Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Quatrième partie. Les chemins de l’engagement au PS : des acteurs bretons témoignent

Intervention orale de François Cuillandre, maire de Brest

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Mon itinéraire personnel ressemble beaucoup à celui de Bernard Poignant.

Les origines familiales

2Je suis né en 1955 à Brest dans une famille originaire du Conquet. Ma famille de marins-pêcheurs venait de Molène et mon grand-père avait 9 ou 10 enfants, puis pour des raisons de commodités (scolarisation), la famille s'est installée au Conquet où j'ai passé mon enfance. Mon père, marin dans la Marine marchande était absent plusieurs mois pas an. J'ai eu une formation catholique, j'ai été enfant de chœur et j'ai fréquenté l'école des curés, d'ailleurs il n'y avait que quelques élèves à l'école publique, « l'école du diable ». Ensuite, j'ai fait mes études au collège et au lycée catholique Charles de Foucault de Brest où je suis resté jusqu'au baccalauréat malgré une affaire qui m'a beaucoup marqué lorsque j'étais en 5e. Mon oncle, curé et enseignant dans cet établissement s'est marié avec une femme de service qui est devenue ma tante.

3Comme Bernard Poignant, « je ne suis pas tombé dans la marmite » de la politique quand j'étais tout petit. Je ne viens pas d'une tradition familiale de gauche. Mon père était centriste, dans le cadre de la démocratie chrétienne forte dans le Léon, il était plutôt pour Jean Lecanuet (Centre démocrate) et les réformateurs (avec Jean-Jacques Servan Schreiber), avant qu'en 1974, Lecanuet rejoigne V. Giscard d'Estaing. À la maison, on lisait La Vie catholique.

4Il faut dire que le port du Conquet est situé dans la circonscription léonarde de Landerneau, dans cette « terre des prêtres » qui a élu Gabriel de Poulpiquet (UNR) en 1958, la plus à droite de France : en juin 1968, elle l'a réélu au 1er tour avec 88,3 % des voix. Il faut lire André Siegfried et son Tableau politique de la France de L'Ouest (publié en 1913), pour se rappeler du combat entre l'abbé Gayraud, élu député à la fin du xixe siècle, invalidé et réélu contre un grand aristocrate, pour comprendre l'ancienneté de l'orientation à droite de cette région.

Formation et engagement

5J'ai fait des études de droit à l'université de Brest. Puis, j'ai suivi des cours à l'IEP de Paris, je suis diplômé de Sciences Po et je suis docteur en droit. J'ai adhéré à l'UNEF, à la base, mais j'étais plus attiré par l'action politique que par le syndicalisme. Très jeune, j'ai été intéressé par la vie politique. Deux moments m'ont marqué : en 1969 et en 1974. Mon plus vieux souvenir en politique remonte à la campagne pour les élections présidentielles de 1969 que je suivais en allant voir la télévision chez ma grand-mère. Les interventions du candidat Michel Rocard m'ont marqué (tant sur le fond que sur la forme). J'étais attiré par les idées du PSU sans avoir adhéré à ce parti. Le deuxième moment a été celui des Assises du socialisme en 1974 quand Michel Rocard et les rocardiens de la CFDT ont rejoint le PS. Dès le départ, j'ai été fasciné par Michel Rocard, ses idées, sa rigueur intellectuelle. Je me situe donc dans la deuxième gauche au sein du PS mais d'ailleurs moins dans une sensibilité catholique de gauche que dans une tendance libertaire. J'ai plus lu Proudhon que Marx. Je n'ai jamais été marxiste et je me reconnais dans un rocardisme ouvert.

6J'ai adhéré au PS pendant mon service militaire et mon adhésion a d'ailleurs été antidatée car il était interdit de faire de la politique à l'armée. J'ai adhéré en premier au PS avant d'adhérer à un courant. D'ailleurs à Brest et dans le Finistère, Rocard et les rocardiens sont majoritaires au moment du congrès de Rennes en 1990 (59,7 % des voix pour sa motion) et il a l'appui de la plupart des élus. Mais à Brest, contrairement à Quimper, le PCF est fort et il faut faire l'union de la gauche pour gagner les élections. Au sein du PS, des élus de plusieurs tendances travaillent ensemble sans problème : Pierre Maille élu maire de Brest en 1989 a signé la motion Mauroy-Jospin et le député Jo Gourmelon est fabusien.

Parcours professionnel et politique

7Après mes études, j'ai travaillé à l'inspection des impôts. Je suis parti à Clermont-Ferrand et ensuite en région parisienne dans les Yvelines, le département de Michel Rocard. J'ai été responsable de la section PS de La Celle-Saint-Cloud où j'ai même été candidat aux élections municipales de 1983, mais c'est une ville qui vote à droite à 75 ou 80 %. Je suis revenu à Brest en 1985 où j'ai pris des responsabilités locales au PS puis au niveau fédéral. J'ai été le premier secrétaire fédéral de 1990, au lendemain du congrès de Rennes, à 2000. En 1989, avec Pierre Maille comme maire dont j'ai été l'adjoint, nous avons repris la mairie de Brest. Et de 1988 à 1993, j'ai été chargé de mission au ministère des DOM-TOM comme collaborateur de Louis Le Pensec où j'ai beaucoup appris. En 1993, je suis devenu maître de conférence de droit public dans cette université, à l'université de Bretagne occidentale.

8La responsabilité de secrétaire fédéral du PS est un poste très intéressant avec des hauts et des bas. Les bas : le congrès de Rennes a été dévastateur pour nous : échecs électoraux en 1992 et 1993 aux élections cantonales, régionales et législatives où nous avons pris une raclée magistrale passant de quatre députés à un : seul Louis Le Pensec a été réélu à Quimperlé. Les hauts : avec Lionel Jospin, les élections présidentielles de 1995 montrent une remontée confirmée dans le Finistère par les élections municipales qui suivent. En effet, le PS conserve ses villes et regagne Morlaix. Les crises apparaissent bien dans la fluctuation des effectifs du PS : 2 310 adhérents en 1989, 1 200 en 1994 après le drame des législatives de 1993.

9La dissolution de l'Assemblée nationale par le président Jacques Chirac en 1997 va me permettre d'être élu député de mon village natal dans la circonscription dite de Brest-rural. Pour la première fois dans l'histoire, elle a basculé à gauche. Je dois dire un grand merci à Charles Pasqua qui en redécoupant les circonscriptions avant 1988 a inclus deux cantons urbains brestois en pensant les noyer dans une 3e circonscription conservatrice. Mais là aussi, la situation politique évolue et il y a maintenant plusieurs maires de gauche. Le 1er juin 1997, le Finistère élit 6 députés PS sur 8. Louis Le Pensec et Marylise Lebranchu entrent dans le gouvernement Jospin. L'année suivante, le conseil général du Finistère bascule à gauche, Pierre Maille en devient président et dans la foulée le PS obtient trois sénateurs dont une femme : Yolande Boyer. Les résultats électoraux de 2001 (cantonaux et municipaux) sont nettement moins bons même si je suis élu maire de Brest à la tête de la liste de la gauche. L'échec de Lionel Jospin aux élections présidentielles de 2002 se répercute sur les élections législatives : je suis battu dans ma circonscription, le PS retombant à trois députés dans le Finistère en juin.

10Intervention orale enregistrée, transcrite et résumée par Christian Bougeard.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540