Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces du végétal

 | 
Isabelle Trivisani-Moreau
, 
Aude-Nuscia Taïbi
, 
Cristiana Oghina-Pavie

Deuxième partie - Création et connaissance du végétal vivant

Présence du végétal dans l’œuvre de Michel Tournier

Arlette Bouloumié

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Michel Tournier, Le Vent Paraclet, Paris, Gallimard, folio, 1977, p. 301. Sera abrégé selon le sigl (...)
  • 2 « Les grandes rencontres de l’été », Le Figaro, 24 juillet 1990, propos recueillis par Bruno de Ces (...)
  • 3 M. Tournier, Le Journal extime, Paris, Gallimard, folio, 2004, p. 12. Sera abrégé selon le sigle JE

1Michel Tournier a toujours accordé une grande importance à son jardin, se décrivant même sous les traits de « l’homme jardin » à la fin de Le Vent Paraclet1, son autobiographie. « Je me sens plus proche du naturalisme. Entendez que le monde extérieur m’attire davantage que la vie intérieure2 » affirme-t-il dans un entretien. Il déclare encore dans son Journal extime : « La réalité dépasse infiniment les ressources de mon imagination et ne cesse de me combler d’étonnement et d’admiration3. »

2L’influence du grand-père pharmacien de Michel Tournier à Bligny-sur-Ouche, apothicaire à l’ancienne, botaniste, mycologue, grand connaisseur des plantes et des vertus des simples, a sans doute contribué à son intérêt pour le monde végétal, comme il l’explique dans Le Vent Paraclet :

Nous allions faire un tour au jardin botanique de la ville et du bout de sa canne il me montrait en les nommant avec son accent bourguignon Chrysosplenium alternifolium, Anchusa sempervirens et Stachys heraclea. (VP, 82)

  • 4 M. Tournier, Le Vol du Vampire, Paris, Mercure de France, 1981, p. 384. Sera abrégé selon le sigle (...)

3Il rappelle, non sans humour, dans Le Vol du Vampire4, que les cours de Claude Lévi-Strauss ont contribué à lui « faire toucher […] le réel et le concret, la métaphysique étant, de l’avis de ses maîtres en Sorbonne, chose vague et nébuleuse » (VV, 384).

4Nous chercherons à préciser ce qui intéresse Michel Tournier, philosophe de formation, auteur de romans mythologiques et de contes, dans le monde végétal. Quelles plantes attirent son attention ? Sa curiosité est-elle d’ordre scientifique, écologique, poétique, philosophique voire religieuse ?

Perspectives religieuses dans la lecture de la nature

  • 5 M. Tournier, Vendredi ou les Limbes du Pacifique, Paris, Gallimard, folio, 1972, p. 120. Sera abrég (...)
  • 6 Charles Darwin, Voyage autour du monde d’un naturaliste, Paris, La Découverte, t. 1, 1985, p. 18-19

5Michel Tournier est un observateur attentif des curiosités de la nature. Dans Vendredi ou les Limbes du Pacifique5 il prête ainsi à Robinson cet intérêt pour la fécondation des orchidées par les insectes, inspiré d’ailleurs du chapitre d’un livre de Charles Darwin6. Mais la perspective religieuse n’est jamais tout à fait absente de ses observations de botaniste, même si la tonalité en est souvent humoristique. Pour Michel Tournier, qui a reçu une éducation religieuse, dont le grand-oncle Gustave fut prêtre et dont le jardin est un « jardin de curé », puisqu’il habite un presbytère, le grand livre du monde renvoie en effet à son créateur. Son héros Robinson, à qui est prêtée cette réflexion, est d’ailleurs un quaker, protestant austère du xviiie siècle. La loupe à la main, Robinson cherche à déchiffrer le comportement d’un hyménoptère mâle qui ne visitait qu’une seule variété d’orchidée, sans la butiner. Ce passage commence par une observation précise qui se fait progressivement humoristique pour se terminer par une réflexion sur le Créateur :

Il découvrit d’abord que la fleur reproduisait exactement en matière végétale l’abdomen de la femelle de cet insecte au point de présenter une sorte de vagin qui devait très probablement dégager l’odeur aphrodisiaque spécifique propre à attirer et à séduire l’amoureux. L’insecte ne butinait pas la fleur. Il la « lutinait » puis lui faisait l’amour selon les rites de la fécondation propres à son espèce. L’opération le plaçait dans la bonne posture pour que le pollen réuni en deux pollinies vienne se ficher sur son front grâce à deux petites capsules visqueuses et c’est orné de cette paire de cornes végétales que l’amoureux berné poursuivait sa quête de fleur mâle en fleur femelle, travaillant pour l’avenir de l’orchidée en croyant servir sa propre engeance.

6L’humour consiste à passer insensiblement au vocabulaire humain avec les mots « vagin », « amoureux », « lutinait », « paire de cornes », pour finir par une réflexion quelque peu provocatrice sur le Créateur, promu metteur en scène de cette « comédie des erreurs » :

Un pareil paroxysme de ruse et d’ingéniosité pouvait faire douter du sérieux du Créateur. La nature avait-elle été modelée par un Dieu infiniment sage et majestueux, ou par un démiurge baroque, poussé aux plus folles combinaisons par l’ange du bizarre ? (V, 120)

  • 7 M. Tournier, Célébrations, « Défense et illustration des mauvaises herbes », Paris, Gallimard, foli (...)

7De même dans le chapitre de Célébrations7 intitulé « Défense et illustration des mauvaises herbes », où Tournier parodie le titre de Du Bellay « Défense et illustration de la langue française », c’est de façon humoristique, dans une perspective religieuse qu’il se situe puisqu’il compare le jardinier à l’Être suprême et le jardin à l’Éden d’où sont proscrits les réprouvés :

  • 8 Cette opposition se retrouve dans le conte « Amandine ou les deux jardins », dans Le Coq de Bruyère(...)

Le Jardinier suprême fait le tri entre les bonnes plantes et les mauvaises herbes. Et de même que les élus se dirigent en cortège vers le Paradis et que les réprouvés roulent en Enfer, la rose, le lis et le dahlia s’épanouissent dans les plates-bandes tandis que le mouron et le chiendent s’entassent sous le compost caché derrière la haie8. (Cé, 23)

8Tournier avoue qu’enfant les réprouvés l’attiraient plus que les élus. Il s’en prend ici à « la vision trop manichéenne » de l’agriculteur, du jardinier et du « laboureur qui ne veut voir pousser que ce qu’il a semé, tout le reste est pour lui parasite à commencer par les bleuets et les coquelicots » (Cé, 26).

9Devançant les écologistes, Michel Tournier rappelle la nécessité de préserver la biodiversité menacée par l’extension des cultures humaines. La pelouse, comme la monoculture, appauvrit la flore et entraîne la raréfaction de la faune. Tournier renverse l’image dévalorisée de « la friche et des landes peuplées de bruyères, de broussailles, de buissons » assimilées à l’enfer pour les présenter au contraire comme « un paradis pour le gibier […] et où il fait bon herboriser » (Cé, 27). « N’est-ce pas cela justement, la vraie nature ? »

10Il réhabilite ces « réprouvés », victimes des désherbants, tels les coquelicots qui n’ont plus que la crête des vieux murs « pour balancer leurs pétales cramoisis au bout d’une tige grêle et velue », ou la jusquiame, « plante vénéneuse affectionnant les décombres, à feuilles visqueuses et à fleurs jaunâtres, rayées de sang » (Cé, 24) dont la description, pourtant sortie d’un traité de botanique, souligne le discrédit, voire le côté infernal, exprimant la réprobation autant que le dégoût.

11Il fait l’éloge du chardon, « le roi maudit » de la pelouse pour ses feuilles épineuses panachées de blanc. Son allure, sa « morgue souveraine » n’ont-elles pas amené les Écossais à en faire leur emblème ? L’art avec Dürer ne l’a-t-il pas anobli dans l’un de ses portraits où il tient dans ses mains un « chardon aux feuilles bleuâtres […], symbole de fidélité conjugale » ?

12Tournier n’est pas pour autant un inconditionnel des mauvaises herbes et il nous met en garde contre le modeste et rampant liseron aux fleurs en fines trompettes blanches, illustré par le proverbe de Maurice Fombeure « c’est en lisant qu’on devient liseron », car il tue en étouffant les plus belles fleurs.

  • 9 M. Tournier, La Couleuvrine, Paris, Gallimard, Gallimard Jeunesse, 1994, p. 50-51. Sera abrégé selo (...)
  • 10 Obsidionale, du latin obsidio, « siège » : qui concerne le siège d’une ville.

13Le conte médiéval La Couleuvrine9, publié en 1994, donc six ans avant le recueil Célébrations, glorifiait déjà les plantes mal aimées à travers « la couronne obsidionale10 », « cet objet baroque répondant à une tradition immémoriale » car il récompensait celui ou celle qui, dans les villes assiégées, avait le mieux contribué à chasser l’assaillant. Cette couronne est portée triomphalement dans ce conte par Lucio, un enfant à qui est due la délivrance miraculeuse de la cité, enfant pourtant méprisé par son père pour la folie de ses entreprises. Cette couronne végétale « rappelait la couronne d’épines du Christ afin de symboliser la misère pitoyable des assiégés », écrit Tournier. Or la couronne obsidionale comporte :

parmi les tiges grossièrement tressées ensemble, entre des ronces et des orties, les fleurs austères de la bourrache, des plants de saxifrages – appelés aussi « casse-pierre » parce qu’il dégrade les toitures et les pavements des terrasses – les feuilles rudes et poilues de la jusquiame – dite aussi « herbe aux décombres » – enfin un pied d’ellébore noir dont « les roses de Noël » mettraient peut-être dans quelques semaines une note de douceur dans ce bouquet aride jusqu’à la dérision. (Cou, 50-51)

14Les « méchantes plantes » végétant dans les cours ou sur les remparts de la ville, ou associées à la folie comme le pied d’ellébore noir, sont ainsi glorifiées par la couronne obsidionale. Le rapprochement avec la couronne d’épines du Christ souligne la perspective religieuse du rachat des exclus dans laquelle se situe Tournier lorsqu’il évoque ces plantes humiliées – perspective que l’on retrouve pour les exclus en général, dans Les Météores.

Plantes sacrées et plantes médicinales

15Si l’on considère maintenant les plantes dont l’utilité est reconnue, Michel Tournier leur accorde aussi toute son attention et s’intéresse aux usages qui en sont faits. Ainsi le « végétal ecclésiastique » du jardin de curé est-il le lis blanc (Lylium candidum) appelé aussi parfois le « lis de la Madone ». Tournier raconte :

  • 11 M. Tournier, Georges Herscher, « Mes presbytères et leurs jardins », in Jardins de curé, Actes Sud, (...)

Je n’ai jamais planté de lis dans mon jardin pourtant j’en ai chaque année une cinquantaine et c’est sans doute son plus bel ornement. Le lis est un symbole de pureté et de chasteté. On figure souvent saint Joseph, le « très chaste époux de Marie » serrant une brassée de lis sur son cœur. On notera que les lis blancs ne sont jamais en vente chez les marchands de fleurs. C’est sans doute une fleur trop fragile ou trop rare pour supporter le transport et la vente11.

16De même le buis :

Le buis est indispensable au presbytère pour fournir les branchettes du dimanche des Rameaux. C’est également avec des rameaux de buis que l’on asperge d’eau bénite les cercueils et les catafalques. (JC, 18)

  • 12 M. Tournier, Le Miroir des Idées, Paris, Mercure de France, 1994, 1996, p. 51-52. Sera abrégé selon (...)

17Si Tournier s’intéresse à la valeur symbolique des plantes et à l’usage qui en est fait dans les rituels religieux, il observe également les propriétés médicinales et curatives des plantes. Ainsi évoque-t-il dans Le Miroir des Idées12, l’aulne et le saule. L’aulne – dont le nom apparaît dans le titre : Le Roi des aulnes – est l’arbre des eaux mortes « dont l’écorce est un médicament astringent » (MI, 51). Le saule, l’arbre des eaux vives et chantantes, lui, « a donné à l’humanité son médicament le plus bénéfique et le plus populaire, dont la médecine est pourtant loin d’avoir élucidé le secret, l’acide acétylsalicylique, plus connu sous le nom d’aspirine » (MI, 52).

Végétal et nourriture

18Mais l’importance du végétal s’affirme surtout dans le registre de la nourriture. Dans Célébrations, ce sujet majeur fait l’objet du chapitre intitulé : « Dialogue du fade et de l’épicé ». Tournier observe :

Le blé, le mil, le riz sont (donc) avec l’eau les substances culinaires de base. Elles définissent la civilisation particulière où l’on se trouve. Leur caractère fondamental leur confère une valeur sacrée. (MI, 87)

19Ces trois nourritures de base, substantielles, sont fades et c’est « un mot de trois lettres qui les désigne : le blé pour l’Occident, le mil pour l’Afrique, et le riz pour l’Orient » (MI, 87) (le maïs pour l’Amérique est omis, peut-être parce qu’il fait quatre lettres). Tournier décrit alors, s’opposant à la fadeur de ces nourritures de base :

Les saveurs éclatantes des épices, comme autant de couleurs vives sur un page blanche. L’anis, le bétel, la cannelle, le curry, la muscade, le girofle, le paprika, le poivre, le safran, la sauge et la vanille déploient leur arc-en-ciel diapré. (Cé, 88)

20La prose de Tournier, jouant sur les correspondances et les synesthésies, transpose sur le plan visuel les sensations gustatives. Ce sont là des plantes « précieuses » dont la recherche, ne l’oublions pas, a entraîné au xvie siècle les grandes découvertes.

  • 13 M. Tournier, Gaspard, Melchior et Balthazar, Gallimard, folio, 1980, p. 203. Sera abrégé selon le s (...)

21Les fruits ne sont pas oubliés. Tournier les célèbre en évoquant par exemple dans Gaspard, Melchior et Balthazar13 le quatrième roi mage, Taor, prince gourmand venu des Indes, qui les entasse à son départ, dans sa cargaison : « Tout un navire était consacré aux fruits – séchés ou confits – mangues, bananes, ananas, mandarines, noix de coco et de cajou, citrons verts, figues et grenades » (GMB, 185). L’énumération de fruits exotiques en glorifie l’abondance.

22Mais le rôle du végétal s’illustre aussi chez Michel Tournier dans le domaine de l’imaginaire.

Profusion végétale et bonheur

  • 14 M. Tournier, Petites Proses, Paris, Gallimard, folio, 1986, p. 118. Sera abrégé selon le sigle PP. 

23Dans un article intitulé « Le voyage à Hammamet », publié dans Voyage, numéro spécial de la NRF d’octobre 1974 et repris en 1986 dans Petites Proses14, au chapitre « Cinq jours à Hammamet », Tournier raconte, à la première personne, son séjour en 1973 dans la villa Henson à Hammamet où l’ont invité Jean Henson et Leïla Menchari. Le passage de ce chapitre intitulé « Vegetalia » décrit le charme et les particularités d’une flore tropicale exubérante qui envoûte le visiteur :

(Ce sont) dans les pièces d’eau les lotus dont la fleur ne dure qu’un jour, laissant une capsule percée de douze, seize ou vingt-quatre petits trous, telle une salière, à l’intérieur de laquelle crépitent les graines qui font perdre la mémoire. À côté d’eux, des papyrus […] des nénuphars du Nil – dressés au-dessus de la surface de l’eau. (PP, 45)

24Tout n’est pourtant pas sans danger dans ce paradis floral. Les graines de lotus qui font perdre la mémoire en sont le signe, de même que « les grandes campanules blanches des daturas – ou stramoines – dont les émanations sont mortelles » ou « les fruits traîtreusement couverts d’une laine urticante » du figuier de Barbarie. Les couleurs et les parfums enivrent le promeneur comme ceux de l’acacia des tropiques au « surnom d’arbre à feu pour ses fleurs rouges et jaunes » ou du paulownia « couvert de grandes fleurs bleues qui sentent la violette et symbolisent en Chine l’amitié ». Les curiosités végétales semblent ici réunies, qu’il s’agisse :

du ficus, parent de l’arbre à gomme dont les racines disjoignent et soulèvent les dalles du temple d’Angkor […] du Jasmin du Duc de Toscane […] du gardénia de Sicile, le mystérieux arbre à clous, renflé à la base comme un python qui aurait avalé un veau et dont l’écorce se hérisse de pointes dures comme de l’acier […] (ou encore) des modestes « ongles de sorcières » qui poussent dans le sable sec, se nourrissant de la seule humidité de l’air. (PP, 46)

25Ici encore l’exubérance végétale est traduite par l’énumération, des fleurs notamment, de « l’amaryllis, de l’hibiscus, du frangipanier, du ricin appelé aussi Palma christi » (PP, 45). L’exotisme de cette végétation luxuriante décrite avec minutie, traduit le bonheur de l’observateur saturé de couleurs, de formes, de parfums insolites.

Végétation et inquiétante étrangeté

  • 15 M. Tournier, Le Roi des Aulnes, Paris, Gallimard, folio, 1970, « L’ogre de Rominten », p. 305-370. (...)

26À l’évocation du bonheur éprouvé dans le jardin des Henson à Hammamet s’oppose l’inquiétante étrangeté d’une végétation annonciatrice du domaine de l’ogre noir dans Le Roi des aulnes15. La réserve de chasse de Göring à Rominten en Prusse Orientale est vue en focalisation interne par le héros Tiffauges qui y pénètre pour la première fois : « Plus que la faune, c’est la flore – tantôt maléfique, tantôt bénéfique – dont les attaches avec les êtres féériques étaient les plus évidentes. » (RA, 306) Les champignons particulièrement y sont à l’honneur ainsi que les plantes inquiétantes :

L’Oberforstmeister lui montra les gros champignons aux chapeaux rouges à pois blancs sous lesquels dorment les elfes et les trolls, l’ellébore noir qui rend fou mais se couvre le 24 décembre de roses de Noël, les trompettes de la mort dont les cornets putrescents quoique comestibles annoncent la proximité d’une charogne, la belladone qui tarit la sueur et dilate les pupilles, les bolets Satan au pied cramoisi et tuméfié. (RA, 307)

27Bien que Tiffauges ait l’impression de pénétrer le cercle féérique des contes, les mots Satan, mort, putrescent, charogne, noir, tuméfié, nous laissent pressentir le repaire du nazi Göring.

Réalisme et fantastique

28C’est souvent par l’hyperréalisme que Michel Tournier atteint le fantastique comme il apparaît dans Gaspard, Melchior et Balthazar, quand Taor rencontre à Elath, au fond du golfe d’Akaba, un baobab. La description insiste sur la singularité de l’arbre au tronc énorme par rapport à sa hauteur médiocre :

Son écorce couleur de cendre, profondément ridée, s’avérait étrangement molle et tendre à l’épreuve d’une lame qui y pénétrait sans résistance. Les branches […] se hérissaient courtes et rabougries vers le ciel comme des moignons suppliants. L’ensemble avait quelque chose de sympathique et de laid, un monstre doux et disgracieux qui gagne à être connu. (GMB, 203)

29Brusquement une vision s’impose à Taor :

Rien ne ressemblait autant à un éléphant que ce baobab avec son tronc gris énorme, et ses branches minces et dressées comme des trompes, un éléphant végétal, tout de même que l’éléphant n’était qu’un baobab animal. (GMB, 204)

30Ce qui contribue encore à transfigurer l’arbre, ce sont les fleurs et les ornements qui l’habillent et en font, « paré comme une idole, un temple, un reposoir ou un catafalque ». Tournier explique que « la tribu des Baobalis rend un culte à l’arbre considéré comme leur ancêtre et au sein duquel ils entendent retourner après leur mort ». Ainsi les Griots enterrent-ils leurs morts en les glissant dans la tête d’un baobab qui est ouverte. « Dans sa lente croissance, le cœur de l’arbre s’incorpore la chair et les os du mort lequel continue à vivre sur le mode végétal » (GMB, 205). L’influence de l’ethnologie se manifeste ici. Le texte est réaliste puisque Michel Tournier s’inspire de traditions ancestrales, mais il atteint une surréalité. La rêverie mythologique de Taor sur le baobab le conduit de l’animalisation de l’arbre à la fusion de l’homme avec le végétal qui lui assure l’immortalité. C’est en effet à une réflexion métaphysique et religieuse que nous convie la réflexion de Tournier sur l’arbre.

L’arbre et le monde avant la chute

  • 16 M. Tournier, « La Fugue du Petit Poucet », Le Coq de Bruyère, Paris, Gallimard, folio, 1978, p. 49- (...)

31Dans un conte de Noël, intitulé « La Fugue du Petit Poucet » dans Le Coq de Bruyère16, Tournier réécrit à sa manière l’histoire de la chute de l’homme hors du Paradis et, par l’intermédiaire de Logre (un géant hippie végétarien), il s’adresse ainsi aux enfants : « Ce soir, c’est la nuit la plus longue de l’année, je vais donc vous parler de ce qu’il y a de plus important au monde. Je vais vous parler des arbres. » (CB, 59)

32Le Paradis est présenté comme un bois où croissait l’arbre de vie, l’arbre de la connaissance du bien et du mal, chacun conférant une vertu particulière, magique. La chute de l’homme après qu’il eut mangé du fruit qui donne la connaissance, c’est son exil dans un pays sans arbres :

Voici la malédiction des hommes : ils sont sortis du règne végétal. Ils sont tombés dans le règne animal. Or qu’est ce que le règne animal ? C’est la chasse, la violence, le meurtre, la peur. Le règne végétal, au contraire, c’est la calme croissance dans une union de la terre et du soleil. C’est pourquoi toute sagesse ne peut se fonder que sur une méditation de l’arbre. (CB, 60)

  • 17 Pour plus de détails, voir mon article : « Le thème de l’arbre dans l’œuvre de Michel Tournier », L (...)

33Méditer sur l’arbre, c’est donc retrouver le sens du bonheur originel et de la perfection divine17. Cette phrase prononcée par l’ogre végétarien pourrait ne pas être prise au sérieux. Mais Tournier s’exprime dans les mêmes termes lorsqu’il s’adresse, le 14 juin 1985, à des élèves de lycée :

Je crois qu’il n’y a rien de plus important après l’être humain, dans la vie, qu’un arbre. Je préfère les arbres aux animaux. J’ai un jardin qui compte énormément pour moi […] Ce jardin a de très beaux arbres. Il y a trois tilleuls, trois pins parasols, trois sapins, un marronnier, tous des arbres considérables. Je les regarde, ils font vraiment partie de ma vie.

34C’est à une sagesse de l’arbre, associé à la paix et la communion avec les grandes forces du cosmos, vent et soleil, qu’il nous convie.

Le rêve de métamorphose en arbre

35Ainsi Pierre, le Petit Poucet, rêve-t-il à la fin du conte qu’il est « un immense marronnier aux fleurs dressées comme de petits candélabres […] Il est immensément heureux. Un grand arbre » (CB, 65).

36Dans Vendredi ou les Limbes du Pacifique, Robinson, appelé par sa solitude « à un retour aux sources végétales de la vie » (V, 121), rêve également d’une métamorphose en arbre. La feuille étant le poumon de l’arbre :

Il rêva de ses propres poumons, déployés au dehors, buisson de chair purpurine, polypier de corail vivant, avec des membranes roses, des éponges muqueuses… Il agiterait dans l’air cette exubérance délicate, ce bouquet de fleurs charnelles et une joie pourpre le pénétrerait par le canal du tronc gonflé de sang vermeil. (V, 204)

37La même image de bonheur est associée à la fleur, le sexe de l’arbre :

La plante naïvement offre son sexe à tout venant comme ce qu’elle a de plus brillant et de plus parfumé. Robinson imaginait une humanité nouvelle où chacun porterait fièrement sur sa tête ses attributs mâles et femelles – énormes, enluminés, odorants. (V, 121)

38L’humour est ici au service d’une critique du puritanisme. Les frontières entre le monde humain et le monde végétal sont gommées. La littérature germanique qui a le sens cosmique d’une correspondance profonde entre la nature et l’homme a peut-être ici influencé Michel Tournier.

39Le végétal a donc une place privilégiée dans l’œuvre de Michel Tournier. S’il célèbre le monde végétal dont l’homme tire sa subsistance grâce aux plantes nutritives et médicinales, il rend également hommage aux végétaux rejetés, méprisés, considérés comme nuisibles, en montrant les dangers d’un appauvrissement de la biodiversité.

40Ces réflexions se teintent d’humour quand Michel Tournier lit dans le grand livre de la nature les ruses d’un créateur baroque ou les valeurs d’une pensée trop manichéenne toujours portée à séparer le bien du mal.

41Le monde végétal intéresse Michel Tournier parce que c’est un univers différent du monde humain qui lui inspire des réflexions sur la relativité de nos usages et de nos valeurs. Mais surtout le monde végétal par la profusion de ses couleurs, de ses formes, de ses parfums, des symboles et des rituels qu’il inspire, enflamme l’imagination de Michel Tournier qui atteint parfois, par « le réalisme fantastique », un monde surréel où il retrouve, par-delà les règnes, une correspondance profonde entre le monde humain et le monde végétal.

42D’une manière générale, c’est une rêverie heureuse que le monde végétal, lié au monde apaisé des origines, inspire à Michel Tournier.

  • 18 M. Tournier, Des Clés et des Serrures, Paris, Chêne/Hachette, 1979, p. 194. « Naturaliste mystique  (...)

43Il réunit ici réalisme et transfiguration de la réalité par l’imaginaire, l’humour et la spiritualité, justifiant ainsi l’expression oxymorique de « naturaliste mystique18 ».

Notes

1 Michel Tournier, Le Vent Paraclet, Paris, Gallimard, folio, 1977, p. 301. Sera abrégé selon le sigle VP.

2 « Les grandes rencontres de l’été », Le Figaro, 24 juillet 1990, propos recueillis par Bruno de Cessole.

3 M. Tournier, Le Journal extime, Paris, Gallimard, folio, 2004, p. 12. Sera abrégé selon le sigle JE.

4 M. Tournier, Le Vol du Vampire, Paris, Mercure de France, 1981, p. 384. Sera abrégé selon le sigle VV.

5 M. Tournier, Vendredi ou les Limbes du Pacifique, Paris, Gallimard, folio, 1972, p. 120. Sera abrégé selon le sigle V.

6 Charles Darwin, Voyage autour du monde d’un naturaliste, Paris, La Découverte, t. 1, 1985, p. 18-19.

7 M. Tournier, Célébrations, « Défense et illustration des mauvaises herbes », Paris, Gallimard, folio, 2000, p. 23-27. Sera abrégé selon le sigle Cé.

8 Cette opposition se retrouve dans le conte « Amandine ou les deux jardins », dans Le Coq de Bruyère, Paris, Gallimard, folio, 1978, p. 44-45.

9 M. Tournier, La Couleuvrine, Paris, Gallimard, Gallimard Jeunesse, 1994, p. 50-51. Sera abrégé selon le sigle Cou.

10 Obsidionale, du latin obsidio, « siège » : qui concerne le siège d’une ville.

11 M. Tournier, Georges Herscher, « Mes presbytères et leurs jardins », in Jardins de curé, Actes Sud, 1995, p. 18. Sera abrégé selon le sigle JC.

12 M. Tournier, Le Miroir des Idées, Paris, Mercure de France, 1994, 1996, p. 51-52. Sera abrégé selon le sigle MI.

13 M. Tournier, Gaspard, Melchior et Balthazar, Gallimard, folio, 1980, p. 203. Sera abrégé selon le sigle GMB.

14 M. Tournier, Petites Proses, Paris, Gallimard, folio, 1986, p. 118. Sera abrégé selon le sigle PP. 

15 M. Tournier, Le Roi des Aulnes, Paris, Gallimard, folio, 1970, « L’ogre de Rominten », p. 305-370. Sera abrégé selon le sigle RA.

16 M. Tournier, « La Fugue du Petit Poucet », Le Coq de Bruyère, Paris, Gallimard, folio, 1978, p. 49-65. Sera abrégé selon le sigle CB.

17 Pour plus de détails, voir mon article : « Le thème de l’arbre dans l’œuvre de Michel Tournier », L’École des Lettres II, no 5, 1985-1986, p. 3-12.

18 M. Tournier, Des Clés et des Serrures, Paris, Chêne/Hachette, 1979, p. 194. « Naturaliste mystique », cet oxymore est inspiré de J.K. Huysmans qui (dans Là-Bas, Paris, Plon, 1908, p. 5) parle de « Naturalisme spiritualiste ».

Auteur

Université d’Angers, CERIEC EA 922, sfr confluences 4201, L’UNAM

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540