Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces du végétal

 | 
Isabelle Trivisani-Moreau
, 
Aude-Nuscia Taïbi
, 
Cristiana Oghina-Pavie

Troisième partie - Le végétal détourné

« [C]es arbres pour qui mes vers / Ouvrent si justement ma veine » : l’écriture du végétal dans « La Maison de Sylvie » de Théophile de Viau

Marine Ricord

Entrées d'index

Géographique :

France

Note de l’éditeur

Ode VI, v. 19-20, p. 340. Toutes les références renvoient à l’édition des Œuvres poétiques de Théophile de Viau, préparée par G. Saba (Classiques Garnier, « Poche Littérature », 2008). Nous mentionnons à côté du numéro des vers celui des pages.

Texte intégral

  • 1 Ode I, v. 2, p. 318.

1« La Maison de Sylvie » est un long poème de dix odes, écrit au début du xviie siècle par Théophile de Viau, poète à la sensibilité baroque ; l’œuvre a été composée en hommage à ses protecteurs, le duc et la duchesse de Montmorency, appelée dans le texte Sylvie et assimilée ainsi à une divinité de la forêt. L’idée de ce poème date de l’été 1623, début de la tragique tourmente judiciaire du poète : à l’initiative des Jésuites qui lui reprochent ses œuvres libertines, Théophile de Viau est condamné « à être brûlé vif comme aussi ses livres brûlés », puis arrêté et emprisonné à la Conciergerie pour presque deux ans. Juste avant, il a trouvé refuge au château des Montmorency à Chantilly. C’est dans son cachot obscur qu’il poursuit l’écriture de « La Maison de Sylvie », publié à l’automne 1624 : surgies des ténèbres en un contraste émouvant, les beautés du parc de Chantilly se nourrissent de la mémoire reconnaissante du poète. C’est ainsi que le végétal, « traits vivants d’une peinture1 » et d’un passé heureux, s’inscrit ici dans une poétique de l’empreinte. Nous nous attacherons donc à examiner non seulement de quelle manière le végétal apparaît dans le poème : il est une source d’inspiration féconde, pris entre une rêverie sur la nature et une tradition littéraire revisitée. Mais nous analyserons aussi le dispositif d’écriture qui place le végétal dans une écriture de la « mémoire », dernier mot de « La Maison de Sylvie ».

Le végétal, un matériau poétique

  • 2 Ode I, v. 68-70, p. 320.
  • 3 Ode III, v. 1-2, p. 327.
  • 4 Ode III, v. 21-22, p. 327.
  • 5 Ode III, v. 43-44, p. 328.
  • 6 Ode VI, v. 21-22, p. 340.
  • 7 Ode VII, v. 39, p. 345.
  • 8 Ode VII, v. 13, p. 344 ou Ode II, v. 118, p. 326.
  • 9 Ode II, v. 90 et 110, p. 325.
  • 10 Ode II, v. 118-20, p. 326.

2« La Maison de Sylvie » est un poème d’éloge et s’intègre dans la tradition encomiastique ; il célèbre les hôtes du domaine de Chantilly, et plus particulièrement, le « logis du parc » aimé de Sylvie, où se cachait Théophile, et la nature qui l’entoure. Cet endroit se situe au sud-est du château, partie la plus sauvage et forestière du parc. Au début des années 1620, le parc n’a pas encore bénéficié des aménagements de Le Nôtre, qui ne commenceront qu’en 1662. La nature n’y est pas aussi domestiquée : le domaine est boisé et marécageux, parcouru par une rivière, la Nonette, et ses ruisseaux. Néanmoins, à la fin du xvie siècle, puis en 1604, les propriétaires ont fait construire près de l’étang, dit « de Sylvie » depuis Théophile, une « fontaine », un petit pavillon, un parterre et une faisanderie. Voilà pour la réalité historique. Que décrit le poème ? « Ces eaux, ces rochers et ces bois2 », « un vallon secret / Tout voilé de ramages sombres3 », un « gazon / Frais de l’étang qui l’environne4 », « On n’y trouve rien sous les fleurs / Que la fraîcheur dont elles naissent5 », ou encore « un cabinet / Enceint de fontaines et d’arbres6 ». En somme, eau et végétaux dominent. Le cadre est posé, et l’on recense de l’herbe, des fleurs nombreuses mais peu détaillées – les narcisses surtout sont évoqués –, des roseaux, des arbres : chênes, ormeaux, saules… Si les fleurs apportent « tant de couleurs7 », c’est surtout le vert qui l’emporte8, en un milieu humide tempéré par la présence bienfaisante des zéphyrs. Il subsiste au fil des saisons que peint le poète : même si les flocons « ont peint les bois et la terre » et que la neige « Cache et transit toutes les herbes9 », les « nourrissons », « y trouvent toujours du vert : / Qu’un peu de soin met à couvert / Des outrages de la nature10. »

  • 11 Ode II, v. 133-4, p. 326.
  • 12 Ode III, v. 9-10, p. 327.

3Car la nature y est ici abri – plus largement, on entend l’hommage rendu à l’hospitalité accordée au poète – : tous les animaux « Sont également captivés / Dans ces bois et dans ces rivages11 » ; dans le vallon secret, « […] même les martyrs d’amour / Y trouvent leur douleur captive12. » Le motif de la captivité dit l’attachement au lieu qui apporte un réconfort bienheureux ; il est en cela l’envers de la claustration forcée que subit Théophile de Viau. Mais ce motif dit aussi le charme du parc :

Mais l’entreprise du tableau,

Qui par un cabinet si beau

Commence à promener la Muse,

Me tient dans ce parc enchanté

Où le printemps le plus hâté

  • 13 Ode VI, v. 85-90, p. 342.

Toujours cinq ou six mois s’amuse13.

  • 14 Ode VI, v. 41-42, p. 340.
  • 15 Ode VI, v. 35-37, p. 340.
  • 16 Ode VII, v. 13, p. 344.
  • 17 Ode II, v. 135, p. 326.
  • 18 Ode II, v. 140, p. 326.
  • 19 Ode VI, v. 35-38, p. 340.

4Le cabinet désigne le cabinet de verdure où se retrouvent dans l’ode VI Damon (le poète) et Tircis, son ami ; cet élément architectural est un exemple de rencontre entre le végétal et la main de l’homme. Le participe passé « enchanté » souligne le pouvoir exercé par le lieu sur le poète. La clémence du printemps privilégie le lieu et en fait une retraite agréable. Ombre, douceur et fraîcheur, parfums14, couleurs, fleurs15 et verdure16, toutes ces caractéristiques apparentent le parc à un lieu commun littéraire, appelé en rhétorique un « locus amoenus » (lieu agréable) : le poème le décrit comme un « lieu si plaisant17 », plein de « délices18 ». Superlatifs et comparaisons le haussent à l’éclat d’un prodige divin : Flore par exemple ne ménage pas sa peine, ce qui avive la jalousie d’Aurore19.

  • 20 Ode VI, v. 14, p. 339 : « dieu tutélaire ».
  • 21 Ode IX, v. 33-34, p. 352.
  • 22 Ode IX, v. 35, p. 352.
  • 23 Ode X, v. 19-20, p. 355.
  • 24 Ode II, v. 15-6; v. 20, p. 322-23.

5Cet enchantement s’explique certes par la beauté du lieu, mais il est intimement lié aux figures tutélaires du parc : le duc20 et surtout la duchesse, Sylvie, divinité ou fée qui, en un concours galant inventé par le poète, l’emporte sur les déesses, Vénus ou Diane : « […] mon jugement et mes yeux / Aiment mieux mille fois Sylvie21. » Les « regards22 » de Sylvie inspirent le poète et irradient magiquement la nature qui l’environne : l’Ode X évoque « chaque regard / Dont Sylvie a touché ces arbres23 ». Et de fait, le pouvoir de la duchesse est tel que la nature, respectueuse et craintive, obéit à ses désirs ; c’est ce que nous dit la fable souriante de l’Ode II qui raconte la pêche de Sylvie : « Le soleil craignait d’éclairer / Et craignait de se retirer, […] L’herbe se retenait de croître24. » La beauté du parc, des végétaux qui l’ornent, et la beauté de Sylvie coïncident : se dévoile la preuve de leur élection commune.

6Le poème est l’occasion d’un éloge de la nature (dont le rôle est si important dans l’œuvre de Théophile de Viau), guidée par la Providence divine : la nature

… a mis toute sa bonté

Et son savoir et sa richesse

Et les trésors de sa beauté

Sur le Duc et sur la Duchesse ;

[…] Bref, c’est elle aussi qui marie

Les Zéphyres avec nos fleurs,

Et qui fait de tant de couleurs

  • 25 Ode VII, v. 31-4; v. 37-40, p. 344-5.

Tous les ans leur tapisserie25.

  • 26 Ode IV, v. 41-44, p. 332.

7Se trouvent bien présentes en écho la nature heureuse du couple et celle, féconde, du parc. L’Ode IV énonce le principe qui fait de la beauté le signe d’une reconnaissance divine, valable pour les humains comme pour le végétal : « Le Ciel nous donne la beauté / Pour une marque de sa grâce : / C’est par où sa divinité / Marque toujours un peu sa trace26. » La beauté a du sens et doit être interprétée, ce que traduit le lexique insistant de la trace : les assonances jointes aux allitérations (« marque » répété, « grâce », « trace ») et la rime (« grâce » / « trace ») semblent former des empreintes sonores, venues graver la reconnaissance divine. En somme, faire l’éloge du parc, c’est reconnaître sa noble origine, comme celle des Montmorency ; c’est remonter vers elles après en avoir déchiffré les indices.

  • 27 Théophile énumère ses trésors (charité, richesse féconde) en une description générale : blés, cep, (...)
  • 28 Ode X, v. 16-20, p. 355.
  • 29 Ode IX, v. 43, p. 352.

8La nature, au service de la Providence, y est généreuse et variée27, et elle constitue une source d’inspiration poétique inépuisable : « Une goutte d’eau, une fleur, / Chaque feuille et chaque couleur / Dont Nature a marqué ces marbres, / Mérite tout un livre à part28[…]. » Le passage en revue détaillé de la nature prouve sa richesse, mais est aussi le témoignage hyperbolique de la reconnaissance du poète. Théophile de Viau y trouve toutes les « diversités29 » dont il a besoin ; sa rêverie et sa culture feront le reste – tout le reste est littérature, on le sait.

Les fantaisies végétales

  • 30 Ode VI, v. 45-6, p. 340.
  • 31 Ode VI, v. 51-2, p. 341. Ces vers font écho précisément au v. 47, p. 340 : le garçon « Voit là tous (...)

9La nature est bien le principal matériau poétique de « La Maison de Sylvie », mais elle est travaillée par la tradition littéraire que Théophile reçoit en héritage : le végétal est fait de traces poétiques antérieures que la rêverie joueuse du poète vient animer. L’influence d’Ovide est présente : l’attestent le goût pour les métamorphoses et l’utilisation des figures mythologiques. Ainsi le narcisse qui fleurit chaque année au bord des ruisseaux apparaît sous les traits du « garçon qui se consuma / Dans les ondes qu’il alluma30 ». Le végétal est personnifié ; le mythe est alors repris, brodant le motif de la renaissance : « La nymphe [Écho] qui lui fait la cour / Le voit là tous les ans revivre31. » La fleur aura inspiré une rêverie littéraire.

  • 32 Ode III, v. 45-50, p. 328.
  • 33 Ode III, v. 71-74, p. 329.

10Le poète utilise la mythologie pour animer la nature en scènes ou comédies galantes, auxquelles prennent part les éléments : le vent (Borée ou Zéphyr), l’eau (les Néréides ou les Naïades), le soleil. Ainsi, au bord de l’étang, au milieu des fleurs, dans la douce « fraîcheur », « [l]e gazon garde quelquefois / Le bandeau, l’arc et le carquois / De mille Amours qui se dépouillent / À l’ombrage de ses roseaux32[…]. » Un peu plus loin, en parlant de ces « nageurs ardents », Théophile écrit : « Les ondes qui font l’amour [la cour] / Se réfrisent sur leurs épaules / Et font danser tout alentour / L’ombre des roseaux et des saules33. » Se met en place un paysage maniériste, le songe érotique d’une nuit : la souplesse de la danse, au rythme du badinage amoureux, emporte les végétaux (roseaux et saules) dans un jeu indirect de reflets et de clair-obscur. La nature se prête ainsi à la mise en scène galante qui fait du paysage un tableau animé : la réécriture mythologique compose une vision fantasmagorique.

  • 34 Nous renvoyons sur ce point à l’article de Florence Vuilleumier Laurens, « Théophile poète de la na (...)

11La préciosité de l’écriture, mêlée à une sensibilité baroque, saisit ainsi le mouvement de la vie tout en la fixant par des images : elle entre en correspondance avec les écrivains maniéristes français, espagnols ou italiens de ce début du xviie siècle qui révèlent leur goût de la métaphore en l’associant aux techniques picturales34. Dans l’ode VI, Théophile peint le soleil du printemps naissant :

Son or dedans l’eau confondu

Avecque ce cristal fondu,

Mêle son teint et sa nature,

Et sème son éclat mouvant

Comme la branche au gré du vent

  • 35 Ode VI, v. 105-110, p. 342.

Efface et marque sa peinture35.

  • 36 Nous renvoyons sur ce point à l’article d’Olivier Leplatre, « Viau ou le poète ressuscité », L’Info (...)
  • 37 Ode IX, v. 5, p. 351.
  • 38 Ode VII, v. 40, p. 345.

12La fluidité de l’eau et la couleur de la lumière, difficiles à transcrire par leur caractère ténu et mobile, sont surprises, comme cristallisées, par les substantifs métaphoriques (« or », « cristal », « teint », « éclat ») que les verbes animent pourtant : « mêle », « sème », « efface et marque ». La branche mime le geste du peintre, qui, au gré du vent – possible métaphore du souffle créateur ou de l’inspiration – fait surgir ou non les traits du dessin36. Sans pourtant perdre de sa vitalité, la nature fait miroiter ses trésors artistiques : tantôt elle emprunte à l’Aurore, « [l]’or, les perles et les rubis37 » ; tantôt elle compose une « tapisserie38 ».

13La préciosité se manifeste aussi par la délicatesse de la description que peut souligner le goût des détails. Par exemple, les oiseaux sont attirés par la présence de Sylvie dans son cabinet de verdure :

Un saint désir de l’approcher

Les anime et les fait pencher

Des branches qui lui font ombrage […].

Leurs cœurs se laissent dérober,

Insensiblement ils s’oublient,

Et des rameaux qu’ils font courber

  • 39 Ode VII, v. 55-7 ; v. 61-4, p. 345.

Quelquefois leurs pieds se délient39.

14Le poète représente avec minutie la position instable des oiseaux sur l’arbre : leur déséquilibre se traduit par l’enjambement que soulignent les allitérations en [š] (« pencher » / « Des branches ») et le lexique de l’inclinaison (« pencher », « courber »). Branches et rameaux dessinent en fin de compte l’inclination des oiseaux matérialisée par un trait courbe en direction de Sylvie, tout près de qui ils finissent par tomber. Le végétal prend des poses symboliques dans ses détails mêmes ; dans notre exemple, il sert la célébration simultanée de la duchesse et de son parc.

15C’est enfin au rang de symbole que les végétaux peuvent être élevés dans le poème :

Mais les myrtes et les lauriers

De tant de beautés de sa race [celle de Sylvie]

Et de tant de fameux guerriers

Me demandent déjà leur place. […]

C’est pour vous, immortels rameaux,

Que j’abandonne ces ormeaux

  • 40 Ode X, v. 21-4 et 28-30, p. 355.

Et foule aux pieds leur feuille morte40.

  • 41 Ode X, v. 65, p. 356.
  • 42 Ode X, v. 101-4, p. 357.

16Ces « immortels rameaux » désignent la noble lignée de la duchesse, née Marie-Félice des Ursins, son arbre généalogique en somme. Le myrte symbolise la gloire des alliances par le mariage ; le laurier, l’honneur des vainqueurs. Et c’est par une prière au « Roi des Rois41 », dans la chapelle du parc, que se clôt « La Maison de Sylvie » : « Ici, Muses, à deux genoux / Implorons sa divine grâce / D’imprimer toujours devant nous / Les marques d’une heureuse trace42[…]. » Le poète et les Muses qu’il invite à le rejoindre placent l’éloge de la famille célébrée sous la protection de Dieu. L’isotopie de l’empreinte (« imprimer », « marques », « traces ») définit métaphoriquement la voie de la création littéraire en même temps qu’elle note, reproduisant le dessein divin, le chemin glorieux des Montmorency.

  • 43 Ode X, v. 5, p. 354.
  • 44 Ode X, v. 130, p. 358.
  • 45 Ode X, v. 128-130, p. 358.
  • 46 Ode I, v. 2-3; v. 5, p. 318.

17C’est ainsi que la beauté de « ces lieux si beaux et si divers43 » prend tout son relief par l’« éclat44 » naturel de la gloire familiale, que relaient les vers du poète en les immortalisant. Le poème est leur mémoire : « […] je ferais de mauvais vers / Si vos titres les plus couverts / Ne font éclat en la mémoire45 » ; il est un présent offert par gratitude à ses fidèles protecteurs. Cette thématique de la mémoire, matérialisée par la trace, clôt « La Maison de Sylvie » en lui donnant son but. Elle fait aussi écho à son apparition au début de l’Ode I : souvenons-nous des « traits vivants d’une peinture, / Qui ne puisse jamais périr », passés « aux crayons dorés46 ». La structure du poème est bien signifiante : les intentions d’hommage, écriture de la mémoire, encadrent leur objet – la description de Chantilly et de ses propriétaires –, lui confèrent sa perspective.

Le végétal ou l’écriture de la vie

  • 47 Ode VIII, v. 65, p. 349.
  • 48 Ode VIII, v. 77, p. 350.
  • 49 Ode VIII, v. 78-80, p. 350.
  • 50 Ode VIII, v. 59, p. 349.
  • 51 Ode VIII, v. 60, p. 349.
  • 52 Ode VIII, v. 88-90, p. 350.

18Mais cette perspective serait incomplète, si elle n’incluait pas le point de vue du poète. Le poète est dans son cachot, et il déplie la mémoire de Chantilly comme l’image heureuse d’un bonheur passé, qui prend corps dans l’évocation vivifiante du végétal. La beauté charme sa peine. De même, écrire l’éloge soulage Théophile et l’éloigne d’une écriture de la vengeance, tentation qu’il peint dans l’Ode VIII, évoquant les blessures et le chant d’un autre compagnon de misère, hôte de Chantilly, le rossignol. Le « fiel47 », l’« encre assez noire48 », « assez de traits » qui « font horreur à la mémoire49 » auraient pu composer un chant de haine ; cependant, l’écriture, ces « soupirs écrits50 », sinon « guérit51 », du moins apaise la souffrance ou la détourne. En une exhortation consolidée par le « nous » de majesté, le poète redit son choix de l’hommage : « Donnons plutôt notre entretien / À louer qui nous fait du bien / Qu’à maudire qui nous outrage52. »

19Ce parti pris est le signe d’une formidable ressource vitale en Théophile :

Encore dans ces lieux d’horreur

Je ne sais quelle molle erreur,

Parmi tous ces objets funèbres,

Me tire toujours au plaisir,

Et mon œil, qui suit mon désir,

  • 53 Ode VIII, v. 95-100, p. 350.

Voit Chantilly dans ces ténèbres53.

  • 54 Ode VIII, v. 101-104, p. 350.
  • 55 Ode VIII, v. 105-6, p. 350.

20C’est le tempérament heureux, défini par le lexique du plaisir ou du désir, qui semble expliquer la vision. Une expression la commente : cette « molle erreur », c’est-à-dire cette douce errance ou rêverie peut-être illusoire. La prison apparaît comme un écran noir, reflet du mal infligé hanté par la mort (« horreur », « funèbres », « ténèbres »). Le désir fait alors diversion et surgit l’image lumineuse de Chantilly, comme issue d’une lunette ronde : les monosyllabiques « œil » et « voit » en tracent le contour circulaire qui se détache du fond obscur. C’est un véritable dispositif optique qui décrit le fonctionnement de la mémoire, elle-même créant les conditions de l’écriture : « Au travers de ma noire tour / Mon âme a des rayons qui percent / Dans ce parc que les yeux du jour / Si difficilement traversent54. » L’image, disons même le fantasme, prend des couleurs, celles du parc : elle est souvenir né de l’âme qui a le secret pouvoir de ressusciter l’invisible, d’aller au-delà des obstacles infranchissables de la réalité, en l’occurrence de la prison (« au travers de ma noire tour »). L’évidence de l’évocation est si grande qu’elle libère les sens eux-mêmes : « Mes sens en ont tout le tableau : / Je sens les fleurs au bord de l’eau55 […] » L’enchantement du parc, symbolisé par les fleurs et leurs parfums, agit encore, dissipant les dures conditions d’incarcération. Si le terme « tableau » souligne le caractère visuel et pictural de la perception, c’est pourtant une perception synesthésique plus large qui est évoquée. Chaque sens est ensuite développé comme une preuve : l’emploi du pronom « je » remplace le pluriel des sens, comme si l’image avait redonné vie au poète, permis la réappropriation de sa sensibilité. La mémoire est le gage de sa liberté et de son unité retrouvées.

  • 56 Ode X, v. 87-90, p. 357.
  • 57 Ode I, v. 1-2, p. 318.
  • 58 Ode IV, v. 100, p. 333.
  • 59 Ode V, v. 64, p. 336.
  • 60 Ode V, v. 44, p. 335.
  • 61 Ode V, v. 47, p. 335.
  • 62 Ode V, v. 112, p. 337.

21La création poétique se nourrit de cette capacité de la mémoire à s’échapper du réel, à créer, ou plutôt à convoquer une présence nouvelle, une « surprésence » (nous utilisons le mot pour indiquer l’acuité de l’image qui se superpose au réel afin de le dépasser) à laquelle l’écriture donne corps. Face au danger de mort, le poète se décrit, ou se rêve, en Créateur : comme Dieu (et grâce à lui), il posséderait ce pouvoir, ce don de faire naître des images ou de les faire disparaître : « Devant lui [Dieu] c’est une peinture / Que le ciel et chaque élément ; / Il peut d’un trait d’œil seulement / Effacer toute la nature56. » Du poète à Dieu circule un lexique commun (« peinture », « trait », « œil ») qui établit notre rapprochement. Dans le surgissement du souvenir tel que le décrit l’Ode VIII a lieu un sursaut de vie, ou pour dire les choses autrement, l’écriture est vitale pour Théophile. Car il s’agit pour le poète de compenser par avance la mort en se forgeant une existence pérenne ; en célébrant Chantilly élu de Dieu, il est le relais et l’interprète de la Providence, il existe par son œuvre littéraire : « Pour laisser avant que mourir / Les traits vivants d’une peinture57… » Écrire revient à laisser une trace pour continuer d’exister. Et il faut bien toute la beauté du parc et de ses descriptions, toute la vie que représentent la nature et en particulier le végétal, pour lutter contre l’« image58 » et les « funestes marques59 » des songes de Tircis, son ami. Dans les Odes IV et V, il est en effet question de ce cauchemar, annonciateur des malheurs du poète ; comme les souvenirs de Chantilly, ces songes sont « imprim[és]60 », et la mémoire sensible en est « empreinte61 ». C’est Tircis qui en témoigne dans le récit de ses rêves, et leur « souvenance importune62 » surprend encore le poète dans son cachot. Si l’on examine la structure du poème, l’amitié et l’épisode des songes forment, au milieu du poème, une séquence (Odes IV, V) qui interrompt l’éloge du parc. La blessure des malheurs, redoublée et théâtralisée par la prophétie racontée puis interprétée, est au cœur du texte ; elle lui donne toute sa mélancolie.

  • 63 Ode VI, v. 18-20, p. 339-40.

22Mais c’est précisément le triste rappel des songes rapportés qui renoue, à l’Ode VI, le fil de l’éloge. Le poète reprend alors la description du parc, refuge de l’amitié : « Nous étions lors tous deux couverts / De ces arbres pour qui mes vers / Ouvrent si justement ma veine63. » Les arbres sont protecteurs et, à ce titre, ils méritent d’être écrits, loués : ils sont source d’inspiration, ou plus exactement, selon l’ordre agencé par la syntaxe, la poésie, l’inspiration (« ma veine ») se tournent vers eux, s’offrent à eux – « pour qui » précise le vers 19. De l’arbre au poète, le lien semble vital, ce que suggère le sens anatomique du terme « veine » (sens propre, mais ici second) ; le Dictionnaire de Furetière mentionne « en termes de Medecine, Ouvrir la veine, éventer la veine ; pour dire, saigner ». Le poète donne un peu de sa vie pour ces arbres qui, à leur tour, le lui rendent bien, et, devenus objets poétiques, l’élèvent à l’immortalité.

23Cependant, cette immortalité de papier peut être mise en danger, par ceux mêmes qui ont condamné et emprisonné le poète. La première ode en formule l’hypothèse :

Que si mes écrits méprisés

Ne peuvent voir autorisés

Les témoignages de sa gloire,

Ces eaux, ces rochers et ces bois

Prendront des âmes et des voix

  • 64 Ode I, v. 65-70, p. 320.

Pour en conserver la mémoire64.

  • 65 Ode I, v. 81-4, p. 321.

24Au cas où la censure empêcherait la publication de son œuvre, le poète met en place une fiction qui prête à la nature le rôle principal : la nature, qu’il semble avoir devant les yeux et montrer (« Ces eaux, ces rochers et ces bois »), servira alors de relais à sa parole poétique (« des âmes et des voix »). C’est une fois encore la présence enchanteresse de Sylvie qui agit, et le poète en profite pour redoubler par ce biais l’hommage : « Quelle dureté peut avoir / L’objet que ma Princesse touche : / Qu’elle ne puisse le pourvoir / Tout aussitôt d’âme et de bouche65 ? » La nature est donc aussi le miroir qui réfléchit le charme de la duchesse, le reconnaît. À l’ouverture de la « veine » du poète correspond alors celle des arbres, attendris et touchés par leur propriétaire :

Les plus durs chênes entrouverts :

Bien plutôt de gré que de force,

Peindront pour elle de mes vers

Et leurs feuilles et leur écorce,

Et quand ils les auront gravés

Sur leurs fronts les plus relevés,

Je sais que les plus fiers orages

Ne leur oseront pas toucher,

Et pourront plutôt arracher

  • 66 Ode I, v. 91-100, p. 321.

Leurs racines et leurs ombrages66.

  • 67 Ode I, v. 108-110, p. 321-22.

25Les chênes accueilleront les écrits de Théophile, les imprimeront sur leurs feuilles et l’écorce, visibles de tous : la position élevée des vers leur garantira une invulnérabilité, et restaurera la dignité du poète. Nous retrouvons le lexique de la trace, commun à celui du caractère d’écriture : la peinture, la gravure, l’« encrage » en un jeu de mots que trouve Théophile pour décrire l’eau. Aux vers 108-110 en effet, sa surface « Gardera sûrement encrés / Et mes caractères sacrés / Et les attraits de la Princesse67 ». Les écrits du poète et leur objet ont leurs destins scellés. La préséance de l’œuvre (v. 109) sur la duchesse (v. 110) peut cependant paraître surprenante, peu galante, et contredire le pouvoir naturel de Sylvie ainsi que la reconnaissance immédiate qu’elle est censée susciter. Nous tenons la preuve que, ce qui se joue ici, c’est l’existence même du poète : elle est prioritaire, et elle dit son rêve fondamental d’être indispensable. En somme, l’écriture, qui a conservé sa sacralité, est nécessaire pour révéler les charmes de l’hôtesse, leur donner vie ; les arbres en sont les supports bienfaisants.

26Au terme de notre promenade, résumons les rôles que joue le végétal dans « La Maison de Sylvie ». Le végétal, partie de la nature intégrée dans le projet d’hommage, est objet de descriptions : célébré pour sa beauté, il reflète l’enchantement qu’inspire l’hôtesse des lieux. Animé par la tradition poétique, le végétal apparaît alors comme dans un écrin, brillant dans l’obscurité de la prison. Contrepoint de la mort, il est enfin une ressource vitale pour le poète : l’écrire le sauve de la mélancolie, lui procurant une paradoxale douceur de vivre. C’est parce que le végétal s’inscrit dans une poétique de la trace et de la mémoire qu’il acquiert ses lettres de noblesse, qu’il s’élève au rang de symbole. Qu’il soit laurier ou myrte, il est la marque d’une reconnaissance divine, et la parole poétique qui le chante prétend lui assurer une immortalité. Par la fiction, le végétal relaie la voix du poète ; il est, pour le poète lui-même, le gage d’une vie au-delà de la mort.

Notes

1 Ode I, v. 2, p. 318.

2 Ode I, v. 68-70, p. 320.

3 Ode III, v. 1-2, p. 327.

4 Ode III, v. 21-22, p. 327.

5 Ode III, v. 43-44, p. 328.

6 Ode VI, v. 21-22, p. 340.

7 Ode VII, v. 39, p. 345.

8 Ode VII, v. 13, p. 344 ou Ode II, v. 118, p. 326.

9 Ode II, v. 90 et 110, p. 325.

10 Ode II, v. 118-20, p. 326.

11 Ode II, v. 133-4, p. 326.

12 Ode III, v. 9-10, p. 327.

13 Ode VI, v. 85-90, p. 342.

14 Ode VI, v. 41-42, p. 340.

15 Ode VI, v. 35-37, p. 340.

16 Ode VII, v. 13, p. 344.

17 Ode II, v. 135, p. 326.

18 Ode II, v. 140, p. 326.

19 Ode VI, v. 35-38, p. 340.

20 Ode VI, v. 14, p. 339 : « dieu tutélaire ».

21 Ode IX, v. 33-34, p. 352.

22 Ode IX, v. 35, p. 352.

23 Ode X, v. 19-20, p. 355.

24 Ode II, v. 15-6; v. 20, p. 322-23.

25 Ode VII, v. 31-4; v. 37-40, p. 344-5.

26 Ode IV, v. 41-44, p. 332.

27 Théophile énumère ses trésors (charité, richesse féconde) en une description générale : blés, cep, pampre, fruit… (Ode VII, v. 21-25, p. 344).

28 Ode X, v. 16-20, p. 355.

29 Ode IX, v. 43, p. 352.

30 Ode VI, v. 45-6, p. 340.

31 Ode VI, v. 51-2, p. 341. Ces vers font écho précisément au v. 47, p. 340 : le garçon « Voit là tous ses appâts renaître ».

32 Ode III, v. 45-50, p. 328.

33 Ode III, v. 71-74, p. 329.

34 Nous renvoyons sur ce point à l’article de Florence Vuilleumier Laurens, « Théophile poète de la nature. Nouvelles stratégies descriptives », Christelle Reggiani, Claire Stolz et Laurent Susini (dir.), Styles, genres, auteurs, Jean Bodel, Adam de La Halle, Des Périers, Viau, Voltaire, Hugo, Bernanos, Paris, PUPS, 2008, p. 109-126.

35 Ode VI, v. 105-110, p. 342.

36 Nous renvoyons sur ce point à l’article d’Olivier Leplatre, « Viau ou le poète ressuscité », L’Information littéraire, no 4, oct.-déc. 2008, p. 9.

37 Ode IX, v. 5, p. 351.

38 Ode VII, v. 40, p. 345.

39 Ode VII, v. 55-7 ; v. 61-4, p. 345.

40 Ode X, v. 21-4 et 28-30, p. 355.

41 Ode X, v. 65, p. 356.

42 Ode X, v. 101-4, p. 357.

43 Ode X, v. 5, p. 354.

44 Ode X, v. 130, p. 358.

45 Ode X, v. 128-130, p. 358.

46 Ode I, v. 2-3; v. 5, p. 318.

47 Ode VIII, v. 65, p. 349.

48 Ode VIII, v. 77, p. 350.

49 Ode VIII, v. 78-80, p. 350.

50 Ode VIII, v. 59, p. 349.

51 Ode VIII, v. 60, p. 349.

52 Ode VIII, v. 88-90, p. 350.

53 Ode VIII, v. 95-100, p. 350.

54 Ode VIII, v. 101-104, p. 350.

55 Ode VIII, v. 105-6, p. 350.

56 Ode X, v. 87-90, p. 357.

57 Ode I, v. 1-2, p. 318.

58 Ode IV, v. 100, p. 333.

59 Ode V, v. 64, p. 336.

60 Ode V, v. 44, p. 335.

61 Ode V, v. 47, p. 335.

62 Ode V, v. 112, p. 337.

63 Ode VI, v. 18-20, p. 339-40.

64 Ode I, v. 65-70, p. 320.

65 Ode I, v. 81-4, p. 321.

66 Ode I, v. 91-100, p. 321.

67 Ode I, v. 108-110, p. 321-22.

Auteur

Université de Picardie Jules Verne, CERCCLL EA 4283

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540