Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest et les Amériques

 | 
Marie-Christine Michaud
, 
Éliane Elmaleh

Les espaces de l’Ouest, conquête et redéfinition

L’Ouest, les protestations et la recherche de stabilité au Canada : une attaque contre l’hégémonie du Centre canadien

Raymond B. Blake
Traduction de Brigitte Hagues

Texte intégral

  • 1 L’auteur tient à remercier Brigitte Hagues pour la traduction du texte original et Thomas Bredohl, (...)
  • 2 Pour un examen du rôle que joue l’ironie dans la compréhension et le développement de l’homme voir (...)

1L’Ouest nord-américain1 est constitué de trois communautés politiques distinctes : le Canada, les États-Unis et le Mexique. Chacune de ces communautés est historique et contingente, et ne peut être saisie que si l’on comprend son discours national. Le comprendre nous amène à présenter les événements confus propres à chaque communauté comme s’ils révélaient des objectifs profonds et des thèmes bien établis alors même que nous doutons de toute prétention d’ordre2. Cet article vise à faire comprendre l’Ouest dans l’histoire du Canada depuis presque cinquante ans. La première tâche à laquelle doit s’atteler quiconque essaie de comprendre l’Ouest est d’admettre que l’espace et la mentalité de l’« Ouest » n’ont jamais été fixes au Canada, voire en Amérique du Nord, depuis les débuts de l’implantation européenne. Ainsi, au milieu du xviiie siècle, la Nouvelle-France, qui marque le début du Canada, s’étend du Labrador au Nord à La Nouvelle-Orléans au Sud. Quand la guerre de Sept Ans abolit presque tout le territoire français en Amérique du Nord en 1763 et que la Grande-Bretagne revendique la plupart des possessions françaises, cette dernière aussi a son « Ouest », un territoire qui est distinct de ses Treize Colonies, relativement prospères sur la côte Atlantique qui s’étendent jusqu’à la crête des Appalaches. Les Britanniques reconnaissent les terres plus à l’Ouest qui ne sont pas encore colonisées. Le gouvernement britannique essaie de construire l’Ouest comme un territoire indien ; il ne peut être colonisé ou acheté à moins d’être acquis par le biais d’un traité entre la Couronne et la nation indigène concernée.

  • 3 Barman J., The West Beyond the West: A History of British Columbia, Toronto, University of Toronto (...)

2Au milieu des années 1770, toutefois, et juste avant le déclenchement de la Révolution américaine, le gouvernement britannique construit une image de l’Ouest qui diffère de celle que l’on trouve dans la Proclamation royale de 1763. L’Acte de Québec de 1774 repousse les frontières du Canada vers l’Ouest, au-delà des Grands Lacs et jusqu’à la vallée de l’Ohio. Cette redéfinition des frontières signifie qu’une grande partie de l’Ouest nord-américain est intégré au Canada et devient une chasse gardée pour le commerce des fourrures que vont exploiter les marchands aventuriers de Montréal. Pour la plupart des habitants du Canada, le territoire qui s’étend au-delà des Grands Lacs et de la vallée de l’Ohio n’est pas « leur » Ouest. Pour eux, l’Ouest signifie les terres vierges entre les villes actuelles de Montréal et Toronto, à l’Est des Grands Lacs et, en grande partie, ce qui constitue actuellement l’Est canadien. Lorsque le Canada s’attelle à son édification au début des années 1860, l’Ouest est en grande partie ce qui est aujourd’hui considéré comme l’Est ou le centre du pays. De nos jours encore, l’expression « Ouest canadien » sert à décrire les trois Provinces des Prairies, l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba, mais pas la Colombie-Britannique qui est pourtant la province la plus à l’ouest dans le pays. On appelle fréquemment – et ironiquement – cette dernière « l’Ouest au-delà de l’Ouest » (the West beyond the West3).

L’Ouest en tant qu’idéologie

  • 4 Turner F. J., The Frontier in American History, New York, H. Holt, 1920 ; Faragher J. M., Rereading (...)
  • 5 Turner F. J., The Frontier in American History, op. cit., p. 3-4.
  • 6 Voir Pessen E., Jacksonian America. Society, Personality, and Politics, Urbana and Chicago, Univers (...)
  • 7 Pour l’influence de Turner dans l’Ouest canadien, voir Pratt W. C., « Introduction to the 1997 Repr (...)

3Si les notions de l’Ouest en tant qu’espace et mentalité singulières ont changé au fil des ans, l’Ouest a encore un sens bien précis pour bon nombre de Canadiens. Deux Américains du xixe siècle, Andrew Jackson et Frederick Jackson Turner, ont contribué à conceptualiser l’« Ouest » en Amérique du Nord. C’est à Turner que revient l’élaboration d’un des thèmes les plus tenaces de l’histoire nord-américaine des années 1890 grâce à sa « thèse de la frontière4 ». Elle implique que chaque génération d’Américains retourne « à des conditions primitives sur une frontière qui ne fait qu’avancer », que Turner décrit aussi comme « le point de rencontre de la sauvagerie et de la civilisation ». « La frontière, avance-t-il, est le facteur d’américanisation le plus rapide. » La présence et prédominance de nombreux traits culturels tels que « cette rudesse et cette force qui se combinent à l’acuité et au goût de la propriété, cet esprit inventif pratique qui trouve rapidement des expédients, cette maîtrise des choses matérielles […] cette énergie nerveuse et inlassable, cet individualisme dominant » peuvent toutes être attribuables à l’influence de la frontière5. Les notions de l’Ouest contribuent à la longue histoire de l’exceptionnalisme américain. De même, pour le président Andrew Jackson, premier homme de l’Ouest à parvenir à la Maison-Blanche (1829-1837), la frontière joue un rôle important dans la conceptualisation de l’Ouest. Si certains éléments portent à croire que ce n’est pas toujours le cas, le mythe selon lequel Jackson aurait instauré un ton moralisateur et serait devenu le porte-étendard du moralisme politique et de l’éthique dans la politique nord-américaine, perdure encore. On lui a longtemps attribué le triomphe de la démocratie en Amérique ainsi que le transfert du pouvoir politique de l’establishment aux simples électeurs organisés en partis politiques. Le legs de la démocratie jacksonienne est devenu un autre mythe de l’Ouest dans la société américaine, même s’il est plus rhétorique que réel6. On peut tout à fait envisager que Jackson et Turner croyaient véritablement que la promotion de la démocratie individualiste était le legs le plus important de l’Ouest et de la frontière qui y est reliée. Les personnes qui émigraient vers l’Ouest étaient forcées de compter sur elles-mêmes, et dans les mythes jacksonnien et turnerien, elles refusaient de s’incliner devant le pouvoir politique centralisé. Ni Jackson ni Turner n’avaient de lien avec le Canada et pourtant les notions de moralité, de démocratie, d’individualisme, de collectivité et de bien public qu’ils avaient trouvés dans l’Ouest américain ont influencé et façonné l’Ouest dans le discours national canadien7.

L’Ouest canadien : de la collectivité à l’individualisme

  • 8 Voir Sharp P., ibid., p. xiii.

4Certains diront que le Canada, avec ses dix provinces, dont quatre de l’Ouest, a en fait quatre Ouest, car chaque province a un caractère unique. Notre hypothèse ici est qu’il n’y a qu’un seul Ouest qui a eu une présence déterminante et importante dans le discours canadien. Cet Ouest a formulé, collectivement, une réponse globale aux principaux enjeux nationaux du moment depuis les années 1920, et c’est encore le cas. De plus, il a été en constante révolte depuis la fin du xixe siècle. Il n’a pas cessé de contester l’hégémonie des pouvoirs politiques et économiques établis au centre, ou dans l’Est, tout d’abord pour recevoir une plus grande part des rentes économiques, mais, plus récemment, pour avoir une grande liberté économique et politique. Initialement, la révolte de l’Ouest a été générée par le souci du bien-être de l’autre, mais ces dernières années, l’Ouest semble plus se préoccuper de liberté économique et politique, laissant aux citoyens le soin de créer leur propre bien-être. L’Ouest n’a cessé d’insister sur le fait que tout le monde devrait prospérer, que personne ne devrait jouir de privilèges spéciaux. Le Canada a été bâti avant tout pour créer une nation stable. Sa stabilité et son pacifisme étaient censés être ancrés dans la notion de justice et s’exprimer par l’équité et l’égalité. Toutefois la façon d’atteindre ces buts et de répondre à ces aspirations nationales a évolué dans l’Ouest. Il est possible que l’individualisme de la frontière ait été un concept d’universitaires, mais dans l’Ouest canadien, cet individualisme était clairement incompatible avec l’impératif d’entraide que la population rurale respectait et observait, car il était nécessaire à leur survie. Coopération et survie reposaient sur cette entraide et le bon voisinage qui, pour les premiers colons à s’établir dans l’Ouest, faisaient partie de l’adaptation requise par la topographie des lieux et l’environnement économique8. Les Canadiens de l’Ouest ont cru, depuis le début de la colonisation jusqu’aux années 1970, que c’était à l’État de fournir cette aide, mais, de nos jours, ils croient que la stabilité et le bien-être de la nation ne sont possibles que si l’État protège l’individualisme et fournit aux citoyens la liberté personnelle de décider d’eux-mêmes de leur propre destin.

L’Ouest en tant que région : l’origine de la protestation

5Au Canada, les mouvements de protestations ont eu, dans leur ensemble, une assise régionale, ce qui a donné lieu à ce que l’on décrit généralement comme régionalisme9. Il existe plusieurs régions dans le pays, chacune avec sa spécificité, et les Canadiens se définissent souvent par la région dans laquelle ils habitent. L’Ouest est très souvent associé au mécontentement, car, plus que toute autre région canadienne, il a connu des tensions de toutes sortes entre les intérêts émotionnels, institutionnels et économiques locaux et nationaux. Que le régionalisme fasse partie intégrante de la société, de l’économie et de la politique du pays n’est pas surprenant. Si le Canada est une immense masse terrestre, son développement s’est fait dans un espace relativement restreint, délimité au Nord par des terres en grande partie impropres à l’agriculture et au Sud par les États-Unis.

  • 10 Fowke V. C., The National Policy and the Wheat Economy, Toronto, University of Toronto Press, 1957  (...)

6L’Ouest canadien est colonisé rapidement du début des années 1890 à la Première Guerre mondiale par des migrants de l’Est canadien, des émigrants venus directement des îles Britanniques et de l’Europe centrale ainsi que par quelques Américains. Contrairement à la situation aux États-Unis, au Canada, il n’y a pas de colonisation continue et expansionniste des terres. Il n’y a pas d’Ouest à coloniser. Même quand la technologie est disponible et permet aux entrepreneurs canadiens de se procurer les divers produits de l’Ouest, en particulier les céréales, dans un marché national unique, cette intégration géographique crée des métropoles et un arrière-pays. L’Ouest est l’un de ces arrière-pays, et Montréal et Toronto dans l’Est, où se trouve le principal marché pour les produits de l’Ouest, deviennent des centres métropolitains. Le complexe industriel du Centre et de l’Est est protégé par les politiques étatiques de tarifs protectionnistes, principalement contre les États-Unis. Le marché intégré que les Pères de la Confédération ont espéré en 1867, au moment de l’établissement de la Confédération, a finalement émergé à la fin du xixe siècle. Une grande partie du secteur secondaire, toutes les institutions financières et le pouvoir économique sont concentrés à Montréal ou sur la rive est du lac Ontario près de Toronto tandis que le secteur primaire et les collectivités agricoles sont éparpillés à travers le pays10.

  • 11 Ces idées sont discutées dans Friesen G., The Canadian Prairies: A History, Toronto, University of (...)
  • 12 Harris C., « Regionalism », op. cit.

7Une telle évolution nationale est à l’origine de la vision étonnamment différente du pays d’une région à l’autre et des conflits régionaux11. Ceux qui se trouvent au Centre se montrent ouverts à l’égard du pays sur lequel leur économie compte et leurs institutions exercent une influence considérable ; ceux de la périphérie, surtout ceux de l’Ouest, se méfient du Centre. Leur appréhension tient au fait qu’ils ont l’impression que les circonstances locales sont contrôlées par le Centre et qu’ils sont convaincus que leur labeur et leur productivité subventionnent le Canada central. Ils croient qu’ils absorbent le coût de la Confédération sans en retirer d’avantages. Ce qui paraît être un développement national à Montréal et à Toronto est facilement interprété dans l’Ouest comme la manipulation des divers paliers politiques, financiers et économiques du Centre pour leurs propres intérêts12.

L’Ouest se révolte

8Ces paradigmes économiques et émotionnels ont historiquement, dans l’Ouest, tout d’abord donné naissance à un sentiment d’aliénation, puis à divers mouvements de protestation, et finalement, à une révolte. Au début des années 1920, le revenu personnel par habitant chute de façon importante dans l’Ouest et restera au-dessous de la moyenne nationale jusqu’à la fin des années 1940. La crise économique, surtout dans les années 1930, où le taux de chômage atteint un niveau record, remet en question les notions de justice qui avaient été établies lors de la Confédération en 1867. Après tout, le plus élémentaire des objectifs politiques, tout du moins pour un État démocratique libéral, est de permettre à tout citoyen de prospérer, objectif qui ne peut s’accomplir que par le biais de l’équité (ou justice pour tous) et de la stabilité. Dans l’Ouest, certains commencent à croire que le Pacte de la Confédération a été brisé et des protestations se font entendre. On demande le retour à la stabilité d’une époque révolue pour soutenir la communauté politique et fournir une certaine égalité des citoyens. Cette recherche de l’égalité et du bien-être a toujours été l’objectif des contestataires de l’Ouest.

9Il existe de nombreux exemples qui attestent que l’Ouest entendait influencer la communauté nationale canadienne, et deux d’entre eux sont étudiés ici : la contestation des années 1930 et du début des années 1940, et celle qui débute dans les années 1980 pour se développer dans les années 1990. Toutes les deux ont changé le pays et ne devraient pas surprendre, car l’Ouest, plus que toute autre région du Canada, a été à l’origine de bon nombre d’innovations en matière de politiques qui, petit à petit, ont trouvé leur place dans la société canadienne. Ce sont les Canadiennes de l’Ouest, pour ne citer qu’un exemple, qui ont été les premières à obtenir le droit de vote en 1916, bien avant celles du reste du pays. De même, c’est dans l’Ouest que le régime public d’assurance-maladie ou Medicare est d’abord introduit. Les mouvements de contestations des années 1920 et 1930 et, plus tard, celui des années 1980 apporteront des changements considérables au Canada.

  • 13 Laycock D., Populism and Democratic Thought in the Canadian Prairies, Toronto, University of Toront (...)

10La Crise des années 1930, le chômage et l’effondrement de l’économie qui en découlent, provoquent des mouvements de protestation à travers le Canada. Certains, de nature radicale ou socialiste, remettent en question les valeurs dominantes de l’entreprise privée. C’est dans l’Ouest qu’émergent les mouvements les plus importants et les plus durables, et ils en viendront à exercer une influence considérable sur la Nation et ses politiques. Pendant la Crise, la gauche et la droite politique se révoltent. Cela se traduit par la création d’un parti socialiste, la CCF (Fédération du Commonwealth coopératif), précurseur du Nouveau Parti démocratique actuel et d’un parti de droite, le Crédit social, dont les vestiges se retrouveront dans le Parti conservateur puis, plus récemment. Établie dans l’Ouest, la CCF a été créée pour insuffler une direction politique aux nombreux mouvements qui étaient contre ce qui était considéré comme les intérêts de l’Est, ancrés dans l’État canadien, et les élites politiques, financières et économiques qui, selon eux, contrôlaient le Canada. La CCF voit le jour dans l’Ouest, à Calgary en 1932. Il s’agit d’une coalition politique de groupements de travailleurs, d’agriculteurs et d’intellectuels socialistes et progressistes qui veulent des réformes économiques et politiques pour aider les Canadiens touchés par la Crise13. Un an plus tard, en 1933, lorsque le groupe se réunit à Regina, une autre ville de l’Ouest, il adopte un Manifeste qui détaille ses objectifs, dont la création d’une économie mixte qui passe par la nationalisation d’industries clés et l’établissement d’un État-providence avec un régime universel de pensions, une assurance-maladie, des allocations familiales, une assurance chômage, des indemnités d’accidents du travail et d’autres programmes sociaux.

  • 14 Finkel A., The Social Credit Phenomenon in Alberta, Toronto, University of Toronto Press, 1989 ; Ma (...)

11Le second parti politique, le Crédit social, créé lui aussi dans l’Ouest, est un parti de droite. Il est conservateur, mais comme celui de gauche, il considère qu’il est fondé sur le souci du bien-être de l’autre. Créé dans la province de l’Ouest d’Alberta, il met en avant le fait que les difficultés économiques tiennent à une économie capitaliste inefficace qui n’a pas su fournir aux citoyens le pouvoir d’achat nécessaire qui leur permettrait de jouir des fruits d’une production suffisamment développée. Il prône la distribution de l’argent, ou « crédit social », de l’État pour que les citoyens aient les moyens de se procurer les biens et services couramment produits par l’entreprise capitaliste. S’il y avait assez d’argent dans la collectivité et si les citoyens pouvaient s’offrir les biens et les services qui sont produits, le capitalisme fonctionnerait selon eux tel qu’il était prévu et la misère que la Crise a engendrée pourrait être évitée. Comme la gauche de l’Ouest, la droite est aussi une coalition réformiste d’agriculteurs, de travailleurs, de propriétaires de petites entreprises et de chômeurs. Le Crédit social, à l’instar de la CCF, réunit des démocrates réformistes et cherche à établir des alliances avec les socialistes, les communistes et les autres partis de gauche dans le but d’établir une société plus soucieuse de justice et d’égalité14.

L’Ouest et un nouvel État-providence moderne

  • 15 Whyte J. D., « Federalism Dreams », Queen’s Law Journal 34, 2008-2009, p. 1-24.

12Pendant la Crise économique émergent alors dans l’Ouest canadien un changement du dessein politique de l’État et une idée radicalement différente de son rôle, de celui du gouvernement national et de la citoyenneté. Le vent de protestation politique des années 1930 qui balaie la nation reflète le souci du bien-être de l’autre. Les revendications économiques de l’Ouest et les changements qu’il réclame deviennent partie intégrante de la vague de protestations qui déferle alors à travers la plus grande partie de l’Amérique du Nord et dans le monde occidental. Au Canada, l’Ouest est le premier territoire à revendiquer des réformes. Les habitants sont déterminés à étendre la démocratie et les droits de citoyenneté pour transformer un système politique libéral en une société démocratique libérale. Ces changements tiennent à la montée d’un socialisme démocratique et à l’instauration de politiques sociales conservatrices parce que le libre marché ne semble pas pouvoir combler les besoins sociaux et économiques des citoyens. La préoccupation de l’Ouest pour le bien-être social de tous les Canadiens, sa détermination à ce que l’État intervienne dans le marché du travail pour protéger les travailleurs et s’engage dans un programme d’assistance sociale, a un effet politique transformateur. Cette nouvelle idéologie s’impose rapidement dans la vie politique canadienne. À l’Ouest, on élit des députés favorables aux réformes au Parlement du Canada et dans plusieurs assemblées législatives provinciales, et nombre des idées de l’Ouest sont adoptées par les partis nationaux au pouvoir. Celles-ci contribueront sensiblement au développement de l’État-providence canadien au cours de la période qui suivra la Seconde Guerre mondiale. C’est l’Ouest qui le premier soutient l’idée que les membres de la main-d’œuvre nationale et leur famille méritent une vie décente et, peut-être plus important encore, que cette vie décente doit être garantie pour assurer que les travailleurs continuent à participer avec enthousiasme à l’économie et à la société. Pour les Canadiens, cela voudra dire allocations familiales, assurance-chômage, retraites convenables et, ultérieurement, protection contre les ravages économiques de la maladie15.

  • 16 Bothwell R., Drummond I., et English J., Canada Since 1945: Power, Politics and Provincialism, Toro (...)
  • 17 Richards J. et Pratt L., Prairie Capitalism: Power and Influence in the New West, Toronto, McClella (...)

13Le Canada qui émerge après 1945 est un État activiste moderne – un État qui ne se contente pas d’être victime du destin, mais qui s’emploie activement à prendre en main son avenir économique et social par l’emploi judicieux de politiques budgétaires et fiscales, des programmes d’assurance, de dépenses et autres programmes sociaux16. Du moins, pour un certain temps, les idées et les espoirs de l’Ouest créent une nouvelle notion de la citoyenneté pour les Canadiens. Le pays s’en trouve revigoré après la période d’instabilité qu’ont entraînée la Crise économique et la Seconde Guerre mondiale. C’est dans l’Ouest que cette nouvelle dynamique recueille le plus d’appui et les programmes de bien-être social deviennent la façon dont l’État peut poursuivre les objectifs fondamentaux que sont le bien-être, l’égalité et la stabilité. Ce qui est alors reconstruit, ce n’est pas tant la condition économique et sociale du pays que son identité politique. Après une période de vulnérabilité, le Canada crée, surtout en raison des revendications de l’Ouest, une citoyenneté sociale plus riche. Soutenir cette citoyenneté devient alors un impératif national. L’Ouest joue un rôle déterminant dans la refonte et la réinvention du « projet Canada17 ».

  • 18 Kendle J., John Bracken. A Political Biography, Toronto, University of Toronto Press, 1979.

14L’influence dont l’Ouest jouit sur les partis politiques traditionnels est profonde. C’est particulièrement évident dans le cas du Parti conservateur du Canada. Traditionnellement parti qui défend les intérêts de l’Est, il a des difficultés à répondre aux impulsions réformistes des années 1940. Il se tourne alors vers l’Ouest pour son renouveau et le renouvellement de son leadership alors que le Canada traverse une période de transformation. Le choix du parti se porte sur John Bracken, le Premier ministre du Manitoba, la province située en bordure de l’Ouest canadien. L’homme politique est un progressiste qui affectionne particulièrement la NonPartisan League américaine. Il prend la tête de ce vénérable parti en 1942 et le force à changer de nom. Il s’appellera Parti progressiste-conservateur du Canada pour refléter l’agenda réformiste de l’Ouest. Bracken lutte pour plus de réformes, surtout pour répondre aux besoins des groupes les plus vulnérables de la société, comme les personnes âgées et les jeunes, et pour un meilleur soutien public dans les zones rurales et où les ressources naturelles font face à des difficultés dans l’économie moderne. Il croit à une plus grande égalité entre les régions canadiennes. Inspirés par les discours de la démocratie jacksonienne, les Conservateurs, sous la houlette de leur nouveau chef, adoptent un ton très moralisateur et signalent que le pouvoir politique est une fois de plus entre les mains des élites du monde de la finance et des affaires et que la démocratie est menacée au Canada. Avec un chef issu de l’Ouest, l’équilibre serait rétabli et le « navire de l’État » redressé. Ce discours ne se traduit pas immédiatement par un succès électoral pour le Parti progressiste-conservateur, mais en l’espace de dix ans, le Canada se ralliera à ces idées18.

L’Ouest et le Parti progressiste-conservateur : un parti de protestation et de révolte

  • 19 Newman P., Renegade in Power: The Diefenbaker Years, Toronto, McClelland and Stewart, 1973 et 2014.
  • 20 Smith D., Rogue Tory: The Life and Legend of John G. Diefenbaker, Toronto, Macfarlane Walter & Ross (...)

15Avec ses assises dans l’Ouest, le Parti progressiste-conservateur reste un parti de protestation et de révolte et est régulièrement appelé à insuffler un nouveau dynamisme dans la mentalité canadienne et à mieux tenir le gouvernail de l’État. Dès 1957, l’Ouest opte pour les conservateurs alors qu’une fois de plus la région se révolte. Le Parti libéral, qui avait dominé la politique nationale depuis 1921 (hormis durant une brève période entre 1930 et 1935), était devenu, au milieu des années 1950, le parti qui se considérait comme destiné à gouverner. Bien qu’il ait bâti un État-providence, il était devenu arrogant et insensible aux besoins des Canadiens. Les conservateurs se tournèrent alors vers John Diefenbaker, un populiste de l’Ouest, qui leur offrait un leadership fougueux et un programme visionnaire promettant de restaurer la démocratie au Canada et de refréner les excès de l’élite dirigeante19. John Diefenbaker prend le pouvoir en 1957 et promet une nouvelle politique nationale pour rétablir l’équilibre dans le pays. Diefenbaker et ses conservateurs de l’Ouest sont convaincus de l’importance de la démocratie et d’un gouvernement « positif ». Ils s’engagent à abolir les différences régionales et les disparités économiques dans le cadre d’un projet politique national. S’ils n’acceptent pas le caractère biculturel et bilingue du Canada, ils conservent néanmoins des appuis solides dans l’Ouest. L’insurrection, ou la révolte de Diefenbaker, incarne à bien des égards une version vague et édulcorée de l’ancien populisme de l’Ouest20.

L’Ouest et la montée du conservatisme

  • 21 Laycock D., Populism and Democratic Thought in the Canadian Prairies, op. cit.

16Lorsque la carrière politique de Diefenbaker prend fin au début des années 1960, l’Ouest devient de plus en plus conservateur et les milieux d’affaires investis dans le pétrole et l’extraction des nouvelles ressources se révoltent à nouveau. La nouvelle classe professionnelle qui émerge dans l’Ouest est plus urbaine que rurale. La région est rapidement sujette à des changements économiques ainsi que démographiques : il y moins d’exploitations agricoles et moins d’agriculteurs, et ceux qui persistent pratiquent l’agriculture industrielle et sont plus conservateurs. Toute la scène politique adopte une position de droite et une nouvelle bourgeoisie devient le moteur d’une nouvelle mentalité ainsi que d’une nouvelle idéologie. De nombreux électeurs croient que l’État-providence et ses mesures de sécurité sociale sont allés trop loin21.

  • 22 Smith D., Prairie Liberalism. The Liberal Party in Saskatchewan, 1905-1971, Toronto, University of (...)
  • 23 Ignatieff M., Blood and Belonging: Journeys into the New Nationalism, Toronto, Penguin, 1993 ; Kyml (...)

17Comme les Libéraux contrôlent le gouvernement national, soutenus principalement par l’Ontario et le Québec, et continueront à le faire pendant une génération, de 1963 à 1984, l’Ouest ne participe pas à la refonte du Canada d’un État-providence à un État de service social, d’une nation biculturelle à une nation multiculturelle et libérale (avec un « l » minuscule22). L’Ouest y est opposé pendant le plus clair de la période, et lorsque la dynastie libérale prend fin en 1984, le gouvernement ne compte qu’un seul Libéral dans l’Ouest. Lors des six élections fédérales qui se dérouleront entre 1963 et 1984, le Parti libéral ne réussira qu’une seule fois à élire plus de dix députés dans l’Ouest (en 1968, quand les libéraux remportent onze sièges alors que les conservateurs en remportent vingt-cinq) bien qu’il détienne le pouvoir au niveau national. L’Ouest en vient à mépriser Pierre Trudeau, peut-être le plus connu des Premiers ministres canadiens, pour avoir créé l’État de service social et pour avoir essayé d’instaurer une « société juste ». Le but premier de Trudeau est de restaurer l’unité nationale en faisant appel au Québec. L’Ouest s’irrite du fait qu’il essaie de changer le discours historique, de dépasser la dichotomie français/anglais pour établir un nouveau paradigme qui transcende les animosités et les divisions historiques. Sous Trudeau, le Canada en tant que nation distincte est défini comme une nation civique qui intègre les idéaux libéraux du multiculturalisme, de la diversité et des droits individuels23.

  • 24 Gibbins R. et Laforest G. (dir.), Beyond the Impasse: Towards a Reconciliation, Montreal, Institute (...)

18Les habitants de l’Ouest considèrent que le plan de Trudeau est malavisé, que son but est de bâillonner leurs revendications au sein du Canada. Pendant la majeure partie de l’histoire récente de l’Ouest, les Canadiens du Centre, métropolitains et sophistiqués, trouvent qu’il prêche pour sa paroisse. L’Ouest déplore que l’État omniprésent avec ses institutions peu malléables empêche le marché et le Canada d’exercer leur magie grâce à l’attribution de primes et de pénalités. Le nouvel Ouest considère que le triomphe de l’État-providence, avec toute son armée de planificateurs n’est pas justice rendue, mais liberté perdue. La région se dresse contre les impôts élevés, les institutions de l’État-providence d’un fort gouvernement. Elle commence à défendre le secteur privé par opposition au secteur public de l’économie politique. L’Ouest en arrive à représenter l’individualisme radical plutôt que le populisme communautaire et est plus en phase avec l’idéologie de la « nouvelle droite » qui gagne du terrain dans la majeure partie du monde occidental depuis la fin des années 199024.

L’Ouest réécrit le discours canadien

  • 25 Il existe de très nombreux ouvrages sur la place du Québec dans la société canadienne. Voir par exe (...)
  • 26 Dobbin M., Preston Manning and the Reform Party, Toronto, James Lorimer & Company, 1991.
  • 27 Harrison T., Of Passionate Identity: Right-Wing Populism and the Reform Party of Canada, Toronto, U (...)

19À la fin des années 1980, alors que le Québec essaie de trouver des moyens de quitter le Canada25, le leitmotiv du nouvel Ouest est tout autre. Ce parti veut jouer un rôle plus important dans l’élaboration de politiques nationales pour susciter une nouvelle prise de conscience dans la nation, comme l’avaient fait ses prédécesseurs en se battant pour des réformes politiques dans les années 1930. En moins d’une décennie, la nouvelle insurrection allait réécrire le discours canadien, mais d’une façon diamétralement opposée à celle qui avait amené à la création de l’État-providence canadien dans l’après-guerre. Une fois de plus, un nouveau parti voit le jour dans l’Ouest, le Parti réformiste du Canada, issu du mécontentement d’une coalition de groupes d’intérêt qui se forme en 1986 pour exprimer les préoccupations de l’Ouest au sujet de l’économie et de la constitution du pays26. Le Parti réformiste est fondé officiellement en 1987 à Winnipeg le parti de gauche, a été créé, et élit comme chef Preston Manning, le fils d’Ernest Manning. Son programme électoral comprend les panacées populistes traditionnelles des Prairies, comme le libre-échange et la démocratie directe (référendums, initiatives populaires et révocation des députés) et la proposition de réforme du Sénat canadien pour que ce dernier soit égalitaire, élu, efficace et réponde mieux aux besoins de l’Ouest. Le Parti s’engage à promouvoir la décentralisation du Canada, la diminution de la taille, de la portée et des coûts du gouvernement en réduisant les dépenses relatives aux programmes de soutien aux secteurs sociaux et culturels (y compris le bilinguisme et le multiculturalisme) et il s’oppose fermement au statut spécial que le Québec réclame au sein de la Confédération27.

  • 28 Braid D. et Sharpe S., Breakup: Why the West Feels Left Out of Canada, Toronto, Key Porter Books, 1 (...)
  • 29 Nurse A., « A Necessary Precondition: Michael Ignatieff and the Dilemmas of Civic Nationalism », in(...)

20Le programme des réformistes représente une transformation extraordinaire dans l’Ouest. Depuis le début de sa colonisation, les partis politiques, de droite comme de gauche, ont démontré leur capacité à construire une société bienveillante. Toutefois, dans le néolibéralisme des années 1980, l’Ouest s’est montré particulièrement critique de la taille de gouvernement et en est arrivé à déplorer la dégradation de la cohésion sociale et l’affaiblissement des valeurs traditionnelles. Il voit l’État canadien en perpétuel état de crise après l’inclusion, en 1982, d’une Charte des droits et libertés dans la Constitution canadienne, divisé par des groupes de défense des droits rivaux (homosexuels et hétérosexuels, Amérindiens et non-Amérindiens, francophones et anglophones, immigrants et autochtones, ruraux et urbains). Cette situation est accentuée, selon l’Ouest, par le rejet des traditions et de l’histoire nationale, et le fait que l’État ne défend pas les institutions et les valeurs traditionnelles qui sont nécessaires pour assurer la stabilité et créer une communauté nationale28. La défense des droits, selon certains, a entraîné un très net déséquilibre entre droits et responsabilités qui engendre un « déficit civique » caractérisé par la tendance de certains groupes à défendre leurs intérêts particuliers, leur méconnaissance des valeurs démocratiques, de la notion de responsabilité civique et de citoyenneté. L’un des reproches les plus véhéments que l’on ait fait à la « révolution de la droite » est de ne pas avoir éliminé la fragmentation sociale et politique du Canada pour construire une communauté nationale et créer un sentiment d’appartenance fort à la nation29. L’Ouest se tourne une fois de plus vers le populisme parce qu’il croit que les institutions représentatives ne fonctionnent pas ; il veut garantir la responsabilité démocratique et la stabilité politique.

  • 30 Plamondon B., Full Circle: Death and Reconstruction in Canadian Conservative Politics, Toronto, Key (...)

21Pendant les années 1990, le soutien que l’Ouest apporte au Parti réformiste fait de ce dernier la nouvelle force politique dominante sur la scène nationale, surtout chez ceux qui sont désillusionnés par les partis politiques traditionnels. À ses débuts, il représente une formidable force régionale, mais n’est accepté que lentement par le Centre et l’Est du Canada. Aux élections générales de juin 1997, le Parti réformiste du Canada remporte un succès éclatant et devient la Loyale Opposition de Sa Majesté, titre donné au parti détenant le deuxième plus grand nombre de sièges à la Chambre des communes. Il obtient 60 sièges sur un total de 301 ; mais son électorat est presque exclusivement dans l’Ouest, il ne réussit pas à percer dans les autres régions du pays. Peu après toutefois, suite à un effort concerté, il s’unit aux autres éléments conservateurs au sein d’un nouveau Parti conservateur du Canada dont le soutien traditionnel est dans l’Ouest. Cela se produit en plusieurs étapes et, en 2006, l’ancien Parti progressiste-conservateur et le nouveau Parti réformiste fusionnent pour former le Parti conservateur du Canada sous la houlette de Stephen Harper, un autre homme de l’Ouest. Le Parti adopte un programme électoral qui met l’accent sur les réformes démocratiques et un appareil gouvernemental plus efficient et plus restreint, tout en abandonnant ou en cherchant à minimiser certaines de ses politiques sociales conservatrices plus litigieuses30. En 2006, le Parti conservateur remporte 124 des 308 sièges de la Chambre des communes, assez pour former le gouvernement national. De nombreux observateurs considèrent que les résultats de l’élection représentent une importante victoire pour l’Ouest, indiquant une réorientation du pouvoir politique au Canada vers les provinces de l’Ouest, en particulier vers la province prospère qu’est l’Alberta qui a élu Harper. Néanmoins, cette victoire n’aurait pu être possible sans l’appui des autres régions du Canada, ce qui semble attester que les idées soutenues par l’Ouest depuis le milieu des années 1970 ont finalement suscité l’intérêt du reste du pays. Harper devient le 22e Premier ministre du Canada le 6 février 2006. Il est réélu avec un second gouvernement minoritaire en 2008, puis un gouvernement majoritaire en 2011. L’Ouest a finalement étendu son influence sur la communauté politique canadienne et depuis près de dix ans, ses représentants gouvernent le pays.

  • 31 Voir Owram D., « Uncertain Promise: The Prairie Farmer and the Post-war Era », in R. D. Francis et (...)
  • 32 Cité dans Wells P., The Longer I’m Prime Minister: Stephen Harper and Canada, op. cit., p. 68.
  • 33 Nemni M., « The Incrementalist: Stephen Harper is a Patient Man on a Mission: Remaking Trudeau’s Ca (...)

22Avec l’arrivée au pouvoir du Parti de protestation conservateur de l’Ouest, la région s’est finalement approprié les leviers du pouvoir. Ce sont les Westerners qui répondent à la question qui a galvanisé la région pendant les deux décennies précédentes : dans quelle mesure peut-on compter sur le gouvernement et le marché pour l’organisation de la vie communautaire ? Les dépenses gouvernementales et le rôle du secteur public attisent depuis longtemps le mécontentement de l’Ouest qui privilégie l’individualisme. L’Ouest soutient que le citoyen est mieux placé que l’État pour savoir comment dépenser l’argent des impôts. Et, s’il est libre de l’allouer conformément aux mécanismes du marché, il peut contribuer au meilleur usage des ressources de la société tout en assumant la responsabilité de ses propres choix. L’Ouest demeure attaché à la stabilité politique, la prospérité nationale et le bien-être social, mais contrairement aux années 1930 pendant lesquelles les habitants souhaitent un rôle prépondérant pour l’État, ces derniers considèrent maintenant que le meilleur moyen de parvenir à l’efficacité, à la stabilité politique, au civisme et au bien-être des Canadiens est de réduire la taille du gouvernement, d’accorder une plus grande place aux marchés compétitifs et de redonner le contrôle aux citoyens. La notion de liberté économique se fonde sur la thèse que le contrôle par le consommateur des opérations du marché contribue à un fonctionnement efficient de la collectivité et à la maturité sociale de l’individu31. Dans l’Ouest, on considère que l’objectif du Centre et de l’Est du Canada est de concentrer l’économie du pays au Centre, c’est-à-dire de voler les richesses qui reviennent de droit à l’Ouest ; l’establishment libéral contrôlant les leviers économiques et politiques du pouvoir, peut forger une alliance avec un nombre substantiel d’éducateurs, de fonctionnaires et de journalistes canadiens. Les Westerners, à l’instar d’Irving Kristol, néoconservateur américain bien connu, pensent que ces derniers « partagent un désintérêt pour la richesse personnelle, une aversion pour l’économie de marché et une conviction que la meilleure façon d’améliorer la société passe par une plus grande intervention du gouvernement dans la vie économique du pays32 ». Le Parti conservateur s’attache ainsi à rétablir l’équilibre entre l’Ouest et le reste du Canada. Sous Trudeau, les Libéraux s’étaient servis de l’État pour transférer les richesses vers l’Est, mais Harper et son gouvernement conservateur sont déterminés à laisser dans l’Ouest les richesses qui y sont créées, surtout en réduisant les impôts sur le revenu des particuliers et des entreprises33.

  • 34 Nemni M., ibid.

23L’un des principaux objectifs à l’Ouest est donc de retirer l’argent des mains d’Ottawa et de le placer hors du contrôle du gouvernement fédéral dans sa quête des libertés individuelles. Les conservateurs accomplissent cette tâche de deux façons. Ils commencent par réduire la taxe sur les produits et services, seule taxe sur les ventes nationales, pour remettre l’argent dans les mains du contribuable tout en vidant les coffres d’Ottawa. Le budget du gouvernement fédéral s’en trouve donc réduit de douze millions de dollars. Dans leur budget de 2007, les Conservateurs trouvent encore un meilleur moyen pour alléger les finances de l’État. Intitulé « Rétablir l’équilibre fiscal », ce budget propose un nouveau calcul des paiements de péréquation fiscale aux provinces. Ces dernières n’arrêtent pas de se plaindre que les besoins sont dans les provinces, mais que l’argent est aux mains du gouvernement fédéral. Les conservateurs d’Harper y voient une occasion supplémentaire d’accomplir l’un de leurs objectifs : réduire la taille du gouvernement fédéral et, ce faisant, devenir des héros politiques dans l’Ouest. Toutes les provinces, l’Ontario compris, reçoivent de généreux montants du gouvernement fédéral, ce qui appauvrit, et de façon permanente, le gouvernement fédéral, minimisant ainsi la possibilité d’un retour de sitôt à de vastes bureaucraties d’État34.

  • 35 Nemni M., ibid.

24L’Ouest occupe une place importante dans l’histoire et la littérature du pays. Dans l’Ouest, c’est l’État, par le biais de sa force de police, qui est maintenant la Gendarmerie royale du Canada, avec d’autres acteurs institutionnels, qui contrôle la colonisation. Dans l’Ouest, lorsque le secteur agricole était dominant comme c’était le cas dans les années 1920 et 1930, il a aidé à construire la structure de la réforme qui était nécessaire pour créer l’État-providence après la Seconde Guerre mondiale. Ce qui est frappant, et pour certains inquiétant, c’est que ce virage vers le conservatisme social n’a pas empêché l’Ouest, à travers le nouveau Parti conservateur, d’étendre systématiquement son pouvoir et son influence dans le pays. Les visions sociales des conservateurs ont su toucher les communautés ethniques qui, traditionnellement, soutenaient le Parti libéral35. On a longtemps espéré au Canada que l’État pourrait fournir de nouveaux services sociaux imprégnés d’un sens élargi du bien et du bien-être que les catégories strictes et établies d’activités humaines ont chacune leur propre dessein et leur propre éthique. Tout ce qui pouvait alors améliorer la condition humaine était à la fois un espoir et une possibilité. Le développement social et la bonne volonté reposaient sur l’engagement à intégrer pleinement tous les citoyens dans la communauté nationale. Mais ce n’est plus le cas. Cette vision que l’Ouest a propagée des années 1930 aux années 1960 n’a pas survécu à l’incapacité des institutions étatiques à comprendre qu’elles ne pouvaient pas résoudre tous les problèmes de la société.

Notes

1 L’auteur tient à remercier Brigitte Hagues pour la traduction du texte original et Thomas Bredohl, directeur-adjoint de la faculté des lettres ainsi que David Malloy, vice-président à la Recherche de l’université de Regina pour leur soutien à ce travail.

2 Pour un examen du rôle que joue l’ironie dans la compréhension et le développement de l’homme voir Rorty R., Contingency, Irony, and Solidarity, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

3 Barman J., The West Beyond the West: A History of British Columbia, Toronto, University of Toronto Press, 1991.

4 Turner F. J., The Frontier in American History, New York, H. Holt, 1920 ; Faragher J. M., Rereading Frederick Jackson Turner: The Significance of the Frontier in American History and other Essays, New York, H. Holt, 1992.

5 Turner F. J., The Frontier in American History, op. cit., p. 3-4.

6 Voir Pessen E., Jacksonian America. Society, Personality, and Politics, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 1985.

7 Pour l’influence de Turner dans l’Ouest canadien, voir Pratt W. C., « Introduction to the 1997 Reprint of Paul Sharp, The Agrarian Revolt in Western Canada: An American Perspective » et Brown L., « Introduction to the 1997 Reprint of Paul Sharp, The Agrarian Revolt in Western Canada: A Canadian Perspective », in P. Sharp (dir.), The Agrarian Revolt in Western Canada, Regina, Canadian Plains Reprint Series, 1976, p. ix-xxviii.

8 Voir Sharp P., ibid., p. xiii.

9 C. Harris, « Regionalism », [http://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/regionalism/], consulté le 8 octobre 2014.

10 Fowke V. C., The National Policy and the Wheat Economy, Toronto, University of Toronto Press, 1957 ; Harris C., « Regionalism », op. cit.

11 Ces idées sont discutées dans Friesen G., The Canadian Prairies: A History, Toronto, University of Toronto Press, 1987, voir le chapitre viii, « Canada’s empire 1870-1900: The region and the National Policy », p. 162-194.

12 Harris C., « Regionalism », op. cit.

13 Laycock D., Populism and Democratic Thought in the Canadian Prairies, Toronto, University of Toronto Press, 1990.

14 Finkel A., The Social Credit Phenomenon in Alberta, Toronto, University of Toronto Press, 1989 ; Macpherson C. B., Democracy in Alberta: Social Credit and the Party System, Toronto, University of Toronto Press, 1953.

15 Whyte J. D., « Federalism Dreams », Queen’s Law Journal 34, 2008-2009, p. 1-24.

16 Bothwell R., Drummond I., et English J., Canada Since 1945: Power, Politics and Provincialism, Toronto, University of Toronto Press, 1989.

17 Richards J. et Pratt L., Prairie Capitalism: Power and Influence in the New West, Toronto, McClelland and Stewart, 1979 ; Gibbins R., Prairie Politics and Society: Regionalism in Decline, Toronto, Butterworths, 1980.

18 Kendle J., John Bracken. A Political Biography, Toronto, University of Toronto Press, 1979.

19 Newman P., Renegade in Power: The Diefenbaker Years, Toronto, McClelland and Stewart, 1973 et 2014.

20 Smith D., Rogue Tory: The Life and Legend of John G. Diefenbaker, Toronto, Macfarlane Walter & Ross, 1995.

21 Laycock D., Populism and Democratic Thought in the Canadian Prairies, op. cit.

22 Smith D., Prairie Liberalism. The Liberal Party in Saskatchewan, 1905-1971, Toronto, University of Toronto Press, 1970.

23 Ignatieff M., Blood and Belonging: Journeys into the New Nationalism, Toronto, Penguin, 1993 ; Kymlicka W., Finding our Way: Rethinking Ethnocultural Relations in Canada, Don Mills, Oxford University Press, 1998.

24 Gibbins R. et Laforest G. (dir.), Beyond the Impasse: Towards a Reconciliation, Montreal, Institute for Research on Public Policy, 1998 ; Brown L., « Introduction to… A Canadian Perspective », op. cit., p. xxviii.

25 Il existe de très nombreux ouvrages sur la place du Québec dans la société canadienne. Voir par exemple McRoberts K., Misconceiving Canada. The Struggle for National Unity, Toronto, Oxford University Press, 1997.

26 Dobbin M., Preston Manning and the Reform Party, Toronto, James Lorimer & Company, 1991.

27 Harrison T., Of Passionate Identity: Right-Wing Populism and the Reform Party of Canada, Toronto, University of Toronto Press, 1995.

28 Braid D. et Sharpe S., Breakup: Why the West Feels Left Out of Canada, Toronto, Key Porter Books, 1990.

29 Nurse A., « A Necessary Precondition: Michael Ignatieff and the Dilemmas of Civic Nationalism », in A. Nurse et R. Blake (dir.), Beyond National Dreams: Essays on Canadian Citizenship and Nationalism, Toronto, Fitzhenry Whiteside, 2009, p. 31.

30 Plamondon B., Full Circle: Death and Reconstruction in Canadian Conservative Politics, Toronto, Key Porter Books, 2006 ; Flanagan T., Harper’s Team: Behind the Scene in the Conservative Rise to Power, Montreal and Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2009 ; Wells P., The Longer I’m Prime Minister: Stephen Harper and Canada, Toronto, Random House of Canada, 2013.

31 Voir Owram D., « Uncertain Promise: The Prairie Farmer and the Post-war Era », in R. D. Francis et C. Kitzan (dir.), The Prairie West as Promised Land, Calgary, University of Calgary Press, 2007, p. 335-354.

32 Cité dans Wells P., The Longer I’m Prime Minister: Stephen Harper and Canada, op. cit., p. 68.

33 Nemni M., « The Incrementalist: Stephen Harper is a Patient Man on a Mission: Remaking Trudeau’s Canada », Literary Review of Canada, mars 2014, [http://reviewcanada.ca/magazine/2014/03/the-incrementalist/], consulté le 8 octobre 2014.

34 Nemni M., ibid.

35 Nemni M., ibid.

Auteur

University of Regina, Canada
Brigitte Hagues (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site