Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces du végétal

 | 
Isabelle Trivisani-Moreau
, 
Aude-Nuscia Taïbi
, 
Cristiana Oghina-Pavie

Deuxième partie - Création et connaissance du végétal vivant

Des Mariages entre fleurs

Laurence Teyssandier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Une trentaine de pages dans l’édition publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié, Paris, Gallimar (...)

1La rencontre homosexuelle du baron de Charlus et de Jupien dans la cour de l’hôtel de Guermantes constitue l’ouverture de Sodome et Gomorrhe dont elle occupe tout le premier chapitre1. Ce qui a largement contribué à la célébrité de cette scène, c’est qu’elle est décrite au moyen d’une métaphore originale empruntée au domaine végétal : la métaphore de l’orchidée et du bourdon, qui renvoie au phénomène des « mariages entre fleurs » rendus possibles par certains insectes : ceux-ci jouent en quelque sorte le rôle d’intermédiaire entre des fleurs dont les organes sexuels sont séparés. Sans eux, (donc sans une intervention extérieure), les organes sexuels ne pourraient pas entrer en contact et la fécondation ne pourrait pas avoir lieu. C’est ainsi que, dans la conjonction « florale » d’un type spécial qui s’accomplit sous les yeux du héros, M. de Charlus joue le rôle de l’insecte « mâle » qui féconde la fleur, tandis que Jupien devient l’orchidée qui reçoit le « pollen » apporté par l’insecte.

2À première vue, le parallèle entre l’homosexualité et la fécondation des fleurs a de quoi surprendre. Pourquoi ce parallèle inattendu ? Pourquoi passer par la science botanique pour aborder le sujet de l’homosexualité ? Ces questions se posent d’autant plus que Proust, on le verra, s’est documenté avec soin sur la question : pour étayer son propos, il n’hésite pas à recourir à un vocabulaire spécialisé et à des explications techniques sur le mode de fécondation aléatoire de certains végétaux. Il s’agit pour l’écrivain d’aborder un thème capital du roman, celui de l’inversion sexuelle, sujet particulièrement délicat et sensible à une époque où l’homosexualité pouvait donner lieu à une sanction pénale. En témoignent les deux grands scandales homosexuels qui défrayèrent la chronique de l’époque : le procès d’Oscar Wilde en 1895 et l’affaire Eulembourg en 1907.

Proust et le thème botanique avant Sodome et Gomorrhe I

  • 2 Cahier 7, folio 53vo. Voir la transcription dans RTP, t. III, Esquisse I, p. 928.
  • 3 Cahier 51, folios 5ro-6ro.
  • 4 Voir la transcription dans RTP, t. III, p. 934-938.
  • 5 Cahier 51, folios 7vo-8vo.

3Si le rapprochement entre la « sexualité » des orchidées et celle des homosexuels ne tombe pas sous le sens, il ne tombe pas non plus du ciel : c’est ce que montre un rapide examen des brouillons. Proust commence à écrire À la recherche du temps perdu fin 1908-début 1909. Le thème botanique est presque aussi ancien : on repère sa trace en 1909 dès les premiers cahiers de brouillon. À cette époque déjà, le thème est lié à l’inversion. Il fait son apparition dans deux cahiers : le Cahier 7, sous forme d’un complément à « la race des tantes » (la dissertation sur l’homosexualité qui suit le récit de la rencontre) et le Cahier 51 qui contient la première version de la scène. Dans le Cahier 7, on a affaire à une comparaison entre le sort réservé par la nature aux invertis et à certains animaux ou à certaines fleurs2. Elle sert à souligner la difficulté accrue à rencontrer l’amour pour les invertis. Dans le Cahier 51, on ne trouve ni orchidée ni bourdon ni métaphore mais un sophora et des abeilles3. Toutefois, une comparaison entre la fécondation des fleurs par les abeilles et la rencontre du couple Guercy/Borniche4 s’esquisse sur les versos5.

4Un peu plus tard, dans le Cahier 49 de 1910-1911, on retrouve la comparaison entre l’inverti et la fleur du Cahier 7. La difficulté de la rencontre homosexuelle y devient insurmontable :

  • 6 Chez les invertis.
  • 7 Cahier 49, folio 60ro. Voir la transcription dans RTP, t. III, p. 1286, note 3 de la p. 28.

C’est en vain que le jeune < dans sa frêle et apparence et sous ses précieuses couleurs [,] le jeune > et pauvre malade regarde < avec mélancolie > la foule qui où son œil n’aperçoit rien qui puisse lui convenir. Comme certaines Comme certaines fleurs où l’organe de l’amour est si mal placé qu’elles risquent de se flétrir sur leur tige avant d’avoir été fécondées, [interrompu] Sans doute un autre être qui l’ai[me] / pour aucun être au monde l’amour n’est la rencontre < en dehors [illis.] > d’un être qu’ils [sic] aimera [l’] amour mutuel est chez eux6 soumise [sic] à des difficultés supplémenta[ires] < difficultés > spéciales < à des élémen[ts]* > ajoutées encore à celles déjà pourtant nombreuses < qui existent pour tout le monde > qui la rendent < déjà > si difficile pour les plus normaux des êtres, qu’on peut dire qu’en éliminant une telle rencontre exceptionnelle très rare pour la plupart des êtres, devient pour eux à peu près impossible, absolument excepti[onnelle]7[...].

  • 8 Ibid., folios 59ro-60ro.

5Qu’en est-il de l’orchidée ? Elle fait son entrée en scène dans ce même Cahier 49 où elle désigne une catégorie d’invertis dans la dissertation sur les tantes : les solitaires des gares8 ‑ ceux-là mêmes qui sont à l’origine de la comparaison avec les fleurs du Cahier 7 de 1909. Un peu plus loin dans l’exposé, la comparaison devient métaphore et la fleur innommée l’orchidée :

  • 9 Cahier 49, folios 61ro-62ro.

Mais un jour vient où l’Andromède des plages, où la fleur des gares à l’hyménée imparfait (?) [sic] dérogent à leur idéal solitaire. Le vice organisé et qui leur fait horreur, avec lequel elles croient que leurs aspirations n’ont aucun rapport, un ami qui connaît mieux la vie, se chargent de leur apprendre que c’est une même chose, et qu’il est bon de ne pas vivre seul mais de prendre langue avec ceux qui s’intéressent comme[rcent] < trafiquent > // des mêmes denrées pour les être au courant des arrivages, avoir les meilleurs morceaux à meilleur compte et au moins de risques. Toujours À la table de < quelque grand > café où le soir plusieurs s’assemblent < à une table à part > comme des marchands, discutant < à voix basse > dans leur langue < vocabulaire > spéciale, les affaires de leur négoce, l’incomplète orchydée [sic] est présentée à l’Andromède9.

6Pour sa première apparition dans les brouillons, l’orchidée est employée comme métaphore d’un type d’inverti dans l’exposé sur les « tantes » : on ne saurait mieux dire qu’elle appartient au monde de Sodome.

  • 10 Nous laissons de côté le manuscrit de Sodome et Gomorrhe qui nous éloignerait trop des traces du vé (...)

7Après le Cahier 49, on perd la trace du thème botanique. Il resurgit cinq ou six années plus tard, vers 1915, dans deux manuscrits : pour Le côté de Guermantes II et pour Sodome et Gomorrhe10.

  • 11 RTP, t. II, CGII, p. 805-807.

8Le manuscrit pour Guermantes II contient une « leçon de botanique » sur les mariages entre fleurs11. Elle est dispensée avec humour à la princesse de Parme par la duchesse de Guermantes, relayée dans cette tâche par Hannibal de Bréauté, dit « Babal », qui révèle en la circonstance des compétences insoupçonnées sur la fécondation du vanillier.

  • 12 Ibid., p. 1790, note 1 de la p. 806.
  • 13 Ibid., p. 1789, note 2 de la p. 805.

9Ce développement nouveau et d’apparition tardive sur la curieuse fécondation de certaines fleurs – le vanillier12, le « loroglosse à odeur de bouc » (ou loroglossum hircinum)13 – n’a rien d’ornemental ni d’anecdotique. Cet arbre et cette fleur n’ont pas été choisis au hasard : ce sont deux variétés d’orchidées qui illustrent un des modes de la fécondation indirecte (« croisée »), celle qui se fait par l’intermédiaire d’un insecte. Chez le loroglosse, les organes sexuels mâle et femelle ne peuvent entrer en contact parce qu’ils ne sont pas sur le même pied ; chez le vanillier, la même fleur possède des organes mâles et femelles, mais ils sont séparés par une paroi qui empêche toute communication. Originaire du Mexique et de La Guyane, le vanillier serait resté stérile ailleurs, si en 1841, un esclave noir de La Réunion n’avait eu l’idée de mettre en contact les organes mâles et femelles à l’aide d’une pointe.

  • 14 Ibid., p. 805.

10Si l’on se place du point de vue de la genèse textuelle, on constate que le sophora de 1909 a disparu. Il a été remplacé par l’orchidée qui, comme lui, ne peut être fécondée sans l’intervention d’un insecte. La similitude du type de fécondation implique la similitude de la fonction romanesque. La difficulté de l’union entre certaines fleurs renvoie explicitement à l’union hétérosexuelle, la seule qui soit mentionnée métaphoriquement par la duchesse de Guermantes : son orchidée est une « dame » à qui seul un insecte peut procurer un « mari », mais, déplore la duchesse, à l’heure qu’il est, elle est « toujours digne d’être rosière14 ». Le mot « d’inversion » n’est pas prononcé.

11Pourtant, en réalité, la leçon de botanique a pour unique fonction de préparer l’union homosexuelle de Charlus et Jupien. Elle le fait de façon cryptée puisqu’on ne saisit le lien entre botanique et inversion qu’après-coup, à la lecture de Sodome et Gomorrhe I. Ce point capital est confirmé par les premiers brouillons où les deux thèmes sont réunis pour la première fois pour exprimer la difficulté de l’union entre deux êtres du même sexe. L’orchidée est bien la fleur emblématique de Sodome.

12La « leçon de botanique » de Guermantes II est extrêmement précieuse à un autre point de vue : celui des sources. C’est le seul passage de la Recherche où il est question du loroglosse à odeur de bouc : cette orchidée ne figure pas dans la scène entre Charlus et Jupien de Sodome et Gomorrhe I. Plus surprenant : elle ne figure pas non plus dans la source explicitement indiquée par Proust : Darwin. Quant au vanillier, on le retrouvera dans Sodome mais c’est dans la leçon de botanique que son sort est décrit avec le plus de précision par Babal.

  • 15 Études sur la nature humaine. Essai de philosophie optimiste, Paris, Masson, 1903, chapitre II, p.  (...)
  • 16 Correspondance de Marcel Proust, t. VI, lettre 24, p. 57.

13Comment Proust a-t-il eu connaissance de la fécondation du vanillier et du loroglosse ? La réponse se trouve dans d’autres documents de genèse (du moins pour les non-spécialistes car les savants botanistes d’hier et d’aujourd’hui connaissent directement les textes) : dans la correspondance et sur des épreuves. Il en ressort que Proust a lu à coup sûr deux ouvrages : Études sur la nature humaine d’Ilia Metchnikoff qui obtint le prix Nobel en 1908 et L’intelligence des fleurs de Maurice Maeterlinck. Le « cas » du vanillier est présenté en détail au chapitre II des Études sur la nature humaine15 qui parut en 1903. Proust cite Metchnikoff dans une lettre de mars 1906 à son ami le prince Antoine Bibesco16 : il avait connaissance de l’homme et de l’ouvrage avant la célébrité conférée par le prix Nobel. L’intelligence des fleurs parut en 1907. Maeterlinck y consacre un chapitre au loroglossum hircinum en commençant d’ailleurs par s’étonner que Darwin n’ait pas étudié cette variété dans son livre sur la fécondation des orchidées. Ces deux ouvrages sont bien informés et sérieux mais accessibles et même agréables à lire.

  • 17 RTP, t. II, CGII, p. 807.

14Enfin la « leçon de botanique » de Guermantes II se termine sur une mention de Darwin17, la référence et l’autorité en la matière, auteur de plusieurs ouvrages sur la fécondation des plantes qui ont fait date dans l’histoire de la science botanique : De la fécondation des orchidées par les insectes et des bons résultats du croisement, en 1870 ; Des effets de la fécondation croisée et de la fécondation directe dans le règne végétal, en 1877 ; Des différentes formes de fleurs dans les plantes de la même espèce en 1878. Proust s’est-il livré à une lecture exhaustive et approfondie de ces ouvrages savants et ardus ? Ce n’est pas sûr. Il en a eu au minimum une connaissance indirecte par Maeterlinck et Metchnikoff, qui, eux, ont lu Darwin et se réfèrent à son livre De la fécondation des orchidées par les insectes et des bons résultats du croisement.

15Après ce repérage des traces du thème botanique et de son évolution dans les brouillons de la Recherche, on va s’intéresser à l’aboutissement de cette évolution dans la scène de rencontre de Sodome et Gomorrhe I ; ce second parcours permettra sans doute aussi de compléter la question des sources et des lectures « botaniques » de Proust.

La botanique dans la scène de rencontre de Sodome et Gomorrhe I

  • 18 RTP, t. III, SGI, p. 3.
  • 19 Ibid., p. 4.
  • 20 Ibid., bas de p. 4 et 5.
  • 21 Ibid., p. 6-11.
  • 22 Ibid., fin de la p. 6.
  • 23 Ibid., p. 11-15.
  • 24 Ibid., p. 16-28.
  • 25 Ibid., p. 28.
  • 26 Ibid., p. 28-32.

16Le texte que nous lisons aujourd’hui est une réécriture très tardive qui date de 1919-1920. Toute la scène de la rencontre entre Charlus et Jupien est décrite à travers le regard du héros qui occupe la position du voyeur18. Ce qu’il est venu observer, caché derrière des volets, ce sont l’arbuste et la plante précieuse de la duchesse exposés dans la cour, dans l’espoir d’assister à leur fécondation par un insecte… Arrive M. de Charlus qui traverse la cour de l’hôtel pour rendre visite à sa tante Villeparisis, souffrante19. Pendant ce bref intermède intervient un premier développement botanique20. Puis se produit la rencontre proprement dite : une scène « muette » d’abord21 qui introduit la métaphore botanique22, puis un dialogue entre le baron et l’ancien giletier23. C’est, pour le héros, la révélation capitale de l’homosexualité de Charlus, qui donne lieu à la dissertation sur les tantes24. Ce long développement de douze pages se termine par des considérations sur… la méduse de Michelet, comparée curieusement à l’orchidée25. Le texte revient enfin à Charlus et Jupien dont l’étrange conjonction est analysée au moyen d’une série de comparaisons avec la fécondation des fleurs. C’est là surtout que se concentrent le vocabulaire spécialisé et les explications techniques26.

La métaphore botanique

17La métaphore botanique est la grande réussite de la scène de rencontre homosexuelle : c’est elle qui a frappé les esprits et c’est elle qui reste dans la mémoire du lecteur. Dans cette métaphore, on l’a vu, Charlus est le bourdon, le « mâle » qui pénètre dans (ou qui pénètre) la fleur, et Jupien l’orchidée, la « femelle ». L’image est frappante, mais très approximative, ce dont Proust n’est pas dupe :

  • 27 Ibid., p. 9.

[…] (simple comparaison pour les providentiels hasards, quels qu’ils soient, et sans la moindre prétention scientifique de rapprocher certaines lois de la botanique et ce qu’on appelle parfois fort mal l’homosexualité27) […].

18Les choses sont claires : Proust ne se prend nullement pour un savant expert en botanique et ne cherche pas à passer pour tel. Mais il n’entend pas non plus passer pour un ignorant qui énoncerait des contre-vérités sur la fécondation des fleurs. Ainsi, juste après la dissertation sur l’homosexualité, il précise :

  • 28 Ibid., bas de la p. 28.

[…] M. de Charlus (et ici le mot fécondation doit être pris au sens moral, puisqu’au sens physique l’union du mâle avec le mâle est stérile, mais il n’est pas indifférent qu’un individu puisse rencontrer le seul plaisir qu’il soit susceptible de goûter, et « qu’ici-bas toute âme » puisse donner à quelqu’un « sa musique, sa flamme ou son parfum »), M. de Charlus était de ces hommes qui peuvent être appelés exceptionnels, parce que, si nombreux soient-ils, la satisfaction, si facile chez d’autres, de leurs besoins sexuels, dépend de la coïncidence de trop de conditions, et trop difficiles à rencontrer28.

19La stérilité qui frappe l’union homosexuelle n’affecte pas les plantes puisque, justement, la fécondation des moins bien loties d’entre elles est rendue possible par des agents externes (insectes, vent) ou par une fécondation artificielle (le vanillier). Ni spécialiste ni béotien, Proust se veut simplement informé. Son but d’écrivain n’est pas de rivaliser avec Darwin, mais de rapprocher deux domaines apparemment très éloignés l’un de l’autre et de montrer la justesse d’un parallèle pour le moins déconcertant. Comment y parvient-il ?

  • 29 Ibid., p. 8.

20Toute la scène est construite autour de quelques motifs choisis et savamment répartis dans le texte de manière à attirer l’attention sur les points communs qui justifient le parallèle. Cette construction repose elle-même sur un dédoublement du spectacle : le spectacle que le héros espère voir – la fécondation de l’orchidée par un insecte – et, venant « se greffer » sur lui, le spectacle imprévu dont il va être le témoin involontaire. Au début du récit, on a donc deux lignes distinctes qui suivent chacune une trajectoire parallèle. Par la suite, tantôt elles se rejoignent jusqu’à fusionner (avec la métaphore), tantôt elles reprennent leur cheminement parallèle (avec la comparaison), mais elles s’entrelacent si subtilement qu’à moins d’une lecture extrêmement attentive, on finit par ne plus savoir dans quel registre on est. Les pistes se mélangent d’autant plus qu’à l’instant où M. de Charlus passe la porte « en sifflant comme un gros bourdon, un autre, un vrai celui-là », entre dans la cour29. Ce dédoublement entre spectacle attendu et spectacle réel, permet ainsi des allers-retours incessants entre botanique et inversion : c’est la voie royale pour la mise en relation des deux thèmes.

21Le début du morceau évoque le spectacle attendu et espéré :

  • 30 Ibid., p. 4.

[…] et je me demandais si l’insecte improbable viendrait, par un hasard providentiel, visiter le pistil offert et délaissé30.

22L’accent est mis sur l’importance du facteur « hasard » dans la fécondation des fleurs. Le thème botanique semble lancé, mais cède aussitôt la place à l’arrivée de M. de Charlus. Pendant une trentaine de lignes sont précisées avec force détails l’ensemble des conditions inhabituelles ou plutôt exceptionnelles qui président à la rencontre du baron et du giletier :

  • 31 Ibid.

Il avait fallu une indisposition de Mme de Villeparisis […] pour que M. de Charlus fît une visite, peut-être la première fois de son existence, à cette heure-là. […], le baron, gardant ce temps pour la lecture, la recherche des vieux bibelots, etc., ne faisait jamais une visite qu’entre 4 et 6 heures du soir. […] Au bout d’un instant je fis un nouveau mouvement de recul pour ne pas être vu par Jupien ; c’était bientôt son heure de partir au bureau, d’où il ne revenait que pour le dîner, et même pas toujours depuis une semaine que sa nièce était allée avec ses apprenties à la campagne chez une cliente finir une robe31.

23Cette première étape (l’entrée en scène de Charlus) se termine par le retour du thème botanique :

  • 32 Ibid., bas de la p. 4.

Puis me rendant compte que personne ne pouvait me voir, je résolus de ne plus me déranger de peur de manquer, si le miracle devait se produire, l’arrivée presque impossible à espérer (à travers tant d’obstacles, de distance, de risques contraires, de dangers) de l’insecte envoyé de si loin en ambassadeur à la vierge qui depuis longtemps prolongeait son attente32.

  • 33 Ibid., p. 9.

24Les deux phrases « botaniques » qui encadrent l’arrivée de Charlus ont pour fonction manifeste d’amener le lecteur à tirer la conclusion qui s’impose : dans un cas comme dans l’autre, le facteur du hasard est déterminant. C’est le premier point commun entre l’inversion et la fécondation des fleurs, et l’un des principaux leitmotive de la scène. On le retrouve à point nommé quelques pages plus loin, au moment où le prodige de la « conjonction florale » entre Charlus et Jupien est sur le point de s’accomplir. Contre toute attente, c’est la rencontre homosexuelle qui convainc le héros de la possibilité de la sexualité des orchidées33 et non l’inverse (les merveilles d’ingéniosité qui rendent possible la fécondation de certaines variétés d’orchidées et ont ébloui tous les botanistes et les amateurs) :

  • 34 Ibid.

La porte de la boutique se referma sur eux et je ne pus plus rien entendre. J’avais perdu de vue le bourdon, je ne savais pas s’il était l’insecte qu’il fallait à l’orchidée, mais je ne doutais plus, pour un insecte très rare et une fleur captive, de la possibilité miraculeuse de se conjoindre, alors que M. de Charlus (simple comparaison […]), qui, depuis des années, ne venait dans cette maison qu’aux heures où Jupien n’y était pas, par le hasard d’une indisposition de Mme de Villeparisis, avait rencontré le giletier et avec lui la bonne fortune réservée aux hommes du genre du baron34 […].

25Il est un second point commun qui relèverait de l’évidence s’il n’était mis en sourdine avec une habileté proprement diabolique : la sexualité. Il ne faut pas se laisser prendre à l’effet de flou et d’estompage que favorise le terme de « fécondation » : il tend en effet à faire oublier la réalité première qui conditionne cette dernière, la mise en relation des organes sexuels mâles (les étamines) et femelles (le pistil), en un mot, la relation sexuelle chez les fleurs. « Sexualité » des plantes, sexualité des invertis : il n’est guère question que de sexe, même si un assez extraordinaire tour de passe-passe (qui est aussi un véritable tour de force) parvient, sinon à le faire oublier, du moins à détourner l’attention vers un spectacle plus gracieux : celui de l’orchidée et du bourdon, grâce à la fameuse métaphore.

Le discours scientifique dans la scène de rencontre

26Le thème botanique émaille la scène entière mais se concentre principalement au début (avant la conjonction Charlus/Jupien) et à la fin, une fois qu’elle s’est produite.

27Le premier développement à caractère « scientifique » intervient juste après l’entrée de M. de Charlus dans la cour. C’est donc, à ce moment-là, le spectacle espéré de la fécondation de l’orchidée par l’insecte qui mobilise l’attention du héros et oriente le cours de sa pensée :

  • 35 Ibid., p. 4.

Je savais que cette attente [celle de l’insecte par la fleur] n’était pas plus passive que chez la fleur mâle, dont les étamines s’étaient spontanément tournées pour que l’insecte pût plus facilement la recevoir ; de même la fleur-femme qui était ici, si l’insecte venait, arquerait coquettement ses « styles », et pour être mieux pénétrée par lui ferait imperceptiblement, comme une jouvencelle hypocrite mais ardente, la moitié du chemin35.

28La suite prend la forme d’un exposé (et même d’un cours d’introduction à la botanique) : définition de l’autofécondation et de son corollaire, la dégénérescence progressive de l’espèce, par opposition à la fécondation croisée qui, elle, favorise la vigueur de l’espèce ; mouvement de balancier de l’une à l’autre, qui produit une régulation et un équilibre favorables à une certaine stabilité de l’espèce :

  • 36 Ibid., p. 5.

Les lois du monde végétal sont gouvernées elles-mêmes par des lois de plus en plus hautes. Si la visite d’un insecte, c’est-à-dire l’apport de la semence d’une autre fleur, est habituellement nécessaire pour féconder une fleur, c’est que l’autofécondation, la fécondation de la fleur par elle-même, comme les mariages répétés dans une même famille, amènerait la dégénérescence et la stérilité, tandis que le croisement opéré par les insectes donne aux générations suivantes de la même espèce une vigueur inconnue de leurs aînées. Cependant cet essor peut être excessif, l’espèce se développer démesurément ; alors, […] un acte exceptionnel d’autofécondation vient à point nommé donner son tour de vis, son coup de frein, fait rentrer dans la norme la fleur qui en était exagérément sortie36.

29Ces réflexions correspondent au seul moment de « botanique pure » de tout le morceau (le seul où il n’est pas question de l’inversion, bien que celle-ci soit indirectement présente à travers les notions de dégénérescence et de stérilité).

  • 37 Ibid., p. 28.

30La fin de la dissertation sur l’homosexualité renoue avec le thème botanique… en faisant une incursion dans le règne animal : l’inverti est en effet comparé à « une méduse stérile qui périra sur le sable37 », méduse qui se transforme elle-même en orchidée :

  • 38 Ibid.

Ne sont-elles pas, avec le velours transparent de leurs pétales, comme les mauves orchidées de la mer38 ?

31Voici la botanique enfin de retour. Il ne s’agit plus cette fois d’un exposé, mais d’une série de comparaisons entre la fécondation des fleurs et la conjonction sexuelle de Charlus et Jupien. Le trait le plus frappant du passage est la débauche de termes savants à laquelle se livre Proust :

  • 39 Ibid., p. 29-30.

Les ruses les plus extraordinaires que la nature a inventées pour forcer les insectes à assurer la fécondation des fleurs […] ne me semblaient pas plus merveilleuses que l’existence de la sous-variété d’invertis destinée à assurer les plaisirs de l’amour à l’inverti devenant vieux : les hommes qui sont attirés non par tous les hommes, mais – par un phénomène de correspondance et d’harmonie comparable à ceux qui règlent la fécondation des fleurs hétérostylées trimorphes, comme le Lythrum salicaria – seulement par les hommes beaucoup plus âgés qu’eux39.

32Mais le type d’invertis décrits ici (ceux qui, comme Jupien, aiment les vieux messieurs) est :

  • 40 Ibid., p. 30.

moins saisissant pourtant que d’autres que tout herborisateur humain, tout botaniste moral, pourra observer, malgré leur rareté, et qui leur présentera un frêle jeune homme qui attendait les avances d’un robuste et bedonnant quinquagénaire, restant aussi indifférent aux avances des autres jeunes gens que restent stériles les fleurs hermaphrodites à court style de la Primula veris tant qu’elles ne sont fécondées que par d’autres Primula veris à court style aussi, tandis qu’elles accueillent avec joie le pollen des Primula veris à long style40.

33On pourrait citer d’autres exemples aussi savoureux car les principales « ruses » déployées par les différentes variétés d’orchidées pour être fécondées sont passées en revue et mises en parallèle avec chacune des « variétés » d’invertis ou plutôt avec les différents modes de satisfaction sexuelle des invertis ou d’un même inverti : M. de Charlus a ainsi « plus d’une conjonction dans son sac », autrement dit plus d’une façon de parvenir au plaisir.

  • 41 Manuscrit au net de SG, Cahier I, NAF 16708.

34Où Proust a-t-il trouvé ces dénominations savantes et ce vocabulaire technique familiers aux seuls spécialistes ou aux amateurs passionnés comme Maeterlinck ? Chez Darwin semble-t-il, puisqu’il le nomme à la fin de son observation : toutes ces notions de botanique sont longuement étudiées dans l’ouvrage de 1878 intitulé Des différentes formes de fleurs dans les plantes de la même espèce. Mais ce texte est précédé d’une préface du professeur Amédée Coutance qui présente un résumé succinct de l’histoire de la botanique et une synthèse des théories essentielles développées par Darwin dans ses écrits. On y trouve des phrases et des exemples si proches de ceux de Sodome et Gomorrhe qu’il paraît probable que Proust s’est inspiré surtout de cette préface, ce qui n’exclut pas qu’il ait feuilleté le gros livre de Darwin et se soit arrêté sur certains passages. Loin d’avoir lu tout Darwin, comme son héros dans l’une des versions de la scène de rencontre41, il s’est contenté de lectures choisies mais attentives : il ne commet d’ailleurs aucune erreur.

35Pourquoi le recours au thème botanique et l’utilisation d’un langage si spécialisé, qui semble contredire l’affirmation de départ : « je ne suis pas un savant botaniste » ?

  • 42 RTP, t. III, SGI, p. 12.

36Le discours scientifique et le vocabulaire technique permettent d’abord la mise à distance d’un sujet fort scabreux à l’époque de Proust. Second bénéfice de cette stratégie : l’inversion est présentée comme un phénomène naturel. Ce en quoi Proust ne contrevient pas à certaines des théories médicales de son temps sur l’homosexualité. Le point de rupture entre l’écrivain et les traités scientifiques contemporains se situe à un autre niveau : dans le lien qu’il établit au moins indirectement, via la nature, entre innocence et inversion. Le parallèle entre le couple orchidée/bourdon et l’accouplement Jupien/Charlus tend à faire de l’homosexualité une pratique innocente et non un acte honteux, coupable et réprouvé. Il ne viendrait en effet à l’idée de personne de crier au scandale en voyant un papillon, un bourdon ou un oiseau-mouche se poser délicatement sur une fleur : « l’innocence » des uns rejaillit sur les autres. Voilà qui conduit à ce qui semble être la raison majeure, la clef du rapprochement entre le monde végétal et Sodome : la poésie. La « sexualité » des plantes possède une dimension poétique dont est dépourvue la relation sexuelle ponctuée de ahanements de plaisir entre un quinquagénaire bedonnant à la figure « grasse et congestionnée sous les cheveux gris42 » et un ancien giletier qui se pavane et prend des poses comme une coquette. Or, précisément, tout le travail de Proust sur la métaphore et les comparaisons empruntées à la botanique vise à persuader le lecteur du contraire (de l’étrange beauté poétique de la scène) et à lui faire adopter un point de vue neuf sur la conjonction entre Charlus et Jupien, de la même manière que la lecture de Michelet a transformé le regard du héros sur la méduse :

  • 43 Ibid., p. 28.

Méduse ! Orchidée ! quand je ne suivais que mon instinct, la méduse me répugnait à Balbec ; mais si je savais la regarder, comme Michelet, du point de vue de l’histoire naturelle et de l’esthétique, je voyais une délicieuse girandole d’azur43.

37Une formule voisine lui fait écho un peu plus loin, mais cette fois, c’est à l’inversion qu’elle s’applique :

M. de Charlus m’avait distrait de regarder si le bourdon apportait à l’orchidée le pollen qu’elle attendait depuis si longtemps, qu’elle n’avait chance de recevoir que grâce à un hasard si improbable qu’on le pouvait appeler une espèce de miracle. Mais c’était un miracle aussi auquel je venais d’assister, presque du même genre, et non moins merveilleux. Dès que j’eus considéré cette rencontre de ce point de vue, tout m’y sembla empreint de beauté.

38« Savoir regarder », c’est en l’occurrence percevoir la dimension esthétique de la conjonction homosexuelle, sa poésie et sa beauté propres. Tel serait en définitive l’enjeu du parallèle si inattendu entre botanique et inversion : une invitation à une véritable révolution du regard.

Notes

1 Une trentaine de pages dans l’édition publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1987-1989, 4 volumes, qui servira ici de référence (RTP).

2 Cahier 7, folio 53vo. Voir la transcription dans RTP, t. III, Esquisse I, p. 928.

3 Cahier 51, folios 5ro-6ro.

4 Voir la transcription dans RTP, t. III, p. 934-938.

5 Cahier 51, folios 7vo-8vo.

6 Chez les invertis.

7 Cahier 49, folio 60ro. Voir la transcription dans RTP, t. III, p. 1286, note 3 de la p. 28.

8 Ibid., folios 59ro-60ro.

9 Cahier 49, folios 61ro-62ro.

10 Nous laissons de côté le manuscrit de Sodome et Gomorrhe qui nous éloignerait trop des traces du végétal.

11 RTP, t. II, CGII, p. 805-807.

12 Ibid., p. 1790, note 1 de la p. 806.

13 Ibid., p. 1789, note 2 de la p. 805.

14 Ibid., p. 805.

15 Études sur la nature humaine. Essai de philosophie optimiste, Paris, Masson, 1903, chapitre II, p. 24-26.

16 Correspondance de Marcel Proust, t. VI, lettre 24, p. 57.

17 RTP, t. II, CGII, p. 807.

18 RTP, t. III, SGI, p. 3.

19 Ibid., p. 4.

20 Ibid., bas de p. 4 et 5.

21 Ibid., p. 6-11.

22 Ibid., fin de la p. 6.

23 Ibid., p. 11-15.

24 Ibid., p. 16-28.

25 Ibid., p. 28.

26 Ibid., p. 28-32.

27 Ibid., p. 9.

28 Ibid., bas de la p. 28.

29 Ibid., p. 8.

30 Ibid., p. 4.

31 Ibid.

32 Ibid., bas de la p. 4.

33 Ibid., p. 9.

34 Ibid.

35 Ibid., p. 4.

36 Ibid., p. 5.

37 Ibid., p. 28.

38 Ibid.

39 Ibid., p. 29-30.

40 Ibid., p. 30.

41 Manuscrit au net de SG, Cahier I, NAF 16708.

42 RTP, t. III, SGI, p. 12.

43 Ibid., p. 28.

Auteur

Université d’Angers, CERIEC EA 922, SFR Confluences 4201, L’UNAM

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540