Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces du végétal

 | 
Isabelle Trivisani-Moreau
, 
Aude-Nuscia Taïbi
, 
Cristiana Oghina-Pavie

Deuxième partie - Création et connaissance du végétal vivant

Les traces de tératologie végétale dans trois romans du cycle des Rougon-Macquart

Arnaud Verret

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 L’édition utilisée pour l’étude de ces trois romans d’Émile Zola est celle des Œuvres complètes, éd (...)

1Si le naturalisme zolien prend pour modèle la science, il est logique de le voir s’intéresser, entre autres disciplines, à la botanique. Nombre de jardins et de paysages apparaissent dans le cycle des Rougon-Macquart  ; trois d’entre eux sont particulièrement intéressants dans les deuxième, troisième et cinquième romans de la longue série. Dans La Curée dont le récit raconte les amours incestueuses de Renée et de son beau-fils Maxime, Zola décrit la serre d’un hôtel particulier où l’adultère est notamment consommé. Dans Le Ventre de Paris, un ancien révolutionnaire, Florent, s’évade du bagne de Guyane et traverse la forêt amazonienne pour rejoindre la France. Enfin dans La Faute de l’abbé Mouret, Zola imagine, en pleine Provence, un ancien parc abandonné mais encore luxuriant, le Paradou, où un prêtre, Serge Mouret, goûte à l’amour en compagnie d’une jeune femme prénommée Albine1.

  • 2 Alfred Moquin-Tandon, Éléments de tératologie végétale, ou Histoire abrégée des anomalies de l’orga (...)

2La serre, le jardin abandonné, la forêt tropicale : trois exemples différents d’épanouissement de la nature. Or, dans ces trois cas, la végétation présentée apparaît, en de certaines traces, monstrueuse et l’on peut véritablement, dans le cadre de l’érudition et de la documentation scientifique de Zola, parler d’une tératologie végétale. Pour justifier cette dernière notion, on se souviendra d’une publication contemporaine, les Éléments de tératologie végétale d’Alfred Moquin-Tandon2. Zola a lu cet auteur, notamment un autre de ses ouvrages, Le Monde de la mer, publié sous le pseudonyme d’Alfred Frédol, qu’il a apprécié et auquel il a consacré une chronique parue dans L’écho du Nord du 26 au 27 décembre 1864. En quoi consiste donc cette tératologie végétale zolienne et pourquoi, alors qu’elle ne revêt que la forme de traces, prend-elle une si grande importance dans l’économie et la lecture des trois romans que sont La Curée, Le Ventre de Paris et La Faute de l’abbé Mouret  ?

La description des monstres végétaux

3Même s’il prend la science pour modèle et montre un dessein encyclopédique – ce que prouvent ses catalogues de plantes – Zola ne fait pas œuvre de botaniste, se souciant d’ailleurs assez peu de l’acclimatation réelle des végétaux. Sans pousser aussi loin la taxinomie qu’un savant comme A. Moquin-Tandon, certains critères de monstruosité végétale, comme le volume et la forme des plantes, peuvent toutefois être dégagés.

Des monstruosités de volume3

  • 3 Ce sous-titre ainsi que le suivant sont directement repris de l’ouvrage de Moquin-Tandon.
  • 4 Pour tous les noms de plantes citées, nous respectons l’orthographe de l’auteur. En effet, comme be (...)
  • 5 La Faute de l’abbé Mouret, p. 105.
  • 6 La Curée, p. 50.

4Les plantes présentées par Zola sont monstrueuses d’abord par leur taille. Dans la serre, les Cyclanthus4 montent tout au long d’un jet d’eau, les Tornélias laissent tomber des racines aériennes. Dans le Paradou, les fenouils sont géants et le ricin colossal5. Mais la démesure concerne la grandeur autant que la petitesse : la Sélaginelle est, quant à elle, qualifiée de fougère naine6. Or l’adjectif «  nain » a son importance, le nain revêtant au xixe siècle, tout comme le géant d’ailleurs, un caractère monstrueux, tout du moins animal, si bien qu’on peut conclure que c’est aussi l’écart entre les deux types de végétation – l’une géante, l’autre naine – qui finit par être monstrueux.

  • 7 Sur ce sujet Chiwaki Shinoda, «  Exubérance végétale chez Mirbeau et Zola », Cahiers Octave Mirbeau(...)
  • 8 Isabelle Krzywkowski, Le jardin des songes : étude sur la symbolique du jardin dans la littérature (...)
  • 9 La Faute de l’abbé Mouret, p. 107.
  • 10 I. Krzywkowski, Le jardin des songes, op. cit., p. 502.
  • 11 Le Paradou constitue donc un hors-lieu de la nature provençale : à la marge du paysage, il est logi (...)
  • 12 Le Ventre de Paris, p. 314.

5Outre la taille, la monstruosité s’explique par une profusion débridée7. C’est le cas dans la serre, espace clos par définition où l’on entasse les plantes, même au prix d’un ordre anarchique8. C’est aussi le cas dans le jardin à l’abandon de La Faute de l’abbé Mouret avec un bois de rhododendrons si touffu de fleurs qu’il en étale des bouquets monstrueux9. Le foisonnement est fréquent dans les jardins qui reproduisent l’éden : il n’y a pas d’étiolement, mais une incroyable puissance de procréation de la nature10. Il est d’ailleurs à noter que la luxuriance du Paradou est renforcée par le fait que rien ne pousse dans la terre caillouteuse et sèche qui entoure ce parc11 à l’intérieur duquel « Albine et Serge se perdaient. Mille plantes, de tailles plus hautes, bâtissaient des haies, ménageaient des sentiers étroits qu’ils se plaisaient à suivre. » Mais c’est l’Amazonie du Ventre de Paris qui l’emporte en terme de démesure : le bagnard évadé marche près d’une semaine entière dans la forêt sans en voir l’issue ; les bois ne sont qu’entrecoupés de fleuves et « au-delà, les forêts recommençaient12 ». Cependant, on notera que l’absence de végétation est tout aussi monstrueuse. En effet, Florent raconte également que les autorités ont coupé tous les arbres de l’île du Diable pour empêcher les évasions. Cette absence d’arbres rend l’île nue, aride et proprement infernale sous l’effet de la chaleur.

Des monstruosités de forme

  • 13 La Curée, p. 51.
  • 14 La Curée, p. 50-51.
  • 15 La Faute de l’abbé Mouret, p. 105.
  • 16 La Curée, p. 50.
  • 17 Le Ventre de Paris, p. 313.

6Avec force comparaisons et métaphores, Zola insiste sur la forme étrange des plantes qu’il décrit. Beaucoup sont qualifiées de bizarres : ainsi des Orchidées, « plantes bizarres du plein ciel, qui poussent de toutes parts leurs rejets trapus, noueux et déjetés comme des membres infirmes13 ». Ces formes renvoient très souvent à un danger, qu’il s’agisse du poignard malais auquel font songer les Pandanus de Java, ou des feuilles en fer de lance des Caladiums14 ou bien encore des Clarkias aux grandes croix blanches semblables aux grandes croix d’un ordre barbare15. Significativement, une expression revient d’un roman à l’autre qui lie la forme à la dangerosité des plantes : dans La Curée les Euphorbes d’Abyssinie sont comme des cierges « pleins de bosses honteuses suant le poison16 » ; dans Le Ventre de Paris on parle également de ces baies métalliques « dont les bosses noueuses suaient le poison17 ».

  • 18 La Curée, p. 51.
  • 19 Le Ventre de Paris, p. 313.
  • 20 La Faute de l’abbé Mouret, p. 106.
  • 21 La Faute de l’abbé Mouret, p. 131.
  • 22 Parmi d’autres exemples, La Faute de l’abbé Mouret, p. 130 : «  un araucaria surtout était étrange, (...)

7Mais on notera surtout que nombre de végétaux se confondent avec d’autres éléments naturels. Le végétal, par les métaphores qu’il suscite, abolit les frontières. C’est ainsi qu’un interrègne caractérise la tératologie végétale chez Zola. Cet interrègne peut renvoyer aux minéraux : comme il a été dit, les baies de Guyane ont des reflets métalliques. Il peut aussi, le plus souvent, renvoyer aux animaux. Dans la serre, en effet, les Tornélias se tordent ainsi que des serpents malades, les Euryales ont des dos de crapauds monstrueux couverts de pustules, les Caladiums ressemblent à des papillons, les Quisqualus à des couleuvres18 ; en Amazonie, Florent pose le pied sur des feuilles sèches et voit « des têtes minces [de serpents] filer entre les enlacements monstrueux des racines19 » ; dans un bassin du Paradou enfin, des amarantes poussent « hérissant des crêtes monstrueuses […] semblables à de gigantesques chenilles géantes20 » et plus loin les plantes grasses tiennent de l’araignée, de la chenille, du cloporte, des tortues ou des vipères21. On le voit, les animaux évoqués sont bien entendu les reptiles22 et les insectes en priorité, en raison de leur aspect repoussant, leur dangerosité et la tradition littéraire qu’ils véhiculent en eux ; les images naissantes sont agressives, mimant la lutte incessante entre l’homme et la nature.

Des plantes funestes

  • 23 La Faute de l’abbé Mouret, p. 105 et 107.
  • 24 La Curée, p. 53.

8Certaines plantes ont l’aspect de visages pâles ou apoplectiques23. Car du danger évoqué par la forme au danger réel des plantes, il n’y a qu’un pas. Dans la serre de Renée, ce danger est maîtrisé par la main de l’homme : ainsi les Coques du Levant et les Euphorbes d’Abyssinie qui renferment du poison n’inquiètent-elles pas véritablement le lecteur ; Renée elle-même, par dépit amoureux, mâche volontairement la feuille d’un Tanghin de Madagascar, « plante maudite » dont les « nervures distillent un lait empoisonné », sans que cela lui nuise physiquement24.

  • 25 Le Ventre de Paris, p. 313.
  • 26 La Faute de l’abbé Mouret, p. 213.

9En revanche il en va tout autrement des plantes sauvages de Guyane si -inconnues qu’elles n’ont d’ailleurs plus de nom, ou de celles laissées en liberté dans le Paradou. Ce sont les mêmes plantes qui « suent le poison » et l’on tremble pour Florent, perdu en pleine forêt, qui n’ose mordre aux fruits éclatants qui pendent des arbres25. On n’oubliera d’ailleurs pas que même la senteur des fleurs, c’est-à-dire ce qui en fait tout le charme, peut être mortelle puisque Florent croit étouffer déjà sous le parfum des fleurs puantes de Guyane et que l’ensemble des parfums des fleurs du Paradou finit curieusement par étouffer Albine à la fin de La Faute de l’abbé Mouret26.

10Parmi d’autres plus communes, certaines plantes présentées par Zola sont donc indéniablement monstrueuses et participent à l’élaboration d’espaces pullulants, dévorateurs et donc de paysages inquiétants. Pour autant, Zola ne rentre pas dans des considérations biologiques savantes. Comme souvent, son dessein est encyclopédique, mais c’est par la puissance de son écriture, ses images, ses hyperboles, que l’auteur rend les plantes monstrueuses. Il s’agit donc bien de traces d’une science sous la forme d’une vulgarisation et la monstruosité des plantes est tout à fait classique : démesurées, dangereuses, leur aspect rappelle celui du reptile ou de l’insecte. Zola n’innove pas, mais reprend, consciemment ou non, ce que bon nombre d’auteurs ont écrit avant lui. Comment expliquer la présence de ce monstrueux traditionnel chez un écrivain résolument moderne ? C’est qu’il permet d’expliquer son monde actuel et de répondre en même temps à des problématiques atemporelles.

La tradition tératologique et le monde moderne

Voyages et plantes monstrueuses

  • 27 Une des sources de Zola est justement l’ouvrage d’un ancien bagnard, Charles Delescluze, De Paris à (...)
  • 28 Le Ventre de Paris, p. 309.

11À une époque où les voyages, comme ceux de Darwin ou des explorateurs coloniaux, ouvrent de nouveaux horizons, où l’on découvre l’ailleurs avec ses -beautés cruelles et sa végétation exubérante, l’exotisme reste négatif chez Zola, mais également propice aux décors monstrueux. C’est le cas tout particulièrement de l’Amazonie qui sonne comme un enfer vert pour ses contemporains où seuls les proscrits ont à se rendre27. C’est dans un autre monde que Florent transporte son auditoire quand il raconte la Guyane, et son histoire commence symboliquement par le traditionnel « il était une fois28 ».

  • 29 La Curée, p. 50-51.

12Il s’agit donc de faire voyager l’auditeur ou le lecteur. Les noms de contrées lointaines s’éveillent comme ceux de territoires merveilleux et mythiques où -s’épanouissent des plantes monstrueuses. Ainsi, dans La Curée, du Pandanus de Java semblable à un poignard, du Ravenala, « l’arbre du voyageur », des Euphorbes d’Abyssinie, des grands bambous de l’Inde, de la Coque du Levant, de l’Hibiscus de Chine et du Tanghin de Madagascar qui distille son poison. Ce voyage géographique se mêle d’ailleurs à un voyage dans le temps quand les fleurs de l’Hibiscus font songer aux lèvres rouges « de quelque Messaline géante29 ». Or tous ces noms égrenés sont parfaitement traditionnels dans le lexique tératologique  : la plante monstrueuse pousse aux confins du monde connu, appartient à d’anciennes civilisations dont le souvenir est réactivé par les voyages en terrae incognitae au cours du xixe siècle.

Vices et drames intimes parmi les plantes

  • 30 I. Krzywkowski, Le jardin des songes, op. cit., p. 16 et p. 87-88 à propos de la serre : « il s’agi (...)
  • 31 I. Krzywkowski, Le jardin des songes, op. cit., p. 286-296.

13La bourgeoisie va confisquer ces plantes entrevues lors de voyages pour les enfermer chez elle et en jouir à volonté dans la serre de ses hôtels particuliers30. Dès lors la végétation est le témoin des drames intimes qui se déroulent, le jardin, lieu clos et sensuel par excellence, permettant de transgresser la morale31 : c’est le cas dans La Curée et dans La Faute de l’abbé Mouret où la serre et le Paradou jouent le rôle d’un hortus conclusus infernal et monstrueux. Il est intéressant de remarquer que l’on rejoue là encore des épisodes traditionnels. Dans la serre se renoue le drame de Phèdre où l’on voit les amours incestueuses d’une femme pour son beau-fils ; dans le Paradou, les amours coupables d’un prêtre condamné au célibat.

Les traces bibliques à l’heure de l’ordre moral

  • 32 Pierre Ouvrard, Zola et le prêtre, Paris, Beauchesne, 1986, p. 30.
  • 33 La Faute de l’abbé Mouret, p. 141.
  • 34 O. Got, Les jardins de Zola, op. cit., p. 30.
  • 35 O. Got, « Zola et le jardin mythique », Les Cahiers naturalistes, no 62, 1988, p. 151.

14Zola écrit à une époque où se multiplient les positions réactionnaires après la Commune de Paris, positions fondées notamment sur les valeurs chrétiennes qui prônent un retour intransigeant à l’ordre moral32. Dans ce contexte, le Paradou auquel l’auteur travaille dès 1873-1874, est bien sûr la trace la plus évidente de la lecture de la Bible. Outre son nom qui se présente comme une variante du Paradis, il réincarne le jardin d’éden avant la chute du nouvel Adam qu’est Serge Mouret : la végétation y est luxuriante et variée, il est traversé de quatre cours d’eau, abrite une faune nombreuse et un arbre colossal y joue le même rôle que l’arbre de vie33. Comme l’écrit Olivier Got34, le Paradou se présente comme une réécriture de la Bible laïcisée où la nature prend la place du démon tentateur, et c’est parce qu’il renferme toute la création végétale que certaines de ses plantes sont monstrueuses35.

  • 36 La Curée, p. 53.

15Cependant quand Renée, dans La Curée, déambule au milieu d’arbres dont les branches sont semblables à des serpents et qu’elle mord à la feuille empoisonnée du Tanghin de Madagascar, elle prend, elle aussi, des allures de nouvelle Ève cueillant et croquant le fruit défendu36. Par ailleurs, dans Le Ventre de Paris, l’île du Diable, pelée pour éviter les évasions de bagnards, aride, ensoleillée, ne s’apparente-t-elle pas à ce lieu où le feu ne s’éteint jamais et qu’on appelle enfer dans la tradition chrétienne ?

  • 37 Un détail est d’ailleurs intéressant : la comparaison de la serre de La Curée, p. 151, avec un temp (...)

16On a donc une tératologie végétale certes ancrée dans l’histoire et la société du xixe siècle, mais qui repose sur des fondements ancestraux. Par l’héritage de sa culture, de ses lectures, de sa formation, Zola reprend des modèles tératologiques traditionnels37 parce qu’ils sont universels et permettent de démontrer des vérités atemporelles : tentation charnelle, ennui de la vie, insatisfaction et tentative farouche de sauver les apparences, lutte contre les révolutions, interdits, autant de sujets classiques qui se trouvent ici mêlés à un contexte de découvertes géographiques, de mode architecturale ou de politique autoritaire. Zola ne refait pas de l’antique ni du médiéval, mais il le réutilise pour le glisser dans le moule du monde moderne où le monstre végétal devient une trace des grands débats de l’époque. Il est même plus : il influe aussi sur la structure même du roman.

La tératologie végétale dans l’économie du roman

Une disposition stratégique

17La tératologie végétale n’apparaît qu’à des endroits très ciblés du roman, illustrant là encore la notion de trace. En effet, la description de la serre intervient principalement avant et pendant les amours adultères de Renée et Maxime et ne s’étend que sur quelques pages denses. Dans Le Ventre de Paris, la description de la Guyane se fait par l’intermédiaire d’un récit oral, raconté à une enfant sur le mode de la légende, et se trouve placée, comme une clef d’explication, entre le récit de l’inadaptation du bagnard au nouveau Paris qu’il découvre et le récit des conséquences qui en découlent. Cette disposition en triptyque est conservée dans La Faute de l’abbé Mouret où la description du Paradou n’occupe que le deuxième des trois livres, et c’est à l’intérieur de cette description que s’égrènent des traces de tératologie. On a donc de simples traces de tératologie végétale, mais qui sont compensées par leur disposition dans le texte, ce qui montre leur grande importance.

La tératologie végétale et la catastrophe du roman

  • 38 Rodolphe Walter, « Le parc de Monsieur Zola », L’Œil, no 272, Paris, 1978, p. 22. L’article de Rodo (...)
  • 39 La Faute de l’abbé Mouret, p. 143.
  • 40 La Faute de l’abbé Mouret, p. 186. P. Ouvrard, Zola et le prêtre, op. cit., p. 66 et sq notamment o (...)

18Si leur place est à ce point primordiale, c’est que la tératologie végétale annonce ou accompagne le drame du roman. Elle peut expliquer en effet le destin des personnages des trois œuvres, comme le rappelle Rodolphe Walter à propos de La Curée quand il écrit que « les descriptions chez Zola ne sont jamais gratuites ; étroitement liées à l’action, elles en éclairent sans cesse le déroulement38 ». C’est en se promenant dans la serre de son hôtel pour chasser son ennui que Renée se place sous la tutelle de ces plantes malsaines et verse dans l’adultère ; c’est parce qu’il a vu l’enfer de la Guyane que Florent ne parvient pas à s’adapter à une nouvelle vie paisible en France ; c’est dans le Paradou que Serge s’unit à Albine, mais c’est aussi après y avoir découvert le trop-plein de vie, le trop-plein de puissance créatrice qu’il abandonne immanquablement la jeune femme et retourne à son état de prêtre, être efféminé et morbide tel que le conçoit Zola. Il y a donc une part de fatalité, qui renforce la monstruosité de ces jardins et parcs, et Zola n’en fait pas mystère. Maxime et Renée sont amenés à l’amour par la végétation de la serre : « Maxime et Renée, les sens faussés, se sentaient emportés dans ces noces puissantes de la terre. » Serge et Albine, quant à eux, sont poussés à s’aimer par la nature : « C’était le jardin qui avait voulu la faute. […] Maintenant, il était le tentateur, dont toutes les voix enseignaient l’amour39 », ce qui ne signifie pas que Zola condamne expressément l’action du Paradou ; celle de l’église est bien pire, qui empêche ses prêtres d’accepter la puissance vitale40. Le monstrueux n’y est pas entièrement mauvais, mais la nature y reprend simplement ses droits.

19La présence de la végétation monstrueuse semble donc presque nécessaire pour écrire la fin du roman. C’est particulièrement net si l’on compare Le Ventre de Paris à une nouvelle de Zola, Jacques Damour, qui narre l’histoire d’un communard revenu du bagne de Nouméa. Dans cette nouvelle, Zola n’aborde pas la végétation de la Nouvelle-Calédonie, même lors de la fuite des bagnards qui coûte la vie à certains d’entre eux. Il semble que ce choix soit lié au fait que l’histoire de Jacques Damour se termine bien, alors que Florent ne s’acclimate pas à la nouvelle France, au nouveau Paris et reste hanté par sa fuite à travers la forêt ; il est logiquement de nouveau exclu de la société et retourne au bagne à la fin du roman. La monstruosité du bagne, qui passe par la monstruosité végétale, a déteint sur lui et a fait de lui un monstre à son tour, ce qui n’est pas le cas de Jacques Damour qui certes est éprouvé par l’exil, mais finit par prendre de l’embonpoint, chasse, pêche dans sa maison de campagne et vit parfaitement heureux en France.

20Savamment disposée, habilement utilisée, l’influence de la tératologie végétale sur le roman est donc manifeste. Elle reste de l’ordre de la trace, mais son effet rejaillit sur tout le texte, car la plante monstrueuse est intimement liée à l’évolution des personnages qu’elle guide dans ses actions et qu’elle pousse à se perdre. On est ici dans une logique qu’affectionne Zola : c’est le milieu qui détermine les êtres, et de manière irrémédiable. Dès lors, nulle échappatoire n’est possible pour les malheureux personnages qui se démènent à l’intérieur de ce monde et dont le destin tourne peu à peu au cauchemar tragique.

  • 41 O. Got, Les jardins de Zola, op. cit., p. 144.

21On peut donc dire qu’une notion marginale comme celle de la tératologie végétale est en réalité centrale. La monstruosité des arbres, des fleurs et des plantes est primordiale car elle illustre trois points essentiels de l’œuvre de Zola : son inventivité descriptive où se mêlent savoirs botaniques et images poétiques puissantes ; son dessein idéologique où l’auteur cherche à s’impliquer dans les grands débats de son temps tout en écrivant une œuvre atemporelle censée répondre aux questions des lecteurs de toutes les époques ; sa conception de la destinée humaine et romanesque où, à la manière d’une toile d’araignée, les jardins et les forêts prennent leurs victimes au piège. C’est peut-être parce que son rôle est à ce point manifeste dans les premiers volumes des Rougon-Macquart que la tératologie végétale se fait plus discrète par la suite41, Zola paraissant avoir regretté ces débordements de la nature :

  • 42 é. Zola, Le Roman expérimental, « De la description », t. IX, p. 426.

Nous autres, pour la plupart, nous avons été moins sages [que Balzac et Flaubert], moins équilibrés. La passion de la nature nous a souvent emportés, et nous avons donné de mauvais exemples, par notre exubérance, par nos griseries du grand air. Rien ne détraque plus sûrement une cervelle de poète qu’un coup de soleil42.

Lexique des végétaux mentionnés

  • 43 Les citations et la plupart des informations du lexique sont tirées de Pierre Larousse, Grand dicti (...)

22Amarante (n. f.) : « fleur d’automne qui est ordinairement d’un rouge de pourpre velouté43 ». Certaines variétés sont disposées en forme de panache et peuvent s’élever à plus d’un mètre de hauteur.

23Caladium (n. m.) : plante originaire d’Amérique, toxique par absorption et contact, aux feuilles fines et très colorées. « Les caladions sont de grandes plantes herbacées, vivaces, à feuilles larges […] Ce sont en général des plantes à feuillage ornemental, que l’on cultive dans nos serres, et dont on sait tirer depuis quelques années un excellent parti pour la décoration des squares et des jardins publics. »

24Clarkia (n. f.) : plante originaire d’Amérique, tirant son nom du botaniste américain Clark. « Ce genre comprend quatre ou cinq espèces, originaires de l’Amérique centrale, et presque toutes cultivées dans nos jardins d’agrément. »

25Coque du Levant (n. f.) : « nom vulgaire des fruits d’une espèce de ménisperme, donné quelques fois par extension à la plante elle-même. On s’en sert, non sans danger, pour enivrer le poisson et le prendre facilement ». Cette plante est une sorte d’arbuste grimpant et son fruit est en effet un neurotoxique qui cause des vertiges, des vomissements, des convulsions.

26Cyclanthus (n. m.) : « genre de plantes […], qui croissent dans l’Amérique tropicale. […] La famille des cyclanthées comprend des végétaux à tige arborescente, produisant en général des racines aériennes, et portant des feuilles linéaires, lancéolées, souvent épineuses sur les bords et sur la nervure médiane, embrassantes et disposées en spirale ».

27Euphorbe d’Abyssinie (n. f.) : plante cactiforme et épineuse, poussant notamment en Afrique.

28Euryale (n. f.) : « genre de plantes aquatiques, de la famille des nymphéacées, originaires des Indes orientales ».

29Pandanus (n. m.) : nom scientifique du genre baquois. « Les baquois sont de grands végétaux dont le port rappelle à la fois celui du palmier et de l’ananas, ce dernier élevé à de grandes proportions. Ils ont reçu des botanistes le nom générique de pandanus, qui a lui-même donné son nom à la famille des pandanés. Ils parviennent rarement à la taille d’un arbre, et présentent, à un très haut degré, le curieux phénomène de racines aériennes naissant sur la tige et descendant vers le sol comme des cordes. Parfois même la tige, qui va en diminuant de grosseur du sommet vers la base, est tellement grêle quand elle arrive au niveau du sol, que le végétal est comme porté en l’air par ses racines. »

30Quisqualus (n. m.) : « Les quisquales sont des arbrisseaux sarmenteux, grimpants, à feuilles opposées. »

31Ravenala (n. m.) : « grande et belle plante, qui par son port rappelle à la fois les bananiers et les palmiers. […] Les gaînes de ses feuilles, emboîtées les unes dans les autres comme celles des iris, forment une sorte de réservoir, toujours d’une eau limpide et très fraîche, ce qui a fait donner à ce végétal le nom vulgaire d’arbre à voyageur ».

32Rhododendron (n. m.) : « genre d’arbrisseaux […] qui croissent dans les régions montagneuses de l’hémisphère nord ».

33Ricin (n. m.) : arbrisseau d’origine tropicale de la famille des Euphorbiacées. Il est la source de la fameuse huile de ricin, qui a diverses applications, et de la ricine, un poison.

34Sélaginelle (n. f.) : « Les sélaginelles, qui ressemblent aux mousses par leur port et aux lycopodes par leur organisation, sont des plantes à tige grêle, flexible, rameuse, volubile ou rampante, portant de petites feuilles vertes, plus rarement bronzées ou olivâtres. »

35Tanghin de Madagascar (n. m.) : « Cet arbre est grand, fort élégant et aussi dangereux qu’il plaît à l’œil […] Ses fleurs […] renferment une amande formée de deux lobes distincts, d’une couleur blanchâtre ou rosée et d’une saveur amère. Cette amande est très vénéneuse. »

36Tornélia (n. f.) : genre de plantes sarmenteuses, de l’Amérique tropicale. La tornélia délicieuse atteint huit mètres de hauteur ; ses fruits, très aromatiques, sont comestibles.

Bibliographie

- Delescluze, Charles, De Paris à Cayenne, journal d’un transporté, Paris, A. Le Chevalier éditeur, 1872.

- Larousse, Pierre, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle (réimpression de l’édition de 1866-1876), Nîmes, C. Lacour Éditeur, 1990.

- Moquin-Tandon, Alfred, Éléments de tératologie végétale, ou Histoire abrégée des anomalies de l’organisation dans les végétaux, Paris, P.-J. Loss, 1841.

- Zola, émile, Œuvres complètes, Henri Mitterand (dir.), Paris, Nouveau Monde Éditions, 2002-2008.

- Bonnefis, Philippe, «  Le bestiaire d’Émile Zola », Europe, no 468-469, 1968, p. 97-107.

- Céard, Jean, La nature et les prodiges. L’insolite au xvie siècle, 2e éd. revue et augmentée, Genève, Droz, coll. « Titre courant », 1996.

- Got, Olivier, « Zola et le jardin mythique », Les Cahiers naturalistes, no 62, Paris, 1988, p. 143-152.

- Got, Olivier, Les jardins de Zola, psychanalyse et paysage mythique dans les Rougon-Macquart, Paris, L’Harmattan, coll. « Critiques Littéraires », 2002.

- Krzywkowski, Isabelle, Le jardin des songes : étude sur la symbolique du jardin dans la littérature et l’iconographie fin-de-siècle, ANRT Lille, Thèse de l’Université Paris-IV, 1997.

- Ouvrard, Pierre, Zola et le prêtre, Paris, Beauchesne, 1986.

- Shinoda, Chiwaki, « Exubérance végétale chez Mirbeau et Zola », Cahiers Octave Mirbeau, no 8, 2001, p. 58-73.

- Walter, Rodolphe, « Le parc de Monsieur Zola », L’Œil, no 272, 1978, p. 18-25.

Notes

1 L’édition utilisée pour l’étude de ces trois romans d’Émile Zola est celle des Œuvres complètes, éd. Henri Mitterand, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2002-2008, t. V pour La Curée et Le Ventre de Paris, t. VII pour La Faute de l’abbé Mouret.

2 Alfred Moquin-Tandon, Éléments de tératologie végétale, ou Histoire abrégée des anomalies de l’organisation dans les végétaux, Paris, P.-J. Loss, 1841.

3 Ce sous-titre ainsi que le suivant sont directement repris de l’ouvrage de Moquin-Tandon.

4 Pour tous les noms de plantes citées, nous respectons l’orthographe de l’auteur. En effet, comme beaucoup de botanistes de son époque, Zola écrit le nom des plantes avec une majuscule et sans pluriel français. Olivier Got, Les jardins de Zola, psychanalyse et paysage mythique dans les Rougon-Macquart, Paris, L’Harmattan, coll. « Critiques Littéraires », 2002, p. 162.

5 La Faute de l’abbé Mouret, p. 105.

6 La Curée, p. 50.

7 Sur ce sujet Chiwaki Shinoda, «  Exubérance végétale chez Mirbeau et Zola », Cahiers Octave Mirbeau, no  8, 2001, p. 58-73.

8 Isabelle Krzywkowski, Le jardin des songes : étude sur la symbolique du jardin dans la littérature et l’iconographie fin-de-siècle, ANRT Lille, Thèse de l’Université Paris-IV, 1997, p. 505-506.

9 La Faute de l’abbé Mouret, p. 107.

10 I. Krzywkowski, Le jardin des songes, op. cit., p. 502.

11 Le Paradou constitue donc un hors-lieu de la nature provençale : à la marge du paysage, il est logique de le voir abriter des plantes par leur nature marginale et anormale.

12 Le Ventre de Paris, p. 314.

13 La Curée, p. 51.

14 La Curée, p. 50-51.

15 La Faute de l’abbé Mouret, p. 105.

16 La Curée, p. 50.

17 Le Ventre de Paris, p. 313.

18 La Curée, p. 51.

19 Le Ventre de Paris, p. 313.

20 La Faute de l’abbé Mouret, p. 106.

21 La Faute de l’abbé Mouret, p. 131.

22 Parmi d’autres exemples, La Faute de l’abbé Mouret, p. 130 : «  un araucaria surtout était étrange, avec ses grands bras réguliers, qui ressemblaient à une architecture de reptiles, entés les uns sur les autres, hérissant leurs feuilles imbriquées comme des écailles de serpents en colère. » En règle générale, le monstrueux végétal s’accompagne d’un monstrueux animal, qu’il s’agisse bien sûr de serpents, mais aussi d’une chimère fantastique, de corbeaux, etc. Philippe Bonnefis, « Le bestiaire d’Émile Zola », Europe, no 468-469, 1968, p. 102 où la sève végétale se teinte du sang animal pour y introduire un chaos. On peut le rejoindre lorsqu’il affirme que l’animalité corrompt la vie harmonieuse des plantes chez Zola en montrant que les plantes sont présentées comme monstrueuses souvent en lien avec l’animalité de crapauds, de serpents et autres.

23 La Faute de l’abbé Mouret, p. 105 et 107.

24 La Curée, p. 53.

25 Le Ventre de Paris, p. 313.

26 La Faute de l’abbé Mouret, p. 213.

27 Une des sources de Zola est justement l’ouvrage d’un ancien bagnard, Charles Delescluze, De Paris à Cayenne, journal d’un transporté, Paris, A. Le Chevalier éditeur, 1872  ; mais il est intéressant de constater qu’il a largement amplifié ce texte, surtout en ce qui concerne la flore et la faune.

28 Le Ventre de Paris, p. 309.

29 La Curée, p. 50-51.

30 I. Krzywkowski, Le jardin des songes, op. cit., p. 16 et p. 87-88 à propos de la serre : « il s’agit d’un lieu qui a pour vocation de joindre des données incompatibles, les tropiques et les climats tempérés, la nature et l’architecture, la transparence et la clôture », à quoi l’on peut ajouter, dans La Curée, que c’est aussi un espace alliant normalité bourgeoise et monstruosité.

31 I. Krzywkowski, Le jardin des songes, op. cit., p. 286-296.

32 Pierre Ouvrard, Zola et le prêtre, Paris, Beauchesne, 1986, p. 30.

33 La Faute de l’abbé Mouret, p. 141.

34 O. Got, Les jardins de Zola, op. cit., p. 30.

35 O. Got, « Zola et le jardin mythique », Les Cahiers naturalistes, no 62, 1988, p. 151.

36 La Curée, p. 53.

37 Un détail est d’ailleurs intéressant : la comparaison de la serre de La Curée, p. 151, avec un temple monstrueux en une forêt de l’Inde. On retrouve ici la mention de l’Inde comme terre monstrueuse qu’on rencontre depuis l’Antiquité en passant par toute la tradition médiévale. Sur ce sujet, Jean Céard, La nature et les prodiges. L’insolite au xvie siècle, 2e éd. revue et augmentée, Genève, Droz, coll. « Titre courant », 1996, p. 52-54.

38 Rodolphe Walter, « Le parc de Monsieur Zola », L’Œil, no 272, Paris, 1978, p. 22. L’article de Rodolphe Walter concerne cependant davantage le parc Monceau que la serre de La Curée.

39 La Faute de l’abbé Mouret, p. 143.

40 La Faute de l’abbé Mouret, p. 186. P. Ouvrard, Zola et le prêtre, op. cit., p. 66 et sq notamment où il cite les notes de Zola sur son roman : « Serge est un affaiblissement, il est prédestiné à la prêtrise, à être eunuque, par le sang, par la race et l’éducation. »

41 O. Got, Les jardins de Zola, op. cit., p. 144.

42 é. Zola, Le Roman expérimental, « De la description », t. IX, p. 426.

43 Les citations et la plupart des informations du lexique sont tirées de Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle (réimpression de l’édition 1866-1876), Nîmes, C. Lacour Éditeur, 1990. Zola utilisait justement le dictionnaire de Larousse.

Auteur

Doctorant à l’Université de Paris III Sorbonne Nouvelle

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540