Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Quatrième partie. Les chemins de l’engagement au PS : des acteurs bretons témoignent

Intervention orale de Bernard Poignant, député européen

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

1Témoigner c'est parler de soi et de ses souvenirs. L'historien doit exercer son esprit critique sur tout témoin. Voici cependant quelques repères-clés pour résumer et comprendre l'itinéraire d'un élu socialiste de Bretagne depuis 30 ans.

Je n'ai pas trouvé ma carte d'adhérent dans mon berceau

Je n'appartiens pas à la catégorie du socialisme de naissance

2Il n'y a aucune trace de socialisme dans ma famille maternelle et paternelle. La situation sociale aurait dû porter mes parents vers la gauche : un père ouvrier, écrivant en phonétique ; une mère déclassée, fille d'un petit notaire de campagne à Kervignac, orpheline à la naissance, devenue femme de ménage.

3J'en ai tiré une leçon : il n'y a pas de déterminisme du vote politique. Le vote ouvrier se mérite, il n'est pas automatique.

4L'environnement général m'a baigné dans un milieu de droite catholique, conservateur et républicain.

C'est la paroisse qui a assuré l'encadrement de mon enfance et de mon adolescence

5Enfant de chœur tous les dimanches ; patronage tous les jeudis à l'époque ; écoute attentive ou distraite des sermons ; lecture régulière ou survolée du missel (que j'ai gardé) ; apprentissage du catéchisme, tout cela a baigné mes premières années.

6La vie se déroule au rythme du calendrier catholique, avec la confirmation, la communion solennelle, la communion dominicale, la confession hebdomadaire.

7J'en ai tiré une seconde leçon : la religion ne vous apprend pas à vous révolter. Elle adoucit la dureté de l'ordre établi. Elle vous conduit à une sorte de fatalité. Elle a un côté « opium du peuple », comme l'a dit un philosophe célèbre.

8Et aussi une troisième : la religion catholique m'a été utile, notamment sa confession auriculaire, la culture de la pénitence de ses péchés. Il est commode de se faire pardonner par un intermédiaire avec Dieu, le prêtre : les protestants n'ont pas cette chance.

Les écoles catholiques et les congrégations ont assuré mon éducation

9Je devais être missionnaire. J'ai suivi les sœurs de Kermaria : un asile à Locminé ; les Orphelins d'Auteuil et les Frères « à quatre bras » à l'école primaire ; la Congrégation du Saint Esprit pour le Collège ; les prêtres séculiers du diocèse des Côtes d'Armor pour le lycée. L'enseignement y était correct, un peu trop contraint. Cela ne vous prédispose pas à devenir de gauche. Les socialistes étaient peu concernés mais par contre, la Russie soviétique, le communisme, son athéisme, les persécutions des chrétiens, tout cela nous était inculqué.

10J'en retire une quatrième leçon : j'ai dû garder de ce passage éducatif une grande aversion au totalitarisme communiste. Je n'ai jamais été tenté non plus par l'extrême gauche. Je n'ai jamais cru à un paradis sur terre apporté par les hommes dès lors que celui-ci promis par Dieu me paraissait mal parti.

11Au total, une famille classique de la Bretagne catholique, réfugiée à Locminé après 1945 et les bombardements de Lorient, anti-allemande, indifférente au génocide, dans la circonscription qui a porté le dernier prêtre à l'Assemblée nationale (Abbé Laudrin), pétainiste en 40 pour que la guerre s'arrête, gaulliste en 44 pour que les Allemands s'en aillent. Une famille où l'on ne parle pas de politique, où il n'y a pas d'élu, ni de militants.

J'ai rencontré la gauche socialiste avec les autres et grâce à eux

L'université d'abord

12Quand je suis arrivé à Rennes, j'étais de culture de droite, sans droit de vote ni engagement. Quand j'en suis sorti, j'étais de gauche.

13L'Université signifiait la liberté ; elle ouvre à d'autres influences, elle fait découvrir de nouveaux professeurs. Elle m'a fait approfondir la discipline que j'avais choisie : l'histoire.

14Elle me laisse libre de mes choix de lecture et de films ; elle me permet d'assister aux conférences de mon choix. Elle ne m'a pas enseigné la gauche, elle m'a permis de choisir mon chemin.

D'autres familles ensuite

15Et notamment celle de ma femme, fille d'instituteur et d'institutrice de l'École normale, promotion 1933, manifestants pour le Front populaire en 1936. Présents dans toutes les structures de la gauche socialiste de l'époque :

16SNI (FEN), MGEN, CAMIF, etc. sans oublier le catalogue de la manufacture de Saint-Étienne ! !

17Le régime était dur dans cette famille, pour faire aussi bien ou comme chez les curés : pas le droit d'aller au cinéma « la Phalange » à Quimper parce que c'était le cinéma des curés mais aucun livre n'était interdit. Pas le droit d'aller chez certains commerçants connus pour être de droite.

18Nous nous sommes fréquentés puis mariés... Tout cela depuis bientôt 40 ans.

19Je devrais ajouter d'autres fréquentations amies à Locminé, et ailleurs, cette fois de gauche.

Le travail enfin

20Les nombreux emplois occupés pour gagner ma vie et payer mes études m'ont amené à découvrir très tôt les conditions de travail. J'ajoute mes premiers pas dans l'enseignement au collège de Clisson, à l'École normale de Quimper avec un engagement syndical à la FEN. Tout rentrait dans l'ordre.

J'ai accompagné aussi l'évolution politique et sociale de la Bretagne

21Comme beaucoup, j'ai craint d'aller en Algérie et je me souviens du soulagement lors des accords d'Évian de mars 1962. J'étais plutôt indifférent à l'indépendance de ce pays. J'aurais plutôt aimé qu'on le garde mais je voyais surtout que la guerre était finie. La mission de De Gaulle était donc terminée. J'ignorais tout à l'époque des tortures et violences commises là-bas.

22En 1965, j'ai vingt ans mais pas le droit de vote fixé encore à 21 ans. À Locminé, malgré l'abbé Laudrin, avec un copain, on se débrouille pour faire campagne contre de Gaulle, l'un colle des affiches de Mitterrand, l'autre de Lecanuet. Ce n'est pas sa politique économique et sociale qui nous mobilise mais les mœurs : on veut plus de liberté. À l'époque, le chômage n'est pas une préoccupation pour un étudiant de 20 ans. Nous sommes fatigués de la chape de plomb du gaullisme conservateur.

23En 1968, je suis avec sympathie le mouvement sans en être acteur et sans approuver le désordre des dernières semaines. J'ai déjà commencé à travailler comme professeur d'histoire et de géographie.

24Petit à petit, le chemin se trace vers la gauche. J'ai voté PSU aux législatives de 1968, non au référendum de 1969, Defferre à la présidentielle de 1969 puis Poher au second tour et toujours socialiste depuis lors.

25J'ai ensuite suivi tout ce qui se passait dans la « gauche non communiste ». Je m'informais et suivais les consignes de vote : référendum en 1972, cantonales et législatives en 1973, pour adhérer au PS au lendemain de la présidentielle de 1974 sans passer par les assises du socialisme que j'ai accueillie positivement.

26Je suis devenu secrétaire de la section de Quimper en octobre 1975 après le décès de Georges Jaouen, tout le reste est connu.

27La spécificité bretonne a évidemment imprégné ce parcours. J'en donne quelques traits :

28Le choix européen : d'abord avec la politique agricole, son agriculture intensive, productive, la diminution des actifs, le remembrement, l'élevage... débouchant sur un salariat agroalimentaire important dans l'industrie comme dans les services.

29Le Concile Vatican II : 1962-1965 avec la fin de la guerre d'Algérie, l'année de la PAC, le début du Concile qui libère le vote catholique : il y aura seulement les crises scolaires qui prolongeront ce vieux conflit. Sans oublier la déconfessionnalisation de la CFDT en 1964. Désormais le curé cessera de donner ses consignes de vote en chaire.

30Le creuset breton : Les trois traditions : le christianisme social, l'humanisme laïc, la République démocratique ont réussi à se fondre dans une synthèse féconde d'où le succès en Bretagne de Mitterrand, Rocard, Delors, Jospin.

31La question régionale : Le rapport à l'État : langue, décentralisation, désenclavement, le combat contre le projet de centrale nucléaire à Plogoff, la grève du lait, le conflit du Joint Français... tout cela témoigne de l'attachement à ce slogan de l'époque : « Vivre, travailler, décider au pays. »

32Voilà comment on se retrouve à 60 ans, député au Parlement européen, président de la délégation socialiste française. Après avoir commencé avec les sœurs de Kermaria et chez les Orphelins Apprentis d'Auteuil ! !

33Texte de Bernard Poignant

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540