Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces du végétal

 | 
Isabelle Trivisani-Moreau
, 
Aude-Nuscia Taïbi
, 
Cristiana Oghina-Pavie

Troisième partie - Le végétal détourné

Les sources d’ornement végétal dans les Heures de Marguerite d’Orléans (Paris, BnF ms. lat. 1156B)

Mégumi Tanabé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, cf. M. Tanabé « Une nouvelle réflexion sur le style de l’ornement végétal dans les li (...)

1Le thème végétal dans les marges des manuscrits a spectaculairement évolué au xve siècle. Les simples rinceaux de feuillage et de fleurettes du siècle précèdent s’enrichissent et se diversifient d’une véritable profusion de détails et de couleurs. Malgré cette richesse ornementale, la difficulté d’identifier des espèces végétales ne nous incitait pas suffisamment à pousser l’analyse au-delà de la fonction -purement décorative. Autrement dit, la déformation et la confusion morphologique des espèces similaires ont été associées au manque d’intérêt des artistes pour distinguer l’un et l’autre1.

  • 2 BnF. ms. lat. 1156B. Sur ce manuscrit, voir entre autres, les travaux suivants : V. Leroquais, Les (...)
  • 3 Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la Maison royale de France, Pari (...)

2Néanmoins, cette question ne s’avère ni anodine, ni simple à résoudre lorsque l’on prend conscience de la complexité des agencements végétaux des Heures de Marguerite d’Orléans2. Dans ce manuscrit destiné à la fille de Louis d’Orléans et Valentine Visconti3, le choix et la figuration des végétaux ne correspondent plus aux modèles traditionnels copiés par des générations d’enlumineurs, mais évoquent plutôt des espèces inspirées de la vie quotidienne. En effet, chacun des végétaux que l’on trouve dans l’enluminure fait aussi partie intégrante du paysage, de la culture végétale et du travail à la campagne.

3Cette tendance semble témoigner d’un certain intérêt des artistes pour la reproduction du monde naturel. Grâce aux progrès techniques, à l’influence de la culture orientale renforcée par de fréquents échanges, ou encore en raison d’une approche nouvelle du rapport entre la réalité et la divinité, la sensibilité et la familiarité avec la nature se sont particulièrement développées au Moyen Âge tardif. Il convient également de tenir compte de l’évolution stylistique liée à l’intérêt grandissant pour le réalisme naturaliste.

4Pourtant, une observation attentive des espèces végétales présentes dans les marges de ce manuscrit nous amène à constater que leurs représentations ne sont pas toujours fidèles à la nature d’autant que certaines d’entre elles sont rares ou inexistantes en France à cette époque. On peut donc se demander ce qui motive le choix de ces végétaux en particulier.

Le mode de représentation de l’ornement végétal

  • 4 E. König, Les Heures de Marguerite d’Orléans, op. cit., p. 114-116.

5Les Heures de Marguerite d’Orléans sont ornées par diverses mains. D’après E. König, un peintre rennais commença le décor des pages vers 1426, mais n’acheva que le calendrier. Au plus tard vers 1430, le Maître de Marguerite d’Orléans lui succéda dans l’exécution des grandes miniatures et de la majorité de l’ornementation marginale. Enfin, vers 1450 et probablement à Paris, Étienne Sauderat réalisa quelques ajouts dans les marges des folios 13, 17, 102 et 1544.

  • 5 La main de ce Maître est identifiée dans les manuscrits suivants : Des cas des nobles hommes et des (...)
  • 6 Bien que l’activité du Maître de Marguerite d’Orléans à Rennes reste douteuse, son influence se ret (...)

6Parmi ces trois styles, celui du Maître de Marguerite d’Orléans se démarque très nettement. Les compositions du premier enlumineur sont enrichies par l’introduction de nouveaux motifs. Le Maître de Marguerite d’Orléans est effectivement connu pour ses décors marginaux habités de nombreuses saynètes et de végétaux peints dans un style naturaliste. Son style caractéristique a permis de lui attribuer plusieurs manuscrits5 ainsi qu’à ses épigones6, mais aucun ne montre un tel développement des motifs végétaux que les Heures de Marguerite d’Orléans. Ce constat du caractère unique du décor marginal dans la production du Maître pose la question de ses motivations.

  • 7 Voici la liste des espèces observées dans les Heures de Marguerite d’Orléans : abricotiers, acacia, (...)
  • 8 Sur les sources de la connaissance de la flore au Moyen Âge tardif, cf. M. Tanabé, La signification (...)
  • 9 La carrière du Maître de Marguerite d’Orléans est reconstituée par E. König. E. König, Les Heures d (...)
  • 10 Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 75.
  • 11 C. Boureaux, Les Plantes de la bible et leur symbolisme, Paris, Cerf, 2001, p. 20.
  • 12 Paris, BnF. ms. fol. 168.
  • 13 Ibid., fols. 25, 102, 137, 139.
  • 14 Ibid., fol. 135.
  • 15 Ibid., fols. 137, 174.
  • 16 Nous n’avons que quelques traces de la culture de l’olivier à Dijon et celle du grenadier à Paris à (...)
  • 17 Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fols. 148, 166, 174. Il s’agit ici de l’oranger amer « Citrus auranrium (...)

7Nous pouvons identifier quarante-six espèces végétales dans ce manuscrit7. Ce répertoire constitué par de nombreux arbres et plantes communs aux jardins, aux rivières et aux champs à cette époque8, suggère une observation directe du règne végétal par les artistes. Cependant, la présence d’espèces exotiques pour le nord de la Loire au xve siècle, montre que notre artiste n’a pu faire appel qu’à une connaissance empirique de la nature9. Ainsi l’acacia10, arbre de la famille des Mimosacées, appartient aux régions sèches et venteuses comme la péninsule de Sinaï, qui se rencontre d’ailleurs dans les Saintes Écritures11. Lorsqu’il s’agit de l’amandier12, du grenadier13, de l’olivier14 et du palmier dattier15, leurs références sont abondantes dans les domaines tant religieux que profanes. Pourtant l’acclimatation de ces espèces aux régions éloignées du bassin méditerranéen est introuvable ou extrêmement rare16. Nécessitant un climat tempéré, l’oranger ne se répand pas non plus rapidement en France17.

  • 18 L’influence italienne sur les Heures de Marguerite d’Orléans (Paris, BnF. ms. lat. 1156B) se retrou (...)
  • 19 Nous pouvons reconnaître les scènes de récolte des fruits suivantes : raisins (Paris, BnF. ms. lat. (...)
  • 20 P. Mane, op. cit., p. 260. De ce point de vue, l’intérêt s’oriente plus particulièrement vers Tacui (...)

8La figuration de ces espèces méditerranéennes semble témoigner d’une influence italienne que suggèrent aussi certains thèmes iconographiques des Heures de Marguerite d’Orléans18. Cette source d’inspiration pourrait également expliquer la récurrence des scènes de récolte des fruits dans ses marges19. Selon P. Mane, en effet, la récolte des fruits est un thème relativement rare dans l’enluminure française, mais nettement plus développé dans les manuscrits italiens20.

  • 21 Sur ses manuscrits, cf. P. Champion, La Librairie de Charles d’Orléans, Paris, H. Champion, 1910, p (...)
  • 22 Sur la composition de sa librairie, cf. Diane E. Booton, Manuscripts, market and the transition to (...)
  • 23 Cette hypothèse s’appuie sur mon étude menée grâce au soutien financier de la Kajima Foundation for (...)
  • 24 Sur la composition de la librairie de Charles d’Orléans, cf. G. Ouy, La librairie des frères captif (...)
  • 25 Ce fait peut se constater en partie par les documents suivants : L. de Laborde, Les Ducs de Bourgog (...)
  • 26 Deux Tacuinum Sanitatis (Paris, BnF. ms. fr. 222 ; BnF. ms. lat. 6977) mentionnés dans l’inventaire (...)

9On sait que Valentine Visconti a apporté avec elle en France des manuscrits lombards lors de son mariage avec Louis d’Orléans en 138921. Mais on ne trouve aucune piste intéressante pour expliquer la présence des images des espèces exotiques de notre livre d’heures dans la librairie de Valentine ou dans celle de Marguerite d’Orléans22. Par ailleurs, il n’est pas impossible que les manuscrits de Charles d’Orléans y jouent un certain rôle23. Héritier de la majeure partie de librairie de Valentine Visconti et Louis d’Orléans, Charles a enrichi la sienne à Blois où Marguerite demeura jusqu’à son mariage avec Richard d’Étampes24. En outre, Charles prêta des manuscrits à ce couple, même pendant sa longue captivité en Angleterre25. Pourtant, ces pistes n’offrent pas non plus de source figurative sur laquelle l’artiste aurait pu s’appuyer26.

10Si l’on se réfère maintenant à l’ensemble des composants de l’espace marginal de chaque page enluminée, les choix des espèces exotiques nous apparaissent d’autant plus problématiques. Ils font parfois partie intégrante de l’iconographie du pays lointain, mais plus souvent sa coexistence avec d’autres motifs végétaux indigènes se révèle incompatible d’un point de vue climatologique et géographique. En y regardant de plus près, on ne peut manquer de s’interroger sur la dimension symbolique des motifs végétaux.

La fonction symbolique des motifs végétaux

  • 27 M. Tanabé, op. cit., t. I, p. 92-139.

11Face au riche symbolisme des motifs végétaux, relever leurs significations dans l’iconographie chrétienne est un véritable défi. En croisant la symbolique religieuse avec la tradition antique, les données culturelles, botaniques et médicales, chaque espèce végétale ornant les Heures de Marguerite d’Orléans peut être associée à différents thèmes importants de la culture chrétienne comme le Salut, la Passion, le péché et la symbolique mariale27. Dès lors, aucun motif n’apparaît plus anodin qu’un autre, mais sa polysémie dissimule souvent la connotation symbolique sur laquelle l’artiste veut insister.

  • 28 Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 31.
  • 29 E. König n’a pas évoqué le caractère insolite de la scène de vendanges dans sa description de l’orn (...)
  • 30 Sur son symbolisme biblique, cf. entre autres M. Levi d’Ancona, The Garden of the Renaissance : bot (...)
  • 31 Ce programme iconographique est renforcé par la fonction symbolique d’autres motifs marginaux. M. T (...)

12Prenons, pour commencer, la scène de vendanges figurée dans la marge inférieure de l’Annonciation28[Fig. 1]. La majorité des motifs marginaux de cette page évoque le printemps en raison de la date de cette fête qui a lieu le 25 mars. Dans cette atmosphère printanière, la représentation de vendanges apparaît curieuse autant pour le choix que pour la saison29. En effet, cette activité agraire est un motif quasi exclusif du calendrier des mois de septembre dans les livres d’heures français. Ce sujet d’apparence profane prend toutefois une signification religieuse par le rapprochement traditionnel entre le travail de la vigne et le sacrement de l’Eucharistie30, de sorte que l’Annonciation est mise en perspective avec la Rédemption31.

  • 32 Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 139.

13Dans le même ordre d’idée, la présence des grenadiers encadrant la Mise en Croix32[Fig. 2] est intéressante. L’unité structurelle de l’ensemble de la page est plus clairement annoncée dans le cas présent par la représentation des femmes et des enfants se rendant au Golgotha. En outre, la diagonale du stipes de la Croix crée une ligne de composition fluide en la reliant à un groupe de personnages figuré au milieu de la marge extérieure.

  • 33 Le jus de grenade a été associé par Raban Maur au sang versé par le Rédempteur. M. Levi d’Ancona, o (...)

14Dans ce contexte iconographique, la représentation des grenadiers nous apparaît au premier abord comme un simple élément du paysage. La figuration insolite de la scène de récolte suggère toutefois une autre interprétation : les fruits qui sont recueillis dans les paniers et les tabliers ne sont pas les baies sphériques des véritables grenades, mais elles ont clairement une forme de goutte. Cette morphologie suggère une évocation du jus des grenades, dont la valeur symbolique renvoie au sang qui s’écoule des plaies du Christ figuré dans l’image principale33.

  • 34 Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 137.

15Par cette signification, le grenadier représenté en marge du Portement de Croix34[Fig. 3] montre l’unité graphique et iconographique de la page. Du point de vue graphique, le rapport entre la miniature et les motifs marginaux apparaît nettement par la disposition parallèle de deux iconographies liées entre elles : le chemin de Croix dans l’image principale et l’Entrée du Christ à Jérusalem dans l’espace marginal. C’est la même chose avec la reprise du groupe de la Vierge Marie dans ces deux scènes bibliques. Au sein de cette composition, le chemin sinueux de la marge extérieure nous apparaît comme un écho du chemin du Calvaire conduisant le Christ vers le sommet du Golgotha dans l’image principale.

  • 35 La fonction symbolique de la grenade est ancienne et extrêmement riche. Sur sa signification dans l (...)

16En considérant ce parallélisme éloquent, la représentation des grenades éclatées au sommet du chemin figuré plus haut prend un nouvel éclairage. Par leur association avec la symbolique du sang versé par le Rédempteur autant que par leur position dans la marge qui est spatialement proche du sommet de Golgotha dans l’iconographie du Portement de Croix, ces fruits ouverts peuvent être perçus comme une préfiguration du sacrifice du Christ35. Ainsi la présence de ce motif contribue à articuler deux épisodes du cycle de la Passion rarement figurés ensemble dans la tradition chrétienne.

  • 36 Ce sujet iconographique illustre le calendrier de novembre dans les Heures de Marguerite d’Orléans (...)
  • 37 Ibid., fol. 158v.
  • 38 Ibid., fol. 161v.
  • 39 Ibid., fol. 163. La représentation des trois glands n’est pas aussi évidente que les deux exemples (...)

17Si l’on considère, comme je le propose, que la fonction symbolique d’un motif végétal puisse être conditionnée par son mode de figuration, alors il nous faut nous attarder sur les représentations du chêne dans notre manuscrit. Habituellement cantonné à la scène de la glandée dans les livres d’heures français36, le chêne s’inscrit ici également dans l’ornement marginal de trois autres miniatures : Dieu en Majesté37[Fig. 4], le Baptême de Jésus38[Fig. 5] et la Trinité39[Fig. 6], où il présente la particularité de ne porter que trois glands.

  • 40 Gn. 18, 1-15.
  • 41 Sur cette valeur symbolique, ce motif faisant partie de la scène de la délivrance d’Orléans (ibid., (...)

18Parmi les citations iconographiques du chêne associées au chiffre trois dans l’art chrétien se trouve le fameux épisode des visiteurs d’Abraham au chêne de Membré : l’Éternel apparaît à Abraham au chêne de Membré sous la forme de trois hommes distincts. L’un d’eux lui annonce que Sara, sa femme stérile, va mettre au monde un garçon40. En raison de la présence des trois visiteurs très tôt interprétés comme une manifestation de la Trinité, cet épisode est devenu emblématique du dogme trinitaire. Ce symbolisme est effectivement souligné dans les Heures de Marguerite d’Orléans par la représentation des trois fruits accrochés aux branches du chêne qui font écho à la miniature principale41.

  • 42 Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 135. Le jeu symbolique de ces motifs permet d’évoquer, en s’associ (...)
  • 43 Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fols. 144, 168. La dimension symbolique de ces deux derniers motifs est (...)

19À la lumière de ces exemples, d’autres motifs figurés de façon inhabituelle peuvent s’expliquer par une interprétation symbolique : l’olivier portant trois rameaux et trois feuilles dans la scène de balayage des rameaux en forme d’alphabet42, la présence de châtaigniers lors de la scène de glandée et enfin la cohabitation des amandiers portant tantôt des fruits, tantôt des fleurs dans le même espace marginal43.

  • 44 La fonction symbolique des motifs végétaux dans les Heures de Marguerite d’Orléans se complique dav (...)

20Ainsi, l’ornement végétal n’est pas figuré en vertu d’une volonté de reproduire la nature ou le modèle préexistant, mais pour ses significations symboliques en lien avec d’autres éléments constitutifs du manuscrit44.

Fig. 1 : Annonciation

Fig. 1 : Annonciation

(Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fo. 31)

Fig. 2 : Mise en Croix

Fig. 2 : Mise en Croix

(Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fo. 139)

Fig. 3 : Portement de Croix

Fig. 3 : Portement de Croix

(Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fo. 137)

Fig. 4 : Dieu de majesté

Fig. 4 : Dieu de majesté

(Paris, BnF. ms. lat. 1156B, f. 158v)

Fig. 5 : Baptême du Sauveur

Fig. 5 : Baptême du Sauveur

(Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fo. 161v)

Fig. 6 :Trinité

Fig. 6 :Trinité

(Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fo. 163)

Notes

1 Sur ce point, cf. M. Tanabé « Une nouvelle réflexion sur le style de l’ornement végétal dans les livres d’heures bretons au xve siècle », C. Connochie-Bourgne et S. Douchet (dir.), Effets de style au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, coll. « Senefiance », n58, 2012, p. 262.

2 BnF. ms. lat. 1156B. Sur ce manuscrit, voir entre autres, les travaux suivants : V. Leroquais, Les Livres d’heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, Bibliothèque nationale, 1927, t. I, p. 67-70, pl. 46-50 ; E. König, Les Heures de Marguerite d’Orléans, Paris, Cerf-Bibliothèque nationale, 1991 ; F. Avril et N. Reynaud, Quand la peinture était dans les livres : les manuscrits enluminés en France 1440-1520, Paris, Flammarion / Bibliothèque nationale, 1993, p. 28-29. Ce manuscrit est consultable sur http://gallica.bnf.fr/

3 Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la Maison royale de France, Paris, la Compagnie des libraires, 1726, t. I, p. 207.

4 E. König, Les Heures de Marguerite d’Orléans, op. cit., p. 114-116.

5 La main de ce Maître est identifiée dans les manuscrits suivants : Des cas des nobles hommes et des femmes (Chantilly, Musée Condé. ms. 858) ; deux Grandes chroniques de France (Châteauroux, Bibliothèque municipale. ms. 5 ; Paris, BnF. Cabinet d’Estampes. Ad. 133) ; (Paris, BnF. ms. fr. 2605) ; Heures de Marie de Rieux (Édimbourg, National Library of Scotland. Dépôt du Collège catholique de Blairs. ms. 32 ; New York, Pierpont Morgan Library. m. 190 ; Paris, BnF. ms. lat. 1170 ; Tours, Bibliothèque municipale. ms. 217) ; Secrets de l’histoire naturelle (Paris, BnF. mss. fr. 1377-1379) ; Livre d’heures (Paris, BnF. ms. Rothschild. 2534) ; Livre du gouvernement des rois et des princes et des secrets d’Aristote (Princeton, University Library. Garrett. ms. 130) ; Livre d’heures à l’usage de Poitiers (Vatican, Biblioteca Apostplioca Vaticana. Rossiano, ms. 119). Sur le Maître de Marguerite d’Orléans, voir entre autres Les Manuscrits à peintures en France du xiiie au xvie siècle, Paris, Impr. A. Tournon, 1955, p. 113-115 ; E. König, Les Heures de Marguerite d’Orléans, op. cit. ; F. Avril et N. Reynaud, op. cit., p. 28 ; Diane E. Booton, Manuscripts, market and the transition to print in late medieval Brittany, Farnham, Ashgate, 2010, p. 51-53.

6 Bien que l’activité du Maître de Marguerite d’Orléans à Rennes reste douteuse, son influence se retrouve dans de nombreux livres d’heures bretons : Heures à l’usage de Rennes (Baltimore, Walters Art Gallery. ms. 221) ; Livre d’heures à l’usage de Nantes (New York, Pierpont Morgan Library. m. 63) ; Heures de Pierre II (Paris, BnF. ms. lat. 1159) ; Heures de Jean de Montauban et Anne de Kérenrais (Paris, BnF. ms. lat. 18026) ; Livre d’heures à l’usage de Rennes (Rennes, Bibliothèque Métropole. ms. 28) ; Heures de Catherine de Rohan et Françoise de Dinan (Rennes, Bibliothèque Métropole. mss. 34, 34b, 34ter) ; Heures de Jean de Montauban (Rennes, Bibliothèque Métropole. ms. 1834). Sur la question de l’existence de l’atelier d’enluminure en Bretagne, cf. E. König, « Un atelier d’enluminure à Nantes et l’art du temps de Fouquet », Revue de l’Art, no 35, 1977, p. 64-75 ; id., « Enluminure à Rennes à la fin de la Guerre de Cent Ans », Artistes, artisans et production artistique en Bretagne au Moyen Âge, Rennes, Université de Haute-Betagne, 1983, p. 121-126 ; A. Mussat, « Un manuscrit reconstitué à la Bibliothèque Municipale de Rennes », Bulletin Monumental, no 144, 1986, p. 153-155 ; Diane E. Booton, « School of Rennes reconsidered », Gesta, no 44, 2005, p. 31-45 ; id., Manuscripts, market and the transition to print in late medieval Brittany, op. cit., p. 50-95.

7 Voici la liste des espèces observées dans les Heures de Marguerite d’Orléans : abricotiers, acacia, acanthes, amandiers, ancolies, aspérules odorantes, aubépines, blés, bleuets, buis, calebasses, campanules, cerisiers, chardons, châtaigniers, chênes, chicorées, figuiers, fraisiers de bois, giroflées, grenadiers, groseilliers, houx, jonc, lauriers, mouron, mûriers, myosotis, nénuphars, nielle des blés, œillets, oliviers, orangers, palmiers, pâquerettes, pêchers, pervenches, poiriers, pommiers, ronce, roses, silènes, soucis, véroniques, vignes, violettes. Certaines identifications sont corrigées depuis mon travail publié en 2012. M. Tanabé, art. cit., p. 258-259.

8 Sur les sources de la connaissance de la flore au Moyen Âge tardif, cf. M. Tanabé, La signification et la fonction symbolique de l’ornement végétal dans les livres d’heures bretons au xve siècle, thèse de doctorat nouveau régime, Université Paris X, 2008, t. I, p. 29-34.

9 La carrière du Maître de Marguerite d’Orléans est reconstituée par E. König. E. König, Les Heures de Marguerite d’Orléans, op. cit., p. 95-100. D’après cet auteur, l’artiste se serait installé à Rennes après sa formation à Paris et à Bourges. Même si le parcours de cet enlumineur reste encore mystérieux, il nous semble difficile d’imaginer son voyage lui-même dans les régions méridionales où poussent les essences.

10 Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 75.

11 C. Boureaux, Les Plantes de la bible et leur symbolisme, Paris, Cerf, 2001, p. 20.

12 Paris, BnF. ms. fol. 168.

13 Ibid., fols. 25, 102, 137, 139.

14 Ibid., fol. 135.

15 Ibid., fols. 137, 174.

16 Nous n’avons que quelques traces de la culture de l’olivier à Dijon et celle du grenadier à Paris à la fin du xive siècle. Cf. M. Paul-Seth, Recherche en vue d’une reconstitution matérielle du jardin médiéval, thèse inédite, EHESS, 1980, t. I, p. 236 ; E. Antoine « Des choses qui peuvent être faites pour la délectation […] des cours et vergers », Sur la terre comme au ciel : Jardins d’Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, la Réunion des musées nationaux, 2002, p. 137.

17 Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fols. 148, 166, 174. Il s’agit ici de l’oranger amer « Citrus auranrium » qui a été introduit par des Arabes en Sicile.

18 L’influence italienne sur les Heures de Marguerite d’Orléans (Paris, BnF. ms. lat. 1156B) se retrouve également dans d’autres motifs marginaux comme la représentation de saint Pierre crucifié sur une croix renversée (ibid., fol. 167) et la scène de pèlerinage pour la Terre Sainte du couple princier de Marseille (ibid., fol. 174). Ils sont rarement traités dans l’enluminure française, mais familiers à la peinture italienne. Pour le premier sujet, cf. N. Reynaud, Jean Fouquet : Les Heures dÉtienne Chevalier, Dijon, Faton, 2006, p. 160 et L. Réau, Iconographie de l’art chrétien, Paris, PUF, 1958, t. III-II, p. 79, 845-855 pour le deuxième.

19 Nous pouvons reconnaître les scènes de récolte des fruits suivantes : raisins (Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 31) ; grenades (ibid., fol. 139) ; châtaignes (ibid., fol. 144) ; oranges (ibid., fol. 166) ; mûrons (ibid., fol. 169) ; pommes (ibid., fol. 179).

20 P. Mane, op. cit., p. 260. De ce point de vue, l’intérêt s’oriente plus particulièrement vers Tacuinum Sanitatis. Fréquemment illustré en Italie du Nord à la fin du xive siècle, ce traité de diététique est effectivement riche non seulement de scènes de cueillette de fruits, mais aussi d’espèces végétales méditerranéennes. C. Opsomer, L’Art de vivre en santé. Images et recettes du Moyen Âge. Le « Tacuinum Sanitaitis » (ms. 1041) de la Bibliothèque de l’Université de Liège, Alleur, Perron, 1991, p. 24.

21 Sur ses manuscrits, cf. P. Champion, La Librairie de Charles d’Orléans, Paris, H. Champion, 1910, p. LXIX-LXXI.

22 Sur la composition de sa librairie, cf. Diane E. Booton, Manuscripts, market and the transition to print in late medieval Brittany, op. cit., p. 319-320.

23 Cette hypothèse s’appuie sur mon étude menée grâce au soutien financier de la Kajima Foundation for the Arts. « Les Sources d’inspiration de l’ornement végétal dans les Heures de Marguerite d’Orléans (Paris, BnF. ms. lat. 1156B) », Kajimabijutsukenkyu, n28, 2011, p. 481-489 (en japonais).

24 Sur la composition de la librairie de Charles d’Orléans, cf. G. Ouy, La librairie des frères captifs : les manuscrits de Charles d’Orléans et Jean d’Angoulême, Turnhout, Brepols, 2007.

25 Ce fait peut se constater en partie par les documents suivants : L. de Laborde, Les Ducs de Bourgogne, Paris, Plon frères, 1852, t. III, no 6497-6498.

26 Deux Tacuinum Sanitatis (Paris, BnF. ms. fr. 222 ; BnF. ms. lat. 6977) mentionnés dans l’inventaire des manuscrits de Charles d’Orléans sont apportés d’Angleterre en 1440. Avant cette date, nous ne trouvons pas, dans sa librairie, de traités de botanique et d’agriculture comportant des représentations des végétaux méditerranéens. G. Ouy, op. cit., p. 35-54.

27 M. Tanabé, op. cit., t. I, p. 92-139.

28 Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 31.

29 E. König n’a pas évoqué le caractère insolite de la scène de vendanges dans sa description de l’ornement marginal de l’Annonciation. E. König, Les Heures de Marguerite d’Orléans, op. cit., p. 76-77.

30 Sur son symbolisme biblique, cf. entre autres M. Levi d’Ancona, The Garden of the Renaissance : botanical symbolism in Italian painting, Firenze, L. S. Olschki, 1977, p. 162-164 ; C. Boureaux, op. cit., p. 108-110.

31 Ce programme iconographique est renforcé par la fonction symbolique d’autres motifs marginaux. M. Tanabé, op. cit., t. I, p. 180-181, 184.

32 Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 139.

33 Le jus de grenade a été associé par Raban Maur au sang versé par le Rédempteur. M. Levi d’Ancona, op. cit., p. 316.

34 Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 137.

35 La fonction symbolique de la grenade est ancienne et extrêmement riche. Sur sa signification dans la scène du pèlerinage des Heures de Marguerite d’Orléans (Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 25), cf. M. Tanabé, art. cit., p. 260-261.

36 Ce sujet iconographique illustre le calendrier de novembre dans les Heures de Marguerite d’Orléans (Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 11).

37 Ibid., fol. 158v.

38 Ibid., fol. 161v.

39 Ibid., fol. 163. La représentation des trois glands n’est pas aussi évidente que les deux exemples précédents. Pourtant, la lecture plus attentive nous permet de la reconnaître dans la scène de chasse figurée dans la marge inférieure.

40 Gn. 18, 1-15.

41 Sur cette valeur symbolique, ce motif faisant partie de la scène de la délivrance d’Orléans (ibid., fol. 171) peut évoquer l’ardente aspiration à un retour au pouvoir de la dynastie orléanaise. Commandé par Charles d’Orléans pour sa soeur, ce manuscrit a effectivement de bonnes raisons d’exprimer ce désir. M. Tanabé, « La phase de l’ornement des Heures de Marguerite d’Orléans (Paris, BnF. ms. lat. 1156B) », Stella : études de langue et littérature françaises, n° 30, Fukuoka, Département de Littérature française de l’Université du Kyushu, 2011, p. 94-98 (en japonais).

42 Paris, BnF. ms. lat. 1156B. fol. 135. Le jeu symbolique de ces motifs permet d’évoquer, en s’associant aux autres éléments constitutifs de la page, le désir de voir la libération de Charles d’Orléans qui est toujours captif en Angleterre. Ibid., p. 91-94.

43 Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fols. 144, 168. La dimension symbolique de ces deux derniers motifs est abordée dans ma thèse, mais reste à argumenter. M. Tanabé, op. cit., t. I, p. 237-238, 290-191.

44 La fonction symbolique des motifs végétaux dans les Heures de Marguerite d’Orléans se complique davantage par leur rapport avec le destinataire du manuscrit. Pour ce point, cf. M. Tanabé, « La fonction signifiante de l’ornement marginal des livres d’heures bretons du xve siècle », H. Bouget, M. Coumert, (dir.), En Marge, Brest, Centre de Recherche Bretonne et Celtique Université de Bretagne Occidentale, coll. « Histoire des Bretagnes », n5, à paraître.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Annonciation
Crédits (Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fo. 31)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 2 : Mise en Croix
Crédits (Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fo. 139)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 3 : Portement de Croix
Crédits (Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fo. 137)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 4 : Dieu de majesté
Crédits (Paris, BnF. ms. lat. 1156B, f. 158v)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 5 : Baptême du Sauveur
Crédits (Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fo. 161v)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42302/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 6 :Trinité
Crédits (Paris, BnF. ms. lat. 1156B, fo. 163)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42302/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Auteur

Université Tezukayamagakuin, Osaka

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540