Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest et les Amériques

 | 
Marie-Christine Michaud
, 
Éliane Elmaleh

L’Ouest, une perception dans les arts

Quand l’art de l’Ouest s’expose : étude comparée de The West as America et Discovered Lands, Invented Pasts

Nathalie Massip

Texte intégral

  • 1 Les termes « révisionnisme » et « révisionniste » sont ici employés dans le sens de « processus nat (...)

1À l’occasion du cinq-centième anniversaire de la découverte des Amériques, le Musée national d’art américain (National Museum of American Art) organisa, en 1991, une exposition intitulée The West as America. Les œuvres exposées (toiles, sculptures, photographies, entre autres) étaient essentiellement de grands classiques de l’art américain portant sur l’expansion territoriale, la construction de l’Ouest et, à travers elle, de la nation. Le sous-titre de l’exposition, Reinterpreting Images of the Frontier, 1820-1920, mettait en exergue les intentions des organisateurs d’offrir une relecture de ces œuvres devenues canoniques. En dépit de cette indication, l’exposition suscita la colère des visiteurs, choqués par les interprétations révisionnistes1 qui leur étaient imposées. L’indignation fit grand bruit, les principaux journaux nationaux publiant quelques-uns des très nombreux commentaires laissés par les visiteurs sur des livres d’or mis à leur disposition. Le débat prit une nouvelle dimension lorsque des membres du Congrès s’en mêlèrent ; cette intervention du politique dans un contexte de « guerres culturelles », associée aux réactions disproportionnées d’un certain nombre de visiteurs et commentateurs, atteste de la place centrale de l’Ouest dans l’inconscient collectif américain.

2Pourtant, en dépit de cet attachement viscéral d’une partie de la population à l’image d’un Ouest mythique, une autre exposition, Discovered Lands, Invented Pasts, partageant les mêmes ambitions que The West as America et organisée un an plus tard seulement, ne connut pas le même sort. Présentée, tout d’abord, au Buffalo Bill Historical Center à Cody (Wyoming), puis à la galerie d’art de Yale (Yale University Art Gallery, Connecticut) et, enfin, au Gilcrease Museum de Tulsa (Oklahoma), elle est passée relativement inaperçue, ne suscitant ni polémique ni bataille politique.

3Cet article se propose de faire une étude comparée de ces deux expositions, d’analyser les objectifs des organisateurs et les réactions qu’elles ont suscitées, leurs mises en œuvre respectives, et de fournir quelques pistes et hypothèses afin de mieux comprendre une telle différence de réception.

Deux expositions, un même objectif

4Le 14 mars 1991 est inaugurée The West as America au National Museum of American Art, situé à Washington, D.C., connu aujourd’hui sous le nom de Smithsonian American Art Museum. L’exposition rassemble plusieurs dizaines de peintures, sculptures, dessins et autres photographies d’artistes tels Charles Marion Russell ou Frederic Remington. Le sous-titre de l’exposition, Reinterpreting Images of the Frontier, 1820-1920, affiche clairement les intentions des commissaires et organisateurs de l’exposition : leur but est d’offrir de nouvelles lectures et interprétations des œuvres exposées, dont certaines sont très connues du grand public. Le choix de la relecture est revendiqué par la directrice du musée, qui signe l’avant-propos du catalogue de l’exposition :

  • 2 Broun E., « Foreword », in W. H. Truettner (dir.), The West as America. Reinterpreting Images of th (...)

« Les auteurs qui ont contribué à The West as America ne se sont pas contentés de juger les œuvres sur leurs apparences, c’est-à-dire en tant que constructions formelles aux couleurs et aux compositions attrayantes. Au contraire, ils ont creusé les sujets, les intentions des artistes et de leurs mécènes, et le passé d’expansion territoriale de la nation de façon à révéler un récit plus profond et troublant, qui interroge la société américaine d’aujourd’hui2. »

5Le commissaire principal de l’exposition, William Truettner, évoque, pour sa part, « l’illusion d’authenticité » qui caractérise ces œuvres, écorchant au passage leurs auteurs :

  • 3 Truettner W. H., « Introduction: Ideology and Image », in W. H. Truettner (dir.), ibid., p. 38.

« Aucun grand artiste n’a fait l’expérience de la frontière, et les références historiques qui apparaissent dans les toiles représentant l’Ouest du xixe siècle ne font que créer une illusion d’authenticité. Ces œuvres retranscrivent de manière plus fidèle les valeurs de la métropole, et sont les créations d’artistes qui étaient eux-mêmes des citadins3. »

6The West as America a donc pour vocation de révéler au grand public de la fin du xxe siècle les idéologies et les mythes sous-jacents à ces œuvres d’art censées représenter l’Ouest américain du xixe siècle. Les visiteurs de l’exposition, qui ne consultaient pas forcément le catalogue en se rendant sur les lieux, pouvaient lire, en substance, les mêmes remarques sur les panneaux accrochés au mur du musée tout au long de l’exposition. Le premier de ces panneaux indique ainsi :

  • 4 Extrait d’une notice murale intitulée « Seeing Is Not Believing » et utilisée dans la première part (...)

« Les tableaux exposés dans cette galerie, ainsi que dans les suivantes, ne devraient pas être considérés comme des témoignages d’une époque et d’un lieu. La plupart du temps, ce sont des points de vue artificiels, qui ont pour but de répondre aux espoirs et désirs d’un peuple affrontant toute une portion de la nation qui lui paraît sans limite et en grande partie inoccupée. Ces espoirs et désirs, tout comme les conventions artistiques, déterminaient les choix et les présentations de presque tous les sujets en lien avec l’Ouest4. »

7Un même désir de démystification anime les organisateurs de Discovered Lands, Invented Pasts, exposition itinérante qui débute au Buffalo Bill Historical Center (Wyoming) le 15 juin 1992. Le double objectif de l’exposition est ainsi formulé par son commissaire, Jules David Prown :

  • 5 Prown J. D., « Introduction », in J. D. Prown (dir.), Discovered Lands, Invented Pasts. Transformin (...)

« L’un des objectifs de ce livre, et de l’exposition qu’il accompagne, est la relecture de toiles, de dessins, et d’aquarelles d’époque représentant l’Ouest, à la recherche d’une meilleure connaissance d’une réalité qui fut, mais n’est plus. Un deuxième objectif […] est l’examen des processus qui ont conduit notre conception du passé à se parer du voile du mythe, agréable tout autant que trompeur. L’art de l’Ouest prétendait souvent à une représentation réaliste, mais peut-être représentait-il de façon plus fidèle les besoins, les valeurs, et les aspirations de ses contemporains5. »

  • 6 Prown affirme ainsi : « [This book and exhibition] come on the heels of the groundbreaking and cont (...)

8Prown affiche donc les mêmes objectifs que Truettner et revendique, en outre, l’influence de The West as America sur Discovered Lands, Invented Pasts, qualifiant la première de « révolutionnaire6 ».

  • 7 « Prélude à l’expansion : Repeindre le passé » ; « Représenter le progrès à l’ère de l’expansion te (...)
  • 8 « Découverte », « Effacement », « Invention ».

9Une organisation thématique est commune aux deux expositions. Ainsi, les cent soixante-quatre œuvres de The West as America sont classées selon six grandes thématiques : « Prelude to Expansion : Repainting the Past » ; « Picturing Progress in the Era of Westward Expansion » ; « Inventing “the Indian” » ; « Settlement and Development : Claiming the West » ; « “The Kiss of Enterprise” : The Western Landscape as Symbol and Resource » ; « Doing the “Old America” : The Image of the American West, 1880-19207 ». Trois thématiques ont été retenues pour exposer les quelque quatre-vingts œuvres de Discovered Lands, Invented Pasts : « Discovery », « Erasure », « Invention8 ». Enfin, les deux expositions s’inspirent ouvertement des réinterprétations et réécritures de la « New Western History », mouvement qui naquit à la fin des années 1980 et a suscité de nombreux débats. Ses membres tiennent à se distinguer de leurs prédécesseurs et revendiquent une histoire plus complète, prenant en compte les « oubliés de l’histoire », les sans-voix, c’est-à-dire les minorités ethniques ou les femmes, entre autres exemples. Ils se fixent également pour objectif l’écriture d’une histoire plus complexe, qui ne passe pas sous silence les méfaits de la « conquête » de l’Ouest, tels que le lourd tribut payé par les peuples indigènes, ou les dommages causés à l’environnement. Ces « Nouveaux Historiens » (New Historians) rejettent donc les interprétations de leurs prédécesseurs, à commencer par le plus illustre d’entre eux, Frederick Jackson Turner, auteur de la « Théorie de la Frontière ». De leur côté, les représentants de la « Vieille Histoire de l’Ouest » voient en ces jeunes loups des arrivistes un peu trop enclins à désacraliser le passé de l’Ouest et de la nation dans son ensemble. Des échanges passionnés et vifs, voire virulents, émaillent les pages des revues scientifiques du début des années 1990, mais dépassent aussi largement le cadre des historiens américains, puisqu’ils ont été relayés par des journaux aussi variés que le New York Times ou USA Today.

10C’est donc dans la lignée de cette Nouvelle Histoire de l’Ouest et de la polémique suscitée par le mouvement que s’inscrivent tant The West as America que Discovered Lands, Invented Pasts. Non seulement les deux expositions sont concomitantes avec l’émergence du mouvement, mais les deux commissaires revendiquent, dans les introductions des catalogues, le lien unissant leurs travaux aux relectures révisionnistes des Nouveaux Historiens. William Truettner reconnaît ainsi l’influence des récentes relectures de ces derniers sur The West as America :

  • 9 Truettner W. H., « Prelude to Expansion. Repainting the Past », inW. H. Truettner (dir.), The West (...)

« Interpréter des peintures historiques […] nécessite […] le recours à de nouveaux questionnements. Cela implique également la prise en compte d’éléments provenant d’études historiques actuelles. Le réexamen des buts et des objectifs nationaux et de leur ancrage dans l’expansionnisme (que l’on nomme plus fréquemment « conquête », aujourd’hui) est cautionné par les travaux de chercheurs contemporains, selon lesquels il existe de bonnes raisons de remettre en question le soi-disant succès des pratiques d’édification de la nation caractéristiques du xixe siècle9. »

  • 10 Limerick P. N., The Legacy of Conquest. The Unbroken Past of the American West, New York, W. W. Nor (...)

11Il s’agit donc, pour Truettner, de s’appuyer sur les recherches de ses contemporains pour explorer de nouvelles pistes. L’on relèvera l’emploi du terme « conquête », qui revient tel un leitmotiv dans les écrits de certains Nouveaux Historiens, notamment ceux de Patricia Nelson Limerick, figure de proue du mouvement10. Le même recours à de récents travaux prévaut dans l’introduction de Discovered Lands, Invented Pasts, ainsi expliqué par Jules David Prown :

  • 11 Prown J. D., Discovered Lands, Invented Pasts, op. cit., p. xiii.

« [Ce] livre et [cette] exposition ont pour but de réexaminer les preuves de manière empirique, plutôt que de répéter des interprétations d’une autre époque, de façon à obtenir une connaissance plus précise de réalités longtemps masquées. Ils s’inscrivent dans la lignée d’une série de réinterprétations, de révisions, du Vieil Ouest11… »

12Le message est on ne peut plus clair : l’heure est au renouveau, à la relecture, le but étant de mettre à jour des éléments jusqu’ici passés sous silence.

13À quelques mois d’intervalle, donc, deux expositions d’art portant sur l’Ouest américain du xixe siècle sont organisées avec un même but : relire et réinterpréter des œuvres d’art, dont certaines sont devenues canoniques, en s’appuyant sur les travaux les plus récents en matière d’histoire de l’Ouest. L’entreprise est louable, puisqu’elle souligne le lien étroit unissant historiens et historiens de l’art. Cependant, en dépit de ces points communs, les deux expositions ne connaîtront pas les mêmes développements. Alors que The West as America suscite la controverse dès son ouverture, Discovered Lands, Invented Pasts se déroule sereinement. Eu égard aux thématiques abordées et aux objectifs affichés, les différences de réceptions sont particulièrement troublantes.

Des réceptions différentes

  • 12 Commentaire de Boorstin Daniel, Book of Comments, vol. 1, Washington, D.C., Smithsonian American Ar (...)

14Les réactions suscitées par The West as America sont totalement inédites. Dès le premier jour de l’exposition, le 14 mars 1991, un visiteur n’ayant pas du tout apprécié la démarche des commissaires et organisateurs, couche sa colère sur la première page du livre d’or de l’exposition : « Une exposition perverse, historiquement inexacte, destructrice ! Honte à la Smithsonian12 ! » Peut-être ce commentaire serait-il passé inaperçu s’il n’avait été rédigé par un prestigieux visiteur : Daniel Boorstin, historien de renom et bibliothécaire du Congrès. Le lendemain, le Washington Post publie un article tout aussi ravageur :

  • 13 Burchard H., « How the West Was Rewritten », The Washington Post, 15 mars 1991, p. 59.

« L’exposition est un plaisir pour les yeux, présentant 164 de nos sculptures et autres scènes favorites tirées de la “prise” de l’Ouest […]. Et l’exposition est un choc profond. Présentée comme une “réinterprétation d’images de la frontière”, elle consiste en une jérémiade contre l’expansion territoriale et l’art idéaliste américain, vus à travers un prisme correcteur et politique. Ce n’était qu’un complot ourdi par l’homme blanc, les amis, et beaucoup de nos artistes adorés comptaient parmi les pires des méchants. […] L’exposition va du subliminal au ridicule dans ses exégèses au vitriol des messages cachés des tableaux – messages qui surprendraient, voire rendraient furieux, nombre d’artistes qui en sont les auteurs13. »

  • 14 « Pilgrims and Other Imperialists », The Wall Street Journal, 17 mai 1991, p. 14.
  • 15 Kimmelman M., « Old West, New Twist at the Smithsonian », The New York Times, 26 mai 1991, section  (...)

15Le Washington Post publiera une dizaine d’articles sur toute la durée de l’exposition, certains particulièrement négatifs et dévastateurs. D’autres journaux nourrissent la polémique, tels le Wall Street Journal, qui décrit ainsi l’exposition : « Une attaque idéologique des plus hostiles contre les fondements et l’histoire de la nation14 », ou encore le New York Times, qui affirme : « The West as America est […] une exposition frustrante, voire exaspérante15. »

  • 16 Commentaire d’un visiteur (anonyme), Book of Comments, vol. 4, Washington, D.C., Smithsonian Americ (...)
  • 17 Ibid., vol. 1.
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.
  • 21 Truettner W. H. et Nemerov A., « What You See Is Not Necessarily What You Get: New Meaning in Image (...)

16Cependant, la polémique entourant The West as America prend des proportions inédites dès lors que l’on s’intéresse aux réactions des visiteurs. Ces derniers sont invités à écrire leurs appréciations sur des livres d’or laissés à leur disposition à la sortie du musée, et leurs commentaires attestent l’attachement viscéral d’une partie de la population à un Ouest mythique. Si certains saluent l’effort de démythification des organisateurs de l’exposition (« dérangeant… mais de façon justifiée. Félicitations pour avoir eu le courage de bousculer nos représentations déformées du passé16 »), voire remercient ces derniers d’avoir interpellé et stimulé leur intellect (« Superbe exposition – les commentaires sont merveilleusement stimulants17 ! »), nombre de visiteurs condamnent le parti pris révisionniste : « La partialité des remarques que l’on trouve dans cette exposition est absolument scandaleuse18. » Les organisateurs de l’exposition sont accusés d’être « politiquement corrects » par de nombreux visiteurs mécontents : « Merci d’éviter les instructions “politiquement correctes” à l’attention des visiteurs du musée à l’avenir19 ! » D’autres, enfin, appellent à des mesures radicales : « Beaucoup de tableaux superbes. Beaucoup d’erreurs et de commentaires atroces sur les vignettes. Gardez les tableaux. Faites appel à une nouvelle équipe de conservateurs20. » À l’issue des quatre mois d’exposition, quelque 735 commentaires ont été comptabilisés21, signifiant l’importance accordée au sujet mais aussi la volonté des très nombreux visiteurs d’offrir leur propre expertise en matière d’art et d’histoire de l’Ouest.

  • 22 Le sénateur Ted Stevens cité dans Masters K., « Two Senators Charge Smithsonian with Leaning Left » (...)

17Très vite, l’exposition fait l’objet d’une publicité tapageuse : outre une très forte médiatisation, assortie de la publication de commentaires de visiteurs furieux dans la presse, des équipes de reporters venus du monde entier se déplacent à Washington afin de couvrir l’événement. Mais celui-ci prend également une tournure politique. Galvanisé par la polémique, un groupe de sénateurs s’enflamme contre ce qu’il estime être une orientation gauchiste de la Smithsonian Institution, accusant celle-ci d’utiliser l’argent du contribuable à des fins de propagande. Le sénateur Républicain d’Alaska, Ted Stevens, menace ainsi le directeur de la Smithsonian Institution, Robert McC. Adams : « Vous êtes bons pour une bataille. Je vais faire appel à d’autres personnes pour m’aider à vous rendre la raison. J’ai demandé à mon équipe d’examiner des choses que vous avez faites. Je pense que vous cherchez à faire passer un message politique22. » Bien qu’il soit rapidement établi que le financement de The West as America provient de fonds privés, obligeant les sénateurs outrés à abandonner cet argument, celui-ci exacerbe néanmoins un peu plus encore les tensions.

18Dès lors, les organisateurs de Discovered Lands, Invented Pasts, qui débute un peu plus d’un an plus tard, étaient en droit de s’attendre à des réactions tout aussi vives de la part de visiteurs décontenancés par le contenu révisionniste de l’exposition. Son commissaire, Jules David Prown, semble même anticiper la polémique dans l’introduction du catalogue :

  • 23 Prown J. D., Discovered Lands, Invented Pasts, op. cit., p. xv.

« Les conclusions de ces nouvelles lectures, de ces interprétations révisionnistes, peuvent être douloureuses, voire offensantes, aux yeux de chercheurs attachés à des approches plus anciennes et à ceux d’un public habitué à une image édulcorée de l’invasion de l’Ouest sous l’angle de la “Destinée Manifeste” de la nation, de l’effort de civilisation de peuples barbares, du triomphe du héros blanc imbu des codes d’honneur et de fair play (immortalisés par les scénarios d’Hollywood23. »

19Cependant, il n’en est rien. L’exposition ne fait pas l’objet d’articles scandalisés. Elle ne suscite pas la colère des visiteurs, ni n’attire l’attention d’hommes politiques outrés. Malgré des objectifs communs, la réception de Discovered Lands, Invented Pasts n’a rien de comparable avec celle de The West as America. Celle-ci a suscité tellement de polémique que les musées de Denver et Saint-Louis, où elle était censée se tenir après le « National Museum of American Art » de Washington, D.C., ont préféré annuler la venue de l’exposition. À l’inverse, Discovered Lands, Invented Pasts s’est bien délocalisée à Tulsa et Yale, où elle a été reçue avec autant de sérénité qu’au « Buffalo Bill Historical Center » de Cody. Il convient donc de s’interroger sur ces différences de réceptions.

Comprendre les réactions : quelques hypothèses

  • 24 Bryce J., The American Commonwealth, vol. 2, New York, The Macmillan Company, 1941 (1893), p. 315.
  • 25 Turner F. J., « The Significance of the Frontier in American History », F. J. Turner, The Frontier (...)

20Dans un premier temps, l’on constate que le sous-titre de la première exposition, Reinterpreting Images of the Frontier, 1820-1920, bien qu’explicite, est associé à un titre, The West as America, qui semble annoncer un tout autre message. En effet, en identifiant l’Ouest à la nation, le titre renvoie à une image profondément ancrée dans l’imaginaire américain, qui lie intimement le passé de la région à celui de la nation. Comme le clamait Lord Bryce à la veille du xxe siècle, « l’on pourrait appeler l’Ouest la partie la plus typiquement américaine de l’Amérique24 ». Au même moment, Frederick Jackson Turner plaçait l’Ouest et la Frontière au centre de l’histoire américaine : « Le véritable point d’ancrage dans l’histoire de cette nation n’est pas la côte atlantique, mais le Grand Ouest25. » Dès lors, l’on comprend que l’association du titre et du sous-titre ait pu être source de confusion pour les visiteurs, qui auront certainement trouvé plus aisé de retenir le premier, à la fois court et évocateur, que le second. En outre, comment ne pas voir, dans l’analogie The West as America un appel à l’imaginaire, que le plus prosaïque Reinterpreting Images of the Frontier, 1820-1920 semble quelque peu affadir. En se déplaçant ainsi au musée avec un certain nombre d’attentes, les visiteurs ont peut-être été bousculés par le révisionnisme des responsables de l’exposition, auquel le titre ne les avait pas suffisamment préparés.

  • 26 D’autres expositions susciteront des réactions aussi vives, dont la très controversée Enola Gay, en (...)

21Par ailleurs, il convient de replacer la polémique suscitée par The West as America dans le contexte des guerres culturelles des années 1990 afin de mieux comprendre l’incursion du politique dans ce débat. Différents sujets, tels que l’avortement, la famille, l’euthanasie, mais aussi l’enseignement de l’histoire ou la fonction de l’art, entre autres, opposent conservateurs et progressistes. Les premiers sont attachés à une certaine image du passé de la nation et à des valeurs dites traditionnelles, alors que les seconds sont désireux de transmettre, à travers l’art, les médias et la culture, l’image d’une société en mutation, marquée par le multiculturalisme, notamment. Parce qu’il s’agit d’un organisme culturel public, situé dans la capitale américaine, et attirant des millions de visiteurs dans ses différents musées, la « Smithsonian Institution » est devenue, à l’occasion de The West as America26, l’un des nombreux théâtres de ces conflits, portant, in fine, sur la notion d’identité américaine.

22Discovered Lands, Invented Pasts, qui se tient un peu plus d’un an après The West as America, s’inscrit également dans le contexte des guerres culturelles. Cependant, la « Smithsonian Institution » est un organisme géré par le gouvernement américain, et les prises de position de ses directeurs de musées ou commissaires d’expositions prennent forcément une valeur politique. L’on comprend, dès lors, que son directeur ait été réprimandé par une commission de députés au lendemain de la clôture de l’exposition :

  • 27 Extrait cité dans Boss M., « Art into History: Western Landscapes and the Politics of Culture », Am (...)

« La Smithsonian Institution a acquis son exceptionnelle réputation grâce à son traitement mesuré de l’histoire. The West as America s’éloigne de l’excellence dont vous êtes coutumiers, et semble être le fruit de recherches insuffisantes et de piètres commentaires reposant sur les spéculations de leur auteur. Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir étudier la chose de près, et de nous assurer que de telles expositions ne seront plus à porter au crédit de la Smithsonian à l’avenir27. »

23Si l’on ajoute à cela le fait que l’exposition a été inaugurée quelques semaines seulement après l’opération « Desert Storm », l’on comprend un peu mieux le caractère passionné, voire viscéral, de certaines réactions. Véritable succès militaire américain, la première guerre du Golfe a suscité une immense ferveur patriotique, et remettre en question certains éléments du passé de la nation et de son identité à ce moment-là ne pouvait que susciter la polémique.

  • 28 Commentaire d’un visiteur (anonyme), Book of Comments, vol. 2, op. cit.
  • 29 Russell C. M., Carson’s Men, Gilcrease Museum, Tulsa, Oklahoma, 1913. Une représentation de cette œ (...)

24Enfin, il importe de prendre en compte le fait que les deux expositions ont, certes, partagé un même but, mais ont cherché à atteindre cet objectif avec des mises en œuvre différentes. Parmi les critiques les plus récurrentes formulées à l’encontre de The West as America, que ce soit par les visiteurs, les journalistes, ou les critiques d’art, il en est une qui est particulièrement édifiante. Il est reproché aux organisateurs de l’exposition de chercher à imposer leurs relectures des œuvres exposées. Les vignettes disposées ça et là dans les salles d’exposition sont perçues par les visiteurs comme étant trop assertives, et ne laissant aucune place à la discussion : « Une détestable leçon de morale – j’ai eu l’impression de tomber sur un pasteur évangéliste. Nous sommes capables de penser par nous-mêmes28. » Entre autres exemples, la notice accompagnant Carson’s Men, de Charles Marion Russell (191329), qui établit un parallèle entre le sujet représenté et la crucifixion du Christ, fit couler beaucoup d’encre :

  • 30 Notice murale accompagnant l’œuvre de Charles Marion Russell Carson’s Men (1913), à l’occasion de l (...)

« Les œuvres d’art transmettent des messages de façon subtile. Alors que Carson’s Men semble être une simple représentation d’une scène de frontière, certaines références à la Crucifixion donnent à la mission de Carson une autre signification. […]
Les trois hommes, dont les chapeaux semblent dessiner des auréoles, se trouvent au-dessus du squelette d’un bison qui rappelle les crânes de Golgotha.
Il se peut également que Russell cherche à évoquer le prénom de Carson, Christopher, et sa traversée du fleuve, afin de communiquer le message chrétien de la mission de l’explorateur.
Pour Russell, les explorateurs tels que Carson étaient non seulement des héros spirituels, mais aussi des victimes sacrificielles. Leur aptitude même à explorer la terre a précipité leur propre disparition du monde moderne que leur exploration avait contribué à créer. Cette croyance sous-tend l’équation grandiose pratiquée par Russell entre Carson et le Christ30. »

  • 31 Commentaire d’un visiteur (anonyme), Book of Comments, vol. 2, op. cit.

25Douteuse pour certains, ridicule pour d’autres, cette analyse a aliéné une partie des visiteurs, qui n’ont pas hésité à exprimer leur frustration dans les livres d’or : « Des textes confus et subjectifs accompagnent les tableaux – de la surinterprétation. Qui sait quelle était vraiment l’intention des artistes31 ? »

  • 32 Faragher J. M., « Review of Discovered Lands, Invented Pasts. Transforming Visions of the American (...)
  • 33 Church F. E., Mt Ktaadn, Yale University Art Gallery, 1853. Une représentation de cette œuvre est d (...)

26Peut-être faut-il voir dans ce reproche la principale différence entre The West as America et Discovered Lands, Invented Pasts. Malgré un objectif commun, cette dernière n’a pas cherché à bousculer son public, préférant une démarche pédagogique au message idéologique. C’est ainsi que, selon un observateur ayant vu les deux expositions, Discovered Lands, Invented Pasts ne s’est pas contenté de dénoncer les messages et les idéologies sous-jacentes aux œuvres exposées, mais a aussi mis en avant l’aspect documentaire de ces œuvres : « Bien qu’étant tout aussi critique, Discovered Lands, Invented Pasts fut nettement plus judicieux [que The West as America], cherchant à révéler non seulement le message idéologique des œuvres, mais aussi leur valeur en tant que représentations de paysages, de personnages, et d’expériences en lien avec l’Ouest32. » Les interprétations des œuvres proposées dans Discovered Lands, Invented Pasts sont, de fait, plus nuancées que celles de The West as America. Décrivant l’œuvre de Frederic Edwin Church Mt Ktaadn (1853)33, William Cronon remarque ainsi :

  • 34 Cronon W., « Telling Tales on Canvas: Landscapes of Frontier Change », in J. D. Prown (dir.), Disco (...)

« Le garçon qui contemple le panorama, installé sous l’orme et le chêne – dont nul n’est natif du Maine – voit, dans son esprit, la direction que prend ce paysage. La route, avec son pont bien construit et sa calèche, suggère l’existence de fermes que l’on ne voit pas, mais qui vont bientôt envoyer leurs récoltes et leurs bestiaux au marché en empruntant ce chemin. L’imposant moulin, avec sa chute d’eau se déversant de la retenue jusqu’au lac, en-dessous, suggère qu’en plus des fermes, des usines ont commencé à faire leur apparition. À ce stade peu avancé de sa carrière, Church, tel l’enfant, ne semble pas perturbé par ces transformations, comme si le pastoralisme du premier plan et le sublime de l’arrière-plan pouvaient coexister éternellement dans un délicat équilibre. C’est ainsi qu’il dépeint un moment supplémentaire, ultime, dans le récit de la frontière34. »

27S’il est ici question, comme dans l’analyse de Carson’s Men proposée par les organisateurs de The West as America, de la fin d’une époque, la lecture de Cronon prend en compte des éléments historiques, tels que le développement des voies de communication ou l’apparition des premières usines dans un paysage rural, pour étayer son propos. Peut-être l’œuvre de Russell, Carson’s Men, est-elle également censée signifier la fin d’une époque, mais la comparaison entre Carson et le Christ semble relever davantage du fantasme que de l’analyse historique. En outre, en soutenant que cette analogie est bien l’œuvre de l’artiste, l’auteur de la vignette sur Carson’s Men ne laisse aucune place au désaccord ou à la discussion. En revanche, en replaçant Mt Ktaadn dans son contexte de création, tout en suggérant que F. E. Church ne semble pas gêné par les transformations qu’il représente, Cronon ne cherche pas à imposer son interprétation au lecteur-spectateur. Il semble donc que les organisateurs de The West as America aient manqué de tact, voire de pédagogie, en négligeant tant le bagage culturel que les attentes de leurs visiteurs, qui se déplacent au musée par choix, et dans l’intention de se forger leur propre opinion.

28L’étude comparée de The West as America et de Discovered Lands, Invented Pasts pose donc la question de la relation entre les musées et leur public, et des stratégies adoptées par les conservateurs de musées afin de transmettre un message, tout en respectant les attentes et exigences de leur public. La relation que le public américain entretient avec la Smithsonian Institution est très particulière, dans la mesure où celle-ci est un organisme qui dépend du gouvernement fédéral, et est donc financé, en partie, par l’argent des contribuables ; ces derniers visitent donc ces différents musées avec certaines attentes, que les organisateurs de The West as America semblent avoir omis de prendre en compte. S’il va de soi que l’Ouest occupe une place centrale dans l’histoire, la culture, et l’imaginaire américains, il semblerait néanmoins que des relectures du passé et de l’art de la région soient possibles sans pour autant aliéner une partie de la population, comme le prouve Discovered Lands, Invented Pasts. Si les musées veulent endosser le rôle d’intermédiaire entre les universitaires et le grand public, ils ne peuvent accomplir cette tâche avec succès qu’en faisant preuve de pédagogie, et en adaptant les écrits révisionnistes des premiers aux attentes et exigences des seconds.

Notes

1 Les termes « révisionnisme » et « révisionniste » sont ici employés dans le sens de « processus naturel de révision d’un sujet », et non dans son acception de « déni de l’histoire », tel qu’ils sont souvent utilisés en français.

2 Broun E., « Foreword », in W. H. Truettner (dir.), The West as America. Reinterpreting Images of the Frontier, 1820-1920, Washington, D.C., National Museum of American Art, Smithsonian Institution, 1991, p. vii.

3 Truettner W. H., « Introduction: Ideology and Image », in W. H. Truettner (dir.), ibid., p. 38.

4 Extrait d’une notice murale intitulée « Seeing Is Not Believing » et utilisée dans la première partie de l’exposition The West as America (« Prelude to Expansion: Repainting the Past »). Disponible en ligne à l’adresse : [http://people.virginia.edu/~mmw3v/west/images/labels/intro.gif], consulté le 20 janvier 2015.

5 Prown J. D., « Introduction », in J. D. Prown (dir.), Discovered Lands, Invented Pasts. Transforming Visions of the American West, New Haven et Londres, Yale University Press, 1992, p. xi.

6 Prown affirme ainsi : « [This book and exhibition] come on the heels of the groundbreaking and controversial West as America exhibition held at the National Museum of American Art in Washington, D.C., in 1991 », ibid., p. xiii.

7 « Prélude à l’expansion : Repeindre le passé » ; « Représenter le progrès à l’ère de l’expansion territoriale » ; « Inventer “l’Indien” » ; « Colonisation et développement : S’Approprier l’Ouest » ; « Le Paysage de l’Ouest en tant que symbole et ressource » ; « Représenter la “Vieille Amérique” : L’Image de l’Ouest américain, 1880-1920 ».

8 « Découverte », « Effacement », « Invention ».

9 Truettner W. H., « Prelude to Expansion. Repainting the Past », inW. H. Truettner (dir.), The West as America., op. cit., p. 56.

10 Limerick P. N., The Legacy of Conquest. The Unbroken Past of the American West, New York, W. W. Norton and Company, 2006 (1987).

11 Prown J. D., Discovered Lands, Invented Pasts, op. cit., p. xiii.

12 Commentaire de Boorstin Daniel, Book of Comments, vol. 1, Washington, D.C., Smithsonian American Art Museum.

13 Burchard H., « How the West Was Rewritten », The Washington Post, 15 mars 1991, p. 59.

14 « Pilgrims and Other Imperialists », The Wall Street Journal, 17 mai 1991, p. 14.

15 Kimmelman M., « Old West, New Twist at the Smithsonian », The New York Times, 26 mai 1991, section 2, p. 1.

16 Commentaire d’un visiteur (anonyme), Book of Comments, vol. 4, Washington, D.C., Smithsonian American Art Museum.

17 Ibid., vol. 1.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Truettner W. H. et Nemerov A., « What You See Is Not Necessarily What You Get: New Meaning in Images of the Old West », Montana: The Magazine of Western History, vol. 42, n° 3, été 1992, p. 70.

22 Le sénateur Ted Stevens cité dans Masters K., « Two Senators Charge Smithsonian with Leaning Left », Houston Chronicle, 16 mai 1991, p. 17.

23 Prown J. D., Discovered Lands, Invented Pasts, op. cit., p. xv.

24 Bryce J., The American Commonwealth, vol. 2, New York, The Macmillan Company, 1941 (1893), p. 315.

25 Turner F. J., « The Significance of the Frontier in American History », F. J. Turner, The Frontier in American History, New York, Dover Publications, 1996 (1920), p. 3.

26 D’autres expositions susciteront des réactions aussi vives, dont la très controversée Enola Gay, en 1995, qui se soldera par le renvoi du directeur du National Air and Space Museum, Martin Harwit.

27 Extrait cité dans Boss M., « Art into History: Western Landscapes and the Politics of Culture », American Studies in Scandinavia, vol. 30, 1998, p. 61.

28 Commentaire d’un visiteur (anonyme), Book of Comments, vol. 2, op. cit.

29 Russell C. M., Carson’s Men, Gilcrease Museum, Tulsa, Oklahoma, 1913. Une représentation de cette œuvre est disponible à l’adresse : [http://arthistory.about.com/od/from_exhibitions/ig/charles_m_russell_masterworks/cmrretro_dam_1209_12.htm], consulté le 20 janvier 2015.

30 Notice murale accompagnant l’œuvre de Charles Marion Russell Carson’s Men (1913), à l’occasion de l’exposition The West as America, [http://people.virginia.edu/~mmw3v/west/images/labels/50acarsonsmen.gif], consulté le 20 janvier 2015.

31 Commentaire d’un visiteur (anonyme), Book of Comments, vol. 2, op. cit.

32 Faragher J. M., « Review of Discovered Lands, Invented Pasts. Transforming Visions of the American West », The Journal of American History, vol. 80 n°3, décembre 1993, p. 1008.

33 Church F. E., Mt Ktaadn, Yale University Art Gallery, 1853. Une représentation de cette œuvre est disponible à l’adresse : [http://artgallery.yale.edu/collections/objects/mt-ktaadn], consulté le 20 janvier 2015.

34 Cronon W., « Telling Tales on Canvas: Landscapes of Frontier Change », in J. D. Prown (dir.), Discovered Lands, Invented Pasts, op. cit., p. 73-75.

Auteur

Université de Nice Sophia-Antipolis, LIRCES

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site