Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Quatrième partie. Les chemins de l’engagement au PS : des acteurs bretons témoignent

Texte de Edmond Hervé, maire de Rennes

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Découvertes, constructions et conquêtes (1966-1977)

1C'est au début de l'année 1966 que je décide d'adhérer à la SFIO. Pourquoi s'engager ?

2Je termine ma quatrième année de droit et ai pleinement conscience des inégalités sociales. Ayant eu la chance de suivre un cursus universitaire, j'estime nécessaire de militer pour changer la société. C'est au nom de la justice sociale que je décide d'adhérer.

3Pourquoi la SFIO ?

4En novembre 1965 j'avais fait, en tant qu'étudiant, un exposé sur le congrès de Tours (1920), congrès qui vit la scission de la SFIO et la création du parti communiste. Cet exposé et les recherches qui le précédèrent, tout comme les commentaires qui suivirent, furent, pour moi déterminants. Je rencontrais les pensées de Jaurès et de Blum, le socialisme républicain français, le socialisme de la liberté.

5Mon adhésion à un socialisme démocratique m'éloignait du PCF tout en estimant nécessaire l'unité de la gauche. Une unité qui se manifestait en 1965, autour de la candidature de François Mitterrand.

6Mes origines sociales me situaient, sans hésitation, dans la classe ouvrière.

7Le PSU ? Ce n'était pas mon milieu. Je ne me reconnaissais pas dans une certaine élite intellectuelle et sociale. Il ne suffisait pas, pour moi, d'être contre la guerre d'Algérie pour rejoindre le parti de Michel Rocard.

8Pénétré d'un idéal, me reconnaissant dans une tradition, ne connaissant personne, j'écris directement au secrétaire général parisien de la SFIO qui me met en contact avec sa section rennaise. Je fus chaleureusement accueilli. Très vite, je découvris la sincérité de mes camarades mais également leur très grande faiblesse militante. Réunir dix camarades pour coller des affiches, distribuer des tracts, relevait de l'impossible. Combien pouvait-il y avoir d'adhérents sur Rennes ? Une quarantaine, peut-être.

9C'est pourquoi nous vîmes, avec bonheur, la création de la FGDS. Elle favorisa l'arrivée de nouveaux militants et c'est sous le sigle « FGDS » que, dès 1966, nous nous exprimions publiquement.

10La vérité m'oblige à dire qu'en Ille-et-Vilaine, les composantes de la FGDS comptaient encore moins d'adhérents que la SFIO. La Convention des institutions républicaines, avec le Club « Bretagne et Démocratie », présidé et animé par Michel Phlipponneau, assurait une certaine présence et suscitait un juste intérêt.

11Les législatives de 1967 nous rendent optimistes. Celles de juin 1968 sont un désastre.

12Les événements de mai 1968 furent totalement extérieurs à la SFIO. Nous y participions individuellement plus à titre syndical que politique. En novembre 1968, la FGDS n'existe plus. La candidature de Gaston Defferre à l'élection présidentielle de 1969 est un fiasco. Pour un certain nombre — dont je suis — cet échec scelle l'échec du centrisme.

13Nous soutenons Alain Savary au congrès d'Issy-les-Moulineaux (1112 juillet 1969) qui crée le nouveau parti socialiste. Celui-ci opte clairement pour l'Union de la Gauche, le débat public et sans préalable avec le PCF. Il annonce la rédaction d'un Plan d'action socialiste qui sera adopté les 20 et 21 juin 1970. Alain Savary viendra à Rennes et à Saint-Brieuc au printemps 1970.

14Militants de l'Union de la Gauche, nous n'acceptons pas les conditions hégémoniques du parti communiste lors des élections municipales de mars 1971. La liste « Rennes Socialiste » (composée de militants du PS, du PSU, de la CIR et de sympathisants) arrive en seconde position devant celle du PCF. La liste d'Henri Fréville recueille 57 % des suffrages, Rennes-Socialiste 25 %, le PCF 17 %.

15Nous étions fiers de compter, avec nous, un prêtre catholique et, au cours de la campagne, nous n'hésitâmes pas à aller distribuer des tracts devant l'usine Citroën. Nous montrions notre capacité militante, un nouveau rapport de force s'établissait à gauche en faveur de la famille socialiste. Une famille riche de conviction mais insuffisamment organisée. J'étais le témoin navré de la faiblesse chez certains de mes camarades de l'éthique de responsabilité.

16Bien évidemment, nous participons à la préparation du congrès d'Épinay. Nous allons relayer l'entreprise de François Mitterrand. De 1871 à 1977, quatre actions vont nous mobiliser :

  • Il nous faut recruter, former les adhérents. Les débats internes sont très actifs. Je pense, par exemple, à ceux qui tourneront autour de l'autogestion.
  • Nous soutenons nombre de luttes sociales, que ce soit à Rennes, Saint-Malo, Redon, Fougères. Nous soutenons également l'importante lutte des Villejeannais contre le prix de l'eau chaude.
  • Nous assurons une présence institutionnelle au sein du conseil général (nous y entrons à 4 en septembre 1973), nous élaborons des dossiers intéressant la ville, le département.Un investissement remarquable sera réalisé au niveau régional par le BREIS, créé en 1972, et animé par Michel Phlipponneau.
  • Tout au long de ces années, nous recherchons la rencontre et l'unité avec le PCF ; avec les catholiques ; avec le monde paysan.

17Toutes ces actions militantes produiront leurs fruits lors des différentes élections. Les élections législatives de 1973 nous permettent de poser les premiers jalons d'une « départementalisation » de la présence socialiste. Michel Phlipponneau et moi-même sommes candidats et avons, comme suppléants, deux militants paysans animateurs du MRS (le Mouvement de rénovation syndicale). Le futur maire de Saint-Malo, Louis Chopier, appartenait à cette sensibilité.

18En septembre 1973, nous faisons notre entrée au conseil général d'Ille-et-Vilaine, avec Georges Cano, Albert Dory et Michel Phlipponneau. Jean-Louis Tourenne nous rejoindra en décembre 1973. Ces élections sont importantes car elles nous font découvrir une institution, des dossiers et le rapport avec le corps électoral. La campagne présidentielle de 1974 élargit notre audience, nous plonge au cœur des grands débats politiques : local, national, international sont étroitement liés.

19Cette période se terminera, en 1977, par notre victoire aux élections municipales rennaises : je crois pouvoir dire que le parti socialiste, la gauche rennaise, étaient parfaitement représentatifs de la nouvelle société rennaise. Il y avait adéquation entre le projet que nous portions et la population.

20Conclusion : au cours de ces dix années, nous avons bâti un parti politique conjuguant idéal et organisation. Il a joué un rôle essentiel de rassemblement.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540