Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces du végétal

 | 
Isabelle Trivisani-Moreau
, 
Aude-Nuscia Taïbi
, 
Cristiana Oghina-Pavie

Troisième partie - Le végétal détourné

L’arbre en psychologie : une trace, deux interprétations

Benoît Fromage

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Introduction : Phénoménologie de la trace

  • 1 N. Depraz, La Conscience, approches croisées des classiques aux sciences cognitives, Paris, A. Coli (...)

1La phénoménologie est l’étude des faits de conscience à travers l’expérience vécue, c’est-à-dire singulière et engagée1. Si l’on décortique l’expérience de la trace laissée par le promeneur sur la grève que vient de découvrir la marée, on peut relever plusieurs caractéristiques. Il faut un support qui accueille et transforme l’appui en empreinte faisant surgir une forme sur un fond. Celle-ci témoigne d’un passage, d’un événement qui s’est passé, attestant à son tour d’un changement entre un état antérieur et un état postérieur. Il y a désormais un avant, un après et la trace saille sur l’espace alentour.

2La trace émerge dans l’espace mais aussi dans le temps, elle est début d’une histoire. Elle est quelque chose qui reste d’un moment qui n’est plus. La trace est la base indispensable à la construction de l’histoire, de toute histoire.

3Mais pour passer du statut de signifiant à celui de signifié, la trace nécessite un regard, un observateur qui incorpore dans un cadre plus grand et construise un sens c’est-à-dire qui installe une provenance et une direction. La trace appartient à un ensemble. Elle est signe de quelque chose d’autre qui n’est pas donné et indique une absence. La trace donne à voir et dirige vers du non directement accessible. Elle ne se suffit pas à elle-même, elle est « trace », porteuse d’une signification nécessitant un tiers qui relie la forme à ce qui l’a suscitée. La trace est un signifiant qui, pour accéder au signifié, impose un tiers.

4Ce tiers peut être expert et reconstruire un univers de significations à partir d’une trace mais ce peut être plus sûrement l’auteur qui déplie les matériaux contenus dans la trace laissée.

5Signal d’un changement entre deux états, la trace peut être minérale, animale ou végétale mais on lui assigne d’emblée d’être dépositaire d’un passé. On perçoit moins facilement qu’elle contient un futur car cette trace sur le sable ne témoigne t-elle pas du déplacement dans une direction ? La trace en installant le début d’une histoire induit une suite, une orientation qui se résoudra peut-être dans l’effacement ou d’autres pas… La trace est porteuse d’une visée et c’est plus particulièrement ce qui caractérise la trace végétale. Elle est dirigée vers le futur, vers un plus. Elle n’est pas inerte à la manière de la trace minérale ou animale. Elle continue d’être présence et la visée qu’elle comporte en elle-même n’implique pas un tiers pour s’exprimer. La trace végétale est autonome, en mouvement, un mouvement auto-engendré et imperceptible pour le règne animal car la plante est fixe mais pas immobile.

  • 2 F. Hallé, Éloge de la plante, pour une nouvelle biologie, Paris, Seuil, 2004.

6Conçu comme immobile, le végétal dispose d’une mobilité et même de plusieurs. L’une est réactive au monde extérieur à la manière des plantes aquatiques qui ondulent dans l’eau ou des branches frémissant à la brise ou se tordant sous la tempête. L’autre est interne, orientée par la quête d’énergie, et suscite la croissance. Le déplacement de l’animal peut être comparé à la croissance de la plante, l’un est fugace, l’autre pérenne2. La plante permet de toucher le temps qui s’étire dans la forme végétale : la plante végétalise le temps. La croissance végétale nécessite la construction de nouveaux tissus, elle est donc plus lente et plus courte que le déplacement animal qui peut se déployer sur des milliers de kilomètres.

  • 3 F. Hallé, op. cit., M. Moffett, Le Monde des cimes, exploration de la canopée tropicale, Paris, Art (...)

7Dans le déplacement animal comme dans la croissance végétale des changements sont observables qui s’effectuent selon des différents. Le rythme animal comparé au végétal est frénétique. Ainsi, si l’on considère l’écoulement du temps comme variable et que l’on applique un coefficient de 100 au temps animal, une minute correspond approximativement à deux heures en temps végétal3. On peut alors observer à vue d’œil la réalité de la croissance : les feuilles sortent des bourgeons, les rameaux s’étirent… Si on accélère encore de 100, la minute de l’observateur correspond à huit jours de croissance végétale : les plantes bondissent et s’élancent avec vigueur dans l’espace… La croissance-déplacement du végétal est relative à un rythme temporel.

8Enfin la plante en tant que système coloniaire dans son écosystème semble immobile et peut ainsi sans éveiller le moindre soupçon coloniser de vastes espaces au point de se voir soudain qualifiée d’invasive.

9En résumé ce qui caractérise la trace végétale c’est de donner forme au temps et de loger la mobilité selon un rythme temporel plus lent que dans le régime animal.

10Le temps n’est pas fossilisé mais continue d’opérer selon un différent de celui de l’animal. Le mouvement réside au cœur du méristème – ensemble de cellules qui assurent en bout de tige l’élaboration des nouveaux tissus – comme une tendance à aller de l’avant. Cette production de cellules est potentiellement sans limites chez les végétaux pérennes rendant leur croissance illimitée : le végétal toujours en partance porte en lui la durée, une durée passée et à venir.

  • 4 S. Meyer, C. Reeb, R. Bodeveix, Botanique, biologie et physiologie végétales, Paris, Maloine, 2008.

11La trace est au fondement de l’histoire mais la trace végétale installe un rapport différent au temps, lui donnant forme et le stockant de manière spécifique. À la différence de la trace minérale ou animale qui cristallise le passé et nécessite un interprète, la trace végétale continue de s’élancer et de vivre de manière autonome. Elle s’actualise en continu par l’intermédiaire des méristèmes : elle avance. Toujours en partance, elle ouvre au futur, un futur en train de se faire. La trace végétale ne cesse pas d’être vivante, elle dispose d’un avenir s’élaborant au présent. La trace végétale installe non seulement un rythme temporel plus serein mais aussi des durées longues, ouvertes sur un avenir qui tend vers l’illimité4.

  • 5 G. Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1987.
  • 6 F. Brentano, Psychologie du point de vue empiriques, Paris, Aubier, 1874, rééd. 1944.

12Rapportées à l’être humain, ces observations sont fécondes tant on sait que son tourment principal est lié au vécu du temps : perpétuellement torturé par le temps, habité du souci permanent de l’histoire, en arrangement continuel de la trace en vue de durer jusqu’à être éternel5. Cette propension est portée par l’activité psychique dont la caractéristique est « d’être dirigé vers ». Cette visée, au fondement du psychisme qu’elle définit6, est partagée avec le monde végétal. Outre que le végétal est origine et condition de l’animal, la trace végétale s’accorde avec le psychisme en genèse perpétuelle de lui-même et avec le désir d’éternité.

13L’arbre synthétise parfaitement ces deux voies de la trace végétale. Mémoire du passé, il enregistre tout et l’histoire s’inscrit dans sa forme comme dans sa matière. Qui n’a jamais ausculté les cernes sur le fût ou les stries sur la planche pour déceler les événements notés ? Archive vivante, il est une trace végétale pérenne et sa durabilité face à l’éphémère peut être exploitée jusqu’à devenir emblème.

  • 7 C. Drénou, Face aux arbres, apprendre à les observer pour les comprendre, Paris, Éd. Ulmer, 2009.

14Pourtant il est aussi programme dans la mesure où sa croissance est tout entière dirigée par la quête de ressources, lumineuse et minérale. Son développement peut être considéré comme un empilement de séquences de vie qui relatent l’adoption de différentes stratégies adaptatives au cours de son existence. Même à un stade de sénescence avancé, l’arbre n’en finit pas de finir, fractionnant sa mort sur de très longues périodes. Il contient dans son génome des stratégies de réserve comme autant de capacités de rebond pour assurer sa survie amenant les spécialistes à parler d’immortalité potentielle7. Ces ajustements adaptatifs donnent à l’arbre une dimension programmatique, une forme d’aptitude à anticiper. Tout comme il dispose sur son tronc d’une multitude de bourgeons invisibles inhibés mais aptes à jaillir, ses méristèmes fomentent en permanence la résilience en fonction des conditions du milieu. L’arbre possède de la trace végétale cette qualité d’un futur intégré, d’un futur en élaboration continue qui le fait vivant à chaque instant et pas seulement dépositaire d’un passé.

1. Connivences entre l’arbre et l’humain

15L’arbre appartient au règne végétal, l’humain au règne animal. L’homme n’a pas de nature commune avec l’arbre. L’arbre est comme d’une autre planète et pourtant depuis longtemps l’être humain entretient avec lui des rapports de proximité. Il est un familier de l’humanité c’est-à-dire qu’il fait partie de la famille, un parent presque. Parfois comme en arboriculture ou en sylviculture il semble apprivoisé mais il n’est que momentanément courbé.

16Cette connivence, protégée par une altérité absolue, est attestée par l’histoire des civilisations sur les plans des mythologies, des pratiques rituelles ou de la vie quotidienne. Citons par exemple ces arbres cosmologiques – arbres des origines – qui participent à l’aube de civilisations comme celui (ficus religiosa) à l’ombre duquel le Bouddha reçut l’illumination ou encore ce « malus » qui engendra la chute humaine sur terre selon la tradition hébraïque ou encore le frêne Yggdrasill (fraxinus) qui, dans la mythologie germanique, engendra le premier couple humain. Il y a aussi Ceiba, l’arbre sacré des Mayas qui pousse au centre du monde en portant les couches du ciel ou Kien-mou l’arbre chinois dont les branches touchant le ciel sont reliées par les racines aux sources souterraines où se tapit la mort…

  • 8 M. Cazenave, Encyclopédie des symboles, Paris, Le livre de poche, 1996.

17Considéré comme le symbole des symboles tant est grande sa polysémie, son ambivalence fondamentale, « être des deux mondes qui unit le haut et le bas »8, en lui se coalisent les quatre éléments fondamentaux et organisent la verticalité. Pour Bachelard l’arbre est l’une des plus grandes verticales de la vie imaginative :

  • 9 G. Bachelard, La Terre et les rêveries de repos, Paris, Librairie J. Corti, 1984, p. 299.

Vivre comme un arbre ! Quel accroissement… Aussitôt nous sentons les racines travailler, nous sentons que le passé n’est pas mort, que nous avons quelque chose à faire, aujourd’hui, dans notre vie obscure, dans notre vie souterraine, dans notre vie solitaire, dans notre vie aérienne. L’arbre est partout à la fois9.

  • 10 R. Dumas, Traité de l’arbre, Arles, Actes Sud, 2002.

18L’analogie arbre-homme offre de nombreux espaces d’identification10. Jadis on plantait un arbre à la naissance d’un enfant. On plante encore aujourd’hui des arbres pour signaler des événements importants et leur insuffler une durée qui vise l’éternité.

19Citons ces analogies anatomiques entre les pieds humains et celui de l’arbre puis entre le corps et le tronc, les bras et les branches, la tête et la cime, l’œil et le bourgeon, …ces analogies physiologiques entre feuilles et poumons, sève et sang jusque dans le bois de cœur…, analogies encore entre développement humain et germination, croissance, floraison, fructification, dégradation et mort, cycle d’une vie cycle des saisons, succession des générations formalisée dans l’arbre généalogique… L’arbre par sa structure modélise l’organisation de savoirs en classes hiérarchisées. Il procure une représentation permettant de relier et d’ordonner des éléments entre eux. La science y puise pour systématiser les connaissances, mais aussi pour proposer des images fécondes tel l’arbre de l’évolution des espèces de Darwin.

20À l’origine mythique de nombre de civilisations, jalon dans l’histoire d’une société, dans l’histoire individuelle, l’arbre se rencontre dans de multiples registres du quotidien. Du tronc découpé en rondelles, qui a fourni les premières roues, au bois utilisé en navigation, tous les domaines de l’activité humaine lui sont redevables. De fait l’arbre est support de l’activité humaine dans tous les registres y compris psychiques. « Les forêts précédent les peuples » disait Chateaubriand. L’arbre accompagne tous les développements des civilisations ainsi que de nombreux moments du quotidien : l’arbre est avenir de l’homme.

2. L’arbre en psychologie

21L’arbre est une entité lointaine et proche mais sans confusion possible de genre. En étant spécifiques, les lois qui régissent le domaine végétal éclairent sur un angle différent celles du domaine animal. L’arbre peut être un réservoir extraordinaire de métaphores permettant de transférer du sens du domaine végétal dans le domaine humain par substitution analogique. Ainsi la proximité entre l’arbre et l’humain transforme le dessin d’arbre en une trace opportune de son auteur. Reste à voir les conditions de production et d’interprétation de cette trace végétale.

2.1. Projection et interprétation

  • 11 K. Koch, Le Test de l’arbre, Bruxelles, Editest, 1949.

22Le test de l’arbre11 constitue la première utilisation de l’arbre en psychologie. Le principe est simple : quand on dessine un arbre, on se dessine. Des éléments de la personnalité de l’auteur sont projetés dans le dessin à partir de la consigne : « dessinez un arbre ». Par projection il faut entendre au sens général l’opération par laquelle un contenu psychique est déplacé et localisé à l’extérieur. La projection constitue un processus naturel qui fonde le rapport quotidien de l’homme au monde et participe ainsi à son élaboration, les contenus projetés sur l’environnement contribuant à le façonner. Le test de l’arbre s’inscrit dans le courant des méthodes projectives qui évaluent la personnalité plutôt selon une conception psychopathologique. Le dessin, censé exprimer la personnalité du dessinateur, est une trace végétale qui impose un expert pour interpréter, sans cadre théorique explicite de référence. Face à la polysémie et en l’absence des commentaires de l’auteur du dessin d’arbre, le travail d’interprétation de la trace se révèle aléatoire et limité.

2.2. Identification et émancipation

  • 12 B. Fromage, L’Épreuve des Trois Arbres, bilan de situation, accompagnement et développement de la p (...)
  • 13 B. Fromage, Le Bilan psychologique à l’aide de l’Épreuve des Trois arbres, manuel d’utilisation, Pa (...)

23L’Épreuve des Trois Arbres procède par identification12. L’identification opère tout au long du développement humain et notamment au cours de l’enfance et de l’adolescence où ce mécanisme joue un rôle majeur. L’identification, action de se mettre en position « d’être comme », correspond au fait d’établir une ressemblance entre soi et un support, ici l’arbre. Ceci est possible car des correspondances spontanées existent entre éléments appartenant à ces deux ensembles distincts que sont l’humain et l’arbre. L’identification ne correspond pas à l’utilisation superficielle de quelques mots repérables mais à l’endossement par l’arbre dessiné et raconté d’attributs humains. Ainsi dans l’ETA, l’arbre devient propriétaire (mes feuilles), il exprime un état affectif qu’il peut qualifier (me déprime, m’ennuie), il a des souhaits, des besoins (bouger), il peut évoquer un sentiment d’appartenance (on)13. Ce faisant, l’auteur du récit devient véritablement arbre. L’auteur parle de lui-même en faisant agir et parler l’arbre. En quelques consignes, il s’est identifié à l’arbre. L’ETA c’est « dessiner des arbres et raconter leur histoire comme s’ils parlaient », constituer une métaphore vécue de sa propre histoire.

  • 14 Ibid.

24Contrairement au test de l’arbre, on ne projette pas des morceaux de soi à partir d’une sollicitation verbale, on devient un arbre qui « peut » parler. Ceci a deux conséquences épistémologiques. L’arbre en tant que totalité unifie les contenus, les solidarise. Ensuite le dessin réalisé est mis en langage à partir du point de vue de la personne ce qui supprime les dérapages interprétatifs14. La suite du protocole – 12 étapes et non 1 comme dans le test de l’arbre – a pour but d’affiner ce discours subjectif. Le parcours en forme d’épreuve crée un espace intermédiaire vécu, un entre-deux, un « entre humain et arbre » où l’arbre en tant que réalité botanique sert de référentiel autant pour produire que pour interpréter.

3. Une trace, deux interprétations

Fig. 1 : Arbre no 1 « L’arbre en psychologie : une trace, deux interprétations »

Fig. 1 : Arbre no 1 « L’arbre en psychologie : une trace, deux interprétations »

25Cet arbre pourrait sembler un peu standard. Il est dessiné par une femme de 55 ans, sans problèmes psychologiques particuliers sur le plan professionnel comme privé.

Analyse en fonction du test de l’arbre

26Le test de l’arbre a été proposé par Koch et ses travaux constituent la référence pour l’analyse des protocoles. Il a utilisé plusieurs sources : données statistiques, graphologiques et symboliques. Le relevé des signes est principalement fait en référence à des critères pathologiques mais les catégories psychologiques utilisées pour classer ne sont pas définies.

27L’analyse consiste à isoler le plus systématiquement possible des signes graphiques et à leur associer une catégorie psychologique puis à regrouper ces observations pour rédiger la synthèse. L’arbre ci-dessous dessiné peut faire l’objet des commentaires suivants :

28Arbre centré sur la page : bon cadrage social

29Ligne de sol tranchée : coupure entre l’inconscient (souterrain) et le conscient

30Tronc élargi à la base : difficultés à apprendre, inhibition

31Lignes de tronc présentant une symétrie : personnalité modèle

32Branches tubes : impulsivité, emportement, indétermination, peur de l’avenir, indécision

33Division des branches : division, partage

34Branches se divisant en deux : ambivalence et incertitude

35Feuillage abondant : besoin de contacts

36À propos de ces observations on peut relever :

37- des informations contradictoires (ex : personnalité modèle/indétermination) : comment choisir ?

38- des catégories psychologiques floues (ex : indétermination/incertitude), portées par des jugements de valeur (ex : bon cadrage social) ou pas de même niveau classificatoire (ex : personnalité modèle/difficulté à apprendre) ;

39- l’arbitraire des orientations du compte rendu possible : quels aspects privilégier dans le compte rendu ? Ce qui converge vers le négatif (indétermination, peur de l’avenir, etc.) ou ce qui souligne des aspects plus positifs (personnalité modèle, bon cadrage social, etc.). Et, si on utilise ces expressions, quelle interprétation en fera la personne et pour quelles conséquences ?

Analyse en fonction de l’Épreuve des Trois Arbres

40La procédure débute du bas vers le haut en décrivant le système racinaire, le tronc, le houppier selon les catégories de l’arbre botanique.

41Ligne de sol horizontale nettement établie : sol porteur

42Tronc à base évasée, dressé, large, sans traces ou rejets : bonne assise au sol peut supporter un houppier important.

43Houppier porté par trois branches charpentières se ramifiant et portant aux extrémités des feuilles. La branche de droite est plus large que celle de gauche. Le houppier est équilibré par rapport à l’axe du tronc et la présence du feuillage montre une activité de photosynthèse. Le développement plus marqué de la branche de gauche indique que l’arbre a disposé lors de sa croissance de plus d’espace dans cette direction.

44Ces observations sont référées à une description botanique et en conséquence échappent aux jugements de valeurs et interprétations arbitraires. Avec le test de l’arbre, on dispose généralement d’un seul dessin. Avec l’Épreuve des Trois Arbres on continue de favoriser l’expression de la personne en associant un récit à partir de la consigne suivante (E4) : « Racontez l’histoire de cet arbre comme s’il parlait ».

45E 4, A 1 +

46« Moi je suis solide, je suis un homme. J’aime le soleil, j’aime la vie, je suis content c’est tout. » Texte lapidaire qui met l’accent sur le genre (masculin) de l’arbre et sa totale satisfaction dans la vie.

47Bien sûr on ne pouvait imaginer à la faveur de l’analyse selon le test de l’arbre de tels développements mais ce n’est pas tout… Un second puis un troisième dessins associés chacun à un récit sont demandés dans le cadre de la phase 1, les voici :

Fig. 2 : Arbre no 2 « L’arbre en psychologie : une trace, deux interprétations »

Fig. 2 : Arbre no 2 « L’arbre en psychologie : une trace, deux interprétations »

48Même profil que le précédent (A1) mais les charpentières coupées récemment sont porteuses de rejets denses.

49E 4, A 2 -

50« Je suis moche et pourtant quand elle m’a dessiné elle m’a dit qu’elle adorait les têtards de T. Là je ressemble à des testicules poilus, à trois testicules poilus, c’est dommage. »

51Le genre est précisé avec référence aux organes génitaux masculins en surnombre et inesthétiques par différence avec le têtard, arbre recépé régulièrement qui repousse.

Fig. 3 : Arbre no 3 « L’arbre en psychologie : une trace, deux interprétations »

Fig. 3 : Arbre no 3 « L’arbre en psychologie : une trace, deux interprétations »

52Le tronc est élevé, plus frêle que les dessins précédents avec deux boursouflures. Le houppier à port descendant est constitué de branches fines parsemées de feuilles et dirigées vers le sol.

53E 4, A 3

54« Je suis une fille, une fille fragile au bord de l’eau. J’aime mes jolies petites feuilles. Je suis fragile mais jolie, je suis fragile mais personne ne me veut de mal. »

55A3 est une fille fragile sans que cela soit inquiétant et qui apprécie certaines de ses parties (les feuilles).

56Synthèse des étapes 1 à 4

57Les dessins présentent des profils bien différenciés avec une progression de la présentation du houppier : érigé, tronqué, descendant. Dans les trois récits la thématique du genre est présente.

58A1 = masculin et solide,

59A2 = masculin + une partie des organes de reproduction + inesthétique,

60A3 = féminin + esthétique.

61L’arbre rend compte de manière analogique de la réalité humaine. Avec l’ETA les productions sont variées (dessins et récits) et permettent des développements singuliers. L’analyse est référencée à l’arbre botanique et les textes sont analysés selon un mode pragmatique et fonctionnel centré sur l’arbre : que fait l’arbre et comment ?

62Le test de l’arbre aboutit à une fermeture, l’Épreuve des Trois Arbres ouvre de nouveaux horizons.

4. L’Épreuve des Trois Arbres, le déroulé d’une trace inaugurale (phase 1) et son amplification (phase 2)

63Empreinte initiale, le dessin est le début d’une histoire vécue en douze étapes. L’ETA comporte trois phases correspondant successivement à la réalisation de l’arbre de base (E 1 à 8), de l’arbre mythique (E 8 à 11) et à la confrontation biographique qui coïncide avec un retour réflexif sur l’étape 1. Les deux phases ont la même structure : dessins d’arbres, sélection affective d’un dessin, association d’images aux dessins, histoire des arbres, explicitation selon un guide d’entretien des arbres préalablement sélectionnés comme attractif et répulsif et histoire collective de ces arbres.

64L’ETA utilise des techniques afin de mettre en scène le discours intérieur. Mettre en scène, c’est non seulement accéder à un dire et le dire mais aussi agir dans un cadre ici délimité par l’espace végétal de l’arbre. Le dispositif sollicite l’acteur. Dessiner un arbre n’est pas suffisant pour atteindre, formaliser et extérioriser sur un mode analogique sa propre histoire sur différents niveaux de conscience. L’accès aux circonvolutions subjectives n’est pas aisé et l’auteur ne sait pas tout ce qu’il sait ou feint de ne pas savoir. Il est nécessaire de créer les conditions d’accès à différents plans de conscience et d’expérience en se calant au plus près des fonctionnements psychologiques.

65Le dispositif condense l’évocation d’une histoire humaine, passé, présent et futur réunis. Il pose l’histoire subjective d’une manière créative, renouvelant le point de vue de la personne sur elle-même. L’ETA est une formulation mais également une expérience vécue, un dire et un agir.

  • 15 B. Fromage, Ibid.

66L’ETA est basée au niveau de la lecture et de l’analyse sur une conception botanique de la personne, une assimilation de la personne à un arbre. Partant de l’équation « un arbre = une personne », le protocole est produit et utilisé en restant exclusivement dans le domaine de l’arbre. La situation ou la problématique psychologique est évoquée par l’intermédiaire de l’arbre selon une approche descriptive et fonctionnelle15. En coupant le recours à des systèmes d’évaluation et d’interprétation peu utiles à la personne, les conflits de valeurs aussi bien au niveau intra qu’intersubjectif sont évités. Ce qui est dit ou fait à travers l’arbre vaut pour la personne aussi bien au niveau d’un bilan qu’en termes d’accompagnement éventuel sous forme par exemple d’un Cahier de l’Arbre.

5. Prolongement de la trace végétale : le Cahier de l’Arbre

67Le Cahier de l’Arbre (CA) est une technique qui prolonge les observations issues de l’ETA sous forme d’un accompagnement psychologique. La succession des séances forme un cheminement que le cahier formalise. Le cahier fait trace, lien et histoire. Ainsi il est possible de se reporter à des séances précédentes, de les considérer à distance en les comparant à des réalisations plus récentes, de faire des liens, de contempler le chemin parcouru. La logique est la même que dans l’ETA : la personne se « déguise » en arbre, aborde et traite sa situation sur un mode métaphorique. Ce qui est joué influe sur le joueur.

68Le contrat est de ne parler que par arbre interposé selon un langage qualifié de « langage arbre ». On recourt à la production de dessins, d’histoires qui peuvent être initiées spontanément par la personne ou à l’aide de techniques comme des suggestions, des phrases à prolonger, des documents (type photolangage), etc. L’arbre est l’acteur central et ses fonctions évoluent dans la succession des séances selon les logiques internes à la personne. Les interventions consistent à questionner certaines positions, à souligner les contradictions, à renverser les perspectives en se référant au domaine végétal selon une démarche maïeutique qui écarte jugements de valeur, évaluation, interprétation.

69Ainsi, selon les opportunités, on peut évoquer qu’un arbre n’a pas toujours besoin de son tuteur, que de l’arbre coupé peuvent jaillir des rejets, qu’une entaille cicatrise, qu’un arbre serré dans une forêt est longiligne à l’opposé de celui poussant seul… L’accompagnateur prend une position active en créant les sollicitations adéquates pour diversifier la perspective sur l’arbre voire l’inverser, esquissant la possibilité d’un autre point de vue. Ainsi, face à un arbre à « port pleureur », il est possible de signaler que les branches touchant le sol peuvent s’enraciner et donner lieu à de nouveaux ancrages, à une stabilité renforcée ou à des rejets (marcottes). Un arbre creux peut être l’occasion de questionner sur d’éventuels habitants mettant ainsi en scène la fonction refuge de l’arbre. En prenant le contre-pied de ce qui peut être le vide ou la séquelle d’une blessure, on évoque la vie qui continue sur d’autres modes selon des schèmes de transformation quasi illimités.

70Toute situation est occasion de développements botaniques qui évoquent de manière imagée une possibilité d’adaptation que la personne ajuste à sa situation. La métaphore peut induire ou non un cheminement car le moment n’est pas opportun ou la formulation inadéquate. Peu importe car l’impact du langage imagé issu du domaine végétal n’a jamais l’effet potentiellement dévastateur d’une interprétation.

71Les séances découlent les unes des autres sans souci d’un parcours préalablement planifié. La cohérence vient après coup. Mais l’arbre en tant que structure de sens guide l’élaboration : quelle que soit la direction adoptée et investiguée à l’aide de l’arbre-botanique-métaphore, une signification apparaît et des solutions créatives émergent en provenance de la personne elle-même.

72Parmi les compétences requises pour utiliser cette méthodologie il est nécessaire de développer une véritable culture de l’arbre et en tout premier lieu dans le registre botanique : comment « ça marche » un arbre ?

Conclusion : L’arbre, porte-voix de la personne

73L’originalité du dispositif « Épreuve des Trois Arbres » porte sur la création et l’exploitation de la trace végétale en utilisant à fond l’analogie entre l’arbre et l’Être humain. L’arbre botanique est le référentiel dans l’élaboration du protocole comme dans son analyse. L’instrument, construit selon une épistémologie compréhensive, a comme parti pris de mettre en valeur les ressources d’une situation définie par la personne elle-même.

74La trace végétale ici consiste non seulement à produire des dessins et des textes associés à l’arbre mais aussi à stimuler en filigrane la figure tutélaire de l’arbre. L’arbre amplifie les spécificités de la trace végétale qui a pour caractéristique de comporter en soi du futur, un futur déjà là, à la manière de la graine en dormance ou de l’activité des méristèmes qui suggère analogiquement que le passé prend sa source dans l’avenir qui lui-même se façonne au présent.

  • 16 B. Fromage, « Cadres pour une clinique de l’anticipation », Éducation Permanente, 2008, 176, p. 22- (...)

75Cette dimension de futur présente au cœur de la trace végétale est fondamentale car elle restaure en psychologie la capacité à anticiper sans laquelle aucun avenir personnel n’est possible16. Personne ne peut vivre sans avenir. L’ETA, par la médiation de l’arbre, rétablit une personne en capacité de choisir et d’orienter son histoire à venir. La personne à travers la trace produite peut directement accéder à ses données et puiser dans les significations suggérées sur un mode imagé par l’arbre.

76L’arbre invite à relever la tête pour entrevoir au delà des nuages qui occultent l’espace le ciel immense toujours déjà là et constamment bleu… Il contribue à restaurer une verticalité et une cohérence entre le bas et le haut : l’avenir est tout entier dans ce mouvement de relever la tête et de porter le regard là-bas, pour guider les pas maintenant.

Notes

1 N. Depraz, La Conscience, approches croisées des classiques aux sciences cognitives, Paris, A. Colin, 2002.

2 F. Hallé, Éloge de la plante, pour une nouvelle biologie, Paris, Seuil, 2004.

3 F. Hallé, op. cit., M. Moffett, Le Monde des cimes, exploration de la canopée tropicale, Paris, Arthaud, 1995.

4 S. Meyer, C. Reeb, R. Bodeveix, Botanique, biologie et physiologie végétales, Paris, Maloine, 2008.

5 G. Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1987.

6 F. Brentano, Psychologie du point de vue empiriques, Paris, Aubier, 1874, rééd. 1944.

7 C. Drénou, Face aux arbres, apprendre à les observer pour les comprendre, Paris, Éd. Ulmer, 2009.

8 M. Cazenave, Encyclopédie des symboles, Paris, Le livre de poche, 1996.

9 G. Bachelard, La Terre et les rêveries de repos, Paris, Librairie J. Corti, 1984, p. 299.

10 R. Dumas, Traité de l’arbre, Arles, Actes Sud, 2002.

11 K. Koch, Le Test de l’arbre, Bruxelles, Editest, 1949.

12 B. Fromage, L’Épreuve des Trois Arbres, bilan de situation, accompagnement et développement de la personne, Paris, In Press, 2011.

13 B. Fromage, Le Bilan psychologique à l’aide de l’Épreuve des Trois arbres, manuel d’utilisation, Paris, Eurotest édition, 2012.

14 Ibid.

15 B. Fromage, Ibid.

16 B. Fromage, « Cadres pour une clinique de l’anticipation », Éducation Permanente, 2008, 176, p. 22-36. B. Fromage, « La souffrance d’un temps barré à travers l’Épreuve d’Anticipation de Mario Berta ; Liliane 91 ans, Alfred, 11 ans », J. Finkelstein-Rossi, L. Fernandez (dir.), Techniques projectives : 12 cas cliniques, Paris, In Press, 2011, p. 267-290.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Arbre no 1 « L’arbre en psychologie : une trace, deux interprétations »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 2 : Arbre no 2 « L’arbre en psychologie : une trace, deux interprétations »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 3 : Arbre no 3 « L’arbre en psychologie : une trace, deux interprétations »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42300/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

Auteur

Université d’Angers, LPPL EA 4638, SFR Confluences 4201, L’UNAM

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540