Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Quatrième partie. Les chemins de l’engagement au PS : des acteurs bretons témoignent

Intervention orale de Louis Le Pensec, sénateur du Finistère

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Je vais évoquer ici certains aspects de ma vie politique, longue et pas encore achevée, en essayant de répondre aux questions qui m'ont été posées : origines familiales, formation, études, activités professionnelles, conditions de l'engagement politique sans évoquer ma carrière ministérielle.

Le milieu familial et la formation

2Je suis né il y a 68 ans, en 1937, à Mellac (Finistère), près de Quimperlé où j'habite toujours, dans une famille de huit enfants. Mon père a d'abord été ouvrier agricole, puis manœuvre aux papeteries Mauduit. L'usine était à 1 000 m de chez nous et nous vivions dans une maison avec une pièce unique en terre battue. Le français était la langue dominante mais j'ai appris le breton par immersion et je le parle. Mon père était à la CGT et il était abonné à La vie ouvrière qui a été pendant longtemps le seul journal à la maison. Cela a façonné ma prise de conscience sociale et politique et a pesé dans mon orientation vers le droit et la sociologie du travail. Ensuite, nous recevions Ouest-Matin, un hebdomadaire régional communiste dirigé à Rennes par le professeur Denis, un marxiste que j'ai eu plus tard comme professeur d'économie.

3Je voulais devenir menuisier, ce que je ne suis pas parvenu à faire contrairement à mon frère, car nous habitions près d'un menuisier. Je suis donc allé au collège technique de Quimperlé pour apprendre la menuiserie, mais un professeur m'a conseillé de passer en section moderne. Comme je n'avais pas fait d'anglais, j'ai rattrapé mon retard pendant l'été. Puis, j'ai fait des études au Lycée de Quimperlé où j'ai passé le baccalauréat. La conscience politique au lycée était au niveau zéro en terminale.

Les études à Rennes et à Paris

  • 1 Louis Le Pensec est licencié en Économie politique, licencié ès lettres et diplômé de l'Institut d (...)

4L'inspecteur d'Académie du Morbihan — j'avais fait un stage dans ses services — m'a poussé à poursuivre mes études à l'université de Rennes. Je bénéficiais d'une bourse et de la cité universitaire. J'ai fait Lettres, puis du droit et des sciences économiques de 1957 à 1962 à Rennes, puis à Paris en 1962-19631- Je n'ai pas fait la guerre d'Algérie car j'étais sursitaire mais c'est la guerre d'Algérie qui a développé ma prise de conscience politique. J'ai participé à Rennes à des manifestations du Mouvement de la Paix, en particulier contre la torture. Grâce à l'UNEF, j'ai décroché un stage pour les étudiants, en Algérie, et cette expérience m'a beaucoup marqué- Au retour, j'ai lancé des cours d'alphabétisation d'Algériens à Rennes. Je me suis donc engagé par le biais de l'action syndicale et associative.

5En même temps, j'ai adhéré à l'UNEF, le grand syndicat étudiant et plus tard je fus délégué UNEF en 3e année à la faculté de Sciences économiques. Mon engagement en politique a été marqué par une orientation qu'on appellera ensuite « tiers-mondiste ». Je n'étais pas dans un parti mais j'étais imprégné des idées de la revue Combat Socialiste de E. Depreux et des idées du PSA et du PSU, dont je faisais une lecture assidue. En licence de Sciences économiques et lors de mon diplôme à l'IAE (l'Institut d'administration des entreprises), j'ai eu des professeurs en droit qui m'ont marqué : Pierre-Henri Teitgen, ancien ministre et dirigeant du MRP, Catherine Lalumière et Jean-Denis Bredin. Puis à Paris, à l'Institut des sciences sociales du Travail, j'ai eu deux hommes éminents qui y donnaient des cours : Michel Rocard et Alain Touraine, le sociologue de l'EHESS. En même temps, je participais à des réunions du PSU avec un certain Servet, Michel Rocard.

La vie professionnelle

6En 1963, j'ai épousé Colette une Paimpolaise et je suis entré dans la vie professionnelle comme cadre à la SNECMA, une grande entreprise nationalisée de moteurs d'avions puis chez Renault. À Paris, avec d'autres Bretons expatriés, j'ai fréquenté un club de gauche, le Club des Bonnets rouges, présidé par Charles Hernu, un club qui appartenait à la Convention des institutions républicaines, la CIR de François Mitterrand. Je l'ai rencontré une fois dans une réunion mais je n'ai fait sa connaissance qu'après 1973 lorsque j'ai été élu député PS du Finistère. Le 1er janvier 1970 nous décidons de venir vivre et travailler au pays, car j'avais obtenu un demi-poste de chargé d'enseignement en « management » à la faculté des Sciences économiques de Rennes et j'étais par ailleurs consultant en entreprise (jusqu'en 1973).

Les débuts d'une carrière politique

7En 1971, pour les élections municipales, à Mellac nous avons formé une liste d'union de la gauche avec un camarade communiste, nous avons été élus et je suis devenu maire de ma commune. J'ai cédé mon fauteuil de maire en 1997 quand je suis devenu ministre de Lionel Jospin car il nous avait demandé de ne pas cumuler les mandats électifs. Deux mois après les élections municipales de 1971, j'ai été élu président du Comité d'expansion économique de la Cornouaille. La semaine je travaillais à Rennes et le week-end, j'étais à Mellac.

  • 2 Pour une histoire précise de cette période et de ses enjeux, voir Jean-Jacques Urvoas, « 1969-2004 (...)
  • 3 Louis Le Pensec l'a emporté en 1973 avec 56,9 % contre le député sortant Petit, Républicain indépe (...)

8En Bretagne, mes liens avec les clubs se sont distendus mais dans le Finistère le nouveau parti socialiste était en train de s'organiser en allant vers une union des forces de gauche. Le congrès d'Épinay en juin 1971, auquel je n'étais pas, a été fondateur de mon engagement politique au PS. En revanche, j'ai participé au congrès préparatoire de Morlaix le 6 juin 1971. C'est aussi un congrès fondateur pour l'unité des socialistes finistériens sous la houlette de Francis Le Blé, élu secrétaire fédéral2. La suite va s'enchaîner rapidement. Je suis candidat aux législatives dans la circonscription de Quimperlé en mars 1973 où j'ai remplacé Pierre Boédec (SFIO-FGDS) et je fais 36 % des voix au 1er tour. C'est un choc car je devance le candidat du PCF qui était toujours en tête de la gauche au 1er tour en dépassant les 20 %. Et au 2e tour, je suis élu député contre le député sortant de droite Jean-Claude Petit, élu en 19683. Je suis le seul député PS et de gauche du Finistère.

9Ensuite, l'Union de la gauche progresse dans le pays et en Bretagne et nous espérons beaucoup des élections législatives de 1978 mais c'est bien sûr une grande déception pour tous les militants. François Mitterrand venu en Bretagne pour l'Amoco Cadiz nous console : « Ne vous inquiétez pas, ce sera pour la prochaine fois. » Et ce sera 1981. Je suis appelé au ministère de la Mer, mais ceci est une autre histoire...

10Intervention orale enregistrée, transcrite et résumée par Christian Bougeard.

Notes

1 Louis Le Pensec est licencié en Économie politique, licencié ès lettres et diplômé de l'Institut d'administration des entreprises (IAE) et diplômé de l'Institut des sciences sociales du Travail de Paris.

2 Pour une histoire précise de cette période et de ses enjeux, voir Jean-Jacques Urvoas, « 1969-2004 : la conquête de l'Ouest », dans les Socialistes dans le Finistère (1905-2005), s. d. de Maurice Lucas, Rennes, éditions Apogée, 2005, p. 213-237. Francis Le Blé, secrétaire de l'UD CFDT a adhéré à la CIR en 1967 et a été candidat de la FGDS aux élections législatives de juin 1968 à Brest.

3 Louis Le Pensec l'a emporté en 1973 avec 56,9 % contre le député sortant Petit, Républicain indépendant, élu en 1968 au 2e tour avec 60,6 %. Il devient ensuite conseiller général de Quimperlé en 1976.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540