Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Conclusion

Alain Bergounioux

Index terms

Geographical index :

France

Full text

1J'ai beaucoup appris en lisant certaines communications et en écoutant les débats. La longue durée donne toujours des perspectives éclairantes. Pour ce qui ne veut pas être des conclusions, je voudrais faire quelques réflexions en écho à des problèmes qui ont été soulevés dans ces journées.

2Le colloque a justifié son titre. Il y a bien des « socialismes en Bretagne » et non un « socialisme breton ». Il y a certes une tentative initiale d'organisation régionale avec la Fédération bretonne du nantais Charles Brunellière, constituée en 1894 et qui a survécu jusqu'en 1907. Mais il a fallu attendre la fin des années 1960 et le début des années 1970 pour que le parti socialiste, reconstitué à Épinay, manifeste une forte préoccupation régionale. Ce ne fut pas le cas de la SFIO après la dissolution de la Fédération bretonne. Alain Prigent note justement, en prenant le cas des Côtes-du-Nord, que l'absence d'une véritable réflexion sur l'identité bretonne dans ses dimensions régionaliste et linguistique a empêché pendant des décennies la SFIO d'établir son influence dans la population paysanne.

3Mais cela tient à l'importance déterminante de l'enjeu républicain. Le socialisme en Bretagne est né et s'est développé en appui et à côté du courant républicain. Le long conflit entre les « blancs » et les « bleus » a eu un effet structurant pour définir les camps politiques. La jeune SFIO a porté une revendication sociale propre, mais elle a aussi intériorisé le modèle républicain, l'importance de la démocratie représentative et de la citoyenneté politique. Tous les rapports étudiant la naissance du socialisme notent l'importance de l'enjeu laïque et de l'anticléricalisme. Les réseaux laïques ont été décisifs dans la vie de la SFIO qui a épousé pleinement le cadre départemental. Si l'on ajoute que cette réalité a été confortée après 1945 par l'adoption du modèle de l'État providence et de la citoyenneté sociale, il est aisé de voir que le socialisme en Bretagne n'a pu être que républicain.

4L'autre trait significatif dans les débats du socialisme est le rapport avec le syndicalisme et les associations. Les études montrent bien que les premières organisations politiques, syndicales, associatives se sont développées en prenant souvent appui les unes sur les autres, ne serait-ce que par une interpénétration personnelle de militants de toute manière peu nombreux. Mais cela n'a pas empêché les conflits. Un syndicalisme libertaire a existé dans les villes. Le premier mandat municipal des socialistes à Brest, en 1904, a été marqué par des conflits sociaux avec des groupes se rattachant au syndicalisme révolutionnaire. Les évolutions ultérieures ont amené un développement organisationnel séparé. Comme dans les autres régions, le mode d'implantation privilégié de la SFIO — mais aussi du parti socialiste dans les années 1970 — a été principalement électoral. L'examen de la chronologie suggère même — l'hypothèse est à vérifier précisément — que ce furent les avancées électorales nationales qui ont facilité l'implantation socialiste. Le Front populaire a été de ce point de vue un tournant. Dans l'entre-deux-guerres, la SFIO s'est reconstituée après 1920 et s'est développée par la suite à partir de ses élus. Elle a pallié la fragilité de ses structures — nous parlons au mieux de quelques centaines d'adhérents par département — en ancrant son influence dans les débats nationaux. Le jeune parti communiste s'isolant jusqu'en 1935 et le radicalisme se notabilisant, la SFIO a consolidé son espace à gauche en reprenant largement l'héritage laïque et républicain, connaissant une proximité réelle avec le syndicalisme enseignant, éloigné organisationnellement de la CGT de l'entre-deux-guerres et de la CGT-FO après 1948. Les militants de la CFDT ont joué un rôle important dans le PSU puis le PS d'après 1971. Mais, comme le montre François Prigent dans sa communication, il n'y a pas eu pour autant une génération CFDT d'élus socialistes. Les affinités militantes entre le PS et la CFDT, dans ces années, n'ont pas empêché qu'ils nourrissent des projets politiques divergeant sur des points importants.

5Il est important de souligner que les caractères originaux de la naissance du socialisme en Bretagne ne diffèrent pas, pour l'essentiel, de ceux que l'on retrouve dans les autres régions, comme l'ont montré les rapports consacrés à la Bourgogne et à la région Rhône-Alpes. Compte tenu, en effet, du caractère minoritaire du prolétariat et de la vitalité de la culture républicaine — alors même que nombre de socialistes ont partagé les valeurs dont se réclamaient les républicains, la démocratie, la laïcité, la confiance dans la raison, etc. — il était difficile pour le socialisme de ne pas s'inscrire dans le clivage politique qui, depuis la fin des années 1870, organisait la vie politique française, qui donnait une prééminence à l'action électorale. Comme, en même temps, la SFIO n'a pas bénéficié de la puissance d'un important mouvement ouvrier coopératif qui lui aurait donné la possibilité de représenter pleinement le monde du travail, elle n'a pas créé les structures qui ont caractérisé les partis de type social-démocrate en Europe, comme l'a rappelé le rapport de Nicolas Naif sur la Belgique, un enracinement profond dans le monde ouvrier, une articulation entre le parti et le syndicalisme, une réalité militante massive. Cette double réalité, particulièrement nette en Bretagne, explique bien des traits du socialisme français, sa relative fragilité, l'importance des débats et de la doctrine pour assurer son unité, sa sociologie composite faisant d'emblée la part belle aux professions intellectuelles, à un mode d'implantation électoral.

6Un autre point clef du colloque a porté sur l'analyse du « basculement » électoral qui s'est produit en faveur du parti socialiste dans les années 1970. 9 % des suffrages exprimés pour les socialistes en 1962, 24,9 % en 1978 ! Les chiffres parlent. Jean-Jacques Monnier, dans sa communication, a bien mis en évidence le moment tournant représenté par les années 1967-1973, confirmé par les élections municipales de 1977 et les élections législatives l'année suivante. Après 1981 en Bretagne, pour les socialistes, les élections ont toujours été plus favorables de plus de deux points que la moyenne nationale.

7L'explication le plus souvent avancée est le « dégel » de l'électorat catholique vers la gauche, préparé par l'évolution de l'Église catholique depuis Vatican II, le rôle de la JAC dans les campagnes, l'affirmation de la CFDT, l'effacement de la Troisième Force et le recul du centrisme, etc. Tout cela est juste. Reste à savoir précisément comment s'est faite la confluence avec le courant laïque. La communication de Pierre Le Goïc montre que pour les militants chrétiens de gauche cela n'est pas allé de soi — plusieurs, et parmi les plus actifs, n'ont pas rejoint le parti socialiste. Tout ne venait pas mécaniquement au parti socialiste. Il ne faudrait pas que le fait incontestable — vérifié dans une mesure moindre en Alsace, et avec quelques années de décalage — de l'affirmation d'un socialisme chrétien n'occulte l'influence peut-être plus déterminante, de la sécularisation.

8En effet, le socialisme nouveau qui s'est affirmé avec le PSU dans les années 1960 et consolidé avec le parti socialiste après 1976, a comblé un vide idéologique lié à la crise de la société traditionnelle. L'Église catholique a perdu une grande part de son rôle d'encadrement social et politique dans les mutations qu'a connues la Bretagne dans ces décennies, particulièrement avec l'urbanisation. Une large part de la population s'est détachée des pratiques religieuses régulières. Comme l'a souligné Jacqueline Sainclivier, ce sont dans les quartiers nouveaux des villes que le recul de la pratique religieuse a été la plus forte et là où le PSU, puis le PS ont le plus progressé. Les élites conservatrices n'ont pas su exprimer ces évolutions. Il est à noter — et cela conforte l'hypothèse — que ces phénomènes ont joué en défaveur des socialistes là où, « notables » installés depuis 1945, ils n'ont pas pu répondre aux mutations qui déstructuraient des équilibres anciens, comme dans le Var d'Édouard Soldani, étudié par Frédéric Sawicki.

9La chance du parti socialiste, en Bretagne mais aussi dans la plupart des régions françaises, a été d'incarner dans ces années, à la fois les valeurs de la modernité, celles d'une société de croissance, mais aussi celles de la protestation contre les insuffisances et les ratés de cette même modernité. Face à des « notables » quelque peu dépassés, le parti socialiste a pu présenter des candidats jeunes, particulièrement dans les villes proches des grandes agglomérations, qui ont exprimé le changement et ses espoirs. La communication de François Prigent sur les élus et les réseaux socialistes donne une bonne idée de ce qu'ont représenté ces cadres nouveaux, enseignants, universitaires, militants syndicalistes, jeunes élus de l'ancienne SFIO également, qui ont connu le succès aux élections municipales de 1977 et à celles de 1983. Les essais d'« ego-histoire » livrés par les acteurs du samedi matin, ceux de Louis Le Pensec, de Marylise Lebranchu et de Bernard Poignant pour cette génération sont tout à fait illustratifs et complexifient singulièrement l'idée d'une évolution simple du catholicisme vers la gauche. Le creuset du socialisme des années 1970 a été plus complexe. Ensuite, pour les années 1980 et 1990 il faut également faire intervenir l'hypothèse de Jean-Jacques Monnier, le succès venant, le PS devenant un parti de gouvernement, une forme de légitimisme dans l'électorat a sans doute conforté et prolongé les succès électoraux du parti socialiste.

10À côté de ces phénomènes sociaux et culturels, il ne faut pas négliger les effets de la conjoncture politique somme toute heureux qui ont permis au parti socialiste d'engranger les bénéfices d'une adhésion à une « modernité critique ». D'un côté, ni le parti radical, trop faible en Bretagne, ni une démocratie chrétienne qui avait perdu son autonomie politique dans le « giscardisme » de l'autre, ni un parti communiste, trop rigide et isolé dans ses bastions, ni un PSU trop influencé par l'extrême gauche après 1968, qui a perdu deux tiers de ses adhérents après 1974, n'ont pu présenter un projet large capable de réunir des courants différents. Quoi qu'il en soit, les communications suggestives qui traitent de cette période appellent d'autres travaux pour éprouver les hypothèses explicatives qu'elles incitent à formuler et pour hiérarchiser les facteurs d'explication qui commandent encore le socialisme contemporain.

  • 1 Serge Wolikow, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Dijon, n’a pas été en mesure (...)

11Évidemment, des questions ont aussi été posées sur la situation présente du socialisme et son avenir. Les historiens ne sont pas les mieux placés pour y répondre ! Quelques communications y invitaient pourtant. Jean-Jacques Monnier pointe dans les résultats du référendum du 29 mai 2005 une fragilité du parti socialiste. Le « oui » l'a certes emporté de peu, mais le vote protestataire est fort et recoupe les zones traditionnelles de la gauche qui ont constitué historiquement le « département caché » dans la géographie électorale de la Bretagne ! Le succès régional de 2004 place le parti socialiste certes en situation dominante, mais il en fait désormais aussi le parti qui gère les intérêts de la Bretagne, et de ses cadres de « nouveaux notables ». Cela est toujours une situation périlleuse. Conserver ce qui a fait la force des socialistes, la capacité d'incarner l'avenir tout en réalisant un inventaire critique est un équilibre difficile qu'il lui faudra pourtant tenir. C'est là bien sûr que les clefs échappent en partie aux socialistes bretons. Le socialisme s'est construit dans un cadre national que les partis socialistes depuis un siècle continuent de défendre, même s'ils ont su depuis les années 1970 porter l'identité bretonne, et il est également une aventure européenne — comme l'a rappelé fortement Serge Wolikow dans son intervention orale1. Et là, il se trouve devant les défis importants du début de ce nouveau siècle, redéfinir et mettre en œuvre les termes du « compromis » entre le travail et le capital, l'État et le marché, l'individu et la solidarité. Il l'avait fait hier dans des cadres nationaux, aujourd'hui, et encore plus demain, il devra le faire dans un cadre européen et mondial. Et c'est là que les socialistes bretons ont peut-être une longueur d'avance... Leurs convictions européennes sont anciennes et profondes. Elles dessinent une culture politique qui peut permettre aux socialistes de prendre la mesure de leurs tâches nouvelles. Unir une ambition régionale, prenant en compte les attentes concrètes, et une perspective internationale et européenne affirmée est une nécessité pour les socialistes s'ils ne veulent pas se voir condamnés à être dans une position qui amène à gérer seulement les acquis d'une période passée. Mais nous quittons là le sol de la réflexion historique pour le débat citoyen. Tout ce que peut faire l'histoire, c'est de nous aider à poser des questions pour l'avenir.

Notes

1 Serge Wolikow, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Dijon, n’a pas été en mesure de nous fournir son texte.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540