paris.

22La foi conduit également certains Américains à assimiler le Far West à l’Orient. Bien plus que d’autres formes de colonisation, celle qui aboutit à la création des États-Unis est d’inspiration religieuse. Dans l’esprit des puritains, chassés d’Angleterre en raison de leur hostilité à la religion anglicane, il ne s’agit pas seulement d’évangéliser les Indigènes, mais aussi d’être en mesure de vivre sa foi en toute liberté, à l’abri des persécutions, et d’obtenir le salut en permettant la réalisation des prophéties bibliques. La ressemblance entre les paysages rocheux et désertiques du Far West et ceux de la Bible encourage certains groupes, tels que les Mormons, victimes eux aussi de persécutions, à s’y établir. Et c’est donc tout naturellement que divers lieux de l’Ouest américain reçoivent des noms orientaux. Installés dans la région en 1858, les Mormons baptisent le canyon situé au cœur du futur Zion National Park du nom de l’une des collines de Jérusalem, et le géologiste américain Clarence Dutton (1841-1912) fait preuve d’ œcuménisme en associant aux formations rocheuses du Grand Canyon les noms de divinités telles que Ra, Osiris, Set, Isis, Shiva, Buddha, Zoroastre, Brahma et Confucius. Les lieux baptisés « amphithéâtre hindou » et « pyramide de Chéops » illustrent également son goût pour l’Orient.

23Genre cinématographique particulièrement puritain, surtout dans les années 1930 et 1950, le western assimile souvent la conquête de l’Ouest à celle de la Terre Promise. La région du Grand Lac Salé se substitue à l’Orient biblique pour les Mormons de Brigham Young, de même que la vallée de la San Juan pour ceux de Wagon Master. Même les hors-la-loi associent le Far West aux paysages et au message bibliques. Après avoir attaqué la banque de Welcome, en Arizona, le héros du Three Godfathers (1948) de John Ford se rachète en lisant la Bible, filmée en gros plan, et en transportant un bébé orphelin jusqu’à la ville de New Jerusalem.

24Les Indiens sont également associés à cette quête religieuse. Nombre d’auteurs des xviiie et xixe siècles affirment en effet que les autochtones, descendants des Hébreux, sont l’une des dix tribus perdues d’Israël, disparues après la destruction de leur royaume par les Assyriens en 722 av. J.-C. James Adair, colon d’origine irlandaise, est le premier à le faire dans The History of the American Indians, Particularly Those Nations adjoining to the Mississippi, East and West Florida, Georgia, South and North Carolina, and Virginia (1775). Président du Congrès continental (1782-1783), puis de l’American Bible Society (1816-1821), dont il est l’un des fondateurs, Elias Boudinot reprend cette idée dans A Star in the West, or A Humble Attempt to Discover the Long Lost Ten Tribes of Israel Preparatory to Their Return to Their Beloved City, Jerusalem (1816). Ethan Smith, pasteur protestant de Nouvelle-Angleterre, le soutient à son tour dans View of the Hebrews (1823), dont Joseph Smith, fondateur de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, s’est sans doute inspiré pour écrire The Book of Mormon (1830), qui reprend cette thèse. Mordecai Noah, célèbre dramaturge juif américain, lui apporte sa caution dans son Discourse on the Evidences of the American Indians being the Descendants of the Lost Tribes of Israel (1837).

25Le peintre George Catlin décrit, pour sa part, de prétendues similitudes entre les coutumes indiennes et celles des Hébreux. Évoquant la coiffe de plumes à cornes de bison en usage dans certains tribus, il écrit notamment :

  • 14 Catlin G., Les Indiens d’Amérique du Nord, Paris, Albin Michel, 1992 (1844), p. 130

« Ceci, lecteur, est un exemple remarquable et semblable à des centaines d’autres, de la correspondance existant avec les coutumes juives, avec les kerns (ou keren en hébreu), cornes portées par les chefs abyssins et les Hébreux comme les symboles de puissance et de commandement dans les cérémonies importantes et lors des célébrations victorieuses14. »

26L’artiste précise en conclusion sa vision des liens entre Juifs et Indiens :

  • 15 Ibid., p. 505.

« Je suis convaincu, comme […] de nombreuses autres personnes, que les Indiens d’Amérique du Nord […] ont du sang juif dans les veines […]. Si j’ajoute nombre de leurs coutumes qui me semblent, à moi, singulièrement juives, à ces caractéristiques physiques, je me vois contraint de penser que certaines de ces tribus anciennes, dispersées par les chrétiens de tant de manières et en tant de lieux différents, ont trouvé leur chemin jusqu’à cet endroit. Elles […] ont contracté des mariages inter-sanguins avec les Indiens, jusqu’à ce que leur identité eût été engloutie et perdue en raison du nombre supérieur de ces nouveaux voisins, à l’exception toutefois de ce caractère hardi et décidé qu’ils ont légué aux races locales, ainsi que de celles de leurs coutumes qu’il a plu aux Indiens d’adopter et qu’ils ont préservées à ce jour15. »

27Même si ce passage prête aujourd’hui à sourire, quelques points rapprochent en effet Indiens et Orientaux : le fait, pour les femmes, de se couvrir en partie le visage, que le western traduit en faisant porter à ses Indiennes une couverture, un fichu ou un châle qui masque l’essentiel de sa chevelure. Teal Eye, la princesse blackfeet de The Big Sky (1952), de Howard Hawks, est celle qui dissimule le plus son visage avec l’épouse indienne de McIntosh, l’éclaireur d’Ulzana’s Raid (1972), de Robert Aldrich.

28Un autre phénomène observé par les peintres du xixe siècle est le pouvoir divin accordé aux serpents par les Indiens et les Orientaux. The Snake Charmers, Bombay (n.c.), d’Edwin Lord Weeks, met en scène un charmeur de serpent hindou et son assistant. Le mur aux cobras de la nécropole de Saqqarah, qui date de 2600 avant J.-C., reflète l’importance de cet animal dans la religion égyptienne antique ; on le retrouve, prêt à frapper, sur le pschent porté par les pharaons, où il symbolise Ouadjet, la déesse protectrice de la Basse-Égypte, et le dieu Apophis possède un corps de reptile. The Moqui Prayer for Rain (1895-1896), bronze de Hermon Atkins MacNeil réalisé d’après ses propres observations, illustre le rôle attribué aux serpents par les Hopis. Chaque année, sur la mesa d’Oraibi, en Arizona, cette tribu organise une danse du serpent, censée apporter la pluie. À la fin de celle-ci, des participants courent vers la plaine, les bras chargés de serpents, dans l’espoir que ceux-ci transmettent leur demande aux esprits souterrains.

29Le western rend à son tour hommage à cet intérêt des Indiens pour les serpents. Cresta, l’Indienne d’adoption du Soldier Blue (1970) de Ralph Nelson, en sert à Honus, blessé, et celui-ci se réjouit d’en manger tant qu’il ignore ce dont il s’agit. Le héros métis de Chato’s Land (1971), de Michael Winner, abat un serpent à sonnettes d’un coup de couteau, en mange la chair et en confie la peau à son fils, avant d’en lancer un autre à la figure d’Elias Hooker ; le reptile détourne l’attention de son adversaire, qu’il élimine d’un coup de fusil.

Western et orientalisme

30À l’image de The Big Sky, certains westerns s’inscrivent dans le droit fil des représentations du xixe siècle. Ils le font surtout de la fin des années 1940 au début des années 1960, c’est-à-dire, pour l’essentiel, pendant la période du maccarthysme aux États-Unis. Un seul trait associant les Indiens à l’Orient remonte au début des années 1930 : chaque apparition des Indiens à l’écran est saluée par une musique au rythme saccadé et aux accents orientaux. Celle-ci est particulièrement énergique au début de River of No Return (1954), d’Otto Preminger, lorsque deux Indiens à cheval surgissent au sommet de la colline surplombant le ranch de Matt Calder. Ce type de musique est tellement associé aux Indiens qu’il retentit parfois en leur absence, en guise de métaphore, pour signaler une récente intervention de leur part. C’est le cas, juste après le générique de War Arrow (1953), de George Sherman, lorsque le cheval du sergent Wilks passe à proximité d’une flèche plantée dans le sol. À partir de la seconde moitié des années 1960, cette musique est surtout utilisée à des fins parodiques. En accentuant ses effets, les cinéastes souhaitent attirer l’attention du public sur certains clichés du genre. Le générique du Big Jake (1971) de George Sherman voit défiler une série de photographies de l’époque à laquelle est censé se dérouler le film. Celle de Geronimo agenouillé, un fusil à la main, prise en 1887 par Ben Wittick, provoque l’apparition immédiate des accents orientaux.

31En dehors de la musique, l’orientalisation du western concerne presque exclusivement les Indiennes. Celles-ci sont peintes au xixe siècle à la manière des odalisques : Kee-oh-mee (1896) de Charles M. Russell, est une jeune femme sensuelle allongée devant une peau peinte qui s’évente à l’aide d’une plume en attendant l’arrivée d’un visiteur. Les Indiennes de western adoptent aussi des postures lascives. Allongées sur le dos, le buste légèrement redressé, elles s’offrent au désir de leur futur compagnon. Onadi, l’héroïne du Mohawk (1955) de Kurt Neumann, se laisse ainsi embrasser par Jonathan Adams sur la rive d’un cours d’eau, et Onahti cède aux avances de Johnny Hawks, le héros de The Indian Fighter (1955) d’André De Toth.

32Afin de rehausser leur beauté, Indiennes et métisses ornent parfois leurs cheveux d’une fleur, à la manière des femmes d’Océanie et d’Asie du Sud-Est. La jeune Cheyenne Dawn Starlight espère ainsi séduire le héros éponyme du Buffalo Bill (1944) de William A. Wellman. Chihuahua agit de même dans My Darling Clementine (1946) de John Ford, à l’intention de Doc Holliday. Les Indiennes portent également de nombreux bijoux. L’épouse comanche de Matt Devereaux, le personnage principal de Broken Lance (1954), d’Edward Dmytryk, est l’une des plus coquettes, avec ses boucles d’oreille, ses deux colliers, son bracelet à chaque poignet, et sa grosse bague en turquoise.

33Une autre manière d’attirer les hommes est de pratiquer la danse du ventre. Même les Blanches le font parfois, dans le cadre d’une fête foraine, avec la tenue et la musique adéquates. Keno, l’un des mercenaires de Guns of the Magnificent Seven (1968) de Paul Wendkos, admire la jolie brune qui se livre à cette activité avant d’apercevoir, quelques mètres plus loin, un Blanc coiffé d’un fez qui crache du feu. Mais les Indiennes n’attendent pas la fin des années 1960 pour s’illustrer dans ce domaine. Le numéro exécuté par la mère de Pearl au début de Duel in the Sun (1946), de King Vidor, s’apparente fort à une danse orientale ; à défaut de s’en inspirer vraiment, Wanda, dans Rose Marie (1954), de Mervyn LeRoy, porte une tenue appropriée.

34L’association entre Indiens et danse orientale vient aussi des charlatans qui se déplacent d’une ville à l’autre afin de vendre leur élixir. Dans Paradise Canyon (1935), de Carl Pierson, le docteur Carter vend ainsi un faux remède indien, dont il fait la publicité sur les parois de son véhicule, et attire la clientèle avec le spectacle de danse orientale de sa fille Linda, rebaptisée princesse Natasha pour les besoins de la cause.

35Les Indiennes et métisses peu douées pour la danse peuvent toujours réveiller l’attention du public en se baignant dans le plus simple appareil, à l’image de l’Indienne de The Last Hunt (1956), de Richard Brooks. La vue de son dos nu est, pour l’époque, d’une grande puissance érotique ; celle du dos d’Onahti, filmé de plus près au début de The Indian Fighter, est au moins aussi troublante. Le western s’inspire encore ici de la peinture orientaliste américaine du xixe siècle. Woman’s Bathing Place i Oodeypore, India (1895) de Weeks, décrit le bain pris par plusieurs jeunes femmes plus ou moins dénudées au bord d’un cours d’eau qui pourrait bien être le Gange. Une quarantaine d’années plus tôt, Alfred Jacob Miller peignait déjà les jeux aquatiques d’un groupe d’Indiennes dans Scene on the River « Eau-Sucre ».

36Across the Wide Missouri (1951), de William A. Wellman, semble aussi faire référence à l’Orient avec cette scène de complicité féminine lors de la préparation du mariage de Kamiah avec Flint Mitchell. La princesse blackfeet attache sa robe dans une hutte en compagnie de deux Indiennes dont l’une lui coiffe les cheveux tandis que l’autre, plus âgée, prépare la couche nuptiale. Le joyeux babillage des trois femmes en langue indienne non sous-titrée fait penser aux représentations de harem ou de gynécée.

37La présentation de Sonseeahray, dans Broken Arrow (1950), de Delmer Daves, nous renvoie, elle, à l’art byzantin. À la nuit tombée, Cochise et Jeffords découvrent la jeune Apache, accompagnée d’une matrone, au fond d’un wickiup dont l’ouverture est arrondie dans sa partie supérieure et l’intérieur est éclairé d’une douce lumière dorée. Sonseeahray porte en outre une coiffe circulaire qui forme une sorte d’auréole comparable à celle des personnages représentés sur les icônes orthodoxes.

38À l’image de Sonseeahray au cours de cette scène, les Indiennes prédisent parfois l’avenir et démontrent ainsi leurs pouvoirs magiques. Dans Santa Fe Trail (1940), de Michael Curtiz, après avoir gratté le sable avec un bout de bois, une vieille Indienne annonce aux brillants officiers venus la consulter qu’ils vont s’affronter au cours de la guerre civile. Les jeunes militaires, qui n’en croient pas un mot, se moquent d’elle, mais la suite du film lui donne raison.

39Charmeuse, lorsqu’elle pratique la danse du ventre, la jeune Indienne ou métisse peut aussi se transformer en agresseur, avec à chaque fois une mise en scène qui accentue son aspect oriental et fait d’elle, en pleine guerre froide, la femme au couteau entre les dents. La traîtresse Nita tente vainement d’assassiner Bannon, l’éclaireur d’Arrowhead (1953), de Charles Marquis Warren. Seize ans plus tard, l’Apache Hesh-Ke échoue également près du but, dans Mackenna’s Gold, de Jack Lee Thompson ; la seule différence étant que sa victime est cette fois-ci une femme.

40Prompte à manier le couteau, les Indiens retournent parfois l’arme contre eux-mêmes. Réalisant que le combat est perdu, le chef comanche Tavibo tombe exprès en arrière sur celle-ci à la fin de Ride Ranger Ride (1936) de Joseph Kane. Après avoir échoué à tuer Bannon dans Arrowhead, Nita plante au contraire son couteau contre son ventre. Ces gestes désespérés nous font penser au hara-kiri japonais et à ces dirigeants orientaux qui se suicident, dans l’Antiquité, le plus souvent après une défaite militaire, à l’image de Démosthène, d’Hannibal et de Cléopâtre.

41L’association des Indiens à l’Orient est d’autant plus facile à faire, pour le public, que les acteurs et actrices interprétant des rôles d’Indiens jouent aussi fréquemment, dans les années 1950 et une partie de la décennie suivante, des Orientaux. Susan Cabot incarne en 1952 la Perse Tala, dans Son of Ali Baba, de Kurt Neumann, et l’épouse de Cochise, dans The Battle at Apache Pass, de George Sherman. Six ans plus tard, Kathlyn Grant joue la jeune métisse de Gunman’s Walk et la princesse Parisa, dans The 7th Voyage of Sinbad, de Nathan Juran. Les acteurs ne dérogent pas à la règle : après avoir joué le méchant de Road to Morocco (1942) de David Butler, Anthony Quinn incarne le chef cheyenne de Buffalo Bill. Jeff Chandler affectionne également les rôles de chef : il dirige successivement les bédouins de Flame of Araby (1951), de Charles Lamont, et les Apaches de Taza, Son of Cochise (1953) de Douglas Sirk.

42L’origine étrangère de certains acteurs interprétant des rôles d’Indiens renforce l’exotisme de leurs personnages auprès du public américain. À partir de The Plainsman (1936), de Cecil B. DeMille, Anthony Quinn, d’origine mexicaine et irlandaise, profite de ses traits métissés pour obtenir certains de ces rôles. Mais le phénomène concerne surtout les femmes : Marisa Pavan, l’interprète de Toby, la jeune Modoc de Drum Beat, réalisé en 1954 par Delmer Daves, est italienne, tout comme Elsa Martinelli, qui prête ses traits à l’héroïne de The Indian Fighter. L’Espagnole Sara Montiel contribue également à donner du charme au personnage de Yellow Moccasin dans Run of the Arrow (1957), de Samuel Fuller. On cesse d’observer ce type d’actrice dans des rôles d’Indiennes à partir de la fin des années 1960 : la Franco-dominicaine Tina Aumont, qui joue la jeune Indienne de Texas Across the River (1966) de Michael Gordon, et la Grecque Corinna Tsopei, second rôle féminin de A Man Called Horse (1969), d’Elliot Silverstein, en sont les dernières représentantes.

43Très influent au xixe siècle dans la peinture et la littérature occidentales, l’orientalisme ne ressurgit que brièvement, et de manière plus allusive, dans le western, de la fin des années 1940 au début des années 1960. Cette période correspond en effet, sur le plan politique, à celle du maccarthysme, époque de forte tension et de suspicion généralisée dont les Américains tentent de s’abstraire en fréquentant les salles obscures et en y privilégiant des genres cinématographiques très typés, manichéens et faciles d’accès. On sait en effet que la part du film de guerre, du péplum et du western, qui atteint son apogée au début des années 1950, augmente dans la production hollywoodienne de cette période. Rapprocher les Indiens des Orientaux, c’est, pour les studios, une manière de répondre au sentiment de fascination/répulsion que les Américains éprouvent face au communisme ; c’est aussi créer un lien, dans l’esprit du public, entre le western et le péplum, autre genre à son apogée à cette époque, avec les mêmes acteurs et souvent les mêmes réalisateurs et scénaristes.

44Les années 1950 sont également celles de l’émergence du western pro-indien. Faire de l’Indienne une Orientale justifie le désir transgressif du héros blanc pour celle-ci, alors que la miscegenation, l’union de deux personnes d’origines ethniques distinctes, reste interdite au cinéma, et dans de nombreux États américains. Cela peut aussi contribuer à rassurer le public, conscient que cette princesse n’a en réalité rien d’indien. Elle diffère d’ailleurs profondément, par son apparence physique et ses vêtements, des autres personnages féminins concernés, dont certains sont joués par de vraies Indiennes.

45On comprend ainsi mieux que cette vague d’orientalisme ne dure qu’une bonne dizaine d’années : une fois le maccarthysme passé, et l’amélioration de l’image des Indiens admise par le plus grand nombre, ce procédé perd de son intérêt. L’impact croissant de la guerre du Vietnam sur la société américaine, à partir du milieu des années 1960, contribue à l’apparition d’un nouveau type féminin, au sein du western, avec la disparition de l’Orientale au profit de l’Asiatique.

Note

1 Cité in Delanoë N. et Rostkowski J., Voix indiennes, voix américaines. Les deux visions de la Conquête du Nouveau Monde, Paris, Albin Michel, 2003, p. 31.

2 Twain M., The Innocents Abroad, Knoxville, Wordsworth Classics, 2010 (1869), p. 334. Toutes les traductions sont de l’auteur.

3 Twain M., The Innocents Abroad, ibid., p. 336.

4 Kipp W., Viet Cong at Wounded Knee. The Trail of a Blackfeet Activist, Lincoln, University of Nebraska Press, 2004, p. 35-36.

5 Twain M., The Innocents Abroad, op. cit., p. 39.

6 Voir Huhndorf S., Going Native: Indians in the American Cultural Imagination, Ithaca, Cornell University Press, 2001, p. 42-48.

7 Couverture visible dans Woodworth-Ney L., Women in the American West, Santa Barbara, ABC-CLIO, 2008, p. 3.

8 Affiche visible dans le cahier photographique central de Portes J., Buffalo Bill, Paris, Fayard, 2002.

9 Twain M., The Innocents Abroad, op. cit., p. 63.

10 Ibid, p. 303.

11 Ibid.

12 Irving W., Astoria, or, Anecdotes of an Enterprise beyond the Rocky Mountains, Whitefish, Kessinger Publishing, 2004 (1836), p. 155.

13 Ibid., p. 151.

14 Catlin G., Les Indiens d’Amérique du Nord, Paris, Albin Michel, 1992 (1844), p. 130.

15 Ibid., p. 505.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site