Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L’Ouest et les Amériques

 | 
Marie-Christine Michaud
, 
Éliane Elmaleh

Les espaces de l’Ouest, conquête et redéfinition

La conquête scientifique du Nouveau-Mexique : un pacte faustien

Lucie Genay

Testo integrale

  • 1 « New Mexico, the picturesque reservation and playground of the Eastern States, very romantic, old (...)

1En 1936, l’auteur et artiste britannique D. H. Lawrence décrivait l’État du Nouveau-Mexique dans le Sud-Ouest américain comme « la réserve pittoresque et le terrain de jeu des États de l’Est, très romantique, l’espagnol vieilli, le Peau-Rouge, les mesas (montagnes plates) désertiques, les pueblos, les cow-boys, les penitentes (prisonniers des pénitenciers), tout ce que l’on voit au cinéma1 ». Cet État symbolique des mythes de la conquête de l’Ouest, est en effet souvent cité comme l’exemple d’un multiculturalisme « coloré » et protecteur des traditions ancestrales de ses cultures natives amérindiennes et hispaniques. Or, derrière ce kaléidoscope culturel se cachent les tensions héritées des deux dernières conquêtes qu’a connues cet État parmi les plus pauvres du pays, toutes deux opérées par les États-Unis : l’une militaire au milieu du xixe siècle et l’autre scientifique depuis la Seconde Guerre mondiale et le Projet Manhattan.

  • 2 Hales P. B., Atomic Spaces: Living on the Manhattan Project, Urbana, Illinois University Press, 199 (...)

2Cet article s’intéresse aux liens entre ces deux conquêtes et à la façon dont l’État a été métamorphosé depuis la création de son Eldorado nucléaire le long du Rio Grande. Il s’agit d’une nébuleuse de laboratoires, centres de recherche, réserves militaires, sites d’essai et de stockage d’armes et de déchets qui forme la colonne vertébrale d’un complexe militaro-industriel et scientifique devenu indispensable à l’économie du Nouveau-Mexique. Peter B. Hales, historien spécialiste du Projet Manhattan, explique que les histoires officielles du Projet commencent souvent sur les thèmes de la découverte scientifique et de la force majeure militaire sans aborder l’histoire de la terre et de ses peuples, exceptées quelques rares allusions à leur indispensable sacrifice2. Pour inverser cette tendance, il convient de démarrer cette analyse, non pas à partir du lancement du Projet suite à la célèbre lettre d’Albert Einstein à Franklin Roosevelt en août 1939, mais avec les spécificités de l’histoire de cet État particulier, longtemps relégué au statut de territoire et ignoré par manque de ressources exploitables.

  • 3 Center for Oak Ridge Oral History, Oak Ridge National Laboratories, interview de Alvin Weinberg par (...)

3Les deux concepts principaux sur lesquels repose cette analyse de l’histoire nucléaire du Nouveau-Mexique sont le principe du colonialisme interne propre aux États-Unis d’une part et l’image du pacte faustien déjà utilisée en référence à l’énergie nucléaire par le physicien Alvin Weinberg dès la fin de la Seconde Guerre mondiale3. Les liens entre ces deux concepts ont pour but de répondre aux interrogations suivantes : comment la seconde conquête américaine, scientifique, du Nouveau-Mexique s’est-elle inscrite dans la lignée de la première, militaire, et quels ont été, et sont encore, les enjeux pour les populations locales, de cette conquête sponsorisée par l’État fédéral et entretenue d’abord par la guerre froide puis par la renaissance de l’énergie nucléaire aux États-Unis ?

4« L’américanisation » du Nouveau-Mexique fut un processus lent et laborieux freiné par les difficultés de la vie dans le désert et le manque d’intérêt longtemps porté à la région, perçue davantage comme une gêne qu’un atout. Le traité de Guadalupe Hidalgo en 1848 et l’arrivée du Projet Manhattan en 1942 sont les deux grandes étapes de ce processus. Une première partie sera donc consacrée à l’évolution du territoire de la fin de la guerre américano-mexicaine à l’intégration de l’État du Nouveau-Mexique dans l’Union en 1912, pour mettre en lumière les facteurs qui ont facilité ensuite la conquête scientifique. Un examen des modes de diffusion de cette conquête sera au cœur d’une deuxième partie. Enfin, une dernière partie présentera une analyse des conséquences de ce mécanisme sur les Néo-Mexicains, des participants oubliés de l’histoire de la guerre froide, qui ont retiré les bénéfices mais payent également le prix de l’arrivée de l’industrie nucléaire dans leur région.

De Guadalupe Hidalgo au Projet Manhattan : mise en place d’un colonialisme interne

  • 4 « After a year in the Southwest, he concluded that New Mexico was worthless for Anglo agriculture a (...)
  • 5 Ball D., loc. cit.

5Au terme de la guerre américano-mexicaine de 1846-1848, les États-Unis se retrouvèrent avec un fardeau : une terre vaste, aride, inhospitalière et peuplée en grande majorité de Mexicains catholiques et de vingt-deux tribus amérindiennes, principalement des Indiens Pueblo. Si le mot « fardeau » est approprié ici, c’est parce que contrairement à la Californie prometteuse conquise en même temps, le Nouveau-Mexique ne représentait que peu d’intérêt pour la nation américaine. Pour preuve, le général Sumner, gouverneur du territoire en 1853, conclut après un an dans le Sud-Ouest que la région « n’avait aucune valeur pour l’agriculture ou l’industrie américaine, que les Néo-Mexicains étaient ignorants, indolents et fainéants, et que le territorialisme fédéral s’avérerait un échec cuisant dans le Sud-Ouest4 ». Il doutait que l’effort d’incorporer le Nouveau-Mexique et d’assimiler ses peuples « valût le prix versé en dollars fédéraux et avec le sang de soldats américains5 ». Cette opinion, qui reflète la réputation générale des peuples du Nouveau-Mexique, a donné le rythme très lent de l’incorporation du territoire dans le système américain. La lenteur du processus est illustrée par le changement du système légal de propriété terrienne, une question très importante et délicate au Nouveau-Mexique en raison des fortes cultures rurales qui défendent encore aujourd’hui un attachement particulier à la terre.

  • 6 Des concessions de terres : land grants en anglais ou cesión de terreno en espagnol mais ce sont le (...)
  • 7 Desbuys W., Enchantment and Exploitation: the Life and Hard Times of a New Mexico Mountain Range, A (...)
  • 8 Swentzell R., « Pueblo Space: An Understated Sacredness », in M. Weigle, F. Levine et L. Stiver (di (...)

6Le système en vigueur dans les années 1850 était celui des land grants6 instauré par la couronne espagnole au moment de la reconquête de la région à la fin du xviie siècle. Ces parcelles offertes aux loyaux sujets et aux Amérindiens combinaient propriété privée et collective en un subtil équilibre sur des ensembles plus ou moins grands, garantissant une exploitation raisonnée des ressources limitées du désert. Les clôtures n’existaient pas et un système collectif d’irrigation par acequias assurait la répartition de l’eau à tous les exploitants agricoles. Ce système reposait sur la culture locale des Hispaniques, pour la plupart des fermiers autosuffisants, qui considéraient la terre comme la source de toute vie, comme terre nourricière, garante de leur pastoralisme de subsistance ancestral7. De même, les Indiens à qui des land grants avaient également été octroyés, avaient, et conservent aujourd’hui encore, un rapport spirituel à la terre qui protège les sources d’énergie et les portes d’entrée vers le monde souterrain. Le culte pueblo, par exemple, repose sur la croyance que le peuple est initialement sorti de la terre qui est ainsi vénérée en qualité de génitrice8. Après la conquête américaine, il fallut redéfinir le système légal de propriété terrienne de manière à accommoder les migrants « Anglos » dont la propriété terrienne était plutôt perçue d’un point de vue économique, comme une marchandise ou une matière première à exploiter par des moyens modernes.

  • 9 Ebright M., « New Mexican Land Grants: the Legal Background », in C. L. Briggs et J. R. Van Ness (d (...)
  • 10 Chavez T. E., An Illustrated History of New Mexico, Albuquerque, University of New Mexico Press, 20 (...)
  • 11 New Mexico Museum of Art, New Mexico Art Tells New Mexico History, « History: Statehood. Treaty of (...)

7Le traité de Guadalupe Hidalgo devait protéger les propriétaires néo-mexicains. Mais dans la pratique, beaucoup ont perdu leurs terres sous l’action du gouvernement fédéral ou d’individus peu scrupuleux qui profitèrent de leurs difficultés à comprendre la langue, la loi et les procédures américaines9. Ces expropriations et la perte progressive du système des land grants ont plongé les populations locales davantage dans la pauvreté. Pendant les grands travaux d’arpentage, le territoire fut divisé géométriquement en carrés appelés townships sans prêter attention à la répartition inégale des ressources en eau ou à la topographie particulière du terrain et avec des effets dévastateurs à long terme. Néanmoins, ce processus transitoire s’est fait très lentement. Tandis que la question de la propriété fut rapidement réglée en Californie et que cette dernière fut intégrée à l’Union au bout de deux ans, le Nouveau-Mexique conserva son statut de territoire pendant soixante-quatre ans. Les différences de valeur, de culture et de religion sont la raison principale de la relégation du Nouveau-Mexique au rang de territoire pendant une période si longue. En effet, malgré une densité démographique suffisante pour prétendre à l’entrée dans l’Union, le fait que la population n’était ni protestante, ni anglophone a longtemps justifié le rejet du territoire10. Le général William Sherman qui s’est fait connaître pendant la guerre de Sécession a même proclamé que les États-Unis devraient déclarer la guerre au Mexique et l’obliger à récupérer le Nouveau-Mexique11. Cette réputation a alors attiré tout le rebut de la société : malfaiteurs, criminels et hors-la-loi. L’anarchie et la corruption qui caractérisaient plutôt les villes amplifiaient l’image du territoire comme celui d’un enfer sur la frontière de l’Ouest.

  • 12 De Voto B., The Course of Empire, Boston, Houghton Mifflin, 1952, p. xxxii.
  • 13 Nash G., World War II and the West: Reshaping the Economy, Lincoln, Nebraska University Press, 1990 (...)
  • 14 Kay E., Chimayo Valley Traditions, op. cit., p. 65.

8Une fois la transition vers un système américain de propriété opérée, l’autre effet principal de cette longue période territoriale fut la mise en place progressive d’une économie fondée sur un colonialisme interne. Bernard De Voto, historien de l’Ouest américain, a souligné le fait que « les frontières nationales et impériales » des États-Unis sont les mêmes, introduisant l’idée d’un « empire intérieur » américain12. En effet, l’Ouest est devenu cette réserve d’espace, de ressources et de matières premières, mise au service de la puissance économique et militaire du pays. En cela, le Nouveau-Mexique est un exemple parlant. Au tournant des xixe et xxe siècles, l’économie néo-mexicaine était centrée sur les activités agricoles, pastorales, touristiques et d’extraction minière. Le territoire produisait les matières premières qui étaient ensuite transformées dans les usines à l’est du pays, rendant l’économie locale particulièrement dépendante de ressources extérieures. En raison de cette relation et de l’extrême pauvreté de certaines communautés, l’historien économiste Gerald Nash a également qualifié l’Ouest américain de « tiers-monde de l’Amérique » et a désigné ces États comme des colonies internes13. Ce statut cloisonna la région, et particulièrement les communautés rurales qui vivaient en quasi-autarcie et où le troc subsistait comme moyen d’échange privilégié à l’argent liquide. En dehors de la plus grande ville d’Albuquerque considérablement modifiée par l’arrivée du chemin de fer dans les années 1880, le Nouveau-Mexique demeurait un environnement préindustriel. Par la suite, l’appauvrissement des sols lié à la surpopulation, à la surexploitation et au surpâturage, conséquence du système de propriété privatif, est devenu une réelle menace pour l’économie agropastorale. La crise et la terrible sécheresse des années 1930 ont accentué ce phénomène et mis en exergue le problème de dépendance sur les marchés extérieurs. Tous ces facteurs poussèrent la population à aller chercher un emploi, parfois très loin dans les mines du Colorado, auprès des bergers du Montana, dans les fermes d’Arizona ou dans la construction de chemin de fer en Californie14.

9À la veille de la Seconde Guerre mondiale, le Nouveau-Mexique était donc devenu un État américain, mais dans une situation de grande fragilité, propice à accueillir une nouvelle industrie qui puisse fournir des emplois et relancer une économie en berne. Avec le regain d’intérêt pour les fouilles archéologiques à partir des années 1880 d’une part, et l’essor du tourisme sanitaire d’autre part, « la terre d’enchantement » (« Land of Enchantment » ou « Tierra de Encanto ») ainsi qu’est surnommé l’État, a peu à peu attiré un nombre grandissant de touristes qui venaient en un premier lieu pour se soigner de la tuberculose ou de la dysenterie dans les sanatoriums de Santa Fe et d’Albuquerque. Parmi eux, un certain Robert J. Oppenheimer découvrit la région au début des années 1920.

Une conquête scientifique, reflet de la conquête de l’Ouest et de ses mythes

  • 15 Bird K. et Sherwin M. J., American Prometheus: the Triumph and Tragedy of J. Robert Oppenheimer, Ne (...)

10Oppenheimer, physicien de renom et futur directeur scientifique du premier laboratoire de recherche atomique écrivit en 1922, alors qu’il suivait un traitement climatologique contre la dysenterie au Nouveau-Mexique, que son plus grand rêve serait de combiner ses deux amours : le désert et la physique15. Ce rêve devint réalité grâce au projet faramineux de recherche atomique entrepris par les États-Unis en 1942 qui donna naissance à la bombe atomique utilisée trois ans plus tard à Hiroshima et Nagasaki. À l’automne 1942, les dirigeants du Projet Manhattan, dont le nom fut donné en référence au quartier général du projet à New York, étaient à la recherche de l’endroit idéal pour l’installation d’un laboratoire de recherche secret où se déroulerait la phase finale de conception et de construction de la bombe atomique. Les inconvénients du Nouveau-Mexique tels que l’isolement et une faible densité démographique, devinrent soudainement ses plus grandes qualités. Les critères de sélection suivis par le major Dudley en charge des opérations étaient les suivants : il devait s’agir d’un endroit peu peuplé, très isolé mais néanmoins accessible, entouré de montagnes ou au sommet d’une montagne pour davantage de sécurité, à au moins trois cents kilomètres des côtes ou des frontières, avec un climat doux et ensoleillé pour travailler en extérieur toute l’année et quelques bâtiments déjà existants pour démarrer le travail immédiatement. Finalement, c’est Oppenheimer, futur directeur scientifique du laboratoire de Los Alamos, qui se souvint d’une école de jeunes garçons sur le plateau Pajarito au nord-est de Santa Fe.

  • 16 White R., It’s your Misfortune and None of my Own: A History of the American West, Norman, Oklahoma (...)
  • 17 « I felt akin to the pioneer women accompanying their husbands across the uncharted plains westward (...)
  • 18 Marshak R., loc. cit.
  • 19 Marshak R., loc. cit.

11En 1942, l’armée avait déjà réquisitionné du terrain dans l’État pour l’installation de quatre bases aériennes et d’une zone de tir. En fait, la réputation de l’Ouest comme une réserve d’espace vide à la disposition de ceux qui en avaient besoin fut rétablie par les circonstances de la guerre. En d’autres termes, le mythe de la Frontière fut revitalisé par l’effort de guerre et motiva une nouvelle avancée vers l’Ouest : une avancée militaro-scientifique. L’historien Richard White a expliqué que les changements dans l’Ouest américain après les années 1940 furent façonnés par le passé de la région et s’introduisirent par des chemins familiers16. Ces chemins familiers sont ceux tracés par la première conquête de la région au xixe siècle dont les mythes acquirent une nouvelle dimension avec l’arrivée de nouveaux colons de la conquête scientifique. Ruth Marshak, épouse du physicien Robert Marshak qui participa au Projet à Los Alamos, écrivit son sentiment de parenté avec « les femmes de pionniers accompagnant leur mari à travers les plaines inconnues vers l’ouest, vigilantes face au danger, résignées au fait qu’elles étaient en route, pour le meilleur ou pour le pire, vers l’Inconnu17 ». Elle décrivit également les populations indiennes et hispano-américaines qui « coloraient remarquablement cet endroit » en soulignant l’ironie que « ces peuples les plus anciens d’Amérique, conservés, inchangés, à peine touchés par notre civilisation industrielle » travaillent « pour un projet si génial qu’il serait acclamé comme le début d’une nouvelle ère18 ». Elle affirma que de tous les peuples, ils « étaient les plus improbables pour inaugurer l’époque atomique19 ». On remarque ici l’influence de la mythologie du western. En effet, dans la pensée américaine populaire, l’Ouest ne pouvait pas être moderne, il n’était que le « Old West », et donc l’Ouest moderne sonnait comme un oxymore dans l’imaginaire collectif.

  • 20 Le terme homesteader (de ham, foyer, et stede, lieu) fait référence à la législation des Homestead (...)
  • 21 Heil D., « Justice Draws Near for Heirs of Land Taken by U.S. Government », The New Mexican, 12 oct (...)

12De même, la militarisation du Nouveau-Mexique pendant la guerre s’est opérée sur un postulat que ses terres réquisitionnées étaient vides ou plutôt que leurs habitants n’étaient que peu signifiants. À Los Alamos par exemple, une trentaine de familles de homesteaders20 hispaniques fut chassée de leur propriété par l’armée pour des compensations dérisoires, voire inexistantes. De même dans le sud de l’État où la bombe fut testée à Trinity en juillet 1945, de nombreux ranchers durent abandonner leur propiété et vendre leur bétail. Les plus influents comme les directeurs de la Los Alamos Ranch School négocièrent un prix de vente avec le gouvernement tandis que les autres petits fermiers et éleveurs néo-mexicains représentaient l’avantage pour les dirigeants du projet d’être plus faciles à expulser21. D’autre part, la population locale s’avéra très utile pour le projet qui nécessitait beaucoup de main-d’œuvre peu qualifiée : des ouvriers, des femmes de ménage, des cuisiniers, des techniciens etc. Pour des raisons de sécurité, cette main-d’œuvre devait provenir des environs. C’est ainsi que les habitants des communautés autour de Los Alamos, dans les vallées d’Española et Chimayó, dans les Pueblos de Santa Clara, San Ildefonso, Cochiti, Tesuque et Okhey Owinghe se virent les bénéficiaires d’une source d’emploi exclusive.

  • 22 Michnovics Gibson T. et Michnovics J., Los Alamos 1944-1947, Charleston, South Carolina, Arcadia Pu (...)
  • 23 « She calls me “Meesie Feeshah” and tells me her name is “Apolonia”. She is a short, middle-aged, s (...)
  • 24 Michnovics Gibson T. et Michnovics J., Los Alamos 1944-1947, op. cit., p. 36.

13L’arrivée des premiers scientifiques, les pionniers de l’aire atomique, sur le plateau Pajarito entraîna des contacts inédits entre deux cultures antipodales, l’une hispanophone ou indienne, pauvre, rurale et souvent illettrée et l’autre hautement éduquée dans les meilleures universités américaines et européennes, cosmopolite et plutôt aisée. La curiosité réciproque entre les deux groupes facilita les échanges mais les différences de statut nourrirent aussi les représentations stéréotypées. Par exemple à la soirée de la Mission Anglaise, le physicien Otto Frish se déguisa en femme de ménage indienne indolente et alcoolique pour un sketch humoristique22. Admirateurs des traditions de ces peuples ancestraux, les scientifiques furent invités à des cérémonies, à des danses rituelles et des fiestas ; ils achetèrent de la poterie, des tapis et des bijoux, participant de ce fait à l’expansion du tourisme et au développement de l’artisanat commercial plutôt que culturel. De leur côté, les Indiens Pueblos commencèrent à inventer de nouvelles danses et à les organiser les dimanches, jour de repos de leurs nouveaux voisins. D’après les mémoires de ces scientifiques et de leurs épouses, les cultures locales étaient vues principalement comme un apport de divertissement et d’exotisme. L’attitude paternaliste et consommatrice des immigrés atomiques envers les employés locaux se reflète dans les commentaires des femmes de physiciens tels que ceux de Ruth Marshak mais également ceux de Phyllis Fisher, épouse de Léon Fisher, qui décrivit sa femme de chambre, Apolonia, comme une petite Indienne voûtée d’une cinquantaine d’années, gentille et pittoresque dont la capacité à nettoyer la maison n’importait guère car Mme Fisher était « sûre que sa seule valeur en termes de divertissement » vaudrait « le prix de son salaire ». Elle aimait l’observer car cela lui rendait le ménage moins ennuyeux. Elle expliqua qu’il fallut du temps pour que les scientifiques et leur famille considèrent « ces gens gracieux comme des individus et des amis plutôt que des curiosités23 ». Du côté des locaux, l’arrivée du laboratoire fut perçue en grande majorité comme une bénédiction par ces populations car l’abondance de travail signifiait que les travailleurs n’auraient plus à aller trouver un emploi dans les États voisins, voire jusqu’en Californie. Le travail à Los Alamos était le moyen de rester dans leur famille tout en accédant à des revenus jusqu’alors inégalés dans la région. On voyait ainsi des employés comme Cleto Tafoya, ancien gouverneur du Pueblo de Santa Clara, servir le repas à la cafétéria des scientifiques24.

14Après la guerre et une fois que le laboratoire fut déclaré permanent, d’autres immigrés de l’aire atomique furent recrutés sur les postes les plus prestigieux et les plus lucratifs. Dans le même temps, le type d’emplois réservé à la population locale se cantonnait aux positions les plus ingrates, qui néanmoins, représentaient une amélioration certaine pour ces familles extrêmement pauvres. Les deux groupes évoluèrent donc parallèlement dans deux mondes résolument séparés par le niveau d’éducation, la situation socio-économique, et l’identité culturelle de chacun. Mais le plus frappant dans ces relations et ces événements est que l’on observe un modèle de conquête qui partage certaines caractéristiques avec l’avancée américaine militaire du siècle précédent : l’expropriation des terres, l’exploitation des ressources naturelles et humaines, l’installation de l’armée, une immigration massive et des relations stéréotypées.

D’immenses bénéfices pour un prix élevé : le pacte faustien entre les Néo-Mexicains et l’industrie nucléaire

15Dans l’après-guerre, la conquête scientifique du Nouveau-Mexique s’est étendue à d’autres régions, reproduisant les procédures et le schéma relationnel observés à Los Alamos. Le complexe militaro-industriel et scientifique entretenu par la guerre froide et les fonds de l’État fédéral, par l’intermédiaire de la Commission à l’énergie atomique, est devenu le nouveau pilier de l’économie nouveau-mexicaine. Il se matérialise aujourd’hui par une industrie nucléaire comprenant : deux laboratoires nationaux, ceux de Los Alamos et ceux de Sandia à Albuquerque créés en 1947, les sites de trois essais nucléaires à Trinity, Gasbuggy près de Farmington et Gnome à côté de Carlsbad, trois bases militaires aériennes (Kirtland, Holloman et Cannon), l’immense réserve militaire de White Sands Missile Range, le site de stockage de déchets radioactifs à Carlsbad (le Waste Isolation Pilot Plant, unique site de stockage géologique permanent aux États-Unis), les restes des mines et usines de traitement d’uranium dans le Nord-Ouest de l’État et autres sites de stockage d’armes nucléaires et centres de recherche. À travers les avancées de l’industrie nucléaire, le Nouveau-Mexique a progressivement gagné en influence dans la nation américaine et en a tiré des avantages indiscutables en termes d’emploi, d’éducation et d’augmentation du niveau de vie. Les populations locales, les personnalités politiques et du monde des affaires en tête, soutinrent le développement de nouvelles installations, guidées par leur quête de prospérité. L’économie locale fondée auparavant sur les activités agropastorale, minière et touristique, s’est ainsi transformée par le développement d’une industrie de pointe dans la recherche, la production et le maintien d’armes nucléaires. C’est donc par la philosophie du « nucléarisme », c’est-à-dire la foi en l’arme nucléaire comme garantie de la sûreté nationale, et soutenu par des financements gouvernementaux toujours plus élevés que l’État a accéléré son américanisation en participant à la suprématie américaine.

  • 25 Price V. B., The Orphaned Land: New Mexico’s Environment since the Manhattan Project, Albuquerque, (...)

16À la fin des années 1970, la multiplication des scandales, des accidents et la montée des protestations antinucléaires, révélèrent les premiers effets de ce mécanisme au grand public. En mars 1979, l’accident nucléaire au réacteur de Three Mile Island en Pennsylvanie avec la fonte d’une partie d’un réacteur et l’émission de radioactivité à l’extérieur tourna l’attention du public vers les risques propres à l’industrie nucléaire. La même année, au Nouveau-Mexique, un très grave accident se produisit à la mine d’uranium de Church Rock. Le barrage qui retenait un bassin contenant des déchets radioactifs liquides et solides céda et déversa son contenu dans la rivière Puerco vers la réserve Navajo. Cet accident fut le plus grand rejet de radioactivité dans la nature qu’ait connu le pays, mais les médias s’y sont peu intéressés car les premiers touchés étaient des Amérindiens25. La vraie nature de la relation entre l’État et le nucléaire est alors devenue évidente. Cette relation peut être définie comme un pacte faustien car en contrepartie des immenses bénéfices socio-économiques et politiques que l’État a pu tirer de sa participation toute particulière à la guerre froide, le prix à payer s’est avéré et s’avère encore de plus en plus élevé. Les premiers à être touchés par le coût de l’américanisation de l’État par le nucléaire sont les populations locales.

  • 26 La première intervention majeure de l’État fédéral dans la région remonte à la politique du New Dea (...)
  • 27 University of new mexico, « Impact of Los Alamos », Impact Los Alamos: Oral History Projects and Vi (...)
  • 28 Dietz C., The Impact of Los Alamos National Laboratory on Northern New Mexico, mémoire de master, L (...)
  • 29 Propp W., « Suit: Nuke Project Harmed Hispanics, Mistreatment in 1940s Alleged », Albuquerque Journ (...)
  • 30 Niklaus P. W. et Feldman D., « How Safe is New Mexico’s Atomic City? Radiation Control at Los Alamo (...)
  • 31 Concerned Citizens for Nuclear Safety, Nuclear Watch New Mexico, Southwest Research and Information (...)
  • 32 Eichstaedt P. H., If You Poison Us: Uranium and Native Americans, Santa Fe, Red Crane Books, 1994.

17Tout d’abord, les conséquences parmi les plus visibles de l’avènement de l’industrie nucléaire sont économiques et sociales. En effet, l’industrie nucléaire a certes diversifié et dynamisé l’économie néo-mexicaine et l’a libérée de sa dépendance aux marchés et capitaux des États industrialisés de l’est du pays, mais elle a transféré cette dépendance à l’État fédéral. Celui-ci détient un pouvoir immense sur l’économie du Nouveau-Mexique au travers de financements publiques et de son rôle en tant que premier client dans certains domaines de l’industrie, ce qui soumet l’économie locale aux variations de politiques étrangères et aux restrictions budgétaires26. L’arrêt des activités gouvernementales fédérales en octobre 2013 l’a démontré puisque tout l’État craignait de voir ses laboratoires fermer et toutes les activités associées paralysées. Par ailleurs, bien que les premières générations de travailleurs locaux aient accueilli les nouveaux emplois avec enthousiasme, les générations suivantes se sont heurtées à un plafond de verre en voulant passer du monde des emplois non-qualifiés aux positions les plus prestigieuses et lucratives souvent réservées à des jeunes issus d’autres États, diplômés des grandes universités du pays27. Les inégalités existantes se sont ainsi creusées et de nouvelles sont apparues entre ceux ayant accès au corridor de recherche et ceux en périphérie. Quarante ans après l’officialisation du laboratoire de Los Alamos, 70 % de la population était issue d’autres États et le seuil de pauvreté y était de 3,5 % tandis que dans le proche comté de San Miguel, plus de 99 % de la population était née dans l’État et le seuil de pauvreté y atteignait les 27 %28. En plus de ne pouvoir gravir l’échelle sociale grâce à de meilleurs emplois dans l’industrie, les petits travailleurs se virent confrontés à de graves problèmes de santé liés à leur profession. Avec l’ouverture de procès pour discrimination raciale, des témoignages d’anciens employés ont fait surface dans lesquels ceux-ci expliquaient qu’ils avaient droit à des primes s’ils acceptaient de nettoyer des endroits contaminés par des substances radioactives29. Dès les années 1970, des soupçons commencèrent à peser sur les laboratoires et leurs pratiques de traitement des déchets30. La fin des secrets sonna le glas de la confiance que certains Néo-Mexicains avaient en la Commission à l’énergie atomique et les premiers groupes d’activistes se formèrent ainsi31. Dans le Nord-Ouest, les effets dévastateurs de l’extraction d’uranium sur la santé des mineurs, pour beaucoup des Indiens Navajos sont encore problématiques, alors que les mines sont aujourd’hui abandonnées car ces restes contaminent les sols, les animaux, les plantes et sources d’eau potables utilisés par la tribu32.

  • 33 Kuletz V., The Tainted Desert: Environmental Ruin in the American West, Routledge, New York, 1998, (...)
  • 34 « El que pierde su tierra pierde su memoria, and no amount of money or technological advances will (...)

18Immédiatement liés aux problèmes sanitaires sont les impacts environnementaux qui ne cessent d’être une menace pour les populations. Les études telles que l’effrayant constat du journaliste Vincent Price en 2011 sur l’héritage environnemental du Projet Manhattan, soulèvent l’inquiétude des activistes locaux et des questions d’injustice environnementale à cause de l’observation récurrente que les populations les plus vulnérables et pauvres sont disproportionnellement mises à risque. Les chercheurs en sciences humaines tels que Valérie Kuletz et Joseph Masco citent le Nouveau-Mexique comme un exemple de colonialisme nucléaire. Valérie Kultez définit cette notion comme un principe selon lequel les grandes nations ont choisi de construire leurs installations et de tester leurs armes nucléaires dans des régions habitées par des peuples indigènes qui ont peu de visibilité politique33. La destruction de leur environnement pour les besoins de la société dominante est donc liée au statut d’infériorité de ces peuples. Dans les pueblos, les citoyens déplorent le départ de leurs jeunes les plus prometteurs qui auraient pu devenir leaders de leur communauté mais qui préfèrent travailler pour le laboratoire. Ce sont des communautés traditionnelles qui se vident de leurs meilleurs défenseurs potentiels parce qu’ils sont attirés par les avantages de Los Alamos, Sandia, WIPP, etc. Dans les communautés hispaniques, certains activistes critiquent la perte de savoir-faire du travail de la terre qui permettaient à leurs ancêtres de vivre en autosuffisance. Le militant et écrivain néo-mexicain Juan Estevan Arellano, par exemple, a dénoncé l’impact de Los Alamos qui apparaît comme « la Terre Promise » pour certains mais qui est aussi devenu « une énigme, un virus qui détruit toutes les données du disque dur sans aucun moyen de les récupérer ou de les sauvegarder34 ». Il soutient que l’argent et le progrès technologique ne pourront pas compenser la perte de la terre et des mémoires. Il compare la ville du laboratoire à l’île volante des Voyages de Gulliver, détachée des réalités auxquelles font face les habitants de la vallée. Ce constat peut être appliqué aux autres lieux de l’industrie nucléaire. Les barrières entre les locaux et les immigrés du nucléaire, bien que souvent informelles, deviennent souvent physiques lorsque l’on remarque que le quartier d’Albuquerque où l’eau est la plus polluée est la South Valley où vit la population pauvre et hispanique en majorité, ou que des Indiens des Pueblos Zia et Jemez furent sollicités en 1963 pour décontaminer Area G, le site où le laboratoire de Los Alamos a enfoui ses déchets radioactifs pendant des années. L’altérité est un concept central dans l’analyse du pacte faustien entre le Nouveau-Mexique et l’industrie nucléaire.

  • 35 Bishaw A., Poverty: 2010 and 2011 American Community Survey Briefs, U.S. Department of Commerce, Ec (...)

19L’avènement de l’industrie nucléaire a donc modifié la réputation du Nouveau-Mexique qui est aujourd’hui connu comme le berceau de l’aire atomique et comme l’un des endroits du monde avec la plus grande concentration de docteurs en science mais ce dans un État qui demeure parmi les cinq États les plus pauvres des États-Unis. En 2011, le Nouveau-Mexique avait le deuxième seuil de pauvreté le plus élevé du pays (21,5 %) alors que la même année, le comté de Los Alamos était le troisième comté le plus riche des États-Unis selon le magazine Forbes35. Les bénéfices de la conquête nucléaire, bien qu’immenses, ont été très inégalement répartis et ont fait place à un prix de plus en plus élevé que doivent payer en premier lieu les populations locales établies dans la région depuis plusieurs siècles. Mais pour ne pas dresser un portrait simpliste de ces relations, il faut ajouter que des acteurs locaux se sont aussi rangés du côté de la promotion de l’industrie nucléaire et des puissantes sociétés avec le soutien des travailleurs qui ont besoin de leur travail. De nombreuses personnes dans l’État, des hommes politiques aux ouvriers, soutiennent les géants du nucléaire à cause de la nécessité de sauvegarder la plus grande source d’emploi et de revenu dans la région. C’est en cela que les populations locales ont signé un pacte faustien avec la science qui s’est introduite dans leur région sur un modèle de conquête façonné par les mythes de la première conquête de l’Ouest. Les conséquences et les enjeux de ce pacte sont aujourd’hui au centre des débats pour l’avenir socio-économique et politique du Nouveau-Mexique.

Note

1 « New Mexico, the picturesque reservation and playground of the Eastern States, very romantic, old Spanish, Red Indian, desert-mesas, pueblos, cow-boys, penitentes, all that film stuff. », Luhan M. D., « Lawrence of New Mexico » et Lawrence D. H., « New Mexico », New Mexico Magazine, février 1936, p. 10-11.

2 Hales P. B., Atomic Spaces: Living on the Manhattan Project, Urbana, Illinois University Press, 1997, p. 10.

3 Center for Oak Ridge Oral History, Oak Ridge National Laboratories, interview de Alvin Weinberg par Steven H. Stow, 2003, [http://cdm16107.contentdm.oclc.org/cdm/ref/collection/p15388coll1/id/165], consulté le 10 janvier 2015.

4 « After a year in the Southwest, he concluded that New Mexico was worthless for Anglo agriculture and industry, that New Mexicans were ignorant, indolent, and slothful, and that federal territorialism would fail miserably in the Southwest. […] He doubted that the effort [to incorporate New Mexico and assimilate its peoples] was worth the cost in federal dollars and American blood », Ball D., « The U.S. Army in New Mexico, 1848-1886 », in M. Weigle, F. Levine et L. Stiver (dir.), Telling New Mexico, a History, Santa Fe, Presses du Museum of New Mexico, 2009, p. 173-189 (179).

5 Ball D., loc. cit.

6 Des concessions de terres : land grants en anglais ou cesión de terreno en espagnol mais ce sont les termes anglais qui sont restés dans l’usage.

7 Desbuys W., Enchantment and Exploitation: the Life and Hard Times of a New Mexico Mountain Range, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1985, p. 9.

8 Swentzell R., « Pueblo Space: An Understated Sacredness », in M. Weigle, F. Levine et L. Stiver (dir.), Telling New Mexico, a History, op. cit., p. 45-48 ; Kay E., Chimayo Valley Traditions, Santa Fe, Ancient City Press, 1987, p. 4.

9 Ebright M., « New Mexican Land Grants: the Legal Background », in C. L. Briggs et J. R. Van Ness (dir.), Land Water, and Culture: New Perspectives on Hispanic Land Grants, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1987, p. 15-47.

10 Chavez T. E., An Illustrated History of New Mexico, Albuquerque, University of New Mexico Press, 2002, p. 11.

11 New Mexico Museum of Art, New Mexico Art Tells New Mexico History, « History: Statehood. Treaty of Guadalupe-Hidalgo – The 1850 Compromise », [http://online.nmartmuseum.org/nmhistory/people-places-and-politics/statehood/history-statehood.html], consulté le 9 janvier 2014.

12 De Voto B., The Course of Empire, Boston, Houghton Mifflin, 1952, p. xxxii.

13 Nash G., World War II and the West: Reshaping the Economy, Lincoln, Nebraska University Press, 1990, p. 2.

14 Kay E., Chimayo Valley Traditions, op. cit., p. 65.

15 Bird K. et Sherwin M. J., American Prometheus: the Triumph and Tragedy of J. Robert Oppenheimer, New York, A. A. Knopf, 2005, p. 81.

16 White R., It’s your Misfortune and None of my Own: A History of the American West, Norman, Oklahoma University Press, 1991, p. 461-462.

17 « I felt akin to the pioneer women accompanying their husbands across the uncharted plains westward, alert to danger, resigned to the fact that they journeyed, for weal of for woe, into the Unknown. […] They [Indians and Spanish-Americans] gave a remarkable flair to the place. There they were, the oldest peoples of America, conservative, unchanged, barely touched by our industrial civilization, working on a project with an object so radical that it would be hailed as initiating a new age. The Indians and Spanish-Americans of New Mexico were the most unlikely of all peoples to be ushers to the atomic epoch », Marshak R., « Going Native », in C. Serber et J. Wilson (dir.), Making do and standing by: Women of Wartime Los Alamos, Los Alamos, Los Alamos Historical Society, 1988, p. 1-19 (2).

18 Marshak R., loc. cit.

19 Marshak R., loc. cit.

20 Le terme homesteader (de ham, foyer, et stede, lieu) fait référence à la législation des Homestead Acts dont le premier avait été signé par le président Lincoln en 1862 pour motiver les Américains à aller s’installer dans l’Ouest. La loi voulait que tout homme de plus de vingt-et-un ans puisse prétendre à la propriété de 65 hectares de terrain s’il remplissait certains critères.

21 Heil D., « Justice Draws Near for Heirs of Land Taken by U.S. Government », The New Mexican, 12 octobre 2004, p. B1. Archives de la bibliothèque Fray Angélico Chávez à Santa Fe, vertical files, Los Alamos National Laboratories – Pajarito Plateau Hom 1.

22 Michnovics Gibson T. et Michnovics J., Los Alamos 1944-1947, Charleston, South Carolina, Arcadia Publishing, 2005, p. 103.

23 « She calls me “Meesie Feeshah” and tells me her name is “Apolonia”. She is a short, middle-aged, stooped Indian woman from a nearby pueblo. She looks as though she couldn’t lift a feather. But whether or not she can clean the house is immaterial. I’m sure she’ll be worth her wages in entertainment value alone. She is sweet and picturesque, and I do love to watch her. If she does nothing more than stand around, I’ll find my housework less boring. […] it never occurred to us that we were intruders into their world, or that we behaved toward them in a condescending manner. In fact, it was a while before we knew these gracious people as individuals and as friends and not as curiosities », Fisher P., Los Alamos Experience, New York, Japan Publications, 1985, p. 44.

24 Michnovics Gibson T. et Michnovics J., Los Alamos 1944-1947, op. cit., p. 36.

25 Price V. B., The Orphaned Land: New Mexico’s Environment since the Manhattan Project, Albuquerque, University of New Mexico Press, 2011, p. 125.

26 La première intervention majeure de l’État fédéral dans la région remonte à la politique du New Deal dans les années 1930 mais c’est avec le Projet Manhattan et tous ceux qui ont suivi (la bombe H, les missiles, la course à l’espace) que son emprise a pris de plus grandes proportions.

27 University of new mexico, « Impact of Los Alamos », Impact Los Alamos: Oral History Projects and Video Recordings Collection, Albuquerque, University of New Mexico Center for Southwest Research, MSS821BC, 1984-2006.

28 Dietz C., The Impact of Los Alamos National Laboratory on Northern New Mexico, mémoire de master, Las Vegas, New Mexico Highlands University, 1989, p. 50.

29 Propp W., « Suit: Nuke Project Harmed Hispanics, Mistreatment in 1940s Alleged », Albuquerque Journal North, 10 février 2001, p. 1-2. Archives de la bibliothèque Fray Angélico Chávez à Santa Fe, vertical files, Los Alamos National Laboratories – Pajarito Plateau Hom 1.

30 Niklaus P. W. et Feldman D., « How Safe is New Mexico’s Atomic City? Radiation Control at Los Alamos Scientific Laboratory », Albuquerque, Southwest Research and Information Center, 1980.

31 Concerned Citizens for Nuclear Safety, Nuclear Watch New Mexico, Southwest Research and Information Center, Rio Pueblo/Rio Embudo Watershed Protection Coalition, Multicultural Alliance for a Safe Environment.

32 Eichstaedt P. H., If You Poison Us: Uranium and Native Americans, Santa Fe, Red Crane Books, 1994.

33 Kuletz V., The Tainted Desert: Environmental Ruin in the American West, Routledge, New York, 1998, p. 43 ; Masco J., The Nuclear Borderlands: the Manhattan Project in Post-Cold War New Mexico, Princeton, Princeton University Press, 2006, p. 27.

34 « El que pierde su tierra pierde su memoria, and no amount of money or technological advances will help us recover that loss. For some, Los Alamos has been seen as the Promised Land. For others, it has become an enigma, a virus destroying all the data on the hard disk with no way of retrieving it or saying it. The challenge for all of us is to find a way of rediscovering what we already have. Although physically in northern New Mexico, Los Alamos is really not part of the bioregion; like in Gulliver’s Travels, it is a floating island », Arellano J. E., « La Querencia: La Raza Bioregionalism », New Mexico Historical Review, n° 72.1, 1997, p 31-37 (32).

35 Bishaw A., Poverty: 2010 and 2011 American Community Survey Briefs, U.S. Department of Commerce, Economics and Statistics Administration, U.S. Census Bureau, septembre 2012, p. 3 ; Van Riper T., « America’s Richest Counties: Where They Make The Most », Forbes Magazine, 25 avril 2013, [http://www.forbes.com/sites/tomvanriper/2013/04/25/americas-richest-counties], consulté le 31 janvier 2014.

Autore

Université Stendal-Grenoble 3, ILCEA4

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site